Urticaires physiques: clinique, diagnostic et traitement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Urticaires physiques: clinique, diagnostic et traitement"

Transcription

1 CURRICULUM Forum Med Suisse 2006;6: Urticaires physiques: clinique, diagnostic et traitement runello Wüthrich a, Günther Hofbauer b, Thomas Kündig c a Spital Zollikerberg, b Dermatologie, c Experimentelle llergologie, UniversitätsSpital Zürich Quintessence L urticaire physique est une forme d urticaire qui est provoquée par des facteurs externes. Les formes physiques d urticaire constituent environ 15 20% de toutes les urticaires. Des stimuli mécaniques sont à l origine de l urticaire factice, de l urticaire retardée à la pression et de l angio-œdème consécutif aux vibrations. Des stimuli thermiques sont responsables des urticaires au chaud et au froid. Les ondes électromagnétiques provoquent une urticaire solaire. Par contre, l urticaire cholinergique a une origine endogène, soit l élévation de la température centrale. L urticaire factice, qui est révélée par le test du dermographisme, est la forme la plus fréquente d urticaire, avec une proportion de 7 9% environ. Elle est souvent associée à une urticaire idiopathique chronique. Dans le test de Prausnitz-Küstner, test qui ne se pratique plus, le sérum du patient, contenant les lge, était appliqué dans la peau (c.-à-d. les mastocytes) de personnes saines. près stimuli mécaniques ad hoc, les mêmes lésions urticariennes apparaissaient alors chez ces dernières. Une telle transmission passive peut être démontrée chez jusqu à 69% des patients ayant une urticaire factice et chez un tiers environ de ceux ayant une urticaire au froid et de ceux présentant une urticaire solaire aux UV et aux longueurs d onde de nm. L urticaire (retardée) à la pression est caractérisée à l histologie par un infiltrat inflammatoire à granulocytes éosinophiles et neutrophiles, ainsi que par une discrète vasculite. Représentant <1% de toutes les formes d urticaire, l urticaire à la pression ne se voit que très rarement sous forme isolée et, comme l urticaire factice, elle est la plupart du temps associée à une urticaire chronique et évolue souvent durant des années. L urticaire au froid apparaît après un refroidissement de la peau ou une baisse de la température centrale, la température absolue ne jouant ici qu un rôle secondaire. Chez environ 95% de ces patients, il s agit d une forme idiopathique. Dans les autres cas, des associations ont été décrites avec des maladies infectieuses (syphilis, borréliose, rougeole, varicelle, hépatite, mononucléose, VIH), des néoplasies ou des maladies auto-immunes. Dans l urticaire solaire, il semble que des photomécanismes dépendants des IgE puissent jouer un rôle. On suppose qu un allergène, jusqu ici non identifié, pourrait se transformer en photoallergène actif sous l effet de la lumière et deviendrait ainsi reconnaissable par les IgE. L urticaire aquagène est provoquée par le contact direct avec l eau. Son diagnostic différentiel doit se faire avec le prurit aquagène. La proportion des rémissions spontanées est nettement plus faible lors d urticaire physique (16,4% à 1 an) que dans les cas d urticaire idiopathique (47,4%). Le traitement des urticaires physiques consiste en tout premier lieu à éviter voire supprimer leurs facteurs déclenchants et en une thérapie médicamenteuse de soutien, en général des antihistaminiques à doses suffisamment élevées. Classification Comme précédemment remarqué dans un article de revue paru dans ce même journal, l urticaire représente une affection très hétérogène, aussi bien de par son étiopathogenèse que par son évolution [1]. Les différentes formes d urticaire se subdivisent en quatre grands groupes [2 4]: les urticaires aiguës, chroniques, physiques, et un groupe d urticaires ne correspondant pas à ce schéma (tab. 1 p). Dans l urticaire physique, l apparition des lésions urticariennes est provoquée par des facteurs physiques exogènes (pression, froid, chaleur, lumière, vibrations), et il est fréquent que deux ou plusieurs formes d urticaire coexistent; par ex. l urticaire factice (ou dermographique) ainsi que l urticaire à la pression sont souvent associées à une urticaire chronique. En plus de ces formes d urticaire d origine purement physique, cet article présentera encore l urticaire cholinergique (autrefois appelée urticaire d effort ou à la transpiration), la forme adrénergique très rare, et l urticaire aquagène (à l eau). Tableau 1. Classification des urticaires (d après [2 4]). 1. Urticaire aiguë 2. Urticaires chroniques Urticaire chronique-récidivante (comprenant également la forme anciennement appelée chronique-intermittente) Urticaire chronique continue 3. Urticaires physiques Urticaire factice (ou dermographique) Urticaire (retardée) à la pression Urticaire au froid Urticaire à la chaleur Urticaire solaire Urticaire/angio-œdème aux vibrations 4. utres formes d urticaire Urticaire cholinergique Urticaire adrénergique Urticaire de contact non physique Urticaire à l eau (aquagène) Vous trouverez les questions à choix multiple concernant cet article à la page 205 ou sur internet sous

2 CURRICULUM Forum Med Suisse 2006;6: Summary Physical urticaria: clinical findings, diagnosis and therapy Physical urticaria is defined as a type of urticaria triggered by physical stimuli. It accounts for some 15 20% of all urticaria cases. Mechanical stimuli provoke dermographism, pressure urticaria and vibratory angiooedema. Thermal stimuli induce cold and heat urticaria. Electromagnetic waves may trigger solar urticaria. Raising of the body core temperature causes cholinergic urticaria. Urticaria factitia, which can be elicited by dermographism, represents the most frequent form of urticaria, with an incidence of 7 9%. Urticaria factitia is also frequently associated with chronic idiopathic urticaria. If IgE in the serum of urticaria patients is passively transferred to healthy volunteers by the so-called Prausnitz-Küstner test, the relevant mechanical stimuli may also induce hives in the serum recipient. Such passive transfer of hypersensitivity to physical stimuli is observed in up to 69% of patients with urticaria factitia and in about a third with cold urticaria. It may also be observed in patients with light urticaria to UV at a wavelength of nm. Delayed pressure urticaria is characterised histologically by an inflammatory infiltrate consisting of eosinophils, neutrophils and moderate vasculitis. Delayed pressure urticaria alone represents less than 1% of all urticaria causes. Delayed pressure urticaria is more frequently associated with chronic urticaria similar to urticaria factitia, and follows a prolonged course spanning years. Cold urticaria is provoked by cooling of the skin or body core temperature and does not necessarily depend on the absolute temperatures. Some 95% of all cold urticaria cases are idiopathic. The other forms are associated with infection (syphilis, borreliosis, measles, varicella, hepatitis, mononucleosis, HIV) and with neoplasms or autoimmune diseases. Light urticaria appears to be caused by IgE-dependent photomechanisms. The current hypothesis is that light modifies an as yet unidentified antigen to become an active photoallergen binding to IgE. quagenic urticaria is induced by contact with water. The condition must be distinguished from aquagenic pruritus. Physical urticaria tends to follow a longer disease course than chronic idiopathic urticaria. In physical urticaria the rate of spontaneous remission is 16,4% after a year, compared with 47,4% after a year for chronic idiopathic urticaria. Treatment of physical urticaria relies on the avoidance of triggers. ntihistamines may afford relief but must be prescribed in sufficiently high doses. Incidence D après différentes statistiques, la proportion des formes physiques d urticaires s est avérée être relativement constante au cours de ces dernières décennies, soit env % de toutes les formes d urticaire (tab. 2 p) [5 9]. Il vaut également la peine de remarquer que dans ces statistiques, la proportion des urticaires idiopathiques chroniques malgré les progrès de l immunologie et du diagnostic allergologique est elle aussi restée relativement stable, autour de 70 à 80%, et que celle des formes d urticaire allergique, avec quelque 3% seulement, s est maintenue à un niveau très bas. Tout ceci contrairement à l opinion bien répandue que l urticaire est une maladie allergique (voir [1]) (tab. 2). Pathogenèse ien que l étiologie des urticaires physiques soit bien définie (fig. 1 x), leur pathogenèse n est pas encore parfaitement connue [10]. Le transfert passif constaté dans le test de Prausnitz- Küstner a fourni des indications selon lesquelles certains facteurs du sérum du patient se lient à la peau (c.-à-d. aux mastocytes) de sujets sains. Stimuli mécaniques Elévation de la température centrale Urticaires physiques Stimuli thermiques Ondes électromagnétiques Figure 1 L urticaire physique est déclenchée par des stimuli exogènes et, dans le cas de l urticaire cholinergique, par des stimuli endogènes. vec des stimuli mécaniques adéquats, il est possible d induire des émptions urticariennes chez ces derniers. Une telle transmission passive nous savons aujourd hui que le facteur sérique transmissible fait partie des immunoglobulines E (IgE) peut être démontrée chez jusqu à 69% des patients ayant une urticaire factice, et chez un tiers environ de ceux ayant une urticaire au froid et de ceux ayant une urticaire solaire aux UV ou aux longueurs d onde de nm [11]. En plus de la libération d histamine et d autres médiateurs par les mastocytes cutanés sous l effet de stimuli exogènes, d autres médiateurs sont actuellement encore discutés. Dans l urticaire factice, il y a par exemple une expression plus marquée de la sélectine P, une molécule d adhésion endothéliale. Dans l urticaire à la pression, on trouve des concentrations locales et systémiques plus basses du facteur de croissance des cellules souches des mastocytes (SCF) et du p75ngfr, un récepteur du facteur de croissance des mastocytes nerve growth factor (NGF). L urticaire retardée à la pression est caractérisée par un infiltrat inflammatoire formé par des granulocytes éosinophiles et neutrophiles, des cellules T et des monocytes. Les cytokines pro-inflammatoires telles que TNF-a, interleukine-3, interleukine-6 sont davantage exprimées, tout comme les molécules d adhésion aux parois vasculaires VCM-1, EL-1, ICM-1. Ceci correspond à une réaction tardive à IgE [12 14]. Dans l urticaire solaire, il semble que des photomécanismes dé-

3 CURRICULUM Forum Med Suisse 2006;6: Tableau 2. Incidence des différentes formes d urticaire (U.) chez des patients présentant des épisodes consécutifs d urticaire durant une certaine période. 1 Collectif: Champion et al [5] Wüthrich et al [6] Champion 1988 [7] Nettis et al [8] Suivi: n = 554 n = 316 n = 2310 n = 562* et n = 482** hospitalisés ambulatoires hospitalisés ambulatoires 12 ans 3 ans 32 ans 4 ans Urticaire idiopathique 438 (79,1%) 227 (71,8%) 1657 (72%) 394** (81,7%) Urticaire physique 94 (17%) 48 (15,2%) 458 (20%) 80* (14,2%) dont U. dermographique (UF) 47 (8,5%) 22 (7%) 200 (8,7%) 50 (8,9%) U. cholinergique 28 (5,1%) 7 (2,2%) 88 (3,8%) 4 (0,7%) U. au froid 14 (2,5%) 7 (2,2%) 46 (2%) 6 (1,1%) U. solaire 3 (0,5%) 2 (0,6%) 6 (0,3%) 1 (0,2%) U. à la pression 2 (0,4%) 5 (1,6%) 12 (0,6%) 17 (3%) U. à la pression et UF 2 (0,6%) 2 (0,1%) 1 (0,2%) U. à la pression et chol. 1 (0,3%) UF + U. chol. 8 (0,4%) U. à la chaleur (WU) 1 (0,3%) 4 (0,2%) U. à la pression, chol. + WU 1 (0,3%) Urticaire allergique (IgE) 17 (3,1%) 9 (2,8%) 79 (3,4%) 38** (3,9%) utres étiologies (médicaments, additifs, 3 (0,5%) 31 (9,8%) 54 (2,3%) 29** (6%) infections, vers, endocriniennes, etc.) Urticaire aquagène 0 6 (0,3%) 1* (0,2%) 1 Certains tableaux cliniques ne faisant actuellement plus partie des urticaires, comme l angio-œdème héréditaire (déficit en C1-Inh) ou la vasculite urticarienne, ils ne figurent pas dans ce tableau, ce qui fait que le nombre total des cas dans les différentes colonnes ne correspond pas tout à fait au nombre n). pendants des IgE puissent également jouer un rôle. On suppose qu un antigène, non encore identifié, se transforme en un photoallergène sous l effet de la lumière et devenir ainsi reconnaissable par les IgE. L urticaire solaire peut être transférée à une personne saine par le sérum d un patient [15, 16]. provoque ainsi les efflorescences urticariennes. Si on obtient un dermographisme urticarien, on peut renoncer à des examens de laboratoire approfondis, sauf s il existe de bons arguments anamnestiques et/ou cliniques pour les réaliser. Clinique, diagnostic et traitement des différentes formes d urticaire physique Urticaire factice (ou dermographique) L urticaire factice (ou dermographique) résulte de forces de cisaillement dont l application provoque en quelques minutes l apparition locale de lésions urticariennes avec prurit (fig. 2 x). Ce phénomène est exploité dans l examen médical sous la forme du dermographisme, qui frappe par le fait qu il est rouge et surélevé en cas d urticaire, alors qu il est uniquement rouge chez la majorité des gens, ou blanc chez les patients souffrant d eczéma atopique (neurodermite). La découverte d un dermographisme urticarien est pathognomonique d une urticaire factice et suffit pour poser le diagnostic (fig. 2). Cette forme d urticaire touche surtout des adultes jeunes qui en souffrent pendant 6,5 ans en moyenne. l anamnèse, il est important de préciser que l urticaire factice ne se manifeste jamais pendant la nuit, contrairement à l urticaire idiopathique chronique. Ce n est que le prurit ressenti durant l état de veille qui fait que le patient se gratte et Figure 2 ) L urticaire factice présente des lésions urticariennes d apparition rapide au lieu d application des forces de cisaillement. ) Le dermographisme urticarien, déclenché par ex. par une spatule de bois, est pathognomonique de l urticaire factice isolé ou accompagnant une urticaire chronique.

4 CURRICULUM Forum Med Suisse 2006;6: L urticaire factice est la forme d urticaire la plus fréquente, avec une incidence de 7 9% (tab. 2). Elle est également souvent associée à une urticaire idiopathique chronique. Les antihistaminiques de deuxième génération sont utilisés à titre thérapeutique, leur efficacité ayant pu être confirmée dans diverses études. L important ici est qu ils doivent être administrés à des doses suffisamment élevées. Il n est pas rare de devoir avoir recours à des doses quatre fois supérieures à celles préconisées dans le rhume des foins. En cas de prurit intense accompagné de nervosité, l hydroxyzine (tarax ) à une dose de (30) mg/jour a fait ses preuves. Pour prévenir une sédation trop profonde et une accoutumance, le traitement doit être mis en route progressivement (par ex. 1 2 comprimé à 10 mg avant le coucher pendant la première semaine, puis 1 comprimé le soir, et si l effet est insuffisant après trois ou quatre semaines, donner encore 0,5 1 comprimé le matin). Urticaire à la pression (retardée) L urticaire à la pression (delayed pressure urticaria) se manifeste entre 4 et 8 heures après l action d une pression prolongée (pression verticale constante), par des tuméfactions souvent douloureuses pouvant persister entre 8 et 48 heures. Cliniquement, une urticaire à la pression peut s accompagner de malaise, de douleurs dans les membres et d une légère ascension de la température. L urticaire à la pression ne se rencontre que rarement sous forme isolée. Représentant <1% de toutes les formes d urticaire, elle est le plus souvent associée à une urticaire chronique, tout comme l urticaire factice, et elle évolue souvent durant des années [1 5]. l histologie, l urticaire à la pression s accompagne d un infiltrat inflammatoire avec éosinophiles, neutrophiles, lymphocytes et monocytes. Il peut s étendre jusqu aux tissus sous-cutanés avec des signes de vasculite. Certaines cytokines pro-inflammatoires telles que TNF-a, IL-3 et IL-6, ainsi que l expression de molécules d adhésion aux parois vasculaires (VCM-1, ELM-1, ICM-1) ont été mises en évidence [12 24]. Il se forme des dépôts de produits éosinophiles ECP (Eosinophil Cationic Protein), MP (Major asic Protein) et d élastase neutrophile dans les tissus. Les sites de prédilection sont ceux soumis à des pressions tels que paume des mains, plante des pieds, siège et dos. Les hommes en sont atteints deux fois plus souvent que les femmes. L âge maximum se situe autour de 30 ans. La durée jusqu à rémission spontanée est de six à neuf ans. Le diagnostic se fait tout d abord par le test à la pression qui doit être lu immédiatement et après six heures (fig. 3 x). Le traitement consiste à répartir le poids sur une plus grande surface pour réduire la pression par cm 2. Il faut donc éviter les arêtes. Les patients ayant des problèmes plantaires peuvent être soulagés par des semelles spéciales. Les antihistaminiques à hautes doses ont fait la preuve de leur efficacité. Les antagonistes des leucotriènes et/ou antirhumatismaux non stéroïdiens sont également recommandés, de même que la dapsone [1, 4, 9]. Les stéroïdes sont utiles, mais ne doivent être administrés que très peu de temps (traitement de choc d une poussée) et aux doses les plus faibles possibles, toujours en association avec un antihistaminique. Des cas isolés de traitement efficace par immunoglobulines intraveineuses à hautes doses (2 g/kg de poids corporel pendant deux à trois jours) [17] ou par méthotrexate (15 mg/semaine) [18] ont été décrits. C D Figure 3 et ) Clinique: œdème persistant après pression (par ex. sac à dos). C et D) Le test de pression se lit après 10 minutes et 6 heures. L apparition de vésicules à la lecture tardive se voit dans l urticaire retardée à la pression.

5 CURRICULUM Forum Med Suisse 2006;6: Urticaire/angio-œdème aux vibrations L urticaire (multiloculaire) ou l angio-œdème aux vibrations (localisé) apparaissent en cas de très violentes vibrations, par exemple chez les ouvriers utilisant un marteau-piqueur (fig. 4 x). L anamnèse est généralement claire. Ce tableau clinique est rare, du fait que très peu de gens sont exposés à de telles vibrations, et que ceux qui y sont prédisposés ne sont que rarement démasqués. Comme le facteur déclenchant est parfaitement connu, le traitement de choix consiste à le supprimer. Figure 4 Formation de vésicules sur le bord externe de la main après violentes vibrations dans l angio-œdème aux vibrations. Urticaire au froid Dans l urticaire au froid, la peau et les muqueuses réagissent dans les minutes suivant l exposition au froid. Son déclenchement fait suite au contact de liquides froids, d objets froids et/ou d air froid. L urticaire au froid résulte d un refroidissement de la peau ou d une baisse de la température centrale, la température absolue ne jouant qu un rôle secondaire [19]. Les patients signalent souvent des problèmes au froid, par exemple à la piscine, sans que l eau ne soit très froide. Ce sont en général des objets froids qui provoquent ces problèmes (urticaire de contact); beaucoup plus rarement, un contact avec de l air froid suffit. Les réactions se produisent la plupart du temps aux endroits exposés tels que nez, oreilles et mains, et peuvent se généraliser secondairement (urticaire au froid de type réflexe). Ce sont surtout les jeunes adultes qui en sont atteints, les femmes plus souvent que les hommes. Une rémission spontanée survient en moyenne après 4,2 ans. Chez env. 95% des patients, il s agit d une forme idiopathique de l urticaire au froid. Chez les autres, des associations avec des infections (syphilis, borréliose, rougeole, varicelle, hépatite, mononucléose, VIH), des néoplasies ou des maladies auto-immunes ont été décrites. Ce sont probablement ici des protéines endogènes anormales qui, altérées par le froid, font office d antigènes. Le diagnostic se fait par le test au froid, avec un cube de glace (fig. 5 x) ou de l eau glacée. L air froid peut provenir d un simple ventilateur. Pour juger de l évolution spontanée et de l efficacité du traitement médical, il est recommandé de mesurer le seuil thermique. Une cryoglobulinémie doit être exclue par dosage des cryoglobulines. Les paramètres inflammatoires devraient être dosés si l anamnèse le suggère. Le traitement recommandé consiste à prescrire des antihistaminiques à doses suffisamment élevées. La littérature ancienne présente des cas de réussite avec l association d une pénicilline et d un antihistaminique, benzylpénicilline-clémizole (Mégacilline ), administrée chaque jour par voie intramusculaire ou intraveineuse pendant deux à trois semaines [20]. Mais la Mégacilline n est plus sur le marché suisse, et ce traitement ne se fait pratiquement plus en raison de la forte allergénicité de cette pénicilline et de son mode d administration compliqué. Chez certains patients, on peut, en milieu hospitalier et sous la protection d antihistaminiques, induire une tolérance au froid en augmentant progressivement la surface et la durée d exposition à des températures toujours plus basses [21]. Toutefois, pendant cette phase d induction de tolérance au froid, et cela malgré toutes les précautions prises, il peut se produire des réactions allergiques généralisées pouvant aller jusqu à l état de choc. Les antagonistes des leucotriènes sont une autre option thérapeutique [1]. Il est important de bien expliquer à ces patients de ne pas se baigner seuls, surtout en eau libre, pour ne pas risquer de provoquer une dégranulation mastocytaire massive par immersion totale, supposée être la cause d une bonne partie des noyades inexpliquées. Figure 5 Le test avec un cube de glace est parfait comme test de provocation de l urticaire au froid.

6 CURRICULUM Forum Med Suisse 2006;6: Urticaire au froid familiale ou syndrome auto-inflammatoire au froid de type familial Dans le très rare syndrome auto-inflammatoire au froid de type familial (family cold autoinflammatory syndrome/fcs), les lésions cutanées, qui ne sont pas toujours de type urticarien, apparaissent environ heure après l exposition au froid et s accompagnent de fièvre, d arthralgies et de leucocytose [22]. D après la nouvelle classification des différentes formes d urticaire [1 4], ce tableau clinique ne figure plus dans les urticaires mais il est cité parmi les fièvres périodiques [22]. Urticaire au chaud L urticaire de contact au chaud est le pendant de l urticaire de contact au froid, tout en étant beaucoup plus rare [23]. Les facteurs déclenchants sont des objets chauds et/ou de l air chaud. La température critique est variable, située entre 38 et 50 degrés Celsius. Une période réfractaire, à ne pas négliger, peut durer jusqu à 24 heures et peut être mise à profit pour le traitement. Le diagnostic se fait par un test de provocation dans un bain chaud ou par une bouillotte, en commençant à 42 degrés (fig. 6 x). La détermination de la température liminale est utile pour le suivi. La période réfractaire peut être utilisée pour augmenter la tolérance à la chaleur mais, comme pour l urticaire au froid, cette accoutumance doit être entretenue pour conserver son effet. Un traitement prophylactique à long terme aux antihistaminiques modernes est efficace la plupart du temps. Urticaire à la lumière L urticaire à la lumière est généralement due à la lumière visible, très rarement aux ultraviolets à longue longueur d onde (UV), et rarement à ceux de courte longueur d onde (UV) (fig. 7 x). Ce sont surtout les jeunes adultes, essentiellement les femmes, qui en sont atteints. Des pho- Figure 6 et ) Le test à la chaleur déclenche la formation d une plaque urticarienne dès que la température liminale est atteinte, avec des variations individuelles allant de 38 à 50 degrés Celsius. Figure 7 ) L urticaire solaire se manifeste par des émptions urticariennes typiquement localisées aux zones les moins exposées au soleil telles que décolleté, bras, tronc. ) La provocation (fonction de la longueur d onde) se fait par une lumière monochrome.

7 CURRICULUM Forum Med Suisse 2006;6: toallergènes dépendants des IgE sont discutés mais leur rôle pathogénétique est encore peu clair. Pour le diagnostic, il s agit de déterminer le seuil lumineux. Le dermatologue a pour ce faire des UV et UV à disposition. Il faut également souvent utiliser une source de lumière telle un projecteur de diapositives, mais des cas de déclenchement à la lumière du jour sont décrits. Les surfaces exposées à la lumière telles que le visage et le dos des mains ne sont souvent pas touchées. Cette observation est à l origine de l essai d accoutumance à la lumière, qui peut être effectué avec succès chez quelques patients. Les antihistaminiques sont une bonne alternative thérapeutique. La lumière déclenchante peut être évitée par un comportement adéquat, des vêtements à manches longues et/ou des crèmes solaires [24]. Urticaire cholinergique L urticaire cholinergique, également dénommée urticaire à l effort ou à la transpiration, présente un tableau clinique typique dans 90% des cas, avec des vésicules de la taille d une tête d épingle, prurigineuses, exanthémateuses, non confluentes, ressemblant à la chair de poule, qui livrent déjà le diagnostic (fig. 8 x). La chaleur active et passive, faisant augmenter la température corporelle, les émotions, plus rarement aussi certains aliments et l alcool, en sont les facteurs déclenchants. La prévalence de l urticaire cholinergique, généralement discrète, est d env. 11% dans la classe d âge de 16 à 35 ans. Mais 10% d entre eux, soit env. 1% de la population jeune, en sont fortement gênés. Une épreuve à l effort au moyen d un ergomètre ou tout simplement dans l escalier, ainsi que l exposition passive à la chaleur dans un bain, suffisent à provoquer les lésions cutanées diagnostiques. Les antihistaminiques de la dernière génération (par ex. cétirizine) et surtout l hydroxyzine représentent les traitements de choix, la dose de cette dernière devant être progressivement augmentée si nécessaire [25]. Erythème cholinergique persistant Ce tableau clinique rare, décrit en 1983 dans la littérature anglaise [26] et en 1986 dans la littérature allemande [27], est une variante particulière de l urticaire cholinergique. Il se caractérise cliniquement par des macules parfois légèrement surélevées de 1 4 mm de diamètre, rouges, pas très nombreuses et entourées d un halo clair (fig. 9 x). Les efflorescences apparaissent typiquement lorsque le patient est psychiquement tendu et elles persistent pendant minutes. Un effort ou un bain chaud peuvent faire apparaître de nouvelles efflorescences, mais celles-ci ne sont jamais du type urticaire cholinergique qui sont caractérisées par une petite vésicule centrale et un érythème. Urticaire adrénergique Cette forme d urticaire très rare a été décrite pour la première fois en 1985 [28]. Elle se manifeste lors d un stress émotionnel et s accompagne de taux sériques augmentés d adrénaline, de noradrénaline et de prolactine. Le tableau clinique est très semblable à celui de l urticaire cholinergique. Les lésions cutanées peuvent être provoquées par l injection intradermique d adrénaline et de noradrénaline, et traitées par l administration d un bêtabloquant [29]. Urticaire à l eau (aquagène) L urticaire à l eau (ou aquagène) est provoquée par le contact de la peau avec l eau. Elle est rare et doit être distinguée de l urticaire cholinergique, de l urticaire de contact au froid (provoquée par l eau froide) et du prurit aquagène. L anam- Figure 8 ) L apparition rapide de petites vésicules exanthémateuses après ascension de la température corporelle est caractéristique de l urticaire cholinergique. ) Les efflorescences typiques de l urticaire cholinergique sont de la taille d une tête d épingle, non confluentes et décrites comme fortement prurigineuses.

8 CURRICULUM Forum Med Suisse 2006;6: Figure 10 Urticaire à l eau (aquagène): avant () et après () le bain. Figure 9 Erythème cholinergique persistant: nombreuses macules de 1 4 mm de diamètre, rouges, en partie légèrement surélevées et entourées d un halo clair. ) Visage. ) Tronc. nèse est franchement caractéristique [30, 31]. Les symptômes apparaissent toujours après un contact avec de l eau (douche, bain, vaisselle, natation). Ce sont généralement de jeunes adultes qui en sont atteints. La morphologie des éruptions correspond aux petites papules blanchâtres et prurigineuses caractéristiques de l urticaire cholinergique. Elle se distingue donc des autres formes d urticaire avec vésicules. L urticaire à l eau se déclenche aussi après contact du haut du corps avec de l eau. Une autre caractéristique est que l éruption est suivie d une période réfractaire de plusieurs heures. Le diagnostic peut être confirmé par application sur le dos de compresses trempées dans de l eau et d autres trempées dans de l alcool comme contrôle négatif (fig. 10 x). Le traitement consiste à administrer des antihistaminiques à titre prophylactique. Le prurit aquagène est une dermatose qu il s agit de distinguer de l urticaire à l eau [32, 33]. Caractéristiquement, dans les 3 à 8 minutes suivant le contact avec l eau, contact bref ou prolongé, il apparaît un prurit parfois brûlant et fort gênant, persistant 10 à 45 minutes, mais jamais accompagné de vésicules. Ce prurit commence en général au niveau des jambes et peut ensuite s étendre symétriquement. Il est probable qu un agent hydrosoluble des couches les plus superficielles de l épiderme puisse pénétrer en profondeur et déclencher la libération locale d acétylcholine. Le prurit aquagène idiopathique (P) doit être distingué du prurit aquagène des personnes âgées (aquagenic pruritus of the elderly,

9 CURRICULUM Forum Med Suisse 2006;6: PE) et du prurit à l eau dans la polycythémie essentielle (polycythaemia rubra vera, PRV) [33]. Un traitement efficace de l P est l adjonction de bicarbonate de soude (NHCO 3) à l eau du bain, la liporestitution de la peau sèche dans l PE et l administration de petites doses d acide acétylsalicylique dans la PRV. Les antihistaminiques n ont aucun effet dans toutes ces formes. Conclusion pour la pratique La proportion des rémissions spontanées de l urticaire physique est nettement plus faible (16,4% à un an) que celle de l urticaire idiopathique (47,4%) [34]. Dans toutes les formes d urticaire, les examens paracliniques ne sont utiles que si l anamnèse et la clinique les motivent. Un travail récemment publié [35] montre clairement que dans l urticaire, une multiplication des investigations n améliore en rien le diagnostic. Si l anamnèse du patient révèle une relation évidente de ses problèmes avec un agent physique, et si le test de provocation à cet agent physique est positif, l étiologie est déjà trouvée et les examens se terminent là. Mais souvent les formes d urticaire physique décrites sont associées à une urticaire idiopathique chronique, c.-à-d. que le patient a d autres lésions cutanées qui, elles, ne sont pas provoquées par des agents physiques. Dans une telle situation, en plus des tests de provocation physique, il est recommandé de pratiquer les examens de routine pour une urticaire idiopathique chronique [1]. Contrairement à ce qui était préconisé auparavant, ils ne sont pas si nombreux. Le dosage de la CRP et une formule sanguine blanche suffisent déjà. Une recherche d infections potentiellement favorisantes n est recommandée qu en cas de suspicion anamnestique et/ou de laboratoire bien fondée. Mais comme l urticaire idiopathique chronique est parfois associée à des pathologies thyroïdiennes ou à des collagénoses, il peut être recommandé de doser la TSH basale et les anticorps antinucléaires [36]. Le traitement de l urticaire physique commence par la suppression de ses facteurs déclenchants avant de passer aux médicaments. Ce sont en tout premier lieu les antihistaminiques qui sont utilisés, à doses suffisamment élevées, c.-à-d. que la posologie indiquée sur la notice d emballage peut et doit souvent être dépassée. Une alternative est l accoutumance physique, par ex. au chaud, au froid ou à la lumière, mais son efficacité est de brève durée et elle doit constamment être entretenue pour que l effet se maintienne. Les autres traitements comprennent les corticostéroïdes systémiques et autres immunosuppresseurs, jusqu à la ciclosporine et au méthotrexate, mais il est bien évident que ces dernières substances n interviendront qu en dernier recours et qu elles ne sont que très rarement utilisées [1]. Remerciement Les auteurs tiennent à remercier cordialement le Dr Etzel Gysling, spécialiste FMH en médecine interne, qui a bien voulu relire très attentivement le manuscrit et leur faire part de ses suggestions. Références 1 Wüthrich. Urtikaria: Klassifikation, Pathophysiologie und Therapie. Schweiz Med Forum 2005;5: Zuberbier T, Greaves MW, Juhlin L, et al. Definition, classification, and routine diagnosis of urticaria: a consensus report. J Invest Dermatol Symp Proc 2001;6: Hartmann K. Urtikaria. Klassifikation und Diagnose. Hautarzt 2004;55: Wedi, Raap U, Wieczorek D, Kapp. Neues zur Urtikaria. llergologie 2004;27: Champion RH, Roberts SO, Carpenter RG, Roger JH. Urticaria and angio-oedema. r J Dermatol 1969;81: Wüthrich, Häcki-Hermann D. Zur Ätiologie der Urtikaria. Eine retrospektive Studie anhand von 316 konsekutiven Fällen. T Hautkr 1980;55; Champion RH. Urticaria then and now. r J Dermatol 1988; 119: Nettis E, Pannofino, D prile C et al. Clinical and aetiological aspects in urticarias and angio-oedema. r J Dermatol 2003;148: Fleischer M, Grabbe J. Physikalische Urtikaria. Hautarzt 2004;55: Grabbe J. Pathomechanism in physical Urticaria. J Invest Dermatology Symposium Proceedings 2001;6: Czarnetzki M. Urticaria. In: Norris D (ed) Immune mechanisms in cutaneous disease. Dekker, New York, pp arlow RJ, Ross EL, MacDonald D, et al. dhesion molecule expression and the inflammatory cell infiltrate in delayed pressure urticaria. r J Dermatol 1994;131: Haas N, Schadendorf D, Henz M. Differential endothelial adhesion molecule expression in early and late whealing reactions. Int rch llergy Immunol 1998;115: Hermes, Prochazka K, Haas N, et al. Upregulation of TNF-alpha and IL-3 expression in lesional and uninvolved skin in different types of urticaria. J llergy Clin Immunol 1999;03: Leenutaphong V, Hölzle E, Plewig G. Pathogenesis and classification of solar urticaria: a new concept. J m cad Dermatol 1989;21: Roelandts R, Ryckaert S. Solar urticaria: the annoying photodermatosis. Int J Dermatol 1999;38: Dawn G, Urcelay M, h-weng, et al. Effect of high-dose intravenous immunglobulin in delayed pressure urticaria. r J Dermatol 2003;149: Gach JE, Sabroe R, Greaves MW, Kobza-lack. Methotrexate-responsive chronic idiopathic urticaria: a report of two cases. r J Dermatol 2001;145: Claudy. Cold urticaria. J Invest Dermatology. Symposium Proceedings. 2001;6: Langer P. Hornstein OP. Ist die Penicillintherapie bei Kälteurtikaria noch indiziert? Hautarzt 1993;19: Henquet CJM, Martens PM, Van Vloten W. Cold urticaria: a clinico-therapeutic study in 30 patients; with special emphasis on cold desensitization. Eur J Dermatol 1992;2: Johnstone RW, Dolen WK, Hoffman HM. large kindred with familial cold inflammatory syndrome. nn llergy sthma Immunol 2003;90: Wüthrich. Klinische und immunologische Untersuchungen bei Wärme-Kontakt-Urtikaria. Dermatologica 1979; 159:371 6.

10 CURRICULUM Forum Med Suisse 2006;6: Correspondance: Prof. runello Wüthrich Spital Zollikerberg Trichtenhauserstrasse 20 CH-8125 Zollikerberg spitalzollikerberg.ch 24 Dummer R, Maier T, loch PH, urg G. Photoprotektion. Lichtschutzmassnahmen zum Schutz vor akuten und chronischen UV-induzierten Hautschäden. Schweiz Med Forum 2001;4: Zuberbier T, berer W, urtin, Rihoux JP, Czarnetzki M. Efficacy of cetirizine in cholinergic urticaruia. cta Derm Venereol (Stockh) 1995;75: Murphy GM, Kobza lack, Greaves MW. Persisting cholinergic erythema: a variant of cholinergic urticaria. r J Dermatol 1983;109: Kleinhans D, rändle I. Sog. persistierendes cholinergisches Erythem. kt Dermatol 1986;12: Shelley W, Shelley ED. drenergic urticaria: a new form of stress-induced hives. Lancet 1985/II: Haustein UF. drenergic urticaria and adrenergic pruritus. cta Derm Venereol 1990;70: Shelley W, Rawnskley H. quagenic urticaria: Contact sensitivity to water. J m Med ss (JM) 1964;189: Van Hecke E. Wasserurtikaria. Hautarzt 1981;32: Haustein UF. quagener Pruritus. Dermatol Monatsschr 1984;170: ircher J. Water-induced itching. Dermatologica 1990; 181: Kozel MM, Mekkes JR, ossuyt PMM, os JD. Natural course of physical and chronic urticaria and angio-oedema in 220 patients. J m cad Dermatol 2001;45: Kozel MM, ossuyt PMM, Mekkes JR, os JD. Laboratory tests and identified diagnoses in patients with physical and chronic urticaria and angio-oedema: systematic review. J m cad Dermatol 2003;48: Kaplan P. Chronic urticaria and angio-oedema. N Engl J Med 2002;346:175 9.

page: 70 alphabétique Chapitre 4: Urticaires image causes lésions élémentaires recherche contenu imprimer dernière page vue précédente suivante

page: 70 alphabétique Chapitre 4: Urticaires image causes lésions élémentaires recherche contenu imprimer dernière page vue précédente suivante Chapitre 4: Urticaires page: 70 Urticaires Urticaires de contact page: 71 4.1 Urticaires de contact Urticaire de contact au latex Papules urticariennes survenant dans les minutes qui suivent le port de

Plus en détail

Quel est votre diagnostic?

Quel est votre diagnostic? Quel est votre diagnostic? Simon Nigen, MD, FRP, Université de Montréal as n 1 e patient se plaint d un prurit occasionnel empiré lorsqu il se gratte. e patient souffre de dermographisme. ette condition

Plus en détail

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis! Ce produit pédagogique numérisé est la propriété exclusive de l'uvt. Il est strictement

Plus en détail

Expression cutanée des reactions médicamenteuses

Expression cutanée des reactions médicamenteuses Expression cutanée des reactions médicamenteuses Dr. med. Thomas Harr, MA Unité d allergologie Service d immunologie et d allergologie Département de médecine interne Hôpitaux Universitaires de Gèneve

Plus en détail

L ŒDÈME de QUINCKE. revisité

L ŒDÈME de QUINCKE. revisité L ŒDÈME de QUINCKE revisité FMC du Chalonnais - 10/01/2013 P. SCHERER 2 questions préalables L œdème de Quincke a-t-il toujours une localisation laryngée? L œdème de Quincke est il toujours allergique?

Plus en détail

URTICAIRE DE L ENFANT QUAND ET QUEL BILAN?

URTICAIRE DE L ENFANT QUAND ET QUEL BILAN? URTICAIRE DE L ENFANT QUAND ET QUEL BILAN? Une des affections dermatologiques les plus fréquentes, avec retentissement psychologique. Demande pour trouver la cause souvent pressante. Rentabilité des bilans

Plus en détail

geriatries.org adomed.fr diabeteetobesite.org onko.fr rhumatos.fr neurologies.fr ophtalmologies.org cardinale.fr PEAU

geriatries.org adomed.fr diabeteetobesite.org onko.fr rhumatos.fr neurologies.fr ophtalmologies.org cardinale.fr PEAU URTICAIRES CHRONIQUES CHEZ L ADOLESCENT Bien les diagnostiquer pour mieux les traiter L urticaire chronique (UC) se présente sous la forme, soit d une urticaire superficielle, soit d une urticaire profonde,

Plus en détail

ACTUALITES SUR LES URTICAIRES Fréderic Augey, Audrey Nosbaum, Frédéric Bérard, Jean-François Nicolas. Université Lyon1, Inserm U 851, CH Lyon-Sud

ACTUALITES SUR LES URTICAIRES Fréderic Augey, Audrey Nosbaum, Frédéric Bérard, Jean-François Nicolas. Université Lyon1, Inserm U 851, CH Lyon-Sud ACTUALITES SUR LES URTICAIRES Fréderic Augey, Audrey Nosbaum, Frédéric Bérard, Jean-François Nicolas Université Lyon1, Inserm U 851, CH Lyon-Sud URTICAIRE CHRONIQUE Actualités et controverses www.allergolyon.org

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

URTICAIRE CHRONIQUE: clinique, diagnostic, traitement. Nathalie Gunera-Saad

URTICAIRE CHRONIQUE: clinique, diagnostic, traitement. Nathalie Gunera-Saad URTICAIRE CHRONIQUE: clinique, diagnostic, traitement Nathalie Gunera-Saad Définition et Clinique ÿ Latin: urtica (= ortie), dermatose inflammatoire fréquente de la peau et/ou des muqueuses ÿ Superficielle:

Plus en détail

Cas cliniques. Monsieur L., 25 ans. Urticaire : aspect histologique. Comment confirmer le diagnostic?

Cas cliniques. Monsieur L., 25 ans. Urticaire : aspect histologique. Comment confirmer le diagnostic? Monsieur L., 25 ans Cas cliniques Camille Francès Service de Dermatologie Allergologie Hôpital Tenon camille.frances@tnn.aphp.fr Cuisinier, célibataire, sans enfant; Pas d antécédent personnel ou familial;

Plus en détail

L urticaire : une énigme? Qu est-ce que l urticaire? Quels sont les types d urticaire? L urticaire aiguë

L urticaire : une énigme? Qu est-ce que l urticaire? Quels sont les types d urticaire? L urticaire aiguë : une énigme? Par André Ménard, MD, FRCPC Sera présenté dans le cadre de La dermatologie aux diverses étapes de la vie de l Université de Montréal L énigme de l urticaire, le 6 décembre 2003. L urticaire

Plus en détail

Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané

Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané Énoncés Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané N 109 Dermatoses faciales : acné, rosacée, dermatite séborrhéique Diagnostiquer l acné, la rosacée, la dermatite séborrhéique.

Plus en détail

l Urticaire Chronique

l Urticaire Chronique l Urticaire Chronique RECHERCHE EN DERMATOLOGIE Sommaire Introduction...4 Qu est-ce que l urticaire?...5 Quels mécanismes biologiques entrent en jeu dans le développement de la crise d urticaire?...6 Quelle

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

L urticaire. Lisez attentivement cette fiche si vous souffrez d urticaire

L urticaire. Lisez attentivement cette fiche si vous souffrez d urticaire L urticaire Lisez attentivement cette fiche si vous souffrez d urticaire Qu est-ce que L urticaire est une maladie très répandue, puisque 15 à 20% de la population présentera une poussée d urticaire au

Plus en détail

Orientations diagnostiques devant un érythème (314) Professeur Jean-Claude BEANI Avril 2004 (Mise à jour juin 2005)

Orientations diagnostiques devant un érythème (314) Professeur Jean-Claude BEANI Avril 2004 (Mise à jour juin 2005) Orientations diagnostiques devant un érythème (314) Professeur Jean-Claude BEANI Avril 2004 (Mise à jour juin 2005) Pré-Requis : Lésions élémentaires en dermatologie. Résumé : L'érythème est une rougeur

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Dermatoses professionnelles. Bita DEZFOULIAN, MD, PhD Service de Dermatologie CHU Sart Tilman 27 janvier 2011

Dermatoses professionnelles. Bita DEZFOULIAN, MD, PhD Service de Dermatologie CHU Sart Tilman 27 janvier 2011 Dermatoses professionnelles Bita DEZFOULIAN, MD, PhD Service de Dermatologie CHU Sart Tilman 27 janvier 2011 Introduction Incidence des dermatoses professionnelles: entre 0,5 et 0,7 cas pour 1000 travailleurs

Plus en détail

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA.

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA DCI Code ATC (2012) Motif de l examen Liste

Plus en détail

en wat je kan doen. Fièvre & douleur Wat je moet weten Votre enfant reçoit-il un traitement approprié? Kinderziekten

en wat je kan doen. Fièvre & douleur Wat je moet weten Votre enfant reçoit-il un traitement approprié? Kinderziekten Wat je moet weten en wat je kan doen. Fièvre & douleur Kinderziekten Votre enfant reçoit-il un traitement approprié? Fièvre & douleur Contenu Les médicaments les plus utilisés contre la fièvre et la douleur

Plus en détail

L eczéma atopique (ou dermatite atopique) du nourrisson

L eczéma atopique (ou dermatite atopique) du nourrisson L eczéma atopique (ou dermatite atopique) du nourrisson En partenariat avec la fondation pour la dermatite atopique L eczéma atopique, appelé aussi dermatite atopique, est une maladie fréquente puisqu

Plus en détail

ALLERGIE MEDICAMENTEUSE INVESTIGATEUR : Nom :... Centre :... Date :...

ALLERGIE MEDICAMENTEUSE INVESTIGATEUR : Nom :... Centre :... Date :... ALLERGIE MEDICAMENTEUSE INVESTIGATEUR : Nom :... Centre :... Date :... PATIENT : Nom :... Date de naissance :... Age :...ans Poids :...kg Profession :... Origine ethnique:... Sexe : M F Taille :...cm PLAINTES

Plus en détail

Syndrome de Stevens-Johnson. Pr A Galetto

Syndrome de Stevens-Johnson. Pr A Galetto Syndrome de Stevens-Johnson Pr A Galetto 1 CAS Une garçon de 7 ans a de la fièvre et des douleurs en avalant depuis 5 jours. Il y a deux jours, une éruption a débuté sur son thorax avec des macules qui

Plus en détail

LES ALLERGIES. 26 /03/09 Dr Porri Pneumo

LES ALLERGIES. 26 /03/09 Dr Porri Pneumo A. LES ALLERGIES 26 /03/09 Dr Porri Pneumo I. Définitions II. Physiopathologie A. La phase de sensibilisation B. La phase d allergie III. Pneumoallergènes A. Les acariens B. Les phanères d animaux C. Les

Plus en détail

Psoriasis & Sport. Pour un meilleur accès des personnes psoriasiques aux activités sportives. Qui le psoriasis touche-t-il?

Psoriasis & Sport. Pour un meilleur accès des personnes psoriasiques aux activités sportives. Qui le psoriasis touche-t-il? Psoriasis, let s sport together! Psoriasis & Sport Pour un meilleur accès des personnes psoriasiques aux activités sportives Qui le psoriasis touche-t-il? On estime que 2 à 3 % de la population belge est

Plus en détail

La thermothérapie Cours n o 336

La thermothérapie Cours n o 336 La thermothérapie Cours n o 336 Dans le cours précédent, nous avons notamment parlé d hydrothérapie chaude. Il s agit en fait d une forme de thermothérapie. Celle-ci n est rien d autre que le recours à

Plus en détail

Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller?

Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller? Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller? Dominique Hamel Groupe hospitalier Necker Enfants-Malades dominique.hamel-teillac@nck.aphp.fr Urticaire? Rash maculopapuleux ou

Plus en détail

Le psoriasis du cuir chevelu est une maladie chronique souvent être amélioré ou soulagé

Le psoriasis du cuir chevelu est une maladie chronique souvent être amélioré ou soulagé Le psoriasis du cuir chevelu est une maladie chronique. Tout se passe comme si la peau se renouvelait trop vite. Il évolue par alternance de poussées et de rémissions. S il est rare que la maladie disparaisse

Plus en détail

PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES

PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES Transverse : Dermatologie PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES I/- Introduction : La peau est un lieu de maladies spécifiques et le mode de révélation de nombreuses maladies internes. Au contact direct des patients

Plus en détail

THERAPIE PAR ONDES DE CHOC

THERAPIE PAR ONDES DE CHOC THERAPIE PAR ONDES DE CHOC sales@btlnet.com www.btlnet.com Tous les droits sont réservés. Toutes les précautions pour offrir des informations précises et pour suivre les mises à jour ont été prises, nous

Plus en détail

CANCER DE LA PEAU NON MÉLANOME

CANCER DE LA PEAU NON MÉLANOME CANCER DE LA PEAU NON MÉLANOME Carcinome spinocellulaire Carcinome basocellulaire Kératose actinique Cette brochure a été réalisée avec l'aimable contribution des Docteurs Jean-Michel AMICI et Rafat MESSIKH,

Plus en détail

Angiœdème héréditaire (AOH)

Angiœdème héréditaire (AOH) Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports Direction Générale de la Santé Informations et conseils Angiœdème héréditaire (AOH) Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec

Plus en détail

Anaphylaxie & angiœdèmes

Anaphylaxie & angiœdèmes Anaphylaxie & angiœdèmes DESC médecine d urgence Février 2016 Dr MEYNIEU P-E Pôle des Urgences Hôpital Pellegrin, Bordeaux 1/ Identifier le type d angiœdème 2/ Evaluer la gravité de la crise 3/ Mettre

Plus en détail

Rachel Frély. Les dermatoses. Dermatoses allergiques, virales, inflammatoires, mycosiques, bactériennes, parasitaires. Les traitements naturels

Rachel Frély. Les dermatoses. Dermatoses allergiques, virales, inflammatoires, mycosiques, bactériennes, parasitaires. Les traitements naturels Rachel Frély Les dermatoses Dermatoses allergiques, virales, inflammatoires, mycosiques, bactériennes, parasitaires Les traitements naturels Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol Les dermatoses

Plus en détail

La goutte la maladie des rois

La goutte la maladie des rois La goutte la maladie des rois Tous droits protégés Pharmanetis Sàrl Tout savoir sur la goutte Comment bien gérer sa maladie? Par Van Nguyen et Xavier Gruffat (pharmaciens) Photo: Matthew Cole - Fotolia.com

Plus en détail

Varicelle. Cause : Épidémiologie :

Varicelle. Cause : Épidémiologie : Varicelle La varicelle classique sous sa forme de maladie infantile éruptive fréquente, en milieu tempéré, touche plus tardivement l'adulte en milieu tropical où elle est tout aussi caractérisée par sa

Plus en détail

B. GIRODET* ASPECTS MEDICAUX DE L EXPOSITION AU POLLEN D AMBROISIE

B. GIRODET* ASPECTS MEDICAUX DE L EXPOSITION AU POLLEN D AMBROISIE B. GIRODET* ASPECTS MEDICAUX DE L EXPOSITION AU POLLEN D AMBROISIE *Centre Hospitalier Saint Joseph et Saint Luc 20 quai Claude Bernard 69007 LYON Cabinet Médical 1 rue Laborde 69500 BRON girodet.bru@voila.fr

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 septembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 septembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 septembre 2005 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans par arrêté du 9 janvier 2000 (JO du 21 janvier 2000) PRIMALAN 10 mg, comprimé sécable

Plus en détail

Les problèmes de santé liés aux punaises de lit et la situation à Montréal Sommet sur les punaises de lit 1 juin 2011

Les problèmes de santé liés aux punaises de lit et la situation à Montréal Sommet sur les punaises de lit 1 juin 2011 Les problèmes de santé liés aux punaises de lit et la situation à Montréal Sommet sur les punaises de lit 1 juin 2011 Stéphane Perron M.D., M.Sc., FRCPC Les infestations à Montréal Montréal : De 2006 à

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

Urticaire : quel bilan au cabinet?

Urticaire : quel bilan au cabinet? Cours de formation postgraduée et continue de la SSMI 1 / 5 La ChauxdeFonds, 56.11.2008 Urticaire : quel bilan au cabinet? «Docteur, j ai une allergie» Dr Cédric DERUAZ, FMH médecine interne, FMH allergologie

Plus en détail

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Questions fréquentes R. Kammerlander Forum Hygiène Lausanne 13 avril 2005 Risque de transmission du VHB de patient à soignant USA Diminution de > 95%

Plus en détail

Vitiligo et psoriasis

Vitiligo et psoriasis Vitiligo et psoriasis Le vitiligo et le psoriasis sont deux maladies relativement fréquentes et partageant de nombreux points communs. Elles ont toutes deux longtemps été considérées à tord comme des pathologies

Plus en détail

Trop chaud! Les maladies liées à la chaleur

Trop chaud! Les maladies liées à la chaleur Trop chaud! Les maladies liées à la chaleur Les sports et les loisirs apportent de nombreux avantages aux enfants et peuvent être une manière amusante et agréable de faire de l activité physique. Cependant,

Plus en détail

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile Pædiatric Rheumatology InterNational Trials Organisation Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile De quoi s agit-il? Le syndrome de Blau est une maladie génétique. Les patients souffrent d une combinaison entre

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 13 décembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 13 décembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 décembre 2006 XYZALL 0,5 mg/ml, solution buvable Flacon de 200 ml avec seringue pour administration orale (CIP : 376 538-7) UCB PHARMA SA lévocétérizine Liste II Date

Plus en détail

LES ANTI DOULEURS. Comment faire la différence entre une douleur neuropathique et une douleur par excès de nociception :

LES ANTI DOULEURS. Comment faire la différence entre une douleur neuropathique et une douleur par excès de nociception : LES ANTI DOULEURS Attention : Pour l examen le prof veut que l on se base sur les recommandations de l AFFSAPS en ce qui concerne les prescriptions et le reste ; pour être sûr qu il n y ait pas de différence

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 mars 2007 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

Le lymphoedème La Petite École Vasculaire de la SSVQ 2014

Le lymphoedème La Petite École Vasculaire de la SSVQ 2014 Le lymphoedème La Petite École Vasculaire de la SSVQ 2014! Identifier les causes de lymphoedème!! Savoir investiguer un lymphoedème!! Comment traiter un lymphoedème Le lymphœdème - définition Un œdème

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT TOUX POST-INFECTUEUSE

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT TOUX POST-INFECTUEUSE Introduction La toux faisant suite à des infections respiratoires virales est la cause la plus commune de toux aiguë. Il est admis que l adulte souffre de 2 à 5 infections des voies aériennes supérieures

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 3 avril 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 3 avril 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE République française AVIS DE LA COMMISSION 3 avril 2002 ANDROGEL 25mg, gel ANDROGEL 50mg, gel Boîte de 30 sachets Boîte de 100 sachets Laboratoires BESINS- International testostérone

Plus en détail

Gale Retour d expérience. UHLIN hôpital Saint Antoine novembre 2013

Gale Retour d expérience. UHLIN hôpital Saint Antoine novembre 2013 Gale Retour d expérience UHLIN hôpital Saint Antoine novembre 2013 Un service Service de médecine spécialisée rhumatologie 27 lits, 7 chambres doubles Personnel médical, paramédical, kinésithérapeute,

Plus en détail

URTICAIRE CHRONIQUE DU VIEUX ET DU NEUF

URTICAIRE CHRONIQUE DU VIEUX ET DU NEUF 1 URTICAIRE CHRONIQUE DU VIEUX ET DU NEUF PLAN DE LA PRÉSENTATION Concept du mastocyte fragile Place du bilan allergologique et enquête étiologique Divergences thérapeutiques 2 PHYSIOPATHOLOGIE L urticaire

Plus en détail

Pathologies cutanées liées au froid. Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry

Pathologies cutanées liées au froid. Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry Pathologies cutanées liées au froid Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry Chamonix 5 septembre 2009 Multiples pathologies de gravité et d étiologie variables Pathologies

Plus en détail

Rosacée. A fleur de peau. Questions et réponses à propos de la rosacée

Rosacée. A fleur de peau. Questions et réponses à propos de la rosacée Rosacée A fleur de peau Questions et réponses à propos de la rosacée QU EST-CE QUE LA ROSACÉE? La rosacée (communément appelée «couperose») désigne une inflammation chronique de la peau du visage, qui

Plus en détail

BRÛLURES. Circonstances. Risques

BRÛLURES. Circonstances. Risques Les patients ne viennent consulter le généraliste que pour des brûlures limitées en étendue et douloureuses. Dans la majorité des cas, des conseils simples donnés par le généraliste sont utiles et efficaces.

Plus en détail

L urticaire Causes et facteurs déclencheurs

L urticaire Causes et facteurs déclencheurs L urticaire Causes et facteurs déclencheurs En collaboration avec la Commission de spécialité de la Société Suisse d Allergologie et d Immunologie (SSAI) L urticaire Causes et facteurs déclencheurs 1 Auteurs

Plus en détail

Document diffusé sous licence Creative Commons : Attribution - Pas d utilisation commerciale - Pas de modification 3.0 - France.

Document diffusé sous licence Creative Commons : Attribution - Pas d utilisation commerciale - Pas de modification 3.0 - France. Brochure éditée par l Espace Mendès France, Poitiers, avec la collaboration du professeur Gérard Guillet, service dermatologie et dermato-allergologie du CHU de Poitiers et des docteurs Philippe Célerier

Plus en détail

Urticaire chronique quand l urticaire n est pas allergique!

Urticaire chronique quand l urticaire n est pas allergique! Le D r Martin Blaquière, interniste spécialisé en immunologie clinique et en allergologie, est chargé d enseignement clinique et exerce au Centre hospitalier de l Université de Montréal, Hôpital Saint-Luc.

Plus en détail

Et si ce n'était pas un choc anaphylactique!

Et si ce n'était pas un choc anaphylactique! Et si ce n'était pas un choc anaphylactique! Pr David LAUNAY launayd@gmail.com @DLaunay Service de Médecine Interne. Unité d'immunologie Clinique CNRMR Maladies Autoimmunes et Systémiques Rares Hôpital

Plus en détail

Peau et soleil. Prévention et comportement. Syndicat National des Dermato-Vénéréologues avec le soutien des Laboratoires Vichy

Peau et soleil. Prévention et comportement. Syndicat National des Dermato-Vénéréologues avec le soutien des Laboratoires Vichy Peau et soleil Prévention et comportement La peau : un organe vital La Peau en chiffres Organe le plus lourd du corps humain : 4,5 kilos Surface : 2 m 2 Nombre de poils sur le corps : 200 000 à 1 million

Plus en détail

Ac monoclonaux en Pneumo-Allergologie Palivizumab, Omalizumab. J.L. Rittié Hôpital des Enfants, Toulouse

Ac monoclonaux en Pneumo-Allergologie Palivizumab, Omalizumab. J.L. Rittié Hôpital des Enfants, Toulouse Ac monoclonaux en Pneumo-Allergologie Palivizumab, Omalizumab J.L. Rittié Hôpital des Enfants, Toulouse Particularités communes! Ac monoclonaux «humanisés»! AMM 1999 pour le palivizumab, 2006 pour omalizumab!

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 18 décembre 2002 XYZALL 5 mg, comprimé pelliculé Boîtes de 14 et de 28 Laboratoires UCB PHARMA DCI lévocétirizine Date de l'amm

Plus en détail

«Angioedemes médicamenteux m quel risque, quelles explorations» Inserm U851 - CHU Lyon Sud frederic.berard@chu-lyon.fr

«Angioedemes médicamenteux m quel risque, quelles explorations» Inserm U851 - CHU Lyon Sud frederic.berard@chu-lyon.fr «Angioedemes médicamenteux m : quel risque, quelles explorations» Frédéric ric BérardB Service d Allergologie d et Immunologie Clinique Inserm U851 - CHU Lyon Sud frederic.berard@chu-lyon.fr Dans la plupart

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOLAIRE ÉVALUEZ VOTRE SENSIBILITÉ ET VOTRE RISQUE AU SOLEIL! INSTITUT FRANÇAIS SOLEIL & SANTÉ. www.ifss.fr

DIAGNOSTIC SOLAIRE ÉVALUEZ VOTRE SENSIBILITÉ ET VOTRE RISQUE AU SOLEIL! INSTITUT FRANÇAIS SOLEIL & SANTÉ. www.ifss.fr DIAGNOSTIC SOLAIRE ÉVALUEZ VOTRE SENSIBILITÉ ET VOTRE RISQUE AU SOLEIL! Association de médecins, de scientifiques et de spécialistes des UV, l Institut Français Soleil & Santé (IFSS) a pour vocation de

Plus en détail

ANGIOEDEMES NON-HISTAMINIQUES Aspects cliniques et biologiques

ANGIOEDEMES NON-HISTAMINIQUES Aspects cliniques et biologiques ANGIOEDEMES NON-HISTAMINIQUES Aspects cliniques et biologiques David LAUNAY Service de Médecine Interne Centre National de Référence de la Sclérodermie Hôpital Claude-Huriez CHRU Lille Sylvain DUBUCQUOI

Plus en détail

DEFICITS IMMUNITAIRES. Pr O Lambotte Service de Médecine Interne Immunologie Clinique CHU Bicêtre INSERM U1012

DEFICITS IMMUNITAIRES. Pr O Lambotte Service de Médecine Interne Immunologie Clinique CHU Bicêtre INSERM U1012 DEFICITS IMMUNITAIRES Pr O Lambotte Service de Médecine Interne Immunologie Clinique CHU Bicêtre INSERM U1012 Déficits immunitaires Avant tout : déficits immunitaires secondaires Infections: VIH mais aussi

Plus en détail

Que sait-on déjà? Que reste-t-il encore de secret? Quelles perspectives offrent les nouveaux traitements?

Que sait-on déjà? Que reste-t-il encore de secret? Quelles perspectives offrent les nouveaux traitements? LA RECHERCHE SUR LE PSORIASIS INAUGURE UNE NOUVELLE ÈRE (*) (*) raduction d un article du docteur Wim Pollet paru dans le trimestriel Psoriant de l association belge de patients psoriasiques Psoriasis

Plus en détail

La varicelle et le zona sont dus au même virus. La varicelle est le plus souvent bénigne et touche les enfants. Le zona peut se compliquer de

La varicelle et le zona sont dus au même virus. La varicelle est le plus souvent bénigne et touche les enfants. Le zona peut se compliquer de La varicelle et le zona sont dus au même virus. La varicelle est le plus souvent bénigne et touche les enfants. Le zona peut se compliquer de douleurs rebelles et sa fréquence augmente avec l âge après

Plus en détail

HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen.

HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen. HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen.fr PHYSIOPATHOLOGIE DEFINITIONS Réaction immédiate : < 1

Plus en détail

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile PLAN A - Facteurs de risque infectieux B - Définition d une neutropénie C - Définition d une neutropénie fébrile La fièvre Critères prédictifs de survenue d un épisode fébrile Etiologie de la fièvre au

Plus en détail

Prise en charge des urticaires rebelles aux traitements : associer médicaments et éducation des patients

Prise en charge des urticaires rebelles aux traitements : associer médicaments et éducation des patients Prise en charge des urticaires rebelles aux traitements : associer médicaments et éducation des patients Résumé : L urticaire chronique résulte de l activation des mastocytes cutanés en réponse à de multiples

Plus en détail

Les allergies cutanées: cellules impliquées, mécanismes, diagnostic et explorations

Les allergies cutanées: cellules impliquées, mécanismes, diagnostic et explorations Les allergies cutanées: cellules impliquées, mécanismes, diagnostic et explorations Aurélie Du-Thanh Département de dermatologie CHU Montpellier a-du_thanh@chu-montpellier.fr Classification de Gell et

Plus en détail

Traitements topiques. Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames. Soulagent les démangeaisons.

Traitements topiques. Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames. Soulagent les démangeaisons. SANS ORDONNANCE Solutions pour le bain et la douche : Huiles Farine d avoine Sels d Epsom Sels de al Mer Morte Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames.

Plus en détail

L allergie alimentaire chez l enfant François DOUCHAIN Service de Pédiatrie CH Arras

L allergie alimentaire chez l enfant François DOUCHAIN Service de Pédiatrie CH Arras L allergie alimentaire chez l enfant François DOUCHAIN Service de Pédiatrie CH Arras JAMA 26 janvier 2012 1 L allergie alimentaire (AA) touche environ 5% de la population infantile Semble en augmentation

Plus en détail

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans)

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans) La drépanocytose Sikkelcelziekte (Frans) Qu est-ce que la drépanocytose? La drépanocytose est une maladie causée par un changement héréditaire du pigment rouge dans les globules rouges : l hémoglobine.

Plus en détail

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie LE GLAUCOME Questions et réponses en vue d une chirurgie Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations générales sur la chirurgie que vous devrez subir. Votre chirurgien pourra vous donner

Plus en détail

«L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire

«L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire «L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire L ALLERGIE à L IODE N EXISTE PAS Confusion de trois phénomènes: Allergie aux fruits de mer (protéine de crustacés) Allergie

Plus en détail

MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE ET DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE ******* DEPARTEMENT D OUEME PLATEAU *************

MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE ET DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE ******* DEPARTEMENT D OUEME PLATEAU ************* REPUBLIQUE DU BENIN ********* MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE ET DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE ******* DEPARTEMENT D OUEME PLATEAU ************* COMMUNE DE SEME PODJI ***********

Plus en détail

Psoriasis chez l enfant. u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF

Psoriasis chez l enfant. u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF Psoriasis chez l enfant u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF Psoriasis chez l enfant Page 2 u Epidémiologie u Physiopathologie u Présentations Cliniques u Traitements

Plus en détail

Quel est votre diagnostic?

Quel est votre diagnostic? Quel est votre diagnostic? Cas 1 Ces lésions cutanées douloureuses sont apparues sur les membres inférieurs d une patiente. Par ailleurs, l état de santé général de celle-ci est bon. Les lésions purpuriques

Plus en détail

Module 7 - Edition 2006 - Item 94 page 1 Copyright CMIT ITEM N 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT LES OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2006 - Item 94 page 1 Copyright CMIT ITEM N 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT LES OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2006 - Item 94 page 1 ITEM N 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT LES OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer et distinguer une rougeole, une rubéole, un herpès, un mégalérythème épidémique,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se Le psoriasis est une maladie fréquente Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se traduit le plus souvent par des plaques rouges sur la peau, légèrement surélevées

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 8 juillet 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 8 juillet 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 8 juillet 2009 BERINERT 500U, poudre et solvant pour solution injectable / perfusion Boîte de 1, code CIP : 574 596-3 Laboratoires CSL Behring SA Inhibiteur de C1 estérase

Plus en détail

Comprendre. son Psoriasis du Cuir Chevelu

Comprendre. son Psoriasis du Cuir Chevelu Comprendre son Psoriasis du Cuir Chevelu Vous avez un psoriasis du cuir chevelu ou une personne de votre entourage en est atteinte. Cette brochure vous est destinée. Grâce aux informations transmises,

Plus en détail

L éruption d Aymeric (9 ans)

L éruption d Aymeric (9 ans) L éruption d Aymeric (9 ans) Une lésion érythémateuse annulaire non prurigineuse constatée la veille Une petite papule en son centre? Aucun signe général L éruption d Aymeric (9 ans) QU EST-CE QUE C EST?

Plus en détail

LOOK, FEEL AND LIVE BETTER. Santé respiratoire

LOOK, FEEL AND LIVE BETTER. Santé respiratoire LOOK, FEEL AND LIVE BETTER Santé respiratoire : asthme et rhume des foins L obstruction des voies respiratoires et les symptômes de l asthme, ainsi que les manifestations similaires du rhume des foins,

Plus en détail

Rash sous télaprévir : quelle prise en charge?

Rash sous télaprévir : quelle prise en charge? Rash sous télaprévir : quelle prise en charge? A rash under telaprevir, how to manage? N. Dupin 1, B. Milpied 2, L. Allanore 3, N. Wallet-Faber 1, V. Mallet 4, S. Pol 4 ( 1 Service de dermatologie, hôpital

Plus en détail

pemphigoïdes, dermatite herpétiforme et dermatose à IgA linéaire, érythème polymorphe, porphyries, épidermolyses bulleuses

pemphigoïdes, dermatite herpétiforme et dermatose à IgA linéaire, érythème polymorphe, porphyries, épidermolyses bulleuses DIAGNOSTIC HISTOLOGIQUE DES DERMATOSES BULLEUSES ET PUSTULEUSES I BULLES INTRA-EPIDERMIQUES AVEC ACANTHOLYSE : pemphigus et dermatoses avec acantholyse SANS ACANTHOLYSE : toxidermies, bulles virales, eczéma

Plus en détail

Le mélanome : un cancer de la peau en constante augmentation

Le mélanome : un cancer de la peau en constante augmentation Le mélanome : un cancer de la peau en constante augmentation Introduction On diagnostique chaque année en France plus de 9 000 nouveaux cas de mélanome. Traité à temps, ce cancer de la peau peut généralement

Plus en détail

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise IFMT sémin encéphalites 2004. Groupe de travail étudiant 1 Vaccin (Vac.) 3 types: 1. Vac. Inactivé préparé en culture cellulaire Souche: P3 (culture sur cellules

Plus en détail

URTICAIRE ET ANGIO-OEDEME

URTICAIRE ET ANGIO-OEDEME Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours URTICAIRE ET ANGIO-OEDEME J.-P. Rieder 1 et T. Harr ² ¹Service de médecine de premier recours,

Plus en détail

Définition. Physio-Pathologie. épidémiologie. Phénomène de Koebner

Définition. Physio-Pathologie. épidémiologie. Phénomène de Koebner Définition Le Psoriasis est une dermatose érythémato-squameuse chronique Formes cliniques et traitement épidémiologie Physio-Pathologie 1.5 a 6.5% Ratio homme : femme = 1:1 Association statistique Psoriasis

Plus en détail

Définitions. L allergie alimentaire

Définitions. L allergie alimentaire Définitions L allergie alimentaire L allergie alimentaire est une réaction excessive, voir exagérée, de notre système immunitaire en présence d un aliment ou d un additif alimentaire, qui est normalement

Plus en détail

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ)

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) 1 Définition Hémopathie maligne grave d étiologie inconnue caractérisée par la prolifération de plasmocytes

Plus en détail

Exploration d une urticaire chronique

Exploration d une urticaire chronique Exploration d une urticaire chronique Pascale Mathelier-Fusade Paris Conférence de consensus Prise en charge de l urticaire chronique 8 Janvier 2003 Comité d organisation Jury Experts Groupe bibliographique

Plus en détail

La grippe, l asthme et la vaccination

La grippe, l asthme et la vaccination La grippe, l asthme et la vaccination vaccin anti-grippe pris en charge à 100 % pour tous les asthmatiques Qu est-ce que la grippe? La grippe est une maladie infectieuse très contagieuse, d apparition

Plus en détail

La processionaire et l Homme. Dr. Ignacio Moneo Hospital Carlos III Madrid imoneog@hotmail.com

La processionaire et l Homme. Dr. Ignacio Moneo Hospital Carlos III Madrid imoneog@hotmail.com La processionaire et l Homme Dr. Ignacio Moneo Hospital Carlos III Madrid imoneog@hotmail.com 1 Introduction La chenille processionnaire du pin (Thaumetopoea pityocampa, TP) provoque des lésions cutanées

Plus en détail