L'économie politique de l'eau

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'économie politique de l'eau"

Transcription

1 L'économie politique de l'eau Bernard DAFFLON Département d'économie politique, Université de Fribourg 1 Introduction L'eau, OR BLEU, bien libre, droit humain, bien social, bien marchand? 2 Géopolitique de l'eau Les enjeux stratégiques: guerre ou solidarité? 3 L'or bleu Rare donc intéressant: les nouvelles stratégies financières 4 L'eau a une valeur d'usage Valeur marchande et valeur collective de l'eau 5 L'eau n'est pas gratuite Faut-il privatiser la gestion de l'eau? 6 La gestion publique de l'eau Le rôle des communes: de la source au robinet

2 1 Introduction L'eau: OR BLEU, bien libre, droit humain, bien social, bien marchand? Le débat sur la libéralisation du marché de l'eau, l'or bleu, avance à grand pas. Forum mondial de l'eau La Haye (mars 2000): de fortes pressions furent exercées pour considérer désormais l'eau comme une "simple" marchandise. Déclaration de Johannesburg sur le développement durable (septembre 2002): "La fourniture d'eau potable et de services adéquats d'assainissement est nécessaire pour protéger la santé humaine et l'environnement. A cet égard, nous (les Etats signataires) convenons de réduire de moitié, d'ici 2015, la proportion de personnes qui n'ont pas accès à l'eau potable ou qui n'ont pas les moyens de s'en procurer et la proportion de personnes qui n'ont pas accès à des services d'assainissement de base". Au Forum mondial de l'eau à Kyoto, en mars 2003, un des sujets les plus délicats traités par les participants fut le nombre toujours plus important de compagnies privées qui "assurent" l'approvisionnement en eau potable des régions urbaines (et les autres?). L'OMC, comme le FMI d'ailleurs, ont porté la privatisation de l'eau à leur agenda. Des fonds de placements sont offerts qui ont pour ambition de rentabiliser l'eau avec de belles perspectives de gains Selon plusieurs spécialistes individuels ou institutionnels en gestion de portefeuille, le XXIème siècle sera celui de "l'or bleu". Ces valeurs profitent du fait que l'eau devient une denrée rare, donc chère, sur une planète en pleine urbanisation. Pendant ce temps, des protestations s'élèvent en Asie, en Afrique et en Europe sur la privatisation de l'eau et son détournement à des fins commerciales ou de profits. En Suisse, une initiative citoyenne demande que l'eau reste un bien public inscrit dans la Constitution. D'aucuns exigent que l'accès à l'eau devienne un droit fondamental. ALORS, l'eau un droit ou une simple marchandise?

3 Les utilisations de l'eau Politique énergétique Approvisionnement sûr Développement économique Consommations individuelles des entreprises des ménages Energie hydraulique Politique agricole Autosuffisance alimentaire EAU Irrigation "de consommation" Consommation des producteurs agriculture, cultures maraîchères, arboriculture, viticulture cultures vivrières cultures extensives: exportation, biocarburant Consommations intermédiaires finales Réserve de capacité développement local PVD: mesure sanitaire générale Réseau de défense contre le feu Eteindre un incendie

4 2 Géopolitique de l'eau Les enjeux stratégiques: guerre ou solidarité? Tout paraît simple quand il y a suffisamment d'eau: il suffit de partager! Mais quand l'eau vient à manquer: qui peut accéder à l'eau? Le plus fort, celui qui en a vraiment besoin? Qui possède les droits de propriété sur l'eau? L'eau: bien libre - un enjeu stratégique Trois exemples: 2.1 La guerre des Six-Jours: le Golan 2.2 Les craintes: les sources du Tigre et de l'euphrate 2.3 La solidarité en question: l'ebre Trois de l'eau

5 La guerre des Six-Jours: le Golan 2.1 Israël, dans son territoire, n'a guère de ressources propres en eaux: les nappes phréatiques sont situées principalement en Cisjordanie. Le Lac de Tibériade est alimenté par le Jourdain, qui lui provient de la jonction des rivières Dan, en Israël, Yarmouk et Banias, en Syrie, Hasban, dans le sud du Liban. Dans les mois qui précèdent la guerre des Six-Jours, l'utilisation des eaux de la rivière Banias avait provoqué de nombreuy accrochages meurtriers entre soldats israéliens et soldats syriens. Le lobby des kibboutzim exerçait de grosses pressions sur le gouvernement travailliste israélien, l'état-major de l'armée et le général Moshe Dayan parce que l'armée syrienne pilonnait les kiboutz de la Haute Galilée. Les 8 et 9 juin 1967, la brigade d'élite israélite "Golani" monte à l'assaut du Plateau du Golan. La bataille dure 20 heures. Israël gagne le Golan: elle ne le lâchera plus.

6 2.2 Les craintes: les sources du Tigre et de l'euphrate 2.3

7 La Mésopotamie: autrefois surnommée le "Croissant fertile" a vu naître il y a près de 10'000 ans une des premières formes d'agriculture sédentaire. C'est en Turquie que naissent les deux fleuves les plus importants de la région: le Tigre et l'euphrate. Depuis les années 1980, la Turquie développe le projet GAP (Güneydogu Anadolu Projesi): construire 22 barrages et 19 usines hydraliques pour la maîtrise énergétique et le développement de l'irrigation. "Avec le coton nous pourrons créer des usines de textile, avec les légumes, des fabriques de purée de tomate." Avec le barrage d'ilisu, 183 villages sont inondés et personnes déplacées. La ville historique de Hasankeyf (passage clé des routes de l'antique Mésopotamie, 30 civilisations, ans d'histoire) disparaît sous les eaux. Des entreprises suisses participent au projet mené par un consortium européen. Commentaires CH (Le Temps: 16 décembre 2006): "Grâce à ce contrat nous pouvons offrir du travail à 20 personnes pendant huit ans" (AD directeur commercial d'un bureau d'ingénieurs participant au projet) et "si des entreprises suisses ne signent pas ces contrats, d'autres l'auraient fait" (Mme la CF D. Leuthard, Seco)! À lui seul, le barrage Atatürk (1984) représente 27 milliards de kw/h (pour 2 milliards kw/h pour la Grande Dixence). Le problème: les barrages turcs assoiffent et assèchent la Syrie et l'irak. L'accord de 1987 garantit à la Syrie 500m3/sec d'eau de "bonne qualité" de l'euphrate. Celui de 1990, répartit ces eaux en proportion de 42 % pour la Syrie et 58 % pour l'irak. Mais: - la Turquie ne respecterait pas ce quota, difficile à contrôler; - l'eau n'est pas de "bonne" qualité: souillée par les pesticides et les engrais; - la surexploitation de l'eau en amont crée des problèmes de salinisation des sols en aval; - dans la région de Suntantepe, 150 propriétaires se partagent 70 % de la masse salariale; 80'000 fermiers, 30 %!

8 2.3 La solidarité en question: l'ebre Agua para todos Eau pour tous Versus El agua es nuestra L'eau est nôtre njeux stratégiques: guerre ou

9 Au début des années 2000, le gouvernement central voulait dériver une partie des eaux de l'èbre pour alimenter en eau potable la ville de Barcelone et les secteurs agricoles et touristiques du sud est malgré les résultats négatifs ("catastrophiques" selon le rapporteur) en terme de rentabilité économique et du point de vue écologique, de l'opacité et du gigantisme des projets, le gouvernement écarte les objections et décide le projet: les intérêts des industriels du génie civil (barrages), de la construction (tourisme) et de l'agroalimentaire ont eu raison de l'opposition publique Madrid est confronté à des litiges ingérables autour de la gestion de l'eau et des droits de propriétés sur l'eau. - Le conflit oppose les régions intérieures (Aragon, Castille la Manche), peu développées, qui se dépeuplent, mais riches en eau aux communautés autonomes du littoral (Catalogne, Valence, Murcie) qui se développent, construisent des dizaines de lotissements, attirent touristes et résidents étrangers; et le sud est, domaines des cultures de légumes et de tomates sous plastique Les communautés autonomes de l'intérieur inscrivent la "souveraineté sur leur fleuve" dans les nouveaux "statuts d'autonomie". Problèmes: - les anomalies climatiques, les pires depuis soixante ans, assèchent l'espagne. L'extrême sud est se désertifie (les bassins versant sont à 20 % de leur capacité moyenne de ces trente dernières années); les provinces riches en eau ne veulent pas perdre un avantage de situation; - disponible plus facilement par détournement hydraulique contribue au gaspillage: l'urbanisation débridée du littoral espagnol en lotissements résidentiels, hôtels, terrains de golf, etc. est sous le feu de la critique. Contraire à toute règle basique de "développement durable". - L'agriculture d'exportation (70 % de la consommation d'eau) pratiquée sans égard à l'environnement et aux conditions sociales doit revoir entièrement son mode de fonctionnement. Proposition: augmenter sensiblement le prix de l'eau en distinguant l'eau-vie de l'eau-marchandise.

10 3 L'or bleu Rare donc intéressant: les nouvelles stratégies financières

11

12 4 L'eau a une valeur d'usage Valeur marchande et valeur collective de l'eau

13 Politique énergétique Approvisionnement sûr Développement économique Bien collectif Consommations individuelles des entreprises des ménages Bien marchand Energie hydraulique Politique agricole Autosuffisance alimentaire Bien collectif EAU Irrigation "de consommation" Consommation des producteurs agriculture, cultures maraîchères, arboriculture, viticulture cultures vivrières cultures extensives: exportation, biocarburant Bien marchand Consommations intermédiaires finales Bien marchand Réserve de capacité développement local Bien collectif PVD: mesure sanitaire générale Bien collectif Réseau de défense contre le feu Bien collectif Eteindre un incendie Bien marchand

14 4 produits joints: avec 4 x quatre produits MARCHANDS et cinq services COLLECTIFS Si l'on peut privatiser les services marchands, peut-on privatiser les services collectifs? Si l'on privatise l'eau, QUI s'intéressera aux services collectifs? Dans l'affirmative: comment? Biens marchands: rivalité des consommations et exclusion par le prix Biens collectifs: non rivalité et non exclusion

15 5 L'eau n'est pas gratuite Faut-il privatiser la gestion de l'eau?

16 L'Assemblée constituante de la République et Canton de Genève doit débattre de l'inscription dans la future Constitution de l'eau comme bien public, inaliénable et géré par le secteur public. Le Temps, 15 octobre 2009

17 La législation relative à la gestion de l eau CONFEDERATION CANTONS COMMUNES FINANCEMENT APPROVISIONNEMENT EN EAU LEaux : Art. 57 LEaux : Art Utilisateur- payeur Cst. 76 al. 4-5 AMENAGEMENT DES COURS D EAU LF Aménagement des cours d eau : Art. 11, 13 LF Aménagement des cours d eau : Art. 2-3, 5, PROTECTION DES EAUX LEaux : Art.7 Art Oeaux : Art. 45 LEaux : Art. 45 Oeaux : Art. 45, 4 LEaux : Art. 7 Oeaux : Art. 5 Pollueur-payeur LEaux : Art. 3a, 60a FORCE HYDRAULIQUE LFH : Art. 1, 5, 72 LF Police des Eaux : Art. 3 bis LFH : Art. 2, 11, 38 OLF Police des Eaux : Art. 3 bis LFH : Art. 4, 11, 53 Utilisateur-payeur LFH : Art. 49

18 Lois fribourgeoises touchant à l'eau potables DATE LOI, ORDONNANCE ABRÉVIATION ENTRÉE EN VIGUEUR R.S.F Loi sur la police du feu et la protection contre les éléments naturels LPF Loi sur le domaine public LDP Loi d application de la loi fédérale du 8 octobre 1971 sur la protection des eaux contre la pollution LPEP Loi sur l'aménagement des eaux LAE Loi sur l eau potable LEP Loi sur l aménagement du territoire et les constructions LATeC Loi sur la gestion des déchets LGD

19 Loi sur le domaine public (1972) Art. 4 III. Eaux publiques Sont eaux publiques : a) les lacs naturels, les bassins d accumulation et les retenues d eau ; b) les eaux courantes, dès la limite du fonds où elles ont pris leur source, ou bien dès qu elles ont rejoint une eau publique traversant ce fonds ; c) les sources, horizons sourciers et résurgences d un débit d étiage moyen de plus de 200 litres/minute ; d) les nappes et cours d eau souterrains permettant un ou plusieurs captages d ensemble de plus de 200 litres/minute.

20 Loi d application de la loi fédérale sur la protection des eaux contre la pollution (1974) Art. 20 Protection des eaux souterraines La Direction (note: des travaux publics) veille à ce que les mesures nécessaires soient prises en vue de protéger les nappes d eaux souterraines exploitables. Art. 21 Zones de protection 1 Le Service (note: de l'environnement) est chargé d étudier et de proposer la création de secteurs de protection et la réservation de zones destinées à la réalimentation de nappes souterraines, conformément aux directives fédérales. 2 Le Conseil d Etat décide de l étendue des secteurs de protection et des zones réservées à la réalimentation selon la procédure de la mise à l enquête publique. 3 Aucune construction ni aucune fouille ne peuvent être faites dans les secteurs protégés ou les zones réservées sans l approbation du Service.

21 Loi du 30 novembre 1979 sur l eau potable Dispositions générales Art. 1 Champ d application La présente loi s applique : a) à l eau potable livrée à des tiers à titre onéreux ou gratuit (ci-après : l eau potable) ; b) aux ouvrages de captage, de traitement, de conditionnement, de transport, de stockage ou de distribution d eau potable (ci-après : ouvrages) ; c) aux appareils, installations et procédés de traitement ou de conditionnement de l eau potable à l intérieur de bâtiments (ci-après : installations intérieures). Art. 2 L eau potable L eau potable distribuée par des réseaux publics de distribution, par des sociétés, par des particuliers doit répondre aux exigences de la législation fédérale en matière de police sur les denrées alimentaires et de divers objets usuels. Les communes : compétences et tâches Art. 8 Fourniture d eau potable Les communes ont l obligation de veiller à ce que les habitations et les locaux publics disposent d eau potable en quantité suffisante.

22 Séquence possible de la fonction de production captage Stockage 1 Traitement Filtrage Potabilité Stockage 2 Distribution Réserve de capacité Réserve de capacité Consommation finale UN RESEAU de production peut-il être mis en concurrence? Si la réponse est NON, faut-il, en privatisant, échanger un monopole public pour un monopole privé? Une clientèle CAPTIVE: mais captive d'un monopole privé?

23 6 La gestion publique de l'eau Le rôle des communes: de la source au robinet Les captages de la commune d' AVEGNO dans le canton du Tessin

24 Les captages de la commune d' AVEGNO dans le canton du Tessin.. vus par l'ingénieur

25 Les captages de la commune d'avegno dans le canton du Tessin.. vus par l'ingénieur et les consommateurs

26 Et transformés en tableaux pour les besoins de la gestion de l'eau, en termes de finances publiques Captazione Filtraggio Clorazione Riq.1 Distribuzione - Privati - Fontane comunali - Comune di Locarno (limitata) - Intervento in caso d incendio Stoccaggio o Rete di distribuzione Riq.2 Valore assicurativo Nessun trattamento - Riserva di capacità - Rete di difesa contro fuoco

27 Les composants des coûts permettent ensuite de calculer le prix de revient par m3 d'eau potable obtenue au robinet Dépenses d'investissement - subventions - participations de tiers - prélèvement sur réserve Investissement net - taxes de raccordement - charges de préférence - contributions de plus-value Frais financiers: A intérêts passifs B amortissement Dépenses d'exploitation C administration D gestion technique E énergie F entretien G production Dépenses de fonctionnement

28 Que contient une "bonne" tarification de l'eau potable dans nos communes? [1] Sortir des coûts d'investissement, respectivement des coûts d'exploitation, la part qui concerne les prestations collectives: chez nous, la part concernant le réseau de défense contre l'incendie et la réserve de capacité. Ressource interdisciplinaire: la commune, le bureau d'ingénieur, l'aménagiste (PAL), un économiste GFPL [2] Procéder à la tarification des consommations privées Ressource: appui juridique, un économiste GFPL

29 Pour les investissements: Une charge de préférence (60 % de la taxe de raccordement) : pour les parcelles en zone à bâtir, mais qui ne sont pas encore construite. Motif: en zone à bâtir, un terrain acquiert une plus-value parce qu'il devient constructible. La commune doit supporter les coûts des infrastructures. Le propriétaire qui "attend" par exemple que le prix du terrain augmente doit aussi supporter sa part des coûts d'infrastructure. Une taxe de raccordement, une fois le bâtiment construit raccordé au réseau communal (moins la charge de préférence payée en acompte): cela correspond au coût des infrastructures réparti au prorata des possibilités de construire. Pour le fonctionnement: Une taxe de base, ou taxe fixe correspondant aux coûts fixes à couvrir par les abonnés, par raccordement. Elle couvre les frais qui ne varient pas avec la consommation d'eau. Une taxe proportionnelle à la consommation d'eau, en francs par m3 consommé, selon le principe de l'utilisateur-payeur. Dans cette démarche, la privatisation n'apporte pas de plus-value: elle doit suivre exactement le même tableau de marche. Pourquoi le secteur privé serait-il de facto, simplement par énoncé normatif, plus efficace?

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction :

Plus en détail

Des hommes et des ressources

Des hommes et des ressources Des hommes et des ressources G 6. La question des ressources alimentaires I. Etude de cas : au Brésil Quelle est la situation alimentaire au Brésil? P 282-283 A. Une grande puissance agricole 1) L agriculture

Plus en détail

La construction sociale du statut juridique de l eau l du Nord

La construction sociale du statut juridique de l eau l du Nord La construction sociale du statut juridique de l eau l en Amérique du Nord Disponibilité réelle de l eaul 0,25 % d eau d douce accessible sur terre Inégale répartition: r 60% de l eau l douce se retrouve

Plus en détail

Ville de Bulle Novembre 2014

Ville de Bulle Novembre 2014 Ville de Bulle Novembre 2014 SEANCE DU CONSEIL GENERAL DES 15 ET 16 DECEMBRE 2014 Point 3.1.9 de l ordre du jour Construction d'un nouveau réservoir d'eau potable 1. Préambule Afin d éviter toute ambiguïté

Plus en détail

AMELIORER LA GESTION DE L EAU : EXPERIENCE RECENTE DES PAYS DE L OCDE

AMELIORER LA GESTION DE L EAU : EXPERIENCE RECENTE DES PAYS DE L OCDE AMELIORER LA GESTION DE L EAU : EXPERIENCE RECENTE DES PAYS DE L OCDE RESUME La crainte qu une mauvaise gestion de l eau ne devienne l un des principaux freins à un Une mauvaise gestion de développement

Plus en détail

Dr. Fadi Georges Comair Directeur Général des Ressources Hydrauliques et Electriques MEE

Dr. Fadi Georges Comair Directeur Général des Ressources Hydrauliques et Electriques MEE SÉMINAIRE INTERNATIONAL SUR LA GESTION DES BASSINS ET LA COOPÉRATION DANS LA RÉGION EURO - MÉDITÉRRANÉENNE ET ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU RÉSEAU MÉDITERRANÉEN DES ORGANISMES DE BASSIN (REMOB) BEYROUTH (LIBAN)

Plus en détail

3. Des hommes et des ressources.

3. Des hommes et des ressources. CLASSE DE 5ème 3. Des hommes et des ressources. Christophe LEON Collège Max Bramerie, La Force (24) Académie de Bordeaux (http://lalettredulundi.fr/ oneclick_uploads/2011/05/terre_citron.jpg) 3.1. La question

Plus en détail

REGLEMENT COMMUNAL concernant la distribution d eau potable

REGLEMENT COMMUNAL concernant la distribution d eau potable Commune de Châbles Adresse Tél 026/663 20 16 Fax 026/663 30 26 e-mail secretariat@chables.ch Châbles, le 1er octobre 2008 REGLEMENT COMMUNAL concernant la distribution d eau potable L'assemblée communale

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC.

ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC. ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC. MISE AU POINT SCIENTIFIQUE L EAU AU MAROC : ATOUTS ET CONTRAINTES. Le Maroc se trouve dans une situation singulière : c est { la fois le pays

Plus en détail

La ressource ESPAGNE. Le contexte global

La ressource ESPAGNE. Le contexte global Superficie : 505 000km2 Le contexte global Population : 40 M (urbaine: 31 / rurale: 9) Divisions administratives: 19 communautés autonomes (comunidades autonomas); Andalousie, Aragon, Asturies, Baléares,

Plus en détail

REGLEMENT RELATIF A LA DISTRIBUTION D EAU POTABLE

REGLEMENT RELATIF A LA DISTRIBUTION D EAU POTABLE 1 Commune de Villorsonnens REGLEMENT RELATIF A LA DISTRIBUTION D EAU POTABLE L Assemblée communale Vu : La loi du 30 novembre 1979 sur l eau potable ; Le règlement du 13 octobre 1981 d exécution de la

Plus en détail

Comment établir un raccordement au réseau de gaz naturel? Lignes directrices

Comment établir un raccordement au réseau de gaz naturel? Lignes directrices Comment établir un raccordement au réseau de gaz naturel? Lignes directrices Table des matières Page 2 1. Objectif des lignes directrices 1.1. Introduction Page 3 2. Définition des termes concernant le

Plus en détail

Eau et Sécurité alimentaire en Méditerranée

Eau et Sécurité alimentaire en Méditerranée Eau et Sécurité alimentaire en Méditerranée Quel partenariat? SESAME Montpellier 21 et 22 février 2013 Menu 1. Quelques rappels sur ce qu est l AFD, son activité ité et ses mandats 2. Les engagements pour

Plus en détail

Elaboration du Plan Local d Urbanisme

Elaboration du Plan Local d Urbanisme Département de la Corrèze Commune de SAINT-BONNET L ENFANTIER Elaboration du Plan Local d Urbanisme LE PADD : Projet d Aménagement et de Développement Durable «vu pour être annexé à la délibération en

Plus en détail

Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution

Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution Elodie BRELOT Directeur du GRAIE Groupe de Recherche Rhône-Alpes sur les Infrastructures

Plus en détail

I. DISPOSITIONS GENERALES

I. DISPOSITIONS GENERALES EAU 1. Estavayer-le-Lac, le 15 décembre 2011 REGLEMENT RELATIF A L EVACUATION ET A L EPURATION DES EAUX **************************************************** Le Conseil général vu : - la loi du 22 mai 1974

Plus en détail

Politique de l eau en France

Politique de l eau en France Politique de l eau en France Le tournant en France a été la seconde guerre mondiale, pour voir la mise en place d une véritable de l eau avec une vision globale (codifié, réglementé ). Elle va se faire

Plus en détail

LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES LOCALES

LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES LOCALES LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES LOCALES Niveau : Master Prof. Bernard Dafflon Ass. Nadia Yerly Semestre d'automne 2011 Contenu Objectifs Organisation Contenu TABLE DES MATIÈRES Avant-propos Chapitre

Plus en détail

FORUM : Conseil de sécurité QUESTION : Comment prévenir les guerres de l eau au Proche Orient?

FORUM : Conseil de sécurité QUESTION : Comment prévenir les guerres de l eau au Proche Orient? Azade BERGER France FORUM : Conseil de sécurité QUESTION : Comment prévenir les guerres de l eau au Proche Orient? Le Conseil de Sécurité, Ayant présent à l'esprit notre attachement au partenariat mondial

Plus en détail

TABLEAU DE BORD 2010

TABLEAU DE BORD 2010 TABLEAU DE BORD 2010 S Le tableau de bord du SDAGE en quelques mots Aide à la lecture Suivi du bon état des eaux Gérer les conditions favorables à une bonne gouvernance Orientation A Les structures de

Plus en détail

Pacte d Istanbul pour l Eau

Pacte d Istanbul pour l Eau Pacte d Istanbul pour l Eau Des autorités locales et régionales Réunis à Istanbul en mars 2009, nous Maires et autorités locales et régionales des différentes parties du monde adhérons au présent PACTE

Plus en détail

Les questions qui font peur. Les solutions pour agir durablement. Jacques Loyat

Les questions qui font peur. Les solutions pour agir durablement. Jacques Loyat ,/f wí (t ICQ Agricultures du monde Les questions qui font peur Les solutions pour agir durablement Jacques Loyat L I gjwjjmimiii III Sommaire INTRODUCTION 1. LA QUESTION ACRICOLE AUJOURD'HUI i Agricultures

Plus en détail

L accès à l eau dans les villes africaines

L accès à l eau dans les villes africaines 165 L accès à l eau dans les villes africaines Mwanza wa Mwanza Sur fond de privatisation, la gestion de l eau dans les villes africaines se heurte à plusieurs problèmes : l inadéquation de l offre à une

Plus en détail

DURAND Audrey Année 2006-2007. Master II Gestion des Ressources Naturelles et de l Environnement Université Montesquieu Bordeaux IV

DURAND Audrey Année 2006-2007. Master II Gestion des Ressources Naturelles et de l Environnement Université Montesquieu Bordeaux IV DURAND Audrey Année 2006-2007 Master II Gestion des Ressources Naturelles et de l Environnement Université Montesquieu Bordeaux IV Rapport de Stage Mission de maîtrise d œuvre en matière d assainissement

Plus en détail

Commune de St-Aubin. Vu : La Loi du 2 décembre 2008 sur l aménagement du territoire et les constructions (LATeC) ;

Commune de St-Aubin. Vu : La Loi du 2 décembre 2008 sur l aménagement du territoire et les constructions (LATeC) ; Commune de St-Aubin REGLEMENT SUR LE FINANCEMENT DE L'EQUIPEMENT DE DETAIL DES ZONES A BATIR L Assemblée communale, Vu : La Loi du 2 décembre 2008 sur l aménagement du territoire et les constructions (LATeC)

Plus en détail

Loi fédérale sur l aménagement du territoire

Loi fédérale sur l aménagement du territoire Délai référendaire: 4 octobre 2012 Loi fédérale sur l aménagement du territoire (Loi sur l aménagement du territoire, LAT) Modification du 15 juin 2012 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse,

Plus en détail

SDESR - Journée technique du 23 mai 2007

SDESR - Journée technique du 23 mai 2007 SDESR - Journée technique du 23 mai 2007 Recommandations pour le financement de la distribution d eau directive SSIGE WX, (actuellement en consultation) 23.05.07 / J-M Pache SDESR 1 Pourquoi une nouvelle

Plus en détail

ENERGIE - EAU EN AFRIQUE

ENERGIE - EAU EN AFRIQUE FORUM RHONE-ALPES / AFRIQUE 6 ème Edition «La maîtrise de l Eau et de l Energie constitue le préalable de tout développement économique et social durable» ENERGIE - EAU EN AFRIQUE Financements -Technologies-

Plus en détail

MUNICIPALES 2014 BILAN EAU ET ASSAINISSEMENT

MUNICIPALES 2014 BILAN EAU ET ASSAINISSEMENT MUNICIPALES 2014 BILAN EAU ET ASSAINISSEMENT Dénonciation du contrat de l eau : Le groupe des Verts a dénoncé à l époque les excès de profits réalisés par la Lyonnaise des eaux, et avait demandé d intégrer

Plus en détail

LOI du 30 novembre 1964. sur la distribution de l'eau (LDE)

LOI du 30 novembre 1964. sur la distribution de l'eau (LDE) LOI du 30 novembre 1964 sur la distribution de l'eau (LDE) R 1964, p. 347. LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD vu le projet de loi présenté par le Conseil d'etat 1 1 BGC aut. 1964, p. 154. décrète I. Obligations

Plus en détail

Conseil de développement du Grand Dax Collège Environnement et Développement Durable 3 Avril 2007

Conseil de développement du Grand Dax Collège Environnement et Développement Durable 3 Avril 2007 Conseil de développement du Grand Dax Collège Environnement et Développement Durable 3 Avril 2007 1 Election Présentation I) Les orientations de nos partenaires - Schéma Régional d Aménagement et de Développement

Plus en détail

L assurance contre les dommages dus à des événements naturels

L assurance contre les dommages dus à des événements naturels L assurance contre les dus à des s naturels I. Résumé L assurance des dus à des s naturels couvre les causés aux meubles et aux immeubles par les hautes eaux, les inondations, les tempêtes, la grêle, les

Plus en détail

Récupération de l eau de pluie

Récupération de l eau de pluie Récupération de l eau de pluie La station récupère les eaux de pluie. Acte citoyen en France, mesure obligatoire en Belgique, la récupération des eaux de pluie est une alternative très intéressante pour

Plus en détail

QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN?

QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN? QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN? Si je vous posais la question suivante: Etes-vous partisans de l Eau Bien Commun? J obtiendrais une réponse positive unanime. Mais si je vous posais ensuite la question

Plus en détail

COMMUNE DE CHENENS RÈGLEMENT COMMUNAL SUR LE FINANCEMENT DE L ÉQUIPEMENT DE DÉTAIL DES ZONES A BATIR

COMMUNE DE CHENENS RÈGLEMENT COMMUNAL SUR LE FINANCEMENT DE L ÉQUIPEMENT DE DÉTAIL DES ZONES A BATIR COMMUNE DE CHENENS RÈGLEMENT COMMUNAL SUR LE FINANCEMENT DE L ÉQUIPEMENT DE DÉTAIL DES ZONES A BATIR COMMUNE DE CHENENS REGLEMENT SUR LE FINANCEMENT DE L'EQUIPEMENT DE DETAIL DES ZONES A BATIR L'assemblée

Plus en détail

Loi sur les finances de la Confédération

Loi sur les finances de la Confédération Loi sur les finances de la Confédération (Loi sur les finances, LFC) (Optimisation du modèle comptable de la Confédération) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le

Plus en détail

La crise mondiale des revenus agricoles

La crise mondiale des revenus agricoles Le marché a perdu la clé des champs André D Beaudoin Secrétaire Général UPA DI La crise mondiale des revenus agricoles Forum Souveraineté alimentaire Niamey/ novembre 2006 Depuis plus de quatre décennies:

Plus en détail

GAZIFÈRE UNE «ENTREPRISE CITOYENNE»

GAZIFÈRE UNE «ENTREPRISE CITOYENNE» GAZIFÈRE UNE «ENTREPRISE CITOYENNE» MÉMOIRE SUR LE PROJET DE POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE DE LA VILLE DE GATINEAU PRÉSENTÉ À LA COMMISSION CONSULTATIVE PAR GAZIFÈRE LE 20 MAI 2008 INTRODUCTION Au Québec,

Plus en détail

La distribution publique de l électricité

La distribution publique de l électricité La distribution publique de l électricité RÈGLES PÔLE ÉLÉCTRICITÉ - GAZ ENJEUX UNE CONCESSION LES COMMUNES L organisation des services publics 1984 Les communes sont compétentes pour organiser les services

Plus en détail

Traduction depuis la langue arabe du. Décret N 2366 Plan Général d Aménagement du Territoire Libanais

Traduction depuis la langue arabe du. Décret N 2366 Plan Général d Aménagement du Territoire Libanais Traduction depuis la langue arabe du Décret N 2366 Plan Général d Aménagement du Territoire Libanais Le Président de la République Conformément à la Constitution Vu le décret loi N 5 du 31/1/1977 et ses

Plus en détail

Code Rural - Recueil des textes Edition 2013

Code Rural - Recueil des textes Edition 2013 REPUBLIQUE DU NIGER CONSEIL SUPREME POUR LA RESTAURATION DE LA DEMOCRATIE MINISTERE DE L EAU, DE L ENVIRONNEMENTET DE LA LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION Arrêté n 0122/MEE/LCD/DGH/DL du 18 octobre 2010

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

REGLEMENT RELATIF A LA DISTRIBUTION D'EAU POTABLE

REGLEMENT RELATIF A LA DISTRIBUTION D'EAU POTABLE REGLEMENT RELATIF A LA DISTRIBUTION D'EAU POTABLE L'Assemblée communale de NEYRUZ FR vu la loi du 30 novembre 1979 sur l'eau potable, complétée par celle du 11 février 1982; le règlement du 13 octobre

Plus en détail

Définition de la souveraineté alimentaire par La Via Campesina

Définition de la souveraineté alimentaire par La Via Campesina Définition de la souveraineté alimentaire par La Via Campesina Forum suisse souveraineté alimentaire Berne, 3 novembre 2009 Valentina Hemmeler Maïga, Uniterre 1 La Via Campesina La Via Campesina est un

Plus en détail

Techniques culturales de captage des eaux pluviales

Techniques culturales de captage des eaux pluviales KHARMOUCH Mohamed: Ingénieur en Génie Rural Direction de l Irrigation et de l Aménagement de l Espace Agricole Techniques culturales de captage des eaux pluviales PLAN 1- L EAU RESSOURCE RARE 2- PESPECTIVES/LA

Plus en détail

Pour l amélioration de l approvisionnement en eau d Eslex

Pour l amélioration de l approvisionnement en eau d Eslex Commune de LAVEY-MORCLES Préavis de la Municipalité au Conseil communal N 20/2015 Pour l amélioration de l approvisionnement en eau d Eslex Lavey, le 26 août 2015 Au Conseil communal de Lavey-Morcles,

Plus en détail

COMMUNE DE LA ROCHE REGLEMENT RELATIF A LA DISTRIBUTION D EAU POTABLE

COMMUNE DE LA ROCHE REGLEMENT RELATIF A LA DISTRIBUTION D EAU POTABLE COMMUNE DE LA ROCHE REGLEMENT RELATIF A LA DISTRIBUTION D EAU POTABLE L ASSEMBLEE COMMUNALE Vu : la loi du 30 novembre 1979 sur l'eau potable ; le règlement du 13 octobre 1981 d'exécution de la loi sur

Plus en détail

Comment établir un raccordement au réseau d eau? Lignes directrices

Comment établir un raccordement au réseau d eau? Lignes directrices Comment établir un raccordement au réseau d eau? Lignes directrices Table des matières Page 2 1. Objectif des lignes directrices 1.1. Introduction Page 3 2. Définition des termes concernant le raccordement

Plus en détail

Avantages économiques procurés par le secteur des assurances

Avantages économiques procurés par le secteur des assurances 6 Avantages économiques procurés par le secteur des assurances Sans les assurances, rien ne va plus dans notre monde moderne Le secteur des assurances constitue un pilier central de l économie helvétique

Plus en détail

Transition énergétique: quels défis pour un service industriel? Smart energy 5 ème édition HES-SO Valais, Sion

Transition énergétique: quels défis pour un service industriel? Smart energy 5 ème édition HES-SO Valais, Sion Transition énergétique: quels défis pour un service industriel? Smart energy 5 ème édition HES-SO Valais, Sion 4 septembre 2015 Gilles Garazi Directeur Transition énergétique, SIG Nécessité de décorréler

Plus en détail

V I L L E D E C H A T E L - ST- D E N I S

V I L L E D E C H A T E L - ST- D E N I S V I L L E D E C H A T E L - ST- D E N I S Message pour le Conseil général No. 21 Objet : Installation de la société Marvinpac SA au «Pré aux Oies» - Achat de la parcelle 6818 Crédit d investissement -

Plus en détail

ANNEXE du PLU. Gestion de l eau ALIMENTATION EN EAU POTABLE 1

ANNEXE du PLU. Gestion de l eau ALIMENTATION EN EAU POTABLE 1 ANNEXE du PLU Gestion de l eau ALIMENTATION EN EAU POTABLE 1 1. GÉNÉRALITÉS Située au nord-ouest de Paris, la commune de la Frette s étend sur le versant ouest des Buttes du Parisis et l altitude qui est

Plus en détail

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 Amt für Gemeinden GemA Rue de Zaehringen 1, 1701 Fribourg T +41 26 305 22 42, F +41 26 305 22 44 scom@fr.ch, www.fr.ch/scom Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 1. Comptes de fonctionnement

Plus en détail

Régime: république 0.05 203,70

Régime: république 0.05 203,70 Superficie : 316 km 2 Le contexte global Population :.0,4 M (urbaine: 0,36 / rurale: 0,04) PIB/hab 2007 : 10700 USD Régime: république Divisions administratives: aucune (La Vallette administre directement

Plus en détail

Commune de Saint-Aubin / FR Règlement relatif à la distribution d eau potable

Commune de Saint-Aubin / FR Règlement relatif à la distribution d eau potable Commune de Saint-Aubin / FR Règlement relatif à la distribution d eau potable L'assemblée communale Vu la loi du 0 novembre 979 sur l'eau potable; Vu le règlement du octobre 98 d'exécution de la loi sur

Plus en détail

Emploi : Causes et conséquences des tendances futures

Emploi : Causes et conséquences des tendances futures Emploi : Causes et conséquences des tendances futures Horizon 2020 30 50 Impact sur la Métropole lilloise Les prix se font ailleurs (1) Libéralisation de la PAC Mondialisation - Doha Les marchés régulent

Plus en détail

Commune de Marsens. Vu : La Loi du 9 mai 1983 sur l'aménagement du territoire et des constructions (LATeC);

Commune de Marsens. Vu : La Loi du 9 mai 1983 sur l'aménagement du territoire et des constructions (LATeC); Commune de Marsens REGLEMENT SUR LE FINANCEMENT DE L'EQUIPEMENT DE DETAIL DES ZONES A BATIR L Assemblée communale, La Loi du 9 mai 1983 sur l'aménagement du territoire et des constructions (LATeC); Vu

Plus en détail

comprendre ma facture d eau

comprendre ma facture d eau comprendre ma facture d eau Vous venez de recevoir votre facture d eau. A quoi correspondent les rubriques qui la composent et à qui sont elles destinées? Voici quelques éléments de réponse. Zoom sur votre

Plus en détail

Le certificat d économie d énergie

Le certificat d économie d énergie Le certificat d économie d énergie L un des outils proposés par la loi de programme fixant les orientations de la politique énergétique pour arriver à une maîtrise de la demande, est le certificat d économie

Plus en détail

L'eau à Genève, nouvelle tarification dès janvier 2015. L'essentiel en bref

L'eau à Genève, nouvelle tarification dès janvier 2015. L'essentiel en bref L'eau à Genève, nouvelle tarification dès janvier 2015. L'essentiel en bref 1. Le petit cycle de l'eau à Genève un parcours maîtrisé et organisé L'eau est une ressource essentielle à la vie et aux activités

Plus en détail

MUNICIPALITÉ DE L'ASCENSION 59, rue de l'hôtel-de-ville L'Ascension (Québec) J0T 1W0 Tél.: (819) 275-3027 Téléc.: (819) 275-3489

MUNICIPALITÉ DE L'ASCENSION 59, rue de l'hôtel-de-ville L'Ascension (Québec) J0T 1W0 Tél.: (819) 275-3027 Téléc.: (819) 275-3489 MUNICIPALITÉ DE L'ASCENSION 59, rue de l'hôtel-de-ville L'Ascension (Québec) J0T 1W0 Tél.: (819) 275-3027 Téléc.: (819) 275-3489 Préalables et obligations pour les demandes de permis pour l aménagement

Plus en détail

Comment gérer l eau dans mon entreprise?

Comment gérer l eau dans mon entreprise? Comment gérer l eau dans mon entreprise? Déroulement de la matinée 9h30 : «L Eau, l Or bleu de notre région» Madame Sophie BREMS Journaliste, RTBF, La première 10h15 : «L assainissement des eaux usées

Plus en détail

Appel à projet Pépinières d Exploitations Maraîchères Bio. Cahier des Charges

Appel à projet Pépinières d Exploitations Maraîchères Bio. Cahier des Charges Appel à projet Pépinières d Exploitations Maraîchères Bio Cahier des Charges la Communauté d Agglomération du Pays de Romans (CAPR) : Créée en Décembre 1997, la CAPR couvre aujourd hui 21 communes et a

Plus en détail

DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE. Vendredi 5 avril 2013

DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE. Vendredi 5 avril 2013 DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 5 avril 2013 DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE Le protocole de Kyoto: (1997) Réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le Facteur

Plus en détail

L AMENAGEMENT DES TROIS GORGES ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE DE LA CHINE

L AMENAGEMENT DES TROIS GORGES ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE DE LA CHINE L AMENAGEMENT DES TROIS GORGES ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE DE LA CHINE Le barrage des Trois Gorges assure t il vraiment le développement durable de la Chine? I UN AMENAGEMENT DIGNE DE LA GRANDE MURAILLE

Plus en détail

Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 Notes sectorielles

Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 Notes sectorielles Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 1. Généralités DEVELOPPEMENT URBAIN La région MENA a l un des taux de croissance démographique les plus élevés du monde (2,1 % en moyenne par an de 1990 à 2003).

Plus en détail

04.083 n Loi fédérale sur l approvisionnement en électricité et la loi sur les installations électriques. Modification

04.083 n Loi fédérale sur l approvisionnement en électricité et la loi sur les installations électriques. Modification e-parl..007 08:0 Conseil national Session d'hiver 007 0.08 n Loi fédérale sur l approvisionnement en électricité et la loi sur les installations électriques. Modification Projet du Conseil fédéral Décision

Plus en détail

Règlement communal relatif à l eau potable

Règlement communal relatif à l eau potable Commune de Rue Règlement communal relatif à l eau potable L assemblée communale vu : la loi du 30 novembre 1979 sur l'eau potable, complétée par celle du 11 février 1972; le règlement du 13 octobre 1981

Plus en détail

Collecte et dépollution des eaux usées. points de repère

Collecte et dépollution des eaux usées. points de repère Collecte et dépollution des eaux usées points de repère coûts environnement assainissement Toute eau utilisée pour l activité humaine devient eau usée En France, un habitant consomme en moyenne 150 litres

Plus en détail

La sécurité d approvisionnement en gaz

La sécurité d approvisionnement en gaz La sécurité d approvisionnement en gaz Direction générale de l énergie et du climat Ministère de l'ecologie, du Développement durable et de l'energie Convention AFG 18 mars 2014 Sophie Rémont Sous-directrice

Plus en détail

Evolution de la LAPEL et incidence pour les entreprises

Evolution de la LAPEL et incidence pour les entreprises Evolution de la LAPEL et incidence pour les entreprises Roger Nordmann Conseiller National, membre de la Commission de l environnement, de l aménagement du territoire et de l énergie du Conseil national

Plus en détail

LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS. Présentation des enjeux du secteur

LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS. Présentation des enjeux du secteur LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS Présentation des enjeux du secteur Avec des taux d accès proches de 100 %, les enjeux de l eau et l assainissement en Jordanie ne sont pas l accès

Plus en détail

Vers une gestion durable des ressources en eau

Vers une gestion durable des ressources en eau Vers une gestion durable des ressources en eau Carrefours de l innovation agronomique Productions végétales et sécheresse Toulouse - 6 juin 2008 Nelly LE CORRE-GABENS Responsable du Service Agronomie-Environnement

Plus en détail

Atelier 10 La PDE et la gestion des réseaux

Atelier 10 La PDE et la gestion des réseaux La question technique est fortement présente lorsqu'il s'agit par exemple d'assurer le transport d'une production aléatoire, tout en permettant une garantie d'approvisionnement aux consommateurs. Ainsi

Plus en détail

Introduction. Depuis tout temps, les hommes cherchent une énergie propre, viable ; cette énergie c est la géothermie.

Introduction. Depuis tout temps, les hommes cherchent une énergie propre, viable ; cette énergie c est la géothermie. Introduction Depuis tout temps, les hommes cherchent une énergie propre, viable ; cette énergie c est la géothermie. La géothermie par captage horizontal DÉFINITION La géothermie, du grec géo (la terre)

Plus en détail

SCHÉMA DIRECTEUR DES EAUX PLUVIALES

SCHÉMA DIRECTEUR DES EAUX PLUVIALES SCHÉMA DIRECTEUR DES EAUX PLUVIALES 1. PRINCIPES. Bien que la gestion des eaux pluviales urbaines soit un service publique à la charge des communes, il semble indispensable d imposer aux aménageurs, qui

Plus en détail

1.7 AUBIAT PLAN LOCAL D URBANISME. Commune de ANNEXES SANITAIRES DEPARTEMENT DU PUY DE DOME

1.7 AUBIAT PLAN LOCAL D URBANISME. Commune de ANNEXES SANITAIRES DEPARTEMENT DU PUY DE DOME DEPARTEMENT DU PUY DE DOME 1.7 Commune de AUBIAT SCP DESCOEUR F et C ARCHITECTURE ET AMENAGEMENT DU TERRITOIRE 49 rue des Salins 63000 Clermont Ferrand Tel : 04.73.35.16.26. Fax : 04.73.34.26.65. Mail

Plus en détail

L économie politique et la gestion territoriale des services environnementaux

L économie politique et la gestion territoriale des services environnementaux Agence Française de Développement document de travail Juin 2013 135 L économie politique et la gestion territoriale des services environnementaux Bernard Dafflon, université de Fribourg (Suisse) Contact

Plus en détail

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE DE COORDINATION Office de l environnement AUTRES INSTANCES CONCERNÉES Service de la santé publique Service de l aménagement du territoire Service

Plus en détail

COMMUNE DE M E N I E R E S REGLEMENT RELATIF A LA DISTRIBUTION D'EAU POTABLE

COMMUNE DE M E N I E R E S REGLEMENT RELATIF A LA DISTRIBUTION D'EAU POTABLE COMMUNE DE M E N I E R E S REGLEMENT RELATIF A LA DISTRIBUTION D'EAU POTABLE L'assemblée communale Vu la loi du 30 novembre 1979 sur l'eau potable; complétée par celle du 11 février 1982; Vu le règlement

Plus en détail

TRANSPARENCE DU PRIX DE L'EAU ET DU SERVICE PUBLIC DE L'EAU Exercice 2011

TRANSPARENCE DU PRIX DE L'EAU ET DU SERVICE PUBLIC DE L'EAU Exercice 2011 DEPARTEMENT DU VAR REPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Egalité Fraternité MAIRIE DE SAINT MAXIMIN LA SAINTE BAUME TRANSPARENCE DU PRIX DE L'EAU ET DU SERVICE PUBLIC DE L'EAU Exercice 2011 Rapport annuel du maire

Plus en détail

Voyage d études à Barcelone

Voyage d études à Barcelone Voyage d études à Barcelone 4 et 5 février 2009 Le développement durable au cœur du renouveau économique et urbain de Barcelone INTRODUCTION Capitale historique, administrative et économique de la Catalogne,

Plus en détail

CHAPITRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

CHAPITRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CHAPITRE II : APPLICABLES A LA ZONE N Caractère de la zone : Il s agit d une zone naturelle et forestière protégée en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur

Plus en détail

Ministère des Infrastructures Economiques. REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union-Discipline-Travail

Ministère des Infrastructures Economiques. REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union-Discipline-Travail Ministère des Infrastructures Economiques REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union-Discipline-Travail INTRODUCTION I. POURQUOI L EAU POTABLE A UN COUT? II. LES OBJECTIFS DE FINANCEMENT DU SECTEUR DE L EAU POTABLE

Plus en détail

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid Réseau de transport suisse Mission et défis de Swissgrid 2 La mission de Swissgrid La mission de Swissgrid: la sécurité de l approvisionnement Qui est Swissgrid? La société nationale pour l exploitation

Plus en détail

Atelier 4 Gestion des ressources naturelles biodiversité agriculture - Contribution citoyenne

Atelier 4 Gestion des ressources naturelles biodiversité agriculture - Contribution citoyenne Atelier 4 Gestion des ressources naturelles biodiversité agriculture - Contribution citoyenne Ressources naturelles : l eau Impact des boues de STEP (épandue) sur la qualité de l eau : des mesures au préalable

Plus en détail

60 actions pour lutter contre le changement climatique

60 actions pour lutter contre le changement climatique E N V I R O N N E M E N T 60 actions pour lutter contre le changement climatique Plan Climat 1 p. 3 Lutter contre le changement climatique et anticiper ses effets sur notre territoire p. 4 Agir pour limiter

Plus en détail

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Julien St-Laurent, M.Sc.Env. Spécialiste environnement Direction de l Aménagement, gestion et développement durable

Plus en détail

Signature du Contrat de rivière

Signature du Contrat de rivière Signature du Contrat de rivière Soutien financier : Soutien technique : Cérémonie de signature du Contrat de rivière 18 juin 2010 Qu est-ce-qu un Contrat de rivière? Un programme de reconquête de la qualité

Plus en détail

A PATRIMOINE CULTUREL ET DEVELOPPEMENT LOCAL

A PATRIMOINE CULTUREL ET DEVELOPPEMENT LOCAL Pays : Nom de la personne de contact au sein de la mairie Nom de la Ville Fonction : Superficie de la Téléphone commune : Nb d habitants Email 1. Personnel de votre commune 1.1) Nb de conseillers municipaux?

Plus en détail

Agence du Bassin Hydraulique du Souss Massa et Draa. Ressources en Eau SOUSS MASSA DRAA. Octobre 2011

Agence du Bassin Hydraulique du Souss Massa et Draa. Ressources en Eau SOUSS MASSA DRAA. Octobre 2011 Ressources en Eau SOUSS MASSA DRAA Octobre 2011 AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DE SOUSS MASSA ET DRAA AVENUE PRINCE MOULAY ABDELLAH - VILLE NOUVELLE - BP 432 - AGADIR Secrétariat/ 05-28-84-25-51*Standard/

Plus en détail

COMMUNE DE VEX REGLEMENT CONCERNANT LA DISTRIBUTION D EAU POTABLE SUR LE TERRITOIRE COMMUNAL

COMMUNE DE VEX REGLEMENT CONCERNANT LA DISTRIBUTION D EAU POTABLE SUR LE TERRITOIRE COMMUNAL COMMUNE DE VEX REGLEMENT CONCERNANT LA DISTRIBUTION D EAU POTABLE SUR LE TERRITOIRE COMMUNAL L'assemblée primaire de Vex Vu : - la loi fédérale sur la protection des eaux contre la pollution - la loi fédérale

Plus en détail

La prise en compte de l eau potable à l échelle départementale : le SDAEP

La prise en compte de l eau potable à l échelle départementale : le SDAEP La prise en compte de l eau potable à l échelle départementale : le SDAEP SOMMAIRE Un outil pour les Départements : le Schéma Départemental d Alimentation en Eau Potable Un SDAEP est un outil de planification

Plus en détail

Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait

Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait Daniel Büchel, Vice-directeur, directeur du programme SuisseEnergie Politique énergétique: de quoi s agit-il? Sécurité de l approvisionnement Sécurité technique

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

«Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable»

«Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable» «Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable» Workshop Luxembourg, le 01 décembre 2006 A. TURLOT et B. DUQUESNE FAO Introduction Selon la FAO, les femmes rurales

Plus en détail

CONDITIONS DE FOURNITURE DE GAZ

CONDITIONS DE FOURNITURE DE GAZ Sogaval CONDITIONS DE FOURNITURE DE GAZ Chapitre 1 : dispositions générales Art. 1 SOGAVAL SA Société du gaz du Valais appelée ci-après «Sogaval», fournit le gaz à tout client (c est-à-dire toute personne

Plus en détail

DARNETS. Mairie de SEPTEMBRE 2002. Corrèze A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT D. LES RESPONSABILITES

DARNETS. Mairie de SEPTEMBRE 2002. Corrèze A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT D. LES RESPONSABILITES Mairie de DARNETS Corrèze SEPTEMBRE 2002 19300 Darnets Tél. : 05.55.93.09.91 Fax. : 05.55.93.13.06 Email : mairiededarnets@wanadoo.fr A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Ordonnance sur les parcs d importance nationale

Ordonnance sur les parcs d importance nationale Projet du 0 janvier 007 Ordonnance sur les parcs d importance nationale (Ordonnance sur les parcs, OParcs) du... Le Conseil fédéral suisse, vu les art. k et 6 de la loi fédérale du er juillet 966 sur la

Plus en détail