L'économie politique de l'eau

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'économie politique de l'eau"

Transcription

1 L'économie politique de l'eau Bernard DAFFLON Département d'économie politique, Université de Fribourg 1 Introduction L'eau, OR BLEU, bien libre, droit humain, bien social, bien marchand? 2 Géopolitique de l'eau Les enjeux stratégiques: guerre ou solidarité? 3 L'or bleu Rare donc intéressant: les nouvelles stratégies financières 4 L'eau a une valeur d'usage Valeur marchande et valeur collective de l'eau 5 L'eau n'est pas gratuite Faut-il privatiser la gestion de l'eau? 6 La gestion publique de l'eau Le rôle des communes: de la source au robinet

2 1 Introduction L'eau: OR BLEU, bien libre, droit humain, bien social, bien marchand? Le débat sur la libéralisation du marché de l'eau, l'or bleu, avance à grand pas. Forum mondial de l'eau La Haye (mars 2000): de fortes pressions furent exercées pour considérer désormais l'eau comme une "simple" marchandise. Déclaration de Johannesburg sur le développement durable (septembre 2002): "La fourniture d'eau potable et de services adéquats d'assainissement est nécessaire pour protéger la santé humaine et l'environnement. A cet égard, nous (les Etats signataires) convenons de réduire de moitié, d'ici 2015, la proportion de personnes qui n'ont pas accès à l'eau potable ou qui n'ont pas les moyens de s'en procurer et la proportion de personnes qui n'ont pas accès à des services d'assainissement de base". Au Forum mondial de l'eau à Kyoto, en mars 2003, un des sujets les plus délicats traités par les participants fut le nombre toujours plus important de compagnies privées qui "assurent" l'approvisionnement en eau potable des régions urbaines (et les autres?). L'OMC, comme le FMI d'ailleurs, ont porté la privatisation de l'eau à leur agenda. Des fonds de placements sont offerts qui ont pour ambition de rentabiliser l'eau avec de belles perspectives de gains Selon plusieurs spécialistes individuels ou institutionnels en gestion de portefeuille, le XXIème siècle sera celui de "l'or bleu". Ces valeurs profitent du fait que l'eau devient une denrée rare, donc chère, sur une planète en pleine urbanisation. Pendant ce temps, des protestations s'élèvent en Asie, en Afrique et en Europe sur la privatisation de l'eau et son détournement à des fins commerciales ou de profits. En Suisse, une initiative citoyenne demande que l'eau reste un bien public inscrit dans la Constitution. D'aucuns exigent que l'accès à l'eau devienne un droit fondamental. ALORS, l'eau un droit ou une simple marchandise?

3 Les utilisations de l'eau Politique énergétique Approvisionnement sûr Développement économique Consommations individuelles des entreprises des ménages Energie hydraulique Politique agricole Autosuffisance alimentaire EAU Irrigation "de consommation" Consommation des producteurs agriculture, cultures maraîchères, arboriculture, viticulture cultures vivrières cultures extensives: exportation, biocarburant Consommations intermédiaires finales Réserve de capacité développement local PVD: mesure sanitaire générale Réseau de défense contre le feu Eteindre un incendie

4 2 Géopolitique de l'eau Les enjeux stratégiques: guerre ou solidarité? Tout paraît simple quand il y a suffisamment d'eau: il suffit de partager! Mais quand l'eau vient à manquer: qui peut accéder à l'eau? Le plus fort, celui qui en a vraiment besoin? Qui possède les droits de propriété sur l'eau? L'eau: bien libre - un enjeu stratégique Trois exemples: 2.1 La guerre des Six-Jours: le Golan 2.2 Les craintes: les sources du Tigre et de l'euphrate 2.3 La solidarité en question: l'ebre Trois de l'eau

5 La guerre des Six-Jours: le Golan 2.1 Israël, dans son territoire, n'a guère de ressources propres en eaux: les nappes phréatiques sont situées principalement en Cisjordanie. Le Lac de Tibériade est alimenté par le Jourdain, qui lui provient de la jonction des rivières Dan, en Israël, Yarmouk et Banias, en Syrie, Hasban, dans le sud du Liban. Dans les mois qui précèdent la guerre des Six-Jours, l'utilisation des eaux de la rivière Banias avait provoqué de nombreuy accrochages meurtriers entre soldats israéliens et soldats syriens. Le lobby des kibboutzim exerçait de grosses pressions sur le gouvernement travailliste israélien, l'état-major de l'armée et le général Moshe Dayan parce que l'armée syrienne pilonnait les kiboutz de la Haute Galilée. Les 8 et 9 juin 1967, la brigade d'élite israélite "Golani" monte à l'assaut du Plateau du Golan. La bataille dure 20 heures. Israël gagne le Golan: elle ne le lâchera plus.

6 2.2 Les craintes: les sources du Tigre et de l'euphrate 2.3

7 La Mésopotamie: autrefois surnommée le "Croissant fertile" a vu naître il y a près de 10'000 ans une des premières formes d'agriculture sédentaire. C'est en Turquie que naissent les deux fleuves les plus importants de la région: le Tigre et l'euphrate. Depuis les années 1980, la Turquie développe le projet GAP (Güneydogu Anadolu Projesi): construire 22 barrages et 19 usines hydraliques pour la maîtrise énergétique et le développement de l'irrigation. "Avec le coton nous pourrons créer des usines de textile, avec les légumes, des fabriques de purée de tomate." Avec le barrage d'ilisu, 183 villages sont inondés et personnes déplacées. La ville historique de Hasankeyf (passage clé des routes de l'antique Mésopotamie, 30 civilisations, ans d'histoire) disparaît sous les eaux. Des entreprises suisses participent au projet mené par un consortium européen. Commentaires CH (Le Temps: 16 décembre 2006): "Grâce à ce contrat nous pouvons offrir du travail à 20 personnes pendant huit ans" (AD directeur commercial d'un bureau d'ingénieurs participant au projet) et "si des entreprises suisses ne signent pas ces contrats, d'autres l'auraient fait" (Mme la CF D. Leuthard, Seco)! À lui seul, le barrage Atatürk (1984) représente 27 milliards de kw/h (pour 2 milliards kw/h pour la Grande Dixence). Le problème: les barrages turcs assoiffent et assèchent la Syrie et l'irak. L'accord de 1987 garantit à la Syrie 500m3/sec d'eau de "bonne qualité" de l'euphrate. Celui de 1990, répartit ces eaux en proportion de 42 % pour la Syrie et 58 % pour l'irak. Mais: - la Turquie ne respecterait pas ce quota, difficile à contrôler; - l'eau n'est pas de "bonne" qualité: souillée par les pesticides et les engrais; - la surexploitation de l'eau en amont crée des problèmes de salinisation des sols en aval; - dans la région de Suntantepe, 150 propriétaires se partagent 70 % de la masse salariale; 80'000 fermiers, 30 %!

8 2.3 La solidarité en question: l'ebre Agua para todos Eau pour tous Versus El agua es nuestra L'eau est nôtre njeux stratégiques: guerre ou

9 Au début des années 2000, le gouvernement central voulait dériver une partie des eaux de l'èbre pour alimenter en eau potable la ville de Barcelone et les secteurs agricoles et touristiques du sud est malgré les résultats négatifs ("catastrophiques" selon le rapporteur) en terme de rentabilité économique et du point de vue écologique, de l'opacité et du gigantisme des projets, le gouvernement écarte les objections et décide le projet: les intérêts des industriels du génie civil (barrages), de la construction (tourisme) et de l'agroalimentaire ont eu raison de l'opposition publique Madrid est confronté à des litiges ingérables autour de la gestion de l'eau et des droits de propriétés sur l'eau. - Le conflit oppose les régions intérieures (Aragon, Castille la Manche), peu développées, qui se dépeuplent, mais riches en eau aux communautés autonomes du littoral (Catalogne, Valence, Murcie) qui se développent, construisent des dizaines de lotissements, attirent touristes et résidents étrangers; et le sud est, domaines des cultures de légumes et de tomates sous plastique Les communautés autonomes de l'intérieur inscrivent la "souveraineté sur leur fleuve" dans les nouveaux "statuts d'autonomie". Problèmes: - les anomalies climatiques, les pires depuis soixante ans, assèchent l'espagne. L'extrême sud est se désertifie (les bassins versant sont à 20 % de leur capacité moyenne de ces trente dernières années); les provinces riches en eau ne veulent pas perdre un avantage de situation; - disponible plus facilement par détournement hydraulique contribue au gaspillage: l'urbanisation débridée du littoral espagnol en lotissements résidentiels, hôtels, terrains de golf, etc. est sous le feu de la critique. Contraire à toute règle basique de "développement durable". - L'agriculture d'exportation (70 % de la consommation d'eau) pratiquée sans égard à l'environnement et aux conditions sociales doit revoir entièrement son mode de fonctionnement. Proposition: augmenter sensiblement le prix de l'eau en distinguant l'eau-vie de l'eau-marchandise.

10 3 L'or bleu Rare donc intéressant: les nouvelles stratégies financières

11

12 4 L'eau a une valeur d'usage Valeur marchande et valeur collective de l'eau

13 Politique énergétique Approvisionnement sûr Développement économique Bien collectif Consommations individuelles des entreprises des ménages Bien marchand Energie hydraulique Politique agricole Autosuffisance alimentaire Bien collectif EAU Irrigation "de consommation" Consommation des producteurs agriculture, cultures maraîchères, arboriculture, viticulture cultures vivrières cultures extensives: exportation, biocarburant Bien marchand Consommations intermédiaires finales Bien marchand Réserve de capacité développement local Bien collectif PVD: mesure sanitaire générale Bien collectif Réseau de défense contre le feu Bien collectif Eteindre un incendie Bien marchand

14 4 produits joints: avec 4 x quatre produits MARCHANDS et cinq services COLLECTIFS Si l'on peut privatiser les services marchands, peut-on privatiser les services collectifs? Si l'on privatise l'eau, QUI s'intéressera aux services collectifs? Dans l'affirmative: comment? Biens marchands: rivalité des consommations et exclusion par le prix Biens collectifs: non rivalité et non exclusion

15 5 L'eau n'est pas gratuite Faut-il privatiser la gestion de l'eau?

16 L'Assemblée constituante de la République et Canton de Genève doit débattre de l'inscription dans la future Constitution de l'eau comme bien public, inaliénable et géré par le secteur public. Le Temps, 15 octobre 2009

17 La législation relative à la gestion de l eau CONFEDERATION CANTONS COMMUNES FINANCEMENT APPROVISIONNEMENT EN EAU LEaux : Art. 57 LEaux : Art Utilisateur- payeur Cst. 76 al. 4-5 AMENAGEMENT DES COURS D EAU LF Aménagement des cours d eau : Art. 11, 13 LF Aménagement des cours d eau : Art. 2-3, 5, PROTECTION DES EAUX LEaux : Art.7 Art Oeaux : Art. 45 LEaux : Art. 45 Oeaux : Art. 45, 4 LEaux : Art. 7 Oeaux : Art. 5 Pollueur-payeur LEaux : Art. 3a, 60a FORCE HYDRAULIQUE LFH : Art. 1, 5, 72 LF Police des Eaux : Art. 3 bis LFH : Art. 2, 11, 38 OLF Police des Eaux : Art. 3 bis LFH : Art. 4, 11, 53 Utilisateur-payeur LFH : Art. 49

18 Lois fribourgeoises touchant à l'eau potables DATE LOI, ORDONNANCE ABRÉVIATION ENTRÉE EN VIGUEUR R.S.F Loi sur la police du feu et la protection contre les éléments naturels LPF Loi sur le domaine public LDP Loi d application de la loi fédérale du 8 octobre 1971 sur la protection des eaux contre la pollution LPEP Loi sur l'aménagement des eaux LAE Loi sur l eau potable LEP Loi sur l aménagement du territoire et les constructions LATeC Loi sur la gestion des déchets LGD

19 Loi sur le domaine public (1972) Art. 4 III. Eaux publiques Sont eaux publiques : a) les lacs naturels, les bassins d accumulation et les retenues d eau ; b) les eaux courantes, dès la limite du fonds où elles ont pris leur source, ou bien dès qu elles ont rejoint une eau publique traversant ce fonds ; c) les sources, horizons sourciers et résurgences d un débit d étiage moyen de plus de 200 litres/minute ; d) les nappes et cours d eau souterrains permettant un ou plusieurs captages d ensemble de plus de 200 litres/minute.

20 Loi d application de la loi fédérale sur la protection des eaux contre la pollution (1974) Art. 20 Protection des eaux souterraines La Direction (note: des travaux publics) veille à ce que les mesures nécessaires soient prises en vue de protéger les nappes d eaux souterraines exploitables. Art. 21 Zones de protection 1 Le Service (note: de l'environnement) est chargé d étudier et de proposer la création de secteurs de protection et la réservation de zones destinées à la réalimentation de nappes souterraines, conformément aux directives fédérales. 2 Le Conseil d Etat décide de l étendue des secteurs de protection et des zones réservées à la réalimentation selon la procédure de la mise à l enquête publique. 3 Aucune construction ni aucune fouille ne peuvent être faites dans les secteurs protégés ou les zones réservées sans l approbation du Service.

21 Loi du 30 novembre 1979 sur l eau potable Dispositions générales Art. 1 Champ d application La présente loi s applique : a) à l eau potable livrée à des tiers à titre onéreux ou gratuit (ci-après : l eau potable) ; b) aux ouvrages de captage, de traitement, de conditionnement, de transport, de stockage ou de distribution d eau potable (ci-après : ouvrages) ; c) aux appareils, installations et procédés de traitement ou de conditionnement de l eau potable à l intérieur de bâtiments (ci-après : installations intérieures). Art. 2 L eau potable L eau potable distribuée par des réseaux publics de distribution, par des sociétés, par des particuliers doit répondre aux exigences de la législation fédérale en matière de police sur les denrées alimentaires et de divers objets usuels. Les communes : compétences et tâches Art. 8 Fourniture d eau potable Les communes ont l obligation de veiller à ce que les habitations et les locaux publics disposent d eau potable en quantité suffisante.

22 Séquence possible de la fonction de production captage Stockage 1 Traitement Filtrage Potabilité Stockage 2 Distribution Réserve de capacité Réserve de capacité Consommation finale UN RESEAU de production peut-il être mis en concurrence? Si la réponse est NON, faut-il, en privatisant, échanger un monopole public pour un monopole privé? Une clientèle CAPTIVE: mais captive d'un monopole privé?

23 6 La gestion publique de l'eau Le rôle des communes: de la source au robinet Les captages de la commune d' AVEGNO dans le canton du Tessin

24 Les captages de la commune d' AVEGNO dans le canton du Tessin.. vus par l'ingénieur

25 Les captages de la commune d'avegno dans le canton du Tessin.. vus par l'ingénieur et les consommateurs

26 Et transformés en tableaux pour les besoins de la gestion de l'eau, en termes de finances publiques Captazione Filtraggio Clorazione Riq.1 Distribuzione - Privati - Fontane comunali - Comune di Locarno (limitata) - Intervento in caso d incendio Stoccaggio o Rete di distribuzione Riq.2 Valore assicurativo Nessun trattamento - Riserva di capacità - Rete di difesa contro fuoco

27 Les composants des coûts permettent ensuite de calculer le prix de revient par m3 d'eau potable obtenue au robinet Dépenses d'investissement - subventions - participations de tiers - prélèvement sur réserve Investissement net - taxes de raccordement - charges de préférence - contributions de plus-value Frais financiers: A intérêts passifs B amortissement Dépenses d'exploitation C administration D gestion technique E énergie F entretien G production Dépenses de fonctionnement

28 Que contient une "bonne" tarification de l'eau potable dans nos communes? [1] Sortir des coûts d'investissement, respectivement des coûts d'exploitation, la part qui concerne les prestations collectives: chez nous, la part concernant le réseau de défense contre l'incendie et la réserve de capacité. Ressource interdisciplinaire: la commune, le bureau d'ingénieur, l'aménagiste (PAL), un économiste GFPL [2] Procéder à la tarification des consommations privées Ressource: appui juridique, un économiste GFPL

29 Pour les investissements: Une charge de préférence (60 % de la taxe de raccordement) : pour les parcelles en zone à bâtir, mais qui ne sont pas encore construite. Motif: en zone à bâtir, un terrain acquiert une plus-value parce qu'il devient constructible. La commune doit supporter les coûts des infrastructures. Le propriétaire qui "attend" par exemple que le prix du terrain augmente doit aussi supporter sa part des coûts d'infrastructure. Une taxe de raccordement, une fois le bâtiment construit raccordé au réseau communal (moins la charge de préférence payée en acompte): cela correspond au coût des infrastructures réparti au prorata des possibilités de construire. Pour le fonctionnement: Une taxe de base, ou taxe fixe correspondant aux coûts fixes à couvrir par les abonnés, par raccordement. Elle couvre les frais qui ne varient pas avec la consommation d'eau. Une taxe proportionnelle à la consommation d'eau, en francs par m3 consommé, selon le principe de l'utilisateur-payeur. Dans cette démarche, la privatisation n'apporte pas de plus-value: elle doit suivre exactement le même tableau de marche. Pourquoi le secteur privé serait-il de facto, simplement par énoncé normatif, plus efficace?

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction :

Plus en détail

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau ROYAUME DU MAROC Secrétariat d État chargé de l Eau et de l Environnement Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau Mohamed HACHIMI Du 08 au 09/07/2009 à Tunis Gouvernance au niveau des Agences

Plus en détail

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Forum de l eau de Kyoto Contribution à la session du RIOB «Les progrès réalisés dans le monde dans la gestion intégrée des ressources en eau par bassin» GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Par M. Jean-Michel

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 Amt für Gemeinden GemA Rue de Zaehringen 1, 1701 Fribourg T +41 26 305 22 42, F +41 26 305 22 44 scom@fr.ch, www.fr.ch/scom Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 1. Comptes de fonctionnement

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS. Présentation des enjeux du secteur

LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS. Présentation des enjeux du secteur LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS Présentation des enjeux du secteur Avec des taux d accès proches de 100 %, les enjeux de l eau et l assainissement en Jordanie ne sont pas l accès

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

concession obligatoire pour installer l eau ou le gaz

concession obligatoire pour installer l eau ou le gaz concession obligatoire pour installer l eau ou le gaz Installer l eau ou le gaz dans la région lausannoise nécessite de passer par une entreprise au bénéfice d une concession. A Lausanne et dans les communes

Plus en détail

DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN

DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN SDAGE 2010-2015 DOCUMENTS D ACCOMPAGNEMENT DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT n 2 Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération

Plus en détail

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 41 526Km 2

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 41 526Km 2 Le contexte global Superficie : 41 526Km 2 Population: 16,34M.(89,6% urbaine: / 10,4% rurale:) 2006 PIB/hab 2007: 35 576 USD Divisions administratives: 12 provinces et 467 communes en nombre variable Régime:

Plus en détail

Synthèse des réponses au questionnaire

Synthèse des réponses au questionnaire Etat des lieux sur les réseaux et programmes de Monitoring dans les pays partenaires méditerranéens Synthèse des réponses au questionnaire X. Detienne Aquapôle, Université de Liège Réalisé pour le compte

Plus en détail

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts 35 36 Introduction La directive cadre sur l eau donne à l analyse économique une place déterminante.

Plus en détail

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation Présenté par l'ars de Poitou-Charentes UFC Que Choisir le 17 février 2011 L évolution de la société et la volonté d assurer un haut niveau

Plus en détail

Interreg V France Suisse. Un programme de coopération transfrontalière

Interreg V France Suisse. Un programme de coopération transfrontalière Interreg V France Suisse Un programme de coopération transfrontalière 1 Interreg France Suisse, un des programmes européens de coopération transfrontalière impliquant la Suisse 2 Territoire INTERREG France-Suisse

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

Loi fédérale sur l aménagement du territoire

Loi fédérale sur l aménagement du territoire Délai référendaire: 4 octobre 2012 Loi fédérale sur l aménagement du territoire (Loi sur l aménagement du territoire, LAT) Modification du 15 juin 2012 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse,

Plus en détail

Demande préalable pour un projet de création ou de modification d'un plan d'eau

Demande préalable pour un projet de création ou de modification d'un plan d'eau Demande préalable pour un projet de création ou de modification d'un plan d'eau Les plans d'eau peuvent avoir des usages différents à savoir agrément, défense contre l'incendie, élevage de poissons, irrigation,

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

1. LE CONTEXTE : PRINCIPALES DIFFÉRENCES ENTRE LA FLANDRE ET LA WALLONIE

1. LE CONTEXTE : PRINCIPALES DIFFÉRENCES ENTRE LA FLANDRE ET LA WALLONIE EXPOSÉ DE ANNICK CLAUWAERT : SYNDICAT ET ENVIRONNEMENT EN FLANDRE 1. LE CONTEXTE : PRINCIPALES DIFFÉRENCES ENTRE LA FLANDRE ET LA WALLONIE L environnement étant une matière régionalisée, chaque région

Plus en détail

Règlement. Alimentation en eau

Règlement. Alimentation en eau Règlement Alimentation en eau S.E.R. 0 Règlement concernant l'alimentation en eau I. Généralités Article premier Tâche Article Champ d'application du règlement Article Zones de protection Article 4 Plan

Plus en détail

SCHEMA DIRECTEUR D AMENAGEMENT

SCHEMA DIRECTEUR D AMENAGEMENT SCHEMA DIRECTEUR D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX (SDAGE) DE MAYOTTE 2010-2015 DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT N 2 : DISPOSITIONS PRISES EN MATIERE DE TARIFICATION DE L EAU ET DE RECUPERATION DES COUTS DOCUMENT

Plus en détail

Examen des candidats au notariat

Examen des candidats au notariat Commission d examen pour le notariat Notariatsprüfungskommission Sion, juin 2015 Examen des candidats au notariat Liste des matières d examen 1. Droit public 1.1 Droit public fédéral 101 Constitution fédérale

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVII e Édition Règlement n o 2014-02 : Règlement sur le développement des toits verts et l agriculture urbaine PRÉSENTATION Présenté par M. Charles Marois, membre du comité exécutif,

Plus en détail

Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères

Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères CO.TE.CO du 09 juin 2015 Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères Institution interdépartementale des barrages-réservoirs du bassin de la Seine 8,

Plus en détail

Loi sur les finances de la Confédération

Loi sur les finances de la Confédération Loi sur les finances de la Confédération (Loi sur les finances, LFC) (Optimisation du modèle comptable de la Confédération) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze Règlement Titre Adopté par la CLE le 18 décembre 2012 Légende Sommaire Sommaire... 2 Préambule... 3 Chapitre 1 : Contenu et portée juridique du

Plus en détail

CONTRAT DE STOCKAGE. relatif au stockage obligatoire d engrais azotés. passé entre

CONTRAT DE STOCKAGE. relatif au stockage obligatoire d engrais azotés. passé entre Ce contrat doit être établi en trois exemplaires et adressé pour signature à la coopérative Agricura, case postale 1023, 3001 Berne 14. propriétaire n : branche n : 56 CONTRAT DE STOCKAGE relatif au stockage

Plus en détail

1 ère ORIENTATION GESTION DE L EAU. THEMATIQUE 4: Epuration

1 ère ORIENTATION GESTION DE L EAU. THEMATIQUE 4: Epuration 1 ère ORIENTATION GESTION DE L EAU THEMATIQUE 4: Epuration Fiche action n 1.4.1 RECUPERATION DE CHALEUR DANS LES EAUX USEES 1. OBJECTIFS STRATEGIQUES La dépendance de notre alimentation énergétique vis-à-vis

Plus en détail

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes La loi n 2000-1028 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbain, dite «loi SRU», avait instauré une participation

Plus en détail

Entreprise de correction fluviale E.C.F. Canal de dérivation de l Arbogne

Entreprise de correction fluviale E.C.F. Canal de dérivation de l Arbogne 1562 Corcelles, le 17 janvier 2012 COMMUNE DE CORCELLES Près Payerne MUNICIPALITE Tél. 026/660.25.62 Fax 026/660.17.76 commune@corcelles.ch AU CONSEIL COMMUNAL DE CORCELLES/PAYERNE PREAVIS N o 01/2012

Plus en détail

Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 1

Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 1 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 1 L initiative socialiste pour des impôts équitables soulève des discussions souvent quérulentes entre défenseurs de l initiative

Plus en détail

Canevas du Plan de Communication opérationnel ABH Moulouya

Canevas du Plan de Communication opérationnel ABH Moulouya Secrétariat d Etat auprès du Ministère de l Énergie, des Mines, de l Eau et de l Environnement chargé de l Eau et de l Environnement Département de l Eau Canevas du Plan de Communication opérationnel ABH

Plus en détail

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT?

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Le plan d investissement pour l Europe sera constitué d un ensemble de mesures visant à libérer au moins 315 milliards d euros d investissements publics et privés

Plus en détail

Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de Mme Christina Meissner : Vidange de Verbois : le moratoire n'était-il qu'un leurre?

Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de Mme Christina Meissner : Vidange de Verbois : le moratoire n'était-il qu'un leurre? Secrétariat du Grand Conseil QUE 115-A Date de dépôt : 2 octobre 2013 Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de Mme Christina Meissner : Vidange de Verbois : le moratoire n'était-il qu'un

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DU REMOB Seminaire international sur la GIRE. GESTION DECENTRALISEE DE L EAU AU MAROC Rôle des Agences de Bassins

ASSEMBLEE GENERALE DU REMOB Seminaire international sur la GIRE. GESTION DECENTRALISEE DE L EAU AU MAROC Rôle des Agences de Bassins ASSEMBLEE GENERALE DU REMOB Seminaire international sur la GIRE GESTION DECENTRALISEE DE L EAU AU MAROC Rôle des Agences de Bassins Marrakech : 23-26 Mai 2005 1 SOMMAIRE -Introduction - Le potenteil hydrique:

Plus en détail

Ordonnance sur le cautionnement de prêts pour financer des navires suisses de haute mer

Ordonnance sur le cautionnement de prêts pour financer des navires suisses de haute mer Ordonnance sur le cautionnement de prêts pour financer des navires suisses de haute mer 531.44 du 14 juin 2002 (Etat le 1 er juillet 2015) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 22, al. 1, et 52 de la

Plus en détail

Que sont les sources d énergie renouvelable?

Que sont les sources d énergie renouvelable? Que sont les sources d énergie renouvelable? Comme leur nom l indique, il s agit de sources qui se renouvellent et ne s épuiseront donc jamais à l échelle du temps humain! Les sources non renouvelables

Plus en détail

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DIRECTION DE L'EAU Sous-Direction de l'action territoriale, De la directive cadre

Plus en détail

Commune de Vérossaz - Liste: Listes officielles Investissement budget par ordre administratif. Budget 2014

Commune de Vérossaz - Liste: Listes officielles Investissement budget par ordre administratif. Budget 2014 Page : 1 /8 0 Administration générale 105'000.00 60'000.00 02 Administration générale 105'000.00 60'000.00 029 Administration générale, divers 105'000.00 60'000.00 029.50 Investissements propres 105'000.00

Plus en détail

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les deuxièmes plus grands consommateurs d eau potable, juste

Plus en détail

Journée technique ARRA Gestion quantitative de la ressource en eau

Journée technique ARRA Gestion quantitative de la ressource en eau Journée technique ARRA Gestion quantitative de la ressource en eau Etude Volumes Prélevables sur les Usses 2010-2012 5 avril 2013 SMECRU Syndicat Mixte d Etude du Contrat de Rivières des Usses Le bassin

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

RÉSEAU DE SURVEILLANCE ET PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES EN VALAIS

RÉSEAU DE SURVEILLANCE ET PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES EN VALAIS CAPOFILA DI PROGETTO Regione Lombardia, Agenzia Regionale per la Protezione dell Ambiente PARTNER DELL ATTIVITA 3 GESTIONE SORGENTI DI MONTAGNA Regione Valle d Aosta, Dipartimento Difesa del Suolo e Risorse

Plus en détail

Quand faut-il une autorisation relevant de l hôtellerie-restauration et quelle autorisation est prévue?

Quand faut-il une autorisation relevant de l hôtellerie-restauration et quelle autorisation est prévue? Direction de l économie publique du canton de Berne ISCB N : 9/935.11/1.1 beco Economie bernoise Münsterplatz 3 3011 Berne 30 juillet 2010 Pour tout renseignement: Surveillance du marché 031 633 50 93

Plus en détail

Code Rural - Recueil des textes Edition 2013

Code Rural - Recueil des textes Edition 2013 REPUBLIQUE DU NIGER CONSEIL SUPREME POUR LA RESTAURATION DE LA DEMOCRATIE MINISTERE DE L EAU, DE L ENVIRONNEMENTET DE LA LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION Arrêté n 0122/MEE/LCD/DGH/DL du 18 octobre 2010

Plus en détail

Département des institutions et de la sécurité. Service des communes et du logement

Département des institutions et de la sécurité. Service des communes et du logement Département des institutions et de la sécurité Service des communes et du logement Division finances communales Commune de FERREYRES Résumé des comptes Année 2014 Cette formule doit parvenir au Département,

Plus en détail

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE Feuille officielle numéro 41, du 19 octobre 2012 Référendum facultatif: délai d'annonce préalable: 8 novembre 2012 délai de dépôt des signatures: 17 janvier

Plus en détail

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes 2009 Rapport du commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes PRINTEMPS Message du commissaire Chapitre 1 La protection de l habitat du poisson Chapitre 2 La Loi de

Plus en détail

QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN?

QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN? QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN? Si je vous posais la question suivante: Etes-vous partisans de l Eau Bien Commun? J obtiendrais une réponse positive unanime. Mais si je vous posais ensuite la question

Plus en détail

7 juin 2008. de 9 h 00 à 16 h 00. Maison de la promotion sociale 24, avenue de Virecourt 33370 Artigues-Près-Bordeaux

7 juin 2008. de 9 h 00 à 16 h 00. Maison de la promotion sociale 24, avenue de Virecourt 33370 Artigues-Près-Bordeaux 7 juin 2008 de 9 h 00 à 16 h 00 Maison de la promotion sociale 24, avenue de Virecourt 33370 Artigues-Près-Bordeaux Défense du droit à l eau potable : un forum pour en parler...page 3 Consommer, gérer

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

CHARTE MAGHRÉBINE POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Introduction

CHARTE MAGHRÉBINE POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Introduction CHARTE MAGHRÉBINE POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Vème Session du Conseil de la Présidence de l'uma Nouakchott, 11 novembre 1992 Traduction non officielle Introduction

Plus en détail

Détail des cultures de l'exploitation en 2007

Détail des cultures de l'exploitation en 2007 République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Formulaire annexe à la déclaration 2007 servant à déterminer le revenu et la fortune professionnels de l'agriculture

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Bases juridiques et dernières évolutions règlementaires Séminaire des animateurs territoriaux, le 26 juin 2012 Ludiana KORTH, chargée d étude juridique

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Genève, le 1 er février 2011. Information N 1/2011. Déductibilité des frais d'entretien des immeubles privés. Table des matières

Genève, le 1 er février 2011. Information N 1/2011. Déductibilité des frais d'entretien des immeubles privés. Table des matières REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département des finances Administration fiscale cantonale AFC Direction générale Case postale 3937 1211 Genève 3 N/réf. : DHL/YG/SL Genève, le 1 er février 2011 Information

Plus en détail

Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts

Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts par Équiterre 30 novembre 2011 Objet de l étude Cette étude

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

ANALYSE ECONOMIQUE SUR L EAU EN MARTINIQUE LA RECUPERATION DES COUTS SYNTHESE

ANALYSE ECONOMIQUE SUR L EAU EN MARTINIQUE LA RECUPERATION DES COUTS SYNTHESE ANALYSE ECONOMIQUE SUR L EAU EN MARTINIQUE LA RECUPERATION DES COUTS SYNTHESE 30 septembre 2013 ODE - Martinique SOMMAIRE 1. PREAMBULE... 4 2. LE RECOUVREMENT DES COUTS DES SERVICES LIES A L EAU... 4 2.1

Plus en détail

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau SCHEMA D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DU BASSIN VERSANT DE L ARMANÇON Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau Année 2009 Adopté en séance plénière le 25 mai 2010 Siège de la Commission

Plus en détail

La couverture des risques agricoles

La couverture des risques agricoles PACIFICA - ASSURANCES DOMMAGES La couverture des risques agricoles Patrick Degiovanni Directeur Général Adjoint Page 1 Marrakech, Jeudi 28 octobre 2010 Sommaire Le contexte Les risques du métier en Agriculture

Plus en détail

Ressources APIE. La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications. immatériel. Pour comprendre. En bref

Ressources APIE. La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications. immatériel. Pour comprendre. En bref Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications En bref L État est riche d un patrimoine immatériel inestimable.

Plus en détail

L assurance contre les dommages dus à des événements naturels

L assurance contre les dommages dus à des événements naturels L assurance contre les dus à des s naturels I. Résumé L assurance des dus à des s naturels couvre les causés aux meubles et aux immeubles par les hautes eaux, les inondations, les tempêtes, la grêle, les

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES

Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES PRESENTATION Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES Organisé avec France Volontaires 24/05/2014 1 ORGANISATION DE LA JOURNEE 10H30 // 11H00 // 11H30 // Accueil et arrivée des participants

Plus en détail

Résumé analytique du rapport technique intérimaire. Client: Commission Européenne - DG Commerce

Résumé analytique du rapport technique intérimaire. Client: Commission Européenne - DG Commerce Evaluation de l impact commercial durable en support des négociations pour un Accord de Libre-échange Complet et Approfondi entre l Union Européenne et le Maroc Résumé analytique du rapport technique intérimaire

Plus en détail

EXPOSE DES MOTIFS N 125-2015

EXPOSE DES MOTIFS N 125-2015 Commune de Plan -les-ouates EXPOSE DES MOTIFS N 125-2015 Message aux membres du Conseil municipal OBJET: Crédit d engagement pour l assainissement du chemin des Pluviers à Plan-les-Ouates 207 000 F Plan-les-Ouates

Plus en détail

Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino

Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino RAPPORT TECHNIQUE Evacuation des eaux et alimentation en eau potable Dossier 10N026 Version 001 26 novembre 2010 RWB Holding SA Aménagement du territoire

Plus en détail

Micro-irrigation à Madagascar

Micro-irrigation à Madagascar P R AVSF - J. Mas A X IS LES EXPÉRIENCES I N N O VA N T E S D AV S F PAYS Madagascar TITRE DU PROJET SCAMPIS Développement des Systèmes de Micro-irrigation BÉNÉFICIAIRES DIRECTS Plus de 10 000 familles

Plus en détail

FICHE DOCUMENTAIRE IFM n 3/12

FICHE DOCUMENTAIRE IFM n 3/12 Comité de Toulon Provence Toulon, 5 mars 2012 FICHE DOCUMENTAIRE IFM n 3/12 Objet : Préambule -o- La dernière réunion de la Convention de Barcelone sur la protection de la Méditerranée, à Paris en février

Plus en détail

SCHÉMA D AMÉNAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DU BASSIN VERSANT OISE-ARONDE. COMPTE RENDU du BUREAU de la COMMISSION LOCALE de l EAU du 22 avril 2010

SCHÉMA D AMÉNAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DU BASSIN VERSANT OISE-ARONDE. COMPTE RENDU du BUREAU de la COMMISSION LOCALE de l EAU du 22 avril 2010 SCHÉMA D AMÉNAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DU BASSIN VERSANT OISE-ARONDE COMPTE RENDU du BUREAU de la COMMISSION LOCALE de l EAU du 22 avril 2010 Lieu : Salle 212 Agglomération de la Région de Compiègne

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Le Plan Départemental de l Eau

Le Plan Départemental de l Eau de l Eau CG1/PIADDT/DAE/MD-LS-9/05/009 de l Eau Son organisation schématique va s appuyer sur : 1. Les infrastructures existantes d intérêt départemental,. Les schémas directeurs territoriaux, 3. Des maillages

Plus en détail

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel Claire BRECQ GrDF - Délégation Stratégie- Régulation 10 ème Conférence sur le biogaz et le biométhane Montréal, le 24 mai 2012 Présentation de GrDF

Plus en détail

Avantages économiques procurés par le secteur des assurances

Avantages économiques procurés par le secteur des assurances 6 Avantages économiques procurés par le secteur des assurances Sans les assurances, rien ne va plus dans notre monde moderne Le secteur des assurances constitue un pilier central de l économie helvétique

Plus en détail

MÉMOIRE RENOUVELLEMENT DU PERMIS D EXPLOITATION DU POUR LA COMMISSION CANADIENNE DE LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE (CCSN) À L ÉGARD DU

MÉMOIRE RENOUVELLEMENT DU PERMIS D EXPLOITATION DU POUR LA COMMISSION CANADIENNE DE LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE (CCSN) À L ÉGARD DU MÉMOIRE POUR LA COMMISSION CANADIENNE DE LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE (CCSN) À L ÉGARD DU RENOUVELLEMENT DU PERMIS D EXPLOITATION DU RÉACTEUR NUCLÉAIRE DE PUISSANCE DE LA CENTRALE DE GENTILLY - 2 MARS 2011 Avant

Plus en détail

Convention de coopération relative à la construction et à l'exploitation d'une galerie d'adduction au réseau primaire genevois

Convention de coopération relative à la construction et à l'exploitation d'une galerie d'adduction au réseau primaire genevois Convention de coopération relative à la construction et à l'exploitation d'une galerie d'adduction au réseau primaire genevois (Entrée en vigueur : 21 septembre 2005) Convention de coopération relative

Plus en détail

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012 Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques Rapport d étude Janvier 2012 Dans le cadre de sa stratégie d action sur les changements climatiques, le Regroupement national

Plus en détail

Enjeux énergétiques et maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Mai 2012

Enjeux énergétiques et maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Mai 2012 Enjeux énergétiques et maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Mai 212 Sommaire Maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. La rénovation du parc existant, élément clé des enjeux

Plus en détail

Valoriser et agencer les lieux d'habitation et les pôles d'activités de manière différenciée

Valoriser et agencer les lieux d'habitation et les pôles d'activités de manière différenciée Stratégies: chapitre D 1 D D1 Valoriser et agencer les lieux d'habitation et les pôles d'activités de manière différenciée Plans d'aménagement local Presque toutes les communes bernoises se sont dotées

Plus en détail

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Ingrid HERMITEAU Agence de l eau Loire-Bretagne Cap sur la révision du Sdage 1. Rappel : qu est-ce que le Sdage? 2. Les éléments de réflexion

Plus en détail

VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE

VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE MW Préavis no 10 le 16 mars 2001 RAPPORT AU CONSEIL COMMUNAL D'YVERDON-LES-BAINS concernant l'octroi à la Romande des jeux SA d'un droit de superficie (DDP) à détacher

Plus en détail

Point de. électricité et gaz. Xavier Righetti. responsable de l unité étude énergétiques. v1.0 du 05.12.2013

Point de. électricité et gaz. Xavier Righetti. responsable de l unité étude énergétiques. v1.0 du 05.12.2013 Point de situation ti Libéralisation des marchés électricité et gaz Ecube -6 décembre 2013, Auberge communale de Puidoux Xavier Righetti responsable de l unité étude énergétiques SILCom - Direction des

Plus en détail

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Marcel MAZOYER professeur à La Paz juillet 2 007 Contenu 1. Une situation agricole et alimentaire mondiale inacceptable 2. Développement

Plus en détail

Le papier recyclé la matière première respectueuse de l environnement

Le papier recyclé la matière première respectueuse de l environnement Le papier recyclé la matière première respectueuse de l environnement LE VIEUX PAPIER RESTE ICI Innovateurs par tradition www.perlen.ch Aussi écologique que possible La société Perlen Papier a été fondée

Plus en détail

ATELIER TARIFICATION ENERGIE ET EAU. Anim Thomas Matagne ; Interv : Jétôme Gleizes, Antoine Bonduelle et Gérard Borvon

ATELIER TARIFICATION ENERGIE ET EAU. Anim Thomas Matagne ; Interv : Jétôme Gleizes, Antoine Bonduelle et Gérard Borvon ATELIER TARIFICATION ENERGIE ET EAU Anim Thomas Matagne ; Interv : Jétôme Gleizes, Antoine Bonduelle et Gérard Borvon Pourquoi cet atelier? Actu de la campagne, tous les partis de gauche (voire centre

Plus en détail

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004 Service de l Eau Potable Année 2004 1 Ville de VENELLES Comptes rendus d activités Techniques et financières du Service de l Eau Potable Destinataire : Monsieur le Maire de la commune de VENELLES (13770)

Plus en détail

La nature, excellence et base économique de l agglomération

La nature, excellence et base économique de l agglomération 3491-INTERIEUR_ANGERS_thème 25/09/03 12:27 Page 14 Thème 1 La nature, excellence et base économique Thème 1 Le Projet d agglomération 2015 Angers, laboratoire de l économie du futur Les performances économiques

Plus en détail

Chapitre Paragraphes Page

Chapitre Paragraphes Page Table des matières Résolution 2* Plan d application du Sommet mondial pour le développement durable Le Sommet mondial pour le développement durable, S étant réuni à Johannesburg (Afrique du Sud) du 26

Plus en détail

AU CONTRAT DE SURVEILLANCE DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE - EAU CHAUDE SANITAIRE (ECS)

AU CONTRAT DE SURVEILLANCE DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE - EAU CHAUDE SANITAIRE (ECS) Service de l énergie (ScanE) AGCV suissetec USPI Genève AVENANT AU CONTRAT DE SURVEILLANCE DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE - EAU CHAUDE SANITAIRE (ECS) entre ci-après désigné "le Client", représenté par

Plus en détail

Les enjeux géopolitique de l eau au Moyen-Orient

Les enjeux géopolitique de l eau au Moyen-Orient Les enjeux géopolitique de l eau au Moyen-Orient INTRODUCTION La maîtrise de l eau est devenue au fil des années un enjeu planétaire, et ce du fait de sa raréfaction sous l effet conjugué : de la croissance

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats L environnement, une opportunité Etat, perspectives et enjeux du marché des engrais Principaux résultats Lundi 28 juin 2010 Pierre Cazeneuve, Directeur GCL DD p.cazeneuve@gcl.tm.fr CONTEXTE GENERAL DE

Plus en détail

Proposition de politique agricole au Ministère de l agriculture des pêcheries et de l alimentation du Québec

Proposition de politique agricole au Ministère de l agriculture des pêcheries et de l alimentation du Québec Proposition de politique agricole au Ministère de l agriculture des pêcheries et de l alimentation du Québec «L agriculture du Québec mûre pour sa révolution tranquille» Rédaction : Union paysanne Dessins

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

Fiscalité des énergies renouvelables en Valais. Scc Fiscalité des énergies renouvelables en Valais 1

Fiscalité des énergies renouvelables en Valais. Scc Fiscalité des énergies renouvelables en Valais 1 Fiscalité des énergies renouvelables en Valais 1 INFORMATIONS GENERALES SERVICE CANTONAL DES CONTRIBUTIONS Nicolas Mathys Coordinateur de la formation et de l information Charte du SCC Charte SCC Respect

Plus en détail

Université du Québec en Outaouais

Université du Québec en Outaouais Nom : Numéro d étudiant : Université du Québec en Outaouais Prénom ECN1473 : Analyse macroéconomique Examen intra Date : lundi 21 octobre 2002 Durée : 2h30 (9h00 11h30) Professeur : Dimitri Sanga DIRECTIVES

Plus en détail