L'économie politique de l'eau

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'économie politique de l'eau"

Transcription

1 L'économie politique de l'eau Bernard DAFFLON Département d'économie politique, Université de Fribourg 1 Introduction L'eau, OR BLEU, bien libre, droit humain, bien social, bien marchand? 2 Géopolitique de l'eau Les enjeux stratégiques: guerre ou solidarité? 3 L'or bleu Rare donc intéressant: les nouvelles stratégies financières 4 L'eau a une valeur d'usage Valeur marchande et valeur collective de l'eau 5 L'eau n'est pas gratuite Faut-il privatiser la gestion de l'eau? 6 La gestion publique de l'eau Le rôle des communes: de la source au robinet

2 1 Introduction L'eau: OR BLEU, bien libre, droit humain, bien social, bien marchand? Le débat sur la libéralisation du marché de l'eau, l'or bleu, avance à grand pas. Forum mondial de l'eau La Haye (mars 2000): de fortes pressions furent exercées pour considérer désormais l'eau comme une "simple" marchandise. Déclaration de Johannesburg sur le développement durable (septembre 2002): "La fourniture d'eau potable et de services adéquats d'assainissement est nécessaire pour protéger la santé humaine et l'environnement. A cet égard, nous (les Etats signataires) convenons de réduire de moitié, d'ici 2015, la proportion de personnes qui n'ont pas accès à l'eau potable ou qui n'ont pas les moyens de s'en procurer et la proportion de personnes qui n'ont pas accès à des services d'assainissement de base". Au Forum mondial de l'eau à Kyoto, en mars 2003, un des sujets les plus délicats traités par les participants fut le nombre toujours plus important de compagnies privées qui "assurent" l'approvisionnement en eau potable des régions urbaines (et les autres?). L'OMC, comme le FMI d'ailleurs, ont porté la privatisation de l'eau à leur agenda. Des fonds de placements sont offerts qui ont pour ambition de rentabiliser l'eau avec de belles perspectives de gains Selon plusieurs spécialistes individuels ou institutionnels en gestion de portefeuille, le XXIème siècle sera celui de "l'or bleu". Ces valeurs profitent du fait que l'eau devient une denrée rare, donc chère, sur une planète en pleine urbanisation. Pendant ce temps, des protestations s'élèvent en Asie, en Afrique et en Europe sur la privatisation de l'eau et son détournement à des fins commerciales ou de profits. En Suisse, une initiative citoyenne demande que l'eau reste un bien public inscrit dans la Constitution. D'aucuns exigent que l'accès à l'eau devienne un droit fondamental. ALORS, l'eau un droit ou une simple marchandise?

3 Les utilisations de l'eau Politique énergétique Approvisionnement sûr Développement économique Consommations individuelles des entreprises des ménages Energie hydraulique Politique agricole Autosuffisance alimentaire EAU Irrigation "de consommation" Consommation des producteurs agriculture, cultures maraîchères, arboriculture, viticulture cultures vivrières cultures extensives: exportation, biocarburant Consommations intermédiaires finales Réserve de capacité développement local PVD: mesure sanitaire générale Réseau de défense contre le feu Eteindre un incendie

4 2 Géopolitique de l'eau Les enjeux stratégiques: guerre ou solidarité? Tout paraît simple quand il y a suffisamment d'eau: il suffit de partager! Mais quand l'eau vient à manquer: qui peut accéder à l'eau? Le plus fort, celui qui en a vraiment besoin? Qui possède les droits de propriété sur l'eau? L'eau: bien libre - un enjeu stratégique Trois exemples: 2.1 La guerre des Six-Jours: le Golan 2.2 Les craintes: les sources du Tigre et de l'euphrate 2.3 La solidarité en question: l'ebre Trois de l'eau

5 La guerre des Six-Jours: le Golan 2.1 Israël, dans son territoire, n'a guère de ressources propres en eaux: les nappes phréatiques sont situées principalement en Cisjordanie. Le Lac de Tibériade est alimenté par le Jourdain, qui lui provient de la jonction des rivières Dan, en Israël, Yarmouk et Banias, en Syrie, Hasban, dans le sud du Liban. Dans les mois qui précèdent la guerre des Six-Jours, l'utilisation des eaux de la rivière Banias avait provoqué de nombreuy accrochages meurtriers entre soldats israéliens et soldats syriens. Le lobby des kibboutzim exerçait de grosses pressions sur le gouvernement travailliste israélien, l'état-major de l'armée et le général Moshe Dayan parce que l'armée syrienne pilonnait les kiboutz de la Haute Galilée. Les 8 et 9 juin 1967, la brigade d'élite israélite "Golani" monte à l'assaut du Plateau du Golan. La bataille dure 20 heures. Israël gagne le Golan: elle ne le lâchera plus.

6 2.2 Les craintes: les sources du Tigre et de l'euphrate 2.3

7 La Mésopotamie: autrefois surnommée le "Croissant fertile" a vu naître il y a près de 10'000 ans une des premières formes d'agriculture sédentaire. C'est en Turquie que naissent les deux fleuves les plus importants de la région: le Tigre et l'euphrate. Depuis les années 1980, la Turquie développe le projet GAP (Güneydogu Anadolu Projesi): construire 22 barrages et 19 usines hydraliques pour la maîtrise énergétique et le développement de l'irrigation. "Avec le coton nous pourrons créer des usines de textile, avec les légumes, des fabriques de purée de tomate." Avec le barrage d'ilisu, 183 villages sont inondés et personnes déplacées. La ville historique de Hasankeyf (passage clé des routes de l'antique Mésopotamie, 30 civilisations, ans d'histoire) disparaît sous les eaux. Des entreprises suisses participent au projet mené par un consortium européen. Commentaires CH (Le Temps: 16 décembre 2006): "Grâce à ce contrat nous pouvons offrir du travail à 20 personnes pendant huit ans" (AD directeur commercial d'un bureau d'ingénieurs participant au projet) et "si des entreprises suisses ne signent pas ces contrats, d'autres l'auraient fait" (Mme la CF D. Leuthard, Seco)! À lui seul, le barrage Atatürk (1984) représente 27 milliards de kw/h (pour 2 milliards kw/h pour la Grande Dixence). Le problème: les barrages turcs assoiffent et assèchent la Syrie et l'irak. L'accord de 1987 garantit à la Syrie 500m3/sec d'eau de "bonne qualité" de l'euphrate. Celui de 1990, répartit ces eaux en proportion de 42 % pour la Syrie et 58 % pour l'irak. Mais: - la Turquie ne respecterait pas ce quota, difficile à contrôler; - l'eau n'est pas de "bonne" qualité: souillée par les pesticides et les engrais; - la surexploitation de l'eau en amont crée des problèmes de salinisation des sols en aval; - dans la région de Suntantepe, 150 propriétaires se partagent 70 % de la masse salariale; 80'000 fermiers, 30 %!

8 2.3 La solidarité en question: l'ebre Agua para todos Eau pour tous Versus El agua es nuestra L'eau est nôtre njeux stratégiques: guerre ou

9 Au début des années 2000, le gouvernement central voulait dériver une partie des eaux de l'èbre pour alimenter en eau potable la ville de Barcelone et les secteurs agricoles et touristiques du sud est malgré les résultats négatifs ("catastrophiques" selon le rapporteur) en terme de rentabilité économique et du point de vue écologique, de l'opacité et du gigantisme des projets, le gouvernement écarte les objections et décide le projet: les intérêts des industriels du génie civil (barrages), de la construction (tourisme) et de l'agroalimentaire ont eu raison de l'opposition publique Madrid est confronté à des litiges ingérables autour de la gestion de l'eau et des droits de propriétés sur l'eau. - Le conflit oppose les régions intérieures (Aragon, Castille la Manche), peu développées, qui se dépeuplent, mais riches en eau aux communautés autonomes du littoral (Catalogne, Valence, Murcie) qui se développent, construisent des dizaines de lotissements, attirent touristes et résidents étrangers; et le sud est, domaines des cultures de légumes et de tomates sous plastique Les communautés autonomes de l'intérieur inscrivent la "souveraineté sur leur fleuve" dans les nouveaux "statuts d'autonomie". Problèmes: - les anomalies climatiques, les pires depuis soixante ans, assèchent l'espagne. L'extrême sud est se désertifie (les bassins versant sont à 20 % de leur capacité moyenne de ces trente dernières années); les provinces riches en eau ne veulent pas perdre un avantage de situation; - disponible plus facilement par détournement hydraulique contribue au gaspillage: l'urbanisation débridée du littoral espagnol en lotissements résidentiels, hôtels, terrains de golf, etc. est sous le feu de la critique. Contraire à toute règle basique de "développement durable". - L'agriculture d'exportation (70 % de la consommation d'eau) pratiquée sans égard à l'environnement et aux conditions sociales doit revoir entièrement son mode de fonctionnement. Proposition: augmenter sensiblement le prix de l'eau en distinguant l'eau-vie de l'eau-marchandise.

10 3 L'or bleu Rare donc intéressant: les nouvelles stratégies financières

11

12 4 L'eau a une valeur d'usage Valeur marchande et valeur collective de l'eau

13 Politique énergétique Approvisionnement sûr Développement économique Bien collectif Consommations individuelles des entreprises des ménages Bien marchand Energie hydraulique Politique agricole Autosuffisance alimentaire Bien collectif EAU Irrigation "de consommation" Consommation des producteurs agriculture, cultures maraîchères, arboriculture, viticulture cultures vivrières cultures extensives: exportation, biocarburant Bien marchand Consommations intermédiaires finales Bien marchand Réserve de capacité développement local Bien collectif PVD: mesure sanitaire générale Bien collectif Réseau de défense contre le feu Bien collectif Eteindre un incendie Bien marchand

14 4 produits joints: avec 4 x quatre produits MARCHANDS et cinq services COLLECTIFS Si l'on peut privatiser les services marchands, peut-on privatiser les services collectifs? Si l'on privatise l'eau, QUI s'intéressera aux services collectifs? Dans l'affirmative: comment? Biens marchands: rivalité des consommations et exclusion par le prix Biens collectifs: non rivalité et non exclusion

15 5 L'eau n'est pas gratuite Faut-il privatiser la gestion de l'eau?

16 L'Assemblée constituante de la République et Canton de Genève doit débattre de l'inscription dans la future Constitution de l'eau comme bien public, inaliénable et géré par le secteur public. Le Temps, 15 octobre 2009

17 La législation relative à la gestion de l eau CONFEDERATION CANTONS COMMUNES FINANCEMENT APPROVISIONNEMENT EN EAU LEaux : Art. 57 LEaux : Art Utilisateur- payeur Cst. 76 al. 4-5 AMENAGEMENT DES COURS D EAU LF Aménagement des cours d eau : Art. 11, 13 LF Aménagement des cours d eau : Art. 2-3, 5, PROTECTION DES EAUX LEaux : Art.7 Art Oeaux : Art. 45 LEaux : Art. 45 Oeaux : Art. 45, 4 LEaux : Art. 7 Oeaux : Art. 5 Pollueur-payeur LEaux : Art. 3a, 60a FORCE HYDRAULIQUE LFH : Art. 1, 5, 72 LF Police des Eaux : Art. 3 bis LFH : Art. 2, 11, 38 OLF Police des Eaux : Art. 3 bis LFH : Art. 4, 11, 53 Utilisateur-payeur LFH : Art. 49

18 Lois fribourgeoises touchant à l'eau potables DATE LOI, ORDONNANCE ABRÉVIATION ENTRÉE EN VIGUEUR R.S.F Loi sur la police du feu et la protection contre les éléments naturels LPF Loi sur le domaine public LDP Loi d application de la loi fédérale du 8 octobre 1971 sur la protection des eaux contre la pollution LPEP Loi sur l'aménagement des eaux LAE Loi sur l eau potable LEP Loi sur l aménagement du territoire et les constructions LATeC Loi sur la gestion des déchets LGD

19 Loi sur le domaine public (1972) Art. 4 III. Eaux publiques Sont eaux publiques : a) les lacs naturels, les bassins d accumulation et les retenues d eau ; b) les eaux courantes, dès la limite du fonds où elles ont pris leur source, ou bien dès qu elles ont rejoint une eau publique traversant ce fonds ; c) les sources, horizons sourciers et résurgences d un débit d étiage moyen de plus de 200 litres/minute ; d) les nappes et cours d eau souterrains permettant un ou plusieurs captages d ensemble de plus de 200 litres/minute.

20 Loi d application de la loi fédérale sur la protection des eaux contre la pollution (1974) Art. 20 Protection des eaux souterraines La Direction (note: des travaux publics) veille à ce que les mesures nécessaires soient prises en vue de protéger les nappes d eaux souterraines exploitables. Art. 21 Zones de protection 1 Le Service (note: de l'environnement) est chargé d étudier et de proposer la création de secteurs de protection et la réservation de zones destinées à la réalimentation de nappes souterraines, conformément aux directives fédérales. 2 Le Conseil d Etat décide de l étendue des secteurs de protection et des zones réservées à la réalimentation selon la procédure de la mise à l enquête publique. 3 Aucune construction ni aucune fouille ne peuvent être faites dans les secteurs protégés ou les zones réservées sans l approbation du Service.

21 Loi du 30 novembre 1979 sur l eau potable Dispositions générales Art. 1 Champ d application La présente loi s applique : a) à l eau potable livrée à des tiers à titre onéreux ou gratuit (ci-après : l eau potable) ; b) aux ouvrages de captage, de traitement, de conditionnement, de transport, de stockage ou de distribution d eau potable (ci-après : ouvrages) ; c) aux appareils, installations et procédés de traitement ou de conditionnement de l eau potable à l intérieur de bâtiments (ci-après : installations intérieures). Art. 2 L eau potable L eau potable distribuée par des réseaux publics de distribution, par des sociétés, par des particuliers doit répondre aux exigences de la législation fédérale en matière de police sur les denrées alimentaires et de divers objets usuels. Les communes : compétences et tâches Art. 8 Fourniture d eau potable Les communes ont l obligation de veiller à ce que les habitations et les locaux publics disposent d eau potable en quantité suffisante.

22 Séquence possible de la fonction de production captage Stockage 1 Traitement Filtrage Potabilité Stockage 2 Distribution Réserve de capacité Réserve de capacité Consommation finale UN RESEAU de production peut-il être mis en concurrence? Si la réponse est NON, faut-il, en privatisant, échanger un monopole public pour un monopole privé? Une clientèle CAPTIVE: mais captive d'un monopole privé?

23 6 La gestion publique de l'eau Le rôle des communes: de la source au robinet Les captages de la commune d' AVEGNO dans le canton du Tessin

24 Les captages de la commune d' AVEGNO dans le canton du Tessin.. vus par l'ingénieur

25 Les captages de la commune d'avegno dans le canton du Tessin.. vus par l'ingénieur et les consommateurs

26 Et transformés en tableaux pour les besoins de la gestion de l'eau, en termes de finances publiques Captazione Filtraggio Clorazione Riq.1 Distribuzione - Privati - Fontane comunali - Comune di Locarno (limitata) - Intervento in caso d incendio Stoccaggio o Rete di distribuzione Riq.2 Valore assicurativo Nessun trattamento - Riserva di capacità - Rete di difesa contro fuoco

27 Les composants des coûts permettent ensuite de calculer le prix de revient par m3 d'eau potable obtenue au robinet Dépenses d'investissement - subventions - participations de tiers - prélèvement sur réserve Investissement net - taxes de raccordement - charges de préférence - contributions de plus-value Frais financiers: A intérêts passifs B amortissement Dépenses d'exploitation C administration D gestion technique E énergie F entretien G production Dépenses de fonctionnement

28 Que contient une "bonne" tarification de l'eau potable dans nos communes? [1] Sortir des coûts d'investissement, respectivement des coûts d'exploitation, la part qui concerne les prestations collectives: chez nous, la part concernant le réseau de défense contre l'incendie et la réserve de capacité. Ressource interdisciplinaire: la commune, le bureau d'ingénieur, l'aménagiste (PAL), un économiste GFPL [2] Procéder à la tarification des consommations privées Ressource: appui juridique, un économiste GFPL

29 Pour les investissements: Une charge de préférence (60 % de la taxe de raccordement) : pour les parcelles en zone à bâtir, mais qui ne sont pas encore construite. Motif: en zone à bâtir, un terrain acquiert une plus-value parce qu'il devient constructible. La commune doit supporter les coûts des infrastructures. Le propriétaire qui "attend" par exemple que le prix du terrain augmente doit aussi supporter sa part des coûts d'infrastructure. Une taxe de raccordement, une fois le bâtiment construit raccordé au réseau communal (moins la charge de préférence payée en acompte): cela correspond au coût des infrastructures réparti au prorata des possibilités de construire. Pour le fonctionnement: Une taxe de base, ou taxe fixe correspondant aux coûts fixes à couvrir par les abonnés, par raccordement. Elle couvre les frais qui ne varient pas avec la consommation d'eau. Une taxe proportionnelle à la consommation d'eau, en francs par m3 consommé, selon le principe de l'utilisateur-payeur. Dans cette démarche, la privatisation n'apporte pas de plus-value: elle doit suivre exactement le même tableau de marche. Pourquoi le secteur privé serait-il de facto, simplement par énoncé normatif, plus efficace?

3. Des hommes et des ressources.

3. Des hommes et des ressources. CLASSE DE 5ème 3. Des hommes et des ressources. Christophe LEON Collège Max Bramerie, La Force (24) Académie de Bordeaux (http://lalettredulundi.fr/ oneclick_uploads/2011/05/terre_citron.jpg) 3.1. La question

Plus en détail

La ressource ESPAGNE. Le contexte global

La ressource ESPAGNE. Le contexte global Superficie : 505 000km2 Le contexte global Population : 40 M (urbaine: 31 / rurale: 9) Divisions administratives: 19 communautés autonomes (comunidades autonomas); Andalousie, Aragon, Asturies, Baléares,

Plus en détail

FORUM : Conseil de sécurité QUESTION : Comment prévenir les guerres de l eau au Proche Orient?

FORUM : Conseil de sécurité QUESTION : Comment prévenir les guerres de l eau au Proche Orient? Azade BERGER France FORUM : Conseil de sécurité QUESTION : Comment prévenir les guerres de l eau au Proche Orient? Le Conseil de Sécurité, Ayant présent à l'esprit notre attachement au partenariat mondial

Plus en détail

Régime: république 0.05 203,70

Régime: république 0.05 203,70 Superficie : 316 km 2 Le contexte global Population :.0,4 M (urbaine: 0,36 / rurale: 0,04) PIB/hab 2007 : 10700 USD Régime: république Divisions administratives: aucune (La Vallette administre directement

Plus en détail

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction :

Plus en détail

La construction sociale du statut juridique de l eau l du Nord

La construction sociale du statut juridique de l eau l du Nord La construction sociale du statut juridique de l eau l en Amérique du Nord Disponibilité réelle de l eaul 0,25 % d eau d douce accessible sur terre Inégale répartition: r 60% de l eau l douce se retrouve

Plus en détail

L économie politique et la gestion territoriale des services environnementaux

L économie politique et la gestion territoriale des services environnementaux Agence Française de Développement document de travail Juin 2013 135 L économie politique et la gestion territoriale des services environnementaux Bernard Dafflon, université de Fribourg (Suisse) Contact

Plus en détail

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau ROYAUME DU MAROC Secrétariat d État chargé de l Eau et de l Environnement Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau Mohamed HACHIMI Du 08 au 09/07/2009 à Tunis Gouvernance au niveau des Agences

Plus en détail

Opportunités pour les entreprises françaises

Opportunités pour les entreprises françaises Réalisé avec le soutien exceptionnel de StrateGEst Europe Consulting, Lyon, France www.strategest.fr / (+33) 04 78 08 97 06 La Roumanie Projets et financements dans l environnement Opportunités pour les

Plus en détail

Décret sur les redevances et les émoluments dus pour l utilisation des eaux 1) (Version en vigueur jusqu'au 31 décembre 2010)

Décret sur les redevances et les émoluments dus pour l utilisation des eaux 1) (Version en vigueur jusqu'au 31 décembre 2010) Décret sur les redevances et les émoluments dus pour l utilisation des eaux 1) (Version en vigueur jusqu'au 31 décembre 2010) du 6 décembre 1978 L'Assemblée constituante de la République et Canton du Jura,

Plus en détail

Dr. Fadi Georges Comair Directeur Général des Ressources Hydrauliques et Electriques MEE

Dr. Fadi Georges Comair Directeur Général des Ressources Hydrauliques et Electriques MEE SÉMINAIRE INTERNATIONAL SUR LA GESTION DES BASSINS ET LA COOPÉRATION DANS LA RÉGION EURO - MÉDITÉRRANÉENNE ET ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU RÉSEAU MÉDITERRANÉEN DES ORGANISMES DE BASSIN (REMOB) BEYROUTH (LIBAN)

Plus en détail

Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution

Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution Elodie BRELOT Directeur du GRAIE Groupe de Recherche Rhône-Alpes sur les Infrastructures

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Des hommes et des ressources

Des hommes et des ressources Des hommes et des ressources G 6. La question des ressources alimentaires I. Etude de cas : au Brésil Quelle est la situation alimentaire au Brésil? P 282-283 A. Une grande puissance agricole 1) L agriculture

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC.

ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC. ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC. MISE AU POINT SCIENTIFIQUE L EAU AU MAROC : ATOUTS ET CONTRAINTES. Le Maroc se trouve dans une situation singulière : c est { la fois le pays

Plus en détail

Etude de cas : La gestion de l'eau du bassin de la Murray River en Australie

Etude de cas : La gestion de l'eau du bassin de la Murray River en Australie Proposition d'étude de cas en géographie (5ème) Thème 2 : la question de l'accès à l'eau (intitulé pour les élèves : «L inégal accès des hommes à l eau» Etude de cas : La gestion de l'eau du bassin de

Plus en détail

Coopération internationale dans le cadre des commissions de bassin hydrographique

Coopération internationale dans le cadre des commissions de bassin hydrographique Ramsar COP7 DOC. 20.2 L homme et les zones humides: un lien vital 7e Session de la Conférence des Parties contractantes à la Convention sur les zones humides (Ramsar, Iran, 1971), San José, Costa Rica,

Plus en détail

9.2.7.1.2.1 Déséquilibres entre l offre et la demande

9.2.7.1.2.1 Déséquilibres entre l offre et la demande 9.2.7 Message concernant l Accord international de 2001 sur le café du 9 janvier 2002 9.2.7.1 Partie générale 9.2.7.1.1 Condensé L Accord international de 2001 sur le café a été approuvé au cours de la

Plus en détail

LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS. Présentation des enjeux du secteur

LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS. Présentation des enjeux du secteur LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS Présentation des enjeux du secteur Avec des taux d accès proches de 100 %, les enjeux de l eau et l assainissement en Jordanie ne sont pas l accès

Plus en détail

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 Amt für Gemeinden GemA Rue de Zaehringen 1, 1701 Fribourg T +41 26 305 22 42, F +41 26 305 22 44 scom@fr.ch, www.fr.ch/scom Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 1. Comptes de fonctionnement

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Forum de l eau de Kyoto Contribution à la session du RIOB «Les progrès réalisés dans le monde dans la gestion intégrée des ressources en eau par bassin» GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Par M. Jean-Michel

Plus en détail

L AMENAGEMENT DES TROIS GORGES ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE DE LA CHINE

L AMENAGEMENT DES TROIS GORGES ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE DE LA CHINE L AMENAGEMENT DES TROIS GORGES ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE DE LA CHINE Le barrage des Trois Gorges assure t il vraiment le développement durable de la Chine? I UN AMENAGEMENT DIGNE DE LA GRANDE MURAILLE

Plus en détail

Eau - Assainissement

Eau - Assainissement PRÉSERVER LA BIODIVERSITÉ ET LES RESSOURCES NATURELLES La préservation des milieux humides est l un des points clefs d une politique de développement durable ; tant en raison des intérêts biologiques que

Plus en détail

5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel. Déclaration ministérielle d Istanbul

5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel. Déclaration ministérielle d Istanbul 5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel Déclaration ministérielle d Istanbul Ministère des Affaires étrangères de Turquie Conseil mondial de l eau 22 mars 2009 Déclaration ministérielle d Istanbul

Plus en détail

LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES LOCALES

LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES LOCALES LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES LOCALES Niveau : Master Prof. Bernard Dafflon Ass. Nadia Yerly Semestre d'automne 2011 Contenu Objectifs Organisation Contenu TABLE DES MATIÈRES Avant-propos Chapitre

Plus en détail

Règlement d application

Règlement d application Plan de délimitation des zones de protection des eaux souterraines S1, S2 et S3 des captages... propriété de la commune de... Règlement d application Vu l article 20 de la loi fédérale sur la protection

Plus en détail

Géographie. Chapitre n. L accès à l eau

Géographie. Chapitre n. L accès à l eau Géographie Chapitre n. L accès à l eau I) Les ressources en eau en Australie Problématiques : Pourquoi les habitants d Aldinga ont-ils adopté une telle attitude face à l eau? Comment l eau est-elle utilisée

Plus en détail

Pacte d Istanbul pour l Eau

Pacte d Istanbul pour l Eau Pacte d Istanbul pour l Eau Des autorités locales et régionales Réunis à Istanbul en mars 2009, nous Maires et autorités locales et régionales des différentes parties du monde adhérons au présent PACTE

Plus en détail

VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES

VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES 1. L agriculture et la pêche sont des secteurs essentiels pour le développement social et économique

Plus en détail

Comment gérer l eau dans mon entreprise?

Comment gérer l eau dans mon entreprise? Comment gérer l eau dans mon entreprise? Déroulement de la matinée 9h30 : «L Eau, l Or bleu de notre région» Madame Sophie BREMS Journaliste, RTBF, La première 10h15 : «L assainissement des eaux usées

Plus en détail

REGLEMENT RELATIF A L EVACUATION ET A L'EPURATION DES EAUX ET TAXES

REGLEMENT RELATIF A L EVACUATION ET A L'EPURATION DES EAUX ET TAXES COMMUNE DE ROSSENS REGLEMENT RELATIF A L EVACUATION ET A L'EPURATION DES EAUX ET TAXES L'assemblée communale de ROSSENS Vu : La loi d'application cantonale du 22 mai 1974 de la LF sur la protection des

Plus en détail

Les questions qui font peur. Les solutions pour agir durablement. Jacques Loyat

Les questions qui font peur. Les solutions pour agir durablement. Jacques Loyat ,/f wí (t ICQ Agricultures du monde Les questions qui font peur Les solutions pour agir durablement Jacques Loyat L I gjwjjmimiii III Sommaire INTRODUCTION 1. LA QUESTION ACRICOLE AUJOURD'HUI i Agricultures

Plus en détail

Commune de St-Aubin. Vu : La Loi du 2 décembre 2008 sur l aménagement du territoire et les constructions (LATeC) ;

Commune de St-Aubin. Vu : La Loi du 2 décembre 2008 sur l aménagement du territoire et les constructions (LATeC) ; Commune de St-Aubin REGLEMENT SUR LE FINANCEMENT DE L'EQUIPEMENT DE DETAIL DES ZONES A BATIR L Assemblée communale, Vu : La Loi du 2 décembre 2008 sur l aménagement du territoire et les constructions (LATeC)

Plus en détail

Signature du Contrat de rivière

Signature du Contrat de rivière Signature du Contrat de rivière Soutien financier : Soutien technique : Cérémonie de signature du Contrat de rivière 18 juin 2010 Qu est-ce-qu un Contrat de rivière? Un programme de reconquête de la qualité

Plus en détail

Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable

Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable Introduction : photo Ile DE Pâques p 188, exemple d une civilisation effondrée en raison d une mauvaise gestion de ses ressources

Plus en détail

Conseil de développement du Grand Dax Collège Environnement et Développement Durable 3 Avril 2007

Conseil de développement du Grand Dax Collège Environnement et Développement Durable 3 Avril 2007 Conseil de développement du Grand Dax Collège Environnement et Développement Durable 3 Avril 2007 1 Election Présentation I) Les orientations de nos partenaires - Schéma Régional d Aménagement et de Développement

Plus en détail

Enquête sur les Organismes de Bassin

Enquête sur les Organismes de Bassin Enquête sur les Organismes de Bassin Cher participant à l'enquête: Cette enquête fait partie d'un projet de recherche dont le but est d'essayer d'évaluer l'impact de la création d'un Organisme de Bassin

Plus en détail

ENERGIE - EAU EN AFRIQUE

ENERGIE - EAU EN AFRIQUE FORUM RHONE-ALPES / AFRIQUE 6 ème Edition «La maîtrise de l Eau et de l Energie constitue le préalable de tout développement économique et social durable» ENERGIE - EAU EN AFRIQUE Financements -Technologies-

Plus en détail

La distribution publique de l électricité

La distribution publique de l électricité La distribution publique de l électricité RÈGLES PÔLE ÉLÉCTRICITÉ - GAZ ENJEUX UNE CONCESSION LES COMMUNES L organisation des services publics 1984 Les communes sont compétentes pour organiser les services

Plus en détail

L'eau à Genève, nouvelle tarification dès janvier 2015. L'essentiel en bref

L'eau à Genève, nouvelle tarification dès janvier 2015. L'essentiel en bref L'eau à Genève, nouvelle tarification dès janvier 2015. L'essentiel en bref 1. Le petit cycle de l'eau à Genève un parcours maîtrisé et organisé L'eau est une ressource essentielle à la vie et aux activités

Plus en détail

INSTITUT. RAPPORT de 2 ème PHASE. 55 ème SESSION NATIONALE COMITÉ 4 PROBLEMATIQUE DE L EAU DANS LE PROCESSUS DE PAIX AU MOYEN-ORIENT

INSTITUT. RAPPORT de 2 ème PHASE. 55 ème SESSION NATIONALE COMITÉ 4 PROBLEMATIQUE DE L EAU DANS LE PROCESSUS DE PAIX AU MOYEN-ORIENT INSTITUT des HAUTESH ETUDES de DEFENSE NATIONALE de RAPPORT de 2 ème PHASE 55 ème SESSION NATIONALE COMITÉ 4 PROBLEMATIQUE DE L EAU DANS LE PROCESSUS DE PAIX AU MOYEN-ORIENT Les opinions exprimées dans

Plus en détail

L eau dans le conflit du Cachemire. Alain Lamballe

L eau dans le conflit du Cachemire. Alain Lamballe L eau dans le conflit du Cachemire Alain Lamballe Le général du cadre de réserve Alain Lamballe a servi, comme attaché militaire, en Inde, au Pakistan, au Sri Lanka et aux Maldives. Il se rend régulièrement

Plus en détail

vu le préavis du Département des travaux publics B et du Département de l'intérieur et de la santé publique C DISPOSITIONS PRÉLIMINAIRES

vu le préavis du Département des travaux publics B et du Département de l'intérieur et de la santé publique C DISPOSITIONS PRÉLIMINAIRES 84.3. RÈGLEMENT d'application de la loi du 7 septembre 974 sur la protection des eaux contre la pollution (RLPEP) du 6 novembre 979 (état: 0.04.004) LE CONSEIL D'ÉTAT DU CANTON DE VAUD vu la loi du 7 septembre

Plus en détail

MUNICIPALITÉ DE L'ASCENSION 59, rue de l'hôtel-de-ville L'Ascension (Québec) J0T 1W0 Tél.: (819) 275-3027 Téléc.: (819) 275-3489

MUNICIPALITÉ DE L'ASCENSION 59, rue de l'hôtel-de-ville L'Ascension (Québec) J0T 1W0 Tél.: (819) 275-3027 Téléc.: (819) 275-3489 MUNICIPALITÉ DE L'ASCENSION 59, rue de l'hôtel-de-ville L'Ascension (Québec) J0T 1W0 Tél.: (819) 275-3027 Téléc.: (819) 275-3489 Préalables et obligations pour les demandes de permis pour l aménagement

Plus en détail

concession obligatoire pour installer l eau ou le gaz

concession obligatoire pour installer l eau ou le gaz concession obligatoire pour installer l eau ou le gaz Installer l eau ou le gaz dans la région lausannoise nécessite de passer par une entreprise au bénéfice d une concession. A Lausanne et dans les communes

Plus en détail

Gestion et politique de l eau

Gestion et politique de l eau CAS Certificat de formation continue Certificate of Advanced Studies Gestion et politique de l eau septembre 2014 novembre 2015 f o r m a t i o n m o d u l a i r e e n c o u r s d e m p l o i E n p a r

Plus en détail

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 9.629.047Km 2. Population: 301M (80% urbaine: / 20% rurale:)

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 9.629.047Km 2. Population: 301M (80% urbaine: / 20% rurale:) Le contexte global Superficie : 9.629.047Km 2 Population: 301M (80% urbaine: / 20% rurale:) PIB/hab 2007: 39779 USD Divisions administratives: Les Etats-Unis comptent 50 Etats et 1 district fédéral Régime:

Plus en détail

Syndicat la Vérone : Alissas Chomérac Projet 2009 :

Syndicat la Vérone : Alissas Chomérac Projet 2009 : Syndicat la Vérone : Le Syndicat d assainissement de la Vérone regroupe les communes d Alissas et de Chomérac. Les compétences du Syndicat concernent la collecte et le traitement des eaux usées. La gestion

Plus en détail

Ville de Bulle Novembre 2014

Ville de Bulle Novembre 2014 Ville de Bulle Novembre 2014 SEANCE DU CONSEIL GENERAL DES 15 ET 16 DECEMBRE 2014 Point 3.1.9 de l ordre du jour Construction d'un nouveau réservoir d'eau potable 1. Préambule Afin d éviter toute ambiguïté

Plus en détail

CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Véme Session du Conseil de la Présidence de l UMA Nouakchott, 11 novembre 1992 1 INTRODUCTION A notre époque, les questions

Plus en détail

La crise mondiale des revenus agricoles

La crise mondiale des revenus agricoles Le marché a perdu la clé des champs André D Beaudoin Secrétaire Général UPA DI La crise mondiale des revenus agricoles Forum Souveraineté alimentaire Niamey/ novembre 2006 Depuis plus de quatre décennies:

Plus en détail

Conditions tarifaires relatives à la fourniture d énergie électrique par les Services industriels de Lausanne & tarifs particuliers

Conditions tarifaires relatives à la fourniture d énergie électrique par les Services industriels de Lausanne & tarifs particuliers Conditions tarifaires relatives à la fourniture d énergie électrique par les Services industriels de Lausanne & tarifs particuliers Adoptées par la Municipalité le 1 er décembre 2010 Avec modifications

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

09.064. du 19 août 2009. Madame la Présidente, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,

09.064. du 19 août 2009. Madame la Présidente, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, 09.064 Message relatif à l approbation de la modification de la Convention entre la Suisse et l Italie concernant la navigation sur le lac Majeur et le lac de Lugano du 19 août 2009 Madame la Présidente,

Plus en détail

Synthèse des réponses au questionnaire

Synthèse des réponses au questionnaire Etat des lieux sur les réseaux et programmes de Monitoring dans les pays partenaires méditerranéens Synthèse des réponses au questionnaire X. Detienne Aquapôle, Université de Liège Réalisé pour le compte

Plus en détail

Règlement du service des eaux

Règlement du service des eaux Règlement du service des eaux A. DISPOSITIONS GENERALES Article 1 Bases légales et applications Les dispositions ci-après sont fondées sur les lois fédérales et cantonales et leurs règlements d'application.

Plus en détail

LA GESTION DE LA DEMANDE D EAU AU DANEMARK : POINT DE VUE NORDIQUE SUR LE PROJET LRC. 1. Les défis de d eau à Copenhague et au Danemark

LA GESTION DE LA DEMANDE D EAU AU DANEMARK : POINT DE VUE NORDIQUE SUR LE PROJET LRC. 1. Les défis de d eau à Copenhague et au Danemark LA GESTION DE LA DEMANDE D EAU AU DANEMARK : POINT DE VUE NORDIQUE SUR LE PROJET LRC Mikael Skou Andersen, Associate Prof., Centre for Social Science Research on the Environment, Dept. of Political Science,

Plus en détail

REGLEMENT RELATIF A L EVACUATION ET A L EPURATION DES EAUX

REGLEMENT RELATIF A L EVACUATION ET A L EPURATION DES EAUX 1 Commune de Villorsonnens REGLEMENT RELATIF A L EVACUATION ET A L EPURATION DES EAUX L Assemblée communale, La loi fédérale du 24 janvier 1991 sur la protection des eaux (LEaux) ; L ordonnance du 28 octobre

Plus en détail

Approvisionnement en eau et assainissement au niveau local

Approvisionnement en eau et assainissement au niveau local Approvisionnement en eau et assainissement au niveau local Rapport par pays Tunisie Novembre 2005 "This report has been produced with the assistance of the European Union. The contents of this document

Plus en détail

LE BILAN EN ACTION POUR L EUROPE DE L EURODÉPUTÉ VERT CLAUDE TURMES, DÉPUTÉ EUROPÉEN FÉVRIER 2014

LE BILAN EN ACTION POUR L EUROPE DE L EURODÉPUTÉ VERT CLAUDE TURMES, DÉPUTÉ EUROPÉEN FÉVRIER 2014 DE L EURODÉPUTÉ VERT CLAUDE TURMES, DÉPUTÉ EUROPÉEN POUR L EUROPE EN ACTION TROIS QUESTIONS À CLAUDE TURMES MON TRAVAIL AU PARLEMENT EUROPÉEN : BILAN ET AVENIR MES PRIORITÉS CLAUDETURMES.LU LE BILAN Claude

Plus en détail

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 41 526Km 2

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 41 526Km 2 Le contexte global Superficie : 41 526Km 2 Population: 16,34M.(89,6% urbaine: / 10,4% rurale:) 2006 PIB/hab 2007: 35 576 USD Divisions administratives: 12 provinces et 467 communes en nombre variable Régime:

Plus en détail

Poids croissant de l assainissement dans le prix de l eau

Poids croissant de l assainissement dans le prix de l eau Agreste Champagne-Ardenne n 5 - Juillet 2011 Enquête eau et assainissement 2008 Poids croissant de l assainissement dans le prix de l eau La consommation domestique d eau des champardennais s élève à 147

Plus en détail

CHAPITRE 5 LA RECUPERATION DES COUTS DES SERVICES LIES A L UTILISATION DE L EAU

CHAPITRE 5 LA RECUPERATION DES COUTS DES SERVICES LIES A L UTILISATION DE L EAU CHAPITRE 5 LA RECUPERATION DES COUTS DES SERVICES LIES A L UTILISATION DE L EAU 213 214 CHAPITRE 5 : LA RECUPERATION DES COUTS DES SERVICES LIES A L UTILISATION DE L EAU 5.1. TARIFICATION : FACTURATION

Plus en détail

Cotonu. Introduction. Page 1. Cotonu the floating edge

Cotonu. Introduction. Page 1. Cotonu the floating edge Cotonu Introduction Page 1 Cotonu the floating edge Je m appelle Roméo Mivekannin. Je suis Béninois et je réside actuellement en France où je termine mes études d architecture. Au terme de mon cursus,

Plus en détail

Les Prix de l'eau Potable et de l'assainissement Collectif

Les Prix de l'eau Potable et de l'assainissement Collectif Les de l'eau Potable et de l'assainissement Collectif 77 Les de l'eau Potable et de l'assainissement collectif Composantes du prix de l'eau Le prix de l eau potable et de l'assainissement collectif comprend

Plus en détail

DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN

DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN SDAGE 2010-2015 DOCUMENTS D ACCOMPAGNEMENT DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT n 2 Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération

Plus en détail

chapitre 2 Sensibilité des milieux aquatiques

chapitre 2 Sensibilité des milieux aquatiques Dossier police de l'eau Pièce IV >> Notice d incidence Chapitre 2. Sensibilité des milieux aquatiques chapitre 2 Sensibilité des milieux aquatiques 2.1. Sensibilité des eaux souterraines 2.1.1. Quelques

Plus en détail

Introduction. Depuis tout temps, les hommes cherchent une énergie propre, viable ; cette énergie c est la géothermie.

Introduction. Depuis tout temps, les hommes cherchent une énergie propre, viable ; cette énergie c est la géothermie. Introduction Depuis tout temps, les hommes cherchent une énergie propre, viable ; cette énergie c est la géothermie. La géothermie par captage horizontal DÉFINITION La géothermie, du grec géo (la terre)

Plus en détail

«Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable»

«Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable» «Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable» Workshop Luxembourg, le 01 décembre 2006 A. TURLOT et B. DUQUESNE FAO Introduction Selon la FAO, les femmes rurales

Plus en détail

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts 35 36 Introduction La directive cadre sur l eau donne à l analyse économique une place déterminante.

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVII e Édition Règlement n o 2014-02 : Règlement sur le développement des toits verts et l agriculture urbaine PRÉSENTATION Présenté par M. Charles Marois, membre du comité exécutif,

Plus en détail

Principaux résultats INVESTISSEMENT DU SECTEUR PRIVE POUR RENFORCER LA RESILIENCE CLIMATIQUE DANS LE SECTEUR AGRICOLE DU NIGER

Principaux résultats INVESTISSEMENT DU SECTEUR PRIVE POUR RENFORCER LA RESILIENCE CLIMATIQUE DANS LE SECTEUR AGRICOLE DU NIGER INVESTISSEMENT DU SECTEUR PRIVE POUR RENFORCER LA RESILIENCE CLIMATIQUE DANS LE SECTEUR AGRICOLE DU NIGER Introduction des systèmes d'irrigation améliorée et les semences résilientes au changement climatique

Plus en détail

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Au XXI siècle, on prévoit une population de 9 milliards d êtres humains. Nourrir la population est donc un défi majeur. Cf. cours de seconde : problèmes de la

Plus en détail

Agenda 21 de la Communauté de Communes du Pays de Gex

Agenda 21 de la Communauté de Communes du Pays de Gex Liste des présents : Agenda 2 de la Communauté de Communes du Pays de Gex Compte rendu de l Atelier 2 de diagnostic n 2 : «Préservation des ressources naturelles» 29 février 202 Salle des fêtes Lélex 8h0

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 6 FEVRIER 2012

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 6 FEVRIER 2012 REPUBLIQUE FRANÇAISE Département du Rhône Arrondissement de Lyon Canton de Bron EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 6 FEVRIER 2012 Compte rendu affiché le : 13 février

Plus en détail

PROGRAMME D ACTION 2013-2018

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 > L eau, cette ressource vitale que l on pensait renouvelable à l infini, n est pas inépuisable. 40 % des territoires sur lesquels intervient l

Plus en détail

Commune de Marsens. Vu : La Loi du 9 mai 1983 sur l'aménagement du territoire et des constructions (LATeC);

Commune de Marsens. Vu : La Loi du 9 mai 1983 sur l'aménagement du territoire et des constructions (LATeC); Commune de Marsens REGLEMENT SUR LE FINANCEMENT DE L'EQUIPEMENT DE DETAIL DES ZONES A BATIR L Assemblée communale, La Loi du 9 mai 1983 sur l'aménagement du territoire et des constructions (LATeC); Vu

Plus en détail

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation Présenté par l'ars de Poitou-Charentes UFC Que Choisir le 17 février 2011 L évolution de la société et la volonté d assurer un haut niveau

Plus en détail

COMMUNE DE CHENENS RÈGLEMENT COMMUNAL SUR LE FINANCEMENT DE L ÉQUIPEMENT DE DÉTAIL DES ZONES A BATIR

COMMUNE DE CHENENS RÈGLEMENT COMMUNAL SUR LE FINANCEMENT DE L ÉQUIPEMENT DE DÉTAIL DES ZONES A BATIR COMMUNE DE CHENENS RÈGLEMENT COMMUNAL SUR LE FINANCEMENT DE L ÉQUIPEMENT DE DÉTAIL DES ZONES A BATIR COMMUNE DE CHENENS REGLEMENT SUR LE FINANCEMENT DE L'EQUIPEMENT DE DETAIL DES ZONES A BATIR L'assemblée

Plus en détail

L agro écologie pour nourrir aujourd hui et demain ( Former des agents de changements au service de l agriculture paysanne familiale )

L agro écologie pour nourrir aujourd hui et demain ( Former des agents de changements au service de l agriculture paysanne familiale ) L agro écologie pour nourrir aujourd hui et demain ( Former des agents de changements au service de l agriculture paysanne familiale ) Le contexte Depuis les années 1980 suite aux programmes d ajustement

Plus en détail

Mémoire de : l Union québécoise pour la conservation de la nature (UQCN)

Mémoire de : l Union québécoise pour la conservation de la nature (UQCN) Mémoire de : l Union québécoise pour la conservation de la nature (UQCN) Présenté dans le cadre : de la Consultation publique sur la gestion de l eau au Québec Préparé par: Luc Vescovi, Ph. D. Consultant

Plus en détail

Consultation du public sur les documents de planification dans le domaine de l eau : SDAGE et programme de mesures. Synthèse Juin 2009

Consultation du public sur les documents de planification dans le domaine de l eau : SDAGE et programme de mesures. Synthèse Juin 2009 Consultation du public sur les documents de planification dans le domaine de l eau : SDAGE et programme de mesures Synthèse Juin 2009 COMITE DE BASSIN DE LA REUNION DIREN OFFICE DE L'EAU - Consultation

Plus en détail

Loi sur la gestion des eaux (LGEaux)

Loi sur la gestion des eaux (LGEaux) Annexe 84.0/.0.05 Loi sur la gestion des eaux (LGEaux) du (projet du mars 05) Le Parlement de la République et Canton du Jura, vu la loi fédérale du 4 janvier 99 sur la protection des eaux ), vu la loi

Plus en détail

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE by Du global au local : 2015-2030 - 2050 1 METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE 1 1 L élimination de la pauvreté dans le monde est le premier des Objectifs du Millénaire pour le Développement

Plus en détail

Examen des candidats au notariat

Examen des candidats au notariat Commission d examen pour le notariat Notariatsprüfungskommission Sion, juin 2015 Examen des candidats au notariat Liste des matières d examen 1. Droit public 1.1 Droit public fédéral 101 Constitution fédérale

Plus en détail

Emploi : Causes et conséquences des tendances futures

Emploi : Causes et conséquences des tendances futures Emploi : Causes et conséquences des tendances futures Horizon 2020 30 50 Impact sur la Métropole lilloise Les prix se font ailleurs (1) Libéralisation de la PAC Mondialisation - Doha Les marchés régulent

Plus en détail

COMMENT PRÉPARER UNE FUSION DE COMMUNES : petit guide à l'usage des autorités communales

COMMENT PRÉPARER UNE FUSION DE COMMUNES : petit guide à l'usage des autorités communales BENEFRI Centre d'études en Économie du Secteur Public (CÉÉP) Faculté des Sciences Economiques et Sociales Chaire de finances publiques et de gestion des finances publiques Bernard DAFFLON, professeur ordinaire

Plus en détail

Une irrigation copieusement arrosée d euros Pierre Boulanger 1 9 janvier 2006

Une irrigation copieusement arrosée d euros Pierre Boulanger 1 9 janvier 2006 Une irrigation copieusement arrosée d euros Pierre Boulanger 1 9 janvier 2006 Il y a un problème de l eau en France, et une responsabilité incontestable en revient à l agriculture. Si cette dernière ponctionne

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TOURISME

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TOURISME BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TOURISME SESSION 2013 «ZÉRO» ÉPREUVE E4 Élaboration de l offre touristique U41- Tourisme et territoires Durée: 3 heures coefficient : 2,5 L usage de la calculatrice est interdit

Plus en détail

Demande préalable pour un projet de création ou de modification d'un plan d'eau

Demande préalable pour un projet de création ou de modification d'un plan d'eau Demande préalable pour un projet de création ou de modification d'un plan d'eau Les plans d'eau peuvent avoir des usages différents à savoir agrément, défense contre l'incendie, élevage de poissons, irrigation,

Plus en détail

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE DE COORDINATION Office de l environnement AUTRES INSTANCES CONCERNÉES Service de la santé publique Service de l aménagement du territoire Service

Plus en détail

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

COMMENT OBTENIR LE SOUTIEN DES PAYS CADRE MONDIAL POUR LES SERVICES CLIMATOLOGIQUES

COMMENT OBTENIR LE SOUTIEN DES PAYS CADRE MONDIAL POUR LES SERVICES CLIMATOLOGIQUES COMMENT OBTENIR LE SOUTIEN DES PAYS AU CADRE MONDIAL POUR LES SERVICES CLIMATOLOGIQUES GUIDE SUCCINT À L INTENTION DES SERVICES MÉTÉOROLOGIQUES ET HYDROLOGIQUES NATIONAUX UNITÉ D ACTION DES NATIONS UNIES

Plus en détail

1 INTRODUCTION CARTE : RISQUES D INONDATION THEME : EAU. Fiche méthodologique

1 INTRODUCTION CARTE : RISQUES D INONDATION THEME : EAU. Fiche méthodologique Fiche méthodologique CARTE : RISQUES D INONDATION THEME : EAU 1 INTRODUCTION L inondation d une portion de territoire engendre potentiellement un risque sur les installations ou personnes qui s y trouvent.

Plus en détail

La démarche pédagogique. Présentation générale du dossier pédagogique. Présentation du dossier : «Eau rare, eau précieuse»

La démarche pédagogique. Présentation générale du dossier pédagogique. Présentation du dossier : «Eau rare, eau précieuse» Présentation du dossier : «Eau rare, eau précieuse» Présentation générale du dossier pédagogique L Unicef vous propose un dossier pédagogique : «Eau rare, eau précieuse» pour sensibiliser les élèves à

Plus en détail

«Investir dans la GIRE, ça rapporte! Investing in IWRM, it pays back!»

«Investir dans la GIRE, ça rapporte! Investing in IWRM, it pays back!» V3 21 avril 2008 «Side event» de l UE, piloté par la France, dans le cadre de revue sur l eau de la CDD 13 durant la 16 ème CDD à New York «Investir dans la GIRE, ça rapporte! Investing in IWRM, it pays

Plus en détail

Vers une gestion durable des ressources en eau

Vers une gestion durable des ressources en eau Vers une gestion durable des ressources en eau Carrefours de l innovation agronomique Productions végétales et sécheresse Toulouse - 6 juin 2008 Nelly LE CORRE-GABENS Responsable du Service Agronomie-Environnement

Plus en détail

Grenelle de l environnement. Propositions des Chambres d agriculture sur la traduction législative

Grenelle de l environnement. Propositions des Chambres d agriculture sur la traduction législative Grenelle de l environnement Propositions des Chambres d agriculture sur la traduction législative 1. Projet de loi Grenelle 1 Le Groupe Chambres d agriculture propose, concernant le projet de loi Grenelle

Plus en détail

Eau - Assainissement

Eau - Assainissement PRESERVER LA BIODIVERSITE ET LES RESSOURCES NATURELLES La préservation des milieux humides est l un des points clefs d une politique de développement durable ; tant en raison des intérêts biologiques de

Plus en détail