Activité physique. et diabète de type 2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Activité physique. et diabète de type 2"

Transcription

1 Dossier thématique 31 M. Duclos 1, J.-F. Gautier 2 1 Service de médecine du sport et des explorations fonctionnelles, CHU Gabriel-Montpied, Clermont-Ferrand, & Laboratoire de nutrition humaine, INRA UMR 1019, Université d Auvergne I, Clermont-Ferrand. 2 Service de diabétologie et d endocrinologie, Hôpital Saint-Louis, AP-HP, Paris, & INSERM UMRS U872, Equipe 8, Centre de Recherche des Cordeliers, Paris. et diabète de type 2 Physical activity and type 2 diabetes mellitus Résumé L exercice physique régulier associé à une alimentation équilibrée est considéré depuis longtemps comme la pierre angulaire du traitement du diabète de type 2. Nous disposons maintenant de cinq études prospectives qui confirment le rôle majeur de l activité physique dans la prévention du diabète dans les populations à risque. Malgré le nombre important de revue et de consensus publié dans la littérature internationale, peu d études ont évalué l efficacité de l activité physique sur le contrôle glycémique de manière rigoureuse. Les méta-analyses récentes, et en particulier celle publiée par la Cochrane Collaboration, confirment un effet propre, modéré, de l activité physique régulière sur la baisse du taux d Hb1Ac qui est de l ordre de 0,6 % et qui ne s accompagne pas d une perte de poids significative malgré des effets favorables sur la composition corporelle. Bien que les programmes d entraînement évalués ne soient pas homogènes, l adjonction d efforts musculaires de résistance aux activités aérobies semble donner des résultats supérieurs. Mots-clés diabète de type 2 HbA1c résistance musculaire. Summary Regular physical exercise associated with a well balanced diet is considered for a long time as the corner stone of the treatment of type 2 diabetes. Five large prospective studies are now available to show the major role of physical activity to prevent type 2 diabetes in high risk population. Despite huge numbers of review and consensus published in the international literature, only a few studies had rigorously evaluated the efficiency of physical activity on glycemic control. Recent meta-analyses and particularly that published by the Cochrane Collaboration confirmed a moderate effect of regular physical exercise per se with a mean decrease of HbA1c of 0.6 %, without significant weight loss despite favourable changes in body weight composition. Although training programmes that have been evaluated are not homogenous, the combination of muscular resistance with aerobic exercises seems to give better results. Key words Physical activity HbA1c muscular resistance type 2 diabetes. Correspondance : Jean-François Gautier Service de diabétologie et d endocrinologie Hôpital Saint-Louis 1, avenue Claude Vellefaux Paris cedex Elsevier Masson SAS - Tous droits réservés. Introduction Le diabète de type 2 (DT2) résulte de l incapacité de la cellule bêta insulaire de sécréter suffisamment d insuline et au bon moment (précocement au cours du repas) pour compenser l apparition ou l aggravation d une insulinorésistance. Le déficit de l insulinosécrétion et celui de l action de l insuline coexistent donc au cours du DT2, et ces deux anomalies proviennent de l interaction entre des facteurs génétiques et des facteurs environnementaux. Un des déterminants majeurs de la sensibilité à l insuline d un individu est la masse musculaire, elle-même déterminée par le niveau d activité physique. Par ailleurs, l accumulation de graisse abdominale (obésité abdominale), anomalie majeure du syndrome métabolique fréquemment associé au DT2 est inversement corrélée à la sensibilité à l insuline. Ces éléments suggèrent le rôle crucial de la sédentarité dans la survenue du DT2 et de l activité physique dans la prévention et le traitement du DT2. D ailleurs, la Haute Autorité de Santé (HAS) - tout comme les consensus internationaux - recommande dès le diagnostic du diabète des mesures hygiéno-diététiques avec deux objectifs : une augmentation de l activité physique à 30 minutes par jour et une réduction pondérale d environ 5 % [1, 2].

2 32 Dossier thématique L objectif de cet article est de faire une revue des données de la littérature sur activité physique et DT2 et de discuter des possibilités de prise en charge par l activité physique du DT2. Effet préventif de l activité physique régulière sur la survenue d un DT2 chez les sujets à risques métaboliques Les études d intervention L activité physique représente une modification du mode vie efficace pour prévenir la survenue d un DT2 chez des sujets à risque (intolérants au glucose). Les résultats de l étude de Tuomilehto et al. (Finnish diabetes prevention study) [2, 3] sont particulièrement éloquents : 522 sujets en surpoids avec intolérance au glucose, suivis annuellement pendant 4 ans, ont été répartis de façon randomisée en : 1) un groupe intervention : conseils individualisés pour diminuer le poids (- 5 %), réduction des apports lipidiques et des graisses saturées, augmentation des apports en fibres alimentaires et augmentation de l activité physique à plus de 30 minutes/jour ; 2) un groupe contrôle : informations générales et éducation sur la diététique et l exercice. L incidence totale du DT2 après 4 ans a été de 11 % dans le groupe intervention et de 23 % dans le groupe contrôle. Ainsi le risque de DT2 a été réduit de 58 % dans le groupe intervention à la suite des changements de mode de vie. Quatre autres grandes études de prévention du DT2 par des modifications du mode de vie (exercice et diététique) ont été publiées : une étude chinoise, Da Qing IGT and Diabetes Study [4], une étude américaine, US diabetes prevention program [5], une étude indienne, Indian diabetes prevention programme, [6] et une étude japonaise [7]. Elles rapportent des résultats similaires : réduction de 28 % à 67 % de l incidence du DT2 chez des sujets à risques métaboliques élevés (tableau I). Un effet de l activité physique indépendant de la diététique Dans les études précédemment citées, c est l effet combiné de la diététique et de l activité physique qui a été étudié. Seule l étude chinoise [4] a étudié un groupe exercice seul, puisque les sujets avaient été randomisés en un groupe témoin et trois groupes bénéficiant d une prise en charge active avec soit : 1) diététique, 2) exercice, ou 3) diététique plus exercice. La prévalence du diabète au bout de 6 ans était réduite de 46 % dans le groupe exercice, de 42 % dans le groupe diététique plus exercice et de 31 % dans le groupe diététique, démontrant un effet significatif de l activité physique per se. Afin de préciser ces résultats et de rechercher des effets indépendants de l activité physique, une analyse post hoc a été réalisée sur la cohorte de l étude finlandaise [8]. L étude de suivi et de prise en charge a été prolongée d un an et les sujets ont été réévalués au bout de 4 ans (au lieu de 3 ans dans [3]) [8]. L adhésion aux recommandations internationales d activité physique ( 2,5 h/semaine) était de 62 % dans le groupe intervention et de 46 % dans le groupe contrôle. Quand l ensemble des sujets est pris en considération (n = 487 sujets, 249 dans le groupe intervention et 238 dans le groupe contrôle), les résultats montrent que marcher au moins 2,5 heures par semaine diminue le risque de DT2 de près de 65 %, et ceci indépendamment des effets de la Tableau I : Principales caractéristiques des études de prévention du diabète de type 2 par l activité physique. Étude Pan, et al. [4] (Da Qing [Chine]) Nombre de sujets (âge) 577 HF (45 ± 9 ans) IMC (kg/m2) Critère d inclusion Durée moyenne de l étude Type d activité physique 26 IG 6 ans Incidence du diabète à la fin de l étude (réduction du RR de DT2 dans groupe E vs T) T : 67,7 % E : 46 % (RR : -51 %) Tuomilehto, et al. [3] (FDPS [Finlande]) 522 HF (40-64 ans) 31 IG 3,2 ans T : 23 % E : 11 % (RR : -58 %) Knowler, et al. [5] (DPPS [USA]) HF (34 ± 6 ans) 34 IG 2,8 ans T : 19,8 % E : 14,3 % (RR : -58 %) Kosaka, et al. [7] ([Japon]) 458 H (40-50 ans) 24 IG 4 ans T : 9,3 % E : 3 % (RR : -67,4 %) Ramachadran, et al. [6] (IDPP [Inde]) 269 HF (46 ± 6 ans) 26 IG 3 ans T : 55 % E : 39,5 % (RR : -28,2 %) Il faut noter que dans toutes ces études (sauf la Da Qing Study), les résultats portent sur les effets combinés de l activité physique et de la diététique (alimentation équilibrée sans perte de poids, le plus souvent). DT2 : diabète de type 2 ; H : hommes ; F : femmes ; IG : intolérance au glucose ; T : groupe témoin (conseils seuls) ; E : groupe exercice ; RR : risque relatif. FDPS : Finnish diabetes prevention study ; DPPS: Diabetes prevention program study ; IDPP: Indian diabetes prevention programme.

3 et diabète de type 2 33 diététique ou de l indice de masse corporelle (IMC) de départ et de sa variation au cours du suivi. Il ressort aussi de ce travail que sont bénéfiques à la fois l activité physique d intensité modérée à intense (marche rapide, natation, vélo, jogging, jeux de balle), et l activité physique de faible intensité (marche ou vélo à allure faible, jardinage) et ceci toujours indépendamment de la diététique ou de l IMC. Ceci suggère que dans ces populations à risques métaboliques élevés, sédentaires et le plus souvent obèses, la durée de l activité physique et l énergie totale dépensée comptent davantage que l intensité à laquelle cette activité physique est réalisée. Que se passe-t-il après la période d accompagnement actif (coaching)? Dans les études d intervention déjà citées, la durée moyenne de la période d intervention a été de 3 à 4 ans. Cela soulève la question de savoir si la réduction du risque de développer un DT2 obtenue pendant une période d accompagnement actif pour modifier le mode de vie se maintient après l arrêt de la période d intervention. L équipe finlandaise a publié les résultats d un suivi moyen de 3 ans après la période active d intervention [9]. Les sujets ont été revus tous les ans avec examen clinique, questionnaires d activité physique et diététique, et hyperglycémie provoquée par voie orale (HGPO, 75 g de glucose). Aucun conseil n était prodigué pendant ces visites. Pendant cette période totale de 7 ans (4 ans d intervention active et 3 ans post-intervention), l incidence du DT2 était, respectivement, de 4,3 et 7,4 pour 100 personnes par an dans le groupe intervention et le groupe contrôle (p = 0,0001), indiquant une diminution de 43 % du risque relatif dans le groupe intervention. Cette réduction du risque est inversement corrélée au score total de succès de l ensemble des buts à atteindre lors de l intervention : perte de poids, diminution de la prise de lipides (en pourcentage et en quantité d acides gras saturés), augmentation de la consommation de fibres et augmentation de l activité physique. Cette diminution de 43 % est inférieure à la diminution de 58 % mise en évidence lors de la première étude, mais reste très significative. Pendant cette période de 3 ans postintervention, le risque relatif en analyse univariée de développer un DT2 est de 0,55 pour ceux qui sont parvenus à une perte de poids d au moins 5 % et de 0,62 pour ceux qui font au moins 30 minutes d activité physique intense à modérée par jour par rapport à ceux qui n ont pas atteint les objectifs. Ce risque relatif, passe à 0,82 en analyse multivariée après ajustement sur les autres paramètres (perte de poids, diététique), pour l effet de l activité physique seule. Les résultats à 20 ans de la première grande étude épidémiologique chinoise viennent d être publiés [10]. Par rapport au groupe contrôle, les sujets du groupe intervention ont une incidence du DT2 diminuée de 51 % pendant la période d intervention active et une incidence diminuée de 43 % sur une période de 20 ans. Ainsi, une intervention pour modifier le mode de vie pendant 6 ans peut prévenir ou retarder la survenue du DT2 pendant au moins 14 ans après la période d intervention active. Génétique ou activité physique? L étude des populations ayant divergé dans leur mode de vie apporte des éléments de réponse à cette question. La prévalence élevée du DT2 chez les Indiens Pima vivant aux États-Unis est bien connue : ils détiennent le record pour la prévalence et l incidence du DT2. Actuellement, il existe deux groupes distincts d Indiens Pima : l un vit au Mexique, et l autre aux États-Unis, dans les régions désertiques de l Arizona. Les indiens qui vivent au Mexique résident dans une région isolée des montagnes de la Sierra Madre, une région accessible par route depuis peu et, contrairement aux Indiens vivant aux États-Unis, ils ont connu peu de changements récents de leur mode de vie. Ces deux groupes ont des ancêtres communs qui vivaient dans le Nord-Ouest du Mexique avant sa conquête par les Espagnols. Malgré la séparation géographique, ils ont un patrimoine génétique commun et ont donc les mêmes gènes de susceptibilité vis-à-vis du DT2. Dans l étude de Schulz et al. [11], seuls les indiens Pima ayant deux parents Pima ont été sélectionnés. L analyse génétique des deux populations a confirmé l identité de leur patrimoine génétique. La prévalence du DT2 a été étudiée sur ces deux populations qui ont donc le même capital génétique (et donc les mêmes gènes de susceptibilité pour le DT2), mais un mode de vie très différent. La prévalence du DT2 est de 5,6 % chez les hommes et 8,5 % chez les femmes Pima vivant au Mexique (Pima Mex) vs 34,2 % des hommes et 40,8 % des femmes Pima vivant aux États-Unis (Pima US). Ajustée pour l âge et pour le sexe, la prévalence du DT2 est 5,5 fois plus élevée chez les Pima US par rapport aux Pima Mex et 16 fois plus élevée par rapport aux Mexicains non Pima. Sachant que le patrimoine génétique est commun dans les deux groupes, cette augmentation d un facteur 5 de l incidence du DT2 ne peut être attribuée qu à des différences d environnement. Il a été démontré que les deux principaux facteurs de risque de DT2 chez les indiens Pima étaient l obésité et la sédentarité. Or, la prévalence de l obésité est 10 fois plus élevée chez les hommes et 3 fois plus élevée chez les femmes Pima US par rapport aux Pima Mex. L analyse diététique montre que les Pima US ont des apports énergétiques inférieurs à ceux des Pima Mex, mais que leur alimentation est plus riche en lipides. La différence la plus importante entre les deux groupes porte sur l activité physique. Le temps passé à l activité physique modérée à intense est 2,5 fois plus élevé chez les hommes et 7 fois plus élevé chez les femmes Pima Mex par rapport aux Pima US. Ces différences d activité physique sont liées en grande partie à l environnement, les indiens vivant au Mexique ayant une activité professionnelle de culture et d élevage peu mécanisée, et vivent sans électricité, ni eau courante. Ils se nourrissent aussi du produit de leur culture. Au contraire, les Pima US ont un mode de vie rural, mais très mécanisé, avec une dépense énergétique liée à leur activité professionnelle faible et ils se nourrissent de ce qu ils achètent en supermarché. Ce travail montre la différence de prévalence du DT2 chez une population ayant les mêmes gènes de susceptibilité (patrimoine génétique) mais un mode de vie très différent. La faible prévalence

4 34 Dossier thématique du DT2 et de l obésité chez les indiens Pima du Mexique vivant dans un environnement rural ancestral contraste fortement avec celle des populations Pima vivant aux États-Unis selon un mode de vie occidentalisé. La différence de prévalence du DT2 suit, en parallèle, les différences d activité physique et d obésité. Ce qui suggère fortement que même dans une population génétiquement fortement prédisposée, le DT2 n est pas une issue obligatoire et peut être prévenu par un environnement qui favorise un haut niveau d activité physique et un faible taux d obésité. Dernier élément remarquable, les effets protecteurs de l activité physique se prolongent sur le long terme. Ainsi, chez les Pima âgés de plus de 55 ans, l incidence du DT2 est de 9 % chez les Pima Mex vs 77 % chez les Pima US. Obésité ou sédentarité et risque de DT2? Les études d intervention soulèvent la question de savoir ce qui est le plus prédictif de la survenue d un DT2 : l obésité ou la sédentarité? L association individuelle entre l obésité et l activité physique a été étudiée sur la population de la Nurses Health Study ( femmes sans antécédent de diabète, de pathologie cardiovasculaire ou de cancer) suivie pendant 16 ans [12]. Une analyse multivariée incluant l âge, le tabagisme et d autres facteurs de risques de DT2 (antécédents familiaux de DT2, statut ménopausique, prise de traitement hormonal de la ménopause), montre que le risque de DT2 augmente progressivement avec l augmentation de l IMC (p < 0,001), l augmentation du tour de taille (p < 0,001) et avec la diminution de l activité physique (p < 0,001). Dans une analyse commune des effets de l IMC et de l activité physique, si l on prend comme référence les femmes de poids normal (IMC < 25 kg/m 2 ) et ayant une activité physique régulière (exercice 21,8 MET h/sem. 1 ), le risque relatif de DT2 est de 16,75 pour les femmes 1 Les recommandations internationales d activité physique de 150 min/semaine correspondent à 10 MET h/semaine sachant que la marche à intensité modérée correspond à au moins 3 MET/heure obèses (IMC 30 kg/m 2 ) et sédentaires (exercice < 2,1 MET h/sem), de 10,74 pour les femmes ayant une activité physique régulière mais obèses et de 2,08 pour les femmes minces et sédentaires. Pour chaque niveau d IMC, une activité physique plus élevée est associée à un risque moindre de développer un DT2. De même, pour un même IMC, plus la vitesse de marche est élevée, plus le risque de DT2 diminue. L obésité et la sédentarité contribuent donc indépendamment au développement du DT2 mais l importance du risque lié à l obésité serait plus grande que celle imputable au manque d activité physique. Cependant, ces résultats montrent que les bénéfices de l activité physique ne sont pas limités aux sujets de poids normal : les sujets obèses bénéficient aussi d une diminution du risque de DT2 quand ils ont une activité physique régulière. Dix heures de télévision par semaine et risque de DT2 Indépendamment du niveau d activité physique, les comportements sédentaires - tels que regarder la télévision - sont associés à un risque significativement plus élevé de développer un DT2 et une obésité [13]. Dans la cohorte de la Nurses Health Study, chaque tranche de 2 heures par jour passée devant la télévision augmente le risque d obésité de 23 % et celui de DT2 de 14 % [13]. Au contraire, même des activités légères, comme rester debout ou marcher dans la maison (ce qui reflète probablement les tâches ménagères), sont associées à un risque plus faible de DT2 : 12 % de réduction pour chaque tranche de 2 h/sem. Dans cette cohorte, les auteurs estiment que 30 % des nouveaux cas d obésité et 43 % de ceux de DT2 peuvent être attribués aux effets combinés de deux facteurs de risque : soit plus de 10 heures par semaine devant la télévision ou moins de 30 minutes de marche (ou de dépense énergétique équivalente) par jour. Cette association positive entre le temps passé à regarder la télévision et l incidence du DT2 avait été mise en évidence aussi chez les sujets masculins dans la cohorte de la Health professionals follow-up Study [14]. Ces résultats apportent de nouveaux éléments aux études antérieures qui avaient jusqu à présent montré que l activité physique d intensité modérée, telle que la marche, était fortement protectrice de la survenue d un DT2 [15, 16]. Ils mettent en évidence l existence d un continuum dans la relation entre le niveau d activité physique et le risque de DT2 (et aussi d obésité) puisque le temps passé devant la télévision est associé au risque le plus élevé de développer un DT2 et/ ou une obésité et que ce risque diminue de façon croissante quand le temps passé à des activités peu intenses, mais moins sédentaires, augmente (par ordre croissant de diminution du risque de DT2 : être debout, puis marcher dans la maison, ou au travail) [13]. Les relations entre temps passé devant la télévision et obésité et DT2 peuvent s expliquer par au moins trois faits : 1) diminution de la dépense énergétique, 2) augmentation des apports alimentaires (regarder la télévision s accompagne souvent de la consommation de nourriture hautement palatable), et 3) alimentation riche en lipides et en sucres en réponse aux nombreuses stimulations des spots publicitaires télévisés. Effet de l activité physique régulière sur l équilibre glycémique des diabétiques de type 2 Une méta-analyse récente fait le point des publications portant sur les effets de l activité physique régulière sur l équilibre glycémique des DT2 [17]. L intérêt de cette revue porte sur plusieurs points. En premier lieu, n ont été prises en compte que les études randomisées où les effets seuls de l exercice ont pu être étudiés (groupe exercice vs groupe sans exercice). En effet, dans beaucoup d études, ce sont les effets de l exercice combiné avec la diététique qui sont suivis, sans pouvoir dissocier les effets de l exercice seul. En deuxième lieu, les études impliquant un petit nombre de sujets (induisant un manque de puissance statistique) ont été exclues. Quatorze études randomisées (impliquant 377 sujets, d âge moyen 60 ans) répondaient aux critères de sélection (tableau II) [18-31]. La période d intervention s étendait selon les études entre 8 semaines et

5 et diabète de type 2 35 Tableau II : Principales caractéristiques des études randomisées contrôlées (groupe exercice vs groupe non exercice) ayant porté sur les effets de l activité physique sur l équilibre glycémique de sujets diabétiques de type 2 (DT2). Étude Nombre de sujets (âge) Traitement du diabète (durée du diabète) Durée de l étude Exercice (Fréquence) HbA1c Baldi, et al [18] 18 H (T : 45 ± 6 ans E : 50 ± 4 ans) (DT2 > 3 ans) 10 semaines Cuff, et al [19] 19 F (T : 63 ± 7 ans E : 60 ± 9 ans) 16 semaines Dela, et al [24] 16 HF (T : 54 ± 6 ans E : 53 ± 11 ans) 3 mois (5 fois/semaine) Dunstan, et al [25] 27 HF (51 ans) 8 semaines Dunstan, et al [26] 36 HF (T : 67 ± 4ans E : 67 ± 5 ans) 6 mois Loimaala, et al [23] 50 HF (T : 53 ± 6 ans E : 54 ± 5 ans) 12 mois Maiorana, et al [27] 16 HF (T : 53 ± 6 ans E : 54 ± 5 ans) 8 semaines Mourier, et al [20] 24 HF (45 ± 2 ans) (DT2 : 59 ± 24 mois) 8 semaines Raz, et al [21] 40 HF (56 ± 7 ans) 12 semaines Ronnemaa, et al [28] 30 HF (52,5 ans) (DT2 : 7,1 ± 1,3 ans) 4 mois (5 à 7 fois/semaine) Tessier, et al [29] 45 HF (65 ans) 16 semaines Tsujiuchi, et al [30] 26 HF (T : 65 ± 8 ans E : 59 ± 9 ans) 4 mois (1 fois/semaine) Wing, et al [22] 30 HF (T : 56 ± 6 ans E : 55 ± 7 ans) NA 10 semaines (4 fois/semaine) Yeater, et al [31] 16 HF (57 ± 8 ans) (DT2 : 11 ± 9 ans) 2 mois NA H : hommes ; F : femmes ; NA : non accessible ; T : groupe témoin (conseils seuls) ; E : groupe exercice. 12 mois. Par rapport au groupe contrôle, la pratique d une activité physique régulière améliore significativement l équilibre glycémique, avec une diminution moyenne du taux d HbA1c de 0,6 % ([intervalle de confiance à 95 % : -0,9 à -0,3] ; p < 0,05) : il s agit d un effet per se de l activité physique régulière, puisque c est le seul facteur qui avait varié entre les groupes étudiés. Cet effet est observé sans variation de poids (absence de différence entre les groupes exercice vs sans exercice au niveau du poids), bien qu il existe probablement des modifications de la composition corporelle avec une augmentation de la masse musculaire comme cela est rapporté dans une étude [18] et une diminution du tissu adipeux

6 36 Dossier thématique intra-abdominal et sous-cutané dans deux études [19, 20]. Aucune étude n a rapporté de complications liées au diabète (et en particulier aucune hypoglycémie n a été signalée) dans le groupe exercice. À côté de l équilibre glycémique, les résultats de la méta-analyse montrent une diminution des triglycérides, en moyenne de 0,25 mmol/l (p = 0,03), sans effet significatif sur le cholestérol HDL et LDL, ni sur la pression artérielle. La signification clinique d une diminution du taux d HbA1c de 0,6 %, obtenue sans perte de poids, peut être appréciée en comparant les grandes études prospectives d intervention ayant examiné les effets de la variation du taux d HbA1c sur la morbidité et la mortalité des sujets DT2. Une interprétation épidémiologique des résultats de l UKPDS (United Kingdom prospective diabetes study) suggère qu une augmentation de 1 % du taux d HbA1c représente une augmentation de 21 % du risque de complications du DT2, une augmentation de 21 % du risque de décès lié au DT2 (toutes causes confondues), une augmentation de 14 % du risque d infarctus du myocarde et de 37 % du risque de complications microangiopathiques [32]. Les mêmes auteurs ont montré qu il n y avait pas de seuil d HbA1c pour la survenue de complications et que, toute réduction du taux d HbA1c pouvait être associée à un risque moindre de complications, le risque le plus faible étant retrouvé chez ceux qui ont un taux d HbA1c normal (< 6 %). La diminution moyenne d HbA1c de 0,6 % en rapport avec une activité physique régulière devrait donc avoir des effets bénéfiques sur la mortalité, la morbidité cardiovasculaire des diabétiques, sans oublier les autres effets bénéfiques de l activité physique régulière sur les paramètres métaboliques (autres que la glycémie) et vasculaires. Il reste cependant à réaliser des études d une durée prolongée (plus d un an) afin d apprécier les effets bénéfiques de cette activité physique sur le long terme, de déterminer si d autres paramètres que le taux d HbA1c se modifient à plus long terme (en particulier le poids) et surtout de montrer que la baisse du taux d HbA1c et l amélioration de l équilibre glycémique se maintiennent. Néanmoins, cet effet bénéfique sur le long terme est fortement suggéré par les résultats d études plus anciennes. Dans l étude de Raz et al. [21], le suivi réalisé 12 mois après la fin de l intervention (d une durée de 12 semaines) montrait que les participants qui continuaient l exercice maintenaient l amélioration de leur équilibre glycémique, contrairement à ceux qui avaient arrêté. Dans la seule étude comportant un suivi de plus de 12 mois après l arrêt de l intervention [22], les auteurs rapportent une diminution plus importante de la prise médicamenteuse dans le groupe exercice que dans le groupe contrôle. Mais dans ces deux études, il faut signaler un grand nombre de sujets perdus de vue. Quelle activité physique? La HAS, dans sa recommandation pour la prise en charge du diabète de type 2 (2006), recommande des modifications du mode de vie avec une «lutte active contre la sédentarité». Il est écrit que «l activité physique consiste en des modifications réalistes du mode de vie quotidien et autant que possible repose sur > 3 heures par semaine d activité plus intensive adaptée au profil du patient» [1]. La question de savoir ce qu est une «activité plus intensive», surtout chez un patient totalement sédentaire reste posée. Des recommandations d activité physique chez les patients DT2 avaient été publiées en 1998 en France par un groupe d experts réunis sous l égide de l Association de langue française pour l étude du diabète et des maladies métaboliques (ALFEDIAM) [33]. Celles-ci privilégiaient les exercices d endurance Les points essentiels (50 à 70 % VO 2max ), de type marche ou vélo, c est-à-dire des exercices d intensité modérée et de durée prolongée ( 30 minutes) à raison d au moins trois séances par semaine, afin d obtenir des effets bénéfiques de l exercice musculaire régulier sur l équilibre glycémique et améliorer les autres facteurs de risques cardiovasculaires. Quelle quantité d activité physique en endurance (aérobie)? Un travail récent de Di Loreto et al. [34] montre que les effets bénéfiques chez le DT2 (âge moyen : 62 ± 0,7 ans ; durée du DT2 : 7,7 ± 0,3 ans) sont obtenus à partir de 11 MET h/sem, ce qui correspond à 30 minutes de marche 5 fois par semaine. Cette quantité d activité physique maintenue pendant 2 ans induit : i) une diminution du taux d HbA1c, de la pression artérielle, du cholestérol total et des triglycérides, et ceci sans perte de poids ; ii) une diminution de 2,6 % du risque estimé de coronaropathie à 10 ans ; et iii) une économie de santé de 386 $ par personne et par an. Il existe un effet dose réponse, et pour 27 MET h/sem d activité physique ce qui correspond à 5 km de marche par jour à 4,8 km/h ou 45 minutes à 6,4 km/h, sont rapportés en plus une perte de poids, une diminution de l IMC et du tour de taille et une augmentation du HDL-cholestérol. Les auteurs ont utilisé un système de conseils prodigués par des médecins pratiquant régulièrement l activité physique, avec une première consultation de 30 minutes et des consultations de 15 minutes tous les 3 mois, ce qui a permis d obtenir une adhérence à l activité physique de 69 % à 2 ans. L exercice régulier représente un mode de prévention, ainsi qu un traitement à part entière, du DT2 (avec au moins 2,5 heures de marche par semaine). Les effets favorables surviennent surtout chez des sujets ayant une intolérance au glucose ou une hyperglycémie modérée, c est-à-dire au stade précoce de la maladie. En effet, l âge avancé, l ancienneté du diabète, l insulinopénie, le surpoids et la sédentarité ancienne du sujet sont responsables d une mauvaise tolérance à l effort et représentent un obstacle majeur à la pratique d une activité physique régulière d intensité et de durée suffisantes. Il faut donc agir, et bouger au plus tôt, chez les sujets à risque de DT2 et chez les patients atteints de DT2.

7 et diabète de type 2 37 Quelle quantité d activité physique contre résistance (musculation)? Les effets de l entraînement sur la diminution du taux d HbA1c semblent plus importants lorsque les programmes d activité comprennent des efforts de résistance. Il a ainsi été montré qu un programme d entraînement faisant intervenir deux types d exercice, des efforts musculaires d endurance et des efforts musculaires sub-maximaux, permettait d obtenir une diminution de l hémoglobine glyquée de plus de 1 % [20, 23]. Dans l étude de Mourier et al., les patients ont été inclus dans le programme d entraînement physique après une période de réadaptation physique à l effort progressive comprenant trois sessions d une heure par semaine sur ergocycle [20]. Pour rentrer dans le programme d entraînement proprement dit, il fallait que le patient soit capable de réaliser un effort à 70 % VO 2max pendant 45 minutes. Le programme d entraînement, d une durée de 8 semaines comprenait deux sessions de 45 minutes par semaine à 70 % VO 2max et une session d exercice intermittent par semaine (5 exercices de 2 min à 85 % VO 2max chacun séparé par un exercice de 3 min à 50 % VO 2max ). Le programme utilisé par Loimaala et al. comprenait quatre sessions d exercice de 30 min par semaine pendant une durée d un an : deux sessions d endurance (marche, course à pieds ) et deux sessions de musculation supervisées (les groupes musculaires variaient tous les 15 jours) [23]. Dans leur méta-analyse des différents protocoles d exercice utilisés dans les différentes études, Snowling et Hopkins [35] concluent à des effets sensiblement similaires entre les deux types d entraînement. Cependant, la seule étude randomisée ayant comparé en parallèle activité aérobie (45 minutes d exercice aérobie à 75 % VO 2max ), résistance [7 types d exercices de musculation (avec 2 à 3 séries par exercice au poids maximum qui peut être soulevé 7 à 9 fois)] pendant 22 semaines, et association des deux, montre un effet comparable entre les deux types d entraînement et une supériorité de la combinaison des deux [36] (figure 1). Par ailleurs, les recommandations internationales d activité physique pour les populations présentant une pathologie chronique (qui proposent des programmes structurés combinant les deux types d entraînement) [37,38] suggèrent fortement l intérêt d associer musculation et endurance. Aucune donnée ne permet d affirmer que l association des deux types d entraînements ont des effets délétères sur le plan musculo-squelettique ou cardiovasculaire. En pratique Sachant que la marche représente l activité physique la plus couramment pratiquée, et qu elle apporte de nombreux bénéfices prouvés pour la santé, 30 minutes de marche quotidienne à bonne allure peuvent être recommandées. Cependant, la marche n est pas toujours indiquée chez le DT2, en particulier s il existe une neuropathie périphérique ou des complications au niveau des membres inférieurs (arthrose). Dans ces cas, des exercices avec de faibles impacts sont recommandés (avec les mêmes effets bénéfiques) : natation, vélo, aquagym. S il n y a pas de contre-indication, une activité physique plus intense ou des exercices de musculation peuvent être ajoutés afin d augmenter les bénéfices pour la santé. Il ne faut cependant pas oublier qu une activité physique moins structurée et de faible intensité pourrait aussi diminuer la probabilité de développer un DT2, surtout lorsqu elle remplace des activités sédentaires comme regarder la télévision. La variété des programmes avec un choix multiple d activités possibles est le meilleur garant d une bonne adhérence à moyen et long terme, d où l intérêt d une prescription individualisée et progressive d activité physique. Il faut ajouter à ces programmes personnalisés et structurés une modification du mode de vie en général, en privilégiant les déplacements à pied, ou l utilisation du vélo plutôt que de la voiture, les escaliers à la place de l ascenseur. Une population sédentaire aura, sur le plan de nombreux paramètres de santé, une augmentation de la dépense énergétique des 24 heures, en utilisant toutes les opportunités d augmenter sa dépense énergétique (quelle que soit l intensité de l exercice). Figure 1 : Évolution du taux d HbA1c observée dans l étude de Sigal et al. [36] dans laquelle trois modes d entraînement ont été comparés de façon randomisée. Après 6 mois d entraînement, le taux d HbA1c a diminué de manière similaire dans le groupe aérobie seule et résistance seule, respectivement de 0,51 % et de - 0,38 % (valeur absolue). L entraînement combiné a permis une diminution supplémentaire de 0,46 % par rapport à l entraînement aérobie seul (soit une diminution totale de 0,97 %) et de 0,59 % par rapport à l entraînement en résistance seule. Le groupe combiné a de meilleurs résultats sur l HbA1c, mais il fait deux fois plus d entraînement que le groupe aérobie seule ou que le groupe résistance seule, puisqu il a combiné les deux types d entraînement soit : 45 min d exercice aérobie à 75 %VO 2 max 7 types d exercices de musculation (avec 2 à 3 séries par exercice au poids maximum qui peut être soulevé 7 à 9 fois), 3 fois par semaine. Conflits d intérêt : Les auteurs déclarent n avoir aucun conflit d intérêt avec le contenu de cet article. Références [1] AFSSAPS-HAS. Recommandation Professionnelle. Traitement médicamenteux du diabète de type 2 (Actualisation). Novembre Recommandation de Bonne Pratique (Synthèse et Recommandations). Diabetes Metab 2007;33:1S1-1S105. [2] Nathan DM, Buse JB, Davidson MB, et al. Management of hyperglycemia in type 2 diabetes: A consensus algorithm for the initiation and adjustment of therapy: a consensus statement from the American Diabetes Association and the European Association for the Study of Diabetes. Diabetes Care 2006;29: [Erratum in: Diabetes Care 2006;49:2816-8]. [3] Tuomilehto J, Lindström J, Eriksson JG, et al; Finnish Diabetes Prevention Study Group. Prevention of type 2 diabetes mellitus by changes in lifestyle among subjects with impaired glucose tolerance. N Engl J Med 2001;344:

8 38 Dossier thématique [4] Pan XR, Li GW, Hu YH, et al. Effects of diet and exercise in preventing NIDDM in people with impaired glucose tolerance. The Da Qing IGT and Diabetes Study. Diabetes Care 1997;20: [5] Knowler WC, Barrett-Connor E, Fowler SE, et al; Diabetes Prevention Program Research Group. Reduction in the incidence of type 2 diabetes with lifestyle intervention or metformin. N Engl J Med 2002;346: [6] Ramachandran A, Snehalatha C, Mary S, et al. The Indian Diabetes Prevention Programme shows that lifestyle modification and metformin prevent type 2 diabetes in Asian Indian subjects with impaired glucose tolerance (IDPP-1). Diabetologia 2006;49: [7] Kosaka K, Noda M, Kuzuya T. Prevention of type 2 diabetes by lifestyle intervention: a Japanese trial in IGT males. Diabetes Res Clin Pract 2005;67: [8] Laaksonen DE, Lindström J, Lakka TA, et al; Finnish diabetes prevention study. Physical activity in the prevention of type 2 diabetes: the Finnish diabetes prevention study. Diabetes 2005,54: [9] Lindström J, Ilanne-Parikka P, Peltonen M, et al; Finnish Diabetes Prevention Study Group. Sustained reduction in the incidence of type 2 diabetes by lifestyle intervention: follow-up of the Finnish Diabetes Prevention Study. Lancet 2006;368: [10] Li G, Zhang P, Wang J, et al. The long-term effect of lifestyle interventions to prevent diabetes in the China Da Qing Diabetes Prevention Study: a 20-year follow-up study. Lancet 2008;371: [11] Schulz LO, Bennett PH, Ravussin E, et al. Effects of traditional and western environments on prevalence of type 2 diabetes in Pima Indians in Mexico and the U.S. Diabetes Care 2006;29: [12] Rana JS, Li TY, Manson JE, Hu FB. Adiposity compared with physical inactivity and risk of type 2 diabetes in women. Diabetes Care 2007;30:53-8. [13] Hu FB, Li TY, Colditz GA, et al. Television watching and other sedentary behaviors in relation to risk of obesity and type 2 diabetes mellitus in women. JAMA 2003;289: [14] Hu FB. Sedentary lifestyle and risk of obesity and type 2 diabetes. Lipids 2003;38: [15] Helmrich SP, Ragland DR, Leung RW, Paffenbarger RS Jr. Physical activity and reduced occurrence of non-insulin-dependent diabetes mellitus. N Engl J Med 1991;325: [16] Manson JE, Rimm EB, Stampfer MJ, et al. Physical activity and incidence of non-insulindependent diabetes mellitus in women. Lancet 1991;338: [17] Thomas DE, Elliott EJ, Naughton GA. Exercise for type 2 diabetes mellitus. Cochrane Database Syst Rev 2006;(3):CD [18] Baldi JC, Snowling N. Resistance training improves glycaemic control in obese type 2 diabetic men. Int J Sports Med 2003;24: [19] Cuff DJ, Meneilly GS, Martin A, et al. Effective exercise modality to reduce insulin resistance in women with type 2 diabetes. Diabetes Care 2003;26: [20] Mourier A, Gautier JF, De Kerviler E, et al. Mobilization of visceral adipose tissue related to the improvement in insulin sensitivity in response to physical training in NIDDM. Effects of branchedchain amino acid supplements. Diabetes Care 1997;20: [21] Raz I, Hauser E, Bursztyn M. Moderate exercise improves glucose metabolism in uncontrolled elderly patients with non-insulin-dependent diabetes mellitus. Isr J Med Sci 1994;30: [22] Wing RR, Epstein LH, Paternostro-Bayles M, et al. Exercise in a behavioural weight control programme for obese patients with Type 2 (non-insulin-dependent) diabetes. Diabetologia 1988;31: [23] Loimaala A, Huikuri HV, Kööbi T, et al. Exercise training improves baroreflex sensitivity in type 2 diabetes. Diabetes 2003;52: [24] Dela F, von Linstow ME, Mikines KJ, Galbo H. Physical training may enhance beta-cell function in type 2 diabetes. Am J Physiol Endocrinol Metab 2004;287:E [25] Dunstan DW, Puddey IB, Beilin LJ, et al. Effects of a short-term circuit weight training program on glycaemic control in NIDDM. Diabetes Res Clin Pract 1998;40: [26] Dunstan DW, Daly RM, Owen N, et al. Highintensity resistance training improves glycemic control in older patients with type 2 diabetes. Diabetes Care 2002;25: [27] Maiorana A, O'Driscoll G, Goodman C, et al. Combined aerobic and resistance exercise improves glycemic control and fitness in type 2 diabetes. Diabetes Res Clin Pract 2002;56: [28] Ronnemaa T, Mattila K, Lehtonen A, Kallio V. A controlled randomized study on the effect of long-term physical exercise on the metabolic control in type 2 diabetic patients. Acta Med Scand 1986;220: [29] Tessier D, Ménard J, Fülöp T, et al. Effects of aerobic physical exercise in the elderly with type 2 diabetes mellitus. Arch Gerontol Geriatr 2000;31: [30] Tsujiuchi T, Kumano H, Yoshiuchi K, et al. The effect of Qi-gong relaxation exercise on the control of type 2 diabetes mellitus: a randomized controlled trial. Diabetes Care 2002;25: [31] Yeater RA, Ullrich IH, Maxwell LP, Goetsch VL. Coronary risk factors in type II diabetes: response to low-intensity aerobic exercise. W V Med J 1990;86: [32] Stratton IM, Adler AI, Neil HA, et al; UK Prospective Diabetes Study Group. Association of glycaemia with macrovascular and microvascular complications of type 2 diabetes (UKPDS 35): prospective observational study. BMJ 2000;321: [33] Gautier JF, Berne C, Grimm JJ, et al. Activité physique et diabète. Recommandations de l AL- FEDIAM. Diabetes Metab 1998;24: [34] Di Loreto C, Fanelli C, Lucidi P, et al. Make your diabetic patients walk: long-term impact of different amounts of physical activity on type 2 diabetes. Diabetes Care 2005;28: [35] Snowling NJ, Hopkins WG. Effects of different modes of exercise training on glucose control and risk factors for complications in type 2 diabetic patients: a meta-analysis. Diabetes Care 2006;29: [36] Sigal RJ, Kenny GP, Boule NG, et al. Effects of aerobic training, resistance training, or both on glycemic control in type 2 diabetes: a randomized trial. Ann Intern Med 2007;147: [37] Haskell WL, Lee IM, Pate RR, et al; American College of Sports Medicine; American Heart Association. Physical activity and public health: updated recommendation for adults from the American College of Sports Medicine and the American Heart Association. Med Sci Sports Exerc 2007;39: [38] Nelson ME, Rejeski WJ, Blair SN, et al; American College of Sports Medicine; American Heart Association.. Physical activity and public health in older adults: recommendation from the American College of Sports Medicine and the American Heart Association. Circulation 2007;116:

Activité physique et diabète de type 2

Activité physique et diabète de type 2 Activité physique et diabète de type 2 D après le référentiel de la Société francophone du diabète : Duclos M et al, Médecine des maladies Métaboliques. 2011; 6 : 80-96 Forum Santé Vertolaye Le 10/10/2013

Plus en détail

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés.

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS EUROPE Tout savoir sur son HbA1c Réalisé avec la collaboration du

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

Un diabète de type 2. Vers un programme Sport Santé pour les personnes vivant avec. Atelier animé par :

Un diabète de type 2. Vers un programme Sport Santé pour les personnes vivant avec. Atelier animé par : Vers un programme Sport Santé pour les personnes vivant avec Un diabète de type 2 Atelier animé par : Pr Martine Duclos CHU Montpied, Clermont-ferrand Dr Julien Aucouturier UFR STAPS, Lille Séminaire interactif

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

Sport et maladies métaboliques (obésité, diabète)

Sport et maladies métaboliques (obésité, diabète) Sport et maladies métaboliques (obésité, diabète) Chef du service de médecine du sport, CHU de Clermont-Ferrand Monsieur Julien AUCOUTURIER Maître de conférences STAPS 60 % des diabétiques de type 2 sont

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008. Mise à jour 24-06-08

Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008. Mise à jour 24-06-08 Diabète de type 2 et Sport Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008 Mise à jour 24-06-08 L activité physique est recommandée depuis longtemps aux patients diabétiques Dès la fin du 19 ème siècle,

Plus en détail

Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir?

Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir? Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir? Le diabète de type 2 est une maladie chronique et progressive dont l incidence va en augmentant. Il n existe pas de traitement

Plus en détail

Diabète de type 2 et activité physique

Diabète de type 2 et activité physique 31/05/2012 Diabète de type 2 et activité physique Dr George Krzentowski Diabétologue CHU de Charleroi Avec le soutien de MORTALITE ET ACTIVITE PHYSIQUE «La marche est le meilleur traitement pour l homme»

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Extrait de l argumentaire scientifique de la RBP : «Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2»

Extrait de l argumentaire scientifique de la RBP : «Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2» Extrait de l argumentaire scientifique de la RBP : «Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du Table des matières 1. Analyse de la littérature concernant les objectifs glycémiques chez les patients

Plus en détail

Tabagisme et syndrome métabolique

Tabagisme et syndrome métabolique Tabagisme et syndrome métabolique 6 ième Congrès de la SFT 9 nov. 2012 Ivan Berlin Département de Pharmacologie, Hôpital Pitié- Salpêtrière-Faculté de médicine, Université P.& M. Curie - INSERM U894, Paris,

Plus en détail

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares Que Faire devant une Hypo-HDLémie? Pascale Benlian Laboratoire de Référence R pour le Diagnostic des Maladies Rares Endocrinologie, INSERM U 538 Hôpital Saint Antoine, Paris pascale.benlian@sat.aphp.frsat.aphp.fr

Plus en détail

Activité physique et diabète non insulinodépendant

Activité physique et diabète non insulinodépendant 8 Activité physique et diabète non insulinodépendant L activité physique est aussi importante pour le traitement du diabète de type 2 que l équilibre alimentaire. L activité physique, ce n est pas seulement

Plus en détail

Définition. Le Diabète

Définition. Le Diabète Définition Le diagnostic de diabète répond à une définition clinico-biologique : soit une glycémie veineuse aléatoire supérieure à 2 g /l et des signes cliniques (amaigrissement, soif intense, fatigue..),

Plus en détail

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND PHYSIOPATHOLOGIE DE L HYPERGLYCEMIE DU DT2 Tube digestif Pancréas endocrine α β Tissu adipeux cellules β insuline cellules

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

N 1. Vol. 6 Janvier 2012. Diabète Lipides Obésité Risques cardio-métaboliques Nutrition. Dossier thématique ISSN : 1957-2557.

N 1. Vol. 6 Janvier 2012. Diabète Lipides Obésité Risques cardio-métaboliques Nutrition. Dossier thématique ISSN : 1957-2557. Diabète Lipides Obésité Risques cardio-métaboliques Nutrition Éditorial 293 Deux clés de réussite de la thérapeutique : d abord le bon usage des médicaments et l autonomie du patient S. Halimi Dossier

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

chez le diabétique de type 2 : la peur de l hypoglycémie

chez le diabétique de type 2 : la peur de l hypoglycémie L exercice chez le diabétique de type 2 : la peur de l hypoglycémie Le diabète de type 2 est destiné, dans les prochaines années, à atteindre des proportions endémiques, autant chez les enfants et les

Plus en détail

Diabète et risque cardiovasculaire: Le syndrome métabolique en question

Diabète et risque cardiovasculaire: Le syndrome métabolique en question Diabète et risque cardiovasculaire: Le syndrome métabolique en question Eugène Sobngwi, MD, PhD Service d Endocrinologie d Diabétologie Hôpital Saint-Louis, Paris 10 / INSERM U 671 Le diabète sucré en

Plus en détail

Les Jeudis de l'europe

Les Jeudis de l'europe LE DIABETE SUCRE EST DEFINI EN DEHORS DE TOUT EPISODE DIABETOGENE : 1.26 g/l SOIT 7 mmol/l PREVALENCE DU DIABETE DE TYPE 2 EN FRANCE METROPOLITAINE 3.4 % AGE = 63 ANS HOMMES = 54% 25% > 75 ans OUTRE MER

Plus en détail

Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil.

Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil. Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil. S.Fendri, D.Rose,S.Myambu,S.Jeanne,JDLalau Diab Res Clin Pract, Doi :10.1016/j.diabres.2010.09.O29 Relation SAS

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

PRINCIPES DE DEPISTAGE DU DIABETE DE TYPE 2 FEVRIER 2003. Service évaluation des technologies Service évaluation économique

PRINCIPES DE DEPISTAGE DU DIABETE DE TYPE 2 FEVRIER 2003. Service évaluation des technologies Service évaluation économique PRINCIPES DE DEPISTAGE DU DIABETE DE TYPE 2 FEVRIER 2003 Service évaluation des technologies Service évaluation économique GROUPE DE TRAVAIL M me le D r Catherine BOULNOIS-LAGACHE Médecin généraliste CAGNY

Plus en détail

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent Juillet 2007 Juillet 2007 1 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

Stratégie de développement de l activité physique chez les patients schizophrènes et bipolaires

Stratégie de développement de l activité physique chez les patients schizophrènes et bipolaires Stratégie de développement de l activité physique chez les patients schizophrènes et bipolaires Quelles actions pour améliorer la santé physique de nos patients? P-M LLORCA Mortalité chez les patients

Plus en détail

Effets sur la pression artérielle rielle des traitements non-médicamenteux

Effets sur la pression artérielle rielle des traitements non-médicamenteux Effets sur la pression artérielle rielle des traitements non-médicamenteux PF Plouin, ESH Hypertension Excellence Center, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris La prise en charge de l hypertendu l concerne

Plus en détail

Bouger, c est bon pour la santé!

Bouger, c est bon pour la santé! Bouger, c est bon pour la santé! Tous concernés! De quoi s agit-il? Il s agit de toute activité physique, dès lors que nous bougeons. Ainsi tous les pas comptent, comme ceux que nous faisons chez nous

Plus en détail

THÉRAPEUTIQUES. Détémir et glargine : analogues lents de l'insuline

THÉRAPEUTIQUES. Détémir et glargine : analogues lents de l'insuline Deux analogues lents de l'insuline ont été successivement mis sur le marché : la glargine (Lantus ) en 2003 et la détémir (Levemir ) en 2005. Qu'apportent ces nouvelles insulines pour la prise en charge

Plus en détail

L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION

L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION Docteur CASCUA Stéphane Médecin du Sport ACTIVITE PHYSIQUE et SEDENTARITE Activité physique Dépense > 2000 kcal/semaine Plus de 30 mn de marche active/jour

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France 3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France Etude conduite chez des étudiants dans 3 villes (Montpellier, Bordeaux, Grenoble) Age : 19 à 26 ans Année

Plus en détail

«Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.»

«Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.» «Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.» Boire peu pour boire longtemps. Marcel Aymé Le vin est dans notre pays synonyme de plaisir (gastronomique) ou de déchéance (alcoolique). Le débat

Plus en détail

LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE

LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE ValérieMarcil, Ph.D., Dt.P. Colloque du mercredi 19 novembre 2014 GUÉRIR D UN CANCER PÉDIATRIQUE: QUELLE

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

Ac#vité Physique et Diabète

Ac#vité Physique et Diabète Ac#vité Physique et Diabète DIAPASON 36 MSA Châteauroux 2012 Dr Thierry KELLER 27 & 28 septembre 2012 Quels Constats? L inac#vité TUE!! "30% Mortalité totale 9% Risque Cardio-Vasculaire (coronaropathie)

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention

E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention E01-1 E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention Un facteur de risque est défini comme une condition associée à une augmentation de l incidence de la maladie avec un lien supposé

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique

Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique Université d été E-Santé Castres-Mazamet 4, 5, 6 juillet 2012 «Des supports numériques au service de l éducation thérapeutique des patients» Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique

Plus en détail

Quoi mesurer et comment?

Quoi mesurer et comment? 20.11.2014 La mesure de la fatigue: Brief Fatigue Inventory (BFI) Mendoza et al Questionnaire avec 10 items Functional assessment of cancer therapy scale (FACT) Cella et al Questionnaire avec 38 items

Plus en détail

Le Syndrome Métabolique Effet de mode? Concept utile au clinicien?

Le Syndrome Métabolique Effet de mode? Concept utile au clinicien? Le Syndrome Métabolique Effet de mode? Concept utile au clinicien? Quelle définition? Quelle incidence sur le risque cardio-vasculaire? Facilite t-il la prise en charge du patient hypertendu, dyslipidémique?

Plus en détail

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Généralités / Contexte La chirurgie bariatrique: pas de relation quantitative claire entre

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

LE POINT SUR... Prévention nutritionnelle du diabète de type 2 : un projet réaliste? Dépistage. Une prévention est-elle possible?

LE POINT SUR... Prévention nutritionnelle du diabète de type 2 : un projet réaliste? Dépistage. Une prévention est-elle possible? Prévention nutritionnelle du diabète de type 2 : un projet réaliste? Hélène Bihan, Hôpital Avicenne, Unité de Recherche Epidémiologique Nutritionnelle, helene.bihan@avc.aphp.fr a prévention du diabète

Plus en détail

Diabète et hypoglycémies

Diabète et hypoglycémies Diabète et hypoglycémies Docteur Karim LACHGAR Chef de service de diabétologie endocrinologie Hôpital Simone Veil Eaubonne Montmorency Karim.lachgar@ch-simoneveil.fr 15 e journée des associations du Val

Plus en détail

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Nabiha KAMAL Laboratoire de Biochimie Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca CHU Ibn Rochd de Casablanca

Plus en détail

L influence du sport sur le traitement du diabète de type 1

L influence du sport sur le traitement du diabète de type 1 L influence du sport sur le traitement du diabète de type 1 Contenu 1. Bénéfice du sport pour patients avec diabète de type 1 2. Aspects physiologiques du sport en rapport avec la glycémie en général 3.

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

Physiologie de l effort Bénéfices risques Diabète type 2= activité physique: qui? Quoi? comment? Diabète type 1= sport: exemple de la plongée sous

Physiologie de l effort Bénéfices risques Diabète type 2= activité physique: qui? Quoi? comment? Diabète type 1= sport: exemple de la plongée sous Physiologie de l effort Bénéfices risques Diabète type 2= activité physique: qui? Quoi? comment? Diabète type 1= sport: exemple de la plongée sous marine L exercice commence dans le cerveau (décision volontaire

Plus en détail

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement DIU HTA François Gueyffier Service de pharmacologie clinique UMR CNRS 5558 CIC 201, LYON francois.gueyffier@chu-lyon.fr

Plus en détail

Recommandations sur le traitement du diabète de type 2

Recommandations sur le traitement du diabète de type 2 RECOMMANDATIONS Forum Med Suisse 2009;9(3):50 55 50 Recommandations sur le traitement du diabète de type 2 Déclaration de consensus de la Société Suisse d Endocrinologie-Diabétologie Commentaire d experts

Plus en détail

Le dépistage systématique du diabète de grossesse est-ce vraiment nécessaire?

Le dépistage systématique du diabète de grossesse est-ce vraiment nécessaire? Remise en question de nos pratiques obstétricales Le dépistage systématique du diabète de grossesse est-ce vraiment nécessaire? Ellen Rosenberg 2 M me Pilon, 23 ans, en est à sa deuxième grossesse. La

Plus en détail

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance?

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Ajaccio 12 mai 2012 F. Carré Université Rennes 1 Hopital Pontchaillou Inserm UMR 1099 Les «tests» chez le sportif Exploration performance

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Le diabète en pédiatrie

Le diabète en pédiatrie Le diabète en pédiatrie Dre Isabelle Bouchard Pédiatre Clinique de diabète pédiatrique du CHUL Janvier 2012 Objectifs 1) Connaître les différences physiopathologiques entre le diabète type 1 et type 2

Plus en détail

PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B

PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B DANS LE BILAN LIPIDIQUE TEXTE COURT SEPTEMBRE 2008 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis La Plaine CEDEX

Plus en détail

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ QUESTION : Est-ce que le café décaféiné est une alternative au café chez les patients qui souffrent d un RGO? AUTEUR : Alexis Du Cap (JUILLET 2009) SUPERVISEUR : Guylène Thériault

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES DANS LE DIABETE DE TYPE 2. Docteur R.POTIER

ACTUALITES THERAPEUTIQUES DANS LE DIABETE DE TYPE 2. Docteur R.POTIER ACTUALITES THERAPEUTIQUES DANS LE DIABETE DE TYPE 2 Docteur R.POTIER DEFINITION DU DIABETE soit : Syndrome polyuro-polydipsique + amaigrissement + 1 glycémie > 2g/L 2 glycémies à jeun > 1,26g/l 1 glycémie

Plus en détail

Evidence-based medicine en français

Evidence-based medicine en français Evidence-based medicine en français MÉDECINE FACTUELLE (Office de la langue française) Médecine fondée sur des faits démontrés Médecine fondée sur des preuves Médecine fondée sur des données probantes

Plus en détail

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé MEH CHERIFI,M ARAB ; A RAMDANI, F ALIBDESSAMED, Z GUECHI 21ème Congrès National de Médecine Interne. Tlemcen 15, 16 et 17 mai Introduction I PM : 168

Plus en détail

Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition

Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition Emilie MONTASTIER, Carle PAUL Endocrinologie, Nutrition, Dermatologie Université Paul Sabatier, Hôpital Larrey UMR CNRS 5165,

Plus en détail

APS résumé partie III

APS résumé partie III 1 APS résumé partie III Les outils d évaluation de l activité physique Le but est de quantifier/ évaluer les activités physiques habituelles (non-structurées).on a plusieurs méthodes : - Indirectes (subjectives)

Plus en détail

Informations du Patient. Entourage (personnes référentes) Médecin traitant. Consultation demandée par. Motif de la consultation. Situation familiale

Informations du Patient. Entourage (personnes référentes) Médecin traitant. Consultation demandée par. Motif de la consultation. Situation familiale Date du jour de l inclusion : N Informations du Patient Nom Date de naissance Sexe Commune de naissance CP Prénom Age Adresse actuelle Ville Téléphone CP Portable Entourage (personnes référentes) Nom Lien

Plus en détail

LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE

LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE Jean-Paul BLANC Diététicien-Nutritionniste Neuilly sur Seine www.cabinet-de-nutrition-et-dietetique.eu LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE Au cours de la dernière décennie

Plus en détail

Un suivi médical régulier se

Un suivi médical régulier se Le suivi médical périodique Pierre Filteau, M.D. Un suivi médical régulier se révèle essentiel pour tout diabétique. Il est assuré minimalement quatre fois par année par le médecin traitant ou l infirmière.

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

Exploration du métabolisme lipidique

Exploration du métabolisme lipidique Exploration du métabolisme lipidique Les principaux lipides le cholestérol (utilisé par les cellules pour la synthèse de leurs membranes) les triglycérides (substrat énergétique) les phospholipides (constituants

Plus en détail

Directives canadiennes en matière d activité physique. Glossaire GLOSSAIRE. Terminologie Définition Exemples

Directives canadiennes en matière d activité physique. Glossaire GLOSSAIRE. Terminologie Définition Exemples GLOSSAIRE Glossaire Activité Ensemble de mouvements corporels qui augmentent le rythme cardiaque et la respiration Directives en Tout mouvement corporel produit par les muscles squelettiques utilisant

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE RECOMMANDATIONS Ce document est une actualisation des Recommandations de Bonne Pratique "Prise en charge des dyslipidémies" publiées par l'afssaps

Plus en détail

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING Anne DELEXTRAT, Véronique TRICOT, Thierry BERNARD, Fabrice VERCRUYSSEN, Christophe HAUSSWIRTH & Jeanick BRISWALTER Le triathlon est

Plus en détail

équilibre glycémique du diabétique insuliné

équilibre glycémique du diabétique insuliné La télésurveillance t des maladies chroniques à domicile Aide à la décision en diabétologie Docteur Pierre FONTAINE Service de diabétologie, CHRU de Lillle Faculté de médecine, m Université de Lille 2

Plus en détail

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I UN PROJET DU PROGRAMME CANTONAL DIABÈTE Jérôme Spring Maître de sport APA Diabétologie pédiatrique Riviera-Chablais

Plus en détail

Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours

Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours Septembre 2011 Pourquoi repérer l excès de poids? Que faire chez les sujets ayant un âge physiologique avancé? Quand diagnostiquer

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

Evaluation metabolique et anthropometrique des facteurs de risques de l intolerance au glucose

Evaluation metabolique et anthropometrique des facteurs de risques de l intolerance au glucose www.didac.ehu.es/antropo Evaluation metabolique et anthropometrique des facteurs de risques de l intolerance au glucose Metabolic and anthropometric evaluation of factors and risks of intolerance on glucose

Plus en détail

Café News. Bulletin d actualités destiné aux professionnels de l information. Echos de la recherche

Café News. Bulletin d actualités destiné aux professionnels de l information. Echos de la recherche N 1 Mai 2001 Santé et Café News Bulletin d actualités destiné aux professionnels de l information SOMMAIRE Echos de la recherche Café et maladie de Parkinson : un effet préventif? Café et céphalées de

Plus en détail

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro INNOVATION De la rééducation au sport santé LPG crée le Neuro Physical Training! Bouger pour sa santé, une évidence pour les français? Bien que Faire du sport soit, chaque année, une des résolutions prioritaires

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

10/12/2009 DIABETE. Dr LEVEZIEL CHU HENRI MONDOR SERVICE DU PR SOUIED FRANCE

10/12/2009 DIABETE. Dr LEVEZIEL CHU HENRI MONDOR SERVICE DU PR SOUIED FRANCE DIABETE Dr LEVEZIEL CHU HENRI MONDOR SERVICE DU PR SOUIED FRANCE 1 Diabète Définition: Augmentation du taux de glucose dans le sang Dépistage: 1,20 g/l (6,7 mmol/l) si prélèvement plus de 2 heures après

Plus en détail

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES Première Journée du Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

Plus en détail

Le VIH et votre apparence physique

Le VIH et votre apparence physique Le VIH et votre apparence physique Le VIH et votre apparence physique Les personnes séropositives subissent-elles souvent des changements de l apparence physique? Il est difficile de dire avec exactitude

Plus en détail

Le programme de changement de comportement

Le programme de changement de comportement L adoption du Guide Canadien d Activité Physique et du Cahier d accompagnement pour Fiche No 33 les aînés : Impacts sur le conditionnement physique et la dépense énergétique Jiang X, Cooper J, Porter MM,

Plus en détail

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS 1 LECTURE CRITIQUE D UN ARTICLE SCIENTIFIQUE 1 ER PAS FORUM PCI 20,05,14 MJ Thévenin / Inf. EPIAS/ SMPH BUTS ET ORGANISATION DE LA PRÉSENTATION Utiliser une grille de lecture critique d un article Comprendre

Plus en détail

Déclaration finale de la concertation sur l'opportunité et les modalités d'un dépistage du diabète

Déclaration finale de la concertation sur l'opportunité et les modalités d'un dépistage du diabète Cabinet de Mme la Ministre Nicole Maréchal Ministre de l'aide à la Jeunesse et de la Santé Centre de Recherche Opérationnelle en Santé Publique Section d'epidémiologie Institut de Santé Publique Déclaration

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03 A Randomized Trial of Hyperglycemic Control in Pediatric Intensive Care Lalande Marion, Biblio du 3/03 Justification de l étude Etat actuel des connaissances sur le contrôle glycémique chez l adulte :

Plus en détail

En savoir plus sur le diabète

En savoir plus sur le diabète En savoir plus sur le diabète 2 Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par un excès de sucre dans le sang, on appelle cela l hyperglycémie. Le diabète est une maladie chronique qui survient

Plus en détail

INSULINOTHERAPIE FONCTIONNELLE

INSULINOTHERAPIE FONCTIONNELLE Synthèse personnelle INSULINOTHERAPIE FONCTIONNELLE De nos jours, le diabète inuslinodépendant ne connaît aucun traitement pouvant éviter l injection d insuline. L insulinothérapie fonctionnelle est une

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail