Recommandations sur le traitement du diabète de type 2

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Recommandations sur le traitement du diabète de type 2"

Transcription

1 RECOMMANDATIONS Forum Med Suisse 2009;9(3): Recommandations sur le traitement du diabète de type 2 Déclaration de consensus de la Société Suisse d Endocrinologie-Diabétologie Commentaire d experts suisses au sujet des recommandations communes de l ADA (American Diabetes Association) et de l EASD (European Association for the Study of Diabetes) Jacques Philippe, Michael Brändle, Jacques Carrel, Peter Diem*, Ulrich Keller, François Kuntschen, Juan Ruiz, Matthias Stahl, Benno Weissenberger, Giatgen A. Spinas Avant-propos Pour la première fois, les sociétés américaines et européennes du diabète ont publiés conjointement des recommandations pour le traitement de l hyperglycémie chez les patients diabétiques de type 2. Ces recommandations sont disponibles sous la forme d un algorithme pour l initiation et l adaptation du traitement antidiabétique [1, 2]. Un groupe d experts suisses composé des cinq responsables du domaine de la diabétologie dans les hôpitaux universitaires ainsi que de représentants d autres hôpitaux régionaux et de praticiens résume et commente ci-dessous les recommandations de l ADA et de l EASD en les adaptant à la situation en Suisse. Les recommandations dans le domaine de la diabétologie reposent en effet non seulement sur la médecine factuelle qui a ses limites, mais aussi sur l opinion d experts. Les experts suisses, par la composition équilibrée de leur groupe, proposent une attitude différenciée des traitements antidiabétiques. Ce papier se compose de trois parties. La première partie résume brièvement les recommandations de l ADA et de l EASD, la deuxième partie contient les commentaires suisses. La troisième partie constitue un complément suisse et parle de l éducation du patient. I. Résumé des recommandations de l ADA et de l EASD 1. Objectifs glycémiques Plusieurs études effectuées chez les diabétiques de type 1 et 2 ont contribué à établir des objectifs glycémiques permettant d améliorer la prévention des complications à long terme [3 7]. L objectif glycémique recommandé par l ADA/EASD est un taux d <7% chez la plupart des patients, et un taux d le plus proche de la normale (<6%) chez des patients individuels présentant un faible risque d hypoglycémie. 2. Principes applicables lors du choix d un traitement antidiabétique Les recommandations pour le choix ou l association d agents antidiabétiques sont restreintes parce que les données concernant leur influence sur la prévention de complications à long terme sont insuffisantes. Les effets bénéfiques du traitement paraissent être liés en premier lieu au degré de réduction du taux de glycémie. L étude UKPDS [4] a comparé trois classes de médicaments hypoglycémiants (sulfonylurées, metformine et insuline), mais cette étude n a pas pu démontrer la supériorité d une thérapie par rapport aux autres, hormis la metformine pour les complications cardiovasculaires. Le choix des antidiabétiques repose donc sur leur efficacité sur le contrôle glycémique et leurs autres effets susceptibles de réduire les complications à long terme, ainsi que sur leur profil de sécurité, leur tolérance et leurs coûts. Effets non glycémiques des antidiabétiques Outre les effets sur la glycémie, les antidiabétiques oraux peuvent avoir d autres effets bénéfiques sur les facteurs de risque cardiovasculaires tels que sur la pression artérielle et les dyslipidémies. Par ailleurs, il faut tenir compte des effets susceptibles d influencer le contrôle de la glycémie à long terme tels que par exemple les variations du poids corporel, l insulinorésistance ou la capacité d insulinosécrétion. 3. Adaptation des habitudes et du mode de vie Par une influence positive sur l hygiène de vie, on obtient un meilleur contrôle de la glycémie ainsi qu une amélioration de la tension artérielle et de la dyslipidémie. Dans ce contexte, le rôle central revient à la réduction du poids corporel grâce à une alimentation équilibrée avec diminution de l apport calorique et à une activité physique accrue. La perte de poids étant malheureusement souvent passagère, les effets bénéfiques de l adaptation des habitudes de vie sur le contrôle de la glycémie ne sont généralement pas durables. Les traitements pharmacologiques de l obésité ne peuvent actuellement être recommandés en tant que traitement primaire du diabète sucré, car il n existe pas d études ayant validé ces traitements par des critères de morbidité et mortalité. * Peter Diem reçoit du soutien de recherche par: GSK, Novo-Nordisk, Pfizer, Roche Diagnostics. Advisorypanels, conférences: GSK, MSD, Novartis, Roche Diagnostics, sanofi-aventis, Takeda.

2 RECOMMANDATIONS Forum Med Suisse 2009;9(3): Médicaments Le tableau 1 p illustre les propriétés des antidiabétiques oraux actuellement disponibles, avec leurs avantages et leurs inconvénients. Les nouveaux antidiabétiques seront présentés en détail dans le chapitre II-4 selon leur disponibilité en Suisse. Le choix de la classe de substances dépend de l équilibre métabolique. Si l équilibre métabolique est mauvais ( >8,5%), il est recommandé d utiliser un antidiabétique permettant une réduction plus importante et rapide du taux de glycémie ou de passer plus rapidement à un traitement combiné. Par contre, en présence d un équilibre métabolique plus proche des valeurs cibles ( <7,5%), on considérera aussi des médicaments moins puissants et/ou plus lents dans leurs effets hypoglycémiants. Le diabète de type 2 est une maladie évolutive, conduisant à une détérioration progressive de l équilibre métabolique. L ajout de médicaments est la règle. 5. Initiation et adaptation du traitement A l exception d une décompensation hyperglycémique aiguë (hyperglycémie hyperosmolaire ou, rarement chez le diabétique de type 2, acidocétose), le traitement doit dans la mesure du possible être initié et adapté en ambulatoire. Une éducation personnalisée du patient joue un rôle essentiel dans la prise en charge. L autocontrôle glycémique est à adapter individuellement et constitue un outil important pour le succès thérapeutique, notamment lors de l utilisation ou de l adaptation de la dose de médicaments susceptibles de provoquer une hypoglycémie (sulfonylurées, glinides, insuline). Les valeurs glycémiques obtenues plusieurs fois par semaine corrèlent généralement bien avec le taux d. Lors d une glycémie à jeun entre 4 et 7 mmol/l, le taux d est généralement lui aussi dans les objectifs souhaités. Si ce n est pas le cas, des contrôles des glycémies post-prandiales doivent être effectués 90 à 120 minutes après le début des repas. Leurs résultats devraient être <8 10 mmol/l. Algorithme L algorithme thérapeutique proposé par l ADA/ EASD (non illustré; l algorithme recommandé en Suisse sera discuté en détail au paragraphe II) tient compte des critères thérapeutiques indivi- Tableau 1. Aperçu des traitements. Les données se réfèrent toujours à la monothérapie. Interventions Mécanisme d action Avantages Inconvénients Diminution de l (%) Mode de vie pour diminuer Bon marché Effets de courte durée souvent <1 an 1 2 le poids et augmenter Nombreux bénéfices l activité physique Metformine Réduction de la production Absence d hypoglycémies, Troubles gastro-intestinaux 1 2 hépatique de glucose effet neutre sur le poids, Rarement: acidose lactique bon marché, effet favorable (1 3/ patients-année) sur les complications microet macro-angiopathiques [5] Sulfonylurées Stimulation de la sécrétion Bon marché Prise de poids, hypoglycémie 1 2 endogène d insuline (Cave: patients âgés) Insuline Substitution de l insuline Le plus efficace, pas de limite Injections, auto-contrôles, hypoglycémies, 1,5 3,5 de dose, bon marché, prise de poids, formations nécessaires amélioration du profil lipidique Thiazolidinédiones (TZD) Modulation du PPARg. Effets bénéfiques sur le profil Rétention hydro-sodée, 0,5 1,4 Réduction de l insulinorésistance lipidique (pioglitazone) prise de poids, risque d insuffisance des cellules musculaires, cardiaque et de fracture, prix élevé adipeuses et hépatiques Réduction de l insulinorésistance Analogues du GLP-1 Stimulation de la sécrétion Perte de poids, absence Injections s.c., effets gastro-intestinaux 0,5 1,0 (exenatide) d insuline lors d une augmentation d hypoglycémies fréquents, peu d expérience à long terme, de la glycémie prix élevé; rares cas de pancréatite Peu d expérience à long terme, prix élevé Gliptines (sitagliptine, Inhibition de la DPP-IV, Effets neutres sur le poids, Administration 2 à 3 x / jour, prix élevé 0,5 0,8 vildagliptine) ainsi dégradation réduite du GLP-1 absence d hypoglycémies et du GIP, donc stimulation indirecte de la sécrétion d insuline Glinides Stimulation de la sécrétion Durée d action courte Effets gastro-intestinaux fréquents, 1 1,5 endogène d insuline prise 3 x / j, prix élevé, effet modeste Inhibiteurs des Retardement de l absorption Effets neutres sur le poids Effets de courte durée souvent <1 an 0,5 0,8 a-glucosidases de glucose. Réduction de l hyperglycémie post-prandiale. Contrôle de l appétit, réduction de l apport calorique

3 RECOMMANDATIONS Forum Med Suisse 2009;9(3): Lors d une glycémie à jeun <5 mmol/l ou lors d hypoglycémies: réduction de la dose d insuline administrée avant le coucher de 2 U ou de 10%, si la dose d insuline est >60 U. Schéma inchangé, contrôles du taux d tous les 3 mois. duels, des effets synergiques de traitements associés et des coûts du traitement. L objectif des traitements est d atteindre aussi rapidement que possible et de maintenir des taux de glycémie normaux. L adaptation du mode de vie constitue la base de tout traitement du diabète de type 2. Les patients présentant un syndrome métabolique doivent par conséquent être conseillés et suivis par des professionnels compétents (infirmière en diabétologie, diététicienne, psychologue). Sachant que la mise en œuvre des adaptations du comportement est généralement difficile, on utilise la metformine à la période initiale en l absence de contre-indications. Cette mesure thérapeutique permet de réduire l hyperglycémie sans entraîner de prise de poids ou d hypoglycémie. La dose de metformine doit être augmentée progressivement pour atteindre la dose maximale tolérée en l espace d un à deux mois (environ 2 g/jour en 2 3 prises). Début avec de l insuline NPH avant le coucher ou avec un analogue de longue durée d action avant le coucher ou le matin. Début par ex. avec 10 U ou 0,2 U/kg. Glycémie à jeun chaque jour; augmentation de la dose de 2 U tous les 3 jours jusqu à obtention de la valeur cible de 4 à 7 mmol/l. Lors d une glycémie à jeun >10 mmol/l: augmentation de 4 U tous les 3 jours. 97,0% au bout de 2 à 3 mois Oui Oui Non Taux de glycémie excessif à midi: ajout d insuline rapide avant le petit-déjeuner. Si la glycémie à jeun est de 4 à 7 mmol/l, contrôle de la glycémie à midi, le soir et avant le coucher. Début avec une insuline rapide (env. 4 U), augmentation de 2 U tous les 3 jours. Taux de glycémie excessif le soir: ajout d insuline basale le matin ou d insuline préprandiale avant le déjeuner. 97,0% au bout de 2 à 3 mois Taux de glycémie excessif avant le coucher: ajout d insuline rapide avant le dîner. Contrôle du taux de glycémie avant les repas; éventuellement administration d injections supplémentaires d insuline. Si le taux d reste élevé, contrôle des valeurs postprandiales et augmentation des doses d insuline préprandiales correspondantes. Figure 1 Algorithme de l ADA/EASD pour l initiation et l adaptation d une insulinothérapie. Non Si cela ne suffit pas pour atteindre les valeurs cibles d, il faut adapter le traitement médicamenteux. En présence de taux d >8,5% ou de symptômes d hyperglycémie, l utilisation d insuline basale permet le plus efficacement de réduire le taux de glycémie. Sinon, les opinions divergent sur la classe thérapeutique (insulines, sulfonylurées, glitazones) à utiliser en deuxième intention. La posologie de l insuline doit être adaptée aux valeurs de la glycémie. Se reporter à la figure 1 x pour des informations plus détaillées. Plusieurs méta-analyses publiées récemment ont mis en question la sécurité de la rosiglitazone par rapport au risque d infarctus du myocarde. L augmentation de 30 à 40% du risque potentiel est basée sur des données pas encore définitives; elle a néanmoins conduit à la recommandation de ne pas utiliser la rosiglitazone chez des patients avec une maladie coronarienne, particulièrement en association avec l insuline. En outre, aussi bien la rosiglitazone que la pioglitazone sont associées à la survenue d une insuffisance cardiaque (risque augmenté 2 fois) et de fractures, particulièrement chez la femme. Lors d une association de plusieurs classes de substances, il convient de considérer les avantages, les synergies et les interactions entre les différentes classes. Lors d une association d insuline et glitazone, on tiendra compte du risque accru de rétention liquidienne et d ischémie cardiaque. Traitement hors de l algorithme Les complications métaboliques aiguës (cétonurie avec des taux de glycémie à jeun >14,0 mmol/l, glycémie non à jeun >16,0 mmol/l), avec >10% et symptômes d hyperglycémie (polyurie, polydipsie et perte de poids) exigent une utilisation rapide d insuline. Dans ces situations, il faut envisager un diabète de type 1 ou un diabète de type 2 avec déficit important d insuline. Dans ce dernier cas, on songera à évaluer le retour aux antidiabétiques oraux après normalisation du métabolisme et de la situation clinique. II. Commentaires du groupe d experts suisses au sujet des recommandations de l ADA et de l EASD 1. Objectifs glycémiques Un taux d indique généralement un besoin d agir et suggère qu il faut commencer un traitement ou modifier le traitement en cours. Chez les patients à faible risque d hypoglycémie, nous recommandons de viser des taux d inférieurs à 6,5%. Deux nouveaux articles portant sur des patients présentant un risque cardiovasculaire accru révèlent qu une baisse trop agressive de la glycémie (valeur cible: HBA 1c<6%) a entraîné l augmentation non seulement du risque

4 RECOMMANDATIONS Forum Med Suisse 2009;9(3): d hypoglycémie, mais aussi de la mortalité cardiovasculaire (étude ACCORD [9] et étude VADT [non significative, non publiée]). Cet objectif n est donc pas souhaitable ou praticable chez tous les patients. Une appréciation clinique sur la base des avantages et inconvénients potentiels d un traitement intensifié reste nécessaire pour chaque patient. Dans ce cadre, on tiendra compte en particulier de facteurs tels que l espérance de vie, le risque d hypoglycémie et les comorbidités. 2. Principes applicables lors du choix d une intervention visant le contrôle glycémique Les antidiabétiques seuls ou associés doivent être évalués principalement sur la base du taux individuel d et de leurs contre-indications. Par ailleurs, on tiendra compte des effets indésirables spécifiques et des coûts. Sur le plan clinique, ce seront surtout les différents effets des agents antidiabétiques sur le poids corporel qui joueront un rôle. 3. Adaptation des habitudes et du mode de vie L adaptation des habitudes de vie est une mesure thérapeutique essentielle chez tout diabétique de type 2. Elle doit être initiée dès le diagnostic d un diabète sucré et ne pas être abandonnée au cours du suivi. L adaptation des habitudes inclut un apport calorique réduit dans le cadre d une alimentation saine et équilibrée ainsi qu un exercice physique régulier (au moins 150 minutes par semaine, réparties sur au moins 3 jours, idéalement sur 5 à 7 jours), pour atteindre une réduction d au moins 5 à 10% du poids corporel initial [9, 10]. Ces mesures permettent initialement une nette amélioration de la glycémie et une réduction de l qui peut aller jusqu à 2% [4]. L adaptation du mode de vie a des effets bénéfiques non seulement sur la glycémie, mais aussi sur les facteurs de risque cardiovasculaires souvent présents chez ces patients (hypertension, dyslipidémie). La mise en œuvre pratique de ces recommandations étant souvent difficile, nous recommandons des programmes complets pour la réduction nonchirurgicale du poids et la promotion des activités physiques. Les différentes mesures d adaptation des habitudes ne permettent que chez 10 à 20% de tous les diabétiques de type 2 un contrôle adéquat durable de la glycémie [11]. Par conséquent, il faut y ajouter suffisamment tôt un traitement médicamenteux. 4. Médicaments Antidiabétiques établis Les médicaments les plus souvent utilisés en Suisse sont la metformine et les sulfonylurées qui constituent le traitement combiné de base chez la plupart des patients. Les inhibiteurs de l a-glucosidase et les glinides sont rarement utilisés. Le profil de sécurité cardiovasculaire des glitazones, étudié dans plusieurs méta-analyses publiées récemment, ne peut pas encore être éva- lué définitivement. Les glitazones restent des médicaments de 2 e choix, exigeant une stricte prise en compte de leurs contre-indications. La rosiglitazone est contre-indiquée actuellement chez les patients avec maladie coronarienne. L insuline peut être utilisée à tout moment, sans aucune contre-indication. Nouveaux antidiabétiques Les analogues du glucagon-like peptide 1, les gliptines et les inhibiteurs des récepteurs cannabinoïdes (rimonabant) seront en outre abordés ici en tenant compte du marché suisse. Selon le tableau 1, les «nouveaux» antidiabétiques tels que les gliptines ou analogues du GLP-1 n ont pas d avantage sur la réduction du taux d comparé aux antidiabétiques «traditionnels», avec la limitation due aux différences des schémas d étude (comme par ex. valeur initiale du taux d, médications concomitantes, durée du diabète). Analogues des glucagon-like peptides: le glucagon-like peptide 1 (GLP-1) est synthétisé par les cellules L de l intestin grêle. Il stimule la sécrétion d insuline lors d une augmentation de la glycémie après un repas. L exenatide présente une structure apparentée au GLP-1 humain, mais se distingue par une demi-vie plus longue. La substance est injectée 2 fois par jour par voie sous-cutanée. L exenatide baisse le taux d de 0,5 à 1,0%, notamment en réduisant la glycémie postprandiale. En outre, l exenatide inhibe la sécrétion de glucagon et retarde la vidange gastrique, ne provoque pas d hypoglycémie, mais est souvent associée à des effets indésirables gastrointestinaux tels que nausées, vomissements et diarrhées (dans 30 à 45% des cas au début du traitement). Dans les études cliniques, l exenatide a provoqué une perte de poids de 4 à 5 kg sur 2 ans. En Suisse, l exenatide (Byetta ) est homologuée pour une utilisation en association avec les sulfonylurées et/ou la metformine chez des patients avec un BMI 028 kg/m 2. Gliptines: les gliptines sont des inhibiteurs oraux de la DPP-4 (dipeptidyl peptidase IV), une enzyme responsable de la dégradation du GLP-1 et du GIP (glucose-dependent insulinotropic peptide). Ces agents augmentent ainsi les taux plasmatiques de GLP-1 et de GIP. La réduction moyenne du taux d est de 0,7%. Les gliptines ont peu d effets indésirables connus. Januvia (sitagliptine) et Galvus (vildagliptine) sont commercialisés en Suisse. Les inhibiteurs de la DPP-4 n ont pas d effet sur le poids corporel. Le traitement aux analogues du GLP-1 ou aux gliptines offre une alternative aux traitements classiques lorsqu ils ne sont plus assez efficaces ou qu ils sont mal tolérés. En raison des incertitudes au sujet de la sécurité à long terme, ces agents ne doivent être considérés qu en 2 e ou 3 e intention. Rimonabant: le contrôle de l apport alimentaire et de la composition du corps sont influencés entre

5 RECOMMANDATIONS Forum Med Suisse 2009;9(3): Etape 1 Etape 2 (ou 1 re intention en cas d intolérance à la metformine) autres par le système endocannabinoïde. En tant qu antagoniste du récepteur cannabinoïde de type 1, le rimonabant agit sur le centre hypothalamique du contrôle de l appétit et réduit l apport calorique; il pourrait aussi augmenter la lipolyse. Dans l étude RIO Diabetes, le rimonabant a permis une réduction du poids de 3,9 kg sur une année et une amélioration du profil lipidique. Par rapport à la valeur initiale de 7,3%, le taux d a pu être réduit en moyenne de 0,6%. Les effets indésirables sont les nausées (12%) et des troubles anxieux (1,0% vs 0.3% sous placebo) et dépressifs (3,0% vs 1.3% sous placebo). Le rimonabant a été retiré du marché suisse et mondial pour ses effets secondaires (anxiété, dépression). 5. Initiation et adaptation du traitement Notre algorithme est basé sur les recommandations de l ADA/EASD. De plus, il contient les nouvelles classes qui sont intéressantes car elles sont neutres ou elles diminuent le poids corporel et le risque d hypoglycémie est réduit ou absent (fig. 2 x). Les modifications suivantes ont été apportées: En deuxième intention après la metformine, nous recommandons en principe des sulfonylurées ou de l insuline basale. En cas d insuffisance rénale, + Ajouter: sulfonylurée (ou glinide*) Ajouter: Glitazone ou gliptine ou analogue du GLP-1 Modification du mode de vie plus metformine Pour des situations spéciales** glitazone ou gliptine ou analogue du GLP-1 Ajouter: Sulfonylurée >8,5% Symptômes d une hyperglycémie/décompensation les glinides (repaglinide) peuvent être données en tant qu alternative aux sulfonylurées. Les glitazones sont recommandées dans des situations spéciales (par ex. insulinorésistance sévère, risque d hypoglycémie) en deuxième intention après la metformine. A la même place peuvent être utilisées les gliptines ou les analogues du GLP-1 (surtout pour empêcher une prise de poids). S il faut intensifier un traitement associant metformine et sulfonylurée, on a le choix outre l administration d insuline entre les glitazones et tous les nouveaux antidiabétiques. Algorithme pour l initiation et l adaptation d une insulinothérapie Algorithme simplifié et souvent utilisé en Suisse (selon le principe treat-to-target) avec une insuline basale: Début avec 10 U ou 0,2 U/kg, injection une fois par jour (en Suisse on commence plus souvent par 10 U que par 0,2 U/kg par jour). Mesure quotidienne de la glycémie à jeun et calculhebdomadairedelamoyenneglycémique des trois derniers jours. Si la moyenne est entre 5 et 7 mmol/l: aucune modification de la dose d insuline. Si la moyenne est entre 7 et 9 mmol/l: + 2 U d insuline basale. Si la moyenne est entre 9 et 11 mmol/l: + 4 U d insuline basale. Si la moyenne est entre 11 et 13 mmol/l: + 6 U d insuline basale. Si la moyenne est supérieure à 13 mmol/l: + 8 U d insuline basale. Si la moyenne est inférieure à 5 mmol/l (risque d hypoglycémie): 2 U d insuline basale. Si après titration de l insuline basale les taux de glycémie préprandiales restent élevés (>8 mmol): ajouter un analogue d insuline rapide (Humalog, Novorapid ou Apidra ) avant les repas principaux (par ex. 3 fois par jour): Début avec 4 U préprandial. Augmenter la dose au cours du traitement si les taux de glycémie préprandiales sont: >11 mmol/l: + 3 U 8 11 mmol/l: + 2 U >5,5 <8 mmol/l: pas de titration supplémentaire Ajouter l insuline basale (le plus efficace) Insulinothérapie intensifiée Figure 2 Schéma suisse pour le traitement du diabète de type 2: + Approche éprouvée; * surtout en cas d insuffisance rénale; ** en cas de risque d hypoglycémie, d insuffisance rénale, d insulinorésistance sévère, ou pour empêcher une prise de poids (voir tableau 1 pour plus de détails). III. Education du patient (patient empowerment) Généralités L éducation du patient est un élément essentiel du traitement antidiabétique. Dans le cadre de l éducation du patient, on distingue deux façons de procéder: l éducation individuelle et l éducation en groupe. Pour être efficace, elle doit être faite par des professionnels disposant d une formation spécifique dans ce domaine. Cette mesure doit aider le patient à gérer lui-même sa maladie et son

6 RECOMMANDATIONS Forum Med Suisse 2009;9(3): traitement dans la vie quotidienne et à collaborer utilement avec les autres partenaires du système de santé. Elle nécessite une approche globale de la prise en charge du patient. Ce réseau de santé doit inclure au moins un médecin, une infirmière et une diététicienne, ainsi que pour certains patients un psychologue et un psychothérapeute. Objectif de l éducation des diabétiques de type 2: permettre au patient et à son entourage l acquisition de compétences spécifiques (OMS, L éducation thérapeutique du patient, 1998). Liste des principales compétences conformément au groupe de travail de l OMS Connaître les objectifs thérapeutiques (taux de glycémie, tension artérielle, poids corporel, etc.) pour la gestion du traitement Connaître les buts du traitement Adapter l alimentation aux propres besoins spécifiques Appliquer quotidiennement son propre traitement Pratiquer régulièrement un exercice physique suffisant Identifier et corriger les épisodes d hypoglycémies par une prise d au moins 15 g d hydrate de carbone Pour plus de détails, consultez diabetesactiononline/en/index.html Conclusions/ Recommandations en résumé La prévalence du diabète de type 2 a énormément cru ces dernières années et entraîné une augmentation considérable des souffrances de la population et des coûts de la santé. La prévention doit par conséquent rester un objectif prioritaire pour le médecin de premier recours. En Suisse, le dépistage et le traitement incombent principalement aux médecins de premier recours, dans le cadre d une prise en charge pluridisciplinaire avec les diabétologues, les infirmières et diététiciennes en diabétologie. Les Recommandations pour une bonne pratique clinique soulignent l importance: d obtenir et maintenir des valeurs glycémiques proches de la norme, de débuter le traitement par une attitude motivationnelle pour responsabiliser le patient: qu il change son style de vie, augmente sa dépense énergétique, adapte son régime alimentaire et prenne régulièrement ses médicaments, lorsque les buts de traitement ne sont pas atteints, proposer rapidement un traitement médicamenteux combiné. Composition du groupe d experts Michael Brändle, Endocrinologie/diabétologie, Kantonsspital St. Gallen Jacques Carrel, Médecine générale, Fribourg Peter Diem, Endocrinologie/diabétologie, Inselspital Bern Ulrich Keller, Endocrinologie/diabétologie, Universitätsspital Basel François Kuntschen, Endocrinologie/diabétologie, Monthey Jacques Philippe, Endocrinologie/diabétologie, Hôpitaux Universitaires de Genève Juan Ruiz, Endocrinologie/diabétologie, Centre Hospitalier Universitaire Vaudois Giatgen A. Spinas, Endocrinologie/diabétologie, Universitätsspital Zürich Matthias Stahl, Endocrinologie/diabétologie, Kantonsspital Olten Benno Weissenberger, Médecine interne, Basel Le contenu des textes paraissant dans la rubrique «Recommandations» n est pas révisé par la rédaction et est sous la responsabilité des auteurs. Correspondance: Prof. Jacques Philippe Chef de Service Service d endocrinologie, diabétologie et nutrition 24, rue Micheli-du-Crest CH-1205 Genève Références 1 Nathan DM, Buse JB, Davidson MB, et al. Management of hyperglycemia in type 2 diabetes: A consensus algorithm for the initiation and adjustment of therapy. A consensus statement from the American Diabetes Association and the European Association for the Study of Diabetes. Diabetes Care. 2006;29: Nathan DM, Buse JB, Davidson MB, et al. Management of hyperglycaemia in type 2 diabetes mellitus: a consensus algorithm for the initiation and adjustment of therapy. Update regarding thiazolidinediones. Diabetes Care. 2008;1: Diabetes control and complications trial research group: the effect of intensive diabetes treatment on the development and progression of long-term complications in insulin-dependent diabetes mellitus: the Diabetes control and complications Trial. N Engl J Med. 1993;329: UK Prospective Diabetes Study (UKPDS) Group. Intensive blood glucose control with sulphonylureas or insulin compared with conventional treatment and risk of complication in patients with type 2 diabetes (UKPDS 34). Lancet. 1998; 352: UK Prospective Diabetes Study (UKPDS) Group. Effect of intensive blood glucose control with metformin on complication in overweight patients with type 2 diabetes (UKPDS 34). Lancet. 1998;352: Ohkubo Y, Kishikawa H, Araki E, et al. Intensive insuline therapy prevents the progression of diabetic microvascular complications in Japanese patients with NIDDM: A randomized prospective 6-year study. Diabetes Res Clin Pract. 1995;28: Gaede P, Lund-Andersen H, Parving HH, Pedersen O. Effect of a multifactorial intervention on mortality in type 2 diabetes. N Engl J Med. 2008;358: Kahn SE, Haffner SM, Heise MA, et al. Glycemic durability of rosiglitazone, metformin, or glyburide monotherapy. N Engl J Med. 2006;355: Action to Control Cardiovascular Risk in Diabetes Study Group et al. Effects of intensive glucose lowering in type 2 diabetes. N Engl J Med. 2008;358(24): Sigal RJ, Kenny GP, Wasserman DH, et al. Physical activity/exercise and type 2 diabetes: a consensus statement from the American Diabetes Association. Diabetes Care. 2006; 29: Klein S, Sheard NF, Pi-Sunyer X, et al. American Diabetes Association; North American Association for the Study of Obesity; American Society for Clinical Nutrition. Weight management through lifestyle modification for the prevention and management of type 2 diabetes: rationale and strategies: a statement of the American Diabetes Association, the North American Association for the Study of Obesity, and the American Society for Clinical Nutrition. Diabetes Care. 2004;27: U.K. Prospective Diabetes Study Group. U.K. prospective diabetes study 16. Overview of 6 years therapy of type II diabetes: a progressive disease. Diabetes 1995; 44:

Pr Monnier Nous allons commencer par conséquent par le chapitre 1 et nous allons envisager l insulinothérapie basale dans le diabète de type 2.

Pr Monnier Nous allons commencer par conséquent par le chapitre 1 et nous allons envisager l insulinothérapie basale dans le diabète de type 2. Pr Monnier Nous allons commencer par conséquent par le chapitre 1 et nous allons envisager l insulinothérapie basale dans le diabète de type 2. La première question que je vais poser à Éric Renard est

Plus en détail

Prescrire les incrétines. Module FMC à distance ANCRED N 3

Prescrire les incrétines. Module FMC à distance ANCRED N 3 Prescrire les incrétines Module FMC à distance ANCRED N 3 1 Qu est ce que l effet incrétine? Une sécrétion accrue d insuline après charge Glucose oral Glucose IV orale en glucose comparée à la charge Peptide

Plus en détail

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Le diabète est une pathologie chronique, c'est-à-dire dont on ne guéri pas, qui se définit comme une hyperglycémie constante. Cela veut dire que le taux de sucre

Plus en détail

Atelier PointSanté. Les incrétines & l utilisation du Byetta

Atelier PointSanté. Les incrétines & l utilisation du Byetta Atelier PointSanté Les incrétines & l utilisation du Byetta Au programme News Physiologie et traitement à disposition L effet incrétine Aspect pratique Byetta Algorythme décisionnel Le PointSanté en 7

Plus en détail

Diabète de type 2 Généralités

Diabète de type 2 Généralités Diabète de type 2 Généralités D2 s accroit de façon épidémique dans tout le monde Deux facteurs en cause: diminution de l activité physique augmentation de l obésité 2 500 000 de D2 traités par médicaments

Plus en détail

La place des incrétines dans le diabète de type 2. Dr Vanessa Preumont

La place des incrétines dans le diabète de type 2. Dr Vanessa Preumont La place des incrétines dans le diabète de type 2 Dr Vanessa Preumont M.A. Nauck et al. J Clin Endocrinol Metab. 1986; 63: 492-498. L effet incrétine Glycémie plasmatique veineuse (mmol/l) 11 5.5 0 Temps

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

Pharmacothérapie du diabète de type 2. Antihyperglycémiants oraux, insuline et traitement d association

Pharmacothérapie du diabète de type 2. Antihyperglycémiants oraux, insuline et traitement d association Pharmacothérapie du diabète de type 2 Antihyperglycémiants oraux, insuline et traitement d association La médication Il y a deux types de médication 1. Les antihyperglycémiants oraux (pilules) 2. L insuline

Plus en détail

Auto-surveillance glycémique directives pour la Suisse Recommandations de la Société Suisse d Endocrinologie et de Diabétologie (SSED)

Auto-surveillance glycémique directives pour la Suisse Recommandations de la Société Suisse d Endocrinologie et de Diabétologie (SSED) Auto-surveillance glycémique directives pour la Suisse Recommandations de la Société Suisse d Endocrinologie et de Diabétologie (SSED) L auto-surveillance glycémique (ASG) joue un rôle essentiel dans le

Plus en détail

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND PHYSIOPATHOLOGIE DE L HYPERGLYCEMIE DU DT2 Tube digestif Pancréas endocrine α β Tissu adipeux cellules β insuline cellules

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM DIABETE GESTATIONNEL Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Dr. GUENDOUZE MERIEM Définition OMS Trouble de la tolérance glucidique de gravité variable Survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013. 10 défis pour le médecin de famille

Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013. 10 défis pour le médecin de famille Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013 10 défis pour le médecin de famille Divulgation de conflits d intérêt potentiel Modérateur / conférencier / comité aviseur

Plus en détail

SOMMAIRE. I Préambule. II Les missions de l association la Maison du Diabétique

SOMMAIRE. I Préambule. II Les missions de l association la Maison du Diabétique Association Loi 1901, reconnue d intérêt général par arrêté CM n 1230/30 août 2007 SOMMAIRE I Préambule II Les missions de l association la Maison du Diabétique III Manifestation du 20 novembre 2011 1

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Débuter l insulinothérapie au cabinet Ce qu il faut savoir!

Débuter l insulinothérapie au cabinet Ce qu il faut savoir! Débuter l insulinothérapie au cabinet Ce qu il faut savoir! faisons le point Alexis Sabourin, MD Présenté dans le cadre de la conférence : L endocrinologie, Fédération des médecins omnipraticiens du Québec,

Plus en détail

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée DURISGuillaume@Fotolia.com 1 P A R T I E 1 Biologie appliquée Glycémie TD 1 OBJECTIFS 1 Définitions Définir la glycémie et la glycosurie. Indiquer les variations de la glycémie au cours de la journée

Plus en détail

Pr Monnier Nous arrivons au dernier chapitre de cette présentation qui est consacrée à des questions diverses. Il y a plusieurs types de questions

Pr Monnier Nous arrivons au dernier chapitre de cette présentation qui est consacrée à des questions diverses. Il y a plusieurs types de questions Nous arrivons au dernier chapitre de cette présentation qui est consacrée à des questions diverses. Il y a plusieurs types de questions qui peuvent être posées. Bien sûr, la première question est : quels

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés.

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS EUROPE Tout savoir sur son HbA1c Réalisé avec la collaboration du

Plus en détail

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie -I -Unité et diversité des diabètes Mesures de la glycémie en continu chez un patient diabétique 1 Les critères de diagnostic du diabète 2 3 Conclusion

Plus en détail

Ne perdez pas l avenir de vue

Ne perdez pas l avenir de vue Ne perdez pas l avenir de vue B. Braun Space GlucoseControl Innovation Les défis actuels Besoin d insulinothérapie intensive en soins intensifs Les patients très malades développent une hyperglycémie induite

Plus en détail

La prévention du diabète chez l obèse

La prévention du diabète chez l obèse La prévention du diabète chez l obèse Pr Paul Valensi Service d Endocrinologie Diabétologie Nutrition Hôpital Jean Verdier, Université Paris Nord, CRNH-IdF, CINFO, Bondy Evolution de la prévalence du diabète

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 Suite à la demande du ministre chargé de la Santé et de la Sécurité Sociale, la commission réexamine la spécialité suivante : MEDIATOR 150 mg, comprimé enrobé

Plus en détail

Conflits d intérêts 2014

Conflits d intérêts 2014 Conflits d intérêts 2014 Pr Marc RUIVARD Pas de conflit d intérêt direct pour cette conférence Depuis plus d un an, plus aucun conflit d'intérêt direct avec l'industrie. Avant septembre 2013 (< 3000 /an)

Plus en détail

THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI

THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI Séquence éducation de groupe Groupe de 10 patients maximum Durée : 45 min Animateur : Médecins Objectif général : Exprimer la perception que l

Plus en détail

Antidiabétiques oraux: quoi de neuf et application dans l'insuffisance rénale. François Jornayvaz Chef de clinique scientifique 26.04.

Antidiabétiques oraux: quoi de neuf et application dans l'insuffisance rénale. François Jornayvaz Chef de clinique scientifique 26.04. Antidiabétiques oraux: quoi de neuf et application dans l'insuffisance rénale François Jornayvaz Chef de clinique scientifique 26.04.2013 Définition du diabète Plan de l exposé Les nouvelles recommandations

Plus en détail

Recommandations pour MS event!

Recommandations pour MS event! Recommandations pour MS event! I) BILAN ET DIAGNOSTIC A- BILAN MS com!, agence de communication spécialisée dans l édition et la communication globale, souhaite mettre en place une stratégie de communication

Plus en détail

Cas cliniques. Cas clinique n 1. Les avis des trois experts sont consultés :

Cas cliniques. Cas clinique n 1. Les avis des trois experts sont consultés : 9 Cas cliniques Au terme de cet ouvrage sur l insulinothérapie dans le diabète de type 2, nous aimerions proposer quelques cas cliniques pratiques pour illustrer les données théoriques que nous avons développées

Plus en détail

APPRENDRE A GERER L INCERTITUDE : L EXEMPLE DU DIABETE

APPRENDRE A GERER L INCERTITUDE : L EXEMPLE DU DIABETE APPRENDRE A GERER L INCERTITUDE : L EXEMPLE DU DIABETE Pr. A. GRIMALDI Groupe Hospitalier PITIE - SALPETRIERE, PARIS LES FAUSSES CERTITUDES Quelques exemples - Le chocolat est plus hyperglycémiant que

Plus en détail

La surveillance utile : un guide pour vous. De nouveaux renseignements sur le diabète de type 2 et la surveillance de la glycémie

La surveillance utile : un guide pour vous. De nouveaux renseignements sur le diabète de type 2 et la surveillance de la glycémie La surveillance utile : un guide pour vous De nouveaux renseignements sur le diabète de type 2 et la surveillance de la glycémie Surveillance de la glycémie La vérification du taux de glucose (glycémie)

Plus en détail

PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE

PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE Ce document a été élaboré par le groupe de travail "EHPAD" de l'omedit de Haute- Normandie. Il s'agit d'une proposition de protocole d'insulinothérapie

Plus en détail

Ordonnance collective

Ordonnance collective Centre de Santé et de Services sociaux de Québec-Nord NUMÉRO DE L ORDONNANCE: OC-31 Ordonnance collective Nom de l ordonnance: Initier des analyses de laboratoire pour le suivi de la clientèle présentant

Plus en détail

Quand on vous parle de traitement par l insuline, que ressentez-vous, personnellement?

Quand on vous parle de traitement par l insuline, que ressentez-vous, personnellement? Quand on vous parle de traitement par l insuline, que ressentez-vous, personnellement? Cas Clinique N 1 Léon,64 ans, président d une association d anciens combattants,diabétique depuis 12 ans, sous Glucovance

Plus en détail

EVALUATION 360 MODE D EMPLOI

EVALUATION 360 MODE D EMPLOI EVALUATION 60 MODE D EMPLOI NARRATIF EVALUATION 60 Définition L entretien annuel d appréciation est la méthode la plus répandue actuellement. Or, une autre pratique se développe, il s agit de l évaluation

Plus en détail

Guide d insuline basale.

Guide d insuline basale. Guide basale. Déterminez votre optimale. Ligne d'appel à votre service Nom:......... :... Si vous avez des questions, vous pouvez téléphoner 24h/24 et 7j/7 au numéro vert B-GLA 09 12 01 Bien vivre avec

Plus en détail

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES Introduction : Le management des risques est un processus qui permet au Business Manager d équilibrer les coûts économiques et opérationnels et faire du

Plus en détail

Colloque HPE 1/10/14 Dr Elise Crochemore, Endocrinologue, diabétologue HPE

Colloque HPE 1/10/14 Dr Elise Crochemore, Endocrinologue, diabétologue HPE Colloque HPE 1/10/14 Dr Elise Crochemore, Endocrinologue, diabétologue HPE Le glucose présent dans le sang provient: des aliments contenant des glucides ingérés au moment des repas du foie: Le foie produit

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Présenté par Simon Bérubé, M.D. 8 avril 2008 Plan Les facteurs de risque Les habitudes de vie Signes et symptômes Prise en charge médicale, quand

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation Fiche de présentation Classe : 1 ère ou Terminale Enseignement : Chimie-biochimie-sciences du vivant THEME du programme : 3 Sous-thème : 3.2 Les systèmes vivants utilisent deux grandes voies de communication

Plus en détail

SONDAGE VISANT LES RESPONSABILITÉS DES PHARMACIENS SYNTHÈSE DES RÉSULTATS

SONDAGE VISANT LES RESPONSABILITÉS DES PHARMACIENS SYNTHÈSE DES RÉSULTATS SONDAGE VISANT LES RESPONSABILITÉS DES PHARMACIENS SYNTHÈSE DES RÉSULTATS Sondage mené entre le 30 mai et le 6 juin 2011 TABLE DES MATIÈRES Le Contexte... 3 But et objectifs... 3 Analyse quantitative...

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie TABLE S MATIÈRES L ARTICLE 39.4 DU CO S PROFESSIONS PRINCIPALES DÉFINITIONS

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

Avis du directeur général : Politique de remboursement des bandes réactives pour la glycémie

Avis du directeur général : Politique de remboursement des bandes réactives pour la glycémie Programmes publics de médicaments de l Ontario, ministère de la Santé et des Soins de longue durée Avis du directeur général : Politique de remboursement des bandes réactives pour la glycémie Le directeur

Plus en détail

Prise en charge du diabète de type 2. Dr Morera Julia 04/04/2013

Prise en charge du diabète de type 2. Dr Morera Julia 04/04/2013 Prise en charge du diabète de type 2 Dr Morera Julia 04/04/2013 Un véritable enjeu de santé publique Augmentation de l incidence du DT2 obésité++ monde entier pays en voie de développement occidentalisation

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Sécurité informatique de l Université d'artois Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Annexe III. Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit

Annexe III. Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit Annexe III Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit Remarque : Ces modifications des rubriques concernées du Résumé des caractéristiques du produit et de la notice sont

Plus en détail

Vous êtes diabétique. Vous conduisez un véhicule routier.

Vous êtes diabétique. Vous conduisez un véhicule routier. Vous êtes diabétique. Vous conduisez un véhicule routier. Pour votre sécurité et la nôtre Savez vous qu il existe des règles de sécurité que vous devez respecter? Document produit à l intention des patients

Plus en détail

www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia

www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia V O U S I N F O R M E www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia Dosage de l HbA 1c Comme vous le savez, il est essentiel de bien maintenir votre glycémie près des valeurs normales pour

Plus en détail

Le jeune diabétique à l école

Le jeune diabétique à l école Le jeune diabétique à l école Défis et Solutions Prof. Marc Maes Equipe de diabétologie pédiatrique Centre de convention Cliniques Universitaires St Luc 1200 Bruxelles Marc.Maes@uclouvain.be Le jeune diabétique

Plus en détail

«PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX SERVICES ASSOCIÉS AUX OBJETS CONNECTÉS» TÉLÉMÉDECINE : DE QUOI PARLE-T ON?

«PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX SERVICES ASSOCIÉS AUX OBJETS CONNECTÉS» TÉLÉMÉDECINE : DE QUOI PARLE-T ON? «PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX SERVICES ASSOCIÉS AUX OBJETS CONNECTÉS» TÉLÉMÉDECINE : DE QUOI PARLE-T ON? Le décret télémédecine du 19 octobre 2010 fixe déjà certaines modalités de mise en

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

Plan d enseignement. Objectifs généraux des modules. Acquérir une bonne connaissance de sa maladie, des complications et des traitements (savoir);

Plan d enseignement. Objectifs généraux des modules. Acquérir une bonne connaissance de sa maladie, des complications et des traitements (savoir); Préambule Ce plan d enseignement a été révisé pour soutenir les professionnels de la santé de la région de la Mauricie et du Centre-du-Québec, impliqués dans l éducation des personnes atteintes de prédiabète

Plus en détail

Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2

Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2 Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2 Janvier 2013 Recommandation de bonne pratique Service des bonnes pratiques professionnelles Service évaluation économique et santé publique

Plus en détail

Le diabète de type 2 : quelques points d actualité - 2 partie -

Le diabète de type 2 : quelques points d actualité - 2 partie - 1 Le diabète de type 2 : quelques points d actualité - 2 partie - Jacques LOUIS Service de diabétologie HPMetz Site Belle Isle AMMPPU Metz 10 juin 2014 P1 CAS CLINIQUE 3 ème époque Cette même personne

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant demandé la validation de leur sous Solvabilité II. Cet article décrit comment les assureurs peuvent en même temps satisfaire aux exigences

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Tel : 02 62 38 22 79. Messagerie : mbesson.sportspourtous@gmail.com Site : http://cr.sportspourtous.org/la-reunion

Tel : 02 62 38 22 79. Messagerie : mbesson.sportspourtous@gmail.com Site : http://cr.sportspourtous.org/la-reunion Comité régional Sports pour Tous, chemin kerbel, LES AVIRONS Tel :. Messagerie : mbesson.sportspourtous@gmail.com Site : http://cr.sportspourtous.org/la-reunion Sommaire I - Contexte... II- Le programme...

Plus en détail

Quatrième partie. Le jeune diabétique hors de son milieu familial

Quatrième partie. Le jeune diabétique hors de son milieu familial Quatrième partie Le jeune diabétique hors de son milieu familial Chapitre 51 1 À la garderie Caroline Boucher L entrée d un enfant diabétique à la garderie peut s avérer traumatisante pour certains parents.

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES DANS LE DIABETE DE TYPE 2. Docteur R.POTIER

ACTUALITES THERAPEUTIQUES DANS LE DIABETE DE TYPE 2. Docteur R.POTIER ACTUALITES THERAPEUTIQUES DANS LE DIABETE DE TYPE 2 Docteur R.POTIER DEFINITION DU DIABETE soit : Syndrome polyuro-polydipsique + amaigrissement + 1 glycémie > 2g/L 2 glycémies à jeun > 1,26g/l 1 glycémie

Plus en détail

Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie?

Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie? Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie? «Rôle des inhibiteurs de l angiogenèse dans le traitement et la prise en charge des cancers avancés de la prostate.» Résumé du Symposium ABBOTT

Plus en détail

Cas clinique. Patiente de 54 ans, origine tunisienne Diabète de type 2 diagnostiqué en 2002 devant un syndrome cardinal ATCD

Cas clinique. Patiente de 54 ans, origine tunisienne Diabète de type 2 diagnostiqué en 2002 devant un syndrome cardinal ATCD François VIDAL Cas clinique Patiente de 54 ans, origine tunisienne Diabète de type 2 diagnostiqué en 2002 devant un syndrome cardinal ATCD Dyslipidémie HTA traitée Gonarthrose bilatérale invalidante Capsulite

Plus en détail

La présente règle coloscopie (avec. l endoscope. coloscopie en. nécessaire et DIRECTIVES. b. Assurer le. e doit :

La présente règle coloscopie (avec. l endoscope. coloscopie en. nécessaire et DIRECTIVES. b. Assurer le. e doit : Règle de soins médicaux Technique de la coloscopie en duo INDICATION (situation visée) La présente règle de soins médicaux vise à préciser les conditions d encadrement de la coloscopie (avec endoscope)

Plus en détail

Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir?

Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir? Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir? Le diabète de type 2 est une maladie chronique et progressive dont l incidence va en augmentant. Il n existe pas de traitement

Plus en détail

4 Leçon L insuline www.isygroup.com Dr. Roberto Va, CRU Consulting AG, 2009

4 Leçon L insuline www.isygroup.com Dr. Roberto Va, CRU Consulting AG, 2009 L insuline Leçon 4 www.isygroup.com Dr. Roberto Va, CRU Consulting AG, 2009 L insuline Introduction L insuline est une substance fabriquée dans le pancréas et déversée dans le sang. C est une hormone et

Plus en détail

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi.

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Politique budgétaire Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Nous continuons de supposer qu il s agit d une économie fermée mais

Plus en détail

1.1. QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UNE ASSURANCE GROUPE ET UN EIP?

1.1. QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UNE ASSURANCE GROUPE ET UN EIP? 1. Généralités 1.1. QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UNE ASSURANCE GROUPE ET UN EIP? EIP. Un engagement individuel de pension est un contrat d assurance-vie souscrit par une société au profit d un dirigeant

Plus en détail

FICHE D EVALUATION ANNUELLE

FICHE D EVALUATION ANNUELLE FICHE D EVALUATION ANNUELLE Objectifs de la fiche d évaluation annuelle L évaluation porte sur le travail accompli par le collaborateur. Elle n est pas un jugement, mais une évaluation, pas sur ce qu il

Plus en détail

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes But Les professionnels de la santé publique suivent de plus en plus une approche fondée sur des données probantes lorsqu il s agit de planifier,

Plus en détail

LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN

LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN CHARGE DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT EN SURPOIDS ET OBÈSES DANS LE CADRE DE L'UNITÉ D'OBÉSITÉ PÉDIATRIQUE HEL - CHUV Alexandra Balz Intervenante en activités

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 JUIN 2010 Comité du programme et budget Quinzième session Genève, 1 er 3 septembre 2010 POLITIQUE EN MATIERE DE PLACEMENTS Document établi par le Secrétariat 1. L article

Plus en détail

Les mutuelles de prévention

Les mutuelles de prévention Les modes de tarification de la Commission sur la Santé et Sécurité au Travail (CSST) Annuellement, chaque employeur doit remettre à la CSST une prime dont le montant est calculé selon le taux de prime.

Plus en détail

Objectifs du contrôle de la glycémie et traitement non médicamenteux

Objectifs du contrôle de la glycémie et traitement non médicamenteux Objectifs du contrôle de la glycémie et traitement non médicamenteux Objectifs pour la plupart des patients Valeurs normales à envisager lorsqu elles peuvent être atteintes sans danger Examens diagnostics

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

PROGRAMME RSI~Diabète

PROGRAMME RSI~Diabète MON PARCOURS PRÉVENTION diabète PROGRAMME RSI~Diabète Vous aider à prendre en charge votre diabète Support patients www.rsi.fr/diabete Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par une hyperglycémie

Plus en détail

Le financement des investissements par emprunts

Le financement des investissements par emprunts Le financement des investissements par emprunts Définition Pour bien démarrer I) Les emprunts a) Remboursables par amortissements constants b) Remboursables par échéances constantes c) Conclusion sur les

Plus en détail

Rapport de synthèse L impact économique des touristes perdus

Rapport de synthèse L impact économique des touristes perdus Rapport de synthèse L objectif de cette étude était d évaluer la mise en œuvre actuelle des dispositions communes concernant les visas dans l espace Schengen du point de vue de l industrie touristique

Plus en détail

Lecture critique d un article médical scientifique

Lecture critique d un article médical scientifique Lecture critique d un article médical scientifique Objectifs pédagogiques ENC Logique de Recherche Rédaction du résumé Dr Pascale FABBRO-PERAY MB6 2007-2008 Ecrire le résumé structuré d un article Lecture

Plus en détail

ERASMUS+ 2014-2020. ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation. 12 février 2015 UM5 Rabat

ERASMUS+ 2014-2020. ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation. 12 février 2015 UM5 Rabat ERASMUS+ 2014-2020 ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation 12 février 2015 UM5 Rabat INTRODUCTION Le programme Erasmus + soutient les EES afin de réaliser des projets

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3

Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3 Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3 Stratégie visant à limiter les tailles et les types de conditionnement disponibles dans les pharmacies publiques. 1. Introduction Le document

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 février 2006 PRAVADUAL, comprimé Boîte de 30 (CIP : 369873-9) Boîte de 90 (code CIP : 373769-8) Laboratoire BRISTOL MYERS SQUIBB Pravastatine (40 mg/comprimé) + aspirine

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Présentation de résultats positifs sur l agent expérimental Lyxumia (lixisénatide) aux 71 e Séances scientifiques annuelles de l American Diabetes Association - Non-infériorité de

Plus en détail

L exposé oral et la note de référence ont été préparés conformément à la décision 2011/4 du Conseil d administration.

L exposé oral et la note de référence ont été préparés conformément à la décision 2011/4 du Conseil d administration. 19 décembre 2011 Fonds des Nations Unies pour l enfance Conseil d administration Première session ordinaire de 2012 7-10 février 2012 Point 10 de l ordre du jour provisoire * Compte rendu oral sur les

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Les graphes d intervalles

Les graphes d intervalles Les graphes d intervalles Complément au chapitre 3 «Vol aux archives cantonales» Considérons un ensemble de tâches ayant chacune une heure de début et une heure de fin bien précises. Supposons qu on demande

Plus en détail

Point 8 de l'ordre du jour CX/PR 04/6 Février 2004 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES

Point 8 de l'ordre du jour CX/PR 04/6 Février 2004 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES F Point 8 de l'ordre du jour CX/PR 04/6 Février 2004 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES RÉSIDUS DE PESTICIDES Trente-sixième session New Delhi (Inde), 19 24 avril

Plus en détail

Politique des voyages octobre 2015

Politique des voyages octobre 2015 Politique des voyages octobre 2015 Introduction Les voyages sont de riches expériences pour les élèves. Ils permettent des rapports significatifs avec le personnel de l école, des réalités autres que celles

Plus en détail

Top Workout. Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras. Dr Denis Boucher, Ph.D.

Top Workout. Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras. Dr Denis Boucher, Ph.D. 2 Top Workout Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras Dr Denis Boucher, Ph.D. Denis Boucher, tous droits réservés 2014. Aucun droit de reproduction totale ou partielle sans autorisation

Plus en détail

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ANNEXE 6 Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ÉQUIPE DE PRODUCTION Responsabilité et coordination Nom Titre Organisation

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

Oui à la diète! Non au diabète!

Oui à la diète! Non au diabète! Oui à la diète! Non au diabète! Introduction Le diabète sucré est une maladie définie par la tendance à avoir trop de sucre dans le sang. La mesure de ce taux de sucre s'appelle la glycémie. Le diabète

Plus en détail

Conseils pour réaliser un tableau de sortie

Conseils pour réaliser un tableau de sortie Conseils pour réaliser un tableau de sortie Ne pas oublier d adapter le langage au patient ou à l institution! Attention au langage trop scientifique ; mais rester cependant clair et précis ; faire passer

Plus en détail

Le diabète de type 2. 1. Contexte

Le diabète de type 2. 1. Contexte Le diabète de type 2 1. Contexte Le diabète de type 2 est une maladie caractérisée par une hyperglycémie chronique, c est-à-dire par un taux trop élevé de sucre dans le sang. Cette maladie survient généralement

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE TRANSPARENCE 9 mai 2001 METALYSE 10 000 unités, poudre et solvant pour solution injectable Flacon

Plus en détail