Obésité, activité physique et diabète SOMMAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Obésité, activité physique et diabète SOMMAIRE"

Transcription

1 L A L E T T R E L E T T R E D I N F O R M A T I O N ( 3 n u m é r o s p a r a n ) J a nv i e r N 37 Éditorial Cette Lettre a pour but d essayer de comprendre et de mieux définir les liens unissant l activité physique, l obésité et le diabète. Nous tenons à remercier le Pr Rivière et ses élèves : F. Pillard, O. Van Haverbeke ainsi que T. Clavel et P.L. Colombo d avoir abordé et clarifié les différentes facettes de ce sujet complexe. Il apparaît que le risque de diabète type II et d obésité est corrélé à la sédentarité et qu inversement, l activité physique a un effet bénéfique sur la morbi-mortalité de ces pathologies. L obésité et le diabète type II sont étroitement liés à l insulinosécrétion. Si les facteurs génétiques et environnementaux sont souvent évoqués dans leur physiopathologie, les troubles du métabolisme musculaire jouent un rôle important dans l apparition, l évolution et l aggravation de ces deux pathologies. En général et tout particulièrement dans le diabète et l obésité, l activité physique régulière, raisonnable, a de nombreuses raisons d être proposée : - prévention des maladies cardiovasculaires - action favorable sur le métabolisme glucidique et lipidique - entretien de la masse musculaire et de son métabolisme - amélioration de la masse osseuse - maintien de la souplesse articulaire et de la coordination du mouvement, de l équilibre et donc de la prévention des chutes - normalisation de la circulation veineuse - action sur le stress, l équilibre psychologique et le sommeil. Retenons la devise de l Observatoire du Mouvement : «la santé pour le mouvement, le mouvement pour la santé» Ch. Mansat Obésité, activité physique et diabète SOMMAIRE Éditorial: Ch. Mansat 1 L obésité : P.-L. Colombo 1 Le diabète de type II : T. Clavel 3 Place de l autosurveillance glycémique : T. Clavel 6 Prise en charge de l excès de masse grasse et du diabète de type II : l activité physique peut-elle être prescrite? : F. Pillard 6 Principe général de la prise en charge comportementale : O. Van Haverbeke 11 Opinion: Ch. Mansat 12 L obésité Le monde grossit et la France avec! À l instar des pays notamment anglo-saxons,la progression des personnes en surpoids est telle qu on en arrive à parler de véritable épidémie. En France, 1personne sur 3 est désormais en surpoids,1 sur 6 obèse.plus grave,les jeunes adultes et les adolescents ne sont plus épargnés. Mais qu est ce que l obésité? Comment la diagnostiquer? Est-elle dangereuse? Autant de questions quotidiennes,qui concernent tous les acteurs de sa prise en charge. Qu est ce que l obésité? L Organisation Mondiale de la Santé (l OMS) la définit comme une accumulation anormale ou excessive de graisse sous la peau ou entre les viscères, et qui peut provoquer des problèmes de santé,à court comme à long terme.mais elle n est toujours pas déterminée comme «maladie à part entière» même si plusieurs experts nous incitent subtilement à «la considérer comme telle» eu égard aux risques de complications et au coût que cela génère. Diagnostic et symptômes La mesure du poids d une personne n est plus considérée suffisante pour définir la surcharge pondérale ou l obésité.d autres paramètres sont pris en compte: l indice de masse corporelle (ou IMC): il représente le rapport entre le poids (exprimé en kg) et la taille (exprimée en m) au carré.la valeur normale est entre 18 et 25.On parle de surpoids au delà de 25,d obésité au delà de 29,et d obésité morbide au delà de 39.On lui reproche de ne pas tenir compte qualitativement de la masse grasse ou maigre, de la répartition des graisses dans l organisme.

2 la mesure du tour de taille vient donc compléter le calcul de l IMC. On parle de surcharge abdominale lorsqu il est supérieur à 80 cm pour les femmes et 94 cm pour les hommes. On la considère ainsi comme un marqueur supplémentaire et un élément prédictif chez les personnes à risque vasculaire (hypertendues,diabétiques,tabagiques entre autre ). de même, le rapport tour de taille/tour de hanche donne une information quant à la répartition de la masse grasse sur le corps.il est élevé lorsqu il est supérieur à 1 chez les hommes et 0.85 chez les femmes. L obésité est dite androïde lorsque la surcharge prédomine dans la région abdominale, gynoïde lorsqu elle prédomine aux hanches, aux cuisses. Pour d évidentes causes hormonales la première touche les hommes,la seconde les femmes. Peut-on la prévenir? De nombreux facteurs favorisent la prise de poids.ils ne sont pas qu individuels et relèvent de la génétique, de la famille, de l environnement,de la société. les facteurs génétiques: plusieurs gènes sont impliqués. Citons simplement le rôle de la leptine,hormone de la satiété,sécrétée par le tissu adipeux et dont l action permettrait le contrôle de la masse grasse par le contrôle de la prise alimentaire et de la dépense énergétique.son action serait modifiée par une anomalie génétique portant sur son récepteur. les facteurs alimentaires:ils concernent bien sûr l alimentation quantitative (tout excès calorique favorise l excès pondéral), mais aussi l alimentation qualitative.par exemple, à calories ingérées égales, tout excès en sucres rapides sera stocké sous forme de graisses s ils ne sont pas immédiatement utilisés. Une alimentation trop pauvre en protéines favorise également le stockage des graisses. Ne négligeons pas l héritage familial,quant à la préparation des repas, les ingrédients utilisés,les horaires des prises et le partage des repas, la culture familiale du sport etc. Enfin,les troubles du comportement alimentaires peuvent relever de la dépression, du stress, de l anxiété, mais également de la simple déstructuration du rythme des repas (rendue parfois obligatoire par la charge professionnelle ). les facteurs influant la dépense énergétique: sédentarité et activité physique, cette dernière étant seule à réellement influer bénéfiquement sur l augmentation de la dépense énergétique. C est déjà souligner toute son importance. les facteurs biologiques : l âge, son propre métabolisme, certains médicaments pris (trop?) longtemps, influencent le stockage et la dégradation des graisses. De même certaines maladies endocriniennes,notamment la maladie de Cushing pour ne citer qu elle. les facteurs socio-environnementaux et culturels : l obésité ou le surpoids ne sont plus comme il y a quelques lustres, signes d aisance et de prospérité.tout concours à la consommation,entre autres: publicité,multiplication des points de vente à emporter, fréquentation assidue des restaurants,multiplication des «repas» de travail. Et paradoxalement s amplifie le culte de la minceur et de l image. L analyse est donc complexe et ne souffre d aucune simplification. Elle justifie la meilleure attention individuelle pour toute prise en charge, même si des réponses collectives sont souvent adaptées et proposées. Doit-on la prévenir? Surpoids et surtout obésité peuvent avoir de sévères conséquences,non seulement en terme d esthétique et de confort personnel,mais en favorisant plusieurs maladies chroniques. Le risque est grandement accru pour l insulino-résistance et le diabète de type 2 (ainsi quasiment l ensemble des personnes atteintes de ce type de diabète ont un surpoids),et pour l hypertension artérielle.le risque vasculaire est donc affirmé avec pour conséquence l athérome et à terme insuffisance coronarienne (angor,infarctus) et artérite des membres inférieurs ou carotidienne. Les problèmes veineux (phlébites, thromboses) sont également nombreux. Le squelette n est pas épargné, et outre les problèmes directement liés à la surcharge (tendinites, entorses), les phénomènes d usure,d arthrose et leurs potentielles conséquences chirurgicales (prothèses de hanches, de genoux) sont favorisés. Autre conséquence fréquente, le syndrome d apnée du sommeil, longtemps négligé et méconnu,aujourd hui largement documenté et dont la prise en charge améliore nettement le confort de vie de ces patients,avec disparition d une symptomatologie certes mineure (céphalées,fatigue,mal être matinal) mais lancinante,et prévention d un retentissement beaucoup plus lourd en particulier vasculaire. Enfin,plus ou moins fréquents mais tout aussi corrélés au surpoids citons: lithiases,dyslipémies,goutte,certains cancers (notamment sein, endomètre,ovaire chez la femme,prostate chez l homme),problèmes d infertilité chez les deux sexes,d hypogonadisme chez l homme. L obésité est donc une menace pour la santé. Prévenir est l idéal absolu,mais aux difficultés personnelles s ajoutent les croyances propres et familiales,les problèmes d environnement et de société, les affinités de chacun à la pratique d une activité physique.il reste pertinent, dès l enfance de commencer par une alimentation maîtrisée, de rapidement conseiller activité physique et gestion du stress, à tout âge d agir autant que faire se peut sur l environnement,le comportement et limiter ainsi les facteurs les plus «obésogènes». Car maigrir est difficile et demande motivation, connaissance et constance. On ne peut compter sur aucune aide médicamenteuse.la chirurgie bariatrique est réservée aux obésités morbides, après avoir éliminé les contres ou non indications psychologiques et organiques, ces dernières correspondant déjà en grande partie, aux propres complications de l obésité. Enfin, entretenons la culture du sport et de l exercice physique,éléments déterminants de toute prise en charge. Dr Pierre-Louis Colombo N 37 - PAGE 2 - LA LETTRE DE L OBSERVATOIRE D U M O U V E M E N T

3 Le diabète de type 2 Le diabète est une maladie de plus en plus fréquente en France et dans le monde. L Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime que le nombre de personnes diabétiques atteindra 299 millions en Cette progression du diabète s explique en partie par l accroissement d éléments favorisant son développement tel que le vieillissement de la population,l augmentation de l obésité et le manque d activité physique. Selon les résultats de l étude ENTRED ,la France métropolitaine n échappe pas à cette règle planétaire.en effet,la prévalence du diabète traité a augmenté de 2,7 à 3,95 % entre 2000 et 2007,soit environ 2,5 millions de personnes traitées en 2007 ce qui correspond à une augmentation moyenne annuelle de 5,7 %.Comme au niveau mondial,cette croissance est liée à la progression du surpoids et de l obésité,au vieillissement de la population, à l amélioration de l espérance de vie des personnes traitées pour diabète et à l intensification du dépistage.la prévalence du diabète n est pas uniforme en France.Elle est plus élevée chez les personnes de niveau socioéconomique moins favorisé,chez les personnes originaires du Maghreb et elle augmente davantage dans les départements économiquement les moins favorisés. Enfin, il a été démontré récemment que l épidémie de diabète suit celle de l obésité.ainsi,32 % des Français adultes sont en surpoids,et 14,5 % sont obèses, soit une augmentation de 11 % par rapport à 2006 (résultats ObEpi 2009),tandis que la prévalence du diabète augmente de 5 % par an. En 2010, La France compterait environ 9 millions d adultes obèses et 2,5 millions de patients diabétiques de type 2. Le diabète qu est-ce que c est? Le diabète «sucré» est une affection métabolique caractérisée par une hyperglycémie chronique liée à une anomalie de sécrétion et/ou d utilisation de l insuline et du glucagon, les deux principales hormones impliquées dans la régulation de la glycémie. On distingue deux types de diabète: Le diabète de type 2 qui est la forme la plus fréquente du diabète (plus de 92 % des cas de diabète traité).il est caractérisé par une insulinorésistance,une carence relative de sécrétion d insuline et une hyperglucagonémie relative.cette forme de diabète survient essentiellement chez les adultes d âge mûr. Le diabète de type 1,beaucoup moins fréquent (environ 6 % des cas), est secondaire à la destruction des cellules bêta du pancréas. Il en résulte une diminution de la synthèse et de la sécrétion d insuline.cette forme de diabète survient essentiellement chez les enfants et les jeunes adultes. Dans cette revue nous n évoquerons que le diabète de type 2. Comment réaliser le diagnostic du diabète? Selon l OMS,la Haute Autorité de Santé (HAS) en 2006 et l American Diabetes Association (ADA) en 2010,la définition du diabète est biologique et se caractérise,en dehors de la grossesse,comme suit: Une glycémie supérieure à 1,26 g/l (7 mmol/l) après un jeûne de 8 heures et vérifiée à deux reprises. Ou par la présence de symptômes de diabète (polyurie,polydipsie,amaigrissement) associée à une glycémie (sur plasma veineux) supérieure ou égale à 2 g/l (11.1 mmol/l) Ou par une glycémie supérieure ou égale à 2 g/l (11,1 mmol/l) 2 heures après une charge orale de 75 g de glucose [HAS, Recommandation professionnelle de bonne pratique, Traitement médicamenteux du diabète de type 2,novembre 2006]. En pratique clinique, en l absence de symptômes,il convient d obtenir confirmation par une deuxième mesure glycémique avant de retenir le diagnostic de diabète. Dans la réalité quotidienne,l HGPO n est que très peu utilisée et seule la glycémie à jeun est effectuée. Diabète de type 2, syndrome métabolique et obésité, quel lien? Les données de l étude ENTRED , montrent que l indice de masse corporelle médian (IMC) des personnes diabétiques de type 2 est estimé à 28,7 kg/m 2 (valeur correspondant à un surpoids).ainsi,seulement 20 % des personnes diabétiques de type 2 sont de corpulence normale (IMC < 25 kg/m 2 ),39 % sont en surpoids (25 IMC < 29 kg/m 2 ) et 41 % sont considérés comme obèses (IMC 30 kg/m 2 ). Le surpoids constitue donc un facteur de risque modifiable majeur du diabète de type 2. De même, dans le diabète de type 1, si le surpoids n est pas un facteur de risque reconnu,56 % des personnes diabétiques de type 1 ont une corpulence normale, 30 % sont en surpoids (+ 3 points depuis 2001) et 14 % sont obèses (+ 4 points). Il est cependant intéressant de noter que selon les résultats de l étude ObEpi ces fréquences sont similaires à celles retrouvées en population générale [ObEpi 2006 et 2009].(Fig.1 et 2). Fig.1: Évolution de 2001 à 2007 de l indice de masse corporelle selon le type de diabète et son traitement en France métropolitaine.entred 2001 (n = 3324) et Entred 2007 (n = 3377),poids et tailles auto déclarés [BEH 10 Novembre 2009]. Fig.2: Répartition des niveaux d IMC par tranche d âge en population générale [ObEpi 2009]. N 37 - PAGE 3 - LA LETTRE DE L OBSERVATOIRE D U M O U V E M E N T

4 Que reste-t-il du syndrome métabolique? Le syndrome métabolique désigne un ensemble d anomalies métaboliques et de facteurs de risque vasculaire agrégés les uns aux autres. Il constitue un outil simple et synthétique utile pour prédire à la fois le risque cardiovasculaire et le risque de devenir diabétique (pour les sujets non diabétiques) surtout si on résume cette définition à la mesure du tour de taille comme outil de dépistage. Le syndrome métabolique,le diabète,et l obésité présentent des points communs: l insulino résistance et l obésité abdominale. L insulinorésistance, qu est-ce que c est? L insulinorésistance correspond à la limitation des actions de l insuline sur la régulation de la glycémie (réduction de la production hépatique de glucose et en augmentation du transport de glucose dans le muscle squelettique) et sur les contrôles des paramètres lipidiques (contrôle de l hyper triglycéridémie post-prandiale et stockage dans l adipocyte des lipides ingérés). En conséquence,l apparition d une insulinorésistance provoque une augmentation de l insulinosécrétion endogène afin de compenser la réduction de l effet de l insuline dans les tissus périphériques.cette adaptation de l insulinosécrétion est un processus fondamental qui permet de maintenir la glycémie dans des valeurs normales. Le sujet reste ainsi normo glycémique tout en ayant un taux élevé d insuline circulante à la fois à jeûn et en post-prandiale.ce profil métabolique (glycémie norma- le et hyper insulinisme),caractéristique de l insulinorésistance,persiste pendant au moins 10 ans pendant lesquels l obésité abdominale s aggrave progressivement.au-delà d un certain seuil d accumulation de graisse viscérale (diagnostic par la mesure du tour de taille),le profil métabolique du patient change.il apparaît alors progressivement une réduction de l insulinosécrétion et maintien de l insulinorésistance ce qui constitue l entrée dans la maladie diabétique. Obésité abdominale du patient diabétique de type, qu est-ce que c est? Les données épidémiologiques montrent que le surpoids précède souvent le développement de l insulinorésistance voire même qu il serait un facteur déclenchant et aggravant de l insulinorésistance. Ce surpoids est particulier, car il est constitué par un excès d adiposité au niveau abdominal. Fig.3: Répartition de la population au-delà des seuils de tour de taille en fonction de l âge et du sexe (en population générale) [Obépi 2009]. La mesure du tour de taille constitue un indicateur majeur et facile à mettre en œuvre.ce tour de taille augmente parallèlement à l accumulation de tissu gras intra-abdominal (ou viscéral) et au développement de l insulinorésistance. Ce lien entre tour de taille augmenté, insulinorésistance et diabète de type 2 s explique en partie par les propriétés particulières du tissu adipeux intra-abdominal. En effet, ce tissu adipeux viscéral libère de manière inappropriée des acides gras libres dans la circulation péritonéale qui sont stockés dans le foie.au niveau hépatique,une partie de cet excès lipidique est exportée dans la circulation sous forme devldl puis va être capté par différents tissus périphériques comme le muscle squelettique et la cellule ß pancréatique.ainsi,l excès d adiposité abdominale est à l origine de l accumulation de lipides dans le foie,le muscle squelettique et la cellule ß pancréatique. Cet impact de l insulinorésistance et de l obésité abdominale a été étudié dans l étude DESIR. Les résultats de cette étude observationnelle,confirment que l adiposité abdominale est la variable clinique la plus prédictive du diabète à 9 ans.cette étude DESIR montre aussi qu en ajoutant l hypertension et le tabagisme chez l homme, et l hypertension et les antécédents familiaux de diabète chez la femme, on obtient un score clinique très pratique pour le ciblage des actions préventives du diabète par le médecin généraliste. La prise en charge du patient diabétique de type 2 Dans ses recommandations publiées en 2006, l HAS fait une place prépondérante et initiale aux règles hygiéno-diététiques et à l éducation thérapeutique [HAS,Recommandation professionnelle de bonne pratique,traitement médicamenteux du diabète de type 2, novembre 2006]. Les règles hygiéno-diététiques L objectif de la prise en charge diététique est la correction des principales erreurs alimentaires qualitatives: celle-ci repose sur la réduction des lipides surtout saturés, des sucres simples et de la consommation d alcool. La mise en place d un régime modérément hypocalorique est nécessaire sachant qu un amaigrissement même limité (- 5 % du poids corporel) apporte un bénéfice glycémique très significatif. L activité physique consiste en des modifications réalistes du mode de vie quotidien et autant que possible repose sur trois heures par semaine d activité plus intensive adaptée au profil du patient. L éducation thérapeutique est un volet fondamental de la prise en charge de tout patient diabétique.elle doit être mise en œuvre dès la découverte du diabète. N 37 - PAGE 4 - LA LETTRE DE L OBSERVATOIRE D U M O U V E M E N T

5 Chez le diabétique de type 2 Chez le diabétique de type 1 Effet hypoglycémiant. Baisse de l hémoglobine glyquée :- 0.6 % pour 3 séances par semaine de 1 heure chacune d intensité modérée Meilleure sensibilité périphérique à l insuline grâce à l augmentation du débit vasculaire Modification du profil lipidique dans un sens moins athérogène (LDL HDL) Diminution de la TA Diminution de la glycémie immédiate et post-prandiale Augmentation de l insulino-sensibilité Modification du profil lipidique Effets psychologiques (la personne peut continuer une activité physique) En pratique: impact de l activité physique dans la prise en charge du patient diabétique diabétiques de type 2 datent de fin Toutefois,depuis 2006,plusieurs nouvelles classes thérapeutiques fondées sur l activité incrétine sont maintenant disponibles en France dans la prise en charge des patients diabétiques. En 2010,le Pr.Serge HALIMI a proposé un nouvel algorithme de prise en charge thérapeutique fondé plutôt sur des remplacements de classes médicamenteuses que sur l empilement. Ainsi,dans les stratégies de prises en charge précoces et bien encadrées,une HbA1c située entre 6,6 et 7,5 à 8 % sous monothérapie metformine nous incite de plus en plus à ajouter un inhibiteur des DPP4 (IDPP4 ou gliptines) pour sa facilité d usage et sa tranquillité d emploi pour le patient et le prescripteur,son absence de toute hypoglycémie et sa neutralité pondérale. Exemples d activité physique possible et leur impact métabolique. Activité physique chez le patient diabétique: pourquoi et comment? L activité physique diminue significativement la valeur de l hémoglobine glyquée chez le diabétique de type 2,mais elle a aussi un effet préventif sur l apparition d un diabète de type 2 chez des patients à risque. On distingue les activités physiques d endurance des activités de résistance (renforcement musculaire). Les premières,correspondent à des exercices qui mettent en jeu le métabolisme aérobie et sont souvent peu ou modérément intenses, mais prolongées. Les activités de résistance sont des activités de plus courte durée mais d intensité plus importante.elles augmentent la force musculaire et la masse maigre ce qui pourrait faciliter l amélioration de l équilibre glycémique. L amélioration de la capacité cardiorespiratoire et de l HbA1c serait plus marquée pour les entraînements d intensité plus élevée. Les dernières recommandations américaines concernant les patients diabétiques de type 2, publiées en 2006, sont centrées sur la réduction du risque cardiovasculaire,l amélioration de l HbA1c et le maintien du poids.elles associent: Des exercices de type endurance; 150 minutes par semaine d intensité modérée,ou 90 minutes par semaine d intensité plus importante sur au moins 3 jours par semaine; Et des exercices de renforcement musculaire; trois séries d exercices avec des périodes de récupération de 1 à 2 minutes entre chaque série; Il s agit d activité d intensité modérée à élevée,recommandée 3 fois par semaine.audelà des recommandations, le problème majeur demeure la faisabilité,la motivation et l observance des patients sur le long terme. En conclusion Le diabète de type 2 est souvent associé à une obésité abdominale ou à un syndrome métabolique. Dans ce cadre, la pratique régulière d une activité physique permet de: Baisser le taux de glycémie; Lutter contre l obésité; Maintenir un poids satisfaisant; Entretenir le cœur et les artères; Aider à s arrêter de fumer. La prise en charge thérapeutique du patient diabétique de type 2 doit être globale (lutte contre les facteurs de risque cardiovasculaires associés),précoce (mémoire glycémique) et intensive sans provoquer d hypoglycémies sévères souvent délétères. La prise en charge thérapeutique Les recommandations françaises de la Haute Autorité de santé (HAS) pour le traitement des Dr Thierry CLAVEL Proposition de prise en charge thérapeutique [La revue du PraticienVol.60,20 avril 2010]. N 37 - PAGE 5 - LA LETTRE DE L OBSERVATOIRE D U M O U V E M E N T

6 Place de l autosurveillance glycémique L auto surveillance glycémique fait partie de l arsenal de suivi et de traitement chez tous les patients traités par insuline qu ils soient diabétiques de type I ou de type II. Cependant, plusieurs arguments plaident en la faveur d une auto surveillance glycémique à minima : Premièrement : le rôle pédagogique. L auto surveillance glycémique est un outil simple qui permet d évaluer l équilibre glycémique et incite le patient à améliorer sa compliance aux mesures hygiéno-diététiques et aux traitements médicamenteux. Deuxièmement : la recherche ou la confirmation des hypoglycémies.chez les patients traités par insulinosécréteurs l auto surveillance glycémique permet de confirmer ces hypoglycémies et d adapter éventuellement la posologie.dans ces conditions,la glycémie de fin d après-midi peut être utilisée comme la glycémie de référence (risque maximum d hypoglycémie) et doit rester au-dessus de 0,80 g/l. Troisièmement : le choix du traitement par antidiabétiques oraux ou chez les patients pour lesquels l insuline est envisagée à court ou moyen terme. L auto surveillance glycémique, par la pratique d un profil glycémique en 4 points permet de définir 2 profils glycémiques de patients : Un profil qui s améliore au cours de la journée (glycémies de deuxième partie de journée inférieures à celles de la matinée) qui signifie que les désordres glycémiques dépendent plus d un état d insulinorésistance que d un déficit de la sécrétion insulinique endogène et oriente vers la prescription d un médicament agissant sur l insulinorésistance. Un profil qui se détériore au cours de la journée (glycémies en deuxième partie de journée plus élevées que dans la matinée) qui reflète plutôt la prépondérance d un déficit de l insulinosécrétion et incite à proposer un traitement avec un insulinosécréteur. Prise en charge de l excès de masse grasse et du diabète de type II: l activité physique peut-elle être prescrite? Introduction Suggérée il y a plusieurs siècles de cela par Hippocrate (v-460,v-377 av.j.-c.) dans l un de ses aphorismes selon lequel «l anomalie de la corpulence n est pas seulement une maladie en elle-même, elle prédispose aussi à la survenue d autres maladies»,l association entre l excès de masse grasse (identifié le plus souvent mais de façon non univoque dans un contexte de surcharge corporelle) et le développement d un diabète de type II est aujourd hui bien reconnue et individualisée sous le concept de «diabésité». Bien que faisant partie des recommandations du programme de prise en charge multidisciplinaire dans ce contexte,la mise en place d un programme d activité physique par les patients n est pas aisée en raison des nombreux obstacles qu ils doivent franchir, tant personnels qu environnementaux (ce dernier obstacle étant bien individualisé dans le récent rapport d évaluation du Programme National Nutrition Santé 2 nde version,pnns2). Rationnel de l indication d un programme d activité physique chez les patients présentant un excès de masse grasse compliqué ou non d un diabète non insulino-dépendant. L accumulation de masse grasse est liée à un déséquilibre chronique entre dépenses énergétiques et apports alimentaires. Ainsi, une alimentation riche en graisses,en sucres rapides et un mode de vie sédentaire favorisent l accumulation de masse grasse.l activité physique est indiquée à tous les stades de la prise en charge de l obésité chez l enfant comme chez l adulte,avec un niveau de preuves scientifiques élevé. Néanmoins,l intérêt de l activité physique pour engager une perte de poids significative chez les sujets obèses est faible (y compris lorsqu elle est associée à un régime car elle n apporte que peu de bénéfice par rapport au régime seul). L intérêt de l activité physique est en revanche plus fort pour prévenir une prise de poids et maintenir une perte de poids.quel que soit son effet sur le poids,l activité physique est malgré tout une orientation thérapeutique recommandée à toute étape de la prise en charge des patients obèses car au delà de l objectif de réduction du poids,elle permet de réduire le risque de maladies cardio-vasculaires et métaboliques,notamment chez les patients obèses caractérisés par un tissu adipeux viscéral excédentaire auquel sont souvent associés des éléments du syndrome métabolique (au contraire d autres patients obèses chez lesquels le tissu adipeux sous-cutané est largement prédominant et «métaboliquement sains»).par ses effets sur le muscle strié squelettique,l activité physique modifie également le métabolisme du glucose de façon directe et indirecte.l activité physique modifie favorablement et de façon directe le métabolisme musculaire du glucose via une augmentation de la translocation des Glut-4 (protéines cellulaires assurant le transport transmembranaire du glucose du milieu interstitiel vers le milieu intracellulaire),via une augmentation de l activité de l hexokinase (qui piège le glucose dans le muscle strié squelettique), via une augmentation de l activité de la glycogène synthase (qui stocke le glucose dans le muscle strié squelettique) et via une augmentation de l activité de la pyruvate déshydrogenase qui améliore l utilisation du pyruvate produit par la glycolyse. L activité physique améliore ainsi directement l utilisation et le stockage du glucose circulant dans le muscle strié squelettique.l activité physique améliore indirectement la tolérance au glucose via une réduction de la compétition entre l oxydation des acides gras et l oxydation du glucose dans le muscle strié squelettique ainsi que via une amélioration de la sensibilité à l insuline.le point commun à ces 2 mécanismes est une diminution de la quantité de lipides (et dérivés) intracellulaires elle-même secondaire à une meilleure utilisation de ces substrats favorisée par une activité physique régulière et quantitativement adaptée.ce point commun souligne le rationnel de la recommandation d activité physique à faire aux patients diabétiques non insulinodépendants caractérisés par des perturbations de l homéostasie glucidique et lipidique. Malgré ces éléments théoriques de réflexion, une méta-analyse publiée en 2006 concluait que la mise en place d un programme d activité physique chez des patients diabétiques de type II ne semblait influencer que de façon modérément favorable le taux d hémoglobine glyquée (HbA1c), l effet du programme d activité physique étant toutes fois optimisé lorsque les types d activité physique sont combinés et dans le groupe des patients caractérisés par un diabète plutôt sévère.le jugement était toutes fois porté selon une approche très (trop?) statistique et à ce jour,et d autres études confirment l intérêt de la mise en place d un programme d acti- N 37 - PAGE 6 - LA LETTRE DE L OBSERVATOIRE D U M O U V E M E N T

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N. Université Hadj Lakhdar Batna Faculté de médecine de Batna Laboratoire de physiologie La régulation de la glycémie Aspects pratiques TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.CHIBOUT Tache N 1 Quel est

Plus en détail

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée DURISGuillaume@Fotolia.com 1 P A R T I E 1 Biologie appliquée Glycémie TD 1 OBJECTIFS 1 Définitions Définir la glycémie et la glycosurie. Indiquer les variations de la glycémie au cours de la journée

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION OBESITE DIABETE I et II 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 INTRODUCTION 4 1. ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE L adipocyte

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Diabète de type 2 Généralités

Diabète de type 2 Généralités Diabète de type 2 Généralités D2 s accroit de façon épidémique dans tout le monde Deux facteurs en cause: diminution de l activité physique augmentation de l obésité 2 500 000 de D2 traités par médicaments

Plus en détail

Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme

Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme Chapitre I : Mécanismes de l'homéostasie Introduction : exemple de la régulation de la glycémie Chez un sujet en bonne santé, la glycémie est d environ

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Le diabète : définition

Le diabète : définition Le diabète : définition Glycémie à jeûn > 7mmol/l ou 1,26g/l (après au moins 8 heures de jeûne) dosage effectué sur 2 prélèvements différents Ou Glycémie prise à n importe quel moment de la journée 2g/l

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

La régulation de la glycémie

La régulation de la glycémie La régulation de la glycémie INTRODUCTION GENERALE La glycémie est le taux de glucose plasmatique. Chez un sujet normal, la glycémie oscille autour d une valeur moyenne comprise entre 0.8 g.l -1 et 1.2

Plus en détail

Un surpoids, une obésité

Un surpoids, une obésité Vers un programme Sport Santé pour les personnes vivant avec Un surpoids, une obésité Atelier animé par : Pr Martine Duclos CHU Montpied, Clermont-ferrand Dr Julien Aucouturier UFR STAPS, Lille Séminaire

Plus en détail

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND PHYSIOPATHOLOGIE DE L HYPERGLYCEMIE DU DT2 Tube digestif Pancréas endocrine α β Tissu adipeux cellules β insuline cellules

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

MÉTABOLISME, DIABÈTE ET

MÉTABOLISME, DIABÈTE ET MÉTABOLISME, DIABÈTE ET VIEILLISSEMENT Anne Lajoix Centre de Pharmacologie et Innovation dans le Diabète EA 7288 anne-dominique.lajoix@univ-montp1.fr LE DIABÈTE Maladie métabolique caractérisée par un

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

RISQUES POUR LA SANTÉ INDICE DE MASSE CORPORELLE (IMC) RISQUES POUR LA SANTÉ IMC / TOUR DE TAILLE IMC / TOUR DE TAILLE

RISQUES POUR LA SANTÉ INDICE DE MASSE CORPORELLE (IMC) RISQUES POUR LA SANTÉ IMC / TOUR DE TAILLE IMC / TOUR DE TAILLE Unité 2 BILAN ÉNERGÉTIQUE ET POIDS CORPOREL SAIN Questions exploratoires Êtes-vous satisfait de votre poids corporel? Sur quoi vous concentrez-vous pour contrôler votre poids? Quels sont les facteurs qui

Plus en détail

Mon médecin m annonce que j ai un diabète gestationnel : que faire?

Mon médecin m annonce que j ai un diabète gestationnel : que faire? Lilly Diabète Pour vous, jour après jour. Lilly Diabète Pour vous, jour après jour. Lilly propose et développe des traitements innovants pour la prise en charge du diabète et de ses complications. INVENTIV

Plus en détail

Physiologie du Pancréas endocrine

Physiologie du Pancréas endocrine Physiologie du Pancréas endocrine 1 I. Introduction II. Insuline Plan 1. Sécrétion 2. Régulation 3. Actions physiologiques 4. Mode d action III. Glucagon 2 2eme Année de médecine 1 Cellules β I. Introduction

Plus en détail

PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE

PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE Dr Jean-Marc SENE médecin du sport praticien-attaché au CHU Pitié-Salpétrière INTRODUCTION Indication Évaluation initiale

Plus en détail

Les diabètes «atypiques»

Les diabètes «atypiques» 6 ème Congrès de la SMGT 13 décembre 2014 Les diabètes «atypiques» Emna Haouat Endocrinologue-AHU Institut National de Nutrition Introduction et intérêt du sujet Diabètes = états d hyperglycémie chronique

Plus en détail

I. Qu est-ce que c est? plus de 3,7 millions de personnes ont du diabète Le diabète est une augmentation du taux de glucose (sucre) dans le sang,

I. Qu est-ce que c est? plus de 3,7 millions de personnes ont du diabète Le diabète est une augmentation du taux de glucose (sucre) dans le sang, Le diabète I. Qu est-ce que c est? On a tous déjà entendu parler du diabète, sans savoir exactement de quoi il s agit. Pourtant, en France, on estime que plus de 3,7 millions de personnes ont du diabète,

Plus en détail

Cas cliniques. Cas clinique n 1. Les avis des trois experts sont consultés :

Cas cliniques. Cas clinique n 1. Les avis des trois experts sont consultés : 9 Cas cliniques Au terme de cet ouvrage sur l insulinothérapie dans le diabète de type 2, nous aimerions proposer quelques cas cliniques pratiques pour illustrer les données théoriques que nous avons développées

Plus en détail

Plan. I- Physiopathologie II- Risques et complications III- Conseils & Education pour la prévention des risques

Plan. I- Physiopathologie II- Risques et complications III- Conseils & Education pour la prévention des risques DIABETE ET SPORT Plan I- Physiopathologie II- Risques et complications III- Conseils & Education pour la prévention des risques I- Physiopathologie Principes généraux de l exercice physique Pour améliorer

Plus en détail

Santé et activité physique

Santé et activité physique Santé et activité physique J.P. Brackman médecin du sport P. Bruzac-Escanes diététicienne F. Saint Pierre biostatisticien Support d une conférence donnée à l auditorium de Balma le 16 juin 2006 Objectifs

Plus en détail

Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008. Mise à jour 24-06-08

Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008. Mise à jour 24-06-08 Diabète de type 2 et Sport Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008 Mise à jour 24-06-08 L activité physique est recommandée depuis longtemps aux patients diabétiques Dès la fin du 19 ème siècle,

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités.

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités A/ Enjeux L activité physique évolue en même temps que la société. Si le labeur excessif des périodes antérieures a contribué à un vieillissement prématuré

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

L obésité de l adulte et ses risques

L obésité de l adulte et ses risques L obésité de l adulte et ses risques Willendorff Lespugue DR Patrick GELAS Nutrition Clinique Intensive - H.C.L. Définition Se définit comme un excès de masse grasse ayant des conséquences somatiques,

Plus en détail

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM DIABETE GESTATIONNEL Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Dr. GUENDOUZE MERIEM Définition OMS Trouble de la tolérance glucidique de gravité variable Survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

APS résumé partie III

APS résumé partie III 1 APS résumé partie III Les outils d évaluation de l activité physique Le but est de quantifier/ évaluer les activités physiques habituelles (non-structurées).on a plusieurs méthodes : - Indirectes (subjectives)

Plus en détail

Dans ce chapitre : L équation de l équilibre énergétique 298 Les besoins énergétiques du corps 300 L activité physique et le contrôle du poids 300

Dans ce chapitre : L équation de l équilibre énergétique 298 Les besoins énergétiques du corps 300 L activité physique et le contrôle du poids 300 Dans ce chapitre : L équation de l équilibre énergétique 298 Les besoins énergétiques du corps 300 L activité physique et le contrôle du poids 300 La composition corporelle 302 La masse maigre 303 La masse

Plus en détail

M.JULIA. Quelques chiffres PLAN. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes BÉNÉFICES ET DE LA PRATIQUE SPORTIVE CHEZ L ADULTE

M.JULIA. Quelques chiffres PLAN. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes BÉNÉFICES ET DE LA PRATIQUE SPORTIVE CHEZ L ADULTE BÉNÉFICES ET INCONVENIENTS DE LA PRATIQUE SPORTIVE CHEZ L ADULTE Dr M. JULIA Service Rééducation Fonctionnelle Pr Hérisson Quelques chiffres En France en 2003 : 56 % des femmes } sont touchés par 75 %

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier Obésités Qu est-ce que Manger? Nécessité Plaisir Gastronomie Interdits Santé Diététique SURCHARGE ALIMENTAIRE ALIMENTAIRE M. cardiovasculaires T malignes

Plus en détail

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Complications de l obésité (1) Diminution de l espérance de vie Diminution de la qualité de

Plus en détail

PETIT LEXIQUE DU DIABETIQUE

PETIT LEXIQUE DU DIABETIQUE SERVICE D'ENDOCRINOLOGIE-NUTRITION DIABETOLOGIE ET MEDECINE INTERNE Unité d'education du Diabète Unité de soins : 03.82.55.89.35 Secrétariat : 03.82.55.89.22 FAX : 03.82.55.89.18 PETIT LEXIQUE DU DIABETIQUE

Plus en détail

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012 Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SANTÉ "La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une

Plus en détail

THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI

THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI Séquence éducation de groupe Groupe de 10 patients maximum Durée : 45 min Animateur : Médecins Objectif général : Exprimer la perception que l

Plus en détail

Diabète et obésité. Un état qui progresse constamment

Diabète et obésité. Un état qui progresse constamment Diabète et obésité Un état qui progresse constamment Dans nos sociétés industrielles, l obésité, naguère exceptionnelle, puis plus courante, suit une telle progression qu elle pourrait bien, à terme, constituer

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

Le diabète et ses complications

Le diabète et ses complications Le diabète et ses complications Toujours plus de diabétiques De quoi s agit-il? On est diabétique lorsqu on a trop de sucre dans le sang. Normalement, notre taux de sucre dans le sang (glycémie) à jeûn

Plus en détail

Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013. 10 défis pour le médecin de famille

Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013. 10 défis pour le médecin de famille Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013 10 défis pour le médecin de famille Divulgation de conflits d intérêt potentiel Modérateur / conférencier / comité aviseur

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Pré-Requis : Dans le corpus en pédiatrie : nutrition de l enfant. Dans

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

Bouger, c est bon pour la santé!

Bouger, c est bon pour la santé! Bouger, c est bon pour la santé! Tous concernés! De quoi s agit-il? Il s agit de toute activité physique, dès lors que nous bougeons. Ainsi tous les pas comptent, comme ceux que nous faisons chez nous

Plus en détail

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT GUIDE MÉDECIN -1- SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 GUIDE MEDECIN ALD 8 - DIABETE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT... 4 I. BILAN INITIAL... 4 I.1.

Plus en détail

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ C A H I E R S A N T É N 3 UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ Préface Le diabète est en augmentation

Plus en détail

Constat. Quelques chiffres

Constat. Quelques chiffres La création d une au Centre Hospitalier Hornu-Frameries est venue d un constat simple : l obésité et le surpoids sont deux phénomènes sans cesse en augmentation. La personne victime du poids est souvent

Plus en détail

DIABETE ET RAMADAN. Dr Farad-Bensenouci Samia Service médecine interne CHU Tours

DIABETE ET RAMADAN. Dr Farad-Bensenouci Samia Service médecine interne CHU Tours DIABETE ET RAMADAN Dr Farad-Bensenouci Samia Service médecine interne CHU Tours INTRODUCTION L un des 5 piliers de l Islam ~ 1,5 milliards de musulmans Ramadan 9ème mois du calendrier lunaire Période de

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

L OBESITE Sommet de l iceberg!

L OBESITE Sommet de l iceberg! L OBESITE Sommet de l iceberg! Docteur Patrick Van Alphen Médecine et Psychologie de l Obésité Clinique du Poids Idéal CHU Saint-Pierre Depuis quelques dizaines d années : Augmentation de la graisse dans

Plus en détail

Le diabète. Suis-je concerné? La solidarité, c est bon pour la santé. MUTUALITE CHRETIENNE

Le diabète. Suis-je concerné? La solidarité, c est bon pour la santé. MUTUALITE CHRETIENNE Le diabète Suis-je concerné? MUTUALITE CHRETIENNE La solidarité, c est bon pour la santé. Vous vous posez des questions sur le diabète? Vous vous demandez si vous êtes concerné? Vous connaissez une personne

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

Dossier de Presse. Réseau Atlantique Diabète. «Journée Mondiale du Diabète Mercredi 14 Novembre 2012»

Dossier de Presse. Réseau Atlantique Diabète. «Journée Mondiale du Diabète Mercredi 14 Novembre 2012» Dossier de Presse Réseau Atlantique Diabète «Journée Mondiale du Diabète Mercredi 14 Novembre 2012» 1 Journée Mondiale du Diabète À l occasion de la 22 e Journée Mondiale du Diabète, le Réseau Atlantique

Plus en détail

Prévenir... par plus d activité physique

Prévenir... par plus d activité physique Prévenir... par plus d activité physique 13 L activité physique: Pour la santé, c est capital et c est bon pour le moral! La pratique régulière d une activité physique est essentielle pour préserver un

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBESITE

CHIRURGIE DE L OBESITE CHIRURGIE DE L OBESITE Information destinée aux patients Docteur D. LEONARD Centre de consultations Médico-Chirurgicales Rue des Rolletières 49402 Saumur Tél : 02 41 83 33 52 Site web : http://david-leonard.docvadis.fr

Plus en détail

Diététique de la dyslipidémie

Diététique de la dyslipidémie Diététique de la dyslipidémie 1) Définition Anomalie du métabolisme des lipides à l origine de perturbations biologiques. On peut observer : - Une hypercholestérolémie : augmentation isolée du cholestérol

Plus en détail

66 heures de marche!!!!

66 heures de marche!!!! 1 kg de MASSE GRASSE» 7000 kcal ou 30000 kj 1 HEURE de MARCHE à 4 km/h» 180 kcal (750 kj) Les GRAISSES fournissent environ 60 % de l'énergie nécessairen Pour "perdre" 1 kg de GRAISSE, nécessité de. 66

Plus en détail

La pharmacocinétique Et chez l obèse? Sophie BLONDELLE

La pharmacocinétique Et chez l obèse? Sophie BLONDELLE La pharmacocinétique Et chez l obèse? Sophie BLONDELLE Symposium du 11 octobre 2014 Plan I. Introduction L obésité II. III. IV. Notions de pharmacocinétique Modifications pharmacocinétiques Quelques exemples

Plus en détail

Quels sports préconiser chez les personnes âgées?

Quels sports préconiser chez les personnes âgées? VIEILLISSEMENT ET ACTIVITES PHYSIQUES Quels sports préconiser chez les personnes âgées? Docteur Karim Gallouj Médecin fédéral national FFEPGV CHI de Wasquehal, Centre de gériatrie Le Molinel Le vieillissement

Plus en détail

Pr Monnier Nous allons commencer par conséquent par le chapitre 1 et nous allons envisager l insulinothérapie basale dans le diabète de type 2.

Pr Monnier Nous allons commencer par conséquent par le chapitre 1 et nous allons envisager l insulinothérapie basale dans le diabète de type 2. Pr Monnier Nous allons commencer par conséquent par le chapitre 1 et nous allons envisager l insulinothérapie basale dans le diabète de type 2. La première question que je vais poser à Éric Renard est

Plus en détail

DURISGuillaume@Fotolia.com PARTIE 1. Biologie appliquée

DURISGuillaume@Fotolia.com PARTIE 1. Biologie appliquée DURISGuillaume@Fotolia.com 1 Biologie appliquée Glycémie TD 1 OBJECTIFS 1 Définitions Définir la glycémie et la glycosurie. Indiquer les variations de la glycémie au cours de la journée (glycémie à jeun

Plus en détail

Le diabète de type 2 : quelques points d actualité - 2 partie -

Le diabète de type 2 : quelques points d actualité - 2 partie - 1 Le diabète de type 2 : quelques points d actualité - 2 partie - Jacques LOUIS Service de diabétologie HPMetz Site Belle Isle AMMPPU Metz 10 juin 2014 P1 CAS CLINIQUE 3 ème époque Cette même personne

Plus en détail

Le texte de l HAS (actualisation des recommandations

Le texte de l HAS (actualisation des recommandations RECOMMANDATIONS Recommandations Cœur et pour diabète les troubles de du type métabolisme 2 glucidique M. GENEST Service de Cardiologie, Centre Hospitalier, PROVINS. Recommandations récentes françaises

Plus en détail

La femme et le sport

La femme et le sport Généralités : Filles: Restent à la maison Faibles, frêles Garçons: Athlétiques et forts Doit faire du sport pour son développement La femme et le sport Les filles avaient une éducation sportive différente

Plus en détail

Bouger, à quoi ça sert?

Bouger, à quoi ça sert? Travail réalisé dans le cadre de la formation Sciences et société Bouger, à quoi ça sert? Pourquoi Bouger? On a adapté l activité pour des élèves de troisième d ESO (15 ans). Pour faire cela on a utilisé

Plus en détail

faisons le point En médecine, il arrive que le vent tourne. La Mesurer le poids en centimètres Un nouveau paradigme

faisons le point En médecine, il arrive que le vent tourne. La Mesurer le poids en centimètres Un nouveau paradigme Mesurer le poids en centimètres Un nouveau paradigme Denis Drouin, MD Le cas de Jean-Yves Jean-Yves a 45 ans et il joue dans des ligues de hockey de la région. Il mesure 1 m 80, pèse 120 kg et son indice

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nouvelles recommandations de dépistage et de prise en charge Fabienne Viala Carla Chatelet Définitions OMS: «DG = trouble de la tolérance glucidique conduisant à une hyperglycémie

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

LA REGULATION DE LA GLYCEMIE

LA REGULATION DE LA GLYCEMIE Le début vous l avez fait avant les vacances cours de ce jours à partir du II Chap8 TS spécialité Thème 3 Restitution des acquis LA REGULATION DE LA GLYCEMIE http://img10.beijing2008.cn/20080824/img214581293.jpg

Plus en détail

DIABÈTE GESTATIONNEL. 21 mars 2013 Julie Lemaitre, sage-femme Dr Marc Dauphin, endocrinologue

DIABÈTE GESTATIONNEL. 21 mars 2013 Julie Lemaitre, sage-femme Dr Marc Dauphin, endocrinologue DIABÈTE GESTATIONNEL 21 mars 2013 Julie Lemaitre, sage-femme Dr Marc Dauphin, endocrinologue DIABÈTE GESTATIONNEL EN CHIFFRES 6% des grossesses Problème de santé public croissant avec une augmentation

Plus en détail

L alimentation peut-elle prévenir le diabète? ZITO François Unité diététique Groupement des Hôpitaux de Thionville CHR Metz-Thionville

L alimentation peut-elle prévenir le diabète? ZITO François Unité diététique Groupement des Hôpitaux de Thionville CHR Metz-Thionville L alimentation peut-elle prévenir le diabète? ZITO François Unité diététique Groupement des Hôpitaux de Thionville CHR Metz-Thionville Sommaire Le sens des mots Les études sur la prévention du diabète

Plus en détail

Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours

Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours Septembre 2011 Pourquoi repérer l excès de poids? Que faire chez les sujets ayant un âge physiologique avancé? Quand diagnostiquer

Plus en détail

Fréquence : Le diabète gestationnel est présent chez 3-5% des grossesses alors que le diabète préexistant ne représente 0.5-1%.

Fréquence : Le diabète gestationnel est présent chez 3-5% des grossesses alors que le diabète préexistant ne représente 0.5-1%. N.S DIABETE ET GROSSESSE Introduction : Ce chapitre se consacre à étudier: La grossesse chez une diabétique connue, insulinodépendante (DID) ou non (DNID); Le diabète gestationnel qui apparaît au cours

Plus en détail

CHR de Huy: Docteur A.CHACHATI : chef de service. Docteur C.RIGHES : endocrinologue. Equipe Paraffine : Docteur B.HANUS.

CHR de Huy: Docteur A.CHACHATI : chef de service. Docteur C.RIGHES : endocrinologue. Equipe Paraffine : Docteur B.HANUS. RESULTATS DEFINITIFS DU PROJET PILOTE SUR LE TRAJET CLINIQUE DE L OBESITE (CENTRE HOSPITALIER REGIONAL DE HUY-SERVICE DE NEPHROLOGIE EN COLLABORATION AVEC L EQUIPE PARAFFINE DU DOCTEUR HANUS). CHR de Huy:

Plus en détail

Biomouv. Activité physique, Nutrition Santé, Bien-être 10/04/2014 1. Biomouv

Biomouv. Activité physique, Nutrition Santé, Bien-être 10/04/2014 1. Biomouv Biomouv Activité physique, Nutrition Santé, Bien-être 10/04/2014 1 Biomouv Développe des services web et mobiles pour agir sur la santé grâce à l alimentation et aux activités physiques 10/04/2014 BIOMOUV

Plus en détail

Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID. Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues.

Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID. Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues. Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues. Date de présentation : 2014 Lieu : Roubaix. Mis à disponibilité sur le site

Plus en détail

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France 3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France Etude conduite chez des étudiants dans 3 villes (Montpellier, Bordeaux, Grenoble) Age : 19 à 26 ans Année

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation Fiche de présentation Classe : 1 ère ou Terminale Enseignement : Chimie-biochimie-sciences du vivant THEME du programme : 3 Sous-thème : 3.2 Les systèmes vivants utilisent deux grandes voies de communication

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME

FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME 1- POURQUOI S ENTRAINER? Physiologie de l effort Intensités et filières énergétiques Biomécanique La surcompensation Les limites de l effort 2- COMMENT S ENTRAINER?

Plus en détail

Diabète et Aptitude au poste de travail. Dr Pauline SCHINDLER-SABOT Médecin du travail CH Valenciennes et Cs Patho Pro CHRU Lille

Diabète et Aptitude au poste de travail. Dr Pauline SCHINDLER-SABOT Médecin du travail CH Valenciennes et Cs Patho Pro CHRU Lille Diabète et Aptitude au poste de travail Dr Pauline SCHINDLER-SABOT Médecin du travail CH Valenciennes et Cs Patho Pro CHRU Lille Postes de sécurité contre indiqués en cas de malaises hypoglycémiques: Travail

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES DANS LE DIABETE DE TYPE 2. Docteur R.POTIER

ACTUALITES THERAPEUTIQUES DANS LE DIABETE DE TYPE 2. Docteur R.POTIER ACTUALITES THERAPEUTIQUES DANS LE DIABETE DE TYPE 2 Docteur R.POTIER DEFINITION DU DIABETE soit : Syndrome polyuro-polydipsique + amaigrissement + 1 glycémie > 2g/L 2 glycémies à jeun > 1,26g/l 1 glycémie

Plus en détail

L obésité constitue un risque important

L obésité constitue un risque important Le diabète de type 2 et l obésité : un lien incontournable Caroline Rhéaume, M.D., Ph. D., MCCM Patrice Brassard, Ph. D. L obésité constitue un risque important pour la santé et est reliée à plusieurs

Plus en détail

Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002

Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002 DIABÈTE GESTATIONNEL Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002 Qui dépister? Un dépistage universel doit être optimalement proposé entre 24 et

Plus en détail

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Le diabète est une pathologie chronique, c'est-à-dire dont on ne guéri pas, qui se définit comme une hyperglycémie constante. Cela veut dire que le taux de sucre

Plus en détail

Quelle est votre attitude? Quel objectif glycémique souhaitez vous? Quelle surveillance proposez vous?

Quelle est votre attitude? Quel objectif glycémique souhaitez vous? Quelle surveillance proposez vous? Mme SE...V. Agée de 42 ans. Antécédents familiaux : père - mère obèse, tante parternelle diabétique. Rh - 1 ère grossesse 33 ans (1990) Accouchement par voie basse, compliqué, ventouse, dystocie d épaule,

Plus en détail

L enseignement prioritaire du diabète étapes par étapes

L enseignement prioritaire du diabète étapes par étapes L enseignement prioritaire du diabète étapes par étapes présentée par Hélène Gagné, infirmière clinicienne Responsable du programme diabète CJD 2008 Cette présentation vise à 1. Savoir vulgariser la maladie

Plus en détail

soigner ma tension Je me dépense pour Activité physique ou sportive chez le sujet hypertendu

soigner ma tension Je me dépense pour Activité physique ou sportive chez le sujet hypertendu Je me dépense pour soigner ma tension Activité physique ou sportive chez le sujet hypertendu Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle La pratique régulière

Plus en détail

INSULINOTHERAPIE FONCTIONNELLE

INSULINOTHERAPIE FONCTIONNELLE Synthèse personnelle INSULINOTHERAPIE FONCTIONNELLE De nos jours, le diabète inuslinodépendant ne connaît aucun traitement pouvant éviter l injection d insuline. L insulinothérapie fonctionnelle est une

Plus en détail

DIABETE ET SPORT. Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS

DIABETE ET SPORT. Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS DIABETE ET SPORT Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS DIABETE TYPE 1#TYPE 2 Jeunes sportifs Risque hypoglycémie Adaptation schémas Autosurveillance +++ Sports souvent sources de difficultés Contre

Plus en détail

La cure thermale à indication Affections digestives et troubles du métabolisme (AD) plus efficace que le traitement de ville pour maigrir.

La cure thermale à indication Affections digestives et troubles du métabolisme (AD) plus efficace que le traitement de ville pour maigrir. Supplément du magazine des Thermes de Brides-les-Bains à Brides La cure thermale à indication Affections digestives et troubles du métabolisme (AD) plus efficace que le traitement de ville pour maigrir.

Plus en détail

Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2

Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2 Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2 Janvier 2013 Recommandation de bonne pratique Service des bonnes pratiques professionnelles Service évaluation économique et santé publique

Plus en détail