Que voit-on? Différents produits antibiotiques. Bio ou pas? Utilisable en bio (sous condition). En bio, la phytothérapie, l homéopathie, les

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Que voit-on? Différents produits antibiotiques. Bio ou pas? Utilisable en bio (sous condition). En bio, la phytothérapie, l homéopathie, les"

Transcription

1 1

2 2

3 Que voit-on? Différents produits antibiotiques. Bio ou pas? Utilisable en bio (sous condition). En bio, la phytothérapie, l homéopathie, les oligo-éléments sont à utiliser de préférence. En cas d inefficacité de ces traitements, il est possible d utiliser un traitement vétérinaire allopathique (dont les antibiotiques) sous la responsabilité d un médecin vétérinaire. La limite de ce type de traitement est de 1 traitement par an (pour un cycle de vie < 1 an) ou de 3 traitements par an (pour un cycle de vie productive > 1an). Au-delà, les animaux traités sont soumis de nouveaux à une période de conversion. Les prophylaxie qui sont obligatoires, les vaccins et les antiparasitaires effectués sous la responsabilité d un vétérinaire ne sont pas comptabilisés. Le délai d attente légal du médicament allopathique vétérinaire est doublé. En l absence de délai d attente légal, un délai d attente de 48h doit être appliqué. Conventionnel ou pas? Utilisable en conventionnel. Dans la pratique? La présence d antibiotiques n est pas un indicateur d un mode de production en particulier. Après une conversion bio, les éleveurs constatent souvent une baisse des problèmes sanitaires. 3

4 Que voit-on? Prim Holstein sous serre, sur caillebotis. Logette individuelle avec asséchant litière. Au fond robot de traite. Bio ou pas? Pourrait être bio sous résèrve que la densité et les conditions de logement répondent aux besoin de développement ainsi qu aux besoins physiologiques et éthologiques des animaux : ainsi 50 % au moins de la surface intérieure doit être construite en matériaux dur (pas de caillebotis ou de grille), l aire de couchage ou de repos doit être confortable, propre et sèche, construite en dur et recouverte d une litière(paille et autres matériaux naturels adaptés). Conventionnel ou pas? Conventionnel. Danslapratique? RAS Ici exploitation conventionnelle. Les vaches sont sur caillebotis et ne sortent pas de la serre. Elles ont accès à des logettes individuelles où est épandu de l asséchant litière non naturel. 4

5 Quevoit-on? VachesCharolaisesdansunpré.Elevagedesveauxsouslamère. Bio ou pas? Peut être bio. En bio, les herbivores bénéficient d un accès permanent à des espaces plein air de préférence des pâturages pour brouter chaque fois que les conditions climatiques et l état du sol le permettent. Conventionnel ou pas? Peut être en conventionnel. Dans la pratique? Pas de différence entre bio et conventionnel sur l aspect pâturage. 5

6 Quevoit-on? Fumierauchamp. Bio ou pas? Peut être bio. Les conditions de stockage sont les mêmes que dans le réglementation générale. Les effluents bio de l élevage doivent être épandus sur les terres bio de l exploitation ou en coopération avec d autre exploitation bio lorsque les surfaces converties ne sont pas suffisantes. La quantité maximum autorisée est de 170 U d azote/ha de SAU/an. Conventionnel ou pas? Peut être conventionnel. Dans la pratique? Que ce soit en bio ou en conventionnel le stockage et l épandage des effluents d élevage doivent respecter les règles en vigueur sur le territoire. 6

7 Que voit-on? Taurillons en case collective sur caillebotis pour l engraissement. Bio ou pas? Pas bio. En bio, la densité et les conditions de logement permettent de répondre aux besoins de développement ainsi qu aux besoins physiologiques et éthologique des animaux : l aire de couchage/de repos doit être confortable, propre et sèche, construite en dur et recouverte d une litière. En bio, les herbivores doivent avoir un accès permanent à des espaces plein air, de préférence à des pâturages pour brouter chaque fois que les conditions climatiques et l état des sols le permettent. La surface minimale d aire d exercice pour les taurillons doit être de 1m²/100kg de poids vif et les caillebotisnedoiventpasexcéder1/3delasurfaceausol. Conventionnel ou pas? Conventionnel. Dans la pratique? Il aurait été possible en bio de rencontrer ce cas de figure si il n y avait pas eu de caillebotis : il y a possibilité d engraisser des animaux pendant trois mois en bâtiment fermé (au max 1/5 de leur vie) avec une absence de pâturage sur cette période. Concrètement cette contrainte de trois mois maximum, limite fortement les éleveurs à produire des taurillons en bio. 7

8 Que voit-on? Jeunes bovins en stabulation sur aire paillée. Biooupas? Peutêtreenbiosousréservedurespectdesrèglesdepâturage. Conventionnel ou pas? Peut être conventionnel. Danslapratique? RAS. 8

9 Quevoit-on? Séchoirengrange. Biooupas? peut-êtrebio. Conventionnel ou pas? peut être conventionnel. Dans la pratique? Dans les deux cas le séchage en grange est adapté à des systèmes fortement herbagers où réussir un foin de très bonne qualité séché à plat est aléatoire (risque météo). Les récoltes de séchage en grange peuvent démarrer dès avril et se poursuivre éventuellement en automne, la distribution hivernale à l auge est très pratique et rapide si le séchoir et la stabulation sont en vis-à-vis. 9

10 Que voit-on? Roto traite. Bio ou pas? Peutêtre en bio. Conventionnel ou pas? Peut être en conventionnel. Dans la pratique? RAS. 10

Guide Poules Pondeuses

Guide Poules Pondeuses Guide Poules Pondeuses Réglementations en vigueur : Règlement (CE) N 834/2007 du 28 Juin 2007 Règlement (CE) N 889/2008 du 5 Septembre 2008 CCF Production biologique homologué par arrêté du 5 Janvier 2010

Plus en détail

Bovin viande biologique

Bovin viande biologique Bovin viande biologique Les points clefs Les fondements de l agriculture biologique Le lien au sol : les productions animales doivent contribuer à l équilibre des systèmes. Ainsi, l élevage hors sol est

Plus en détail

Guide Bovins Lait et Viandes

Guide Bovins Lait et Viandes Guide Bovins Lait et Viandes 1 Réglementations en vigueur : Règlement (CE) N 834/2007 du 28 Juin 2007 Règlement (CE) N 889/2008 du 5 Septembre 2008 CCF Production biologique du 15 Janvier 2010 Autres documents

Plus en détail

L ELEVAGE DES HERBIVORES BIOLOGIQUES

L ELEVAGE DES HERBIVORES BIOLOGIQUES TS21(EC)V03fr_Herbivores 04/04/2013 L ELEVAGE DES HERBIVORES BIOLOGIQUES Guide pratique n 21 : Les Règles de production des animaux herbivores Selon Ecocert Organic Standard (EOS) 1 I. Champ d application

Plus en détail

L ELEVAGE DES VOLAILLES BIOLOGIQUES

L ELEVAGE DES VOLAILLES BIOLOGIQUES TS23 (EC)v03fr_Volailles 05/04/2013 L ELEVAGE DES VOLAILLES BIOLOGIQUES Guide pratique n 23 : Les règles de production biologique des volailles Selon Ecocert Organic Standard (EOS) 1 I. Champ d application

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ELEVAGE PORCIN

GUIDE PRATIQUE ELEVAGE PORCIN ID-SC-177- GUIDE PRATIQUE ELEVAGE PORCIN 13.02.14 GUIDE PRATIQUE ELEVAGE PORCIN REFERENCES REGLEMENTAIRES : Règles communes sur la production animale : Art 14 RCE 834/2007 - Conversion = art. 17 RCE 834/2007

Plus en détail

Productions bovines et équines biologiques Principales dispositions réglementaires

Productions bovines et équines biologiques Principales dispositions réglementaires Pour plus d'informations reportez-vous à la fiche «Conversion à l'ab» Conversion La période de conversion est la période de transition entre l'agriculture conventionnelle et l'agriculture biologique. Durant

Plus en détail

Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL

Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL Le dimensionnement des ouvrages de stockage Règles de base au dimensionnement Les effectifs LE NBRE D ANIMAUX < AU

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE PRODUCTIONS ANIMALES HERBIVORES

GUIDE PRATIQUE PRODUCTIONS ANIMALES HERBIVORES ID-SC-175 GUIDE PRATIQUE PRODUCTIONS ANIMALES HERBIVORES 11.07.11 GUIDE PRATIQUE PRODUCTIONS ANIMALES HERBIVORES REFERENCES REGLEMENTAIRES : Règles communes sur la production animale = Art.14 du RCE 834/2007

Plus en détail

Que voit-on? Poules pondeuses en cages collectives Bio ou pas? Pas bio. L élevage de poules pondeuses bio en logement collectif est interdit.

Que voit-on? Poules pondeuses en cages collectives Bio ou pas? Pas bio. L élevage de poules pondeuses bio en logement collectif est interdit. 1 2 Que voit-on? Poules pondeuses en cages collectives Bio ou pas? Pas bio. L élevage de poules pondeuses bio en logement collectif est interdit. En bio, 3000 poules pondeuses maximum par bâtiment avec

Plus en détail

Bien-être animal et émissions gazeuses en élevage de porc biologique

Bien-être animal et émissions gazeuses en élevage de porc biologique Bien-être animal et émissions gazeuses en élevage de porc biologique Heiko Georg Thünen Institut d Agriculture Biologique, Trenthorst 32, D-23847 Westerau (Allemagne) Symposium Évolution des normes de

Plus en détail

REFERENTIEL DES PRIX A LA PLACE EN BÂTIMENTS D ELEVAGE

REFERENTIEL DES PRIX A LA PLACE EN BÂTIMENTS D ELEVAGE MARS 2013 REFERENTIEL DES PRIX A LA PLACE EN BÂTIMENTS D ELEVAGE Vaches laitières Vaches Allaitantes et Jeunes Bovins édition Bretagne Référentiel des prix des bâtiments vaches laitières LOGEMENT - TRAITE

Plus en détail

Référentiel des prix des bâtiments vaches laitières

Référentiel des prix des bâtiments vaches laitières Référentiel des prix des bâtiments vaches laitières LOGEMENT - TRAITE - DEJECTIONS ET EFFLUENTS Réalisé avec le soutien financier de : Le logement des vaches laitières (aires de vie et d alimentation)

Plus en détail

Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA

Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA Séchage du foin en grange Séchage en grange Technique originaire des zones de montagnes Suisse Autriche Jura

Plus en détail

TUTORIEL. Version 1 du 30/06/15, éditée par la DDT du Rhône. Comment calculer les capacités de stockages pour mon propre système de bâtiment?

TUTORIEL. Version 1 du 30/06/15, éditée par la DDT du Rhône. Comment calculer les capacités de stockages pour mon propre système de bâtiment? Pré Dexel TUTORIEL Version 1 du 30/06/15, éditée par la DDT du Rhône Comment calculer les capacités de stockages pour mon propre système de bâtiment? Le Pré-Dexel est un outil gratuit mis à disposition

Plus en détail

Organisation des bâtiments dans les grands troupeaux 5 exemples d organisation spatiale en Europe

Organisation des bâtiments dans les grands troupeaux 5 exemples d organisation spatiale en Europe Organisation des bâtiments dans les grands troupeaux 5 exemples d organisation spatiale en Europe Avril 2009 FICHES TECHNIQUES Auteur : Jacques CHARLERY Pôle Herbivores Chambres d agriculture de Bretagne

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES

GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES ID-SC-178- GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES REFERENCES REGLEMENTAIRES : Conversion = art. 17 RCE 834/2007 et art. 36, 37 et 38 RCE 889/2008 Mixité= art.11 RCE 834/2007

Plus en détail

Tableau comparatif du cahier des charges Bio Cohérence et des grands critères de la réglementation européenne en agriculture biologique

Tableau comparatif du cahier des charges Bio Cohérence et des grands critères de la réglementation européenne en agriculture biologique Tableau comparatif du cahier des charges Bio Cohérence et des grands critères de la réglementation européenne en agriculture biologique Mise à jour : Mars 2015 Sommaire I. Principes généraux... 3 II. Grandes

Plus en détail

Pension hébergement en activité complémentaire

Pension hébergement en activité complémentaire RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Basse -Normandie Pays de la Loire FICHE PENSION N 2 Picardie Pension hébergement en activité complémentaire CARACTÉRISTIQUES DU SYSTÈME Ils sont de plus

Plus en détail

ARTICLE N 5 LA PRODUCTIVITE NUMERIQUE DU TROUPEAU BOVIN ALLAITANT. Objectif : un veau par vache et par an

ARTICLE N 5 LA PRODUCTIVITE NUMERIQUE DU TROUPEAU BOVIN ALLAITANT. Objectif : un veau par vache et par an ARTICLE N 5 LA PRODUCTIVITE NUMERIQUE DU TROUPEAU BOVIN ALLAITANT Objectif : un veau par vache et par an LE LOGEMENT DES BOVINS VIANDE : ELEMENT DE PERFORMANCE DU TROUPEAU 1 Le bâtiment d élevage est un

Plus en détail

CREATION OU EXTENSION DE BATIMENTS AGRICOLES FICHE DE RENSEIGNEMENTS

CREATION OU EXTENSION DE BATIMENTS AGRICOLES FICHE DE RENSEIGNEMENTS CREATION OU EXTENSION DE BATIMENTS AGRICOLES FICHE DE RENSEIGNEMENTS JOINDRE : - 1 demande de déclaration ou d'autorisation, - 1 plan de situation (1/25000 ème ) des bâtiments et des zones d'épandage,

Plus en détail

Faut-il investir pour faire plus de lait?

Faut-il investir pour faire plus de lait? Normandie Faut-il investir pour faire plus de lait? RÉFLÉCHIR L APRÈS-QUOTA A partir de 2015, les quotas laitiers en place depuis plus de 30 ans disparaissent. Pour beaucoup d éleveurs, ce changement représente

Plus en détail

PREFET DE LA CHARENTE FORMULAIRE JUSTIFIANT LA CONSTRUCTION D UN BATIMENT NECESSAIRE A L EXPLOITATION AGRICOLE

PREFET DE LA CHARENTE FORMULAIRE JUSTIFIANT LA CONSTRUCTION D UN BATIMENT NECESSAIRE A L EXPLOITATION AGRICOLE PREFET DE LA CHARENTE FORMULAIRE JUSTIFIANT LA CONSTRUCTION D UN BATIMENT NECESSAIRE A L EXPLOITATION AGRICOLE Les zones agricoles, dédiées aux différentes cultures ou à l élevage, sont par nature inconstructibles.

Plus en détail

Pour tous vos projets, contactez :

Pour tous vos projets, contactez : Octobre 2010 FIliERes L e t t r e d i n f o r m a t i o n a u x a d h é r e n t s d e Viande V I A N D E Spécial SOMMET 2010 SOMMAIRE Page 1 EDITO Page 2 Le taurillon Salers Page 3 La génisse croisée Charolais

Plus en détail

Mise à jour : Février 2013

Mise à jour : Février 2013 Tableau comparatif des grands critères de la règlementation européenne en agriculture biologique et du cahier des charges Mise à jour : Février 2013 Tableau comparatif des grands critères de la règlementation

Plus en détail

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait LE SOL forts Sol sensible à l érosion Part du parcellaire labourable faible Accès limité ou difficile aux parcelles pâturées Peu d engrais organiques (effluents d élevage) disponibles sur l exploitation

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

FIN DES QUOTAS LAITIERS

FIN DES QUOTAS LAITIERS RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA FIN DES QUOTAS LAITIERS Quel intérêt de produire plus de lait dans les systèmes de polyculture élevage avec du maïs et des taurillons?

Plus en détail

Chronique Juridique 18 juillet 2007 Pour parution Vienne Rurale du 27 juillet 2007

Chronique Juridique 18 juillet 2007 Pour parution Vienne Rurale du 27 juillet 2007 Chronique Juridique 18 juillet 2007 Pour parution Vienne Rurale du 27 juillet 2007 QUELQUES DISTANCES A RESPECTER Toujours dans un souci de maintenir de bonnes relations de voisinage, il est important

Plus en détail

Élevage caprin et agriculture biologique

Élevage caprin et agriculture biologique Élevage caprin et agriculture biologique Impact sur les résultats techniques et économiques Christine GUINAMARD Institut de l élevage www.idele.fr 4 èmes Journées Techniques Caprines 3 et 4 avril 2013

Plus en détail

Les possibilités d installation d un système de séparation de phases en porcherie. Vincent Mouchette EMD Automatisation

Les possibilités d installation d un système de séparation de phases en porcherie. Vincent Mouchette EMD Automatisation Les possibilités d installation d un système de séparation de phases en porcherie Vincent Mouchette EMD Automatisation - Signification de «séparation» - 2 types de situations : Bâtiments existants Nouveaux

Plus en détail

État des lieux et modernisation du parc bâtiment auvergnat

État des lieux et modernisation du parc bâtiment auvergnat État des lieux et modernisation du parc bâtiment auvergnat Focus sur le cantal Mardi 10 décembre 2013 M.Poucheret En regard des applications du PMBE depuis 2005, quels sont aujourd hui les besoins de modernisation

Plus en détail

AVIS. Complément d étude. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.1565. Liège, le 23 octobre 2006

AVIS. Complément d étude. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.1565. Liège, le 23 octobre 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.1565 Liège, le 23 octobre 2006 Objet : Demande de permis unique relative à la régularisation d une porcherie d engraissement de 3.500 porcs et d une étable de 30 bovins à Kettenis

Plus en détail

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne)

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Les références technicoéconomiques : une nécessité Besoin exprimé par les acteurs de terrain Pour mieux

Plus en détail

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL Le Règlement Sanitaire Départemental (R.S.D.) => s applique à tout détenteur de plus de 3 équidés âgés de plus de 6 mois : Une déclaration en mairie est obligatoire via la

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires Stockage et épandage du digestat Evolutions réglementaires Sommaire Introduction Rappels des différents régimes des installations classées de méthanisation Les règles autour du stockage Du plan d épandage

Plus en détail

La réglementation applicable à l atelier d élevage

La réglementation applicable à l atelier d élevage Chapitre1 La réglementation applicable à l atelier d élevage 1.1 Les ouvrages 1.2 Les textes 1.2.1 - Les sols 1.2.2 - Les ouvrages de stockage des effluents 1.2.3 - Les eaux de pluie et les eaux de nettoyage

Plus en détail

L AGRICULTURE BIOLOGIQUE EN ELEVAGE PORCIN : exercice technico économique

L AGRICULTURE BIOLOGIQUE EN ELEVAGE PORCIN : exercice technico économique Réalisé par Anne - Sophie DELASSUS et Anna BORDES Chambres d Agriculture des Pays de la Loire Cas concret Cas CONVERSION VERS concret L AGRICULTURE BIOLOGIQUE EN ELEVAGE PORCIN : exercice technico économique

Plus en détail

Version 2015. Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine

Version 2015. Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine Version 2015 Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine Responsabilité Sociétale et Env Responsabilité Sociétale et Environnementale de la

Plus en détail

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation La pression en azote issue des effluents d élevage est plafonnée à 170 / ha de SAU. Tous les fertilisants azotés d origine animale sont considérés,

Plus en détail

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

Caractéristiques des modes d hébergements équins, conséquences sur les conditions de travail

Caractéristiques des modes d hébergements équins, conséquences sur les conditions de travail Le magazine en ligne de l actualité technique et scientifique équine Caractéristiques des modes d hébergements équins, conséquences sur les conditions de travail L. Madeline (1), R. Palazon (2), M. Fourot

Plus en détail

Colloque européen - Bâtiment d'élevage du futur. Jacques CAPDEVILLE Institut de l Elevage. Sommaire

Colloque européen - Bâtiment d'élevage du futur. Jacques CAPDEVILLE Institut de l Elevage. Sommaire Les bâtiments simplifiés à logettes et aire d exercice non couverte Jacques CAPDEVILLE Institut de l Elevage Sommaire 1. Objectifs de l étude 2. Localisation et caractéristiques des élevages 3. Les différentes

Plus en détail

BÂTIMENTS ET EQUIPEMENTS. Bâtiments et équipements

BÂTIMENTS ET EQUIPEMENTS. Bâtiments et équipements BÂTIMENTS ET EQUIPEMENTS Sommaire Evaluer les besoins...1 Les bâtiments...2 La salle de traite et la laiterie...5 Les autres équipements...9 La gestion des effluents... 10 Pour en savoir plus... 11 EVALUER

Plus en détail

FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION

FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA REPÈRES SUR LE POSTE Il comprend : FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION Les bâtiment et équipements d élevage

Plus en détail

CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736

CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736 D. NAUD 1 INSTRUCTIONS COMPLÈTES CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736 2007 11 La Direction de l'environnement et du développement durable du ministère de l'agriculture,

Plus en détail

L ELEVAGE TYPE : Poulailler de 1000 m² fixe. Age à l abattage de 42 jours minimum. Souche à croissance rapide (ROSS, COBB, HYBRO, )

L ELEVAGE TYPE : Poulailler de 1000 m² fixe. Age à l abattage de 42 jours minimum. Souche à croissance rapide (ROSS, COBB, HYBRO, ) LE POULET STANDARD L ELEVAGE TYPE : LES NORMES TECHNIQUES : Poulailler de 1000 m² fixe Souche à croissance rapide (ROSS, COBB, HYBRO, ) Densité à la mise en place : 23 poulets / m² Age à l abattage de

Plus en détail

Présentation de la filière Biologique

Présentation de la filière Biologique Présentation de la filière Biologique Tradition et Innovation Entreprise familiale et indépendante créée en 1951 basée à Noyal sur Vilaine près de Rennes Effectif : 950 personnes 12 sites de production

Plus en détail

Strongles pulmonaires : bronchite vermineuse ou toux d été

Strongles pulmonaires : bronchite vermineuse ou toux d été Hygiène et santé Maîtrise du parasitisme 6.25.1 Strongles gastro-intestinaux Le développement de l immunité nécessite 2 à 3 mois lors de la 1 ère sortie au pâturage. Lors des pâtures suivantes, des réinfections

Plus en détail

Michel Carrier, agr,club Lait Bio, Valacta

Michel Carrier, agr,club Lait Bio, Valacta Michel Carrier, agr,club Lait Bio, Valacta La relation homme animal peut ainsi être définie comme le degré de proximité ou de distance entre l animal et l homme, c est-à-dire la perception mutuelle qui

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE APICULTURE

GUIDE PRATIQUE APICULTURE ID-SC-195- GUIDE PRATIQUE APICULTURE 16.06.2011 GUIDE PRATIQUE APICULTURE RÉFÉRENCES RÈGLEMENTAIRES : Règles communes sur la production animale : Art.14 du RCE 834/2007 Conversion = art. 38 RCE 889/2008

Plus en détail

Ordonnance du DFE sur les sorties régulières en plein air d animaux de rente

Ordonnance du DFE sur les sorties régulières en plein air d animaux de rente Ordonnance du DFE sur les sorties régulières en plein air d animaux de rente (Ordonnance SRPA) du 7 décembre 1998 Le Département fédéral de l économie, vu les art. 59, al. 4, et 61, al. 3 à 6, de l ordonnance

Plus en détail

& Que choisir. favoriser le bien-être

& Que choisir. favoriser le bien-être Label Rouge & Agriculture Biologique Que choisir pour favoriser le bien-être des animaux? Un guide des tiné au consommateur Protection mondiale des animaux de ferme Ce petit guide a pour objectif d aider

Plus en détail

Le bien-être animal : fiction ou réalité?

Le bien-être animal : fiction ou réalité? Le bien-être animal : fiction ou réalité? Par Daniel-Mercier Gouin Coll. Denis Beaudoin Définition Plan de la présentation Le point sur la réglementation ici et ailleurs Les implications opérationnelles

Plus en détail

Référentiel des prix des bâtiments pour vaches laitières : Pays de la Loire Edition mars 2010

Référentiel des prix des bâtiments pour vaches laitières : Pays de la Loire Edition mars 2010 Référentiel des prix des bâtiments pour vaches laitières : Pays de la Loire Edition mars 2010 LOGEMENT - TRAITE - DEJECTIONS ET EFFLUENTS Le logement des vaches laitières et le bloc de traite, ainsi que

Plus en détail

Le séchage solaire pour améliorer la qualité des produits agricoles

Le séchage solaire pour améliorer la qualité des produits agricoles Énergies renouvelables en milieu agricole Le séchage solaire pour améliorer la qualité des produits agricoles Exemples bourguignons Entreprise BRUNET EURL du Bon Accueil L exemple de l EARL du Bon Accueil

Plus en détail

Hygiène en milieu rural

Hygiène en milieu rural DDASS d INDRE - et - LOIRE 2008 Dans ce document : Réglementation applicable aux élevages p. 2 Animaux-équivalents p. 2 Distances à respecter pour p. 3 l implantation d un bâtiment d élevage ou d engraissement

Plus en détail

Quels enjeux principaux pour demain?

Quels enjeux principaux pour demain? Les bâtiments d élevage de ruminants Quels enjeux principaux pour demain? Jacques CAPDEVILLE / Institut de l Elevage 1 Une approche globale pour répondre à des enjeux multiples Eco-construction Investissement

Plus en détail

Bâtiments «Ferme» Construction Niveau 1 Consommation de base Type Description Unité Coût/unité kwh/unité/jour

Bâtiments «Ferme» Construction Niveau 1 Consommation de base Type Description Unité Coût/unité kwh/unité/jour Bâtiments «Ferme» Hangar Permet de stocker du matériel agricole, des balles (paille et foin) et de mettre vos bovins à l'abri m² 30,00 0,300 Hall d'exposition Permet d'exposer des matériels de collection

Plus en détail

LE BIO Cahier des Charges & Règles de Conversion. nov.-12 1

LE BIO Cahier des Charges & Règles de Conversion. nov.-12 1 LE BIO Cahier des Charges & Règles de Conversion nov.-12 1 1. Les Règlements 2. Le Champ d Application 3. Mixité bio/non bio 4. La conversion des végétaux 5. Production végétale : les grands principes

Plus en détail

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Carte de visite : 1 personne + 1 salarié 1/3 temps 85 ha 47 PMTVA (60 vaches nourrices) Signe particulier : Système naisseur en plein air. Des

Plus en détail

REGLEMENT TECHNIQUE «PMBE»

REGLEMENT TECHNIQUE «PMBE» Conseil Général de la Nièvre REGLEMENT TECHNIQUE «PMBE» 1/. MODES DE LOGEMENT ET AIRE DE VIE : 1.1 - Les aires paillées intégrales : C'est le mode de logement le plus répandu en élevage allaitant, le moins

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES. Argumentaires micro-économiques concernant :

DIRECTIVE NITRATES. Argumentaires micro-économiques concernant : DIRECTIVE NITRATES Argumentaires micro-économiques concernant : Le projet d arrêté complémentaire version du 23 octobre 2012 La révision des zones vulnérables Introduction La France est concernée par deux

Plus en détail

4 Directives générales pour la production animale. 4.3 Sélection

4 Directives générales pour la production animale. 4.3 Sélection 4 Directives générales pour la production animale 4.3 Sélection La santé et la productivité des animaux agricoles doivent être stimulées par des systèmes d élevage conformes à leurs besoins, ainsi que

Plus en détail

Matériels et méthodes Résultats

Matériels et méthodes Résultats Réseau PRO, référencement des Produits Résiduaires Organiques dans un système d information mutualisé Bell Alix 1, Michaud Aurélia 1, Schaub Anne 2, Trochard Robert 3, Sagot Stéphanie 4, Dumont Solène

Plus en détail

Outils financiers 2014. 24 septembre 2013

Outils financiers 2014. 24 septembre 2013 Outils financiers 2014 24 septembre 2013 SOMMAIRE MESURES AGRI-ENVIRONNEMENTALES 2014 ET SUIVANTES PLAN VÉGÉTAL ENVIRONNEMENT 2014 MESURES 121 C2, 121 C5, 125 C, 221 ET 222 MISSIONS FINANCÉES SUR 2013

Plus en détail

par Geoff Urton, BCSPCA (Version originale publiée dans le BC Organic Grower, mai 2008. Reproduite avec autorisation.)

par Geoff Urton, BCSPCA (Version originale publiée dans le BC Organic Grower, mai 2008. Reproduite avec autorisation.) Les cinq libertés dans les exploitations biologiques par Geoff Urton, BCSPCA (Version originale publiée dans le BC Organic Grower, mai 2008. Reproduite avec autorisation.) Table des matières Introduction...

Plus en détail

Les consommations d énergie en bâtiments d élevage laitier

Les consommations d énergie en bâtiments d élevage laitier Les consommations d énergie en bâtiments d élevage laitier Quelques repères sur les consommations énergétiques dans les bâtiments d élevages laitiers bourguignons Années de références 2007-2008 Une action

Plus en détail

Le séchage du foin en grange : principes de base

Le séchage du foin en grange : principes de base Le séchage du foin en grange : principes de base Cet article vous est proposé suite à une formation de deux jours suivie par D. Knoden en février 09 au CFPPA de Segré (Maine et Loire). L article proposé

Plus en détail

Conception des bâtiments d élevage de lapins. par François LEBAS Directeur de Recherches honoraire Association Cuniculture - France

Conception des bâtiments d élevage de lapins. par François LEBAS Directeur de Recherches honoraire Association Cuniculture - France Conception des bâtiments d élevage de lapins par François LEBAS Directeur de Recherches honoraire Association Cuniculture - France Réunion GIPAC Tunis Juin 2009 L élevage rationnel des lapins se fait dans

Plus en détail

Utilisation des antibiotiques chez les animaux et résistance aux antibiotiques

Utilisation des antibiotiques chez les animaux et résistance aux antibiotiques Utilisation des antibiotiques chez les animaux et résistance aux antibiotiques Scott McEwen Scott McEwen Département de médecine de la population Collège de médecine vétérinaire de l Ontario Université

Plus en détail

Et pourquoi pas un AMÉNAGEMENT D ENCLOS D HIVERNAGE ET DE BANDES VÉGÉTATIVES FILTRANTES chez moi

Et pourquoi pas un AMÉNAGEMENT D ENCLOS D HIVERNAGE ET DE BANDES VÉGÉTATIVES FILTRANTES chez moi Et pourquoi pas un AMÉNAGEMENT D ENCLOS D HIVERNAGE ET DE BANDES VÉGÉTATIVES FILTRANTES chez moi Nathalie Côté et Guy Lapointe, agronomes 6 décembre 2014 OBJECTIF DE LA PRÉSENTATION Analyser les besoins

Plus en détail

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Cas type HL 1 En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Rouen Évreux Amiens Beauvais Arras Lille Laon Culture à faible densité d'élevage Herbagère à forte densité d'élevage Mixte à moyenne

Plus en détail

Le bâtiment d élevage est au centre des préoccupations de chaque éleveur.

Le bâtiment d élevage est au centre des préoccupations de chaque éleveur. Le bâtiment d élevage est au centre des préoccupations de chaque éleveur. Il lui arrive parfois d être cité comme "responsable" dans la pénibilité du travail ou dans l expression de mauvais résultats techniques

Plus en détail

U n e d i v e r s i f i c a t i o n e n p r e s t a t i o n d e s e r v i c e s

U n e d i v e r s i f i c a t i o n e n p r e s t a t i o n d e s e r v i c e s CHAMBRES D'AGRICULTURE LORRAINE Référentiel Diversification 2007 P E N S I O N D ' É Q U I D É S U n e d i v e r s i f i c a t i o n e n p r e s t a t i o n d e s e r v i c e s CONDITION DE RÉUSSITE DU

Plus en détail

CONNAÎTRE SON COÛT DE PRODUCTION ET LE FAIRE BAISSER

CONNAÎTRE SON COÛT DE PRODUCTION ET LE FAIRE BAISSER RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA CONNAÎTRE SON COÛT DE PRODUCTION ET LE FAIRE BAISSER Face à une conjoncture incertaine, les exploitations bovins viande ont besoin de

Plus en détail

Aire paillée intégrale

Aire paillée intégrale Fiche 1 Fiche 1 Mode d emploi : Ce type de bâtimt est plutôt réservé à des petits troupeaux une alimtation sèche et des périodes de stabulation plutôt courtes. Ce système dispse du et la possibilité du

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT. Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie

CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT. Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie Voici le Programme de salubrité des aliments à la ferme pour le bœuf- Bœuf Qualité Plus-

Plus en détail

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments)

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments) 15, rue Gustave Eiffel, ZI Jarny-Giraumont 54800 JARNY Votre référence / Intervenant: N : Diagnostic MENAO N : Notre référence / Intervenant: M. / Mme : M. / Mme : Téléphone : Téléphone : 03 82 20 39 70

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an

Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an 29 Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an Il est important de rappeler que cette quantité ne traduit pas un droit à épandre mais un plafond : la quantité réelle à épandre est déterminée à partir de l

Plus en détail

Petits investissements spécifiques d élevage

Petits investissements spécifiques d élevage Petits investissements spécifiques d élevage Aides du Conseil Régional Midi-Pyrénées 2015 Par délibération en date du 11 décembre 2014, la Commission Permanente du Conseil Régional a adopté les modalités

Plus en détail

& Ordonnances. Médicaments vétérinaires. Les nouvelles règles de Délivrance. Le libre choix de l éleveur

& Ordonnances. Médicaments vétérinaires. Les nouvelles règles de Délivrance. Le libre choix de l éleveur Médicaments vétérinaires & Ordonnances Les nouvelles règles de Délivrance Le libre choix de l éleveur Conformément à la loi, à l issue de chaque prescription, le vétérinaire remet obligatoirement l ordonnance

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Spécialiste de la méthanisation agricole Références en France

Spécialiste de la méthanisation agricole Références en France Spécialiste de la méthanisation agricole Références en France 1 2 3 4 5 27 28 26 30 31 32 33 29 34 36 35 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 9 8 6 7 10 11 12 13 14 17 15 16 Installation en service Installation

Plus en détail

Les consommations d énergie en bâtiment d élevage laitier. Repères de consommations et pistes d économies

Les consommations d énergie en bâtiment d élevage laitier. Repères de consommations et pistes d économies Les consommations d énergie en bâtiment d élevage laitier Repères de consommations et pistes d économies collection s ynthès e Cet ouvrage a été rédigé par Jean-Baptiste Dollé et Benoît Delattre (Institut

Plus en détail

Remarque importante : tout dossier incomplet sera systématiquement rejeté.

Remarque importante : tout dossier incomplet sera systématiquement rejeté. PREFET DE LA HAUTE-SAVOIE DECLARATION D INSTALLATION CLASSEE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ANNEXE II Elevages de chiens (Établissements d élevage, vente, transit, garde, fourrière, etc..) Ce formulaire

Plus en détail

L AGRICULTURE BIOLOGIQUE

L AGRICULTURE BIOLOGIQUE L AGRICULTURE BIOLOGIQUE Le guide pour la conversion 1. Qu est ce que l Agriculture Biologique? 2. Comment se convertir? 3. Quelle est la réglementation spécifique? 4. Existe-t-il des aides spécifiques?

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Un budget en baisse PAC 2007-2013 PAC 2014-2020 420,7 milliards

Plus en détail

VISITE D UN ELEVAGE BIO

VISITE D UN ELEVAGE BIO PHOTO N 1 VISITE D UN ELEVAGE DE POULES PONDEUSES BIO VISITE D UN ELEVAGE BIO Bâtiment : 84m x 12m PHOTO N 2 VISITE D UN ELEVAGE DE POULES PONDEUSES BIO PHOTO N 3 VISITE D UN ELEVAGE DE POULES PONDEUSES

Plus en détail

L essentiel de la filière. viande bovine française 2013

L essentiel de la filière. viande bovine française 2013 L essentiel de la filière viande bovine française 2013 Sommaire Cheptel Chiffres filière Systèmes d élevage & environnement Consommation Lexique / Vocabulaire (définitions réglementaires (CE) n 1249/2008

Plus en détail

Trajectoires laitières

Trajectoires laitières Trajectoires laitières Yannick PECHUZAL Lot Conseil Elevage 13 mars 2014 Cantal 2100 producteurs de lait 1000 élevages mixtes 420 ML 5 AOP fromagères Filière Collecte : 360 Ml 60% SODIAAL et assimilés

Plus en détail

Comparaison de différents labels* de bien-être animal pour les poules pondeuses par Anne Vonesch, Alsace Nature, Version du Lundi 25 juin 2012

Comparaison de différents labels* de bien-être animal pour les poules pondeuses par Anne Vonesch, Alsace Nature, Version du Lundi 25 juin 2012 Comparaison de différents labels* de bien-être animal pour les poules pondeuses par Anne Vonesch, Alsace Nature, Version du Lundi 25 juin 2012 Les aspects environnementaux ne figurent pas dans ce tableau.

Plus en détail

L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE AU MAGHREB CAS PARTICULIER DES LABORATOIRES. Mehdi MZABI, DVM Afrimed Tunisia www.afrimed.net

L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE AU MAGHREB CAS PARTICULIER DES LABORATOIRES. Mehdi MZABI, DVM Afrimed Tunisia www.afrimed.net L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE AU MAGHREB CAS PARTICULIER DES LABORATOIRES AFRIMED - TUNISIE Mehdi MZABI, DVM Afrimed Tunisia www.afrimed.net 1 Sommaire Introduction Evolution de l industrie pharmaceutique

Plus en détail

LES FERMES LAITIÈRES BIOLOGIQUES BAS-NORMANDES : DES SYSTÈMES TRÈS DIVERSIFIÉS. 39 fermes enquêtées Zoom sur 11 fermes Focus séchoir

LES FERMES LAITIÈRES BIOLOGIQUES BAS-NORMANDES : DES SYSTÈMES TRÈS DIVERSIFIÉS. 39 fermes enquêtées Zoom sur 11 fermes Focus séchoir Les fermes bio bas-normandes enquêtées montrent qu elles sont efficaces et qu elles génèrent de la richesse. LES FERMES LAITIÈRES BIOLOGIQUES BAS-NORMANDES : DES SYSTÈMES TRÈS DIVERSIFIÉS CAMPAGNE 2-22

Plus en détail

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Cette note a pour objet de définir les animaux et les surfaces pris

Plus en détail

Domaine Elevage bovins

Domaine Elevage bovins Domaine Elevage bovins 22 Autonomie alimentaire pour les vaches laitières et allaitantes Panorama des solutions développées sur la ferme expérimentale de Thorigné d Anjou. Objectifs : obtenir des références

Plus en détail

INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411

INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411 Annexe au dossier de demande d aide pour les investissements productifs Nombre de points attendus pour le projet présenté pour les différents critères : Critère Définition INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411

Plus en détail