Traçabilité des DMI. Quelle situation en 2014?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traçabilité des DMI. Quelle situation en 2014?"

Transcription

1 Traçabilité des DMI Quelle situation en 2014? Résultats de l enquête nationale menée auprès des ES MCO publics et privés (juin 2014) DGOS Bureau PF2 (Octobre 2014) 1

2 ÉLÉMENTS DE CONTEXTE 2

3 Cadre règlementaire de la traçabilité sanitaire Décret n du 29 novembre 2006 Arrêtédu 26 janvier 2007 Enjeu majeur de sécurité sanitaire (Matériovigilance) => Enquête nationale dans le cadre de l instruction n DGOS/PF2/2014/158 du 19 mai 2014 Modalités de l enquête Questionnaire adressé aux pharmaciens des PUI (Fichier Excel ) 5 thématiques : caractéristiques générales, système documentaire, modalités d organisation, contrôles et indicateurs Diffusion et remontée des fichiers via les OMEDIT Fichiers réceptionnés par la DGOS du 9 juillet au 1 er septembre 2014 Données colligées dans un tableau général Excel puis 3 analysées à l échelle nationale

4 MODALITÉS DE PRÉSENTATION DES RÉSULTATS 4

5 Les résultats sont présentés en suivant l ordre des thématiques abordées dans le questionnaire Pour chaque question traitée, les pourcentages d établissements n ayant pas répondu sont indiqués avec la mention «Non renseigné» (NR), mais ces établissements ne sont pas pris en compte pour le calcul des autres pourcentages Les établissements ayant répondu «Non concerné» (NC), lorsque cette réponse leur était proposée, n ont pas été pris en compte non plus mais leur pourcentage est indiqué, le cas échéant. Le nombre d établissements répondeurs (après exclusion des NR et des NC) est indiqué dans le corps du texte et/ou au niveau de chaque figure. C est cet effectif qui a été choisi comme base pour le calcul des autres pourcentages Certaines questions étaient réservées à une partie seulement des établissements en fonction des réponses apportées aux questions précédentes. Le nombre d établissement pris en compte pour l analyse des réponses est alors automatiquement réduit. Par ailleurs, les pourcentages de «Non Renseigné» ne tiennent compte dans ce cas que des établissements n ayant pas répondu mais qui auraient dû le faire 5

6 PARTICIPATION DES ES 6

7 913 questionnaires reçus au 01/09/14 38 questionnaires écartés (6 doublons et 32 ES non concernés) 875 questionnaires retenus pour l analyse => 875 ES Forte participation des établissements de santé (ES) 94% (tableaux de bord fournis par les OMEDIT) 86% (hors-ghs/snatih 2013) Sur l ensemble du territoire (sauf Guadeloupe) 162 Non Renseigné (NR) 1% Remarque: ces chiffres ne correspondent pas au nombre de questionnaires retournés par les OMEDIT à la DGOS, mais à 7 la répartition géographiques des 875 établissements de santé retenus pour l analyse

8 CARACTERISTIQUES GENERALES DES ES (875 ES) 8

9 407 ES (46%) 56% Statut juridique des ES 373 ES (43%) 94 ES (11%) Nombre de lits MCO 33% Non Renseigné (NR) 1% Public Privé à but non lucratif Privé à but lucratif 11% NR 1% Moins de 200 lits 200 à 499 lits 500 lits et plus 31% 64% 77% 44% 32% 23% 25% 4% 0% NR 1% Moins de 200 lits 200 à 499 lits 500 lits et plus Public (371 ES) Privé non lucratif (94 ES) Privé lucratif (406 ES) 9

10 Montant des achats de DMI en 2013 DMI intra-ghs 20% 30% 27% 9% 6% 8% NR 2% Non Concerné (NC) 1% DMI hors-ghs 29% 7% 17% 20% 10% 7% 10% NR 1% NC 3% 10

11 Moyens humains dédiés à la traçabilité sanitaire (ETP) Tous statuts juridiques Moyenne et médiane des ETP Médiane Moyenne Autres Interne en pharmacie Cadre Infirmier Préparateur Pharmacien ,06 0,12 0,13 0,1 0,25 0,25 0,23 0,43 0,50 35% NR 61% NR 53% NR 55% NR 27% NR 13% NR Par statut juridique Moyenne des ETP Autres Interne en pharmacie Cadre Infirmier Préparateur Pharmacien Remarque: ces chiffres doivent être interprétés en tenant compte de l activité des établissements (voir indicateurs, nombre d unités posées en 2013) 0,00 0,10 0,20 0,30 0,40 0,50 0,60 0,70 Privé lucratif Privé Non lucratif Public 11

12 SYSTÈME DOCUMENTAIRE DES ES 12

13 Procédure validée par le directeur de l établissement 64% Tous statuts (866 ES) NR 1% Privé lucratif (402 ES) 79% Privé non lucratif (94 ES) Public (369 ES) 48% 61% Obligation règlementaire (Art. R du CSP) Lorsqu elle existe, la procédure est consultable sous forme dématérialisée dans le système documentaire pour 83% des établissements. Existence d'un document-type à remettre aux patients Ne sait pas 14% NR 1% Non 41% Oui 45% 13

14 LES CIRCUITS DE TRAÇABILITÉ SANITAIRE 14

15 Traçabilité informatique du N de lot des DMI avant livraison des services utilisateurs (SU) ACHAT DEPOT PERMANENT DEPOT TEMPORAIRE 8% 18% 74% 19% 21% 48% 9% 72% 31% NR 1 % NC 4 % NR 1 % NC 6 % NR 1 % NC 8 % Oui Non (traçabilité du numéro de lot sur support papier à ce stade du circuit) Non (pas de traçabilité du numéro de lot à ce stade du circuit) L enregistrement des données relatives à la délivrance des DMI (incluant leur numéro de lot ou de série) constitue une obligation règlementaire placée sous la responsabilité de la PUI (Art. R du CSP) 15

16 Utilisation d'un lecteur de CAB pour l'enregistrement initial du N de lot par la PUI Non 73% Oui 27% Remarque: Pour cette question, seules ont été prises en compte les réponses des PUI assurant la traçabilité informatique du n de lot des DMI avant leur livraison aux services utilisateurs. Pour la question suivante, seules les PUI utilisant des lecteurs de codes à barres ont été prises en compte. Pourcentage de codes à barres permettant l enregistrement du n de lot 39% 22% 11% 11% 16% NR 2 % Pb de l hétérogénéité des codes à barres? 16

17 Ré-étiquetage des DMI par la PUI 14% 3% 3% 80% Oui, pour tous les DMI tracés Oui, seulement pour certains DMI (si code à barres inexploitable) Oui, seulement pour certains DMI (autres motifs) Non NR 1% Informations portées par l étiquetage N de série interne Référence article interne Code à barre interne Date de péremption N de lot ou de série fabricant Référence commerciale 38% 57% 83% 86% 92% 86% 17

18 Enregistrement informatique de la pose : par QUI? ACHAT 5% 6% 0% DEPOT PERMANENT 5% 6% 0% DEPOT TEMPORAIRE 4% 7% 40% 42% 33% 49% 47% 56% NR 1 % NC 2 % NR 1 % NC 3 % NR 1 % NC 5 % Le service utilisateur La PUI L'un ET l'autre : l'enregistrement est répété dans des logiciels non interfacés Pas d'enregistrement informatique de la pose mais traçabilité papier Pas d'enregistrement informatique de la pose et pas de traçabilité papier L enregistrement des données relatives à l utilisation des DMI est une obligation règlementaire placée sous la responsabilité des services utilisateurs (Art. R du CSP) Saisie a posteriori par la PUI => risque d erreurs lors de la retranscription des données 18

19 Accès de la PUI à une base de données informatique permettant de retrouver rapidement le numéro de lot d un DMI posé chez un patient et inversement l identité des patients concernés par la pose d un lot de DMI 11% 9% NR 1 % 80% Oui, pour tous les DMI concernés Oui, pour une partie des DMI concernés Non 19

20 Type d'application informatique utilisée par la PUI Remarque: Pour cette question et les suivantes (excepté celles portant sur les contrôles et les indicateurs), seules ont été prises en compte les PUI ayant déclaré avoir accès à une base de données de traçabilité sanitaire pour une partie au moins des DMI gérés dans leurs établissements. Tous statuts (732 ES) 80% 15% 4% Privé lucratif (357 ES) 91% 6% 3% Privé non lucratif (73 ES) 82% 12% 5% Public (302 ES) 67% 26% 6% Logiciel métier fourni par un éditeur public ou privé Fichier(s) bureautique(s) type Excel ou Access Logiciel «fait-maison» NR 11 % 20

21 Logiciel utilisé par la PUI Tous statuts juridiques (588) Autres logiciels GENOIS CLIPRO CRISTAL-NET QUALIAC GEFI COPILOTE WINPHARM SAGE X3 SEDISTOCK AS400 STOCK FIRST OPTIM GENERIX SIGEMS PHARMA Hétérogénéité des solutions logicielles +++ 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% Public (203) Privé non lucratif (60) Privé lucratif (325) Autres logiciels IMAGE PHARMA DISPORAO DISPOMED TRADIS PHEDRA GENOIS OPTIM CRISTAL-NET COPILOTE SEDISTOCK PHARMA Autres logiciels SIGEMS QUALIAC AS400 OPTIM SAGE X3 PHARMA Autres logiciels CLIPRO QUALIAC PHARMA SAGE X3 GEFI WINPHARM AS400 OPTIM STOCK FIRST GENERIX SIGEMS 0% 20% 40% 60% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 0% 10% 20% 30% 40% 21

22 Informations contenues dans la base de données Pourcentage d'établissements DMI- Dénomination commerciale 94% DMI- Référence commerciale Traçabilité 96% sanitaire DMI -Numéro de lot (ou de série) 99% DMI- Fabricant ou fournisseur 96% DMI- Date de péremption 88% DMI -Code LPP Traçabilité financière 86% DMI- Référence article interne 58% DMI- numéro de série interne 13% Date de délivrance 69% Service utilisateur 92% Praticien responsable 92% Date de pose 98% Patient- Nom, prénom, date de naissance 97% Patient - Numéro de séjour 86% Patient - Identifiant permanent 79% 22

23 Données-patient alimentées à partir du référentiel d'identité des patients Tous statuts (780 ES) 78% 22% NR 2% Privé lucratif (379 ES) 83% 17% Oui Privé non lucratif (82 ES) 77% 23% Non Public (318 ES) 71% 29% Référentiel DMI partagé par les applications informatiques de la PUI Tous statuts (777 ES) 68% 32% NR 2% Privé lucratif (377 ES) 80% 20% Privé non lucratif (80 ES) 73% 28% Oui Public (319 ES) 52% 48% Non Référentiel DMI partagé avec les applications informatiques des SU Oui, toutes les applications informatiques concernées Oui, pour une partie des applications informatiques concernées Non NR 2% Tous statuts (781 ES) 28% 17% 55% Privé lucratif (379 ES) 42% 21% 37% Privé non lucratif (81 ES) 36% 4% 60% Public (320 ES) 10% 15% 75% 23

24 Base de données : indication de pose NR 2% 21% 61% 9% 9% Oui pour tous les DMI en sus et intra-ghs soumis à traçabilité sanitaire Oui pour tous les DMI en sus soumis à traçabilité sanitaire Oui pour une partie seulement des DMI en sus soumis à traçabilité sanitaire Non, jamais 24

25 CONTRÔLES MENÉS PAR LES PUI 25

26 Réalisation d'inventaires avec vérification du numéro de lot au niveau des SU Tous statuts juridiques 16% NR 1 % 19% 59% PUBLIC 6% PRIVÉ NON LUCRATIF PRIVÉ LUCRATIF NR 1 % 13% NR 1 % 10% NR 1 % 24% 27% 42% 7% 10% 17% 60% 4% 13% 73% Oui, pour tous les DMI Oui, en partie : uniquement DMI de la liste en sus Oui, en partie (autres types de DMI) Non 26

27 Fréquence des inventaires Tous statuts juridiques 53% 35% NR 1 % 8% 4% Au moins une fois par mois Au moins deux fois par an (< 1 fois par mois) Une fois par an Moins d'une fois par an Par statut juridique Public (278ES) Privé non lucratif (80 ES) Privé lucratif (363 ES) 65% 56% 48% NR 1 % 37% 33% 26% 7% 10% 9% 8% 1% 1% Au moins une fois par mois Au moins deux fois par an (< 1 fois par mois) Une fois par an Moins d'une fois par an 27

28 AUDITS réalisés en 2013 et/ou 2014 par la PUI pour vérifier la traçabilité dans les Dossiers Médicaux OUI pour 49% des PUI ( 59% des EBL et 40% EPS et EBNL) Pourcentage de dossiers patients avec traçabilité erronée ou manquante 54% 22% NR 2 % 8% 6% 5% 1% 5% 80% 60% 40% 20% 0% Public (146 ES) Privé non lucratif (38 ES) Privé lucratif (235 ES) NR 3 % 28

29 INDICATEURS 29

30 5% Nombre d unités de DMI tracées jusqu à la pose en 2013 MOYENNE MEDIANE NR 22% 73% Public % Privé non lucratif % Privé lucratif % NR 2 % Tous statuts % Pourcentage des DMI «perdus de vue» en 2013 MOYENNE MEDIANE NR 48% 26% 26% Public 2,17 % (0,68 %*) 0,15 % 63% Privé non lucratif 0,52 % (0,52%*) 0,002 % 66% Privé lucratif 1,33 % (0,68%*) 0,08 % 62% NR 1 % Tous statuts 1,61 % (o,66%*) 0,1 % 63% Oui, cette donnée peut être retrouvée facilement et rapidement Oui, cette donnée peut être retrouvée mais avec difficulté Non * Après suppression des réponses atypiques (pourcentages 20%), probablement liées à des erreurs de saisie 30

Traçabilité des DMI. Quelle situation en 2014? Résultats de l enquête nationale menée auprès des ES MCO publics et privés (juin 2014)

Traçabilité des DMI. Quelle situation en 2014? Résultats de l enquête nationale menée auprès des ES MCO publics et privés (juin 2014) Traçabilité des DMI Quelle situation en 2014? Résultats de l enquête nationale menée auprès des ES MCO publics et privés (juin 2014) DGOS Bureau PF2 Journée des OMEDIT Vendredi 3 octobre 2014 ÉLÉMENTS

Plus en détail

E. Dubourdieu, A.F. Motte, P. Paubel, P. Kujas

E. Dubourdieu, A.F. Motte, P. Paubel, P. Kujas E. Dubourdieu, A.F. Motte, P. Paubel, P. Kujas Déclaration de liens d intérêts 2 Etienne Dubourdieu Pharmacien OMEDIT Aquitaine Ancien interne en Pharmacie hospitalière (AP-HP) Deux semestres d interne

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE : TRACABILITE DES DMI

ENQUETE NATIONALE : TRACABILITE DES DMI ENQUETE NATIONALE : TRACABILITE DES DMI Présentation des résultats régionaux I Données générales Cette enquête a été menée dans le cadre de l instruction n DGOS/PF2/2014/158 du 19 mai 2014. Les résultats

Plus en détail

RESULTATS REGIONAUX ENQUETE TRACABILITE SANITAIRE DES DMI

RESULTATS REGIONAUX ENQUETE TRACABILITE SANITAIRE DES DMI RESULTATS REGIONAUX ENQUETE TRACABILITE SANITAIRE DES DMI PARTICIPATION Taux de réponse : -23 ETB ont répondus sur 35 envoyés, dont 21 questionnaires remplis (2 ETB non concernés) 66% de réponse CARACTERISTIQUES

Plus en détail

Plan. A partir de l exemple du circuit sécurisé des DMI

Plan. A partir de l exemple du circuit sécurisé des DMI Plan A partir de l exemple du circuit sécurisé des DMI Retour sur le processus, les acteurs, les messages, les informations, le SIH Analyse des causes déterminantes du circuit: focus sur les échanges d

Plus en détail

1 er décembre 2015. www.omedit-paysdelaloire.fr @OmeditPdl

1 er décembre 2015. www.omedit-paysdelaloire.fr @OmeditPdl 1 er décembre 2015 www.omedit-paysdelaloire.fr @OmeditPdl Présentation de l OMEDIT Présentation des résultats de l enquête nationale versus résultats régionaux Retour d expérience Proposition d un plan

Plus en détail

Journée A.P.H.R.O.C. La traçabilité des Dispositifs Médicaux. 7 octobre 2008

Journée A.P.H.R.O.C. La traçabilité des Dispositifs Médicaux. 7 octobre 2008 Journée A.P.H.R.O.C. La traçabilité des Dispositifs Médicaux 7 octobre 2008 Contexte Traçabilité fabricant / fournisseur Matériovigilance : loi du 4 mars 2002 Directive européenne transposée en droit français

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières Personne chargée du dossier : Michèle LENOIR-SALFATI tél.

Plus en détail

Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional

Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional Marion Alpy Jean-Marie Kinowski Journée OMEDIT 3 avril 2014 Contexte La prise en charge du traitement personnel du patient peut

Plus en détail

Le contrat de bon usage des médicaments, produits et prestations

Le contrat de bon usage des médicaments, produits et prestations Le contrat de bon usage des médicaments, produits et prestations 1 ASPECTS RÉGLEMENTAIRES ET IMPACTS Elise Remy Pharmacien coordonnateur Aspects réglementaires 2 S inscrit dans la réforme de la T2A, accès

Plus en détail

Prêt et dépôt de dispositifs médicaux

Prêt et dépôt de dispositifs médicaux Prêt et dépôt de dispositifs médicaux En pratique, quelles situations? (1/3) Dispositifs médicaux Réutilisables Ancillaires Équipements Usage unique Implantable Prêt Dépôt Date - 2 En pratique, quelles

Plus en détail

L informatique à la Clinique Saint Joseph d Angoulême. 19 juin 2009 Jean-Marie Constantin, Didier Delavaud, Thomas Guichard.

L informatique à la Clinique Saint Joseph d Angoulême. 19 juin 2009 Jean-Marie Constantin, Didier Delavaud, Thomas Guichard. L informatique à la Clinique Saint Joseph d Angoulême. 19 juin 2009 Jean-Marie Constantin, Didier Delavaud, Thomas Guichard. L informatique et la tête de veau HISTORIQUE : ILChir Janvier 1987 : début du

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES PHARMACIENS La Présidente

CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES PHARMACIENS La Présidente CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES PHARMACIENS La Présidente A l attention du Pharmacien gérant de la Pharmacie à usage intérieur Paris, le 15 novembre 2012 Chère Consœur, Cher Confrère, Dans un courrier

Plus en détail

Réforme de la biologie : Impacts sur l informatique des laboratoires de biologie médicale

Réforme de la biologie : Impacts sur l informatique des laboratoires de biologie médicale Réforme de la biologie : Impacts sur l informatique des laboratoires de biologie médicale Alain Coeur, Consultant Alain Cœur Conseil PLAN Evolution de la structure des laboratoires de biologie médicale

Plus en détail

ENQUETE sur la gestion du médicament, le bon usage des antibiotiques et la gestion du risque infectieux au sein des EHPAD des PAYS DE LA LOIRE

ENQUETE sur la gestion du médicament, le bon usage des antibiotiques et la gestion du risque infectieux au sein des EHPAD des PAYS DE LA LOIRE ENQUETE sur la gestion du médicament, le bon usage des antibiotiques et la gestion du risque infectieux au sein des EHPAD des PAYS DE LA LOIRE Introduction Les données concernant cette étude ont été recueillies

Plus en détail

Direction générale de l offre de soins

Direction générale de l offre de soins Direction générale l offre soins RELIMS Référencement s éditeurs logiciels et s intégrateurs du mon la santé Rapport sur les données contenues dans RELIMS au 12 décembre 2012 Sommaire 1. Introduction...

Plus en détail

EPO, enfin un circuit sécurisé

EPO, enfin un circuit sécurisé PROTOCOLES DE QUALITE EPO, enfin un circuit sécurisé S. FLANGAKIS-BARBE - Pharmacie Médicaments - CHU - 31 - TOULOUSE Ce travail collectif, réalisé au CHU de Toulouse, trouve son origine dans une réflexion

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

Démarche Qualité du service d hémodialyse Analyse des risques sur le traitement d eau

Démarche Qualité du service d hémodialyse Analyse des risques sur le traitement d eau Démarche Qualité du service d hémodialyse Analyse des risques sur le traitement d eau Service biomédical Service qualité et gestion des risques CHD VENDEE HOPITECH - Vichy 2009 1 Plan 1. Présentation du

Plus en détail

()*+,-.)*#/"012323435,63)*)13240,2)-0((780472,0179)-())49,-):7(,235)(;1+04<72,0135,-7()5) (7

()*+,-.)*#/012323435,63)*)13240,2)-0((780472,0179)-())49,-):7(,235)(;1+04<72,0135,-7()5) (7 ! " #% &!' "'! ()*+,-.)*#/"012323435,63)*)13240,2)-0((780472,0179)-())49,-):7(,235)(;1+04

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS. Point presse

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS. Point presse MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Point presse Suppression de la vignette pharmaceutique au 1 er juillet 2014 Mardi 20 mai DOSSIER DE PRESSE -----------------------------------------------

Plus en détail

Optimisation du circuit des dispositifs médicaux au. C.H.R.U 10, 11 et 12 octobre 2006 Nelly Viratelle

Optimisation du circuit des dispositifs médicaux au. C.H.R.U 10, 11 et 12 octobre 2006 Nelly Viratelle Optimisation du circuit des dispositifs médicaux au CHRUdeTours C.H.R.U 10, 11 et 12 octobre 2006 Nelly Viratelle CHRUTours C.H.R.U PUI Service transversal de stérilisation (3 sites) PUI Hôpital pédiatrique

Plus en détail

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Sommaire Sham en quelques chiffres Les visites d analyse de risques Quel bilan? Perspectives Synthèse Sham en quelques

Plus en détail

RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS. Résultats de l enquête menée en 2014

RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS. Résultats de l enquête menée en 2014 RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS Résultats de l enquête menée en 2014 0 Acronymes : ARS IDF : Agence régionale de santé Ile-de-France EHPAD : Etablissements d hébergement

Plus en détail

CIOdm en pratique. Formation MOA 14 janvier 2010. Anne MAHEUST. Codification InterOpérable des Dispositifs Médicaux

CIOdm en pratique. Formation MOA 14 janvier 2010. Anne MAHEUST. Codification InterOpérable des Dispositifs Médicaux CIOdm en pratique Formation MOA 14 janvier 2010 Anne MAHEUST 1 Etablissement, Editeur & Phast Dans le projet d informatisation du circuit des DM : Choix de l application Contacter PHAST Mise en place du

Plus en détail

GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE

GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE Odile NUIRY, Pharmacien, CHU de SAINT-ETIENNE CONTEXTE Projet de modernisation du CHU En 2009

Plus en détail

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier?

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? DISPOSITIFS MEDICAUX Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? Guide pour le dossier déposé par les fabricants/distributeurs Adopté en séance de la CEPP* le 13 juillet 2005 *CEPP

Plus en détail

AIDE-MEMOIRE. Forprev. Processus de demande supplémentaire d habilitation. Version 2. Page 1 sur 32

AIDE-MEMOIRE. Forprev. Processus de demande supplémentaire d habilitation. Version 2. Page 1 sur 32 2014 AIDE-MEMOIRE Forprev Processus de demande supplémentaire d habilitation Version 2 Page 1 sur 32 Sommaire SOMMAIRE... 2 ETAPES DE REALISATION D UNE DEMANDE SUPPLEMENTAIRE... 3 1. DESIGNER UN FORMATEUR

Plus en détail

Gestion Apinégoce V12.10.00

Gestion Apinégoce V12.10.00 Note Technique : Import d inventaire Gestion Apinégoce V12.10.00 Note Technique : Import d inventaire - Gestion Apinégoce V12.10.00 - Page 2 sur 6 Documentation Interne Gestion Apinégoce V12.10.00 Sommaire

Plus en détail

DES DMS Exemple du CHU de Nîmes

DES DMS Exemple du CHU de Nîmes PLATEFORME LOGISTIQUE ET CIRCUIT DES DMS Exemple du CHU de Nîmes L ensemble des illustrations a été supprimé en raison de la taille du fichier incompatible avec la diffusion sur le site euro-pharmat.com.

Plus en détail

L UGAP LANCE DES SOLUTIONS DE TRACABILITE CODE-BARRES ET DE MOBILITE POUR LE MONDE DE LA SANTE

L UGAP LANCE DES SOLUTIONS DE TRACABILITE CODE-BARRES ET DE MOBILITE POUR LE MONDE DE LA SANTE L UGAP LANCE DES SOLUTIONS DE TRACABILITE CODE-BARRES ET DE MOBILITE POUR LE MONDE DE LA SANTE L'augmentation de la demande de sécurisation des clients du secteur médical conduit l UGAP, la centrale d

Plus en détail

Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de la santé Sous-direction politique des produits de santé et de la qualité des pratiques

Plus en détail

Le point sur le Dossier Pharmaceutique. AUEG CHU GRENOBLE 13 novembre 2014 Mathilde Cavalier, DTS, CNOP

Le point sur le Dossier Pharmaceutique. AUEG CHU GRENOBLE 13 novembre 2014 Mathilde Cavalier, DTS, CNOP Le point sur le Dossier Pharmaceutique AUEG CHU GRENOBLE 13 novembre 2014 Mathilde Cavalier, DTS, CNOP Le DP d aujourd hui Le «Nouveau» DP AUTORITÉS SANITAIRES SERVICES DP DU CNOP Accès Logiciel LE DOSSIER

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE L IDENTITOVIGILANCE EN PACA ANALYSE DES RESULTATS DU QUESTIONNAIRE

ETAT DES LIEUX DE L IDENTITOVIGILANCE EN PACA ANALYSE DES RESULTATS DU QUESTIONNAIRE ETAT DES LIEUX DE L IDENTITOVIGILANCE EN PACA ANALYSE DES RESULTATS DU QUESTIONNAIRE Caractéristiques des ES ayant répondu 154 participations sur 271 invitations taux de réponse = 57% MCO 13% 38% 18% 6%

Plus en détail

Etude d impact de la mise en conformité des échanges électroniques entre dépôts de sang et EFS d Île-de-France. Présentation du 15 décembre 2012

Etude d impact de la mise en conformité des échanges électroniques entre dépôts de sang et EFS d Île-de-France. Présentation du 15 décembre 2012 Etude d impact de la mise en conformité des échanges électroniques entre dépôts de sang et EFS d Île-de-France Présentation du 15 décembre 2012 Dans un contexte d échanges électroniques multiples, impliquant

Plus en détail

Enquête 2010 sur la mise en œuvre d outils de traçabilité par les fabricants de dispositifs médicaux : contraintes et opportunités

Enquête 2010 sur la mise en œuvre d outils de traçabilité par les fabricants de dispositifs médicaux : contraintes et opportunités Enquête 2010 sur la mise en œuvre d outils de traçabilité par les fabricants de dispositifs médicaux : contraintes et opportunités Rose LEVAST Responsable des Statistiques Professionnelles et Economie

Plus en détail

Risques et dispositifs médicaux. «Responsabilités encourues» Isabelle Lucas-Baloup. 12, 13 et 14 octobre 2010

Risques et dispositifs médicaux. «Responsabilités encourues» Isabelle Lucas-Baloup. 12, 13 et 14 octobre 2010 Risques et dispositifs médicaux «Responsabilités encourues» 1 Le circuit du dispositif médical Responsabilité D.M. approche systématique approche du produit implique analyse des missions et responsabilités

Plus en détail

Contenu Acomba 9.57 ATELIER 1 VUE D ENSEMBLE DU PROGRAMME ATELIER 3 RAPPORTS ATELIER 2 MODULE COMPTABILITÉ TRANSACTIONS ATELIER 4 MODULE CLIENTS.

Contenu Acomba 9.57 ATELIER 1 VUE D ENSEMBLE DU PROGRAMME ATELIER 3 RAPPORTS ATELIER 2 MODULE COMPTABILITÉ TRANSACTIONS ATELIER 4 MODULE CLIENTS. Contenu Acomba 9.57 ATELIER 1 VUE D ENSEMBLE DU PROGRAMME LOGICIEL ACOMBA VERSIONS D ACOMBA DÉMARRAGE D ACOMBA Annulation du Portail PME ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL FERMETURE D UNE COMPAGNIE OUVERTURE D UNE

Plus en détail

Point de vue de l industriel Analyse de l'enquête SNITEM réalisée auprès des adhérents

Point de vue de l industriel Analyse de l'enquête SNITEM réalisée auprès des adhérents Point de vue de l industriel Analyse de l'enquête SNITEM réalisée auprès des adhérents Audrey GILBERT, Responsable Qualité et Affaires Réglementaires, ASEPTINMED Enquête SNITEM auprès des adhérents Enquête

Plus en détail

LA RÉGLEMENTATION AMÉRICAINE DE LA FDA : L UDI POUR LES DISPOSITIFS MÉDICAUX

LA RÉGLEMENTATION AMÉRICAINE DE LA FDA : L UDI POUR LES DISPOSITIFS MÉDICAUX LA RÉGLEMENTATION AMÉRICAINE DE LA FDA : L UDI POUR LES DISPOSITIFS MÉDICAUX GRANDS PRINCIPES ET BONNES PRATIQUES Alexandre Rieucau - Chef de projet secteur santé GS1 : Une organisation internationale

Plus en détail

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique Version du 1 er juin 2012 Le référentiel est protégé par les dispositions du Code de la propriété intellectuelle, notamment

Plus en détail

Prescription > dispensation > Administration > Gestion des produits de santé

Prescription > dispensation > Administration > Gestion des produits de santé Page 1 sur 6 Décembre Définition : Définir les règles de gestion des médicaments dans les unités de soins, au regard de la réglementation de qualité et pour garantir sa qualité et son effet thérapeutique.

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

1 - Le catalogue d états prêts à l emploi p.2

1 - Le catalogue d états prêts à l emploi p.2 Nouveau Sage 100 Gestion Commerciale Edition Pilotée Plus simple, plus riche, plus métier! Sage 100 Gestion Commerciale Edition Pilotée est la solution de référence pour vous accompagner dans votre gestion

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique Le Dossier Pharmaceutique aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Les objectifs du DP Acteur

Plus en détail

SFR. Mise en place de la gestion des exigences sous DOORS dans le cadre de la refonte du système d'information commercial 14/11/2007

SFR. Mise en place de la gestion des exigences sous DOORS dans le cadre de la refonte du système d'information commercial 14/11/2007 SFR Mise en place de la gestion des exigences sous DOORS dans le cadre de la refonte du système d'information commercial 14/11/2007 1 Sommaire 1- Le contexte et l historique de la Gestion des EXigences

Plus en détail

Marquage CE. Kit de formation à la matériovigilance : marquage CE

Marquage CE. Kit de formation à la matériovigilance : marquage CE Kit de formation à la matériovigilance : marquage CE Sommaire Sommaire! Théorie " Qu est-ce qu un dispositif médical? " Qu est-ce que le marquage CE d un DM? " Classification des DM " Procédures d évaluation

Plus en détail

Les points suivants seront/pourront être vérifiés et les documents correspondants sont donc à préparer pour la venue de l auditeur.

Les points suivants seront/pourront être vérifiés et les documents correspondants sont donc à préparer pour la venue de l auditeur. Guide pour la préparation de l audit ECOCERT Référentiels Cosmétiques ECOCERT et/ou COSMOS Les modifications apportées à ce document sont identifiées par un trait vertical dans la marge TS017(GC-COS)v03

Plus en détail

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES SECTION 1 : Le comité de pilotage, de la qualité et de la certification 1. Composition Le comité

Plus en détail

Reconfiguration du circuit d approvisionnement pharmacie / bloc opératoire dans un hôpital de proximité

Reconfiguration du circuit d approvisionnement pharmacie / bloc opératoire dans un hôpital de proximité Reconfiguration du circuit d approvisionnement pharmacie / bloc opératoire dans un hôpital de proximité PLAN 1. Introduction: la reconstruction du bloc opératoire 2. Matériel et méthodes: la réflexion

Plus en détail

Recherche clinique dans les établissements privés

Recherche clinique dans les établissements privés Documentation AFC-U N H P C Recherche clinique dans les établissements privés Sondage AFC - UNHPC, en collaboration avec la FHP-MCO Avril 2015 La recherche clinique va devenir de plus en plus complexe,

Plus en détail

GRILLE D'EVALUATION DE LA QUALITE DU STOCKAGE DES PRODUITS PHARMACEUTIQUES GERES EN SYSTÊME PLEIN VIDE.

GRILLE D'EVALUATION DE LA QUALITE DU STOCKAGE DES PRODUITS PHARMACEUTIQUES GERES EN SYSTÊME PLEIN VIDE. PRE-REQUIS A LA VISITE Service : UF : Cadre de santé : GRILLE D'EVALUATION DE LA QUALITE DU Mobilier Etiquetage Fonctionnement Dotation Circuit de demande Médicaments MédiMath Médimath Simple casier Double

Plus en détail

La démarche qualité appliquée aux CNR pathologies infectieuses. Nathalie Fonsale CHRU de Saint-Etienne

La démarche qualité appliquée aux CNR pathologies infectieuses. Nathalie Fonsale CHRU de Saint-Etienne La démarche qualité appliquée aux CNR pathologies infectieuses Nathalie Fonsale CHRU de Saint-Etienne Atout majeur : Votre expertise L évaluateur n évalue pas votre expertise Dossier de validation de méthode

Plus en détail

Edition et intégration de logiciels médicaux. Service commercial 22 rue de Chantepie 37300 JOUE LES TOURS. Tél : 02 47 67 81.81 Fax : 02 47 67 42 25

Edition et intégration de logiciels médicaux. Service commercial 22 rue de Chantepie 37300 JOUE LES TOURS. Tél : 02 47 67 81.81 Fax : 02 47 67 42 25 Edition et intégration de logiciels médicaux Service commercial 22 rue de Chantepie 37300 JOUE LES TOURS Tél : 02 47 67 81.81 Fax : 02 47 67 42 25 LOGICIEL AXILA Le dossier médical informatisé pour les

Plus en détail

DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS

DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS N.B. : la règlementation relative à la vente de médicaments par internet est susceptible de

Plus en détail

PGSSI-S Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES. Direction générale de l offre de soins - DGOS

PGSSI-S Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES. Direction générale de l offre de soins - DGOS PGSSI-S Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES pour sensibiliser les directions Cible : les directions des ES les établissements de taille moyenne,

Plus en détail

Formation sur la sécurisation du circuit du médicament

Formation sur la sécurisation du circuit du médicament Formation sur la sécurisation du circuit du médicament Virginie Roué, Ingénieur Qualité-Risques Réseau AQuaREL Santé Dr Brigitte Paulmier, Pharmacien coordonnateur de la gestion des risques CH Saumur CONTEXTE

Plus en détail

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011 Véronique JOUIS, Coordination des ARCs - Responsable Logistique Laurence GUERY, ARC - Responsable Assurance Qualité Unité de Recherche Clinique du GH Lariboisière - Saint-Louis Coordonnateur Pr Eric VICAUT

Plus en détail

Les outils de la coopération - Sous-traitances, GCS, GCSMS Journée d hiver du Synprefh 18 janvier 2011

Les outils de la coopération - Sous-traitances, GCS, GCSMS Journée d hiver du Synprefh 18 janvier 2011 Les outils de la coopération - Sous-traitances, Cécilia Mateus Paule Kujas Bureau Qualité et Sécurité des Soins PF2 DGOS - SDPF GCS, GCSMS Journée d hiver du Synprefh 18 janvier 2011 Les différents cadres

Plus en détail

L inventaire avec les terminaux de saisie sans fil IMAGE Stratégie

L inventaire avec les terminaux de saisie sans fil IMAGE Stratégie L inventaire avec les terminaux de IMAGE Stratégie Manuel de l utilisateur Page 2 TABLE des MATIERES L INVENTAIRE AVEC LES TERMINAUX DE SAISIE SANS FIL IMAGE STRATEGIE... 1 PRESENTATION... 3 DEROULEMENT

Plus en détail

AVIS URGENT DE SÉCURITÉ SUR SITE CLIENT CONCERNANT UN DISPOSITIF MÉDICAL RAPPEL VOLONTAIRE

AVIS URGENT DE SÉCURITÉ SUR SITE CLIENT CONCERNANT UN DISPOSITIF MÉDICAL RAPPEL VOLONTAIRE RÉFÉRENCE : FA2011-12 AVIS URGENT DE SÉCURITÉ SUR SITE CLIENT CONCERNANT UN DISPOSITIF MÉDICAL RAPPEL VOLONTAIRE Sondes de biopsie Bard EnCor [Date] Cher/Chère [Customer Contact Name] Nous souhaitons vous

Plus en détail

FAIA Fichier audit informatisé AED

FAIA Fichier audit informatisé AED Fichier audit informatisé AED AED Consultation Dossier personnel Assujettis TVA 1 iere étape 2 e étape 3 e étape 19.12.2008 Loi du 19.12.2008 publiée au mémorial A206 Base légale: Article 70 paragraphe

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 13 L-5-04 N 164 du 19 OCTOBRE 2004 CONTROLES ET REDRESSEMENTS CADRE JURIDIQUE GARANTIE ACCORDEE A CERTAINS ORGANISMES HABILITES A RECEVOIR DES

Plus en détail

Fourniture, installation et maintenance D un système d'information Au sein du GIP LABOCEA : Logiciel de gestion des Stocks

Fourniture, installation et maintenance D un système d'information Au sein du GIP LABOCEA : Logiciel de gestion des Stocks Fourniture, installation et maintenance D un système d'information Au sein du GIP LABOCEA : Document ne pouvant être reproduit sans l'accord du GIP «LABOCEA» Page 1 sur 10 1. CONTEXTE... 3 2. OBJET...

Plus en détail

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Présenté par : Demb Cheickysoul 1 INTRODUCTION Parfaitement adapté à l organisation de l entreprise par sa puissance de paramétrage, Sage 100 Gestion Commerciale

Plus en détail

COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA

COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA BILAN D ETAPE 1 MATERIEL MEDICAL : UN CHAMP D INTERVENTION QUI SUSCITE DES ATTENTES FORTES RESUME Au printemps 2013, l URPS

Plus en détail

Rappels : Les structures d HAD sont soumises aux mêmes règles et obligations que les établissements de santé «classiques» en matière de qualité et de sécurité des soins, notamment dans le domaine pharmaceutique.

Plus en détail

DECOUVERTE DU LOGICIEL CIEL GESTION COMMERCIALE

DECOUVERTE DU LOGICIEL CIEL GESTION COMMERCIALE DECOUVERTE DU LOGICIEL CIEL GESTION COMMERCIALE 1 ère PARTIE : Création de la société et saisie des fichiers 1 ère étape : Créer le dossier 1. Lancer ciel gestion commerciale 2. Cliquer sur le bouton «annuler»

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL Ces dispositions s appliquent spécifiquement aux établissements fabriquant ou distribuant des

Plus en détail

Conditions Générales d'utilisation - YOUSIGN SAS - SIGN2 CA

Conditions Générales d'utilisation - YOUSIGN SAS - SIGN2 CA Conditions Générales d'utilisation - YOUSIGN SAS - SIGN2 CA 1- Introduction 1.1 Présentation générale Ce document définit les Conditions Générales d Utilisation (CGU) des certificats délivrés dans le cadre

Plus en détail

REGLEMENT COMPLET DU JEU BACK TO ARTS CANSON

REGLEMENT COMPLET DU JEU BACK TO ARTS CANSON REGLEMENT COMPLET DU JEU BACK TO ARTS CANSON 1. SOCIETE ORGANISATRICE La société CANSON, société par actions simplifiée au capital de 5.356.213 immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de CAEN

Plus en détail

Bilan de l enquête : mise en oeuvre arrêté 6 avril 2011 Paule Kujas Chef de bureau par intérim Qualité et sécurité des soins PF2 DGOS

Bilan de l enquête : mise en oeuvre arrêté 6 avril 2011 Paule Kujas Chef de bureau par intérim Qualité et sécurité des soins PF2 DGOS Bilan de l enquête : mise en oeuvre arrêté 6 avril 211 Paule Kujas Chef de bureau par intérim Qualité et sécurité des soins PF2 DGOS Arrêté du 6 avril 211 - Calendrier Avril 212 Engagement de la direction

Plus en détail

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE en 2012 Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Centre Hospitalier de

Plus en détail

Circuit du médicament informatisé

Circuit du médicament informatisé Circuit du médicament informatisé Points de vigilance axe organisationnel POINTS DE VIGILANCE... 1 AXE ORGANISATIONNEL... 1 FICHE N 1- SITUATIONS EXCEPTIONNELLES... 2 FICHE N 2- SUPPORT - HOTLINE... 3

Plus en détail

SIHO est un logiciel ITIC protégé par les lois internationales et la loi Tunisienne n 94-36 ratifiée le 24/02/94 (article 52) relative à la propriété

SIHO est un logiciel ITIC protégé par les lois internationales et la loi Tunisienne n 94-36 ratifiée le 24/02/94 (article 52) relative à la propriété SIHO est un logiciel ITIC protégé par les lois internationales et la loi Tunisienne n 94-36 ratifiée le 24/02/94 (article 52) relative à la propriété littéraire et artistique, et qui régit notamment les

Plus en détail

Le circuit des dispositifs médicaux

Le circuit des dispositifs médicaux Le circuit des dispositifs médicaux Dr Olivier BOUX GCS EMOSIST Franche-Comté 14 jan 2010 7ème formation MOA L univers du DM Les acteurs Les fonctions Les domaines Les applis médecin ( chir) cadre ( de

Plus en détail

Ce que disent les Instructions officielles.

Ce que disent les Instructions officielles. Ce que disent les Instructions officielles. Extraits du programme de 3 e de technologie Dans la logique de la technologie, les différentes activités sont mises en relation avec les réalités industrielles

Plus en détail

DISPENSATION HEBDOMADAIRE INDIVIDUELLE ET NOMINATIVE DES MEDICAMENTS AU C.H. DE LONS-LE-SAUNIER

DISPENSATION HEBDOMADAIRE INDIVIDUELLE ET NOMINATIVE DES MEDICAMENTS AU C.H. DE LONS-LE-SAUNIER DISPENSATION HEBDOMADAIRE INDIVIDUELLE ET NOMINATIVE DES MEDICAMENTS AU C.H. DE LONS-LE-SAUNIER PRESENTATION GENERALE DE L HOPITAL ORGANISATION DE LA D.H.I.N. INDICATEUR DE RESULTATS : TAUX DE CONFORMITE

Plus en détail

Chaîne de production des médicaments

Chaîne de production des médicaments Chaîne de production des médicaments GPAO : Aspects légaux et pharmaceutiques 2 Principe de base Une préparation n est entreprise que si la pharmacie possède les moyens appropriés pour la réaliser et la

Plus en détail

Présentation du travail effectué autour du projet NADIS

Présentation du travail effectué autour du projet NADIS Présentation du travail effectué autour du projet NADIS SOMMAIRE Appel d offre pour le logiciel Hébergement de Nadis Les contrats Présentation de Nadis Architecture générale de la plateforme Nadis Quelques

Plus en détail

DIRECTION TECHNIQUE VIDEOSURVEILLANCE

DIRECTION TECHNIQUE VIDEOSURVEILLANCE I - OBJET La vidéosurveillance est un outil au service de la sécurité et de la prévention du Centre hospitalier du Mans. Ses objectifs sont de prévenir l atteinte aux personnes et aux biens et d augmenter

Plus en détail

Procédure adaptée (Article 28 du Code des marchés publics)

Procédure adaptée (Article 28 du Code des marchés publics) Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) Relatif au projet de : Déploiement du logiciel DMU Net au sein du service des urgences et mise en place d un EAI (Enterprise Application Integration)

Plus en détail

Les déchets inertes. Les installations de stockage de déchets inertes ISDI. 1 er et 2 décembre 2014. DDTM 64 SDREM 1 er et 2 décembre 2014 1 / 17

Les déchets inertes. Les installations de stockage de déchets inertes ISDI. 1 er et 2 décembre 2014. DDTM 64 SDREM 1 er et 2 décembre 2014 1 / 17 Les déchets inertes Les installations de stockage de déchets inertes ISDI 1 er et 2 décembre 2014 DDTM 64 SDREM 1 er et 2 décembre 2014 1 / 17 Les déchets inertes Références règlementaires : Directive

Plus en détail

CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES

CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES Formalisation des engagements réciproques entre l EPS Ville-Evrard et les internes Ressources humaines médicales Delphine LEBIGRE AAH NOVEMBRE 2012 Objectifs L établissement

Plus en détail

GPAO bloc opératoire Retour d expérience : CHPL

GPAO bloc opératoire Retour d expérience : CHPL 1/ 35 GPAO bloc opératoire Francis REYMONDON freymondon@chpl.fr http://www.chpl.fr Présentation : Francis REYMONDON 2/ 35 Formation : Ingénieur INSA spécialité Génie Industriel Fonction CHPL : Responsable

Plus en détail

CBU Rapport d étape annuel 2014. SUPPORT D AIDE A l UTILISATION DE L OUTIL WEB. Période initiale

CBU Rapport d étape annuel 2014. SUPPORT D AIDE A l UTILISATION DE L OUTIL WEB. Période initiale CBU Rapport d étape annuel 2014 SUPPORT D AIDE A l UTILISATION DE L OUTIL WEB Période initiale SOMMAIRE I. PRESENTATION GENERALE DU MENU PRINCIPAL DE L OUTIL WEB. p 3 II. MODALITES DE SAISIE.. p 5 1. Fonctionnalités

Plus en détail

Évolution de la codification et du marquage des produits de santé

Évolution de la codification et du marquage des produits de santé n 3 juillet 2009 Évolution de la codification et du marquage des produits de santé Contributeurs / Auteurs Ce document est le résultat du travail des partenaires de la chaîne de distribution des produits

Plus en détail

Expérience de l utilisation du logiciel SAARI au Togo pour la dispensation, la gestion des stocks et l approvisionnement des ARVs

Expérience de l utilisation du logiciel SAARI au Togo pour la dispensation, la gestion des stocks et l approvisionnement des ARVs Expérience de l utilisation du logiciel SAARI au Togo pour la dispensation, la gestion des stocks et l approvisionnement des ARVs Dr BABALEY Magali, Pharmacien Assistant technique PNUD/Togo Dakar, 6-9

Plus en détail

LE CADASTRE A VOTRE SERVICE

LE CADASTRE A VOTRE SERVICE LE CADASTRE A VOTRE SERVICE Le Cadastre a fêté en 2007 ses 200 ans d histoire administrative : depuis l idée de Napoléon, qui souhaitait disposer d un recensement de la propriété foncière permettant une

Plus en détail

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3 Introduction Le présent référentiel de labellisation est destiné aux laboratoires qui souhaitent mettre en place un dispositif de maîtrise de la qualité des mesures. La norme ISO 9001 contient essentiellement

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de l offre de soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins Bureau du premier recours (R2) Audrey Chaffard

Plus en détail

Chantier MEAH «Organisation et Sécurisation du circuit du médicament» Expérience du Centre Médico-chirurgical de Kourou

Chantier MEAH «Organisation et Sécurisation du circuit du médicament» Expérience du Centre Médico-chirurgical de Kourou www.meah.sante.gouv.fr Chantier MEAH «Organisation et Sécurisation du circuit du médicament» Expérience du Centre Médico-chirurgical de Kourou KA Dinh-Van, N Tisserand, C Lemée, F Michel, F Alvarez, D

Plus en détail

Diplôme national d expertise comptable

Diplôme national d expertise comptable Diplôme national d expertise comptable Rapport semestriel de stage n 1 THEME REDACTION D UNE PROCEDURE D INVENTAIRE PHYSIQUE DES STOCKS 1 ème année CEC Semestre du 01/11/2007 au 30/04/2008 Proposé par

Plus en détail

INSTRUCTION N DGCS/2A/2015/60

INSTRUCTION N DGCS/2A/2015/60 Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Ministère de la ville, de la jeunesse et des

Plus en détail

LA GESTION DU MAGASIN

LA GESTION DU MAGASIN LA GESTION DU MAGASIN Sommaire Sommaire... 2 1 Choix du client a facturer... 4 1.1 Client déjà enregistré dans la base... 4 1.2 Nouveau client... 4 1.3 Client de passage... 5 2 Création d un devis, bon

Plus en détail

«Calcul»: réparti sur les trois lieux de formation

«Calcul»: réparti sur les trois lieux de formation «Calcul»: réparti sur les trois lieux de formation Les trois lieux de formation enseignent le calcul. En priorité, ce sujet est néanmoins traité à l officine où il est quotidiennement exercé et appliqué.

Plus en détail

Documentation utilisateur 2. Comment réaliser des analyses complémentaires à partir des données saisies sur le serveur Iteo

Documentation utilisateur 2. Comment réaliser des analyses complémentaires à partir des données saisies sur le serveur Iteo Documentation utilisateur 2 Comment réaliser des analyses complémentaires à partir des données saisies sur le serveur Iteo Version 2 Février 2006 Objet de cette présentation Dans le cadre du label Écoute

Plus en détail

Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance.

Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance. RAPPEL Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance. Un décret du 21 novembre 2011 modifie le contenu de l'attestation que

Plus en détail

Le décret hébergeur :

Le décret hébergeur : Le décret hébergeur : modalités d application et questions d actualité Jeanne BOSSI, Secrétaire Générale de l ASIP Santé - Bref rappel du cadre juridique et de la procédure - Questions d actualité - Audits

Plus en détail