Etude sur le coût de la réglementation et son impact sur la place financière à Luxembourg

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude sur le coût de la réglementation et son impact sur la place financière à Luxembourg"

Transcription

1 Etude sur le coût de la réglementation et son impact sur la place financière à Luxembourg

2

3 Table des matières 1. Préambule 3 2. Messages clefs de l étude 4 3. La gestion du réglementaire : aperçu général 5 4. Réglementation sur les fonds : AIFMD et UCITS V Réglementation des marchés : EMIR, MiFID II, PRIIPs, AML IV Règles prudentielles : CRD IV et AQR Réglementation fiscale : FATCA et Tax Transparency Réglementation sur les paiements : SEPA et PSD II Réglementations locales : Circulaire CSSF 12/552 et e-archiving Approche et échantillon Remerciements 32

4

5 1Préambule Cher lecteur, chère lectrice, L ABBL et EY ont décidé début 2014 de mener une enquête visant à évaluer les investissements ainsi que les coûts récurrents générés par les réglementations émanant de la commission Barroso II et d autres organisations internationales. Le moment nous a en effet paru opportun. Un certain nombre de ces mesures étaient déjà en place, d autres sur le point d entrer en vigueur. L intérêt de prendre le pouls de la place financière avant qu une nouvelle commission européenne ne prenne ses fonctions était évident. Les données ont été collectées jusqu au printemps 2014 auprès d un échantillon de 46 banques à Luxembourg et nous sommes particulièrement reconnaissants aux participants pour la qualité des informations fournies. Ils se sont tous fortement investis pour communiquer des données de qualité. Qu ils en soient tous vivement remerciés. Nous sommes aujourd hui en mesure de partager avec l ensemble des acteurs du monde financier luxembourgeois les résultats de cette étude, éclairante à plus d un titre. Comme toujours dans ce genre d exercice, et malgré toute la rigueur apportée aux travaux, des inexactitudes ou erreurs peuvent s y être glissées et nous nous en excusons par avance. Nous sommes néanmoins convaincus que les ordres de grandeur présentés reflètent la réalité des banques au Luxembourg. L objectif poursuivi n est pas ici de remettre en question l opportunité ou l intérêt de réglementer de telle ou telle façon le secteur bancaire, mais de rendre tous les acteurs conscients des impacts financiers des décisions prises. Ainsi une seule ligne dans un texte réglementaire peut se traduire par des millions d investissements supplémentaires. Nous espérons que vous prendrez autant d intérêt à lire cette étude que nous avons eu à la faire et espérons avoir modestement contribué à clarifier le débat sur l impact de la réglementation. Bien cordialement, Pour l ABBL Serge de Cillia Pour EY Olivier Maréchal 3

6 2 Messages clefs de l étude La réglementation est un sujet majeur d intérêt et d investissement pour le secteur financier. Le succès rencontré par notre étude en est la preuve. 46 banques sur les 150 que compte la place de Luxembourg ont pris la peine de remplir notre questionnaire détaillé portant sur les coûts et investissments occasionnés par 14 mesures réglementaires affectant le secteur bancaire. La représentativité de l échantillon est particulièrement bonne. Quelle que soit la dimension retenue : type d activité, taille, total bilan, PNB (Produit Net Bancaire) ou nombre d employés, le taux de couverture va de 37% à 50%. Cette forte participation est déjà un message en soi. Les banques sont clairement préoccupées par l ampleur du poids de la réglementation sur leur activité et ont à cœur de le faire savoir. En extrapolant les chiffres reçus à l ensemble de la place sur base des totaux bilantaires, ce sont 382 M EUR qui ont été dépensés par les banques en 2013 pour faire face aux différentes réglementations. Pour mettre en perspective ce chiffre, il représente un peu moins de 1% du PIB (Produit Intérieur Brut) du Luxembourg et 3,6% du PNB total de la place. En moyenne, la réglementation représente 41% des investissements effectués par les banques. La proportion atteint même 67% des investissements pour les établissement de plus petite taille, ce qui laisse peu de place pour investir dans le développement des affaires et l amélioration des services. En tendance, les coûts réglementaires ont progressé de 20% par an sur le 4 dernières années. Il est à noter que ces chiffres ne prennent pas en compte les besoins en fonds propres occasionnés par certaines réglementations (EMIR (European Market Infrastructure Regulation), CRD IV (Capital Requirements Directive)). Sur un plan prospectif, les établissements participants ne voient pas une décrue des coûts réglementaires avant AML IV (Anti Money Laundering) et MiFID II (Markets in Financial Instruments Directive), notamment, concentreront les efforts du secteur dans les prochaines années. On voit ici que le coût requis pour opérer une banque de plein exercice a significativement augmenté. On peut légitimement se poser la question de la taille critique minimale requise pour fonctionner en tant que banque. Les plus petites structures sont également celles qui supportent le plus en local les coûts des différentes mesures réglementaires. Les 6 réglementations les plus coûteuses pour les banques sont, dans l ordre décroissant : FATCA (Foreign Account Tax Compliance Act), EMIR, CRD IV, AIFMD (Alternative Investment Fund Managers Directive), SEPA (Single Euro Payments Area) et la Circulaire CSSF 12/552. Il est frappant de constater que l initiative la plus coûteuse pour la place est le résultat d une mesure fiscale américaine sans impact positif pour le secteur financier européen. Enfin, cette étude nous a permis de recueillir l opinion des banques sur les bénéfices retirés de la réglementation. Réglementation ne signifie pas uniquement coûts et contraintes. C est finalement la Circulaire CSSF 12/552 qui recense le plus d opinions favorables. Les banques saluent l effort de synthèse et de simplification mené par la CSSF (Commission de Surveillance du Secteur Financier). A l autre extrême, FATCA et EMIR arrivent en queue de classement. Le positionnement d EMIR est surprenant, car son objectif premier est de renforcer la sécurité des transactions. Cette mesure paye sans doute le prix d un net manque de clarté ressenti sur certaines dimensions. Cette étude comporte également d autres enseignements intéressants sur les modalités et les moyens retenus pour la mise en œuvre des mesures réglementaires. Nous vous laissons les découvrir dans la suite du document. La part du réglementaire dans les effectifs est également considérable. Ce sont 9% des ressources humaines du secteur bancaire qui sont dédiées totalement au respect de la réglementation. Pour le segment des banques de petite taille, la proportion monte à 20% du personnel. 4

7 3 La Etude sur le coût de la réglementation et son impact sur la place financière à Luxembourg gestion du réglementaire : aperçu général Budget total extrapolé en 2013 (K EUR) 1. Budgets totaux en Après extrapolation à l ensemble des banques de Luxembourg, le coût total de la nouvelle vague réglementaire en 2013 uniquement s élèverait à 382 M EUR, dont 170 M EUR d investissement auxquels il convient d ajouter un coût récurrent de 212 M EUR. Cette somme représente près de 1% du PIB de Luxembourg En moyenne, le budget réglementaire des banques s établit à 5 M EUR par institution en 2013, dont 1,9 M EUR d investissement auquel il faut ajouter un coût récurrent de 3,1 M EUR. Le coût récurrent est une composante importante du budget réglementaire, puisque celui-ci est globalement 25% plus élevé que les investissements de l année Total Coûts d investissement Coûts récurrents Top 10 Moyennes Petites 382 millions d euros en 2013 Budget moyen par institution en 2013 (K EUR) Ce chiffre varie logiquement avec la taille des institutions, comme illustré ci-dessous, pouvant atteindre jusque 14,7 M EUR par institution dans le Top 10. Remarquons que le budget réglementaire pèse lourd aussi dans les plus petites institutions, avec EUR en total en 2013, dont EUR d investissement et EUR de coûts récurrents. De telles différences entre institutions semblent s expliquer par la quantité de main d œuvre (due à une spécialisation plus importante) impliquée dans les dispositifs de contrôle, parfois redondants, et ce malgré les niveaux d industrialisation plus poussés au sein des grandes banques. Sur base des indications données par les banques de notre étude, les montants des investissements seraient en croissance constante depuis ces dernières années, à un rythme moyen d environ 20% par an qui devrait se poursuivre pour Au-delà, les répondants ne sont pas en mesure d établir un budget avec suffisamment de précision. Sur base de nos observations du marché et de l agenda réglementaire, nous estimons qu après une phase de croissance continue jusque et d accélération ces dernières années, la croissance des budgets réglementaires devrait progressivement ralentir vers Selon les banques interviewées, ces niveaux d investissement pour mise en conformité aux nouvelles règles représenteraient 41% de leurs investissements totaux de 2013, variant de 23% auprès des grandes institutions à 67% pour les plus petites. Selon ces chiffres, les aspects réglementaires ont donc fortement réduit la capacité d investissement des banques sur les autres dimensions de leur métier, particulièrement dans les petites et moyennes institutions. Ce phénomène peut à terme constituer un problème pour la pérennité des entreprises dans un marché en pleine transformation Total Top 10 Moyennes Petites Coûts d investissement Coûts récurrents 519 Notons que ces budgets sont les budgets directs de mise et de maintien en conformité. A ceux-ci, il faut encore ajouter les coûts induits par le contenu même des réglementations, comme le coût en consommation de capital par exemple pour des mesures CRD IV ou certains aspects de EMIR qui ont eux un impact direct sur la capacité des institutions à mobiliser des fonds au profit de l économie. Même si cette image est un peu audacieuse, on peut dire que 0.9% de croissance de PIB ont été affectés à la mise en conformité, avec, malgré tout, des effets induits positifs pour l économie sous la forme de plus d emplois et de transferts vers les secteurs de support (immobilier, restauration, conseil, etc.). Il est intéressant de constater que les répondants approuvent les mesures qu ils considèrent ou perçoivent comme utiles ou bénéfiques et ont beaucoup plus de difficultés avec les règles moins claires ou celles pour lesquelles le retour sur investissement paraît discutable. 5

8 Budget total extrapolé (M EUR, toutes années) Budgets globaux toutes années confondues Dans la suite de l étude, nous avons analysé les principales mesures une par une, en nous intéressant aussi aux coûts des grands sujets réglementaires toutes années confondues. Ces mesures ont été additionnées ci-dessous pour enrichir la vision Coûts d investissement Coûts récurrents Total FATCA EMIR CRD IV AIFMD SEPA 12/552 Avec 281 M EUR au total, pour ces 6 mesures phares, ce budget est supérieur au budget évoqué au chapitre 1 : ceci peut s expliquer par le fait qu il ne se limite pas à l année 2013 mais tente de capturer le coût total de chaque réglementation depuis le début de sa mise en oeuvre. La mise en place de ces 6 réglementations au cours des dernières années a coûté 281 M EUR à la place de Luxembourg. Par ailleurs la structure budgétaire est également différente : le coût récurrent reste inférieur. On peut probablement y voir l effet des autres coûts réglementaires que ceux qui sont liés à des mesures spécifiques, tels que les fonctions permanentes (audit interne, compliance, etc.) ou les développements techniques existants, qui sont générateurs de coûts récurrents sans être captés par les chiffres par mesure. Il faut voir ces chiffres par mesure comme des coûts spécifiques additionnels à la structure de surveillance existante. 3. La gestion des budgets : peu de visibilité Pour 70% des banques de notre étude, les investissements réglementaires sont gérés comme tout autre projet, avec des budgets dédiés. Les coûts récurrents liés sont dilués dans la masse des autres coûts (salaires, IT, etc.). Seules quelques banques, principalement des petites institutions, ont un poste budgétaire bien distinct, permettant d inclure et de mesurer toute la dépense réglementaire (investissement et coûts récurrents). Notons aussi que près de 20% des banques contactées n ont tout simplement pas de budget réglementaire, ces évolutions étant à charge des dépenses courantes des départements concernés. Emploi réglementaire moyen en 2013 par institution (ETP) 4. Impacts sur l emploi en Les banques de l étude ont été questionnées sur leur personnel employé principalement et de manière permanente sur des matières réglementaires, à l exclusion des équipes projets. En moyenne, ces institutions emploient 21 ETP (Équivalent Temps Plein) sur ces matières, variant de 62 ETP au sein des plus grandes banques à 3,7 ETP au sein des plus petites (où on devine aisément les fonctions). Ceci représente en moyenne près de 10% du personnel employé, et peut aller au-delà des 20% dans les institutions de plus petite taille, ne serait-ce que pour couvrir les fonctions indépendantes de supervision obligatoire : audit, compliance et gestion des risques Total Top 10 Moyennes Petites 6

9 Evolution de l emploi réglementaire total extrapolé (ETP) Emploi total extrapolé (ETP, toutes années) Total Top 10 Moyennes Petites AIFMD CRD IV FATCA SEPA EMIR Circulaire CSSF 12/552 Une fois extrapolé, l emploi lié aux fonctions induites par les besoins réglementaires s élèverait à 2390 ETP à Luxembourg, soit 9% de l emploi bancaire total, avec une forte concentration dans les plus grandes institutions. Selon notre étude, ce chiffre a continué à croître ces dernières années, à un taux moyen de 10% chaque année depuis % de l emploi bancaire Nous avons également mesuré dans les analyses détaillées l impact sur l emploi par mesure, toutes années confondues. Les 6 mesures principales analysées mènent à l utilisation de 93 ETP à 218 ETP de manière permanente. La perspective est différente de la mesure précédente : le périmètre se limite à ces 6 mesures réglementaires, toutes années confondues. Tout l emploi structurel lié au réglementaire n est pas directement compris ici. Les aspects réglementaires ont fortement réduit la capacité d investissement des banques sur les autres dimensions de leur métier. 7

10 5. Priorités pour les banques Nous nous sommes intéressés aux priorités pour les banques de l étude, définies comme étant les mesures les plus importantes et pertinentes pour elles en particulier, à classer de 1 à 15 de manière décroissante. Les réglementations prioritaires pour les banques sont de deux types : celles qui sont fondatrices, telles que la Circulaire CSSF 12/552 qui revisite complètement l organisation des banques, la CRD IV qui impacte le capital, ou encore l AML, et celles qui sont perçues comme subies mais indispensables telles FATCA ou la Tax Transparency. L exception dans le haut du classement est une règlementation comme AIFMD, qui impose de nouvelles contraintes mais se positionne différemment car elle offre aussi des opportunités de marché. Moyennes des priorités (de 1 à 15) Circulaire CSSF 12/552 CRD IV FATCA 3,8 4,2 4,3 Répartition des investissements totaux (toutes années) Circulaire CSSF 12/552 4% AIFMD 4,8 Tax Transparency AML IV EMIR 4,9 5,2 5,6 SEPA 12% FATCA 27% MiFID II 5,9 UCITS V & VI SEPA 6,0 6,4 AIFMD 17% Sécurité IT AQR & Union Bancaire PSD II 6,8 7,5 9,0 CRD IV 19% EMIR 21% PRIIPS 9,3 E-Archiving 9, Les priorités sont cependant légèrement différentes selon le type d institution. Ainsi les plus petites accordent davantage de priorité aux problématiques immédiates et fondamentales, comme la Circulaire CSSF 12/552, la sécurité IT, CRD IV et dans une certaine mesure AML et Tax Transparency. A l inverse, les plus grandes, au-delà des priorités du moment, comme la Tax Transparency ou la CRD IV, accordent davantage de priorité aux autres réglementations nouvelles que sont MiFID II, EMIR, UCITS V&VI (Undertakings for Collective Investment in Transferable Securities), AIFMD. Lorsqu on rapproche les priorités pour les banques, reflétant leur intérêt, des postes budgétaires (investissements) mesurés dans le reste de l étude, nous constatons que la priorité, Circulaire CSSF 12/552, est la moins consommatrice de budget alors que des mesures moins prioritaires et aussi moins appréciées telles que FATCA ou EMIR représentent les principaux investissements. Des différences sectorielles, assez attendues, apparaissent aussi : le Private Banking accorde des priorités élevées à la Circulaire CSSF 12/552, CRD IV, MiFID II et SEPA ; le Universal Banking à la CRD IV, SEPA et Tax Transparency ; l industrie des fonds à l AIFMD, 12/552 et EMIR notamment. 8

11 6. Vue générale des perceptions et intentions Parmi les mesures en cours, la Circulaire CSSF 12/552 est la mesure la mieux perçue. Elle recueille un sentiment plutôt positif, ce qui témoigne de la vision très pragmatique de cette circulaire bien accueillie dans le marché. A l inverse, FATCA et EMIR demeurent très mal perçues. Opinion générale Intention d implémenter 0% 0% Circulaire CSSF 12/552 5% 44% 35% 16% AML IV 94% 6% 3% 0% SEPA 36% 52% 9% MiFID II 80% 15% 5% 0% AIFMD 29% 25% 38% 8% PRIIPS 60% 29% 11% 0% CRD IV 24% 42% 32% 3% UCITS V 58% 33% 8% 2% EMIR 10% 34% 49% 5% PSD II 32% 37% 37% FATCA 7% 39% 44% 10% E-Archiving 18% 28% 54% Très positif Plutôt positif Neutre Plutôt négatif Très négatif Oui Non Ne sait pas FATCA est vue comme une mesure de pur coût qui n apporte rien au secteur, ni aux clients et, probablement, aux administrations fiscales non plus d ailleurs. Son coût de mise en œuvre a pourtant été collossal. Le cas de EMIR, également en bas de tableau, est sensiblement différent. A l image de FATCA, cette réglementation est plutôt perçue comme du pur coût alors que fondamentalement, EMIR poursuit des objectifs bénéfiques pour le secteur financier. Elle apporte plus de transparence et moins de risque de contrepartie, deux objectifs qui ont le plein soutien du secteur. Il est plus que probable que la manière chaotique avec laquelle cette réglementation a été développée et mise en œuvre a complètement occulté les bénéfices visés. Ce n est qu après un an et demi que les premiers effets concrets ont pu se faire sentir via le reporting des transactions, non sans peine. L étude comportait aussi des questions sur les mesures à venir. Parmi celles-ci, les questions visant à apprécier les intentions d implémenter permettent de dresser en quelque sorte l agenda réglementaire des banques pour les années à venir, et de recenser des travaux réglementaires qui vont les occuper. Parmi les mesures prospectives, AML IV et MiFID II occupent le haut de l agenda et vont être largement implémentées. En bas du tableau, il est logique de retrouver une mesure comme e-archiving, qui n est pas une obligation mais une opportunité que permet une nouvelle loi. On peut cependant s étonner de voir que plus de la moitié des banques de l étude ne savent pas encore la position à adopter vis-à-vis de cette mesure qui représente pourtant de réelles opportunités, sans doute une meilleure communication et un agenda clarifié seraient utiles. A l inverse de la Circulaire CSSF 12/552, FATCA et EMIR demeurent très mal perçues 9

12 4 AIFMD Réglementation sur les fonds : et UCITS V 4.1. AIFMD 1. Gestion La moitié des banques de notre étude est impliquée dans l AIFMD mais 80% de celles-ci étaient encore en cours de l implémenter au moment de l étude (printemps 2014). Ces banques sont davantage de grandes institutions, actives dans l industrie des fonds, mais pas exclusivement. Les analyses ont commencé fin 2102 début 2013 et les implémentations dans le courant de Pour 70% des banques, la problématique est gérée à partir de Luxembourg, les autres, principalement les plus petites, partageant les responsabilités avec le groupe à l étranger. Il en va de même de la source de financement, supporté principalement par l entité de Luxembourg. Budget moyen total par institution (K EUR, toutes années) 2. Budget : 47,3 M EUR + 22,8 M EUR récurrent Selon l étude, le budget total de mise en place de l AIFMD, toutes années confondues, s élève à EUR en moyenne par institution, variant de 1,4 M EUR à EUR. Ce budget représenterait environ 18% des investissements réglementaires des banques participantes, proportion qui augmente au sein des plus petites institutions et du secteur des fonds. Dans l ensemble, ce budget correspond aux attentes et au budget prévu par ces banques. Sur ce budget, environ EUR auraient été dépensés en moyenne sur Les coûts récurrents sont évalués à EUR par institution, avec moins de variation cependant : cela suggère des mises en place différentes selon la taille des banques, avec plus ou moins d automatisation ou de recours à des prestataires externes. Notons que le coût estimé pour 2013 est plus bas, ce qui signifierait que l ensemble des coûts récurrents attendus n est pas encore matérialisé. 0 Moyenne totale Top 10 Moyennes Petites Budget total Coûts récurrents annuels Une fois extrapolé à la place luxembourgeoise, le budget global de l AIFMD représenterait 47,3 M EUR, dont 16 M EUR sur Les coûts récurrents annuels s établiraient à 22,8 M EUR, soit près de 50% de l investissement total. 10

13 Répartition moyenne du budget d implémentation total Analyse d'écart 27% Le budget global de mise en conformité est principalement investi dans l implémentation en tant que telle, avec une composante métier dominante. C est principalement du personnel interne qui conduit l initiative, à l exception des petites institutions. Préparation de licence Implémentation et suivi IT/mise à jour de systèmes/ nouveaux systèmes 12% 39% 61% En moyenne, 3,9 ETP sont dédiés et employés habituellement sur l AIFMD dans les banques de notre étude, ce chiffre augmentant jusqu à 5,9 ETP dans le secteur des fonds d investissement. A l inverse d autres mesures, ces ressources sont principalement des ressources nouvellement recrutées, pour deux tiers des banques. Une fois extrapolé, l emploi généré par l AIFMD s élèverait à 218 ETP, dont 130 ETP seraient des emplois créés. Analyse fonctionnelle/ métier/non-it 61% Personnel interne 61% Personnel externe (Consultant, conseillers, etc.) 39% Pourcentage d opinion (base : banques concernées) 3. Perception Opinion générale positive Opinion générale négative L AIFMD augmentera les niveaux des frais 29% 46% 77% La perception globale de l AIFMD reste mitigée, 46% des banques concernées ayant une opinion globalement négative sur l AIFMD et ses impacts pour la banque (rappelons que les banques agissent comme dépositaires), un des centres de coûts principaux de cette directive et 25% restant neutres. Le nombre d AIF va significativement augmenter au Luxembourg Le Luxembourg apparaîtra comme le centre de compétence principal pour la gestion d AIF en Europe Cela me permettra de développer des produits/services supplémentaires L AIFMD permettra à mon entreprise de gagner des parts de marché Le coût d implémentation est trop élevé par rapport aux bénéfices attendus 41% 46% 57% 57% 55% Pourtant, et à l inverse de certaines réglementations, l AIFMD est perçue comme porteuse d opportunités pour le Luxembourg et pour le développement commercial des banques impliquées. Le reproche principal est probablement lié à la mise en œuvre de la directive par rapport aux bénéfices attendus. L AIFMD est une menace au développement des UCITS 9% Pourcentage de banques qualifiant de difficulté (base : banques concernées) Devoirs de supervision 73% Les principaux challenges rencontrés dans la mise en conformité avec l AIFMD sont la mise en place des devoirs de supervision, la conservation d actifs non financiers et, dans une certaine mesure, la prise de clients. Le reporting et le monitoring des cashflows ne viennent qu après. Conservation des actifs non financiers 64% Prise de clients 43% Reporting 36% Monitoring des cashflows 36% Conservation des actifs financiers 23% Protéger les activités existantes 19% 11

14 4.2. UCITS V 1. Prévision UCITS V fait partie des mesures prospectives de l étude car la directive n est pas encore d application. Il était logique de la traiter dans à la suite de l AIFMD étant donné que ce texte consiste principalement dans l introduction de règles liées aux dépositaires. Dans l ensemble, 80% des banques ayant répondu déclarent en connaître au moins les grands principes et 60% des banques projettent de la mettre en place. La majorité d entre elles cependant n a pas encore défini de date pour le début de leurs travaux d analyse, et encore moins d implémentation. Seules 20% d entre elles a déjà commencé et 20% prévoyaient de commencer en Par rapport à l AIFMD (pour rappel, EUR par institution), les banques concernées s attendent à des budgets inférieurs de moitié ou équivalents tout au plus, et ce, malgré des volumes significativement plus importants, signe d une plus grande automatisation, ou de la présence de fortes synergies avec l AIFMD. Seules quelques banques prévoient des budgets supérieurs. 90% de ces banques n ont pas encore prévu de budget pour UCITS V, seules deux banques nous ont communiqué un budget moyen avoisinant les EUR. Sans surprise, ce budget serait utilisé essentiellement dans les phases d implémentation (68%), pour des aspects principalement métier (61%) et non pas tellement IT, avec du personnel interne (74%). De la même manière, la visibilité est encore faible quant au besoin de recrutement éventuel. 55% des répondants déclarent ne pas prévoir de nouveaux recrutements, le reste ne se prononçant pas encore. Pourcentage d opinion (base : banques concernées) 2. Perception C'est une évolution logique de l AIFMD Cela aidera le Luxembourg à se développer Cela sera difficile à implémenter Je le considère comme un coût pour mon entreprise et je n y vois pas de bénéfice spécifique ou significatif Les impacts seront plus importants que pour l'aifmd 38% 38% 38% 35% 80% D une manière générale, les opinions restent plutôt neutres à l égard de UCITS V. Les banques concernées trouvent effectivement que UCITS V s inscrit dans la continuité de AIFMD mais restent plus mitigées, sans être franchement négatives, quant à leur perception globale, au coût-bénéfice perçu, aux difficultés d implémentation, à l impact général ou sur le Luxembourg. Si elle est vue comme une suite logique, la directive à venir n a soit pas encore convaincu, soit n est pas encore suffisamment bien appréhendée. Notons également que la CSSF «prépare le terrain» avec sa circulaire dépositaires, étape intermédiaire entre les mondes UCITS IV et UCITS V. Je suis plutôt positif par rapport à cette nouvelle réglementation 29% 12

15 5 EMIR, Etude sur le coût de la réglementation et son impact sur la place financière à Luxembourg Réglementation des marchés : MiFID II, PRIIPs, AML IV 5.1. EMIR 1. Gestion Pratiquement toutes les banques de notre étude sont concernées par EMIR et 78% d entre elles sont encore en cours d implémentation. La majorité des travaux a commencé fin 2012 et courant 2013, avec des implémentations principalement fin 2013 et courant EMIR est clairement une problématique partagée entre le Luxembourg et le groupe, 41% des projets étant menés sous l initiative du Luxembourg, le solde l étant sous des initiatives conjointes ou du groupe. Le financement cependant est principalement local (69% des banques, voire même 80% chez les banques de grande et moyenne taille). Budget moyen total par institution (EUR, toutes années) 2. Budget : 59,7 M EUR + 7,9 M EUR récurrent Selon l étude, le budget total de mise en place de EMIR, toutes années confondues, s élève à près de EUR en moyenne par institution, variant de 1,5 M EUR à EUR. Ce budget représenterait environ 20% des investissements réglementaires des banques participantes. Dans l ensemble, ce budget correspond aux attentes et au budget prévu par ces banques pour 68% des banques, seules 20% ont vu des augmentations significatives. Sur ce budget, environ EUR auraient été dépensés en moyenne sur 2013 uniquement, soit 38%. Rappelons que EMIR n est pas encore terminé, loin de là, le clearing centralisé ne devrait débuter que l année prochaine Moyenne totale Top 10 Moyennes Petites Budget total Coûts récurrents annuels Les coûts récurrents sont évalués à EUR par institution, et pratiquement inexistants au sein des plus petites selon notre étude. Ils sont également particulièrement bas, représentant environ 17% de l investissement global. A l image du phénomène observé pour l AIFMD, le coût estimé pour 2013 est plus bas également, ce qui signifierait que l ensemble des coûts récurrents attendus n est pas encore matérialisé, ce qui est assez logique alors que le reporting a débuté en février 2014 et que les phases principales de clearing centralisé et bi-latéral ne débuteront que plus tard. Une fois extrapolé à la place luxembourgeoise, le budget global de EMIR représenterait 59,7 M EUR, dont 18,7 M EUR sur Les coûts récurrents annuels s établiraient à 7,9 M EUR, soit seulement 13% de l investissement total. Ces chiffres placent EMIR en tête des réglementations les plus couteuses sur la place en termes d investissement de départ, mais dont les coûts seraient cependant plus limités dans le temps (hors dépôts de marge). On peut aisément le comprendre lorsqu on songe aux problématiques de reporting ou de reformalisation des accords et dispositifs avec les contreparties. Ces budgets sont les budgets directs de mise et de maintien en conformité. A ceuxci, il faut encore ajouter les coûts induits par le contenu même des réglementations, comme le coût en consommation de capital par exemple pour les aspects de collatéral de EMIR. En outre, ceux-ci constituent une fourchette basse dans la mesure où les coûts vont continuer au rythme de l implémentation restant à faire mais difficiles à budgéter en raison du manque de visibilité. 13

16 Répartition moyenne du budget d implémentation total Analyse d'écart Implémentation et suivi IT/mise à jour de systèmes/ nouveaux systèmes Analyse fonctionnelle/ métier/non-it Personnel interne 34% 45% 55% 63% 66% Le budget global d implémentation est principalement investi dans l implémentation (66%) en tant que telle, avec un certain équilibre entre les dimensions IT et fonctionnelles (45% et 55% respectivement), ce qui correspond bien à la problématique EMIR. C est principalement du personnel interne qui conduit l initiative (63%), ce qui fluctue avec la taille des institutions. En moyenne, seul 1,1 ETP est dédié et employé habituellement sur EMIR dans les banques de notre étude (hors projet), ce chiffre ne variant pas énormément selon les institutions. EMIR n a donné lieu au recrutement de 1 à 2 personnes que dans 15% des cas. Une fois extrapolé, l emploi induit par EMIR et les coûts qui y sont associés resteraient limités à 93 ETP, dont 21 ETP seraient des emplois nouvellement créés. Personnel externe (Consultant, conseillers, etc.) 37% Pourcentage d opinion (base : banques concernées) 3. Perception Opinion générale positive Opinion générale négative 12% 54% EMIR n apparait pas comme une mesure qui récolte l adhésion, avec un taux d opinion négative concernant la réglementation et ses impacts pour la banque de 54% contre seulement 12% de positives. EMIR est peu clair ou 70% difficile à implémenter Le coût d implémentation est trop élevé 68% par rapport aux bénéfices attendus EMIR accroîtra la transparence de 50% marché et réduira le risque EMIR aidera à éviter une future crise 40% financière EMIR améliorera la gestion du risque 28% des banques Nous développerons de nouveaux 15% services clients liés à EMIR EMIR permettra une meilleure 8% optimisation du capital Les principaux reproches formulés concernent la complexité d EMIR et la difficulté de sa mise en œuvre. Les coûts qui y sont liés sont également perçus comme trop élevés par rapport aux bénéfices, particulièrement auprès des grandes banques. S il existe un certain consensus quant à la capacité de EMIR de réduire le risque et d accroître la transparence au niveau du marché, les opinions sont partagées quant à son efficacité pour éviter une future crise financière. Enfin les banques restent particulièrement négatives par rapport à un quelconque bénéfice pour leur gestion du risque, l optimisation du capital ou le développement de nouveaux services. Une mesure coûteuse et peu appréciée donc. Pourcentage de banques qualifiant de difficulté (base : banques concernées) Comprendre la réglementation Organiser un clearing avec les CCP Reporting des transactions Gestion du collatéral Evaluations quotidiennes Confirmations Réconciliations et disputes 29% 32% 44% 47% 47% 65% 64% C est sans surprise donc que la compréhension même de la réglementation fait partie des principaux défis rencontrés dans la mise en conformité avec EMIR, pour 65% des banques contactées et même davantage dans les grandes institutions. Ensuite viennent les mises en œuvre techniques des provisions spécifiques, avec certainement le clearing central (CCP). Les difficultés rencontrées vont ici varier selon la taille des banques. Par exemple, les grandes institutions voient plus de difficultés avec les confirmations alors que les petites en voient davantage sur les évaluations quotidiennes, les réconciliations ou la gestion du collatéral. Cette réglementation est donc plutôt perçue aujourd hui comme du pur coût alors que fondamentalement EMIR poursuit des objectifs bénéfiques pour le secteur financier, en apportant plus de transparence et moins de risque de contrepartie. La manière plutôt chaotique dont cette réglementation a été développée et mise en œuvre ainsi que les difficultés techniques rencontrées ont complètement occulté les bénéfices visés, l image sera peut être différente dans un an. 54% d opinion négative 14

17 5.2. MiFID II 1. Prévision MiFID II est une mesure prospective dans l étude étant donné que la directive est en cours de finalisation pour une implémentation prévue d ici fin Dans l ensemble, 85% des banques ayant répondu en connaissent les grands principes et même 10% déclarent maîtriser ces nouveaux textes. 80% des banques comptent mettre en œuvre MiFID II, ce taux passant à 100% parmi les grandes institutions. Même si certaines ont commencé des réflexions depuis 2013, la moitié d entre elles cependant n a pas encore défini de dates pour le début des analyses, et encore moins pour l implémentation. Plus de la moitié des banques ayant répondu s attend à des budgets plus ou moins équivalents à ceux encourus pour MiFID I, il ne s agit donc pas d une petite mise à jour. Les autres se partagent entre des budgets plus élevés ou moins élevés que MiFID I, dans des marges de 20% à 30%. Cela dit et à l image d autres réglementations de ce type, 90% de ces banques n ont pas encore prévu de budget pour MiFID II, seules trois banques nous ont communiqué des budgets variant de 1,2 M EUR à EUR qui restent donc tout à fait illustratifs. Sans surprise, ce budget serait utilisé essentiellement dans les phases d implémentation (64%), avec une dominance de personnel de la banque (66%). Par contre, les banques entrevoient un volet technologique important pouvant mobiliser 54% du budget. La visibilité est encore faible également quant aux besoins de recrutement éventuel : 53% des répondants déclarent ne pas prévoir de recrutement, le reste demeurant dans l attente. Pourcentage d opinion (base : banques concernées) 2. Perception Les investisseurs seront mieux protégés Cela sera difficile à implémenter MiFID II causera un changement majeur dans la façon d interagir avec nos clients L'interdiction totale de la plupart des inducements aura un impact significatif sur mes revenus MiFID II va encore ajouter une couche d administration, c'est tout Les impacts seront plus importants que pour MiFID I Mon business model sera impacté significativement (par ex. architecture ouverte, stratégie de distribution, etc) MiFID II est l opportunité de développer de nouveaux produits et services 32% 41% 43% 61% 57% 52% 52% 50% Il est intéressant de constater que le bénéfice principal de MiFID II, la protection des investisseurs, est mis en avant par les répondants. Pourtant la réglementation n est pas particulièrement bien accueillie, avec uniquement 29% d opinion positive et peu de bénéfices perçus. D une manière générale, les banques semblent s attendre à des impacts sur leur métier, tels que ceux liés aux inducements, à la distribution des produits ou aux nouvelles procédures dans l interaction avec les clients ou encore les conséquences administratives de certains processus. Précisons que le solde des scores du tableau ci-contre est essentiellement rangé auprès des opinions neutres, celles qui sont en support de MiFID II restant toutefois très limitées. Je suis plutôt positif concernant cette nouvelle réglementation 29% 61% reconnaissent l effet sur une meilleure protection des investisseurs 15

18 5.3. PRIIPs 1. Prévision PRIIPs (Packaged Retail and Insurance-based Investment Products) fait également partie des mesures prospectives de l étude. La réglementation PRIIPs a été publiée durant la présente étude au printemps 2014 et est en cours de finalisation pour une implémentation prévue d ici fin 2016 dans le sillage de MiFID II. PRIIPs est un peu moins connu, 69% des banques ayant répondu en connaissent les grands principes et 20% n en connaissent que le nom. C est particulièrement le cas dans les plus petites institutions. 60% des banques comptent mettre en œuvre PRIIPs, dont toutes les grandes banques, et 11% ne sont pas encore décidées. Il est intéressant de noter qu environ 30% d entre elles ne comptent pas mettre en œuvre la réglementation, tout secteur confondu. Ceci devrait se réduire avec le temps, tant PRIIPs concerne les principaux secteurs de Luxembourg (gestion collective d actifs). Dans l ensemble, il n y a pas encore de planning clairement établi pour le démarrage des analyses, à l exception de quelques banques dont les réflexions sont entamées. Dans le même sens, les banques n ont malheureusement pas encore de budget prévu et aucune n envisage du recrutement à ce stade, même si la moitié d entre elles, au sein des plus grandes banques, laisse la porte ouverte. Etant donné le manque de visibilité sur la mesure, l allocation future des budgets reste assez traditionnelle à l heure actuelle, avec une dominance sur l implémentation (62%), avec une dominante métier (57%) par rapport à l IT, principalement mené par du personnel de la banque (73%). Pourcentage d opinion (base : banques concernées) 2. Perception Les investisseurs seront mieux informés et par conséquent protégés Cela est tout simplement similaire aux UCITS KIID PRIIPS II va encore ajouter une couche d administration, c'est tout Je suis plutôt positif concernant cette nouvelle réglementation Cela ne sera pas une réglementation majeure avec des impacts importants Cela sera difficile à implémenter 29% 29% 29% 52% 52% 67% A l image de MiFID II, l information des «consommateurs» est le premier bénéfice cité et reconnu (67%), c est particulièrement le cas chez les plus gros acteurs et ceux du Retail Banking. La moitié des répondants fait aussi le lien à juste titre avec le KIID (Key Investor Information Document) de UCITS, particulièrement au sein du secteur des fonds évidemment déjà largement impacté. L effort ici concernera tous les produits de gestion collective, un document devant être créé pour tout produit. Ensuite les avis sont plutôt mitigés : plutôt perçu comme une lourdeur administrative de plus (52%), les banques restent neutres sur PRIIPs en général, sauf les plus petits acteurs qui sont davantage négatifs, que ce soit sur les impacts éventuels ou la difficulté de mise en œuvre. 67% reconnaissent l information des consommateurs comme premier bénéfice 16

19 5.4. AML IV 1. Prévision AML IV est également une mesure prospective sur laquelle un premier accord est intervenu en juin 2014 durant le cours de cette étude et qui doit encore faire l objet de discussions au sein de l Union Européenne (trilogue). On sait ce sujet très important pour les banques et il n est donc pas surprenant qu il soit suivi de près par celles-ci : AML IV est la mesure prospective la mieux maîtrisée actuellement, avec 94% des banques qui en connaissent les principes, dont 25% qui déclarent la maîtriser. Assez logiquement, toutes prévoient de la mettre en œuvre, ce qui reflète encore l importance du sujet. Un tiers des banques a déjà commencé depuis 2013 ou prévoit de commencer en 2014 ou 2015 certains travaux, la majorité cependant n a pas encore planifié ceux-ci. Environ 60% des banques s attendent à des budgets similaires à la réglementation précédente, dont le Règlement CSSF 12/02. Les autres se partagent entre des budgets supérieurs, de 30% environ, ou inférieurs, de 25% en moyenne. C est dans les plus grandes institutions et dans le Private et Retail Banking qu on anticipe le plus des budgets en ligne avec les précédents. Dans les autres institutions, les attentes sont différentes, tant à la hausse qu à la baisse. Ces budgets seraient utilisés principalement en implémentation (63%), avec davantage de composantes fonctionnelles (57%) que techniques et peu d expertise externe (18%), ce dernier chiffre variant logiquement avec la taille et donc les ressources des institutions. Cependant, soulignons qu à l heure actuelle aucune banque, sauf une, n a réservé de budget. La visibilité reste faible également quant aux besoins de recrutement éventuel : 62% des répondants n ont pas prévu de recrutement, seuls 9% songent à recruter, en moyenne un ETP, les autres étant dans l attente. Pourcentage d opinion (base : banques concernées) 2. Perception Cela aidera à renforcer l'image du Luxembourg dans 67% le domaine de l AML/FATF* et de la fraude Je suis plutôt positif concernant 65% cette nouvelle réglementation Cela réduira les risques pour la banque 47% Cela sera difficile à 35% implémenter Les impacts seront plus importants qu avec la réglementation AML 32% précédente (CSSF 12-02) AML IV va encore ajouter une couche 26% d administration, c'est tout Cela réduira les opportunités 6% d affaires pour la banque L AML IV est plutôt bien accueillie en général, 65% des banques étant plutôt positives et seules 10% étant négatives. C est d abord l avantage pour l image de la place de Luxembourg qui est mis en avant (65%), et davantage encore au sein des petites institutions et du Private Banking pour lequel, on peut l imaginer, le sujet est particulièrement critique. Ensuite vient le bénéfice pour la banque en termes de réduction des risques (47% favorables). Cela dit, les opinions ne sont pas tranchées quant à son impact par rapport à l arsenal existant, même si les grandes tendent à percevoir des impacts plus importants. AML IV n est pas vue comme une mesure administrative en général (42% sont contre cette vision et 33% restent neutres) et les banques restent neutres par rapport à la difficulté d implémentation. Par contre, il y a consensus pour rejeter l idée selon laquelle ce pourrait être un frein à tout développement commercial. Ce point est encore davantage souligné par les plus petites institutions. * FATF : Financial Action Task Force 65% des banques sont plutôt positives 17

20 6 Règles prudentielles : CRD IV et AQR 6.1. CRD IV 1. Gestion Toutes les banques de notre échantillon sont logiquement concernées par la problématique et ont débuté sa mise en place. Les analyses ont commencé dès 2011 mais le cœur des analyses a été initié en 2012 (42%) et 2013 (45%). La plupart des projets d implémentation ont commencé en 2013 (52%) et 2014 (21%), avec les premiers projets dès 2012, principalement chez les plus grandes institutions. Pour 52% des banques, la problématique est gérée partir de Luxembourg. Pour les autres, l initiative est partagée (37%) ou dirigée par le groupe (11%) : sur ces matières, on voit que les grandes banques sont davantage soumises aux contraintes groupe que les plus petites, à l inverse d autres réglementations où les petites s appuient directement sur les maisons-mères. Le financement des projets quant à lui reste principalement local, dans 80% des cas, même dans les plus grandes institutions (71% à 83% dans les grandes et moyennes banques). Budget moyen total par institution (K EUR, toutes années) 2. Budget : 53,4 M EUR + 14,6 M EUR récurrent Selon notre étude, le budget total d implémentation de CRD IV, toutes années confondues, atteint EUR en moyenne par institution, variant de 1,4 M EUR à EUR selon la taille. Ce budget représenterait en moyenne 23% des investissements réglementaires totaux des banques de notre étude, 11% au sein des plus grandes. Pour près de 80% des répondants, ce budget correspond aux attentes, les 20% restant ayant dû à faire face à des coûts non prévus allant jusqu à doubler le budget initial pour certains. Sur ce budget, EUR auraient été dépensés en moyenne sur Les coûts récurrents sont évalués à EUR en moyenne par institution, variant de EUR pour les plus petites banques (soit 59% des investissements) à EUR pour les plus grandes (soit 29% des investissements). Notons que le coût récurrent supporté pour 2013 est relativement en ligne avec ces attentes Moyenne totale Top 10 Moyennes Petites Budget total Coûts récurrents annuels Une fois extrapolé à la place luxembourgeoise, le budget global de la CRD IV représenterait 53,4 M EUR, dont 21,6 M EUR pour Les coûts récurrents annuels s établiraient à 14,6 M EUR, soit 27% de l investissement total. Notons que ces budgets sont les budgets directs de mise et de maintien en conformité. A ceux-ci, il faut encore ajouter les coûts induits par le contenu même des exigences, comme le coût en fonds propres par exemple. 18

21 Répartition moyenne du budget d implémentation total Analyse d'écart 35% Le budget global d implémentation est principalement investi dans l implémentation en tant que telle. Par rapport à certaines réglementations, CRD IV fait appel à davantage d investissements IT (59%). C est principalement du personnel interne qui conduit l initiative, à l exception des petites institutions. Implémentation et suivi IT/Mise à jour de systèmes /nouveaux systèmes Analyse fonctionnelle/ métier/ Non-IT Personnel interne 41% 59% 65% 65% En moyenne, 2,5 ETP sont dédiés et employés habituellement sur la problématique CRD IV dans les banques de notre étude, variant de 1,9 à 3,9 ETP avec la taille des banques. Seules 22% des banques expriment un besoin de recrutement, en moyenne d un ETP. Une fois extrapolé, l emploi induit par la CRD IV s élèverait à 216 ETP, dont 21 ETP seulement (10%) seraient des emplois créés. Mais encore une fois, comme pour d autres mesures dont EMIR, tous les employés sont impactés par les nouvelles méthodes de travail, du commercial à la gestion des risques en passant par la trésorerie et les back-offices. Personnel externe (Consultant, conseillers, etc.) 35% Pourcentage d opinion (base : banques concernées) 3. Perception Opinion générale positive Opinion générale négative 24% 34% La perception globale de la CRD IV et de ses impacts sur la banque est plutôt neutre (42%) voire légèrement négative (34%). Les exigences CRD IV renforceront la résistance des banques Le coût d implémentation est trop élevé par rapport aux bénéfices attendus CRD IV aidera à éviter une prise de risques excessive dans mon entreprise CRD IV changera notre modèle de financement Certaines de nos activités seront arrêtées à cause de CRD IV 30% 43% 49% 54% 70% Les bénéfices de la CRD IV sont bien reconnus (résistance 70%, gestion des risques 49%), mais il semble que c est le coût de mise en œuvre qui est reproché à cette réglementation, particulièrement par les plus grosses institutions. Pour 43% des banques, CRD IV peut avoir un impact sur le modèle de financement, moins chez les plus petites cependant, seulement 60% ne prévoient pas d arrêter certaines activités comme conséquence. 22% pourraient initier de nouvelles activités, essentiellement au sein des plus grandes banques. CRD IV mènera à de nouvelles activités dans mon entreprise 22% Pourcentage de banques qualifiant de difficulté (base : banques concernées) Les principaux challenges rencontrés dans la mise en conformité avec CRD IV sont les mesures liées à la liquidité, et davantage pour les grandes, le planning stratégique, les aspects de reporting et les exigences liées au risque de crédit. Mesures liées à la liquidité 70% Planning stratégique Reporting Exigences liées au risque de crédit 46% 54% 58% Pour 54% le coût d implementation est trop élevé Redéfinition de l'appétit pour le risque 38% Exigences en capitaux propres Tier 1 27% 19

22 6.2. Union Bancaire/AQR 1. Gestion La problématique de l AQR (Asset Quality Review) est très particulière, dans la mesure où seules certaines banques sont directement dans le périmètre. A Luxembourg, 7 banques sont directement concernées par l AQR, dont 3 ont participé à notre étude. Il est intéressant de constater à ce propos que la réalité n est pas aussi simple pour cette mesure, il ressort de notre étude que 18 banques se disent concernées par l AQR, dont 5 étaient en cours d exercice. On y voit l effet de la participation de certaines banques à des efforts du groupe ainsi que la problématique plus large de l Union Bancaire qui bien entendu est susceptible de toucher un plus grand nombre de banques que ce que l on aurait pu croire à première analyse. Si l on se limite aux banques réellement concernées par l AQR, on constate que la problématique est essentiellement gérée par le groupe, totalement ou partiellement, mais avec un financement local. Les travaux étaient en cours au moment de l étude ou en voie de se terminer, avec le recours logique à des prestataires externes pour faire l évaluation et un budget essentiellement non IT (63%) dépensé sur la revue elle-même (75%). Il n y aurait pas eu de recrutement spécialement à cette fin. Les budgets évoqués seraient de l ordre de EUR en moyenne mais il faut prendre ces informations avec beaucoup de prudence tant cela peut varier d une institution à l autre. Sur base d autres sources d information, les budgets externes de l AQR auraient pu varier entre EUR et près de 3 M EUR. AQR comporte également une charge de travail interne significative pour la préparation et la recherche de données qui n est pas quantifiée ici. A cause de ces effets induits le coût réel pour la place devrait plus vraissemblablement s élever à 8 M EUR. Pourcentage d opinion (base : banques concernées) Opinion générale positive Opinion générale négative Les investisseurs auront une confiance accrue dans le marché financier européen après le processus AQR AQR améliorera ma gestion des risques (par ex. audit interne) AQR mettra en évidence les besoins de recapitalisation AQR réduira les risques systémiques AQR identifiera les faiblesses du système bancaire au Luxembourg Le coût d implémentation est trop élevé par rapport aux bénéfices attendus Inutile sans l implémentation du 2ème pilier de l'union Bancaire 6% 18% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% Pourcentage de banques qualifiant de difficulté (base : banques concernées) Prise en compte du grand nombre d indicateurs pour le risque de crédit Compréhension de toutes les exigences Respect des différents scénarios 22% 22% 28% 40% 39% 44% 50% 50% 53% 56% 2. Perception Pour étudier la perception, nous avons choisi d ouvrir le champ aux 18 banques qui se déclarent concernées par l AQR, voire l Union Bancaire selon les interprétations, et qui ont répondu à l ensemble des questions. L opinion générale reste neutre (76%) quant à l AQR et l impact sur la banque, voire légèrement négative (18%). Les répondants reconnaissent les avantages potentiels de l AQR, tels qu une confiance accrue dans le marché financier européen et une meilleure gestion des risques de la banque. Ce sentiment est surtout présent dans les banques de taille moyenne et petite, alors que les plus grosses, davantage impliquées également, restent plus neutres. Par ailleurs, la moitié des banques sont d avis que l AQR va mettre en évidence les besoins de recapitalisation, proportion montant à 80% parmi les plus petites banques. Dans l ensemble, il y a consensus sur un point, cet exercice force l amélioration de la compréhension des risques ainsi que leur funding.les opinions restent cependant partagées quant à l identification de faiblesses sur le marché luxembourgeois. Les difficultés rencontrées ou perçues par les banques sont essentiellement d ordre technique, telles que la prise en compte du grand nombre d indicateurs de credit risk, la compréhension de toutes les exigences ou le respect des scénarios. Il faut ici faire une distinction entre les grandes institutions et les autres. Les plus grandes font davantage face à des problèmes pratiques tels que le respect des deadlines ou des standards de communication, voire la compréhension de l ensemble des exigences. Les plus petites perçoivent davantage des problèmes techniques liés à l analyse même (ex. : le nombre de facteurs, les scénarios, etc.). Respect des délais 38% Respect des standards de données à communiquer 31% Communication de toutes les exigences à la BCE 20% 20 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60%

23 7 Réglementation fiscale : FATCA et Tax Transparency 7.1. FATCA 1. Gestion Pratiquement toutes les banques (93%) de l étude se disent impliquées dans la problématique FATCA et toutes connaissent cette réglementation fiscale, en cours d implémentation chez les banques concernées au moment de l étude. La problématique n est pas récente et les premières analyses ont commencé en 2011 et surtout début 2012, voire 2013 pour certains (27%). L essentiel des travaux de mise en place a commencé en 2013 et 2014 (39%). Les plus tardifs ont été les plus petites institutions. La problématique est gérée conjointement entre le Luxembourg et la maison-mère pour 61% des banques et davantage encore au sein des plus grandes. Il y a peu de cas où c est uniquement la maison-mère qui mène l initiative. Comme souvent observé par contre, la source de financement reste locale dans 74% des cas, particulièrement pour les plus petites institutions. Budget moyen total par institution (EUR, toutes années) 2. Budget : 74 M EUR + 10 M EUR récurrent Selon notre étude, le budget total de mise en place de FATCA, toutes années confondues, atteindrait EUR en moyenne par institution, variant de 2,4 M EUR (le plus gros enregistré dans notre étude) à EUR selon la taille des banques. Ce budget représenterait environ 16% des investissements réglementaires des banques participantes. A l inverse des autres réglementations, cette proportion demeure plus élevée au sein des grandes banques, reflétant le niveau de complexité accru dans les organisations plus larges. Dans 87% des cas, ce budget correspond aux attentes et au budget prévu par ces banques, avec quelques exceptions parfois importantes. Sur ce budget, environ EUR auraient été dépensés en moyenne sur 2013 par institution Budget total Coûts récurrents annuels Moyenne totale Top 10 Moyennes Petites Les coûts récurrents sont évalués à EUR par institution, avec de grandes variations de EUR à EUR selon la taille des institutions. Rapportés à l investissement initial, ces coûts récurrents varient de 7% à 20%. Les coûts récurrents pour 2013 uniquement sont plutôt en ligne voire légèrement inférieurs à ces attentes, certains coûts devant encore se matérialiser avec le temps probablement. Une fois extrapolé à la place luxembourgeoise, le budget global de FATCA représenterait 74 M EUR, dont 25 M EUR sur 2013 uniquement, le budget le plus important mesuré dans notre étude pour la place au vu du nombre d acteurs concernés. Les coûts récurrents annuels resteraient relativement contenus et s établiraient à 10 M EUR, soit environ 13% de l investissement total. 21

24 Répartition moyenne du budget d implémentation total Analyse d'écart 34% A l image des autres mesures, le budget global d implémentation est principalement investi dans l implémentation avec une composante métier dominante. C est principalement du personnel interne qui conduit l initiative, à l exception des petites institutions. Implémentation et suivi IT/mise à jour de systèmes/ nouveaux systèmes Analyse fonctionnelle/ métier/non-it 41% 58% 64% En moyenne, 1,7 ETP sont dédiés et employés habituellement sur FATCA dans les banques de notre étude, ce chiffre augmentant jusqu à 2,9 ETP chez les plus grandes banques. Dans 89% des cas, il n y a pas eu de recrutement pour faire face à ces besoins, seules 11% des banques ont recruté 1 ETP en général, surtout les plus grandes. Une fois extrapolé, l emploi induit par FATCA s élèverait à 125 ETP, dont seulement 16 ETP seraient des emplois créés. Personnel interne 54% Personnel externe (Consultant, conseillers, etc.) 43% Pourcentage d opinion (base : banques concernées) 3. Perception Opinion générale positive 7% Opinion générale négative 54% Le coût d implémentation est trop élevé par rapport aux 83% bénéfices attendus FATCA augmentera les frais 67% FATCA changera le marché 56% financier mondial FATCA mènera à une 36% réduction des clients Mes profits vont diminuer à 31% cause de FATCA Luxembourg sera un modèle en 13% Europe concernant FATCA FATCA me permettra de commercialiser 13% des services supplémentaires Cela me permettra d augmenter le 3% volume d affaires avec les USA 0% 20% 40% 60% 80% 100% Pourcentage d opinion (base : banques concernées) Classification/prise de clients 69% FATCA n est pas une mesure particulièrement populaire, avec 54% d opinion négatives (90% au sein des grandes banques) et seulement 7% de positives. Le principal reproche est le coût disproportionné généré, au niveau de l implémentation (83%) mais aussi indirectement à travers la répercussion sur les honoraires payés (67%), pour un bénéfice encore à trouver. Ainsi 72% ne voient pas d avantages commerciaux liés à de nouveaux services ou, dans les mêmes proportions, liés à une augmentation du volume d affaires avec les USA. Au contraire, certains redoutent une pression sur les marges (31%) ou la réduction des clients (36%), particulièrement au sein des plus grosses institutions où ces opinons représentent de 60% à 70% des banques. Enfin, FATCA aura un impact sur le marché financier mondial pour 56% des banques. Les principaux défis rencontrés dans la mise en conformité avec FATCA concernent la classification, la mise en place du reporting et la formation des employés. L établissement des nouvelles procédures et le suivi de la conformité sont également des points importants. Notons des différences : le reporting est davantage un problème pour les petites institutions, la classification et la formation des employés pour les grandes. Reporting Formation des employés Nouvelles procédures 57% 69% 67% Pour 83% des banques, FATCA est trop coûteux pour ce qu il apporte Suivi et contrôle 57% Système de retenue à la source 34% 22

25 7.2. Tax Transparency (échange d information, OCDE*, EUSD**) 1. Prévisions La problématique de la transparence fiscale est une problématique un peu à part dans l étude car elle touche à des évolutions réglementaires différentes mais participant toutes au même objectif. Les aspects de transparence fiscales sont souvent discutés actuellement et 32% des banques déclarent maîtriser parfaitement la problématique, 61% ont une connaissance des grands principes. Deux tiers des banques ont commencé des travaux en la matière : la majorité a commencé les analyses début 2013, avec des mises en place concrètes s étalant de 2013 à Les autres banques devraient commencer des travaux dans la mesure où toutes les institutions sont en principe concernées. L aspect budgétaire reste encore assez flou, toutes les banques concernées dans l étude n étant pas en mesure de chiffrer leurs efforts. Les budgets moyens évoqués par certaines institutions sont élevés : 1,4 M EUR, 30% des investissements réglementaires. Au-delà des coûts de mise en place, il y a également le coût résultant de la perte éventuelle de revenus. Près de la moitié des banques activement impliquées dans la problématique ont mesuré ce coût et certaines ont accepté de le communiquer. Vu le nombre, il faut rester prudent quant à la représentativité et garder ces données comme des illustrations. Selon ces données, l impact moyen par institution serait de 9,6 M EUR, variant fortement de EUR à 35 M EUR auprès des quelques institutions participantes. Une fois extrapolés, l impact de perte de revenu s élèverait alors à 179 M EUR pour la place de Luxembourg. Ce chiffre nous paraît clairement sous-estimé et constitue un minimum vu le faible nombre de banques ayant fourni des estimations. Pourcentage d opinion (base : banques concernées) 2. Perception Nous allons transformer notre organisation et nos activités pour nous adapter à ce nouvel environnement A long terme, le Private Banking sera considérablement réduit au Luxembourg Je suis plutôt positif concernant ces nouvelles obligations Cela aidera le Luxembourg à se développer Nous allons augmenter nos activités en Private Banking Ma banque pourrait quitter le Luxembourg à cause de ces changements 7% 27% 33% Pourcentage de banques qualifiant de difficulté (base : banques concernées) 50% 53% 73% On le sait, le Private Banking est en pleine mutation au Luxembourg, et l étude confirme ce fait puisque 73% des banques déclarent transformer leur business model pour s adapter à cet environnement. Si les opinions générales ne sont pas négatives (50% de positif et 40% de neutre), environ la moitié des banques voit un possible affaiblissement de la place en Private Banking à l avenir, les autres restant plutôt neutres. Cette vision pessimiste est davantage marquée chez les plus petits acteurs et ceux du Private Banking en général. De la même manière, seul un tiers des banques considère qu il s agit d une opportunité pour le développement de Luxembourg, les autres restent neutres également. Certaines banques ont des visions plus optimistes cependant : si 27% comptent développer leurs activités, ce taux monte à 60% au sein des plus grosses pour chuter à 8% chez les petites banques. D une manière générale, le départ généralisé des banques n est pas à l agenda : 77% des banques affirment clairement leur volonté de rester au Luxembourg, seules deux banques de l étude mentionnent qu elles pourraient envisager de reconsidérer leur présence. Gestion d un environnement comprenant plusieurs juridictions fiscales Acquisition de nouveaux segments de clientèle Industrialisation du reporting fiscal aux clients Développer de nouveaux produits et services pour de nouveaux segments de clients Gérer à court terme la réduction des actifs Aider les clients à régulariser leurs actifs Former les CRM à traiter avec des clients plus sophistiqués Gestion de la performance nette de taxe 37% 35% 31% 26% 23% 44% 50% 67% Le principal défi lié à la transparence fiscale reste la gestion d un environnement comprenant plusieurs juridictions fiscales, pour 67% des banques. Ensuite viennent directement des aspects stratégiques, tels que l acquisition de nouveaux clients (50%) et opérationnels comme le reporting fiscal (44%). Notons que les sensibilités et les challenges vont varier avec la taille des banques. Les plus grandes banques font davantage face aux problématiques d industrialisation du reporting, de la gestion de la performance nette de taxe. Les plus petites ont plus de difficulté avec l accompagnement des clients existants dans la régularisation ou le rapatriement. L urgence de capturer de nouveaux clients par contre fait consensus. Aider les clients à transférer leurs 15% actifs dans leur pays de résidence * OCDE : Organisation de Coopération et de Développement Economiques ** EUSD : European Union Savings Directive 23

26 8 Réglementation sur les paiements : SEPA et PSD II 8.1. SEPA 1. Gestion 76% des banques de notre étude sont impliquées dans SEPA, dont 60% en ont terminé les travaux (au printemps), le reste étant en cours d implémentation. Celles qui ne sont pas impliquées sont des petites banques, essentiellement de l industrie des fonds et d autres secteurs. Si les premiers travaux remontent à près de 10 ans, les analyses des dernières mesures liées aux direct debits et credit transfers se sont étalées depuis 2010, avec une partie importante effectuée en La majorité des implémentations a également débuté en La problématique est gérée principalement au Luxembourg (55%), ou partagée avec le groupe dans certains cas (36%). La source de financement reste principalement locale, pour en moyenne 74% du budget. Budget moyen total par institution 2. Budget : 34,3 M EUR + 4,7 M EUR récurrent (EUR, toutes années) Moyenne totale Top 10 Moyennes Petites Budget total Coûts récurrents annuels Selon notre étude, le budget total de mise en place de SEPA, toutes années confondues, s élève à EUR en moyenne par institution, variant d environ EUR dans la plupart des institutions à EUR chez les plus grandes banques. Ce budget représenterait en moyenne 4% des investissements réglementaires des grandes banques, mais jusque 20% pour les établissements plus petits. Dans l ensemble, ce budget correspond aux attentes et au budget prévu par ces banques, sauf pour 24% d entre elles qui ont connu une augmentation de 42% en moyenne. Sur ce budget, environ EUR auraient été dépensés en moyenne sur Les coûts récurrents sont limités et évalués à EUR par institution, variant de EUR à EUR en fonction de la complexité des chaines informatiques. Ces coûts représentent de 19% à 24% des investissements des banques en moyenne de manière assez homogène, ce qui laisse penser à des approches assez similaires entre banques. Notons que le coût supporté pour 2013 est légèrement plus élevé en moyenne, du fait des banques de taille moyenne, qui ont pu sous-estimer les implications. Une fois extrapolé à la place luxembourgeoise, le budget global de SEPA représenterait 34,3 M EUR, dont 11,9 M EUR sur Les coûts récurrents annuels s établiraient à 4,7 M EUR, soit environ 13% de l investissement total. 24

27 Répartition moyenne du budget d implémentation total Analyse d'écart Implémentation et suivi IT/Mise à jour de systèmes /nouveaux systèmes Analyse fonctionnelle/ métier/ Non-IT Personnel interne Personnel externe (Consultant, conseillers, etc.) 22% 30% 33% 67% 70% 79% Le budget d implémentation est principalement investi dans les développements informatiques (67%), sur des travaux conduits dans l ensemble par du personnel interne, le recours à des conseillers externes étant limité (22%). En moyenne, 2,5 ETP sont dédiés à SEPA dans les banques de notre étude, ce chiffre augmentant jusqu à 6,3 ETP dans les plus grosses banques a priori à cause de leur forte activité dans le secteur Retail Banking. Aucune ressource supplémentaire n a dû être recrutée pour ces travaux. Une fois les chiffres extrapolés, la problématique SEPA aurait occupé 121 ETP sur la place selon notre étude, tous des emplois existant déjà dans ces banques. 67% du budget d implémentation est investi dans les développements informatiques Pourcentage d opinion (base : banques concernées) 3. Perception Opinion générale positive Opinion générale négative Les délais d implémentation de SEPA sont acceptables Le coût d implémentation est trop élevé par rapport au volume de paiements transfrontaliers ou aux services supplémentaires à vendre SEPA diminuera le coût des paiements Les paiements transfrontaliers augmenteront significativement en Europe SEPA aidera à développer des services et des revenus supplémentaires SEPA stimulera l'innovation SEPA augmentera la concurrence 9% 39% 38% 34% 34% 53% 48% 47% 44% La perception globale de SEPA reste plutôt positive ou neutre, avec seulement 9% d opinions défavorables. Si les échéances étaient plutôt acceptables pour le secteur financier, à l exception de certaines grandes banques en désaccord, le coût reste perçu globalement comme trop élevé au regard des bénéfices attendus. Le coût des paiements devrait diminuer à l avenir, principalement pour les grandes banques, mais on ne s attend pas à une croissance des volumes en Europe, notons encore qu une large part des efforts repose sur les autres acteurs de l économie (secteur industriel et des services). Les banques restent plutôt neutres à négatives sur le développement de nouveaux services et plutôt neutres sur l accroissement de la concurrence. Par contre les plus grandes y voient davantage un effet sur l innovation en matière de paiement Pourcentage de banques qualifiant de difficulté (base : banques concernées) Adaptation des chaînes informatiques existantes 94% Les grands défis rencontrés dans la mise en conformité avec SEPA concernent principalement l adaptation des chaînes informatiques existantes pour pratiquement toutes les banques, tout en respectant les échéances. Dans un deuxième temps, c est la formation des utilisateurs des systèmes de paiement qui est identifiée comme source de difficulté. Respect des délais 67% Connection avec les marchands et commercialisation des services 57% Formation des employés 45% Stockage des données 33% Gestion des droits d'utilisateur 25% 0% 20% 40% 60% 80% 100% 25

28 8.2. PSD II 1. Prévision La PSD II (Payment Services Directive) fait partie des mesures prospectives de l étude. Elle a été proposée en 2013 et est en cours de révision par les instances européennes. Cette directive est un peu moins connue, 26% des banques n en connaissant que le nom et 13% n en ont jamais entendu parler. Parmi les banques de notre étude, 31% comptent mettre en œuvre PSD II et 36% ne savent pas encore. Le manque de conscience des enjeux est surtout le fait des plus petites banques. Dans l ensemble le planning d analyse et d implémentation n est pas encore défini. La même incertitude plane autour du budget : pratiquement aucune des banques n a arrêté un budget actuellement et 53% estiment un budget semblable à PSD I. De même aucun recrutement n est prévu toutefois 43% des banques se laissent cette opportunité si nécessaire. Ceci devrait se préciser avec le temps. Etant donné le manque de visibilité sur la mesure, l allocation future des budgets reste assez traditionnelle à l heure actuelle, avec une dominance sur l implémentation (66%). Le projet est vu comme essentiellement IT (53% du budget), principalement mené par du personnel de la banque (79%). Pourcentage de banques qualifiant de difficulté (base : banques concernées) 2. Perception C'est une évolution logique de PSD I PSD II promouvra plus de concurrence, d efficacité et d innovation Je le considère comme un coût pour mon entreprise et je n y vois pas de bénéfice spécifique ou significatif Je suis plutôt positif par rapport à ces nouvelles obligations 27% 40% 40% 60% PSD II est d abord vue comme une suite logique de la première directive et s inscrit dans la continuité. Si PSD II peut avoir comme résultat davantage d innovation, de concurrence ou d efficience, elle est aussi perçue comme un coût dont le bénéfice reste vague. C est davantage le cas dans les grandes institutions. Seulement 27% se disent positifs sur la directive, les autres restant neutres. Enfin, dans l ensemble, les banques n y voient pas réellement d opportunités pour Luxembourg. Les impacts seront plus importants qu avec PSD I 20% Cela sera difficile à implémenter 13% Cela aidera le Luxembourg à se développer 0%

29 9 CSSF Réglementations locales : Circulaire 12/552 et e-archiving 9.1. Circulaire CSSF 12/ Gestion En principe, toutes les banques sont concernées par la Circulaire CSSF 12/552, même si 7% ont répondu ne pas être impliquées, probablement parce qu elles étaient déjà en conformité. Pour les deux tiers des banques la circulaire a été mise en place et les travaux étaient terminés au moment de l étude, 36% sont encore en cours d implémentation. Le début des analyses a vraiment commencé fin 2012-début 2013 pour 86% des banques, avec une mise en place au milieu 2013 principalement. Vu le caractère de cette réglementation, Circulaire CSSF 12/552 est clairement une initiative gérée localement pour 91% des banques, conjointement avec le groupe pour les autres. Le financement demeure principalement local, 86% du budget étant pris du Luxembourg. Budget moyen total par institution (EUR, toutes années) 2. Budget : 12,2 M EUR + 7,5 M EUR récurrent Moyenne totale Top 10 Moyennes Petites Budget total Coûts récurrents annuels Selon notre étude, le budget total de mise en place de la Circulaire CSSF 12/552, toutes années confondues, s élève à EUR en moyenne par institution, variant de EUR à EUR avec la taille des banques. Ce budget, relativement limité dans l ensemble, représenterait environ 14% des investissements réglementaires des banques participantes. Si cela reste faible pour les grandes banques, il est plus structurant et plus lourd pour les petites, représentant 26% du budget réglementaire. Dans l ensemble, il correspond aux attentes et au budget prévu par ces banques pour 74%, les autres ayant vu des augmentations de l ordre de 44% en moyenne. La majorité de ce budget, 81%, aurait été dépensée sur Les coûts récurrents sont évalués à EUR par institution, avec de faibles variations, allant de EUR chez les plus petites à EUR chez les banques de taille moyenne. Ces coûts sont globalement identiques à l investissement initial, à l exception des plus grosses institutions où l investissement a pu être plus conséquent en raison de la complexité de l organisation et des activités. Ceci reflète le caractère très structurel de la mesure visant un dispositif global de gouvernance à mettre en place et à maintenir, sans investissement lourd au départ étant donné que la circulaire s est largement appuyée sur des circulaires existantes et ensuite abrogées. Le coût récurrent estimé pour 2013 uniquement est cependant moins élevé, ce qui traduit le fait que tous les coûts ne se sont pas encore matérialisés comme observé pour d autres mesures. Une fois extrapolé à la place luxembourgeoise, le budget global de la Circulaire CSSF 12/552 représenterait 12,2 M EUR, dont 9,9 M EUR sur Les coûts récurrents annuels s établiraient à 7,5 M EUR, soit 61% de l investissement total. Cette circulaire n est donc pas tant un investissement à réaliser qu un dispositif, technique et humain, à mettre en place et à maintenir, une évolution des procédures, pas forcément une révolution. 27

30 Répartition moyenne du budget d implémentation total Analyse d'écart 39% Le budget total est principalement investi dans l implémentation (57%) en tant que telle. La circulaire a nécessité assez logiquement des moyens essentiellement non informatiques (72%). Du personnel externe a été nécessaire à concurrence de 32% du budget, tendance plus marquée dans les petites institutions où ce chiffre dépasse les 50%. Implémentation et suivi IT/mise à jour de systèmes/ nouveaux systèmes Analyse fonctionnelle/ métier/non-it 17% 57% 72% En moyenne, 1,1 ETP sont dédiés et employés habituellement sur la Circulaire CSSF 12/552 dans les banques de notre étude (hors projet), variant de 0,5 ETP dans les plus grandes à près de 1,5 ETP dans les petites et moyennes institutions. Dans 90% des cas, ce ne sont pas des recrutements mais des ressources internes. Une fois extrapolé, l emploi induit par la Circulaire CSSF 12/552 atteindraient 87 ETP. Personnel interne 63% Personnel externe (Consultant, conseillers, etc.) 32% Pourcentage d opinion (base : banques concernées) 3. Perception Opinion générale positive 49% Opinion générale négative 16% Cela développe une gouvernance des risques plus intégrée au niveau de la banque, avec une meilleure 83% prise de conscience et un meilleur contrôle Cela augmente la responsabilité de la 71% Direction de la Banque Cela rend mon organisation transparente et compréhensible, avec 64% des fonctions clés bien définies Cela existait déjà et n apporte rien de plus 43% qu une couche d administration en plus Globalement, les risques sont plus bas avec la Circulaire CSSF 12/552 qu avant 31% son implémentation Cette réglementation aurait fortement 21% atténué les impacts de la crise financière Le coût d implémentation est trop élevé 19% par rapport aux bénéfices attendus 0% 20% 40% 60% 80% 100% La Circulaire CSSF 12/552 suscite plutôt des réactions positives pour 44% des banques, voire neutres dans le pire des cas (35%). Le renforcement voulu de la gouvernance est clairement mis en avant par les banques (83%), ainsi que le renforcement du rôle de la Direction et de la transparence de gestion. Cela dit, les banques restent partagées sur la capacité du dispositif à pouvoir atténuer les impacts de crises financières sévères comme celle de 2008 ou sur la réduction du niveau de risque global après implémentation. Ce qui peut également être simplement la conséquence du fait que la circulaire s inscrit dans la continuité des circulaires précédentes, en renforçant certains principes sans en changer radicalement les fondements. Pourcentage de banques qualifiant de difficulté (base : banques concernées) Adaptation de la gestion des risques/gouvernance, incluant le rôle et les responsabilités de la maison-mère 52% Etant donné cette continuité, l implémentation n a pas été trop problématique. Les points les plus difficiles ont été l adaptation de la gouvernance, l intégration des éléments liés à la maison-mère et l adaptation de la gestion des risques. Adaptation du processus et des procédures de gestion 38% des risques actuels Organisation de la fonction de contrôle de risque pour assurer 29% une gouvernance appropriée Adaptation du Conseil d'administration pour refléter les 26% nouveaux principes de gouvernance des risques Implémentation de la fonction IT 26% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% Le renforcement de la gouvernance, du rôle de la Direction et de la transparence de gestion est clairement mis en avant. 28

31 9.2. e-archiving 1. Prévision Les règles liées à l archivage électronique sont toujours en cours de finalisation et ces mesures font partie des mesures prospectives dans le cadre de l étude. Rappelons qu il s agit d une initiative nationale et non d une règle européenne. Dans l ensemble, cette problématique est relativement bien connue puisque 76% des banques en connaissent les grands principes et 7% déclarent la maîtriser. La moitié des banques, par contre, ne se prononcent pas quant à la future implémentation ou non de la loi et seules 18% des banques de notre étude ont déjà pris la décision de la mettre en œuvre à l avenir (des institutions de taille moyenne et grande). On peut s étonner de cette position au vu des bénéfices opérationnels pour les banques dans un climat de contrôle des coûts. Peut-être une communication plus ciblée est-elle à réaliser. Les premières analyses ont démarré en 2014 ou vont démarrer en Cependant aucun budget n est encore prévu par rapport à cette thématique, ni par ailleurs de recrutement. 38% des banques se laissent l opportunité de recruter si le besoin s en faisait sentir. L allocation future des budgets reste logiquement assez traditionnelle à ce stade. Cependant, à l inverse de toutes les autres réglementations, il s agit d un sujet sur lequel la demande d expertise externe pourrait être attendue, la majorité du budget étant allouée à des externes pour les banques ayant pu répondre. Pourcentage d opinion (base : banques concernées) 2. Perception Cette nouvelle réforme placera le Luxembourg devant les autres pays, comme un «Information Trust Center» Cela aidera le Luxembourg à se développer Cela permettra à mon entreprise de réduire les coûts Je suis plutôt positif par rapport à cette nouvelle réglementation Cela sera difficile à implémenter 59% 65% 65% 72% 72% L image de la réglementation sur l e-archiving est positive, celle-ci étant vue d une part comme une opportunité pour développer la place de Luxembourg et d autre part comme une opportunité pour réduire les coûts internes des banques, voire de développer de nouveaux services. L implémentation ne sera probablement pas simple : 59% des banques redoutent les problèmes d implémentation. Même si la mise en œuvre risque d être couteuse, les bénéfices à l utilisation devraient largement compenser les efforts initiaux. Cela améliorera l'attractivité du Luxembourg pour de nouveaux acteurs 47% Nous serons capables de développer 35% de nouveaux produits ou services Je le considère comme un coût pour mon entreprise et je n y vois pas de bénéfice 12% spécifique ou significatif Pour 72% des banques, l e-archiving est une opportunité pour la place de Luxembourg 29

32 10 Approche et échantillon L étude a été réalisée de mars à avril 2014, par l envoi de questionnaires auto-administrés électroniques (tableaux Excel) à la direction de toutes les banques membres de l ABBL (108). L échantillon est de 46 banques sur les 150 banques licenciées que compte Luxembourg, soit un tiers. Ce résultat peut être considéré comme un très bon retour permettant de bâtir des conclusions solides. Selon les mesures considérées, le taux de couverture se situe entre 37% et 50% des banques. D une manière générale, les banques ont investi beaucoup de temps et d attention dans l étude, ce qui démontre un intérêt réel pour la problématique et les résultats. Description de l échantillon 1. Par chiffres clés : Le tableau ci-dessous représente les principaux chiffres de l échantillon mis en perspective de l univers bancaire luxembourgeois. Echantillon Place de Luxembourg Taux de couverture Emploi (ETP 31/12/13) ,5% PNB (M EUR 31/12/13) ,9% Total Bilan (M EUR 31/12 /13) ,4% Lorsqu ils ont été extrapolés, nous avons choisi de baser l extrapolation des chiffres sur le total bilantaire considérant que celui-ci représente le mieux la taille ou le poids d une institution. 2. Par taille : Les banques de l échantillon ont été classées par taille, sur base du total bilantaire d abord et du nombre d employés ensuite en cas de partage. Nous avons ainsi formé 3 segments qui se distribuent comme suit : Segments Nbr % Total bilantaire moyen ETP moyen Top % Moyennes 19 41% Petites 17 37% Grand Total 46 30

33 3. Par secteur : Près de la moitié de l échantillon est actif en Private Banking (activité principale, c est-à-dire celle qui génère le plus de revenus). La catégorie «autres» regroupe des institutions spécialisées, sur les paiements, les prêts ou les entreprises par exemple. Pour rappel, la classification est réalisée sur base déclarative et repose sur le jugement de la banque sur elle-même. Segment principal Nbr % Private Banking 22 48% Fund services/asset Management 9 20% Universal Banking/Retail 8 17% Autres 7 15% Grand Total Par pays d origine : Les banques participantes proviennent de 20 pays différents, l Allemagne, le Luxembourg, la France, l Italie et la Suisse venant en tête de peloton. Le Luxembourg peut paraître surreprésenté mais cela répond à la volonté de l étude d intégrer les grandes institutions de la place. D une manière générale, près de la moitié des banques de l échantillon vient des pays limitrophes et du Luxembourg. Un tiers provient du reste de l Europe. L ensemble des continents est représenté. Région Nbr % Pays limitrophes 18 39% Autres Europe 15 33% Suisse 4 9% Luxembourg 4 9% Asie 3 7% Amérique du Nord 2 4% Grand Total Par fonction (principale personne en charge de l étude) : L étude a retenu l attention au plus haut niveau, comme en témoignent les chiffres : c est un membre de la direction qui s en est chargé dans la moitié des cas. L étude a aussi été coordonnée au niveau de la direction financière, en raison des besoins en chiffres. Fonctions Nbre % Direction 21 46% Finance 11 24% Compliance 6 13% Autres* 4 9% Opérations 3 7% Risques 1 2% Grand Total 46 * Projet, Stratégie, Communication, etc. 31

34 11 Remerciements Cette étude n aurait pas pu exister sans le travail intense de nombreuses personnes que nous tenons particulièrement à remercier. Tout d abord nos plus sincères remerciements vont aux banques participantes et à toutes les personnes qui ont contribué à fournir les informations demandées et à répondre à nos questions. Nous sommes conscients que ces tâches, parfois ingrates, se sont ajoutées à la charge de travail quotidienne. Nous avons finalement, nous aussi, partiellement contribué à augmenter le coût de la réglementation en demandant ce reporting supplémentaire Nous remercions Benoît Sauvage de l ABBL pour ses précieux conseils, son suivi attentif et pertinent à toutes les étapes de la réalisation de cette étude. Son travail de relecture et de commentaire a permis d affiner les conclusions et de renforcer la valeur du document. Il a également réussi à mobiliser l ABBL et ses membres pour que nous puissions atteindre ce niveau de participation record. Nous remercions également Denis Costermans de EY qui a conçu, géré et rédigé la plus grande partie de cette étude. Son expérience dans les études de place et ses capacités d analyse ont conduit au succès de celle-ci. Une mention spéciale doit être accordée à Sébastien Suzini qui, sous sa supervision, a consacré 6 mois au développement du questionnaire, à la collecte de l information, à sa structuration, à son traitement statistique et à la construction des tableaux et graphiques qui nous ont permis de tirer les conclusions que vous pouvez lire aujourd hui. 32

35 Contacts Si vous souhaitez davantage d informations au sujet de cette étude, n hésitez pas à contacter les auteurs: Serge de Cillia CEO and Head of the Management Board The Luxembourg Bankers Association (ABBL) Benoît Sauvage Senior Adviser The Luxembourg Bankers Association (ABBL) Olivier Maréchal Partner EY Luxembourg Denis Costermans Directeur Associé EY Luxembourg

6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France

6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France 6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France Objectifs Baromètre des investissements informatiques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables

Plus en détail

Présentation à l EIFR. 25 mars 2014

Présentation à l EIFR. 25 mars 2014 Présentation à l EIFR 25 mars 2014 1 Contexte BCBS 239 Les établissements font face depuis les cinq dernières années aux nombreux changements réglementaires visant à renforcer la résilience du secteur:

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

DIRECTIVE AIFM ET LES IMPACTS REPORTING POUR LES SOCIÉTÉS DE GESTION

DIRECTIVE AIFM ET LES IMPACTS REPORTING POUR LES SOCIÉTÉS DE GESTION DIRECTIVE AIFM ET LES IMPACTS REPORTING POUR LES SOCIÉTÉS DE GESTION Par Jacques Labat, Directeur BU Gestion d Actifs 13 Le compte à rebours a commencé. Les sociétés de gestion ont jusqu au 22 juillet

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014.

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014. Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives 2014 Contexte du BCBS 239 2 Une nouvelle exigence Les Principes aux fins de l agrégation des données sur les et de la notification des

Plus en détail

SOLVABILITE II Besoins des Assureurs et Impacts sur la Gestion d'actifs EIFR-05 Octobre 11

SOLVABILITE II Besoins des Assureurs et Impacts sur la Gestion d'actifs EIFR-05 Octobre 11 SOLVABILITE II Besoins des Assureurs et Impacts sur la Gestion d'actifs EIFR-05 Octobre 11 Avertissement Ce document est destiné exclusivement aux investisseurs qualifiés au sens des articles L. 411-2

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

ADMINISTRATION CENTRALE, GOUVERNANCE INTERNE, GESTION DES RISQUES

ADMINISTRATION CENTRALE, GOUVERNANCE INTERNE, GESTION DES RISQUES ADMINISTRATION CENTRALE, GOUVERNANCE INTERNE, GESTION DES RISQUES Circulaire CSSF 12/552 21 février 2013 Introduction (1) Développements récents au niveau international Problèmes de gouvernance interne

Plus en détail

GESTION DU COLLATERAL

GESTION DU COLLATERAL SOCIÉTÉ GÉNÉRALE SECURITIES SERVICES GESTION DU COLLATERAL Solutions pour une meilleure efficience Prestations de services titres, optimisation et valorisation produits Emmanuelle Choukroun, SGSS SOMMAIRE

Plus en détail

Pôle FINANCE INNOVATION Groupe de Travail : Gestion d Actifs

Pôle FINANCE INNOVATION Groupe de Travail : Gestion d Actifs Pôle FINANCE INNOVATION Groupe de Travail : Gestion d Actifs Présentation du 18 octobre 2012 RAPPORT -Etude 2012 des dispositifs de gestion des risques en asset management Confidentialité OTC GROUPE ONEPOINT

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002 GT015-rev octobre 2002 ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI Enquête IPSOS Novembre 1999 Contribuer à la performance de l entreprise 153 rue de Courcelles 75817 Paris cedex 17 Tél. 01 44 15 60

Plus en détail

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales Étude sur la compétitivité des administrations cantonales réalisée pour les Chambres de commerce latines Avril 2015 2 1. Descriptif de la recherche Contexte et méthodologie 3 La 7 ème vague de l étude

Plus en détail

Commission de Surveillance du Secteur Financier

Commission de Surveillance du Secteur Financier COMMUNIQUE DE PRESSE 13/20 PUBLICATION DU RAPPORT D ACTIVITES 2012 DE LA COMMISSION DE SURVEILLANCE DU SECTEUR FINANCIER (CSSF) Même si cela peut paraître surprenant par des temps aussi mouvementés, l

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1.

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1. Préparation à Solvabilité II Analyse des réponses au questionnaire sur la préparation des organismes d assurance 18 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Principaux résultats... 3 3 Ce que

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle?

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Colloque Groupama AM CEPII La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Table ronde 1 : la stabilité et l unité du système financier européen vont- elles être rétablies? Patrick Goux et Christophe h Morel

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 214 Vol. 11.2 7 juillet 214 L enquête menée cet été fait encore ressortir des signes encourageants en ce qui concerne les perspectives

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

REPONSE A LA CONSULTATION DES SERVICES DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LES HEDGE FUNDS

REPONSE A LA CONSULTATION DES SERVICES DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LES HEDGE FUNDS REPONSE A LA CONSULTATION DES SERVICES DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LES HEDGE FUNDS Reinhold & Partners est une société de conseils spécialisée dans la mise en place et le support de sociétés de gestion

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. - INFORMATIONS RÉGLEMENTAIRES LA SOCIÉTÉ TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. FORME JURIDIQUE

TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. - INFORMATIONS RÉGLEMENTAIRES LA SOCIÉTÉ TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. FORME JURIDIQUE TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. - INFORMATIONS LA SOCIÉTÉ TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. RÉGLEMENTAIRES FORME JURIDIQUE TreeTop Asset Management S.A. (ci-après «TREETOP» ou la «Société») est une société anonyme

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Fonds de placement en Suisse. Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT

Fonds de placement en Suisse. Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT Fonds de placement en Suisse Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT Table des matières Page Avant-propos 3 Définitions 4 Fonctionnement d un fonds de placement 6 Caractéristiques des fonds

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

"DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES"

DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES "DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES" ENQUÊTE RÉALISÉE PAR HOMMES & PERFORMANCE ET EMLYON BUSINESS SCHOOL EN PARTENARIAT AVEC L'APEC Juin 2011 OBJECTIFS DE L ÉTUDE

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

RÉGLEMENT EUROPÉEN DES INFRASTRUCTURES DE MARCHÉ. Synthèse EMIR

RÉGLEMENT EUROPÉEN DES INFRASTRUCTURES DE MARCHÉ. Synthèse EMIR RÉGLEMENT EUROPÉEN DES INFRASTRUCTURES DE MARCHÉ Synthèse EMIR Octobre 2012 Résumé Le règlement EMIR (European Market Infrastructure Regulation) établit les nouvelles exigences relatives aux produits dérivés

Plus en détail

PRIVATE EQUITY. La solidité et la prospérité du marché suisse. Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier

PRIVATE EQUITY. La solidité et la prospérité du marché suisse. Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier VIRGIN REAL ESTATE INVEST PRIVATE EQUITY La solidité et la prospérité du marché suisse Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier L excellence de la place luxembourgeoise. ADEJE

Plus en détail

TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012. Novembre 2012

TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012. Novembre 2012 TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012 Novembre 2012 Sommaire 3 7 9 12 14 19 25 27 31 Présentation du baromètre Profil des entreprises Contexte économique Ressources humaines Financement

Plus en détail

Baromètre : Le bien être psychologique au travail

Baromètre : Le bien être psychologique au travail Contacts Ifop : Rudy BOURLES/Isabelle MANDERON 6-8, rue Eugène Oudiné 75013 Paris tél 01 45 84 14 44 fax 01 45 85 59 39 Etude 23384 Baromètre : Le bien être psychologique au travail Septembre 2008 vague

Plus en détail

Le financement participatif : L état du droit luxembourgeois

Le financement participatif : L état du droit luxembourgeois Revue générale du droit Etudes et réflexions 2015 numéro 7 Actes du colloque organisé le 27 juin 2014 par le Centre juridique franco-allemand de l Université de la Sarre : Le Crowdfunding ou financement

Plus en détail

Evolution des pratiques achats

Evolution des pratiques achats Evolution des pratiques achats Enquête clients Juin 2012 2 Sommaire 3 4 4 4 5 6 6 7 7 8 9 9 10 11 Introduction I - Utilisation générale de b-pack Modes d acquisition Volume d achats Modules et catégories

Plus en détail

Etude d impact de l industrie financière sur l économie luxembourgeoise

Etude d impact de l industrie financière sur l économie luxembourgeoise HAUT COMITE DE LA PLACE FINANCIERE Etude d impact de l industrie financière sur l économie luxembourgeoise Version chiffres de 2010 January 2012 (Version 1.3) Sommaire 1 EXECUTIVE SUMMARY... 5 1.1 OBJECTIF...

Plus en détail

French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France

French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France Immobilier Janvier 2011 Préambule Les échéances triennales et l expiration du bail commercial constituent des fenêtres

Plus en détail

Atos Origin et Siemens créent un acteur majeur des services informatiques

Atos Origin et Siemens créent un acteur majeur des services informatiques Paris, France / Munich, 14 décembre 2010 Atos Origin et Siemens créent un acteur majeur des services informatiques Acquisition par Atos Origin de Siemens IT Solutions and Services Les deux groupes forment

Plus en détail

Nouvelles réglementations des dérivés OTC

Nouvelles réglementations des dérivés OTC Nouvelles réglementations des dérivés OTC Impacts pour le buy-side David Douay Département Projets d Amundi 9 Octobre 2012 Introduction Pas une mais des réformes : Dodd-Frank aux Etats-Unis, EMIR en Europe,

Plus en détail

Les usages pédagogiques du numérique

Les usages pédagogiques du numérique Les usages pédagogiques du numérique Septembre 2013 Contact : Bruno Jeanbart Directeur Général adjoint Tel : 01 78 94 90 14 Email : bjeanbart@opinion-way.com Méthodologie Echantillon de 1004 étudiants

Plus en détail

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

La commercialisation des produits financiers : quelles sont les attentes des épargnants?

La commercialisation des produits financiers : quelles sont les attentes des épargnants? La commercialisation des produits financiers : quelles sont les attentes des épargnants? Natalie LEMAIRE, Directrice des relations avec les épargnants de l AMF, Coordonnatrice du pôle commun AMF/ACP Jeudi

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Synthèse des principaux enseignements Octobre 2012 sfrbusinessteam.fr FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 300 entreprises de 20 à

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail

Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail 2012 Financial Breakthroughs - Ver-2012-02-06 - Document sous licence CC-BY-NC-ND I FICHE RESUME DE CE LIVRE BLANC... 1 II INTRODUCTION...

Plus en détail

Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1

Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1 Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1 Chiffre d affaires 1 2006 : 1 698 millions d euros, comparable à celui de l exercice précédent Chiffre d affaires du 4 ème trimestre

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Fonds Private Label. L essence de notre metier

Fonds Private Label. L essence de notre metier Fonds Private Label L essence de notre metier CONTENU 5 VOTRE PARTENAIRE POUR VOS SOLUTIONS PRIVATE LABELLING DEPUIS 20 ANS 7 CREEZ VOTRE PROPRE FONDS 9 LE SUCCES GRGRACE AU MELANGE ADEQUAT 11 CONSEIL

Plus en détail

ZOOM SUR. le métier du SFE. N 5 Janvier 2012. Un nouveau regard sur la stratégie opérationnelle de l industrie pharmaceutique

ZOOM SUR. le métier du SFE. N 5 Janvier 2012. Un nouveau regard sur la stratégie opérationnelle de l industrie pharmaceutique Un nouveau regard sur la stratégie opérationnelle de l industrie pharmaceutique N 5 Janvier 2012 Prochain numéro Mai 2012 ZOOM SUR le métier du SFE Magazine réalisé par l équipe de consultants du cabinet

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI NOTRE EXPERTISE Dans un environnement complexe et exigeant, Beijaflore accompagne les DSI dans le pilotage et la transformation de la fonction SI afin

Plus en détail

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL mc14 036 Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal Prise de position du SYVICOL Suite à la réunion du Conseil supérieur des finances communales du 20 mai 2014, le SYVICOL souhaite

Plus en détail

Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival

Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival La conception de rapports d attribution de performance Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival Agenda Drivers, Attentes des clients et Pratiques de marché

Plus en détail

Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP

Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP Etude de marché SCPI Exclusive Partners, société indépendante de conseil en investissement a réalisé en août-septembre 2012 une étude auprès

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Recommandation sur les communications à caractère publicitaire des contrats d assurance vie

Recommandation sur les communications à caractère publicitaire des contrats d assurance vie Recommandation sur les communications à caractère publicitaire des contrats d assurance vie 2015-R-01 du 12 février 2015 1. Contexte Les communications constituent la toute première étape de la relation

Plus en détail

Les défis du reporting macro-prudentiel

Les défis du reporting macro-prudentiel Les défis du reporting macro-prudentiel EIFR 25 mars 2014 Bruno LONGET Banque de France Direction de la Balance des paiements Réf : D14-014 Introduction : pourquoi renforcer le dispositif de surveillance

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/19/23 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 JUIN 2012 Comité du programme et budget Dix-neuvième session Genève, 10 14 septembre 2012 FINANCEMENT À LONG TERME DE L ASSURANCE-MALADIE APRÈS CESSATION DE

Plus en détail

La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil

La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil Conseil en investissement (fiduciary management) La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil Les besoins des clients institutionnels, et en particulier ceux des fonds de pension, sont

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh?

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? 1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? «Le social et la RH, vont encore me compliquer la vie» «On ne sait jamais ce qui va nous tomber dessus, il y a toujours quelque chose que

Plus en détail

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX?

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? Par Céline Bauné, Consultante Depuis la faillite de Lehman Brothers en septembre 28, les acteurs financiers font de plus en plus appel au collatéral : d une part, ses utilisations

Plus en détail

Le métier de Credit Manager

Le métier de Credit Manager Le métier de Credit Manager 2012 2 Enquête 2012 SUR LE METIER DE CREDIT MANAGER Cette note de synthèse est le résultat de l enquête menée conjointement par Robert Half, spécialiste du recrutement temporaire

Plus en détail

ETUDE : Impact de la mise en œuvre des directives de MIFID (I et II) sur les progiciels en gestion de portefeuille

ETUDE : Impact de la mise en œuvre des directives de MIFID (I et II) sur les progiciels en gestion de portefeuille ETUDE : Impact de la mise en œuvre des directives de MIFID (I et II) sur les progiciels en gestion de portefeuille Delphine BENOIST Patrick ROUILLON Bia Consulting 2015 Sommaire Introduction sur les directives

Plus en détail

La crise économique vue par les salariés français

La crise économique vue par les salariés français La crise économique vue par les salariés français Étude du lien entre la performance sociale et le contexte socioéconomique Baggio, S. et Sutter, P.-E. La présente étude s intéresse au lien entre cette

Plus en détail

Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma

Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma Dans le monde des services, Lean Six Sigma est en train de s imposer comme démarche d excellence opérationnelle et de progrès permanent. Au

Plus en détail

Le Collateral Management

Le Collateral Management Le Collateral Management Éclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières Grises Collateral Management 2 GESTION DU COLLATERAL En quelques mots Collatéral : actif financier servant de garantie dans

Plus en détail

I. Gouvernance 1/8. B- Comité Direction Générale

I. Gouvernance 1/8. B- Comité Direction Générale Rémunération au titre de l exercice 2012 des collaborateurs dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque du Groupe Les principes de rémunération du Groupe

Plus en détail

L intégration des sources de données :un défi coûteux pour les services financiers

L intégration des sources de données :un défi coûteux pour les services financiers L intégration des sources de données :un défi coûteux pour les services financiers Étude Observations des services financiers d IDG Page 2 DESCRIPTION DE L ÉTUDE Kapow Software, entreprise détenue par

Plus en détail

Financial Services. Au cœur de la gestion d actifs Une expertise adaptée aux enjeux du marché

Financial Services. Au cœur de la gestion d actifs Une expertise adaptée aux enjeux du marché Financial Services Au cœur de la gestion d actifs Une expertise adaptée aux enjeux du marché Enjeux et perspectives du marché de la gestion d actifs L horizon 2011 devrait marquer une nouvelle étape dans

Plus en détail

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Le Conseil canadien des consultants États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Contenu Rapport d un vérificateur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État

Plus en détail

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015)

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) Préparée pour les Comptables professionnels agréés du Canada Le 1 er mai 2015 Renseignements sur le sondage Le rapport trimestriel CPA Canada Tendances conjoncturelles

Plus en détail

Les jeunes et les métiers de l industrie

Les jeunes et les métiers de l industrie Novembre 2013 Institut Lilly N 111442 Contacts : Damien Philippot / Esteban Pratviel 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A - B - C - D - Le

Plus en détail

SEPA L Espace unique de paiement en euro

SEPA L Espace unique de paiement en euro SEPA L Espace unique de paiement en euro Introduction Le 28 janvier 2008 est la date officielle du lancement de l espace unique de paiement en euro («Single Euro Payment Area», SEPA). La migration vers

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 30 janvier 2009 8h55 Dexia met en œuvre son plan de transformation pour consolider son redressement et devrait enregistrer

Plus en détail

Retour à la croissance

Retour à la croissance Après une forte amélioration de ses résultats au T4 2010 et la finalisation de ses programmes d investissement et de réorganisation, Eurofins réaffirme ses objectifs à moyen terme 28 janvier 2011 A l occasion

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Améliorer l efficacité de votre fonction RH

Améliorer l efficacité de votre fonction RH Améliorer l efficacité de votre fonction RH Des tendances accentuées par un environnement économique et social en constante évolution La fonction RH doit répondre à des exigences croissantes en termes

Plus en détail

Solvabilité II un changement de paradigme

Solvabilité II un changement de paradigme Réglementation Solvabilité II un changement de paradigme En Europe, près de 7 700 milliards d euros d actifs sont gérés par des investisseurs institutionnels qui ont un horizon d investissement de long

Plus en détail

Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement. Novembre 2013

Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement. Novembre 2013 Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement Novembre 2013 Introduction L AFIC, qui souhaite promouvoir activement le rôle des femmes dans les métiers du capital investissement,

Plus en détail