Document d information sur les ouvrages de captages d eau souterraine

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Document d information sur les ouvrages de captages d eau souterraine"

Transcription

1 Document d information sur les ouvrages de captages d eau souterraine Puits tubulaire Puits de surface Pointe filtrante Captage de source Puits rayonnant Municipalité de Lac-Édouard

2 Le captage de l eau souterraine 2 Qu est-ce que les eaux souterraines? On entend par «eaux souterraine» l eau qui se trouve sous le niveau du sol et qui remplit soit les fractures du socle rocheux, soit les pores présents dans le milieux granulaires tels les sables et les graviers. Contrairement à l eau de surface, l eau souterraine n est pas canaliser comme un ruisseau ou une rivière, mais elle circule en profondeur dans les formations géologiques qui constituent l espace souterrain. L eau est une composante importante du cycle hydrologique (figure1); l eau provenant des précipitations s infiltre dans le sol, circule verticalement jusqu à la zone de saturation (nappe phréatique) et se déplace vers la zone de résurgence ( les cours d eau) située en aval. Pourquoi privilégier le captage de l eau souterraine? Les eaux souterraines sont généralement de meilleurs qualité que les eaux de surface et ne nécessitent pas un traitement complet (et dispendieux) tel qu exigé par le Règlement sur la qualité de l eau potable. De plus, l eau souterraine est omniprésente au Québec et constitue la source d alimentation pour plus de 65% des municipalités du Québec et pour 20% de la population répartie sur 90% du territoire du Québec habité. Qu est-ce qu un ouvrage de captage d eau souterraine? Un ouvrage de captage d eau souterraine est une installation qui permet de puiser l eau à partir de la nappes d eau souterraine qui situent sous la surface du sol. Généralement, on distingue les captages individuels, qui sont destinés à alimenter une résidence isolée, des captages collectifs, destinés à alimenter plus de 20 personnes. Ces deux types de captages sont traités différemment dans le Règlement, selon leur impact potentiel sur la santé humaine.

3 Certains captages d eau souterraines (destinés à l alimentation humaine ou non) prélèvent des volumes importants d eau du surface. Pour cette raison, il sont assujettis à des règles spécifiques. 3 Comment est constitué un captage d eau souterraine? Avant de s écouler du robinet, l eau souterraines doit être soutirées de l aquifères. Les aquifères sont des formations géologiques dans laquelle est emmagasinée l eau souterraines et qui circulent lentement à travers les fractures du socle rocheux ou dans les pores compris entre les particules de sol dans les dépôts granulaires. Le captage ce fait à l aide d un dispositif appelé «ouvrage de captage», dont les principales composantes sont : un tubage, un couvercle, une pompe, des tuyaux de raccordement et un réservoir. Un ouvrage de captage peut comprendre une ou plusieurs des composantes mentionnées plus haut, selon le contexte hydrogéologique local et les besoins en eau. Il existe plusieurs types d ouvrages qui permettent de capter l eau souterraine d un aquifère : le puit tubulaire, le puit de surface, le pointe filtrante, le captage de source, le puits rayonnant et les drains horizontaux. Au Québec, parmi les types d ouvrages énumérées ci-dessus, le puits tubulaire aussi appeler «puits artésien», et les puit de surface sont les plus communément utilisés. L utilisation des autres types d ouvrages de captage d eau souterraine est beaucoup moins fréquente. Le puits tubulaire Le puits tubulaires (figure 2) est un ouvrage de captage de faible diamètre et habituellement profond (plus de 9 mètres), qui est creusé à l aide d une foreuse, alors qu un puits de surface (figure 3) est un ouvrage peu profond de large diamètre, généralement creusé par une rétrocaveuse.

4 La pointe filtrante Le Captage de L eau Souterraine 4 Une pointe filtrante (figure 4) est un ouvrage de captage de faible diamètre et généralement peu profond, qui consiste en un tube perforé dont l extrémité est pointue, enfoncé jusqu à la nappe phréatique. Un captage de source Un captage de source (figure 5) consiste en un ouvrage aménagé à un endroit où l eau souterraine fait résurgence à la surface du sol, par exemple à flanc de colline. Il doit normalement être aménagé à faible profondeur, mais à plus d un mètre de la surface du sol en amont du point naturel de résurgence de manière à capter l eau avant qu elle ne fasse surface. Ce drain est relié à un réservoir à l intérieur duquel est placée la pompe d alimentation. L eau ainsi captée peut aussi être acheminée à la résidence par gravité. Le puit rayonnant Un puits rayonnant est un caisson central et verticale à partir duquel rayonnant en profondeur des drains horizontaux, pouvant atteindre une longueur de 20 mètres, enfoncés dans la formation aquifère. Ce type de puits est communément appelé «puits caisson», est utilisé lorsque les débits requis sont très élevés (plusieurs dizaines de milliers de litres à la minute). Finalement, un ouvrage de captage par drains horizontaux consiste en un ou plusieurs drains horizontaux placés dans des excavations remblayées de matériaux très perméables et à travers lesquels l eau est captée. Comment choisir un ouvrage de captage? Le choix d un ouvrage de captage ne doit pas se faire à la légère puisqu il sera utilisé pendant plusieurs années. Ainsi, avant d arrêter son choix sur un type d ouvrage, le propriétaire devrait effectuer certaines vérifications auprès de ses voisins et de sa municipalité. Quel est le type d ouvrage de captage le plus souvent utilisé dans le voisinage (puits tubulaire, puits de surface, pointe filtrante ou captage de source)?

5 Quelle est la profondeur moyennes des ouvrages de captage se trouvant dans les environs? Quelle est la profondeur du niveau statique de l eau dans les ouvrages de captage avoisinants? (Cette information donne une bonne indication de la quantité d eau qui pourrait être emmagasinée dans le puits.) Quelle est la quantité et la qualité de l eau captée dans les ouvrages de captage situés à proximité? À-t-on déjà décelé des indices de contamination dans le secteur? Lors des périodes de sécheresse, est-il déjà arrivé de manquer d eau? 5 Puisque l officier municipal une bonne connaissance de son territoire de sa municipalité, il sera certainement appelé à agir comme personne-ressource auprès des propriétaire de résidences isolées qui désirent aménager un nouvel ouvrage de captage. Le cadre légal régissant les captages d eau souterraines Au Québec, La Loi sur la qualité de l environnement (L.Q.E) fournit le cadre légal nécessaire pour protéger et améliorer la qualité du milieu et en prévenir sa dégradation. Sanctionné en 1972, cette loi reconnaît que toute personne a droit à la qualité de son environnement, à sa protection et à la sauvegarde des espèces vivantes qui habitent, selon les dispositions prévues par la L.Q.E et les règlements, les ordonnances, les approbations et les autorisations qui s y rattachent. La L.Q.E. accorde au ministre de l Environnement des pouvoirs d autorisations et de surveillance relativement aux équipements des systèmes publics ou privées d aqueduc et d égouts et de traitement des eaux usées. La Loi confère également à l administration québécoise des pouvoirs généraux de contrôle et de surveillance en matière d environnement par la mise en place de mécanisme d intervention administrative, d une part, et de mécanismes de nature réglementaire, d autre part. Ainsi, la L.Q.E. attribue au gouvernement le pouvoir d adopter des règlement pour : Soustraire de l application de l article 32 de la Loi certaines catégories de projets, d appareils ou d équipements ; Déterminer les normes de protection et de qualité de l environnement pour l ensemble ou une partie de territoire du Québec ; Régir la production, la vente, le distribution et l usage de produits ou de matériaux destinés à l établissement ou à l exploitation d un système d alimentation en eau potable. Le règlement sur le captage des eaux souterraines Le Règlement sur le captage les eaux souterraines, adopté le 14 juin 2002 vertu des pouvoirs prévus dans la L.Q.E., remplace le Règlement sur les eaux souterraines. Certaines portions du règlement sont entrées en vigueur au moment de son adoption, alors que les dispositions les plus importantes (notamment le respect des normes d aménagement et le mécanisme d autorisation ministérielle) sont entrées en vigueur le 15 juin 2003.

6 Le Règlement constitue un recueil des normes relatives à l environnement d un ouvrage de captage d eau souterraine. Les objectifs visés par le règlement sur la captage des eaux souterraines 6 Les deux principaux objectifs visés par le règlement sont les suivants : Favoriser la protection des eaux souterraines destinées à la consommation humaine; Régir le captage des eaux souterraines de façon à prévenir les conflits d usage ainsi que les atteintes à l environnement. À qui et dans quel cas s applique le Règlement? Le Règlement sur le captage des eaux souterraines vise tous les usagers de la ressources «eaux souterraines», des plus petits, qui pompent des petits volumes d eau, au plus grands, qui soutirent du sous-sol des volumes d eau considérable. Ainsi, le Règlement s adresse, à divers niveau, aux propriétaires de puits individuels, aux municipalités ainsi qu aux usagers industriels, commerciaux, agricoles et touristiques. Les propriétaires de résidences isolées sont interpellés par les normes d aménagement (scellement, finition du sol, etc.) applicables à tout nouvel ouvrage de captage. Les municipalités, quant à elles, en plus d être visées par les nouvelles normes d aménagement pour leurs propres ouvrages de captage, devront procéder à la détermination des aires de protection autour de ceux-ci, qu il s agisse d un nouvel ouvrage ou un ouvrage déjà existant. De plus, elles devront déposer, auprès du ministère de l Environnement, une demande d autorisation pour tout nouvel ouvrage de captage qu elles comptent exploiter et dont la capacité journalière est supérieur à 75 m 3. Finalement, elles sont également visées pas les exigences réglementaire applicables à tout nouvel ouvrage de captage individuel se trouvant sur leur territoire, puisqu elles doivent mettre en œuvre les dispositions de chapitre II du Règlement. Les Responsabilités Les responsabilités qui incombent à chacun des acteurs à l application du Règlement sur le captage des eaux souterraines sont décrites ci-dessous. Parmi ces acteurs se trouvent la municipalité, le propriétaire d ouvrage de captage, le puisatier ou l excavateur, l installateur d équipement de pompage, le ministère de l environnement et le laboratoire accrédité. Ces informations devraient permettre de répondre aux citoyens et citoyennes qui s interrogeront sur ce qu ils doivent faire en ce qui a trait à l aménagement et à l entretien de leur ouvrage de captage ainsi que sur les responsabilités de chacun des intervenants en cause. La municipalité : Émettre un permis pour l aménagement de tout ouvrage de captage situer sur son territoire et nécessitant une autorisation municipal.

7 S assurer que la localisation proposée par le propriétaire respecte les normes prévues au règlement. Assurer un rôle d informateur et de conseiller auprès des propriétaires de résidences isolées ou de bâtiments en ce qui a trait à leur ouvrage de captage d eau souterraine. 7 Le propriétaire de l ouvrage de captage : Présenter, préalablement aux travaux, une demande de permis à la municipalité locale ou régionale pour l aménagement d un ouvrage de captage en précisant la localisation et la capacité recherchée. S assurer du respect des distances prévues au schéma de localisation. S assurer de maintenir le couvert de l ouvrage de captage en bon état. S assurer que, dans un rayon d un mètre autour de l ouvrage de captage, la finition du sol soit réalisée de façon à éviter l accumulation d eau stagnante au pourtour de tubage et s assurer que cette finition soit constamment maintenue. Procéder au nettoyage et à la désinfection lorsqu il aménage lui-même un ouvrage de captage. Faire obturer tout l ouvrage de captage sous sa responsabilité. Faire prélever entre le deuxième et le trentième jour suivant l installation de l équipement de pompage, un échantillon d eau et le faire analyser pour les paramètre microbiologiques et physico-chimiques. S assurer que l eau captée soit propre à la consommation humaine et que l ouvrage ne contamine pas la nappe d eau souterraine. Contrôler tout jaillissement provenant d un puits tubulaire ou d une pointe filtrante. N utiliser l eau souterraine à des fins géothermique qu avec des équipements fonctionnant soit en circuit fermé ou en retournant l eau pompé à la formation aquifère. Le puisatier ou l excavateur : Détenir un permis de la Régie du bâtiment du Québec. S assurer que l ouvrage aménagé est conforme aux dispositions de Règlement sur le captage des eaux souterraines. Rédiger un rapport de forage attestant la conformité de l ouvrage de captage avec les exigences réglementaires et en transmettre une copie au propriétaire, à la municipalité et au ministère de l Environnement du Québec dans les 30 jours suivant la fin des travaux d aménagement. Procéder au nettoyage et à la désinfection de l ouvrage de captage, une fois les travaux d aménagement et de modification terminés. L installateur d un équipement de pompage : Procéder au nettoyage et à la désinfection de l équipement de pompage lorsque l installation est faite plus de deux jours après la fin des travaux d aménagement de l ouvrage de captage.

8 Exécuter les travaux de raccordement de manière à minimiser l impact sur l étanchéité de l ouvrage de captage et s assurer que les raccordements sont étanches. Le ministère de l Environnement : 8 Assurer l application de Règlement sur le captage des eaux souterraines. Développer les outils de mise en œuvre nécessaires à l application du règlement. Assurer le diffusion d informations pertinentes à l application réglementaire. Assumer le rôle d informateur et de conseiller auprès du public. Réviser et tenir à jour les exigences réglementaires. Le laboratoire accrédité : Remettre au propriétaire et au ministère de l Environnement les résultats d analyses dans un délai de dix jours suivant le prélèvement, s il s agit de paramètres bactériologiques, ou de soixante jours s il s agit de paramètres physico-chimiques. Les normes générales de constructions d un ouvrage de captage (Puits tubulaires, pointe filtrante, captage de source et puits de surface) Il est interdit d aménager un ouvrage de captage à moins de : m (50 pi.) d un système étanche de traitement d eaux usées.(ex: fosse septique) m (100 pi.) de tout système non étanche de traitement d eaux usées. (ex : champ épurateur) Toutefois, lorsque cette distance ne peut être respectée (30 m d un système non étanche), il est permis d aménager, à une distance d au moins 15 m (50 pi.) d un système non étanche de traitement d eaux usées, UN PUITS TUBULAIRE SCELLÉ conforme aux normes suivantes : 2.1 le puits doit être foré de manière à obtenir, tout le long de la profondeur requise pour le scellement, un diamètre d au moins 10 cm (4 po.) supérieur au diamètre nominal du tubage; 2.2 le tubage doit être installé à au moins 5 m (16.4 pi.) de profondeur à partir de la surface du sol; 2.3 l espace annulaire doit être rempli selon les règles de l art au moyen d un matériau qui assure un scellement étanche et durable tel un mélange ciment-bentonite, les matériaux à tous venants n étant pas acceptables. La figure B-15 illustre les exigences d aménagement d un ouvrage de captage dans de telles circonstances. (CAS D EXCEPTION SEULEMENT) Toute nouvel ouvrage de captage doit être constitué de matériaux neufs et appropriés pour l alimentation en eau potable.

9 Tous les raccordements souterrains au tubage doivent être étanches. 9 Tout ouvrage de captage doit être couvert de façon à éviter l infiltration de contaminants le long du tubage. La finition du sol dans un rayon d un mètre (3.3 pi.) autour de l ouvrage doit être effectuée de façon à éviter l accumulation et l infiltration d eau stagnante ou encore l infiltration le long du tubage. Une fois les travaux d aménagement ou de modification terminés sur un ouvrage de captage, ce dernier doit être nettoyé et désinfecté de manière à éliminer toute contamination induite lors des travaux. Le propriétaire d un ouvrage de captage doit, entre le deuxième et le trentième jour suivant la mise en marche de l équipement de pompage, faire prélever des échantillons d eau souterraines et les faire analyser par un laboratoire accrédité par le ministre en vertu de l article de la Loi sur la qualité de l environnement. Le propriétaire d un ouvrage de captage en condition artésienne (puits jaillissant) doit le faire aménager et l entretenir de façon à empêcher tout jaillissement.(minimiser le gaspillage d eau). L utilisation d eau souterraine à des fins de chauffage ou de climatisation n est permise que si l eau est retournée dans la formation aquifère d origine (sa provenance) conformément à la norme ACNOR C445-M92. Il importe de mentionner que les distances minimales mentionnées plus haut doivent non seulement être respectées dans le cas des systèmes installés sur le terrain du demandeur de permis, mais elles doivent aussi être respectées par rapport à tout systèmes de traitement étanche et non étanche situé sur les lots voisins tel que le montre la figure B-16. Le puits Tubulaire Un puits tubulaire (figure B-5) est un ouvrage de captage habituellement profond (plus de 9 mètres (30 pi.)), de faible diamètre et creusé à l aide d une foreuse. Les critères de conception suivants s appliquent à tout nouveau puits tubulaire : Le tubage doit avoir une longueur minimale de 5.3 m (17 pi) et un diamètre intérieur supérieur à 8 cm (3 po.); Le choix des matériaux et de l ouverture de la crépine doit se faire en fonction de la granulométrie des matériaux en place;

10 10 Le tubage doit excéder d au moins 30 cm (12 po.) la surface du sol et porter l une des marques de conformité suivantes : ASTM A53/A53M 99b grade B (s il est en acier), ASTM A 409/A409M 95a, (s il est en acier inoxydable), ou ASTM F (s il est en plastique); Un essai de débit d au moins 30 minutes durant lequel il mesure le débit et le niveau de l eau avant et à la fin du pompage. L essai doit permettre de vérifier si le débit est en mesure de répondre aux demandes de pointe quotidiennes de la résidence, le cas échéant; Lorsque le puits tubulaire est aménagé dans une formation rocheuse, un sabot d enfoncement doit être raccordé à l extrémité inférieure du tubage s il est en acier ou en acier inoxydable (pour les tubages en plastique, un joint d étanchéité est préconisé). Le tubage doit être ancré dans le roc par battage au refus ou jusqu à 0.6 m (2 pi.) de pénétration dans le roc; Lorsque la formation rocheuse est située à moins de 5 m (16 pi.) de la surface du sol; - le puits doit être foré de manière à avoir un diamètre d au moins 10 cm (4 po.) supérieur au diamètre extérieur du tubage dans la partie qui sera scellée; - le tubage doit avoir une longueur d au moins 5 m (16 pi.) à partir de la surface du sol; - l espace annulaire doit être rempli, selon - les règles de l art, au moyen d un matériau qui assure un scellement étanche et durable tel un mélange ciment-bentonite. Il est important de s assurer que le matériau scellant ne contribuera pas à libérer des contaminants dans l eau. Le raccord de 2 tubages doit être étanche. La Pointe Filtrante Une pointe filtrante (figure B-7) est un ouvrage de captage généralement peu profond et de faible diamètre, qui consiste en un tube perforé à bout pointu, enfoncé jusqu à la nappe phréatique dans un sol meuble. À l instar des puits de surface, une épaisseur minimale de 1m (3.3 pi.) de dépôts meubles non saturés est souhaitable. Les critères de conception suivants sont applicables à toute nouvelle pointe filtrante: Le tubage d une pointe filtrante doit avoir un diamètre intérieur d au plus 8 cm (3po);

11 11 Le tubage d une pointe filtrante doit excéder d au moins 30 cm (12po) la surface du sol et porter l une des marques de conformité suivantes : ASTM A53/A53M 99b grade B (s il est en acier); ASTM A 409/A 409M 95a ( s il est en acier inoxydable) ou ASTM F ( s il est en plastique). Le puits de surface Un puits de surface (figure B-6) est un ouvrage de captage peu profond, de large diamètre et généralement creusé à l aide d une rétrocaveuse. Les critères de conception suivants sont applicables à tout nouveau puits de surface : L espace intérieur du puits doit être supérieur à 60 cm (2 pi.) et la profondeur doit être d au plus 9 m (30 pi.) à partir de la surface du sol; Le tubage doit être fait de cylindres de béton de marque NQ , de pastique, de maçonnerie de pierres ou de béton poreux; Le puits doit excéder d au moins 30 cm (1 pi.) la surface du sol; L espace annulaire doit être rempli, selon les règles de l art, au moyen d un matériau qui assure un scellement étanche et durable sur une épaisseur d au moins 5 cm (2 po.) tel un mélange cimentbentonite, et jusqu à au moins un mètre (3.3 pi.) de profondeur à partir de la surface du sol; La présence d une zone non saturée d une épaisseur minimale de 1 m (3.3 pi.) est souhaitable afin de minimiser l infiltration potentielle de contaminants à partir de la surface en utilisant le mécanisme épurateur de sols. Captage de source Un captage de source (figure B-8) consiste en un ouvrage aménagé à un endroit où l eau souterraine fait résurgence à la surface, par exemple à flanc de colline. Il doit normalement être constitué d un drain horizontal aménagé à faible profondeur, mais à plus d un mètre (3.3 pi.) de la surface du sol en amont du point naturel de résurgence de manière à capter l eau avant qu elle ne fasse surface. Ce drain est relié à un réservoir. Les critères de conception suivants sont applicables à tout nouveau captage de source : L aménagement de base d un tel ouvrage est constitué d un drain horizontal de captage, de matériaux d enrobage et d un réservoir étanche muni d un trop-plein, d un couvercle étanche, d un drain de nettoyage et d une ligne de distribution;

12 12 Le tuyau de trop-plein est muni d un grillage afin d empêcher les insectes et la vermine d y pénétrer; L aménagement du sol, au-dessus du drain doit jusqu à au moins 3 m (10 pi.) en amont de celui-ci, être réalisé de manière à prévenir le ruissellement ou l infiltration d eau de surface; Le choix des matériaux et de l ouverture des drains doit se faire en fonction de la granulométrie des sols en place. L obturation des ouvrages de captages Le Règlement a prévu une disposition qui oblige le propriétaire d un ouvrage de captage d eau souterraine à obturer cet ouvrage s il décide de ne plus l utiliser. En effet, un ouvrage inutilisé peut favoriser le déplacement d une contamination se trouvant à la surface du sol à proximité de l ouverture du puits. Il peut donc devenir une menace pour la qualité des eaux souterraines. De plus, il peut représenter un risque pour la sécurité des gens. Par contre, si le propriétaire exprime son intention d utiliser de nouveau l ouvrage de captage, un avis doit être déposé à la municipalité et cet avis doit être renouvelé aux 3 ans. L obstruction est obligatoire dans les quatre situations suivantes : Lorsque l équipement de pompage n est pas installé 3 ans après la fin des travaux d aménagement; Lorsque le pompage est interrompu depuis au moins 3 ans; Lorsqu un nouvel ouvrage est aménagé pour le remplacer; Lorsque l ouvrage se révèle improductif ou qu il ne répond pas aux besoins du propriétaire. Le Règlement sur le captage des eaux souterraines ne spécifie pas de méthode d obturation particulière. Cependant, le Ministère préconise la méthode suivante afin d atteindre l objectif de protection visé : Le PUITS TUBULAIRE doit être rempli de sable exempt de contaminants jusqu'à un mètre (3.3 pi.) au-dessous de la base du tubage; Au-dessus de la couche de sable, un matériau imperméable scellant est mis en place sur une épaisseur d environ deux mètres (6.6 pi.). Le matériau scellant peut être constitué de bentonite ou d un mélange de ciment/bentonite; Une deuxième couche de sable est déposée au-dessus du matériau imperméable jusqu à une profondeur d environ trois mètres (10 pi.) de la surface du sol. L épaisseur de cette couche peut varier grandement en fonction de la profondeur du puits;

13 13 Le Captage de L eau Souterraine Une deuxième couche de matériau scellant imperméable d une épaisseur approximative de deux mètres (6.6 pi.) est ensuite déposée sur la deuxième couche de sable amenant le niveau de remplissage à environ un mètre (3.3 pi.) de la surface du sol; Finalement, le tubage doit être coupé à un mètre (3.3 pi.) de la surface du sol au niveau de la deuxième couche de matériau scellant afin d éviter des accidents résultant du passage de la machinerie servant à la culture des champs sur des tubulures de puits non visibles. Une plaque de ciment est alors posée sur l extrémité supérieure du tubage et l excavation est comblée par des matériaux de remplissage afin de niveler le secteur avec le relief environnant. La figure B-9 illustre un PUITS TUBULAIRE obturé selon la méthode décrite plus haut. À l instar des puits tubulaires, il est important d obturer adéquatement les PUITS DE SURFACE de manière à minimiser les risques de contamination de la nappe phréatique et de favoriser la sécurité publique. La méthode décrite ci-dessous, plus simple que pour les puits tubulaires, est celle que recommande le Ministère; Le tubage, souvent constitué de sections de béton, doit être entièrement retiré du sol, lorsque c est possible; Lorsque le retrait de toutes les sections de tubage n est pas possible, le puits doit être rempli d un matériau inerte tel un sable ou un gravier provenant d un secteur exempt de contaminants; La partie supérieure doit être coupée à au moins un mètre (3.3 pi.) de la surface du sol; Finalement, une plaque de béton est déposée sur l extrémité du tubage ey l excavation est comblée par des matériaux de remplissage afin de niveler le secteur avec le relief environnant. La figure B-10 illustre un PUITS DE SURFACE obturé selon la méthode décrite plus haut. 195 rue Principale, Lac-Édouard, Qc, G0X 3N0 Site Internet : Tel : (819) Fax : Courriel :

14 Parcelle de culture Le Captage de L eau Souterraine 14 Il est interdit d aménager un ouvrage de captage d eau souterraine à des fins de consommation humaine à moins de 30 m (100 pi.) d une parcelle en culture. On entend par <<parcelle>> une portion de terrain d un seul tenant, constituée d une même culture et nécessitant une même fertilisation, qui appartient à un même propriétaire et qui constitue un lot ou une partie de lot. La figure B-19 schématise la distance à respecter entre un ouvrage de captage et une parcelle en culture. Conclusion : Avec l adoption du Règlement sur le captage des eaux souterraines le 14 juin 2202, le gouvernement du Québec a démontré sa volonté de protéger les nappes d eau souterraines, qui approvisionne plus de 20% des Québécois en eau potable. Ce règlement, qui permet au ministre de l Environnement d appliquer les pouvoirs que la Loi sur la qualité de l environnement lui confère en matière de contrôle de l exploitation des eaux souterraine, a comme principal objectif la protection des eaux souterraines captées par les installations à des fins de consommation humaine, Le Règlement favorise la protection des eaux souterraines par l introduction de normes d aménagement pour les nouveaux ouvrages de captage.

Ville de Rivière-Rouge Condensé normatif Document non officiel 2015

Ville de Rivière-Rouge Condensé normatif Document non officiel 2015 NORMES GÉNÉRALES - PRÉLÈVEMENT D EAU Lors de la demande de permis pour la construction d un ouvrage de captage des eaux souterraines, les renseignements et documents additionnels suivants doivent être

Plus en détail

Notions élémentaires sur les puits d eau

Notions élémentaires sur les puits d eau Notions élémentaires sur les puits d eau Il y a environ 100 000 puits d eau à usage domestique au Nouveau-Brunswick. Les deux principaux types de puits que l on trouve sont les puits forés et les puits

Plus en détail

CAPTAGE D EAU SOUTERRAINE POUR DES RÉSIDENCES ISOLÉES

CAPTAGE D EAU SOUTERRAINE POUR DES RÉSIDENCES ISOLÉES GUIDE TECHNIQUE CAPTAGE D EAU SOUTERRAINE POUR DES RÉSIDENCES ISOLÉES MISE À JOUR JANVIER 2008 Pour tout renseignement, vous pouvez communiquer avec le Centre d information du ministère du Développement

Plus en détail

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE Des règles différentes peuvent s appliquer dans le cas d un commerce. Informez-vous

Plus en détail

Révision de la numérotation des règlements

Révision de la numérotation des règlements Révision de la numérotation des règlements Veuillez prendre note qu un ou plusieurs numéros de règlements apparaissant dans ces pages ont été modifiés depuis la publication du présent document. En effet,

Plus en détail

Fiche technique. Le Service de l aménagement du territoire et de l urbanisme Édité le 29 octobre 2015 Page 1 sur 5

Fiche technique. Le Service de l aménagement du territoire et de l urbanisme Édité le 29 octobre 2015 Page 1 sur 5 Le présent document donne des informations sur les normes applicables à la construction ou la modification d une installation septique pour un usage résidentiel de six chambres à coucher ou moins et qui

Plus en détail

MUNICIPALITÉ DE L'ASCENSION 59, rue de l'hôtel-de-ville L'Ascension (Québec) J0T 1W0 Tél.: (819) 275-3027 Téléc.: (819) 275-3489

MUNICIPALITÉ DE L'ASCENSION 59, rue de l'hôtel-de-ville L'Ascension (Québec) J0T 1W0 Tél.: (819) 275-3027 Téléc.: (819) 275-3489 MUNICIPALITÉ DE L'ASCENSION 59, rue de l'hôtel-de-ville L'Ascension (Québec) J0T 1W0 Tél.: (819) 275-3027 Téléc.: (819) 275-3489 Préalables et obligations pour les demandes de permis pour l aménagement

Plus en détail

POUR TOUTE INFORMATION

POUR TOUTE INFORMATION Installation d Assainissement Non Collectif Fiche de renseignements Mairie de PLOUGOURVEST Bourg 29400 PLOUGOURVEST Téléphone : 02 98 68 53 49 Télécopie : 02 98 68 55 89 mairie.plougourvest@wanadoo.fr

Plus en détail

(c.q-2, r.22) En bref (version 2011)

(c.q-2, r.22) En bref (version 2011) (c.q-2, r.22) En bref (version 2011) 2008 2 NOTE AU LECTEUR Cet ouvrage se veut une aide à la compréhension du règlement provincial, utilisé par les municipalités du Québec et les consultants qui effectuent

Plus en détail

POUR TOUTE INFORMATION

POUR TOUTE INFORMATION Installation d Assainissement Non Collectif Fiche de renseignements (à remplir recto/verso) Communauté de Communes du Pays Léonard, 29 rue des Carmes, B.P. 116, 29250 Saint Pol de Léon Téléphone : 02.98.69.10.44

Plus en détail

ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA)

ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA) ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA) Étude des impacts sur l environnement et le milieu social 28 mars

Plus en détail

Révision de la numérotation des règlements

Révision de la numérotation des règlements Révision de la numérotation des règlements Veuillez prendre note qu un ou plusieurs numéros de règlements apparaissant dans ces pages ont été modifiés depuis la publication du présent document. En effet,

Plus en détail

DECLARATION SIMPLIFIEE valant dossier d incidence au titre de l article R.214-32 du Code de l Environnement. Rubrique 1110

DECLARATION SIMPLIFIEE valant dossier d incidence au titre de l article R.214-32 du Code de l Environnement. Rubrique 1110 Novembre 2014 Direction Départementale des Territoires de l Isère Service Environnement DECLARATION SIMPLIFIEE valant dossier d incidence au titre de l article R.214-32 du Code de l Environnement Rubrique

Plus en détail

RÉACTION CHIMIQUE : lorsque le sol contient du fer, celui-ci migre avec l eau vers le drain et forme au contact de l air une boue d hydroxyde de fer;

RÉACTION CHIMIQUE : lorsque le sol contient du fer, celui-ci migre avec l eau vers le drain et forme au contact de l air une boue d hydroxyde de fer; L ocre ferreuse est le résultat d une réaction chimique ou d un processus biologique, les deux pouvant se produire individuellement ou simultanément : RÉACTION CHIMIQUE : lorsque le sol contient du fer,

Plus en détail

ources d eau potable Dans une goutte d eau

ources d eau potable Dans une goutte d eau Dans une goutte d eau Sources d eau potable Saviez-vous que 40 pour cent des Néo-Écossais possèdent leur propre source d eau (puits creusé ou foré, ou source d eau en surface)? Le reste de la population

Plus en détail

PIECES PRINCIPALES = nombre de chambres + 2 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT

PIECES PRINCIPALES = nombre de chambres + 2 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT Le filtre à sable vertical drainé est utilisé dans le cas où le sol ne permet pas l épuration des eaux prétraitées provenant de la fosse toutes eaux. Cela concerne les sols de

Plus en détail

Guide technique. Assainissement non collectif d une habitation individuelle

Guide technique. Assainissement non collectif d une habitation individuelle Document réalisé avec le concours financier de l Agence de l Eau Rhône Méditerranée et Corse. Guide technique Assainissement non collectif d une habitation individuelle Schéma d implantation d un assainissement

Plus en détail

L'ocre ferreuse cela la»»»»»

L'ocre ferreuse cela la»»»»» Vous avez des problèmes d ocre ferreuse? Consultez les rubriques de cette page pour tout savoir sur la question : Qu est-ce que l ocre ferreuse? L ocre ferreuse est le résultat d une réaction chimique

Plus en détail

Choix du site La limite d une carrière de sable ou de gravier ne doit pas être située à l intérieur des marges de retrait indiquées ci-après.

Choix du site La limite d une carrière de sable ou de gravier ne doit pas être située à l intérieur des marges de retrait indiquées ci-après. Ministère de l Environnement et des Gouvernements locaux Directive pour les carrières de sable et de gravier OBJECTIF L objectif du présent document est de fournir de l information et des directives aux

Plus en détail

règlement sur le captage des eaux souterraines en bref

règlement sur le captage des eaux souterraines en bref règlement sur le captage des eaux souterraines en bref règlement sur le captage des eaux souterraines en bref Ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs Dépôt légal Bibliothèque

Plus en détail

Communauté de Communes Rives de Moselle 1, Place de la Gare 57280 MAIZIERES-LES-METZ

Communauté de Communes Rives de Moselle 1, Place de la Gare 57280 MAIZIERES-LES-METZ Communauté de Communes Rives de Moselle 1, Place de la Gare 57280 MAIZIERES-LES-METZ DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Demande à compléter par le propriétaire

Plus en détail

Commune de SABLONNIERES

Commune de SABLONNIERES Commune de SABLONNIERES Travaux de raccordement des habitations au réseau d assainissement Eaux Usées CAHIER DES CHARGES DESTINE AUX PROPRIETAIRES : REALISANT EUX-MÊMES LEURS TRAVAUX DE RACCORDEMENT OU

Plus en détail

Projet de règlement modifiant le Règlement Q 2, r.22

Projet de règlement modifiant le Règlement Q 2, r.22 Projet de règlement modifiant le Règlement Q 2, r.22 Forum national sur les lacs 2014 12 juin 2014 Linda Picard, ing., Direction des eaux municipales Projet de règlement modifiant le Règlement Q 2, r.22

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT NUMÉRO 697 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE DE MASCOUCHE

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT NUMÉRO 697 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE DE MASCOUCHE 1 CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT NUMÉRO 697 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE DE MASCOUCHE La codification administrative comprend le texte du règlement d origine,

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUEBEC MUNICIPALITÉ DE ST-ALBERT. Règlement numéro 39-05-92

CANADA PROVINCE DE QUEBEC MUNICIPALITÉ DE ST-ALBERT. Règlement numéro 39-05-92 CANADA PROVINCE DE QUEBEC MUNICIPALITÉ DE ST-ALBERT Règlement numéro 39-05-92 Règlement concernant les branchements à l égout dans la Municipalité de Saint-Albert. ATTENDU QU UN AVIS DE MOTION a été donné

Plus en détail

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif Communauté d Agglomération de Marne et Gondoire Commune de LESCHES Zonage d assainissement EU Notice d enquête publique ANNEXES Annexe 1 : Annexe 2 : Annexe 3 : Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER RÈGLEMENT # 368 concernant la vidange des fosses septiques des résidences isolées du territoire de la municipalité 74.03.09 Règlement portant

Plus en détail

Installation septique

Installation septique Installation septique Guide de référence Le gouvernement du Québec a adopté en 1981 une réglementation s appliquant à l ensemble du territoire québécois concernant la construction des installations septiques

Plus en détail

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011 Règlement numéro 346 LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT Avril 2011 VOS RESPONSABILITÉS LIÉES AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT DE VOTRE IMMEUBLE Protection

Plus en détail

Demande d Installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif

Demande d Installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif COMMUNAUTE DE COMMUNES DU TARDENOIS Un territoire, une volonté Demande d Installation d un dispositif Ce document est à remplir par le pétitionnaire et à remettre à la Mairie du lieu où se situe l habitation.

Plus en détail

CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection. ---ooo0ooo---

CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection. ---ooo0ooo--- CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection ---ooo0ooo--- ATTENDU QUE, en vertu du paragraphe e du premier alinéa de l article 31 de la Loi sur la qualité de l environnement

Plus en détail

PREFECTURE DE L'OISE

PREFECTURE DE L'OISE PREFECTURE DE L'OISE RÈGLEMENT DU PLAN DE PREVENTION DES RISQUES NATURELS MOUVEMENT DE TERRAIN SUR LES COMMUNES DE BEAULIEU-LES-FONTAINES, CANDOR, ECUVILLY ET MARGNY-AUX-CERISES (OISE) FEVRIER 2009 TITRE

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE CONSIDÉRANT QUE suite au regroupement des municipalités de Cacouna, il s avère

Plus en détail

Demande d autorisation d installation d un dispositif D assainissement non collectif Neuf ou réhabilitation.

Demande d autorisation d installation d un dispositif D assainissement non collectif Neuf ou réhabilitation. Cadre réservé à la mairie du lieu du projet La présente demande a été reçue à la mairie Le Cachet de la mairie Demande d autorisation d installation d un dispositif D assainissement non collectif Neuf

Plus en détail

incendies, ou la prévention d accidents dans les aires de jeu ou lors d un événement festif. Inscrivez-vous en ligne

incendies, ou la prévention d accidents dans les aires de jeu ou lors d un événement festif. Inscrivez-vous en ligne LE CONSEILLER Volume 3 n 2 Mai 2015 Mérite MMQ 2015 La période d inscription est lancée! Partagez vos réalisations en gestion des risques et courez la chance de voir votre municipalité, MRC ou régie intermunicipale

Plus en détail

SYSTÈMES DE PLOMBERIE (ÉGOUTS PLUVIAUX ET SANITAIRES) MODULE 6

SYSTÈMES DE PLOMBERIE (ÉGOUTS PLUVIAUX ET SANITAIRES) MODULE 6 SYSTÈMES DE PLOMBERIE (ÉGOUTS PLUVIAUX ET SANITAIRES) MODULE 6 LES PRÉCISIONS A. Diagnostiquer des problèmes simples de fonctionnement : d un système de drainage Reconnaître les composants d un système

Plus en détail

Les transactions immobilières

Les transactions immobilières Environnement et Travail Gestion de l environnement et des aires naturelles L eau de votre puits Les transactions immobilières 6 Cette série de brochures décrit ce que les propriétaires de puits privés

Plus en détail

Règlement numéro 257. Concernant la protection des bâtiments contre les dégâts d eau

Règlement numéro 257. Concernant la protection des bâtiments contre les dégâts d eau Règlement numéro 257 Concernant la protection des bâtiments contre les dégâts d eau Attendu les pouvoirs conférés à la Municipalité notamment par les articles 19 et 21 de la Loi sur les compétences municipales

Plus en détail

VILLE DE NICOLET REFOULEMENTS DES 5 ET 11 AOÛT 2011: SECTEUR DE LA RUE PIERRE-LAVIOLETTE NOTE TECHNIQUE. N/Réf. : 16229. 8 mai 2013 Révision 1

VILLE DE NICOLET REFOULEMENTS DES 5 ET 11 AOÛT 2011: SECTEUR DE LA RUE PIERRE-LAVIOLETTE NOTE TECHNIQUE. N/Réf. : 16229. 8 mai 2013 Révision 1 VILLE DE NICOLET REFOULEMENTS DES 5 ET 11 AOÛT 2011: SECTEUR DE LA RUE PIERRE-LAVIOLETTE NOTE TECHNIQUE N/Réf. : 16229 8 mai 2013 Révision 1 Page : 1 TABLE DES MATIÈRES 1. MISE EN SITUATION... 1 2. ANALYSE

Plus en détail

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 DEMANDE DE CERTIFICAT POUR LA CONSTRUCTION D UN CHEMIN PUBLIC OU PRIVÉ Généralités La présente demande doit être

Plus en détail

TNO LAC-WALKER ET RIVIÈRE-NIPISSIS

TNO LAC-WALKER ET RIVIÈRE-NIPISSIS MRC de Sept-Rivières 106, rue Napoléon, bureau 400, Sept-Îles (Qc) G4R 3L7 T 418 962-1900 F 418 962-3365 info@mrc.septrivieres.qc.ca www.mrc.septrivieres.qc.ca TNO LAC-WALKER ET RIVIÈRE-NIPISSIS Résumé

Plus en détail

Hydrogéologie [idʀoʒeɔlɔʒi] : science qui étudie

Hydrogéologie [idʀoʒeɔlɔʒi] : science qui étudie Eau souterraine [o sutɛʀɛñ] : Eau sous tension hydrostatique présente dans les vides interconnectés de la zone de saturation. Cette eau émerge à la surface sous forme de sources et pénètre dans des puits.

Plus en détail

Le dossier est complet, l ensemble des pièces est joint (Pièces à fournir par le demandeur et par la Mairie)

Le dossier est complet, l ensemble des pièces est joint (Pièces à fournir par le demandeur et par la Mairie) Les renseignements demandés dans ce document ont pour but de permettre la vérification de la comptabilité du projet d assainissement avec l habitation et le terrain. Un dossier complet raccourcira le délai

Plus en détail

Les différentes filières d assainissement non collectif

Les différentes filières d assainissement non collectif Les différentes filières d assainissement non collectif Tout ce que vous devez savoir sur l Assainissement Non Collectif avant de vous lancer dans des travaux d assainissement Il appartient à l usager

Plus en détail

Fiche 6 b Conditions techniques de réalisation d un forage : la cimentation

Fiche 6 b Conditions techniques de réalisation d un forage : la cimentation Fiche 6 b Conditions techniques de réalisation d un forage : la cimentation La cimentation d un tubage dans un forage est une opération capitale pour la préservation de la qualité des eaux souterraines

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement Conjuguer croissance et environnement www.sicoval.fr Sicoval Assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME

DEMANDE D INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) COLLECTIVITE DE SAINT-MARTIN DOSSIER N... Mme / Mr : DEMANDE D INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME (Document à joindre au permis de

Plus en détail

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUCTION Généralités MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 1. La demande doit être conforme aux règlements de construction,

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE. Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10.

COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE. Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10. COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10 Notice Technique Filière Fosse septique toutes eaux Epandage en pente: Cette

Plus en détail

Rapport de stockage de produits chimiques Décret de désignation du secteur protégé du champ de captage

Rapport de stockage de produits chimiques Décret de désignation du secteur protégé du champ de captage MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT Rapport de stockage de produits chimiques Décret de désignation du secteur protégé du champ de captage Nom du requérant : Adresse du site : Numéro d identification du bien-fonds

Plus en détail

LES CLAPETS ANTIRETOUR,

LES CLAPETS ANTIRETOUR, facebook.com/rdp.pat ville.montreal. qc.ca/rdp-pat LES CLAPETS ANTIRETOUR, L ÉQUIPEMENT DE RELEVAGE AUTOMATIQUE ET LES GOUTTIÈRES DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE ET DES ÉTUDES TECHNIQUES COMPTOIR DES PERMIS

Plus en détail

La vidange de votre installation septique

La vidange de votre installation septique La vidange de votre installation septique Guide du Propriétaire SAISON 2012-2013 «La vidange de votre installation septique un geste important pour l environnement» NOUVEAU SERVICE La municipalité de Saint-Aubert

Plus en détail

Notice Technique. Cette filière est adaptée aux terrains qui répondent aux caractéristiques suivantes:

Notice Technique. Cette filière est adaptée aux terrains qui répondent aux caractéristiques suivantes: SYNDICAT INTERCOMMUNAL ALEX LA BALME DE THUY DINGY SAINT CLAIR Mairie de Dingy Saint Clair 74230 DINGY SAINT CLAIR Tél. : 04.50.02.06.27 Fax : 04.50.32.12.55 Notice Technique Filière Fosse septique - Lit

Plus en détail

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX Fosse toutes eaux 1F O S S E Une fosse toutes eaux est un appareil destiné à la collecte, à la liquéfaction partielle des m a t i è res polluantes contenues dans les eaux usées et à la rétention des matières

Plus en détail

Règlement numéro 2014-632 amendant le règlement sur l émission des permis et certificats numéro 2006-496 tel qu amendé afin de :

Règlement numéro 2014-632 amendant le règlement sur l émission des permis et certificats numéro 2006-496 tel qu amendé afin de : PROVINCE DE QUÉBEC MRC DES PAYS-D EN-HAUT VILLE D ESTÉREL Règlement numéro 2014-632 amendant le règlement sur l émission des permis et certificats numéro 2006-496 tel qu amendé afin de : Revoir l emplacement

Plus en détail

Règlement 188 Règlement concernant la vidange périodique des fosses septiques ou de rétention pour les zones VI-1, VI-2, RI-3 et autres.

Règlement 188 Règlement concernant la vidange périodique des fosses septiques ou de rétention pour les zones VI-1, VI-2, RI-3 et autres. Province de Québec Municipalité de St-Mathieu-d Harricana Règlement 188 Règlement concernant la vidange périodique des fosses septiques ou de rétention pour les zones VI-1, VI-2, RI-3 et autres. ATTENDU

Plus en détail

Les pompes à chaleur. ++ Pompes géothermiques, des ressources sous nos pieds. Capter les calories

Les pompes à chaleur. ++ Pompes géothermiques, des ressources sous nos pieds. Capter les calories Les pompes à chaleur ++ Pompes géothermiques, des ressources sous nos pieds Elles valorisent les calories du sol ou de l eau des. nappes par le biais de réseaux de capteurs, de sondes ou de forages d eau.

Plus en détail

DESCRIPTION DU PROJET. À l usage de la Municipalité Date Demande no. Taxes municipales à jour Oui Non Coût 25.00 $

DESCRIPTION DU PROJET. À l usage de la Municipalité Date Demande no. Taxes municipales à jour Oui Non Coût 25.00 $ À l usage de la Municipalité Demande no. No de matricule Permis no. Taxes municipales à jour Oui Non Coût 25.00 $ Zone P.I.I.A NOM DU PROPRIÉTAIRE ADRESSE DES TRAVAUX ADRESSE POSTALE VILLE CODE POSTAL

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON DE CORMEILLES SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FORMULAIRE D INSTRUCTION DU CONTROLE DE CONCEPTION

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON DE CORMEILLES SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FORMULAIRE D INSTRUCTION DU CONTROLE DE CONCEPTION COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON DE CORMEILLES SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FORMULAIRE D INSTRUCTION DU CONTROLE DE CONCEPTION CONSTRUCTION OU REHABLILITATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Les Forages de Puits d Eau

Les Forages de Puits d Eau 1 8 Journée de l APRONA Les Forages de Puits d Eau Intervenant : M Claude Maurutto 2 Les Forages de puits d eau De la réalisation à la réception de l ouvrage Un Forage : Pourquoi? Un peu d Histoire Les

Plus en détail

L Association maritime du Québec

L Association maritime du Québec L Association maritime du Québec Les aspects juridiques applicables aux exploitants de marinas en matière d environnement Par Hélène Lauzon Lavery, de Billy Le 14 mai 2003 (révisé le 25 août 2003) Hôtel

Plus en détail

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 DEMANDE DE CERTIFICAT POUR LA CONSTRUCTION D UN CHEMIN PUBLIC OU PRIVÉ Généralités La présente demande doit être

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA VIDANGE ET L ÉTANCHÉITÉ DES INSTALLATIONS SEPTIQUES

RÈGLEMENT SUR LA VIDANGE ET L ÉTANCHÉITÉ DES INSTALLATIONS SEPTIQUES RÈGLEMENT NUMÉRO 276 RÈGLEMENT SUR LA VIDANGE ET L ÉTANCHÉITÉ DES INSTALLATIONS SEPTIQUES ATTENDU QUE le conseil municipal estime qu il est dans l intérêt de la Municipalité d adopter un règlement établissant

Plus en détail

GUIDE POUR LA REALISATION D UN BRANCHEMENT «EAUX USEES» AU RESEAU PUBLIC D ASSAINISSEMENT

GUIDE POUR LA REALISATION D UN BRANCHEMENT «EAUX USEES» AU RESEAU PUBLIC D ASSAINISSEMENT GUIDE POUR LA REALISATION D UN BRANCHEMENT «EAUX USEES» AU RESEAU PUBLIC D ASSAINISSEMENT PREAMBULE Le principe de l assainissement collectif est d organiser la collecte des eaux usées depuis les logements

Plus en détail

Sinistres causés par l eau

Sinistres causés par l eau Sinistres causés par l eau Activités de formation continue accréditées par la ChAD 4 Chapitres - 4 UFC http://reseauexperts.ca/ PRÉSENTÉ PAR : Frédéric Charest, ing. http://expertises.ca/ fci@expertises.ca

Plus en détail

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif DÉPARTEMENT DE LA DORDOGNE Date de dépôt du dossier : Cadres réservés au S.P.A.N.C. DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON

Plus en détail

DEMANDE DE CONTROLE DE BONNE EXECUTION D UN DISPOSITIF D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE DE CONTROLE DE BONNE EXECUTION D UN DISPOSITIF D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) ZAC des Terrasses de la Sarre 3, Terrasse Normandie BP 50157 57403 SARREBOURG CEDEX Téléphone 03 87 03 05 16 Télécopie 03 87 03 83 49 DEMANDE DE CONTROLE

Plus en détail

SIVOM DE LA VALLEE D AULPS BP 24 74 110 ESSERT ROMAND. Tél. : 04.50.79.58.51. Fax. : 04.50.79.58.56. Notice Technique

SIVOM DE LA VALLEE D AULPS BP 24 74 110 ESSERT ROMAND. Tél. : 04.50.79.58.51. Fax. : 04.50.79.58.56. Notice Technique SIVOM DE LA VALLEE D AULPS BP 24 74 110 ESSERT ROMAND Tél. : 04.50.79.58.51. Fax. : 04.50.79.58.56 Notice Technique Filière Fosse septique - Filtre à sable vertical non drainé: Cette filière a été élaborée

Plus en détail

Sachez stocker 6. Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés

Sachez stocker 6. Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés L identification de votre système En vertu du nouveau Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers

Plus en détail

Dossier de contrôle d implantation, de conception RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR

Dossier de contrôle d implantation, de conception RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR Dossier de contrôle d implantation, de conception RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR *Nom, prénom du demandeur : *Adresse actuelle : *Code Postal : Localité : *Numéro de téléphone : *Adresse électronique

Plus en détail

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES Tél. : 04.50.32.40.48 Notice Technique Filière Fosse septique - Filtre à sable vertical non drainé: Cette filière a été

Plus en détail

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration... 1 Sommaire INTRODUCTION... 2 1/ Le contexte général de la commune...3 2/ L état des réseaux...3 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...3 4/ Les solutions retenues par la commune...5 CONCLUSION Carte

Plus en détail

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif. Missions du SPANC. Fonctionnement d un ANC. Procédures et Règlementation

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif. Missions du SPANC. Fonctionnement d un ANC. Procédures et Règlementation S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif Missions du SPANC Fonctionnement d un ANC Procédures et Règlementation Campagnes de vidanges Missions du SPANC Le SPANC? C est le Service Public

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Vous allez construire ou améliorer un habitat : traiter et évacuer vos eaux usées est une obligation. Si votre terrain

Plus en détail

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A 105 CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A SECTION I - NATURE DE L OCCUPATION ET DE L UTILISATION DU SOL Article 1 A - Occupations et utilisations du sol interdites 1. Les bâtiments à usage d habitation,

Plus en détail

Cette approbation n'a pas pour effet de prolonger la durée du permis de construction, de transformation, d agrandissement ou d addition.

Cette approbation n'a pas pour effet de prolonger la durée du permis de construction, de transformation, d agrandissement ou d addition. CHAPITRE 5 PERMIS DE CONSTRUCTION 5.1 OBLIGATION (#97-97, 04-12-97. #90-97/02-00, 10-03-00) Quiconque désire réaliser un projet de construction, de transformation, d'agrandissement ou d'addition de bâtiments,

Plus en détail

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Remis aux membres du Conseil Municipalité d Entrelacs Rédigé par Geneviève Gagnon Octobre 2012. Mise en contexte La municipalité a entrepris, en 2008, des

Plus en détail

Entretien préventif du forage de la Mance

Entretien préventif du forage de la Mance Entretien préventif du forage de la Mance Localisation du forage de la Mance. Le forage de la Mance est exploité depuis 1994 (date d exécution du 09/03/1994 au 19/04/1994). Cet ouvrage présente les caractéristiques

Plus en détail

Le Journal de COUCY N 15 Juin 2006

Le Journal de COUCY N 15 Juin 2006 Le Journal de COUCY N 15 Juin 2006 SPECIAL ASSAINISSEMENT Une réunion publique sur le thème de l assainissement s est tenue en juin à la salle des fêtes de Coucy. L objectif de cette rencontre était de

Plus en détail

Nécessité de la désinfection

Nécessité de la désinfection Fiche 1 NETTOYAGE ET DÉSINFECTION DES OUVRAGES : OBJECTIFS ET PRINCIPES Lors de travaux réalisés sur les réseaux de distribution d eau potable et les appareils qui s y rattachent, il est essentiel de s

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE (Notice explicative)

FORMULAIRE DE DEMANDE (Notice explicative) SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FORMULAIRE DE DEMANDE (Notice explicative) Ce document doit être complété par tout demandeur d'un document d'urbanisme Il est à renseigner par le propriétaire

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF GUIDE TECHNIQUE CONSOMMATEURS MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF Document préparé par le Service technique et inspection de chantiers de l Association provinciale

Plus en détail

GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT : GUIDE A L ATTENTION DU SERVICE URBANISME

GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT : GUIDE A L ATTENTION DU SERVICE URBANISME COMMUNE D AVEIZIEUX GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT : GUIDE A L ATTENTION DU SERVICE URBANISME Annexe 5 du rapport de diagnostic et de zonage pluvial Affaire A-11.143 Janvier

Plus en détail

PIIA-25 - TERRAINS EN PENTE, FLANCS ET SOMMETS DE MONTAGNES

PIIA-25 - TERRAINS EN PENTE, FLANCS ET SOMMETS DE MONTAGNES Mise à jour le 9 mai 2011 (règl. (2008)-106-3) Mise à jour le 6 août 2012 (page de présentation) PIIA-25 - TERRAINS EN PENTE, FLANCS ET SOMMETS DE MONTAGNES Votre projet se situe dans une partie de notre

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉVELOPPEMENT DURABLE Loi sur le DÉVELOPPEMENT DURABLE UNE LOI FONDAMENTALE POUR LE QUÉBEC La Loi sur le développement durable, sanctionnée le 19 avril 2006, établit un nouveau cadre de gestion pour tous les ministères et organismes

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE. Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10.

COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE. Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10. COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10 Notice Technique Filière Fosse septique toutes eaux Epandage: Cette filière

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.13

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.13 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.13 Stockage de liquides inflammables Installations non classées pour la protection de l environnement Arrêté du 1er juillet 2004 fixant les règles techniques

Plus en détail

DEMANDE DE CONTROLE DE CONCEPTION ET D IMPLANTATION D UN PROJET D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE DE CONTROLE DE CONCEPTION ET D IMPLANTATION D UN PROJET D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DEMANDE DE CONTROLE DE CONCEPTION ET D IMPLANTATION D UN PROJET D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Le présent dossier est à remplir par le demandeur. Il sera vérifié par le SPANC et permettra d établir le

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DU GAPEAU. COMMUNE DE.. (à préciser)

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DU GAPEAU. COMMUNE DE.. (à préciser) Page : 1/8 COMMUNE DE.. (à préciser) Date de la demande :../../.. Date de demande de permis de construire :../../.. Nom Prénom et adresse du pétitionnaire :.. Numéro de permis de construire si attribué

Plus en détail

Introduction pour l installation du collecteur d eaux pluviales dans le jardin (GRS)

Introduction pour l installation du collecteur d eaux pluviales dans le jardin (GRS) Introduction pour l installation du collecteur d eaux pluviales dans le jardin (GRS) Avec ou sans filtre fin Accessoires Secteur d opération et fonctionnement Le collecteur d eaux pluviales est construit

Plus en détail

Cadre réservé au service Déposé le :

Cadre réservé au service Déposé le : Formulaire de demande D installation d un dispositif d assainissement non collectif Cadre réservé au service Déposé le : N du dossier :. Service Public d Assainissement non Collectif Communauté d Agglomération

Plus en détail

Ce document contient de l'information et des champs de formulaire. Pour lire l'information, appuyez sur la flèche vers le bas à partir d'un champ de formulaire. Lignes directrices d'étude de viabilisation

Plus en détail

Demande d'installation d'assainissement non collectif

Demande d'installation d'assainissement non collectif Ce document est à remplir par le propriétaire en 3 exemplaires et à remettre à la Mairie du lieu où se situe l'habitation. La Mairie devra compléter les cadres prévus page 4. Le propriétaire pourra utiliser

Plus en détail

Municipalité des Cèdres Service de l urbanisme. Règlement Vidange des installations septiques

Municipalité des Cèdres Service de l urbanisme. Règlement Vidange des installations septiques Municipalité des Cèdres Service de l urbanisme Règlement Vidange des installations septiques Règlement no 342-2011 relativement à la vidange des fosses septiques ARTICLE 2 OBJET L objet du présent règlement

Plus en détail

VIDANGE DES BOUES DES FOSSES SEPTIQUES

VIDANGE DES BOUES DES FOSSES SEPTIQUES VIDANGE DES BOUES DES FOSSES SEPTIQUES 1092-2007 23/11/07 1-1 SECTION I DISPOSITIONS DÉCLARATOIRES ET INTERPRÉTATIVES ARTICLE 1 Titre du règlement Le présent règlement est cité sous le titre de «Règlement

Plus en détail

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE?

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? LA GESTION DURABLE des EAUX PLUVIALES Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? www.reseau-environnement.com Qu est-ce qu une GESTION DURABLE des

Plus en détail

16.17 OCCUPATION DES RIVES, DU LITTORAL ET DES PLAINES INONDABLES DES LACS ET COURS D EAU

16.17 OCCUPATION DES RIVES, DU LITTORAL ET DES PLAINES INONDABLES DES LACS ET COURS D EAU 16.17 OCCUPATION DES RIVES, DU LITTORAL ET DES PLAINES INONDABLES DES LACS ET COURS D EAU 16.17.1 Généralité 16.17.2 Objectifs Toutes les rives, le littoral et les plaines inondables des lacs et cours

Plus en détail