Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15"

Transcription

1 SEPOLBE Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15 S. CHAKRI, I. FRATEUR, E. SUTTER, B. TRIBOLLET, V. VIVIER CNRS, UMR 8235, Laboratoire Interfaces et Systèmes Electrochimiques Sorbonne Universités, UPMC Univ Paris 06, UMR 8235, LISE, F-75005, Paris, France 1 Materiaux 2014, Montpellier Novembre 2014

2 CONTEXTE ANR «SEPOLBE» BÉTONS PLUS ÉCO-RESPECTUEUX ET PLUS RÉSISTANTS À DES ENVIRONNEMENTS NATURELS QUE LE TRADITIONNEL BÉTON AU CIMENT PORTLAND MIEUX COMPRENDRE LE COMPORTEMENT DE L INTERFACE ENTRE L ARMATURE D ACIER ET LES SOLUTIONS INTERSTITIELLES DE BETON 2

3 Na + K + Ca 2+ Introduction ph =13 Béton (ciment + eau + granulats) Film passif (oxydes de fer) Armature métallique (acier doux) Film passif (oxydes de fer) ph =13 Béton (ciment + eau + granulats) OH - SO 4 2-3

4 OBJECTIFS : Etudier l influence de la composition chimique de la solution interstitielle du béton sur le comportement électrochimique de l armature métallique (acier doux) et comparer les résultats à ceux obtenus dans une solution de référence NaOH 0,1 M à ph 13 METHODES : Électrochimiques Suivi du potentiel libre de corrosion (E corr ) en fonction du temps Courbes de polarisation anodiques et cathodiques Impédance électrochimique (SIE) Analyse de surface Spectroscopie électronique (XPS) 4

5 Préparation de la solution interstitielle Eau + Ciment E/C = 0,45 Filtration Gâchage 1 min 30 ANALYSE Nitrate de Barium Selective Électrode electrode sélective Spectrométrie d'absorption atomique SO 4 2- Ca 2+ Na + K + 5

6 Analyse des solutions interstitielles Ciment [Ca 2+ ] (mm) [Na + ] (mm) [K + ] (mm) [SO 4 2- ] (mm) CEM I CEM II CEM III NaOH CEM I : ciment composé de 100% clinker CEM II : ciment composé de 83% clinker + 15% laitier + 2% additifs CEM III : ciment composé de 15% clinker + 82 % laitier + 3% additifs 6

7 Acier doux C15 / NaOH 0,1 M - Courbe de polarisation anodique après 18 h à E corr Vitesse de balayage (0,5 mv/s) Comportement de type Tafel E-3 1E-4 j (A/cm 2 ) 1E-5 1E-6 1E-7 1E-8 Plateau passif 1E E (V/ESS) 7

8 Acier doux C15 / NaOH 0,1 M - Courbes de polarisation anodiques après 18 h à E corr E-3 1E-4 j (A/cm 2 ) 1E-5 1E-6 1E-7 1E-8 0,1 mv/s 0,5 mv/s Diminution du courant de palier passif E (V/ESS) 8

9 Acier doux C15 / NaOH 0,1 M - E corr et SIE vs temps d immersion E corr (V/ESS) Temps (h) Aucun état stationnaire n est atteint après ~ 100 h d immersion Z j / Ω.cm 2 140k 120k 100k 80k 60k 40k 20k 7 points /décade 10 mhz k 40k 60k Z r / Ω.cm 2 R p t = 18h E corr = V t = 26h E corr = V t = 34h E corr = V t = 42h E corr = V t = 50h E corr = V t = 58h E corr = V t = 66h E corr = V t = 74h E corr = V t = 82h E corr = V t = 90h E corr = V t = 98h E corr = V t = 106h E corr = V Un état stationnaire est atteint après ~ 60h d immersion 9

10 Acier doux C15 / NaOH 0,1 M - Courbes de polarisation anodiques 0.1 j (A/cm 2 ) E-3 1E-4 1E-5 1E-6 1E-7 0,5 mv/s à 18 h 0,1 mv/s à 18 h stationnaire à 60 h stationnaire à 60 h j stat = 5.1*10-8 État stationnaire à ~ 60 h d immersion : - différence de 2 décades entre courants passifs stationnaire et obtenu à 0,5 mv/s 1E-8 1E E (V/ESS) La densité de courant de plateau passif j stat = j corr 10

11 Acier doux C15 / NaOH 0,1 M - Impedance Après 60 h d immersion à E corr,ω = 0 tr/min, 7 points par décade 200k - Z j / Ω.cm 2 160k 120k 80k 10 mhz Z j / Ω.cm E corr = - 0,56 V/ESS E = - 0,4 V/ESS E = - 0,2 V/ESS Pente = - α 40k E corr = - 0,56 V/ESS E = - 0,4 V/ESS E = - 0,2 V/ESS k 80k 120k 160k 200k Z r / Ω.cm 2 Réponse similaire à E corr et dans le domaine passif Diagrammes d impédance habituellement obtenus pour des couches d oxydes de type couches passives f / Hz Comportement CPE (HF) 1 Z CPE = α Q(jω) Distribution de constantes de temps 11

12 * Potentiel (V/ESS) 1 Q = Z (f)(2πf) j Acier doux C15 / NaOH 0,1 M - SIE α Q(Ω -1 cm -2 s α) E corr 0,87 6, ,4 0,86 6, ,2 0,86 5, εε 0 C = δ απ sin α 2 δ(nm) C ox (F cm -2 ) 3,0 3, ,3 3, ,9 2, α δρ δ ε = 12 (constante diélectrique de Fe 2 O 3 )* ε 0 = 8, F cm -1 (permittivité du vide) * ρ δ = 500 Ω.cm (valeur limite de résistivité à une interface)* δ E appliqué B. Hirschorn, M. E. Orazem, B. Tribollet, V. Vivier, I. Frateur, and M. Musiani, J. Electrochem. Soc. 157 (2010) C458. Hypothèse : Le comportement CPE est dû à une distribution normale de valeurs de résistivité Modèle loi puissance : α ( εε ) Q = g 12

13 Acier doux C15 / Solutions synthétiques - Courbes de polarisation anodiques E-3 CEM I CEM II CEM III NaOH 0,1 M ph = k 200k j (A/cm 2 ) 1E-4 1E-5 1E-6 1E-7 - Z j / Ω.cm 2 150k 100k 50k CEM I / E corr = V/MSE CEM II / E corr = V/MSE CEM III / E corr = V/MSE 1E E (V/ESS) k 100k 150k 200k 250k Z r / Ω.cm 2 Le ph n est pas le seul paramètre qui détermine le comportement électrochimique de l acier : à ph constant, j corr et la résistance de polarisation à E corr dépendent de la nature de la solution utilisée 13

14 Acier doux C15 poli - XPS Intensité (u.a) Fer Oxygéne Carbonne δ = 2 à 3 nm 0 Intensité (u.a) O 1s H 2 O ads OH - O Energie de liaison (ev) Intensité (u.a) Fe 2 p E n e rg ie d e lia is o n ( e V ) Fe Fe Intensité (u.a) Energie de liaison (ev) C 1s C=O C-O C-C Fe-C Energie de liaison (ev) 14

15 Acier doux C15 / XPS - Fer Intensité (u.a) Fe 3+ j (A/cm 2 ) Fe 2+ Fe CEM I CEM II 600 CEM III NaOH 0,1 M Energie de liaison (ev) E-3 1E-4 1E-5 1E-6 1E-7 1E-8 CEM I CEM II CEM III NaOH 0,1 M ph = E (V/ESS) Solutions Épaisseur (nm) Fe 3+ % atm Fe 2+ % atm CEM I 2,7 ± 0, CEM II 2,3 ± 0, CEM III 2,9 ± 0, NaOH 0,1 M 5,3 ± 0,3 ~100? La présence de Fe 2+ renforce le caractère protecteur de la couche passive 15

16 Conclusions Pour l acier doux C15 / NaOH 0,1 M, l état stationnaire n est atteint qu après environ 60 heures d immersion Les courbes de polarisation anodiques montrent un palier passif dont la densité de courant dépend de la vitesse de balayage (j stat environ 100 fois plus faible que j 0,5 mv/s ) la densité de courant passif peut être extrapolée jusqu à E corr (j corr = j stat ) La spectrométrie d impédance montre une distribution normale de résistivité à travers la couche d oxyde Le ph n est pas le seul paramètre qui détermine le comportement électrochimique de l acier XPS : présence de Fe 2+ en solution NaOH 0,1 M et CEM III pouvoir passivant plus élevé? 16

17 Merci pour votre attention! 17 17

Les journées Chimie Du réseau des Laboratoires des Ponts et Chaussées 2 et 3 décembre 2009 CETE de Lyon

Les journées Chimie Du réseau des Laboratoires des Ponts et Chaussées 2 et 3 décembre 2009 CETE de Lyon Les journées Chimie Du réseau des Laboratoires des Ponts et Chaussées 2 et 3 décembre 2009 CETE de Lyon Traitement électrochimique de réalcalinisation pour la réparation du béton armé dégradé par carbonatation

Plus en détail

Ecole d été des spectroscopies d électrons.

Ecole d été des spectroscopies d électrons. Lundi 08 juin 2015 16h00 16h30 Principe et fondements de la technique - Les interactions photon-matière, l émission des photoélectrons - l analyse chimique par XPS Jean-Charles DUPIN Appareillage et instrumentation

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages

Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages Nancy 22 mars 2013 Institut Jean Lamour UMR 7198 Historique : Utilisation de matériaux métalliques pour l élaboration

Plus en détail

Illustration d un cours de protection contre la corrosion des matériaux

Illustration d un cours de protection contre la corrosion des matériaux BULLETIN DE L UNION DES PHYSICIENS 311 Illustration d un cours de protection contre la corrosion des matériaux Exemple d une séance de TP sur l anodisation de l aluminium par Florence VACANDIO, Marielle

Plus en détail

Qu est-ce que la corrosion? Comment l étudier? Comment la contrôler?

Qu est-ce que la corrosion? Comment l étudier? Comment la contrôler? Corrosion en milieu sels fondus Sylvie DELPECH, Cyrine SLIM, Sébastien JASKIEROWICZ, Gérard PICARD LECIME Laboratoire d Electrochimie de Chimie des Interfaces et de Modélisation pour l Energie(CNRS UMR7575)

Plus en détail

LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE

LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE 6 ème journées CAZAC Colin Delfaure 21 MAI 2015 CEA 21 MAI 2015 PAGE 1 LABORATOIRE CAPTEURS DIAMANT MAÎTRISE DE LA SYNTHESE DU DIAMANT

Plus en détail

MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE LA MICROSTRUCTURE APPLICATION AUX PILES SOFC

MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE LA MICROSTRUCTURE APPLICATION AUX PILES SOFC Société Française de Thermique 22/01/2010 Design de matériaux à propriétés radiatives fonctionnalisées : de l angström au millimètre MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE

Plus en détail

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere Module d Electricité 2 ème partie : Electrostatique Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere 1 Introduction Principaux constituants de la matière : - protons : charge

Plus en détail

Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires. Les ciments, liants hydrauliques

Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires. Les ciments, liants hydrauliques Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires Les ciments, liants hydrauliques Définition Norme NF P 15-301 de 1994 : «Le ciment est un liant hydraulique, c est-à-dire une matière

Plus en détail

INFLUENCE DU NICKEL ET DU MOLYBDENE SUR DES FILMS PASSIFS FORMES SUR LES ALLIAGES Fe-17%Cr et Ni-17%Cr

INFLUENCE DU NICKEL ET DU MOLYBDENE SUR DES FILMS PASSIFS FORMES SUR LES ALLIAGES Fe-17%Cr et Ni-17%Cr Journal des Sciences INFLUENCE DU NICKEL ET DU MOLYBDENE SUR DES FILMS PASSIFS FORMES SUR LES ALLIAGES Fe-17%Cr et Ni-17%Cr Diadioly GASSAMA UFR des Sciences et Technologies Université de Thiès BP 967

Plus en détail

Séminaire des Doctorants «Ecotechnologies» de l ARC ENVIRONNEMENT RHONE-ALPES. STIMULATION et MAÎTRISE ÉLECTROCHIMIQUE DE LA BIOREMÉDIATION DES EAUX

Séminaire des Doctorants «Ecotechnologies» de l ARC ENVIRONNEMENT RHONE-ALPES. STIMULATION et MAÎTRISE ÉLECTROCHIMIQUE DE LA BIOREMÉDIATION DES EAUX Séminaire des Doctorants «Ecotechnologies» de l ARC ENVIRONNEMENT RHONE-ALPES STIMULATION et MAÎTRISE ÉLECTROCHIMIQUE DE LA BIOREMÉDIATION DES EAUX Doctorant Lucas JOBIN Thèse financée par Région Rhône-Alpes

Plus en détail

CONCOURS D ADMISSION 2010

CONCOURS D ADMISSION 2010 A 2010 Chimie PSI ECOLE DES PONTS PARISTECH, SUPAERO (ISAE), ENSTA PARISTECH, TELECOM PARISTECH, MINES PARISTECH, MINES DE SAINT-ETIENNE, MINES DE NANCY, TELECOM BRETAGNE, ENSAE PARISTECH (FILIERE MP)

Plus en détail

matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment

matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment Renaud Caplain Maître de conférences CNAM Paris vendredi 30 janvier 2009 1 Les matériaux dans le bâtiment Trois grandes catégories et, très vite, une quatrième.

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

Étude électrochimique des systèmes binaires et ternaire engageant les éléments bismuth, antimoine et tellure

Étude électrochimique des systèmes binaires et ternaire engageant les éléments bismuth, antimoine et tellure J. Phys. IV France 1 () 53-58 EDP Sciences, Les Ulis DOI: 1.151/jp:17 Étude électrochimique des systèmes binaires et ternaire engageant les éléments bismuth, antimoine et tellure D. Del Frari, S. Diliberto,

Plus en détail

Matériaux composites "isolant-métal" : réponses électriques, percolation, dégradation. Intérêt de la Spectroscopie d'impédance Électrique.

Matériaux composites isolant-métal : réponses électriques, percolation, dégradation. Intérêt de la Spectroscopie d'impédance Électrique. Université de Toulon et du Var Laboratoire Matériaux et Microélectronique de Provence (Groupe MMI) UMR CNRS 61 37 Matériaux composites "isolant-métal" : réponses électriques, percolation, dégradation.

Plus en détail

Élaboration et caractérisation de cellules photovoltaïques de troisième génération à colorant (DSSC)

Élaboration et caractérisation de cellules photovoltaïques de troisième génération à colorant (DSSC) Faculté Polytechnique Élaboration et caractérisation de cellules photovoltaïques de troisième génération à colorant (DSSC) Prof. André DECROLY Dr Abdoul Fatah KANTA andre.decroly@umons.ac.be Service de

Plus en détail

CONCLUSION GÉNÉRALE ET PERSPECTIVES

CONCLUSION GÉNÉRALE ET PERSPECTIVES CONCLUSION GÉNÉRALE ET PERSPECTIVES 174 La corrosion des armatures est la principale cause de détérioration des infrastructures en béton armé. Durant leur vie, ces structures se retrouvent confrontées

Plus en détail

Matériaux 2014. L. DIGUET Matériaux/Corrosion SOLVAY GEC/Mechanical and Material GEC - MM 05/12/2014

Matériaux 2014. L. DIGUET Matériaux/Corrosion SOLVAY GEC/Mechanical and Material GEC - MM 05/12/2014 Matériaux 2014 Monitoring on line de la corrosion localisée par électrochimie: de l utilisation des techniques de polarisation et de bruit électrochimique aux applications industrielles L. DIGUET Matériaux/Corrosion

Plus en détail

UE3 Organisation des appareils et des systèmes (1) : bases physiques des méthodes d'exploration - aspects fonctionnels

UE3 Organisation des appareils et des systèmes (1) : bases physiques des méthodes d'exploration - aspects fonctionnels UE3 Organisation des appareils et des systèmes (1) : bases physiques des méthodes d'exploration - aspects fonctionnels 1 Les très basses fréquences du spectre électromagnétique Bases : ondes électromagnétiques

Plus en détail

PHÉNOMÈNES DE CORROSION

PHÉNOMÈNES DE CORROSION PHÉNOMÈNS D CORROSON -Phénomènes de corrosion 1) mportance du phénomène Dans ce chapitre, on applique les résultats de la thermodynamique et de la cinétique à l altération des métaux au contact d un milieu

Plus en détail

Méthodes de Caractérisation des Matériaux. Cours, annales http://www.u-picardie.fr/~dellis/

Méthodes de Caractérisation des Matériaux. Cours, annales http://www.u-picardie.fr/~dellis/ Méthodes de Caractérisation des Matériaux Cours, annales http://www.u-picardie.fr/~dellis/ 1. Symboles standards et grandeurs électriques 3 2. Le courant électrique 4 3. La résistance électrique 4 4. Le

Plus en détail

Pour des double-murs sans ponts thermiques Connecteur thermique Schöck ComBAR

Pour des double-murs sans ponts thermiques Connecteur thermique Schöck ComBAR Pour des double-murs sans ponts thermiques Connecteur thermique Schöck ComBAR Quand a-t-on besoin d une armature composite? Lorsque l acier atteint ses limites Connecteur thermique Schöck ComBAR La solution

Plus en détail

CHI Corrigé. Forme E. Équilibre chimique et oxydoréduction

CHI Corrigé. Forme E. Équilibre chimique et oxydoréduction CHI-5043 Corrigé Forme E Équilibre chimique et oxydoréduction Conception : Isabelle Lapierre, C.S. des Laurentides. janvier 2003. Modifié par Sylvain Lavallée, C.S. Chemin-du-Roy, 2011. 1. a) Ni +2 est

Plus en détail

Etude de cas sur la mémoire non volatile

Etude de cas sur la mémoire non volatile Etude de cas sur la mémoire non volatile 1. Introduction Objectif Le but de cette étude de cas est de montrer comment une information peut être mémorisée de façon durable et conservée même sans alimentation.

Plus en détail

Juliano KATRIB 1, Pierre SCHMITT 1, Patrice ROTH 1, Francine AUDRAN 2, Isabelle MAGNE 2, Mustapha NADI 1

Juliano KATRIB 1, Pierre SCHMITT 1, Patrice ROTH 1, Francine AUDRAN 2, Isabelle MAGNE 2, Mustapha NADI 1 Approches théorique et expérimentale en CEM des implants médicaux actifs dans la bande de fréquences 10 50 khz: cas des défibrillateurs cardiaques implantables Juliano KATRIB 1, Pierre SCHMITT 1, Patrice

Plus en détail

CARACTERISATION GENERALE DES PROPRIETES DU FILM INHIBITEUR

CARACTERISATION GENERALE DES PROPRIETES DU FILM INHIBITEUR Chapitre 3 : CARACTERISATION GENERALE DES PROPRIETES DU FILM INHIBITEUR 1. Nature de l inhibiteur 51 1.1. Suivi des potentiels / temps pour différentes concentrations en inhibiteur 51 1.2. Courbes de polarisation

Plus en détail

M. LE ROY, L. DE CARLAN, F. DELAUNAY, J. GOURIOU V. LOURENÇO, A. OSTROWSKY, S. SOREL, A. VOUILLAUME J-M. BORDY, S. HACHEM*

M. LE ROY, L. DE CARLAN, F. DELAUNAY, J. GOURIOU V. LOURENÇO, A. OSTROWSKY, S. SOREL, A. VOUILLAUME J-M. BORDY, S. HACHEM* Développement de références dosimétriques pour les petits champs dans des faisceaux de photons de haute énergie Présentation du projet et premiers résultats M. LE ROY, L. DE CARLAN, F. DELAUNAY, J. GOURIOU

Plus en détail

Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006. Partie A : Introduction à la chimie inorganique

Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006. Partie A : Introduction à la chimie inorganique Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006 Partie A : Introduction à la chimie inorganique Svp, veuillez utiliser ces feuilles d examen pour répondre aux questions. Vous pouvez employer

Plus en détail

Caractérisation par spectroscopie Raman de poudres fines et de couches minces de cobaltites de fer à structure spinelle

Caractérisation par spectroscopie Raman de poudres fines et de couches minces de cobaltites de fer à structure spinelle 17 ème journées du Groupe Français de Spectroscopie Vibrationnelle Caractérisation par spectroscopie Raman de poudres fines et de couches minces de cobaltites de fer à structure spinelle H. Le Trong, L.

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX

CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX CHAPITRE 4 CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX 4.1 INTRODUCTION L emploi judicieux des matériaux utilisés dans la construction exige la connaissance de leurs diverses propriétés : physiques, chimiques, minéralogiques,

Plus en détail

Stockage d électricité par batteries : Etat de l art et perspectives de développement

Stockage d électricité par batteries : Etat de l art et perspectives de développement Stockage d électricité par batteries : Etat de l art et perspectives de développement Pierre Louis Taberna Chargé de recherche au CNRS CIRIMAT CIRIMAT CIRIMAT Centre Interuniversitaire de Recherche et

Plus en détail

Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins

Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins Page 1 sur 6 Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins Introduction Un véhicule en mouvement possède une énergie cinétique, fonction de la masse et de la vitesse, soit E = 1/2 m v 2. Le

Plus en détail

a) les barreaux constituent deux résistances en série : =3,5Ω. =1,4Ω ; R 2 =ρ l 2 S 2 R 1 =ρ l 1 S 1

a) les barreaux constituent deux résistances en série : =3,5Ω. =1,4Ω ; R 2 =ρ l 2 S 2 R 1 =ρ l 1 S 1 Questions de type examen sur la matière d'électricité PHYS-F-104 BA1 biologie, géographie, géologie et pharmacie, année 2014-2015 P.Vanlaer 1. Une pile qui fournit une tension continue de 2,2 V est raccordée

Plus en détail

Protection contre la corrosion d un acier au carbone par un revêtement époxy contenant des oxydes de fer modifiés par un composé silané

Protection contre la corrosion d un acier au carbone par un revêtement époxy contenant des oxydes de fer modifiés par un composé silané Protection contre la corrosion d un acier au carbone par un revêtement époxy contenant des oxydes de fer modifiés par un composé silané To Thi Xuan Hang a, Trinh Anh Truc a, Nguyen Thu Trang a, Nguyen

Plus en détail

SPECTROSCOPIE INFRAROUGE A TRANSFORMEE DE FOURIER (IRTF)

SPECTROSCOPIE INFRAROUGE A TRANSFORMEE DE FOURIER (IRTF) SPECTROSCOPIE INFRAROUGE A TRANSFORMEE DE FOURIER (IRTF) Introduction La Spectroscopie Infrarouge à Transformée de Fourier (ou FTIR : Fourier Transformed InfraRed spectroscopy) est basée sur l'absorption

Plus en détail

1. Approche qualitative de la cinétique électrochimique Surtension. Décrire le montage à trois électrodes permettant de mesurer une surtension.

1. Approche qualitative de la cinétique électrochimique Surtension. Décrire le montage à trois électrodes permettant de mesurer une surtension. Notions et contenus 1. Approche qualitative de la cinétique électrochimique Surtension. Capacités exigibles Décrire le montage à trois électrodes permettant de mesurer une surtension. Allure des courbes

Plus en détail

I- Spectres UV-visible

I- Spectres UV-visible Objectif : Comprendre comment l étude de spectre donne des informations sur les composés chimiques. I- Spectres UV-visible 1. Activité 1 p 88 Matériel : B : un spectrophotomètre et ses cuves ; une solution

Plus en détail

Obtention d un métal par hydrométallurgie 2 : Courbes intensité-potentiel

Obtention d un métal par hydrométallurgie 2 : Courbes intensité-potentiel Matériaux 3 : Obtention d un métal par hydrométallurgie 2 : Courbes intensité-potentiel Conseils et Erreurs trop fréquentes Attention au signe d une surtension : elle est positive pour une oxydation (sur

Plus en détail

SPECIFICATION TECHNIQUE CN15 P AUTO ALIMENTATIONS DE LABORATOIRE A PUISSANCES OPTIMISEES

SPECIFICATION TECHNIQUE CN15 P AUTO ALIMENTATIONS DE LABORATOIRE A PUISSANCES OPTIMISEES Page 1/7 ALIMENTATIONS DE LABORATOIRE A PUISSANCES OPTIMISEES Spécifications générales Courant maximum variant automatiquement avec la tension de sortie Puissance jusqu à 1.5 KW Tension de sortie jusqu

Plus en détail

Benchmark poutre en flexion 3 points

Benchmark poutre en flexion 3 points Benchmark poutre en flexion 3 points Le benchmark consiste en un essai de flexion 3 points d une poutre en béton armé sous chargement statique afin d étudier son comportement mécanique jusqu à la rupture.

Plus en détail

Utilisation d un contacteur gaz / liquide type éjecteur tubulaire pour l ozonation de l acide p-coumarique

Utilisation d un contacteur gaz / liquide type éjecteur tubulaire pour l ozonation de l acide p-coumarique laboratoire de Chimie Industrielle - Génie des Procédés O. CHEDEVILLE, M. DEBACQ, C. PORTE Utilisation d un contacteur gaz / liquide type éjecteur tubulaire pour l ozonation de l acide p-coumarique Présentation

Plus en détail

IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION

IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION 1. Nature de la corrosion a. Définition La corrosion d'un métal est l'oxydation de cet élément à l'état d'ion métallique : il s'agit donc d'une réaction d'oxydo - réduction.

Plus en détail

La route en béton. Une solution économique et de qualité

La route en béton. Une solution économique et de qualité La route en béton Une solution économique et de qualité Ir Luc Rens Ingénieur conseil FEBELCEM Directeur EUPAVE 1 Introduction Les premières routes en béton belges datent de l entre-deux-guerres : presque

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4

Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4 Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4 Modules d'enseignements de Chimie M3303 : Techniques Spectroscopiques (Johan Alauzun S3) M4104 : Analyses Électrochimiques (Olivier Fontaine fin S3) et

Plus en détail

Spectrophotométrie d absorption. http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi

Spectrophotométrie d absorption. http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi Spectrophotométrie d absorption http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi Spectrophotométrie Usage de la lumière pour mesurer une concentration Basée sur l absorption des radiations lumineuses L absorption

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Traitements des surfaces. Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc.

PHYSIQUE-CHIMIE. Traitements des surfaces. Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc. PHYSIQUE-CHIMIE Traitements des surfaces Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc IA - Pour augmenter la qualité de surface d une pièce en acier, on désire recouvrir cette pièce d un alliage cuivre-zinc

Plus en détail

Traitements électrochimiques pour la réhabilitation r Déchloruration Réalcalinisation

Traitements électrochimiques pour la réhabilitation r Déchloruration Réalcalinisation Traitements électrochimiques pour la réhabilitation r du béton b armé Déchloruration Réalcalinisation Journée d informations «Club CDOA» Intervenant : V. BOUTEILLER (LCPC / FDOA-SDOA) Date : 15 décembre

Plus en détail

MORPHOLOGIE ET COMPORTEMENT ELECTROCHIMIQUE DES COUCHES MINCES DE Pt ET DE Pd PREPAREES PAR PULVERISATION SOUS COURANT CONTINU

MORPHOLOGIE ET COMPORTEMENT ELECTROCHIMIQUE DES COUCHES MINCES DE Pt ET DE Pd PREPAREES PAR PULVERISATION SOUS COURANT CONTINU June 2001 Phys. Chem. News 2 (2001) 15-19 MORPHOLOGIE ET COMPORTEMENT ELECTROCHIMIQUE DES COUCHES MINCES DE Pt ET DE Pd PREPAREES PAR PULVERISATION SOUS COURANT CONTINU A. Chtaini 1*, D. Takky 1, R. Najih

Plus en détail

Batteries pour le stockage de l énergie. Anne de Guibert SAFT

Batteries pour le stockage de l énergie. Anne de Guibert SAFT Batteries pour le stockage de l énergie Anne de Guibert SAFT Contexte global du stockage Les besoins de notre société pour un monde «plus vert» (moins de CO 2 ) autant que le renchérissement prévisible

Plus en détail

Plan. Physique - Optique et applications pour la Synthèse d Images. IUT StDié. Introduction. 1. Nature et propagation i. de La la lumière lumière

Plan. Physique - Optique et applications pour la Synthèse d Images. IUT StDié. Introduction. 1. Nature et propagation i. de La la lumière lumière Physique - Optique et applications pour la Synthèse d Images IUT StDié Cours niveau Licence Optique v.2005-10-05 Stéphane Gobron Plan Introduction 2. Image, réflexion et réfraction 4. Interférences et

Plus en détail

Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011

Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011 Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011 Introduction Comme son nom l indique, une énergie renouvelable est une énergie utilisant des élèments naturels, renouvelés plus rapidement qu ils ne sont consommés.

Plus en détail

Chapitre II ; Le ciment Portland 2011

Chapitre II ; Le ciment Portland 2011 CHPITRE II LE CIMENT 2.1 Définitions a. Liant hydraulique : des poudres finement brayées qui avec le contact d eau font prise et durcissent sous des processus physico-chimiques complexes. b. Ciment : Le

Plus en détail

La géothermie avec Thermo Pieux

La géothermie avec Thermo Pieux La géothermie avec Thermo Pieux Mini colloque sur les électro technologies Avril 2010 La présentation Le Groupe Techno Pieux; Les Produits; La géothermie avec les capteurs géothermiques Thermo Pieux (THP);

Plus en détail

NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06

NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06 NC 235 : 2005 06 REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON Paix Travail Patrie Peace Work Fatherland ========= ========= MINISTERE DE L INDUSTRIE, DES MINES ET DU MINISTRY OF INDUSTRY, MINES AND DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Influence of the Chemical Composition of Stainless Steels on the Electronic Structure of Passive Films Formed in Artificial Sea Water

Influence of the Chemical Composition of Stainless Steels on the Electronic Structure of Passive Films Formed in Artificial Sea Water Portugaliae Electrochimica Acta 22 (2004) 263-278 PORTUGALIAE ELECTROCHIMICA ACTA Influence of the Chemical Composition of Stainless Steels on the Electronic Structure of Passive Films Formed in Artificial

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

MISE EN ÉVIDENCE DE LA CONVECTION INDUITE PAR LA VIBRATION D UNE INTERFACE LIQUIDE LIQUIDE PAR SPECTROSCOPIE D IMPÉDANCE ÉLECTROCHIMIQUE NON LINÉAIRE

MISE EN ÉVIDENCE DE LA CONVECTION INDUITE PAR LA VIBRATION D UNE INTERFACE LIQUIDE LIQUIDE PAR SPECTROSCOPIE D IMPÉDANCE ÉLECTROCHIMIQUE NON LINÉAIRE - 75 - MISE EN ÉVIDENCE DE LA CONVECTION INDUITE PAR LA VIBRATION D UNE INTERFACE LIQUIDE LIQUIDE PAR SPECTROSCOPIE D IMPÉDANCE ÉLECTROCHIMIQUE NON LINÉAIRE J.-P. DIARD,D.J.FERMIN, N. GLANDUT,C.MONTELLA,3

Plus en détail

CCTP TÉLÉCHARGÉ Dallage béton avec isolant JACKODUR

CCTP TÉLÉCHARGÉ Dallage béton avec isolant JACKODUR CCTP TÉLÉCHARGÉ Ici vous pouvez inscrire le Produit que vous avez sélectionné Produit choisit (*) : Epaisseur : (*) : voir les propriétés dans le corps du texte. Fabricant : Produit : JACKON Insulation

Plus en détail

UFR de Chimie. Licence de Sciences et Technologies mention CHIMIE. Autres options de chimie

UFR de Chimie. Licence de Sciences et Technologies mention CHIMIE. Autres options de chimie UFR de Chimie Licence de Sciences et Technologies mention CHIMIE Autres options de chimie CA6 Chimie Analytique : Analyse thermique, microscopies, 8 8 15 3 chromatographies Analytical Chemistry : Thermal

Plus en détail

THESE DE DOCTORAT DE L UNIVERSITE PIERRE ET MARIE CURIE (PARIS VI)

THESE DE DOCTORAT DE L UNIVERSITE PIERRE ET MARIE CURIE (PARIS VI) THESE DE DOCTORAT DE L UNIVERSITE PIERRE ET MARIE CURIE (PARIS VI) ÉCOLE DOCTORALE 388 : CHIMIE PHYSIQUE ET CHIMIE ANALYTIQUE DE PARIS CENTRE SPECIALITE : METALLURGIE ET MATERIAUX PRESENTEE PAR : LUIS

Plus en détail

Réactions d oxydoréduction

Réactions d oxydoréduction Réactions d oxydoréduction Ce document a pour objectif de présenter de manière synthétique quelques bases concernant les réactions d oxydoréduction et leurs principales applications que sont les piles

Plus en détail

Spécificités des dégradations dans les bétons du patrimoine. Luc COURARD et Astrid LEJEUNE Université de Liège, Belgique

Spécificités des dégradations dans les bétons du patrimoine. Luc COURARD et Astrid LEJEUNE Université de Liège, Belgique Spécificités des dégradations dans les bétons du patrimoine Luc COURARD et Astrid LEJEUNE Université de Liège, Belgique Journée d études, Beez, 9 novembre 2012 Situation actuelle 1 Facteurs contribuant

Plus en détail

L2-1/3. Relation entre corrosion et fissuration du béton

L2-1/3. Relation entre corrosion et fissuration du béton L2-1/3 Relation entre corrosion et fissuration du béton Acronyme : APPLET Titre complet : Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive Performantielle et probabiliste Dates de début et de fin du projet

Plus en détail

Notions élémentaires sur les cellules électrochimiques

Notions élémentaires sur les cellules électrochimiques Département des Sciences et Génie des Matériaux Notions élémentaires sur les cellules électrochimiques Cours et exercices G. BARRAL B. LE GORREC C. MONTELLA (UJF) (IUT 1) (ISTG) GRENOBLE 2003 SOMMAIRE

Plus en détail

CORROSION PAR EFFET PILE

CORROSION PAR EFFET PILE ARTHROPLASTIES PROTHETIQUES DEFAILLANCE PHYSIQUE DES IMPLANTS CORROSION PAR EFFET PILE A. AARON GECO 2010 MODES DE DEFAILLANCE D UN IMPLANT ARTICULAIRE METALLIQUE La fatigue L usure et adhésion La corrosion

Plus en détail

Tout l art de stocker l énergie

Tout l art de stocker l énergie Laboratoire d Electrochimie Industrielle CNAM Paris Batteries Tout l art de stocker l énergie Jean-François Fauvarque, professeur émérite jean-francois.fauvarque@cnam.fr Laboratoire d Electrochimie Industrielle

Plus en détail

Durcissement structural par laser YAG-Nd +3 de l alliage de Titane " T40 ".

Durcissement structural par laser YAG-Nd +3 de l alliage de Titane  T40 . JEEP 29, 6 (29) DOI:1.151/jeep/296 Owned by the authors, published by EDP Sciences, 29 Durcissement structural par laser YAG-Nd +3 de l alliage de Titane " T4 ". O. LADJALI 1, N. MESRATI 1, L. HATTALI

Plus en détail

Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE

Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE I - DOMAINE UV-VISIBLE Le domaine UV-visible s'étend environ de 800 à 10 nm. visible : 800 nm (rouge) - 400 nm (indigo) proche-uv : 400 nm - 200

Plus en détail

Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle

Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle 5.1 Classification Déterminer à quelle catégorie (sphérique, symétrique, asymétrique) appartiennent ces molécules : a) CH 4, b) CH 3 F, c) CH 3 D, d) SF 6, e) HCN,

Plus en détail

COURBES INTENSITÉ-POTENTIEL

COURBES INTENSITÉ-POTENTIEL COURBES NTENSTÉ-POTENTEL -Courbes intensité-potentiel 1) Notion de cinétique des réactions rédox en solution a) introduction Les diagrammes E-pH étudiés précédemment permettent une étude thermodynamique

Plus en détail

Fabrication de nanocontacts métalliques par nanoindentation résistivo-contrôlée

Fabrication de nanocontacts métalliques par nanoindentation résistivo-contrôlée Fabrication de nanocontacts métalliques par nanoindentation résistivo-contrôlée Objectif : créer un nanocontact sur une structure Carrey et al, APL 2001 Indentation par AFM d une couche d isolant déposée

Plus en détail

Université P. et M. Curie Année 2000/2001 DEUG Sciences de la Matière Session de septembre 2001 EXAMEN DE CHIMIE 2 CORRIGE

Université P. et M. Curie Année 2000/2001 DEUG Sciences de la Matière Session de septembre 2001 EXAMEN DE CHIMIE 2 CORRIGE Université P. et M. Curie Année 000/001 DEUG Sciences de la Matière Session de septembre 001 EXAMEN DE CHIMIE CORRIGE Durée de l épreuve : 3 heures Les calculatrices ne sont pas autorisées Données : (les

Plus en détail

Chap. V : Propriétés physiques et chimiques et tableau périodique. r anion

Chap. V : Propriétés physiques et chimiques et tableau périodique. r anion V.1. Propriétés physiques V.1.a. Le rayon atomique Dans une même colonne quand on change de période n d'une unité, le volume effectif de l atome croît brusquement dans une même colonne r quand n. Au sein

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

TS Physique L automobile du futur Electricité

TS Physique L automobile du futur Electricité P a g e 1 TS Physique Electricité Exercice résolu Enoncé Le moteur thermique, étant très certainement appelé à disparaître, les constructeurs automobiles recourront probablement au «tout électrique» ou

Plus en détail

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE 1 CHAPITRE I SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE I - DOMAINE UV-VISIBLE Dans une molécule, les transitions électroniques ont lieu dans la région de l ultraviolet (400-10 nm environ) et du visible

Plus en détail

La corrosion de l Aluminium et de ses alliages. Max Reboul mreboul@ltpcm.inpg.fr

La corrosion de l Aluminium et de ses alliages. Max Reboul mreboul@ltpcm.inpg.fr La corrosion de l Aluminium et de ses alliages Max Reboul mreboul@ltpcm.inpg.fr Plan Les Alliages d Aluminium La Passivité de l Aluminium Formes de Corrosion Corrosion Généralisée Corrosion par Piqûres

Plus en détail

Les techniques électrochimiques de protection Guy TACHE (CEFRACOR)

Les techniques électrochimiques de protection Guy TACHE (CEFRACOR) Matinée d information du STRRES PROTECTION DES BETONS EN ZONE LITTORALE mercredi 27 novembre 2013 Les techniques électrochimiques de protection Guy TACHE (CEFRACOR) 1 Rappels sur les principes de corrosion

Plus en détail

Oxydo-réduction et corrosion

Oxydo-réduction et corrosion Chapitre 7 Sciences Physiques - BTS Oxydo-réduction et corrosion 1. Réactions d oxydo-réductions. 1.1. Les couleurs des solutions. Les solutions contenant des ions cuivriques Cu 2+ sont bleu turquoise.

Plus en détail

ANALYSE DES MATERIAUX PAR SPECTROSCOPIE D IMPEDANCE APPLICATION AU VERRE BOROSILICATE

ANALYSE DES MATERIAUX PAR SPECTROSCOPIE D IMPEDANCE APPLICATION AU VERRE BOROSILICATE ANALYSE DES MATERIAUX PAR SPECTROSCOPIE D IMPEDANCE APPLICATION AU VERRE BOROSILICATE F.HAMOU Prof N.ZEKRI Laboratoire d Etude Physique des Matériaux (LEPM) Département de physique Faculté des sciences

Plus en détail

Technologies et procédés de recyclage des granulats recyclés

Technologies et procédés de recyclage des granulats recyclés Technologies et procédés de recyclage des granulats recyclés Programme de recherche et premiers résultats Colloque RECYBETON B. CAZACLIU - IFSTTAR / L. IZORET - ATILH Filières d Incorporation spécifique

Plus en détail

Les mortiers de réparation

Les mortiers de réparation Les mortiers de réparation Pathologie du béton et la réparation du béton Déroulement de l opération 1 Diagnostic Evaluer la maladie et son étendue Réparations Structurelles / Superficielles 2 Préparation

Plus en détail

Principales agressions et attaques du béton

Principales agressions et attaques du béton Principales agressions et attaques du béton Michaël DIERKENS CETE de LYON - DLL 15 novembre 2011 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports

Plus en détail

CADISCOM CAractérisation Dynamique des pièges

CADISCOM CAractérisation Dynamique des pièges CADISCOM CAractérisation Dynamique des pièges aux Interfaces diélectriques/semi- Conducteurs Organiques. Application aux polymères obtenus par Métathèse. Kamal LMIMOUNI IEMN UMR CNRS 8520 Journées Nationales

Plus en détail

CORRECTION DES EXERCICES

CORRECTION DES EXERCICES CORRECTION DES EXERCICES Exercice 17 page 98 1. Molécule a : vers 2 200 cm -1 pour la liaison C-N ; Molécule b : vers 3 300 cm -1 pour la liaison O H. 2. Molécule a : spectre 1 ; molécule b : spectre 2.

Plus en détail

Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide

Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide Samuel HEMERY (2 e année) Directeur de thèse: Thierry Auger (CNRS) Encadrant CEA: Jean Louis Courouau (DPC/SCCME/LECNA)

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température

Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température CEFRACOR 24 Octobre 2013 Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température Omar Al haj ; Véronique Peres ; Eric Serris ; Michel Cournil

Plus en détail

ETUDE DE LA MICROSTRUCTURE D UNE PATE DE CIMENT PAR MICROSCOPIE ELECTRONIQUE A BALAYAGE

ETUDE DE LA MICROSTRUCTURE D UNE PATE DE CIMENT PAR MICROSCOPIE ELECTRONIQUE A BALAYAGE EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE INSTITUT DES MATERIAUX LABORATOIRE DE MATERIAUX DE CONSTRUCTION ECOLE POLYTECHNIQUE

Plus en détail

Examen du 28 mai 2009 - durée : 2 heures Calculatrice type «collège» autorisée - Documents interdits Préciser votre filière sur votre copie.

Examen du 28 mai 2009 - durée : 2 heures Calculatrice type «collège» autorisée - Documents interdits Préciser votre filière sur votre copie. U.E. LC102 Année 2008-09 2 nd Semestre Première session Examen du 28 mai 2009 - durée : 2 heures Calculatrice type «collège» autorisée - Documents interdits Préciser votre filière sur votre copie. Exercice

Plus en détail

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur L. Lassoie, CSTC Master title - 2/12/2013 - Page 1 Evolution du concept de toiture plate Jusqu'à la fin des années 80 : nombreuses pathologies

Plus en détail

Table des matières. Mélanges et transformations : aspects thermodynamiques 1

Table des matières. Mélanges et transformations : aspects thermodynamiques 1 TABLE DES MATIÈRES xix Table des matières Mélanges et transformations : aspects thermodynamiques 1 1 Changements d état isobares de mélanges binaires 3 I Changements d état du corps pur...........................

Plus en détail

CHAPITRE 13- ANALYSE SPECTROSCOPIQUE

CHAPITRE 13- ANALYSE SPECTROSCOPIQUE CHAPITRE 13- ANALYSE SPECTROSCOPIQUE 1-Les Objectifs du chapitre. Ce que je dois connaître Définition de absorbance, transmittance, nombre d'onde. La loi de Beer-Lambert notions de déplacement chimique

Plus en détail

Influence de la nature des fibres synthétiques incorporées sur le L. MISSEMER, E. OUEDRAOGO, Y. MALECOT, C. CLERGUE, D. ROGAT

Influence de la nature des fibres synthétiques incorporées sur le L. MISSEMER, E. OUEDRAOGO, Y. MALECOT, C. CLERGUE, D. ROGAT Influence de la nature des fibres synthétiques incorporées sur le comportement au feu des BFUP : cas du BCV L. MISSEMER, E. OUEDRAOGO, Y. MALECOT, C. CLERGUE, D. ROGAT Problématique : éclatement du béton

Plus en détail

LES MATÉRIAUX DANS LES TRANSPORTS. I Familles de matériaux II Propriétés physico-chimiques des matériaux

LES MATÉRIAUX DANS LES TRANSPORTS. I Familles de matériaux II Propriétés physico-chimiques des matériaux LES MATÉRIAUX DANS LES TRANSPORTS I Familles de matériaux II Propriétés physico-chimiques des matériaux I. Familles de matériaux Activité p 172 Matériaux Organiques Naturels : - Laine - Bois - Caoutchouc

Plus en détail

Contenu : Le BFUP Rédaction : Flavien Antille / étudiant ETC 3 / Rue de la Fusion 86 / 1920 Martigny Date : décembre 2012

Contenu : Le BFUP Rédaction : Flavien Antille / étudiant ETC 3 / Rue de la Fusion 86 / 1920 Martigny Date : décembre 2012 Page 1 / 8 Rapport technique / domaine du génie-civil Contenu : Le BFUP Rédaction : Flavien Antille / étudiant ETC 3 / Rue de la Fusion 86 / 1920 Martigny Date : décembre 2012 Le BFUP Béton Fibré Ultra

Plus en détail

2. Comment recharger un accumulateur? Capacités Connaissances Exemples d activités. Savoir que : un accumulateur se recharge à l aide d un courant

2. Comment recharger un accumulateur? Capacités Connaissances Exemples d activités. Savoir que : un accumulateur se recharge à l aide d un courant 5 Programme du chapitre 1. Quelle est la différence entre une pile et un accumulateur? Pourquoi éteindre ses phares quand le moteur est arrêté? Capacités Connaissances Exemples d activités Réaliser une

Plus en détail