GROUPE DE TRAVAIL ANTIFRAUDE DE L ASSURANCE-AUTOMOBILE DE L ONTARIO

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GROUPE DE TRAVAIL ANTIFRAUDE DE L ASSURANCE-AUTOMOBILE DE L ONTARIO"

Transcription

1 GROUPE DE TRAVAIL ANTIFRAUDE DE L ASSURANCE-AUTOMOBILE DE L ONTARIO RAPPORT FINAL DU COMITÉ DIRECTEUR NOVEMBRE 2012

2

3 Le 16 octobre 2012 Monsieur Steve Orsini Sous-ministre Ministère des Finances 7, Queen s Park Crescent Toronto (Ontario) M7A 1Y7 Monsieur le Sous-ministre, Veuillez trouver ci-joint le rapport final du Comité directeur du Groupe de travail antifraude de l assurance-automobile de l Ontario. Nous sommes heureux de présenter ce rapport, conformément à notre mandat, pour que vous puissiez le faire suivre au ministre des Finances. On y trouve la réponse à deux questions posées dans le cadre de ce mandat sur l ampleur de la fraude en assurance-automobile en Ontario et aux mesures recommandées pour l enrayer. Nous vous exprimons notre gratitude pour le soutien et les conseils que nous avons reçus de la part de fonctionnaires de votre ministère et d autres ministères ayant collaboré avec le Groupe de travail au cours des 16 derniers mois. Nous savons énormément gré aux cadres supérieurs des Finances, de la Commission des services financiers de l Ontario et du ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels qui ont agi comme présidents des trois groupes de travail auxquels il revenait de soutenir le Groupe de travail antifraude. Nous estimons avoir rempli notre mandat adéquatement et nous avons hâte de prendre connaissance des commentaires que le gouvernement formulera au sujet de nos recommandations. Veuillez agréer, Monsieur le Sous-ministre, l expression de mes sentiments les plus respectueux. Frederick W. Gorbet Président du Comité directeur Margaret Beare George Cooke James Daw Bob Percy

4

5 TABLE DES MATIÈRES Préface... 1 Aperçu... 3 Il y a beaucoup de fraude et cela influence considérablement le taux des primes... 3 Il existe des mesures efficaces pour gérer la fraude Nos recommandations découlent de quatre considérations clés ayant orienté nos travaux, à savoir : RECOMMANDATIONS DU COMITÉ DIRECTEUR Prévention Mobilisation et sensibilisation du consommateur Renseignements essentiels pour les étapes critiques Groupe de mise en œuvre des initiatives de sensibilisation à la lutte contre la fraude Divulgation obligatoire de certains renseignements Supervision accrue par la CSFO Réduire les incertitudes et les retards liés au traitement des demandes d indemnité d assurance-automobile Effets des réformes de septembre 2010 sur l annexe sur les indemnités d accident légales Traitement fondé sur des données probantes Redresser le système de règlement des différends Exiger des assureurs qu ils donnent des motifs plus étoffés à l appui du refus d une demande de règlement Réglementation de l industrie du remorquage à l échelle provinciale Recommandations pour une réglementation provinciale Recommandations concernant la gestion de la fraude en assurance-automobile Modifications à la Loi sur le privilège des réparateurs et des entreposeurs Frais d annulation pour les demandeurs qui ne se présentent pas à un examen médical Détection Initiatives de l industrie visant à repérer les demandes d indemnité suspectes Faire du système de demandes de règlement pour soins de santé liés à l assurance-automobile un outil antifraude plus efficace Tabler sur des initiatives en cours i

6 Autres occasions potentielles Réglementation des cliniques de santé et des fournisseurs de services d évaluation Il faudrait ajouter certaines dispositions au modèle de réglementation Transparence Responsabilisation Mise en œuvre Faciliter les choses aux personnes qui souhaitent signaler des actes frauduleux soupçonnés.. 70 Accroître la capacité de la CSFO à obtenir des renseignements Modifications aux règlements applicables aux relations entre les assureurs et les demandeurs d indemnités Améliorer les formulaires de déclaration de collisions Tenue d enquêtes et application de la loi Accroître la capacité de la CSFO à enquêter au sujet d actes ou pratiques malhonnêtes ou mensongers (APMM) et à imposer des sanctions à leur égard Superviser les cliniques réglementées et vérifier leurs registres Sanctionner les cliniques réglementées qui se livrent à des pratiques commerciales inappropriées Assurer le partage de renseignements entre les enquêteurs spécialisés dans les cas de fraude Assurer la collaboration entre les services policiers Affecter des procureurs de la Couronne aux cas de fraude complexes dès les premiers stades du processus et les maintenir en poste Modifications à l AIAL et au RAPMM visant à élargir l éventail de sanctions Indemnités de remplacement du revenu liées à des demandes d indemnité d accident frauduleuses Rôles et responsabilités en matière de réglementation Commission des services financiers de l Ontario Barreau du Haut-Canada Ordres de réglementation des professionnels de la santé Examens médicaux effectués à titre indépendant LISTE DE RECOMMANDATIONS ii

7 ANNEXES Annexe 1 Annexe 2 Annexe 3 Organigramme du Groupe de travail antifraude de l'assurance-automobile Personnes et groupes ayant soumis des observations au Groupe de travail Récentes initiatives antifraude réalisées dans certains autres territoires Annexe 4 Matrice illustrant des occasions d'apprentissage Annexe 5 Exemples de formulations pour le consentement de la proposition d'assurance-automobile et les formulaires de demandes d'indemnités Annexe 6 Accréditation et réglementation des cliniques de santé Annexe 7 Annexe 8 Propositions visant à accroître la capacité de la CSFO à obtenir des renseignements Pouvoirs d'enquête et d'application de la loi accrus pour la CSFO Annexe 9 Glossaire iii

8 iv

9 Préface Le présent rapport fait état des conclusions et des recommandations unanimes du Comité directeur du Groupe de travail antifraude, dont les membres ont été nommés voilà 16 mois. Le mandat de ce groupe consiste à conseiller le gouvernement de l Ontario relativement à l ampleur de la fraude en assurance-automobile et aux mesures à prendre pour l enrayer. Le Comité directeur est formé de cinq personnes n ayant pas de liens avec le gouvernement. Nous avons bénéficié du soutien et des conseils de nombreux fonctionnaires du ministère des Finances, du ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels et du ministère du Procureur général, ainsi que de la Commission des services financiers de l Ontario (CSFO). Trois groupes de travail composés de fonctionnaires et de représentants de regroupements du secteur privé ont aussi apporté leur concours au Groupe de travail antifraude. Nous avons par ailleurs eu l occasion d écouter plus de 50 présentations et de recevoir des observations de la part de parties intéressées. 1 En décembre dernier, nous avons publié un rapport provisoire, suivi d un rapport d étape en juillet 2012 dans lequel nous invitions les gens à se prononcer sur des interventions potentielles en matière de lutte contre la fraude au sein du système d assurance-automobile. Nous apprécions les commentaires et les conseils qui nous ont été communiqués, mais nous assumons totalement les conclusions et les recommandations énoncées dans le présent rapport final. L aperçu du rapport fait brièvement état de notre réponse aux deux principales questions dont on nous a confié l étude, à savoir quelle est l ampleur des répercussions de la fraude sur le coût de l assurance-automobile et que peut-on faire pour enrayer ce type de fraude? On trouvera aussi dans le reste de la section un résumé de haut niveau de nos conclusions et de nos recommandations. Celles-ci sont présentées dans d autres sections du rapport traitant, respectivement, de la prévention et de la détection de la fraude ainsi que de la tenue d enquêtes et l application de la loi. La dernière section du rapport contient d autres observations sur le rôle des principaux organismes de réglementation engagés dans la lutte contre la fraude en assurance-automobile, à savoir la CSFO, le Barreau du Haut-Canada et les ordres de réglementation des professionnels de la santé 1 La structure du Groupe de travail est présentée à l annexe 1. L annexe 2 renferme la liste des personnes et des groupes qui ont soumis des observations au Groupe de travail, et l on y trouve aussi des hyperliens vers les observations auxquelles le public a accès. 1

10 2

11 Aperçu Les assureurs et les responsables de la réglementation considèrent la fraude comme un phénomène incrusté depuis longtemps dans le système d assurance-automobile de l Ontario. Mais une recrudescence récente et inexpliquée du nombre de demandes de règlement et de factures liées à des indemnités d assurance a ramené ce problème à l avant-plan. De nouvelles recherches (décrites plus loin) nous incitent à croire à nouveau que les activités frauduleuses sont de plus en plus préméditées et bien organisées, particulièrement dans la région du Grand Toronto (RGT). Nous devons tenir compte des coûts et des risques liés à la fraude et nous croyons que le gouvernement et d autres intervenants peuvent et devraient prendre plusieurs mesures concrètes et pratiques pour lutter contre la fraude. Il y a beaucoup de fraude et cela influence considérablement le taux des primes On nous a demandé de fournir notre meilleure estimation de l ampleur et de la répartition géographique de la fraude en Ontario. Cela est une tâche difficile étant donné que les personnes impliquées dans des activités de ce genre ont toutes les raisons du monde de vouloir les dissimuler. Dans notre rapport provisoire de décembre dernier 2, nous avons noté qu en 2010, les paiements d indemnités d assurance et les coûts liés aux examens médicaux avaient largement dépassé le montant qui avait été prévu en fonction des corrélations antérieures entre les indemnités et des facteurs tels que la fréquence et la gravité des accidents, et l inflation. Nous avons noté que durant la période allant de 2006 à 2010, le nombre d accidents, le nombre de personnes blessées par suite de ces accidents et la gravité de ces blessures avaient tous décru. Pourtant, les coûts relatifs aux indemnités d assurance versées en 2010 dépassaient de 2,4 G$ celle des indemnités payées en En tenant compte de l effet de l inflation sur le coût des soins de santé durant cette période, cet écart «inexpliqué» doit être réévalué à 2 G$ (300 $ par passager inscrit) pour l Ontario et à 1,7 G$ (700 $ par passager inscrit) pour la RGT. Nous ne pouvons en arriver à la conclusion que cela est entièrement imputable à la fraude, mais nous formulons effectivement l hypothèse que celle-ci a joué un rôle important dans l augmentation. 2 Le rapport provisoire peut être consulté à 3

12 Dans notre rapport provisoire, nous avons relevé trois types de fraude d un point de vue conceptuel 3 : Fraude organisée : plusieurs participants jouant différents rôles au sein du système d assurance-automobile de l Ontario créent un stratagème organisé dans le but de générer des rentrées de fonds au moyen d un modèle d activités frauduleuses. Fraude préméditée : un participant au système d assurance-automobile de l Ontario, agissant seul ou avec d autres, facture systématiquement aux assureurs des biens ou des services qu il ne fournit pas ou fournit et facture des biens et des services inutiles. Le participant participe à un modèle d activités frauduleuses, éventuellement aux dépens de victimes d accidents de véhicules automobiles ou avec leur complicité. Fraude opportuniste : une personne augmente la valeur de sa demande de règlement d assurance-automobile en réclamant des indemnités ou d autres biens et services qui sont inutiles ou n ont aucun rapport avec l accident qui a entraîné la présentation de la demande. Nous avons tenté d obtenir une meilleure estimation du coût en dollars de la fraude en collaborant à cette fin avec le Bureau d assurance du Canada (BAC) dans le but de commander une recherche à KPMG. Nous avons aussi recruté directement le cabinet Ernst & Young pour qu il nous fournisse une évaluation, à titre indépendant, de la méthodologie utilisée par KPMG aux fins de la recherche. L analyse de KPMG consistait à examiner des études antérieures sur la fraude au Canada, en Ontario et dans d autres territoires et, selon le cas, à appliquer les conclusions de ces études à l Ontario. KPMG a aussi examiné et comparé trois exercices de «validation de concept» entrepris par un groupe d assureurs qui comptent ensemble pour 65 pour cent du marché ontarien de l assurance-automobile. Ces exercices de «validation de concept» 4 ont été réalisés pour déterminer s il serait possible d effectuer une analyse de rentabilité de la constitution d une banque contenant les données de plusieurs assureurs, et d analyser le contenu de cette banque à l aide de logiciels haut de gamme aux fins du repérage des demandes de règlement suspectes. KPMG a été en mesure de 3 4 Pour une description plus détaillée des trois catégories de fraude et quelques exemples, voir le rapport provisoire, p Un exercice de «validation de concept» est utilisé pour confirmer l approche mise en œuvre pour étudier une question donnée. 4

13 tirer de l information de ces exercices en ce qui concerne l ampleur potentielle des activités frauduleuses liées à des demandes de règlement transmises à plusieurs assureurs et qui présentaient des éléments communs entre elles. C est la première fois que des estimations de ce genre, se rapportant au taux d occurrence probable des actes de fraude organisée ou préméditée, ont été établies dans le cadre de recherches sur l ampleur du phénomène de la fraude. 5 Les conclusions de KPMG sont présentées plus en détail dans notre rapport d étape. 6 KPMG a entre autres soutenu qu «il n existe pas suffisamment de renseignements pour établir une estimation précise, et fondée par des données statistiques, de l ampleur de la fraude en assurance-automobile en Ontario.» Nous confirmons qu il est difficile d évaluer la valeur de la fraude en dollars. Mais nous avons demandé à KPMG de quantifier l étendue de cette fraude dans la mesure du possible étant donné que cela correspondait au mandat qui nous avait été confié. Et l on retrouve dans le rapport de ce cabinet un large éventail de chiffres cités pour évaluer le coût de la fraude et qui va de 9 à 18 pour cent des coûts annuels liés aux demandes de règlement, ce qui aurait été l équivalent, en 2010, de 768 M$ à 1,56 G$. Le rapport fait aussi état d une évaluation du coût de la fraude organisée, établie dans le cadre des projets de «validation de concept», et qui allait de 175 à 275 M$ pour 2010, et KPMG en est arrivé à la conclusion que ces chiffres étaient vraisemblablement sous-évalués pour des raisons qu il énonce en détail dans son rapport. Ernst & Young a examiné la méthodologie de KPMG au nom du Groupe de travail et en est arrivé à la conclusion suivante : Il était approprié pour KPMG de fonder ses estimations du coût de la fraude organisée sur trois récentes mises à l essai des dernières techniques d analyse de données pour déterminer si des groupes de personnes ayant des liens entre elles avaient soumis des demandes de règlement à plusieurs assureurs en Ontario, et il était indiqué de conclure que les méthodes appliquées aux fins de ces mises à l essai allaient mener à une sous-évaluation du coût de la fraude organisée. 5 6 La méthodologie de KPMG et les résultats détaillés sont décrits à Voir le rapport d étape, p , à 5

14 La méthodologie utilisée par KPMG a aussi abouti à la sous-évaluation de l ampleur de la fraude préméditée en Ontario, dont la valeur, selon les conclusions de Ernst & Young, pourrait se situer, au bas mot, entre 130 et 260 M$ en 2010; L estimation de la valeur de la fraude opportuniste effectuée par KPMG est peut-être élevée, mais dans l ensemble, la meilleure estimation disponible de la valeur totale de la fraude en assurance-automobile commise en Ontario en 2010 équivaudrait à au moins l ordre de grandeur établi par ce consultant. 7 Le Comité directeur a examiné ces rapports de recherche de près de concert avec KPMG et Ernst & Young. Nous prenons acte du fait que la fourchette d estimations est très grande et il serait bien de pouvoir évaluer avec plus de précision le volume d activités frauduleuses en utilisant des méthodologies approuvées. Cela dit, même l estimation la plus faible est indéniablement très élevée d un point de vue global et aussi en ce qui a trait aux répercussions d un tel volume d activités frauduleuses sur les primes payées par les familles ontariennes. 7 Le rapport de Ernst & Young préparé pour le Groupe de travail peut être consulté à 6

15 Répercussions éventuelles de la fraude sur les primes (2010) Selon KPMG, les coûts liés à la fraude se situent entre 768 M$ et 1,56 G$ pour 2010, soit un montant réparti de 116 $ à 236 $ par prime moyenne payée en Ontario cette année-là. Bien que cette fourchette d estimations soit grande, même le montant le plus bas est considérable pour les familles de l Ontario. Les répercussions sont encore plus importantes dans la RGT. Tel que nous l avons noté dans notre rapport provisoire de décembre dernier, la RGT compte pour 83 pour cent de l augmentation des coûts liés aux indemnités d assurance légales en Ontario durant la période Si nous présumons, à des fins d illustration, que 83 pour cent des activités de fraude sont aussi survenues dans cette région, les répercussions sur la prime moyenne par véhicule assuré en 2010 se seraient chiffrées à 267 $ au niveau le plus bas de la fourchette, et à 540 $ au niveau le plus élevé. Nous estimons que le travail accompli par KPMG et Ernst & Young pour cerner et quantifier les répercussions de la fraude organisée et de la fraude préméditée est passablement important. Aucun des rapports d études antérieures examinés par KPMG ou le Groupe de travail ne fait état de l utilisation d une méthodologie dirigée et de haut niveau aux fins de l analyse de ce problème. Nous pensons que la recherche que nous avons commandée a permis de réaliser de grandes percées à cet égard. 7

16 Bien que nous soyons satisfaits des résultats des recherches au vu des limites inhérentes à un exercice de ce genre, nous insistons pour dire que nos conclusions relatives à l ampleur et à l étendue géographique de la fraude en assurance-automobile ne se fondent pas uniquement sur des chiffres. Au cours des 16 derniers mois, nous avons entendu dire que de nombreux groupes et personnes avaient effectué des interventions «de première ligne» au profit de la lutte contre la fraude en assurance-automobile. Leurs comptes rendus de ce qui se passe dans le monde réel ont permis de préciser grandement le contexte des chiffres obtenus grâce aux recherches. Par exemple : Des propriétaires de cliniques de réadaptation nous ont mentionné qu ils n avaient pas été en mesure d attirer des patients impliqués dans des accidents d automobile sans devoir verser de frais de recommandation élevés à des exploitants de service de remorquage, à des ateliers de carrosserie, à des techniciens juridiques ou au médecin qui avait fait la recommandation. On nous a aussi dit que cela se produisait souvent et que certains professionnels de la santé agréés avaient cessé de traiter les demandeurs d indemnité d assurance-automobile pour le motif qu ils n étaient pas disposés à assumer ces frais. La Loi sur les assurances interdit clairement de percevoir de tels frais, lesquels font par ailleurs augmenter les coûts que doivent assumer les assureurs et les conducteurs. Nous avons pris note des résultats d un projet pilote amorcé par le système de demandes de règlement pour l assurance-automobile (DRSSAA) et appelé «Professionnal Credential Tracker (PCT)». Ce projet a été créé à la demande du Groupe de travail et il vise à aider les professionnels de la santé à s assurer que leur identité ne sera pas volée ni utilisée par des cliniques qui agissent de manière frauduleuse. Dans le cadre du projet pilote auquel participe l Ordre des psychologues de l Ontario, 14 pour cent des psychologues mis à contribution ont constaté que leurs titres de compétence étaient utilisés par des cliniques qu ils n arrivaient pas à identifier. 8 8 On compte environ dossiers de psychologues dans le système des DRSSAA. Parmi ces psychologues, 160 ont accepté de participer au projet pilote et le taux de réponse a été d environ 75 pour cent. Les résultats étaient fiables dans une mesure de 95 pour cent, et la proportion de 14 pour cent devrait être considérée comme équivalant à environ 7 à 21 pour cent du groupe-témoin (soit de 87 à 249 psychologues ayant été identifiés uniquement à l aide du système des DRSSAA). 8

17 En avril 2011, le surintendant de la Commission des services financiers de l Ontario (CSFO) a publié un bulletin dans lequel on prévenait les assureurs de se montrer vigilants à l égard de factures concernant des services qui n avaient jamais été fournis et de flots de demandes qui visaient à entraver leurs processus d examens habituels avant une échéance prévue et à ainsi entraîner l approbation par défaut de traitements et d évaluations. Au cours des 16 derniers mois, nous avons lu dans les médias des textes consacrés aux mesures d application de la loi ayant mené au dépôt de plus de 500 accusations contre plus de 100 personnes dans le cadre de cinq importantes enquêtes policières. 9 Ces mesures ont été appliquées, pour l essentiel, en raison d allégations voulant que des accidents aient été mis en scène pour frauder des compagnies d assurance. Nous prenons acte du fait que ces allégations n ont pas encore été examinées en cour (bien que dans l un des cas précités, des plaidoyers de culpabilité aient été inscrits), mais elles n en sont pas moins graves. Nous savons que des compagnies d assurance-automobile ont entamé des actions au civil contre plusieurs cliniques qui avaient censément fait des déclarations frauduleuses (ces allégations n ont pas encore été examinées en cour); que le surintendant des services financiers a déposé des accusations contre 10 cliniques relativement à des infractions concernant des actes ou pratiques malhonnêtes ou mensongers; et que certaines compagnies d assurance-vie et d assurance-maladie canadiennes ont informé leurs titulaires de police du fait qu elles n honoreraient pas les demandes de règlement associées à certaines cliniques. 9 Le bulletin du surintendant peut être consulté en ligne à 9

18 Nous avons reçu des observations de la part de compagnies d assurance et d enquêteurs qui ont fourni des détails au sujet de leur expérience en matière d enquêtes sur des activités frauduleuses, et de l évolution qu ont connue les activités de ce genre ces dernières années. Un enquêteur nous a raconté comment des opérations de surveillance ont mené à un raid policier dans une clinique voilà quelques années, et il a nous aussi décrit ce que l on a découvert en examinant des registres à la suite de ce raid : [Traduction] «Le registre des entrées et sorties consignées lors de la première journée de surveillance contenait 98 signatures, alors que seulement 20 personnes étaient entrées dans la clinique ou en étaient sorties. Les frais facturés étaient de 150 dollars la consultation, pour un total de dollars ce jour-là (...) J ai été en mesure de déterminer que 90 pour cent des recommandations en faveur de cette clinique provenaient d un médecin de Toronto. Les dossiers des demandeurs d indemnité ne contenaient rien d autre que la fiche de recommandation du médecin, où figurait par ailleurs une carte de l itinéraire pour se rendre à la clinique, et une feuille pour facturer l assureur. Il n y avait aucune note d ordre médical dans ces dossiers. Cette clinique utilisait un registre comptable dont les entrées étaient manuscrites. Un employé désigné comme le «conducteur» avait reçu plusieurs paiements en espèces par mois et aucune explication n était fournie à ce sujet. Seul le mot «comptant» avait été inscrit. J ai pu calculer le montant que ce «conducteur» avait reçu et j ai déterminé qu il se situait entre 25 et 37 mille dollars par mois en espèces sur une période de plus d un an, au bas mot. On peut seulement supposer qu il se servait d une partie ou de la totalité de cet argent pour verser les pots-de-vin exigés en contrepartie des recommandations faites en faveur de clinique.» Observations présentées au Groupe de travail par Sue Collings et datées du 9 août

19 Nous avons noté, dans le rapport de la recherche sur les analyses interterritoriales que nous avons commandées, que les territoires qui offrent des régimes d assurance-automobile semblables à celui de l Ontario doivent aussi composer avec des taux de fraude en croissance. Les gouvernements de l État de New York, de la Floride et du Royaume-Uni ont tous adopté de nouvelles mesures pour enrayer la fraude en assurance-automobile 11. Nous avons aussi relevé le fait que la plupart des Ontariens croient que la fraude est un facteur important influençant le taux des primes d assurance-automobile. Dans le cadre d un sondage réalisé par Pollara en 2011, 83 pour cent des Ontariens consultés ont affirmé qu ils croyaient que la fraude en assurance-automobile est «quelque chose de fréquent ou d occasionnel dans la province» et la quasi-totalité des répondants (soit 96 pour cent d entre eux) voient un lien entre la fraude en assurance et des primes plus élevées pour les conducteurs. 12 Compte tenu de notre évaluation de ces chiffres et des renseignements nous ayant été fournis, nous en arrivons à la conclusion qu il y a énormément de fraude en assurance-automobile en Ontario. Il s agit d un phénomène en croissance qui a des répercussions considérables sur les primes d assurance versées par les particuliers et les familles. Le taux d occurrence d agissements frauduleux semble être passablement plus concentré dans la RGT que dans les autres régions de la province Le rapport de la recherche interterritoriale commandée par le Groupe de travail peut être consulté à à et à D importantes initiatives antifraudes lancées récemment par des territoires ayant un système d assurance-automobile semblable à celui de l Ontario sont décrites de façon sommaire à l annexe 3. Les résultats du sondage de Pollara peuvent être consultés à 11

20 Nous pensons aussi que les répercussions de la fraude organisée et de la fraude préméditée sont en train de s accroître comparativement à celles qui sont liées à la fraude opportuniste. Cela est un problème grave qui nous préoccupe grandement. La fraude organisée prend souvent la forme d accidents mis en scène posant de plus en plus de risques à des victimes non consentantes. 13. Sans compter les problèmes et les coûts liés à la sécurité lorsque des criminels accumulent d importantes sommes d argent, il y a un risque qu ils affectent ces sommes à d autres activités criminelles. Il s agit encore une fois d un problème grave. Mais nous estimons que des mesures peuvent être mises en œuvre pour atténuer la fraude. Dans le reste de l aperçu du rapport, nous présenterons les considérations qui sous-tendent nos recommandations ainsi qu un résumé de haut niveau des mesures que, toujours selon nos recommandations, le gouvernement et d autres intervenants devraient prendre pour composer avec cette situation. Il existe des mesures efficaces pour gérer la fraude Aucune panacée ne saurait éliminer la fraude. Il y a par ailleurs trop d argent en jeu et trop de fraudeurs imaginatifs. Nos recommandations forment un cadre de travail adéquat pouvant être utilisé pour tenter d enrayer le phénomène de la fraude en assurance-automobile, mais le gouvernement et toutes les parties intéressées devront faire preuve d une vigilance soutenue pour s assurer que les mesures antifraude demeurent productives et adaptables. 13 Les accidents provoqués ont évolué ces dernières années. À l origine, ces accidents n étaient pas nécessairement réels, mais on les déclarait tout simplement tout comme s ils étaient vraiment survenus. Dans un deuxième temps, des véhicules étaient délibérément endommagés (ces véhicules n étaient pas entrés en accident avec d autres véhicules). Alors que les techniques d application de la loi progressaient, les fraudeurs ont eux aussi affiné leurs stratégies. C est ainsi que l on constate maintenant qu il y a de plus en plus d accidents provoqués impliquant des victimes non consentantes qui sont délibérément ciblées à cette fin. On parle donc de répercussions graves sur la sécurité publique. Voir «The Evolution of the Paper Staged Accident», un texte du conseil d administration de la Canadian Association of Special Investigation Units (CASIU); Claims Canada (www.claimscanada.ca), avril-mai, 2011, p

21 Nos recommandations découlent de quatre considérations clés ayant orienté nos travaux, à savoir : i) Tout le monde a un rôle à jouer Le système d assurance-automobile de l Ontario consiste en de nombreux secteurs interreliés (voir la pièce 1). Afin d assurer la réussite de la stratégie antifraude intégrée que nous recommandons, les organismes et les personnes évoluant dans chacun de ces secteurs doivent être mobilisés, et il faut aussi qu ils participent activement à la lutte contre la fraude. Pièce 1 - Le système d assurance-automobile interrelié de l Ontario Gouvernement CSFO Application de la loi Ordres de réglementation des professionnels de la santé Barreau Réglementation et application de la loi Souscription d une police Formation des conducteurs Connaissance du processus de demande d indemnité Consommateurs Remorqueuses Entreposage de véhicules Réparation et récupération de véhicules Déclaration d accident Accident et réparation DRSSAA TOUT LE MONDE À UN RÔLE À JOUER DANS LA LUTTE CONTRE LA FRAUDE EN ASSURANCE- Représentants légaux Traitement des demandes d indemnité Collecte de données Industrie de l assurance Soins de santé Avocats Techniciens juridiques de l Ontario Émission de la police Estimation des demandes d indemnité Détection de la fraude et analytique Soins publics Hôpitaux Assurance-santé Soins privés Cliniques Fournisseurs de services évaluation Autres services de santé Le gouvernement peut et devrait mener la lutte contre la fraude, mais tous les Ontariens ont aussi un rôle à jouer dans ce combat. 13

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Vérification de la fonction de trésorerie

Vérification de la fonction de trésorerie Vérification de la fonction de trésorerie La fonction de trésorerie est conforme à l ensemble des dispositions législatives et des politiques Ottawa, le 28 novembre 2013 Le vérificateur général Alain Lalonde

Plus en détail

Présentation de l ABO au Groupe de travail antifraude de l assuranceautomobile. Le 28 août 2012

Présentation de l ABO au Groupe de travail antifraude de l assuranceautomobile. Le 28 août 2012 Présentation de l ABO au Groupe de travail antifraude de l assuranceautomobile de l Ontario Le 28 août 2012 Introduction L ABO 17 000 membres; Les avocats représentent les divers intervenants (assureurs,

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024 Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires Geoff Guy, président Conseil des normes actuarielles Date : Le 29 mars 2007 Objet :

Plus en détail

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE 4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile (Suivi de la section 3.10 du Rapport annuel 2001) CONTEXTE Le

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Avant-propos Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont reconnu que l atténuation est une importante part d un solide cadre

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

Rapport provisoire sur un modèle de réglementation des établissements de santé et d évaluation en Ontario

Rapport provisoire sur un modèle de réglementation des établissements de santé et d évaluation en Ontario Rapport provisoire sur un modèle de réglementation des établissements de santé et d évaluation en Ontario Willie Handler and Associates 19 juillet 2012 Livrables Un modèle de surveillance des établissements

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉNONCIATION

POLITIQUE DE DÉNONCIATION POLITIQUE DE DÉNONCIATION APPROUVÉE PAR LE COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE MISE EN CANDIDATURE LE 11 DÉCEMBRE 2013 APPROUVÉE PAR LE COMITÉ D AUDIT LE 25 MARS 2014 APPROUVÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION

Plus en détail

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier)

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) PARTIE I DEMANDE EN RÉPONSE À L AVIS DE POSSIBILITÉ D ENTENTE À TERME FIXE SUIVANT

Plus en détail

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Statuts du Comité d audit A. Mandat La fonction principale du Comité d audit (le «Comité») est d aider le Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund (la «Société»)

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés Rapport de vérification interne du Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément de la Division des régimes de retraite privés du Bureau du surintendant des institutions financières Novembre

Plus en détail

Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation

Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation Groupe de travail sur les normes en matière de sondage Avril 2011 Les opinions exprimées dans le présent document ne doivent

Plus en détail

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Octobre 2015 Préparé par : William Gardner Heather Woltman

Plus en détail

CCRRA. Québec, le 4 juillet 2002

CCRRA. Québec, le 4 juillet 2002 CCRRA Canadian Council of Insurance Regulators Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance Copie à: Mr. Michael Grist Chair, CCIR Committee on Streamlining and Harmonization Québec,

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

Votre permis de conduire et votre état de santé

Votre permis de conduire et votre état de santé Votre permis de conduire et votre état de santé Le présent document explique comment votre état de santé peut affecter votre capacité à être titulaire d un permis de conduire du Yukon, et comment le gouvernement

Plus en détail

MANITOBA Ordonnance 156/06 LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS LOI SUR LA SOCIÉTÉ D ASSURANCE PUBLIQUE DU MANITOBA

MANITOBA Ordonnance 156/06 LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS LOI SUR LA SOCIÉTÉ D ASSURANCE PUBLIQUE DU MANITOBA MANITOBA Ordonnance 156/06 LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS LOI SUR LA SOCIÉTÉ D ASSURANCE PUBLIQUE DU MANITOBA LOI SUR L EXAMEN PUBLIC DES ACTIVITÉS DES CORPORATIONS DE LA COURONNE ET L OBLIGATION

Plus en détail

Enquête sur les allégations visant l Association des

Enquête sur les allégations visant l Association des Enquête sur les allégations visant l Association des pompiers autochtones du Manitoba 2014 Contexte La Direction générale des services d examen et d enquête du Ministère a reçu des allégations de détournement

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr.: Générale 19 octobre 2007 Français Original: Anglais Conférence générale Douzième session Vienne, 3-7 décembre 2007 Point 10 d) de

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale www.inspection.gc.ca/alimentssalubres Balayer le code de réponse

Plus en détail

Énoncé sur la vie privée

Énoncé sur la vie privée Énoncé sur la vie privée Énoncé sur la vie privée Édition hiver 2011 Publié par : Bureau de la vie privée Réseau de santé Vitalité Pour télécharger la version PDF du présent énoncé, veuillez vous diriger

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE CHAPITRE 1 OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1. Objet Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (les

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES EXTÉRIEURES

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES EXTÉRIEURES Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416 943-5838 Courriel : pward@mfda.ca APA-0040 Le 20 mai 2005 AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/22/20 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 JUILLET 2014 Comité du programme et budget Vingt-deuxième session Genève, 1 er 5 septembre 2014 RAPPORT DU CORPS COMMUN D INSPECTION INTITULE EXAMEN DE LA GESTION

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

Avantages sociaux 2011 FAQ

Avantages sociaux 2011 FAQ Le présent document fait suite à certains commentaires d employés de MMC que nous avons reçus récemment au sujet des hausses de primes pour l année 2011. Assurance vie facultative et assurance vie facultative

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Révisée (Comité LDC) : Page 1 de 7 A. Utilisation du téléphone cellulaire ou d un appareil de télécommunication sans fil pendant la conduite d un véhicule automobile 1.1. Chaque employé est tenu de respecter

Plus en détail

UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES

UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES PRINCIPE : L utilisation des cartes de crédit professionnelles devrait renforcer l efficacité en simplifiant l acquisition, la réception et le paiement

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale)

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Chapitre 4 Recouvrement des créances fiscales Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Mise en contexte Créances fiscales : 7,6 G$ au 31 mars 2011 Somme avant ajustements pour tenir

Plus en détail

ONTARIO TRIAL LAWYERS ASSOCIATION. Réaction de l OTLA au Rapport d étape du Groupe de travail antifraude

ONTARIO TRIAL LAWYERS ASSOCIATION. Réaction de l OTLA au Rapport d étape du Groupe de travail antifraude ONTARIO TRIAL LAWYERS ASSOCIATION Réaction de l OTLA au Rapport d étape du Groupe de travail antifraude Le 17 août 2012 L Ontario Trial Lawyers Association (OTLA) est heureuse de saisir l occasion qui

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence.

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. 1 CHAMP D APPLICATION La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. La présente directive s applique à l ensemble du personnel du Fonds d assurance dans l exercice

Plus en détail

INTRODUCTION. Digital Advertising Alliance des États Unis.

INTRODUCTION. Digital Advertising Alliance des États Unis. INTRODUCTION Les présents principes canadiens d autoréglementation de la publicité comportementale en ligne (ci-après les «principes») ont été élaborés par l Alliance de la publicité numérique du Canada

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

3.1 La carte d achat sera émise par une institution financière retenue par le Conseil scolaire au nom de la personne autorisée et du Conseil.

3.1 La carte d achat sera émise par une institution financière retenue par le Conseil scolaire au nom de la personne autorisée et du Conseil. Procédure administrative : Cartes d achat Numéro : PA 4.006 Catégorie : Affaires et finances Pages : 8 Approuvée : le 19 mars 2007 Modifiée : le 1 er octobre 2012 1. Objet et portée La présente procédure

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées sur les normes d accessibilité intégrées s de chaque conseil scolaire Date d entrée 2013 Établissement de politiques en matière d accessibilité Le conseil élabore, met en œuvre et tient à jour des politiques

Plus en détail

Réponse au rapport Accès à la justice en français. Congrès annuel de l AJEFO Le 4 octobre 2014

Réponse au rapport Accès à la justice en français. Congrès annuel de l AJEFO Le 4 octobre 2014 Réponse au rapport Accès à la justice en français Congrès annuel de l AJEFO Le 4 octobre 2014 1 Rapport Accès à la justice en français Les coprésidents du Comité consultatif de la magistrature et du barreau

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE RESSOURCES HUMAINES

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE RESSOURCES HUMAINES MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE RESSOURCES HUMAINES Objet Le comité de gouvernance et de ressources humaines du conseil d administration est établi par la Société d évaluation foncière des municipalités

Plus en détail

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ CHARTE DU COMITÉ DU RISQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Approuver le cadre de gestion des

Plus en détail

IFRIC 21 : Droits ou taxes

IFRIC 21 : Droits ou taxes IFRIC 21 : Droits ou taxes Réunion du Groupe de discussion sur les IFRS du 2 décembre 2013 : résumé des délibérations IFRIC 21 Droits ou taxes fournit des indications sur la comptabilisation des droits

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Communiqué Juin 2011 Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Les provinces du Québec et de l Ontario ont adopté l

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCÉDURES Y AFFÉRENTES Supplément au Code d éthique Octobre 2015 BANQUE SCOTIA Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION... 3 SECTION 2 RAISON

Plus en détail

Sondage sur le site Web du BSIF de 2014

Sondage sur le site Web du BSIF de 2014 1 Sondage sur le site Web du BSIF de 2014 Sommaire Le 31 mars 2014 Préparé pour le Bureau du surintendant des institutions financières information@osfi-bsif.gc.ca This summary is also available in English.

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015 Guide des candidatures 2015 Introduction Dans tout l Ontario, il y a beaucoup d entreprises, d organismes, de collectivités et de particuliers qui font plus que ce qui est requis par la législation environnementale,

Plus en détail

ENGAGEMENT RELATIF À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

ENGAGEMENT RELATIF À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS ENGAGEMENT RELATIF À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS COGECO est une société de portefeuille diversifiée qui exerce des activités de câblodistribution, de télécommunication et de radiodiffusion

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada

Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada Octobre 2014 Bureau du contrôleur général du Canada Importance de l audit Aux termes de la Loi sur la gestion des finances

Plus en détail

Objet : Groupe de travail antifraude de l assurance-automobile Rapport d étape

Objet : Groupe de travail antifraude de l assurance-automobile Rapport d étape Le 23 août 2012 Monsieur Fred Gorbet Président, Comité directeur Groupe de travail antifraude de l assurance-automobile de l Ontario Raymond G. Kearns, FPAA Directeur, Risque et conformité, Canada Tél.

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES EED01-DA ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Protocole de collaboration pour la prestation de services auprès des élèves

RECUEIL DES POLITIQUES EED01-DA ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Protocole de collaboration pour la prestation de services auprès des élèves RÉSOLUTION : 245-10 Date d adoption : 23 novembre 2010 En vigueur : 23 novembre 2010 À réviser avant : Directives administratives et date d entrée en vigueur : EED-DA1 23 novembre 2010 RECUEIL DES POLITIQUES

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

De nouveaux régimes et de nouvelles prestations que vous aimerez.

De nouveaux régimes et de nouvelles prestations que vous aimerez. Assur ance vie simplifiée et SANS exigence médicale Aide-mémoire pour les conseillers seulement De nouveaux régimes et de nouvelles prestations que vous aimerez. Vous aimerez nos nouveaux régimes plus

Plus en détail

JANVIER 2014 RAPPORT D ENQUÊTE MINISTÈRE DU TOURISME, DU PATRIMOINE ET DE LA CULTURE

JANVIER 2014 RAPPORT D ENQUÊTE MINISTÈRE DU TOURISME, DU PATRIMOINE ET DE LA CULTURE JANVIER 2014 RAPPORT D ENQUÊTE MINISTÈRE DU TOURISME, DU PATRIMOINE ET DE LA CULTURE TRANSMIS : AU PREMIER MINISTRE AU SOUS-MINISTRE AU PLAIGNANT DANS L AFFAIRE DE LA LOI SUR LES LANGUES OFFICIELLES DU

Plus en détail

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Adopté par : Code : CD-176-2008 Page 1 de 6 Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Comité de direction Adopté le : 2008-10-07 Entré en vigueur le : 2008-10-07 Révisé le : Document(s) remplacé(s)

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers (non auditée) Exercice 2014-2015

Plus en détail

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Octobre 2013 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important? Les Canadiens s attendent

Plus en détail

Programme Partenariats entrepreneuriat jeunesse (PEJ) Appel de propositions Construire un écosystème dynamique propice à l entrepreneuriat jeunesse

Programme Partenariats entrepreneuriat jeunesse (PEJ) Appel de propositions Construire un écosystème dynamique propice à l entrepreneuriat jeunesse Programme Partenariats entrepreneuriat jeunesse (PEJ) Appel de propositions Construire un écosystème dynamique propice à l entrepreneuriat jeunesse 1.0 CONTEXTE Le programme Partenariats entrepreneuriat

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

Rapport 2014 du comité d examen indépendant aux investisseurs

Rapport 2014 du comité d examen indépendant aux investisseurs Madame, Monsieur, Un Comité d examen indépendant («CEI») des fonds (collectivement, les «Fonds») gérés par Capital International Asset Management (Canada), Inc. (le «gestionnaire»), qui fait partie de

Plus en détail

Consultez-nous. Traiter votre plainte par la résolution locale

Consultez-nous. Traiter votre plainte par la résolution locale Consultez-nous Traiter votre plainte par la résolution locale 2 Table des matières Qu est-ce que le Bureau du directeur indépendant de l examen de la police?...3 Qu est-ce que la résolution locale?...

Plus en détail

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur Chapitre 4 Section Ministère des Services aux consommateurs et aux entreprises 4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur (Suivi des vérifications de l optimisation des

Plus en détail

FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES

FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES Révisé Avril 2011 Table des matières Définitions 2 Qu est-ce que le Curateur public du Manitoba? 2 Quelles sont les fonctions du Curateur public? 2

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Calendrier du Programme de formation automne 2015

Calendrier du Programme de formation automne 2015 Calendrier du Programme de formation automne 2015 Atelier Série sur le leadership (présidents) Le rôle du président dans la planification stratégique un atelier interactif La responsabilité des administrateurs

Plus en détail

Surveillance de la réglementation en matière d assurance automobile

Surveillance de la réglementation en matière d assurance automobile Chapitre 4 Section 4.01 Commission des services financiers de l Ontario Surveillance de la réglementation en matière d assurance automobile Suivi des audits de l optimisation des ressources, section 3.01

Plus en détail

Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification

Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification Services de conseil en gestion Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification Le 25 septembre 2009 KPMG LLP 160 rue Elgin, Suite 2000

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/12/273 DÉLIBÉRATION N 09/054 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009, MODIFIÉE LE 3 NOVEMBRE 2009, LE 7 SEPTEMBRE 2010 ET LE 4 SEPTEMBRE

Plus en détail

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES Aidez vos clients à protéger leur entreprise contre les frais imprévus.

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL Les salariés de votre entreprise ont élu leur(s) délégué(s) du personnel. Vous avez pu constater que la loi

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 2 Protection de l enfance et droit de la famille FR 002 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Protection de

Plus en détail