11. Evaluation de la qualité des essais

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "11. Evaluation de la qualité des essais"

Transcription

1 11. Evaluation de la qualité des essais L évaluation de la qualité méthodologique d un essai thérapeutique est une tâche difficile [117]. L essai thérapeutique contrôlé randomisé est considéré comme étant le moyen le plus fiable pour évaluer l effet d un traitement. Cependant, en pratique, tous les essais réalisés ne suivent pas au mieux les contraintes méthodologiques et leurs défauts plus ou moins importants réduisent la fiabilité du résultat. Ainsi, il serait commode de pouvoir mesurer la qualité méthodologique des essais afin de distinguer les plus fiables de ceux dont la moindre qualité fait courir le risque de résultats biaisés. Dans ce but, de nombreuses échelles ont été développées afin de synthétiser en un indice la qualité méthodologique des essais. En pratique elles sont cependant d un maniement délicat. Dans une méta-analyse, le problème de l évaluation de la qualité méthodologique apparaît à trois ou quatre niveaux: lors du processus d inclusion-exclusion des essais, lors de la description des caractéristiques des essais, qui comprend une description des facteurs de qualité des essais, dans des analyses stratifiées (en sous-groupe) et des analyses de sensibilité pour dépister d éventuelles modifications des résultats, en fonction de la qualité des essais, éventuellement, une analyse peut être réalisée utilisant un indice de qualité comme pondération. Avant d envisager les modalités pratiques de ces approches, nous allons passer en revue les éléments qui permettent d évaluer la qualité méthodologique d un essai thérapeutique Les marqueurs de qualité Les éléments discutés dans ce chapitre le sont de façon relativement succincte, car une présentation détaillée de ce sujet dépasserait largement le cadre de cet ouvrage. Le lecteur désireux d aller plus loin sur ce point peut se référer à un ouvrage de méthodologie des essais contrôlés.

2 106 Evaluation de la qualité des essais Il est important de rappeler qu une publication ne permet pas d apprécier directement la qualité d un essai, mais plutôt la qualité du couple essai-publication [118]. L image d un essai correct peut être altérée par une publication médiocre. D autre part, la taille restreinte des textes demandée par les éditeurs font que des informations importantes pour l évaluation de la qualité n apparaissent pas dans les publications, ce qui gêne le processus d évaluation de la qualité. Les marqueurs de qualité ne sont rien de plus que les impératifs méthodologiques minimisant le risque de biais dans l essai. A) Allocation aléatoire des traitements L allocation aléatoire des traitements (ou randomisation) permet d obtenir deux groupes de patients initialement comparables en tout point (en fait cette comparabilité est obtenue en moyenne, et comme dans tout phénomène statistique il est possible, avec une faible probabilité, que l allocation aléatoire des traitements conduise à des groupes dissemblables). Cette randomisation permet non seulement l égale répartition des facteurs pronostiques connus entre les deux groupes, mais aussi celle de tous les facteurs inconnus. Après administration du traitement étudié, ces deux groupes ne se différencieront que par la nature du traitement reçu. B) Absence de facteur de confusion dans le suivi et l évaluation des résultats La randomisation produit deux groupes comparables (en moyenne). Il est important que durant la phase de suivi cette comparabilité soit maintenue. Agissent à ce niveau l évaluation objective des critères de jugement et l utilisation de traitements concomitants, identiques quel que soit le groupe. Ces points sont obtenus par le suivi en double insu d une part et par analyse en intention de traiter d autre part. Ainsi, en cas de différence observée, celle-ci pourra être reliée de façon forte à la seule différence existant entre ces deux groupes : le traitement. Il devient alors possible de conclure à la relation de causalité (probabiliste) entre l administration du traitement et le résultat observé. C) Absence de perdus de vue et analyse en intention de traiter Toutes les unités informatives (patients) incluses dans l essai, c est à dire soumises au processus d allocation aléatoire, doivent être analysées en les prenant en considération dans le groupe où elles ont été allouées par la randomisation. Par exemple, l arrêt du traitement de l étude pour un patient recevant le traitement étudié peut être lié à un échec de la thérapeutique. Ne pas considérer ce patient dans l analyse entraîne une perte d information, biaisant éventuellement le résultat. L intention de

3 L évaluation de la qualité pour la sélection 107 traiter évite ce problème et de plus corrige le biais entraîné par les changements de groupes intentionnels L évaluation de la qualité pour la sélection Le but est d exclure les essais dont la mauvaise qualité méthodologique fait courir le risque de résultats biaisés, l inclusion de ces essais pouvant entraîner à son tour un biais dans le résultat de la méta-analyse. L objet de cette étape est donc de définir les critères qui garantissent raisonnablement l absence de biais trop importants. Cette sélection ne devra cependant pas être trop sévère au risque d éliminer beaucoup trop d informations pertinentes (cf. chapitre 10). Néanmoins, s il s avère a posteriori que les résultats de la méta-analyse sont variables en fonction de l inclusion ou de l exclusion des essais de plus faible qualité (cf. 11.4), il sera difficile d exploiter les conclusions de la méta-analyse (cf D). Un choix rigoureux des critères de qualité méthodologique des essais à inclure dans une méta-analyse réalisé a priori lors de la définition du protocole est le meilleur garant contre ce problème. Pour faire cette sélection, une façon de procéder est de classer les essais en fonction de leur qualité méthodologique, par exemple, en trois classes [119]: essais de bonne qualité, essais de qualité moyenne, essais de qualité insuffisante. Les essais dont la qualité est insuffisante sont exclus. Les essais des deux premières classes sont pris en considération pour la méta-analyse et une analyse de sensibilité teste les conséquences de l éventuelle inclusion d essais de qualité moyenne aux cotés de ceux de bonne qualité (cf 11.4.B). Pour effectuer cette classification en trois classes, le respect de chaque principe méthodologique (cf. 11.1) est noté de la façon suivante : Note A Note B Note C Principe entièrement respecté et réalisation satisfaisante Principe partiellement respecté ou description insuffisante Principe non appliqué ou réalisation érronée Les principes méthodologiques qui pourront être ainsi notés sont entre autres : allocation aléatoire des traitements, contrôle des facteurs de confusion dans le suivi et l évaluation des résultats (double ou simple aveugle), absence de perdu de vue et disponibilité des données pour réaliser une analyse en intention de traiter,

4 108 Evaluation de la qualité des essais absence d autres biais (en fonction de la situation). C est le protocole qui définit précisément les points sur lesquels portera cette analyse (cf. chapitre 14). Les classes sont ensuite constituées en fonction des critères suivants : Classe Bonne qualité Qualité moyenne Qualité insuffisante Critère Tous les principes sont notés A Au moins un principe est noté B Au moins un principe est noté C La qualité de l allocation aléatoire garantissant l impossibilité de découvrir la nature du traitement que devrait recevoir un patient, apparaît être le point le plus important pour garantir l absence de biais. Schulz et coll. ont montré que les essais, dans lesquels ce point méthodologique n était pas respecté ou non suffisamment décrit, conduisaient à une surestimation de la taille de l effet de 30 à 40% par rapport à celle obtenue avec des essais où la qualité de l allocation aléatoire était irréprochables [120]. Dans cette étude, les moyens suivants d allocation aléatoire étaient retenus comme satisfaisants : randomisation centralisée, boite de traitement numérotée (de façon continue ou non), traitement fabriqué par la pharmacie, enveloppes scellées et opaques. Les moyens jugés inadéquates furent : allocation en alternance, en fonction du numéro de dossier ou de la date de naissance. Il convient donc d être particulièrement attentif sur la qualité de l allocation des traitements et de facilement noter ce point «C» en cas de doute. Cette démarche conduit à exclure un essai, lorsqu il existe de façon claire au moins une des conditions suivantes : allocation non aléatoire (ou allocation aléatoire incorrecte), biais majeur dans le suivi, données en intention de traiter non disponibles ou non reconstituables Description de la qualité Cette étape est la moins problématique de toutes celles impliquant l évaluation de la qualité méthodologique. Bien que l on puisse simplement rapporter un indice synthétique de qualité, il est préférable de détailler dans un tableau les diverses composantes vues précédemment (cf. 11.1). Cette description doit être faite pour les essais inclus mais aussi pour ceux qui ont été exclus.

5 Analyse en fonction de la qualité 109 Ces tableaux pourront, par exemple, comporter les éléments suivants : type de l allocation aléatoire: allocation centralisée, par enveloppe, par boites numérotées, etc., type de l insu : en double insu, en simple insu, type de l évaluation des critères de jugement : en insu ou non de la nature du traitement reçu, analyse en intention de traiter, nombre de perdus de vue, utilisation des traitements concomitants identiques, Si une grille de cotation (cf. 11.5) a été utilisée, l indice de qualité de chaque étude est aussi rapporté en plus de ces éléments Analyse en fonction de la qualité Il est possible de montrer qu une relation existe entre la qualité des essais et la taille de l effet traitement qu ils montrent [ ]. En général, plus l essai est de qualité médiocre plus il montrera un effet traitement important. Les causes de cette observation empirique sont certainement multiples. Mais il est facile d imaginer que lorsqu il existe un manque de rigueur, l évaluation des critères de jugement peut favoriser le groupe expérimental et qu un suivi trop laxiste conduise à l élimination des mauvais résultats dans le groupe du traitement testé. A) Sous-groupes Le regroupement des essais en fonction de leur qualité méthodologique permet de vérifier si la taille de l effet du traitement varie en fonction de la qualité des essais. Ces analyses en sous groupes, basées sur le test d hétérogénéité, apportent des renseignements complémentaires à ceux des analyses de sensibilité. B) Analyses de sensibilité Les analyses de sensibilité ont pour but de s assurer de la stabilité des résultats, suivant que l on inclut ou non les études de qualité moyenne. Cela revient à réaliser plusieurs fois les calculs de méta-analyse : tout d abord en incluant toutes les études, celles de bonne et de moins bonne qualité, ensuite en refaisant les calculs sans prendre en compte les études de moins bonne qualité. La séparation des essais suivant leur qualité peut se faire en deux groupes ou plus. Cependant, lorsque ce

6 110 Evaluation de la qualité des essais nombre dépasse trois il est difficile d obtenir une discrimination suffisante entre les niveaux de qualité pour garantir la constitution de groupes homogènes. Fig Analyse en sous-groupes et analyse de sensibilité. En outre, ces analyses de sensibilité permettent de s assurer que le fait d éliminer une part de l information, même si celle-ci n est pas très fiable, n entraîne pas de modification importante du résultat de la méta-analyse, surtout en terme qualitatif : changement de la signification statistique. En cas de différence avec et sans les études de moins bonne qualité, se pose le problème d identifier son origine parmi les deux cas possibles : les essais de moins bonne qualité sont biaisés et leur introduction dans la méta-analyse biaise son résultat. La bonne estimation de l effet traitement est celle obtenue en les excluant. Les essais de faible qualité surestimant l effet du traitement, l analyse restreinte aux essais de bonne qualité ne met pas en évidence l effet du traitement, tandis que celle incluant tous les essais montre un effet à tort. l exclusion des essais de moins bonne qualité est trop sévère et prive la méta-analyse d une quantité d information pertinente. La méta-analyse sur l ensemble des essais atteint une puissance suffisante pour conclure à un effet du traitement tandis que l analyse restreinte aux essais de meilleure qualité manque de puissance. C) Pondération en fonction de la qualité Il a été proposé d utiliser un indice de qualité comme coefficient de pondération (cf. 18.4) [124]. Cette pondération s ajoute à la pondération standard par l inverse de la variance (cf. chapitre 18). Ainsi, meilleure est la qualité d un essai, plus impor-

7 Les échelles de mesure 111 tante est sa contribution à l estimation de l effet traitement commun. Ce principe est séduisant mais se heurte à une difficulté théorique. Pour que ce système soit entièrement satisfaisant, il conviendrait que l on dispose d une véritable métrique de la qualité, c est à dire que tout le long de l échelle un changement d une unité corresponde au même changement dans le risque d existence d un biais. Or une telle métrique n existe pas. Avec les échelles actuelles (cf. infra), rien ne permet de dire, si un essai obtient un score deux fois supérieur à celui d un autre, qu il doit contribuer deux fois plus à l estimation globale. En outre il n existe pas de standard. D) Analyse cumulative Une analyse cumulative 20 en fonction de la qualité méthodologique peut apporter des renseignements sur l inf luence des essais de faible qualité sur l estimation de l effet commun. Pour cela, les essais sont classés suivant une échelle de qualité (cf. 11.5) par ordre croissant ou décroissant. L ordre décroissant donne cependant des résultats plus faciles à interpréter. Si les résultats de faible qualité ne sont pas biaisés, l estimation de l effet traitement commun sera stable et aucune évolution en fonction de la qualité des essais ne sera notée. Dans le cas contraire où les essais de faible qualité sont biaisés, l analyse cumulative montrera une tendance à la dérive de l estimation de l effet traitement commun en fonction de la qualité. Par exemple, la taille de cet effet commun augmentera au fur et à mesure où les essais de faible qualité seront ajoutés. Dans cette situation, l analyse cumulative mettra donc en évidence le fait que des résultats variables peuvent être obtenus en fonction de l inclusion ou du rejet de certaines études de faible qualité. En fait, l analyse cumulative est un moyen élégant de réaliser toutes les analyses possibles de sensibilité, de façon séquentielle, en rajoutant à chaque fois un nouvel essai. Il est cependant dangereux de déterminer a posteriori les essais à retenir dans la méta-analyse à partir du résultat que l on obtient. Dans les situations où existent des grandes différences dans les résultats, il est conseillé de présenter l analyse cumulative telle quelle, puis de discuter l influence de la qualité des essais sur le résultat Les échelles de mesure De nombreuse échelles mesurant la qualité méthodologique d un essai ont été développées [125]. Dans une récente revue de la littérature, D. Moher et coll. ont retrouvé 25 échelles et 9 listes de contrôle («check-list») [126]. Les échelles débouchent 20 La méta-analyse cumulative est décrite au chapitre 27.

8 112 Extraction des données sur un score global, tandis que les listes de contrôle aident seulement à identifier des lacunes méthodologiques. Une telle profusion de propositions pour un même point laisse présager qu aucune solution entièrement satisfaisante n a été trouvée. Les limites de ces échelles sont les suivantes : les coefficients utilisés pour noter chaque item méthodologique sont choisis de façon arbitraire car il est impossible de prévoir les conséquences du respect ou non d un impératif méthodologique en terme de degré de biais, ces échelles ont été construites sans faire appel à des techniques de construction d échelle de mesure. Un certain nombre d entre elles ref lètent simplement les convictions de leurs auteurs ou sont le résultat d une démarche empirique [126], suivant les échelles, certains domaines sont plus ou moins privilégiés, par exemple l analyse statistique dans l échelle de Chalmers [127], les échelles conduisent pour la plupart à un indice unique, facile à manipuler, mais qui fait disparaître les différentes composantes de la qualité méthodologique, sauf pour certaines méthodes qui utilisent des sous-notes pour chaque grande composante. Il est à noter que ces échelles font presque toutes intervenir la qualité de l analyse statistique (test approprié, nombre de sujets garantissant une puissance correcte, etc.). Cependant, en méta-analyse la qualité de cette phase de l essai thérapeutique n a que très peu de retentissement direct sur la qualité de la méta-analyse. En effet, la méta-analyse prélève ses données en amont du processus d analyse. Une analyse médiocre ne perturbera pas le résultat de la méta-analyse, sauf pour la méthode des votes ou celle de combinaison des degrés de signification. Néanmoins, un défaut de qualité à ce niveau laisse planer un doute sur tout l essai.

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Formulation du problème Cueillette et analyse de données Conception

Plus en détail

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Les dix points clés de la lecture critique Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Point 1 Interpréter les résultats pour décider But de la lecture critique : Juger de la validité scientifique (fiabilité du résultat)

Plus en détail

Emilien Suquet, suquet@automaths.com

Emilien Suquet, suquet@automaths.com STATISTIQUES Emilien Suquet, suquet@automaths.com I Comment réagir face à un document statistique? Les deux graphiques ci-dessous représentent l évolution du taux de chômage en France sur les 1 mois de

Plus en détail

Collecte de données. Laurent Dorey

Collecte de données. Laurent Dorey Laurent Dorey Mercredi 16 Décembre 2014 Programme : Recensement & Echantillonnage Étapes pour sélectionner un échantillon La population observée La base de sondage Les unités d enquête La taille de l échantillon

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 mars 2005 MOVICOL ENFANT, poudre pour solution buvable en sachet-dose de 6,9 g (Boîtes de 20) Laboratoire NORGINE PHARMA macrogol Date de l'amm

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le tableau de bord, outil de pilotage de l association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône-Alpes) Difficile d imaginer la conduite d un bateau sans boussole

Plus en détail

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg oca.gembloux@ulg.ac.be décembre 2011 1 Introduction La Direction Générale Statistique

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE

REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE F3D24 REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE 1. Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et, si oui, à quelles conditions? Dans une école privée sous contrat avec

Plus en détail

La définition La méthode. Les échelles de mesure L ENQUETE PAR SONDAGE : LA METHODE

La définition La méthode. Les échelles de mesure L ENQUETE PAR SONDAGE : LA METHODE L ENQUETE PAR SONDAGE : LA METHODE La définition La méthode Le questionnaire Les biais La passation du questionnaire La validité des réponses Les échelles de mesure Les échelles d évaluation Les échelles

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

SCI03 - Analyse de données expérimentales

SCI03 - Analyse de données expérimentales SCI03 - Analyse de données expérimentales Introduction à la statistique Thierry Denœux 1 1 Université de Technologie de Compiègne tél : 44 96 tdenoeux@hds.utc.fr Automne 2014 Qu est ce que la statistique?

Plus en détail

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE DAA 04 octobre 2009 QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE 1 Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et si oui, à quelles

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini.

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. 1 Introduction Des actions comme lancer un dé, tirer une carte d un jeu, observer la durée de vie d une ampoule électrique, etc...sont

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Rôle des membres du comité de rédaction dans le processus de révision d un article : 1. Rôle de la Rédactrice en chef 2. Rôle des Rédacteurs adjoints 3. Rôle

Plus en détail

AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS

AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS «Validation méthodologique de l élaboration de scores composites de performance hospitalière» 1.

Plus en détail

Contrôle de qualité des médicaments : une procédure de sélection adaptée aux ressources disponibles le cas des anti-infectieux à Madagascar

Contrôle de qualité des médicaments : une procédure de sélection adaptée aux ressources disponibles le cas des anti-infectieux à Madagascar Contrôle de qualité des médicaments : une procédure de sélection adaptée aux ressources disponibles le cas des anti-infectieux à Madagascar K.Chevreul 1, F.Ballereau 2 1. Department of Social Policy, London

Plus en détail

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité 1 CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité Une situation fréquente en pratique est de disposer non pas d un résultat mais de plusieurs. Le cas se présente en assurance, par exemple :

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

Junior ESSEC 19/01/2015

Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Transformation numérique des relations administration-usagers Thème de la journée

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer. Sandrine Andrieu Jean François Dartigues

Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer. Sandrine Andrieu Jean François Dartigues Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer Sandrine Andrieu Jean François Dartigues Histoire du dimebon Vous arrivez le matin à la consultation mémoire. Dans la voiture, sur

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Par Michel Rochon L énoncé suivant définit de façon générale la méthodologie utilisée par Échantillonneur ASDE pour tirer des échantillons téléphoniques.

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

12. Extraction des données

12. Extraction des données 12. Extraction des données L extraction des données a un double but : 1. la description des caractéristiques des essais : méthodologie, traitements et populations, 2. l obtention des données nécessaires

Plus en détail

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT LES INDISPENSABLES VUIBERT Analyse financière 2 e ÉDITION Emmanuelle Plot-Vicard Madeleine Deck-Michon L essentiel + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés Sommaire Mode

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG

Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG 21.02.2002 CONTEXTE Evolution des connaissances Evaluation de nouvelles approches thérapeutiques, de nouvelles

Plus en détail

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS Méthode de tests MODE D EMPLOI Cette première partie est destinée à ceux qui débutent en tests et permet une approche progressive et simple de la méthodologie des tests. L introduction vous aura permis

Plus en détail

Etude réalisée sous la direction de Jean-Pierre Maulny Chercheurs : Sylvie Matelly & Fabio Liberti

Etude réalisée sous la direction de Jean-Pierre Maulny Chercheurs : Sylvie Matelly & Fabio Liberti Analyse comparée des planifications capacitaires par pays de l Union européenne et perspectives pour des orientations communes dans le cadre de la PESD et impact sur les programmations nationales Etude

Plus en détail

Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs

Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs 1. Introduction 2. Concepts de la gestion

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1 Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste JLAR 2 avril 2015 1 Déclaration d aucun conflit d intérêt JLAR 2 avril 2015 2 Plan de la présentation Place du mémoire IADE dans le nouveau cursus Rôle du directeur

Plus en détail

Evaluation d un test diagnostique - Concordance

Evaluation d un test diagnostique - Concordance Evaluation d un test diagnostique - Concordance Michaël Genin Université de Lille 2 EA 2694 - Santé Publique : Epidémiologie et Qualité des soins michaelgenin@univ-lille2fr Plan 1 Introduction 2 Evaluation

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS SUPPLEMENTAIRES SUR DES ASPECTS SPECIFIQUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS SUPPLEMENTAIRES SUR DES ASPECTS SPECIFIQUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ

Plus en détail

La méthode des quotas

La méthode des quotas La méthode des quotas Oliviero Marchese, décembre 2006 1 La méthode des quotas Principe de la méthode Point de départ et but recherché Caractère «intuitif» de la méthode A quoi ressemble une feuille de

Plus en détail

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population.

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population. Première STMG1 2014-2015 progression. - 1 Table des matières Fil rouge. 3 Axes du programme. 3 Séquence : Proportion d une sous population dans une population. 3 Information chiffrée : connaître et exploiter

Plus en détail

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC M. Poehler Abstract Un des mandats de la division ST est la réalisation de travaux de génie civil pour la construction, la rénovation et l adaptation

Plus en détail

L éducation au Québec : L état de la situation

L éducation au Québec : L état de la situation Préscolaire Primaire Secondaire Collégial Universitaire 43101 45 509 93969 68 331 110 297 151 845 241019 251 612 240 980 251 237 L éducation au Québec : L état de la situation L éducation est un des sujets

Plus en détail

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4)

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4) Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013 Epreuve de MGUC (U4) Analyse quantitative des résultats Moins de 8 8 note < 10 10 note < 12 12 note < 14 14 et plus Total Nombre 130 122

Plus en détail

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011-

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011- Protocole d étude Evaluation des résultats des centres de FIV -Activité 2011- Contexte Depuis 2005, l Agence de la biomédecine a pour mission de suivre et d évaluer les activités cliniques et biologiques

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Corinne Alberti CIE 5 : modèles et méthodes de l évaluation clinique et thérapeutique en pédiatrie

Plus en détail

Il existe 3 types d études en épidémiologie qui répondent à 3 questions différentes :

Il existe 3 types d études en épidémiologie qui répondent à 3 questions différentes : Fiche : Rappel des études en épidémiologie 1 L épidémiologie est l étude de l état de santé de la population, et des facteurs influant sur la santé des populations humaines. Il existe 3 types d études

Plus en détail

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Formation «Mesures et indicateurs en agriculture durable» - 5 mars et 19 mai 2008- FNCIVAM Indicateurs clés socio-économiques Les indicateurs connus sont

Plus en détail

Amélioration de l inspection dans une entreprise

Amélioration de l inspection dans une entreprise Département de génie mécanique Certificat en gestion et assurance de la qualité QUA151 GESTION ET TECHNIQUES D INSPECTION Projet de session Été 2013 Amélioration de l inspection dans une entreprise 1-

Plus en détail

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Introduction La mémoire des ordinateurs est constituée d une multitude de petits circuits électroniques qui ne peuvent être que dans deux états : sous

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Réalisation d une étude épidémiologique

Réalisation d une étude épidémiologique Réalisation d une étude épidémiologique Dr A.TIBICHE, Médecin Epidémiologiste, Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive, CHU de Tizi-Ouzou. Introduction La réalisation d une étude épidémiologique

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

Acquisition d un logiciel métier : solution de gestion des Relations administrés et guichet unique

Acquisition d un logiciel métier : solution de gestion des Relations administrés et guichet unique Mairie de Pontcharra Service des marchés publics 95 avenue de la Gare BP 49 38530 Pontcharra cedex Tél: 04 76 97 11 65 Acquisition d un logiciel métier : solution de gestion des Relations administrés et

Plus en détail

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Dr Nelly LE REUN, DIU soignant en gérontologie, Brest, 9 mai 2012 11/05/2012 1 Formation initiale Formation continue: acquisition de nouvelles

Plus en détail

le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon Atelier Mise en place d une démarche qualité

le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon Atelier Mise en place d une démarche qualité Évaluation de la Qualité de la Recherche Clinique dans les Structures Hospitalières : Proposition d un outil Présentée par M. Essevaz-Roulet et L. Zanetti le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

Rédiger un rapport technique

Rédiger un rapport technique Rédiger un rapport technique Prof. N. Fatemi Plan Introduction Présentation écrite Programmation du travail Rédaction Conseils génériques Références 2 Introduction Objectifs du cours Savoir étudier un

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

Structure typique d un protocole de recherche. Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV

Structure typique d un protocole de recherche. Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV Structure typique d un protocole de recherche Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV Introduction Planification et développement d une proposition de recherche Étape

Plus en détail

Analyses dans les essais thérapeutiques :

Analyses dans les essais thérapeutiques : 6ème Université d été Recherche et Evaluation en Cancérologie Analyses dans les essais thérapeutiques : analyses intermédiaires, finale et cross-over. M. Bouziani (Oran) 1 Laboratoire de biostatistique

Plus en détail

Estelle Marcault. 10/02/2010 URC Paris Nord 1

Estelle Marcault. 10/02/2010 URC Paris Nord 1 Estelle Marcault 10/02/2010 URC Paris Nord 1 Pourquoi randomiser la participation des patients? Etudes non randomisées (avant/après) Amélioration spontanée de la maladie Régression vers la moyenne Effet

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE Projet de Fin d Etudes réalisé à Apave Liban Par Corentin Demolder Encadré par Bassam Habre Tuteur

Plus en détail

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques.

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques. L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques 1 BUTS DU COURS : se familiariser avec le vocabulaire statistique o variable dépendante, variable indépendante o statistique descriptive,

Plus en détail

TD «Enquête par questionnaire» 2008 / 2009

TD «Enquête par questionnaire» 2008 / 2009 TD «Enquête par questionnaire» 2008 / 2009 5 ème séance leroy.jeanne@gmail.com Bureau C310 Les 12 étapes de la construction d un questionnaire 1) Définition de l objet d enquête et analyse des moyens matériels

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

Module 3 : Phénomènes ioniques Objectif terminal 1 : Recherche expérimentale

Module 3 : Phénomènes ioniques Objectif terminal 1 : Recherche expérimentale Activité d intégration Les produits nettoyants Sciences physiques 416-430 Module 3 : Phénomènes ioniques Objectif terminal 1 : Recherche expérimentale Chaire CRSNG/Alcan pour les femmes en sciences et

Plus en détail

Partie 1. Principes. Karmela Krleža-Jerić, An-Wen Chan, Kay Dickersin, Ida Sim, Jeremy Grimshaw, Christian Gluud, for the Ottawa GroupT 1

Partie 1. Principes. Karmela Krleža-Jerić, An-Wen Chan, Kay Dickersin, Ida Sim, Jeremy Grimshaw, Christian Gluud, for the Ottawa GroupT 1 Déclaration d Ottawa sur l enregistrement des essais d interventions de santé: Proposition pour l enregistrement international d informations relatives au protocole et de résultats des essais réalisés

Plus en détail

Valeur ajoutée relative basée sur les comparaisons indirectes Giens 2008, TR 5

Valeur ajoutée relative basée sur les comparaisons indirectes Giens 2008, TR 5 Valeur ajoutée relative basée sur les comparaisons indirectes Giens 2008, TR 5 Claire Le Jeunne Bertrand Xerri Cécile Rey-Coquais Jean-Michel Joubert Jean Delonca Martine Pigeon Michel Lièvre Patricia

Plus en détail

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Présenté à la ministre de l Éducation et du Développement de la petite enfance par le Comité d examen des bulletins scolaires de

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux?

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1 HOPITECH 2011 Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1. Présentation de la Loi NOME 2. La constitution du prix pour un consommateur: - Sensibilité aux prix de marché - Sensibilité à la variation du

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2003, ISBN : 2-212-11317-X

Groupe Eyrolles, 2003, ISBN : 2-212-11317-X Groupe Eyrolles, 2003, ISBN : 2-212-11317-X 3 Création de pages dynamiques courantes Dans le chapitre précédent, nous avons installé et configuré tous les éléments indispensables à la mise en œuvre d une

Plus en détail

LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL)

LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL) 1GM Sciences et Techniques Industrielles Page 1 sur 5 Productique - Cours Génie Mécanique Première LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL) Née aux USA, la méthode S. P. C. est traduite le plus

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Grille d évaluation du Programme de Soutien aux Techniques Innovantes et Coûteuses ou Non (PSTIC) 2012

Grille d évaluation du Programme de Soutien aux Techniques Innovantes et Coûteuses ou Non (PSTIC) 2012 Grille d évaluation du Programme de Soutien aux Techniques Innovantes et Coûteuses ou Non (PSTIC) 2012 Pour information : l ensemble des champs est à renseigner obligatoirement. Si pour un champ donné,

Plus en détail

La Clé informatique. Formation Access XP Aide-mémoire

La Clé informatique. Formation Access XP Aide-mémoire La Clé informatique Formation Access XP Aide-mémoire Septembre 2003 Définitions de termes Base de données : Se compare à un énorme classeur ayant plusieurs tiroirs où chacun d eux contient des informations

Plus en détail

ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations

ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations Auteur: Fabian PIAU, Master 2 MIAGE, Nantes La Gestion des Configurations est un processus issu d ITIL version 2 qui aide au soutien du service («Service

Plus en détail

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices Évaluation du retard de développement Lignes directrices Aucun instrument de mesure n est légalement réservé à un professionnel ou à un autre. Par contre, dans ce domaine, des règles de compétence s appliquent,

Plus en détail

Renseignements pour les élèves, les parents et les tuteurs Évaluation des habiletés de base : questions et réponses

Renseignements pour les élèves, les parents et les tuteurs Évaluation des habiletés de base : questions et réponses Renseignements pour les élèves, les parents et les tuteurs Évaluation des habiletés de base : questions et réponses 1 Question Qu est-ce que l évaluation des habiletés de base (ÉHB)? Réponse L ÉHB est

Plus en détail

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude REPRODUCTIBILITE INTEROBSERVATEUR DU TEST «NIHSS» (National Institutes of Heath Stroke Scale) RÉALISÉ PAR VIDÉOCONFÉRENCE : EXPÉRIENCE DU RÉSEAU DES URGENCES NEUROLOGIQUES (RUN) BERTHIER E, CHRISTIANO

Plus en détail

Heuristique et métaheuristique. 8. Optimisation combinatoire et métaheuristiques. Optimisation combinatoire. Problème du voyageur de commerce

Heuristique et métaheuristique. 8. Optimisation combinatoire et métaheuristiques. Optimisation combinatoire. Problème du voyageur de commerce Heuristique et métaheuristique IFT1575 Modèles de recherche opérationnelle (RO) 8. Optimisation combinatoire et métaheuristiques Un algorithme heuristique permet d identifier au moins une solution réalisable

Plus en détail

MultiploDingo. Manuel pédagogique. Introduction

MultiploDingo. Manuel pédagogique. Introduction MultiploDingo Manuel pédagogique Introduction Merci d avoir acheté le jeu MultiploDingo. Le but de ce jeu est de faciliter l apprentissage à l école primaire (CE1 au CM2) des notions suivantes: - Multiplications

Plus en détail

Chapitre 8. Corrigés

Chapitre 8. Corrigés Chapitre 8 Corrigés 1 Question 1. Indicateurs du BSC et stratégie de domination par les coûts Le BSC doit refléter les intentions stratégiques. Par conséquent, si l entreprise choisit de s orienter plutôt

Plus en détail

VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES. A. Définitions

VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES. A. Définitions VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES Comme nous l avons vu précédemment, l étude des caractères quantitatifs est fondée sur l analyse statistique des performances mesurées des individus. Il en est de

Plus en détail

Validation probabiliste d un Système de Prévision d Ensemble

Validation probabiliste d un Système de Prévision d Ensemble Validation probabiliste d un Système de Prévision d Ensemble Guillem Candille, janvier 2006 Système de Prévision d Ensemble (EPS) (ECMWF Newsletter 90, 2001) Plan 1 Critères de validation probabiliste

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT ANNEXE VI MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES Les utilisateurs s attendent à trouver dans les définitions des

Plus en détail

Améliorer la pratique journalière d activité physique (AP) chez les femmes âgées, en termes But de l intervention

Améliorer la pratique journalière d activité physique (AP) chez les femmes âgées, en termes But de l intervention Efficacité d une intervention d activité physique guidée par accéléromètre chez des Fiche No 15 femmes âgées vivant dans la communauté Koizumi D, Rogers NL, Rogers ME, Islam MM, Kusunoki M & al. Efficacy

Plus en détail