Evry - M2 MIAGE Entrepôt de données

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evry - M2 MIAGE Entrepôt de données"

Transcription

1 Evry - M2 MIAGE Entrepôt de données Intégration de données multi-sources D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 1

2 Intégration de données L intégration de données désigne l ensemble des opérations aboutissant à l alimentation de l entrepôt de données à partir des données du SI de l entreprise. Les étapes sont : Identification des données sources, Préparation des données, Intégration dans les faits et dimensions. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 2

3 Intégration de données multi-sources Données sources Fonctions d intégration Intégration par étapes Intégration de la fonction MDM D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 3

4 Données sources Acquisition de données multisource : du transactionnel vers le décisionnel D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 4

5 Données sources Activités Informations en sortie Données Processus Informations en entrée Métiers Les données instanciation de l activité au sein des processus (métier) D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 5 5

6 Données de référence? Parmi toutes les données en circulation dans le système d information, certaines sont plus critiques pour l activité métier car structurantes et largement partagées (disséminées) entre plusieurs applications. Ce sont les données de référence. Elles sont particulièrement structurantes pour les EDD : constitutives des dimensions instanciation des faits Elles sont partagées entre plusieurs applications transactionnelles, chacune en responsabilité d une partie selon sa position dans le processus métier attenant. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 6

7 Référentiel client Contractuel (CRM) Commande Facturation Quelques exemples Référentiel de localisation géographique Adresses Référentiel des fournisseurs Centralisation des achats pour un groupe, Référentiel des données de marcher D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 7

8 Caractéristiques des DR : typologie Elles peuvent être classifiées en types : «DR Maître» : objets métiers principaux («cœur de métier») d un domaine fonctionnel et structurante pour l ensemble des applications du domaine. «DR Constitutives» : entrent dans la composition de plusieurs données maître (par ex. adresses). «DR Paramètre» : tables de valeurs ou nomenclature (code postaux, code devises, taux des taxes, ) partagées. Cet analyse des données et de leur constitution est particulièrement important dans l intégration de données dans un EDD : Les objets métiers (et par extension les données de référence) sont les sources autant des dimensions (ex. client) que des faits (ex. vente). La distinction fait / dimension est une vue décisionnelle sur les objets métiers en circulation. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 8

9 DR : positionnement D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 9

10 Exemple des l EDD Transport Dans l analyse relative à l EDD de Transport, un certain nombre de dimensions adresses des données «de référence» : Les aéroports, Les passagers, Les vols Elles sont positionnées en tant que telles du fait de leur transversalité au métier du transport aérien : de la réservation, à l organisation des vols, à la facturation, chacun des systèmes manipulera les caractéristiques de ces informations qui le concerne. On les traitera en tant qu objet métier de référence. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 10

11 Données sources Le multi-source (non urbanisé) est à la source des problèmes : Conflit sémantiques Conflit de modèle Conflit de l âge Conflit de mode opératoire sur le cycle de vie Conflit de modalité de diffusion Conflit de niveau de sécurité D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 11

12 Données sources L enjeu est donc d obtenir l assurance sur : Cohérence globale Unicité Visibilité / disponibilité Productivité / agilité Contraintes réglementaires Qualité Sécurité D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 12

13 Données sources Rappels sur la qualité des données Critères intrinsèques : Unicité Quelles données sont en doublons? Complétude Quel attribut manque ou est inutilisable? Exactitude Quelle donnée est incorrecte? Conformité Quelle donnée est dans un format non prévu? Cohérence Quelles données fournissent des informations conflicutelles? Intégrité Quelle relation manque? D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 13

14 Données sources Rappels sur la qualité des données Critères de service Actualité Impact la modalité de transmission et d acquisition dans les contextes transactionnel / décisionnel. Accessibilité Pertinence Compréhensibilité Critères de sécurité Disponibilité Intégrité Confidentialité Traçabilité D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 14

15 Données sources Rappels sur le cycle de vie des données Création Mise à jour Technique Fusion (rapprochement de données) Historisation Consommation Archivage Suppression logique Suppression physique Métier Étude / prospect Saisie / pré-validation Validation Commercialisation Arrêt de com. En Extinction D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 15

16 Données sources Comment réussir l intégration des données : Mettre en place une démarche d urbanisation des données (objets métier, formats pivots, ) Gérer le processus d intégration (ou de circulation) des données comme une activité à part entière Utiliser les fonctions issues de la gestion de données de référence (Master Data Managment) qui définit : La notion de données de référence, objet principal de la démarche d urbanisation et source des données en entrée de l entrepôt. L ensemble des fonctions qui devront apparaître dans le processus d intégration des données. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 16

17 Intégration de données multi-sources Données sources Fonctions d intégration Intégration par étapes Intégration de la fonction MDM D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 17

18 Fonctions du MDM et intégration ED Les fonctions (re)définies dans le cadre du MDM peuvent servir d ossature au processus d intégration des données sources dans l entrepôt. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 18

19 MDM et ED Exemple construction d un ED pour l analyse de sinistres pour une compagnie d assurance. Deux applications sont sources de données : Une de gestion des contrats d assurance Une de gestion des sinistres Particularité : La compagnie à racheté une petite compagnie d assurance locale et doit traiter des sinistres pour des contrats dont elle n a pas la gestion. Le système de gestion de sinistres a été adapté afin de pouvoir intégrer des liens vers le nouveau système et intégrer les données quelle ne gère pas. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 19

20 Modèle de données gestion contrat D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 20

21 Modèle de données gestion sinistre D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 21

22 Objet de l ED Pour les biens, on va étudier le montant de la prime et des remboursement du fait de sinistres, La localisation des clients assurés Afin de construire des tableaux de bord par type de risque de sinistre avec le total payé dans le mois et le total reçu dans le mois en fonction des biens et des régions. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 22

23 Analyse de l objet de l ED pour la partie étude Les données nécessaires à l étude sont : montant de la prime : correspond à la prime d'assurance par rapport à un risque remboursement du fait de sinistres : correspond à des opérations de remboursement lié à un sinistre localisation des clients assurés : correspond à l'adresse des clients Les caractéristiques des faits nécessaires à l'étude seront alors : risque : désignation Prime clients (pour le risque considéré) : Nom Prénom Adresse Opération de nature "remboursement" (pour un sinistre sur le risque et le client considéré) : Date Montant Possibilité d'agrégation : somme des opérations de remboursement et de collecte de prime par désignation de risque par jour par région des clients D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 23

24 Analyse de l objet de l ED pour la partie TDB Les données nécessaires au tableau de bord sont : type de risque de sinistre : désignation des risques total payé dans le mois : somme des montant des opérations de remboursements par sinistre correspondant aux type de risque par mois mois : date des opérations biens : désignation des biens régions : localisation des clients / des biens? choix des clients en cohérence avec la partie étude. Les caractéristiques des faits nécessaires au tableau de bord sont : risque : Désignation clients (pour le risque considéré) : Nom prénom Adresse biens (pour le client et le risque considéré) : désignation opération de nature "remboursement" (pour un sinistre sur le risque et le client considéré) : Date Montant Possibilité d'agrégation : somme des opérations de remboursement Par mois par région des clients par désignation de bien par désignation de risque D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 24

25 Construction de l entrepôt de données Décision d'agrégation : somme des opérations de remboursement et de collecte de prime par jours par région des clients par désignation de bien par désignation de risque effet : la caractéristique «client» devient la caractéristique «région des clients» la caractéristique «date des opérations» deviens «jour des opérations» (plus d'heure...) Fait : flux financiers par jour par région par type de bien et par type de risque FluxFinanciers Risque Région des client Bien Date des opérations Désignation Code postal Désignation Jour Désignation région Mois Année Montant Prime collectée Montant remboursement effectué D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 25

26 Chaîne de traitement d intégration des données Intégration des données Utilisation de l entrepôt D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 26

27 Rôle de l ODS «staging area» Le rôle du staging area qui sert à stocker les données extraites des systèmes sources. On y effectue aussi les différentes transformations à savoir : Le nettoyage des données, le merge, la standardisation, le déduplication... des données. Par contre les données dans l'ods ne sont détruites qu'après la durée de vie des données dans l'ods, facteur définit par l'organisation et dépend de plusieurs critères. La durée de vie d une données dans l ODS en tant que MDM est fonction de son usage par les systèmes opérationnels (transactionnels). Les données historiques sont conservées dans l ED. En résumé : Sources ODS DSA DW Selon la multiplicité des sources et les transformations il peut y a voir une fusion des étapes ODS et DSA (mais pas leur disparition). D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 27

28 Schémas ODS et sources Structures de données de l ODS (staging aréa) : en fonction de l espace disponible car la multiplication de la copie des données peut-être très coûteuse. 1) ODS/DSA Phase 1 le modèle est proche des sources (transactionnelles) : permet de récupérer une image des données source selon un pas de temps fixé et de travailler à l intégration dans le DW sans impacter le fonctionnement du système opérationnel. 2) ODS/DSA Phase 2 fusionne les modèles sources dans un modèle unique pour y effectuer les étapes d intégration décrites par la suite. Il est possible de se passer de l étape 1 mais la seconde reste nécessaire car les données injectées dans le DW doivent avoir été nettoyées D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 28

29 Proposition : positionnement du MDM en point de vérité pour les données de référence D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 29

30 Fonctions d intégration modèles et méta-données D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 30

31 Fonctions d intégration modèles et méta-données Identification des données de référence nécessaires : taux, clients et des autres données sinistres, Pour les données de référence : si possible, mettre en œuvre une démarche de normalisation. Mais, impact sur les applications sources Pour les autres données : attention aux données intégrant dans leur composition des données de référence. Cette fonction d intégration sera utilisée pour la construction des modèles de données ODS et DSA D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 31

32 Construction du schéma de l ODS Identification des données «de référence» dont la modélisation provient du processus d urbanisation des données Identification des données «des sources» qui représentent le même objet fonctionnel hors données de référence Construction des modèles ODS (Operationnal Data Store) proches des sources limités aux données nécessaires à l entrepôt Construction du modèle DSA qui «fusionne» les différents modèles de données sources dans un modèle de données relationnel unique. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 32

33 Analyse et identification des DR Les objets métiers (risque, bien, client) sont des données de référence maître par rapport à notre besoin. Les DR constitutives sont les adresses Les DR paramètres sont les taux, mais également les types d opération, (Ces données ne sont pas «utiles» directement dans l EDD) D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 33

34 MDM source D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 34

35 ODS intégration des données gestion de contrat D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 35

36 ODS intégration des données gestion sinistre D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 36

37 DSA : fusion des modèles ODS_C et ODS_S Tables fusionnées : -Client -Adresse -Risque -Bien -Opération Toutes les relations ne sont pas valuées D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 37

38 Fonctions d intégration acquisition La fonction acquisition MDM clarifie la source d une donnée de référence et l outille. Dans le cas présent, il s agit d identifier l application source principale pour chacune des données de référence. L autre «source» de donnée devra se conformer au valeurs présentes dans la première. Permet de spécifier le processus de passage des ODS vers le DSA D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 38

39 Fonctions d intégration acquisition Donnée de référence Application (ODS) source Nouveaux Clients MDM > Contrat Clients «externes» MDM > Sinistre Adresses MDM > Contrat > Sinistre OM : Risques, Biens, Contrat > Sinistre Opérations Contrat + Sinistre D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 39

40 Fonctions d intégration validation La fonction validation décrit les règles permettant de valider une donnée. Ce sont les Règles syntaxiques, Règles de gestion, Règles de cohérence (par exemple, pour un objet métier intégrant une donnée de référence paramètre). Règle d identification unique d une donnée Règles de transcodification Via des tables de correspondance entre les valeurs des deux applications Via des mises en correspondance entre les ID des données entre deux applications D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 40

41 Règles de gestion syntaxique / métier Exemple de normalisation syntaxique : Normalisation des dates Normalisation des valeurs «nulles» Le processus de normalisation des données d une part et validation métier d autre part est critique pour les entrepôts de données car des données non correctes peuvent biaiser le résultat des analyses. Il est préférable de ne pas intégrer des données plutôt que des données fausses. Le MDM prend là toute sa valeur par le travail en amont de normalisation, de validation et de centralisation des règles de gestion. Attention, en terme d architecture, les outils d intermédiation ne sont pas conçus pour des règles de gestions métier complexes mais pour des règles syntaxiques les validations métiers doivent être réalisées en amont (par les applications propriétaires) ou en aval. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 41

42 Règles de gestion / syntaxique Dans notre cas, l analyse devra préciser les formats techniques des données (particulièrement les dates) et s assurer que les règles de gestion sont bien les mêmes dans les deux applications. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 42

43 Exemple de règle de gestion syntaxique Dans l exemple des données de gestion d assurance, les éléments à vérifier sont les dates mais également les taux si les systèmes reposent sur des technologies différentes. Par exemple, Oracle définit les règles syntaxiques de format (date, nombre, ) au niveau de la base, au niveau de la connexion du client vers la base et au niveau des requêtes. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 43

44 Cohérence des données Les schémas incluent des références croisées : sur les adresses, sur les clients et les polices. Pour autant, les règles et mécanismes de synchronisations ne sont pas décrits / connus. Le processus d intégration directe / via un MDM, doit intégrer la notion d application «maître» de la données (faisant référence). Mais, dans notre cas en cas de conflit, seule l analyse des tables des opérations permettra de savoir quelle donnée utiliser. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 44

45 Key mapping : transcodification d ID Données historisées Instance / occurrence de données ID d instance Données actuelles Identifiant UID ID Application A PKI1123 PKI1123 ID Application B Civilité M. M. Nom Jean Jean Prénom Dupuis Dupuis Type voie Rue Avenue Adresse Rue des chaumes Avenue du moulin Code Postal Localité Aix en Provence Marseille La transcodification de l ID peut alors être réalisé par l intermédiation ou par l outils de MDM. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 45

46 Tables de transcodification de valeurs Application A Application B Attribut A Attribut 1 Attribut 2 FRA France Euro CAD Canada Dollar Lors de la transmission des données de A vers B, la valeurs des Attributs 1 et 2 de l application B seront fixés selon la valeur de l attribut A de l application A (et inversement). D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 46

47 Fonctions d intégration validation Dans notre cas, la table «Client» de l application Sinistre fait office de source de transcodification pour les ID des clients de l application de gestion de contrats. Son utilisation permet de garantir que deux clients dans le dataware n auront pas le même ID. Par contre, si un client était déjà client de l entreprise «externe», il apparaîtra deux fois. Le risque est alors de faire apparaître des incohérence sur la couverture contractuelle des biens. Il doit être identifié et tracé pour permettre l analyse des incohérences / rejets potentiels. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 47

48 Fonctions d intégration Pilotage La fonction pilotage est assurée par des outils (tableaux de bords, ) basés sur la mise en place d indicateurs, d audits (historisation/journalisation) et d analyse d impacts. Dans le cas d intégration de données dans un ED, cette fonction de pilotage se traduira principalement par la mise en place d indicateurs sur la mesure du taux de rejet des donnée différenciée par les causes : obsolescence (une adresse pas vérifiée depuis plus d un an à 10% de chance d être fausse), transcodification, format technique, cohérence, règle de gestion Du fait du volume, une analyse sur les causes possible doit être réalisée préalablement. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 48

49 Fonctions d intégration Pilotage Dans notre cas, les indicateurs se focaliseront sur la mesure de : La cohérence : «taux» partagé entre les applications, L obsolescence : identification des objets métiers «anciens», n ayant pas fait l objet d opération depuis 1 an (cf pb adresse), Ce pilotage en amont (des analyses) a comme fonction de préparer un ED «propre». S il fait partie de la phase d acquisition des données et doit également traiter les données de l ED lui-même (fait comme dimensions). D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 49

50 Fonctions d intégration stockage et journalisation Mise en œuvre de la base MDM sur les données identifiées : Via un modèle normalisé intégrant, au besoin, les ID multiples (correspondant à leur instanciation dans les applications sources/consommatrices), Il peut également intégrer des dimension de contextualisation (cf transcodification). Intégrant une journalisation de l historique des données afin de pouvoir porter les fonctions d audit et de pilotage. Un modèle dépendant du contexte de partage (dans sa richesse fonctionnelle) mais, par exemple, qui simplifie le processus de mise à jours des ED via l historisation. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 50

51 Fonctions d intégration stockage et journalisation Dans notre exemple, des données sont placées dans une base MDM : les biens, les risques, les clients, les adresses. Le reste est construit directement à partir des bases sources. La phase MDM met en place d UID et la date de màj. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 51

52 Fonctions d intégration accès et diffusion Le MDM ne se positionne pas uniquement en tant que base de stockage d un certain nombre de données mais également en source et doit, de ce fait, être interfacé via une IHM de gestion et des composants d intermédiation vers/depuis les applications destinatrices/sources. Dans notre cas, l application finale intègrera deux composants : une intégration des sources vers l ED et une base MDM destination et source des données de références. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 52

53 Fonctions d intégration administration et maintenance Le positionnement du MDM comme «point de vérité» lui impose les contraintes des applications les plus strictes En terme de gestion des droits d accès En terme de niveau disponibilité Ce problème se retrouve également en point central des difficultés rencontrées par le SOA : Problème de coût induit Problème de délégation de responsabilité Problème de niveau de disponibilité quasi impossible à atteindre D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 53

54 Intégration de données multi-sources Données sources Fonctions d intégration Intégration par étapes Intégration de la fonction MDM D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 54

55 Intégration par étapes Contexte Contexte : intégration de données de ventes en provenance de plusieurs chaînes de magasin. Les chaînes utilisent le même logiciel de gestion. Un entrepôt de données des ventes doit être construit pour la réalisation de différents types d analyses. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 55

56 Intégration par étapes Schéma source Le logiciel source a comme schéma : D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 56

57 Intégration par étapes Schéma cible La modélisation décisionnelle aboutie au schéma suivant : D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 57

58 Intégration par étapes identification des données de référence Les données de référence maître sont : Les clients Les produits Les magasins Les fournisseurs Les données de référence constitutives sont : Les adresses Les données de référence paramètre sont : Les dates D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 58

59 Intégration par étapes Schéma des données de référence Les données de références seront (dans notre exemple) stockées dans l ODS d intégration des données sources. Leur schéma sera : Tables de liaison entre les identifiants des applications sources et le référentiel D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 59

60 Intégration par étapes Contraintes d intégration Les étapes de l intégration des données seront : 1. Mise à jour des données de références 2. Mise à jour des dimensions de l entrepôt 3. Mise à jour des faits de vente avec complétion de la dimension date D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 60

61 Intégration par étapes Fonction acquisition Ordre Table Cible Table Source A.1 ReferenceClient Client, téléphone, carte_fidelite A.2 ClientMagasin ReferenceClient, Client A.1 ReferenceAdresse Fournisseur, Magasin, téléphone A.2 ReferenceMagasin Magasin, ReferenceAdresse A.2 ReferenceFournisseur Fournisseur, ReferenceAdresse A.3 ReferenceProduit Produit, ReferenceFournisseur A.4 ProduitMagasin Stock, Produit, Magasin, ReferenceProduit, ReferenceMagasin B.1 DimClient ReferenceClient B.1 DimMagasin ReferenceMagasin + ReferenceAdresse B.1 DimProduit ReferenceProduit + ReferenceAdresse B.2 DimDate Vente + fonctions base de données B.2 FaitVente Vente + ClientMagasin + ProduitMagasin D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 61

62 Intégration par étapes Fonction Validation et Qualité Table Règle Description ReferenceProduit PK fonctionnelle EAN+Fournisseur+Designation ReferenceProduit PK Référence PK source Table ProduitMagasin ReferenceClient PK fonctionnelle Nom, prenom, adresse ReferenceClient PK Référence PK source Table ClientMagasin D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 62

63 Intégration par étapes Fonction modèles de données méta données Table DimDate Attribut cible Attribut source Fonction d intégration DimDate.date Vente.date DimDate.num_jour_mois Vente.date datepart(month, date) D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 63

64 Intégration par étapes Fonction pilotage En cas de rejets sur l intégration des produits du fait de la désignation, un filtrage par EAN + Fournisseur sera réalisé afin de détecter les modifications de désignations. En cas de rejets sur l intégration des fournisseurs du fait de l adresse, un filtrage par historique du fournisseur sera réalisé afin de détecter les modifications d adresse, D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 64

65 Intégration par étapes Fonction stockage et historisation Les tables de références sont intégrées à la base de données ODS et ne sont pas purgées entre deux intégrations. La question d une table d audit référençant l historique des intégrations se pose. Les modifications de désignations des produits et d adresse des fournisseurs est gérée par écrasement de l ancienne valeur (attention aux incohérences entre les magasins ). D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 65

66 Intégration par étapes Accès, diffusion et administration Question à résoudre : Quelle interface pour gérer les rejets des produits et des fournisseurs? Question à préciser : Ordonnancement de l intégration des données selon les sources et de mise à jour des données de l entrepôt une fois les données de références intégrées. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 66

67 Gestion de Données de Référence Données sources Fonctions d intégration Intégration par étapes Intégration de la fonction MDM D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 67

68 Des DR à la Gestion des DR (MDM) D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 68

69 Fonctions du MDM dans l intégration des données D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 69

70 Situation des données de référence dans le SI Processus amont : Point d acquisition d une donnée Source(s), états transitoires de validation, contrôles de gestion, Point de vérité (MDM) Processus aval : Consommation de la donnée Journalisation, diffusion (ETL, EAI, ) Données Valides. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 70

71 Situation des GDR dans le SI Situation dans la chaîne de l information Référentiel en début de chaîne : Unique point de saisie de la donnée Passerelle entre un fournisseur de donnée externe Point de vérité = point d acquisition Meilleurs situation possible Référentiel en milieu de chaîne : Récupère et réconcilie la donnée issue de points d acquisition multiples Assure la redistribution des données et son contrôle qualitatif Référentiel en fin de chaine Assure les traitements qualitatifs de redressement et de rapprochement. Souvent très complexes et coûteux à mettre en œuvre. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 71

72 Typologies d architectures MDM Consolidation Consolidation : plusieurs sources alimentent le référentiel et les points d acquisition sont distincts du point de vérité. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 72

73 Typologies d architectures MDM Répertoire Virtuel Répertoire Virtuel : comparable à de la consolidation avec une intermédiation de type EAI/ESB ou EII (BD virtuelle). D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 73

74 Typologies d architectures MDM Coopération Coopération : consolidation avec un couplage fort entre les applications source et la solution de référentiel (font parties ou dépendent de) D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 74

75 Typologies d architectures MDM Centralisation Centralisation : fusion du point d acquisition et du point de vérité. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 75

76 Typologie d architecture La réalité est souvent une composition des patterns selon les données (voir les parties de données). D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 76

77 Critères de choix d une architecture D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 77

78 Outillage du MDM : quelle solution? Le MDM est souvent répartis entre plusieurs outils couvrant tout ou partie des fonctions qu il requière : DQM (Data Quality Managment) EII (Entreprise Information Integration) Annuaires CRM (Customer Relationship Managment) PLM (Product Lifecycle Managment) D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 78

79 Relation DQM / MDM Fonctions principales portées par le DQM : Nettoyage des données (normalisation, consolidation, enrichissement, surveillance, analyse, profilage) en fonction de règles spécifiques de gestion de la qualité. Périmètre de données plus large que les données de références Brique essentielle du MDM Mais il manque : La persistance (stockage) : fonction de point de vérité À l inverse, un MDM peu exister sans DQM mais il ne garanti plus la qualité des données. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 79

80 Relation EII / MDM L EII et le MDM ont des fonctions séparées et complémentaires, le MDM référence les données alors que l EII les restitues sans harmonisation ni réconciliation ni correspondance à une vérité unique. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 80

81 Annuaire et MDM Les annuaires (LDAP principalement) permettent de stocker des données hiérarchisées «spécialisées» dans la gestion de l identification Même s ils imposent une structure de données, ils ne peuvent que servir de conteneur technique de données au sein d un MDM spécialisé sur ces sujets. Pas constituer un MDM (couverture fonctionnelle trop faible). D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 81

82 Progiciel métier comme MDM L utilisation de progiciel métier (CRM, ERP, ) s adapte mal à porter la fonction de MDM car ils : Imposent le schéma de données Contraignent fortement les règles de gestion sur la qualité Ne couvrent pas une partie importante des fonctionnalités attendues (key maping, pilotage, ). Imposent un rythme de mise à jour Mais : adaptés si la couverture fonctionnelle est suffisante, peu ou pas de besoin de pilotage ou de gouvernance des données, intègre les processus métier prioritaires. D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 82

83 Solutions pour le MDM D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 83

84 Modes d intermediation D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 84

85 MDM et phases d un projet D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 85

86 Migration de données D. Ploix - M2 Miage - EDD - IDMS 86

Master Informatique et Systèmes. Architecture des Systèmes d Information. 02 Architecture Applicative

Master Informatique et Systèmes. Architecture des Systèmes d Information. 02 Architecture Applicative Master Informatique et Systèmes Architecture des Systèmes d Information 02 Architecture Applicative Damien Ploix 2014-2015 Plan du chapitre 1 1.1 1.2 2 2.1 2.2 Architecture Applicative Modélisation des

Plus en détail

Avant-propos... Introduction... Première partie Comprendre : les concepts. Chapitre 1 La gestion des données de référence... 3

Avant-propos... Introduction... Première partie Comprendre : les concepts. Chapitre 1 La gestion des données de référence... 3 Table des matières Avant-propos..................................................... Introduction...................................................... XI XV Première partie Comprendre : les concepts Chapitre

Plus en détail

Evry - M2 MIAGE Entrepôt de données

Evry - M2 MIAGE Entrepôt de données Evry - M2 MIAGE Entrepôt de données Introduction D. Ploix - M2 Miage - EDD - Introduction 1 Plan Positionnement du BI dans l entreprise Déclinaison fonctionnelle du décisionnel dans l entreprise Intégration

Plus en détail

FICHE CONCEPT 01 ETL (EXTRACT TRANSFORM & LOAD)

FICHE CONCEPT 01 ETL (EXTRACT TRANSFORM & LOAD) FICHE CONCEPT 01 ETL (EXTRACT TRANSFORM & LOAD) BIEN GERER SES REFERENTIELS DE DONNEES : UN ENJEU POUR MIEUX PILOTER LA PERFORMANCE DE SON ETABLISSEMENT octobre 2008 GMSIH 44, Rue de Cambronne 75015 Paris.

Plus en détail

AMUE : PRISME - Référentiel des données partagées. 3 décembre 2009

AMUE : PRISME - Référentiel des données partagées. 3 décembre 2009 AMUE : PRISME - Référentiel des données partagées 3 décembre 2009 1 Architecture cible 2 Fonctionnalités 3 Illustration 4 Technologie Sommaire 2 1 Architecture Sommaire 3 Architecture Vue d ensemble d

Plus en détail

Enterprise Data Quality : fiabilisez vos processus E-Business Suite en améliorant la qualité des données

Enterprise Data Quality : fiabilisez vos processus E-Business Suite en améliorant la qualité des données Enterprise Data Quality : fiabilisez vos processus E-Business Suite en améliorant la qualité des données Sommaire 1 2 3 4 Introduction : enjeux de la qualité de données Enterprise Data Quality : positionnement

Plus en détail

Construction d un EDD avec SQL 2008 R2. D. Ploix - M2 Miage - EDD - Création

Construction d un EDD avec SQL 2008 R2. D. Ploix - M2 Miage - EDD - Création Construction d un EDD avec SQL 2008 R2 Plan Analyse du DW construit Construction de la base DW dans SQL 2008 Construction des tables de faits et dimensions Injection des données Étapes de l injection des

Plus en détail

La construction d un référentiel d identité est au cœur des approches de gestion des identités et des accès.

La construction d un référentiel d identité est au cœur des approches de gestion des identités et des accès. Etat de l art Synchronisation des identités pour un référentiel d identités multi-annuaires La construction d un référentiel d identité est au cœur des approches de gestion des identités et des accès.

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 8 : ID : Informatique Décisionnelle BI : Business Intelligence Sommaire Introduction...

Plus en détail

Comment réussir son projet de Master Data Management?

Comment réussir son projet de Master Data Management? Comment réussir son projet MDM? Table des matières Comment réussir son projet de Master Data Management?...... 2 Un marché en croissance..... 2 Les démarches qui réussissent... 2 A quels projets métiers

Plus en détail

Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise. 05 Architecture des données. Plan du chapitre. Références. 1 Définitions & enjeux

Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise. 05 Architecture des données. Plan du chapitre. Références. 1 Définitions & enjeux Plan du chapitre 1 Définitions & enjeux Master Informatique - MIAGE Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise 2 3 La gestion des données de référence le MDM 05 Philippe Declercq

Plus en détail

Pôle Référentiels Métier (Master Data Management)

Pôle Référentiels Métier (Master Data Management) Pôle Référentiels Métier (Master Data Management) KHIPLUS et le MDM Khiplus et le MDM : une longue histoire Émergence de solutions de MDM génériques Ralliement de Khiplus au MAG (MDM Alliance Group) Intervention

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux référentiels dont le plus connu et le

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Lorraine Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux

Plus en détail

Gestion Projet : Cours 2

Gestion Projet : Cours 2 Gestion Projet : Cours 2 Le Système d Information «Ensemble d acteurs humains et/ou applicatifs en interaction les uns avec les autres ayant pour but de traiter, diffuser, persister l information afin

Plus en détail

Fiabilisation des bases de données BtoB : Un enjeu majeur

Fiabilisation des bases de données BtoB : Un enjeu majeur 0 Fiabilisation des bases de données BtoB : Un enjeu majeur 1 L entreprise IMS HEALTH GROUP Société fondée en 1954 Opère dans plus de 100 pays 15 000 collaborateurs 3,3 milliards de dollars de CA Plus

Plus en détail

Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui

Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui Formation PARTIE 1 : ARCHITECTURE APPLICATIVE DUREE : 5 h Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui automatisent les fonctions Définir une architecture

Plus en détail

Créer un référentiel client grâce à Talend MDM

Créer un référentiel client grâce à Talend MDM Créer un référentiel client grâce à Talend MDM Christophe Toum Product Manager Talend Connect 9 octobre 2014 Talend 2014 1 Sommaire Connaissez-vous vos clients? MDM et réconciliation des données Le processus

Plus en détail

Intégration d'applications d'entreprise (INTA)

Intégration d'applications d'entreprise (INTA) Master 2 SITW - Recherche Intégration d'applications d'entreprise (INTA) Dr. Djamel Benmerzoug Email : djamel.benmerzoug@univ-constantine2.dz Maitre de Conférences A Département TLSI Faculté des NTIC Université

Plus en détail

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES Aristote ----- Cloud Interopérabilité Retour d'expérience L A F O R C E D E L I N N O V A T I O N Résumé Les systèmes d'information logistique (SIL) sont des outils qui amènent des gains de productivité

Plus en détail

Fiabilisation des bases de données BtoB : Un enjeu majeur

Fiabilisation des bases de données BtoB : Un enjeu majeur Fiabilisation des bases de données BtoB : Un enjeu majeur 0 Novembre 2015 1 L entreprise IMS HEALTH GROUP MISSION Connecter l information, la technologie et les services pour délivrer des informations

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

Gestion des données de référence (MDM)

Gestion des données de référence (MDM) Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ Gestion des données de référence (MDM) Copyright 2009 CXP. 1 All rights reserved. Reproduction or distribution of this document, in any form, is expressly prohibited without

Plus en détail

La Synthèse et le Pilotage en réponse aux besoins métiers

La Synthèse et le Pilotage en réponse aux besoins métiers La Synthèse et le Pilotage en réponse aux besoins métiers Présentation de BI consulting Faits & chiffres NOS EXPERTISES MÉTIER 100% Secteur Financier : Retail Banking, CIB, Assurance, Asset Management,

Plus en détail

Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise. 04 Architecture du SI : identifier et décrire les services, structurer le SI

Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise. 04 Architecture du SI : identifier et décrire les services, structurer le SI Plan du chapitre Master Informatique et Systèmes Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise 04 Architecture du SI : identifier et décrire les services, structurer le SI 1 2 3 1.1

Plus en détail

Le "tout fichier" Le besoin de centraliser les traitements des fichiers. Maitriser les bases de données. Historique

Le tout fichier Le besoin de centraliser les traitements des fichiers. Maitriser les bases de données. Historique Introduction à l informatique : Information automatisée Le premier ordinateur Définition disque dure, mémoire, carte mémoire, carte mère etc Architecture d un ordinateur Les constructeurs leader du marché

Plus en détail

Le Guide Pratique des Processus Métiers

Le Guide Pratique des Processus Métiers Guides Pratiques Objecteering Le Guide Pratique des Processus Métiers Auteur : Version : 1.0 Copyright : Softeam Equipe Conseil Softeam Supervisée par Philippe Desfray Softeam 21 avenue Victor Hugo 75016

Plus en détail

Système d archivage électronique

Système d archivage électronique Les Mémos du CR2PA Système d archivage électronique Comment le choisir? Le bon progiciel d archivage, c'est celui qui répond à la fois à vos besoins et aux exigences légales et/ou réglementaires régissant

Plus en détail

Distribuez une information fiable. IBM InfoSphere Master Data Management Server 9.0. Des données fiables pour de meilleurs résultats

Distribuez une information fiable. IBM InfoSphere Master Data Management Server 9.0. Des données fiables pour de meilleurs résultats IBM InfoSphere Master Data Management Server 9.0 Des données fiables pour de meilleurs résultats Les entreprises génèrent et collectent chaque jour une multitude de données : informations sur les comptes,

Plus en détail

Généralités sur les bases de données

Généralités sur les bases de données Généralités sur les bases de données Qu est-ce donc qu une base de données? Que peut-on attendre d un système de gestion de bases de données? Que peut-on faire avec une base de données? 1 Des données?

Plus en détail

Technologie data distribution Cas d usage. www.gamma-soft.com

Technologie data distribution Cas d usage. www.gamma-soft.com Technologie data distribution Cas d usage www.gamma-soft.com Applications stratégiques (ETL, EAI, extranet) Il s agit d une entreprise industrielle, leader français dans son domaine. Cette entreprise est

Plus en détail

et les Systèmes Multidimensionnels

et les Systèmes Multidimensionnels Le Data Warehouse et les Systèmes Multidimensionnels 1 1. Définition d un Datawarehouse (DW) Le Datawarehouse est une collection de données orientées sujet, intégrées, non volatiles et historisées, organisées

Plus en détail

CRM Assurance. Fonctionnalités clés. Vue globale de l assuré. Gestion des échanges en Multicanal

CRM Assurance. Fonctionnalités clés. Vue globale de l assuré. Gestion des échanges en Multicanal CRM Assurance Fonctionnalités clés Vue globale de l assuré Le CRM pour les compagnies d'assurances est une solution spécialement conçue pour mettre en place et soutenir les fondements d une orientation

Plus en détail

Sécurité des entrepôts de données dans le Cloud Un SaaS pour le cryptage des données issues d un ETL

Sécurité des entrepôts de données dans le Cloud Un SaaS pour le cryptage des données issues d un ETL Sécurité des entrepôts de données dans le Cloud Un SaaS pour le cryptage des données issues d un ETL Présenté par Hana Gara Kort Sous la direction de Dr Jalel Akaichi Maître de conférences 1 1.Introduction

Plus en détail

L ÉCHANGE DE DONNÉES TEMPS RÉEL

L ÉCHANGE DE DONNÉES TEMPS RÉEL Talented Together L ÉCHANGE DE DONNÉES TEMPS RÉEL Retours d expériences avec Talend Julien DULOUT Manager Sopra Consulting Expert des offres BI, MDM & BigData Ludovic MONNIER Architecte Sopra Expert EAI

Plus en détail

Chapitre I : Protocoles client serveur et architectures distribuées

Chapitre I : Protocoles client serveur et architectures distribuées Licence Pro Réseaux Télécom Systèmes Internet et Intranet pour l entreprise Chapitre I : Protocoles client serveur et architectures distribuées Département IEM / UB Eric.Leclercq@u-bourgogne.fr Bureau

Plus en détail

Réussir le choix de son SIRH

Réussir le choix de son SIRH Réussir le choix de son SIRH Pascale Perez - 17/09/2013 1 L évolution du SI RH 1960 à 1970 : le progiciel de paie. Le système d information RH apparaît dans les années soixante avec la construction des

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 3 : Progiciels de Gestion Intégrés Sommaire Définition... 2 ERP... 2 Objectifs

Plus en détail

BASES DE DONNÉES. CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98. J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES

BASES DE DONNÉES. CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98. J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES BASES DE DONNÉES CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98 J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES III. LES SYSTÈMES RÉSEAU IV. LES SYSTÈMES RELATIONNELS V. LE LANGAGE

Plus en détail

BI = Business Intelligence Master Data-ScienceCours 3 - Data

BI = Business Intelligence Master Data-ScienceCours 3 - Data BI = Business Intelligence Master Data-Science Cours 3 - Datawarehouse UPMC 8 février 2015 Rappel L Informatique Décisionnelle (ID), en anglais Business Intelligence (BI), est l informatique à l usage

Plus en détail

Démarches d urbanisation : réorganiser le Système d Information en structurant ses fonctions dans des blocs fonctionnels communicants.

Démarches d urbanisation : réorganiser le Système d Information en structurant ses fonctions dans des blocs fonctionnels communicants. Plan du chapitre Master Informatique et Systèmes Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise 04 Architecture du SI : identifier et décrire les services, structurer le SI 1 2 3 4 5

Plus en détail

Les Entrepôts de Données. (Data Warehouses)

Les Entrepôts de Données. (Data Warehouses) Les Entrepôts de Données (Data Warehouses) Pr. Omar Boussaid Département d'informatique et de Sta5s5que Université Lyon2 - France Les Entrepôts de Données 1. Généralités, sur le décisionnel 2. L'entreposage

Plus en détail

ALDEA ET SYSTEMES D INFORMATION

ALDEA ET SYSTEMES D INFORMATION ALDEA CONSEIL EN ORGANISATION ET SYSTEMES D INFORMATION 30 avenue du Général Leclerc 92100 Boulogne-Billancourt Tel : +33 1 55 38 99 38 Fax : +33 1 55 38 99 39 www.aldea.fr Aldea - Conseil Organisation

Plus en détail

Semarchy Convergence for MDM La Plate-Forme MDM Évolutionnaire

Semarchy Convergence for MDM La Plate-Forme MDM Évolutionnaire FICHE PRODUIT Semarchy Convergence for MDM La Plate-Forme MDM Évolutionnaire BENEFICES POUR LES DSI Réussir les projets de gouvernance dans les délais et les budgets Démarrer de manière tactique tout en

Plus en détail

BUSINESS INTELLIGENCE

BUSINESS INTELLIGENCE GUIDE COMPARATIF BUSINESS INTELLIGENCE www.viseo.com Table des matières Business Intelligence :... 2 Contexte et objectifs... 2 Une architecture spécifique... 2 Les outils de Business intelligence... 3

Plus en détail

Le terme «ERP» provient du nom de la méthode MRP (Manufacturing Ressource Planning) utilisée dans les années 70 pour la gestion et la planification

Le terme «ERP» provient du nom de la méthode MRP (Manufacturing Ressource Planning) utilisée dans les années 70 pour la gestion et la planification Séminaire national Alger 12 Mars 2008 «L Entreprise algérienne face au défi du numérique : État et perspectives» CRM et ERP Impact(s) sur l entreprise en tant qu outils de gestion Historique des ERP Le

Plus en détail

Qualité des données sur la chaine de valeur globale du reporting réglementaire, du Pilier 1 au Pilier 3 de Solvabilité 2

Qualité des données sur la chaine de valeur globale du reporting réglementaire, du Pilier 1 au Pilier 3 de Solvabilité 2 Qualité des données sur la chaine de valeur globale du reporting réglementaire, du Pilier 1 au Pilier 3 de Solvabilité 2 Conférence XBRL Paris, le 3 avril 2014 Des données de plus en plus complexes D où

Plus en détail

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise.

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Solutions PME VIPDev Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Cette offre est basée sur la mise à disposition de l ensemble de nos compétences techniques et créatives au service

Plus en détail

Global Access Management

Global Access Management Global Access Management GAMA Global Access Management www.jaida.ma Global Access Management SOMMAIRE GAMA (i) UNE LARGE COUVERTURE FONCTIONNELLE (ii) DES TRAITEMENTS AUX NORMES ET STANDARDS UNIVERSELS

Plus en détail

Chapitre I : Protocoles client serveur et architectures distribuées

Chapitre I : Protocoles client serveur et architectures distribuées Chapitre I : Protocoles client serveur et architectures distribuées Eric Leclercq & Marinette Savonnet Département IEM / UB Eric.Leclercq@u-bourgogne.fr Bureau G212 Aile des Sciences de l Ingénieur Mise-à-jour

Plus en détail

DataStudio. Solution d intégration des données et de diffusion de l information

DataStudio. Solution d intégration des données et de diffusion de l information DataStudio Solution d intégration des données et de diffusion de l information L ETL, cœur de la performance des entreprises La forte intégration des applications est désormais une condition indispensable

Plus en détail

L information et la technologie de l informationl

L information et la technologie de l informationl L information et la technologie de l informationl CRM & informatique décisionnelled CRM CRM & informatique décisionnelle. d 1 2 3 Les Les fondements managériaux managériaux du du CRM. CRM. Les Les fondements

Plus en détail

Mise en place d un plan d Assurance Qualité du Dossier Patient

Mise en place d un plan d Assurance Qualité du Dossier Patient Mise en place d un plan d Assurance Qualité du Dossier Patient Mireille Cosquer*, Myriam Turluche**, Béatrice Le Vu*, Bernard Asselain***, Alain Livartowski* Institut Curie Service d Information Médicale*

Plus en détail

IBM Tivoli Identity Manager

IBM Tivoli Identity Manager Automatise la gestion du cycle de vie des identités IBM Tivoli Identity Manager Points forts Gérer l accès aux systèmes hérités et e-business Un moteur de dimensionnement intégré pour automatiser la Permet

Plus en détail

Les PGI. A l origine, un progiciel était un logiciel adapté aux besoins d un client.

Les PGI. A l origine, un progiciel était un logiciel adapté aux besoins d un client. Les PGI Les Progiciels de Gestion Intégrés sont devenus en quelques années une des pierres angulaire du SI de l organisation. Le Système d Information (SI) est composé de 3 domaines : - Organisationnel

Plus en détail

AXIAD Conseil pour décider en toute intelligence

AXIAD Conseil pour décider en toute intelligence AXIAD Conseil pour décider en toute intelligence Gestion de la Performance, Business Intelligence, Big Data Domaine d expertise «Business Intelligence» Un accompagnement adapté à votre métier dans toutes

Plus en détail

En synthèse. HVR pour garantir les échanges sensibles de l'entreprise

En synthèse. HVR pour garantir les échanges sensibles de l'entreprise En synthèse HVR pour garantir les échanges sensibles de l'entreprise Le logiciel HVR fournit des solutions pour résoudre les problèmes clés de l'entreprise dans les domaines suivants : Haute Disponibilité

Plus en détail

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats.

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. LE SRM : SOCLE D UN SI ACHATS PERFORMANT Le référentiel fournisseurs ou

Plus en détail

Première partie : Impératif économique et stratégiques

Première partie : Impératif économique et stratégiques Corrigé indicatif DSCG UE5 Management des systèmes d information Première partie : Impératif économique et stratégiques 1) Stratégie réactive / contraintes La question est celle de la modernisation du

Plus en détail

Systèmes d Information Avancés (et répartis)

Systèmes d Information Avancés (et répartis) Systèmes d Information Avancés (et répartis) Université Lyon 1 MIAGE L. Médini, mars 2005 Plan des cours Protocole HTTP et programmation serveur Architectures réparties Objets distribués Introduction aux

Plus en détail

Master Informatique et Systèmes. Architecture des Systèmes d Information. 03 Architecture Logicielle et Technique

Master Informatique et Systèmes. Architecture des Systèmes d Information. 03 Architecture Logicielle et Technique Master Informatique et Systèmes Architecture des Systèmes d Information 03 Architecture Logicielle et Technique Damien Ploix 2014-2015 Démarche d architecture SI : structuration en vues Quels métiers?

Plus en détail

SIHO est un logiciel ITIC protégé par les lois internationales et la loi Tunisienne n 94-36 ratifiée le 24/02/94 (article 52) relative à la propriété

SIHO est un logiciel ITIC protégé par les lois internationales et la loi Tunisienne n 94-36 ratifiée le 24/02/94 (article 52) relative à la propriété SIHO est un logiciel ITIC protégé par les lois internationales et la loi Tunisienne n 94-36 ratifiée le 24/02/94 (article 52) relative à la propriété littéraire et artistique, et qui régit notamment les

Plus en détail

Projet CASI: Master Data Management

Projet CASI: Master Data Management Projet CASI: Master Data Management Mardi 17 janvier 2011 Laetitia Ader ya - Ali Lazaar-Youssef Hafi-Chun Jin Projet CASI: Master Data Management 1 / 22 1 2 3 4 5 6 Laetitia Ader ya - Ali Lazaar-Youssef

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Guides Pratiques Objecteering Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Auteur : Version : 1.0 Copyright : Softeam Equipe Conseil Softeam Supervisée par Philippe Desfray Softeam

Plus en détail

Systèmes d Information pour la Production

Systèmes d Information pour la Production Systèmes d Information pour la Production Introduction générale E. Tranvouez (erwan.tranvouez@univ-amu.fr) Départ. Génie Industriel & Informatique Propos Liminaires Objectif du cours 3 Compréhension des

Plus en détail

Designer et l ingénierie du logiciel L intégration d images dans les applications Web PL/SQL - Concepts

Designer et l ingénierie du logiciel L intégration d images dans les applications Web PL/SQL - Concepts Designer et l ingénierie du logiciel L intégration d images dans les applications Web PL/SQL - Concepts P.-A. Sunier, Haute Ecole Arc, Neuchâtel, avec le concours de P. Ferrara 1 Introduction... 1 2 Contexte

Plus en détail

Sage 100 CRM Guide de l Analyseur de Logs Intégration de Sage 100 CRM Version 8

Sage 100 CRM Guide de l Analyseur de Logs Intégration de Sage 100 CRM Version 8 Sage 100 CRM Guide de l Analyseur de Logs Intégration de Sage 100 CRM Version 8 Mise à jour : 2015 version 8 Composition du progiciel Votre progiciel est composé d un boîtier de rangement comprenant :

Plus en détail

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Forum panafricain sur le leadership et le management de

Plus en détail

Gouvernance des mesures de sécurité avec DCM-Manager. Présentation du 22 mai 2014

Gouvernance des mesures de sécurité avec DCM-Manager. Présentation du 22 mai 2014 Gouvernance des mesures de sécurité avec DCM-Manager Présentation du 22 mai 2014 Gérer les actifs logiciels et leur répartition Maîtriser le durcissement des configurations Suivre l application des correctifs

Plus en détail

Entrepôt de données 1. Introduction

Entrepôt de données 1. Introduction Entrepôt de données 1 (data warehouse) Introduction 1 Présentation Le concept d entrepôt de données a été formalisé pour la première fois en 1990 par Bill Inmon. Il s agissait de constituer une base de

Plus en détail

La baisse des coûts liés au

La baisse des coûts liés au AVIS D EXPERT Paris, le 27 mai 2013 ILM (Information Lifecycle Management) : comment garantir la disponibilité des données à l heure du Big Data conformément aux exigences règlementaires tout en réduisant

Plus en détail

Conception, architecture et urbanisation des systèmes d information

Conception, architecture et urbanisation des systèmes d information Conception, architecture et urbanisation des systèmes d information S. Servigne Maître de Conférences, LIRIS, INSA-Lyon, F-69621 Villeurbanne Cedex e-mail: sylvie.servigne@insa-lyon.fr 1. Introduction

Plus en détail

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION A. LA PROBLEMATIQUE La mission de toute production informatique est de délivrer le service attendu par les utilisateurs. Ce service se compose de résultats de traitements

Plus en détail

ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES

ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES FC M1 Management 2012/2013 Projet individuel ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES (Manufacturing Execution System) FC M1 Management 2012_2013 / SYSTEMES D INFORMATION / ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION

Plus en détail

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Champs sur Marne ENSG/CERSIG Le 19-nove.-02 L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Archivage Le Système d information géographique rassemble de l information afin de permettre son utilisation dans des applications

Plus en détail

Leçon 4 : Typologie des SI

Leçon 4 : Typologie des SI Leçon 4 : Typologie des SI Typologie des SI Système formel Système informel Typologie des SI Chaque jour au sein d une organisation Le système d info stocke, traie ou restitue des quantités importantes

Plus en détail

Entreprises Nationales - Internationales - Assurances - Prestataires de services BPO

Entreprises Nationales - Internationales - Assurances - Prestataires de services BPO Entreprises Nationales - Internationales - Assurances - Prestataires de services BPO Connectez toutes vos applications Pilotez vos processus métiers POUR UNE CIRCULATION COHERENTE,CONTINUE ET COLLABORATIVE

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

SFR. Mise en place de la gestion des exigences sous DOORS dans le cadre de la refonte du système d'information commercial 14/11/2007

SFR. Mise en place de la gestion des exigences sous DOORS dans le cadre de la refonte du système d'information commercial 14/11/2007 SFR Mise en place de la gestion des exigences sous DOORS dans le cadre de la refonte du système d'information commercial 14/11/2007 1 Sommaire 1- Le contexte et l historique de la Gestion des EXigences

Plus en détail

Conseil et Ingénierie des Systèmes d Information d Entreprise

Conseil et Ingénierie des Systèmes d Information d Entreprise Conseil et Ingénierie des Systèmes d Information d Entreprise Le Groupe Khiplus SAS KHIPLUS Management Société holding animatrice du groupe SAS KHIPLUS Advance Conseil et ingénierie de Systèmes d Information

Plus en détail

Migration d un logiciel de gestion

Migration d un logiciel de gestion Auteur : David PERRET Publication : 01/11/2015 Toute société utilisatrice de logiciel de gestion est inéluctablement confrontée à des migrations de données. Ces migrations représentent des risques et un

Plus en détail

Système d Information de l ABHOER

Système d Information de l ABHOER Système d Information de l ABHOER Le 21 Mars 2013 1 Plan de l exposé 1 Architecture Globale du SI 2 Infrastructure Informatique Cible 3 Sous Système d Information Technique Evolution et Architecture Cible

Plus en détail

La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS

La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS Objet de la présente fiche La fiche vise à présenter le contexte organisationnel et informatique de la conduite d un projet de dématérialisation

Plus en détail

T A L E N T E D T O G E T H E R. Métiers de la Banque. Métiers de la Banque Part 4 / 2007 1

T A L E N T E D T O G E T H E R. Métiers de la Banque. Métiers de la Banque Part 4 / 2007 1 T A L E N T E D T O G E T H E R Métiers de la Banque Métiers de la Banque Part 4 / 2007 1 Sommaire 1 er Partie : Panorama du monde bancaire Organisation de la profession Les grandes activités bancaires

Plus en détail

ORACLE DATA INTEGRATOR ENTERPRISE EDITION - ODI EE

ORACLE DATA INTEGRATOR ENTERPRISE EDITION - ODI EE ORACLE DATA INTEGRATOR ENTERPRISE EDITION - ODI EE ORACLE DATA INTEGRATOR ENTERPRISE EDITION offre de nombreux avantages : performances de pointe, productivité et souplesse accrues pour un coût total de

Plus en détail

Les nouvelles architectures des SI : Etat de l Art

Les nouvelles architectures des SI : Etat de l Art Les nouvelles architectures des SI : Etat de l Art Objectif Mesurer concrètement les apports des nouvelles applications SI. Être capable d'évaluer l'accroissement de la complexité des applications. Prendre

Plus en détail

LIVRE BLANC. Dématérialisation des factures fournisseurs

LIVRE BLANC. Dématérialisation des factures fournisseurs LIVRE BLANC 25/03/2014 Dématérialisation des factures fournisseurs Ce livre blanc a été réalisé par la société KALPA Conseils, société créée en février 2003 par des managers issus de grandes entreprises

Plus en détail

La gestion du cycle de vie des documents dans la banque de détail Société Générale : GED et Archivage électronique

La gestion du cycle de vie des documents dans la banque de détail Société Générale : GED et Archivage électronique Décembre 2007 JJ Mois Année La gestion du cycle vie s documents dans la banque détail Société Générale : GED et Archivage électronique 2 Sommaire Contexte : les projets GED et archivage électronique Constat

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

RAPPORT MAIRIE PARIS. Ville de Paris. Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques.

RAPPORT MAIRIE PARIS. Ville de Paris. Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques. Ville de Paris Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques. Mail : richard.malachez@paris.fr Tel : 01 43 47 62 96 Organisme d accueil Présentation

Plus en détail

Talend Technical Note

Talend Technical Note Mars 2011 Page 1 sur 5 Le MDM offre un hub central de contrôle et une vision unique des données maître de l'entreprise, quelles que soient les disparités entre les systèmes source. Il assure que les données

Plus en détail

Système d Information

Système d Information 1 sur 9 Brandicourt sylvain formateur Unix,apache,Algorithme,C,Html,Css,Php,Gestion de projet,méthode Agile... sylvainbrandicourt@gmail.com Système d Information Architecture Technique Architecture Logiciel

Plus en détail

ERP & Processus. lacreuse@unistra.fr

ERP & Processus. lacreuse@unistra.fr ERP & Processus Métiers lacreuse@unistra.fr Processus : «Système d activités qui utilise des ressources pour transformer des éléments d entrée en résultat» Iso9000 Approche par processus Axes de modélisation

Plus en détail

1. Une approche innovante, basée sur «l objet document» 2. Le respect des chaînes éditoriales de l entreprise

1. Une approche innovante, basée sur «l objet document» 2. Le respect des chaînes éditoriales de l entreprise Lucid e-globalizer, solution globale de gestion de contenu multilingue. Ce document a pour objectif de vous présenter Lucid e-globalizer, la solution de gestion de contenu multilingue de Lucid i.t., ses

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information) RFI-2013-09 Demande d information Page 1/9 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information) Socle de Ged-Archivage SOMMAIRE 1. OBJET DE LA DEMANDE D INFORMATION... 3 2. PÉRIMÈTRE DE L INFORMATION...

Plus en détail

Conservation des bulletins de salaire. L approche du Groupe Total

Conservation des bulletins de salaire. L approche du Groupe Total Conservation des bulletins de salaire L approche du Groupe Total DRHC/DS/DORS/DOM/ARM Service Archives et Records Management Contexte 2 - DRHC/DS/DORS/DOM/ARM 1 Contexte Ressources Humaines Système d Information

Plus en détail

La GRC en temps de crise, difficile équilibre entre sentiment de sécurité et réduction des coûts

<Insert Picture Here> La GRC en temps de crise, difficile équilibre entre sentiment de sécurité et réduction des coûts La GRC en temps de crise, difficile équilibre entre sentiment de sécurité et réduction des coûts Christophe Bonenfant Cyril Gollain La GRC en période de croissance Gouvernance Gestion

Plus en détail