Recommandations générales sur la communication de crise amiante

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Recommandations générales sur la communication de crise amiante"

Transcription

1 L Union sociale pour l habitat Recommandations générales sur la communication de crise amiante Ê 1 Introduction Ce document et les 5 fiches conseils proposées constituent une base de travail pour chaque organisme qui doit, préalablement à toute crise, s approprier et adapter les éléments proposés. Il est indispensable, en effet, de vous assurer que ces propositions sont cohérentes avec les pratiques de votre organisme : votre politique de communication sur le sujet, votre organisation interne les procédures de gestion de crise et votre stratégie de gestion des risques patrimoniaux. Bien entendu, il est indispensable que ce travail de réflexion soit réalisé en dehors de tout contexte de crise. Adopter les bonnes pratiques de prévention et de communication peut permettre aux organismes Hlm de désamorcer les situations sensibles et contribuer à réussir leur gestion de communication de crise. Ce document propose des recommandations générales pour préparer et organiser la communication de crise liée à l amiante. Il propose en quatre temps : yles bonnes pratiques de prévention avant la crise yles bonnes pratiques de communication pendant la crise yun glossaire yles ressources utiles Ces recommandations sont valables quel que soit le scenario de «crise amiante» auquel vous faites face, et sont complémentaires aux préconisations des fiches conseil, qui, elles, bien que comportant des points communs, s appliquent à des scenarii-types. Cependant les éléments de langage proposés dans ces documents doivent être retravaillés par chaque utilisateur, pour les adapter à la crise réelle traversée. Ê 2 Adoptez les bonnes pratiques de prévention 1. Conservez l historique dans un dossier à jour pour assurer la traçabilité de l amiante Constituez un dossier rassemblant l ensemble des pièces administratives liées à l amiante dans le patrimoine du bailleur (DTA, DA-PP, historique des travaux, etc.), ainsi que l historique des réhabilitations et des travaux qu ont connu les immeubles contenant de l amiante. Ce dossier doit être tenu à jour, conservé de manière sécurisée et partagée, pour permettre la traçabilité de la présence d amiante dans chaque résidence. Conservez également l historique de la règlementation amiante pour pouvoir retracer l évolution des exigences légales et les démarches effectuées par le bailleur pour se mettre en conformité avec la loi. Remarque : la réglementation impose de mettre à la disposition du locataire le DTA et le DA-PP s il en fait la demande, mais attention à ne pas baser toute votre communication de crise sur ces documents, car ils ne sont pas toujours faciles à comprendre et concernent soit les parties communes soit les parties privatives. Avant de communiquer tout document relatif à l amiante, analysezen le contenu, pour vérifier si l information qu il contient est de nature à rassurer ou inquiéter le locataire.

2 Recommandations générales sur la communication de crise amiante 2/7 2. Soyez proactif et transparent vis à vis de vos locataires N attendez pas que l amiante devienne un problème pour communiquer. Faites-le, dans la mesure du possible, dès qu un repérage ou une intervention technique a un impact potentiel sur les locataires (confinement d une pièce à vivre, condamnation d une partie commune). Préparez vos éléments de langage 1, et communiquez auprès des locataires au moment où vous amorcez le repérage ou avant de lancer d éventuels travaux. Ainsi, au moment de livrer les résultats d un repérage ou de mettre en place des travaux sur des matériaux amiantés, vous ne mettrez pas les locataires devant le fait accompli, et n éveillerez pas chez eux le sentiment de leur avoir caché quelque chose. Appuyez-vous sur la plaquette d information générale sur l amiante, disponible dans le kit de communication amiante édité et diffusé par l Union sociale pour l habitat. Cet outil vous permettra de faire la pédagogie des précautions qui sont à prendre par les locataires. Il est recommandé de l utiliser et de la diffuser aux locataires dans ces conditions : yinscrivez cette diffusion dans le cadre d une actualité concrète liée à des travaux imminents; yassurez-vous que les salariés en contact avec les locataires auront été préalablement sensibilisés eux-mêmes à la question de l amiante; yinformez, dans la mesure du possible, les bailleurs de votre territoire afin de coordonner l information donnée aux habitants d un même bassin de vie. 3. Préparez les collaborateurs concernés D une part, les collaborateurs qui devront gérer la communication de crise. Identifiez les collaborateurs potentiellement concernés par une problématique de communication de crise liée à l amiante, et sensibilisez-les aux procédures et aux outils existants pour gérer cette communication : ydiffusez le Q&R proposé par l Union sociale pour l habitat dans le «Kit de communication amiante»; ypartagez les scenarii types des fiches conseils; ydésignez un référent amiante formé; yidentifiez les membres à mobiliser en «cellule de crise amiante»; yclarifiez le «circuit d alerte amiante» à activer en cas de situation sensible ou de crise (Qui prévenir? Comment? Dans quel délai?). D autre part, les personnels de proximité en contact avec les résidants. Les gardiens, les responsables d agence, les chargés de développement social urbain (DSU), les assistantes sociales, etc. : ils sont en contact quotidien avec les locataires, et sont potentiellement vos premiers porte-paroles en cas de question de la part des locataires. Comme les locataires, ces personnels de proximité peuvent se montrer anxieux, et ne pas savoir réagir en cas de question ou d interpellation sur l amiante, s ils n y sont pas préparés. Pour leur permettre de réagir calmement et de désamorcer a minima les situations sensibles, préparez vos personnels de proximité en leur donnant les information essentielles et en les préparant aux questions les plus fréquentes sur l amiante. ysensibilisez-les au risque amiante, en transmettant l essentiel de l information sur l utilité de ce matériau dans le passé, sa présence potentielle dans les constructions datant d avant 1997, ses risques, sa date d interdiction et vos principales obligations en tant que bailleur. yindiquez-leur quels sont les immeubles de votre patrimoine dans lesquels l amiante est potentiellement présent, voire repéré si c est le cas. Cette information leur permettra de prévenir les entreprises ou les secours qui interviennent dans le bâtiment. ydonnez à vos personnels de proximité des consignes claires sur le «circuit d alerte amiante» qui leur permettra de prévenir les bonnes personnes en cas de situation sensible ou de crise : Qui prévenir? Comment? Dans quels délais? ydotez-les d un socle argumentaire simple et bref, leur permettant de répondre de façon calme et rassurante aux questions «basiques» de locataires : est-ce qu il y a de l amiante dans l immeuble? Est-ce que ma santé est en danger? Pourquoi vous ne désamiantez-vous pas? Cette liste n est pas exhaustive. Le périmètre de prise de parole sur ce sujet dépendra de la politique de communication de chaque organisme. Cet argumentaire pourrait être construit 1 autour de 3 messages clés : montrer de l empathie; dédramatiser; ne pas répondre sur le champ de la santé mais sur le professionnalisme du bailleur. 1. Cf. Q&R diffusé dans le «Kit de communication» par l Union sociale pour l habitat et éléments de langage proposés dans les pages suivantes.

3 Recommandations générales sur la communication de crise amiante 3/7 4. Définissez un circuit d alerte amiante clair et partagé avec l ensemble des salariés. Ce circuit d alerte doit pouvoir répondre aux questions suivantes : yqui prévenir? ydans quels délais? ycomment (par ligne téléphonique d astreinte? par ? un à destinataire unique ou multiple?). En interne, deux niveaux d interlocuteurs peuvent être désignés : ytous les interlocuteurs habituels des locataires (chef d agence, chargé de clientèle). Il sont prévenus par le personnel de proximité en cas de question / situation sensible. Ces chefs d agence ou chargés de clientèle préviennent à leur tour un référent central de l organisme, à même de déclencher la procédure de crise. yle référent central de l organisme peut être désigné parmi les managers / cadres de la direction de l organisme. Il peut s agir : du responsable du patrimoine; du responsable de la gestion des risques; du référent amiante s il en existe un; du responsable juridique; de la direction de la communication. Le numéro de téléphone ou l de cette personne doit être facilement accessible et régulièrement mis à jour dans les listes de numéros d urgences mis à la disposition des collaborateurs. En externe, plusieurs interlocuteurs pourront potentiellement être informés ou mobilisés : L équipe spécifiquement en charge de la gestion technique et patrimoniale devra s appuyer sur un circuit d alerte également externe, qui peut se matérialiser par un «annuaire amiante» régulièrement mis à jour avec les contacts utiles, qui permettent en cas d urgence de trouver rapidement les coordonnées des principaux experts à mobiliser. yl inspection du travail, yla Caisse d Assurance Retraite et de la Santé Au Travail (CARSAT) yl organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPP-BTP) yl expert amiante externe sur lequel s appuyer s il n en existe pas en interne yles entreprises dont l expertise et la compétence ont été préalablement vérifiées par l organisme (Assistant à Maîtrise d Ouvrage (AMO), maître d œuvre (MOE), Coordinateur Sécurité et Protection de la Santé (CSPS) spécialiste amiante, opérateur de repérage amiante, laboratoire agréé) yles référents amiante chez l assureur de l organisme yun avocat ou un conseil juridique compétent sur l amiante susceptible d appuyer les compétences internes si nécessaire. Compte tenu des enjeux juridiques, cet appui n est pas à négliger yles référents amiante au sein des principales autorités publiques (gendarmerie, pompiers, préfecture, services techniques de la mairie) Contactez ces professionnels et rencontrez-les pour établir, préalablement à toute crise, les conditions de leur intervention aux côtés de votre organisme Hlm, voire en cellule de crise, en cas de crise.

4 Recommandations générales sur la communication de crise amiante 4/7 Ê 3 Adoptez les bonnes pratiques de communication 1. Constituez dès que possible la cellule de crise Contactez et réunissez les personnels d astreinte préalablement identifiés comme membres de la cellule de crise et les éventuels intervenant extérieurs nécessaires. L avocat de l organisme, en particulier, doit pouvoir être associé le plus possible en amont, afin de limiter l impact juridique de la crise sur l organisme. 2. Ne sur-réagissez pas à une plainte amiante, traitez-la comme toute autre réclamation En cas de plainte d un locataire ou d un salarié, dédramatisez la présence d amiante et traitez la plainte avec les mêmes circuits et procédures qu une autre plainte liée à la gestion courante, pour en relativiser la portée. Faites intervenir en premier lieu l interlocuteur habituel du locataire ou du salarié. Vous pourrez faire appel à d autres interlocuteurs en cas de durcissement de la plainte. Identifiez les motifs réels des plaignants, afin de cerner rapidement si l amiante est le seul sujet en jeu ou si d autres revendications peuvent être formulées par le plaignant (négociation pour changer de logement, obtenir une mutation, se faire financer des travaux en partie privative, etc.). «Toutes les interventions techniques sur l immeuble sont faites de manière à protéger la sécurité des personnes qui y vivent et qui y travaillent. Nous formons nos équipes, nous faisons intervenir des entreprises qui répondent aux exigences, et nous respectons la loi». 4. Dédramatiser la présence d amiante pour rassurer Pour rassurer les personnes qui vous interpellent sur l amiante, vous pouvez aussi relativiser sa présence dans l immeuble. Déplacez la préoccupation ressentie de manière individuelle vers le fait de société global : l amiante a été un matériau utilisé jusqu en 1997 et il est potentiellement présent dans 15 millions de logements, dont 3 millions de Hlm. En France mais aussi en Europe. Ce problème dépasse la simple relation bailleur / occupant, sa gestion dépasse par certains aspects la seule responsabilité du bailleur, et une grande majorité de français vit dans des constructions aux caractéristiques comparables. Quel que soit le scenario de crise, il sera nécessaire de rassurer les locataires quant au fait de vivre dans un logement pouvant contenir de l amiante. Version courte : «L amiante a été utilisé dans ce bâtiment comme dans de nombreuses construction datant d avant 1997, en France et en Europe. Plus de 15 millions de logements, dont 3 millions de Hlm sont potentiellement concernés. Si vous utilisez votre logement de façon normale, vous n êtes exposé à aucun risque avéré. Ce qui compte c est de bien nous prévenir dès que vous voulez faire des travaux». 3. Faites preuve d empathie vis-à-vis de vos locataires et de vos salariés Dans une situation sensible ou dans une crise, l émotion des plaignants l emporte souvent sur le rationnel et les faits. En termes de communication, la forme sera aussi importante que le fond de votre réponse, et conditionnera le climat du dialogue. Il est donc essentiel, même en l absence de certitude sur le fond technique, de témoigner avant tout de l empathie et de rassurer sur le professionnalisme du bailleur. L argumentaire technique viendra souvent dans un second temps seulement, une fois le dialogue établi, voire «rétabli». «Nous comprenons que vous soyez inquiet(s) à ce sujet, et nous allons répondre à vos questions. L amiante est un sujet que nous prenons au sérieux avec professionnalisme, comme tous les sujets qui concernent votre cadre de vie quotidien». Il conviendra, en cas de demande de précision, de remettre la plaquette d information générale, d énumérer alors les 4 types de gestes à ne pas faire sans prévenir son bailleur (poncer, percer, gratter et décoller). Version plus détaillée : «L amiante a été utilisé dans ce bâtiment comme dans de nombreuses constructions, logements privés ou sociaux, bureaux, infrastructures sportives et cultures, écoles et universités jusqu en 1997, date à laquelle son utilisation, dans les constructions, a été interdite. Plus de 15 millions de logements, dont 3 millions de Hlm sont potentiellement concernés. Avec l évolution des connaissances scientifiques et la mise en évidence de ses enjeux de santé publique, il a été interdit dans toutes les nouvelles constructions après 1997».

5 Recommandations générales sur la communication de crise amiante 5/7 5. Graduez vos réponses en fonction de l évolution de la crise Évaluer la gravité de la situation pour proportionner la réponse à apporter. D un sentiment de défiance à la préoccupation pour leur santé, en passant par l accusation judiciarisée de dissimulation ou d exposition à un risque sanitaire, la plainte des locataires peut être : plus ou moins formelle; porter une atteinte plus ou moins importante à la réputation de l organisme; porter sur la question de la confiance («vous m avez caché la vérité») et / ou sur celle du sanitaire («vous avez mis ma santé en danger»). Il est donc important d évaluer dès le départ le sujet en cause, la gravité de la plainte, son formalisme, et d apporter une réponse proportionnée. Adaptez les informations et les moyens mis en place pour répondre, de la simple situation sensible à la crise avérée. Adaptez le choix du porte-parole à la gravité de la situation. Le porte-parole auprès des locataires doit être à la fois crédible sans être trop important hiérarchiquement pour ne pas exagérer l importance de la plainte. Dans un premier temps, privilégiez le responsable de secteur ou l agent habituel, et non le Directeur général ou le Président. Faites preuve d une argumentation «progressive». Ne vous surexposez pas en soulevant des questions qui n ont pas été spontanément abordées par le locataire. Ne proposez de médiation puis de solutions opérationnelles qu en cas d échec de la première phase de dialogue et de rassurance. 6. Formalisez vos éléments de langage et vos prises de paroles Ayez toujours une posture d empathie et d ouverture envers les interlocuteurs «sensibles» : salariés, locataires, médias, élus. ET ne répondez jamais ni trop, ni trop vite. Exemple : «Nous sommes à votre disposition pour répondre à vos questions mais nous n avons pas encore tous les éléments pour vous apporter une réponse précise à ce stade. Nous revenons vers vous au plus vite» ou «Nous attendons le rapport des secours et les conclusions de l enquête pour vous répondre». Élaborez vos éléments de langage avec la cellule de crise. Prenez le temps de préparer et de border vos prises de parole proactives et de travailler les éléments de réponse réactifs, à n utiliser qu en cas de question plus insistante. Appuyez-vous notamment sur le Q&R diffusé dans le «Kit de communication amiante» par l Union sociale pour l habitat. Quand vous reconstituez les faits, tenez-vous en aux éléments indubitables et fiables, sur un mode «bulletin d information». Exemple : «Les secours interviennent en ce moment autour de l incendie pour éteindre le feu et venir en aide aux locataires». Dégagez votre responsabilité en réaffirmant le respect des obligations réglementaires. Votre responsabilité sera mise en cause par vos locataires et par les autres acteurs (médias, pouvoirs publics ). Ils pourront chercher à établir que vous avez commis une faute. Pour répondre, rappelez à vos interlocuteurs en quoi vous avez respecté les obligations réglementaires relatives à l amiante et en quel sens vous assumez vos responsabilités. En tant qu organisme, n assumez que les responsabilités qui vous incombent légalement. Ce que vous affirmez par écrit en particulier vous engage juridiquement. Informez vos locataires de vos obligations légales et de celles des autres acteurs intervenant dans la crise (entreprise de travaux par exemple). Exemple : «Cet immeuble, construit avant 1997, contenait de l amiante comme dans 15 millions de logements en France, privés ou publics qui sont antérieurs à cette date. L organisme a rempli toutes ses obligations réglementaires en faisant réaliser un repérage, qui n a pas décelé de risque avéré pour les locataires». Faites porter vos prises de paroles sur la mobilisation de l organisme pour résoudre la crise, plutôt que sur la justification. «Nous allons proposer des solutions de relogement temporaires aux locataires et mettrons tout en œuvre pour réhabiliter les logements sous le contrôle des autorités compétentes, dans les meilleurs délais. Nous vous informerons dès que les mesures d empoussièrement permettront aux résidants de revenir sur les lieux en sécurité». Ne vous improvisez pas en expert des sujets qui relèvent de professionnels mobilisés (pompiers, secours, médecins ). N hésitez pas à renvoyer vers eux. Sur le plan sanitaire, ne vous positionnez pas en expert médical, mais tenez-vous-en à «l état de l art» en matière de risque amiante : «Dans le cadre d une utilisation normale du logement, il n y a aucun risque avéré pour le locataire». Sur le plan de la sécurité civile, faites valider votre bilan de la situation par les autorités compétentes avant de communiquer.

6 Recommandations générales sur la communication de crise amiante 6/7 7. Préparez vos prises de parole médias. Comme dans toute gestion de crise, il est essentiel de préparer les prises de parole de l organisme avec les médias pour préserver la réputation du bailleur. Sur un sujet complexe comme celui de l amiante, vous serez confrontés, en un temps très court, à des questions très variées, avec des journalistes qui ne sont pas nécessairement experts du sujet mais dont la contrainte est de publier ou diffuser le plus rapidement possible, un article ou un reportage audiovisuel sur la crise, afin qu il «colle» le plus à l actualité. Désignez le porte-parole médias officiel. Intégrez la personne habilitée à répondre aux médias (votre porte-parole officiel : le Directeur général, le Président) à la cellule de crise et rappelez à tous les collaborateurs que seule cette personne est habilitée à répondre aux journalistes. Donnez la consigne à tous les salariés de ne pas répondre aux journalistes, mais de noter leur nom et leurs coordonnées, pour les transmettre sans délai au référent communication membre de la cellule de crise. Restez ouvert au contact avec les journalistes. Reprenez toujours contact avec le journaliste après une demande de sa part, pour lui proposer une réponse dans un temps raisonnable, suffisamment court pour lui permettre de boucler son article ou son reportage à temps, suffisamment long pour vous permettre de préparer des éléments de langage. Ne répondez jamais à chaud, mais prenez le temps de préparer vos arguments, autour des principes suivants : ytémoignez de l empathie; yne vous justifiez pas; ymettez l accent sur les éléments factuels et vérifiés; ycitez vos sources (autorités, secours, etc.); yrestez très pédagogique et très peu technique a priori (l amiante n est pas souvent un sujet maîtrisé par les médias généralistes); ygraduez vos éléments de pédagogie («ni trop, ni trop vite»). En interview, gardez le cap de vos messages clés. Pendant une interview, recommandez à votre porte-parole de rester concentré sur les messages prédéfinis en amont. L amiante est un problème dont les maîtres d ouvrage d aujourd hui héritent plus qu ils ne l ont causé. Vous n aurez donc probablement pas la réponse à tous les sujets ni ne pourrez justifier de l évolution des usages et de la réglementation, par exemple. Aussi, lorsque l interview se crispe sur des questions auxquelles le bailleur n a pas de réponse, le porteparole doit concentrer sur les messages clés de sa prise de parole, et réorienter le journaliste sur la préoccupation n 1 en temps de crise : trouver des solutions immédiates, résoudre la crise, protéger les résidents et les salariés. Gardez le contact si nécessaire dans le temps. En cas de crise grave impliquant des bilans de victimes, ou une gestion qui se prolonge dans le temps, et si l attention des médias persiste, prévoyez un point d information régulier par communiqué de presse a minima, jusqu à la résolution de la crise. 8. Anticipez une aggravation de la crise. Consolidez votre dossier pour désamorcer / contrer toute remise en cause judiciaire de l organisme. Démontrez rapidement, à travers le dossier amiante et la fiche récapitulative puis, en cas de durcissement de la situation, avec l assistance de votre avocat, que l application de la réglementation par l organisme est (le cas échéant) sans faille. Le dossier amiante étaiera de manière objective votre bonne gestion du risque amiante vis-à-vis du plaignant et des tiers. Établissez un dispositif de veille et d alerte adapté à l importance de la crise. Demandez aux salariés en contact avec les locataires ou avec le salarié plaignant, de signaler immédiatement à la cellule de crise toute question / interpellation / interrogation soulevée par de nouveaux publics périphériques (nouveaux locataires, autres salariés, association de consommateur, syndicat, maire, préfet, média, etc.). Si nécessaire, dans le cas où les crises peuvent intéresser les médias, mettez en place une veille média, pour repérer les articles ou reportages TV / radio qui évoquent la crise, et pour identifier les parties prenantes qui se sont exprimées sur le sujet et qui pourraient nuire à la réputation de votre organisme. 9. Évitez l élargissement de la crise à de nouveaux publics. N associez au dialogue avec le locataire ou le salarié que les parties prenantes indispensables pour limiter la circulation de rumeurs. Privilégiez une information directe avec les locataires via les boites aux lettres, les rendez-vous de visu ou les réunions, mais évitez l information par affichage dans les parties communes qui pourrait soulever les soupçons ou les inquiétudes des tiers de passage (facteur, livreurs, etc.). En cas d intervention d un tiers externe (élu, média, avocat, etc.) en votre défaveur : reprenez dès que possible le contact avec celui-ci pour rétablir votre version des faits.

7 Recommandations générales sur la communication de crise amiante 7/7 Ê 4 Glossaire AMO Assistant à Maîtrise d Ouvrage CARSAT Caisse d assurance retraite et de la santé au travail CSPS Coordinateur Sécurité et Protection de la Santé DA-PP Dossier Amiante des Parties Privatives Dossier rassemblant la documentation amiante le dossier rassemblant l ensemble des pièces relatives à l amiante (DTA, DA-PP, historique des travaux dans les immeubles amiantés, etc.). Il a une fonction de traçabilité. DTA Dossier Technique Amiante DSU Développement social urbain OPP-BTP Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics MOE Maître d œuvre Q&R Questions et Réponses RAAT Repérage Amiante Avant Travaux Référent amiante dans ces fiches conseils, l appellation «référent amiante» ne désigne pas un poste officiel, mais la personne la plus compétente sur le risque amiante, sans qu elle soit nécessairement experte. Dans la cellule de crise, cette personne a la responsabilité de rassembler les pièces concernant l amiante dans le patrimoine du bailleur, et aide à la formulation des éléments de langage. Repérage mission visant à rechercher dans les immeubles, les matériaux et produits susceptibles de contenir de l amiante puis à identifier et à localiser ceux qui en contiennent (définition issue de la norme NF X ) Ê 5 À lire aussi Scénario de crise n 1 à Un locataire se plaint que son logement contient de l amiante Scénario de crise n 2 à Un locataire se plaint de travaux réalisés sans précautions avant 2012 (Les travaux ont été réalisés dans un passé récent, par un professionnel, sans les précautions imposées par la réglementation de 2012). Scénario de crise n 3 à Des locataires reprochent à leur bailleur de ne pas les avoir informés de la présence d amiante pendant des travaux menés par des professionnels. Scénario de crise n 4 à Des poussières d amiante sont libérées au cours d un chantier Scénario de crise n 5 à Un incendie se déclare dans une résidence Hlm amiantée Ê 6 Ressources utiles Cahier n 157 «Amiante : quelles obligations pour les organismes Hlm?» à Disponible sur le centre de ressources du site Sélectionner le TYPE : «Dossier» ; puis sélectionnez le Dossier Amiante. Kit de communication amiante à Disponible sur le centre de ressources du site Sélectionner le TYPE : «Dossier» ; puis sélectionnez le Dossier Amiante. Cahier n 129 «Gestion et communication de crise dans l habitat social»

PLAN DE CRISE ECOLE :..

PLAN DE CRISE ECOLE :.. Académie de Corse Direction des services départementaux de l'education nationale de Corse du Sud. PLAN DE CRISE ECOLE :.. Gestion des situations exceptionnelles Ce document doit disposer en annexe de la

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE 2011 PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE SOMMAIRE SOMMAIRE 2 DECLENCHEMENT DU PCS 3.1 ROLE ET OBJECTIFS DU PLAN 3.2 MODALITES DE DECLENCHEMENT DES DIFFERENTES ALERTES

Plus en détail

Prévenir et faire face aux impayés de loyers. Vous êtes locataire L ADIL VOUS CONSEILLE, CONSULTEZ-LA!

Prévenir et faire face aux impayés de loyers. Vous êtes locataire L ADIL VOUS CONSEILLE, CONSULTEZ-LA! L ADIL réunit l État, les collectivités locales, les organismes d intérêt général, les professionnels publics et privés et les représentants des usagers. Elle est agréée par le Ministère chargé du Logement

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Document réalisé avec l aide de Philippe BIELEC, Ingénieur Conseil à la Direction des risques professionnels de la

Plus en détail

Livre blanc. Copropriétés & diagnostics immobiliers, quoi de nouveau? www.diagamter.com

Livre blanc. Copropriétés & diagnostics immobiliers, quoi de nouveau? www.diagamter.com Livre blanc Copropriétés & diagnostics immobiliers, quoi de nouveau? www.diagamter.com 2-12 Syndics de copropriété, marchands de bien, investisseurs, propriétaires... vous gérez, vous vendez ou vous louez

Plus en détail

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76)

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) 1. Qu est-ce que le SDET : schéma directeur des espaces numériques de travail?

Plus en détail

Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012

Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012 Novembre 2011 Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012 La réglementation sur l amiante a fait l objet depuis de nombreuses années de plusieurs

Plus en détail

GUIDE DU CO- PROPRIéTAIRE

GUIDE DU CO- PROPRIéTAIRE GUIDE DU CO- PROPRIéTAIRE Avril 2013 Sommaire SYNDIC DE COPROPRIÉTÉ 6 FONCTIONNEMENT ET VIE DE LA COPROPRIÉTÉ Quel est son rôle? Comment est rémunéré votre syndic? Les différents acteurs Assemblée Générale

Plus en détail

Formations dédiées aux acteurs du logement social

Formations dédiées aux acteurs du logement social Gestion et communication de crise Formations dédiées aux acteurs du logement social Arjuna est un cabinet conseil dédié, depuis 1993, à la gestion et la communication de crise. Lors des formations qu ils

Plus en détail

Avant le bail. Un bail lie toujours un locataire et un bailleur, qui peuvent chacun préparer leur engagement en amont de la signature du contrat.

Avant le bail. Un bail lie toujours un locataire et un bailleur, qui peuvent chacun préparer leur engagement en amont de la signature du contrat. CHAPITRE 1 Avant le bail Un bail lie toujours un locataire et un bailleur, qui peuvent chacun préparer leur engagement en amont de la signature du contrat. Concernant le locataire Ça y est, vous avez choisi

Plus en détail

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Activités 1. 1. Pilotage, management Direction Informer et aider les élus à la décision Définir (ou participer à la définition de) la stratégie de la direction

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LE SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE DE MONTRÉAL. Vu l article 62 de la Loi sur les compétences municipales (L.R.Q., chapitre C-47.

RÈGLEMENT SUR LE SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE DE MONTRÉAL. Vu l article 62 de la Loi sur les compétences municipales (L.R.Q., chapitre C-47. VILLE DE MONTRÉAL RÈGLEMENT RCG 12-003 RÈGLEMENT SUR LE SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE DE MONTRÉAL Vu l article 62 de la Loi sur les compétences municipales (L.R.Q., chapitre C-47.1); Vu la Loi sur la sécurité

Plus en détail

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule.

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. ANNEXE FICHE 10 : NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. I. MESURES PRISES AU NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE 1.

Plus en détail

Le Directeur de Cabinet, Michel CADOT

Le Directeur de Cabinet, Michel CADOT MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DE LA RURALITE Direction générale de l administration Sous-direction de la logistique et du patrimoine Bureau du patrimoine immobilier Adresse

Plus en détail

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail.

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail. Introduction Les troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs concernent tous les intervenants de l entreprise : dangerosité du salarié pour lui-même et pour autrui, risque de désorganisation de l activité

Plus en détail

Livret n 1. Bienvenue. chez vous. Toutes les informations essentielles pour une arrivée en douceur dans votre nouveau logement.

Livret n 1. Bienvenue. chez vous. Toutes les informations essentielles pour une arrivée en douceur dans votre nouveau logement. Livret n 1 Bienvenue chez vous Toutes les informations essentielles pour une arrivée en douceur dans votre nouveau logement. Bienvenue chez vous VOS INTERLOCUTEURS ET LES SERVICES À VOTRE DISPOSITION POUR

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

Gestion des Incidents SSI

Gestion des Incidents SSI Gestion des Incidents SSI S. Choplin D. Lazure Architectures Sécurisées Master 2 ISRI/MIAGE/2IBS Université de Picardie J. Verne Références CLUSIF Gestion des incidents de sécurité du système d information

Plus en détail

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 16 I. COMPÉTENCES C1. PROSPECTER C11. Élaborer un projet de prospection C12. Organiser une opération de prospection C13. Réaliser une opération de prospection C14. Analyser

Plus en détail

chantier & environnement Guide pratique DÉMARCHE ISO 14001

chantier & environnement Guide pratique DÉMARCHE ISO 14001 chantier & environnement Guide pratique DÉMARCHE ISO 14001 Introduction Les principales nuisances susceptibles d être rencontrées sur un chantier proviennent de la gestion des déchets, du bruit et des

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

Guide pour les investisseurs

Guide pour les investisseurs 19 octobre 2012 Guide pour les investisseurs Qu est-ce que l AEMF? L AEMF est l Autorité européenne des marchés financiers. Il s agit d une autorité de régulation indépendante de l Union européenne dont

Plus en détail

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 Date d application : 4 février 2013 DOC-PC 024 version 02 1/13 SOMMAIRE PAGES 1 OBJET 3 2 TERMINOLOGIE 3 et 4 3 DOCUMENTS DE REFERENCE

Plus en détail

I. L élu employeur, qui est il?

I. L élu employeur, qui est il? Colmar, le 14 octobre 2014 Kingersheim, le 23 octobre 2014 I. L élu employeur, qui est il? L autorité territoriale, le représentant légal de la collectivité M. Emmanuel BERNT, Directeur du CDG 68 La directive

Plus en détail

REGLEMENT GENERAL DE LA MAISON DES ASSOCIATIONS

REGLEMENT GENERAL DE LA MAISON DES ASSOCIATIONS REGLEMENT GENERAL DE LA MAISON DES ASSOCIATIONS 1. Objet de la maison des associations. La maison des associations est un lieu de développement et de soutien de la vie associative. Elle doit permettre

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

~AISSE D'EPARGNE D'ALSACE

~AISSE D'EPARGNE D'ALSACE ~AISSE D'EPARGNE D'ALSACE DEFINITION D'EMPLOI: Gestionnaire de Clientèle Patrimoniale Code emploi: Filière d'activité: Métier: Rôle: Ventes et Services -- Gestionnaire de Clientèle Spécialiste Clients

Plus en détail

Vos Droits, vos Obligations et vos Responsabilités

Vos Droits, vos Obligations et vos Responsabilités GUIDE DU CARROSSIER REPARATEUR Vos Droits, vos Obligations et vos Responsabilités Réparer un véhicule constitue, pour les carrossiers, leur «fonds de commerce» et leur raison d être. Les réparations engendrent

Plus en détail

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Maitriser le questionnement à 360 Etre pertinent dans ses questions est au moins aussi important que de savoir maîtriser sa présentation

Plus en détail

LOI ALUR Copropriétés dégradées prévention et traitement

LOI ALUR Copropriétés dégradées prévention et traitement LOI ALUR Copropriétés prévention et traitement Ministère Copropriétés les principales dispositions de la loi Alur Prévention de l endettement et de la dégradation Traitement curatif Prévention de l endettement

Plus en détail

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME MAI 2006 LES ARTICLES > ARTICLE 1 ER périmètre et objectifs page 2 > ARTICLE 2 soutien de l esprit d entreprise en favorisant la création ou la reprise d entreprises

Plus en détail

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux?

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? Les cahiers de l Observatoire Comment un accident peut-il engager la responsabilité pénale des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? table des matières Avant-propos de Bernard Bellec... P. 5

Plus en détail

BREVET PROFESSIONNEL AGENT TECHNIQUE DE PREVENTION ET DE SECURITE

BREVET PROFESSIONNEL AGENT TECHNIQUE DE PREVENTION ET DE SECURITE BREVET PROFESSIONNEL AGENT TECHNIQUE DE PREVENTION ET DE SECURITE GRILLES D EVALUATION DES EPREUVES PONCTUELLES (à transmettre aux membres des commissions d évaluation en vue d une harmonisation préalable

Plus en détail

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER. Cursus complet théorique et pratique

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER. Cursus complet théorique et pratique DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER Cursus complet théorique et pratique Durée : 6 semaines, soit 30 jours de formation : 210 heures Nature de la formation : théorique et pratique Horaires : de 09h00-12h00 / 13h00-17h00

Plus en détail

LES PROCEDURES DE LA POLITIQUE D ARCHIVAGE

LES PROCEDURES DE LA POLITIQUE D ARCHIVAGE LES PROCEDURES DE LA POLITIQUE D ARCHIVAGE La mise en place d une politique d archivage offre des solutions pour assurer une gestion pérenne des archives. Ce guide de procédure doit : - servir de base

Plus en détail

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD)

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Mémoire présenté à la Communauté métropolitaine de Montréal Septembre 2011 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Service Municipal d Accueil Postscolaire

Service Municipal d Accueil Postscolaire Service Municipal d Accueil Postscolaire Règlement intérieur 2013-2014 Direction de la Vie Scolaire et de la Petite Enfance 15 mail d Allagnat 63000 Clermont-Ferrand mail : dvspe-secretariat@ville-clermont-ferrand.fr

Plus en détail

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIERES ET DES ENTREPRISES Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance Ces bonnes pratiques, préparée par le Comité des assurance de l'ocde, ont été

Plus en détail

LA E-REPUTATION LES SITES D AVIS CLIENTS. Mardi 25 mars 2014

LA E-REPUTATION LES SITES D AVIS CLIENTS. Mardi 25 mars 2014 LA E-REPUTATION LES SITES D AVIS CLIENTS Mardi 25 mars 2014 OFFICE DE TOURISME Maison du Patrimoine 2 rue de la Chapelle 66820 VERNET-LES-BAINS Tel : 04 68 05 55 35 www.vernet-les-bains.fr Contact e-tourisme

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PRÉAMBULE La Préfecture de Police assure dans la capitale, au quotidien, la sécurité des citoyens et la défense des libertés. Afin de doter ses

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Commune de QUINT FONSEGRIVES 31130

Commune de QUINT FONSEGRIVES 31130 31130 Marché Public de fournitures courantes et services Surveillance et Gardiennage des Bâtiments Communaux CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Procédure adaptée passée en application de l article

Plus en détail

Gestion de crise en Pharmacovigilance

Gestion de crise en Pharmacovigilance Cours DIU FIEC 16 octobre 2008 Véronique LAMARQUE PFIZER Senior Directeur Évaluation de Santé, Sécurité et Gestion de Risque Une définition... parmi d autres Une crise est un événement qui survient quand

Plus en détail

P.C.S. Plan Communal de Sauvegarde

P.C.S. Plan Communal de Sauvegarde P.C.S Plan Communal de Sauvegarde Plan Communal de Sauvegarde de CHINON Sommaire CHAPITRE 1 INTRODUCTION FI 1 Préambule FI 2 Objet du PCS et cadre réglementaire FI 3 Arrêté municipal de réalisation du

Plus en détail

FONDATION FUGUE ENLEVEMENT PARENTAL DISPARITION INQUIETANTE

FONDATION FUGUE ENLEVEMENT PARENTAL DISPARITION INQUIETANTE FONDATION AGIR CONTRE LES DISPARITIONS D ENFANTS FUGUE ENLEVEMENT PARENTAL DISPARITION INQUIETANTE Avec la Fondation Agir contre les disparitions d enfants et la Fondation pour l Enfance, étendre et renforcer

Plus en détail

Les textes et règlements

Les textes et règlements Réglementation applicable aux chapiteaux, tentes et Note : cette fiche est extraite pour l essentiel de l ouvrage «Organiser un événement artistique dans l espace public : Guide des bons usages», édité

Plus en détail

Copropriété & accessibilité

Copropriété & accessibilité Note technique Copropriété & accessibilité Résumé de la législation relative aux travaux d accessibilité des BHC (Bâtiments d Habitation Collectifs) existants Les copropriétés relèvent de la réglementation

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL Partageons plus que l assurance Partageons plus que l assurance Plus d accompagnement Les établissements de santé sont aujourd hui

Plus en détail

URGENCE SINISTRE! Propriétaire paniqué!

URGENCE SINISTRE! Propriétaire paniqué! URGENCE SINISTRE! Propriétaire paniqué! Un feu? Une inondation? Une explosion? Un arbre est tombé sur votre maison suite à une tempête? Un refoulement d égout? Voici les étapes à suivre, en bref : 1. Communiquez

Plus en détail

Audit, Conseil et Assistance

Audit, Conseil et Assistance Audit, Conseil et Assistance Experto Risk vous apporte son expertise pour vous accompagner dans le domaine de la sécurité Vous vous interrogez sur vos obligations en matière de sécurité. Vous souhaitez

Plus en détail

- Table, chaise. - Registre de consignes. - Registre de gestion des entrées et sorties (manuscrit ou informatique) - émetteur récepteur

- Table, chaise. - Registre de consignes. - Registre de gestion des entrées et sorties (manuscrit ou informatique) - émetteur récepteur Incident n 2-1 : Personne qui refuse de se soumettre à la procédure de badge Matériels et locaux nécessaires Matériels ou locaux nécessaires Personne qui refuse de se soumettre à la procédure de badge.

Plus en détail

Gérer un litige lié à des travaux dans un logement

Gérer un litige lié à des travaux dans un logement L habitat COMPRENDRE Gérer un litige lié à des travaux dans un logement Les bons réflexes à adopter en cas de différend avec un professionnel Édition : avril 2015 Des informations juridiques à connaître

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

Demande d agrément d assistant(e) maternel(le)

Demande d agrément d assistant(e) maternel(le) N 13394*03 Demande d agrément d assistant(e) maternel(le) Notice Vous allez faire une demande d agrément ou de renouvellement d agrément pour exercer la profession d assistant(e) maternel(le); ce métier

Plus en détail

Rencontre des Responsables de copropriétés de Neuilly sur Seine, le 14 octobre 2014. Focus sur quelques obligations applicables aux copropriétés

Rencontre des Responsables de copropriétés de Neuilly sur Seine, le 14 octobre 2014. Focus sur quelques obligations applicables aux copropriétés Rencontre des Responsables de copropriétés de Neuilly sur Seine, le 14 octobre 2014 Focus sur quelques obligations applicables aux copropriétés Sommaire Domaine Sécurité et sanitaire Mise en sécurité des

Plus en détail

Intervention de MR BEDEK PATRICK, maire de CERNAY LES REIMS

Intervention de MR BEDEK PATRICK, maire de CERNAY LES REIMS Intervention de MR BEDEK PATRICK, maire de CERNAY LES REIMS UN MAIRE. DANS LA TOURMENTE.LES INFORMATIONS CAPITALES POUR RASSURER UNE EQUIPE MUNICIPALE QUI SE RESSERRRE (ELUS ET AGENTS ) Des décisions rapides

Plus en détail

CHARTE DU BON USAGE DES RESSOURCES INFORMATIQUES et NOTE «INFOS SECURITE» Les informations qui suivent sont très importantes.

CHARTE DU BON USAGE DES RESSOURCES INFORMATIQUES et NOTE «INFOS SECURITE» Les informations qui suivent sont très importantes. Infos sécurité Charte d usage des TIC au sein de l Université de Bourgogne CHARTE DU BON USAGE DES RESSOURCES INFORMATIQUES et NOTE «INFOS SECURITE» Les informations qui suivent sont très importantes.

Plus en détail

AVANT PENDANT APRES LA CRISE

AVANT PENDANT APRES LA CRISE AVANT PENDANT APRES LA CRISE Guide pratique de la gestion de crise au sein de l industrie de la chimie, des matières plastiques et des sciences de la vie Guide pratique de la gestion de crise avant AVANT

Plus en détail

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes.

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes. Étude de cas : Hydro-Québec et la tempête de verglas par Steve Flanagan Présenté au colloque «Les communications en temps de crise» Organisé par l Université du Québec à Montréal janvier 1999 L analyse

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

SEMINAIRE DE SENSIBILISATION

SEMINAIRE DE SENSIBILISATION SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Pour initier une démarche prévention Publié le 15/06/2015 Page 2 8 1 Intérêt d initier une démarche de prévention Initier une démarche de prévention a un intérêt aussi bien

Plus en détail

DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES

DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES Fiche pratique DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE - ordonnance n 2005-655 du 8 juin 2005 : mise en place du dossier de diagnostic technique - décret n 2006-1114

Plus en détail

Accident de travail et de trajet (droit privé)

Accident de travail et de trajet (droit privé) Accident de travail et de trajet (droit privé) Fondamentaux Est considéré comme accident du travail, quelle qu'en soit la cause, l'accident survenu par le fait ou à l'occasion du travail à toute personne

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

PLAN DE COMMUNICATION REGIONAL POUR LA PROMOTION DES FONDS EUROPEENS FEDER, FSE et FEADER EN ILE-DE-FRANCE

PLAN DE COMMUNICATION REGIONAL POUR LA PROMOTION DES FONDS EUROPEENS FEDER, FSE et FEADER EN ILE-DE-FRANCE PLAN DE COMMUNICATION REGIONAL POUR LA PROMOTION DES FONDS EUROPEENS FEDER, FSE et FEADER EN ILE-DE-FRANCE Version du 23 avril 2008 1 Sommaire 1. RAPPEL DU CONTEXTE_ 3 2. PILOTAGE ET PERIMETRE DU PLAN

Plus en détail

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 CAISSE RÉGIONALE D ASSURANCE MALADIE RHÔNE -ALPES Service Prévention des Risques Professionnels 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 FT 1022 OCTOBRE

Plus en détail

Comment me protéger face aux risques liés à ma fonction de dirigeant d'entreprise?

Comment me protéger face aux risques liés à ma fonction de dirigeant d'entreprise? Comment me protéger face aux risques liés à ma fonction de dirigeant d'entreprise? PASS RC des Dirigeants d'entreprise Prévention juridique ASSistance pénale d urgence Responsabilité Civile des Dirigeants

Plus en détail

CONSEILS PRATIQUES PRÉVENTION. Le patrimoine communal est le bien de tous : le protéger est de votre responsabilité ASSOCIATIONS BÂTIMENTS COMMUNAUX

CONSEILS PRATIQUES PRÉVENTION. Le patrimoine communal est le bien de tous : le protéger est de votre responsabilité ASSOCIATIONS BÂTIMENTS COMMUNAUX ASSOCIATIONS BÂTIMENTS COMMUNAUX Le patrimoine communal est le bien de tous : le protéger est de votre responsabilité CONSEILS PRATIQUES PRÉVENTION www.groupama.fr 1 Responsabilité des occupants en incendie

Plus en détail

Le guide du relogement

Le guide du relogement Le guide du relogement Résidence Jean-Pain à Fontaine (38) Sommaire Nos engagements 4 Vos engagements 4 Les étapes de votre relogement 5 Votre déménagement 6 Vous entrez dans votre nouveau logement 7 Qui

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Newsletter n 10 Mars 2012

Newsletter n 10 Mars 2012 Newsletter n 10 Mars 2012 La SHOB et la SHON sont remplacées par la surface plancher depuis le 1er Mars 2012. À l occasion de l adoption de la loi Grenelle 2 en juillet 2010, le Parlement a autorisé le

Plus en détail

2 - Quels sont les intérêts des exercices?

2 - Quels sont les intérêts des exercices? FICHE N 29 : LES ENTRAÎNEMENTS - EXERCICES DE SIMULATION 1 - Qu est-ce qu un exercice? Les exercices servent à mettre en œuvre de manière pratique les dispositions prévues dans le PCS en se substituant

Plus en détail

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal :

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal : 1 LE METIER DE SYNDIC Avec près de 8 millions de logements en Copropriété, la plupart des Français sont en relation avec un Syndic qui administre les parties communes de leur habitat collectif. Ils payent

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

«Identifier et définir le besoin en recrutement»

«Identifier et définir le besoin en recrutement» «Identifier et définir le besoin en recrutement» LES ETAPES DU RECRUTEMENT Le recrutement est une démarche structurée qui comporte plusieurs étapes aux quelles il faut attacher de l importance. La majorité

Plus en détail

CQP Inter-branches Vente Conseil en magasin. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat

CQP Inter-branches Vente Conseil en magasin. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat CQP Inter-branches Vente Conseil en magasin Préparation de l évaluation des compétences par le candidat Vous souhaitez obtenir le Certificat de Qualification Professionnelle Inter-branches (CQPI) «Vente

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le tableau de bord, outil de pilotage de l association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône-Alpes) Difficile d imaginer la conduite d un bateau sans boussole

Plus en détail

Pour le parent à la recherche de son enfant enlevé par l autre parent

Pour le parent à la recherche de son enfant enlevé par l autre parent enfant enlevé par l autre parent En cas d urgence, COMPOSEZ LE 911. Premières étapes à faire immédiatement Cette liste de contrôle vous aidera à rassembler toute l information utile aux corps policiers.

Plus en détail

LES MISSIONS DE L EXPERT-COMPTABLE AUPRÈS DU COMITÉ D ENTREPRISE FINANCÉES PAR L ENTREPRISE

LES MISSIONS DE L EXPERT-COMPTABLE AUPRÈS DU COMITÉ D ENTREPRISE FINANCÉES PAR L ENTREPRISE LES MISSIONS DE L EXPERT-COMPTABLE AUPRÈS DU COMITÉ D ENTREPRISE FINANCÉES PAR L ENTREPRISE Groupe SOFIFRANCE - Carole Reynaud Siège social : Impasse Honoré Daumier, 238 voie privée - 13880 Velaux Téléphone

Plus en détail

L information des acquéreurs et des locataires sur les risques naturels et technologiques majeurs

L information des acquéreurs et des locataires sur les risques naturels et technologiques majeurs DIRECTION GÉNÉRALE DE LA PRÉVENTION DES RISQUES L information des acquéreurs et des locataires sur les risques naturels et technologiques majeurs Renseignements utiles à l état des risques et à la déclaration

Plus en détail

Animer une association

Animer une association FICHE PRATIQUE N 7 www.animafac.net gestion de projet Animer une association Une association vit mieux si elle est composée de plusieurs membres partageant un projet collectif. Si la loi 1901 est une loi

Plus en détail

AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER

AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER Où trouve-t-on de l amiante? Interdit en France depuis 1997, l'amiante est toujours présente dans les bâtiments construits avant cette date. Des dizaines de millions de mètres

Plus en détail

Chargé(e) d Accueil. La filière certifications de l afpols

Chargé(e) d Accueil. La filière certifications de l afpols Chargé(e) d Accueil La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

Projet de raccordement au réseau de transport de gaz naturel CONVENTION D ETUDES DE RACCORDEMENT. DISTRIBUTEUR : Commune :.. (dpt)

Projet de raccordement au réseau de transport de gaz naturel CONVENTION D ETUDES DE RACCORDEMENT. DISTRIBUTEUR : Commune :.. (dpt) Projet de raccordement au réseau de transport de gaz naturel CONVENTION D ETUDES DE RACCORDEMENT Référence : REG.DIS.SITE.CER.XX DISTRIBUTEUR : Document type : Convention d études de raccordement DISTRIBUTEUR

Plus en détail

Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement. www.developpement-durable.gouv.fr

Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement. www.developpement-durable.gouv.fr L information des acquéreurs et des Locataires sur Les risques naturels et technologiques majeurs Renseignements utiles à l état des risques et à la déclaration de sinistre Ministère de l'écologie, du

Plus en détail

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE Référentiel des Activités Professionnelles A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE L assistant prend en charge l essentiel du processus administratif des ventes. Il met en place certaines actions de

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION Pour une communication efficace, une politique de communication 2 Politique de communication 3 Mission de la Direction des communications 3 Rôle

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES

LES ASSURANCES DE PERSONNES LES ASSURANCES DE PERSONNES 2 LES ASSURANCES DE PERSONNES ASSURANCE VIE, ÉPARGNE RETRAITE, SANTÉ, DÉPENDANCE : SUR TOUS CES SUJETS DE SOCIÉTÉ, LES ASSUREURS ONT PARTICIPÉ ACTIVEMENT AUX DÉBATS, EN FAISANT

Plus en détail

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE stop-violences-femmes.gouv.fr Les violences au sein du couple diffèrent des disputes ou conflits conjugaux où deux points de vue s opposent dans un rapport d égalité.

Plus en détail

Procédures Questionnement Réponses apportées Recommandations et avis de l IT CCAPEX

Procédures Questionnement Réponses apportées Recommandations et avis de l IT CCAPEX En association avec PREFET DU RHÔNE Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées du Rhône 2012 2015 Commission de coordination des actions de prévention des expulsions locatives

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail