Recommandations générales sur la communication de crise amiante

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Recommandations générales sur la communication de crise amiante"

Transcription

1 L Union sociale pour l habitat Recommandations générales sur la communication de crise amiante Ê 1 Introduction Ce document et les 5 fiches conseils proposées constituent une base de travail pour chaque organisme qui doit, préalablement à toute crise, s approprier et adapter les éléments proposés. Il est indispensable, en effet, de vous assurer que ces propositions sont cohérentes avec les pratiques de votre organisme : votre politique de communication sur le sujet, votre organisation interne les procédures de gestion de crise et votre stratégie de gestion des risques patrimoniaux. Bien entendu, il est indispensable que ce travail de réflexion soit réalisé en dehors de tout contexte de crise. Adopter les bonnes pratiques de prévention et de communication peut permettre aux organismes Hlm de désamorcer les situations sensibles et contribuer à réussir leur gestion de communication de crise. Ce document propose des recommandations générales pour préparer et organiser la communication de crise liée à l amiante. Il propose en quatre temps : yles bonnes pratiques de prévention avant la crise yles bonnes pratiques de communication pendant la crise yun glossaire yles ressources utiles Ces recommandations sont valables quel que soit le scenario de «crise amiante» auquel vous faites face, et sont complémentaires aux préconisations des fiches conseil, qui, elles, bien que comportant des points communs, s appliquent à des scenarii-types. Cependant les éléments de langage proposés dans ces documents doivent être retravaillés par chaque utilisateur, pour les adapter à la crise réelle traversée. Ê 2 Adoptez les bonnes pratiques de prévention 1. Conservez l historique dans un dossier à jour pour assurer la traçabilité de l amiante Constituez un dossier rassemblant l ensemble des pièces administratives liées à l amiante dans le patrimoine du bailleur (DTA, DA-PP, historique des travaux, etc.), ainsi que l historique des réhabilitations et des travaux qu ont connu les immeubles contenant de l amiante. Ce dossier doit être tenu à jour, conservé de manière sécurisée et partagée, pour permettre la traçabilité de la présence d amiante dans chaque résidence. Conservez également l historique de la règlementation amiante pour pouvoir retracer l évolution des exigences légales et les démarches effectuées par le bailleur pour se mettre en conformité avec la loi. Remarque : la réglementation impose de mettre à la disposition du locataire le DTA et le DA-PP s il en fait la demande, mais attention à ne pas baser toute votre communication de crise sur ces documents, car ils ne sont pas toujours faciles à comprendre et concernent soit les parties communes soit les parties privatives. Avant de communiquer tout document relatif à l amiante, analysezen le contenu, pour vérifier si l information qu il contient est de nature à rassurer ou inquiéter le locataire.

2 Recommandations générales sur la communication de crise amiante 2/7 2. Soyez proactif et transparent vis à vis de vos locataires N attendez pas que l amiante devienne un problème pour communiquer. Faites-le, dans la mesure du possible, dès qu un repérage ou une intervention technique a un impact potentiel sur les locataires (confinement d une pièce à vivre, condamnation d une partie commune). Préparez vos éléments de langage 1, et communiquez auprès des locataires au moment où vous amorcez le repérage ou avant de lancer d éventuels travaux. Ainsi, au moment de livrer les résultats d un repérage ou de mettre en place des travaux sur des matériaux amiantés, vous ne mettrez pas les locataires devant le fait accompli, et n éveillerez pas chez eux le sentiment de leur avoir caché quelque chose. Appuyez-vous sur la plaquette d information générale sur l amiante, disponible dans le kit de communication amiante édité et diffusé par l Union sociale pour l habitat. Cet outil vous permettra de faire la pédagogie des précautions qui sont à prendre par les locataires. Il est recommandé de l utiliser et de la diffuser aux locataires dans ces conditions : yinscrivez cette diffusion dans le cadre d une actualité concrète liée à des travaux imminents; yassurez-vous que les salariés en contact avec les locataires auront été préalablement sensibilisés eux-mêmes à la question de l amiante; yinformez, dans la mesure du possible, les bailleurs de votre territoire afin de coordonner l information donnée aux habitants d un même bassin de vie. 3. Préparez les collaborateurs concernés D une part, les collaborateurs qui devront gérer la communication de crise. Identifiez les collaborateurs potentiellement concernés par une problématique de communication de crise liée à l amiante, et sensibilisez-les aux procédures et aux outils existants pour gérer cette communication : ydiffusez le Q&R proposé par l Union sociale pour l habitat dans le «Kit de communication amiante»; ypartagez les scenarii types des fiches conseils; ydésignez un référent amiante formé; yidentifiez les membres à mobiliser en «cellule de crise amiante»; yclarifiez le «circuit d alerte amiante» à activer en cas de situation sensible ou de crise (Qui prévenir? Comment? Dans quel délai?). D autre part, les personnels de proximité en contact avec les résidants. Les gardiens, les responsables d agence, les chargés de développement social urbain (DSU), les assistantes sociales, etc. : ils sont en contact quotidien avec les locataires, et sont potentiellement vos premiers porte-paroles en cas de question de la part des locataires. Comme les locataires, ces personnels de proximité peuvent se montrer anxieux, et ne pas savoir réagir en cas de question ou d interpellation sur l amiante, s ils n y sont pas préparés. Pour leur permettre de réagir calmement et de désamorcer a minima les situations sensibles, préparez vos personnels de proximité en leur donnant les information essentielles et en les préparant aux questions les plus fréquentes sur l amiante. ysensibilisez-les au risque amiante, en transmettant l essentiel de l information sur l utilité de ce matériau dans le passé, sa présence potentielle dans les constructions datant d avant 1997, ses risques, sa date d interdiction et vos principales obligations en tant que bailleur. yindiquez-leur quels sont les immeubles de votre patrimoine dans lesquels l amiante est potentiellement présent, voire repéré si c est le cas. Cette information leur permettra de prévenir les entreprises ou les secours qui interviennent dans le bâtiment. ydonnez à vos personnels de proximité des consignes claires sur le «circuit d alerte amiante» qui leur permettra de prévenir les bonnes personnes en cas de situation sensible ou de crise : Qui prévenir? Comment? Dans quels délais? ydotez-les d un socle argumentaire simple et bref, leur permettant de répondre de façon calme et rassurante aux questions «basiques» de locataires : est-ce qu il y a de l amiante dans l immeuble? Est-ce que ma santé est en danger? Pourquoi vous ne désamiantez-vous pas? Cette liste n est pas exhaustive. Le périmètre de prise de parole sur ce sujet dépendra de la politique de communication de chaque organisme. Cet argumentaire pourrait être construit 1 autour de 3 messages clés : montrer de l empathie; dédramatiser; ne pas répondre sur le champ de la santé mais sur le professionnalisme du bailleur. 1. Cf. Q&R diffusé dans le «Kit de communication» par l Union sociale pour l habitat et éléments de langage proposés dans les pages suivantes.

3 Recommandations générales sur la communication de crise amiante 3/7 4. Définissez un circuit d alerte amiante clair et partagé avec l ensemble des salariés. Ce circuit d alerte doit pouvoir répondre aux questions suivantes : yqui prévenir? ydans quels délais? ycomment (par ligne téléphonique d astreinte? par ? un à destinataire unique ou multiple?). En interne, deux niveaux d interlocuteurs peuvent être désignés : ytous les interlocuteurs habituels des locataires (chef d agence, chargé de clientèle). Il sont prévenus par le personnel de proximité en cas de question / situation sensible. Ces chefs d agence ou chargés de clientèle préviennent à leur tour un référent central de l organisme, à même de déclencher la procédure de crise. yle référent central de l organisme peut être désigné parmi les managers / cadres de la direction de l organisme. Il peut s agir : du responsable du patrimoine; du responsable de la gestion des risques; du référent amiante s il en existe un; du responsable juridique; de la direction de la communication. Le numéro de téléphone ou l de cette personne doit être facilement accessible et régulièrement mis à jour dans les listes de numéros d urgences mis à la disposition des collaborateurs. En externe, plusieurs interlocuteurs pourront potentiellement être informés ou mobilisés : L équipe spécifiquement en charge de la gestion technique et patrimoniale devra s appuyer sur un circuit d alerte également externe, qui peut se matérialiser par un «annuaire amiante» régulièrement mis à jour avec les contacts utiles, qui permettent en cas d urgence de trouver rapidement les coordonnées des principaux experts à mobiliser. yl inspection du travail, yla Caisse d Assurance Retraite et de la Santé Au Travail (CARSAT) yl organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPP-BTP) yl expert amiante externe sur lequel s appuyer s il n en existe pas en interne yles entreprises dont l expertise et la compétence ont été préalablement vérifiées par l organisme (Assistant à Maîtrise d Ouvrage (AMO), maître d œuvre (MOE), Coordinateur Sécurité et Protection de la Santé (CSPS) spécialiste amiante, opérateur de repérage amiante, laboratoire agréé) yles référents amiante chez l assureur de l organisme yun avocat ou un conseil juridique compétent sur l amiante susceptible d appuyer les compétences internes si nécessaire. Compte tenu des enjeux juridiques, cet appui n est pas à négliger yles référents amiante au sein des principales autorités publiques (gendarmerie, pompiers, préfecture, services techniques de la mairie) Contactez ces professionnels et rencontrez-les pour établir, préalablement à toute crise, les conditions de leur intervention aux côtés de votre organisme Hlm, voire en cellule de crise, en cas de crise.

4 Recommandations générales sur la communication de crise amiante 4/7 Ê 3 Adoptez les bonnes pratiques de communication 1. Constituez dès que possible la cellule de crise Contactez et réunissez les personnels d astreinte préalablement identifiés comme membres de la cellule de crise et les éventuels intervenant extérieurs nécessaires. L avocat de l organisme, en particulier, doit pouvoir être associé le plus possible en amont, afin de limiter l impact juridique de la crise sur l organisme. 2. Ne sur-réagissez pas à une plainte amiante, traitez-la comme toute autre réclamation En cas de plainte d un locataire ou d un salarié, dédramatisez la présence d amiante et traitez la plainte avec les mêmes circuits et procédures qu une autre plainte liée à la gestion courante, pour en relativiser la portée. Faites intervenir en premier lieu l interlocuteur habituel du locataire ou du salarié. Vous pourrez faire appel à d autres interlocuteurs en cas de durcissement de la plainte. Identifiez les motifs réels des plaignants, afin de cerner rapidement si l amiante est le seul sujet en jeu ou si d autres revendications peuvent être formulées par le plaignant (négociation pour changer de logement, obtenir une mutation, se faire financer des travaux en partie privative, etc.). «Toutes les interventions techniques sur l immeuble sont faites de manière à protéger la sécurité des personnes qui y vivent et qui y travaillent. Nous formons nos équipes, nous faisons intervenir des entreprises qui répondent aux exigences, et nous respectons la loi». 4. Dédramatiser la présence d amiante pour rassurer Pour rassurer les personnes qui vous interpellent sur l amiante, vous pouvez aussi relativiser sa présence dans l immeuble. Déplacez la préoccupation ressentie de manière individuelle vers le fait de société global : l amiante a été un matériau utilisé jusqu en 1997 et il est potentiellement présent dans 15 millions de logements, dont 3 millions de Hlm. En France mais aussi en Europe. Ce problème dépasse la simple relation bailleur / occupant, sa gestion dépasse par certains aspects la seule responsabilité du bailleur, et une grande majorité de français vit dans des constructions aux caractéristiques comparables. Quel que soit le scenario de crise, il sera nécessaire de rassurer les locataires quant au fait de vivre dans un logement pouvant contenir de l amiante. Version courte : «L amiante a été utilisé dans ce bâtiment comme dans de nombreuses construction datant d avant 1997, en France et en Europe. Plus de 15 millions de logements, dont 3 millions de Hlm sont potentiellement concernés. Si vous utilisez votre logement de façon normale, vous n êtes exposé à aucun risque avéré. Ce qui compte c est de bien nous prévenir dès que vous voulez faire des travaux». 3. Faites preuve d empathie vis-à-vis de vos locataires et de vos salariés Dans une situation sensible ou dans une crise, l émotion des plaignants l emporte souvent sur le rationnel et les faits. En termes de communication, la forme sera aussi importante que le fond de votre réponse, et conditionnera le climat du dialogue. Il est donc essentiel, même en l absence de certitude sur le fond technique, de témoigner avant tout de l empathie et de rassurer sur le professionnalisme du bailleur. L argumentaire technique viendra souvent dans un second temps seulement, une fois le dialogue établi, voire «rétabli». «Nous comprenons que vous soyez inquiet(s) à ce sujet, et nous allons répondre à vos questions. L amiante est un sujet que nous prenons au sérieux avec professionnalisme, comme tous les sujets qui concernent votre cadre de vie quotidien». Il conviendra, en cas de demande de précision, de remettre la plaquette d information générale, d énumérer alors les 4 types de gestes à ne pas faire sans prévenir son bailleur (poncer, percer, gratter et décoller). Version plus détaillée : «L amiante a été utilisé dans ce bâtiment comme dans de nombreuses constructions, logements privés ou sociaux, bureaux, infrastructures sportives et cultures, écoles et universités jusqu en 1997, date à laquelle son utilisation, dans les constructions, a été interdite. Plus de 15 millions de logements, dont 3 millions de Hlm sont potentiellement concernés. Avec l évolution des connaissances scientifiques et la mise en évidence de ses enjeux de santé publique, il a été interdit dans toutes les nouvelles constructions après 1997».

5 Recommandations générales sur la communication de crise amiante 5/7 5. Graduez vos réponses en fonction de l évolution de la crise Évaluer la gravité de la situation pour proportionner la réponse à apporter. D un sentiment de défiance à la préoccupation pour leur santé, en passant par l accusation judiciarisée de dissimulation ou d exposition à un risque sanitaire, la plainte des locataires peut être : plus ou moins formelle; porter une atteinte plus ou moins importante à la réputation de l organisme; porter sur la question de la confiance («vous m avez caché la vérité») et / ou sur celle du sanitaire («vous avez mis ma santé en danger»). Il est donc important d évaluer dès le départ le sujet en cause, la gravité de la plainte, son formalisme, et d apporter une réponse proportionnée. Adaptez les informations et les moyens mis en place pour répondre, de la simple situation sensible à la crise avérée. Adaptez le choix du porte-parole à la gravité de la situation. Le porte-parole auprès des locataires doit être à la fois crédible sans être trop important hiérarchiquement pour ne pas exagérer l importance de la plainte. Dans un premier temps, privilégiez le responsable de secteur ou l agent habituel, et non le Directeur général ou le Président. Faites preuve d une argumentation «progressive». Ne vous surexposez pas en soulevant des questions qui n ont pas été spontanément abordées par le locataire. Ne proposez de médiation puis de solutions opérationnelles qu en cas d échec de la première phase de dialogue et de rassurance. 6. Formalisez vos éléments de langage et vos prises de paroles Ayez toujours une posture d empathie et d ouverture envers les interlocuteurs «sensibles» : salariés, locataires, médias, élus. ET ne répondez jamais ni trop, ni trop vite. Exemple : «Nous sommes à votre disposition pour répondre à vos questions mais nous n avons pas encore tous les éléments pour vous apporter une réponse précise à ce stade. Nous revenons vers vous au plus vite» ou «Nous attendons le rapport des secours et les conclusions de l enquête pour vous répondre». Élaborez vos éléments de langage avec la cellule de crise. Prenez le temps de préparer et de border vos prises de parole proactives et de travailler les éléments de réponse réactifs, à n utiliser qu en cas de question plus insistante. Appuyez-vous notamment sur le Q&R diffusé dans le «Kit de communication amiante» par l Union sociale pour l habitat. Quand vous reconstituez les faits, tenez-vous en aux éléments indubitables et fiables, sur un mode «bulletin d information». Exemple : «Les secours interviennent en ce moment autour de l incendie pour éteindre le feu et venir en aide aux locataires». Dégagez votre responsabilité en réaffirmant le respect des obligations réglementaires. Votre responsabilité sera mise en cause par vos locataires et par les autres acteurs (médias, pouvoirs publics ). Ils pourront chercher à établir que vous avez commis une faute. Pour répondre, rappelez à vos interlocuteurs en quoi vous avez respecté les obligations réglementaires relatives à l amiante et en quel sens vous assumez vos responsabilités. En tant qu organisme, n assumez que les responsabilités qui vous incombent légalement. Ce que vous affirmez par écrit en particulier vous engage juridiquement. Informez vos locataires de vos obligations légales et de celles des autres acteurs intervenant dans la crise (entreprise de travaux par exemple). Exemple : «Cet immeuble, construit avant 1997, contenait de l amiante comme dans 15 millions de logements en France, privés ou publics qui sont antérieurs à cette date. L organisme a rempli toutes ses obligations réglementaires en faisant réaliser un repérage, qui n a pas décelé de risque avéré pour les locataires». Faites porter vos prises de paroles sur la mobilisation de l organisme pour résoudre la crise, plutôt que sur la justification. «Nous allons proposer des solutions de relogement temporaires aux locataires et mettrons tout en œuvre pour réhabiliter les logements sous le contrôle des autorités compétentes, dans les meilleurs délais. Nous vous informerons dès que les mesures d empoussièrement permettront aux résidants de revenir sur les lieux en sécurité». Ne vous improvisez pas en expert des sujets qui relèvent de professionnels mobilisés (pompiers, secours, médecins ). N hésitez pas à renvoyer vers eux. Sur le plan sanitaire, ne vous positionnez pas en expert médical, mais tenez-vous-en à «l état de l art» en matière de risque amiante : «Dans le cadre d une utilisation normale du logement, il n y a aucun risque avéré pour le locataire». Sur le plan de la sécurité civile, faites valider votre bilan de la situation par les autorités compétentes avant de communiquer.

6 Recommandations générales sur la communication de crise amiante 6/7 7. Préparez vos prises de parole médias. Comme dans toute gestion de crise, il est essentiel de préparer les prises de parole de l organisme avec les médias pour préserver la réputation du bailleur. Sur un sujet complexe comme celui de l amiante, vous serez confrontés, en un temps très court, à des questions très variées, avec des journalistes qui ne sont pas nécessairement experts du sujet mais dont la contrainte est de publier ou diffuser le plus rapidement possible, un article ou un reportage audiovisuel sur la crise, afin qu il «colle» le plus à l actualité. Désignez le porte-parole médias officiel. Intégrez la personne habilitée à répondre aux médias (votre porte-parole officiel : le Directeur général, le Président) à la cellule de crise et rappelez à tous les collaborateurs que seule cette personne est habilitée à répondre aux journalistes. Donnez la consigne à tous les salariés de ne pas répondre aux journalistes, mais de noter leur nom et leurs coordonnées, pour les transmettre sans délai au référent communication membre de la cellule de crise. Restez ouvert au contact avec les journalistes. Reprenez toujours contact avec le journaliste après une demande de sa part, pour lui proposer une réponse dans un temps raisonnable, suffisamment court pour lui permettre de boucler son article ou son reportage à temps, suffisamment long pour vous permettre de préparer des éléments de langage. Ne répondez jamais à chaud, mais prenez le temps de préparer vos arguments, autour des principes suivants : ytémoignez de l empathie; yne vous justifiez pas; ymettez l accent sur les éléments factuels et vérifiés; ycitez vos sources (autorités, secours, etc.); yrestez très pédagogique et très peu technique a priori (l amiante n est pas souvent un sujet maîtrisé par les médias généralistes); ygraduez vos éléments de pédagogie («ni trop, ni trop vite»). En interview, gardez le cap de vos messages clés. Pendant une interview, recommandez à votre porte-parole de rester concentré sur les messages prédéfinis en amont. L amiante est un problème dont les maîtres d ouvrage d aujourd hui héritent plus qu ils ne l ont causé. Vous n aurez donc probablement pas la réponse à tous les sujets ni ne pourrez justifier de l évolution des usages et de la réglementation, par exemple. Aussi, lorsque l interview se crispe sur des questions auxquelles le bailleur n a pas de réponse, le porteparole doit concentrer sur les messages clés de sa prise de parole, et réorienter le journaliste sur la préoccupation n 1 en temps de crise : trouver des solutions immédiates, résoudre la crise, protéger les résidents et les salariés. Gardez le contact si nécessaire dans le temps. En cas de crise grave impliquant des bilans de victimes, ou une gestion qui se prolonge dans le temps, et si l attention des médias persiste, prévoyez un point d information régulier par communiqué de presse a minima, jusqu à la résolution de la crise. 8. Anticipez une aggravation de la crise. Consolidez votre dossier pour désamorcer / contrer toute remise en cause judiciaire de l organisme. Démontrez rapidement, à travers le dossier amiante et la fiche récapitulative puis, en cas de durcissement de la situation, avec l assistance de votre avocat, que l application de la réglementation par l organisme est (le cas échéant) sans faille. Le dossier amiante étaiera de manière objective votre bonne gestion du risque amiante vis-à-vis du plaignant et des tiers. Établissez un dispositif de veille et d alerte adapté à l importance de la crise. Demandez aux salariés en contact avec les locataires ou avec le salarié plaignant, de signaler immédiatement à la cellule de crise toute question / interpellation / interrogation soulevée par de nouveaux publics périphériques (nouveaux locataires, autres salariés, association de consommateur, syndicat, maire, préfet, média, etc.). Si nécessaire, dans le cas où les crises peuvent intéresser les médias, mettez en place une veille média, pour repérer les articles ou reportages TV / radio qui évoquent la crise, et pour identifier les parties prenantes qui se sont exprimées sur le sujet et qui pourraient nuire à la réputation de votre organisme. 9. Évitez l élargissement de la crise à de nouveaux publics. N associez au dialogue avec le locataire ou le salarié que les parties prenantes indispensables pour limiter la circulation de rumeurs. Privilégiez une information directe avec les locataires via les boites aux lettres, les rendez-vous de visu ou les réunions, mais évitez l information par affichage dans les parties communes qui pourrait soulever les soupçons ou les inquiétudes des tiers de passage (facteur, livreurs, etc.). En cas d intervention d un tiers externe (élu, média, avocat, etc.) en votre défaveur : reprenez dès que possible le contact avec celui-ci pour rétablir votre version des faits.

7 Recommandations générales sur la communication de crise amiante 7/7 Ê 4 Glossaire AMO Assistant à Maîtrise d Ouvrage CARSAT Caisse d assurance retraite et de la santé au travail CSPS Coordinateur Sécurité et Protection de la Santé DA-PP Dossier Amiante des Parties Privatives Dossier rassemblant la documentation amiante le dossier rassemblant l ensemble des pièces relatives à l amiante (DTA, DA-PP, historique des travaux dans les immeubles amiantés, etc.). Il a une fonction de traçabilité. DTA Dossier Technique Amiante DSU Développement social urbain OPP-BTP Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics MOE Maître d œuvre Q&R Questions et Réponses RAAT Repérage Amiante Avant Travaux Référent amiante dans ces fiches conseils, l appellation «référent amiante» ne désigne pas un poste officiel, mais la personne la plus compétente sur le risque amiante, sans qu elle soit nécessairement experte. Dans la cellule de crise, cette personne a la responsabilité de rassembler les pièces concernant l amiante dans le patrimoine du bailleur, et aide à la formulation des éléments de langage. Repérage mission visant à rechercher dans les immeubles, les matériaux et produits susceptibles de contenir de l amiante puis à identifier et à localiser ceux qui en contiennent (définition issue de la norme NF X ) Ê 5 À lire aussi Scénario de crise n 1 à Un locataire se plaint que son logement contient de l amiante Scénario de crise n 2 à Un locataire se plaint de travaux réalisés sans précautions avant 2012 (Les travaux ont été réalisés dans un passé récent, par un professionnel, sans les précautions imposées par la réglementation de 2012). Scénario de crise n 3 à Des locataires reprochent à leur bailleur de ne pas les avoir informés de la présence d amiante pendant des travaux menés par des professionnels. Scénario de crise n 4 à Des poussières d amiante sont libérées au cours d un chantier Scénario de crise n 5 à Un incendie se déclare dans une résidence Hlm amiantée Ê 6 Ressources utiles Cahier n 157 «Amiante : quelles obligations pour les organismes Hlm?» à Disponible sur le centre de ressources du site Sélectionner le TYPE : «Dossier» ; puis sélectionnez le Dossier Amiante. Kit de communication amiante à Disponible sur le centre de ressources du site Sélectionner le TYPE : «Dossier» ; puis sélectionnez le Dossier Amiante. Cahier n 129 «Gestion et communication de crise dans l habitat social»

05 AMIANTE : SCÉNARIO DE CRISE

05 AMIANTE : SCÉNARIO DE CRISE Un incendie se déclare dans une résidence Hlm amiantée Un incendie se déclare dans une résidence Hlm construite avant 1997. Le bailleur doit alors anticiper les risques liés à l amiante vis-à-vis des différents

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 Principes de fonctionnement du DLA -Mai 2014- PROCEDURE DE GESTION DES PRESTATAIRES 1 Contexte

Plus en détail

AMIANTE Questions-réponses

AMIANTE Questions-réponses AMIANTE Questions-réponses Questions générales 1. Qu est-ce que l amiante? C est une fibre minérale naturelle au pouvoir isolant contre la chaleur, le bruit et le feu. Elle se présente sous la forme de

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

Formations dédiées aux acteurs du logement social

Formations dédiées aux acteurs du logement social Gestion et communication de crise Formations dédiées aux acteurs du logement social Arjuna est un cabinet conseil dédié, depuis 1993, à la gestion et la communication de crise. Lors des formations qu ils

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Plan de communication gouvernementale sur le virus Ebola. Service d information du Gouvernement

Plan de communication gouvernementale sur le virus Ebola. Service d information du Gouvernement Fiche 1F0 Plan de communication gouvernementale sur le virus Ebola Service d information du Gouvernement Le dispositif interministériel de communication coordonné doit permettre de répondre aux objectifs

Plus en détail

URGENCE SINISTRE! Propriétaire paniqué!

URGENCE SINISTRE! Propriétaire paniqué! URGENCE SINISTRE! Propriétaire paniqué! Un feu? Une inondation? Une explosion? Un arbre est tombé sur votre maison suite à une tempête? Un refoulement d égout? Voici les étapes à suivre, en bref : 1. Communiquez

Plus en détail

Février Mars 2012. Repérage avant travaux

Février Mars 2012. Repérage avant travaux Repérage avant travaux Repérage avant travaux (de rénovation, de réhabilitation et d entretien/maintenance) Il n y a pas encore de règlementation spécifique (code du travail ou code de la santé publique)

Plus en détail

amiante LA PROTECTION DE LA POPULATION

amiante LA PROTECTION DE LA POPULATION amiante LA PROTECTION DE LA POPULATION Le code de la santé publique Gestion du risque et protection de la population générale Localisation de l amiante Evaluation de l état de conservation Recommandations

Plus en détail

Audit, Conseil et Assistance

Audit, Conseil et Assistance Audit, Conseil et Assistance Experto Risk vous apporte son expertise pour vous accompagner dans le domaine de la sécurité Vous vous interrogez sur vos obligations en matière de sécurité. Vous souhaitez

Plus en détail

Obligations du maître d ouvrage

Obligations du maître d ouvrage Obligations du maître d ouvrage Formation Amiante sous section 4 Amian nte sou us sectio on 4 mation Form OBLIGATIONS DU MAITRE D OUVRAGE Pour réaliser son projet le maître d ouvrage nomme : Un maître

Plus en détail

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments. Présentation aux CHSCT Septembre 2014

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments. Présentation aux CHSCT Septembre 2014 Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments Présentation aux CHSCT Septembre 2014 PLAN I - HISTORIQUE II - GESTION COURANTE DES BÂTIMENTS III - GESTION DES OPERATIONS DE TRAVAUX

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I I - Métiers, fonctions et activités visés A. Désignation du métier et des fonctions Expert

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

Securex : L humain avant tout

Securex : L humain avant tout Securex : L humain avant tout Qui sommes-nous? Spécialistes des ressources humaines, nous sommes à vos côtés pour vous conseiller et ce, quelles que soient les questions que vous vous posez en la matière.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 21 novembre 2006 définissant les critères de certification des compétences des personnes

Plus en détail

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE Ces consignes sont adaptées de l instruction générale type du 21 mai 1999. Elles seront annexées

Plus en détail

Interventions dans les immeubles: -Quels enjeux face à l amiante? - Donneur d Ordre, diagnostiqueur, entreprise, quel est votre rôle?

Interventions dans les immeubles: -Quels enjeux face à l amiante? - Donneur d Ordre, diagnostiqueur, entreprise, quel est votre rôle? Conférence 2014 Interventions dans les immeubles: -Quels enjeux face à l amiante? - Donneur d Ordre, diagnostiqueur, entreprise, quel est votre rôle? Page 1 Introduction Jardinière en fibrociment Page

Plus en détail

AMIANTE LES OUTILS OPÉRATIONNELS ET STRATÉGIQUES QUI PERMETTENT DE LIMITER LES COÛTS ET MAÎTRISER LES DÉLAIS

AMIANTE LES OUTILS OPÉRATIONNELS ET STRATÉGIQUES QUI PERMETTENT DE LIMITER LES COÛTS ET MAÎTRISER LES DÉLAIS AMIANTE LES OUTILS OPÉRATIONNELS ET STRATÉGIQUES QUI PERMETTENT DE LIMITER LES COÛTS ET MAÎTRISER LES DÉLAIS Paris - 15 et 16 mai 2014 enjeux 80% des logements des organismes Hlm sont susceptibles de contenir

Plus en détail

L accueil d une entreprise extérieure au sein d une entreprise utilisatrice

L accueil d une entreprise extérieure au sein d une entreprise utilisatrice D - De la signature du contrat à l intervention Extrait n 3 Référence Internet ST.82.D Saisissez la «Référence Internet» ST.82.D dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder

Plus en détail

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique Colloque Amiante mars 2015 Cadre réglementaire Décret du 3 juin 2011 relatif à la protection de la population

Plus en détail

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST)

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Document élaboré par la Commission Enseignement Supérieur du CNESST. Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Ce référentiel rassemble des compétences de base en santé et

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

- Référentiel de formation CHSCT -

- Référentiel de formation CHSCT - - Référentiel de formation CHSCT - On peut distinguer quatre grands types de fonctions assurées par les membres des CHSCT : 1) Implication dans la démarche globale de prévention des risques : a) Comprendre

Plus en détail

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au Code de la Santé Publique

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au Code de la Santé Publique ½ journée amiante Dreal Bourgogne Dijon, le 20 novembre 2014 La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au Code de la Santé Publique Énora PARENT, Cerema Ministère de l'écologie,

Plus en détail

AVANT PENDANT APRES LA CRISE

AVANT PENDANT APRES LA CRISE AVANT PENDANT APRES LA CRISE Guide pratique de la gestion de crise au sein de l industrie de la chimie, des matières plastiques et des sciences de la vie Guide pratique de la gestion de crise avant AVANT

Plus en détail

Vous êtes propriétaire d un immeuble bâti, autre qu un immeuble d habitation. Que devez-vous faire?

Vous êtes propriétaire d un immeuble bâti, autre qu un immeuble d habitation. Que devez-vous faire? Vous êtes propriétaire d un immeuble bâti, autre qu un immeuble d habitation. Que devez-vous faire? 1. D une manière générale Vous devez fournir un repérage des matériaux et produits de la liste A et de

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Destiné aux entreprises réalisant des travaux susceptibles d'être en présence d'amiante

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

Association ESSONNE CADRES

Association ESSONNE CADRES Association ESSONNE CADRES 10 avenue du Noyer Lambert - 91300 MASSY : 01 60 12 01 45 Email : competences91@essonnecadres.org Site web : www.essonnecadres.org Besoin d un Professionnel pour une situation

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère Sommaire 1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère 1. Contexte et enjeux du PPE 1.1 Une loi et des orientations départementales 1.2 Les enjeux du PPE 2. La démarche

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité.

créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité. créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité. 1 vous êtes collectivité : Collectivité territoriale Administration

Plus en détail

GUIDE DU DÉGÂT DES EAUX. C est parce qu un dégât des eaux ne prévient pas, que nous avons tout prévu.

GUIDE DU DÉGÂT DES EAUX. C est parce qu un dégât des eaux ne prévient pas, que nous avons tout prévu. GUIDE DU DÉGÂT DES EAUX C est parce qu un dégât des eaux ne prévient pas, que nous avons tout prévu. Vous êtes victime ou responsable d un dégât des eaux? Pas de panique. Dans la majorité des cas, ces

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

Stratégie de communication «Gestion de la réduction du risque requin»

Stratégie de communication «Gestion de la réduction du risque requin» Stratégie de communication «Gestion de la réduction du risque requin» (hors crise & crise) 30 DECEMBRE 2014 NOTRE CONCEPT DE COMMUNICATION NOUS DEVONS PRÉVENIR, INFORMER ET AVERTIR TOUT EN RAPPELANT UNE

Plus en détail

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles QUESTIONS/ REPONSES PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES Ce FAQ contient les trois parties suivantes : La première partie traite des notions générales en matière de protection des données personnelles,

Plus en détail

INSPECTION HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Enseignement supérieur - Recherche. Livre des références. La prévention des risques professionnels

INSPECTION HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Enseignement supérieur - Recherche. Livre des références. La prévention des risques professionnels Livre des références La prévention des risques professionnels Livre des références La prévention des risques professionnels Document d auto-évaluation élaboré par l IHSESR avec le concours de la CPU. Document

Plus en détail

Ressources en ligne pour la mise en œuvre du Contrat de génération

Ressources en ligne pour la mise en œuvre du Contrat de génération Ressources en ligne pour la mise en œuvre du Contrat de génération www.contrat-generation.gouv.fr 1. Emploi des seniors et gestion des âges Outil-Ages RH Pour soutenir la compétitivité de l entreprise

Plus en détail

ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS. SOCIAL CLUB la rencontre des expertises

ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS. SOCIAL CLUB la rencontre des expertises ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS SOCIAL CLUB la rencontre des expertises le social club, partenaire des expertscomptables Votre ambition : fournir le meilleur conseil social et patrimonial à vos clients.

Plus en détail

Le cadre général du point d étape...

Le cadre général du point d étape... Le cadre général du point d étape Les objectifs du point d étape L objectif général du point d étape, à 2 ans et à 4 ans, est d apprécier l avancement du projet et la tendance générale d évolution du quartier

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Projet CARTO Amiante. Réunion AORIF- 25 novembre 2014 Dominique PAYEN (OPPBTP) Une initiative du BTP représenté par l OPPBTP

Projet CARTO Amiante. Réunion AORIF- 25 novembre 2014 Dominique PAYEN (OPPBTP) Une initiative du BTP représenté par l OPPBTP Projet CARTO Amiante Réunion AORIF- 25 novembre 2014 Dominique PAYEN (OPPBTP) Une initiative du BTP représenté par l OPPBTP Cadrage du projet Résolution du Conseil du Comité National de l OPPBTP du 5 juin

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Gestion de crise en Pharmacovigilance

Gestion de crise en Pharmacovigilance Cours DIU FIEC 16 octobre 2008 Véronique LAMARQUE PFIZER Senior Directeur Évaluation de Santé, Sécurité et Gestion de Risque Une définition... parmi d autres Une crise est un événement qui survient quand

Plus en détail

Présentation maquette DTA/GMAO

Présentation maquette DTA/GMAO Présentation maquette DTA/GMAO Sommaire Le Dossier Technique Amiante (DTA) Réglementation Communicabilité Dossier Technique Amiante Informatisé - Mise à jour Marché à bon de commande mission de repérage

Plus en détail

Service Prévention et Sécurité CNRS DR18

Service Prévention et Sécurité CNRS DR18 Service Prévention et Sécurité CNRS DR18 Fiche de lecture : Loi n 2010-751 du 05/07/2010 relative à la rénovation du dialogue social et comportant diverses dispositions relatives à la fonction publique

Plus en détail

DIRECTIVE ADMINISTRATIVE Conseil scolaire acadien provincial

DIRECTIVE ADMINISTRATIVE Conseil scolaire acadien provincial Page 1 de 5 1. Définition : Par catastrophe majeure, on entend une circonstance exceptionnelle qui bouleverserait la vie de l école durant plusieurs jours, à titre d exemple, un incendie, une catastrophe

Plus en détail

La prévention dans les collectivités territoriales

La prévention dans les collectivités territoriales Note HYGIENE & SECURITE 002 2007 La prévention dans les collectivités territoriales L autorité territoriale a dans l obligation d organiser la prévention en matière d Hygiène et de Sécurité, afin que dans

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Administrateur (trice) / Gestionnaire de systèmes et réseaux informatiques

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Administrateur (trice) / Gestionnaire de systèmes et réseaux informatiques COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Administrateur (trice) / Gestionnaire de

Plus en détail

Sommaire détaillé. Sommaire. Les acteurs au sein de la collectivité. Les intervenants extérieurs. Le rôle du CHSCT dans la prévention des risques

Sommaire détaillé. Sommaire. Les acteurs au sein de la collectivité. Les intervenants extérieurs. Le rôle du CHSCT dans la prévention des risques détaillé Réf. Internet Pages Partie 1 Les acteurs de la prévention Les acteurs au sein de la collectivité Les acteurs de la prévention dans la collectivité : rôles, liens et coordination...5509 9 Responsabilité

Plus en détail

www.propiscines.fr Rubrique : Trouver un Pro

www.propiscines.fr Rubrique : Trouver un Pro PISCINES PROPISCINES : 250 PROFESSIONNELS Avec le retour des beaux jours, les 1,7 million de piscines privées de France ont repris du service. Depuis leur construction jusqu à leur rénovation, en passant

Plus en détail

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES Mardi 2 juillet 2013, 16h - Préfecture Dossier de presse Dans

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification DOSSIER DE PRESSE DES Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion des crises Sous-direction de la planification et de la gestion des crises Contact presse : COMMUNIQUÉ DE PRESSE Les départements

Plus en détail

Réussir. tous vos recrutements. Services Entreprises

Réussir. tous vos recrutements. Services Entreprises conseil recherche sélection intégration www.pole-emploi.fr Pour connaître les coordonnées de nos sites. Pour plus d informations sur : Les services qui vous sont proposés Les mesures pour l emploi TBWA\CORPORATE

Plus en détail

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD)

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Mémoire présenté à la Communauté métropolitaine de Montréal Septembre 2011 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE

SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE LOI DU 20 JUILLET 2011 ET SES DÉCRETS D APPLICATION Loi n 2011-867 du 20 juillet 2011 relative à l organisation de la médecine du travail, décrets 2012-134

Plus en détail

Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT

Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DU REPRESENTANT DU PERSONNEL AU CHSCT (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Annexe 8 Référentiel de formation

Plus en détail

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments INTRODUCTION Nécessité d'une vigilance particulière dans la gestions des bâtiment depuis 1997, date de l'interdiction de l'amiante en

Plus en détail

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Direction de la population âgée et des personnes handicapées Service de la population âgée 3e commission RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Séance du 9 juillet 2015 OBJET : PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique

Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique Adoptée par le Conseil d administration Le 6 décembre 2011 1. PRINCIPES ET VALEURS Le Cégep de Saint-Jérôme

Plus en détail

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Au niveau national comme au niveau régional, les partenaires sociaux ont la capacité de fixer les orientations qui seront mises en

Plus en détail

Le Plan de déplacementsd. au Cœur de la des Entreprises. Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. ou comment donner du sens à vos déplacements

Le Plan de déplacementsd. au Cœur de la des Entreprises. Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. ou comment donner du sens à vos déplacements Le Plan de déplacementsd au Cœur de la Stratégie des Entreprises Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. 25 janvier 2006 Document 7ème SenS libre d utilisation sous réserve d en citer la source

Plus en détail

CQP Inter-branches Vente Conseil en magasin. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat

CQP Inter-branches Vente Conseil en magasin. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat CQP Inter-branches Vente Conseil en magasin Préparation de l évaluation des compétences par le candidat Vous souhaitez obtenir le Certificat de Qualification Professionnelle Inter-branches (CQPI) «Vente

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT CONSEIL MANAGEMENT Assurer la responsabilité opérationnelle d une équipe Développer son leadership au sein d une équipe Pratiquer la délégation Conduire une réunion Conduire un entretien individuel-professionnel

Plus en détail

Annexe 3. Principaux objectifs de sécurité et mesures pour l éducation nationale, l enseignement supérieur et la recherche

Annexe 3. Principaux objectifs de sécurité et mesures pour l éducation nationale, l enseignement supérieur et la recherche 1 Annexe 3 Principaux objectifs de sécurité et mesures pour l éducation nationale, l enseignement supérieur et la recherche Le plan décrit au sein de chacun de ses 12 domaines : - les objectifs de sécurité

Plus en détail

RECEPTION, TRAITEMENT ET SUIVI DES RECLAMATIONS

RECEPTION, TRAITEMENT ET SUIVI DES RECLAMATIONS périmètre Rédacteur Diffusion SOC SOC D2R Conseil D2R Conseil Tous Date de Rédaction 1 er Août 2012 Date de 1ère application 1 er Sept 2012 Commentaire Modification suite nouvelle Instruction AMF N 2012-07

Plus en détail

STRATEGIE MARKETING DANS LA REGION RHONE-ALPES ACTIONS PILOTES POUR DEVELOPPER LE MARCHE DES CERTIFICATS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

STRATEGIE MARKETING DANS LA REGION RHONE-ALPES ACTIONS PILOTES POUR DEVELOPPER LE MARCHE DES CERTIFICATS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE ACTIONS PILOTES POUR DEVELOPPER LE MARCHE DES CERTIFICATS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE STRATEGIE MARKETING DANS LA REGION RHONE-ALPES Actualisée Décembre 2006 Rédigé par RAEE STRATEGIE DE MARKETING POUR

Plus en détail

Offre de services spéciale bureaux d études

Offre de services spéciale bureaux d études Offre de services spéciale bureaux d études Analyses et diagnostics multirisques Gestion de crise Cartographie SIG Outils de communication Information préventive Réseau de spécialistes pluridisciplinaires

Plus en détail

LE LOGEMENT SOCIAL ET L ERADICATION DE L AMIANTE

LE LOGEMENT SOCIAL ET L ERADICATION DE L AMIANTE LE LOGEMENT SOCIAL ET L ERADICATION DE L AMIANTE UN TEMOIGNAGE 1 Le Nord- Pas de Calais entre Londres (250km), Paris (220km) et Bruxelles (110km). Capitale LILLE Une région urbaine 4,1 millions d habitants

Plus en détail

«Faciliter votre entrée dans le logement»

«Faciliter votre entrée dans le logement» 1 A C C U E I L L I R «Faciliter votre entrée dans le logement» LE MANS HABITAT vous accompagne dès votre arrivée... Au moment des formalités d emménagement, nos conseillers sont là pour répondre à toutes

Plus en détail

Comment régler un litige avec ma banque?

Comment régler un litige avec ma banque? MARS 2014 N 3 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelamediationbancaire.com Le portail de la médiation bancaire lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Comment régler

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 11/09/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Management d équipe(s) autonome(s) I OBJECTIF

Plus en détail

PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION DES RISQUES A L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE

PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION DES RISQUES A L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION DES RISQUES A L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE Perspectives pour l année 2014/2015 Document à valider par le CHSCT et à présenter au CTP et au CA Vincent CONRAD Rapport

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Comment régler un litige avec ma banque?

Comment régler un litige avec ma banque? MARS 2014 N 3 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES Comment régler un litige avec ma banque? sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

FICHE 6 : INFORMATION ET COMMUNICATION DANS LA COMMUNE

FICHE 6 : INFORMATION ET COMMUNICATION DANS LA COMMUNE FICHE 6 : INFORMATION ET COMMUNICATION DANS LA COMMUNE 1 / - Le rôle du maire La communication est un paramètre déterminant dans la gestion des crises, y compris au niveau de sa préparation (l efficacité

Plus en détail

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE DE SECURITE ET DE CONDITIONS DE TRAVAIL DE L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE Document validé par le CHSCT au cours de sa séance du 18 septembre 2012 Mis à

Plus en détail

LES ENTREPRISES DE TRAVAIL TEMPORAIRE. PRÉVENTION by HISCOX LES BONS REFLEXES POUR ÉVITER L INEXCUSABLE

LES ENTREPRISES DE TRAVAIL TEMPORAIRE. PRÉVENTION by HISCOX LES BONS REFLEXES POUR ÉVITER L INEXCUSABLE PRÉVENTION by HISCOX LES ENTREPRISES DE TRAVAIL TEMPORAIRE LES BONS REFLEXES POUR ÉVITER L INEXCUSABLE Employer de nombreux salariés dont vous êtes éloignés au quotidien constitue un des risques majeurs

Plus en détail

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous?

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? (auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? Guide de sensibilisation à l usage de tous les acteurs de nos quartiers d été 1/8 «S auto-évaluer une démarche commune» Acteurs de Nos Quartiers d Eté...

Plus en détail

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi.

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. I Contexte général de l action Ceux-ci sont confrontés à une grande difficulté

Plus en détail

FICHE PRATIQUE LE DÉLÉGUÉ DU PERSONNEL

FICHE PRATIQUE LE DÉLÉGUÉ DU PERSONNEL FICHE PRATIQUE LE DÉLÉGUÉ DU PERSONNEL Consternant mais réel constat dans le secteur associatif : la représentation du personnel dans nos structures reste anecdotique, en dépit des obligations légales

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014 CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 07/03/2014 APPEL A

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

VADE-MECUM DES RELATIONS ELUS / AGENTS dans les collectivités locales

VADE-MECUM DES RELATIONS ELUS / AGENTS dans les collectivités locales VADE-MECUM DES RELATIONS ELUS / AGENTS dans les collectivités locales Préambule : quels enjeux? La question des relations élus / agents se pose dans les collectivités locales en raison de la coexistence

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail