PLATEFORME CONGOLAISE POUR LA PROTECTION SOCIALE/PCPS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLATEFORME CONGOLAISE POUR LA PROTECTION SOCIALE/PCPS"

Transcription

1 PLATEFORME CONGOLAISE POUR LA PROTECTION SOCIALE/PCPS CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA PROTECTION SOCIALE DES TRAVAILLEURS INFORMELS; LA SECURITE SOCIALE ET LES REVENUS DE LECONOMIE L ECONOMIE INFORMELLE. Du 16 au 17 septembre 2013 en Afrique du Sud, Johannesburg CONTENU DE L EXPOSE I. PRÉSENTATION DE LA R.D.CONGO; II. HISTORIQUE ET PRÉSENTATION DE LA PLATEFORME CONGOLAISE POUR LA PROTECTION SOCIALE/PCPS; III. BASE LÉGALE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE EN R.D.CONGO IV. MISE EN ŒUVRE DE LA LOI PORTANT PROTECTION DE LA SECURITE SOCIALE EN RDC, V. ASPECT ECONOMIQUE VI. ASPECT SOCIAL VII. LECONS TIREES ETSTRATEGIES ADOPTEES VIII. RECOMMANDATIONS IX. CONCLUSION 1

2 A titre illustratif une carte de RD Congo I. Présentation de la RD Congo La République Démocratique du Congo s étend sur une superficie i de km 2. Elle occupe l immense cuvette centrale correspondant au bassin du fleuve éponyme (Congo). Celui ci donne son unité au pays par l ampleur de son bassin ( km 2 ) 2

3 Présentation de la RD Congo Population habitants (2008) Densité de population p 30 habitants au km 2 (2008) Taux de mortalité 10,1 (2008) Taux de mortalité infantile 64,1 (2008) Taux de croissancede la population 3,36 % (2008) Espérance de vie hommes : 55,3 ans (2008) femmes : 59,9 ans (2008) II. HISTORIQUE ET PRÉSENTATION DE LA PLATE FORME CONGOLAISE POUR LA PROTECTION SOCIALE/PCPS La Plateforme Congolaise pour la Protection Sociale tire ses origines dans l APSP à partir de la conférence qui a été organisée à Yaoundé au Cameroun pour consolider la Plateforme Africaine pour la Protection Sociale au niveau de l Afrique Centrale, en collaboration avec la plateforme Nationale du Cameroun pour la Protection Sociale. La conférence s est tenue au Palais des congrès du 12 au 13 juillet 2011 et a eu pour but de discuter de la marche à suivre pour la mise en place des plateformes nationales, la conception et la mise en œuvre des programmes de Protection Sociale en Afrique Centrale. Huit pays ont pris part aux travaux sur les 9 pays invités, à savoir : la RDCongo, le Cameroun, le Burundi, la RCA (République Centre Africaine), la République du Congo, la Guinée Equatoriale et le Tchad. Le Sao Tomé et Principe a été le seul absent au rendez vous. 3

4 III. BASE LEGALE DE LA SECURITE SOCIALE EN RDCONGO La RDC est un pays moniste. Ce faisant, elle applique à la fois les instruments juridiques nationaux et internationaux. Ces derniers ont la primauté sur la loi interne. En effet, l article 36 de la Constitution de la RDC stipule que le travail est un droit et un devoir sacrés pour chaque congolais. L Etat garantit le droit au travail, la protection contre le chômage et une rémunération équitable et satisfaisante assurant au travailleur ainsi qu à sa famille une existence conforme à la dignité humaine, complétée par tous les autres moyens de protection sociale, notamment, la pension de retraite et la rente viagère. Dans son préambule, la Constitution du 18 février 2006 telle que révisée par la loi n 011/022 du 20 janvier 2011 réaffirme l adhésion et l attachement de la République Démocratique du Congo (RDC) à la Déclaration universelle des droits de l homme homme, à la Charte africaine des droits de l homme et des peuples, aux Conventions des Nations unies sur les droits de l enfant et sur les droits de la femme ( ), aux instrumentsinternationauxrelatifsàlaprotectionetàlapromotiondesdroitsde l homme. La Déclaration universelle des droits de l homme, en particulier, les articles 22 et 25, le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, spécialement les articles 9, 11 et 12 proclament le droit à la sécurité sociale comme droit de la personne humaine. La charte africaine des droits de l homme et des peuples consacre plusieurs droits sociaux fondamentaux qui relèvent du domaine de la sécurité sociale, à savoir le droit à la protection de la santé, le droit à la protection de la maternité, le droit aux allocations familiales, le droit aux prestations de vieillesse (articles 16-18). 18) La Déclaration de Philadelphie (1944) reconnaît l obligation solennelle pour l Organisation Internationale du Travail (OIT) de contribuer à réaliser ( ) l extension des mesures de sécurité sociale en vue d assurer un revenu de base à tous ceux qui ont besoin d une telle protection, ainsi que des soins médicaux complets. 4

5 Tous ces instruments juridiques nationaux et internationaux servent de fondement solide à la reconnaissance du droit de tout citoyen congolais à la sécurité sociale. A part les acteurs politiques (le président de la république, les ministres, les parlementaires et les membres de leurs cabinets) ainsi que les mandataires des services et entreprises publics de l Etat, les magistrats, les médecins et les professeurs d université vivent dans l opulence, les autres travailleurs du secteur public sont mal rémunérés. Par conséquent, beaucoup de travailleurs de service public et privé vivent dans des conditions précaires pourtant en fonction et très médiocrement pendant la période de retraite et des maladies pénibles comme le VIH/SIDA, le cancer et le diabète, précipitant alors leur mort. IV. MISE EN ŒUVRE DE LA LOI PORTANT PROTECTION DE LA SECURITE SOCIALE EN RDC Parler de la sécurité sociale, c est relever les aspects liés à la santé, à la pension, à l allocation familiale.. En RDC, deux façons sont possibles pour bénéficier ces avantages : Adhésion libre au sein des Mutuelles de santé, Adhésion obligatoire au sein de l organisme chargé de sécurité sociale dénommée INSS. La dernière est celle qui recevait tous les travailleurs du secteur formel, mais elle présentait certaines faiblesses d ordre organisationnel, raison pour laquelle certaines personnes préfèrent aujourd hui s affilier aux mutuelles de santé. A ce jour, l INSS reste l unique institution qui s occupe des pensions de retraite, d invalidité, d allocation familiale La majeure partie de ces populations utilisées dans le secteur informel ne bénéficie d aucune forme de protection sociale formelle. La couverture des risques sociaux offerte par l institution qui gère la sécurité sociale (INSS) est limitée tant du point de vue du champ matériel (risques couverts) que du champ personnel (personnes bénéficiaires). En effet, concernant la couverture du risque maladie, seules les maladies professionnelles sont prises en compte et une infime minorité constituée des travailleurs du secteur structuré seulement en est bénéficiaire. Les travailleurs indépendants ainsi que les différentes catégories de travailleurs du secteur de l économie informelle sont, malgré leur prédominance et leur expansion de plus en plus croissante, exclus de la couverture des risques sociaux assurée par l INSS. Face à ces défis, il s avère plus qu urgent que la population congolaise s organise et prenne des initiatives susceptibles de lui permettre de disposer d une protection sociale correspondant à ses besoins prioritaires en matière de soins de santé. L article 204, point 22 de la constitution congolaise range l organisation de la promotion de la santé de base parmi les compétences exclusives des provinces. Ainsi s avère t-il nécessaire de s interroger sur la question de savoir quelle stratégie adopter pour faire accéder la grande partie de la population du Sud-Kivu aux soins de santé et au coût abordable. Pour répondre aux besoins réels des populations de cette contrée, un édit n 001/2011 du 3 juin 2011 portant organisation des mutuelles de santé dans la Province du Sud-Kivu a été promulgué par le Gouverneur de Province. Le système de paiements directs des services de santé par les usagers conduit aux inégalités dans l accès aux soins et contribue à appauvrir davantage les populations les plus démunies. Ces limites suggèrent une approche collective de couverture du risque maladie, c est-à-dire, le partage du risque financier lié au coût de soins entre affiliés : c est mutualisation du risque maladie. Celle-ci peut permettre de concilier l impératif d améliorer l accessibilité financièreiè aux soins de santé et la nécessité de mobiliser les ressources internes afin d accroître la viabilité financièreiè de services de santé. En somme, le système de sécurité sociale en vigueur en RDC est caractérisé par des limites tenant aux personnes protégées, aux éventualités couvertes et au niveau de prestation. S agissant de personnes protégées, un rapport au Gouvernement sur la réforme de la protection sociale, établi sous l égide du Bureau international du travail (juillet 1999) relevait que la sécurité sociale congolaise ne couvrait que 12 % environ de la population et que si les tendances de la démographie et la stagnation de l économie devaient se poursuivre, le taux de couverture de la population par la sécurité serait ramené à 8 % en 2002, puis à 5 % en 2015, la législation restant inchangée 5

6 Voici quelques mutuelles de santé fonctionnelles en RDC installées dans quelques provinces. 1. Equateur Mutuelle de santé de Bwamanda 2. Sud-Kivu Mutuelle de santé d Idjwi Nord; Mutuelle de santé d Idjwi Sud, Mutuelle de santé de Kalehe ; Mutuelle de santé de Nyantende Mutuelle de santé de Kadutu, Mutuelle de santé de Ciriri ; Mutuelle de santé de Bagira ; Mutuelle de santé de Katana-Birava ; Mutuelle de santé de Miti-Murhesa ; Mutuelle de santé de Kabare ; Mutuelle de santé de Kamanyola ; Mutuelle de santé des étudiants, Mutuelle de santé d Ibanda 3. Nord-Kivu: Mutuelle de santé de Butembo, 4. Kinshasa Mutuelle de santé des enseignants des écoles catholiques de Kinshasa (MUSECKIN) ; 5. Bas-Congo Mutuelle de santé Maman Mwilu ; Mutuelle de santé de Kisantu (MUSAKIS) 6. Kasaï Occidental Mutuelle de santé de Bulangi N.B Les mutuelles de santé de la RDC Le système mutualiste d assurance santé constitue un phénomène émergent en R. D. Congo. Il est très peu connu des congolais. La première expérience mutualiste dans ce domaine fut celle de la Mutualité Chrétienne du Zaïre (MCZa). Celle-ci fut créée au début des années 50 avec la collaboration de l Alliance Nationale des Mutualités Chrétiennes de Belgique (ANMC). D autres mutuelles ont été créées progressivement dans certaines provinces dont la liste non exhaustive ci-dessus. 6

7 Comme on peut le remarquer, la Province du Sud-Kivu est celle qui, en R.D.Congo, compte le plus grand nombre de mutuelles de santé. Néanmoins, le taux de pénétration demeure faible par rapport à l ensemble de la population du Sud-Kivu : sur les 34 zones de santé que compte la Province du Sud Kivu, seules dix sont couvertes par les mutuelles, soit un taux de couverture de 29,4%. Atouts et faiblesses des Mutuelles de Santé à adhésion libre L apport des mutuelles de santé se situe au plan de l accessibilité par la population bénéficiaire aux soins de santé, de la prévention contre les maladies et dans une certaine mesure, de l amélioration de la qualité des soins. En dépit des mérites que l on reconnaît aux mutuelles de santé, celles-ci sont, en général, confrontées à un certain nombre de contraintes notamment la sélection adverse, l escaladel des coûts ainsi i que de la fibl faible capacité organisationnelle et contributive. La sélection adverse est un phénomène qui se produit lorsque les personnes chez qui existent de fortes probabilités de tomber malade, ou qui sont déjà malades souscrivent à un système d assurance en plus grand nombre que des personnes présentant des risques moins élevés. Les atouts sont notamment la bonne couverture de la province en formations sanitaires : 76% en Hôpital Provincial de Référence et 80% en centres de santé, les expériences positives et de longue date de l'affiliation de la population aux mutuelles de santé dans certaines Zones de santé, les engagements du gouvernement provincial et des partenaires au développement à promouvoir l'adhésion aux mutuelles de santé, la prédisposition de la population à se constituer en mouvements associatifs pour partager certains risques ou confronter certains événements et la présence d'une coordination des mutuelles de santé fonctionnelle au sein de la Division Provinciale de la Santé. Les faiblesses relevées sont notamment le faible revenu de la population, en majorité paysanne, ne facilitant pas la souscription à une mutuelle, l alignement par le ménage des besoins en soins de santé modernes en 4 ème position dans l'hiérarchie des dépenses prioritaires du ménage, soit après la scolarisation, la nourriture et les dépenses sociales pour certains événements en famille, la longue période d'assistance humanitaire et d'urgence qui a émoussé la responsabilisation de la population dans la prise en charge financière de ses besoins de santé, l inexistence d'une ligne des crédits dans le budget de la Province pour accompagner l'engagement politique de soutenir les mutuelles de santé et l insuffisance du financement public pour soutenir la Divisioni i Provinciale i de la Santé et la Coordination à bien exercer leur rôle de coordination, d'encadrement et d'accompagnement techniques des mutuelles. 7

8 V. ASPECTS ECONOMIQUES Depuis plusieurs décennies, les entreprises congolaises connaissent un problème réel de gestion suite à l impunité et la crise de management constatée dans le chef de gestionnaire. Jadis, la RDC était grand exportateur mondial des produits miniers et agricoles. Son revenu était comparable à celui de la Corée, de l Afrique du Sud, du Canada. Actuellement le pays est classé parmi les pays les plus pauvres de la planète. Son budget annuel est estimé à 7 milliards de dollars américains (ressources internes et externes). Suite à la mauvaise gouvernance et à la détérioration du climat des affaires, une grande partie d industries étaient tombées en faillite et d autres fonctionnent aujourd hui timidement avec les moyens humains et financiers très limités. Bref, les tissus économiques sont délabrés et par conséquent peu d entreprises du secteur formel sont viables. SECTEURS FORMELS Deux structures sont fonctionnelles en RDC, à savoir le secteur public et privé. Secteur public L Etat gère beaucoup de services à caractère social et économique. Ces services utilisent les agents et fonctionnaires de l Etat dont certains sont bien rémunérés et d autres vivent dans la misère la plus atroce. Le traitement attribué aux agents varie entre 40 $ et 80 $, inférieur même au Salaire Minimum Interpersonnel Garanti (SMIG) que le Gouvernement par le truchement du Ministère de Travail et Prévoyance Sociale avait fixé. Le Gouvernement congolais n a pas de politique d emploi. Il crée difficilement le service et embauche un petit nombre de personnes sans tenir compte des critères objectifs de recrutement. A la fin de leur carrière, beaucoup ne bénéficient pas de pensions de retraite même des avantages sociaux. Secteur privé Ce secteur utilise un nombre important d employés travaillant dans le commerce, l industrie, l enseignement, le transport, les mines. En 2012, les rapports produits par la Direction Générale des Impôts font état d une faible participation des entreprises à la charge publique, car les redevables légaux identifiés officiellement sont estimés à plus ou moins dont soumis aux régimes éi réels él d imposition iti (hiff (chiffre d affaires supérieur éi à $ et contribuables sont assujettis à la Taxe sur la Valeur Ajoutée). Cette faible de mobilisation des recettes publiques fait que la RDC a un budget de 7 milliards dollars américains, paradoxalement à ses potentialités. C est dire qu un grand nombre ou une frange importante de la population échappe à l impôt et taxe et se retourne dans l économie souterraine ou informelle. Ces entreprises identifiées sont celles aussi reconnues par les autres services étatiques, notamment l Institut National de Sécurité Sociale (INSS) s occupant de la sécurité sociale des employés. Bref, à part les services de l Etat, entreprises travaillent dans le secteur formel en RDC dont leurs travailleurs sont à la fois assujettis à l impôt et à la cotisation de sécurité sociale au sein de l INSS. 8

9 SECTEURS INFORMELS SON INCIDENCE SUR L ECONOMIE Les personnes opérant dans le secteur informel atteindraient alors plus de 75 % de l ensemble des opérateurs économiques potentiels, chose anormale pour un pays qui veut se développer. Elles travaillent dans les mines, l enseignement, le commerce, le transport, l artisanat, l agriculture, le cabinet d avocats, l art.dont certains s exposent aux risques graves de maladie et accidents professionnels suite à la mauvaise condition de travail, à la vétusté des matériels de travail... Les matières premières sont exploitées par les personnes civiles, militaires et les bandes armées étrangères. Le commerce fait par ces dernières constituent une source de revenu pour s approvisionner en arme et munition. Dans l ensemble, une petite partie des matières premières est déclarée au service de l Etat et commercialisée officiellement tandis qu une grande partie est exportée clandestinement dans les pays limitrophes comme le Rwanda, le Burundi, l Uganda Il est surprenant de constater que ces pays sont devenus de grands exportateurs des minerais pourtant n en produisant pas. Par contre, la quantité des matières premières exportées par la RDC est faible. Les commerçants importent des marchandises à Dubai, Chine, Europe mais ne les étalent pas pour se soustraire au fisc. VI. ASPECT SOCIAL L avantage du secteur informel est d embaucher un nombre important d employés demployés non pris en charge par l Etat letat congolais. Malheureusement, ces personnes n ont pas ni la garantie d emploi ni la sécurité sociale, car elles sont révoquées à tout temps et n ont pas vraiment de considération quelconque visà-vis de leur employeur. Certains travailleurs ont la grâce de signer le contrat de travail avec leurs employeurs tandis que d autres ne le signent pas tout au long de leur carrière. En cas de maladie, de maternité, de vieillesse, d invalidité, ces travailleurs sont abandonnés par leurs patrons. Par conséquent, ils vendent leurs biens de valeur laissant les orphelins et la veuve dans des dettes au delà de leur capacité. D où la nécessité de s affilier à l INSS ou aux Mutuelles de santé. 9

10 VII. STRATEGIES ADOPTEES ET LECONS TIREES STRATEGIES POUR LA PROTECTION SOCIALE Adhésion volontaire aux mutuelles de santé qui supportent 80 % de factures émises par l hôpital ou un centre de santé quelle que soit la forme de maladie (professionnelle ou non professionnelle). Adhésion à une coopérative de microcrédit pour obtenir les fonds de se faire affilier aux Mutuelles de santé et de s organiser dans le ménage sur le plan économique, Adhésion obligatoire à chaque travailleur au sein de l Institut National de Sécurité Sociale STRATEGIES POUR LA PROMOTION DE L ECONOMIE NATIONALE Créer des coopératives minières afin de veiller à la traçabilité des minerais et favoriser l épargne, Amener les membres du secteur informel à travailler en équipe et/ou en corporation, Constituer un syndicat dans chaque groupe detravail, Sensibiliser la population à l éducation à la citoyenneté pour combattre la fraude, un moyen efficace de contribuer à la charge publique, Travailler en collaboration entre tous les services de l Etat pour localiser les personnes œuvrant dans le secteur informel, communiquer les statistiques de leurs transactions et les sensibiliser pour leur intégration dans le secteur formel LECONS TIREES La RDC a un arsenal juridique important qui consacre les droits à la sécurité sociale, mais son applicabilité pose problème, En réalité, le système de sécurité sociale en vigueur protège les catégories les plus favorisées de la société congolaise, en l occurrence les personnes qui exercent une profession salariée dans le secteur public et privé. Il laisse de côté l immense majorité de la main d œuvre du secteur informel qui représente plus de 90 à 95 % de la population active, notamment les chômeurs, les domestiques, les agriculteurs, les prostituées, les enseignants, les petits commerçants... Et pourtant, cette population dans sa majorité vit en dessous du seuil de pauvreté. Le secteur informel résorbe le chômage. Il contribue au développement du pays à un faible degré, mais leurs revenus échappent au contrôle de l Etat au niveau du circuit bancaire, au fisc, à l économie suite à la fraude. 10

11 VIII. RECOMMANDATIONS Promouvoir et créer les mutuelles de santé dans chaque territoire, Encadrer efficacement en corporation les personnes œuvrant dans le secteur informel, Définir une politique adéquate de santé communautaire pour que tout individu ait l accès aux soins, Insérer dans les rubriques budgétaires de la province les crédits alloués aux Mutuelles de santé, Voter les lois fiscales, commerciales et sociales adaptées à l environnement, Faire le plaidoyer et le lobbying pour amener le Gouvernement National a faire la santé une priorité, Doter la structure PCPS des moyens nécessaires pour lui permettre de réaliser certaines activités. IX. CONCLUSION Au terme de cette présentation, nous remercions vivement les organisations Southern African Social Protection Experts Network (SASPEN) et Friedrich Ebert Stiftung Zambia d avoir organisé ces assises combien salutaires. Nous remercions également tous les intervenants pour leur modeste contribution à la protection sociale des personnes œuvrant dans le secteur informel. Certes, les matières développées sont d une importance capitale. Nous pensons avec la volonté des gouvernants et des gouvernés, la sécurité sociale pour tous sera notre cheval de bataille. Dans ce cadre, l adhésion sera volontaire ou obligatoire. Ainsi, il s avère impérieux d encourager les mutuelles de santé. Un travail de lobbying mérite d être fait pour que l INSS couvre la totalité de risques et de gérer correctement les cotisations de ses membres, car avec l expérience, les pensionnaires bénéficient d un montant modique. D autres personnes par contre, dont leur société étaient tombées en faillite avant qu elles soient réellement prises en charge, ne bénéficient d aucun avantage social pourtant c est un droit à travers leur épargne. Pour la RDC où la population n a pas de culture fiscale, il est souhaitable de décourager le secteur informel pour que les opérateurs économiques se réfugient désormais dans le secteur formel, car le pays ne peut jamais se développer sans la participation à la charge publique à travers le paiement d impôts et taxes. Nous vous rassurons qu au retour au pays, nous allons partager l expérience acquise avec les gouvernants et les gouvernés pour que la protections sociale soit une réalité. 11

12 Merci pour votre aimable attention Par Jean Bosco WASSO KAZAMWALI Membre du Bureau de Coordination de la Société civile iil du Sud-Kivu en RDCONGO; Vice Président National de la Plateforme Congolaise pour la Protection Sociale en RDCONGO et le Coordinateur d INECOM asbl Téléphone : , ,

DOSSIER DE PRESSE POINT DE PRESSE

DOSSIER DE PRESSE POINT DE PRESSE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail Patrie MINISTERE DU TRAVAIL ET DE LA SECURITE SOCIALE SECRATARIAT GENERAL CELLULE DE COMMUNICATION REPUBLIC OF CAMEROON Peace Work Fatherland MINISTRY OF LABOUR AND

Plus en détail

Rôle et importance de la caisse de retraite pour agents et fonctionnaires de l Etat

Rôle et importance de la caisse de retraite pour agents et fonctionnaires de l Etat FORUM INTERNATIONAL DE HAUT NIVEAU SUR LA REFORME ET MODERNISATION DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE CONGOLAISE MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE SESSION VII INNOVATION STRATÉGIQUE EN MATIÈRE DE SYSTÈME DE

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

ATELIER 3 Analyse des différents systèmes de protection sociale en santé en Afrique

ATELIER 3 Analyse des différents systèmes de protection sociale en santé en Afrique FORMATION SUR LE DEVELOPPEMENT DE L ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE www.coopami.org ATELIER 3 Analyse des différents systèmes de protection sociale en santé en Afrique NIAMEY 12 et 13 juillet 2012 Cellule

Plus en détail

DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE

DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail Patrie ------------------ MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ------------------ SECRETARIAT GENERAL -------------------- DIRECTION DE LA PROMOTION DE LA SANTE ----------------------

Plus en détail

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS 1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS Séminaire technique sur l extension de la couverture de la sécurité sociale en Afrique centrale : Défis, Solutions, et Perspectives. PRESENTATION DE LA CAISSE NATIONALE DE

Plus en détail

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE --------------------------------

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- Retraités agricoles: non à l injustice et à l inéquité! Confrontés à la faiblesse des retraites agricoles, à la

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1531 du 17 décembre 2014 relatif au taux des cotisations d allocations familiales et d assurance

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle COUVERTURE SOCIALE AU MAROC COUVERTURE SOCIALE AU MAROC - Régime de sécurité sociale; - Régime du RCAR; - Code de la couverture

Plus en détail

sociale DSS La Direction de la sécurité Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité

sociale DSS La Direction de la sécurité Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité La Direction de la sécurité sociale DSS Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité 1, Place de Fontenoy 75350 Paris cedex Tél : 01 40 56 60 00 Fax : 01 40 56 72 88

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins.

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins. La Sécurité sociale a) Généralités La Sécurité sociale a été créée en 1945, suite à la seconde guerre mondiale. L équilibre du système français de protection sociale est actuellement une des préoccupations

Plus en détail

La situation du Rwanda

La situation du Rwanda L ASSURANCE - MALADIE OBLIGATOIRE La situation du Rwanda Par : Dr Innocent GAKWAYA : RAMA Mme Gisèle GATARIKI : Ministère des Finances et de la Planification Economique Mr Hertilan INYARUBUGA : Ministère

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

GRÈCE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions d Euros (EUR).

GRÈCE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions d Euros (EUR). GRÈCE Nomenclature IKA LAEK OAED OGA TEAM TEBE Organisme d assurance sociale Fonds pour l'emploi et la formation professionnelle Agence pour l emploi et la main-d œuvre Organisme d assurance de l agriculture

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ----------------------------------------------------------------------------------------- Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des

Plus en détail

Idées reçues sur la Sécurité sociale

Idées reçues sur la Sécurité sociale Idées reçues sur la Sécurité sociale Idée reçue n 1 : «La Sécu, c est la carte Vitale» La carte Vitale est sans doute le symbole le plus connu de la Sécurité sociale, mais la Sécurité sociale ne se limite

Plus en détail

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Hôtel El Aurassi 25 octobre 2010 Alger Algérie 1 Sommaire 1 2 3 4 Maroc : Chiffres clés Aperçu des régimes de sécurité sociale au Maroc Principales

Plus en détail

La couverture sociale universelle au Costa Rica

La couverture sociale universelle au Costa Rica La couverture sociale universelle au Costa Rica A retenir : Une couverture sociale qui offre les mêmes prestations à toute la population sans condition de revenus Des cotisations établies en fonction de

Plus en détail

SYMPOSIUM SUR LA PROTECION SOCIALE

SYMPOSIUM SUR LA PROTECION SOCIALE SYMPOSIUM SUR LA PROTECION SOCIALE Abidjan, 24-26 Juin 2015 1 Thème : PLACE DES ASSUREURS PRIVES DANS LE SYSTEME DE PROTECTION SOCIALE : ENJEUX ET PERSPECTIVES Par Saliou BAKAYOKO Directeur Général de

Plus en détail

Les lois sociales en Suisse Conférence donnée par Me M. CELI VEGAS Avocat à Genève (Suisse) et Madrid (Espagne) Consulat Général du Pérou à Genève

Les lois sociales en Suisse Conférence donnée par Me M. CELI VEGAS Avocat à Genève (Suisse) et Madrid (Espagne) Consulat Général du Pérou à Genève Les lois sociales en Suisse Conférence donnée par Me M. CELI VEGAS Avocat à Genève (Suisse) et Madrid (Espagne) Consulat Général du Pérou à Genève AVS -Assurance vieillesse et survivants Couvre besoin

Plus en détail

Le rôle de la société civile

Le rôle de la société civile Le rôle de la société civile Bruxelles 15 décembre 2011 Les mutuelles de santé au Burkina Faso Inégalité d accès aux soins de santé au Burkina Faso La majorité de la population vit en dessous du seuil

Plus en détail

QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR

QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR Rencontre des experts en protection sociale à Madagascar 18 et 19 Août 2015 Hôtel COLBERT Antaninarenina

Plus en détail

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 9. Majorations pour enfants et retraite complémentaire

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 9. Majorations pour enfants et retraite complémentaire Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points Guide salariés n o 9 avril 2014 Majorations pour enfants et retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés...

Plus en détail

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Module 1 Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Partie 1 - La sécurité sociale en Belgique et les mutualités. Plan 1- INTRODUCTION 2- GRANDS PRINCIPES DE LA SÉCURITÉ

Plus en détail

Les recettes de la journée de solidarité 2014

Les recettes de la journée de solidarité 2014 Dossier 20 mai 2015 Les recettes de la journée de solidarité 2014 Depuis son instauration en 2004 et jusqu en 2014, la journée de solidarité, initialement fixée au lundi de Pentecôte, a rapporté au total

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes

INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes IPRES_SENEGAL Responsabilité d un administrateur Les évaluations

Plus en détail

Artisans, industriels et commerçants. Votre assurance invalidité

Artisans, industriels et commerçants. Votre assurance invalidité Artisans, industriels et commerçants Votre assurance invalidité Édition 2015 ARTISANS, INDUSTRIELS ET COMMERÇANTS VOTRE ASSURANCE INVALIDITÉ L assurance invalidité permet de couvrir le risque «invalidité»

Plus en détail

Flash News. Mesures de politique sociale et nouvel impôt pour les personnes physiques en 2015

Flash News. Mesures de politique sociale et nouvel impôt pour les personnes physiques en 2015 www.pwc.lu/hrs Flash News Mesures de politique sociale et nouvel impôt pour les personnes physiques en 2015 24 mars 2015 Le 19 décembre dernier a été voté le premier volet des mesures retenues dans le

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda!"#$%&'()*"#+," &-).!!/&01&23425,)&6778 Données générales du pays Contexte historique des mutuelles

Plus en détail

ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE

ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE Plan de présentation Constat d ensemble sur l assurance santé Secteur formel Secteur privé Primes assurances non-vie

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

CHARLES CREVIER ANDRES ACUNA

CHARLES CREVIER ANDRES ACUNA Tendances en matière de systèmes de retraite public, l Organisation internationale du Travail et Quatrain Africa CHARLES CREVIER DÉPARTEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIAL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL CREVIER@ILO.ORG

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DU BASSIN DU CONGO

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DU BASSIN DU CONGO BURUNDI - CAMEROUN - CONGO - REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE - GABON GUINEE EQUATORIALE - REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO - RWANDA SAO-TOME & PRINCIPE - TCHAD CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE

Plus en détail

PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES

PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES Objectifs clés CSRP 1 Actions préalables en gras CSRP II Déclencheurs en gras CSRP III Déclencheurs en gras CSRP IV Résultats de moyen terme/indicateurs Global :

Plus en détail

ATELIER. www.coopami.org. FINANCEMENT et GESTION des systèmes d assurance maladie MODULE 1. THIES 7 mai 2012. Cellule Expertise&COOPAMI

ATELIER. www.coopami.org. FINANCEMENT et GESTION des systèmes d assurance maladie MODULE 1. THIES 7 mai 2012. Cellule Expertise&COOPAMI www.coopami.org FINANCEMENT et ESTION des systèmes d assurance maladie MODULE 1 ATELIE Formation pour les acteurs travaillant sur le financement de la santé et la sécurité sociale au Sénégal THIES 7 mai

Plus en détail

Exposé sous le thème: la sécurité sociale. Mlle Kaoutar El Mahdaoui

Exposé sous le thème: la sécurité sociale. Mlle Kaoutar El Mahdaoui Exposé sous le thème: la sécurité sociale Réalisée par: Encadré par Mlle Jalila Boussakri M.KHALID FARID Mlle Kaoutar El Mahdaoui Plan Introduction Axe I : Le régime de la CNSS: SECTION1: principe général

Plus en détail

PROFIL : COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DES ÉTATS D AFRIQUE CENTRALE (CEEAC)

PROFIL : COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DES ÉTATS D AFRIQUE CENTRALE (CEEAC) PROFIL : COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DES ÉTATS D AFRIQUE CENTRALE (CEEAC) 1. ADRESSE : CEEAC : +241-44 47 31 BP 2112 Fax:+241-44 47 32 Libreville Gabon Email: ceeac.orgsr@inet.ga Website : www.ceeac-eccas.org

Plus en détail

La Prévoyance en France 2010. «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard

La Prévoyance en France 2010. «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard La Prévoyance en France 2010 «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard 1. Histoire et Définition 2. Le Marché de la Prévoyance 3. Les différentes catégories

Plus en détail

FICHE PAYS UK (Législation applicable en janvier 2010)

FICHE PAYS UK (Législation applicable en janvier 2010) FICHE PAYS UK (Législation applicable en janvier 2010) IMMIGRATION // Visa business Les citoyens de l Espace économique Européenne (EEE) et la Suisse (avec certaines exceptions mentionnées ci-dessous)

Plus en détail

[LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] Abidjan, le 02 Février 2015. MUGEFCI - TOURE Laciné. MUTREPCI - SERY Jean-Pierre

[LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] Abidjan, le 02 Février 2015. MUGEFCI - TOURE Laciné. MUTREPCI - SERY Jean-Pierre Abidjan, le 02 Février 2015 MUGEFCI - TOURE Laciné MUTREPCI - SERY Jean-Pierre PASS - HUCHET Jean-Philippe [LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] 1 Des mutuelles pour participer à la réussite

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

LA POLITIQUE DE PROTECTION SOCIALE EN MATIERE DE COUVERTURE MALADIE: ETAT DE MISE EN ŒUVRE

LA POLITIQUE DE PROTECTION SOCIALE EN MATIERE DE COUVERTURE MALADIE: ETAT DE MISE EN ŒUVRE LA POLITIQUE DE PROTECTION SOCIALE EN MATIERE DE COUVERTURE MALADIE: ETAT DE MISE EN ŒUVRE Introduction L extension progressive de la protection sociale àtoute la population est un des axes majeurs de

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

LES SYSTEMES DE PROTECTION SOCIALE A BASE COMMUNAUTAIRE. Christian Jacquier Coordinateur Programme BIT/STEP Turin, décembre 2007

LES SYSTEMES DE PROTECTION SOCIALE A BASE COMMUNAUTAIRE. Christian Jacquier Coordinateur Programme BIT/STEP Turin, décembre 2007 LES SYSTEMES DE PROTECTION SOCIALE A BASE COMMUNAUTAIRE Christian Jacquier Coordinateur Programme BIT/STEP Turin, décembre 2007 systèmes de PSBC 1. Un phénomène mondial 2. Origine et causes du phénomène

Plus en détail

COMMUNIQUE DE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

COMMUNIQUE DE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT COMMUNIQUE DE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT 1.L a.s.b.l. FVS/AMADE Burundi désire recruter un consultant pour faire une étude de faisabilité pour la création des mutualités de santé pour les groupements

Plus en détail

ASF RECHERCHE UN(E) AVOCAT(E)-FORMATEUR VOLONTAIRE

ASF RECHERCHE UN(E) AVOCAT(E)-FORMATEUR VOLONTAIRE ASF RECHERCHE UN(E) AVOCAT(E)-FORMATEUR VOLONTAIRE POUR UN ATELIER DE FORMATION DU POOL NATIONAL D AVOCATS DE LA RDC EN MATIERE DE JUSTICE PENALE INTERNATIONALE ET DU SYSTEME DE STATUT DE ROME DE LA CPI

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

Améliorer les effets structurants du secteur des ressources minérales dans les pays de la Communauté économique d'afrique centrale

Améliorer les effets structurants du secteur des ressources minérales dans les pays de la Communauté économique d'afrique centrale CNUCED Améliorer les effets structurants du secteur des ressources minérales dans les pays de la Communauté économique d'afrique centrale Atelier régional et lancement de projet N djamena, Tchad, 25-30

Plus en détail

Entrée et séjour en Europe

Entrée et séjour en Europe Entrée et séjour en Europe CH-4501 Soleure Dornacherstrasse 28A Case Postale 246 Téléphone 032 346 18 18 Téléfax 032 346 18 02 info@ch-go.ch www.ch-go.ch Table des matières Introduction... 3 1. Entrée...

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ;

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ; ALLOCUTION DU MDSSPA A L OUVERTURE DES TRAVAUX DES JOURNEES DE CONCERTATION SUR UNE STRTATEGIE D EXTENSION DE LA MUTUALITE AU MALI (21 au 23 janvier 2010) --------------------------------------------------

Plus en détail

L ASSURANCE DANS UNE AFRIQUE EN MUTATION

L ASSURANCE DANS UNE AFRIQUE EN MUTATION L ASSURANCE DANS UNE AFRIQUE EN MUTATION Saliou BAKAYOKO Directeur Général de LMAI-VIe Membre du Groupe SUNU 1 «Sans système de protection sociale, pas de développement économique et sociale durable» 2

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010

Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010 1 Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010 Objectif global : Le Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé contribue effectivement à la mise en place

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Hanoï 6 novembre 2012. par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets

Hanoï 6 novembre 2012. par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets Hanoï 6 novembre 2012 par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets STRUCTURE de l exposé INTRODUCTION 1.Le fonctionnement du système 2.Le financement du système 3.La gestion du système QUESTIONS

Plus en détail

Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres!

Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres! Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres! Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Principales caractéristiques du système de santé en Belgique Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Sécurité sociale Introduction: De quoi vais je parler? Exposé: Seulement sur la sécurité sociale au sens strict!

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS

CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS POUR CEUX AYANT EXERCE UN METIER PENIBLE A partir du 1er janvier 2015, le compte personnel de prévention de la pénibilité permettra à près de 5 millions de salariés de

Plus en détail

ESPAGNE. 1. Principes généraux.

ESPAGNE. 1. Principes généraux. ESPAGNE Les dépenses de protection sociale en Espagne représentent 21,6%PIB. Le système espagnol est devenu récemment plus beveridgien. Ce système est relativement récent, le service national de santé

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

LA LOI MADELIN PREAMBULE

LA LOI MADELIN PREAMBULE LA LOI MADELIN PREAMBULE Les TNS (travailleurs non salariés) sont une population particulièrement touchée par le soucis des revenus de retraites : leurs cotisations ne leur laissera en moyenne que 60%

Plus en détail

L assurance retraite en France. Armand LOTZER 14/10/2013

L assurance retraite en France. Armand LOTZER 14/10/2013 L assurance retraite en France Armand LOTZER 14/10/2013 La CARSAT d Alsace Moselle : la gestion des prestations d assurance vieillesse près de 5 milliards versés à 685.000 retraités en 2012, dont 22.400

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale

Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale 1-2 novembre 2005 Financement solidaire et équitable des soins de santé en Belgique : entre Bismarck et Beveridge Prof. Marc VANMEERBEEK

Plus en détail

N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 novembre 2012. PROPOSITION DE LOI relative à la création d un

Plus en détail

1 AN APRES : BILAN D UNE REFORME DE PROGRES SOCIAL

1 AN APRES : BILAN D UNE REFORME DE PROGRES SOCIAL LOI GARANTISSANT L AVENIR ET LA JUSTICE DU SYSTEME DE RETRAITES 1 AN APRES : BILAN D UNE REFORME DE PROGRES SOCIAL Pour les jeunes p.3 Pour les salariés ayant travaillé à temps partiel ou emploi précaire

Plus en détail

Mieux comprendre l assurance avec Generali

Mieux comprendre l assurance avec Generali Mieux comprendre l assurance avec Generali Prévoyance : mieux comprendre ce qu il se passe en cas d invalidité Dans une précédente parution, nous avons abordé le thème de la prévoyance individuelle en

Plus en détail

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP CCVRP 7 et 9 rue Frédérick-Lemaître 75971 PARIS CEDEX 20 Téléphone : 01 40 33 77 77 Télécopie : 01 47 97 75 44 Site : www.ccvrp.com Mail : accueil@ccvrp.com Petit aujourd hui forcément grand demain Organisme

Plus en détail

LE SYSTEME DE COUVERTURE SOCIALE EN COTE D IVOIRE

LE SYSTEME DE COUVERTURE SOCIALE EN COTE D IVOIRE MINISTÈRE DE LA FAMILLE, DE LA FEMME ET DES AFFAIRES SOCIALES RÉPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION -DISCIPLINE -TRAVAIL DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE ET DE LA MUTUALITE LE SYSTEME DE COUVERTURE SOCIALE

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Réunion du réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA Libreville Gabon, 2-3 octobre 2012 Plan de la présentation

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du date Ville 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national : début de reprise économique, mais chômage encore trop fort Dans notre région, une problématique

Plus en détail

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations rurales pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Décret n o 2010-1776 du 31 décembre 2010 relatif à l assurance volontaire vieillesse et invalidité et au rachat

Plus en détail

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux Bureau du surintendant des institutions financières Bureau de l actuaire en chef Office of the Superintendent of Financial Institutions Des régimes de retraite mieux financés dans un système équilibré

Plus en détail

Nouvel élu? Solidaris vous informe

Nouvel élu? Solidaris vous informe Nouvel élu? Solidaris vous informe Mandataires politiques locaux et ASSURANCE MALADIE INVALIDITÉ Outre leur mandat politique, bon nombre de mandataires locaux exercent une autre activité comme travailleur

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES enseignementsup-recherche.gouv.fr Twitter : @MinistereESR «Après l effort exceptionnel qui avait été fait au budget 2013, avec une progression de plus de 7 % pour

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

Table des matières. Les activités à l étranger et le maintien de la protection sociale 9. Introduction 9

Table des matières. Les activités à l étranger et le maintien de la protection sociale 9. Introduction 9 Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Les activités à l étranger et le maintien de la protection sociale 9 Pierre Van Haverbeke Introduction 9 Titre I Les règles d assujettissement au régime de sécurité

Plus en détail

Les régimes d avantages sociaux au Canada

Les régimes d avantages sociaux au Canada Les régimes d avantages sociaux au Canada Les Canadiens vivent de plus en plus longtemps et doivent plus que jamais faire face à leur responsabilité d épargner pour la retraite. Leur espérance de vie étant

Plus en détail

CONTRAT DE TRAVAIL DU SALARIÉ FRANÇAIS DANS LE CADRE D'UN DÉTACHEMENT OU D'UNE EXPATRIATION. Généralités

CONTRAT DE TRAVAIL DU SALARIÉ FRANÇAIS DANS LE CADRE D'UN DÉTACHEMENT OU D'UNE EXPATRIATION. Généralités I MAJ.05-2015 SOMMAIRE A - CONTRAT DE TRAVAIL INTERNATIONAL CONTRAT DE TRAVAIL DU SALARIÉ FRANÇAIS DANS LE CADRE D'UN DÉTACHEMENT OU D'UNE EXPATRIATION A10 A10 CRITÈRES DE DISTINCTION ENTRE LA SITUATION

Plus en détail

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Mémoire présenté par les Organismes communautaires du secteur Famille : Association des haltes-garderies communautaires du Québec (AHGCQ)

Plus en détail

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de santé globale du personnel COTE : DG 2013-02 APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration le 26 février 2013 EN VIGUEUR LE : 26 février 2013 RESPONSABLE

Plus en détail

Résumé de la réforme des pensions février 2012

Résumé de la réforme des pensions février 2012 NOTE AU BUREAU DU PARTI 27 février 2012 Résumé de la réforme des pensions février 2012 Ce résumé ne concerne que les pensions du secteur privé. Un autre document suivra lorsque la réforme des pensions

Plus en détail

UNIVERSAL HEALTH COVERAGE DAY JOURNEE MONDIALE DE LA COUVERTURE SANTE UNIVERSELLE 12 décembre 2014 Abidjan, INADES-Formation, Côte d Ivoire

UNIVERSAL HEALTH COVERAGE DAY JOURNEE MONDIALE DE LA COUVERTURE SANTE UNIVERSELLE 12 décembre 2014 Abidjan, INADES-Formation, Côte d Ivoire UNIVERSAL HEALTH COVERAGE DAY JOURNEE MONDIALE DE LA COUVERTURE SANTE UNIVERSELLE 12 décembre 2014 Abidjan, INADES-Formation, Côte d Ivoire Photos de famille des participants à la journée mondiale de la

Plus en détail

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011 www.inami.be www.coopami.org L assurance maladie obligatoire dans le système de protection sociale en Belgique. Quels enseignements peut on en tirer pour les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier

Plus en détail

La mobilité des travailleurs européens : du détachement à l expatriation. Atelier de la Profession

La mobilité des travailleurs européens : du détachement à l expatriation. Atelier de la Profession La mobilité des travailleurs européens : du détachement à l expatriation Atelier de la Profession INTERVENANTS Pierre FAUCHER Expert-Comptable Rapporteur en charge du social Henri SCHMELTZ Expert-Comptable

Plus en détail