Le marché suisse du leasing Faits et tendances

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le marché suisse du leasing Faits et tendances"

Transcription

1 Economic Research Swiss Issues Politique économique Février 2013 Le marché suisse du leasing Faits et tendances

2 Impressum Editeur Giles Keating Responsable Research for Private Banking and Wealth Management Oliver Adler Responsable Economic Research Clôture de rédaction 21 janvier 2013 Visitez notre site Internet Copyright La présente publication peut être citée à condition d en mentionner la source. Copyright 2013 Credit Suisse Group AG et/ou entreprises liées. Tous droits réservés Auteur Niklaus Vontobel Swiss Issues Politique économique

3 Sommaire Résumé 4 1 Le financement d une entreprise: un défi de taille 5 2 Les fondements du leasing Définition et histoire du leasing Les formes de leasing Inscription de l objet du leasing au bilan Déroulement du leasing Modèles de calculs 14 3 Avantages et inconvénients du leasing pour les entreprises Quels sont les arguments en faveur du leasing? Quels sont les arguments en défaveur du leasing? Conclusion Le leasing dans la pratique 22 4 Le marché suisse du leasing 24 5 Glossaire 28 Swiss Issues Politique économique 3

4 Résumé De nombreux avantages par rapport au financement classique Réserve de fonds libres pour d autres processus et projets Prise en compte des particularités de l entreprise Nécessité croissante d un financement flexible Forme de financement spécifique, le leasing est une opération par laquelle un donneur de leasing cède à son partenaire contractuel l usage de biens mobiliers (véhicules professionnels, machines, matériel de bureau, etc.) ou immobiliers (immeubles commerciaux ou hôtels). Cette pratique particulière permet au preneur de leasing de financer intégralement ses investissements par des fonds de tiers. Dans le leasing, l aspect utilisation du bien prévaut sur l aspect propriété. En contrepartie de l utilisation de l objet, le preneur de leasing s acquitte de redevances couvrant les intérêts, les frais administratifs ainsi que l amortissement du capital. Le leasing offre de nombreux avantages par rapport aux modes de financement interne ou externe classiques. Le leasing ménage et préserve les liquidités: c est là son principal atout. Le bien souhaité peut être obtenu sans fonds propres et sans capitaux étrangers supplémentaires, la société de leasing prenant entièrement en charge le financement. Les liquidités restent donc disponibles pour d autres projets ou processus internes. Cet avantage prend tout son sens lorsqu il s agit de réaliser des investissements d extension, portant par exemple sur des équipements de production ou des installations d exploitation. Le leasing permet l extension des capacités matérielles, alors même que les liquidités restent disponibles pour financer notamment des investissements immatériels à rentabilité future, comme le développement de nouveaux produits ou des mesures de prospection du marché. De par leur nature spécifique, les contrats de leasing de biens d investissement offrent généralement aux entreprises une plus grande marge de manœuvre que la variante de l acquisition. En effet, celle-ci autorise uniquement le choix entre achat (et éventuellement plus tard désinvestissement) et pas d achat, tandis que le leasing donne à l entreprise la possibilité de tenir compte de ses besoins spécifiques par le choix de la durée, de la valeur résiduelle, des redevances de son contrat, etc. Le leasing offre en outre une base de calcul prévisible et permet de limiter le risque d obsolescence des moyens de production. Parallèlement, il peut renforcer l efficacité et les capacités d innovation de l entreprise en l obligeant à repenser régulièrement la planification de ses investissements et de sa production. Les avantages du leasing par rapport à d autres solutions de financement interne et externe dépendent cependant toujours des spécificités de chaque entreprise et de conditions liées au marché des capitaux ainsi qu à l objet concerné. Dans le sillage de la crise financière, le leasing a certes perdu du terrain face aux autres formes de financement (financement par des fonds étrangers et autofinancement) en Suisse. Une comparaison internationale révèle toutefois que le leasing de biens d investissement a déjà atteint une dimension bien plus importante dans d autres pays, ce qui parle en faveur d une progression de ce mode de financement en Suisse également. Par ailleurs, face à la mondialisation et à l intensification croissantes de la concurrence, les entreprises doivent compléter leurs instruments de financement traditionnels (fonds propres et crédits) par d autres solutions et adopter un mix de financement équilibré préservant leur marge de manœuvre financière, afin d être à même de saisir les opportunités d affaires et de croissance qui s offrent à elles. Un mix de financement souple et modulable intégrant notamment le leasing est indispensable dans ce contexte. Publiée pour la première fois en 2006, l étude «Le marché du leasing suisse» désormais disponible dans sa version actualisée présente les principales caractéristiques du leasing de biens d investissement et ses possibilités d application dans le financement des entreprises. Elle offre en outre une vue d ensemble du marché du leasing et de son évolution. Swiss Issues Politique économique 4

5 1 Le financement d une entreprise: un défi de taille Prédominance d une stratégie de financement peu diversifiée De nombreuses entreprises recourent toujours à un nombre limité d instruments pour le financement de leurs investissements, se contentant la plupart du temps de capitaliser leurs bénéfices ou de faire appel au crédit (crédits bancaires ou de fournisseur, acomptes de clients ou prêts d associés généralement). 1 Ce comportement s explique souvent par le fait qu elles ne disposent pas de moyens suffisants pour recourir au marché des capitaux ou à d autres sources de financement, ou même qu elles sont dans l incapacité totale d y accéder. Les bailleurs de fonds exigent une capacité d autofinancement élevée ou posent des conditions en matière de transparence et de financement, auxquelles les entreprises ne peuvent ou ne veulent pas se plier. Mais il peut aussi parfois s agir qu après en avoir soigneusement pesé les avantages et les inconvénients, elles se refusent à faire appel au marché des capitaux. Car le financement par crédit présente effectivement certains atouts par rapport à d autres formes de financement, parmi lesquels faibles taux d intérêt, avantages fiscaux et prescriptions moins contraignantes en matière de transparence. Cette préférence marquée pour la non-distribution des bénéfices ou le crédit trouve également sa source dans le manque d informations au sujet des alternatives de financement possibles. Figure 1 Les possibilités de financement des entreprises Types de financem ent Fonds étrangers Fonds propres Financement par des fonds étrangers Banque Crédit d exploitation Crédit d investissement Hypothèque Alternatives Leasing Factoring Crédit de fournisseur Acompte client Instrum ents du m arché onétaire/ des capitaux Instruments du marché monétaire Emprunts Financement m ezzanine Prêt subordonné Participation tacite Prêt partiaire Droit de jouissance Emprunt convertible/à option Financement par fonds propres Financement interne Bénéfices non distribués Amortissements Dissolution des provisions Aliénation de parties d actifs (désinvestissement) Financement externe Apport des associés Private equity Public equity (entrée en Bourse, apport complémentaire au capital-actions) Rendem ent escom pté par le bailleur de fonds Source: Credit Suisse Economic Research Un financement flexible impératif dans un environnement de marché dynamique Mais cette stratégie de financement rudimentaire atteint ses limites. Des marchés mondialisés et de plus en plus disputés ainsi qu un progrès technologique toujours plus rapide contraignent les entreprises à entrer en concurrence sur tous les paramètres stratégiques et opérationnels. Soumises à une pression concurrentielle croissante, les entreprises doivent se lancer à la conquête de nouveaux marchés afin d accroître leurs chiffres d affaires et de réduire leurs coûts unitaires (économies d échelle). Pour accéder à de nouveaux canaux de distribution, elles 1 Cf. Commission européenne (2011) Swiss Issues Politique économique 5

6 doivent racheter d autres sociétés ou s engager dans des coopérations. Les nouvelles technologies leur imposent d adapter leurs modèles commerciaux aux opportunités qui se présentent. Le lancement de nouveaux produits sur le marché par la concurrence les astreint à procéder à des investissements de développement coûteux. Toute entreprise souhaitant s imposer dans ce contexte de concurrence exacerbée se doit entre autres d adopter une stratégie de financement plus flexible. La mise en place de mesures stratégiques nouveaux modèles commerciaux, coopérations, exploitation de nouveaux canaux de distribution implique la plupart du temps un besoin accru en capital couplé à des risques élevés, souvent impossible à couvrir par les seuls fonds propres (apports supplémentaires, cash-flow, bénéfices non distribués). 2 Le crédit bancaire constitue fréquemment l instrument de financement idéal, mais pas systématiquement. Un projet mal financé engendre des coûts d opportunité. Si aucune solution n est trouvée, des occasions de croissance sont perdues. Un financement moderne va au-delà de la simple gestion des flux de liquidités Une stratégie de financement repose sur une multitude de facteurs déterminants. Pour une entreprise, le type de financement et le montant en jeu sont tout aussi décisifs que la juste combinaison de l ensemble des instruments disponibles (Figure 1). En ce sens, sa taille, sa forme juridique, sa phase de développement et la branche à laquelle elle appartient déterminent le mix de financement envisageable. Le rapport optimal entre fonds propres et capital étranger ainsi que le poids des différentes alternatives varient en fonction de la valeur, de l objectif et de la durée du financement. Une gestion moderne des finances d une entreprise va par conséquent bien au-delà des tâches traditionnelles de planification, gestion et contrôle des flux de liquidités. Elle tient compte des facteurs internes et externes influençant la valeur de l entreprise, des opportunités et des risques de ses stratégies et modèles commerciaux, ainsi que des nouveaux scénarios possibles. Une gestion financière dépassant la vision traditionnelle et soucieuse d accroître la valeur de l entreprise sur le long terme s efforce de minimiser les coûts du capital et de contrôler les risques de financement, tout en assurant la disponibilité des fonds requis par la mise en œuvre de la stratégie. Les conflits entre objectifs de résultats, de liquidités, d investissement et de financement en découlant doivent être résolus en fixant des priorités claires. 2 Credit Suisse (2006). Swiss Issues Politique économique 6

7 2 Les fondements du leasing 2.1 Définition et histoire du leasing Les conditions-cadres permettent de multiples configurations Des différences majeures par rapport à la forme classique de location Introduction du leasing en Suisse en 1964 Du point de vue juridique et de l économie d entreprise, la notion de «leasing» désigne la cession, moyennant rémunération, de l usage d un bien économique pour une durée et une utilisation déterminées. Elle repose sur l idée que l utilisation économique d un bien est plus importante que sa propriété. Ainsi, s il opte pour le leasing, l utilisateur d un bien économique ne devient pas son propriétaire juridique, ce qui aurait été le cas s il l avait acheté. Pendant la durée du contrat, l objet du leasing reste la propriété du donneur de leasing, qui finance le bien économique. En contrepartie de l utilisation et de l exploitation de l objet, le preneur de leasing lui verse des redevances couvrant l amortissement du capital en plus des intérêts. A l échéance du contrat, le preneur de leasing a le choix parmi différentes possibilités: il peut restituer l objet au donneur de leasing (fréquent dans le leasing d exploitation), le reprendre (rachat, courant dans le cas du leasing financier), ou souscrire un nouveau contrat de leasing sur la base de la valeur résiduelle (leasing d exploitation). 3 Il n existe pas à ce jour en Suisse de réglementation expresse relative aux opérations de leasing, 4 mais uniquement des usages. Dans ce contexte, les configurations possibles sont très variées, ce qui en fait un instrument financier flexible et adaptable à de nombreuses situations. Bien que ce terme anglo-saxon signifie littéralement «louer», «prendre en bail» ou «céder» (en anglais, to lease = louer) et que le leasing présente quelques similitudes avec la forme «classique» de location, il s en distingue également en plusieurs points essentiels. Tout d abord, le preneur de leasing doit assumer des obligations incombant normalement au propriétaire en lien avec l objet et son utilisation, telles que l entretien et la couverture contre les risques. Dans le cas de la location, l entretien, l assurance et la gestion du bien reviennent en revanche au propriétaire (le bailleur). Ensuite, les redevances et la durée d utilisation d un leasing sont fixées d emblée pour toute sa durée, alors que tant le prix que la durée d une location peuvent être soumis à des fluctuations non prévisibles dépendant des clauses du contrat et de l évolution du marché. Par ailleurs, le bailleur décide généralement seul du moment de la mise à disposition du bien économique, de sa nature, de son producteur/constructeur et du fournisseur. Le preneur de leasing quant à lui définit lui-même, en accord avec la société de leasing, le profil de l objet d investissement et la date de sa mise à disposition en fonction de ses besoins spécifiques. Enfin, de nombreux modèles de leasing prévoient le rachat ultérieur de l objet par le preneur de leasing, auquel cas les redevances, ou plutôt une partie d entre elles dont le montant a été fixé au préalable, sont déduites du coût. Les principaux points de convergence et de divergence entre le leasing et d autres contrats apparentés sont récapitulés dans la figure ci-après (Figure 2). Les origines du leasing en tant que forme de financement de biens axée sur leur utilisation remontent à 1877, lorsque la société américaine Bell décida de louer ses téléphones au lieu de les vendre. 5 D autres entreprises suivirent cet exemple, à l instar d IBM qui, pour écouler ses machines à cartes perforées, se mit à les proposer en leasing. Les volumes concernés restèrent néanmoins limités pendant plusieurs décennies, car seuls quelques industriels recouraient au leasing comme instrument de distribution. L événement décisif fut la création en 1953 à San Francisco de la première société exclusivement dédiée à cette solution, baptisée «United States Leasing Corporation». Par la suite, d autres sociétés de leasing indépendantes virent le jour aux Etats-Unis. De simple outil de commercialisation, le leasing devint ainsi progressivement un produit de financement à part entière, ce qui favorisa de manière significative sa diffusion. Plus lente à s ancrer en Europe, cette pratique ne suscita l intérêt en Grande-Bretagne qu à partir de 1960, et deux ans plus tard en Allemagne. Elle fut introduite en Suisse en 1964, avec la 3 Dans le leasing de biens immobiliers, le preneur de leasing peut soit restituer l objet à l échéance du contrat, soit prolonger celui-ci. 4 En vue de garantir la protection des consommateurs, seul le leasing de biens de consommation est réglementé, dans le cadre de la loi fédérale sur le crédit à la consommation (LCC). Par leasing de biens de consommation, on entend les contrats impliquant des personnes privées. Ces contrats portent majoritairement sur des véhicules à moteur (leasing automobile), mais peuvent aussi concerner d autres objets tels que des réfrigérateurs, des lave-linge ou encore des téléviseurs. 5 Cf. Marek (2001), Spittler (2002) et Feinen (2002) pour un historique complet. Swiss Issues Politique économique 7

8 fondation de la société Industrieleasing AG par la Société de Banque Suisse. 6 Après ces débuts hésitants, le secteur du leasing commença à se développer sur le Vieux Continent dans les années 1970, mais avec un impact différent en tant qu instrument de financement pour les entreprises sur l économie nationale d un pays à l autre. Il gagna en importance en tant que tel essentiellement dans les pays où il pouvait bénéficier d un contexte fiscal et de réglementations avantageuses, notamment en matière d inscription au bilan des objets du leasing et de pratiques d amortissement, comme la Grande-Bretagne et l Allemagne. 7 Figure 2 Comparaison entre le leasing et les types de contrats apparentés Leasing Location Achat Achat à tempérament Objectif Cession pour une durée Cession contre rémunération de Achat au comptant Achat à crédit avec paiement par déterminée du droit de jouissance l usage d un objet pour une mensualités et d utilisation d un objet durée déterminée Caractère Oui (dans le cas de biens Non (exception: contrats de Oui Oui d investissement d investissement) location-vente) Réponse au besoin Choix de l objet et configuration Dans certains cas, restrictions La propriété précède l utilisation Utilisation immédiate, mais du contrat en fonction de dans la sélection de l objet et accession progressive à la l utilisation prévue l élaboration du contrat propriété Propriété Pendant la durée du contrat, la Le locataire n acquiert pas la Volonté de transférer la Volonté de transférer la propriété société de leasing conserve la propriété, mais uniquement la propriété à la conclusion du à la conclusion du contrat. propriété du bien économique possession. (Exception pour les contrat. Conduit à la propriété Conduit à la propriété par la (le droit juridique sur celui-ci). Le contrats de location-vente: le par la remise et le paiement de remise de l objet acheté ou, en preneur de leasing est le locataire acquiert une option l objet acheté. cas de réserve de propriété, par possesseur (droit de jouissance d achat sur le bien loué, auquel le versement de la dernière effective momentané) et peut cas une partie du loyer définie à échéance. (Parallèle avec la disposer d une option d achat à l avance est déduite du prix location-vente) l expiration du contrat. d achat convenu.) Dispositions légales Pas de dispositions légales Art. 253 ss CO (location-vente: Art. 184 ss CO Pas de dispositions légales expresses («contrat innommé»). d abord droit du bail, puis droit expresses A l exception du leasing de d emption) biens de consommation régi par la loi fédérale sur le crédit à la consommation. Durée Généralement fixe et non Généralement indéterminée et résiliable résiliable Paiement Redevances de leasing fixes Adaptation du loyer possible Redevances fixes Achat ultérieur Possible, étant donné que le Plutôt exceptionnel leasing contient également une (contrats de location-vente) composante financement Frais d entretien et de En général, à la charge du En général, à la charge du A la charge de l acheteur A la charge de l acheteur réparation preneur de leasing bailleur Risques de détérioration En général, à la charge du En général, à la charge du A la charge de l acheteur A la charge de l acheteur et de perte de valeur preneur de leasing bailleur Source: Credit Suisse Economic Research 6 Cf. Boemle/Stolz (2002), p Pour en savoir plus sur l impact du leasing sur l économie nationale, se reporter au chapitre «Le marché suisse du leasing». Swiss Issues Politique économique 8

9 2.2 Les formes de leasing Quatre catégories pour une distinction par objet Les formes et les configurations des contrats de leasing sont très variées, ce qui complique sa définition et sa classification du point de vue économique, mais aussi juridique. Aux yeux des entrepreneurs, la nature du contrat et l objet du leasing sont les critères les plus importants. 8 Pour la classification par objet, une distinction fondamentale est établie entre opérée entre leasing mobilier (leasing de biens d investissements), leasing immobilier, leasing de flotte et leasing de biens de consommation. Ces catégories peuvent également se subdiviser en fonction du niveau de précision souhaité. Pour la catégorie leasing mobilier, la classification par objet se fait habituellement dans les segments suivants: véhicules, avec les sous-catégories véhicules de tourisme, poids lourds, autocars, élévateurs, etc., ainsi que les véhicules spécifiques comme les bateaux, les aéronefs et les matériels roulants ferroviaires; appareils et équipements (PC et serveurs, photocopieurs, instruments médicaux ou de mesure, etc.); machines de production et équipements industriels; installations et systèmes (installations téléphoniques, systèmes d accès, etc.). Les contrats de leasing immobilier permettent notamment de financer les objets suivants: immeubles commerciaux (immeubles de bureaux ou administratifs); sites de production (immeubles à usage artisanal et industriel); entrepôts et centres logistiques; hôtels. Le leasing immobilier est aujourd hui proposé en Suisse par un certain nombre d institutions pour des montants supérieurs à un million CHF. Dans le cas des biens mobiliers, les seuils de valeur sont imposés par le rapport entre les frais de gestion du contrat et les coûts d acquisition de l objet. C est la raison pour laquelle en Suisse, dans la pratique et sauf cas exceptionnels, la souscription d un contrat de leasing pour des biens d investissement mobiliers n est possible qu à partir d un montant d environ CHF. Au regard des effets du leasing sur le bilan des entreprises, il est utile d établir une distinction entre leasing d exploitation et leasing financier (Figure 3). Le leasing d exploitation se caractérise par des contrats facilement résiliables ou par une durée contractuelle nettement inférieure à celle de l amortissement. En règle générale, les contrats sont assortis de périodes de bail de base non dénonçables, au terme desquelles ils sont résiliables. La valeur résiduelle de l objet calculée pour la fin du contrat est généralement élevée (amortissement partiel). Dès lors que le preneur de leasing a respecté ses obligations de maintenance et d entretien, le risque de valeur résiduelle est supporté par le donneur de leasing. 9 Par leasing financier, on entend plutôt des types de contrat à durée fixe de plusieurs années, laquelle correspond généralement à la durée d utilisation technique de l objet. Le locataire n a pas la possibilité de dénoncer le contrat pendant sa durée. Pendant la durée du contrat, l objet reste la propriété de la société de leasing et une fois l échéance atteinte, il est presque entièrement amorti (amortissement intégral). En raison de la faible valeur résiduelle, le preneur de leasing choisit la plupart du temps d acheter l objet à l issue du contrat. Le leasing financier s apparente donc à un achat financé par crédit, d un point de vue économique mais non juridique. En Europe, son impact économique est supérieur à celui du leasing d exploitation. Outre le leasing d exploitation et le leasing financier, il existe une grande diversité de modèles de leasing, comme les «contrats d amortissement intégral et partiel», les contrats de «sale and 8 La classification d une opération de leasing peut également se fonder sur le montant du remboursement (amortissement intégral ou amortissement partiel) ou le donneur de leasing (leasing direct ou indirect). Pour plus d informations sur ces types de contrats de leasing, se reporter au glossaire. 9 Dans le leasing immobilier, le risque de valeur résiduelle est toujours assumé par le donneur de leasing. Swiss Issues Politique économique 9

10 lease back», de «buy and lease», de «cross-border leasing», de «(full) service leasing» ou de «leasing communal». 10 Figure 3 Comparaison entre leasing d exploitation et leasing financier Leasing d exploitation Leasing financier Objets de leasing Biens mobiliers et immobiliers Biens mobiliers et immobiliers Durée du contrat Limitée par la durée d utilisation économique Limitée par la durée d utilisation économique Caractère d investissement Non Oui Signification économique Location, utilisation Financement d un investissement Amortissement de l objet Risques de l investissement Inscription au bilan Donneur de leasing Amortissement partiel par le preneur de leasing. Par la vente finale de l objet, le donneur de leasing peut l amortir intégralement. Risque de valeur résiduelle supporté par le donneur de leasing Selon le droit suisse (Code des obligations), pas d obligation d inscription au bilan pour le preneur de leasing. Celui-ci doit cependant indiquer la valeur totale de ses futurs engagements de leasing non inscrits au bilan dans l annexe des comptes annuels. Selon les normes comptables (RPC, IFRS, US GAAP), l objet du leasing n a pas à figurer au bilan. Les engagements de leasing courant doivent toutefois être mentionnés dans l annexe des comptes annuels. Sociétés de services financiers, ainsi que fabricants et fournisseurs possédant leurs propres services de leasing. Amortissement intégral 11 Risque de valeur résiduelle supporté par le preneur de leasing Selon le droit suisse (Code des obligations), pas d obligation d inscription au bilan pour le preneur de leasing. Celui-ci doit cependant indiquer la valeur totale de ses futurs engagements de leasing non inscrits au bilan dans l annexe des comptes annuels. Selon les normes comptables (RPC, IFRS, US GAAP), l objet du leasing doit figurer au bilan. Sociétés de services financiers, ainsi que fabricants et fournisseurs possédant leurs propres services de leasing. Source: Credit Suisse Economic Research 2.3 Inscription de l objet du leasing au bilan L inscription au bilan: un défi de taille Le leasing d exploitation est assimilé à un bail à loyer du point de vue comptable L une des principales caractéristiques du leasing réside dans la séparation de la propriété juridique de la possession économique. Tandis que, d un point de vue juridique, l objet du leasing reste la propriété de la société de leasing, son utilisation, mais aussi les risques de propriété qui lui sont liés sont transmis au preneur de leasing pour une durée déterminée. Une question importante se pose donc d un point de vue comptable: au bilan de quelle société inscrire l objet du leasing? Le traitement comptable de cette forme de financement constitue par conséquent un défi de taille. En Suisse, le Code des obligations (CO) et le droit de la société anonyme constituent la référence en matière de traitement comptable du leasing d exploitation. Conformément à ces directives, qui fournissent une réponse minimale à ce sujet, le leasing d exploitation est assimilé à un bail à loyer/à ferme du point de vue comptable. Il n y a en principe pas d obligation d inscription au bilan. En d autres termes: selon la pratique suisse, le preneur de leasing n a ni à porter ses engagements au passif, ni à inscrire les droits d usage à l actif. En vertu de l art. 663b CO, les engagements de leasing doivent figurer uniquement dans l annexe des comptes annuels, tandis que les versements de leasing peuvent être comptabilisés en tant que 10 Ces formes de leasing ne seront pas traitées plus en détail ici. Pour plus d explications, se reporter au glossaire. 11 A l exception des immeubles, pour lesquels un amortissement intégral ne serait pas judicieux au plan économique. Swiss Issues Politique économique 10

11 charges dans le compte de résultats et donc entièrement déductibles des impôts. Cette règle s applique à la grande majorité des entreprises suisses. 12 Nouvelles normes comptables en préparation En août 2010, l International Accounting Standards Board (IASB) et le Financial Accounting Standards Board (FASB) ont publié une proposition commune (exposésondage) relative à une nouvelle norme comptable applicable au leasing. 13 Cet effort de réforme repose d une part sur le constat du poids économique croissant du leasing en tant qu instrument de financement. Face à cette évolution, il est d autant plus urgent que l inscription au bilan du leasing donne une image complète et transparente des activités de l entreprise dans ce domaine. D autre part, le fait que les règles comptables existantes permettent aux entreprises et autres organisations privées d enregistrer leasing d exploitation et leasing financier différemment au bilan est critiqué. Comme précédemment mentionné, le leasing d exploitation ne doit pas apparaître au bilan, une mention dans l annexe des comptes annuels suffisant. Chaque transaction en relation avec le leasing financier doit en revanche être portée au bilan et mentionnée séparément. De l avis des critiques, les règles actuellement applicables ne permettent pas de présenter fidèlement les obligations et droits financiers découlant des opérations de leasing. Ne sont notamment pas enregistrés certains droits et/ou obligations qui entreraient de fait dans la définition d actifs/de dettes retenue par le cadre conceptuel du FASB. La distinction catégorique établie entre leasing d exploitation et leasing financier se traduit en outre par une faible comparabilité des bilans ainsi que par une complexité inutile. En conséquence de quoi, l IASB et le FASB travaillent à présent en commun à l élaboration d une nouvelle approche d inscription du leasing au bilan, devant garantir que les obligations et droits financiers découlant de transactions de leasing soient reconnus en tant qu actifs et dettes. Organisme de droit privé chargé de la normalisation comptable, le FASB a pour objectif de développer des principes généralement reconnus de présentation des comptes pour les sociétés et organisations privées américaines (US Generally Accepted Accounting Principles US-GAAP). L IASB est un organisme international indépendant réunissant des professionnels de la comptabilité, qui est responsable de l élaboration des Normes internationales d information financière (IFRS) et de leur application à l échelle mondiale. L UE, Hong Kong, Singapour, la Russie et l Inde utilisent par exemple les IFRS. Pour le preneur de leasing, l élément clé de cette proposition de réforme réside dans la suppression de la différenciation entre leasing d exploitation et leasing financier. Il ne lui serait alors plus possible d affecter les contrats au leasing d exploitation ou financier et de les inscrire en conséquence à son bilan. En lieu et place, tous les engagements de leasing devraient être enregistrés au bilan selon l approche voulant que les biens en leasing soient spécifiés comme droits d usage avec les engagements correspondants, 14 à l exception des contrats d une durée inférieure à un an. Leasing financier: la question de l inscription au bilan gagne en importance Le leasing financier a sensiblement gagné en importance ces dernières années. Parallèlement à cette évolution, une plus grande attention a également été portée à la question relative aux modalités de traitement comptable des contrats de leasing pour le preneur de leasing. S agissant de l enregistrement au bilan des opérations de leasing, les dispositions régissant l établissement des comptes sont ici bien plus sévères et détaillées que les règles générales d établissement de bilans. Il s agit notamment des «Recommandations relatives à la présentation des comptes (RPC)» en Suisse, des «Normes internationales d information financière (IFRS)» ou encore des «US Generally Accepted Accounting Principles (US-GAAP)» aux Etats-Unis, qui imposent au preneur de leasing des obligations spécifiques en matière d établissement de bilan et d information. Par conséquent, les opérations de leasing financier 12 Le fait qu un engagement de leasing doive figurer uniquement dans l annexe des comptes annuels est sans importance lors du contrôle du preneur de leasing par les parties prenantes (banques notamment) et n a donc généralement aucune influence sur le financement par des fonds étrangers. 13 Financial Accounting Standard Board (2012): Project Update. Leases Joint Project of the FASB and the IASB. 14 Cf. Boemle/Stolz (2012), p Swiss Issues Politique économique 11

12 doivent être enregistrées dans le bilan consolidé et mentionnées séparément. A cet effet, le prix d achat de l objet du leasing est à inscrire à l actif du bilan et les redevances de leasing courant sont à comptabiliser comme dettes envers le donneur de leasing. Contrairement au leasing d exploitation, le leasing financier n est donc pas sans influence sur le bilan, puisqu il entraîne un accroissement de la somme du bilan. Une entreprise choisissant le leasing financier affiche par conséquent un ratio de fonds propres plus faible que celle qui opte pour le leasing d exploitation. Pour les deux formes de leasing, les entreprises comptabilisent les redevances à verser dans le compte de résultats en tant que charges d exploitation. Une différenciation difficile Dans la pratique, en raison des nombreuses formes de contrats possibles, la distinction entre leasing d exploitation et leasing financier n est pas si simple. Les critères jusqu à présent définis par les normes ne sont pas univoques et laissent une marge de manœuvre considérable en termes de bilan. Dans la pratique, le risque existe que cette marge de manœuvre soit mise à profit pour configurer les contrats de leasing de façon à éviter leur inscription au bilan. Il arrive ainsi que les comptes annuels des entreprises ne soient plus comparables et aillent à l encontre de l objectif d utilité décisionnelle. 15 En conséquence de quoi, l IASB et le FASB s efforcent actuellement de faire abolir la distinction entre les deux formes de leasing (cf. encadré cidessus). Dans le cadre des principes existants de présentation des comptes RPC, IFRS et US- GAAP, des critères ont déjà été fixés pour permettre d attribuer chaque contrat à l une ou l autre de ces catégories. Conformément aux réglementations RPC 16, les objets sont à affecter au leasing financier pour le preneur de leasing si: à l échéance du contrat, la propriété de l objet du leasing est transmise au preneur de leasing, ou à la fin de la durée de leasing, un éventuel paiement résiduel, permettant au preneur de leasing d acquérir l objet, est nettement inférieur à la valeur de marché, ou la durée de leasing escomptée diffère de peu de la durée d utilisation économique de l objet du leasing, ou la valeur résiduelle actuelle des redevances de leasing acquittées à la fin du contrat est proche de la valeur d acquisition ou de la valeur de marché nette de l objet du leasing. Si aucun de ces critères n est rempli, il y a leasing d exploitation au sens d une définition par exclusion. Les entreprises doivent inscrire les transactions de leasing financier au bilan lorsqu elles sont tenues de présenter des comptes annuels conformes aux dispositions RPC pour la Suisse ou IRFS (l objet du leasing doit être enregistré à l actif et les engagements correspondants au passif). Les démonstrations révèlent que le traitement comptable du leasing est différent selon la forme du leasing et le standard de présentation des comptes à appliquer. Il est donc important pour les entreprises de se pencher sur la question afin d être en mesure d évaluer les effets comptables en résultant. 2.4 Déroulement du leasing Leasing direct par le producteur ou indirect via un établissement financier indépendant Le leasing de biens d investissement fait généralement intervenir trois parties: le fabricant ou fournisseur de biens économiques, le preneur de leasing et le donneur de leasing (Figure 4). Ce dernier peut être un fabricant, un distributeur de biens économiques susceptibles d être donnés en leasing ou encore un établissement financier indépendant. Les distributeurs ou les fabricants proposent des biens en leasing via des divisions spécifiques ou leurs propres sociétés financières (leasing direct). Cette forme de leasing, qui leur sert à écouler leurs produits, est par conséquent désignée par le terme de «leasing vente» (cf. encadré). Les donneurs de leasing peuvent également être des établissements financiers indépendants proposant en leasing les produits fabriqués par divers producteurs; comme il s agit d entités différentes des fabricants ou des fournisseurs, on parle de leasing indirect. 15 Le critère de l utilité décisionnelle est défini en tant que principal objectif des comptes dans le «Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers» IFRS (Framework for the Preparation and Presentation of Financial Statements). 16 Cf. Boemle/Stolz (2012). Swiss Issues Politique économique 12

13 Figure 4 Schéma de base du déroulement d une opération de leasing Donneur de leasing Preneur de leasing Objet Fabricant/ fournisseur Source: Credit Suisse Economic Research Correspondance étroite avec les besoins du preneur de leasing Des redevances flexibles, modulables selon les situations Il existe différentes possibilités pour conclure un contrat de leasing. Le preneur de leasing peut par exemple sélectionner directement l objet désiré auprès du fabricant ou du fournisseur. Le donneur de leasing acquiert l objet, puis en cède l usage au preneur de leasing contre versement de frais de dossiers uniques, qui en Suisse atteignent habituellement entre 0,5% et 1,0% du prix d achat, puis contre paiement d une redevance de leasing généralement mensuelle. Autre alternative: le preneur de leasing peut s adresser à un donneur de leasing afin de profiter de son savoir-faire, que ce soit pour la recherche du bien économique ou des questions techniques. Ainsi, à la différence de la location, le leasing est plus étroitement lié aux besoins d utilisation du preneur de leasing, car il lui permet de choisir l objet répondant exactement à ses attentes, voire de le composer lui-même. Le locataire, à l inverse, est parfois contraint de faire certaines concessions sur ce point. 17 La redevance de leasing se compose des intérêts de mise à disposition du capital par la société de leasing, d une part d amortissement, d un supplément pour le risque de défaut, des frais de gestion pour le donneur de leasing et de la marge bénéficiaire. Le montant de la redevance de leasing se négocie au cas par cas et dépend essentiellement de la durée du contrat, du besoin d amortissement exigé et du risque supporté par le donneur de leasing (client, branche, objet du leasing). La valeur effective de l objet en particulier est déterminante: plus la valeur prévue au moment de la revente est faible, plus la redevance est élevée. Les conditions d un contrat de leasing sont similaires à celles d un crédit classique et correspondent dans la pratique au taux d intérêt de crédits bancaires avec sûretés comparables à moyen ou long terme. En principe, les versements de leasing sont convenus pour toute la durée du contrat. En règle générale, l évolution du montant est linéaire et le règlement se fait d avance. Du fait de la modularité des contrats de leasing, des versements dégressifs, progressifs ou saisonniers adaptés à la situation spécifique de l entreprise sont également possibles. 17 Le preneur de leasing peut en outre sous-louer l objet, sous réserve d avoir obtenu l accord préalable du donneur de leasing. Swiss Issues Politique économique 13

14 Le leasing vente en point de mire On parle de «leasing vente» quand un commerçant ou un fabricant collabore avec un partenaire pour le financement de la distribution de ses produits. Le commerçant ou le fabricant propose l option de leasing en même temps que l objet, d où la dénomination de «Vendor Leasing». Des contrats potentiels sont alors transmis à la société de financement. Les biens les plus couramment financés par ce biais sont les voitures de tourisme, les véhicules utilitaires ou les biens industriels standardisés tels que les machines de construction, les machines-outils ou les élévateurs à fourche. Avantages pour le fournisseur: - instrument de promotion des ventes et de la distribution; - pas de risque de non-recouvrement, car la société de financement paie immédiatement; - informations sur les besoins d investissement de remplacement des clients; - fidélisation à long terme des clients. Avantages pour la société de financement: - le fournisseur fait office de canal de distribution supplémentaire; - augmentation des ventes du produit «leasing». 2.5 Modèles de calculs Méthode de la rémunération à terme échu Les modèles de calculs suivants montrent les facteurs à prendre en compte lors d un financement d investissement par leasing ou par achat à l aide de capital étranger ou de fonds propres, ainsi que les effets respectifs de ces variantes sur les liquidités. A des fins de simplification, la méthode de la rémunération à terme échu a été utilisée comme base pour les calculs relatifs au leasing, bien que celle de la rémunération par avance soit plus courante dans la pratique Hypothèse En vue d élargir ses capacités de production, une entreprise souhaite réaliser un investissement (p. ex. dans une machine) d un montant de CHF. On suppose que ce bien génère un produit brut annuel de CHF et reste en service pendant cinq ans. Les deux sources de financement possibles sont le leasing ou le crédit Calcul pour l option leasing Redevances de leasing calculées selon la méthode des annuités Les redevances de leasing sont en règle générale calculées selon la méthode des annuités, c est-à-dire que les montants des mensualités sont identiques pendant toute la durée du contrat et intègrent les intérêts et l amortissement. On commence par calculer, à l aide de la formule (1), le montant net de l investissement (K0), à savoir la valeur d acquisition (I0) moins la valeur résiduelle actualisée (RWt) à l échéance du contrat. Ensuite, au moyen de la formule (2), on calcule la redevance de leasing constante en appliquant la méthode des annuités: Swiss Issues Politique économique 14

15 (1) K I VR 1 i t 0 0 t avec t = 60 m (2) Redevance de leasing t, à terme échu = K 0 t 1 im im t 1 i 1 m Légende: K0 = montant net de l investissement I0 = valeur d acquisition de l objet VRt = valeur résiduelle de l objet im = intérêts contractuels par mois t = durée du contrat Le solde de la dette diminue progressivement Avec la méthode des annuités, la charge totale mensuelle de remboursement des intérêts et du capital reste identique pour le preneur de leasing (Figure 5). Le montant des intérêts dus décroît chaque mois d une somme constante, tandis que le remboursement du capital (amortissement) augmente dans la même proportion. Ainsi, le solde de la dette diminue progressivement. La courbe en pointillés représentant le solde de la dette sur la figure est linéaire, en raison de l augmentation relativement faible mais constante de l amortissement mensuel choisie dans le modèle de calcul. Si le montant de l amortissement mensuel avait été plus élevé, cette courbe apparaîtrait ascendante et sa pente serait plus importante. Le montant de l amortissement est toujours calculé d après l échéance des intérêts précomptés. Pour une somme contractuelle de CHF, un taux d intérêt fixe de 5% par an et une durée de 5 ans, soit 60 mois, les flux de versements suivant les formules (1) et (2) sont tels que représentés dans la figure: Figure 5 Calcul pour l option leasing Calculs de leasing selon la méthode de la rémunération à terme échu, en CHF Hypothèses Montant du leasing Durée 60 mois ou 5 ans Intérêts Charge totale (redevance de leasing) Taux d intérêt 5% p.a. Valeur résiduelle Montant net de l investissement (K0) Redevance de leasing mensuelle (LRt) Remboursement du capital ou amortissement Solde de la dette (échelle de droite)) Calcul des intérêts et de l amortissement Mois -1 Intérêts (4) x taux d intérêt -2 Amortissement (3) - (1) -3 Redevance de leasing -4 Solde de la dette (4) - (2) ans Source: Credit Suisse Economic Research Swiss Issues Politique économique 15

16 2.5.3 Calcul pour l option achat Le solde de la dette diminue continuellement d un montant constant Pour la variante de l achat, on suppose que l acquisition du bien d investissement est financée à hauteur de 80% par du capital étranger amorti annuellement et de 20% par des fonds propres. Pour un crédit d un montant de CHF à un taux de 5% par an, un apport en fonds propres de CHF à 10% par an 18 et une valeur résiduelle estimée à CHF au terme des cinq années d exploitation, on obtient la charge indiquée ci-après (Figure 6). Pour l amortissement des fonds utilisés, le capital est remboursé par des montants annuels constants. La charge totale, intégrant le paiement des intérêts sur fonds étrangers et propres ainsi que le remboursement du crédit/l amortissement des fonds propres, diminue d un montant constant. Parallèlement, le solde de la dette baisse continuellement de ce même montant. Figure 6 Calcul pour l option achat En CHF Hypothèses Valeur d acquisition du bien d investissement Capital étranger Intérêts sur fonds étrangers 5% p.a. Fonds propres Rendement des fonds propres escompté 10% p.a Intérêts sur fonds propres Intérêts sur fonds étrangers Amortissement des fonds propres Remboursement du crédit Solde de la dette (échelle de droite) Durée d utilisation Amortissement 5 ans p.a ans Calcul des intérêts, du remboursement et de l amortissement Année Charge de crédit Charge fonds propres (7) Charge totale (8) Solde de la dette (1) Intérêts (2) Rembourse ment (3) Montant du crédit (4) Intérêts (5) Amortissement (6) Fonds propres (3) - (2) (6) - (5) (1) + (2) + (4) + (5) (8) - (2) - (5) Source: Credit Suisse Economic Research Comparaison leasing/achat en termes de liquidités Pas d immobilisation du capital au moment de l investissement La comparaison de l effet respectif sur les liquidités des variantes de financement leasing et achat révèle un avantage en faveur du leasing (Figure 7). Si l on choisit cette option, à l année d investissement 0, il n y a pas d immobilisation du capital. La libération annuelle de capital correspond au produit net annuel. 19 L option achat implique en revanche une immobilisation immédiate des liquidités, d un montant correspondant à la valeur d acquisition du bien d investissement (soit CHF dans notre modèle). Ces moyens ne peuvent donc pas 18 Le rendement supposé des fonds propres correspond au produit qui aurait pu être réalisé à l aide d un autre placement comparable. 19 Le produit net correspond au produit brut annuel (dans notre modèle: CHF) de l investissement, moins les frais de leasing (dans notre modèle: CHF par an). Dans le cas de l achat, les frais à déduire du produit brut se composent des intérêts sur fonds étrangers et propres, du remboursement du crédit ainsi que de l amortissement des fonds propres. Swiss Issues Politique économique 16

17 être investis dans d autres activités comme c est le cas si l on opte pour le leasing. Au fil du temps, le capital immobilisé (capital étranger et fonds propres) est libéré. Les moyens remis à disposition annuellement correspondent au remboursement, c est-à-dire à l amortissement du capital étranger et des fonds propres, et aux produits nets. La cinquième année, la vente du bien d investissement (valeur résiduelle: CHF) fournit des liquidités supplémentaires, les fonds libérés se composant des amortissements, des produits nets et du produit de la vente. S il a été convenu de redevances de leasing linéaires, les versements sont dans les premiers temps souvent inférieurs à la somme de l amortissement/du remboursement et des intérêts dans le cadre d un achat, ce qui signifie que les produits nets en cas de leasing sont au début supérieurs. Toutefois, du fait de la charge globale décroissante en cas d achat, les produits nets augmentent progressivement dans ce modèle (Figure 6). 20 Figure 7 Comparaison leasing /achat: impact sur les liquidités En CHF Hypothèses Valeur d acquisition du bien d investissement Produit brut annuel escompté de l investissement Durée d utilisation (en années) Leasing: produit net p.a. Achat: produit net p.a. Leasing: libération de capital cumul. (échelle de droite) Achat: libération de capital cumul. (échelle de droite) Calculs de comparaison du iveau des liquidités Année Produit brut Leasing Achat Produit net = produit brut - redevance de leasing Produit net cumulé Libération de capital cumulée Produit net = produit brut - charge totale Produit net cumulé Libération de capital cumulée Source: Credit Suisse Economic Research Le leasing et l achat diffèrent de par leurs conséquences fiscales sur les liquidités. La durée de leasing est généralement plus courte que la durée d utilisation économique, raison pour laquelle les frais de leasing sont fréquemment plus élevés que les charges liées au crédit. Ceci signifie que, durant les premières années, les bénéfices sont moins importants pour le leasing que pour l achat, mais augmentent lors des années suivantes, ce qui se traduit par une charge fiscale plus faible sur les premières années (effet de décalage fiscal). Swiss Issues Politique économique 17

18 3 Avantages et inconvénients du leasing pour les entreprises 3.1 Quels sont les arguments en faveur du leasing? Le leasing constitue une solution de financement intéressante pour les entreprises à plusieurs égards. Ses avantages et inconvénients peuvent être regroupés et comparés selon trois aspects: effets de liquidité et de bilan; effets de planification et de calcul; effets d efficacité et d innovation (Figure 8). 1. Effets de liquidité et de bilan Effet comparable à celui du financement par des fonds étrangers Remise en disponibilité de capital déjà immobilisé Effet «pay-as-you-earn» Possibilité d adaptation dynamique aux résultats de l entreprise Le leasing ménage et préserve les liquidités: c est son principal atout par rapport aux modes de financement interne ou externe classiques. En principe, un objet de leasing peut être acquis au moment de l investissement sans part de fonds propres, ni fonds de tiers supplémentaires, la société de leasing prenant entièrement en charge le financement (comme déjà mentionné au chapitre 2.5.4). L effet du leasing est comparable à un financement par des fonds étrangers. Ainsi, les fonds propres ne sont pas liés au processus opérationnel et restent disponibles pour d autres projets. Dans une configuration adaptée, le leasing ne modifie en rien le ratio de fonds propres et réduit le bilan par rapport à l achat du bien d investissement (effet hors bilan). Il peut même avoir des conséquences positives sur la solvabilité et le rating client, selon le point de vue de l analyste de crédits. 21 Cet avantage prend tout son sens lorsqu il s agit de réaliser des investissements d extension, portant par exemple sur des équipements de production. Le leasing permet l extension des capacités matérielles, alors même que les liquidités restent disponibles pour financer notamment des investissements immatériels à rentabilité future, comme le développement de nouveaux produits ou des mesures de prospection du marché. Parallèlement à la préservation des liquidités, le leasing permet aussi d accentuer l effet générateur de liquidités. Dans l aménagement d un «sale and lease back», il est possible de mettre à nouveau en disponibilité un capital déjà immobilisé afin de créer des liquidités: une entreprise vend à une société de leasing un bien économique déjà en sa possession et qui, normalement, est déjà utilisé. L objet est alors retransmis immédiatement à l entreprise dans le cadre d un contrat de leasing. Ainsi, l entreprise reprend possession du capital immobilisé qui se trouvait auparavant dans la fortune de placement, sans avoir à céder le bien d investissement correspondant. En Suisse, pour des motifs liés au droit de propriété, le «sale and lease back» est peu répandu et généralement appliqué exclusivement au leasing immobilier. 22 Les redevances de leasing peuvent être payées sur toute la durée du contrat grâce aux revenus d investissement perçus au fur et à mesure principe nommé effet «pay-as-you-earn» du leasing. A l inverse de ce qui se serait produit en cas d acquisition, on évite d une part la sortie de fonds propres et/ou le financement par des fonds étrangers souvent avant la première possibilité d exploitation, comme dans le cas d immeubles de bureaux ou de bâtiments d exploitation. D autre part, il est ainsi possible d utiliser les biens économiques sans disposer du capital au départ, lequel aurait été requis en cas d acquisition de propriété. Le principe du «pay-as-you-earn» est d autant plus intéressant que les frais de leasing peuvent être adaptés de manière dynamique aux résultats de l entreprise, ce qui constitue un avantage non négligeable de cet instrument de financement par rapport au crédit classique. Par exemple, lors de la phase de croissance d une entreprise, généralement capitalistique au début mais rapportant bien souvent peu de revenus, le leasing permet d aménager les redevances de manière à ce que celles-ci augmentent peu en premier lieu, puis de plus en plus (redevances de leasing progressives). Le preneur de leasing peut ainsi limiter au départ la gêne de trésorerie. Sont également envisageables des paiements saisonniers ou dégressifs. Dans le cas de 21 Dans le sens où, lors d un examen de solvabilité complet, les engagements ne figurant pas dans le bilan, mais indiqués uniquement dans l annexe des comptes annuels sont également pris en compte. 22 L obstacle réside ici surtout dans le fait que le donneur de leasing n est pas en mesure d opposer le droit de propriété sur l objet découlant du «sale and lease back» aux créanciers du preneur de leasing. Swiss Issues Politique économique 18

19 redevances de leasing saisonnières, les paiements sont effectués quand l objet est utilisé, par exemple pour le leasing de dameuses ou de machines agricoles. Les redevances dégressives, c est-à-dire avec un amortissement élevé au départ puis décroissant sur la durée, sont indiquées pour les objets de leasing dont la valeur diminue rapidement ou dont les rendements sont importants d emblée, ce qui permet de réaliser des optimisations fiscales. Contrairement au système du prêt, dont les réglementations en matière de remboursement sont relativement rigides, le leasing offre par conséquent la possibilité d adapter les frais d un bien économique à son utilisation. Les spécificités de l entreprise et de l objet sont ainsi prises en compte. Figure 8 Avantages et inconvénients du point de vue du preneur de leasing Avantages Inconvénients Effets de liquidité et de bilan En règle générale, le contrat de leasing ne peut pas être résilié de manière anticipée par le donneur de leasing Financement intégral par des fonds étrangers (100%) Préservation des fonds propres Aménagement des redevances en fonction de l utilisation («pay-as-you-earn») Possibilité d investissement même avec de faibles liquidités Optimisation du mix de financement En règle générale, le contrat de leasing ne peut pas être résilié de manière anticipée par le preneur de leasing La redevance de leasing représente un poste de frais fixes qui, lui aussi, doit d abord être financé Les obligations du preneur de leasing en matière d assurance, de maintenance et d entretien peuvent se révéler plus importantes qu en cas d acquisition de propriété La redevance de leasing doit être payée même en cas de perte, de détérioration de la qualité ou de non-utilisation de l objet Aucune possibilité de disposition de l objet du leasing en cas d offre de revente intéressante Effets de planification et de calcul Base de calcul claire et budgétisation possible Renforcement de la sécurité de planification Le taux d intérêt reste fixe même en cas de hausse du taux du marché En cas de retard de paiement du preneur de leasing, le donneur de leasing a la possibilité de résilier le contrat sans préavis. Le taux d intérêt reste fixe même en cas de baisse du taux du marché Effets d efficacité et d innovation Réduction du risque d investissement et d obsolescence Accroissement de la rentabilité opérationnelle Augmentation de la marge de manœuvre de l entreprise Autres aspects Aménagement de contrat flexible, adapté aux besoins individuels Coûts d acquisition éventuellement plus bas Versements de leasing fiscalement déductibles en tant que charges d exploitation (condition préalable: les redevances de leasing doivent être supérieures à la somme de l amortissement et des coûts de financement en cas d achat au moins partiellement autofinancé) Le full service leasing décharge les entreprises de tâches qui ne font pas partie de leurs activités de base (gestion de flotte p. ex.) Source: Credit Suisse Economic Research Swiss Issues Politique économique 19

20 2. Effets de planification et de calcul Simplification des calculs internes de l entreprise Outre les avantages de liquidités décrits, le leasing offre aux entreprises une base de calcul claire pour toute la durée du contrat: le taux d intérêt est fixé dès le départ et reste inchangé, n étant pas tributaire des fluctuations sur les marchés des capitaux (ce qui, en cas de hausse des taux du marché, constitue un avantage pour le preneur de leasing). La charge qui en découle est donc parfaitement connue du preneur de leasing, ce qui facilite la planification des coûts et en accroît la sécurité. Même en cas de hausse des taux du marché, le preneur de leasing peut escompter un taux d intérêt constant. Le leasing simplifie en outre les calculs internes de l entreprise. Pour un achat, parallèlement au prix d acquisition, les coûts théoriques des fonds propres, les intérêts de crédit éventuels et le besoin d amortissement sont à prendre en compte. Dans le cas du leasing, pour simplifier, seules les redevances sont à considérer. 3. Effets d efficacité et d innovation Adaptation plus rapide aux mutations technologiques Possibilité de tenir compte des besoins spécifiques à l entreprise Réaliser au bon moment un investissement qui soit adapté à une utilisation précise au lieu de financer un achat permet de réduire le risque d obsolescence de l objet. D une part, la réduction de la durée d utilisation des objets en leasing par rapport aux moyens de production acquis limite le risque d obsolescence technique. D autre part, une entreprise avec un contrat de leasing peut adapter de manière plus appropriée et plus rapide ses moyens de production aux mutations technologiques grâce à la flexibilité d aménagement de la durée du contrat, ce qui peut jouer en sa faveur au regard de la concurrence toujours plus féroce. Sur la durée, cet investissement a également pour effet d amener le preneur de leasing à repenser régulièrement la planification de ses investissements et de sa production, ce qui renforce l efficacité opérationnelle. L effet d efficacité et d innovation diminue cependant avec la valeur résiduelle décroissante, par exemple suite à l obsolescence technique du bien économique. Globalement, de par sa flexibilité par rapport à l acquisition de la propriété d un objet d investissement, le leasing accroît la marge de manœuvre de l entreprise. Tandis que dans le cas d une acquisition, le choix s effectue uniquement entre achat (et éventuellement plus tard désinvestissement) et pas d achat, le leasing donne à l entreprise la possibilité de tenir compte de ses besoins spécifiques par le choix de la durée, de la valeur résiduelle, des redevances de son contrat, etc. Selon les cas, s il est fait appel à une société de leasing, un bien économique peut être acquis à moindres coûts en leasing qu à l achat. Les raisons de ces coûts d acquisition réduits peuvent être la meilleure vision du marché qu a une société de leasing en matière de prestataires et d objets, la position de négociation plus forte du donneur de leasing, en tant qu acheteur important, en termes d organisation des conditions de tarification, de livraison et de paiement, ou les conditions plus attractives de refinancement de cette société. Ces facteurs peuvent jouer favorablement sur le montant de la redevance de leasing. 3.2 Quels sont les arguments en défaveur du leasing? 1. Effets de liquidité et de bilan Les redevances de leasing: un poste de frais fixes Les inconvénients du leasing par rapport aux modes de financement interne ou externe classiques se manifestent surtout lors des phases de ralentissement conjoncturel. En période de marasme économique, l achat d installations offre une plus grande flexibilité, qui peut avoir un impact positif sur le bilan et les liquidités. Cette flexibilité est en revanche limitée pour le leasing. Un contrat de leasing à long terme (leasing financier) a par conséquent pour inconvénient de ne pas pouvoir être résilié de manière anticipée par le preneur de leasing. 23 La redevance de leasing représente ainsi un poste de frais fixes qui, lui aussi, doit d abord être financé. Cet engagement financier peut s avérer pénalisant en phase de ralentissement conjoncturel notamment, les redevances de leasing devant dans tous les cas être acquittées en intégralité. Elles doivent être payées même lorsque l usage du bien concerné n a produit aucun revenu 23 Une résiliation anticipée d un contrat de leasing est certes possible sous réserve d accord du donneur de leasing, mais se traduit généralement par des pénalités. Swiss Issues Politique économique 20

Optimisation des flottes de véhicules utilitaires dans le cadre des émissions de CO2

Optimisation des flottes de véhicules utilitaires dans le cadre des émissions de CO2 Proposition de publication dans PME-Magazine Octobre, Novembre ou Décembre 2003 : Disposez-vous des véhicules utilitaires écologiques des types Euro 3 et Euro 4? Connaissez-vous la durée d'utilisation

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont :

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont : Introduction La Commission européenne impose désormais aux entreprises de l Union européenne (UE) qui recourent à l épargne publique de présenter leurs comptes selon les normes de l IASB (International

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

2. La croissance de l entreprise

2. La croissance de l entreprise 2. La croissance de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1 2.1. Les succursales Définition: Etablissement commercial qui, sous la dépendance d une entreprise dont elle fait juridiquement partie(établissement

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:27 PM Page 601 Chapitre : Les contrats de location 24. La sous-location d un actif loué ne pose selon nous aucun problème particulier : il faut évaluer la substance

Plus en détail

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Objectif Les produits sont définis dans le Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers 1 comme les accroissements

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

INTRODUCTION AU CRÉDIT-BAIL

INTRODUCTION AU CRÉDIT-BAIL INTRODUCTION AU CRÉDIT-BAIL Adapté avec l autorisation de l Institut canadien des comptables agréés, Toronto, Canada. Octobre 1998 GLOSSAIRE DU CRÉDIT-BAIL Voici la définition de certaines expressions

Plus en détail

Pleins feux sur les IFRS

Pleins feux sur les IFRS Bureau mondial des IFRS Août 2010 Pleins feux sur les IFRS L IASB publie un exposé-sondage sur la comptabilisation des contrats de location Table des matières La proposition Champ d application Comptabilisation

Plus en détail

Alerte de votre conseiller Exposé-sondage Contrats de location

Alerte de votre conseiller Exposé-sondage Contrats de location Alerte de votre conseiller Exposé-sondage Contrats de location Juillet 2013 Aperçu En mai 2013, l International Accounting Standards Board (IASB) et le Financial Accounting Standards Board (FASB) des États-Unis

Plus en détail

Petit déjeuner des PME et start-up 29 Juin 2012

Petit déjeuner des PME et start-up 29 Juin 2012 www.pwc.com Petit déjeuner des PME et start-up 29 Juin 2012 Affirmations des CFO Etude L optimisation du secteur financier a gagné en importance Le secteur financier est de plus en plus impliqué dans la

Plus en détail

KBC Lease. Votre partenaire de leasing

KBC Lease. Votre partenaire de leasing Votre partenaire de leasing Ces dernières années, le leasing est devenu l une des techniques de financement les plus utilisées par les entreprises, les indépendants et les professions libérales souhaitant

Plus en détail

Mise en œuvre des IFRS dans la banque

Mise en œuvre des IFRS dans la banque Mise en œuvre des IFRS dans la banque Responsables financiers et comptables des institutions financières Experts Comptables Commissaires aux Comptes Comprendre les fondements des normes IFRS Savoir traiter

Plus en détail

Avis de la direction : Ces états financiers intermédiaires n ont pas fait l objet d un examen par les vérificateurs externes de la compagnie.

Avis de la direction : Ces états financiers intermédiaires n ont pas fait l objet d un examen par les vérificateurs externes de la compagnie. PricewaterhouseCoopers s.r.l. Comptables agréés Place de la Cité, Tour Cominar 2640, boulevard Laurier, bureau 1700 Sainte-Foy (Québec) Canada G1V 5C2 Téléphone +1 (418) 522 7001 Télécopieur +1 (418) 522

Plus en détail

Commentaires sur les projets relatifs aux IFRS Contrats de location

Commentaires sur les projets relatifs aux IFRS Contrats de location Commentaires sur les projets relatifs aux IFRS Contrats de location En mars 2009, l IASB et le FASB (les «conseils») ont publié conjointement un document de travail dans lequel ils proposaient un modèle

Plus en détail

Norme comptable relative aux contrats de location

Norme comptable relative aux contrats de location NC 41 Norme comptable relative aux contrats de location OBJECTIF 1. L objectif de la présente norme est d établir, pour le preneur et le bailleur, les principes comptables appropriés et les informations

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur des logiciels et des services infonuagiques Novembre 2014 L International Accounting Standards Board (IASB)

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 30 septembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 30 septembre 2015 (en millions

Plus en détail

Informations financières sur le fonds de stabilisation

Informations financières sur le fonds de stabilisation Informations financières sur le fonds de stabilisation SNB StabFund Société en commandite de placements collectifs (fonds de stabilisation) constitue, avec ses filiales, un placement collectif fermé au

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

Norme comptable internationale 17 Contrats de location

Norme comptable internationale 17 Contrats de location Norme comptable internationale 17 Contrats de location Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir, pour le preneur et le bailleur, les principes comptables appropriés et les informations

Plus en détail

Banque Populaire Bail Matériel est une marque commerciale de Natixis Lease dédiée à l ensemble des clients de la Banque de Savoie.

Banque Populaire Bail Matériel est une marque commerciale de Natixis Lease dédiée à l ensemble des clients de la Banque de Savoie. Crédit Bail Mobilier Financez vos investissements sans déséquilibrer votre budget grâce au crédit-bail mobilier Bail Matériel. EN BREF Le crédit-bail mobilier Bail Matériel est destiné à louer un équipement

Plus en détail

Obligations. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Obligations. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Qu est-ce qu une obligation? 3 Définition 3 Différences entre actions et obligations

Plus en détail

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise.

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Lexique financier Actif Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Actif circulant Partie de l actif du bilan qui comprend des actifs temporaires induits par l

Plus en détail

Notice explicative sur l encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle

Notice explicative sur l encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle Notice explicative sur l encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle La loi fédérale sur la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité (LPP)

Plus en détail

Mountain Equipment Co-operative. États financiers consolidés 30 décembre 2007 (en milliers de dollars)

Mountain Equipment Co-operative. États financiers consolidés 30 décembre 2007 (en milliers de dollars) États financiers consolidés Le 14 mars 2008 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l. Comptables agréés PricewaterhouseCoopers Place 250 Howe Street, Suite 700 Vancouver, British Columbia Canada V6C

Plus en détail

Plan de la séance du 20 novembre. Cours de gestion financière (M1) Objectifs pédagogiques de cette session. Classification des actifs

Plan de la séance du 20 novembre. Cours de gestion financière (M1) Objectifs pédagogiques de cette session. Classification des actifs Cours de gestion financière (M1) Séance (8) du 20 novembre 2015 Valeurs économiques et comptables des actifs et des passifs Plan de la séance du 20 novembre Comptabilité économique et financière Flux d

Plus en détail

Crédit-bail mobilier Bail Matériel

Crédit-bail mobilier Bail Matériel Crédit-bail mobilier Bail Matériel Financez vos investissements sans déséquilibrer votre budget grâce au crédit-bail mobilier Bail Matériel. EN BREF Avec le crédit-bail mobilier Bail Matériel vous financez

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Études Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 7

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

LES OPÉRATIONS EXCEPTIONNELLES

LES OPÉRATIONS EXCEPTIONNELLES LES OPÉRATIONS EXCEPTIONNELLES I. Les achats d immobilisations Les immobilisations sont des biens matériels et immatériels qui sont achetés par l entreprise afin de servir de façon durable à son exploitation

Plus en détail

Crédit bail : traitement comptable CGNC et Norme IAS 17 Comptabilité approfondie. Chapitre 1 Chapitre 1 : Le crédit bail selon le CGNC

Crédit bail : traitement comptable CGNC et Norme IAS 17 Comptabilité approfondie. Chapitre 1 Chapitre 1 : Le crédit bail selon le CGNC Plan : Chapitre 1 Chapitre 1 : Le crédit bail selon le CGNC i. Définition ii. Principes de fonctionnement iii. Types de contrats de crédit bail iv. Traitement comptable CGNC 1. L enregistrement des opérations

Plus en détail

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH)

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) (Règlement interne SCH) du xx décembre 2014 L administration de la SCH, vu l art. 10 de la loi fédérale du 20 juin 2003 sur l encouragement

Plus en détail

Le projet de comptabilisation des contrats de location. Une complexité inacceptable!

Le projet de comptabilisation des contrats de location. Une complexité inacceptable! 15 novembre 2010 Le projet de comptabilisation des contrats de location Une complexité inacceptable! L IASB (International Accounting Standard Board) et le FASB (US Financial Accounting Standards Board)

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX CONTRATS DE LOCATION NC 41

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX CONTRATS DE LOCATION NC 41 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX CONTRATS DE LOCATION NC 41 OBJECTIF... 2 CHAMP D APPLICATION... 2 DEFINITIONS... 2 CLASSIFICATION DES CONTRATS DE LOCATION... 5 LES CONTRATS DE LOCATION DANS LES ETATS FINANCIERS

Plus en détail

Cadre légal O d r o d nna n n a ce n 03 0-11 du 26 août 2 03 (re r mpl p aç a a ç n a t la l loi o n 90 9 / 10 du d 10 / 04 0 /

Cadre légal O d r o d nna n n a ce n 03 0-11 du 26 août 2 03 (re r mpl p aç a a ç n a t la l loi o n 90 9 / 10 du d 10 / 04 0 / LEASING ASPECTS JURIDIQUES ET PRATIQUES Cadre légal Ordonnance n 03-11 du 26 août 2003 (remplaçant la loi n 90 / 10 du 10 / 04 / 1990) relative à la monnaie etau crédit. 68 : «Sont assimilées à des opérations

Plus en détail

Pleins feux sur les IFRS

Pleins feux sur les IFRS Bureau mondial des IFRS Novembre 2011 L IASB publie un exposé-sondage révisé sur la comptabilisation des produits Table des matières La proposition Identification des contrats avec les clients Identification

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Exigences de fonds propres relatives au risque de crédit

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Exigences de fonds propres relatives au risque de crédit Circ.-CFB 06/_ Risques de crédit Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Exigences de fonds propres relatives au risque de crédit (Risques de crédit) du [date] 2006 Projet du 2 mars 2006

Plus en détail

Règlement sur les finances de l Université

Règlement sur les finances de l Université Règlement sur les finances de l Université vu la loi fédérale sur l aide aux universités et la coopération dans le domaine des hautes écoles du 8 octobre 1999 ; vu la loi sur l université du 13 juin 2008

Plus en détail

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Tax accounting Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Définition de la base fiscale des actifs et passifs Introduction L IASB a publié le 31 mars dernier

Plus en détail

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 14 : Paiements à base d actions

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 14 : Paiements à base d actions WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 14 : Paiements à base d actions Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

Panel 2 : Le Crédit-bail mobilier Plus de liberté pour entreprendre. Natixis Algérie-Novembre 2014

Panel 2 : Le Crédit-bail mobilier Plus de liberté pour entreprendre. Natixis Algérie-Novembre 2014 Panel 2 : Le Crédit-bail mobilier Plus de liberté pour entreprendre Natixis Algérie-Novembre 2014 Sommaire LE CREDIT BAIL EN ALGERIE: CADRE REGLEMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT LE CREDIT BAIL MOBILIER LES PRINICPAUX

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Exercice 2005 SOMMAIRE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE PREAMBULE 1 COMPTE DE RESULTAT DE L EXERCICE 2005

Plus en détail

Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc

Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc L es établissements de crédit interviennent à divers titres dans les montages utilisant des entités ad hoc, soit comme arrangeurs et/ou

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Dynamique de l amortissement

Dynamique de l amortissement Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Dynamique de l amortissement Renforcer l autonomie financière de l entreprise pour dynamiser ses investissements Jack FORGET Éditions d Organisation,

Plus en détail

Nouvelles exigences en matière de présentation des comptes et de révision

Nouvelles exigences en matière de présentation des comptes et de révision www.pwc.ch Nouvelles exigences en matière de présentation des comptes et de révision Aperçu des modifications du Code des obligations suisse Décembre 2011 Un document PwC destiné aux responsables de la

Plus en détail

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION 1 - DEFINITIONS 2 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS DONNEES EN CREDIT-BAIL 3 - RESTRUCTURATION DES LOYERS IMPAYES 4 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS

Plus en détail

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités)

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités) États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés du résultat Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre (en milliers de dollars canadiens, sauf

Plus en détail

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005 International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts 2 février 2005 QUE SONT LES IFRS? Les IFRS ont été élaborées par l International Accounting Standards Board (IASB) en vue de

Plus en détail

LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT

LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT Les informations disponibles sur la présente documentation ont pour seule fin de donner une information générale à son lecteur. Elles ne constituent pas un

Plus en détail

Bases des conclusions. Conversion des devises Chapitre SP 2601. Juillet 2011 CCSP. Page 1 de 9

Bases des conclusions. Conversion des devises Chapitre SP 2601. Juillet 2011 CCSP. Page 1 de 9 Conversion des devises Chapitre SP 2601 Juillet 2011 CCSP Page 1 de 9 AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 34 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en juin 2011, comprenait

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie 1 Plan (Chapitre 13 de l ouvrage de référence) Introduction Le tableau des flux de trésorerie : principes généraux Méthodologie

Plus en détail

Études de cas corrigées

Études de cas corrigées Jean-Pierre LAHILLE FINANCE D ENTREPRISE Études de cas corrigées Éditions d Organisation, 2003 ISBN : 2-7081-2941-4 QUI EST LE MEILLEUR? Difficulté : $$ Durée indicative : 2 h Nous allons nous entraîner

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

États financiers consolidés de Groupe d Alimentation MTY inc. 30 novembre 2014 et 2013

États financiers consolidés de Groupe d Alimentation MTY inc. 30 novembre 2014 et 2013 États financiers consolidés de Groupe d Alimentation MTY inc. 30 novembre 2014 et 2013 Rapport de l auditeur indépendant... 1 2 États consolidés des résultats... 3 États consolidés du résultat global...

Plus en détail

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs»

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» COMMISSION BANCAIRE Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» La Commission des opérations de bourse et la Commission bancaire ont entrepris en 2002, suite aux différentes

Plus en détail

Prêts hypothécaires. Des financements sur mesure

Prêts hypothécaires. Des financements sur mesure Prêts hypothécaires Des financements sur mesure Vous projetez d acheter un logement? Si vous rêvez de devenir propriétaire, vous allez commencer par rechercher le bien immobilier approprié. L analyse détaillée

Plus en détail

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE TRAITEMENT COMPTABLE D11 ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE Il n existe d engagement de l entreprise que dans le cadre d un régime à prestations définies ou d indemnités de fin de carrière. Les régimes à cotisations

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 8 - Contrats de location

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 8 - Contrats de location Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 8 - Contrats de location Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Période du 25 mai 2006 au 1 er juillet 2006. États financiers consolidés intermédiaires. Non vérifiés

Période du 25 mai 2006 au 1 er juillet 2006. États financiers consolidés intermédiaires. Non vérifiés Période du 25 mai 2006 au États financiers consolidés intermédiaires Non vérifiés Bilan consolidé intermédiaire (non vérifié) Au Actif Actif à court terme Trésorerie 6 794 967 Comptes débiteurs (notes

Plus en détail

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL Le bilan comptable renseigne sur l état du patrimoine de l entreprise. Il peut être défini comme étant la «photographie comptable de l entreprise à une date donnée». Le bilan

Plus en détail

UE10 Comptabilité approfondie

UE10 Comptabilité approfondie 1210010 SESSION 2012 UE10 Comptabilité approfondie Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Document autorisé : Liste des comptes du plan comptable général, à l exclusion de toute autre information.

Plus en détail

Projet du 5 octobre 2006. du [date] 2006. (Adaptation des fonds propres de base) Sommaire

Projet du 5 octobre 2006. du [date] 2006. (Adaptation des fonds propres de base) Sommaire Circ.-CFB 06/_ Adaptation des fonds propres de base Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Détermination du capital réglementaire en cas d utilisation d un standard comptable international

Plus en détail

LA LOCATION VENTE. C est pourquoi la question de la location-vente est soulevée parfois.

LA LOCATION VENTE. C est pourquoi la question de la location-vente est soulevée parfois. LA LOCATION VENTE Dans la plupart des cas en matière de transfert de propriété de biens immobiliers, nous employons la technique du contrat de vente immobilière pure et simple. Lors de la signature dudit

Plus en détail

MESSAGE AUX ACTIONNAIRES. Chers actionnaires,

MESSAGE AUX ACTIONNAIRES. Chers actionnaires, MESSAGE AUX ACTIONNAIRES Chers actionnaires, Le chiffre d affaires pour le premier trimestre clos le 27 avril 2013 a diminué de 1,5 % pour s établir à 56,9 millions de dollars, contre 57,8 millions de

Plus en détail

Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG

Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG Règlement de dépôt ancien (12.2011) Règlement de dépôt nouveau (12.2013) Règlement de dépôt Dispositions générales Art. 1 Champ d

Plus en détail

Révision du droit comptable 30 novembre 2010, CERM Martigny

Révision du droit comptable 30 novembre 2010, CERM Martigny 30 novembre 2010, CERM Martigny Agenda Introduction Principales nouveautés du projet Procédures en cours et prochaines étapes 2 Introduction Le projet du Conseil fédéral poursuit 4 objectifs principaux

Plus en détail

Le Crédit Renting. De quoi s'agit-il?

Le Crédit Renting. De quoi s'agit-il? Le Crédit Renting Le Renting Financier est une forme de financement d un investissement similaire au leasing financier (leasing opérationnel) mais qui se distingue néanmoins de ce dernier par la hauteur

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance Normes IAS 32 / Instruments financiers : Présentation Normes IAS 39 / Instruments financiers : Comptabilisation et Evaluation Normes IFRS 7 / Instruments financiers : Informations à fournir Introduction

Plus en détail

Un plan comptable avec des exigences ambitieuses

Un plan comptable avec des exigences ambitieuses Le nouveau droit comptable est entré en vigueur le 1 er janvier 2013. Les dispositions sont applicables à compter de l exercice 2015 pour les comptes annuels individuels, et de l exercice 2016 pour les

Plus en détail

Prospectus Crédits hypothécaires

Prospectus Crédits hypothécaires Prospectus Crédits hypothécaires Valable à partir du : 17/06/2015 N : DW 15076/F Argenta Banque d Épargne SA Belgiëlei 49-53, 2018 Anvers FSMA 27316A IBAN BE 40 9793 5489 0063 BIC ARSPBE22 Uw appeltje

Plus en détail

AUDIT. Le nouveau droit comptable. Comptes annuels illustratifs. kpmg.ch

AUDIT. Le nouveau droit comptable. Comptes annuels illustratifs. kpmg.ch AUDIT Le nouveau droit comptable Comptes annuels illustratifs kpmg.ch 2 KPMG Le nouveau droit comptable: comptes annuels illustratifs Table des matières Remarques préliminaires et hypothèses 3 Comptes

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PLACEMENT

RÈGLEMENT DE PLACEMENT RÈGLEMENT DE PLACEMENT Sur la base de l article 49a OPP 2 ainsi que des articles 19 et 19a OLP, le Conseil de Fondation édicte le présent règlement de placement. Les dispositions d exécution, devant être

Plus en détail

Chapitre 3 Principes d'évaluation

Chapitre 3 Principes d'évaluation Chapitre 3 Principes d'évaluation I Evaluation des actifs postérieurement à leur date d'entrée (PCG) Introduction : Règles générales concernant les dépréciations A Analyse des actifs autres que les immobilisations

Plus en détail

Selon la charte de l expertise en évaluation immobilière, 3 ème édition Juin 2006, la valeur vénale est :

Selon la charte de l expertise en évaluation immobilière, 3 ème édition Juin 2006, la valeur vénale est : COMPAGNIE NATIONALE DES EXPERTS IMMOBILIERS * 1 Alain MANZON Expert Immobilier-Consultant JANVIER 2013 N d agrément - 1004 - Diplômé de l Enseignement Supérieur RD559 Beauvallon Guerre vieille 83310 GRIMAUD

Plus en détail

La Ijara désigne tout contrat selon lequel un établissement de crédit met, à titre locatif, un bien meuble ou immeuble à la disposition d un client.

La Ijara désigne tout contrat selon lequel un établissement de crédit met, à titre locatif, un bien meuble ou immeuble à la disposition d un client. Direction de la Supervision Bancaire Modalités de comptabilisation des produits IMM La présente notice a pour objet d expliciter les modalités de comptabilisation des produits prévus par la recommandation

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur de l immobilier Janvier 2015 L International Accounting Standards Board (IASB) et le Financial Accounting

Plus en détail

Optimisation de l impôt sur les sociétés. 18, boulevard Montmartre 75009 Paris

Optimisation de l impôt sur les sociétés. 18, boulevard Montmartre 75009 Paris INVESTIS Optimisation de l impôt sur les sociétés 18, boulevard Montmartre 75009 Paris INVEST IS - Page 0 tél : 01 43 29 02 02 - fax : 01 43 29 02 12 - e-mail : info@fineiffel.com - www.fineiffel.com FINEIFFEL

Plus en détail

3 e pilier, prévoyance privée. Assurance vie

3 e pilier, prévoyance privée. Assurance vie 3 e pilier, prévoyance privée Assurance vie La prévoyance privée est facultative. Elle complète les prestations des 1 er et 2 e piliers et comble les lacunes en matière de prévoyance individuelle. Table

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER NOBEL

États financiers consolidés intermédiaires résumés FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER NOBEL États financiers consolidés intermédiaires résumés FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER NOBEL 31 mars 2015 et 2014 Table des matières Les états financiers consolidés intermédiaires résumés du FPI pour la période

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Numéro 13 Impôts sur les bénéfice

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Numéro 13 Impôts sur les bénéfice Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Numéro 13 Impôts sur les bénéfice Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre

Plus en détail

PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES

PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES 1. INFORMATIONS GÉNÉRALES IMMOBEL (ci-après dénommée la «Société») est une société anonyme de droit belge dont le siège social est établi Rue de la Régence 58 à 1000 Bruxelles.

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Les normes IFRS et PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre de

Plus en détail

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ 5 MARS 2009 Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés 1/11

Plus en détail

DCG session 2014 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif

DCG session 2014 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DCG session 2014 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DOSSIER 1 ACQUISITION D UNE IMMOBILISATION AVEC CLAUSE DE RÉSERVE DE PROPRIÉTÉ 1. Rappeler la définition d une clause de réserve de propriété.

Plus en détail

PROJET DE NORME : LES CONTRATS DE LOCATION. Jeudi 5 mars 2015

PROJET DE NORME : LES CONTRATS DE LOCATION. Jeudi 5 mars 2015 PROJET DE NORME : LES CONTRATS DE LOCATION Jeudi 5 mars 2015 1 SOMMAIRE 1. Côté preneur, comptabilisation systématique au bilan 2. Les différences entre le modèle de l IASB et celui du FASB 3. Enjeu comptable

Plus en détail

États financiers intermédiaires consolidés résumés (non audité) LUMENPULSE INC. Trimestres et périodes de neuf mois clos les 31 janvier 2015 et 2014

États financiers intermédiaires consolidés résumés (non audité) LUMENPULSE INC. Trimestres et périodes de neuf mois clos les 31 janvier 2015 et 2014 États financiers intermédiaires consolidés résumés (non audité) LUMENPULSE INC. États financiers intermédiaires consolidés résumés (non audité) États financiers États intermédiaires consolidés résumés

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Caisse de pension et propriété du logement/

Caisse de pension et propriété du logement/ Encouragement à la propriété du logement (EPL) Caisse de pension et propriété du logement/ Versement anticipé et mise en gage des avoirs issus du 2 e pilier Table des matières Mobilisation des capitaux

Plus en détail

États financiers de DIANOVA CANADA INC. 31 décembre 2012

États financiers de DIANOVA CANADA INC. 31 décembre 2012 États financiers de DIANOVA CANADA INC. 31 décembre 2012 États financiers au 31décembre 2012 Table des matières Rapport de l auditeur indépendant... 1 Résultats... 2 Évolution des actifs nets... 3 Bilan...

Plus en détail