Stéphane MAGNE, Maître de Conférences, Institut d administration des entreprises de Toulouse, Centre de recherche en gestion

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Stéphane MAGNE, Maître de Conférences, Institut d administration des entreprises de Toulouse, Centre de recherche en gestion"

Transcription

1 ESSAI DE MESURE DE L ATTITUDE ESTHÉTIQUE DU CONSOMMATEUR FACE AU PACKAGING DU PRODUIT UNE APPLICATION AU DESIGN DE COUVERTURES DE LIVRES Stéphane MAGNE, Maître de Conférences, Institut d administration des entreprises de Toulouse, Centre de recherche en gestion Résumé Les attributs esthétiques du produit de grande consommation sont souvent évoqués en marketing comme autant de facteurs incitatifs à l achat. Dans le design de packaging, la difficulté à les repérer débouche très souvent sur une mesure à échelle simple d ordre préférentiel. Cet article propose un concept inédit, une mesure composée des évaluations des attributs esthétiques du packaging du produit : l attitude esthétique du consommateur. Les fondements théoriques et les voies de mesure possibles de ce concept, exposés dans la première et la deuxième partie de l article, font appel à trois dimensions : une dimension évaluative, les représentations mentales et les réactions émotionnelles suscitées par l expérience esthétique du consommateur lors de la perception des stimuli design du packaging d un produit. La troisième partie de l article est consacrée à la validation d une échelle de mesure de ce construit. Le champ d application de l outil proposé concerne les produits à vocation hédonique et, plus précisément, le design de couverture de livre. ÉTUDES Mots clefs : Attitude - Packaging - Design - Esthétique - Forme - Livre. Abstract In product marketing, aesthetic attributes are often regarded as buying factors. Packaging design shows how difficult it is to measure them : so far one-item preference scales have been the most commonly used in research. This article develops a new concept: the consumer s aesthetic attitude. The first two steps, which are theoretical, insist on three main dimensions of this concept : aesthetic evaluation, mental imagery and the emotional reactions resulting from the product design stimuli. In a third step, a measure of this trait is validated by a covariances analysis. The validation field focuses on book cover design. Key wor ds : Attitude - Packaging - Design - Aesthetics - Form - Book cover. 33

2 A D E T E M Comment expliquer qu un simple changement de forme de packaging (le passage d une forme carrée à une forme ronde) permette un net gain de part de marché? Une étude marketing de la société Lyons- Tetley au Royaume-Uni (Phillips et al., 1991) relate un cas frappant de changement de forme d un sachet de thé sans changement de contenu. Une étude explicative des préférences, avant lancement définitif du sachet rond, témoigne que Tetley n est pas préféré pour sa nouvelle forme ronde mais bien pour une différence gustative marquée. La nouvelle forme ronde semble avoir induit de nouvelles croyances sur le produit. Le design (1) du packaging semble être une source d inférence pour le consommateur : à partir de la simple information formelle, son attitude envers la marque, envers le produit, se transforme. Les différentes approches de l attitude du consommateur à l égard du produit insistent sur l évaluation des attributs tangibles et subjectifs, symboliques, associés au produit par le consommateur. Qu en est-il des attributs tangibles, visibles, esthétiques, du packaging du produit? Filser (1996), Hetzel (1996) ainsi que de nombreux chercheurs anglosaxons du paradigme expérientiel (2) (Holbrook et Hirshman, 1982) considèrent que cette dimension esthétique du produit ne peut plus être évincée. Pourtant, quand on cherche à mesurer la performance sensorielle visuelle du design de produit ou du design de packaging, les outils manquent. Le recensement des méthodes disponibles soulève deux questions majeures : peut-on découper la dimension esthétique du packaging et comment mesurer les préférences esthétiques du consommateur? Aussi, cette recherche propose-t-elle un premier «découpage» des stimuli esthétiques du packaging du produit regroupés sous la notion de formedesign (3) (Magne, 1997) ; notion qui peut être associée à la dimension sensorielle visuelle du design de packaging. Mais l objectif principal vise à mesurer la réponse attitudinale du consommateur à ces stimuli esthétiques du packaging. Il s agit, en effet, d élaborer une échelle de mesure de l attitude esthétique du consommateur envers la forme-design de couvertures de livres. Les principaux résultats de cette recherche seront analysés dans le cadre d un marketing sensoriel. VERS UN MODÈLE DE L EXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE : ATTITUDE ESTHÉTIQUE ET COMPORTEMENT DU CONSOMMATEUR Une recherche (Bloch, 1995), de nature exploratoire, fonde les grandes dimensions de l attitude esthétique sans la nommer. L auteur propose un modèle explicatif des réponses du consommateur à la forme idéale (4) pour un produit (figure 1). (1) Le terme de «design» fera référence à la définition du design de Thomas Maldonado (1969) définition toujours actuelle de l ICSID (Conseil International des Sociétés de Design Industriel) : «Le design est une activité créatrice qui consiste à déterminer les propriétés formelles des objets que l on veut produire industriellement. Par propriétés formelles, on ne doit pas entendre seulement les caractères extérieurs, mais surtout les relations structurelles qui font d un objet ou d un système d objets, une unité cohérente.» (2) Le modèle expérientiel de comportement du consommateur privilégie les aspects émotionnels et hédoniques éprouvés par le consommateur dans la consommation du produit (Havlena et Holbrook, 1986). Il s ancre autour des expériences du consommateur avec le produit, du plaisir qu il éprouve. Proposé en réaction aux modèles cognitivistes rationnels (dits du traitement de l information), le modèle expérientiel intègre certains aspects affectifs plus subjectifs éprouvés par le consommateur. Il est particulièrement adapté aux produits à visée culturelle, hédonique, ludique Le livre entre dans cette catégorie. (3) La notion de «forme-design du packaging» permet de classer l ensemble des stimuli visuels perceptibles et interprétables par le consommateur avant prise en main du packaging du produit. Ces stimuli, épars dans la littérature, ont été catégorisés en 5 composantes : la composante morphologique, la composante verbale, la composante iconique, les procédés rhétoriques utilisés et les interactions entre ces composantes. (4) Il n est pas précisé par l auteur à quel point de vue cette forme est idéale. 34

3 Essai de mesure de l attitude esthétique du consommateur face au packaging du produit Stéphane Magne Figure 1 Un modèle des réponses du consommateur à la for me du pr oduit BUTS DU DESIGN ET CONTRAINTES Performance. Ergonomie. Production/coûts Législation. Programme marketing. Designer FORME DU PRODUIT Influences modératrices RÉPONSES PSYCOLOGIQUES À LA FORME DU PRODUIT RÉPONSES COGNITIVES - Croyances sur le produit - Catégorisation RÉPONSES AFFECTIVES - Réponses positives - Réponses négatives RÉPONSES COMPORTEMENTALES Approche GOÛTS INDIVIDUELS ET PRÉFÉRENCES FACTEURS SITUATIONNELS - Effets de séquence - Cadre social - Programme marketing Influences modératrices CARACTÉRISTIQUES DU CONSOMMATEUR PRÉFÉRENCES DESIGN INNÉES CONTEXTE CULTUREL ET SOCIAL - Sensibilité au design - Expérience - Personnalité Les diverses variables évoquées sont de nature cognitive, affective, comportementale, individuelle, situationnelle, culturelle et technique. L intérêt de ce modèle tient à son caractère exploratoire : aucune proposition de mesure n est faite. Dans le cadre d une mise en œuvre des variables, il semble que les réponses psychologiques (cognitives et affectives) et comportementales (5) soient à rapprocher des trois composantes d une attitude à l égard de la formedesign du packaging d un produit. À ce stade, ces trois composantes cognitive / évaluative, affective et conative sont encore trop peu détaillées pour pouvoir être réellement mesurables. Par ailleurs, un autre problème se pose : la mesure de la réponse du consommateur à la forme-design du packaging estelle composable (si tel est le cas, quelles sont les dimensions de l attitude?) ou doit-elle être mesurée globalement comme une préférence (6) (Damak, 1996 ; Holbrook et Schindler, 1994)? Bloch (1995, p. 26) pense que l évaluation du design de produit doit faire appel à de nouveaux outils : «[ ] les chercheurs doivent d abord développer des instruments fiables et valides pour évaluer la sensibilité au design et l expérience du design.». Ces outils semblent donc nécessaires pour explorer les caractéristiques individuelles, les sensibilités individuelles esthétiques qui pourraient atténuer ou amplifier les préférences du consommateur mais aussi (5) Sans toutefois confondre la réponse comportementale du consommateur et la dimension conative de l attitude. (6) L attitude est une mesure à plusieurs dimensions (sur plusieurs attributs) alors que la préférence est une mesure simple : en général un classement préférentiel ou une note sur une échelle graduée de 1 à 7 ou de 1 à 9 (du type «j adore-je déteste»). La mesure à un item, contrairement à l attitude, présente l inconvénient de ne pas donner les raisons de la préférence. 35

4 A D E T E M pour mesurer ces préférences ou les réponses attitudinales face au design. Cette démarche suppose, cependant, de nouveaux référents théoriques que des recherches sur les consommations expérientielles tentent de mettre en place (Bourgeon, 1994). Comme le précise Holbrook : «[...] des mesures adéquates de l expérience esthétique font encore défaut.» (Holbrook, 1987, p. 152). Moins focalisé sur l action raisonnée du consommateur, le modèle expérientiel (lié à la quête de sensations du consommateur) met davantage en avant l expérience sensorielle du consommateur (Hirshman, 1983 ; Holbrook, 1987). Ainsi, ce modèle expérientiel et celui de Bloch (1995) serviront de fondements à l élaboration d un modèle strictement orienté vers l expérience esthétique (Bouveresse, 1998) du consommateur. Au sens large, cette expérience esthétique pourra être définie comme le plaisir (ou la gratification hédonique) éprouvé par le consommateur, lors de la consommation de l objet, au regard de la dimension esthétique du produit ou du packaging. La forme-design du packaging : classement des variables explicatives du modèle d expérience esthétique du consommateur Afin de comprendre l expérience esthétique du consommateur, un premier objectif consiste à définir ce que sont les formes issues du design, c est-à-dire les formes auxquelles le consommateur est sensible. Le design de packaging témoigne de la difficulté à choisir ces formes multiples devant figurer sur l emballage et de la difficulté à découper la dimension esthétique du packaging (Loosschilder, 1994). Damak (1996) a montré que, contrairement à certaines idées préconçues, le choix d une morphologie (d un message morphologique) de packaging de parfum ne se résume pas à une codification simplifiée du type formes arrondies féminines versus formes anguleuses masculines. En découpant plus avant la dimension esthétique du packaging, le message verbal comporte, par exemple, le difficile choix de la typographie (moderne versus vieillie, sobre ou exubérante ). À quelle(s) émotion(s) faire appel si l on choisit d utiliser un message à charge affective (Munch et al., 1993 ; Moore et Harris, 1996)? Les choix de design du message iconique sont tout aussi délicats : visuel ou pas, dessin ou photographie (Brée et Cegarra, 1994 ; Mizerski, 1995). Quelles qualités rhétoriques (Scott, 1994, Zhang, 1996) donner au packaging? Par exemple, personnifier un nettoyant pour WC en forme de canard (Canard WC) est un procédé rhétorique fort (7). D autres axes comme les couleurs (Meyers-Levy et Peracchio, 1995), le contenu du visuel -vivant, non vivant, abstrait, concret (Gavard-Perret, 1987 et 1993)- peuvent également être répertoriés. De surcroît, ces messages émis par le packaging semblent être en interaction (Holbrook, 1986 ; Holbrook et Moore, 1981), ce qui ne facilite pas la modélisation de l expérience esthétique du consommateur. L attitude esthétique est un phénomène à expliquer dans l expérience esthétique du consommateur. Elle peut être vue comme une réponse esthétique (8) aux variations de forme du packaging. Les principales recherches sur le design de produit, de packaging ou le design graphique ont pu être classées sous la notion de forme-design (figure 2). (7) Par delà la justification fonctionnelle du «bec-verseur» de ce détersif (l application du produit facilitée), on anticipe les imageries cocasses que ces procédés rhétoriques peuvent susciter Le canard «fait coin-coin» : il atteint tous les coins dans le petit coin (8) Par réponse esthétique, il faut entendre la réponse du consommateur aux seuls stimuli design du produit ou du packaging, c est-à-dire l attitude ou la préférence que le consommateur développe à l égard de l apparence de ceux-ci. L enjeu est important pour le lancement de nouveaux produits (ou le re-design de produits existants) car cette mesure esthétique permet de trancher entre plusieurs prototypes de produits ou de packagings testés à contenu identique. 36

5 Essai de mesure de l attitude esthétique du consommateur face au packaging du produit Stéphane Magne Figure 2 La notion de for me-desing du packaging å Message mor ph olo gique À L'OLIVE ç Message verbal é Message iconi que La douce brillance Packagin g è Proc édés rh étori ques ê In terac tion s Cou ver ture de livre Sur cette base, où situer le concept d attitude esthétique dans le modèle de l expérience esthétique du consommateur? L attitude esthétique, variable à expliquer dans le modèle d expérience esthétique L objet de cette recherche porte sur la réponse que le consommateur développe à l égard de la forme-design du packaging. Dans les recherches sur la réponse esthétique du consommateur une constante tient à la mesure des préférences esthétiques : - soit au moyen de classements préférentiels (traités par analyse multidimensionnelle des similarités ou par analyse des préférences) ; - soit au moyen d une échelle simple à un item mesurant une préférence globale (Holbrook et Holloway, 1984 ; Holbrook et Schindler, 1994) ; - soit, enfin, au moyen de caractéristiques du design du produit sélectionnées a priori qui, par analyse conjointe des scores de préférence globaux, permettent d estimer, après coup, le bienfondé des dimensions évaluées (Holbrook, 1986 ; Beane et Ennis, 1989 ; Liquet, 1995). Les mesures de la réponse esthétique sont donc le plus souvent des mesures simples à un seul item : aucune mesure multidimensionnelle n est réellement proposée. Proposition d un modèle global de l expérience esthétique du consommateur Une revue de littérature et huit entretiens d experts du design (9) montrent tout l intérêt d appréhender cette attitude esthétique selon trois dimensions : une dimension évaluative portant sur les attributs esthétiques développés précédemment, une dimension d imagerie mentale (MacInnis et Price, (9) Ces experts sont membres de l Association Design Communication (ADC). L ADC réalise plus de 110 millions d euros de chiffre d affaires avec un effectif de 900 personnes, soit environ 30 % du marché total du design en France (Lemens, 1994, p. 207). Les agences de design interrogées figurent parmi les plus représentatives de la profession : Desgrippes & Associés, Dragon Rouge, Identités, Landor Associates, Lonsdale Design, Paris Venise Design, Plan Créatif, Proximité / Le Clan. 37

6 A D E T E M Figure 3 Modèle sur l expérience esthétique du consommateur NOTION DE FORME-DESIGN Composante morphologique Dimension évaluative Dimension cognitive (Images mentales) Dimension émotionnelle Composante verbale Composante iconique Attitude esth étique du consommateur envers la forme-design du packaging Intention d'achat du produit Composante rhétorique Interaction(s) entre ces composantes Sensibilité Esthétique Personnelle 1987 ; Fitzgerald Bone et Scholder Ellen, 1992) et une dimension émotionnelle (Olson et Zanna, 1993 ; Zajonc, 1984 ; Lazarus, 1984 ; Zajonc et Markus, 1985 ; Tsal, 1985) (cf. figure 3). Dans ce modèle global de l expérience esthétique du consommateur (Magne, 1999) l attitude esthétique peut être vue comme une prédisposition à éprouver du plaisir esthétique dans l achat du packaging du produit sachant que cette gratification hédonique ressentie par le consommateur est associée à l évaluation de la forme-design (dimension évaluative), à des formations imaginaires (10) et à des états émotionnels (dimension d imagerie mentale et dimension émotionnelle). La justification de ces trois dimensions de l attitude esthétique nécessite cependant une articulation de théories sémiologiques / sémiotiques (Brun, 1989), cognitives et affectives. VERS UNE MESURE DE L ATTITUDE ESTHÉTIQUE DU CONSOMMATEUR Les recherches sur les effets du design de packaging sur le consommateur sont relativement peu nombreuses (Filser, 1994). L une de ces recherches (Dano, 1996) se focalise sur l un des aspects esthétiques du packaging : la composante rhétorique. Une approche plus complète devrait intégrer les cinq composantes esthétiques du packaging (évaluation de la forme-design) ainsi que les phénomènes imaginaires et affectifs liés à la perception du packaging (dimension hédonique). Une mesure de l attitude du consommateur envers la dimension rhétorique du packaging : un des aspects esthétiques du packaging (11) Dano (1994) propose une mesure de l attitude du consommateur à l égard des fonctions de communication du packaging. Pour ce faire, elle adopte (10) Pourquoi la dimension «fonctionnelle» du design n apparaît-elle pas comme une dimension à part entière de l attitude esthétique? Cela s explique car il s agit précisément d une attitude face à la forme-design et non pas d une attitude face au design. Il faut distinguer la(les) fonction(s) du produit de sa fonctionnalité perçue. La fonctionnalité perçue du produit (facilité d usage perçue, sécurité perçue, robustesse, ergonomie de qualité avant prise en main du packaging) fait partie des évocations mentales consécutives à la perception des qualités formelles du produit. Elle sera donc rattachée à la dimension d imagerie mentale. En revanche, le champ d application de cette recherche, le livre, ne présente pas ce type d évocation. (11) Le fait de rattacher les procédés rhétoriques à la dimension esthétique du packaging est directement lié aux travaux de McQuarrie et Mick (1992 et 1996) sur les figures de rhétoriques. 38

7 Essai de mesure de l attitude esthétique du consommateur face au packaging du produit Stéphane Magne un protocole sémiotique (12) fondé sur un modèle linguistique (Jakobson, 1963 (figure 4). d imagerie) et les réactions émotionnelles face au design du packaging (Denis, 1989 ; Gap, 1986). Figure 4 Les six fon ction s de commun ication de Jakobson (1 963) appliquées au packagin g Code Justification des dimensions imaginaire et émotionnelle du concept d attitude esthétique du consommateur envers la forme-design du packaging fonction expressive fonction métalinguistique fonction impressive Entr epris e Packag in g Cons omm ateur fonction phatique Canal (Source : Dano, 1994, p. 29) Pr od uit fonction poètique fonction référentielle Malgré tout l intérêt que présentent les procédés rhétoriques, les différentes fonctions évoquées ci-dessus sont difficiles à repérer sur le packaging. Peut-être aurait-il été préférable de mesurer les effets de procédés rhétoriques tels que la personnification du packaging (Organza de Givenchy par exemple évoque un corps de femme) ou la métonymie (Le Male de Jean- Paul Gaultier est une partie du corps masculin), car ces procédés ont vraisemblablement une influence sur l attitude esthétique du consommateur. Les stimuli physiques du packaging semblent favoriser la formation d une imagerie mentale (Félix, 1982 et 1994) que la psychologie cognitive appelle «représentations». Ce facteur d imagerie mentale visuelle peut être défini comme une capacité du packaging à évoquer des spectacles déjà connus et perçus antérieurement. Dans le domaine publicitaire, Gavard-Perret (1987) insiste sur le pouvoir des stimuli iconiques, verbaux et des instructions rhétoriques d imagerie à susciter des images de mémoire. Lors de l interprétation des stimuli esthétiques du packaging par le consommateur, des représentations imagées et des réactions émotionnelles émergent (Gap, 1986). C est pourquoi, Daoudi et Thialon (1993) introduisent une dimension supplémentaire dans l évaluation du packaging : les réactions émotionnelles (figure 5). Figure 5 Les r épon ses cogn itives et affectives aux composan tes design du packagin g Composantes design du packaging Réponse du consommateu r En résumé, le processus de signification du packaging résultera de la perception et de l évaluation des composantes de la forme-design. Les approches sémiologiques/sémiotiques ne suffisent pas à appréhender le phénomène de perception esthétique. Il faudrait intégrer l apport de la psychologie cognitive (Hetzel et Marion, 1995). Matériau Forme Graphisme Verbal Iconique Images mentales Réactions Émotionnelles Intégration d une composante hédonique (imaginaire et émotionnelle) pour une mesure de l attitude esthétique Pour mettre en œuvre le concept d attitude esthétique, deux thèmes restent en suspens : le pouvoir d évocation imagée du packaging (sa valeur Couleurs (Source : d après Daoudi et Thialon, 1993). (12) L analyse sémiotique permet d identifier, pour tous les langages, les formes signifiantes, les phénomènes de production de sens, les systèmes de signification à travers «[ ] l analyse de ces variables que sont les signes.» (sachant que ces signes «[ ] ne prennent leur valeur que dans et par leurs contextes.» ) (Floch, 1990, p. 5.) 39

8 A D E T E M Ces phénomènes d imagerie mentale associés aux phénomènes émotionnels suscités par le design du produit, du packaging, doivent donc faire partie de la modélisation de l attitude esthétique du consommateur. Justification de la structure théorique du concept d attitude esthétique du consommateur envers la forme-design du packaging Holbrook et Batra (1987), Olney et al (1991), Filser (1996) plaident en faveur d une composante hédonique dans la modélisation de l attitude. Sur ce point, Filser (1996) montre les limites des premiers modèles de comportement du consommateur qui prônent la prépondérance des seuls processus cognitifs. La prise de décision du consommateur y est vue comme un processus rationnel ignorant les phénomènes affectifs ou émotionnels qu il éprouve (Howard, 1963). Un second courant met au premier plan les théories des états affectifs (Derbaix, 1975). Il montre en quoi la dimension affective participe de la formation des préférences (Zajonc et Markus, 1982). Ce renouveau théorique (Holbrook et al., 1984 ; Havlena et Holbrook, 1986 ; Holbrook et Batra, 1987; Olney et al., 1991) est particulièrement pertinent pour la mesure de l attitude esthétique. Cette attitude comportera donc une composante évaluative et une composante hédonique car elle est également le siège de processus affectifs. Certains packagings peuvent, en effet, déclencher des réactions de contentement, de curiosité, d agacement et, pourquoi pas, de bien-être ou de plaisir esthétique. Le problème se pose alors de savoir comment mesurer ces états affectifs ressentis, cette expérience émotionnelle du consommateur (Derbaix et Pham, 1989 ; Derbaix et Poncin, 1998 ; Lemoine, 2001). Par conséquent, les hypothèses de cette recherche porteront sur l existence de trois dimensions attitudinales pour mesurer l attitude esthétique du consommateur : - l évaluation de la forme-design du packaging ; - l imagerie suscitée par la forme-design du packaging ; - les émotions ressenties face à la forme-design du packaging. Ces 3 dimensions hypothétiques de l attitude esthétique pourraient être le résultat d une perception sensorielle visuelle de la forme-design d un packaging de produit et, plus précisément, dans le cas d une couverture de livre. VALIDATION DE L ÉCHELLE DE MESURE D ATTITUDE ESTHÉTIQUE DU LECTEUR ENVERS LA FORME-DESIGN DE COUVERTURE DE LIVRE Comment l attitude esthétique du lecteur envers la forme-design de couverture de livre a-t-elle été validée? Aspects méthodologiques et recueil des données pour la validation de l échelle de mesure d attitude esthétique Conformément au paradigme de Churchill (1979), les items du questionnaire sont issus de la revue de littérature, de la visite de huit experts du domaine, de la recherche de cas de design de packaging, de réunions de groupes mobilisant la technique du collage (13) (douze personnes au total) et de quarante entretiens en face-à-face suivis d une analyse de contenu thématique. Ces entretiens semidirectifs portent sur un échantillon de quarante acteurs du monde de l édition (lecteurs, éditeurs, libraires, bibliothécaires, commerciaux et créatifs) susceptibles d avoir des opinions, d exprimer pen- (13) Ces collages visaient à appréhender les contenus non-verbaux (imagés et émotionnels) du consommateur face au packaging. Chaque groupe constitué de quatre personnes devait réaliser deux collages selon la technique des scénarios catastrophe : l un sur le packaging idéal, l autre sur le pire packaging pour un produit de grande consommation. 40

9 Essai de mesure de l attitude esthétique du consommateur face au packaging du produit Stéphane Magne sées et jugements sur l objet de l échelle, les couvertures d ouvrages (14). Les quarante interviews ont été conduites au Salon du Livre à Paris. Le questionnaire, après un pré-test, a été administré auprès d un échantillon de convenance (15) constitué de 247 lecteurs d ouvrages universitaires. En effet, cette échelle de mesure était initialement destinée à faciliter la refonte des couvertures d ouvrages d une maison d édition : les Presses Universitaires de Toulouse - Le Mirail. Aussi, les questions posées se référent-elles toutes à un prototype de couverture de livre (16) en couleur soumise à l appréciation du répondant (tableau 1 et figure 6) au moyen d échelles de Likert à 5 ancrages. De manière à neutraliser toute influence du contenu de l ouvrage, le titre n apparaît pas, pas plus que le nom de l auteur. Seuls trois facteurs de la forme-design sont mis en avant : la couleur (message morphologique), le visuel (message iconique) et la typographie (message verbal). Tableau 1 Les items du questionnair e avant épuration Évaluation globale de la forme-design Cette couverture est très réussie J apprécie l originalité de cette couverture A première vue, cette couverture correspond tout à fait à mes goûts esthétiques J apprécie que cette couverture sorte de l ordinaire Sur cette couverture, je déteste tout Évaluation détaillée du graphisme Sur cette couverture, je déteste l illustration Cette illustration n est pas très esthétique Ce n est pas une illustration qui m attire spontanément Réponse affective positive Mon sentiment global, envers cette couverture, est positif Je dois avouer que je suis séduit(e) par cette couverture Je suis heureux(se) de voir cette belle couverture Réponse affective négative Je suis déçu(e) par cette couverture Mon sentiment personnel, envers cette couverture, est négatif En voyant cette couverture, j éprouve de l ennui En voyant cette couverture, j éprouve de l agacement Réponse conative d approche Cette couverture me donnerait envie d ouvrir le livre Réponse conative d évitement Intérieurement, je me dis que je n achèterais jamais un livre avec une telle couverture J éprouve un sentiment de distance avec l ouvrage Figure 6 Un pr ototype testé de couvertur e de livr e (14) Plusieurs phases précèdent l élaboration du questionnaire : entretiens en face-à-face utilisant la technique des phrases à compléter pour évaluer des couvertures de livres (réelles et en couleur), retranscription intégrale des entretiens, analyse de contenu manuelle thématique sur les quarante entretiens à partir d une grille d analyse fondée sur le modèle initialement exposé, sélection des items les plus favorables et défavorables à l objet de l échelle, re-formulation de certains items selon les idées issues des entretiens d experts et des collages en groupe. (15) Bien que dite «de convenance», la structure de cet échantillon varie sur le sexe et l âge des répondants. (16) Cette couverture en couleur est intégrée aux questionnaires autoadministrés. 41

10 A D E T E M La validation de l échelle s est déroulée en deux étapes. La première a consisté à définir les dimensions du concept Attitude esthétique du lecteur envers la forme-design de couverture de livre par une analyse en composantes principales. Ainsi, un ensemble de facteurs (définis par les items initiaux du questionnaire) a été retenu pour mesurer chaque dimension. La deuxième étape est une procédure d analyse dite confirmatoire sous Amos (17) (Arbuckle, 1995). Cette procédure permet de vérifier si indicateurs, facteurs et dimensions trouvés permettent de mesurer correctement l attitude esthétique du lecteur. Principaux résultats sur la validation de l attitude esthétique du lecteur envers la forme-design de couverture de livre Trois étapes conduisent à valider le concept d attitude esthétique du lecteur envers la forme-design de couverture de livre : l interprétation de ses principales dimensions, les liens entre ces dimensions et une approche de la fiabilité et des validités du construit attitudinal. Interprétation des dimensions de l attitude esthétique Figure 7 Échelle de mesur e de l attitude esthétique -0,72 0,63 Évaluation de la forme-design de la couverture -0,88 Imagerie suscitée Réactions émotionnelles 0,94 1,00 1,00-0,95 rejet de l'illustration appréciation du style valeur imagerie 0,73 0,62 0,59-0,69 0,88 0,85 0,72 0,76 0,77 0,58-0,47 0,52 plaisir esthétique0,65 éprouvé 0,82 déteste l'illustration illustration pas esthétique illustration pas attirante illustration donnant envie d'ouvrir le livre couverture très réussie couverture très belle couverture conforme à mes goûts esthétiques apprécie l'originalité de la couverture n'évoque rien pour moi clichés qui défilent dans la tête évoque un ou des mots précis curiosité / couverture indifférence / couverture aucune émotion Concernant le premier niveau du modèle (les facteurs) et le deuxième niveau (les dimensions), la figure 7 présente les principaux résultats obtenus. (17) Même s il présente moins de fonctionnalité que le programme Lisrel (Joreskog et Sorbom, 1988), le programme Amos est plus simple d utilisation. L analyse sous Amos part du modèle sous forme graphique et donne l ensemble des indices d ajustement du modèle. 42

11 Essai de mesure de l attitude esthétique du consommateur face au packaging du produit Stéphane Magne La première dimension, l Évaluation de la couverture, comporte deux facteurs : l Appréciation du style de la couverture et le Rejet de l illustration. L Appréciation du style correspond à l évaluation esthétique globale de la forme-design de la jaquette proposée. Le lecteur fait référence à ses goûts esthétiques et à sa perception de l originalité. Première conclusion : l évaluation esthétique de la forme-design de la couverture est d abord une évaluation globale de style perçu. Conformément aux lois de la théorie de la forme (Gestalt théorie), la jaquette est perçue et jugée globalement avant d être détaillée. L évaluation esthétique se focalise ensuite sur le message iconique (rejet de l illustration) et non sur le message verbal (Ladipo, 1983 ; Nasalroad, 1992). La supériorité du message iconique sur le message verbal (Childers et Houston, 1984 ; Gavard-Perret, 1987), démontrée dans le cadre publicitaire, réapparaît donc dans le champ du design de packaging (Anderson, 1992) et, plus précisément, des couvertures de livres. La deuxième dimension, l Imagerie suscitée n a pas été forgée sur la base des échelles de mesure couramment utilisées (MacInnis et Price, 1987 ; Denis, 1989 ; Fitzgerald Bone et Scholder Ellen, 1992 ; Helme- Guizon, 1997). Elle a été élaborée sur la base des entretiens de la phase qualitative. Sur ce point, le facteur d imagerie retenu présente une gradation dans la précision des imageries mentales suscitées. Les items oscillent de l absence d imagerie à une présence mentale plus forte de mots, de phrases et d images. C est pourquoi ce facteur a été nommé Valeur d imagerie. Au plan théorique, ce résultat confirme la position de Gap (1986) et celle de Félix (1994) selon laquelle le design de packaging est à l origine de représentations mentales élaborées par le consommateur. La troisième dimension, émotionnelle, de l attitude esthétique oppose une forte curiosité à l absence d émotion, à l indifférence. Cette curiosité, ressentie, est-elle vraiment une émotion? Ce facteur apparaît plutôt comme un aspect de l expérience esthétique (Holbrook, 1987 ; Bouveresse, 1998). La présence des deux items aucune émotion et indifférence aux loadings négatifs, tend à montrer que ce facteur est à rapprocher du plaisir esthétique. Bouveresse (1998) insiste sur les deux dimensions analytique (jugement esthétique) et émotionnelle (plaisir esthétique) de l expérience esthétique individuelle. On retrouve cette structure dans l attitude esthétique envers la forme-design d une jaquette de livre : la dimension évaluative et la dimension hédonique. Quels liens unissent ces trois dimensions de l attitude esthétique? Interprétation des liens entre les dimensions de l attitude esthétique Le premier constat porte sur les critères d ajustement (18) du modèle : ils répondent tous aux seuils couramment préconisés. L ajustement entre les données théoriques du modèle et les données collectées semble bon. Le deuxième élément à considérer porte sur les liens entre les dimensions restituées. Pour comprendre la logique des liens du modèle, il faut savoir que la jaquette évaluée a été jugée négativement par les répondants. L attitude esthétique des lecteurs est donc négative. Cela explique les coefficients négatifs entre certaines dimensions. Tableau 2 Attitude esthétique face à la for me-design de la jaquette testée Dimensions Évaluation négative de la forme-design de la couverture Perception du style Rejet du visuel Imagerie suscitée négative Évocations de mots et d images Aucune évocation mentale Réactions émotionnelles positives Indifférence Sentiment de curiosité (18) Les uns se fondent sur la fonction d ajustement (GFI, AGFI de Joreskog et Sorbom, 1988 ; RMSEA de Steiger et Lind, 1980), les autres sur la théorie de l information (CAIC de Bozdogan, 1987) ou sont estimés par comparaison à un modèle (NFI de Bentler et Bonnet, 1980 ; CFI de Bentler, 1990). Concernant les indices d ajustement GFI, AGFI, CFI et NFI, leur valeur doit être proche de 0,9 et, si possible, supérieure à 0,9. Quant à l indice RMSEA, Browne et Cudeck (1993) ont indiqué qu un modèle ayant un RMSEA inférieur à 0,08 est bien spécifié. Finalement, pour que la qualité d ajustement entre le modèle saturé et celui de l attitude esthétique soit correcte, le CAIC du modèle de l attitude esthétique doit être inférieur à celui du modèle saturé. 43

12 A D E T E M Le lien entre le jugement esthétique (évaluation de la forme-design) et le plaisir esthétique (réactions émotionnelles) atteint une valeur de 0,72. L appréciation négative de la forme-design stimule une certaine «froideur émotionnelle». Où se situe alors la source du plaisir esthétique : dans l attrait global pour le style de la couverture (c est-à-dire l originalité esthétique perçue) ou dans l attirance pour le visuel? Le lien de 0,63 entre l évaluation esthétique de la couverture et l imagerie suscitée n est pas surprenant. Cet indicateur souligne que, lorsque l évaluation esthétique est positive, la valeur d imagerie est forte. Les travaux sur le lien entre la présence de message iconique et l imagerie mentale confortent ce résultat (Gavard-Perret, 1987 ; Helme-Guizon, 1997). Enfin, la relation entre l imagerie suscitée et les réactions émotionnelles de 0,88 indique que, plus le plaisir esthétique est positivement fort, plus la valeur d imagerie est forte. Cette relation est conforme aux positions théoriques sur le lien entre représentations mentales et les phénomènes affectifs (Zajonc et Markus, 1985 ; Filser, 1996). Fiabilité (19), validités convergente (20), discriminante (21) et prédictive (22) de l échelle de mesure de l attitude esthétique Les résultats sont présentés dans le tableau 3. Les construits mesurant l attitude esthétique envers la forme-design de la couverture vérifient les critères de validité convergente et discriminante. Premièrement, la cohérence interne, pour le premier construit, est de 0,94. Cette dimension d Évaluation esthétique de la couverture est donc un construit fiable. Deuxièmement, les coefficients de mesure ainsi que les coefficients structurels sont validés ; les probabilités associées aux t de Student sont proches de 0 dans la procédure de Bootstrap. Ces résultats assurent la validité convergente du construit d attitude esthétique. Troisièmement, les différences entre les modèles contraints et le modèle non-contraint étant statistiquement significatives, la validité discriminante est vérifiée. Enfin, avec une moyenne de coefficients de corrélation multiple de 0,59, le pouvoir explicatif de l attitude esthétique est non négligeable car une valeur de 0,21 (Valette-Florence, 1988) suffirait à assurer une validité prédictive correcte du construit. Par delà les aspects techniques de fiabilité et de validités du construit, quels apports, quelles limites, quelles applications managériales peuvent être envisagées pour l échelle de mesure de l attitude esthétique? CONCLUSIONS, LIMITES ET PERSPECTIVES SUR LE CONCEPT D ATTITUDE ESTHÉTIQUE Mesurer l attitude esthétique du consommateur posait plusieurs problèmes. Le premier obstacle tenait au classement des différentes facettes esthétiques du produit. La notion de forme-design a permis d effectuer un découpage de la dimension esthétique du packaging et de déterminer les principales composantes sujettes à évaluation par le consommateur. Deuxième obstacle : aucun fondement théorique de l attitude esthétique n avait, à ce jour, été formulé. La modélisation de l attitude esthétique devait intégrer une dimension expérientielle sans, pour autant, rejeter une approche plus cognitiviste. Le dernier obstacle tenait enfin aux difficiles choix méthodologiques (Bagozzi, 1989) face à l éventail des mesures de l attitude. L analyse factorielle dite confirmatoire de second ordre, menée sous Amos, propose une voie de modélisation possible. (19) La cohérence interne est assurée quand tous les indicateurs mesurent vraiment le même construit et de manière plutôt comparable (c est-à-dire que les loadings doivent être de valeur équivalente). C est l indicateur (Joreskog, 1971) qui est utilisé pour mesurer la cohérence interne du construit. (20) La validité convergente est vérifiée quand chaque indicateur partage plus de variance avec son construit qu avec l erreur. Pour la tester, il s agit de vérifier par la méthode de Bootstrap que chaque contribution factorielle est statistiquement différente de zéro. (21) La validité discriminante a pour but de vérifier que la mesure d une variable théorique est bien spécifique (c est-à-dire qu elle mesure bien ce construit et pas un autre). Pour la tester, il s agit de montrer qu un modèle où les corrélations sont laissées libres est bien meilleur que chaque modèle où la corrélation entre les dimensions de l attitude esthétique est égale à 1 (les deux dimensions n étant alors pas discriminantes). (22) Pour vérifier la validité prédictive, il s agit de savoir si les dimensions sont bien prédites par les facteurs et si les facteurs le sont par les items. Pour cela, il convient de calculer la moyenne des corrélations multiples des facteurs et des dimensions (Miller, 1975). 44

13 Essai de mesure de l attitude esthétique du consommateur face au packaging du produit Stéphane Magne Tableau 3 Validités de l échelle de mesur e de l attitude esthétique Chi-2(76) Chi-2(75) Validité discriminante Modèle contraint Modèle Différence (1) corrélation fixé à 1 non contraint Évaluation 1 Imagerie 164,91 139,734 25,176 Évaluation 1 Réactions 472,82 139, ,086 Imagerie 1 Réactions 450,72 139, ,986 (1) Pour être statistiquement significative, la différence entre les chi-2 des modèles doit être supérieure à 3,84 pour 1 degré de liberté de différence. Dimensions Facteurs Cohérence interne Validité convergente Validité prédictive rho Valeurs de Prob(t) des facteurs Évaluation de la couverture Rejet de l illustration 0,76 0<prob(t)<0,01 0,40 Originalité esthétique 0,88 0<prob(t)<0,01 0,61 Imagerie suscitée Valeur d imagerie 0,65 0<prob(t)<0,01 0,51 Réactions émotionnelles Plaisir esthétique 0,72 0<prob(t)<0,01 0,41 Dimensions Cohérence interne Validité prédictive rho du modèle (1) Évaluation de la couverture 0,94 Imagerie suscité Réactions émotionnelles (1) La validité prédictive du modèle étant la moyenne des corrélations multiples des dimensions et des facteurs. 0,59 0,48 Apports sur la mesure de l attitude esthétique Au plan théorique, l appréciation esthétique et la dimension hédonique composent l attitude esthétique. Toutefois, aucun élément ne permet de déterminer un ordre séquentiel entre l appréciation esthétique, les phénomènes d imagerie mentale et le plaisir éprouvé. Par exemple, un design de couverture fortement évocateur provoque-t-il une évaluation esthétique positive ou négative? Dans quel sens s établit la relation entre imagerie mentale et plaisir esthétique? À ce stade de la recherche, rien ne permet de dire si ces phénomènes sont séquentiels ou concomitants. Les recommandations marketing portent donc sur les axes d évaluation de la forme-design d une couverture de livre. Style esthétique de la jaquette Type de visuel du livre L axe de style esthétique est d abord sollicité lors de l évaluation globale d une couverture. Le deuxième axe d évaluation concerne le type de message iconique figurant sur le livre. Cependant, cette remarque n a d intérêt, pour le designer ou le responsable marketing, que s il peut mesurer ce que le lecteur de sa cible entend par «beau» et «original» 45

14 A D E T E M et ce que ce lecteur préfère comme illustration. Une recherche complémentaire portant sur la Sensibilité Esthétique Personnelle (Magne, 1998 et 2002) permet de mieux connaître les préférences formelles du consommateur, de connaître son type esthétique. La Sensibilité Esthétique Personnelle est une caractéristique individuelle relativement stable qui permet de segmenter les consommateurs sur la base de leurs attirances pour certaines formes, couleurs, leurs préférences stylistiques. Parmi les différents types trouvés figurent les «Sensoriels Sceptiques (23)» qui, à eux seuls, plaident pour un marketing multi-sensoriel. Utilisation et extension de l outil de mesure de l attitude esthétique Dans cette recherche, l attitude esthétique du consommateur envers la forme-design du packaging s exerce plus précisément sur une couverture de livre. Cette échelle permet en quelques questions de mesurer l attitude esthétique pour une ou plusieurs jaquettes (testées à contenu identique). Un score d attitude est ensuite calculé : il permet de prendre une décision sur la jaquette à conserver pour l édition définitive de l ouvrage. Il est fort probable que pour des catégories de produit différentes, certaines dimensions de l attitude esthétique seront plus ou moins marquées, plus ou moins prépondérantes. La couverture de livre possède généralement une forme parallélépipédique. Un packaging de shampooing pour enfants peut adopter quant à lui, un message morpholo- gique différent (en forme de personnage de Walt Disney par exemple ). Une première voie de recherche consiste donc à mesurer l attitude esthétique pour un packaging tridimensionnel ; mesure qui intégrerait les effets sensoriels du message morphologique du packaging. Une deuxième remarque est à faire sur le lien qui existe entre l attitude esthétique et l intention d achat de l ouvrage. Cette seconde voie de recherche consisterait à vérifier la relation entre attitude esthétique et attitude envers le produit, entre attitude esthétique et choix effectifs du consommateur. Un troisième axe de réflexion porterait sur l extension du concept d attitude esthétique aux autres sens du consommateur. Le seul sens visuel a été étudié dans cette recherche. Or, l expérience esthétique sensorielle ne saurait se limiter à la seule perception visuelle. Qu en est-il de l expérience esthétique tactile (le grain du papier), olfactive (l odeur de l encre), gustative, voire auditive? Qu en est-il de l attitude esthétique que le consommateur pourrait développer si d autres sens étaient stimulés? Autant de nouvelles perspectives à approfondir dans le cadre d un marketing sensoriel. (23) Parmi les quatre types trouvés figurent les «formels colorés», les «expressifs sobres ou exubérants», les «esthètes chercheurs de sens», les «sensoriels sceptiques». Par exemple, pour ce dernier type, il vaut mieux privilégier la variété des formes, créer ainsi un contexte stimulant et proposer plusieurs styles de formes en jouant sur la sensation immédiate. 46

15 Essai de mesure de l attitude esthétique du consommateur face au packaging du produit Stéphane Magne BIBLIOGRAPHIE ANDERSON L. P. (1992) - The mediating r ole of nonverbal packaging cues on low-involvement pr oduct, Thesis for the degree of Doctor of philosophy, University of Texas at Arlington, U. M. I. Dissertation Services. ARBUCKLE J. (1995) - AMOS 3.5 User s guide, Small Waters Corporation. BAGOZZI R. P. (1989) - La renaissance de la recherche marketing sur les attitudes, Recherche et Applications en Marketing, n 2, volume IV, BEANE T. P. et ENNIS D. M. (1989) - La segmentation des marchés : une revue de la littérature, Recherche et Applications en Marketing, n 3, volume IV, BENTLER P. et BONETT D. (1980) - Significance Tests and Goodness of Fit in the Analysis of Covariance Structures, Psychological Bulletin, 88, BENTLER P. (1990) - Fit Indexes, Lagrange Multipliers, Constraint Changes and Incomplete Data in Structural Models, Multivariate Behavioral Resear ch, 25, BLOCH P. H. (1995) - Seeking the Ideal Form : Design Consumer Response, Journal of Marketing, volume 59, July, BOURGEON D., (1994) - Essai de modélisation du comportement dans le domaine culturel : une application au spectacle théâtral, Thèse pour le doctorat ès Sciences de Gestion, Université de Bourgogne, CREGO, I. A. E. Dijon. BOUVERESSE R. (1998) - L expérience esthétique, Paris, Armand Colin. BOZDOGAN H. (1987) - Model Selection and Akaike s Information Criteria (AIC) : the General Theory and its Analytical Extensions, Psychometrika, 52, BRÉE J. et CEGARRA J. J. (1994) - Les personnages, éléments de reconnaissance des marques par les enfants, Revue Française du Marketing, n 146, volume 1, BROWNE M. et CUDECK R. (1993) - Alter native Ways of Assessing Model Fit, in Bollen K. and Long J.S. eds, Testing Structural Equation Models, , Sage. BRUN M. (1989) - Le design : un outil au service de la stratégie, Cahier de recherche, I.A.E. de Lyon 3, non numéroté, CHILDERS T. L. et HOUSTON M. J. (1984) - Conditions for a Picture-Superiority Effect on Consumer Memory, Journal of Consumer research, n 2, volume 11, September, CHURCHILL G. A. (1979) - A Paradigm for Developing Better Measures of Marketing Constructs, Journal of Marketing Research, volume XVI, February, DAMAK L. (1996) - Corps du consommateur et design du produit : recherche d une similarité ou d une complémentarité?, Thèse de doctorat nouveau régime en Sciences de Gestion, Paris 9. DANO F. (1994) - Contribution de la sémiotique à l étude des attentes et représentations des consommateurs à l égard du packaging, Thèse de doctorat nouveau régime en Sciences de Gestion, Université Paris-Dauphine. DANO F. (1996) - Packaging : une approche sémiotique, Recherche et Applications en Marketing, n 1, volume XI, DAOUDI K. et THIALON M. (1993) - Packaging : quelques apports théoriques pour une nouvelle approche des études qualitatives, Revue Française du Marketing, n , volume 2-3, DENIS M. (1989) - Image et cognition, édition de 1994, Paris, Presses Universitaires de France. DERBAIX CH. (1975) - Les réactions des consommateurs à la communication publicitaire et la hiérarchie de effets, Revue Française du Marketing, 58, DERBAIX CH. et PHAM M. T. (1989) - Pour un développement des mesures de l affectif en marketing : synthèse des pré-requis, Recherche et Applications en Marketing, n 4, volume IV, DERBAIX CH. et PONCIN I. (1998) - Mesure des réactions affectives déclenchées par les stimuli publicitaires : une comparaison des principales modalités, Actes du Congrès de l A. F. M., FÉLIX M. (1982) - Une application de méthodes non-verbales d enquête : publicité télévisée et traitement de l information visuelle chez les jeunes enfants, Cahiers du troisième Séminaire Méthodologie de la recherche en marketing, Lille, in FILSER M. (1994), Le comportement du consommateur, Paris, éditions Dalloz, p

16 A D E T E M FÉLIX M. (1994) - Le design d emballage, facteur d imagerie mentale visuelle : un essai de redéfinition du concept de communication du produit à partir d une étude sur la publicité télévisée et les enfants de quatre à neuf ans, in Management et Design - Théories pour des stratégies de succès, Actes du Sixième Forum Inter national sur la Recher che et la For mation en Management du Design, Paris, ESCP Senior, FILSER M. (1994) - Le comportement du consommateur, Paris, Éditions Dalloz. FILSER M. (1996) - Vers une consommation plus affective?, Revue Française de Gestion, septembre-octobre, FITZGERALD BONE P. et SCHOLDER ELLEN P. (1992) - The Generation and Consequences of Communication-Evoked Imagery, Journal of Consumer research, n 1, volume 19, June, FLOCH J. M. (1990) - Sémiotique, marketing et communication, sous les signes, les stratégies, Paris, Presses Universitaires de France. GAP K. (1986) - A cognitive approach to packaging : imagery and emotion as critical factors to buying decision at point-of-purchase, Thesis for the degr ee of Doctor of philosophy, North Texas State University, U. M. I. Dissertation Services. GAVARD-PERRET M. L. (1987) - L image : supériorité et limites. Relations avec l imagerie mentale et le langage verbal, Recherche et Applications en Marketing, n 2, volume II, GAVARD-PERRET M. L. (1993) - La présence humaine dans l image, facteur d efficacité de la communication publicitaire? Une expérimentation dans le domaine du tourisme, Recherche et Applications en Marketing, n 2, volume VIII, HAVLENA W. J. et HOLBROOK M. B. (1986) - The Varieties of Consumption Experience : Comparing Two Typologies of Emotion in Consumer Behavior, Journal of Consumer research, n 3, volume 13, December, HELME-GUIZON A. (1997) - Imagerie, imagerie mentale et effet de la communication persuasive : application à une œuvre d art incluse dans une annonce publicitaire, Thèse de doctorat nouveau régime en Sciences de Gestion, Université Paris-Dauphine. HETZEL P. (1996) - Les entreprises face aux nouvelles formes de consommation, Revue Française de Gestion, septembre-octobre, HETZEL P. et MARION G. (1995) - Contributions of French Semiotics to Marketing Research Knowledge, Marketing and Research Today, February, HIRSCHMAN E. C. (1983) - Aesthetics, Ideologies and the Limits of the Marketing Concept, Journal of Marketing, volume 47, Summer, HOLBROOK M. B. (1986) - Aims, Concepts, and Methods for the Representation of Individual Differences in Esthetic Responses to Design Features, Journal of Consumer research, n 3, volume 13, December, HOLBROOK M. B. (1987) - Perception et représentation esthétiques du consommateur : progrès et problèmes de la recherche, in DUPUIS X. et ROUET F., Économie et Cultur e, volume 1, La Documentation Française, HOLBROOK M. B. et BATRA R. (1987) - Assessing the Role of Emotions as Mediators of Consumer Responses to Advertising, Journal of Consumer research, n 3, volume 14, December, HOLBROOK M. B. et HIRSCHMAN E. C. (1982) - The Experiential Aspects of Consumption : Consumer Fantasies, Feelings, and Fun, Journal of Consumer research, n 2, volume 9, September, HOLBROOK M. B. et HOLLOWAY D. V. (1984) - Marketing Strategy and the Structure of Aggregate, Segment-Specific, and Differential Preferences, Journal of Marketing, volume 48, Winter, HOLBROOK M. B. et MOORE W. L. (1981) - Feature Interactions in Consumer Judgements of Verbal Versus Pictorial Presentations, Journal of Consumer research, n 1, volume 8, June, HOLBROOK M. B. et SCHINDLER R. M. (1994) - Age, Sex, and Attitude toward the Past as Predictors of Consumers Aesthetic Tastes for Cultural Products, Journal of Marketing Research, volume XXXI, August, HOLBROOK M. B., CHESNUT R. W., OLIVA T. A. et GREENLEAF E. A. (1984) - Play as a Consumption Experience : the Roles of Emotions, Performance, and Personality in the Enjoyment of Games, Journal of Consumer research, n 2, volume 11, September, HOWARD J. A. (1963) - Marketing Management, Homewood, Illinois. JAKOBSON R. (1963) - Essai de linguistique générale I. Les fondations du langage, Paris, Éditions de Minuit. JORESKOG K. (1971) - Statistical Analysis of Sets of Congeneric Tests, Psychometrika, 36, 2,

17 Essai de mesure de l attitude esthétique du consommateur face au packaging du produit Stéphane Magne JORESKOG K. et SORBOM D. (1988) - Lisr el VII: a Guide to the Pr ogram and Applications, Chicago Illinois SPSS INC. KIMCHI R. (1992) - Primacy of Wholistic Processing and Global / Local Paradigm : a Critical Review, Psychological Bulletin, n 1, volume 112, LADIPO P. K. A. (1983) - The multiple role of packaging and consumer information handling, Thesis for the degr ee of Doctor of philosophy, University of Strathclyde, British Thesis Service. LAZARUS R. S. (1984) - On the Primacy of Cognition, American Psychologist, n 2, vol. 39, february, LEMENS A. (1994) - Le marché du design en France, in Management et Design - Théories pour des stratégies de succès, Actes du Sixième Forum Inter national sur la Recher che et la For mation en Management du Design, Paris, ESCP Senior, LEMOINE J-F. (2001) Comment tenir compte des émotions du consommateur, Revue Française de Gestion, juin-juillet-août, LIQUET J. C. (1995) - L analyse conjointe, Décisions Marketing, n 4, Janvier-Avril, LOOSSCHILDER G. (1994) - Consumer Resear ch to Support Pr oduct Design Decisions, in Management et Design - Théories pour des stratégies de succès, Actes du Sixième Forum Inter national sur la Recher che et la For mation en Management du Design, Paris, ESCP Senior, MAC INNIS D. J. et PRICE L. L. (1987) - The Role of Imagery in Information Processing : Review and Extensions, Journal of Consumer research, n 4, volume 13, March, MAGNE S. (1997) - Évaluation du design de produit et du design de packaging : un état de l art sur la notion de forme-design, Actes du Congrès Inter national de l Association Française du Marketing, 13, vol. 2, MAGNE S. (1998) - Approche qualitative du construit de sensibilité esthétique personnelle : une grille d interprétation jungienne, Actes du Congrès Inter national de l Association Française du Marketing, 14, MAGNE S. (1999) - Essai de mesure de l attitude esthétique du consommateur envers la forme-design du packaging et d une variable explicative, la Sensibilité Esthétique Personnelle : une application aux couvertures de livres, Thèse de doctorat nouveau régime en Sciences de Gestion, Université des Sciences Sociales de Toulouse. MAGNE S. (2002) - La Sensibilité Esthétique Personnelle : à la recherche de types esthétiques de consommateurs, 1 èr e jour née AFM du Marketing Sensoriel, CERAM Nice Sophia-Antipolis. MALDONADO TH. (1969) - cité par Jocelyn de Noblet in L innovation for melle, DE NOBLET J. et al. (1993), Design, Mir oir du Siècle, Paris, Flammarion / A. P. C. I., p. 24. McQUARRIE E. F. et MICK D. G. (1992) - On Resonance : a Critical Pluralistic Inquiry into Advertising Rhetoric, Journal of Consumer research, n 2, volume 19, September, McQUARRIE E. F. et MICK D. G. (1996) - Figures of Rhetoric in Advertising Language, Journal of Consumer research, n 4, volume 22, March, MEYERS-LEVY J. et PERACCHIO L. A. (1995) - Understanding the Effects of Color : How the Correspondence between Available and Required Resources Affects Attitudes, Journal of Consumer research, n 2, volume 22, September, MILLER J.K. (1975) - The Sampling Distribution and a Test for the Significance of the Bimultivariate Redundancy Statistic : a Monte Carlo Study, Multivariate Behavioral Research, 10, April, MIZERSKI R. (1995) - The Relationship between Cartoon Trade Character Recognition and Attitude Toward Product Category in Young Children, Journal of Marketing, October, MOORE D. J., HARRIS W. D. (1996) - Affect Intensity and the Consumer s Attitude toward High Impact Emotional Advertising Appeals, Journal of Advertising, n 2, volume XXV, Summer, MUNCH J. M., BOLLER G. W. et SWASY J. L. (1993) - The Effects of Argument Structure and Affective Tagging on Product Attitude Formation, Journal of Consumer research, n 2, volume 20, September, NASALROAD D. T. (1992) - A study of the communication effects of food packaging health claims on consumer perceptions, Thesis for the degr ee of Doctor of philosophy, University of Oklahoma, U. M. I. Dissertation Services. OLNEY T. J., HOLBROOK M. B. et BATRA R. (1991) - Consumer Responses to Advertising : the Effects of Ad Content, Emotions, and Attitude toward the Ad on Viewing Time, Journal of Consumer research, n 4, volume 17, March, OLSON J. M. et ZANNA M. P. (1993) - Attitudes and Attitude Change, Ann. Rev. Psychol, 44,

18 A D E T E M PHILLIPS A., PARFITT J. et PRUTTON I. (1991) - Un thé plus rond. L expérience du développement et du test de sachets de thé ronds, Revue Française du Marketing, n 134, volume 4, QUARANTE D. (1994) - Éléments de design industriel, 2 e édition, Paris, POLYTECHNICA. SCOTT L. M. (1994) - Images in Advertising : the Need for a Theory of Visual Rhetoric, Journal of Consumer research, n 2, volume 21, September, STEIGER J. et LIND J. (1980) - Statistically-Based Tests for the Number of Common Factors, Annual Spring Meeting of the Psychometric Society, Iowa City. TSAL Y. (1985) - On the Relationship between Cognitive and Affective Processes : a Critique of Zajonc and Marcus, Journal of Consumer research, n 3, volume 12, December, VALETTE-FLORENCE P. (1988) - Analyse structurelle comparative des composantes des systèmes de valeurs selon Khale et Rokeach, Recherche et Applications en Marketing, 3, 1, ZAJONC R. B. (1984) - On the Primacy of Affect, American Psychologist, n 2, vol. 39, february, ZAJONC R. B. et MARKUS H. (1982) - Affective and Cognitive Factors in Preferences, Journal of Consumer research, 9, ZAJONC R. B. et MARKUS H. (1985) - Must All Affect Be Mediated by Cognition?, Journal of Consumer research, n 3, volume 12, December, ZHANG Y. (1996) - Responses to Humorous Advertising : the Moderating Effect of Need for Cognition, The Journal of Advertising, n 1, volume XXV, Spring,

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management.

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management. Les enseignes spécialisées et l intégration du marketing sensoriel dans l approche multicanale de leur distribution. Fanny NOYELLE Année Universitaire 2007 / 2008 ESUPCOM Lille Directeurs de mémoire :

Plus en détail

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Nice, le 16 juin 2014 NOM : JA BARY E-MAIL PRENOM : HALA HALAJABARY@YAHOO.COM Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Page 1 :

Plus en détail

DR. MATHIEU LAJANTE. Maître de Conférences en Marketing. Fonctions. Formations universitaires. Responsabilités administratives

DR. MATHIEU LAJANTE. Maître de Conférences en Marketing. Fonctions. Formations universitaires. Responsabilités administratives DR. MATHIEU LAJANTE Maître de Conférences en Marketing IGR-IAE de Rennes (Université de Rennes 1) et Laboratoire CREM (UMR CNRS 6211) 11, Rue Jean Macé CS 70803 35708 RENNES Cedex 7 E-mail : mathieu.lajante@univ-rennes1.fr

Plus en détail

Approche émotionnelle de la couleur lors d une exposition publicitaire en presse magazine

Approche émotionnelle de la couleur lors d une exposition publicitaire en presse magazine Approche émotionnelle de la couleur lors d une exposition publicitaire en presse magazine S amuel MAYOL*, Michel GAY** Maître de conférences en Sciences de Gestion O.S.E.S. Laboratoire de Marketing. Université

Plus en détail

Techniques Artistiques

Techniques Artistiques Enseignement technique Section de qualification 2 ème degré Techniques Artistiques Institut Saint-Joseph (Ecole Technique) Deuxième degré de qualification Techniques artistiques Grille Horaire A. FORMATION

Plus en détail

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015 PRÉSENTATION L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation Sophie Vincent, Spécialiste en recherche consommateurs et évaluation sensorielle 22 janvier 2015 CINTECH

Plus en détail

Les émotions en persuasion publicitaire

Les émotions en persuasion publicitaire Les émotions en persuasion publicitaire Une approche neuroscientifique Mathieu Lajante Introduction En 2012, la parution du numéro spécial «Integrating neurophysiological and psychological approaches

Plus en détail

L évaluation de la performance de la communication media

L évaluation de la performance de la communication media L évaluation de la performance de la communication media Pascal ROOS Enseignant en BTS Management des Unités Commerciales Lycée Edmond Rostand, Saint Ouen l Aumône (95) «Je sais qu un dollar de publicité

Plus en détail

Les démarches en science et en technologie

Les démarches en science et en technologie Les démarches en science et en technologie (Sources LAMAP) La démarche scientifique est une démarche qui conduit à construire une procédure de résolution d'un problème en utilisant, de manière explicite,

Plus en détail

L efficacité d un site Web selon les consommateurs : une question de qualité qui repose avant tout sur la facilité d utilisation

L efficacité d un site Web selon les consommateurs : une question de qualité qui repose avant tout sur la facilité d utilisation L efficacité d un site Web selon les consommateurs : une question de qualité qui repose avant tout sur la facilité d utilisation Par Serey-Bopha Sandrine Prom Tep Étudiante au Ph.D. Marketing, HEC Montréal

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Révisions : définir et expliquer

Révisions : définir et expliquer Révisions : définir et expliquer 1. Fondements du marketing et études de marché 1) Notions de valeurs perçues par le client? Rapport qualité prix. 2) Quels sont les leviers d actions qui crée de la valeur?

Plus en détail

LES$METIERS$DU$LIVRE$!

LES$METIERS$DU$LIVRE$! LES$METIERS$DU$LIVRE$ L auteur - et, s il y en a un, l illustrateur - passent avec l éditeur un "contrat d édition". Une fois la maquette réalisée, elle part pour l imprimerie. L auteur et l illustrateur

Plus en détail

Introduction. Une traditionnelle opposition

Introduction. Une traditionnelle opposition Introduction Introduction XIII Dans la méthodologie des études en sciences sociales, on a longtemps opposé les approches quantitatives et qualitatives, comme deux philosophies en contradiction souvent,

Plus en détail

Les clés de la mixité

Les clés de la mixité Women Matter 2012: Making the Breakthrough Les clés de la mixité Focus sur les entreprises françaises 2 McKinsey conduit depuis de nombreuses années des travaux de recherche sur le rôle des femmes au sein

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations Chapitre V : Résultats Les corrélations présentées par la suite, sont celles qui correspondent aux chiffres choisis (corrélation de 0,13 ou 0,13), et celles que nous avons jugées les plus significatifs

Plus en détail

SES-Colibri. (Version 2.0)

SES-Colibri. (Version 2.0) SES-Colibri.doc 19/09/2013 1/9 SES-Colibri (Version 2.0) Vous vous intéressez à la taille des effets : - lors d une recherche personnelle, - lors de la lecture d un article, Mais vous ne disposez que du

Plus en détail

IFIP Conseil. «Une formation opérationnelle des agents de terrain en relation sociale de proximité avec les habitants pour» :

IFIP Conseil. «Une formation opérationnelle des agents de terrain en relation sociale de proximité avec les habitants pour» : FORMATION : MIEUX GERER LES RELATIONS AUX HABITANTS Finalité de la formation : Réduire le stress. Communiquer et gérer les relations, anticiper. Agir de manière appropriée lors des situations délicates

Plus en détail

Projet Tempus. Présentation de la psychologie économique. 28-30 juin 2010

Projet Tempus. Présentation de la psychologie économique. 28-30 juin 2010 Projet Tempus Présentation de la psychologie économique 28-30 juin 2010 Introduction Qu est est-ce que la psychologie économique? Etude du comportement du consommateur recouvre l ensemble des décisions

Plus en détail

AVANT-PROPOS L analyse des données

AVANT-PROPOS L analyse des données AVANT-PROPOS L analyse des données Godelieve MASUY-STROOBANT Nos «sociétés de l information» voient se multiplier les bases de données administratives et les enquêtes ad hoc le plus souvent destinées à

Plus en détail

dirigée par Luc BOYER on air marketing Design sonore : du son au marketing Sous la direction de

dirigée par Luc BOYER on air marketing Design sonore : du son au marketing Sous la direction de Collection «questions de société» dirigée par Luc BOYER on air marketing Design sonore : du son au marketing Sous la direction de Frédéric DOSQUET Mathieu BILLON, Kizitho ILONGO et Tony JAZZ Préface de

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

Etudes de Marché à l Internationale

Etudes de Marché à l Internationale Etudes de Marché à l Internationale Hofstede / Mesurer la culture via 5 indices : - Individualisme vs. Collectivisme - Masculinité vs. Féminité - Incertainty avoidance - Power distance - Court terme vs.

Plus en détail

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) Raquel Partemi rpartemi@logos.uncu.edu.ar María Cristina Azcona sanchere@speedy.com.ar Noemí Jiménez castellotejimenez@yahoo.com.ar

Plus en détail

Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines

Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines Isabel Urdapilleta Responsable Pédagogique du Master 1 psychologie sociale,

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET L ECONOMIE : INTERET, PERCEPTION ET COMPREHENSION

LES FRANÇAIS ET L ECONOMIE : INTERET, PERCEPTION ET COMPREHENSION LES FRANÇAIS ET L ECONOMIE : INTERET, PERCEPTION ET COMPREHENSION Synthèse de l enquête quantitative Novembre 2008 Contacts TNS Sofres : Département Stratégies d opinion Brice Teinturier / Fabienne Simon

Plus en détail

11th International Congress - Marketing Trends, Venise, 19-21 janvier 2012.

11th International Congress - Marketing Trends, Venise, 19-21 janvier 2012. 11th International Congress - Marketing Trends, Venise, 19-21 janvier 2012. EFFET DE LA REPRESENTATION DE L ODEUR D UN PRODUIT DANS UNE ANNONCE PUBLICITAIRE : ROLE MEDIATEUR DE L IMAGERIE MENTALE Mohamed

Plus en détail

Marketing de l art et de la culture

Marketing de l art et de la culture Interview Dunod Marketing de l art et de la culture Dominique Bourgeon-Renault Le secteur de l art et de la culture semble incompatible avec la notion même de marketing. Pourtant, la démarche et les outils

Plus en détail

Cours 7: Conception des systèmes interactifs (partie 1)

Cours 7: Conception des systèmes interactifs (partie 1) Cours 7: Conception des systèmes interactifs (partie 1) Anastasia.Bezerianos@lri.fr (plusieurs slides sont basés sur des slides de T. Tsandilas, W. Mackay, M. Beaudouin Lafon, D. Vogel et S. Greenberg)

Plus en détail

Session 2-17. 1. Introduction

Session 2-17. 1. Introduction Session 2-16 Étude des effets du service reçu dans le point de vente et de l expérience d achat vécue en magasin sur la valeur perçue par le consommateur lors de l acquisition d un produit. Catherine Parissier,

Plus en détail

L ENQUÊTE : ENTRETIEN ET QUESTIONNAIRE

L ENQUÊTE : ENTRETIEN ET QUESTIONNAIRE Hervé Fenneteau L ENQUÊTE : ENTRETIEN ET QUESTIONNAIRE 3 e édition Conseiller éditorial : Frédéric Poulon Dunod, 2015 5 rue Laromiguière, 75005 Paris www.dunod.com ISBN 978-2-10-072234-1 Sommaire Avant-propos

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Unité de Psychopathologie et Neuropsychologie Cognitive, Université de Genève Jeu problématique / pathologique:

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement. Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15

PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement. Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15 Sommaire Avant-propos... 11 PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement CHAPITRE 1 Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15 I. Les différents champs disciplinaires de la

Plus en détail

Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique

Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique Caroline Bogliotti caroline.bogliotti@u-paris10.fr Anne Lacheret anne@lacheret.com ; www.lacheret.com Maria Kihlstedt maria.kihlstedt@u-paris10.fr Objectifs du

Plus en détail

LIRE ET RÉSUMER UN ARTICLE SCIENTIFIQUE

LIRE ET RÉSUMER UN ARTICLE SCIENTIFIQUE LIRE ET RÉSUMER UN ARTICLE SCIENTIFIQUE Jean-Baptiste Légal 2007-2008 http://j.b.legal.free.fr/blog Les publications scientifiques Plusieurs types : Ouvrages et chapitres d ouvrages Manuels Articles de

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale L utilisation de la musique à des fins de communication de marque n est pas récente puisque dès le XIII ème siècle, les marchands ambulants chantaient leur offre à l aide de morceaux

Plus en détail

Liens entre les programmes

Liens entre les programmes Liens entre les programmes Accueillir la petite enfance du ministère de la Famille et des Ainés Éducation préscolaire du ministère de l Éducation Jocelyne Grenier Conseillère pédagogique à la petite enfance

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

Représentations sociales de la pollution et des sols à l Union. De la gestion technique à l indifférence?

Représentations sociales de la pollution et des sols à l Union. De la gestion technique à l indifférence? 25 & 26 septembre 2014 Cité scientifique - Villeneuve d Ascq Gestion et requalification durable des sites et sols pollués: Expériences en Nord - Pas de Calais Représentations sociales de la. De la gestion

Plus en détail

Le problème C est le problème. Sommaire. Des problèmes Quels problèmes? 24/01/11 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE?

Le problème C est le problème. Sommaire. Des problèmes Quels problèmes? 24/01/11 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE? Le problème C est le problème 2 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE? «Ne me dite pas que ce problème est difficile. S il n était pas difficile, ce ne serait pas un problème!» Ferdinand

Plus en détail

PROFIL D ENSEIGNEMENT. Bachelier en Publicité

PROFIL D ENSEIGNEMENT. Bachelier en Publicité PROFIL D ENSEIGNEMENT Bachelier en Publicité Une formation aux couleurs de la HELHa L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant en lui permettant, d une part,

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

LES REPRÉSENTATIONS SPATIALES DES ENFANTS

LES REPRÉSENTATIONS SPATIALES DES ENFANTS LES REPRÉSENTATIONS SPATIALES DES ENFANTS Recherche comparative (France et Pologne) par Katarzyna Bogacz Institut de recherches géographiques Campus Porte des Alpes 5 avenue Pierre Mendès-France, bâtiment

Plus en détail

Une approche multidimensionnelle de la marque et des notions adjacentes

Une approche multidimensionnelle de la marque et des notions adjacentes Une approche multidimensionnelle de la marque et des notions adjacentes Le concept d image de marque a fait l objet de nombreuses recherches relativement récentes, dans la mesure où celui-ci s est vraiment

Plus en détail

ANNEXE III Outils d évaluation du dispositif ARPPEGE

ANNEXE III Outils d évaluation du dispositif ARPPEGE La pratique réflexive Un concept et des mises en œuvre à définir > Yann VACHER Université de Corse ANNEXE III Outils d évaluation du dispositif ARPPEGE Nous avons formalisé des outils de recueil des avis,

Plus en détail

Marque et hyperchoix : un mariage apprécié par les consommateurs. Sophie Rieunier

Marque et hyperchoix : un mariage apprécié par les consommateurs. Sophie Rieunier Chaire Marques & Valeurs Parole d expert Marque et hyperchoix : un mariage apprécié par les consommateurs Sophie Rieunier Maître de conférences, IAE de Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne N 2012-07

Plus en détail

Représentation graphique et pensée managériale, le cas de la Harvard Business Review de 1922 à 1999

Représentation graphique et pensée managériale, le cas de la Harvard Business Review de 1922 à 1999 Représentation graphique et pensée managériale, le cas de la Harvard Business Review de 1922 à 1999 Thèse pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L ECOLE POLYTECHNIQUE Domaine ECONOMIE ET SCIENCES SOCIALES

Plus en détail

Actes du 24 ième colloque de l Admee Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel

Actes du 24 ième colloque de l Admee Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel PRATIQUES EVALUATIVES ENSEIGNANTES ET SOCLE COMMUN DES CONNAISSANCES ET DES COMPETENCES : PRATIQUES EFFICACES? PRATIQUES INNOVANTES? Sandra Safourcade, université de Rennes 2, centre de recherche sur l

Plus en détail

Création et validation d une échelle de classification publicitaire selon la caractéristique d information ou d émotion de l annonce.

Création et validation d une échelle de classification publicitaire selon la caractéristique d information ou d émotion de l annonce. Création et validation d une échelle de classification publicitaire selon la caractéristique d information ou d émotion de l annonce. Philippe JOURDAN Consultant senior GfK / Doctorant Université PMF de

Plus en détail

L'ANALYSE DE CONTENU ET LA TYPOLOGIE

L'ANALYSE DE CONTENU ET LA TYPOLOGIE DEA : Ambiances Architecturales et urbaines Méthodes d enquêtes sociologiques et psycho-sociologiques. L'ANALYSE DE CONTENU ET LA TYPOLOGIE Henry Torgue PLAN DU COURS 1 - L'ORGANISATION DE L'INFORMATION

Plus en détail

Les Français et l objet publicitaire

Les Français et l objet publicitaire Les Français et l objet publicitaire Rapport d étude quantitative 16 mai 2013 Contact presse : OZINFOS Malek Prat Tél. : 01 42 85 47 32 malek@ozinfos.com 1 Sommaire Méthodologie p 3 RESUSLTATS p 4 I. Impact

Plus en détail

Etude de marché «Les produits cosmétiques en Tunisie» Octobre 2010

Etude de marché «Les produits cosmétiques en Tunisie» Octobre 2010 Etude de marché «Les produits cosmétiques en Tunisie» Octobre 2010 1 TBC Partners est un nouvel acteur dans le domaine des enquêtes et des études de marché. Notre équipe est composée de chercheurs et de

Plus en détail

Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation

Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation Bernadette Charlier Université de Fribourg (Suisse) Bernadette.charlier@unifr.ch Notre contribution présente et discute

Plus en détail

Actes du 25 ème colloque de l ADMEE-Europe Fribourg 2013 : Evaluation et autoévaluation, quels espaces de formation?

Actes du 25 ème colloque de l ADMEE-Europe Fribourg 2013 : Evaluation et autoévaluation, quels espaces de formation? Les qualités psychométriques de l évaluation de l enseignement par les étudiantes et les étudiants : impacts des modalités pédagogiques et de passation Léon Harvey, leon_harvey@uqar.ca, Université du Québec

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Baromètre : Le bien être psychologique des salariés au travail. Septembre 2008 vague 2

Baromètre : Le bien être psychologique des salariés au travail. Septembre 2008 vague 2 Baromètre : Le bien être psychologique des au travail Septembre 2008 vague 2 Introduction 1 Le rappel du contexte Afin de favoriser, développer et promouvoir l amélioration du bien-être des personnes au

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

Compte rendu de l animation du 24 mars 2010

Compte rendu de l animation du 24 mars 2010 Compte rendu de l animation du 24 mars 2010 MAÎTRISER LES LANGAGES INTRODUCTION Maîtriser c est dominer. A l école maternelle, il est encore prématuré de parler de maîtrise. C est la raison pour laquelle

Plus en détail

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES Introduction Historique Principes Généraux La réhabilitation du langage : un désir ancien, une pratique récente Aphasie comme «réversion de l évolution» (Jackson 1915)

Plus en détail

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Evaluation de la campagne 2012 1 Sommaire Introduction p.3 Méthodologie p.4 Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Pratiques d écoute - du public - fréquentation des lieux de musique

Plus en détail

Techniques d enquête. Florence Huguenin-Richard - 2014

Techniques d enquête. Florence Huguenin-Richard - 2014 Techniques d enquête Florence Huguenin-Richard - 2014 1. Méthodologie générale Pourquoi faire une enquête? On a besoin d informations qui n existent pas ailleurs! Une enquête vient après une recherche

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Laurence Touré Juin 2010

Laurence Touré Juin 2010 Laurence Touré Juin 2010 Introduction Enquêtes quantitatives, quantitatives, mixtes Protocole d une recherche qualitative Définition de la population d enquête Méthodes d enquête qualitatives La technique

Plus en détail

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit.

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. I - AVANT-PROPOS II - DÉFINITION DE L ÉPREUVE DU BACCALAURÉAT III - QU EST-CE QUE DÉMONTRER

Plus en détail

Marie-Christine LICHTLE IAE Dijon et CERMAB-LEG Marie-Christine.Lichtle@u-bourgogne.fr

Marie-Christine LICHTLE IAE Dijon et CERMAB-LEG Marie-Christine.Lichtle@u-bourgogne.fr LABORATOIRE D'ECONOMIE ET DE GESTION UMR CNRS 5118 CENTRE DE RECHERCHE EN MARKETING DE BOURGOGNE Equipe de Recherche de l'iae Dijon Membre du LEG Cahiers de Recherche 05-02 Pour favoriser la mémorisation

Plus en détail

Introduction à la recherche qualitative (I) Principes

Introduction à la recherche qualitative (I) Principes Introduction à la recherche qualitative (I) Principes Jacques CITTEE - DUERMG Module d aide à la préparation de la thèse Février 2013 La recherche qualitative Une recherche dont les problématiques et les

Plus en détail

LA COOPÉRATION MÉDIATISÉE PAR INTERNET : LE CAS DU SITE «LA MAIN À LA PÂTE»

LA COOPÉRATION MÉDIATISÉE PAR INTERNET : LE CAS DU SITE «LA MAIN À LA PÂTE» LA COOPÉRATION MÉDIATISÉE PAR INTERNET : LE CAS DU SITE «LA MAIN À LA PÂTE» David Wilgenbus Société Française de physique La main à la pâte MOTS-CLÉS : COOPERATION INTERNET COMMUNAUTES SCIENCES LA MAIN

Plus en détail

Exemple PLS avec SAS

Exemple PLS avec SAS Exemple PLS avec SAS This example, from Umetrics (1995), demonstrates different ways to examine a PLS model. The data come from the field of drug discovery. New drugs are developed from chemicals that

Plus en détail

Analyse sémiotique des sites web.

Analyse sémiotique des sites web. Analyse sémiotique des sites web. Description, Evaluation et Conception Le cas des sites de la presse écrite Peter Stockinger Maison des Sciences de l Homme (MSH) Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux

Plus en détail

Evaluer des logiciels éducatifs

Evaluer des logiciels éducatifs DES-TEF 2001-2002 Evaluer des logiciels éducatifs Bernadette Charlier Cellule d Ingénierie Pédagogique Département Education et Technologie FUNDP 1 Evaluer des logiciels éducatifs hyper et multimédias

Plus en détail

FORMATION 2015 : Qualification aux fonctions de maître de conférences en Sciences de gestion.

FORMATION 2015 : Qualification aux fonctions de maître de conférences en Sciences de gestion. Julien Grobert IAE de Toulouse 2 rue du Doyen Gabriel Marty 31042 Toulouse, cedex 9 Julien.grobert@iae-toulouse.fr Poste actuel Enseignant-Associé IAE de Toulouse CHAMPS DE RECHERCHES - Marketing sensoriel

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section

Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section 1- L oral et l écrit La langue Orale La langue Ecrite Produire un texte 2- Agir dans le monde 3- Découvrir le monde Le monde des objets Le monde

Plus en détail

Bienvenue dans ce troisième numéro de Novatris News!

Bienvenue dans ce troisième numéro de Novatris News! L actualité des études online Numéro 3 Mai - Juin 2006 Bienvenue dans ce troisième numéro de Novatris News! Pour ce nouveau numéro, nous vous proposons de partager notre expérience sur deux outils d'études

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

ADEME. Les Français et les Energies Renouvelables. Baromètre 2010

ADEME. Les Français et les Energies Renouvelables. Baromètre 2010 ADEME Les Français et les Energies Renouvelables Baromètre Contexte de l étude La France mise sur le développement des énergies et matières renouvelables pour : Réduire sa dépendance à la fois sur le plan

Plus en détail

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Document synthèse Par Geneviève Rodrigue, en collaboration avec Alain Carpentier, Joanne Munn, Valérie Saysset et Christian

Plus en détail

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE N 31 - AILINCAI Rodica [docteur en sciences de l éducation. Laboratoire Éducation & Apprentissages, Université Paris 5 1 ] UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE 1. Contexte et questions de

Plus en détail

Elles énumèrent les connaissances qui doivent être acquises par les élèves à l issue de la classe terminale.

Elles énumèrent les connaissances qui doivent être acquises par les élèves à l issue de la classe terminale. Annexe 5 SCIENCES DE GESTION - CLASSE TERMINALE SPÉCIALITÉ : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Présentation Les technologies de l information et de la communication contribuent à la construction d'une

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

La musique au service du marketing

La musique au service du marketing Laurent DELASSUS La musique au service du marketing L impact de la musique dans la relation client, 2012 ISBN : 978-2-212-55263-8 Introduction La musique est-elle un langage? S il est évident qu elle est

Plus en détail

Fête de la Science Saint-Etienne 13 octobre 2011. Les enjeux du design sensoriel

Fête de la Science Saint-Etienne 13 octobre 2011. Les enjeux du design sensoriel Fête de la Science Saint-Etienne 13 octobre 2011 Les enjeux du design sensoriel Comment et pourquoi intégrer la qualité perçue dans la conception des produits? Claude CHERON Présidente de VALESENS Association

Plus en détail

Introduction. Études classiques font généralement varier 3 niveaux de peur. Principe de l utilisation de la peur en marketing social

Introduction. Études classiques font généralement varier 3 niveaux de peur. Principe de l utilisation de la peur en marketing social Notion de peur Introduction «Facteur indispensable à la survie des espèces car sans elle, une indifférence totale s installe par rapport à la mort» (Dantzer, 1989) Études classiques font généralement varier

Plus en détail

Méthodes d investigation

Méthodes d investigation Méthodes d investigation 1 LE QUESTIONNAIRE LE questionnaire 1. l économie générale du questionnaire : 2. L avant questionnaire 3. la construction du questionnaire 4. Le choix de l échantillon 2 1. Le

Plus en détail

Entreprises touristiques (12/10/11)

Entreprises touristiques (12/10/11) Entreprises touristiques (12/10/11) 7 et 14 décembres 18, 19, 24 janvier 09, 15 février 14 mars 3h, 27 mars 3h, 28 mars soutenance 4h Les acteurs clés Identifications et mécanismes OFFRE DEMANDE Fournisseurs

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE?

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? Les nouveaux programmes 2008 confirment que l observation, le questionnement, l expérimentation et l argumentation sont

Plus en détail

Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise

Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise Communiqué de presse Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise Paris, le 27 mai 2013 L Institut Randstad et l Observatoire du Fait Religieux en Entreprise

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation

Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation PLAN I. CREATION DE SEQUENCES : DIFFERENTES PHASES POSSIBLES... 3 Phase 1: Lecture des programmes et

Plus en détail

L impression générale laissée au client par une formule de distribution : un concept pour comprendre les comportements d achats multicanaux.

L impression générale laissée au client par une formule de distribution : un concept pour comprendre les comportements d achats multicanaux. L impression générale laissée au client par une formule de distribution : un concept pour comprendre les comportements d achats multicanaux. Customer overall impression left by a distribution channel:

Plus en détail

ÉCOLE PUBLIQUE DE LA SALLE - CENTRE DE DOUANCE

ÉCOLE PUBLIQUE DE LA SALLE - CENTRE DE DOUANCE ÉCOLE PUBLIQUE DE LA SALLE - CENTRE DE DOUANCE QUESTIONNAIRE À COMPLÉTER PAR L ENSEIGNANT.E DE L ÉLÈVE* (GRILLE DE RENZULLI/HARTMAN) Nom de l élève : École : Date de naissance de l élève : Niveau : Nom

Plus en détail