Abdel Khalil, Ph.D. Département de médecine. Service de gériatrie Université de Sherbrooke

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Abdel Khalil, Ph.D. Département de médecine. Service de gériatrie Université de Sherbrooke"

Transcription

1 Abdel Khalil, Ph.D. Département de médecine. Service de gériatrie Université de Sherbrooke

2 L athérosclérose Une maladie inflammatoire chronique des grosses artères, à localisation intimale, dont l agent d agression principal entraînant la réaction inflammatoire est représenté par les LDL modifiées notamment par oxydation. Manifestations cliniques de l athérosclérose: L angine de poitrine, L infarctus du myocarde L accident cérébro-vasculaire

3 Facteurs de Risque Facteurs de risque modifiables Diète Tabagisme L hypertension artérielle Diabète Sédentarité/obésité Facteurs de risque non modifiables Sexe L âge

4 66 Athérosclérose et vieillissement Death (no.) Age group >75 Deaths (no.), Deaths/ Wolk and Somers, Advances in Cell Aging and Gerontology, 2002

5 LDL : lipoprotéines pro-athérogènes Le niveau de LDL plasmatiques est corrélé au risque d incidence des MCV. La réduction du taux de LDL est l origine de la diminution de mortalité causée par les MCV. Statines: réduction des LDL de 26 à 35% Réduction des attaques cardiaques de 25 à 31% Réduction de la mortalité due aux attaques cardiaques de 42%

6 LDL : lipoprotéines pro-athérogènes

7 LDL : lipoprotéines pro-athérogènes 28.3% 1.01% 3.03% 15.2% 6.06% 10.1% 36.4% Maladies cardio-vasculaires Réduction LDL MCV Statines 80 mg/dl 40% Mutation PCSK9 38 mg /dl 80% Existence d autres facteurs, plus importants qu une simple diminution du taux de LDL. Viser d autres cibles dans la lute contre les MCV la susceptibilité des LDL à l oxydation l effet protecteur des HDL

8 HDL : lipoprotéines anti-athérogènes Le niveau de HDL plasmatiques est inversement corrélé au risque d incidence des MCV. Les données de l étude Framingham révèlent que 44% des MCV sont survenus chez des sujets dont les taux de HDL étaient normaux. Concentration de HDL vs. Fonctionnalité des HDL L effet anti-athérogène des HDL est dû à : leur effet antioxydant, leur rôle dans le transport inverse du cholestérol et Action anti-inflammatoire

9 Cellules hépatiques Situation normale Oxydation LDL Non auto-regulé Cholestérol J. Physiol. Pharmacol, 2001 Cellules périphériques. J. Physiol. Pharmacol, 2001 HDL (TRC) -TRC - Antioxydant -Anti-infl. - Prot. Contre la cyto. Situation pathologique Non auto-regulé Plaque d athérome Macrophages Cellules spumeuses.

10

11

12 Facteurs modulant le processus athérosclérotique L oxydation des LDL L effet protecteur des HDL

13 Vieillissement et susceptibilité des LDL à l oxydation Phase de terminaison Produit d'oxydation Phase de propagation En présence d'un antioxydant Phase Degré d'oxydation de latence

14

15 Khalil et al. Journal of Lipid Research, 2000 L enrichissement de LDL en vitamine réduit leur susceptibilité à l oxydation. La vitamine E n explique pas à elle seule l augmentation de la susceptibilité des lipoprotéines à l oxydation

16 Conclusion 1 Augmentation de la susceptibilité des LDL et des HDL à l oxydation Rôle de la vitamine E dans la protection des LDL et HDL contre l oxydation Réduction de la teneur en vitamine E endogène dans les LDL et les HDL Implication de plusieurs facteurs dans la modulation de la susceptibilité à l oxydation

17 Facteurs modulant le processus athérosclérotique L oxydation des LDL L effet protecteur des HDL

18 Les HDL sont des molécules anti-athérogènes Les activités protectrices des HDL : Activité antioxydante Transport inverse du cholestérol

19 Les HDL: lipoprotéines anti-athérogénes Paraoxonase 1 VLDL : 43 α-toc/partic. LDL : 10 HDL : 0,7 Shih et al 1998 Tward et al. Circulation 2002

20 La PON1 et le risque d incidence des MCV Le génotype PON1-192 et PON1-55 est un facteur de risque pour les MCV. PON1-192 contrôle l activité paraoxonase PON1-55 contrôle la concentration L activité de la PON1 serait plus corrélée au risque d incidence des MCV que le génotype. Voetsch B et al Stroke, 2002 Durrington, Arter. Thromb. Vascul. Biol. 2001

21 PON1: Historique 1946: Travaux de Mazur : protéine plasmatique qui hydrolyse les produits organophosphorés. 1990: Travaux de Mackness sur le rôle protecteur de la PON1 Diminution de l activité de la PON1 dans les pathologies associées à l athérosclérose : purification partielle de la PON1 1998: les travaux de Shih et al. sur les souris PON1-/-

22 Etude de l activité de la PON1 avec l âge. 500 r = -0.37, p < ,5x10 5 PON1 activity (U/L) HDL paraoxonase activity 2,0x10 5 1,5x10 5 1,0x10 5 5,0x10 4 r = p < , Age (years) Age (years) Milochevitch & Khalil, Prostag. Leuk Seres et al, experimental Gerontology, 2004 Diminution significative de l activité PON1 au cours du vieillissement

23 2,4 r = 0.046, p < HDL (mmol/l) 2,0 1,6 1,2 0,8 0,4 HDL Aryleesterase activity Age (years) Age 2,0 r = -0.19, p < ,8 1,6 Apo AI (g/l) 1,4 1,2 1,0 0,8 0,6 0, Age (years)

24 Activité PON1 et vieillissement réussi!! Marchegiani et al, Journal of Gerontology, 2006

25 PON1, effet antioxydant des HDL et vieillissement 500 r = -0.37, p < PON1 activity (U/L) Age (years)

26 Facteurs modulant le processus athérosclérotique L oxydation des LDL L effet protecteur des HDL L effet antioxydant des HDL Le transport inverse du cholestérol

27 Transport inverse du Cholestérol apoa-1 ABCA1 Pre-βHDL ABCG1 SRBI LIVER SRBI LDL receptor LCAT apoa-1 HDL CETP To INTESTINE apob LDL VLDL apob

28 Age-related impairment of HDL-mediated cholesterol enflux Berrougui et al, J. Lipid Research, 2007

29 La PON1 modulateur du transport inverse du cholestérol 50 Cholesterol efflux (%) r 2 =0.91 P= [PON1 activity U/ml] Cholesterol efflux % Cholesterol efflux (%) sans camp 5 U/ml 10U/ml 20U/ml HDL HDL + PON1 HDL HP5 U/mlHP10 U/mlHP20 U/ml En présence de camp 0 5 U/ml 10 U/ml 20 U/ml HDL HDL + PON1 HDL* HP5 U/ml*HP10 U/ml* HP20 U/ml*

30 Conclusion 2 Rôle de la PON1 dans l activité antioxydante des HDL et de TIC Réduction significative de l activité PON1 au cours du vieillissement. Réduction dans la la capacité des HDL à assurer leur rôle protecteur

31

32 Facteurs modulant l activité de la PON1 PON1 Diabète Hypercholestérolémie Infarctus du myocarde Insuffisance rénale Diète pro-athérogène Tabagisme Exposition aux PO PON1 Les polyphénols (vin rouge et dans le jus de fruits) consommation modérée d alcool certains hypocholest. (statines) La prise d antioxydants (E, C) TRH (œstrogène) Vieillissement

33 Effet de la diète Cherki et al., Nutrition, Metabolism & Cardiovascular Diseases, 2005 Huile d'argan Huile d'olive valeur en % LDL Paraoxonase Arylestérase HDL LDL

34 Effet de la diète

35 Consommation des AF riches en antioxydants Correlation pearson (r) * * p< * * * * * Hommes Femmes 65 ans 45 ans 25 ans 10 ans α-tocophérol (µm) 100 R = 0,20, p< 0,05 80 γ-tocophérol (µm) Nombre d'afrao/jour R= -0.21, p= Nombre d'afrao/jour

36 Conclusion générale Susceptibilité accrue à l oxydation et altération des propriétés anti-athérogènes des HDL. La PON1 joue un rôle important dans les propriétés protectrices des HDL Les activités protectrices de la PON1 et des HDL sont diminuées au cours du vieillissement. Les conditions de stress oxydatif seraient à l origine de l altération des propriétés protectrices de la PON1 La PON1 : un nouveau joueur dans la prévention contre les MCV

37 Merci Dr. H. Berrougui Dr. M. Cherki, M. Isabelle C. Milochevitch, L. Jaouad, C. de Guise, M. Cloutier, J.P. Fortin Dr. T. Fulop, Dr. J.G. Lehoux Dr. J-P Jay-Gerin, Dr. Tessier, Dr. R. Wagner

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares Que Faire devant une Hypo-HDLémie? Pascale Benlian Laboratoire de Référence R pour le Diagnostic des Maladies Rares Endocrinologie, INSERM U 538 Hôpital Saint Antoine, Paris pascale.benlian@sat.aphp.frsat.aphp.fr

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

«Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.»

«Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.» «Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.» Boire peu pour boire longtemps. Marcel Aymé Le vin est dans notre pays synonyme de plaisir (gastronomique) ou de déchéance (alcoolique). Le débat

Plus en détail

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose LDL cholestérol, CRP et athérosclérose Pierre-louis MICHEL Congrès de l AFLC. Beyrouth 23 26 Novembre 2005. B Qu est-ce que la «C-Reactive Protein» (CRP)? Facteurs de risques in f l am m ato ires LDL

Plus en détail

E.I.A CARDIO : BIOLOGIE

E.I.A CARDIO : BIOLOGIE E.I.A CARDIO : BIOLOGIE A SAVOIR ABSOLUMENT( ou pas ) - La formule de Friedewald et ses conditions d application - Les différentes classes de dyslipidémie - Les différents facteurs de risques cardiovasculaires

Plus en détail

Les lipides. Thérapeutique?

Les lipides. Thérapeutique? Thérapeutique? Exercice physique +++ Metformine: pas de risque d hypoglycémie, attention si insuffisance rénale, Sulfonylurées: risque d hypoglycémie, débuter à faible dose Les lipides réserves 97 % =

Plus en détail

Les lipides et dérivés

Les lipides et dérivés UE1 : Biochimie Les lipides et dérivés Partie 5 : Digestion, absorption et transport des lipides Partie 6 : Méthodes d analyse Isabelle Hininger-Favier Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier

Plus en détail

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Nabiha KAMAL Laboratoire de Biochimie Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca CHU Ibn Rochd de Casablanca

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

RELATION ENTRE LE NON HDL CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE

RELATION ENTRE LE NON HDL CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE CONGRES FRANCO-MAGHREBIN DE MEDECINE INTERNE 17 Mars Gammarth 2011 RELATION ENTRE LE NON HDL CHOLESTEROL ET ATHEROSCLEROSE CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE TYPE 2 Ben Ahmed I, Ben Dahmen F, Bouzaidi

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Le Cholestérol. Jacques MANSOURATI CHU BREST

Le Cholestérol. Jacques MANSOURATI CHU BREST Vrai ou Faux Le cholestérol est inutile à l organisme humain L alimentation est la principale source de cholestérol Seul le taux de cholestérol total est important dans la prévention des maladies cardiovasculaires

Plus en détail

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé?

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? René Valéro Service Nutrition-Maladies Métaboliques-Endocrinologie Hôpital de la Timone Marseille Incidence maladies cardiovasculaires du sujet âgé

Plus en détail

MI1 Métabolisme et Nutrition - Stockage et mobilisation des molécules énergétiques - Cristol Année Universitaire 2007-2008

MI1 Métabolisme et Nutrition - Stockage et mobilisation des molécules énergétiques - Cristol Année Universitaire 2007-2008 Stockage et mobilisation des réserves énergétiques Les schémas joints sont ceux qui étaient sur le fichier du ronéo de l an dernier ; ceux qui sont sur le poly de la corpo étaient mal sortis. P.41 : triacylglycérol

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

abc 1Ann Biol Clin 2009 ; 67 (1) : 7-21

abc 1Ann Biol Clin 2009 ; 67 (1) : 7-21 Abstract. Background. Plasma concentrations of HDL cholesterol (HDL-C) and its major protein component apolipoprotein (Apo) A-I are strongly inversely associated with cardiovascular risk, leading to the

Plus en détail

DU BILAN LIPIDIQUE À LA RÉTINE. Dr Isabelle Aknin Golfe Juan - Clinique Oxford à Cannes luteine@gmail.com

DU BILAN LIPIDIQUE À LA RÉTINE. Dr Isabelle Aknin Golfe Juan - Clinique Oxford à Cannes luteine@gmail.com DU BILAN LIPIDIQUE À LA RÉTINE Dr Isabelle Aknin Golfe Juan - Clinique Oxford à Cannes luteine@gmail.com Il y a du cholestérol dans les drusen Il y a un terrain commun aux pathologies cardiovasculaires

Plus en détail

Lipides, lipoprotéines, apolipoprotéines et bilan cardiovasculaire?

Lipides, lipoprotéines, apolipoprotéines et bilan cardiovasculaire? Lipides, lipoprotéines, apolipoprotéines et bilan cardiovasculaire? Richard W. James, Labo des Lipides, Dépt. de Médecine Interne, Faculté de Médecine, Université de Genève, Genève Lipides, lipoprotéines

Plus en détail

Risque cardiovasculaire sous contrôle

Risque cardiovasculaire sous contrôle beawolf Risque cardiovasculaire sous contrôle Tous concernés! De quoi s'agit-il? Les accidents cardiovasculaires sont dus, le plus souvent, à la formation d un caillot venant boucher une artère du cœur

Plus en détail

Diététique de la dyslipidémie

Diététique de la dyslipidémie Diététique de la dyslipidémie 1) Définition Anomalie du métabolisme des lipides à l origine de perturbations biologiques. On peut observer : - Une hypercholestérolémie : augmentation isolée du cholestérol

Plus en détail

Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies. Bases Moléculaires des Traitements des Dyslipidémies

Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies. Bases Moléculaires des Traitements des Dyslipidémies Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies VI Le Risque Cardiovasculaire associé aux Dyslipidémies 1 ) Facteurs de Risque : Définitions 2 ) Facteurs Majeurs du Risque Cardiovasculaire 3 ) Cholestérol

Plus en détail

Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales

Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales Isabelle Dublineau Pôle RadioProtection de l Homme Présentation CLI Cadarache Commission Environnement St Paul-Lez-Durance 23 Octobre 2013 Effets

Plus en détail

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France 3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France Etude conduite chez des étudiants dans 3 villes (Montpellier, Bordeaux, Grenoble) Age : 19 à 26 ans Année

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PLAN : 34 diapositives ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES DEFINITION OBJECTIFS LA PREVENTION PRIMAIRE: 2 diapositives(6 étapes essentielles) LE

Plus en détail

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE Commission nationale sport santé Qu est ce qu un accident cardio-vasculaire? Et quelle en est la cause? L athérosclérose

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et Cholestérol: Existe-t-il un lien?

Maladie d Alzheimer et Cholestérol: Existe-t-il un lien? Maladie d Alzheimer et Cholestérol: Existe-t-il un lien? Dr. Sébastien FEUILLETTE Laboratoire de Génétique Moléculaire CHU Rouen 10 décembre 2009 Cholestérol et Alzheimer: des arguments Facteurs de risque

Plus en détail

Impact de la consommation de l huile d argan dans le Syndrome Coronarien Aigu : Etude interventionnelle

Impact de la consommation de l huile d argan dans le Syndrome Coronarien Aigu : Etude interventionnelle Impact de la consommation de l huile d argan dans le Syndrome Coronarien Aigu : Etude interventionnelle A. Adlouni, K. Zouirech, R. Safa, A. El Fhal, H. Najih, M. Messal, R.Habbal Congrès International

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

Vous pouvez choisir d agir. et d être efficace pour votre santé!

Vous pouvez choisir d agir. et d être efficace pour votre santé! plaquette ok:mise en page 1 31/03/10 17:39 Page 1 la microalbuminurie Vous pouvez choisir d agir et d être efficace pour votre santé. Une valeur élevée de votre microalbuminurie vient de vous être annoncée

Plus en détail

ANNEXE XXIII LE MÉTABOLISME DU CHOLESTÉROL

ANNEXE XXIII LE MÉTABOLISME DU CHOLESTÉROL ANNEXE XXIII LE MÉTABOLISME DU CHOLESTÉROL Le cholestérol* est un composé essentiel des cellules eucaryotes, car il est un élément constitutif de leurs membranes. Chez les mammifères, il est transporté

Plus en détail

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé MEH CHERIFI,M ARAB ; A RAMDANI, F ALIBDESSAMED, Z GUECHI 21ème Congrès National de Médecine Interne. Tlemcen 15, 16 et 17 mai Introduction I PM : 168

Plus en détail

Impact métabolique des acides gras _. Importance du degré d insaturation

Impact métabolique des acides gras _. Importance du degré d insaturation Impact métabolique des acides gras _ Importance du degré d insaturation Dominique Hermier Unité 914, Paris Physiologie de la nutrition et du comportement alimentaire Plan Les familles d acides gras Acides

Plus en détail

1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie?

1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie? CLSC Ahuntsic Mini-quiz Questionnaire sur l hypercholestérolémie Statistiques 1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie?

Plus en détail

Traitements Hypolipémiants

Traitements Hypolipémiants Chapitre 14 Traitements Hypolipémiants Item 132 : Angine de poitrine et infarctus du myocarde Plan Introduction 1. les statines 2. les fibrates Introduction Traiter une dyslipidémie revient le plus souvent

Plus en détail

Exploration du métabolisme lipidique

Exploration du métabolisme lipidique Exploration du métabolisme lipidique Les principaux lipides le cholestérol (utilisé par les cellules pour la synthèse de leurs membranes) les triglycérides (substrat énergétique) les phospholipides (constituants

Plus en détail

DM : L ATHÉROSCLÉROSE

DM : L ATHÉROSCLÉROSE PARTIE II : Cœur et circulation Chapitre 1 : Vaisseaux sanguins et circulation sanguine DM : L ATHÉROSCLÉROSE Objectifs : Définir l athérosclérose Définir les facteurs de pathogénicité en lien avec la

Plus en détail

Nouveau marqueur et cible dans le traitement de la dyslipidémie

Nouveau marqueur et cible dans le traitement de la dyslipidémie Nouveau marqueur et cible dans le traitement de la dyslipidémie Présentée par Catherine Montminy Étudiante en pharmacie de 3 e année Février 2014 Plan de la présentation Population visée par un bilan lipidique

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Présenté par Simon Bérubé, M.D. 8 avril 2008 Plan Les facteurs de risque Les habitudes de vie Signes et symptômes Prise en charge médicale, quand

Plus en détail

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez Énergie et nutrition Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez L alimentation dans le monde Bcp de maladies liées à notre type d alimentation Malnutrition Excès ou carence de nutriments

Plus en détail

EXPLORATION DES LIPIDES ET LIPOPROTEINES

EXPLORATION DES LIPIDES ET LIPOPROTEINES Faculté de médecine Laboratoire de biochimie EXPLORATION DES LIPIDES ET LIPOPROTEINES S.A HAMMA PLAN DU COURS I- INTRODUCTION II- BILAN LIPIDIQUE 1- Bilan lipidique systématique 2- Bilan lipidique orienté

Plus en détail

La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014

La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014 La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014 Plan Généralités Effets de l alcool sur la santé Autres effets Rôle du médecin

Plus en détail

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Traiter pourquoi? Dyslipidémie et pathologies rénales? Pathologie rénale Cholestérol total LDL-c

Plus en détail

10 Structure et catabolisme des Lipoprotéines

10 Structure et catabolisme des Lipoprotéines 10 Structure et catabolisme des Lipoprotéines Deux sources principales de lipides pour l organisme : Exogènes : via l intestin Endogènes : via le foie Les lipides circulent dans le sang en association

Plus en détail

Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette?

Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette? Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette? Pr Alain FURBER Chef de Service de Cardiologie CHU Angers Président régional de la Fédération Française de Cardiologie Les Facteurs de risque essentiels des Maladies

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Endocrino.net Polycopié national Page 1 sur 10 Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Les messages clés 1) Tous les patients qui ont soit une augmentation des triglycérides (>1,50

Plus en détail

1. Risque cardiovasculaire & inflammatoire

1. Risque cardiovasculaire & inflammatoire 1.1 Lipides et inflammation 1.2 Profil des acides gras 1.3 Athérogénicité des lipoprotéines et marqueurs émergents RISQUE CARDIOVASCULAIRE & INFLAMMATOIRE Lipides et inflammation Sang natif - gel 1 tube

Plus en détail

STRUCTURE ET PROPRIETES DES LIPOPROTEINES

STRUCTURE ET PROPRIETES DES LIPOPROTEINES FACULTE DE MEDECINE UNIVERSITE 3 DE CONSTANTINE 1 ERE ANNEE MEDECINE STRUCTURE ET PROPRIETES DES LIPOPROTEINES Dr l.belkacem M.A BIOCHIMIE I-INTRODUCTION Le comportement globalement hydrophobe des lipides

Plus en détail

BRUNO CARNELLE Né le 17 juin 1974, à Paris XII

BRUNO CARNELLE Né le 17 juin 1974, à Paris XII UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE Année 2004 N 42 THESE Pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Qualification en Médecine Générale Par BRUNO CARNELLE Né le 17 juin 1974, à Paris XII Présentée

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

Métabolisme des Lipoprotéines. Dr GUELLA

Métabolisme des Lipoprotéines. Dr GUELLA Métabolisme des Lipoprotéines Dr GUELLA Plan du cours Introduction Structure des lipoprotéines Classification des lipoprotéines : Electrophorèse Ultracentrifugation Les différentes lipoprotéines Les apolipoprotéines

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE. Comité scientifique

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE. Comité scientifique PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE Comité scientifique ASPECTS ÉPIDÉMIOLOGIQUES Première cause de mortalité et de handicap dans les pays développés, les maladies cardio-vasculaires

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

Etude clinique pilote. du taux de cholestérol

Etude clinique pilote. du taux de cholestérol Etude clinique pilote sur la diminution naturelle du taux de cholestérol Documentation sur les applications réussies des recommandations du Dr Rath pour une meilleure Santé cellulaire Editeur: MR Publishing

Plus en détail

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales Université Joseph Fourier FACULTE DE MEDECINE 38700 LA TRONCHE Année Universitaire 2012/2013 EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales 1ère SESSION UE 5.1 : Biochimie 1 Lundi 4 février 2013 8h30 à 9h30

Plus en détail

Cardiologie. Présenté par: CHRIS PACKARD, Ph.D., DSC, ANDREW TONKIN, M.D.

Cardiologie. Présenté par: CHRIS PACKARD, Ph.D., DSC, ANDREW TONKIN, M.D. ST. MICHAEL S HOSPITAL UNIVERSITY OF TORONTO RAPPORT DE LA DIVISION DE CARDIOLOGIE ST. MICHAEL S HOSPITAL, UNIVERSITÉ DE TORONTO MC Le traitement hypolipidémiant et la prévention primaire et secondaire:

Plus en détail

HYPERCHOLESTEROLEMIE PREVENTION ET PRISE EN CHARGE EN MEDECINE NATURELLE

HYPERCHOLESTEROLEMIE PREVENTION ET PRISE EN CHARGE EN MEDECINE NATURELLE HYPERCHOLESTEROLEMIE PREVENTION ET PRISE EN CHARGE EN MEDECINE NATURELLE Quelles différences entre «bon» et «mauvais» cholestérol? Quelle est la bonne proportion? D où provient-il? Le rôle de l alimentation

Plus en détail

PREMIERE CAUSE DE MORTALITE: 180.000/an

PREMIERE CAUSE DE MORTALITE: 180.000/an DEFINITION APPAREIL CARDIO-VASCULAIRE Buts : apporter aux organes ce dont ils ont besoin(o2 ) eliminer les déchets(co2.) APPAREIL : Pompe=cœur Tuyaux=artéres/veines PREMIERE CAUSE DE MORTALITE: 180.000/an

Plus en détail

Le risque cardio-vasculaire global

Le risque cardio-vasculaire global Le risque cardio-vasculaire global Module Optionnel Médecine Générale DCEM 3 Pr Philippe HOFLIGER Dr Céline CASTA Item 129 :FRCV et Prévention Expliquer les facteurs de risque cardio-vasculaire et leur

Plus en détail

Le diabète : définition

Le diabète : définition Le diabète : définition Glycémie à jeûn > 7mmol/l ou 1,26g/l (après au moins 8 heures de jeûne) dosage effectué sur 2 prélèvements différents Ou Glycémie prise à n importe quel moment de la journée 2g/l

Plus en détail

Athérosclérose (3) Les hyperlipoprotéinémies

Athérosclérose (3) Les hyperlipoprotéinémies Athérosclérose (3) Les hyperlipoprotéinémies Points à comprendre Les anomalies du métabolisme lipidique sont à l origine de perturbations biologiques avec des conséquences importantes en termes de santé

Plus en détail

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Les maladies cardiovasculaires chez la femme Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Aucun conflit d intérêt à déclarer Objectifs 1. Particularité des différents facteurs de risque CV 2. Présentations

Plus en détail

Remerciements 13 Préface 15 Avant-propos 17 Chapitre I L oxygène à deux visages 21

Remerciements 13 Préface 15 Avant-propos 17 Chapitre I L oxygène à deux visages 21 Table des matières Remerciements 13 Préface 15 Avant-propos 17 Chapitre I L oxygène à deux visages 21 Pourquoi et comment l oxygène est-il une source de vie? 21 Quel est le prix à payer pour vivre sur

Plus en détail

LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL. GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES

LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL. GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES Risque Cardiovasculaire global Certains comportements de notre vie de tous les jours augmentent notre probabilité de faire

Plus en détail

Conférence internationale sur les régimes alimentaires méditerranéens traditionnels : passé, présent et avenir (MEDIET 2004)

Conférence internationale sur les régimes alimentaires méditerranéens traditionnels : passé, présent et avenir (MEDIET 2004) Conférence internationale sur les régimes alimentaires méditerranéens traditionnels : passé, présent et avenir (MEDIET 2004) Athènes, 21-23 avril 2004 Conférence internationale sur les régimes alimentaires

Plus en détail

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine?

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Les patients nouvellement traités par statine : Dans 40 % des cas ce sont des patients à Source : Enquête IMS pour la Cnamts, 2007. Que

Plus en détail

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012 Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SANTÉ "La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une

Plus en détail

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste SAVEZ-VOUS QUE Les maladies CV restent un fléau? Elles sont la première cause de décès chez les adultes 25% des hommes sont à

Plus en détail

Pas de conflit d intérêt

Pas de conflit d intérêt Pas de conflit d intérêt Actualités dans la prévention secondaire de l AVC Dr S Debiais, Dr I Bonnaud, Dr D Saudeau Service de Neurologie, CHRU de Tours FMC septembre 2008 AVC : Pourquoi les prévenir?

Plus en détail

L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE. Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion. www.hopitalvs.ch www.spitalvs.

L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE. Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion. www.hopitalvs.ch www.spitalvs. L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion www.hopitalvs.ch www.spitalvs.ch SOMMAIRE LES FACTEURS DE RISQUE CARDIOVASCULAIRES 4 1. Le diabète

Plus en détail

Conclusions diabète, déclin cognitif, démences, maladie d'alzheimer et bénéfice expérimental des anticalciques et clinique des glitazones: 11-12

Conclusions diabète, déclin cognitif, démences, maladie d'alzheimer et bénéfice expérimental des anticalciques et clinique des glitazones: 11-12 Diabète et démences Plan: diabète et démences - données anatomo-pathologiques: 3 - diabète et troubles cognitifs: 4 - risque de démences et maladie d'alzheimer: 5-7 - prédiabète, HTA du diabétique et démences:

Plus en détail

Estimation du risque Cardiovasculaire

Estimation du risque Cardiovasculaire Estimation du risque Cardiovasculaire Estimation du risque Cardiovasculaire Vignette 1: Cadre masculin de 51 ans AF CV négative Tabac + 1 pqt/j TAH systol 130 mmhg Cholestérol tot 7,34 mmol/l HDL

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 janvier 2006 TAHOR 10 mg, comprimé pelliculé TAHOR 20 mg, comprimé pelliculé TAHOR 40 mg, comprimé pelliculé TAHOR 80 mg, comprimé pelliculé Laboratoires PFIZER atorvastatine

Plus en détail

maladies cardiaques: Le diabète et les ce qu il faut savoir Quels sont les facteurs de risque de souffrir d une maladie cardiaque?

maladies cardiaques: Le diabète et les ce qu il faut savoir Quels sont les facteurs de risque de souffrir d une maladie cardiaque? Le diabète et les maladies cardiaques: ce qu il faut savoir Dans cet article 1. Quels sont les facteurs de risque associés aux maladies cardiaques? 2. Quels sont les traitements non pharmacologiques? 3.

Plus en détail

COPIE. Diabète & cholestérol. «Contrôle simple - santé redoublée»

COPIE. Diabète & cholestérol. «Contrôle simple - santé redoublée» Diabète & cholestérol «Contrôle simple - santé redoublée» 2,6 Association Suisse du Diabète Schweizerische Diabetes-Gesellschaft Associazione Svizzera per il Diabete www.associationdudiabete.ch Compte

Plus en détail

MÉTABOLISME, DIABÈTE ET

MÉTABOLISME, DIABÈTE ET MÉTABOLISME, DIABÈTE ET VIEILLISSEMENT Anne Lajoix Centre de Pharmacologie et Innovation dans le Diabète EA 7288 anne-dominique.lajoix@univ-montp1.fr LE DIABÈTE Maladie métabolique caractérisée par un

Plus en détail

Femmes, prenez soin de votre cœur! LIVRET DE PREVENTION

Femmes, prenez soin de votre cœur! LIVRET DE PREVENTION LIVRET DE PREVENTION Femmes, prenez soin de votre cœur! TOUT SAVOIR SUR LA SANTE DU CŒUR DES FEMMES, par la Fondation Cœur et Artères, reconnue d utilité publique Introduction Ce livret s adresse à toutes

Plus en détail

LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE

LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE Annick Alpérovitch DR Emérite Inserm Université Pierre et Marie Curie - Inserm U708 «Neuroépidémiologie» LES GRANDES LIGNES DE CE TOUR D HORIZON

Plus en détail

Plan. I. Introduction. II. Etude des lipoprotéines. III. Le métabolisme des lipoprotéines. IV. Exploration biochimique. V.

Plan. I. Introduction. II. Etude des lipoprotéines. III. Le métabolisme des lipoprotéines. IV. Exploration biochimique. V. Plan I. Introduction. II. Etude des lipoprotéines. III. Le métabolisme des lipoprotéines. IV. Exploration biochimique. V. Dyslipidémies Introduction Les lipides sont des molécules hydrophobes ne peuvent

Plus en détail

MÉTABOLISME des LIPOPROTÉINES

MÉTABOLISME des LIPOPROTÉINES MÉTABOLISME des LIPOPROTÉINES STRUCTURE des LIPOPROTÉINES Exemple d une d VLDL Apoprotéine C Apoprotéine B100 Surface Phospholipides Cholestérol libre Apoprotéine E Noyau Triglycérides Chol estérifié CARACTÉRISTIQUES

Plus en détail

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque?

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Mourad DERGUINI Hôpital de Kouba - Alger SAERM, Alger 2015 Le risque

Plus en détail

Sources énergétiques disponibles chez l homme (70 kg) en début de jeûne: Sources d énergie: Poids (kg) kj

Sources énergétiques disponibles chez l homme (70 kg) en début de jeûne: Sources d énergie: Poids (kg) kj Sources énergétiques disponibles chez l homme (70 kg) en début de jeûne: Sources d énergie: Poids (kg) kj Triacylglycérols (tissu adipeux) 15 589.000 (39/g) Protéines (muscles) 6 100.000 (16/g) Glycogène

Plus en détail

Les lipides et dérivés

Les lipides et dérivés UE1 : Biochimie Les lipides et dérivés Partie 5 : Digestion, absorption et transport des lipides Partie 6 : Méthodes d analyse Isabelle Hininger-Favier Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier

Plus en détail

Module 9 : facteurs de risque de l athérosclérose

Module 9 : facteurs de risque de l athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9 : facteurs de risque de l athérosclérose L athérosclérose et les facteurs de risque, font l objet

Plus en détail

Alimentation, athérosclérose et maladie coronarienne

Alimentation, athérosclérose et maladie coronarienne P. 1 / 7 Alimentation, athérosclérose et maladie coronarienne Contenu Feuille d info Alimentation, athérosclérose et maladie coronarienne / Novembre 2011 2 L athérosclérose et la maladie coronarienne 3

Plus en détail

STRESS OXYDANT ET SYNDROME METABOLIQUE EXPERIMENTAL D ORIGINE NUTRITIONNELLE. Gérard CROS

STRESS OXYDANT ET SYNDROME METABOLIQUE EXPERIMENTAL D ORIGINE NUTRITIONNELLE. Gérard CROS STRESS OXYDANT ET SYNDROME METABOLIQUE EXPERIMENTAL D ORIGINE NUTRITIONNELLE Gérard CROS Résistance à l insuline Facteurs génétiques et environnementaux Stress oxydant DIABETE (hyperglycémie) Stress oxydant

Plus en détail

PATHOLOGIES DU METABOLISME LIPIDIQUE ET EXPLORATION BIOLOGIQUE DES DYSLIPIDEMIES

PATHOLOGIES DU METABOLISME LIPIDIQUE ET EXPLORATION BIOLOGIQUE DES DYSLIPIDEMIES PATHOLOGIES DU METABOLISME LIPIDIQUE ET EXPLORATION BIOLOGIQUE DES DYSLIPIDEMIES RAPPEL Les lipides sont un groupe hétérogène de substances qui ont des acides gras dans leur structure ou une molécule qui

Plus en détail

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Recommandations Problématique - Pratique courante: référence, couverture nécessité de pratique. - Recommandations

Plus en détail

CRP : Acteur ou Marqueur?

CRP : Acteur ou Marqueur? CRP : Acteur ou Marqueur? Professeur Atul PATHAK Service de Pharmacologie Clinique Fédération des Services de Cardiologie INSERM U 858 Toulouse, FRANCE La Philosophie On identifie un paramètre (Physiopathologie

Plus en détail

La particule lipidique. Les Dyslipidémies. Lipoprotéine. Apolipoprotéines. La lipoprotéine = Lipides + protéines (apolipoprotéine)

La particule lipidique. Les Dyslipidémies. Lipoprotéine. Apolipoprotéines. La lipoprotéine = Lipides + protéines (apolipoprotéine) Les Dyslipidémies La particule lipidique N 129. Facteurs de risque cardio-vasculaire et prévention. Expliquer les facteurs de risques cardio-vasculaire et leur impact pathologique Expliquer les modalités

Plus en détail

Diagnostic: bilan biologique

Diagnostic: bilan biologique Diagnostic: bilan biologique Bilan lipidique de «base» = EAL = Exploration d une anomalie lipidique Comporte: Impérativement à jeun depuis 12-24 heures Aspect du sérum Dosage des triglycérides (TG) Dosage

Plus en détail

Enseignement de Cardiologie POLYCOPIE

Enseignement de Cardiologie POLYCOPIE Collège National des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Enseignement de Cardiologie POLYCOPIE Sommaire Hémodynamique, maladie coronaire, athéromatose Item 128 - Athérome, épidémiologie

Plus en détail

Les lipoprotéines de haute densité (HDL) sont créditées

Les lipoprotéines de haute densité (HDL) sont créditées Page 40 Mise au point en médecine cardiovasculaire Efflux du cholestérol cellulaire et athéroprotection Nouveaux éléments à l appui du concept de transport inverse du cholestérol Robert S. Rosenson, MD

Plus en détail

Les Maladies Métaboliques

Les Maladies Métaboliques Les Maladies Métaboliques Dr Philip KEROS Troubles Lipidiques et maladies Cardio vasculaires Keros 1 Les troubles Lipidiques Cholestérol : bon ou mauvais? - l Etude de Framingham - les premiers conseils

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

Normolipémiants. Les raisons de leur prescription - Risque lipidique (épidémiologie) - Baisse du cholestérol (LDL) - Efficacité du traitement

Normolipémiants. Les raisons de leur prescription - Risque lipidique (épidémiologie) - Baisse du cholestérol (LDL) - Efficacité du traitement Normolipémiants Les raisons de leur prescription - Risque lipidique (épidémiologie) - Baisse du cholestérol (LDL) - Efficacité du traitement Avant le traitement : que faire? - Détermination des facteurs

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Mme X. Pour. Introduction...1 Résumé de vos résultats... 2 GESTION DU POIDS SANTÉ MÉTABOLIQUE. Gras saturés...

TABLE DES MATIÈRES. Mme X. Pour. Introduction...1 Résumé de vos résultats... 2 GESTION DU POIDS SANTÉ MÉTABOLIQUE. Gras saturés... 2.0 TABLE DES MATIÈRES Pour Mme X Introduction.....1 Résumé de vos résultats......... 2 SANTÉ MÉTABOLIQUE Vitamine C..................4 Folate.......5 Charge glycémique......... 6 SANTÉ CARDIOVASCULAIRE

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail