Carrefour Pathologie ACADEMIE INTERNATIONALE DE PATHOLOGIE Division Française. Séminaire de lames

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Carrefour Pathologie 2012. ACADEMIE INTERNATIONALE DE PATHOLOGIE Division Française. Séminaire de lames"

Transcription

1 Carrefour Pathologie 2012 ACADEMIE INTERNATIONALE DE PATHOLOGIE Division Française Séminaire de lames Biopsies ostéo-médullaires Coordination : Antoine de Mascarel (Bordeaux) & Frédéric Charlotte (Paris) Orateurs : Antoine de Mascarel (Bordeaux), Marie Parrens (Bordeaux), Thierry Molina (Paris), Frédéric Charlotte (Paris) Résumés des 8 cas NB : les textes détaillés des divers exposés (avec iconographie et bibliographie) seront publiés dans le Bulletin de l'aip n 56 (décembre 2012) Paris, 23 novembre 2012

2 2 Cas n 1 Antoine de Mascarel (CHU Haut-Lévêque, Bordeaux) Femme de 58 ans. Altération de l état général, fièvre. Polyadénopathies rétropéritonéales et hépato-splénomégalie. Biopsie ostéo-médullaire au cours de la laparoscopie. Histopathologie : La biopsie ostéo-médullaire intéresse une moelle plus adipeuse que cellulaire dont les 3 lignées sont bien représentées à tous les stades de maturation. Il existe plusieurs nodules lymphoïdes jouxtant ou englobant les travées osseuses. Ils sont constitués de lymphocytes matures aux noyaux un peu irréguliers (centrocytes) associés à de rares cellules activées nucléolées (centroblastes). L immunomarquage montre que ces amas lymphoïdes sont majoritairement de type B CD20+. Ils sont également bcl-2+ et faiblement CD10+ et associés à quelques lymphocytes T CD5+. Localisation médullaire d un lymphome folliculaire. Arguments diagnostiques Les nodules lymphoïdes à petites cellules CD20+ et CD5-, disposés principalement contre les travées osseuses et les enveloppant, sont très évocateurs d un lymphome folliculaire. 20 à 70% des lymphomes folliculaires présentent un envahissement médullaire. Diagnostic différentiel Îlots lymphoïdes réactionnels Ces derniers sont à contours réguliers, situés au centre des espaces médullaires et à distance des travées osseuses Lymphomes à petites cellules B CD20+ Après avoir éliminé les îlots lymphoïdes réactionnels, le diagnostic différentiel se posera avec les autres lymphomes à petites cellules B CD20+. Lymphomes à petites cellules B CD20+ et CD5- - Lymphome de la zone marginale ganglionnaire et extra-ganglionnaire : Petits nodules lymphoïdes à contours irréguliers, généralement à distance des travées osseuses. - Lymphome de la zone marginale splénique : Localisation essentiellement intrasinusale. - Lymphome lympho-plasmocytaire : Contexte clinico-biologique (pic monoclonal), infiltrat interstitiel et petits amas de lympho-plasmocytes monotypiques. Lymphomes à petites cellules B CD20+ et CD5+ Ils sont facilement éliminés par la positivité du CD5. Ce sont la LLC et le lymphome du manteau. - Leucémie lymphoïde chronique (LLC) : Elle est CD23+ - Lymphome du manteau : Il est cycline D1+. Le lymphome folliculaire est considéré comme un lymphome «indolent», d évolution lente. Son pronostic dépend du «Follicular Lymphoma International Prognostic Index» (FLIPI) basé sur l âge, l étendue du lymphome au diagnostic et le taux sérique des LDH. Son pronostic est aussi corrélé avec le grade histologique (OMS 2008) qui ne peut pas être établi sur la BOM.

3 3 Cas n 2 Antoine de Mascarel (CHU Haut-Lévêque, Bordeaux) Femme de 35 ans. Altération de l état général, fièvre, syndrome inflammatoire. Hépatosplénomégalie. Pancytopénie. Recherche d un syndrome d activation macrophagique. Biopsie ostéo-médullaire. Histopathologie : La biopsie ostéo-médullaire intéresse une moelle hypercellulaire dont les 3 lignées sont assez bien représentées à tous les stades de maturation. Les sinus vasculaires paraissent engorgés par des cellules de taille moyenne à grande aux noyaux irréguliers possédant de petits nucléoles. Immunohistochimie : L immunomarquage confirme la disposition intrasinusale des cellules lymphomateuses qui expriment les pant (CD3, CD2, CD7), le CD56 et le marqueur cytotoxique non activé TIA1. Elles sont négatives avec les anticorps dirigés contre le pant CD5 (ainsi que le CD4 et le CD8), les marqueurs cytotoxiques d activation (Granzyme B et perforine), les panb (CD20 et CD79a) et l EBV-LMP. Lymphome hépato-splénique à cellules T (OMS 2008). Arguments diagnostiques Les patients présentent une altération marquée de l état général, une hépato-splénomégalie sans adénopathie et une pancytopénie (thrombopénie+++). La moelle osseuse est toujours envahie et montre une infiltration des sinus vasculaires par des cellules de taille moyenne, souvent uniquement visibles en immunohistochimie : CD3+, CD5-, CD56+ et TIA1+. En biologie moléculaire, les cellules montrent un réarrangement des gènes gamma et delta du récepteur T, présentent un isochromosome 7q (i(7)(q10)), une trisomie 8 et une perte du chromosome Y. Diagnostic différentiel Il se pose avec les infiltrations cellulaires intrasinusales de la moelle osseuse et sera résolu en fonction de la taille des cellules tumorales intrasinusales et de leur phénotype. Petits lymphocytes - Petits lymphocytes B : Lymphome de la zone marginale splénique : infiltrat lymphoïde sinusal constant parfois associé à des agrégats lymphoïdes interstitiels CD20+, CD5-. - Petits lymphocytes T : Leucémie à grands lymphocytes granuleux (LGL) : infiltrat lymphoïde interstitiel diffus associé à un infiltrat sinusal minime CD3+, CD4-, CD8+, TIA1+, Granzyme B+, perforine+, CD56-. Grandes cellules - Lymphome intravasculaire à grandes cellules B CD20+ - Lymphome anaplasique CD30+, ALK+ / ALK- - Embolies carcinomateuses : cytokératines +. Ce lymphome est très agressif (médiane de survie inférieure à 2 ans).

4 4 Cas n 3 Marie Parrens (CHU Haut-Lévêque, Bordeaux) Femme de 63 ans. Bilan de gammapathie monoclonale. Douleurs osseuses. Biopsie ostéo-médullaire. Histopathologie : Les espaces médullaires apparaissent infiltrés sur un mode interstitiel, focalement nodulaire par une population plasmocytaire mature présentant des noyaux excentrés à chromatine mottée dans des cytoplasmes abondants. Les lignées hématopoïétiques sont correctement conservées tant sur le plan quantitatif que qualitatif. Immunohistochimie : Les immunomarquages soulignent cet infiltrat et permettent d apprécier son abondance (plus de 50% de la cellularité médullaire). Il existe une expression conjointe du CD138 et du CD20 avec une monotypie de type kappa. On retrouve également une expression de la cycline D1 et du CD56. La positivité du CD3 est superposable à celle CD5 et montre une population T réactionnelle. Infiltration médullaire plasmocytaire monotypique kappa exprimant à la fois le CD20 et la cycline D1 pouvant s intégrer dans le contexte d un myélome. Arguments diagnostiques Le diagnostic repose sur la mise en évidence d un infiltrat plasmocytaire interstitiel marqué (supérieur à 30%) avec un renforcement nodulaire. La nature plasmocytaire est confirmée par la positivité du CD138 et son caractère clonal, par la positivité de l une des 2 chaînes légères, en l occurrence kappa dans ce cas. L expression du CD20 est aberrante mais rapportée. Elle est souvent (mais non obligatoirement) associée à une morphologie lympho-plasmocytaire et à la présence d une translocation t(11;14) responsable d une surexpression de la cycline D1. L expression de ces 2 marqueurs peut induire en erreur et conduire à des diagnostics erronés de lymphome du manteau ou de lymphome lympho-plasmocytaire, en particulier lorsque la morphologie est de type lympho-plasmocytaire. La clé du diagnostic repose sur l expression conjointe et similaire sur l ensemble de la population tumorale du CD20 et du CD138, de la négativité du CD5 et fréquemment de la positivité du CD56. Ce dernier marqueur est positif dans 57 à 69% des myélomes et il est toujours négatif sur les plasmocytes non tumoraux. Le contexte clinique est également déterminant. En raison de l expression du CD20 et/ou de la cycline D1, le diagnostic se pose avec 2 lymphomes B : le lymphome lympho-plasmocytaire et le lymphome du manteau. Lymphome B lympho-plasmocytaire Ce diagnostic est particulièrement difficile, notamment en cas de différenciation plasmocytaire marquée de la prolifération lympho-plasmocytaire. Cette dernière se définit comme étant un mélange de lymphocytes, de plasmocytes et de lympho-plasmocytes mêlés à des mastocytes. Sur le plan phénotypique, l expression du CD20 est différente de celle du CD138 : il n existe pas de superposition identique des 2 marquages (qui se voit dans le myélome). La positivité du CD20 est généralement bien supérieure à celle du CD138. Du point de vue biologique, il existe un pic à IgM et l atteinte initiale est souvent purement osseuse, révélée par des cytopénies ou des troubles neurologiques à type de neuropathie périphérique. La cycline D1 est négative. Lymphome B du manteau Le problème se pose avec les formes de myélome cycline D1+ présentant une morphologie lymphoplasmocytaire et en l absence de renseignements cliniques. Ce diagnostic sera écarté devant l absence d expression du CD5 et devant la coexpression du CD20 et du CD138, dans le meilleur des cas associés à une positivité du CD56. Le myélome est une maladie incurable avec une survie médiane de 3 à 4 ans (6 mois à 10 ans). Ce pronostic est fonction du stade de la maladie (majoré par la présence d une insuffisance rénale) et de facteurs génétiques défavorables : délétion 13, translocations t(4;14), t(14;16), t(14;20), délétion 17p13, hypodiploïdie. Il semblerait que le pronostic soit meilleur lorsque le CD20 est couplé à une translocation t(11;14) et à une morphologie de type lympho-plasmocytaire.

5 5 Cas n 4 Marie Parrens (CHU Haut-Lévêque, Bordeaux) Homme 78 ans. Antécédent de lymphome en Actuellement, altération de l état général et pancytopénie. Biopsie ostéo-médullaire. Histopathologie : Les espaces médullaires sont le siège d une infiltration lymphomateuse qui s effectue sur un mode nodulaire. Sur un fond riche en lymphocytes matures, en histiocytes et en plasmocytes, il y a des cellules de grande taille de type Hodgkin, plus rarement de type Sternberg. Ces dernières sont parfois masquées par l abondance de la population réactionnelle d accompagnement. Au contact, la moelle est riche et présente une hyperéosinophilie. On note l association d une densification marquée de la trame de réticuline. Immunohistochimie : Les immunomarquages soulignent les cellules tumorales qui apparaissent CD30, CD15 et EBV (LMP1) positives. Elles sont CD20 négatives et expriment le Pax5. Le CD3 montre le caractère majoritairement T du contingent réactionnel d accompagnement. Infiltration médullaire par un lymphome de Hodgkin classique EBV+. Histopathologie et arguments diagnostiques Le diagnostic repose sur la mise en évidence des cellules tumorales. Sur le plan morphologique, cet exercice n est pas toujours facile mais le contraste entre d une part une moelle riche avec une hyperéosinophilie et d autre part des nodules lymphoïdes polymorphes (lymphocytes, plasmocytes polynucléaires éosinophiles et histiocytes) associés à une fibrose doivent faire évoquer ce diagnostic et conduire à la réalisation d une étude immunohistochimique. Les immunomarquages sont souvent indispensables pour souligner les cellules tumorales et valider leur phénotype : le plus souvent une expression du CD30, du CD15 et du Pax5, l expression de l EBV (LMP) étant variable. Le CD20 est négatif et le CD3 montre le caractère majoritairement T du contingent lymphoïde d accompagnement. Autres lymphomes Il se pose essentiellement avec le lymphome B riche en T et en histiocytes et le lymphome T de type LAI, ces 2 lymphomes se présentant dans la moelle sur un mode nodulaire associé à un contingent réactionnel abondant. - Lymphome B riche en T et en histiocytes : Sur un fond riche en lymphocytes matures et en histiocytes, on identifie des cellules de grande taille CD20+, exprimant de manière variable le CD30 et l EMA et restant négatives pour le CD15 et l EBV (LMP1). - Lymphome T de type LAI : Il associe un mélange de cellules tumorales souvent peu atypiques CD3+ et CD4+ (un trou phénotypique est parfois mis en évidence, le plus souvent de type CD7) mêlées à des cellules de grande taille CD20+, souvent EBV(EBER)+. Dans tous les cas, il ne faut pas perdre de vue que ces lymphomes sont particulièrement difficiles à typer sur la moelle et de ce fait, leur diagnostic doit reposer avant tout sur une biopsie tumorale, le plus souvent ganglionnaire. Métastase En raison du caractère fibrosant des lésions rendant l analyse cytologique parfois difficile, une métastase doit être éliminée de principe. Le diagnostic repose alors essentiellement sur l étude des cytokératines. Le lymphome de Hodgkin classique est curable dans plus de 85% des cas. L envahissement médullaire par ce lymphome est rare, de l ordre de 5%, définissant un stade IV de moins bon pronostic.

6 6 Cas n 5 Thierry Molina (CHU Hôtel-Dieu, Paris) Patient de 85 ans. Polynucléose neutrophile à 13 Giga/litre, thrombocytose à 500 Giga/litre, splénomégalie, myélémie. Absence de réarrangement BCR-ABL1. Biopsie ostéo-médullaire. Cylindre biopsique de 2 cm de grand axe. Les travées osseuses sont régulièrement réparties et par place épaissies avec des foyers d ostéogenèse d intensité modérée. La moelle adipeuse contient un tissu hématopoïétique riche (de richesse 4). Il existe une hyperplasie très marquée des lignées granuleuse et mégacaryocytaire. La lignée granuleuse est présente sous forme d éléments d âges différents sans trouble de maturation. Les mégacaryocytes sont regroupés par place en «clusters» serrés de 6 à 7 cellules, présentant des anomalies de lobulation nucléaire (nombreux mégacaryocytes de grande taille alternant avec des petits mégacaryocytes, des noyaux nus et des noyaux hyperchromatiques) et sont parfois présents dans la lumière des sinus. La lignée erythroblastique est présente sous forme d élément d âges différents avec de discrets troubles de maturation. Il n y a pas de plage d allure blastique exprimant l antigène CD34. Il existe un infiltrat lymphocytaire interstitiel avec de petits renforcements nodulaires, ainsi que quelques plasmocytes périvasculaires. La coloration de Perls montre quelques macrophages contenant de l hémosidérine et l imprégnation argentique objective une myélofibrose diffuse systématisée, mutilante par places. Néoplasie myéloproliférative / Myélofibrose primitive (OMS 2008). Absence de plage cellulaire blastique. Présence d une ostéosclérose modérée. Principaux arguments diagnostiques - Hyperplasie des mégacaryocytes en «clusters» serrés - Anomalie de lobulation nucléaire des mégacaryocytes - Myélofibrose avec ostéosclérose - Absence d antécédent de néoplasie myéloproliférative et de réarrangement BCR-ABL1. - Myélémie - Hyperplasie des lignées granuleuse et mégacaryocytaire - Splénomégalie. Autre néoplasie myéloproliférative au stade de myélofibrose Mais importance des antécédents, absence de réarrangement BCR-ABL (LMC). La myélofibrose primitive est un diagnostic d exclusion des autres néoplasies myéloïdes. Thrombocytémie essentielle Mais - Pas de mégacaryocytes géants - Trouble de maturation des mégacaryocytes - «Clusters» serrés de mégacaryocytes - Hyperplasie granuleuse - Myélofibrose. Syndromes myélodysplasiques, par exemple de type del (5q) isolé Mais - Pas d anémie - Hyperplasie des mégacaryocytes en «clusters» serrés alors qu ils sont souvent en «clusters» lâches et monolobés dans ce syndrome del (5q). Métastases médullaires osseuses de carcinome Mais - Hyperplasie mégacaryocytaire et granuleuse - «Clusters» serrés de mégacaryocytes présentant des troubles de maturation - Splénomégalie - Pas de travées carcinomateuses dans la fibrose. Au stade de myélofibrose, la survie moyenne est de 3 à 7 ans.

7 7 Cas n 6 Thierry Molina (CHU Hôtel-Dieu, Paris) Patient de 62 ans. Eruption cutanée maculo-papuleuse et prurigineuse du tronc et de l avant-bras. Présence de cellules de Sezary circulantes depuis 2 ans. Absence d adénopathies ou d hépatosplénomégalie. Recherche de lymphome T médullaire. Biopsie ostéo-médullaire. Cylindre biopsique de 1,2 cm de grand axe. Les travées osseuses sont régulièrement réparties, épaissies par places. La moelle adipeuse contient un tissu hématopoïétique de richesse moyenne (2 à 3), sans trouble majeur de maturation. Il existe de vastes plages de fibrose occupant soit totalement soit de façon focale les espaces médullaires dans une topographie périvasculaire ou paratrabéculaire. Surtout, au sein de ces plages de fibrose, l analyse morphologique, aidée par la coloration de Giemsa lent met en évidence de très nombreux mastocytes, des polynucléaires éosinophiles, des petits lymphocytes et des histiocytes. Ces plages représentent environ 50% de la surface médullaire. Les mastocytes sont dégranulés par places et présentent des atypies cytonucléaires. L étude immunohistochimique confirme l expression de la tryptase par les cellules mastocytaires, montre des petits nodules lymphoïdes B CD20+, des lymphocytes CD3+ interstitiels et des plasmocytes polytypiques au sein des plages de fibrose. Néoplasie myéloproliférative, Mastocytose systémique / Leucémie à mastocytes (OMS 2008). Principaux arguments diagnostiques - Nodules lympho-histiocytaires avec fibrose et polynucléaires éosinophiles - Identification des cellules dans la fibrose comme étant des mastocytes. Mastocytose systémique avec maladie clonale hématologique de lignée non mastocytaire (Systemic Mastocytosis with Associated clonal Haematological Non Mast cell lineage Disease = SM-AHNMD) - Présence de signes associés en faveur d un lymphome, d une leucémie aiguë myéloïde, d une néoplasie myéloproliférative ou d un syndrome myélodysplasique. Lymphome Hodgkinien ou non Hodgkinien - En raison des nodules lympho-histiocytaires, de la fibrose et des polynucléaires éosinophiles. - Importance de l identification des mastocytes pour le diagnostic de mastocytose. Lésion réactionnelle avec hyperplasie mastocytaire Métastase médullaire Les patients présentant une mastocytose systémique survivent quelques années si elle est agressive (cytopénies, hépato-splénomégalie) ou quelques mois dans les formes leucémiques (plus de 10% des leucocytes).

8 8 Cas n 7 Frédéric Charlotte (CHU Pitié-Salpêtrière, Paris) Patiente de 35 ans VIH+ depuis 1999 (séropositivité révélée à l occasion d une tuberculose pulmonaire). En 2001, survenue d un épisode de méningite à cryptocoques. En 2005, hospitalisation pour une pancytopénie (Hb : 9,4g/dL, polynucléaires neutrophiles : 1260/mm 3, plaquettes : 66000/mm 3 ). Le taux de CD4 était de 6/mm 3 avec une charge virale inférieure à 200 copies/ml. L examen clinique et l imagerie thoracoabdominale par TDM montraient de multiples adénopathies et une splénomégalie. Une BOM a été réalisée. Histopathologie : Les espaces médullaires contiennent une moelle hématopoïétique de richesse évaluée à 60-70% avec une répartition équilibrée des lignées érythroblastique et granuleuse. Les mégacaryocytes sont dystrophiques. Il existe une infiltration interstitielle par des histiocytes isolés ou en foyers contenant des parasites sous la forme d éléments basophiles de 2 à 3 µm avec un renflement latéral visible à fort grandissement, négatifs avec les colorations spéciales (Ziehl, Grocott et PAS). Localisation ostéo-médullaire d une leishmaniose viscérale. Histopathologie et arguments diagnostiques Le diagnostic de leishmaniose repose sur la mise en évidence du parasite dans le cytoplasme d histiocytes. Il se présente sous la forme de corps basophiles avec un petit renflement latéral correspondant au kinétoplaste. Les colorations spéciales (Ziehl, Grocott et PAS) sont négatives. Dans la moelle osseuse, la leishmaniose viscérale peut présenter plusieurs aspects : Histiocytose disséminée : Sous la forme d une infiltration interstitielle comportant des foyers d histiocytes à cytoplasme clair contenant des parasites. Forme granulomateuse : Petits granulomes épithélioïdes sans nécrose renfermant peu de parasites. Syndrome hémophagocytaire : Penser à rechercher des leishmanies dans ce contexte. Fibrose médullaire ou transformation gélatiniforme de la moelle osseuse : Formes à charge parasitaire très faible, beaucoup plus rares. Infection à toxoplasmes (Toxoplasma gondii) C est le principal diagnostic différentiel. Il s agit d une toxoplasmose disséminée chez un patient immunodéprimé VIH+ ou après transplantation d organe. Morphologiquement, le parasite se présente sous la forme de corps basophiles dans le cytoplasme de macrophages mais sans renflement latéral, contrairement aux leishmanies. Il existe aussi des formes libres extracellulaires et pseudokystiques. Le diagnostic doit être confirmé par un immunomarquage à l aide d un anticorps spécifique. Autres infiltrats histiocytaires d origine infectieuse - Maladie de Whipple : Les macrophages ne contiennent pas de corps basophiles. Leur cytoplasme renferme des germes PAS+ et Ziehl négatifs qui sont aussi mis en évidence par la coloration de Gram. Dans des centres spécialisés, le diagnostic peut être confirmé par un immunomarquage à l aide d un anticorps spécifique anti-tropheryma whipplei. - Lésions de pseudo-whipple des patients VIH+ : Dans ces lésions liées à une infection à mycobactérie atypique, les macrophages contiennent des bacilles PAS+ et Ziehl+. - Histoplasmose à Histoplama capsulatum : Les levures rondes de 2 à 4 µm, situées dans le cytoplasme des histiocytes ou de siège extracellulaire, s accompagnent souvent d une nécrose. Contrairement aux leishmanies, Histoplasma capsulatum est coloré par le PAS et le Grocott. Conclusion La leishmaniose viscérale est une infection à protozoaire survenant dans un contexte d immunodépression. Il faut y penser systématiquement car les aspects histologiques dans la moelle osseuse sont très variés et parfois trompeurs. La toxoplasmose disséminée est le principal diagnostic différentiel car les circonstances de survenue et les aspects morphologiques sont voisins.

9 9 Cas n 8 Frédéric Charlotte (CHU Pitié-Salpêtrière, Paris) Patient de 67 ans, VIH+ depuis 10 ans avec une charge virale indétectable et un taux de CD4 à 254/mm 3. Ce patient, suivi pour une leucémie myéloïde chronique (LMC), est en rémission depuis 5 ans sous Glivec. En janvier 2011, diagnostic de rhabdomyosarcome alvéolaire du cavum traité par chirurgie et radiothérapie. En mars 2012, hospitalisation pour un méléna. La NFS révélait une pancytopénie et des métamyélocytes. Le scanner thoraco-abdominal montrait une splénomégalie isolée. Présence de cellules d allure blastique dans le myélogramme. Une biopsie ostéo-médullaire a été réalisée. Histopathologie : Les espaces médullaires sont massivement infiltrés par des cellules tumorales disposées en petits amas dans un stroma fibreux abondant. Il n y a pas d élément hématopoïétique visible. Les cellules tumorales de taille moyenne et de forme arrondie présentent un rapport nucléo-cytoplasmique élevé avec un cytoplasme à peine visible. Quelques cellules tumorales ont un noyau un peu excentré et un cytoplasme très éosinophile, cet aspect évoquant des rhabdomyoblastes. Immunohistochimie : Les cellules tumorales coexpriment la desmine et la myogénine. Les autres marqueurs (cytokératine AE1/AE3, CD45, CD34, myéloperoxydase, CD3, CD20, TdT et CD68) sont négatifs. Localisation ostéo-médullaire d un rhabdomyosarcome (RMS) alvéolaire. Arguments diagnostiques Histopathologie Il s agit d une tumeur maligne à cellules rondes réalisant un infiltrat diffus associé à une fibrose médullaire mutilante. La présence de rhabdomyoblastes était en faveur du diagnostic de RMS, ce qui a été confirmé par l expression immunohistochimique de la desmine (cytoplasmique) et de la myogénine (nucléaire et dans une majorité de cellules tumorales). Biologie moléculaire L analyse moléculaire n était pas indispensable dans le cas présenté car le diagnostic de RMS alvéolaire avait été établi sur la tumeur du cavum et la myogénine était fortement exprimée par la tumeur médullaire. Par contre, en cas de RMS inaugural, la recherche d un réarrangement de FKHR par FISH «break-apart» est nécessaire pour porter le diagnostic de RMS alvéolaire, le RMS embryonnaire n étant jamais réarrangé pour FKHR. Leucémie aiguë (LA) lymphoblastique ou myéloblastique Dans le cas présenté, c est le principal diagnostic différentiel en raison du contexte de LMC. En immunohistochimie, une leucémie aiguë peut être CD45, TdT, CD3 ou CD20 positive (LA lymphoblastique), CD34 ou myéloperoxydase positive (LA myéloblastique), CD68+ (LA myélo-monocytaire ou monoblastique), CD61, CD42 et CD31+ (LA mégacaryoblastique) et glycophorine positive (érythroleucémie). Tumeur de type PNET / sarcome d Ewing Il existe une expression diffuse, intense et membranaire du CD99, mais ce marqueur n est cependant pas spécifique. La détection par FISH (sur empreintes ou coupes déparaffinées) d un réarrangement d EWSR1 est alors indispensable pour confirmer le diagnostic. Synovialosarcome à cellules rondes La tumeur est pancytokératine+, EMA+ ou CD99+. La confirmation diagnostique est obtenue par la détection d un réarrangement de SS18 par FISH «break-apart». Tumeur desmoplastique à petites cellules rondes Cette tumeur polyphénotypique exprime le WT1 (à la différence des PNET / sarcomes d Ewing), la pancytokératine, la desmine, des marqueurs neuroendocrines, mais elle est myogénine négative. La FISH «break-apart» montre un réarrangement d EWSR1.

10 10 Tumeur rhabdoïde maligne La détection de la délétion ou de la mutation du gène INI1 est un argument diagnostique important. Carcinome neuroendocrine peu différencié L expression des marqueurs épithéliaux (cytokératines AE1/AE3 et EMA) et des marqueurs neuroendocrines (chromogranine et synaptophysine) confirmera le diagnostic. La recherche d un réarrangement de FKHR a non seulement une valeur diagnostique mais aussi pronostique. Le pronostic du RMS alvéolaire est plus mauvais que celui du RMS embryonnaire. Une étude récente a montré que les rhabdomyosarcomes alvéolaires non réarrangés pour FKHR avaient un pronostic similaire à celui des RMS embryonnaires. ooooo

CLASSIFICATION OMS DES PROLIFERATIONS TUMORALES LYMPHOIDES

CLASSIFICATION OMS DES PROLIFERATIONS TUMORALES LYMPHOIDES CLASSIFICATION OMS DES PROLIFERATIONS TUMORALES LYMPHOIDES LYMPHOMES MALINS T / NK Lymphomes malins T précurseurs LM lymphoblastique T / Leucémie aiguë lymphoblastique T Lymphomes malins T matures ( périphériques

Plus en détail

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC)

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) 3.2 Prédominance de cellules polynucléaires (à noyau segmenté) Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) La LMC est caractérisée par la présence du chromosome Philadelphie t(9;22) (q34;q11.2)

Plus en détail

Cas 1 : Données cliniques. Femme 25 ans Masse paravertébrale Croissance rapide

Cas 1 : Données cliniques. Femme 25 ans Masse paravertébrale Croissance rapide Cas 1 : Données cliniques Femme 25 ans Masse paravertébrale Croissance rapide Cas 1 : Diagnostic retenu PNET Synovialosarcome RMS Chondrosarcome mésenchymateux LNH Cas 1 : PNET - Argumentaire Clinique

Plus en détail

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 UE11.3 HEM 10 nov 2015 1 UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 CG/ TB 10 nov 2015 DC2 révision Chez une femme de 59 ans, une échographie abdominale a été réalisée devant des douleurs abdominales intermittentes

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE RAPPORT GLOBAL

SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE RAPPORT GLOBAL SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE SERVICE DES LABORATOIRES DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS RAPPORT GLOBAL

Plus en détail

Tumeurs malignes de l enfant et sarcomes :

Tumeurs malignes de l enfant et sarcomes : Tumeurs malignes de l enfant et sarcomes : Diagnostic (/pronostic) : Clinique/paraclinique Morphologie Immunophénotype Cytogénétique Biologie moléculaire Tumeurs à «cellules rondes» : Tumeurs d Ewing-pPNET

Plus en détail

CLASSIFICATION OMS 2001 DES PROLIFERATIONS TUMORALES LYMPHOIDES

CLASSIFICATION OMS 2001 DES PROLIFERATIONS TUMORALES LYMPHOIDES CLASSIFICATION OMS 2001 DES PROLIFERATIONS TUMORALES LYMPHOIDES J. Audouin, A. Le Tourneau, J. Diebold Hôtel-Dieu de Paris, France Principes Définir des entités distinctes, avec leurs variantes et leurs

Plus en détail

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé!

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Dosage pondéral des Ig! é à â à é é é é é é â é Electrophorèse des protides (1) " Explorent : 1) Inflammation 2) Immunoglobulines 3) Foie

Plus en détail

DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR

DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR Groupe de cancers du tissu lymphoïde Le plus grand groupe des hémopathies 5% des cancers de l adulte On distingue les LNH et MDH Grand bénéfice des

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro 1 Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro CONTEXTE La leucémie prolymphocytaire B (LPL B) est une pathologie rare,

Plus en détail

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES Fourati.H, Feki.W, Hentati.Y, Kaddour.I, Mdhaffar.M*, Daoud.E, Mnif.Z Service d Imagerie médicale CHU Hédi Chaker Sfax, Tunisie *Service d Hématologie

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

A Belarbi, ZC Amir, MG Mokhtech, F Asselah Service d Anatomie et de Cytologie Pathologique CHU Mustapha Alger

A Belarbi, ZC Amir, MG Mokhtech, F Asselah Service d Anatomie et de Cytologie Pathologique CHU Mustapha Alger Apport de la cytoponction ganglionnaire dans le diagnostic des lymphomes A Belarbi, ZC Amir, MG Mokhtech, F Asselah Service d Anatomie et de Cytologie Pathologique CHU Mustapha Alger Introduction Large

Plus en détail

Hémopathies lymphoïdes

Hémopathies lymphoïdes 07/10/2009 Module Onco-Hématologie Hémopathies lymphoïdes Hématologie: Hématologie clinique: * Hospitalisation: hémopathie maligne ++ Hémopathie myéloïde: Leucémie Aigue (LA), Myélodysplasie (MDS), Syndrome

Plus en détail

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant Sites métastatiques m inhabituels chez l'enfant S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de redio-pédiatrie, diatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, RABAT, MAROC Introduction Les cancers de l enfant l sont des

Plus en détail

LYMPHOMES NON HODGKINIEN DE L ENFANT Aspects anatomopathologiques

LYMPHOMES NON HODGKINIEN DE L ENFANT Aspects anatomopathologiques LYMPHOMES NON HODGKINIEN DE L ENFANT Aspects anatomopathologiques LMNH de l enfant Aspect histologique diffus Haut grade de malignité Présentation souvent extra ganglionnaire LMNH de l enfant Classification

Plus en détail

Les lymphomes malins non hodgkiniens (164a) Professeur Jean-Jacques SOTTO, Docteur Rémy GRESSIN Mars 2005

Les lymphomes malins non hodgkiniens (164a) Professeur Jean-Jacques SOTTO, Docteur Rémy GRESSIN Mars 2005 Les lymphomes malins non hodgkiniens (164a) Professeur Jean-Jacques SOTTO, Docteur Rémy GRESSIN Mars 2005 Pré-requis : Maturation des cellules lymphoïdes Adénopathies Marqueurs de différenciation Imagerie

Plus en détail

mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire

mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire Plus de 25 sous types de lymphomes: 65% de lymphomes agressifs 35% de lymphomes indolents Age moyen au diagnostic pour LMNH:

Plus en détail

Les syndromes myéloprolifératifs Dr Fatiha Boulmerka Laboratoire CHdN ETTELBRUCK 26 mars 2015 1 Hématopoïèse L hématopoïèse représente l ensemble des processus physiologiques qui concourent à la fabrication,

Plus en détail

Attention, ceci diffère de la Cim-O-3 mais représente un nombre infime de cas Leucémie à grands lymphocytes T à grains (LGL- T)

Attention, ceci diffère de la Cim-O-3 mais représente un nombre infime de cas Leucémie à grands lymphocytes T à grains (LGL- T) GUIDE DE RECOMMENDATIONS POUR L ENREGISTREMENT DES HEMOPATHIES MALIGNES PAR LES REGISTRES DE CANCER 1- Fiche de synthèse 2- Liste des codes Cim-O-3 1- Fiche de synthèse Anémie réfractaire C42.1 9980/3

Plus en détail

Autres tumeurs de la paroi digestive. Polype fibroïde inflammatoire Leiomyome Leiomyosarcome Schwannome Tumeur maligne des gaines nerveuses

Autres tumeurs de la paroi digestive. Polype fibroïde inflammatoire Leiomyome Leiomyosarcome Schwannome Tumeur maligne des gaines nerveuses Autres tumeurs de la paroi digestive Polype fibroïde inflammatoire Leiomyome Leiomyosarcome Schwannome Tumeur maligne des gaines nerveuses Leiomyome du tube digestif Beaucoup plus rare que les GIST Localisations

Plus en détail

Phase de dissémination sanguine des LMNH à petites cellules

Phase de dissémination sanguine des LMNH à petites cellules Phase de dissémination sanguine des LMNH à petites cellules LMNH = proliférations malignes du tissu lymphoïde, pouvant disséminer dans le sang. Observation à tout âge avec un pic vers 55-60 ans, plus souvent

Plus en détail

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE 5 ÈME CONGRÈS NATIONAL 01 AU 03 OCTOBRE 2015 INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE DR SAADAOUI.E ; DR DJILALI AIAD.k CHU SIDI BELABBES - SERVICE ORL INTRODUCTION

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA)

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Epidémiologie 3 ème cause de cancer chez l enfant après leucémies et tumeurs cérébrales 10% des cancers pédiatriques

Plus en détail

Pratique de l immunohistochimie Applications diagnostiques Tumeurs des tissus mous. JM Coindre - Bordeaux

Pratique de l immunohistochimie Applications diagnostiques Tumeurs des tissus mous. JM Coindre - Bordeaux Pratique de l immunohistochimie Applications diagnostiques Tumeurs des tissus mous JM Coindre - Bordeaux 1 Tumeurs des tissus mous Rappels Tumeurs rares (2% des prélèvements) Tumeurs variées (150 types

Plus en détail

TP n 9. Pathologie ganglionnaire. Localisation ganglionnaire d un d. lymphome. Métastases ganglionnaires d un d. carcinome peu différenci

TP n 9. Pathologie ganglionnaire. Localisation ganglionnaire d un d. lymphome. Métastases ganglionnaires d un d. carcinome peu différenci Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 9 Pathologie ganglionnaire Localisation ganglionnaire d un d lymphome Métastases ganglionnaires d un d carcinome peu différenci rencié et d un d carcinome

Plus en détail

Principes généraux. Lymphomes malins non hodgkiniens ; lymphome malin non hodgkinien ; lmnh ; lnh

Principes généraux. Lymphomes malins non hodgkiniens ; lymphome malin non hodgkinien ; lmnh ; lnh Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire de professionnels

Plus en détail

leucémie lymphoïde chronique

leucémie lymphoïde chronique la leucémie lymphoïde chronique S.Taoussi, M.T. Abad Service hématologie, EHS ELCC Blida Ce travail a été réalisé au laboratoire hématologie du CAC Blida avec le soutien du CMNG et du laboratoire de recherche

Plus en détail

Myélome. Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie:

Myélome. Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie: MYÉLOME MULTIPLE Myélome Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie: 1% des cancers, 10% des hémopathies Plus fréquent chez les hommes,

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

Un gage de spécificité en immunohistochimie : la localisation cellulaire du signal

Un gage de spécificité en immunohistochimie : la localisation cellulaire du signal Un gage de spécificité en immunohistochimie : la localisation cellulaire du signal Un gage de spécificité en immunohistochimie : la localisation cellulaire du signal Immunohistochimie : méthode immunologique

Plus en détail

Tableau 1 : examens biologiques dans les SMD

Tableau 1 : examens biologiques dans les SMD Tableau 1 : examens biologiques dans les SMD Analyses biologiques Diagnostic/Pronostic Indispensable / obligatoire Recommandé utile au diagnotic et/ou à la stratification thérapeutique individuelle En

Plus en détail

Lésions élémentaires réactionnelles

Lésions élémentaires réactionnelles PATHOLOGIE GANGLIONNAIRE INFLAMMATOIRE ET REACTIONNELLE Lésions élémentaires réactionnelles J. Audouin 1. Hyperplasie lymphoïde diffuse Etiologie : Rare soit une présentation clinique pseudo appendiculaire

Plus en détail

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE II - DIAGNOSTIC A - Circonstances du diagnostic B - Diagnostic de certitude = biopsie ganglionnaire C - Bilan d extension III - FORMES CLINIQUES IV - PRONOSTIC

Plus en détail

Cours d Anatomie Pathologique Spéciale II 5ème Année Médecine Faculté de Médecine et de Pharmacie de Rabat.

Cours d Anatomie Pathologique Spéciale II 5ème Année Médecine Faculté de Médecine et de Pharmacie de Rabat. Cours d Anatomie Pathologique Spéciale II 5ème Année Médecine Faculté de Médecine et de HEMATOPATHOLOGIE: Le LYMPHOME HODGKINIEN Pr Nadia Cherradi. LYMPHOME HODGKINIEN Fréquence: 30 % de tous lymphomes.

Plus en détail

Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010

Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010 Pic monoclonal Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010 Dr Romain Guièze, Chef de Clinique-Assistant Service d Hématologie Clinique Adulte et de Thérapie Cellulaire

Plus en détail

Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005

Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005 Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005 Pré-requis : Connaître l anatomie du système lymphatique et notamment les sites de drainage des principaux sites ganglionnaires

Plus en détail

Item 315 (ex item 163) Leucémies lymphoïdes chroniques Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 315 (ex item 163) Leucémies lymphoïdes chroniques Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 315 (ex item 163) Leucémies lymphoïdes chroniques Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Définition et nosologie... 3 2. Épidémiologie... 3 3. Présentations et manifestations

Plus en détail

UE N 9 Cancéro-onco hématologie Objectif ECN: N 314. Syndromes myéloprolifératifs (2) Diagnostiquer une Leucémie myéloïde chronique. D.

UE N 9 Cancéro-onco hématologie Objectif ECN: N 314. Syndromes myéloprolifératifs (2) Diagnostiquer une Leucémie myéloïde chronique. D. UE N 9 Cancéro-onco hématologie Objectif ECN: N 314 Syndromes myéloprolifératifs (2) Diagnostiquer une Leucémie myéloïde chronique. D. Bordessoule D. Bordessoule. 2 LEUCÉMIE MYÉLOÏDE CHRONIQUE INTRODUCTION

Plus en détail

LES CAHIERS CERBA. Recommandations pour le diagnostic et l interprétation d une hyperlymphocytose sanguine

LES CAHIERS CERBA. Recommandations pour le diagnostic et l interprétation d une hyperlymphocytose sanguine LES CAHIERS CERBA Recommandations pour le diagnostic et l interprétation d une hyperlymphocytose sanguine par B. Caron Servan, S. Defasque, C. Hémar, H. Mossafa Biologistes médicaux, Laboratoire CERBA

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique

Leucémie lymphoïde chronique Leucémie lymphoïde chronique Syndrôme lymphoprolifératif (SLP) caractérisé par une prolifération monoclonale chronique de lymphocytes B, matures morphologiquement mais immatures d un point de vue immunologique.

Plus en détail

Pathologie des tissus lymphoïdes

Pathologie des tissus lymphoïdes Pathologie des tissus lymphoïdes Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Françaises (6th Ed.) Pathologie Inflammatoire: Lymphadénites Lymphadenites aigues non spécifiques Lymphadénites

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers UE : Biopathologie Oncologie Date : 23 mars 2011 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-18h Enseignant : M.Coindre Ronéistes : de LABARRE Marie (marie.delabarre40@laposte.net) ALLOUCHE Justine (justine_ptitezoe@hotmail.fr)

Plus en détail

Lignée lymphocytaire

Lignée lymphocytaire Lignée lymphocytaire I-INTRODUCTION : LES LYMPHOCYTES: Support cellulaire de la défense immunitaire spécifique 25 40 % des globules blancs dans le sang périphérique Moins de 20 % dans le myélogramme. 3

Plus en détail

Dr Audrey BAUR CHAUBERT Spéc.. FMH Pathologie ARGOT Lab Lausanne

Dr Audrey BAUR CHAUBERT Spéc.. FMH Pathologie ARGOT Lab Lausanne Dr Audrey BAUR CHAUBERT Spéc.. FMH Pathologie ARGOT Lab Lausanne HEMOPATHIES MALIGNES 1 ère PARTIE Définitions Tissus et techniques en hématopathologie Principes de classification des lymphomes 2 ème PARTIE

Plus en détail

Dossier anatomo-clinique A2

Dossier anatomo-clinique A2 Dossier anatomo-clinique A2 Dr Copie-Bergman, Dr Moroch Département de Pathologie Dr Isabelle Gaillard, Unité Hémopathies Lymphoïdes Hôpital Henri Mondor Faculté de Médecine Paris 12 Université Paris Est

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique. Introduction. Clinique 03/10/2013

Leucémie lymphoïde chronique. Introduction. Clinique 03/10/2013 Leucémie lymphoïde chronique Introduction Définition: Prolifération lymphoïde monoclonale, responsable d'une infiltration médullaire, sanguine, parfois ganglionnaire, constituée de lymphocytes matures

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Item 291 : Adénopathie superficielle

Item 291 : Adénopathie superficielle Item 291 : Adénopathie superficielle Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Diagnostic d'adénopathie...3 I.1 Circonstances de découverte...3 I.2 Diagnostic positif...3 II Démarche

Plus en détail

Section II. Examens génétiques.

Section II. Examens génétiques. - 1 - Section II. Examens génétiques. 1 er. Tests de biologie moléculaire sur du matériel génétique humain pour des affections acquises. A. "07.06.2007 + A.R. 04.05.2010 M.B. 07.06.2010 Application : 01.08.2010»

Plus en détail

Forpath. Master class d hématopathologie 14 octobre 2013

Forpath. Master class d hématopathologie 14 octobre 2013 Forpath Master class d hématopathologie 14 octobre 2013 Néoplasies myéloprolifératives Syndromes myélodysplasiques Aspects morphologiques, moléculaires et génétiques M.F. Dehou, B.Dessars Hémopathies myéloïdes

Plus en détail

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat.

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. Introduction Le nodule du sein chez l enfant et l adolescente est une situation

Plus en détail

Hémogramme (316) D. Sainty Janvier 2006

Hémogramme (316) D. Sainty Janvier 2006 Hémogramme (316) D. Sainty Janvier 2006 1. Introduction L hémogramme est l examen complémentaire le plus prescrit puisqu il fait partie du bilan effectué devant tout symptôme clinique, toute altération

Plus en détail

HEMOPATHIES MALIGNES. - classifications (diagnostiques et pronostiques) - épidémiologie - mécanismes de la cancérogénèse P. FENAUX

HEMOPATHIES MALIGNES. - classifications (diagnostiques et pronostiques) - épidémiologie - mécanismes de la cancérogénèse P. FENAUX HEMOPATHIES MALIGNES - classifications (diagnostiques et pronostiques) - épidémiologie - mécanismes de la cancérogénèse P. FENAUX Hôpital Avicenne - Université Paris 13 (items n 138 139) HEMOPATHIES MALIGNES

Plus en détail

Masses kystiques compliquées et complexes du sein de l image échographique à l histologie S.Kechaou, M.Jrad, A.Ayedi,M.Chaabane Ayedi Service de radiologie de l hôpital de l Ariana. Tunis.Tunisie INTRODUCTION

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Adénopathies de l enfant. Professeur Jean Loup DEMORY Consultations d Hématologie pédiatrique Clinique médicale Saint Antoine

Adénopathies de l enfant. Professeur Jean Loup DEMORY Consultations d Hématologie pédiatrique Clinique médicale Saint Antoine Adénopathies de l enfant Professeur Jean Loup DEMORY Consultations d Hématologie pédiatrique Clinique médicale Saint Antoine Structure du ganglion lymphatique vaisseaux lymphatiques afférents 1-3 mm capsule

Plus en détail

Cytologie ganglionnaire : démarche diagnostique. F Trimoreau, Limoges

Cytologie ganglionnaire : démarche diagnostique. F Trimoreau, Limoges Cytologie ganglionnaire : démarche diagnostique F Trimoreau, Limoges «Nouveau Monde» cytologique «Nouveau Monde» cytologique Espèces cellulaires «inconnues» du sang et de la moelle Normales Lymphoïdes

Plus en détail

PATHOLOGIE TUMORALE DU SYSTÈME LYMPHOIDE : LES LYMPHOMES

PATHOLOGIE TUMORALE DU SYSTÈME LYMPHOIDE : LES LYMPHOMES PATHOLOGIE TUMORALE DU SYSTÈME LYMPHOIDE : LES LYMPHOMES I - Généralités 1 - Les grands compartiments du système lymphoïde - Ganglions, rate - Thymus - moelle osseuse - Muqueuses respiratoires et digestives...

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

Syndromes lymphoprolifératifs : Données générales

Syndromes lymphoprolifératifs : Données générales Syndromes lymphoprolifératifs : Données générales Une hémopathie maligne est une prolifération d un clone malin provenant de cellules d origine hématopoïétique à partir de la MO (myéloïdes ou lymphoïdes

Plus en détail

Les tumeurs conjonctives

Les tumeurs conjonctives Les tumeurs conjonctives Classification Tumeur développée au dépend des différents constituants du tissu conjonctif commun (vaisseaux, fibroblastes) ou différencié (adipocyte, cellules musculaires lisses

Plus en détail

Leucémie Lymphoïde Chronique

Leucémie Lymphoïde Chronique Leucémie Lymphoïde Chronique Docteur Brigitte Duclos Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG Définition La leucémie lymphoïde chronique est une néoplasie du système lymphoïde caractérisée par la prolifération

Plus en détail

Mécanismes physiopathologiques des anomalies de la prolifération lymphocytaire, notion de clonalité/prolifération clonale

Mécanismes physiopathologiques des anomalies de la prolifération lymphocytaire, notion de clonalité/prolifération clonale Mécanismes physiopathologiques des anomalies de la prolifération lymphocytaire, notion de clonalité/prolifération clonale Jean-Paul Fermand, Patricia Amé-Thomas, Bertrand Arnulf, Marie Hélène Delfau Larue,

Plus en détail

Un piège est un danger caché où l on risque de tomber par ignorance ou par imprudence. Dictionnaire Robert

Un piège est un danger caché où l on risque de tomber par ignorance ou par imprudence. Dictionnaire Robert Vincent Bernier MD, FRCPC Présentation à la journée scientifique de l Association des cytologistes du Québec 12 novembre 2010 Au terme de la présentation, le participant/la participante devrait être en

Plus en détail

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015 LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé Capacité de gérontologie 20142015 Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Quels examens demandez

Plus en détail

La maladie de Hodgkin (164b) Docteur Remy GRESSIN Février 2005

La maladie de Hodgkin (164b) Docteur Remy GRESSIN Février 2005 La maladie de Hodgkin (164b) Docteur Remy GRESSIN Février 2005 Pré-requis : Séméiologie adénopathie, imagerie Anatomie du système lymphatique Mode d'action et toxicité de la chimiothérapie et de la radiothérapie

Plus en détail

PROLIFERATIONS LYMPHOIDES DU TUBE DIGESTIF

PROLIFERATIONS LYMPHOIDES DU TUBE DIGESTIF PROLIFERATIONS LYMPHOIDES DU TUBE DIGESTIF CLASSIFICATION Bases de la classification caractères histologiques caractères immunohistochimiques caractères génotypiques et cytogénétiques Entités anatomocliniques

Plus en détail

Item 316 : Hémogramme : indications et interprétations (Evaluations)

Item 316 : Hémogramme : indications et interprétations (Evaluations) Item 316 : Hémogramme : indications et interprétations (Evaluations) Date de création du document 2009-2010 QCM QUESTION 1/9 : Quelques heures après une brûlure grave et étendue, l'hémogramme montrera

Plus en détail

DES Pathologie Hématologique

DES Pathologie Hématologique DES Pathologie Hématologique Lymphomes B à petites cellules Nicole Brousse Hôpital Necker-Enfants Malades nicole.brousse@nck.aphp.fr Mercredi 15 avril 2008 CLASSIFICATION des LYMPHOMES Nombreuses entités

Plus en détail

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Sarcomes Ubiquitaires: touche les tissus mous, les viscères,

Plus en détail

Myélome Lymphomes Leucémies Myélodysplasie

Myélome Lymphomes Leucémies Myélodysplasie Biologie: Sang Moelle osseuse Système lymphatique Traitements: Chimiothérapie Radiothérapie Chirurgie Immunothérapie Thérapie ciblée Greffe de la moelle osseuse Soins de support / soins palliatifs Myélome

Plus en détail

LEUCEMIE LYMPHOÏDE CHRONIQUE

LEUCEMIE LYMPHOÏDE CHRONIQUE LEUCEMIE LYMPHOÏDE CHRONIQUE RESUME DES POINTS FORTS - Néoplasie B mature - Diagnostic sur immunophénotype sur sang - Stades cliniques - Nouveaux facteurs pronostiques - Orientations thérapeutiques AUTEUR

Plus en détail

Analyses moléculaires des tumeurs conjonctives Expérience de l Institut Bergonié Bordeaux. Activité FISH/CGH et présentation de cas

Analyses moléculaires des tumeurs conjonctives Expérience de l Institut Bergonié Bordeaux. Activité FISH/CGH et présentation de cas Analyses moléculaires des tumeurs conjonctives Expérience de l Institut Bergonié Bordeaux Activité FISH/CGH et présentation de cas Gaëlle Pérot Institut Bergonié Département de Biopathologie Bordeaux Département

Plus en détail

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ)

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) 1 Définition Hémopathie maligne grave d étiologie inconnue caractérisée par la prolifération de plasmocytes

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Même topographie que les lymphomes à petites cellules B

Même topographie que les lymphomes à petites cellules B LYMPHOMES à GRANDES CELLULES B DIAGNOSTIC sur BOM Même topographie que les lymphomes à petites cellules B Différents types peuvent être reconnus Centroblastique Immunoblastique avec ou sans différenciation

Plus en détail

Gammapathie monoclonale

Gammapathie monoclonale Gammapathie monoclonale I. Définitions gammapathie = anomalie de la synthèse protéique comportant une _ production d'un ou plusieurs types d'ig gammapathie monoclonale (GPM) : - _ synthèse d'un seul type

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

4- MODE DE CONTAMINATION

4- MODE DE CONTAMINATION PNEUMOCYSTOSE 1- DEFINITION La pneumocystose humaine est due à un microorganisme, cosmopolite, ubiquitaire, opportuniste, Pneumocystis jiroveci, se développant principalement dans les poumons de patients

Plus en détail

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Tumeur du Sein Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Cas Clinique En Juillet 2006, Patiente de 34 ans, mariée, mère d un enfant de 5 ans, se plaint depuis

Plus en détail

Christelle Tychyj, CHLS

Christelle Tychyj, CHLS Christelle Tychyj, CHLS Estimation du VOLUME TUMORAL sur des critères morphologiques +++ qui ont fait lobjet de consensus internationnaux RECIST 1.1 tumeurs solides CHESON lymphomes Essais thérapeutiques

Plus en détail

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011 Exploration du Profil protéique sérique A. Galmiche, mars 2011 Pourquoi explorer le profil protéique du sérum? L électrophorèse des protéines sériques est un examen simple, réalisé en routine qui permet

Plus en détail

LYMPHOMES NON HODGKINIENS. UE Processus tumoraux Année

LYMPHOMES NON HODGKINIENS. UE Processus tumoraux Année LYMPHOMES NON HODGKINIENS UE Processus tumoraux Année 2013-2014 DEFINITION Cancer du système lymphatique Prolifération tumorale aux dépends des lymphocytes dans les organes lymphoïdes secondaires ETIOLOGIE

Plus en détail

Ce sont des maladies clonales (prolifération incontrôlée de cellules malignes issues d une même cellule-mère)

Ce sont des maladies clonales (prolifération incontrôlée de cellules malignes issues d une même cellule-mère) 1 Lymphomes Malins Item n 164 : Diagnostiquer un lymphome malin Définition Les hémopathies lymphoïdes sont des proliférations malignes développées à partir de précurseurs cellulaires présents dans les

Plus en détail

Les Ateliers Lymphomes et LLC octobre 2009 Le Moulin de la Forge Le Vaumain (60)

Les Ateliers Lymphomes et LLC octobre 2009 Le Moulin de la Forge Le Vaumain (60) Les Ateliers Lymphomes et LLC 22 24 octobre 2009 Le Moulin de la Forge Le Vaumain (60) 4 ème session : Lymphomes indolents Modérée par Guillaume CARTRON Programme de la session 4 ème session : Lymphomes

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

Formule sanguine et frottis périphérique. Rappels

Formule sanguine et frottis périphérique. Rappels Formule sanguine et frottis périphérique Rappels 1. Formule sanguine (= hémogramme) Actuellement automatisée : Globules rouges: Numération érythrocytaire Détermination de l hématocrite Taux d hémoglobine

Plus en détail

CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES

CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES Epidémiologie 15% des cancers bronchiques 4000 cas par an en France 30000 décès par an aux USA Presque exclusivement du au tabac 1 Epidemiologie du CPC SEER database

Plus en détail

Formes histologiques des cancers du sein

Formes histologiques des cancers du sein Formes histologiques des cancers du sein DESC Régional Rennes 24/01/2013 Giretti Giovanni Tours Plan Introduction Histologie du tissu mammaire Carcinome in situ (intra-canalaire et intra-lobulaire) Carcinomes

Plus en détail

Cytogénétique et biologie moléculaire

Cytogénétique et biologie moléculaire Cytogénétique et biologie moléculaire apport au diagnostic, à l évaluation pronostique et au suivi des hémopaties malignes C Bastard, DESC, 21 septembre 2009 Pourquoi est-ce possible? Parce que les anomalies

Plus en détail

Immunité et Vieillissement

Immunité et Vieillissement Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi Institut de Génétique Humaine CNRS UPR1142, Montpellier «Lentivirus et Transfert de Gènes» Directeur d'équipe : Pr. Pierre Corbeau IMMUNOSENESCENCE Détérioration

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique (LLC)

Leucémie lymphoïde chronique (LLC) Sommaire : Leucémie lymphoïde chronique (LLC) - aspects généraux et signes cliniques - pathogénie de la LLC - hémogramme - immunophénotype - myélogramme et BOM (non indispensables au diagnostic) - autres

Plus en détail