Réunion du : 14 Mars h30 à 10h30 Salle La Gartempe. Présents

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réunion du : 14 Mars 2013 8h30 à 10h30 Salle La Gartempe. Présents"

Transcription

1 COMPTE-RENDU Commission Permanente Usagers / Professionnels Réunion du : 14 Mars h30 à 10h30 Salle La Gartempe Rédigé par : F. GOURINEL Visé par : R. COSTANZO Présents Mme BRE, Mme CHABRIER représentante de l Association Vie Libre, M. CHO, Mme CLA, M. COSTANZO représentant de l UNAFAM et de l UDAF, Mme FRAY représentante de l Association France Alzheimer, Mme GUI, Mme GOURINEL, Mme LAROCHE représentante de l Association des Familles des Traumatisés Crâniens, Mme LEM, M. MEY, M. PIN, Mme PRU, M. ROU représentant du Prism Croix Marine, Mme VALADE représentante de l UNAFAM Excusés / absents Mme AST, M. BRO, Mme CHA, Mme COL, Mme GAN, Mme RAY Animation : F. GOURINEL Ordre du Jour 1 Formalisation d une démarche d orientation vers la Maison des Usagers lors de l entretien d admission 2 Définition des modalités d échanges Associations des Usagers / Professionnels et Professionnels / Associations des Usagers 3 Nomination d un référent bientraitance (usager) 4 Propositions de thématiques de travail sur la promotion de la bientraitance 5 Questions Diverses Madame GOURINEL remercie Monsieur COSTANZO pour les précisions et modifications apportées au PV du 14 décembre

2 Elle remet en séance à chaque membre l article du Populaire du Centre du 6 Janvier 2013 relatif à la création du Comité des Usagers et la Commission Permanente des Usagers / Professionnels. Ce document sera adressé par mail avec le compte-rendu. 1. Formalisation d une démarche d orientation vers la Maison des Usagers lors de l entretien d admission Madame GOURINEL propose d insérer dans le dossier patient informatisé CARIATIDES et la macro-cible «entretien d admission» l information sur l existence et les missions de la Maison des Usagers (version 2). Une macro-cible est une information centrée sur la situation du patient, sur un moment de son hospitalisation. Elle permet de communiquer des données classées qui décrivent une étape de la prise en charge du patient. La macro-cible «entretien d admission» expose toutes les données contextuelles en lien avec l admission du patient au CH Esquirol. Elle est composée de deux parties : - une partie rédactionnelle en zone de texte libre sur laquelle doit apparaître : o la provenance et la personne qui adresse le patient o le motif d hospitalisation o la personne qui l accompagne (famille, entourage proche, ambulancier, ) o les réactions du patient ou de son entourage face à l hospitalisation - une liste prédéfinie d actes à réaliser au regard de la réglementation et des recommandations professionnelles : o vérification de l identité du patient o bracelet d identification accepté par le patient o bracelet d identification refusé par le patient o vérification de la conformité des documents en rapport avec des soins psychiatriques sans consentement o présentation de l unité de soins o présentation de la charte du patient o présentation des règles de fonctionnement de l unité o présentation du fonctionnement des équipements dans la chambre (TV, téléphone) o remise du livret d accueil au patient ou à la famille o documents médicaux du patient remis à l équipe soignante o médicaments personnels du patient remis à l équipe soignante o effets personnels mis dans le casier du patient o effets personnels remis à la trésorerie du CHU o information sur l existence et les missions da la Maison des Usagers o élaboration d un contrat de soin individualisé établi avec le patient o le patient demande la non divulgation de sa présence dans l établissement : oui 2

3 o le patient demande la non divulgation de sa présence dans l établissement : non Madame GOURINEL souligne qu il reste à généraliser l informatisation du dossier patient CARIATIDES au sein du Pôle d Addictologie du Limousin et du Pôle Universitaire de Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent. Par conséquent, elle propose de donner une version papier de cette check-list d admission par l intermédiaire d une réunion avec l encadrement supérieur. 2. Définition des modalités d échanges Associations des Usagers / Professionnels et Professionnels / Associations des Usagers Madame GOURINEL propose aux participants 3 niveaux de modalités d échanges : 1. Prise de rendez-vous à la Maison des Usagers par les professionnels, les patients et les familles en fonction des horaires de permanence des Associations d usagers : AA87 : 2 ème et 4 ème lundi de chaque mois de 14h30 à 17h AEPAPE 87 : 3 ème mercredi de chaque mois de 14h à 16h AFTC : 4 ème mercredi de chaque mois de 14h30 à 15h30 Espoir 24 : 1er jeudi de chaque mois de 17h30 à 18h30 UNAFAM : le vendredi de 15h à 18h Vie Libre : 2 ème jeudi de chaque mois de 14h à 15h 2. provoquer des rencontres Associations d Usagers / patients et familles au sein des unités médicales du CH Esquirol dans un lieu dédié 3. échanges d informations entre les représentants des Associations d Usagers et Professionnels de Santé pour mieux fonctionner ensemble (ex : difficultés rencontrées par les familles, informations utiles dans la prise en charge, ) Au cours du débat, Madame FRAY, représentante de l Association France Alzheimer, suggère la mise en place d une fiche de liaison sur les lieux de consultation. Cette fiche de liaison pourrait porter le nom / prénom de la personne ainsi que sa demande de rendez-vous et serait accompagnée d une information sur l association. Mais cette fiche navette pose la question du respect de la confidentialité. Madame GOURINEL propose, au regard de l éloignement et de la difficulté de déplacement des patients et des familles, de dédier un lieu de rencontres au Centre Jean Marie LEGER avec la possibilité d une présence de l Association France Alzheimer une fois par mois. 3

4 Madame FRAY va réfléchir sur les modalités d organisation de cette présence en prenant ce temps sur la permanence déjà mise en place. Un premier contact peut être pris au CH Esquirol, les familles peuvent rencontrer l association à l extérieur. Madame LAROCHE, représentante de l Association AFTC, précise que l Association est présente à la Maison des Usagers et à A. Dany une fois par mois le mercredi de 15h30 à 16h30 dans le bureau de l Assistante Sociale, mais constate qu il y a peu de contacts. Madame GOURINEL propose de rechercher un lieu plus adapté, visible de tous, avec «porte ouverte» pour établir plus facilement des contacts avec les familles et les patients. Une affiche sur la porte «Permanence AFTC» avec les horaires peut être apposée. Egalement, pour développer l accueil, un café, ou autre boisson peut être proposé. Elle confie cette gestion à Monsieur CHOPINAUD, Cadre Paramédical du Pôle. Monsieur ROU, Cadre Paramédical du Pôle de Territoire, souligne l importance d arriver à modifier «les mentalités» des soignants. Monsieur COSTANZO, représentant de l Association UNAFAM, rappelle que l UNAFAM assure une permanence à la Maison des Usagers le vendredi de 15h à 18h et cette formule est privilégiée compte tenu du nombre restreint de bénévoles. De plus, il est joignable par mail ou par téléphone pour un rendez-vous. Il peut se mettre à disposition dans les locaux des unités médicales si besoin. Il souligne à nouveau l importance de diffuser les informations sur l UNAFAM aux familles et le sens donné au partenariat. Madame GOURINEL se propose de faire un point lors de la prochaine réunion d encadrement sur les différents documents (affiche Maison des Usagers, fiche permanence des Usagers, livret Maison des Usagers) et leur diffusion. Elle remettra également la nouvelle plaquette d information de l UNAFAM pour diffusion. Madame CLA, Cadre de Santé à l Unité Petite Enfance et à l UHMB au Pôle Universitaire de Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent, précise qu il existe des groupes de rencontre avec les parents une fois par mois le samedi matin en présence des enfants, d un Psychologue, d une Assistante Sociale et d une Educatrice. Le groupe concerne plus particulièrement les enfants pris en charge en hospitalisation de jour. Une plaquette d information est remise aux parents. Aussi, elle souligne que la Maison des Adolescents permet d établir des contacts. Monsieur COSTANZO, représentant de l Association UNAFAM, souhaiterait également créer un groupe avec des jeunes parents. Il confirme que certaines familles lui ont manifestées un sentiment d abandon et qu elles apprécieraient la mise en place des groupes. Cependant la garde des enfants reste sans solution pour l instant. Madame LEM, Cadre de Santé à Zarifian au Pôle de Territoire, informe que les Médecins dirigent certaines familles sur le programme Profamille animé par Anne Ray, Psychologue. Elle précise qu il y a beaucoup de demandes, d accueil de familles en grande difficulté. 4

5 Monsieur PIN, formateur, donne quelques informations. Une première réunion de présentation de ce programme a été faite. Une première session du programme va démarrer le 25 Mars 2013, un programme comprend 14 séances qui vont s échelonner jusqu en Janvier Le groupe comprend 13 personnes. Un accompagnement des personnes intéressées par ce programme est prévu dans l attente d une future session. Madame CHABRIER, représentante de l Association Vie Libre, précise qu il y a 3 associations au CH Esquirol pour les victimes de l alcoolisme. Elle informe de la présence de l association Vie Libre une fois par mois à Giraudoux le 3 ème jeudi du mois à 16h30, et à P. Fouquet le 3 ème mercredi du mois à 17h et la permanence à la Maison des Usagers le 2 ème jeudi de chaque mois de 14h à 15h. Des plaquettes sont mises à disposition et peuvent servir de relais avec les associations. Madame GOURINEL propose de faire un bilan des actions mises en place et de leurs évolutions, du taux de fréquentation des permanences à la Maison des Usagers et au sein des unités médicales au cours du 2 ème semestre Nomination d un référent bientraitance (usager) Au cœur des politiques et des dispositifs d évaluation la bientraitance est l une des préoccupations majeures des établissements et services des secteurs social, médico-social et sanitaire. Lors de la dernière certification, la bientraitance a fait l objet d une nouvelle référence dans le dernier manuel : Critère 10a : prévention de la maltraitance et promotion de la bientraitance Critère 9a : système de gestion des plaintes et réclamations Critère 13a : prise en charge des patients et droits des patients en fin de vie (NA au CH Esquirol) Dans le cadre de la promotion de la bientraitance, Madame BAR et Madame GOURINEL ont réalisé une auto-évaluation des pratiques de bientraitance au CH Esquirol à partir du questionnaire préconisé par la HAS. Ce travail a permis d apprécier les écarts et les cohérences entre les méthodes et supports mis en œuvre au CH Esquirol et les recommandations nationales. Un plan d actions a été proposé au regard de ce travail et a été validé par Monsieur PACHECO. Dans ce plan d actions, a été proposé la nomination et la formation d un référent bientraitance : psychologue et usager. Madame GOURINEL propose la lecture en séance d un document de travail «fiche de mission, référent bientraitance» qui peut évoluer, car c est une première base de réflexion. Une modification a été apportée en séance (document joint au compterendu). Madame GOURINEL souhaite associer ces référents «bientraitance» dans le Comité de Retour d Expérience qui est une composante du système de management de la sécurité. Le Comité est chargé : 5

6 - d analyser les évènements indésirables par semestre - de planifier des actions nécessaires pour améliorer la sécurité - lors de la survenue d un évènement indésirable particulier ou de plusieurs évènements de même nature, de faire l analyse du dit évènement ou groupe d évènements - d exploiter les évènements précurseurs - de mettre en place des actions correctives et préventives suite à cet évènement indésirable - de suivre les actions mises en place par des indicateurs - d élaborer un bilan d activité, incorporé au rapport de gestion soumis au Président du Directoire (et au Conseil de Surveillance) - de transmettre ce bilan annuel à la Commission en Relation avec les Usagers et la Qualité de la Prise En Charge (CRUQPEC). Monsieur COSTANZO souligne qu il est formé à la bientraitance et qu il a apprécié cette formation. Le Comité des Usagers fera un suivi de ce qui va se passer après la formation. Monsieur COSTANZO est désigné par le Comité des usagers pour être référent bientraitance et souhaite qu un suppléant soit nommé pour le remplacer en cas de besoin. 4. Propositions de thématiques de travail sur la promotion de la bientraitance Dans le cadre du développement de la politique de promotion de la bientraitance, Madame GOURINEL souhaite travailler avec la Commission Permanente des Usagers sur les thématiques suivantes : - réalisation d une affiche de promotion de la bientraitance - réalisation d une charte de bientraitance - réalisation d un trombinoscope des usagers siégeant dans les instances et parution dans Esquisse (pour faciliter la connaissance des représentants des usagers à l ensemble des usagers) - formalisation des modalités d accompagnement des familles et de l entourage des patients. Lors de la prochaine réunion, elle présentera la politique de la promotion de la bientraitance et le plan d actions à décliner au CH Esquirol. Madame VALADE, représentante de l UNAFAM, propose de travailler une thématique en lien avec la sortie du patient. Quel suivi est mis en place? Comment est accompagné le patient? Que devient le patient? Quelles informations sont données aux parents? Quel est le suivi du questionnaire de sortie remis au patient? Madame GOURINEL propose de présenter les résultats des questionnaires de satisfaction aux participants lors de la prochaine Commission Permanente. Monsieur ROU informe d une invitation : 6

7 - au Lido le 15 Mars 2013, visionnage d un film sur les groupes d entraide mutuelle (GEM) suivi d un débat animé par le Docteur LOMBERTIE - une journée portes ouvertes le 21 Mars 2013 aux Services d Aide Médico- Social pour Adultes Handicapés (SAMSAH) 9 rue Gabriel Faure pour découvrir la structure. Monsieur COSTANZO informe : - d une conférence / débat le 19 Mars 2013 à 20h à l Hôtel de Région 27, boulevard de la Corderie à Limoges sur le thème «Ville et santé mentale» - d une manifestation portes ouvertes le 20 Mars 2013 à la Maison des Usagers de 10h à 17h. La prochaine réunion se tiendra le : Jeudi 13 Juin 2013 de 8 H 30 à 10 H 00 Salle La Briance (Centre de Formation) 7

Centre hospitalier Esquirol de Limoges

Centre hospitalier Esquirol de Limoges Centre hospitalier Esquirol de Limoges Créé le 6 novembre 2014 Atelier Gestion des Risques du CCECQA Implication de l'usager et/ou son entourage dans la sécurité des soins PESSAC Mardi 13 octobre 2015

Plus en détail

La démocratie sanitaire au service de l alliance thérapeutique: Retour d expérience du Centre Hospitalier Esquirol de Limoges

La démocratie sanitaire au service de l alliance thérapeutique: Retour d expérience du Centre Hospitalier Esquirol de Limoges Centre Hospitalier Esquirol de Limoges La démocratie sanitaire au service de l alliance thérapeutique: Retour d expérience du Centre Hospitalier Esquirol de Limoges 18 JUIN 2015 Mars 2015 2005 2015: 10

Plus en détail

Présentation de l environnement du secteur social, médico-social et de la santé

Présentation de l environnement du secteur social, médico-social et de la santé Démarche exploratoire de formation- action Représentants des usagers du secteur social et médico-social et démocratie sanitaire Présentation de l environnement du secteur social, médico-social et de la

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

Présentation de la MDA d EURE ET LOIR

Présentation de la MDA d EURE ET LOIR Présentation de la MDA d EURE ET LOIR 1 MDA d EURE et LOIR Date de création : Décembre 2007 Date d ouverture au public : 21 juin 2010 2 MDA d EURE et LOIR Structure juridique porteur : Centre Hospitalier

Plus en détail

C.H.U. DE FORT DE FRANCE

C.H.U. DE FORT DE FRANCE DEPARTEMENT DE LA MARTINIQUE C.H.U. DE FORT DE FRANCE PROJET D ETABLISSEMENT VOLET PROJET QUALITE GESTION DES RISQUES 2006 2010 VOLUME 4 Euro Conseil Santé 91, rue du Faubourg Saint Honoré 75 008 PARIS

Plus en détail

Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte. Réseau Bas-Normand / REQUA

Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte. Réseau Bas-Normand / REQUA Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte Réseau Bas-Normand / REQUA Octobre 2012 Haute Autorité de Santé 2012 Place de la charte dans le déploiement de la bientraitance La charte de bientraitance

Plus en détail

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles 1 La bientraitance : le socle du programme MobiQual La «trousse de bientraitance» est

Plus en détail

Plate-forme collaborative Page 1

Plate-forme collaborative Page 1 MARS 2013 Plate-forme collaborative Page 1 Lieu de coordination associant les acteurs du champ sanitaire et social du territoire Monts et Barrages, dans le but d assurer aux personnes prises en charge

Plus en détail

Être auditeur interne pour les dispositifs médicaux

Être auditeur interne pour les dispositifs médicaux Formation à l audit selon ISO 19011 pour l application des normes ISO 9001 et ISO 13485 3 jours Paris le 25, 26 et 27 novembre 2015 Groupe de 10 stagiaires Intervenant : Bertrand Le Blanc Consultant Expert

Plus en détail

PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable»

PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable» PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable» Objet : Ce document a pour objectif de fournir au candidat les informations nécessaires pour réaliser une

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

Enquête de satisfaction des usagers

Enquête de satisfaction des usagers CENTRE HOSPITALIER BON SAUVEUR DE BEGARD Service qualité Auteurs : N. Ollivier (animatrice), G. Le Gaffric (co-animatrice), A. Guihaire, J. Robin, F. Paillardon, N. Cocu, J. Allain, M. Vermet, Sœur Le

Plus en détail

des usagers Compte-rendu

des usagers Compte-rendu Comité H 2 ème des usagers ème Réunion interne du 17/02/2014 /2014 Compte-rendu Destinataires : Les associations du CDU Copies : Monsieur Antoine Pacheco, Directeur du CH Esquirol Docteur Danielle Bourlot,

Plus en détail

Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse

Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse La Charte à été élaborée par la commission d accueil et de prise en compte des personnes en situation de handicap du CHU de Toulouse, en collaboration avec

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL POUR LES ENFANTS

LIVRET D ACCUEIL POUR LES ENFANTS ALSEA Centre de Placement Familial Spécialisé 59, rue Bobillot 87000 LIMOGES Tel : 05.55.33.33.66 Fax : 05.55.34.76.49 cpfs@alsea87.fr LIVRET D ACCUEIL POUR LES ENFANTS Le Directeur et l ensemble du personnel

Plus en détail

RETOUR ENQUETE DE SATISFACTION

RETOUR ENQUETE DE SATISFACTION RETOUR ENQUETE DE SATISFACTION CAEN 2 et 3 octobre 2015 43 e Colloque du Groupement des Hôpitaux de Jour Psychiatriques Francophone (GHJPF) «Soins de jour en psychiatrie : Multiples dénominations pour

Plus en détail

DOSSIER 2015-2016. Accueil périscolaire Centre de loisirs. de Mérignies

DOSSIER 2015-2016. Accueil périscolaire Centre de loisirs. de Mérignies DOSSIER 2015-2016 Accueil périscolaire Centre de loisirs de Mérignies Accueil périscolaire et Centre de loisirs de Mérignies 03.20.59.54.66 garderie@merignies.fr La commune de Mérignies propose un accueil

Plus en détail

HANDIDENT FRANCHE-COMTE DOMUS MEDICA 1 rue de Morimont 90000 BELFORT CONVENTION DE PARTENARIAT

HANDIDENT FRANCHE-COMTE DOMUS MEDICA 1 rue de Morimont 90000 BELFORT CONVENTION DE PARTENARIAT HANDIDENT FRANCHE-COMTE DOMUS MEDICA 1 rue de Morimont 90000 BELFORT CONVENTION DE PARTENARIAT Entre un établissement et l association Handident Franche-Comté Préambule - Faciliter l accès aux soins dentaires

Plus en détail

CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES

CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES Formalisation des engagements réciproques entre l EPS Ville-Evrard et les internes Ressources humaines médicales Delphine LEBIGRE AAH NOVEMBRE 2012 Objectifs L établissement

Plus en détail

Nouveauté - Nouvelles modalités d inscription

Nouveauté - Nouvelles modalités d inscription Nouveauté - Nouvelles modalités d inscription A compter de la rentrée 2015, la commune a décidé de se doter d un nouveau système de réservation par Internet. Conformément au règlement, chaque famille qui

Plus en détail

Information aux patients et à leurs proches. Espace médiation. Lieu d écoute et de dialogue pour les patients et leurs proches

Information aux patients et à leurs proches. Espace médiation. Lieu d écoute et de dialogue pour les patients et leurs proches Information aux patients et à leurs proches Espace médiation Lieu d écoute et de dialogue pour les patients et leurs proches Quand solliciter l espace médiation? Vous rencontrez un problème à l hôpital

Plus en détail

SECRETAIRE DE CENTRE MEDICO-SOCIAL

SECRETAIRE DE CENTRE MEDICO-SOCIAL Direction des Ressources humaines SECRETAIRE MEDICO-SOCIALE H SECRETAIRE DE CENTRE MEDICO-SOCIAL POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction des

Plus en détail

ANNEXE II Fonction publique territoriale

ANNEXE II Fonction publique territoriale ANNEXE II Fonction publique territoriale Support d entretien annuel d évaluation du personnel départemental pour l année 2011 ENTRETIEN PROFESSIONNEL Bilan de l année 2010 Objectifs de l année 2011 INFORMATIONS

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Les Conférences de Territoire

Les Conférences de Territoire Les Conférences de Territoire Conférences de Territoire de Bretagne Guide de présentation onférence erritoire Rennes - Redon Fougères - Vitré 2 Les différentes parties du guide Présentation du guide...4

Plus en détail

Baccalauréat Professionnel «Accompagnement, soins et services à la personne» M.LOUVION - IEN SBSSA académie de Lille - Février 2011

Baccalauréat Professionnel «Accompagnement, soins et services à la personne» M.LOUVION - IEN SBSSA académie de Lille - Février 2011 Baccalauréat Professionnel «Accompagnement, soins et services à la personne» M.LOUVION - IEN SBSSA académie de Lille - Février 2011 Sommaire Contexte de création Voie générale et technologique ou voie

Plus en détail

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION 2013 / 2015

PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION 2013 / 2015 PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION / 2015 Dans un contexte où la sécurisation des parcours professionnels est devenue une priorité absolue, la qualité de la formation apparaît

Plus en détail

TEMPS D ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR

TEMPS D ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR TEMPS D ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR Commune de SAUNAY Année 2015-2016 A. DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 - Objet du règlement A compter de la rentrée 2015, les TAP (temps d activités

Plus en détail

Une démarche de bientraitance : de la formation du personnel au discours des usagers

Une démarche de bientraitance : de la formation du personnel au discours des usagers Colloque Qualité, Risques et Evaluation Saint Nazaire 11 Octobre 2011 Une démarche de bientraitance : de la formation du personnel au discours des usagers Psychologue, Sèvre (85) I. VOUS AVEZ DIT BIENTRAITANCE?

Plus en détail

DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS. Adresse :

DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS. Adresse : DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS DE Adresse : SOMMAIRE I BILAN DE LA PERIODE D AGREMENT DU AU 1. LE RELAIS 2. LE PERSONNEL DU RELAIS 3. L EMPLOI DU TEMPS DE L ANIMATEUR

Plus en détail

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE DAA 04 octobre 2009 QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE 1 Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et si oui, à quelles

Plus en détail

Référence n 1. Critère d évaluation n 1.25. Indicateur(s) Cotation. Elément(s) de preuve et analyse. Proposition(s) d amélioration (le cas échéant)

Référence n 1. Critère d évaluation n 1.25. Indicateur(s) Cotation. Elément(s) de preuve et analyse. Proposition(s) d amélioration (le cas échéant) Chapitre I - Le projet d établissement ou de service Partie 1 - Élaboration, diffusion et réactualisation du projet d établissement ou de service Référence n 1 En application de la loi 2002-2, l établissement

Plus en détail

PROTOCOLE DES SOINS ET DES URGENCES

PROTOCOLE DES SOINS ET DES URGENCES PROTOCOLE DES SOINS ET DES URGENCES Conformément au B.O. n 1 du 6 janvier 2000, ce texte définit l organisation des soins et des urgences au sein de l établissement. LORSQUE L INFIRMIERE EST PRESENTE :

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR MAISON D ACCUEIL SPECIALISEE

CONTRAT DE SEJOUR MAISON D ACCUEIL SPECIALISEE 30 La solidarité en action Résidence les Aigues Marines MAISON D ACCUEIL SPECIALISEE 977,Boulevard du Docteur Jean Bastide 30240 - LE GRAU DU ROI Téléphone : 04 66 53 97 67 Télécopie : 04 66 53 97 69 E

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Règlement intérieur de l Espace Jeunes (11/17 ans)

Règlement intérieur de l Espace Jeunes (11/17 ans) Règlement intérieur de l Espace Jeunes (11/17 ans) 16, rue des Ecoles 38090 Vaulx-Milieu 07.88.54.25.95 espacejeunes.vaulx-milieu@orange.fr Mairie de Vaulx-Milieu 7 place de l Eglise- BP1-38090 VAULX-MILIEU

Plus en détail

INFORM CONSEILLE, ACCOMPAGNE. Le Fongecif Franche-Comté. Un 1 er accueil de proximité. Une information générale et individualisée

INFORM CONSEILLE, ACCOMPAGNE. Le Fongecif Franche-Comté. Un 1 er accueil de proximité. Une information générale et individualisée VOUS SOUHAITEZ ETRE ACCUEILLI, INFORM NFORME, ORIENTE, CONSEILLE, ACCOMPAGNE POUR EVOLUER PROFESSIONNELLEMENT LEMENT? Le Fongecif Franche-Comté Organisme accompagnateur de parcours professionnel Financeur

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93

Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93 Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93 Contexte Evolia93, plateforme des services à la personne en Seine-Saint-Denis a pour mission la structuration et la professionnalisation

Plus en détail

PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT À L ATTENTION DES USAGERS DU SERVICE PROJ AIDE

PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT À L ATTENTION DES USAGERS DU SERVICE PROJ AIDE PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT À L ATTENTION DES USAGERS DU SERVICE PROJ AIDE Service Proj aide / Direction des Relations à la Population / 2015 Page 1 SOMMAIRE PREAMBULE... 3 CHAPITRE 1. DISPOSITIONS COMMUNES

Plus en détail

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Intervenant: Marc MOULAIRE GCS HELPAM

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Intervenant: Marc MOULAIRE GCS HELPAM en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Intervenant: Marc MOULAIRE GCS HELPAM 1 La bientraitance : le socle du programme MobiQual La ʺtrousse de bientraitanceʺ est un outil de sensibilisation

Plus en détail

Contrat de séjour en collectif (en référence au décret n 2004-1274 du 26.11. 2004)

Contrat de séjour en collectif (en référence au décret n 2004-1274 du 26.11. 2004) Contrat de séjour en collectif (en référence au décret n 2004-1274 du 26.11. 2004) Entre Madame ou Mademoiselle Et la représentante du C.H.R.S. Le Grand Saint Jean de l association Le Grand Saint Jean

Plus en détail

MAISONS DES ADOLESCENTS : PROGRAMME 2005-2009 1

MAISONS DES ADOLESCENTS : PROGRAMME 2005-2009 1 MAISONS DES ADOLESCENTS : PROGRAMME 2005-2009 1 Région Franche-Comté Département Doubs La maison des adolescents: Date d ouverture : 13 Mars 2006 Nom : Maison de l Adolescent de Besançon Nom du responsable

Plus en détail

PRESENTATION CERTIFICATION DE SERVICE «Centres de formation pour les activités privées de sécurité et de sûreté»

PRESENTATION CERTIFICATION DE SERVICE «Centres de formation pour les activités privées de sécurité et de sûreté» PRESENTATION CERTIFICATION DE SERVICE «Centres de formation pour les activités privées de sécurité et de sûreté» Ce référentiel s adresse à toutes les actions de formation pouvant être dispensées dans

Plus en détail

Appui des professionnels dans le secteur de la gérontologie

Appui des professionnels dans le secteur de la gérontologie Appui des professionnels dans le secteur de la gérontologie Hélène ARCHAMBAULT Chargée de mission métiers de la gérontologie XX/XX/XX 1 Un peu d histoire: la gérontologie, un secteur victime d une image

Plus en détail

Regards croisés sur la Bientraitance. Charte Bientraitance. Outil d aide à la décision - formation

Regards croisés sur la Bientraitance. Charte Bientraitance. Outil d aide à la décision - formation Promotion de la bientraitance «Remobiliser les équipes» Regards croisés sur la Bientraitance Charte Bientraitance Outil d aide à la décision - formation Marie José D Alché-Gautier Réseau Bas Normand Santé

Plus en détail

Hôpital de la Cavale Blanche Pôle ARSIBOU Unité de Surveillance Continue Médicale

Hôpital de la Cavale Blanche Pôle ARSIBOU Unité de Surveillance Continue Médicale Hôpital de la Cavale Blanche Pôle ARSIBOU Unité de Surveillance Continue Médicale Unité de Surveillance Continue Médicale (USCM) Madame, Monsieur, L un de vos proches est hospitalisé dans l Unité de Surveillance

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION

CATALOGUE DE FORMATION Groupement de Coopération sanitaire «Coordination pour l Amélioration des Pratiques Professionnelles en Santé en Bretagne» CATALOGUE DE FORMATION 2015 SOMMAIRE CERTIFICATION Journée régionale «CERTIFICATION

Plus en détail

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE Le Village 04250 TURRIERS Juin 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...p.3

Plus en détail

INSPECTION HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Enseignement supérieur - Recherche. Livre des références. La prévention des risques professionnels

INSPECTION HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Enseignement supérieur - Recherche. Livre des références. La prévention des risques professionnels Livre des références La prévention des risques professionnels Livre des références La prévention des risques professionnels Document d auto-évaluation élaboré par l IHSESR avec le concours de la CPU. Document

Plus en détail

Mieux appréhender le fonctionnement, les pouvoirs et missions du CVS

Mieux appréhender le fonctionnement, les pouvoirs et missions du CVS Projet soutenu par l ARS dans le cadre de la démocratie sanitaire Mieux appréhender le fonctionnement, les pouvoirs et missions du CVS Mercredi 25 juin 2014 C est quoi un CVS? OBJECTIF DE LA LOI : promouvoir

Plus en détail

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION MISSIONS ESSENTIELLES : Le cadre de santé des filières infirmière, de rééducation et médico-techniques, exerce l ensemble de ses missions sous l

Plus en détail

Procès-verbal de la Commission du personnel de l Unil (CoPers) Séance n 52 du jeudi 13 juin 2013, 12h00, Salle 2144, Géopolis

Procès-verbal de la Commission du personnel de l Unil (CoPers) Séance n 52 du jeudi 13 juin 2013, 12h00, Salle 2144, Géopolis Commission du Personnel Bâtiment Unicentre CH-1015 Lausanne Procès-verbal de la Commission du personnel de l Unil (CoPers) Séance n 52 du jeudi 13 juin 2013, 12h00, Salle 2144, Géopolis Présent-e-s Mmes

Plus en détail

Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire

Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire Document soumis au conseil d administration du 19 décembre 2013 En tant qu agence sanitaire

Plus en détail

EVALUATION EXTERNE 2014. RESTITUTION pour les EHPAD du Centre Gériatrique Desaint- Jean

EVALUATION EXTERNE 2014. RESTITUTION pour les EHPAD du Centre Gériatrique Desaint- Jean EVALUATION EXTERNE 2014 RESTITUTION pour les EHPAD du Centre Gériatrique Desaint- Jean 1 L évaluation externe : Rappels Le rapport d évaluation externe doit être envoyé avant le 1 er janvier 2015 aux tutelles

Plus en détail

Développement Professionnel Continu (DPC)

Développement Professionnel Continu (DPC) Développement Professionnel Continu (DPC) Journée régionale de l ALIBODE Samedi 23 novembre 2013 Monique MONTAGNON Ancienne coordinatrice des soins de CHU Collaboratrice à la HAS Formatrice SOMMAIRE I

Plus en détail

Dossier d inscription aux services :

Dossier d inscription aux services : Dossier d inscription aux services : Restauration scolaire Accueils périscolaires matin soir TAP 2015 2016 Pour une inscription au restaurant scolaire TAP accueils périscolaires : Dossier d inscription

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL PERISCOLAIRE et LIAISON PEDESTRE

REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL PERISCOLAIRE et LIAISON PEDESTRE Mairie de Villedieu la Blouère L île des enfants 10 Allée des jardins 49450 VILLEDIEU LA BLOUERE 02 41 30 10 63 maisonenfance@villedieulablouere.fr applicable sept 2014 REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL PERISCOLAIRE

Plus en détail

Année scolaire 2016/2017

Année scolaire 2016/2017 Pôle Enfance Accueils Périscolaires 11, rue du Verdon 67100 STRASBOURG 03 88 21 13 80 03 88 21 13 70 Année scolaire 2016/2017 PREAMBULE Les Accueils Périscolaires de la Communauté de Communes du Rhin fonctionnent

Plus en détail

Communiquer sur le droits des patients. Journée des usagers Angers 12 décembre 2013

Communiquer sur le droits des patients. Journée des usagers Angers 12 décembre 2013 Communiquer sur le droits des patients Soyons concrets Journée des usagers Angers 12 décembre 2013 Contexte Loi relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé 4 mars 2002 Certification

Plus en détail

Introduction. pour ANTICIPER > Développement d un logiciel de gestion des actions de prévention pour les professionnels préventionnistes.

Introduction. pour ANTICIPER > Développement d un logiciel de gestion des actions de prévention pour les professionnels préventionnistes. Pour un meilleur accompagnement de votre parcours à domicile Introduction Mutualité Française Puy-de-Dôme a développé un nouveau système d information santé favorisant la coordination des acteurs de santé

Plus en détail

CENTRE MÉDICO- PSYCHO-PÉDAGOGIQUE DÉPARTEMENTAL

CENTRE MÉDICO- PSYCHO-PÉDAGOGIQUE DÉPARTEMENTAL CENTRE MÉDICO- PSYCHO-PÉDAGOGIQUE DÉPARTEMENTAL Le Centre Médico Psycho Pédagogique Départemental est une Direction du Conseil général des Bouches-du- Rhône. Le CMPP Départemental assure l accueil des

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT RELAIS ASSISTANTES MATERNELLES SOMMAIRE PREMIERE PARTIE

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT RELAIS ASSISTANTES MATERNELLES SOMMAIRE PREMIERE PARTIE Service Petite Enfance Maison de la Petite Enfance Arrêté N DGS / 2011/ 41 du 5 mai 2011 1 SERVICE PETITE ENFANCE REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT RELAIS ASSISTANTES MATERNELLES SOMMAIRE PREMIERE PARTIE I Définition

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) HOPITAL LOCAL

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) HOPITAL LOCAL ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE HOPITAL LOCAL 35, Rue Rogg Haas 68510 SIERENTZ Novembre 2010 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Nom de l établissement

Plus en détail

Journée d Echanges REQUAMIP. Atelier bientraitance. 9 février 2012

Journée d Echanges REQUAMIP. Atelier bientraitance. 9 février 2012 Journée d Echanges REQUAMIP Atelier bientraitance 9 février 2012 Sommaire Définition Textes de référence Engagement de la direction Information et sensibilisation Constitution d un groupe de travail Identification

Plus en détail

Bientraitance et respect de l autonomie tout au long de la prise en charge

Bientraitance et respect de l autonomie tout au long de la prise en charge Bientraitance et respect de l autonomie tout au long de la prise en charge Patrick BESSON, Cadre supérieur de santé & Référent Ethique Rencontre régionale des professionnels AMP-AP-AS - 6 juin 2013 à Blois

Plus en détail

Bulletin d informations à destination des parents en lien avec le RAM

Bulletin d informations à destination des parents en lien avec le RAM Infos Parents n 37 JANVIER Bulletin d informations à destination des parents en lien avec le RAM Dans ce numéro : Planning baby gym 2 Suite à un important dégât des eaux survenu en novembre dernier, les

Plus en détail

Le Projet pédagogique Secteur Adultes

Le Projet pédagogique Secteur Adultes Le Projet pédagogique Secteur Adultes I. Introduction... 2 II. Les Objectifs Généraux Statutaires Spécifiques au Secteur... 2 Le 2ème : Renforcer le lien social... 2 Le 3ème : Identifier et formaliser

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL SSIAD

LIVRET D ACCUEIL SSIAD Centre Hospitalier LE FAOUET 36, rue des Bergères 56320 LE FAOUET Tél.: 02 97 23 35 18 Standard : 02 97 23 08 99 LIVRET D ACCUEIL SSIAD SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE Page1/8 SOMMAIRE I. Organisation

Plus en détail

NEPALE NORD ESSONNE PALLIATIF

NEPALE NORD ESSONNE PALLIATIF NEPALE NORD ESSONNE PALLIATIF ASSOCIATION LOI 1901 CONVENTION CONSTITUTIVE SOMMAIRE ARTICLE 1 OBJET DU RESEAU ET OBJECTIFS POURSUIVIS ARTICLE 2 AIRE GEOGRAPHIQUE DU RESEAU ET POPULATION CONCERNEE ARTICLE

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD 1 Phase 1: Planifier Les principaux référentiels Principes des certifications - accréditations

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Démarche de valorisation du stage dans l élaboration du projet de l étudiant Définition : C est une démarche complémentaire du suivi de stage existant

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR SERVICE D ACCOMPAGNEMENT A LA VIE SOCIALE Mis à jour le 21/09/2011. Référence du document : CS-SAVS-01.

CONTRAT DE SEJOUR SERVICE D ACCOMPAGNEMENT A LA VIE SOCIALE Mis à jour le 21/09/2011. Référence du document : CS-SAVS-01. LES HEBERGEMENTS DE CORNOUAILLE Ergué Gabéric BP 665 29552 Quimper Cedex 9 CONTRAT DE SEJOUR SERVICE D ACCOMPAGNEMENT A LA VIE SOCIALE Mis à jour le 21/09/2011. Référence du document : CS-SAVS-01. Le présent

Plus en détail

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares»

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» (mars 2007) Ministère de la Santé et des Solidarités DHOS Bureau O4 1 Table des matières 1. DESCRIPTION DU CENTRE DE COMPETENCES...4 1.1 L'EQUIPE

Plus en détail

D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015

D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015 D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015 Claire ASTIER Pilote MAIA Paris Est 1 En2009,MAIAinitiéedansle PlannationalAlzheimer:unemaladiequitouche toutes les dimensions de la «santé» (OMS) où les réponses

Plus en détail

Client : AGEFOS PME AQUITAINE Mission : Actions management Année : 2010. Droit et obligation de l entreprise au regard du code du travail

Client : AGEFOS PME AQUITAINE Mission : Actions management Année : 2010. Droit et obligation de l entreprise au regard du code du travail Drroiitt ett oblliigattiions de ll enttrreprriise au rregarrd du code du ttrravaiill Action Objectifs Droit et obligation de l entreprise au regard du code du travail Appréhender les dernières évolutions

Plus en détail

Certification des Etablissements de Santé en France

Certification des Etablissements de Santé en France Certification des Etablissements de Santé en France Pouvait-on faire sans elle en France? Peut-elle faire mieux? Les enjeux et les perspectives de la procédure 2014 Plan de l intervention 1. Partie 1 :

Plus en détail

Aide et Soins à Domicile en Province de Luxembourg. Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires

Aide et Soins à Domicile en Province de Luxembourg. Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires Aide et Soins à Domicile, c est Un réseau de professionnels de l aide et des soins qui ont pour objectif de proposer

Plus en détail

Qualité et sécurité en santé Sécurisation de la prise en charge des résidents.

Qualité et sécurité en santé Sécurisation de la prise en charge des résidents. Qualité et sécurité en santé Sécurisation de la prise en charge des résidents. Journée de Prévention du risque infectieux en Rhône-Alpes en FAM MAS et IME LYON 17/10/2013 Plan de la présentation Présentation

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

Promotion de la bientraitance Préparation de l établissement à un dispositif

Promotion de la bientraitance Préparation de l établissement à un dispositif Promotion de la bientraitance it Préparation de l établissement à un dispositif d évaluation externe Françoise PAPO - Réseau Santé Qualité Nord / Picardie Patricia MINARY DOHEN Réseau Qualité Franche-Comté

Plus en détail

CHSCT REGION HAUTE NORMANDIE DU 01/06/2015

CHSCT REGION HAUTE NORMANDIE DU 01/06/2015 CHSCT DU 01/06/ RELEVE DE CONCLUSIONS CHSCT REGION HAUTE NORMANDIE DU 01/06/ RELEVE DE CONCLUSIONS Informations préalables Adoption PV CHS du 16/03/ Bilan 2014 du Programme Annuel de Prévention des Risques

Plus en détail

FICHE DE RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS ET SOCIAUX HDJ

FICHE DE RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS ET SOCIAUX HDJ FICHE DE RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS ET SOCIAUX HDJ ETAT CIVIL DU PATIENT Nom : Nom de jeune fille : Prénom : Sexe: M F Adresse : Date et lieu de Naissance : Le / / à Nationalité: Code Postal : Ville

Plus en détail

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE 1 ANNEXE 1 Charte des droits et libertés de la personne accueillie Texte original Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

INSTITUT DE PROMOTION DE LA SANTÉ

INSTITUT DE PROMOTION DE LA SANTÉ INSTITUT DE PROMOTION DE LA SANTÉ Saint-Quentin-en-Yvelines Un réseau de compétences Service de la Communauté d agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines, l Institut de Promotion de la Santé a pour objectifs

Plus en détail

Édito. Ce guide est conçu pour vous informer de toutes ces initiatives, vous orienter et vous aider en matière de handicap et de santé.

Édito. Ce guide est conçu pour vous informer de toutes ces initiatives, vous orienter et vous aider en matière de handicap et de santé. é t n a S n o i La Miss p a c i d n a H & s n a é l r O d e i r de la mai Édito Depuis 2002, la mairie d Orléans s est dotée d un service «Mission Santé et Handicap» avec l objectif de prendre en compte

Plus en détail

Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés

Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés Cliniques et hôpitaux privés, on peut tous y aller! Accessibles à tous Les cliniques et hôpitaux privés accueillent tous les patients y compris ceux qui

Plus en détail

Enquête de satisfaction des praticiens du CHU de Poitiers

Enquête de satisfaction des praticiens du CHU de Poitiers Enquête de satisfaction des praticiens du CHU de Poitiers Résultats et Perspectives Staff de Santé Publique du 17 septembre 2008 G. Bouche Chef de Clinique Assistant Unité d'evaluation Médicale 1 Contexte

Plus en détail

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation Centre Hospitalier d Argenteuil (95) F. Lémann, PH-coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins Co-facilitateur

Plus en détail

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @...

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @... Sco Scolarisation Maison Départementale des Personnes Handicapées 16 Rue Albert Einstein BP 10635 53000 LAVAL Éléments relatifs à un parcours de scolarisation et/ou de formation : support de recueil d

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA PRATIQUE SPORTIVE DES JEUNES

QUESTIONNAIRE SUR LA PRATIQUE SPORTIVE DES JEUNES 1 QUESTIONNAIRE SUR LA PRATIQUE SPORTIVE DES JEUNES (6-20ans) en situation de handicap moteur et/ou sensoriel en Lorraine. Ce questionnaire est réalisé par le Comité Régional Handisport de Lorraine. Il

Plus en détail

REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION

REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION DPMC- ADM- SPO Page - 1-16/07/2009 Généralités Le DPMC est l organisme désigné par la CPNE, en charge du contrôle des compétences pour la délivrance du CQP

Plus en détail