HRS news* Édito. Mars 2008, n 3. Sommaire. X Éditorial. X Actualité France X Actualité internationale X Événements X Analyse...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "HRS news* Édito. Mars 2008, n 3. Sommaire. X Éditorial. X Actualité France... 4. X Actualité internationale... 6. X Événements... 8. X Analyse..."

Transcription

1 HRS news* Édito Mars 2008, n 3 Lettre d information Landwell dédiée aux Ressources Humaines Droit de la sécurité sociale, droit du travail, fiscalité personnelle française et internationale, immigration Sommaire X Éditorial X Analyse... 2 X Actualité France... 4 X Actualité internationale... 6 X Événements... 8 L Europe réaffirme son objectif de favoriser la mobilité des travailleurs et a établi un plan sur 3 ans. Après 2006, l année européenne de la mobilité des travailleurs, la Commission a présenté en 2007 un grand nombre de propositions de directives et de règlements ayant pour objet de favoriser la mobilité des travailleurs en Europe (deux nouvelles propositions de règlements de juillet 2007 visant à étendre les dispositions aux ressortissants d États tiers résidant au sein de l EEE - reprise des dispositions du règlement 859/2003 ; proposition de Directive sur la portabilité des retraites complémentaires modifiée et présentée à nouveau en 2007; deux propositions adoptées en octobre 2007 par la Commission européenne en faveur de la circulation des travailleurs en Europe, notamment par la création d une carte bleue européenne destinée aux immigrés qualifiés...). Toutefois, il est intéressant de noter que les dernières dispositions votées en France courant 2007 permettent d ores et déjà d exempter de permis de travail (sous certaines conditions) les ressortissants d États tiers titulaires d un contrat de travail et d un permis de travail dans un pays de l UE et détachés en France. Cette simplification en matière d immigration entre de plein droit dans la rationalisation des pratiques administratives et la coopération administrative que souhaite mettre en œuvre la Commission afin de favoriser la libre circulation des travailleurs en Europe, annoncée dans sa communication du 6 décembre Cette communication de la Commission au Conseil, au Parlement Européen, au Comité Économique et Social Européen et au Comité des Régions établit un Plan d action européen pour la mobilité de l emploi , incluant notamment une amélioration de la législation et des pratiques administratives - le nouveau règlement S agissant de l immigration qui est un sujet 883/2004 visant à moderniser et simplifier le pour lequel les États souhaitent historiquement règlement 1408/71 devrait entrer en vigueur garder leurs prérogatives, ces propositions en ; une montée en puissance du devraient permettre une meilleure circulation des réseau EURES en tant que seul instrument travailleurs et annoncer peut-être une première favorisant la mobilité des travailleurs et de reconnaissance au sein de l Union européenne leur famille ; ainsi qu un plan d actions détaillé des permis de travail émis par chacun des pays. comportant des mesures précises telles que la création d une version électronique de la carte On peut néanmoins se poser la question de européenne d assurance maladie, la mise en savoir si ces propositions vont être suivies place d un réseau TRESS pour la formation d effet, sachant notamment que la directive européenne du 25 novembre 2003 (concernant et le suivi de la sécurité sociale en Europe... la résidence longue durée en Europe) n est La marche vers l Europe sociale pas appliquée à ce jour par la France. semble ainsi s annoncer!

2 analyse du côté des retraites Sondage Retraite PwC : le Buyout Market s active en Grande-Bretagne D après un sondage PricewaterhouseCoopers réalisé en fin d année en Grande-Bretagne auprès de 193 compagnies (compagnies publiques cotées à Londres, filiales britanniques de groupes étrangers, dont français, et entreprises détenues par des capitaux privés), plus du quart d entre elles considère se départir de leur régime de retraite à prestations définies à plus ou moins brève échéance (11 % sur cinq ans et 16 % sur une période plus longue), en les vendant à des acheteurs potentiels. Deux raisons principales sont invoquées pour justifier cette vente : d une part, la volatilité des marchés financiers qui, d après les compagnies interrogées, rend la dette financière créée par ces passifs sociaux trop difficile à gérer ; d autre part, la prudence exagérée des fiduciaires de ces régimes, qui résulte en demandes de contributions trop onéreuses pour l entreprise. Les résultats du sondage sont supportés par le constat que de nouveaux acheteurs de passifs sociaux continuent à se joindre régulièrement au marché du buy-out. Jusqu en 2005, seules deux compagnies d assurance traditionnelles y étaient actives. Le marché était modeste (quelques milliards de primes placées annuellement) : d une part, parce que ce transfert de passifs s adapte assez mal aux régimes ouverts (ceux pour lesquels la population active accumule toujours des crédits de rente) et d autre part, en raison de la prime demandée par ces assureurs, prime jugée prohibitive (la somme forfaitaire demandée par ces assureurs en contrepartie du transfert pouvant atteindre 150 % de la valeur du passif calculée selon l IAS19). ces investisseurs étant d acquérir une partie du portefeuille de passifs sociaux existant en Grande-Bretagne (d une valeur totale de 1 trillion) et de gérer ces passifs sur le long terme. On a pu constater que cet afflux d investisseurs poussa les prix à la baisse de 10 % à 15 % dans certains cas. De plus, de nouveaux produits ont été introduits : au côté des buy-out traditionnels se retrouvent désormais des buy-out graduels (transfert des passifs sociaux sur une période de 5 ou 10 ans, pour tenter entre temps de réduire le passif à l aide de diverses méthodes) ; et des produits réduisant l exposition au risque lié à la longévité tout en permettant à l employeur de conserver la propriété légale du régime et des passifs sous-jacents (les mortality hedging products ). Finalement, lors de deux situations récentes, une société fut achetée par l un de ces nouveaux investisseurs et revendue après en avoir extrait le régime de retraite à une tierce partie. En d autres mots, une suite de transactions commerciales non sujettes à la loi sur la capitalisation des compagnies d assurance, permettant donc de réduire substantiellement la prime à payer pour le transfert des passifs sociaux, rendant l option du buyout d autant plus attirante pour les vendeurs potentiels. Une compétition accrue, de nouveaux produits, de nouveaux véhicules - tout indique que l activité récente se poursuivra et s intensifiera. Il est de plus raisonnable d assumer qu une fois le marché anglais bien rodé, ces nouveaux investisseurs s attaqueront aux autres marchés géographiques où l on retrouve des passifs sociaux importants. Cependant, de nombreux régimes furent fermés aux employés actifs ces dernières années et remplacés par des régimes à cotisations définies le régime fermé ne constituant plus qu une dette financière à rembourser. En outre, les marchés financiers perçurent des possibilités d arbitrage entre la valeur économique de ces passifs sociaux et la prime demandée par les compagnies d assurance traditionnelles. De nombreux acteurs se sont donc joints au marché, tant des banques d affaires, que de nouvelles sociétés financières à capitaux privés - l objectif de 2 Landwell & Associés, Cabinet d avocats membre du réseau PricewaterhouseCoopers

3 D autres résultats à noter du sondage PwC : On note dans la capitalisation des régimes de retraite l utilisation de plus en plus fréquente d actifs mis de côté par l employeur mais qui ne seront versés au régime que si certains événements surviennent, telle qu une détérioration soudaine de la situation financière de l employeur ou du régime (les contingent assets ) ; cette approche permet d éviter les surplus captifs et offre une plus grande flexibilité à l employeur quant au choix de sa stratégie financière - les actifs légalement détenus par le régime étant en effet gérés par les fiduciaires. Par ailleurs, plus de 90 % des participants indiquent que l importance des régimes de retraite pour attirer, retenir et motiver les employés et les directeurs, s est accrue ou est demeurée la même ces trois dernières années résultat surprenant sachant que le principal phénomène observé sur cette période fut la fermeture de nombreux régimes à prestations définies et leur remplacement par des régimes à cotisations définies aux garanties souvent très inférieures. Jean-François Tondreau, Directeur PricewaterhouseCoopers [Les détails du sondage PwC sont disponibles sur demande. Adressez-vous à votre contact habituel] Landwell & Associés, Cabinet d avocats membre du réseau PricewaterhouseCoopers 3

4 actualité France revenu Flash - Crédit d impôt sur les intérêts d emprunt Un projet d instruction fiscale relatif à l article 5 de la loi du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat relatif au crédit d impôt sur les intérêts d emprunt versés au titre de l acquisition ou la construction de l habitation principale prévoirait l application du crédit d impôt aux actes signés devant notaire à compter du 6 mai Les apports de l instruction (n 133 du 31 décembre 2007) L article 81-B du code général des impôts (CGI) prévoit un régime spécial d imposition en faveur des impatriés en France. L instruction 5 F du 31 décembre 2007 commente les améliorations apportées à ce régime par l article 54 de la loi de finances rectificative pour 2005, et notamment les points suivants : La réduction de 10 à 5 ans de non-domiciliation antérieure en France pour les personnes concernant les prises de fonctions en France postérieures au 31 décembre La fraction de rémunération exonérée au titre de la «prime d impatriation»: il suffit que celle-ci soit déterminable sans ambiguïté au vu du contrat de travail ou du mandat social (ou d un avenant à celui-ci) lorsqu elle ne peut être fixée pour son montant réel. La fraction de rémunération exonérée sur option au titre de l activité exercée à l étranger et ne pouvant pas excéder 20 % de la rémunération imposable, c est-à-dire hors «prime d impatriation». Les obligations déclaratives des employeurs et des employés sont précisées : lorsque les rémunérations des employés sont reportées sur la déclaration annuelle des données sociales (DADS), l employeur doit : 1. Mentionner dans la rubrique «sommes exonérées au titre du régime des impatriés» le montant correspondant d une part à la «prime d impatriation» exonérée ; et d autre part à la fraction exonérée de la rémunération perçue à raison de l activité exercée à l étranger, 2. Porter ces informations à la connaissance du salarié. L impatrié doit reporter dans sa déclaration des revenus, ces sommes exonérées dans les rubriques prévues à cet effet. Instruction du 31 décembre F Droit du travail Modernisation du marché du travail L accord sur la modernisation du marché du travail a été conclu le 11 janvier 2008 par les partenaires sociaux et les textes permettant son application devraient être publiés dans les prochaines semaines. Deux dispositions originales à retenir : La création d un nouveau contrat à durée déterminée ayant pour objet la réalisation par un ingénieur et cadre d une mission définie pouvant aller de 18 à 36 mois et dont l indemnité de fin de contrat, sous certaines conditions, serait exonérée de prélèvements sociaux et fiscaux, Un nouveau mode de rupture du contrat de travail à durée indéterminée dont l objectif est de formaliser une procédure de départ négocié entre les parties garantissant la sécurité juridique de l opération, en créant l homologation de cette rupture par l administration du travail. Accord du 11 janvier 2008 Nouvelles modalités de calcul des majorations et pénalités de retard à compter du 1 er janvier précisions techniques Méthodes de calcul des majorations et des pénalités de retard dues à l URSSAF et à l assurance chômage : Majoration de retard de 5 % du montant des cotisations au lieu des 10 % précédemment appliqués, sauf en cas de fraude, i.e. de travail dissimulé ; 4 Landwell & Associés, Cabinet d avocats membre du réseau PricewaterhouseCoopers

5 actualité France Pénalités complémentaires de 0,4 % du montant des cotisations par mois ou fraction de mois écoulé à compter de la date d exigibilité des cotisations (au lieu des 2 % du montant des cotisations dues par trimestre ou portion de trimestre écoulé après expiration d un délai de trois mois à compter de la date d exigibilité des cotisations). Révision des modalités de remise des pénalités et majorations : Une remise gracieuse des majorations de retard sera plus difficile à obtenir mais la remise totale sera désormais possible ; Pénalités complémentaires de 0,4 % pouvant faire l objet de remise lorsque les cotisations ont été acquittées dans un délai de 30 jours qui suit la date limite d exigibilité des cotisations ; Possibilité d une remise des majorations de retard dans des cas exceptionnels ou des cas de force majeure. Décret n du 11 avril 2007 Notes / Tableau Montant du gain d exercice (annuel) Cession avant 4 ans (ou conversion au porteur) Date d attribution des options Cession après 4 ans sans délai de portage supplémentaire de 2 ans (1) (2) Cession après 6 ans dont délai de portage d au moins 2 ans (1) (2) Actionnariat salarié Prélèvements à la charge du bénéficiaire STOCK-OPTIONS Options attribuées depuis le 27 avril 2000 Imposition du gain d exercice Gain inférieur ou égal à euros Options attribuées avant le 16 octobre 2007 revenu : 30% revenu : 18% Imposition au barème progressif Assujettissement à cotisations sociales Options attribuées depuis le 16 octobre 2007 revenu : 30% Contribution salariale additionnelle : 2,5% revenu : 18% Contribution salariale additionnelle : 2,5% Gain supérieur à euros Options attribuées avant le 16 octobre 2007 revenu : 40% revenu : 30% Imposition du gain de cession - Régime des plus-values mobilières Gain de cession (2) (3) revenu : 18% ATTRIBUTION GRATUITE D ACTIONS Actions attribuées depuis le 1 er janvier 2005 Options attribuées depuis le 16 octobre 2007 revenu : 40% Contribution salariale additionnelle : 2,5% revenu : 30% Contribution salariale additionnelle : 2,5% (1) Possibilité d option pour le barème progressif. (2) Le gain est imposable si le montant total des cessions du foyer fiscal du contribuable est supérieur à euros par an (seuil applicable à compter du 1 er janvier 2008). (3) Le régime des plus-values mobilières de droit commun s applique. Ainsi, pour le calcul de l impôt sur le revenu, les gains nets issus de la cession d actions sont réduits d un abattement d un tiers pour chaque année de détention au-delà de la cinquième. Ce délai de détention est décompté à partir de la levée des options, dans le cadre du régime des stock-options, ou de l acquisition des titres, dans le cadre de l attribution gratuite d actions. Une exonération totale de la plus-value de cession intervient donc au-delà d un délai de 8 années de détention. Les contributions sociales restent dues (11%). Date d attribution des actions Plus-value d acquisition (période d acquisition «vesting» d une durée de deux années minimum) (1) Plus-value de cession (période de détention d une durée de deux années minimum) (2) (3) Actions attribuées avant le 16 octobre 2007 revenu : 30% Régime des plus-values mobilières Actions attribuées depuis le 16 octobre 2007 revenu : 18% revenu : 30% Contribution salariale additionnelle : 2,5% Landwell & Associés, Cabinet d avocats membre du réseau PricewaterhouseCoopers 5

6 actualité internationale Droit du travail Détachement de salariés en France Les dispositions du décret viennent compléter les dispositions des articles L et suivants du code du travail, applicables depuis le 1 er janvier 2007 et confirment notamment les points suivants : L employeur étranger doit adresser une déclaration préalable à l inspecteur du travail du lieu de la prestation ; Les salariés détachés temporairement en France par leur employeur étranger bénéficient de certaines dispositions législatives, réglementaires et conventionnelles de la branche d activité correspondant au travail effectué par les travailleurs détachés sur le territoire français (liste sous article L ) et non des dispositions conventionnelles en vigueur au sein de l entreprise d accueil ; Les allocations propres au détachement sont regardées comme faisant partie du salaire minimal (exclusion des frais engagés du fait du détachement, telles que les dépenses de voyages, de logement et de nourriture ) ; Des bulletins de paie ou tout document équivalent attestant de la rémunération et des mentions obligatoires doivent être établis (en français et en euros). Décret n du 11 décembre 2007 Obligation de l employeur français en matière de retraite de salariés expatriés soumis à la convention collective Syntec La Cour de cassation considère que la Convention collective Syntec impose à l employeur de salariés expatriés hors de France de les affilier aux régimes volontaires de retraite de base et de retraite complémentaire à titre obligatoire. À défaut, il appartient à l employeur d indemniser les salariés pour leur perte de droit à retraite française. Cass. Soc. 19 septembre 2007, 4 arrêts, SA Dagris c/ Monsieur x Sécurité sociale En Bref Les conventions bilatérales de sécurité sociale signées entre la France et le Japon ainsi que la France et la Corée, sont entrées en vigueur depuis le 1 er juin La Suisse a signé des conventions bilatérales de sécurité sociale avec la Bulgarie ainsi qu avec l Australie. Immigration Une nouvelle loi sur l immigration est venue clôturer 2007 Cette loi a apporté quelques mesures d assouplissement pour l accès au travail de certains salariés : ainsi, le salarié étranger est désormais autorisé à travailler en France dès accord des autorités sur sa demande d autorisation de travail (sans avoir passé au préalable la visite médicale requise). Elle facilite également l accès au travail des étrangers démunis d autorisation de travail et de séjour (les «sans papiers») et des salariés ressortissants des nouveaux États membres en étendant la liste des «métiers en tension». Par ailleurs, elle met en place le droit à la résidence permanente pour les étrangers titulaires d une carte de résident (d une durée de dix ans) qui peuvent solliciter lors du renouvellement de cette carte une carte de résident permanent (à durée indéterminée). En revanche, elle renforce les conditions d accès à la résidence en France pour les conjoints de ressortissants français dont la délivrance du visa est subordonnée à l évaluation de la connaissance de la langue française et des valeurs de la République (ce même visa les autorise néanmoins à résider en France pendant la première année). D autre part, le «respect des droits et devoirs des parents en France et de l obligation scolaire» seront étudiés lors du renouvellement de la carte de séjour des étrangers résidant en France et ayant obtenu le regroupement familial pour des membres de leur famille. 6 Landwell & Associés, Cabinet d avocats membre du réseau PricewaterhouseCoopers

7 actualité internationale Réf : - loi du 20 nov 2007 relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile - article L du code du travail - circulaires des 20 décembre 2007 et 7 janvier 2008 relatives aux autorisations de travail délivrées aux ressortissants des nouveaux États membres de l Union européenne pendant la période transitoire et des États tiers, sur la base des listes de métiers connaissant des difficultés Modalités d application de la nouvelle carte de séjour «salarié en mission» : plusieurs dispositions règlementaires sont venues préciser certains points en 2007 Outre le souhait de favoriser la mobilité intra-groupe, ce statut a la particularité de concerner aussi bien les transferts de salariés détachés que de salariés ayant un contrat de travail avec la société d accueil en France (sous réserve de remplir notamment des conditions d ancienneté et de rémunération). En effet, il existe deux sous-catégories de «salarié en mission» : le «salarié en mission» titulaire d un contrat de travail avec une entreprise établie en France et le «salarié en mission détaché». Ce dernier présente la particularité de pouvoir «être placé sous le contrôle opérationnel de l entreprise française et participer à son activité» tout en «conservant un lien de subordination juridique» avec son employeur à l étranger. D une durée de validité de trois ans renouvelable, cette carte de séjour permet à son titulaire d entrer en France à tout moment. Il n est donc pas obligé de résider de manière continue en France pendant toute la durée de sa mission. Par ailleurs, le conjoint pourra obtenir une carte de séjour «vie privée et familiale» l autorisant à travailler, dès lors que le titulaire de la carte «salarié en mission» réside plus de 6 mois ininterrompus en France. Réf : - loi du 24 juillet 2006 et du 20 novembre 2007 relatives à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile - décret du 12 mai 2007 et circulaire du 22 août 2007 revenu Chine / Stock Options Le 9 octobre 2007, l administration fiscale chinoise a publié une circulaire (circulaire 1030) relative à plusieurs difficultés concernant les gains issus de stock-options de sociétés noncotées. En effet, cette circulaire aura un impact au niveau de l impôt sur le revenu pour les salariés qui se sont vu attribués des stock-options de sociétés non-cotées. Les quatre principes qui peuvent en être tirés sont les suivants : Le traitement fiscal préférentiel accordé aux gains provenant de stock-options de sociétés cotées n est pas applicable aux gains issus de stock-options de sociétés non-cotées ; Cependant, si les gains issus de ces stock-options de sociétés cotées sont importants, il est permis de les calculer selon le traitement préférentiel utilisé pour les anciens dividendes ; L exigibilité de l impôt a lieu au moment de l acquisition et le bénéfice imposable résulte de la différence entre le prix d achat des actions et leur valeur à la date d attribution ; et enfin Quant à l estimation des actions non-cotées, la circulaire 1030 dispose, qu à moins qu il n y ait un prix de transaction réel ou prédéterminé, ou un prix d action réel pour des actions comparables, la valeur des actions des sociétés non-cotées à leur date d acquisition peut être celle des actifs nets de la société non-cotée telle qu elle résulte de l état de ses derniers comptes vérifiés. Chaque plan d émission de stock-options peut avoir ses propres caractéristiques (i.e. période d acquisition, prérogatives de rachat, restrictions, etc.). De ce fait, le traitement fiscal pourrait être varié et complexe. Ainsi, les sociétés qui attribuent à leurs salariés des stock-options par l intermédiaire d un plan de souscription (que ce soit des sociétés cotées ou non-cotées) sont conseillées de revoir leurs plans et d en évaluer l impact fiscal. Landwell & Associés, Cabinet d avocats membre du réseau PricewaterhouseCoopers 7

8 événements Conférence mobilité internationale : actualités et tendances jeudi 13 mars h30 à 11h15 au Crystal Park contact : Frédérique Hernandez Tél Panorama des redressements fiscaux jeudi 19 juin 2008 Salons Hoche, Paris contact : Sophie Périer Tél Conférence US Tax Technical Developments and Planning Opportunities jeudi 10 avril h30 à 10h30 au Crystal Park contact : Frédérique Hernandez Tél contacts HRS Landwell Contacts Bernard Borrely, Associé Tél Francis Collin, Associé Tél Olivier Dussarat, Associé Tél Nicole Goulard, Associée Tél Rozenn Hamelet, Associée Tél Michael Jaffe, Associé Tél Pascale Jouble, Associée Tél Isabelle Mathé-Ramos, Associée Tél Georges Morisson-Couderc, Associé Tél William Phillips, Associé Tél Isabelle Savier-Pluyette, Associée Tél Siège social Landwell & Associés Crystal Park 61, rue de Villiers Neuilly-sur-Seine Cedex Tél Fax Landwell en région Bordeaux Grenoble Lille Lyon Marseille Montpellier Nantes Rennes Strasbourg

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

Rencontre des groupements français et suisse. Paris, les 29 & 30 mai 2015. Maison de l Amérique Latine

Rencontre des groupements français et suisse. Paris, les 29 & 30 mai 2015. Maison de l Amérique Latine Rencontre des groupements français et suisse Paris, les 29 & 30 mai 2015 Maison de l Amérique Latine Session 3 Fiscalité des salariés Plans d intéressement Per Prod hom Georges Morisson-Couderc 30 mai

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014 n 3 > 7 février 2014 info Sommaire Loi de finances pour 2014 : > Fiscalité des particuliers : mesures relatives à l impôt sur le revenu > Fiscalité des entreprises ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi

Plus en détail

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013 PLAN Loi de Finances rectificative du 14 mars 2012 (1 ère LFR) Loi de Finances rectificative du 16 août 2012 (2 ème LFR) Loi de Finances rectificative de décembre 2012 (3 ème LFR) Doctrine et jurisprudence

Plus en détail

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension.

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension. GLOSSAIRE DES PRINCIPAUX TERMES UTILISÉS 1 EN MATIÈRE DE PRODUITS FINANCIERS Action : Titre représentant une part du capital d une société (cotée ou non cotée en Bourse). Il s agit d un titre de propriété

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 F-17-07 N 133 du 31 DECEMBRE 2007 IMPOT SUR LE REVENU. TRAITEMENTS ET SALAIRES. REGIME SPECIAL D IMPOSITION DES SALARIES ET MANDATAIRES SOCIAUX

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012 N 2041 GB N 50143#17 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012 Ce document n a qu une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l administration. DISPOSITIFS

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Janvier 2013 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS 1. En

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Août 2012 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) banque de financement & d investissement / épargne / services financiers spécialisés

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

PRIME D EXPATRIATION FEVRIER 2015

PRIME D EXPATRIATION FEVRIER 2015 PRIME D EXPATRIATION FEVRIER 2015 Prime d expatriation 2 S O M M A I R E PAGES Présentation 3 Les entités concernées 4 Nature de la prime 5 Régime fiscal 6 Régime social 9 Prime d expatriation 3 Présentation

Plus en détail

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus Newsletter Fiscalité Janvier 2013 Sommaire Fiscalité des personnes physiques Page 3 Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les

Plus en détail

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent :

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : - la simplification du régime des micro-entreprises, - les droits de mutation

Plus en détail

G / PV V PV mob et dts scx B Calcul impatriés

G / PV V PV mob et dts scx B Calcul impatriés G / PV V PV mob et dts scx B Calcul impatriés Instruction du 30 juillet 2009 BOI 5 F-13-09 Impôt sur le revenu. Traitements et salaires. Bénéfices non commerciaux. Revenus de capitaux mobiliers. Plus et

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Infos pratiques

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Infos pratiques Infos pratiques Base de calcul Eléments soumis à cotisations Toutes les sommes et avantages attribués en contrepartie ou à l'occasion du travail sont soumis à cotisations tels que : - les salaires et assimilés,

Plus en détail

PLANS DE STOCK OPTION

PLANS DE STOCK OPTION PLANS DE STOCK OPTION FISCALITE FRANCAISE DES STOCK-OPTIONS BENEFICIANT DU REGIME DIT DE FAVEUR Les règles fiscales et sociales décrites ci-dessous sont applicables pour les contribuables résidant fiscalement

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Bulletin fiscal Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Les versements à un REER effectués au plus tard le 1 er mars 2011 sont déductibles en 2010.

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12 IMPOT SUR LE REVENU. REGLES PARTICULIERES APPLICABLES AUX PERSONNES NON DOMICILIEES EN FRANCE. RETENUE A LA SOURCE SUR LES

Plus en détail

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1)

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Page 1 sur 5 Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Le Plan d Epargne en Actions (PEA) est une enveloppe fiscale destinée à recevoir des placements en actions européennes. Il n impose

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Textes applicables : LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Loi n 2008-111 du 8 février 2008 J.O. du 9 février 2008 Circulaire DGT / DSS n 2008-46 du 12 février 2008. Circulaire ACOSS n 2008-039 du 18 mars 2008.

Plus en détail

LA RÉMUNÉRATION DU SALARIÉ. Chapitre 2 : L épargne salariale, un périphérique de rémunération

LA RÉMUNÉRATION DU SALARIÉ. Chapitre 2 : L épargne salariale, un périphérique de rémunération Epargne salariale : système d épargne associant un cadre collectif défini au niveau de l entreprise et une initiative individuelle du salarié ; Système de l épargne salariale constitué de plusieurs dispositifs

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2012

Bulletin fiscal. Novembre 2012 Bulletin fiscal Novembre 2012 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

1 Dispositif relatif aux auto-entrepreneurs

1 Dispositif relatif aux auto-entrepreneurs Réf. > CC 8812 Groupe /Rubrique > Texte(s) > Questions sociales/406 Sécurité Sociale Loi n 2010-1594 du 20 décembre 2010 de financement de la Sécurité Sociale pour 2011 Objet > Loi de financement de la

Plus en détail

NEWSLETTER DU SOCIAL

NEWSLETTER DU SOCIAL NEWSLETTER DU SOCIAL Les chiffres clés La Garantie Minimale de Points 2014 : Les cotisations minimales annuelles de retraite complémentaire AGIRC sont fixées à 796,08. Ces cotisations correspondent à un

Plus en détail

Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012. 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre

Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012. 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Plan I. Exit Tax II. Expatriation III. Présentation synthétique

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

FICHE PAYS UK (Législation applicable en janvier 2010)

FICHE PAYS UK (Législation applicable en janvier 2010) FICHE PAYS UK (Législation applicable en janvier 2010) IMMIGRATION // Visa business Les citoyens de l Espace économique Européenne (EEE) et la Suisse (avec certaines exceptions mentionnées ci-dessous)

Plus en détail

Actualités Juridiques Avril 2011

Actualités Juridiques Avril 2011 . Actualités Juridiques Avril 2011 FISCALITE : La loi de finances rectificative pour 2012 : Principales dispositions TVA relèvement du taux normal L article 2V de la Loi prévoit à compter du premier octobre

Plus en détail

Projet de loi «Macron» : état des lieux après l adoption par l Assemblée Nationale en première lecture (projet de loi n 2447)

Projet de loi «Macron» : état des lieux après l adoption par l Assemblée Nationale en première lecture (projet de loi n 2447) Projet de loi «Macron» : état des lieux après l'adoption par l'assemblée Nationale en première lecture p.1 Ajustement du prix d exercice de stock-options en cas de fusion p.3 Regroupement en une seule

Plus en détail

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel ACTUALITES FISCALES Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel Dans sa décision n 2013-685 DC du 29 décembre 2013, le Conseil Constitutionnel a censuré plusieurs mesures fiscales prévues

Plus en détail

Date d application : attributions consenties à compter du 16 octobre 2007.

Date d application : attributions consenties à compter du 16 octobre 2007. Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

1 COMMENT METTRE EN PLACE UN PERCO?

1 COMMENT METTRE EN PLACE UN PERCO? Le PERCO (Plan d Epargne Retraite Collectif) 1 COMMENT METTRE EN PLACE UN PERCO? Une entreprise peut mettre en place un plan d épargne retraite collectif : soit par accord négocié ou par décision unilatérale

Plus en détail

Stock-Options. Mécanisme et Fiscalité QUILVEST FAMILY OFFICE

Stock-Options. Mécanisme et Fiscalité QUILVEST FAMILY OFFICE Mécanisme et Fiscalité QUILVEST FAMILY OFFICE Définition Les stock-options offrent à des salariés ou à des dirigeants la possibilité d acquérir à une échéance déterminée des actions de leur société à un

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE Crédit Photo : FANCY/Jupiterimages Septembre 2007 TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE 1. En un coup d œil... À l entrée, sur les versements de l entreprise À LA CHARGE DU BÉNÉFICIAIRE

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2013-131. Novembre 2013

BULLETIN FISCAL 2013-131. Novembre 2013 BULLETIN FISCAL 2013-131 Novembre 2013 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE AU 1 ER JANVIER 2013

AVANTAGES EN NATURE AU 1 ER JANVIER 2013 AVANTAGES EN NATURE AU 1 ER JANVIER 2013 SG/SB Réf. :11-8-5 Pôle carrière / retraite Janvier 2013 05 63 60 16 59 INT/Base doc/z Indemnités-primes/Avantages en nature Sources : *Circulaire DSS/SDFSS/5B/N

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3005-I Accords nationaux TRAVAUX PUBLICS (Tome I : Accords nationaux) Brochure

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION RELATIVE A L INDEMNISATION DE L ALLOCATION SPECIFIQUE DE CHÔMAGE PARTIEL

NOTICE D INFORMATION RELATIVE A L INDEMNISATION DE L ALLOCATION SPECIFIQUE DE CHÔMAGE PARTIEL N 51355#02 NOTICE D INFORMATION RELATIVE A L INDEMNISATION DE L ALLOCATION SPECIFIQUE DE CHÔMAGE PARTIEL I. Objectif Attribuer une allocation destinée à compenser une partie de l indemnisation versée aux

Plus en détail

LA PARTICIPATION DES SALARIES AUX RESULTATS & L INTERESSEMENT

LA PARTICIPATION DES SALARIES AUX RESULTATS & L INTERESSEMENT LA PARTICIPATION DES SALARIES AUX RESULTATS & L INTERESSEMENT Objectif(s) : o Evaluation et traitements comptables de la participation, o Affectation des fonds, o Provision pour investissement. Pré-requis

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

La lettre de votre Expert-comptable

La lettre de votre Expert-comptable CABINET Marc Emmanuel PAQUET MARTINIQUE COMPTA FINANCE SARL La lettre de votre Expert-comptable Au sommaire : SOCIAL - ce qui a changé au 1 er janvier 2014 FISCALITE - ce qui a changé au 1 er janvier 2014

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

La loi de modernisation de l économie

La loi de modernisation de l économie 1/5 Cette loi est une nouvelle étape de l action réformatrice conduite par le gouvernement depuis le printemps 2007. Une action engagée par la loi du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du

Plus en détail

Présentation du groupe

Présentation du groupe GEO Chapter France: Sonepar ou le défi de la mise en place d un plan mondial de stockoptions dans un groupe non coté 12 février 2009 1 Présentation du groupe Sonepar, distributeur de matériel électrique

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Déductions et crédits d impôt Réductions d impôts Imposition des plus-values Imposition des revenus financiers Régimes spéciaux concernant les expatriés L impôt

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

Droit comparé : Loi de finances françaises pour 2004

Droit comparé : Loi de finances françaises pour 2004 Loi de finances pour 2004 et loi de finances rectificative de 2003 : principales dispositions fiscales Bernard PLAGNET Professeur à l Université des Sciences Sociales de Toulouse Malgré un contexte budgétaire

Plus en détail

---------------------------

--------------------------- F I S C A L I T E A P P L I C A B L E A U X D I V I D E N D E S P A Y E S P A R D E X I A Principe général : Les dividendes d actions payés par des sociétés belges à leurs actionnaires, quelque soit leur

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 Lettre d Information Juridique et Fiscale 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 1. Informatique et Libertés ALERTES PROFESSIONNELLES La loi «SARBANES OXLEY», adoptée aux Etats-Unis, impose aux filiales

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

CONTRAT DE TRAVAIL DU SALARIÉ FRANÇAIS DANS LE CADRE D'UN DÉTACHEMENT OU D'UNE EXPATRIATION. Généralités

CONTRAT DE TRAVAIL DU SALARIÉ FRANÇAIS DANS LE CADRE D'UN DÉTACHEMENT OU D'UNE EXPATRIATION. Généralités I MAJ.05-2015 SOMMAIRE A - CONTRAT DE TRAVAIL INTERNATIONAL CONTRAT DE TRAVAIL DU SALARIÉ FRANÇAIS DANS LE CADRE D'UN DÉTACHEMENT OU D'UNE EXPATRIATION A10 A10 CRITÈRES DE DISTINCTION ENTRE LA SITUATION

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

Diagnostic et évaluation du passif social au service de la reprise d entreprise

Diagnostic et évaluation du passif social au service de la reprise d entreprise Diagnostic et évaluation du passif social au service de la reprise d entreprise Au sommaire Introduction Les cinq composantes du passif social L audit des engagements sociaux : impact sur la reprise Illustration

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. TEXTE ADOPTÉ n 66 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME

Plus en détail

Flash News. Assouplissement de l accès au régime spécial d imposition pour impatriés

Flash News. Assouplissement de l accès au régime spécial d imposition pour impatriés www.pwc.lu/tax Flash News Assouplissement de l accès au régime spécial d imposition pour impatriés Le 21 mai 2013, l administration fiscale luxembourgeoise a émis une circulaire visant à remplacer la circulaire

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

Dossier pour réunion 6 avril 2007

Dossier pour réunion 6 avril 2007 Définition / objectif Option Capital / Rente Option Rente Produit de retraite de type «rente différée» à échéance 65 ans, Adhésion facultative 2 options à la souscription du contrat Option capital/rente

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

Je suis artiste suisse et je souhaite jouer en France.

Je suis artiste suisse et je souhaite jouer en France. Cendryne Roé, Octobre 2011 Je suis artiste suisse et je souhaite jouer en France. De nombreux artistes suisses sollicitent régulièrement les salles de spectacles et autres bars à musique situés en France,

Plus en détail

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition?

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition? Impôts 2015 Revenus des valeurs et capitaux mobiliers les revenus imposables les revenus exonérés d impôt sur le revenu quelle imposition? abattements, crédits d impôt, prélèvements sociaux Les revenus

Plus en détail

les apports De la circulaire DU 29 JUilleT 2011 sur la prime

les apports De la circulaire DU 29 JUilleT 2011 sur la prime Actualité Juridique Épargne Salariale les apports De la circulaire DU 29 JUilleT 2011 sur la prime De partage Des profits la circulaire administrative du 29 juillet 2011 (nor : etst1121460c) commente,

Plus en détail

LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012

LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 CONSEIL La loi 2012-958 du 16 août 2012 consistant en la deuxième loi de finances rectificative pour 2012 a été publiée au JO du 17 août 2012. C est la première

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS

PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS Le présent protocole d accord crée un Compte Epargne Temps au sein de SGS et en définit les règles de fonctionnement et de gestion. Ce dispositif s

Plus en détail

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Décret n 2012-25 du 9 janvier 2012 Circulaire du 25 septembre 2013 Circulaire du 4 février 2014 Petit Déjeuner RH CCI Maître Marie-Laure

Plus en détail

RECAPITULATIF DES PROPOSITIONS

RECAPITULATIF DES PROPOSITIONS 77 RECAPITULATIF DES PROPOSITIONS PROPOSITIONS THEMATIQUES LOGEMENT 1. Mieux faire connaître aux personnes propriétaires de leur logement en France et s établissant temporairement à l étranger : 1 les

Plus en détail

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Arnaud JAMIN Avocat Directeur Associé 1 Les plus-values de cession de valeurs mobilières ou droits sociaux 2 Les plus-values de cession de valeurs mobilières

Plus en détail

Budget du Québec de 2015-2016 Faits saillants

Budget du Québec de 2015-2016 Faits saillants des Services fiscaux Numéro 2015-21F Budget du Québec de 2015-2016 Faits saillants Le 26 mars 2015 En bref Le ministre des Finances, monsieur Carlos Leitao, a présenté aujourd'hui, le 26 mars 2015, le

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 C-2-09 N 39 DU 7 AVRIL 2009 IMPOT SUR LE REVENU. IMPOSITION DES GAINS NETS DE CESSION REALISES PAR LES DIRIGEANTS DE SOCIETES LORS

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 4/2014

NOTE COMMUNE N 4/2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales A.Z NOTE COMMUNE N 4/2014 O B J E T : Commentaire des dispositions des articles 24, 51, 52, 54,

Plus en détail

Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés?

Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés? Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés? Les salariés, de plus en plus nombreux, accomplissant des carrières internationales et ayant bénéficiés

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

Table des matières. Introduction... 7

Table des matières. Introduction... 7 Table des matières Introduction... 7 CHAPITRE 1 La déclaration pour l impôt sur le revenu... 9 1. Qui a l obligation de déposer une déclaration pour l impôt sur le revenu?... 10 2. Qui a la possibilité

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 F-16-01 N 136 du 27 JUILLET 2001 5 F.P. / 58 - F 114 INSTRUCTION DU 18 JUILLET 2001 TRAITEMENTS ET SALAIRES. ASSIETTE. REGIME D IMPOSITION DES

Plus en détail

Le remboursement des frais de transport domicile lieu de travail des salariés

Le remboursement des frais de transport domicile lieu de travail des salariés Le remboursement des frais de transport domicile lieu de travail des salariés En résumé A compter du 1 er janvier 2009 : Tous les employeurs de France (et non plus seulement les employeurs employant des

Plus en détail