Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :"

Transcription

1 Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _ IDM _ stents implantés : ( conventionnels, actifs) _150 a patients placés sous aspirine-clopidogrel ou aspirine-prasugrel pour 1 à 12 mois Evolution du taux d implantation des stents en France Durée de la double association AAP chez le patient coronarien : Syndromes coronariens aigus ST- et ST+ : 9 à 12 mois Stent actif : au moins 12 mois Stent conventionnel (en dehors des SCA) :1 mois Durée minimale de traitement Stent actif au sirolimus : 3 mois Stent actif au paclitaxel : 6 mois SCA : 6 semaines Stent conventionnel nu ou angioplastie au ballon :1 mois Aspirine : à vie Contrainte péri-opératoire de la double association AAP chez le pt coronarien : Combiner 2 impératifs : 1. prévenir le risque thrombotique d occlusion coronaire (thrombose de stent)

2 2. prévenir le risque hémorragique lié au double traitement antiagrégant plaquettaire au long cours (en particulier au cours des situations prédisposantes : explorations invasives, chirurgie, ) Définir le rapport bénéfice/risque du traitement antithrombotique chez le patient coronarien. Les thromboses de stent Stent conventionnel Stent actif Risque évolutif : -Resténose +++ -Thrombose + Risque évolutif : -Thrombose +++ -Resténose + Un phénomène rare, étalé dans le temps Activation plaquettaire après angioplastie TAS <24 hrs TS subaigue 24 hrs 30 jours TS tardive 1 6 mois TS très tardive 6 mois? Décès, IDM, AVC Indéfiniment 1.5% 0.5% par an 4% par an Complications liées à l implantation du stent Complications de la maladie athérothrombotique TAS= Thrombose aiguë de stent TAS: thrombose aigue de stent

3 Un phénomène rare, étalé dans le temps, et de très mauvais pronostic Stents nus Stents actifs % % < 1 mois > 1 mois 0 Mortalité Infarctus Iakovou I et al JAMA 2005;293: Les saignements reconnus comme des événements graves : Risques liés aux procedures invasives prolongé du TTT antithrombotique Risques liés au caractère

4 Impact clinique d un saignement : Les saignements même mineurs majorent le risque de DC! (décompensation cardiaque?)) Les hémorragies augmentent le risque de complications ischémiques. (IDM ; AVC) L arrêt du TTT en cas de saignement= mortalité augmentée. Les transfusions ont des effets délétères sur les patients coronariens : - Activation inflammation (cytokines) - Imuno-compatibilité - Réduction libération de NO -Effet pro coagulant -Augmentation affinité de l Hb pour l O² Mortalité chez les patients ayant ou n ayant pas recu de transfusion :

5 Gestion du traitement par AAP en péri-opératoire : les questions Quels sont les gestes invasifs possibles sous aspirine, clopidogrel, les deux? Quel est le risque thrombotique lié à la l arrêt des antiagrégants plaquettaires après SCA, stents? Si un traitement antiagrégant plaquettaire est arrêté, faut-il faire un relais? 1) Quels sont les gestes invasifs possibles sous aspirine, clopidogrel, les deux? (cas clinique) Pt de 50 ans (HTA, tabac, cholestérol) pris en charge pour d angor d effort : Sténose IVA2 Angioplastie avec stent actif TTT de sortie : bêta -, IEC, statines, aspirine et clopidogrel Huit semaines + tard : asthénie + dyspnée sans douleur thoracique alors qu'il prend bien son traitement. Examen clinique sans particularité. Bilan bio : déglobulisation avec chute du taux d Hb à 8 g/dl. Un bilan endoscopique est décidé. L aspirine et le clopidogrel sont interrompus. 5 jours plus tard, le patient nous est réadressé en urgence avec un IDM antérieur en cours de constitution.

6 Thrombose intrastent Thromboaspiration Recanalisation Pbs de l association aspirine-clopidogrel et des explorations invasives : Comment fallait il envisager la coloscopie et la gastroscopie chez ce pt sous association aspirine-clopidogrel? 1. Bilan endoscopique contre-indiqué? 2. Bilan endoscopique sous aspirine et clopidogrel? 3. Bilan endoscopique sous clopidogrel après arrêt préalable de l'aspirine? 4. Bilan endoscopique sous aspirine après arrêt préalable du clopidogrel? Par un bilan endoscopique sous aspirine et clopidogrel. (réponse 2) Recommandations : Un traitement endoscopique peut être réalisé chez les patients à haut risque cardiovasculaire sous mono ou bithérapie antiplaquettaire. La collaboration entre l endoscopiste et le cardiologue doit permettre d équilibrer les risques hémorragique et thrombotique en fonction du moment de l arrêt du traitement antiplaquettaire si celui ci est nécessaire. La fibroscopie met en évidence une tumeur gastrique d'aspect néoplasique. Une biopsie doit être pratiquée. Que conseiller pour la biopsie? 1. Biopsie dans le même temps, sans arrêt du traitement AAP 2. Biopsie sous clopidogrel, après arrêt temporaire de l'aspirine 3. Biopsie sous aspirine après arrêt préalable du clopidogrel 4. Biopsie après arrêt préalable des deux traitements

7 5. Biopsie différée d un mois sous clopidogrel, après arrêt de l'aspirine 6. Biopsie différée d un mois sous aspirine après arrêt du clopidogrel 7. Biopsie différée d un mois après arrêt des deux traitements On réalise la biopsie dans le même temps, sans arrêter le TTT AAP. (réponse 1) Recommandations SFED-GEHT-SFC-SFAR: Aspirine Clopidogrel ou 2 AAP Risque hémorragique mineur : Gastroscopie ± biopsies Pas d arrêt Pas d arrêt Coloscopie ± biopsies Pas d arrêt Pas d arrêt Echoendoscopie sans ponction Pas d arrêt Pas d arrêt CPRE sans sphinctérotomie Pas d arrêt Pas d arrêt Risque hémorragique modéré: Coloscopie avec polypectomie Pas d arrêt Arrêt CPRE avec sphinctérotomie Pas d arrêt Arrêt Echoendoscopie avec ponction Pas d arrêt Arrêt Risque hémorragique mineur : Aspirine Clopidogrel ou 2 AAP Gastroscopie ± biopsies Pas d arrêt Pas d arrêt Coloscopie ± biopsies Pas d arrêt Pas d arrêt Echoendoscopie sans ponction Pas d arrêt Pas d arrêt CPRE sans sphinctérotomie Pas d arrêt Pas d arrêt Risque hémorragique modéré: Coloscopie avec polypectomie Pas d arrêt Arrêt CPRE avec sphinctérotomie Pas d arrêt Arrêt Echoendoscopie avec ponction Pas d arrêt Arrêt Aspirine Clopidogrel ou 2 AAP Risque hémorragique majeur : Arrêt des AAP

8 Coloscopie + mucosectomie Gastroscopie + polypectomie Gastroscopie + macrobiospie Gastroscopie + mucosectomie ou geste différé ou alternative Traitement varices oesophagiennes Traitement varices gastriques Photodestruction, hémostase vasculaire Gastrostomie percutanée 2) Quel est le risque thrombotique lié à l arrêt des antiagrégants plaquettaires après SCA, stents? Thrombose de stent : arrêt précoce (< 6 mois) des AAP L anatomopathologie confirme l adénocarcinome gastrique Décision de gastrectomie totale ± curage Que conseillez-vous pour la chirurgie? -1 Intervention sous aspirine + clopidogrel -2 Intervention sous aspirine après arrêt du clopidogrel -3 Intervention sous clopidogrel après arrêt de l aspirine -4 Intervention sous flurbiprofène après arrêt de l aspirine et du clopidigrel -5 Intervention après 5 j d arrêt de l aspirine et du clopidogrel, sans flurbiprofène

9 On réalisera une intervention sous aspirine après arrêt du clopidogrel. (réponse 2) Reconnaître les chirurgies à risque hémorragique Elevé (> 5 %) Chirurgie aortique ou majeure Chirurgie vasculaire périphérique Chirurgie longue + pertes sanguines importantes Chirurgie majeure en urgence, en particulier chez le vieillard Modéré (1 à 5 %) Endartériectomie carotidienne Chirurgie de la tête et du cou Chirurgie intra-péritonéale ou thoracique Chirurgie orthopédique Chirurgie prostatique Faible (< 1 %) Procédures endoscopiques Chirurgie superficielle Chirurgie de la cataracte Chirurgie du sein Eagle et al. Anesth Analg.2002; 94: Elevé Neurochirurgie Prostatectomie (haute et basse) Chirurgie carcinologique majeure Biopsie rénale Chirurgie vasculaire Modéré Chirurgie intra-péritonéale ou thoracique Chirurgie orthopédique Faible Procédures endoscopiques Chirurgie superficielle Chirurgie de la cataracte Cholecystectomie Laparoscopie Thrombosis Research 108 (2003) 3 13 Aspirine : augmente de 50% le risque de saignement périopératoireratoire ( ) Mais il n augmente pas la sévérité des complications hémorragiques J Intern Med 2005; 257: Endoprothèse Coronaire (EC) Pharmaco-active Risque hémorragique de l intervention (à évaluer avec le responsable du geste invasif ou le chirurgien) Majeur Intermédiaire Mineur Risque de thrombose du stent (àévaluer avec le cardiologue) Majeur Modéré Reporter l intervention au-delàde 6 mois à1 an après la pose de l EC si impossible: Arrêt aspirine-clopidogrel(min 5 j avant, 10 j maxi) Arrêt aspirine-clopidogrel(min 5 j avant, 10 j maxi) Reporter l intervention au-delàde 6 mois à1 an après la pose de l EC si impossible: Maintien aspirine Arrêt clopidogrel5 j Maintien aspirine Arrêt clopidogrel 5 j Maintien aspirine et clopidogrel Maintien aspirine et clopidogrel ou Maintien aspirine avec arrêt clopidogrel 5 j Risque hémorragique: Majeur: Intervention ne pouvant être réalisée sous AAP Modéré: Intervention réalisable sous ASA seule Mineur: Intervention réalisable sous ASA et clopidogrel Risque de thrombose d EC pharmaco-active Majeur:Mise en place depuis moins de 6 mois à1 an ou patient nécessitant un traitement par aspirine-clopidogrel ou patient avec facteur de risque Modéré:Mise en place depuis plus de 6 mois à1 an Dans tous les cas, l intervention doit être reportée au-delàde 6 semaines d un syndrome coronaire aigu dans la mesure du possible

10 3) Si un traitement antiagrégant plaquettaire est arrêté, faut-il faire un relais? Traitement Arrêt envisagé Nombre de jours de non prise avant le geste ASPIRINE ASPIRINE 3 jours CLOPIDOGREL CLOPIDOGREL 5 jours ASPIRINE + CLOPIDO CLOPIDOGREL 5 jours ASPIRINE + PRASUGREL PRASUGREL 7 jours En pratique: Patient porteur de stent nu: Attendre 6 semaines si possible (1) Maintenir Clopidogrel 4 semaines Opérer sous Aspirine Si impossible stop 3j puis reprise avec dose de charge Patient porteur de stent actif: Attendre 12 mois si possible (1) (en principe 6 mois pour sirolimus et 3 mois pour paclitaxel) Chirurgie sous Aspirine avec arret Clopidogrel 5j avant si délai de 12 mois impossible Décision collégiale Informer le patient du risque de thrombose Quelques infos sur le cas clinique sur les anticoagulants : Lorsque le prof a fait ce cours il a insisté sur l importance majeure de ces connaissances pour les ECN. Pour nos partiels il a d abord dit que ca lui paraissait un peu poussé, puis il s est repris en disant que finalement ca pourrait tout a fait faire l objet de questions aux partiels. Il a surtout insisté sur la prévention des TIH qui nécessite un suivi bio avec dosage des plaquettes 2 fois par semaine lors du TTT par Héparines (HBPM ou HNF). PMZ++ Un autre élément important est la connaissance des relais Héparines/AVK. Finalement la plupart de ses diapos reprennent des notions abordées dans les cours précédents, il nous a renvoyé à ce qu il avait dit lors de ces cours. Il a également insisté sur l importance des nouvelles molécules anticoagulantes avec moins d effets secondaires qui remplaceront bientôt les TTT actuels.

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Dr Bertrand NAPOLEON

Dr Bertrand NAPOLEON Dr Bertrand NAPOLEON Anti agrégants et endoscopie Connaître les recommandations SFED SFAR Connaître les modalités d arrêt, de relais et de reprise des différents traitements anti-agrégants en fonction

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene Antiagrégants Pour la pratique Les nouvelles recommandations C Decoene Avant toute intervention chirurgicale La coagulation doit être normalisée Ischémie Myocardique péri-opératoire Thrombus /plaque Déficit

Plus en détail

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES Page 1 de 5 INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES La réalisation d une intervention chirurgicale non cardiaque requiert souvent, chez les patients sous antiagrégant

Plus en détail

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013?

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Anti-agrégants, anticoagulants et Endoscopie digestive Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Christian Boustière, Marseille ANGIOPAS Essai de phase II randomisé multicentrique évaluant l efficacité

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE.

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. 1 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. ATTITUDE PREOPERATOIRE FACE AUX ANTIAGREGANTS. Dr. AS Dincq Service d Anesthésie 2 1. INTRODUCTION. Prescription

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années)

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Rémunération directe PEC frais déplacement Abbott Vascular X X Biotronik Boston Scientific Cordis X X Hexacath X X Medtronic Versements Association

Plus en détail

Cas n 1. Types de Stents

Cas n 1. Types de Stents Cas n 1 Colloque MPR 23 septembre 2009 Dr Burgan, cardiologue Dr de Sousa, interniste méconnue, obésité DRS inaugurale à 4h00 du matin ECG: onde de Pardee de V1-V5 Troponine négative (1h post-douleur)

Plus en détail

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV Nouveautés dans le diagnostique et le traitement de la maladie coronaire du dialysé Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France Probability of cardiovascular events Mortalité

Plus en détail

G es tes inva s ifs et a ntithro m bo tiques AMMPPU 31.03.2009

G es tes inva s ifs et a ntithro m bo tiques AMMPPU 31.03.2009 G es tes inva s ifs et a ntithro m bo tiques AMMPPU 31.03.2009 V o tre patient e s t s o us a s pirine. P uis -je lui ex tra ire s a dent? E lle es t tra itée pa r A V K.. Q ua nd fa ire s a g a s tro

Plus en détail

ACE. Association des Cardiologues de l'est

ACE. Association des Cardiologues de l'est ACE Association des Cardiologues de l'est Etude de cas cliniques Vote interactif Cas clinique n 1 T. LECOMPTE J.C. FAVIER P. LELARGE M. PICHENE Questions Quels sont les gestes agressifs qui justifient

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juillet 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juillet 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 juillet 2009 EFIENT 10 mg, comprimés pelliculés Boite de 30 (code CIP 392 120-3) Boîte de 90 (code CIP : 574 530-2) Laboratoire LILLY Prasugrel chlorhydrate ATC :

Plus en détail

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille ANTIVITAMINES K ANTIVITAMINES K Antidotes disponibles (CCP, vit

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

Syndromes coronaires aigus

Syndromes coronaires aigus CONGRES American College of Cardiology J.P. COLLET Service de Cardiologie, Hôpital Pitié-Salpêtrière, PARIS. Syndromes coronaires aigus L American College of Cardiology a encore montré le grand dynamisme

Plus en détail

Les traitements antiplaquettaires

Les traitements antiplaquettaires Revues Générales Thérapeutique Gestion des antiagrégants plaquettaires en chirurgie non cardiaque Résumé : La gestion des antiplaquettaires chez des patients porteurs de stent représente une situation

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable Pr PAGANELLI, Service de cardiologie CHU NORD 1 I) Angor Angor =

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie

Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie Christophe Meune Service de Cardiologie- Hôpital Avicenne Expérience douloureuse Homme de 56 ans 40 PA Aspirine à faible dose pour un

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier

Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier Définition Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier Compétence 4 UE 2.8 Véronique Nédélec-Gimbert octobre 2012 L'infarctus du myocarde (IDM étant une abréviation courante) est une nécrose (mort de cellules)

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique en cas de geste endoscopique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique en cas de geste endoscopique chez le coronarien RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique en cas de geste endoscopique chez le coronarien Méthode Recommandations par consensus

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

La Thrombose de Stent, mythe ou réalité? Définition, Incidence et Conséquences. Professeur François Schiele CHU BESANCON

La Thrombose de Stent, mythe ou réalité? Définition, Incidence et Conséquences. Professeur François Schiele CHU BESANCON La Thrombose de Stent, mythe ou réalité? Définition, Incidence et Conséquences Professeur François Schiele CHU BESANCON En 1991, la thrombose de stent dans les 2 premières semaines est trouvée chez 26%

Plus en détail

Bon usage des agents antiplaquettaires

Bon usage des agents antiplaquettaires RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE Bon usage des agents antiplaquettaires RECOMMANDATIONS Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, juin 2012 1 PLAN PRINCIPAUX MESSAGES...4 INTRODUCTION...5

Plus en détail

CHIRURGIE (ACTE AVEC EFFRACTION VASCULAIRE) CHEZ UN MALADE RECEVANT UN TRAITEMENT ANTI-THROMBOTIQUE

CHIRURGIE (ACTE AVEC EFFRACTION VASCULAIRE) CHEZ UN MALADE RECEVANT UN TRAITEMENT ANTI-THROMBOTIQUE CHIRURGIE (ACTE AVEC EFFRACTION VASCULAIRE) CHEZ UN MALADE RECEVANT UN TRAITEMENT ANTI-THROMBOTIQUE Thomas LECOMPTE hématologiste hémostase Nancy avec l aide de Emmanuel de MAISTRE et Marie TOUSSAINT-

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : doit-on les arrêter avant un geste invasif?

Antiagrégants plaquettaires : doit-on les arrêter avant un geste invasif? Janvier 2008 N 1 Antiagrégants plaquettaires : doit-on les arrêter avant un geste invasif? Professeur Cedric HERMANS 1, Professeur Jean RENKIN 2 arrêt d un traitement antiagrégant plaquettaire (aspirine,

Plus en détail

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES Isabelle Taillon Pharmacienne IUCPQ, Québec Professeure agrégée de clinique Université Laval Objectifs Discuter des problématiques rencontrées

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

Patient sous anticoagulants et antiagrégants

Patient sous anticoagulants et antiagrégants 53 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état 2011 Sfar. Tous droits réservés. Patient sous anticoagulants et antiagrégants E. Marret*,

Plus en détail

vers le déclin d endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France

vers le déclin d endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France Après s l enthousiasme l initial, vers le déclin d des endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France Grand progrès s technologique, mais 1. Aucun bénéfice b sur la mortalité

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

C.Diagnostic différentiel précordialgie et sus-décalage ST

C.Diagnostic différentiel précordialgie et sus-décalage ST 30/03/15 Battista Jennifer D1 CR : Claire MARIE Système Cardiovasculaire Dr Pons 10 pages Cas clinique Plan A. Cas clinique 1 B. Algorithmes décisionnels C.Diagnostic différentiel précordialgie et sus-décalage

Plus en détail

NACO - Antiplaquettaires et anesthésie locorégionale. Ph MAHIOU Clinique des Cèdres 38130 Echirolles

NACO - Antiplaquettaires et anesthésie locorégionale. Ph MAHIOU Clinique des Cèdres 38130 Echirolles NACO - Antiplaquettaires et anesthésie locorégionale Ph MAHIOU Clinique des Cèdres 38130 Echirolles Les problèmes Savoir gérer la balance des risques? d un patient sous NACO et/ou AAP du chirurgien de

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

DILATATION INTRALUMINALE DE L ARTÈRE CAROTIDE AVEC

DILATATION INTRALUMINALE DE L ARTÈRE CAROTIDE AVEC DILATATION INTRALUMINALE DE L ARTÈRE CAROTIDE AVEC POSE D ENDOPROTHÈSE, PAR VOIE ARTÉRIELLE TRANSCUTANÉE Actes d angioplastie carotidienne avec stent MAI 2007 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

Les définitions des saignements ACS/PCI

Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions classiques et leurs limites Les nouvelles définitions Des éléments pour de futures définitions François SCHIELE, CHU de BESANCON Définition «classique»,

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj. Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.ehr052 Pr JC Deharo, CHU Marseille La fibrillation auriculaire Feinberg WM et al. Arch Intern

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine CONGRES American College of Cardiology Mars 2009 F. DIEVART Clinique Villette, PARIS. Les études avec la rosuvastatine (AURORA et les analyses de JUPITER) et l étude ACTIVE A Les données présentées à l

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Stents Coronaires et Sports. Congrès Cœur et Sport St Etienne 03 05 Juin 2010

Stents Coronaires et Sports. Congrès Cœur et Sport St Etienne 03 05 Juin 2010 Stents Coronaires et Sports DR PASSARD F Congrès Cœur et Sport St Etienne 03 05 Juin 2010 Mise à jour le 11 /07/2010 B P 65 ans Cyclosport FDRCV : dyslipidémie et HTA négligées Angor typique au démarrage

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE La mise au point préopératoire par un anesthésiste permet de mieux planifier l organisation de la salle d opération, d éviter

Plus en détail

NACO et Angioplas>e. Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière

NACO et Angioplas>e. Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière NACO et Angioplas>e Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière Disclosures Research Grants from «Fédéra>on Française de Cardiologie» Consul>ng fees from Astra Zeneca,

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

ACTUALITES EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : LES STENTS COATES SYSTEMES DE FERMETURE. Emilie GENTINA- Nathalie PARISIS CH Tourcoing 20 Novembre 2004

ACTUALITES EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : LES STENTS COATES SYSTEMES DE FERMETURE. Emilie GENTINA- Nathalie PARISIS CH Tourcoing 20 Novembre 2004 ACTUALITES EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : LES STENTS COATES SYSTEMES DE FERMETURE Emilie GENTINA- Nathalie PARISIS CH Tourcoing 20 Novembre 2004 I. Introduction : historique de l angioplastie II. Evolution

Plus en détail

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux TA cible < 140/90 mmhg (grade A) Prévenir la variabilité tensionnelle

Plus en détail

CONCLUSIONS. XIENCE PRIME, endoprothèse coronaire (stent) enrobée d everolimus (produit actif pharmacologiquement)

CONCLUSIONS. XIENCE PRIME, endoprothèse coronaire (stent) enrobée d everolimus (produit actif pharmacologiquement) COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 16 décembre 2014 CONCLUSIONS XIENCE PRIME, endoprothèse coronaire (stent) enrobée d everolimus

Plus en détail

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire»

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire» Orthorisq journée de formation 2013 «Défaillance de la prise en charge d un patient sous ou sous antiagrégant plaquettaire» Christel Conso Chirurgien orthopédiste Institut Mutualiste Montsouris Olivier

Plus en détail

Actualités sur les nouveaux antithrombotiques

Actualités sur les nouveaux antithrombotiques CHU de Reims Actualités sur les nouveaux antithrombotiques Pr Philippe NGUYEN CHU de Reims pnguyen@chu-reims.fr Nouveaux anticoagulants oraux Facteur Xa Thrombine Anti-Xa Rivaroxaban Bayer Xarelto Apixaban

Plus en détail

Contexte d élaboration. Objectifs de ces recommandations : RECOMMANDATIONS Juillet 2015. Grade des recommandations

Contexte d élaboration. Objectifs de ces recommandations : RECOMMANDATIONS Juillet 2015. Grade des recommandations RECOMMANDATIONS Juillet 2015 Contexte d élaboration Ces dernières années, la thérapeutique antithrombotique a considérablement évolué avec l arrivée de nouveaux médicaments. Deux nouveaux agents antiplaquettaires

Plus en détail

Physiopathologie des stents coronariens. Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad

Physiopathologie des stents coronariens. Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad Physiopathologie des stents coronariens Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad AMUB 5/9/2014 Traitement par voie percutanée de lésions coronaires ni trop complexes, ni trop nombreuses, plutôt que

Plus en détail

Nouvelles perspectives dans la thrombose de stent et les antithrombotiques

Nouvelles perspectives dans la thrombose de stent et les antithrombotiques Compte rendu du Second Belgian Congress on Acute Cardiac Care. Partie 2 Nouvelles perspectives dans la thrombose de stent et les antithrombotiques Sofie Gevaert Le 11 juin, le (BIWAC) organisait son deuxième

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

TIRé à PART GUIDE PRATIQUE DE L UTILISATION DES AGENTS ANTITHROMBOTIQUES LORS DE GESTES INVASIFS PROGRAMMÉS. C. Hermans, C.

TIRé à PART GUIDE PRATIQUE DE L UTILISATION DES AGENTS ANTITHROMBOTIQUES LORS DE GESTES INVASIFS PROGRAMMÉS. C. Hermans, C. TIRé à PART Revue du Secteur des Sciences de la Santé de l UCL Revue mensuelle - 2014 - volume 133 GUIDE PRATIQUE DE L UTILISATION DES AGENTS ANTITHROMBOTIQUES LORS DE GESTES INVASIFS PROGRAMMÉS GUIDE

Plus en détail

Hervé HOOREMAN, Cardiologue, PH. Aptitude Cardio Vasculaire à la conduite automobile professionnelle

Hervé HOOREMAN, Cardiologue, PH. Aptitude Cardio Vasculaire à la conduite automobile professionnelle Hervé HOOREMAN, Cardiologue, PH Aptitude Cardio Vasculaire à la conduite automobile professionnelle Statistiques 2005 1/3 des AT mortels sont des accidents de trajets Triple Aptitude Aptitude Technique

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux -

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux - RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral - Aspects médicaux - Synthèse des recommandations SEPTEMBRE 2002 Service

Plus en détail

Thrombotiques. Réanimation. Limoges Sept 2008. B. Honton

Thrombotiques. Réanimation. Limoges Sept 2008. B. Honton Les Nouveaux Anti- Thrombotiques DESC Réanimation Médicale Limoges Sept 2008 B. Honton La coagulation pour les Nuls LA PROBLEMATIQUE en réanimation SEPSIS et ARDS: Activation de la voie extrinsèque Augmentation

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Antithrombotique, stomatologie et chirurgie maxillo-faciale : mythes et réalités

Antithrombotique, stomatologie et chirurgie maxillo-faciale : mythes et réalités Antithrombotique, stomatologie et chirurgie maxillo-faciale : mythes et réalités Les anti-thrombotiques : indications - Les héparines (non-fractionnées, de bas poids moléculaires, pentasaccharide) : Prévention

Plus en détail

Conception et développement d un nouveau DM : succès et difficultés. Luc Demangeon Directeur développement et affaires réglementaires MINVASYS

Conception et développement d un nouveau DM : succès et difficultés. Luc Demangeon Directeur développement et affaires réglementaires MINVASYS Conception et développement d un nouveau DM : succès et difficultés Luc Demangeon Directeur développement et affaires réglementaires MINVASYS 20 novembre 2012 La société PME française crée en 2003, basée

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT Prostatectomie radicale assistée par ROBOT L intervention qui vous est proposée est destinée à enlever votre prostate qui est atteinte d un cancer. LA PROSTATE La prostate est une glande qui participe

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL MÉTIER / COMPÉTENCES DE L ADULTE

RÉFÉRENTIEL MÉTIER / COMPÉTENCES DE L ADULTE RÉFÉRENTIEL MÉTIER / COMPÉTENCES DU CARDIOLOGUE INTERVENTIONNEL DE L ADULTE Version 2011 GROUPE DE TRAVAIL COORDONATEUR : Professeur Martine Gilard, PU-PH, CHU de Brest Présidente sortante du GACI groupe

Plus en détail

PATHOLOGIE CARDIO VASCULAIRE DES VOYAGEURS D. HOROVITZ

PATHOLOGIE CARDIO VASCULAIRE DES VOYAGEURS D. HOROVITZ PATHOLOGIE CARDIO VASCULAIRE DES VOYAGEURS D. HOROVITZ Les étapes du transport Y a - t - il un cardiaque dans l avion? CONTRAINTES CX VX L HYPOXIE LES ACCELERATIONS EFFETS DE L ALTITUDE LOI MARIOTTE PV

Plus en détail

CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES?

CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES? CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES? Pr Jean Pierre GOURBAT clinique de Chatillon Mise à jour février 2013 Santé et voyages aériens Certaines affections peuvent se décompenser lors d un vol

Plus en détail

STENT BIO RESORBABLE UNE REVOLUTION DANS LE TRAITEMENT DE LA MALADIE CORONAIRE? NICOLAS PREUMONT

STENT BIO RESORBABLE UNE REVOLUTION DANS LE TRAITEMENT DE LA MALADIE CORONAIRE? NICOLAS PREUMONT STENT BIO RESORBABLE UNE REVOLUTION DANS LE TRAITEMENT DE LA MALADIE CORONAIRE? NICOLAS PREUMONT CORONAROGRAPHIE & ANGIOPLASTIE ANGIOPLASTIE + STENT = TRAITEMENT DE BASE DE LA MALADIE CORONAIRE OBSTRUCTIVE

Plus en détail

COMPLICATIONS THROMBOTIQUES DES SYNDROMES MYÉLOPROLIFÉRATIFS: ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE

COMPLICATIONS THROMBOTIQUES DES SYNDROMES MYÉLOPROLIFÉRATIFS: ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE COMPLICATIONS THROMBOTIQUES DES SYNDROMES MYÉLOPROLIFÉRATIFS: ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE D APRES «THROMBOTIC COMPLICATIONS OF MYELOPROLIFERATIVE NEOPLASMS : RISK ASSESSMENT AND RISK-GUIDED MANAGEMENT

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

VERGRIETE Laurence/ les médicaments de l'hémostase. PGI2 cellule endothéliale, effet VD et antiagrégante Protéine C plasmatique L antithrombine III

VERGRIETE Laurence/ les médicaments de l'hémostase. PGI2 cellule endothéliale, effet VD et antiagrégante Protéine C plasmatique L antithrombine III 1 2 Hémostase primaire : Réaction vasculaire: vasoconstriction Réaction plaquettaire: Adhésion plaquettaire Sécrétion plaquettaire Agrégation plaquettaire Hémostase secondaire = coagulation Voie intrinsèque

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Angiox 250 mg poudre pour solution à diluer pour solution injectable ou pour perfusion. 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE

Plus en détail

Cardiologie interventionnelle

Cardiologie interventionnelle AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 2006 G. POCHMALICKI Service de Cardiologie, CH, PROVINS. Cardiologie interventionnelle LA GUERRE DES STENTS OU FAUT-IL CHOISIR ENTRE RESTENOSE PRECOCE OU THROMBOSE TARDIVE?

Plus en détail

Insuffisance!coronaire!:!Physiopathologie!et!Principes!de!traitement!

Insuffisance!coronaire!:!Physiopathologie!et!Principes!de!traitement! HERBERRomain 16/12/2013 MERGNACThomas 16H 17H UE11Pr.Desveaux! Insuffisance!coronaire!:!Physiopathologie!et!Principes!de!traitement!!!! I. Rappels! Danscettepartie,Mr.Desveauxarefaitunebonnepartieducourssurlaphysiologiedelacirculation

Plus en détail

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA Dr Eléonore Ronflé Dr Jacques Albizzati SERVICE MEDICAL DE LA REGION PROVENCE ALPES COTE D AZUR 1 C O N T E X T E Enjeu de santé publique

Plus en détail

E03 - Héparines non fractionnées (HNF)

E03 - Héparines non fractionnées (HNF) E03-1 E03 - Héparines non fractionnées (HNF) Les héparines sont des anticoagulants agissant par voie parentérale. 1. Modalités d u tilisation Mode d action : l héparine est un cofacteur de l antithrombine

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc.

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc. Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc Cécile HOUDARD ACOPHRA Actualités sur les DM 29 mai 2008 Tarification

Plus en détail

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Mr A.A. âgé de 55ans. Facteurs de risque: Diabétique depuis 5ans. Antécédents: aucun. Fumeur 15paquets/année.

Plus en détail

Le médecin généraliste et le syndrome coronarien aigu. Interprétation et pièges de l électrocardiogramme

Le médecin généraliste et le syndrome coronarien aigu. Interprétation et pièges de l électrocardiogramme Le médecin généraliste et le syndrome coronarien aigu Interprétation et pièges de l électrocardiogramme FMC Val-de-Creuse Argenton 14 novembre 2012 I. MEGY-MICHOUX SAMU / CESU 36 Centre Hospitalier CHATEAUROUX

Plus en détail

Chapitre 20 Endoscopie digestive

Chapitre 20 Endoscopie digestive LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE Chapitre 20 Endoscopie digestive 1. Vidéoendoscopes 2. Échoendoscopes 3. Vidéocapsules endoscopiques L endoscopie digestive a pour but l abord instrumental non

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes 1 Marché global des anticoagulants Un Marché en explosion: 6 milliards de $ en 2008 9 milliards de $ attenduen

Plus en détail

Stent for Life. Martine Gilard CHRU Brest

Stent for Life. Martine Gilard CHRU Brest Stent for Life Martine Gilard CHRU Brest Stent for Life Projet Européen Objectif: améliorer l accès des patients à l angioplastie pour réduire la morbi-mortalité des patients souffrant de syndromes coronaires

Plus en détail

Guide du patient. La coronarographie L angioplastie coronaire

Guide du patient. La coronarographie L angioplastie coronaire Guide du patient La coronarographie L angioplastie coronaire 8 rue Dr Calmette - CS 10043-38028 GRENOBLE CEDEX 1 Tél : 04 76 70 70 54 Fax : 04 76 70 71 45 secr.cardiologie@ghm-grenoble.fr www.ghm-grenoble.fr

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Thromboses de stents : facteurs favorisants

Thromboses de stents : facteurs favorisants REVUES GENERALES Cardiologie interventionnelle J.P. MONASSIER Service de Cardiologie, Hôpital Emile Muller, MULHOUSE. Thromboses de stents : facteurs favorisants Les thromboses de stents restent le talon

Plus en détail