LES SUBSTANCES AZOTEES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES SUBSTANCES AZOTEES"

Transcription

1 Département des sciences de base A 2éme Année médecine Cours de biochimie clinique LES SUBSTANCES AZOTEES NON PROTEIQUES Fat par le docteur LIMEM Khalifa

2 L UREE Non toxique Très soluble Terme ultime principal du catabolisme protéique

3 ORIGINE

4 ELIMINATION Filtration glomérulaire Réabsorption tubulaire Passive et dépend du flux urinaire

5 Clearance croit avec le volume de la diurèse Influence du régime alimentaire et du catabolisme Protéique Abondonner la clearance de l urée Au profit de la clearance de la créatinine

6 but Dosage ( azotémie ) est utile pour l exploration de la Fonction rénale Insuffisance rénale

7 DOSAGE Tube sec ou hépariné Colorimétrique chimique + Colorimétrique enzymatique À l uréase++ Cinétique enzymatique M NADH à 340 nm +++

8 VALEURS DE REFERENCE Urée sanguine : 2.5 à 8 mmol/l 0.15 à 0.5 g/l Urée urinaire : 300 à 700 mmol/ 24h 15 à 40g /24h Facteur de conversion gx16.67 = mmol mmol x = g

9 Insuffisance rénale aigue C'est la perte brutale, en général réversible, de la fonction rénale, empêchant le maintien de l'équilibre interne de l'organisme

10 insuffisance rénale fonctionnelle Le rein est sain, mais il ne sécrète presque plus d'urines mais ce n'est pas de sa faute : il ne reçoit pas le sang à une pression suffisante. Cette situation se voit dans les cas d'hypovolémie : hémorragies, choc, déshydratation, traitement diurétique

11 L'insuffisance rénale chronique C'est l'atteinte progressive, importante, et définitive de la fonction rénale, et donc de la filtration glomérulaire réduction irréversible de la filtration glomérulaire

12 VARIATIONS PATHOLOGIQUES 1 ELEVATION : Insuffisance Rénale fonctionnelle Insuffisance rénale aigue Modérée au début et s élève progressivement Insuffisance rénale chronique Élévation progressive lente Élévation plus importante par rapport à la créatinine Urée > 100 créatinine

13 VARIATIONS PATHOLOGIQUES (suite) 2 DIMINUTION Si < 2 mmol / l chez l adulte Avec chute de l urée urinaire Insuffisance hépatique grave

14 Urée sanguine élevée et faible excrétion urinaire Insuffisance rénale

15 VARIATIONS PATHOLOGIQUES ( suite ) L urée urinaire Complément utile Urée sanguine élevée et Forte excrétion urinaire Apport azoté augmenté Et fonction rénale normale

16 CREATININE REFLET DE LA MASSE MUSCULAIRE GLOBALE

17 Rend compte de la filtration glomérulaire Taux plasmatique indépendant de l apport protéique Élimination exclusivement rénale

18 Sa clearance renseigne directement sur l état fonctionnel des reins

19 Origine déshydratation non enzymatique de la créatine

20 DOSAGE Sérum ou plasma Se conserve plusieurs jours Réaction de Jaffé Avec l acide picrique Coloration orangée Manque de spécificité Méthode enzymatique en UV À 340nm HPLC Plus spécifique

21 VALEURS USUELLES PLASMA 50 à 100 µmol l/l l chez la 65 à 120 µmol l/l l chez l 20 à 40 µmol l/l l enfant < 5 ans 30 à 70 µmol / l enfant > 10ans enceinte 60 µmol l/l l

22 VALEURS USUELLES urines 124 À 230 µmol/kg/24h chez l homme ( 9 À 18 mmol/24h) 60 À 100 µmol/kg/24h chez la femme ( 8 à 16 mmol/24h)

23 Clearance de la créatinine Apprécier le débit de la F.G Apprécier le degrés d une insuffisance rénale chronique Suivre l évolution Suivre l évolution d une insuffisance rénale chronique

24 Calcul de la clearance 2 façons La première : C = U V P

25 La deuxième Formule de cockcroft et Gault C (ml / s ) = ( 140 age ) x poids en Kg 49 X ( cr s ) en µmol / l X F F = 1 chez l homme F = 0;85 chez la femme

26 Valeurs usuelles Les valeurs usuelles sont corrigées pour une surface corporelle standard de 1,73 m2, afin de tenir compte de la production de la créatinine liée à la masse musculaire Clearance corrigée = C x 1,73 Sc

27 Mesure de la surface corporelle

28 Variations biologiques Masse musculaire Apport alimentaire protidique d origine animale Exercice musculaire Facteurs de variation intra et inter individuelle

29 ml/min./1,73 m2 ml/sec./1,73 m2 Nouveau-né (< 8jours) ,33-0,83, Nouveau-né ( 8 jours) ,66-1,08 Nourrisson (< 3 mois) ,83-1,33 Nourrisson (3 à 12 mois) ,08-1,83 Enfant-Adolescent ,50-2,33 Adulte F (20-40 ans) ,50-2,16 Adulte H (20-40 ans) ,66 2,33

30 Intérêt sémiologique Diagnostic et suivi de l insuffisance rénal

31 Intérêt sémiologique N est pas un marqueur très sensible de l insuffisance rénale débutante Il faut une chute importante de la clearance 60ml/mn Réduction néphronique 50%

32 Dans l insuffisance rénale aigue Anurique la créatinine peut augmenter de 200 µmol/24h

33 Intérêt sémiologique Le dosage de la créatinine est Souvent associé à celui de l urée Urée modérément augmentée et créatinine normale Affirmer le caractère extra rénal de l hyperazotémie

34 Si urée élevée conjointement avec la créatinine 2 à 3 x la valeur nle Insuffisance rénale modérée

35 Si urée et créatinine sont très élevées > 5x la nle Insuffisance rénale avancée

36 Valeur pronostique Créatininémie et surtout clearance de la créatinine Degrés de l I.R Attitudes thérapeutiques Ajustement thérapeutique des médicaments

37 ACIDE URIQUE

38 Terme de catabolisme des purines chez l homme Peu soluble dans les liquides id biologiques i Pathologies de surcharge

39 Il existe sous forme d urate mono sodique et sous forme libre ( acide ) La forme libre est très peu soluble Risque de précipitation dans les tissus

40

41 Élimination Essentiellement t rénale Solubilité diminue dans les urines pk = 5.8 À ph acide la forme libre augmente Lithiase urique

42 Dosage Sérum ou plasma Urines recueillies sur 10mlde NaOH 12M Méthode enzymatique colorimétrique : coloration rose

43 Valeurs de référence Dans le sang : uricémie Chez l homme 200 à 420 µmol/l Chez la femme 150 à 360 µmol/l Chez l enfant 110 à 240 µmol/l

44 Facteurs de conversions µmol/l x = mg Mg x 5.95 = µmol/l

45 Dans les urines : uricurie uricosurie uraturie 10 x l uricémie 1.5 à 4.5 mmol/24h

46 Variations pathologiques Hyper uricémie > 420µmol/l ( 70 mg/l ) 5% de la population masculine

47 Secondaires I.R chronique Toxémie gravidique :>330 µmol/l Acidocétose Hyper catabolisme cellulaire ( traitement cytotoxique ) tubulopathies

48 primitives Syndome de Lesch Nyhan : déficit inné en HGPRT (retard mental,automutilation)

49 Aspect clinique Crise de goutte Pé Précipitation it ti des cristaux d acide urique dans les synoviales Hyperuricurie chez ⅓ des cas Lithiases rénales Néphropathie urique I.R.C

50 Hypouricémie < 150 µmol/l ( 25mg /l ) De syntheses : I.hépatique sévère deficit en xanthine oxydase Excretion urinaire : lymphome hodgkinien tubulopathies

51 URICURIE Si > 800 mg /24h lithiase Alcaliniser les urines

52 uricurie Est essentielle pour le choix du traitement des sujets hyperuricémiques Si < 3.6mmol/24h Traitement par les uricosuriques Si > 3.6mmol/24h Traitement par les inhibiteurs de synthèse

53 Médicaments hyperuricémiques Aspirine à faible dose Azathioprine Calcitriol Propanolol Tétracyclines théophylline

54 Médicaments hypouricémiants i Allopurinol Aspirine à forte dose Vit C Méthyldopa probénicid

55 AMMONIAC NH3 toxique

56 I d é ti d dé i ti Issu des réactions de désamination des acides aminés

57 origine Flore microbienne intestinale Cellulaire : principalement Cellulaire : principalement hépatique et rénale

58 destinées Élimination urinaire ( NH4+) Uréogenèse hépatique Utilisation anabolique

59 DOSAGE Urgence analytique Tube hépariné ou sur EDTA Dosage dans les plus brefs délais( 30mn ) hémolyse très gênante

60 DOSAGE Méthode Colorimétrique ( Berthelot) Coloration bleue en milieu alcalin En présence de phénol Méthode enzymatique Cinétique en présence de NADH et de GLDH à 340nm

61 Valeurs de référence Ammoniémie : 15 à 50 µmol /l ( 0,3 à 0,8 mg/l ) Ammoniurie : urines de 24h recueillies sur HCL Dosage des sels ammoniacaux: 20 à 70 mmol/24h

62 Variations pathologiques Chez les nouveaux nés : Habituellement une anomalie congénitale Du cycle de l urée Déficit en OCT ou carbamyl phte synthétase (sont les plus sévères ) 200 à 300µmol/l

63 Chez l adulte : Insuffisance hépatocellulaire Surtout avec anastomose porto cave Si hémorragie digestive(varices œsophaginnes) Désamination bactérienne intense Encéphalopathie hépatique

64 Encéphalopathie hépatique Toxicité de NH3 et Déficit énergétique

65

66 ammoniurie ⅔ du débit urinaire de H+ sous forme de NH4+ Dosée en même temps que les autres Paramètres de l équilibre acido basique

67 Chute de l ammoniure en cas d insuffisance rénale chronique Variable en cas d acidose tubulaire : dépend du type de l acidose

68 BILIRUBINE

69 Produit final du catabolisme de l hème;50mmol/24h Très peu soluble dans les liquides id biologiques i Circule dans le sang liée Circule dans le sang liée à l albumine :bilirubine libre

70 METABOLISME

71 Urobilinogéne et stercoblinogéne sont oxydés en urobiline et stercobiline Coloration des selles

72 DOSAGE Spectrophotométrie directe Sérum ou plasma Conservé à l abri de la Méthode colorimétrique : lumière diazoréction Instantanée avec la bilirubine soluble

73 Hémolyse excessive Fixation de l albumine dépassée Bilirubine libre non liée Dosage par chromatographie Ictère nucléaire

74 Valeurs de référence Bilirubine totale < 17 µmol/l Bilirubine totale < 17 µmol/l Bilirubine conjuguée 0 à 3.4µmol/l Bilirubine conjuguée 0 à 3.4µmol/l Chez le N. Né les valeurs sont plus élevés

75 Variations pathologiques et intérêt sémiologique Mise en évidence et le suivi d un ictère La présence d une bilirubinurie est toujours pathologique

76 hyper bilirubinémie non conjuguée : 80% de bilirubine libre hyperproduction éf défaut de glycuroconjugaison ou de captation

77 hyperproduction Hémolyse héréditaire édit i ou acquise Résorption d hématome volumineux Incompatibilité foetomaternelle ; si bilirubinémie dépasse 200mg Risque d un ictère nucléaire

78 Défaut de glycuroconjugaison Maladie de Gilbert : cholémie familiale Déficit en glycuronyltransférase Maladie bénigne

79 hyper bilirubinémie conjuguée 50% de bilirubine conjuguée affections constitutionnelles : défaut d excrétion affections acquises : cholostase extra hépatique ( cancer du pancréas Lithiase.) intra hépatique : ( hépatites - post opératoire )

80 Encas d hépatite ou d obstacle sur les voies biliaires Signe capital;on trouve de la bilirubine, et urobiline(pigments i biliaires) i dans les urines

81

RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C. DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DE L INSUFFISANCE RENALE

RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C. DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DE L INSUFFISANCE RENALE RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DE L INSUFFISANCE RENALE Objectifs 1-Citer deux éléments qui peuvent interférer dans le dosage de la créatininémie

Plus en détail

ARTHROPATHIES MICROCRISTALLINES

ARTHROPATHIES MICROCRISTALLINES ARTHROPATHIES MICROCRISTALLINES 1 Affections provoquées par la présence de microcristaux dans l articulation Goutte Chondrocalcinose Dans les tissus avoisinants Rhumatisme à Hydroxyapatite 2 LA GOUTTE

Plus en détail

Professeur Diane GODIN-RIBUOT

Professeur Diane GODIN-RIBUOT UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 5 : Mesure de la fonction rénale : la clairance rénale Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Goutte: les équations résolues

Goutte: les équations résolues Goutte: les équations résolues Dr RALANDISON Stéphane Rhumatologue- Interniste Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar Atelier Pharma 7, avril 2013, Carlton Madagascar Introduction «Docteur,

Plus en détail

INSUFFISANCE RENALE AIGUË

INSUFFISANCE RENALE AIGUË INSUFFISANCE RENALE AIGUË 1 DEFINITION : Diminution du débit de filtration glomérulaire responsable d un syndrome d urémie aiguë (élévation créatininémie et urémie) Constitution brutale ou rapidement progressive

Plus en détail

RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C

RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DU DIABETE Dr Arame Ndiaye OBJECTIFS 1- Enumérer trois conditions à respecter lors d un prélèvement sanguin

Plus en détail

Le métabolisme phosphocalcique

Le métabolisme phosphocalcique Le métabolisme phosphocalcique 1 Métabolisme du calcium et du phosphore : 1.1. Calcium : Métabolisme : Répartition : 99% dans les dents et dans le squelette. 1% dans le reste de l organisme. Le métabolisme

Plus en détail

METABOLISME RENAL 1.1 GLOMERULE 1.2 TUBULE

METABOLISME RENAL 1.1 GLOMERULE 1.2 TUBULE METABOLISME RENAL Le rein est un organe complexe chargé de maintenir l homéostasie de l organisme en assurant l élimination de déchets produits par le métabolisme (urée, ammoniaque, acide urique ), le

Plus en détail

Orientation diagnostique devant un calcul. Bilan métabolique. JP Haymann UPMC / INSERM U702 Service d Explorations Fonctionnelles Hôpital Tenon

Orientation diagnostique devant un calcul. Bilan métabolique. JP Haymann UPMC / INSERM U702 Service d Explorations Fonctionnelles Hôpital Tenon Orientation diagnostique devant un calcul. Bilan métabolique. JP Haymann UPMC / INSERM U702 Service d Explorations Fonctionnelles Hôpital Tenon La clinique Volume urinaire 1280 ml Maalouf N et al 2004

Plus en détail

I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel).

I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel). LES OEDEMES I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel). = infiltration séreuse d'eau et de sodium, dans

Plus en détail

- info EXPLORATION DU STATUT MARTIAL ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique

- info EXPLORATION DU STATUT MARTIAL ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique EXPLORATION DU STATUT MARTIAL - info NUMERO 5 2013 ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique Son dosage isolé est SANS INTÉRÊT, il ne se justifie que couplé à celui de la transferrine qui permet

Plus en détail

Dr BOGGIO L équilibre hydrique, électrolytique et acido-basique 2.1 S1 Biologie fondamentale IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015

Dr BOGGIO L équilibre hydrique, électrolytique et acido-basique 2.1 S1 Biologie fondamentale IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015 Dr BOGGIO L équilibre hydrique, électrolytique et acido-basique 2.1 S1 Biologie fondamentale IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015 13 Equilibre hydrique, électrolytique et acidobasique Fonction essentielle

Plus en détail

Insuffisance rénale aigue

Insuffisance rénale aigue Insuffisance rénale aigue Définitions : - Insuffisance rénale (IR): atteinte de la fonction d épuration du rein s accompagnant de perturbations cliniques et biologiques caractéristiques - Caractérisée

Plus en détail

Quand évoquer une maladie métabolique en urgence? Dr Claire GAY Service de pédiatrie Hôpital Nord Saint Etienne

Quand évoquer une maladie métabolique en urgence? Dr Claire GAY Service de pédiatrie Hôpital Nord Saint Etienne Quand évoquer une maladie métabolique en urgence? Dr Claire GAY Service de pédiatrie Hôpital Nord Saint Etienne généralités déficits de protéines enzymatiques communes à de nombreux organes - organelles

Plus en détail

Régulation de l équilibre acido-basique

Régulation de l équilibre acido-basique Régulation de l équilibre acido-basique Introduction Les ions H + dans l organisme Concentration en ions H + remarquablement constante : - ph du plasma artériel = 7,40 +/- 0,03 - Le sang veineux plus riche

Plus en détail

Hyperammoniémie. M. BARTH CHU Angers S. BEKRI CHU Rouen D. DOBBELAERE CHU Lille. SFEIM 2012 Le Havre 23/06/2012

Hyperammoniémie. M. BARTH CHU Angers S. BEKRI CHU Rouen D. DOBBELAERE CHU Lille. SFEIM 2012 Le Havre 23/06/2012 Hyperammoniémie M. BARTH CHU Angers S. BEKRI CHU Rouen D. DOBBELAERE CHU Lille SFEIM 2012 Le Havre 23/06/2012 Définition Hyperammoniémie : Adulte > 50µmol/l (mais zone floue Période néonatale

Plus en détail

PHYSIOLOGIE RENALE PHYSIOLOGIE RENALE

PHYSIOLOGIE RENALE PHYSIOLOGIE RENALE Jean Marie TRAWALE INSERM Unité U773 CRB3 Directeur de Recherche Docteur Richard MOREAU Hôpital BEAUJON CLICHY FRANCE 1 Le rein est composé d environ 1 000 000 d unités fonctionnant d une façon intégrée

Plus en détail

objectifs Exploration biochimique de la glycémie, des cétoses, du diabète sucré P-Glucose prérequis Les points suivants sont supposés connus :

objectifs Exploration biochimique de la glycémie, des cétoses, du diabète sucré P-Glucose prérequis Les points suivants sont supposés connus : objectifs 1 2 1/ Comprendre le choix des moyens diagnostiques et les facteurs de variabilité préanalytique pour sélectionner les analyses adéquates et les moyens nécessaires 2/ Connaître l ordre de grandeur

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

METABOLISME DES IONS ET DE l EAU

METABOLISME DES IONS ET DE l EAU METABOLISME DES IONS ET DE l EAU 1 GENERALITES Le corps humain est composé de 60 à 70% d eau. Cette eau se répartit dans deux compartiments, intra et extracellulaire. Ce dernier peut être lui même scindé

Plus en détail

Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE 12/19/12. Modifications pharmacocinétiques liées à l âge. Absorption

Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE 12/19/12. Modifications pharmacocinétiques liées à l âge. Absorption Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE Modifications pharmacocinétiques liées à l âge Modifications pharmacodynamiques liées à l âge Pathologies associées Facteurs de risques sociaux et environnementaux Poly

Plus en détail

ph et équilibre acido-basique

ph et équilibre acido-basique Origine des ions H + ph et équilibre acido-basique Acides volatils Acides fixes CO 2d : seul acide volatil, peut s échapper de l organisme, partiellement dissocié. pk = 6.1, ~20 000 mmol/l Ne peut pas

Plus en détail

Explorations de la fonction rénale

Explorations de la fonction rénale Explorations de la fonction rénale Plan 1. Objectifs du TD 2. Les explorations statiques de la fonction rénale Principes d interprétation d un ionogramme Principes d interprétation de l urée sanguine,

Plus en détail

CONCOURS D INTERNAT EN PHARMACIE

CONCOURS D INTERNAT EN PHARMACIE - 1 - Ministère de la santé, de la famille et des personnes handicapées Ministère de la jeunesse, de l éducation et de la recherche CONCOURS D INTERNAT EN PHARMACIE I Doses maximales de médicaments (adulte)

Plus en détail

PHARMACOCINETIQUE. Elimination rénale des médicaments

PHARMACOCINETIQUE. Elimination rénale des médicaments PHARMACOCINETIQUE Elimination rénale des médicaments PK administration cible pharmacologique Elimination des médicaments Elimination directe par excrétion: - Rénale - Biliaire Elimination indirecte après

Plus en détail

Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques. Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo

Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques. Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo EXERCICE 1 : Un enfant de 10 ans est amené par ses parents aux urgences

Plus en détail

Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations)

Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations) Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document

Plus en détail

LES DYSTHYROIDIES : DIA I GN G OS O T S I T C I A U L A L BOR O ATO T I O R I E

LES DYSTHYROIDIES : DIA I GN G OS O T S I T C I A U L A L BOR O ATO T I O R I E LES DYSTHYROIDIES : DIAGNOSTIC AU LABORATOIRE Dr Bécaye FALL Biologiste Hôpital Principal de Dakar RESAOLAB 2010 1- INTRODUCTION Thyroïde (du grec «thyreoeides» = «en forme de bouclier») partie avant cou.

Plus en détail

CAT devant une créatinine qui monte. EPU 29 avril 2009

CAT devant une créatinine qui monte. EPU 29 avril 2009 CAT devant une créatinine qui monte EPU 29 avril 2009 Cas clinique Mme C., 63 ans est hospitalisée le 18/11/05 pour insuffisance rénale aigue Antécédents : - DNID ancien et compliqué - cardiopathie ischémique

Plus en détail

PRINCIPES DE NUTRITION

PRINCIPES DE NUTRITION Module MI 1: «Métabolisme et nutrition» PRINCIPES DE NUTRITION «Mal alimentation» But alimentation Apports : Sous-nutrition +++ Insuffisance Mauvaise proportion Carences Sur-nutrition Obésité, Cancers

Plus en détail

Solutés de perfusion. IFSI Saint-Antoine. Carole Beaumanoir-de Prémont Lauriane Goldwirt

Solutés de perfusion. IFSI Saint-Antoine. Carole Beaumanoir-de Prémont Lauriane Goldwirt Solutés de perfusion IFSI Saint-Antoine Carole Beaumanoir-de Prémont Lauriane Goldwirt Troubles hydro-électrolytiques Déséquilibres acido-basiques États de choc Véhicules pour apports de médicaments Nutrition

Plus en détail

MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L ALCOOLISME. Dr J.C. Renversez Département de Biologie Intégrée CHU de Grenoble

MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L ALCOOLISME. Dr J.C. Renversez Département de Biologie Intégrée CHU de Grenoble MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L ALCOOLISME Dr J.C. Renversez Département de Biologie Intégrée CHU de Grenoble ALCOOLISME: CONCEPT MAL DEFINI OMS: 3 verres pour H 2 verres pour F - Usage éventuellement à risque

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2012 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon. Amélie BARRE DES hépato-gastro

Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon. Amélie BARRE DES hépato-gastro Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon Amélie BARRE DES hépato-gastro ANATOMIE PHYSIOLOGIE : absorption Duodéno-jéjunale : eau (44%) électrolytes (Na 13%, K, Ca, Mg) glucides,

Plus en détail

URÉE ET CRÉATININE SANGUINES EN DÉBUT ET FIN DE CURE À VITTEL

URÉE ET CRÉATININE SANGUINES EN DÉBUT ET FIN DE CURE À VITTEL URÉE ET CRÉATININE SANGUINES EN DÉBUT ET FIN DE CURE À VITTEL J.THOMAS et E.THOMAS Vittel Vittel, dès sa fondation il y a 150 ans, a eu, comme orientation primaire, celle de soigner les reins. Son fondateur,

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

LA GOUTTE Docteur GJ van Miltenburg Spécialiste Médecine Physique Ostéopathe Paris www.vanmiltenburg.fr

LA GOUTTE Docteur GJ van Miltenburg Spécialiste Médecine Physique Ostéopathe Paris www.vanmiltenburg.fr LA GOUTTE Docteur GJ van Miltenburg Spécialiste Médecine Physique Ostéopathe Paris www.vanmiltenburg.fr LA GOUTTE Arthropathie microcristalline caractéris risée e par la formation de cristaux intra articulaires

Plus en détail

Equilibre acidobasique. Principes

Equilibre acidobasique. Principes Equilibre acidobasique Principes Objectif : maintenir le ph du milieu extracellulaire à 7,40 valeurs physiologiques : 7,36 à 7,42 variations maximales compatibles avec la vie : 6,90 à 7,70 Or : afflux

Plus en détail

Rétention urinaire et personnes âgées

Rétention urinaire et personnes âgées Rétention urinaire et personnes âgées Docteur Anne Marie Mathieu Chef de service Hôpital Corentin Celton AP-HP La rétention urinaire complète est une urgence diagnostique et thérapeutique. Risque vital

Plus en détail

Evaluation du rapport albuminurie/créatininurie dans le diagnostic de la maladie rénale chronique chez l adulte

Evaluation du rapport albuminurie/créatininurie dans le diagnostic de la maladie rénale chronique chez l adulte TEXTE COURT DU RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE Evaluation du rapport albuminurie/créatininurie dans le diagnostic de la maladie rénale chronique chez l adulte Décembre 2011 Service évaluation des actes

Plus en détail

Buvez, buvez... éliminez!!!

Buvez, buvez... éliminez!!! Buvez, buvez... éliminez!!! 1. L'urine: produit d'une régulation. Afin que les cellules fonctionnent à plein rendement, le milieu intérieur dans lequel elles baignent doit présenter une composition aussi

Plus en détail

Clairance de la créatinine basse

Clairance de la créatinine basse Clairance de la créatinine basse Conduite à tenir 17 Janvier 2015 XII ème Rencontre des Amicales de Paris Dr. X. Belenfant Réseau de Néphrologie en Ile de France Service de néphrologie CH Montreuil Clairance

Plus en détail

Quand le montrer au néphrologue?

Quand le montrer au néphrologue? Le diabétique néphropathe n : Quand le montrer au néphrologue? Journée e ANCA Le Puy en Velay, 8 juin 2007 Pierre-Yves Benhamou, CHU Grenoble 1 Le diabétique néphropathe n : Quels sont les enjeux? En présence

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS

CATALOGUE DE PRESTATIONS Page 1 sur 10 Ce catalogue présente les différentes analyses effectuées par la société IODOLAB. Il a été mis à jour le 16/04/2012. DOSAGES SANGUINS Iode inorganique 600 µl GSH-pxe sang total hépariné 1

Plus en détail

Equilibre acido-basique Dr K CHATTI, 2010. Population cible Etudiants en 1ère année Médecine

Equilibre acido-basique Dr K CHATTI, 2010. Population cible Etudiants en 1ère année Médecine Equilibre acido-basique Dr K CHATTI, 2010 Population cible Etudiants en 1ère année Médecine Pré-requis Notions de ph, acides, bases, ampholytes Mesure du ph, Physiologie des échanges gazeux respiratoire,

Plus en détail

Tâche : Les problèmes du système excréteur urinaire

Tâche : Les problèmes du système excréteur urinaire Les problèmes du système excréteur urinaire http://www.bioweb.lu/anatomie/rein/rein.jpg Guide de l enseignant Document de travail RienST_guide de l'enseignant modifié.doc 1 Nous avons choisi façon de présenter

Plus en détail

Marqueurs biochimiques du remodelage osseux. Dr Bafghi-Caruba Céline CHU Nice DCEM1 - octobre 2010

Marqueurs biochimiques du remodelage osseux. Dr Bafghi-Caruba Céline CHU Nice DCEM1 - octobre 2010 Marqueurs biochimiques du remodelage osseux Dr Bafghi-Caruba Céline CHU Nice DCEM1 - octobre 2010 PLAN 1 - Tissu osseux 2 - Régulation du remodelage osseux 3 - Marqueurs biochimiques du remodelage osseux

Plus en détail

Enfants: La dose recommendée de phosphates pour des nourrissons et des jeunes enfants, est comprise entre 1,0 1,5 mmol/kg/jour.

Enfants: La dose recommendée de phosphates pour des nourrissons et des jeunes enfants, est comprise entre 1,0 1,5 mmol/kg/jour. 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT Glycophos, concentré pour solution pour perfusion. 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 1 ml de Glycophos contient : Glycérophosphate de sodium 5.H 2O 306,1 mg (ce qui

Plus en détail

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche Ministère de la santé et des sports CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Valeurs biologiques usuelles Edition de Novembre 2009 (6 pages) Conseil

Plus en détail

Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN

Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN 2012 1 - Augmentation du poids : L augmentation du

Plus en détail

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire Table des matières Liste des tableaux... XIII I Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire 1 Les glucides... 3 Les différents types de glucides... 3 Classification biochimique (3). Classification

Plus en détail

Cas cliniques Diabète

Cas cliniques Diabète Cas cliniques Diabète 2012 Cas clinique diabète N 1 Un homme de 57 ans, 1,70m pour 87 kg, consulte après la découverte d une glycosurie positive lors d une visite à la médecine du travail. Il ne présente

Plus en détail

Le rein dans l équilibre acido-basique de l organisme

Le rein dans l équilibre acido-basique de l organisme Le rein dans l équilibre acido-basique de l organisme L eau pure contient 10-7 moles/l de H+. ph = - log [H+] = 7 Un acide est une substance qui libère des H+. Si on ajoute un acide dans l eau, [H+] augmente

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS THÉRAPEUTIQUES MANDELAMINE*

RENSEIGNEMENTS THÉRAPEUTIQUES MANDELAMINE* RENSEIGNEMENTS THÉRAPEUTIQUES MANDELAMINE* (comprimés de mandélate de méthénamine, USP) 500 mg Antibiotique urinaire DATE DE RÉDACTION : 16-Aug-2005 8250 Décarie Blvd, suite 110 Montréal, QC Canada, H4P

Plus en détail

Sodium et Bicarbonate, Au Cœur de l équilibre

Sodium et Bicarbonate, Au Cœur de l équilibre Sodium et Bicarbonate, Au Cœur de l équilibre Chimie et Physiologie pour mieux comprendre 3 ème journée Nutrition NOVACARB 1 FE CRE JR/PG V3 L Equilibre de la Vie UNE PERPÉTUELLE OPPOSITION UN PRINCIPE

Plus en détail

LITHIASES ET DIETETIQUE

LITHIASES ET DIETETIQUE LITHIASES ET DIETETIQUE (D après Mme DOUSSEAUX. FMC \ AFU \ CFC \ 1-2/12/2011) Récidiver un calcul urinaire nécessite de se questionner sur le processus lithogène. Ce dernier est la conséquence d un équilibre

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

L Insuffisance rénale aiguë (IRA) anurique n est que la face visible de l iceberg,

L Insuffisance rénale aiguë (IRA) anurique n est que la face visible de l iceberg, Points essentiels L Insuffisance rénale aiguë (IRA) anurique n est que la face visible de l iceberg, l évaluation de la fonction rénale chez le nouveau-né reste très difficile et repose sur la clinique

Plus en détail

Insuffisance rénale aiguë (IRA)

Insuffisance rénale aiguë (IRA) AU PROGRAMME Insuffisance rénale aiguë (IRA) Processus dégénératif Classiquement, on distingue l insuffisance rénale aiguë (IRA) de l insuffisance rénale chronique (IRC). L IRA, contrairement à l IRC,

Plus en détail

APPORT DE LA BIOCHIMIE DANS L EXPLORATION DU NEUROBLASTOME

APPORT DE LA BIOCHIMIE DANS L EXPLORATION DU NEUROBLASTOME APPORT DE LA BIOCHIMIE DANS L EXPLORATION DU NEUROBLASTOME L. YARGUI, S. MOKHTARI, Z. EL MOKHEFI, A. BERHOUNE LABORATOIRE CENTRAL DE BIOCHIMIE CHU MUSTAPHA ALGER INTRODUCTION Les catécholamines ( dopamine,

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Chapitre 2 : INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Objectifs - Savoir définir et expliquer les différentes phases du devenir du médicament dans l organisme. - Savoir définir les

Plus en détail

Travail de diplôme. présenté à la. Faculté des sciences de l Université de Genève. par. Christel Voillat. Responsables

Travail de diplôme. présenté à la. Faculté des sciences de l Université de Genève. par. Christel Voillat. Responsables Pharmacie hospitalière Adaptation de la médication chez les patients âgés et insuffisants rénaux : état des lieux dans deux unités de gériatrie et deux unités de réadaptation Travail de diplôme présenté

Plus en détail

Méthodes d explorations de la fonction rénale Intérêt et limites des formules permettant d estimer la fonction rénale

Méthodes d explorations de la fonction rénale Intérêt et limites des formules permettant d estimer la fonction rénale Méthodes d explorations de la fonction rénale Intérêt et limites des formules permettant d estimer la fonction rénale Bertrand DUSSOL Faculté de Médecine - Marseille Septembre 2010 Moyens pour évaluer

Plus en détail

Référentiel du besoin nutritionnel

Référentiel du besoin nutritionnel Du besoin aux recommandations nutritionnelles JF Huneau UFR Biologie et Nutrition Humaines huneau@agroparistech.fr Référentiel du besoin nutritionnel Porc charcutier 100 jours 100 kg 52% de viande maigre

Plus en détail

Tableau des valeurs normales (en vigueur en janvier 2013)

Tableau des valeurs normales (en vigueur en janvier 2013) Tableau des valeurs normales (en vigueur en janvier 2013) Remarque : Les valeurs et les unités de mesure figurant dans les tableaux suivants proviennent de sources diverses. Or, il existe des différences

Plus en détail

Professeur Patrick LEVY

Professeur Patrick LEVY Physiologie Chapitre 2 : Débit Sanguin Rénal et Filtration Glomérulaire Professeur Patrick LEVY MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous droits réservés. Anatomie fonctionnelle

Plus en détail

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé MEH CHERIFI,M ARAB ; A RAMDANI, F ALIBDESSAMED, Z GUECHI 21ème Congrès National de Médecine Interne. Tlemcen 15, 16 et 17 mai Introduction I PM : 168

Plus en détail

Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique

Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique Dominique Chauveau Néphrologie et Immunologie Clinique CHU Rangueil, Toulouse Centre de Compétences «Maladies auto immunes» de Midi Pyrénées

Plus en détail

L ALIMENTATION LE GR AND LIVRE DE. Dr Laurence PLUMEY. Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation. Bien se nourrir à tout âge de la vie

L ALIMENTATION LE GR AND LIVRE DE. Dr Laurence PLUMEY. Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation. Bien se nourrir à tout âge de la vie Dr Laurence PLUMEY LE GR AND LIVRE DE L ALIMENTATION Connaître les aliments Bien se nourrir à tout âge de la vie, 2014 ISBN : 978-2-212-55740-4 Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation Table des

Plus en détail

Solutions tampons de ph (2 ème partie)

Solutions tampons de ph (2 ème partie) Résumé (1 ère partie) Solution tampon de ph = Solution aqueuse constituée d un mélange d un acide faible + sa base conjuguée (ou l inverse) ܝܙ ܛ ܕܚܗ ܕܚܗ ܗܔ ۹ ܘ ۶ ܘ l ajout de petites quantités d acide

Plus en détail

Les vitamines. Définition. Classification et fonction

Les vitamines. Définition. Classification et fonction Les vitamines Définition Les vitamines sont des nutriments organiques essentiels qui, contrairement à d autres nutriments (glucides, lipides, protéines), n apportent ni énergie ni éléments de croissance.

Plus en détail

ARTHROPATHIES MICRO-CRISTALLINES

ARTHROPATHIES MICRO-CRISTALLINES ARTHROPATHIES MICRO-CRISTALLINES (260) Pr. J.L. KUNTZ OBJECTIFS 1 Connaître les mécanismes aboutissant à une hyperuricémie 2 Décrire la crise de goutte 3 Décrire les signes de la goutte chronique 4 Connaître

Plus en détail

Par Catherine Gandelin

Par Catherine Gandelin MARQUEURS OSSEUX INTRODUCTION Par Catherine Gandelin L'os est soumis à un renouvellement physiologique permanent grâce aux activités des ostéoblastes et des ostéoclastes. Le remodelage osseux est ainsi

Plus en détail

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Physiologie de la sécrétion pancréatique Métabolisme de l'alcool Sémiologie des douleurs pancréatiques Résumé

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia PRISE EN CHARGE D UN ICTERE A Brams, Viscéralis, Synergia F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia CAS CLINIQUE Monsieur X, âgé de 69 ans, vous consulte pour un ictère associé à une altération de

Plus en détail

:: Phénylcétonurie PROBLEMATIQUES EN URGENCE RECOMMANDATIONS EN URGENCE ORIENTATION PRECAUTIONS MEDICAMENTEUSES (INTERACTIONS POSSIBLES,

:: Phénylcétonurie PROBLEMATIQUES EN URGENCE RECOMMANDATIONS EN URGENCE ORIENTATION PRECAUTIONS MEDICAMENTEUSES (INTERACTIONS POSSIBLES, :: Synonymes : PCU Définition : La phénylcétonurie (PCU) est une maladie génétique liée à un déficit en phénylalanine hydroxylase (PAH) qui permet la transformation de la phénylalanine (Phe) en tyrosine

Plus en détail

DÉSORDRES DE L ÉQUILIBRE ACIDE-BASE

DÉSORDRES DE L ÉQUILIBRE ACIDE-BASE CHAPITRE 5 DÉSORDRES DE L ÉQUILIBRE ACIDE-BASE OBJECTIFS Acidoses Savoir définir l acidose, son caractère métabolique ou ventilatoire, et son caractère isolé ou mixte, aigu ou chronique. Savoir conduire

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2012 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

NUTRITION et pratique sportive. Docteur L Holzapfel Centre Hospitalier 01012 - Bourg en Bresse

NUTRITION et pratique sportive. Docteur L Holzapfel Centre Hospitalier 01012 - Bourg en Bresse NUTRITION et pratique sportive Docteur L Holzapfel Centre Hospitalier 01012 - Bourg en Bresse L alimentation glucides lipides protides Vitamines, minéraux et eau Glucides Élément de base : glucose Glycogène

Plus en détail

Sémiologie digestive. Dr ABED

Sémiologie digestive. Dr ABED Sémiologie digestive Dr ABED Troubles du transit Transit normal La durée normal : variable, durée moyenne 24 heures Nombre : Les selles normales sont émises 1 à 2 fois par jours Aspect : homogène et moulée

Plus en détail

DEBIT SANGUIN RENAL ET FILTRATION GLOMERULAIRE

DEBIT SANGUIN RENAL ET FILTRATION GLOMERULAIRE Uro-Néphrologie : cours numéro 1 Professeur MERCADIER Jeudi 13 novembre à 8h30 Ronéotypeur : WOJCIESZKO Vincent DEBIT SANGUIN RENAL ET FILTRATION GLOMERULAIRE PLAN 1- Principales fonctions des reins...

Plus en détail

Evaluation de l exposition tabagique chez un groupe de «fumeurs actifs» et un groupe de «fumeurs passifs».

Evaluation de l exposition tabagique chez un groupe de «fumeurs actifs» et un groupe de «fumeurs passifs». Evaluation de l exposition tabagique chez un groupe de «fumeurs actifs» et un groupe de «fumeurs passifs». Dosage de la nicotine et de la cotinine urinaires par chromatographie liquide haute performance

Plus en détail

Réabsorption et sécrétion tubulaires

Réabsorption et sécrétion tubulaires UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 6 : Réabsorption et sécrétion tubulaires Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. La

Plus en détail

Informations et conseils

Informations et conseils MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Informations et conseils www.nephronaute.org Carte Néphronaute Mieux vivre avec une insuffisance rénale Nephronaute Card Coping better with renal failure

Plus en détail

ANNEXE III. Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice

ANNEXE III. Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice ANNEXE III Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice 20 RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT Ce médicament fait l objet

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

SYMPTOMATOLOGIE DES URINES

SYMPTOMATOLOGIE DES URINES SYMPTOMATOLOGIE DES URINES OBJECTIFS SPECIFIQUES : A la fin du cours les étudiants de l année commun (infirmier ou sage femme) devront être capable de : 1- Décrire la physiologie de système urinaire 2-

Plus en détail

Marqueurs de l atteinte rénale, classification de l IRC, conduite à tenir devant une ascension de la créatininémie

Marqueurs de l atteinte rénale, classification de l IRC, conduite à tenir devant une ascension de la créatininémie Marqueurs de l atteinte rénale, classification de l IRC, conduite à tenir devant une ascension de la créatininémie Dr Marc Bauwens Service de néphrologiehémodialysetransplantation rénale CHU Poitiers DIU

Plus en détail

PREVENTION DU PERSONNEL EXPOSE AUX CYTOSTATIQUES A PARTIR D'UN "ETAT DES LIEUX" AUX CENTRES HOSPITALIERS DE DAX ET DE BAYONNE

PREVENTION DU PERSONNEL EXPOSE AUX CYTOSTATIQUES A PARTIR D'UN ETAT DES LIEUX AUX CENTRES HOSPITALIERS DE DAX ET DE BAYONNE PREVENTION DU PERSONNEL EXPOSE AUX CYTOSTATIQUES A PARTIR D'UN "ETAT DES LIEUX" AUX CENTRES HOSPITALIERS DE DAX ET DE BAYONNE APRES UN "ETAT DES LIEUX" DES SERVICES OU SONT MANIPULES LES CYTOSTATIQUES

Plus en détail

EFFETS TAMPONS RÉGULATION DU ph

EFFETS TAMPONS RÉGULATION DU ph EFFETS TAMPONS RÉGULATION DU ph Pr Dominique Prié Université itéparis Descartes, Faculté ltéde Médecine PCEM1 Cours 2011 Email: dominique.prie@inserm.fr DÉFINITION DU ph ph= log 10 (H + ) Le ph d une solution

Plus en détail

Actualisations récentes

Actualisations récentes Consensus de Prise en Charge des Infections Urinaires Communautaires SPILF 2014-15 Intérêts et Limites, pour quels Résultats? Dr Stéphane CHADAPAUD CH de Hyères Actualisations récentes IU C : Actualisation

Plus en détail

ALIMENTATION DU CHEVAL ATHLETE

ALIMENTATION DU CHEVAL ATHLETE MERIAL ANGERS 2001 ALIMENTATION DU CHEVAL ATHLETE Philippe BENOIT Clinique Equine 78610 LES BREVIAIRES DU POULAIN AU CHEVAL ATHLETE Caractèristiques du cheval athlète. Sujets à des efforts variés. Court

Plus en détail

Anémie par carence en fer

Anémie par carence en fer Anémie par carence en fer Avec des images et des données de J Berger, IRD, Hanoi IFMT-MS.Anémies.déc.2005 1 Les 3 grandes causes d anémie 1. carence en fer (iron defiviency anemia ou IDA) représente 50%

Plus en détail

CHIMIE-RESUME DE LA DEUXIEME PARTIE DEUXIEME PARTIE ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES

CHIMIE-RESUME DE LA DEUXIEME PARTIE DEUXIEME PARTIE ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES DEUXIEME PARTIE ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES CHAPITRE 4 - ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES Rappels [H 3 O + ] = 10 -ph ou ph = - log [H 3 O + ] (Le ph d une solution dépend

Plus en détail

j ournée à l hypothyroïdie subclinique Depuis la venue sur le marché de techniques traiter ou ne pas traiter? d endocrinologie

j ournée à l hypothyroïdie subclinique Depuis la venue sur le marché de techniques traiter ou ne pas traiter? d endocrinologie j ournée d endocrinologie L hypothyroïdie subclinique : traiter ou ne pas traiter? Andrée Boucher, MD, FRCPC Présenté par la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, dans le cadre de la conférence

Plus en détail

Les gaz du sang ou l analyse de l état acido-basique

Les gaz du sang ou l analyse de l état acido-basique Les gaz du sang ou l analyse de l état acido-basique Juin 2010 P. GOSSELIN Normes des gaz du sang SIGNE VARIATIONS NORMALES INTERPRÉTATION phsanguin 7,35 7,45 < 7,35 (acidose) > 7, 45 (alcalose) phurinaire

Plus en détail

[E1-2004S] EXERCICE N 1 (40 pts): Les questions 3 et 4 peuvent être traitées indépendamment des q. 1 et 2.

[E1-2004S] EXERCICE N 1 (40 pts): Les questions 3 et 4 peuvent être traitées indépendamment des q. 1 et 2. [E1-004S] EXERCICE N 1 (40 pts): Les questions 3 et 4 peuvent être traitées indépendamment des q. 1 et. QUESTION N 1 : On sait que la pharmacocinétique d un médicament A répond à un modèle monocompartimental.

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PLAN : 34 diapositives ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES DEFINITION OBJECTIFS LA PREVENTION PRIMAIRE: 2 diapositives(6 étapes essentielles) LE

Plus en détail

Pharmacocinétique et Suivi Thérapeutique Pharmacologique des ATB

Pharmacocinétique et Suivi Thérapeutique Pharmacologique des ATB Pharmacocinétique et Suivi Thérapeutique Pharmacologique des ATB DIU Le 14 Janvier 2010 O. Tribut, Laboratoire de Pharmacologie PK betalactamines DCI Spécialités demi vie liaison Benzylpénicilline Pénicilline

Plus en détail

Le modèle de Stewart. Benjamin Honton DESC Réanimation R. médicalem Décembre 2007. Agen

Le modèle de Stewart. Benjamin Honton DESC Réanimation R. médicalem Décembre 2007. Agen Le modèle de Stewart Benjamin Honton DESC Réanimation R médicalem Décembre 2007. Agen Données élementaires Anions = Acides: Donneur de H+ Cations = Basiques: Accepteur de H+ Acide faible: Composé à libération

Plus en détail