Spectroscopie d Impédance Sommaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Spectroscopie d Impédance Sommaire"

Transcription

1 1 Spectroscopie d Impédance Sommaire 1 Introduction Histoire Définition Avantages et limitations Les différentes représentations, les immittances (Z, Y, C *, *, M) Changer la représentation La résistance R La capacitance C La combinaison s(r, C) La combinaison p(r, C) La combinaison s(p(r, C), p(r, C)) Principe général des spectres de combinaisons série/parallèle Temps de relaxation Modèle de Debye Spectres Relation de dispersion de Debye (1929) Distribution des temps de relaxation Impédances électrochimiques... 34

2 2 5.1 Impédance de Warburg Migration dans l électrolyte et diffusion à l électrode L impédance CPE (Constant Phase Element) Techniques de mesure Ponts d impédance Impédancemètre (Frequency Response Analyser) Influences des câbles et des connections Optimisation Applications Medical impedance tomography Battery Corrosion Materials and Ceramics Electrochimie aqueuse Conduction mixte «ionique/électronique»... 55

3 3 1 Introduction 1.1 Histoire Oliver Heaviside Maxwell's formulation of electromagnetism consisted of 20 equations in 20 variables. Heaviside employed the curl and divergence operators of the vector calculus to reformulate these 20 equations into four equations in four variables (B, E, J, and ρ), the form by which they have been known ever since. He invented the Heaviside step function and employed it to model the current in an electric circuit. He invented the operator method for solving linear differential equations. Arthur Edwin Kennelly In 1893, during his research in electrical engineering, he presented a paper on "Impedance" to the American Institute of Electrical Engineers (AIEE). He researched the use of complex numbers as applied to Ohm's Law in alternating current circuit theory. Kenneth Stewart Cole He was an American biophysicist described by his peers as "a pioneer in the application of physical science to biology".

4 4 Peter Joseph William Debye ( ) Sa première contribution scientifique majeure concerne l'application du concept de moment dipolaire à la distribution de charge électrique dans des molécules asymétriques en 1912, pour laquelle il développe des équations liant le moment dipolaire à la température, la constante diélectrique, la relaxation de Debye, etc. Les moments dipolaires de molécules sont mesurés en Debye, une unité baptisée en son honneur. Ross Macdonald was editor, and a major contributor to the book, Impedance Spectroscopy-Emphasizing Solid Materials and Systems, John Wiley, 1987, the first book in this field. He has recently co-edited the second edition of the book, Impedance Spectroscopy - Theory, Experiment, and Applications.

5 Mark Twain --There are three kinds of lies: lies, damned lies and statistics 5

6 Nombre de publications parues par année Impedance S. Infrared S. Raman S Conducteurs ioniques, électroniques Diélectriques Batteries Corrosion Monitoring en biologie Capteurs

7 7 0.7 Part cumulée (année de réfèrence: 2000) Impedance S. Infrared S. Raman S

8 8 1.2 Définition La spectroscopie d impédance (S) est un terme qui recouvre les techniques de mesure de la réponse électrique linéaire d un matériau donné (y compris les phénomènes d électrode) et d analyse de cette réponse pour produire des informations sur les propriétés physico-chimiques du système étudié. Les méthodes utilisées peuvent être classées en 3 principaux groupes suivant le type d excitation électrique utilisée : - (1) Marche ou rampe de potentiel - (2) Bruit blanc (3) Tension alternative sinusoïdale autres, par exemple: (1+3)=AC polarographie Une tension sinusoïdale v(t) = V m cos( t) est appliquée à 0.5 une cellule (= électrodes + matériau). Il en résulte un 0.02 courant i(t) = I m cos( t - ) avec I m =I m ( ) et = ( ). 0 0 La pulsation est : =2.pi.fréquence. i(t) v(t) La grandeur. est une fonction du temps, qui par exemple prend une valeur -1.5 infinie lorsque le courant i(t)=

9 9 L étude des courbes de Lissajous pour lesquelles on représente, avec un oscilloscope, la tension v(t) sur un axe horizontal et i(t) sur un axe vertical, permet de déterminer le rapport et le déphasage. Linéarité : Les électrolytes liquides, les solides et tout particulièrement les interfaces qu ils contiennent, exhibent des propriétés fortement non-linéaires. L'amplitude de la tension excitatrice doit donc suffisamment faible pour que le système puisse être considéré comme linéaire. Dans ce domaine, l impédance est indépendante de l amplitude V m.

10 On associe à la tension v(t) = V m cos( t), le nombre complexe :., et au courant i(t) = I m cos( t - ) le nombre :... On définit l impédance comme le nombre complexe :., de module 10 et d argument ( ). L impédance Z correspond dans le plan complexe à un vecteur de longueur Z et faisant un angle avec l axe des réels. Elle contient 2 informations, d'abord le rapport de la tension maximale par l'intensité maximale, puis le déphasage existant entre tension et courant instantanés. Ces 2 grandeurs dépendent en général de la fréquence.. :. Z i Imaginaires Z Z Z r Réels

11 Admitance 11

12 12

13 13

14

15 Avantages et limitations La Spectroscopie d Impédance (SI) est devenue un outil populaire dans la recherche parceque sa mise en œuvre peut facilement être automatisée et parceque ses résultats peuvent souvent être corrélés avec des variables ou des processus physico-chimiques tels que : transport de masse, vitesse de réaction, corrosion, propriétés diélectriques, défauts, microstrucute, influence de la composition, mobilité et concentration des espèces mobiles, Les désavantages de la SI sont principalement dus aux ambigüités lors de l interprétation : - Tous les systèmes réels possèdent une extension dans l espace et leurs propriétés peuvent aussi être distribuées dans l espace. Dans ces conditions, un Circuit Equivalent constitué d un nombre fini d éléments idéaux (R, L, C) peut-être inadapté pour modéliser la réponse du système étudié. - Il y a un autre problème avec l analyse par CE. En effet un circuit équivalent comprenant 3 ou plus éléments peut être réarrangé de multiple façons avec des valeurs différentes pour les éléments et toujours posséder la même impédance. Un CE n est pas unique.. 1 R 1 R 2 R x Z i Z n R y 1.

16 16 2 Les différentes représentations, les immittances (Z, Y, C *, *, M) Dans le domaine du traitement du signal, les données sont souvent représentées sous la forme de 2 courbes: log log log, dites diagramme de Bode. Dans les sciences des matériaux la représentation dans le plan complexe:, courbe appelée spectre d impédance (mais aussi diagramme de Nyquist par les automaticiens), s est révélée extrêmement fructueuse car elle permet souvent une identification visuelle aisée des éléments électrique équivalents à la cellule mesurée. D autre part, bien que ce soit l impédance qui soit usuellement mesurée, il peut être utile de procéder à des changements de variables permettant de mettre en exergue ces éléments.

17 Changer la représentation Changement d échelle R=10 1 Ω C=10-9 F R=10 3 Ω C=10-8 F s(p(r, C), p(r,c)). Zr = f(-zi) -imag(z) imag(z) real(z)

18 18 Dans une autre représentation (ici modulus), les 2 relaxations sont visibles : x Mr = f(mi) 4 3 imag(m) real(m) x 10 8

19 19 Exemple : représentation Z représentation Y : 1 1 A partir de l impédance, on définit, les immittances suivantes : 1, employée pour les systèmes conducteurs, et la permittivité diélectrique 0 0, employées pour les systèmes isolants. = capacitance de la cellule à vide, c'est à dire sans le diélectrique d un condensateur dont les armatures ont une aire A et sont séparées d une distance e. La constante diélectrique du vide est Noter que nous ajoutons un astérix pour C*, afin de préciser qu'il s'agit d une grandeur complexe à ne pas confondre avec le symbole d une capacité, le modulus qui met en avant les processus de «cœur» au détriment des processus d électrode.

20 Pour chacune de ces immittances, la représentation de sa partie imaginaire en fonction de sa partie réelle constitue un spectre d impédance, d admittance, de capacitance, de modulus. Accés aux propriétés intrinsèques ( facteur géomètrique) Résistivité : 20 Constante diélectrique : Z=comb(R, C, ) C*

21 La résistance R Son impédance est indépendante de la fréquence Z=R, son spectre d Z se réduit à un point sur l axe des réels. Sa capacitance (complexe) est est purement imaginaire et son spectre est une demi-droite verticale négative et passant par l origine.. Zr = f(-zi) -imag(z) real(z) imag(c) x Cr = f(-ci) real(c) x 10-3

22 La capacitance C Son impédance est représentations réciproques :. Ce qui était observé pour la résistance se retrouve dans les spectres mais dans les x Zr = f(-zi) 5 x Cr = f(-ci) -imag(z) imag(c) real(z) x real(c) x 10-9

23 La combinaison s(r, C) L impédance d un dipôle série s(r, C) est. On a donc dans Z une demi-droite ayant son origine sur l axe des réels en Z r =R, le spectre est celui d une capacitance mais décalé le long de l axe des réels d une quantité R. Un calcul élémentaire montre que le spectre C est un demi-cercle passant par l origine. Aux basses fréquences, la courbe rejoint l axe des réels en la valeur de la capacitance C=10-9 F (ici), alors qu aux hautes fréquences, et on retrouve le spectre C de la résistance avec une asymptote verticale vers l origine du plan complexe Zr = f(-zi) x Cr = f(-ci) -imag(z) real(z) -imag(c) real(c) x 10-10

24 La combinaison p(r, C) Le dipôle p(r, C) ayant ses éléments en parallèles, on calcule d abord l admittance, puis l impédance : Et on vérifie que qui est l équation d un cercle de rayon R/2. Le sommet du demi-cercle correspond à 400 -imag(z) real(z) 0

25 La combinaison s(p(r, C), p(r, C)) Les valeurs utilisées pour cette simulation étaient : R 1 = 10 3 // C 1 = 10-9 F R 2 = // C 2 = F -imag(z) real(z) 0

26 2.7 Principe général des spectres de combinaisons série/parallèle Les spectres sont des courbes dans le plan complexe paramétrées par la pulsation. Si dans une combinaison, les impédances ont des temps de relaxation différents, les spectres mettent en évidence la contribution de chacune de ces impédances : 26 Combinaison série : Z 1 Z 2 Z = Z 1 + Z 2 Combinaison parallèle : Z 1 Z Z 1 Z Pour les limites : fréquence ( ou 0) on a Z Z R, Z C, Z L ou Z CPE.

27 27 3 Temps de relaxation Lorsque qu on impose à un isolant, un échelon de potentiel électrique, la polarisation P(t) qui en résulte peut-être estimée en faisant l hypothèse qu elle s approche de sa valeur d équilibre P equi à une vitesse proportionnelle à la distance qui la sépare encore de P equi : L inverse de la constante de proportionnalité a les dimensions d un temps qu on nomme «de relaxation» et qu on note le plus souvent. Pour un circuit électrique s(r, C) on trouve =RC. E E K C u c u R R i

28 La vitesse à laquelle une région polarisée change lorsque le champ électrique appliqué est inversé, est caractéristique de la région concernée : lente pour les réactions électrochimiques se déroulant aux électrodes, plus rapide aux joints de grains des céramiques, très rapides dans le cœur des échantillons. Les temps de relaxation seront donc différents ce qui permettra de distinguer leur contribution respective à la conductivité mesurée en fonction de la fréquence. 28

29 29 4 Modèle de Debye E K C 0 = 0 S L Cellule sans dipôles E K C d = d 0 S L Cellule avec dipôles R d E K Cellule avec charges libres R c

30 Spectres L examen sans apriori des spectres donnerait: Spectre Z s(p(r, C), C) Spectre C p(s(r, C), C) Les 2 circuits sont équivalents mais avec des valeurs différentes ambigüité! x Cr = f(-ci) -imag(z). Zr = f(-zi) x real(z) x Zr = f(-zi) real(z) -imag(c) real(c) x 10-9 C 0 C 0 +C d

31 Relation de dispersion de Debye (1929) La capacitance complexe du modèle de Debye p(c, s(r, C)) peut s exprimer par : 1 En réalité, très peu de systèmes obéissent à la relation de Debye avec précision. On trouve souvent dans la littérature, tout particulièrement celle concernant les matériaux désordonnés comme les verres et les films minces amorphes, de fortes déviations au modèle de Debye. Des fonctions de relaxation, parfois empiriques ont étés proposées et sont souvent interprétées en termes de distribution des temps de relaxation.

32 Distribution des temps de relaxation En faisant l hypothèse de processus linéaires du type s(r, C), le principe de superposition permet de généraliser la fonction diélectrique de Debye : 1 Où G( ) représente une distribution de temps de relaxation. Elle doit être normalisée : 1 W. van Weperen and al., Phys. Rev. B16, (1977) J. R. MacDonald et M. K. Brachman, Rev. Mod. Phys., 28, (1956) D. W. Davidson et R. H. Cole, J. Chem. Phys., 19, (1951) K. S. Cole et R. H. Cole, J. Chem. Phys., 9, (1941)

33 33 L une des distributions les plus utilisée est celle proposée par Cole et Cole (1941) : C 0 1 L élément CPE (Constant Phase Element) ayant pour admittance et impédance: C d CPE Les spectres ci-contre ont, de haut en bas, le paramètre : = 0 (Debye) = 0.1 = 0.2 -imag(c) x Cr = f(-ci) (Davidson-Cole 1951) arcs dissymétriques real(c) x 10-10

34 5 Impédances électrochimiques Dans un électrolyte, les particules chargées peuvent se déplacer sous l action du champ électrique, on parle alors de migration et/ou sous l action de gradients de concentration : la diffusion. Les gradients de concentration proviennent de la consommation ou de la production d un réactif à la surface d une électrode où se déroule une réaction de transfert de charge d un ion. 34 Le courant traversant la cellule, et donc l impédance mesurée, dépend alors non seulement des gradients de potentiel électrique mais aussi des gradients de concentration. Les expressions des impédances sont obtenues à partir des lois de la diffusion (lois de Fick ) et des conditions aux limites.

35 Impédance de Warburg Une impédance de Warburg apparaît lorsque le porteur de charge diffuse à travers un matériau. Plus la fréquence du champ électrique est basse, plus la diffusion s étend vers l intérieur de l électrolyte. Si l échantillon est suffisamment épais pour que les plus basses fréquences appliquées ne puissent pénètrer tout l échantillon, on a affaire à la diffusion dite semi-infinie. -imag(z) x Zr = f(-zi) = / real(z) x 10 8

36 Si l échantillon est suffisamment fin ou qu il existe une source idéale de réactif à la distance finie L de l électrode, les basses fréquences peuvent pénètrer toute son épaisseur et une impédance de warburg à couche de diffusion finie en découle. Suivant la nature passante/bloquante de l électrode vis à vis de l espèce chargée, on a un comportement capacitif ou résistif aux basses fréquences. 36

37 37 L impédance de Warbug possède pour analogue celle d un câble co-axial semi-infini : L L L 0 Les impédances de Warburg à couche diffuse finies voient leur analogue électrique fermé sur une résistance ou simplement ouverte.

38 5.2 Migration dans l électrolyte et diffusion à l électrode 38

39 39 6 L impédance CPE (Constant Phase Element) Son admittance :. Elle est très populaire dans le «fitting» des spectres car elle permet de prendre en compte les écarts à l idéalité. On a 1, 0.5, 1 0 é, 1 1, 1 Autres valeurs pour?

40 40 Electrodes Fractales (rugueuses) Malheureusement des expériences sur des électrodes rugueuses, n ont pas montré de relations entre la microstructure (dimension fractale) et les résultats de SI. Mismatch and relaxation of the ions hopping Concept of mismatch and relaxation derived from conductivity spectra of solid electrolytes K. Funke, D. Wilmer, Solid State Ionics (2000) Cependant ce modèle n explique pas qu on trouve des comportement CPE aussi bien sur des systèmes électroniques, ioniques, moléculaires ou mêmes constitués de clusters.

41 41 Matériaux désordonnés, réseaux aléatoires Solid State Ionics 126 (1999) An evaluation of random R-C networks for modelling the bulk ac electrical response of ionic conductors B. Vainas, D.P. Almond, J. Luo, R. Stevens é

42 42 7 Techniques de mesure 7.1 Ponts d impédance

43 Impédancemètre (Frequency Response Analyser) Le signal de sortie prélevé aux bornes de R m contient des harmoniques dus à la non-linéarité de l échantillon et du bruit : _ cos Les multiplicateurs et intégrateurs réalisent : cos 1 1 cos sin Avec 2. On montre que les contributions des harmoniques et du bruit 0.

44 7.3 Influences des câbles et des connections 44

45 Mesures à 4 ou 5 terminaisons Méthodes court-circuit/circuit ouvert Autres méthodes décrites dans les notices ou dans la littérature 45

46 46

47 8 Optimisation 47

48 48

49 49 9 Applications 9.1 Medical impedance tomography Medical impedance tomography and process impedance tomography: a brief review, Brian H Brown, MEASUREMENT SCIENCE AND TECHNOLOGY, 2001.

50 Battery Diagnosis of Electrochemical Impedance Spectroscopy in Lithium-Ion Batteries, Quan-Chao Zhuang, Diagnosis_of_electrochemical_impedance_ spectroscopy_in_lithium_ion_batteries.pdf SoH == State of health Les batteries sont artificiellement vieillies en étant stokées à 60 C

51 Corrosion (b) Equivalent electrical circuit for the corrosion behavior of the polymer coated metal. (c) Relationship between circuit model, physical coating and corrosion properties. Progress in Organic Coatings, Volume 74, Issue 1, May 2012, Pages 92 99

52 Materials and Ceramics Impedance spectroscopy, Theory, experiment, and Applications, E. Barsoukov and J. R. Macdonald (ed.), Wiley- Interscience

53 53

54 Electrochimie aqueuse Dans le domaine 20 Hz-20 khz, la cinétique de transfert de charge est plus lente que la diffusion des ions dans la solution. La résistance de transfert dépend de la concentration des ions et permet de calculer la constante de vitesse de réaction d oxydoréduction k en mesurant R 2 pour différentes concentrations. On remarquera aux basses fréquences la naissance d une partie linéaire inclinée à 45 et correspondant à une impédance de Warburg (voir #5)

55 Conduction mixte «ionique/électronique» Pb 1 x/2 [(Zr Ti ) 1 x Nb x ]O 3 (x=0.0075) Comprendre la dégradation des ferro et piezzo matériaux due aux lacunes d oxygène Mixed conduction and chemical diffusion in a Pb Zr0.53,Ti0.47 O3 buried capacitor structure Niall J. Donnellya_ and Clive A. Randall APPLIED PHYSICS LETTERS 96, _2010_

56 FIN 56

Méthodes de Caractérisation des Matériaux. Cours, annales http://www.u-picardie.fr/~dellis/

Méthodes de Caractérisation des Matériaux. Cours, annales http://www.u-picardie.fr/~dellis/ Méthodes de Caractérisation des Matériaux Cours, annales http://www.u-picardie.fr/~dellis/ 1. Symboles standards et grandeurs électriques 3 2. Le courant électrique 4 3. La résistance électrique 4 4. Le

Plus en détail

ANALYSE DES MATERIAUX PAR SPECTROSCOPIE D IMPEDANCE APPLICATION AU VERRE BOROSILICATE

ANALYSE DES MATERIAUX PAR SPECTROSCOPIE D IMPEDANCE APPLICATION AU VERRE BOROSILICATE ANALYSE DES MATERIAUX PAR SPECTROSCOPIE D IMPEDANCE APPLICATION AU VERRE BOROSILICATE F.HAMOU Prof N.ZEKRI Laboratoire d Etude Physique des Matériaux (LEPM) Département de physique Faculté des sciences

Plus en détail

Cours d électrocinétique EC4-Régime sinusoïdal

Cours d électrocinétique EC4-Régime sinusoïdal Cours d électrocinétique EC4-Régime sinusoïdal 1 Introduction Dans les premiers chapitres d électrocinétique, nous avons travaillé sur les régimes transitoires des circuits comportant conducteur ohmique,

Plus en détail

Série 7 : circuits en R.S.F.

Série 7 : circuits en R.S.F. Série 7 : circuits en R.S.F. 1 Documents du chapitre Action d un circuit du 1er ordre sur un échelon de tension et sur une entrée sinusoïdale : Déphasage de grandeurs sinusoïdales et représentation de

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Cours d électricité. Dipôles simples en régime alternatif. Mathieu Bardoux. 1 re année: 2011-2012

Cours d électricité. Dipôles simples en régime alternatif. Mathieu Bardoux. 1 re année: 2011-2012 Cours d électricité Dipôles simples en régime alternatif Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année: 2011-2012 Plan du

Plus en détail

Expériences avec un oscilloscope numérique

Expériences avec un oscilloscope numérique Expériences avec un oscilloscope numérique Pratiques Expériences Certaines figures et textes sont tirés de l excellent DICTIONNAIRE de PHYSIQUE EXPERIMENTALE, tome4, L électricité, Jean-Marie Donnini,

Plus en détail

Cours d électricité. Étude des régimes alternatifs. Mathieu Bardoux. 1 re année. IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie

Cours d électricité. Étude des régimes alternatifs. Mathieu Bardoux. 1 re année. IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie Cours d électricité Étude des régimes alternatifs Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Plan du chapitre s sur les

Plus en détail

Master 1 Physique----Université de Cergy-Pontoise. Effet Kerr EFFET KERR. B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN

Master 1 Physique----Université de Cergy-Pontoise. Effet Kerr EFFET KERR. B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN EFFET KERR B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN 1 I-Théorie de l effet Kerr L effet Kerr (1875) est un phénomène électro-optique de biréfringence artificielle. Certains milieux, ordinairement non-biréfringents,

Plus en détail

Quelques points de traitement du signal

Quelques points de traitement du signal Quelques points de traitement du signal Introduction: de la mesure au traitement Source(s) BRUIT BRUIT Système d acquisition Amplitude (Pa) Temps (s) Amplitude (Pa) Mesure Opérations mathématiques appliquées

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA UE3-1 : Physique Chapitre 4 : Les ondes Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. IV- Les ondes Finalité du chapitre Pour

Plus en détail

1 Description de la maquette C 591 SUJET C 590 SIMULATION ÉLECTRONIQUE D UNE MESURE DE PUISSANCE. 1.1 Schéma général. Concours Centrale-Supélec

1 Description de la maquette C 591 SUJET C 590 SIMULATION ÉLECTRONIQUE D UNE MESURE DE PUISSANCE. 1.1 Schéma général. Concours Centrale-Supélec Exemple de sujet de travaux pratiques de physique proposé au concours Centrale- Supélec. La colonne de gauche donne le texte tel qu il est soumis au candidat. En regard, à droite, figurent les savoir-faire

Plus en détail

ÉLECTRICITÉ 1/5. En rotation : W = M.q. M = F.r. P = W t. eo. Q S W = VAB. Q VA - VB AB. I = Q t W = U. Q. P = U. I I : intensité ( ampère )

ÉLECTRICITÉ 1/5. En rotation : W = M.q. M = F.r. P = W t. eo. Q S W = VAB. Q VA - VB AB. I = Q t W = U. Q. P = U. I I : intensité ( ampère ) ÉLECTRICITÉ / Travail ( W ) en joule En translation : W = F.d Puissance mécanique ( P ) en watt Champ électrique uniforme ( e ) en volt/mètre Travail de la force électrique ( W ) en joule Champ et potentiel

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

I- SITUATION PROBLEME

I- SITUATION PROBLEME I- SITUATION PROLEME 1-Le flash classique d un appareil photo. Le flash augmente la luminosité pendant un court instant au moment où "l'obturateur" de l appareil photo s'ouvre. Le flash est alimentée par

Plus en détail

Gestion de l énergie sur le réseau de transport d électricité

Gestion de l énergie sur le réseau de transport d électricité Gestion de l énergie sur le réseau de transport d électricité Cette série d exercices aborde plusieurs aspects des problèmes liés au transport et à la gestion de l énergie électrique. Ces exercices indépendants

Plus en détail

1 Introduction. CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF

1 Introduction. CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF PHYSQ 126: Circuits RLC 1 CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF 1 Introduction. Le but de cette expérience est d introduire le concept de courant alternatif (en anglais, Alternating Current ou AC) et d étudier

Plus en détail

Z-SCOPE V5. ANALYSEUR D IMPEDANCE SUR PORT USB destiné au contrôle non destructif

Z-SCOPE V5. ANALYSEUR D IMPEDANCE SUR PORT USB destiné au contrôle non destructif Z-SCOPE V5 ANALYSEUR D IMPEDANCE SUR PORT USB destiné au contrôle non destructif Fonctionnalités Générateur d un signal d excitation sinusoïdal de fréquence variable jusqu à 100 khz Mesure d un signal

Plus en détail

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere Module d Electricité 2 ème partie : Electrostatique Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere 1 Introduction Principaux constituants de la matière : - protons : charge

Plus en détail

TP n o 1 Électrostatique : mesure d un potentiel et d une capacité

TP n o 1 Électrostatique : mesure d un potentiel et d une capacité TP n o 1 Électrostatique : mesure d un potentiel et d une capacité PREPARATION (à rédiger avant de venir en TP) Il s agit de trouver une méthode pour mesurer la capacité C d un condensateur, en étudiant

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Chapitre 10 : Condensateur et circuit RC I. Notions de base en électricité : a) Courant électrique

Plus en détail

L oscilloscope Cathodique

L oscilloscope Cathodique Modèle de compte-rendu de TP L oscilloscope Cathodique Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement en temps que compte-rendu

Plus en détail

1 Grandeurs sinusoïdales

1 Grandeurs sinusoïdales 1 Grandeurs sinusoïdales Dans un circuit fonctionnant en régime sinusoïdal, tous les courants et toutes les tensions dans le circuit sont sinusoïdaux, de même pulsation que la source d alimentation. 1.1

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

Electrotechnique triphasé. Chapitre 11

Electrotechnique triphasé. Chapitre 11 Electrotechnique triphasé Chapitre 11 CADEV n 102 679 Denis Schneider, 2007 Table des matières 11.1 GÉNÉRALITÉS... 2 11.1 1 DÉFINITION TENSIONS TRIPHASÉES... 2 11.1.2 COURANTS TRIPHASÉS... 2 11.1.3 AVANTAGE

Plus en détail

Prospection Géophysique : Méthode Electromagnétique

Prospection Géophysique : Méthode Electromagnétique Prospection Géophysique : Méthode Electromagnétique Romain Brossier romain.brossier@ujf-grenoble.fr ISTerre, Université Joseph Fourier Grenoble L3P PPRS 2013-2014 R. Brossier (ISTerre, UJF) Méthode EM

Plus en détail

Le GBF Générateur basse fréquence

Le GBF Générateur basse fréquence Le GBF Générateur basse fréquence Il génère des signaux alternatifs ( carré, sinusoïdale et triangulaire ) en sa sortie ( output- 50 ) Pour chaque signal, on peut modifier : l amplitude ( en agissant sur

Plus en détail

Propagation d ondes. Chapitre 1. 1.1 Ligne de transmission. 1.1.1 Types de lignes de transmission

Propagation d ondes. Chapitre 1. 1.1 Ligne de transmission. 1.1.1 Types de lignes de transmission Chapitre 1 Propagation d ondes Ce premier chapitre permet de réviser les concepts de base de la propagation d ondes. On verra en détails les concepts de ligne de transmission, un concept fondamental pour

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

INTRODUCTION A LA SIMULATION SOUS Electronics Workbench (SPICE2.0).

INTRODUCTION A LA SIMULATION SOUS Electronics Workbench (SPICE2.0). INTRODUCTION A LA SIMULATION SOUS Electronics Workbench (SPICE2.0). 1970 : LINPACK, EISPACK STANFORD 1973 : SPICE (Thèse de doctorat) 1.0 : Berkeley Univ. Programme de Simulation de circuits linéaires

Plus en détail

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques 1 Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques 1 Introduction Détection par effet mirage Mesures photothermiques La méthode de détection par effet mirage fait partie de méthodes

Plus en détail

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES Bertrand GOTTIN Directeurs de thèse: Cornel IOANA et Jocelyn CHANUSSOT 03 Septembre 2010 Problématique liée aux Transitoires

Plus en détail

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS)

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS) apacité Métal-solant-Semiconducteur (MS) 1-onstitution Une structure Métal-solant-Semiconducteur (MS) est constituée d'un empilement de trois couches : un substrat semiconducteur sur lequel on a déposé

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique Exercice 1 1. a) Un mobile peut-il avoir une accélération non nulle à un instant où sa vitesse est nulle? donner un exemple illustrant la réponse. b) Un mobile peut-il avoir une accélération de direction

Plus en détail

Travaux pratiques d électronique, première séance. Circuits passifs. S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014

Travaux pratiques d électronique, première séance. Circuits passifs. S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014 Travaux pratiques d électronique, première séance Circuits passifs S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014 1 Révision 1. Explorez le protoboard avec le voltmètre. Faites un schéma des connexions. 2. Calibrez

Plus en détail

Électromagnétisme et Optique Physique

Électromagnétisme et Optique Physique Électromagnétisme et Optique Physique Dr.R.Benallal DÉPARTEMENT DE PHYSIQUE École Préparatoire en Sciences et Techniques de Tlemcen Physique 4 Fevrier-Juin 2013 Programme du module I Électromagnétisme

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique

Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique Andrea CAPPELLA, Vincent SCHICK, Jean-Luc BATTAGLIA, Andrzej KUSIAK 1/27 Plan de l exposé Matériaux caractérisés

Plus en détail

Test d auto-évaluation 2010

Test d auto-évaluation 2010 SwissPhO Olympiade Suisse de Physique 2010 Test d auto-évaluation 2010 Ce test permet aux intéressés d évaluer leurs capacités à résoudre des problèmes et de reconnaître des lacunes dans certaines notions.

Plus en détail

Réactions d oxydoréduction

Réactions d oxydoréduction Réactions d oxydoréduction Ce document a pour objectif de présenter de manière synthétique quelques bases concernant les réactions d oxydoréduction et leurs principales applications que sont les piles

Plus en détail

pendule pesant pendule élastique liquide dans un tube en U

pendule pesant pendule élastique liquide dans un tube en U Chapitre 2 Oscillateurs 2.1 Systèmes oscillants 2.1.1 Exemples d oscillateurs Les systèmes oscillants sont d une variété impressionnante et rares sont les domaines de la physique dans lesquels ils ne jouent

Plus en détail

Rôle de l humidité sur les propriétés thermiques et électriques de zircones poreuses

Rôle de l humidité sur les propriétés thermiques et électriques de zircones poreuses Groupe d'étude des Matériaux Hétérogènes Rôle de l humidité sur les propriétés thermiques et électriques de zircones poreuses Mouna Zouaoui, Benoit Nait-Ali, Nicolas Glandut, David Smith SFT Journée thématique

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Tournez la page S.V.P.

Tournez la page S.V.P. 17 Tourne la page S.V.P. Le problème est constitué de quatre parties indépendantes La mesure de l intensité d un courant électrique peut nécessiter des méthodes très éloignées de celle utilisée dans un

Plus en détail

CH 06 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE

CH 06 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE CH 06 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE Pendant tout le TP vous utiliserez la Fiche méthode de l oscilloscope OX 71 Livre Bordas, Collection ESPACE, 2008, p 183 I- FONCTIONNEMENT Mettre l appareil sous tension.

Plus en détail

TRANSISTOR BIPOLAIRE

TRANSISTOR BIPOLAIRE I Introduction I.1 Constitution Le transistor bipolaire est réalisé dans un monocristal comportant trois zones de dopage différentes. n p n collecteur base émetteur n C On reconnaît deux jonctions PN p

Plus en détail

TP filtres électriques

TP filtres électriques P filtres électriques Objectif : Étudier les caractéristiques de gain et de phase de quelques filtres classiques 1 Introduction oute cette partie est informative : la non compréhension de certains paragraphes

Plus en détail

5. Les capteurs passifs...3 5.1. Définitions...3 5.2. Exemples...3 5.3. Le conditionneur...4

5. Les capteurs passifs...3 5.1. Définitions...3 5.2. Exemples...3 5.3. Le conditionneur...4 Les capteurs Table des matières 1. Chaine d acquisition et d information...1 2. Définitions...2 3. Type et nature de la sortie...2 4. Capteurs actifs...2 4.1. Effet thermoélectrique...2 4.2. Effet pyroélectrique...2

Plus en détail

Influence de l état de surface (rugosité) sur les propriétés thermiques effectives d un alliage de titane-aluminium-vanadium (Ti6Al-4V).

Influence de l état de surface (rugosité) sur les propriétés thermiques effectives d un alliage de titane-aluminium-vanadium (Ti6Al-4V). Influence de l état de surface (rugosité) sur les propriétés thermiques effectives d un alliage de titane-aluminium-vanadium (Ti6Al-4V). Jean Stéphane ANTONIOW 1, Mihai CHIRTOC 1, Hicham BENHAYOUNE 2 et

Plus en détail

Guide d utilisation du Logiciel Electronics Workbench (EWB)

Guide d utilisation du Logiciel Electronics Workbench (EWB) Guide d utilisation du Logiciel Electronics Workbench (EWB) 1. Introduction Electronics WorkBench (EWB) est un logiciel de simulation des circuits électroniques qui permet de tester et d'analyser des circuits

Plus en détail

Chapitre 3 : Plan du chapitre. 2. Tensions simples et tension composées 3. Couplage étoile/triangle 4. Mesure de puissance en triphasé 5.

Chapitre 3 : Plan du chapitre. 2. Tensions simples et tension composées 3. Couplage étoile/triangle 4. Mesure de puissance en triphasé 5. Chapitre 3 : Réseau triphasé Plan du chapitre 1. Présentation 2. Tensions simples et tension composées 3. Couplage étoile/triangle i l 4. Mesure de puissance en triphasé 5. Résumé Plan du chapitre 1. Présentation

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES «Génie Électronique» Session 2012 Épreuve : PHYSIQUE APPLIQUÉE Durée de l'épreuve : 4 heures Coefficient : 5 Dès que le sujet vous est

Plus en détail

Ce courant alternatif est dit périodique s il change régulièrement et périodiquement de sens.

Ce courant alternatif est dit périodique s il change régulièrement et périodiquement de sens. Courant continu Le courant continu (qui peut être abrégé par CC, ou DC, pour Direct Current ou Couplage Direct en anglais, étant cependant souvent utilisé), par opposition au courant alternatif AC (couplage

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

Electron S.R.L. Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 9065 9200 Fax 9065 9180 Web www.electron.it, e-mail electron@electron.

Electron S.R.L. Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 9065 9200 Fax 9065 9180 Web www.electron.it, e-mail electron@electron. Electron S.R.L. Design Production & Trading of Educational Equipment B4510 UNIITE DIIDACTIIQUE LIIGNE DE TRANSMIISSIION MANUEL D IINSTRUCTIIONS Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 9065

Plus en détail

- 1 - Expérience no 21 ELEMENTS D OPTIQUE 1. INTRODUCTION

- 1 - Expérience no 21 ELEMENTS D OPTIQUE 1. INTRODUCTION - 1 - Expérience no 21 1. INTRODUCTION ELEMENTS D OPTIQUE Dans cette expérience les principes de l optique géométrique sont applicables car les obstacles traversés par la lumière sont beaucoup plus grands

Plus en détail

Quelles sont les caractéristiques de l image d un journal? Pourquoi l œil ne distingue-t-il pas la trame de l image?

Quelles sont les caractéristiques de l image d un journal? Pourquoi l œil ne distingue-t-il pas la trame de l image? TP spécialité élec. N 1Conversion d une image en signal électrique. Principe de la TV. 1 / 7 I- Perception des images. 1)- La perception. - Une image est destinée à être vue par l œil. La prise de vue,

Plus en détail

Fiches Générateur Basses Fréquences

Fiches Générateur Basses Fréquences Fiches Générateur Basses Fréquences Note : Cet ensemble de fiches a été réalisé autour du Générateur de fonctions Centrad GF467AF. Il dispose d un grand nombre de fonctionnalités que l on peut retrouver

Plus en détail

CHAPITRE 5. BCPST. que les thèmes de TP-cours sont conçus pour être traité conjointement aux thèmes de cours correspondants.

CHAPITRE 5. BCPST. que les thèmes de TP-cours sont conçus pour être traité conjointement aux thèmes de cours correspondants. Chapitre 5 BCPST Le programme de deuxième année BCPST s inscrit dans la continuité de celui de première année dans les différentes parties de physique, afin de donner à l élève les outils de travail de

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

CHAPITRE CP1 C Conversion électromagnétique statique

CHAPITRE CP1 C Conversion électromagnétique statique PSI Brizeux Ch. CP1: Conversion électromagnétique statique 1 CHAPITRE CP1 C Conversion électromagnétique statique Les sources d énergie, naturelles ou industrielles, se trouvent sous deux formes : thermique

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Notice de présentation et d'utilisation d'un ensemble d'appareils de mesure

Notice de présentation et d'utilisation d'un ensemble d'appareils de mesure Notice de présentation et d'utilisation d'un ensemble d'appareils de mesure A) ANALYSE FONCTIONNELLE DU SYSTEME I) Présentation de l organisation d une mesure. Une mesure se fait en 3 étapes successives.

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur 5 CONDUCTEURS À L ÉQUILIBRE 5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur Dans un isolant, les charges restent à l endroit où elles ont été apportées (ou enlevées). Dans un conducteur, les charges sont

Plus en détail

Electricité. Chapitre 1: Champ électrique

Electricité. Chapitre 1: Champ électrique 2 e BC 1 Champ électrique 1 Electricité L interaction électromagnétique a été évoqué dans la partie «Interactions fondamentales» en énonçant la loi de Coulomb, et en analysant des phénomènes macroscopiques

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA UE3-1 : Physique Chapitre 2 : Électrostatique Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. II- Électrostatique Finalité du chapitre

Plus en détail

Module MP.3 : Connaissances scientifiques et techniques relatives à l'environnement de l'animal

Module MP.3 : Connaissances scientifiques et techniques relatives à l'environnement de l'animal Bac pro Conduite et gestion de l élevage canin et félin P-20 Module MP.3 : Connaissances scientifiques et techniques relatives à l'environnement de l'animal Disciplines Horaire-élève dont cours dont TP/TD

Plus en détail

TP 2. Circuits réactifs

TP 2. Circuits réactifs TP 2. ircuits réactifs Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ASI à l UPM Octobre-décembre 2005 Lors de ce TP nous étudierons en pratique les phénomènes transitoires dans les circuits

Plus en détail

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage PCSI - Stanislas - Electrocinétique - TP N 3 - Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Prenez en note tout élément pouvant figurer dans un compte-rendu

Plus en détail

Travaux Pratiques d'hyperfréquence

Travaux Pratiques d'hyperfréquence Travaux Pratiques d'hyperfréquence GLEE604 Sommaire : 1 Ligne en régime impulsionnel 2 Ligne en régime harmonique : étude en fonction de la fréquence 3 Ligne en régime harmonique : étude en fonction de

Plus en détail

Prospection EM - source locale

Prospection EM - source locale Chapitre 10 Prospection EM - source locale 10.1 Modèle générique de prospection EM On peut présenter les choses à partir d un modèle générique valable pour toutes les méthodes. Figure 10.1: Modèle générique

Plus en détail

Contrôle non destructif par thermographie infrarouge stimulée : Principe et exemples d applications. par Jean - Luc Bodnar

Contrôle non destructif par thermographie infrarouge stimulée : Principe et exemples d applications. par Jean - Luc Bodnar Journée Green Testing Saint Louis 22 novembre 2012 Contrôle non destructif par thermographie infrarouge stimulée : Principe et exemples d applications par Jean - Luc Bodnar Groupe de Recherche En Sciences

Plus en détail

M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE

M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE I Modèle de l oscillateur harmonique (O.H.) I. Exemples Cf Cours I. Définition Définition : Un oscillateur harmonique à un degré de liberté x (X, θ,... ) est un système physique

Plus en détail

TP 1 : sources électriques

TP 1 : sources électriques Objectif : étudier différents dipôles actifs linéaires ou non linéaires. Les mots générateur et source seront considérés comme des synonymes 1 Source dipolaire linéaire 1.1 Méthode de mesure de la demie-tension

Plus en détail

TP 1: Circuits passifs

TP 1: Circuits passifs Travaux Pratiques Avancés (TPA) d Electronique Année 2015-16 TP 1: ircuits passifs Sergio Gonzalez Sevilla *, Antonio Miucci Département de Physique Nucléaire et orpusculaire (DPN), Université de Genève

Plus en détail

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique Chapitre 7 Circuits Magnétiques et Inductance 7.1 Introduction 7.1.1 Production d un champ magnétique Si on considère un conducteur cylindrique droit dans lequel circule un courant I (figure 7.1). Ce courant

Plus en détail

Etude de cas sur la mémoire non volatile

Etude de cas sur la mémoire non volatile Etude de cas sur la mémoire non volatile 1. Introduction Objectif Le but de cette étude de cas est de montrer comment une information peut être mémorisée de façon durable et conservée même sans alimentation.

Plus en détail

Systèmes embarqués Cours 6

Systèmes embarqués Cours 6 Principes Systèmes embarqués Cours 6 Systèmes embarqués Sylvain Tisserant - ESIL Système physique Capteurs avec conditionnement Actionneurs avec conditionnement CAN CNA Système numérique de contrôle commande

Plus en détail

DIRANA. Analyse de la réponse diélectrique et évaluation de la teneur en humidité dans les isolations huile-papier

DIRANA. Analyse de la réponse diélectrique et évaluation de la teneur en humidité dans les isolations huile-papier DIRANA Analyse de la réponse diélectrique et évaluation de la teneur en humidité dans les isolations huile-papier Mesures diélectriques Pourquoi mesurer la réponse diélectrique? La mesure de la réponse

Plus en détail

Etude d un écran photothermique de grandes dimensions adapté à la caractérisation par thermographie IR de champs électromagnétiques ultra brefs.

Etude d un écran photothermique de grandes dimensions adapté à la caractérisation par thermographie IR de champs électromagnétiques ultra brefs. Etude d un écran photothermique de grandes dimensions adapté à la caractérisation par thermographie IR de champs électromagnétiques ultra brefs. Daniel BALAGEAS *, Patrick LEVESQUE ONERA, Département des

Plus en détail

Capteurs. Capteur. 1. Position du problème. 2. définitions. s = f(m) 3. Les principes physiques mis en oeuvres

Capteurs. Capteur. 1. Position du problème. 2. définitions. s = f(m) 3. Les principes physiques mis en oeuvres Ce cours est destiné à donner un aperçu : - des possibilités de mesure des grandeurs physiques ; - des principales caractéristiques dont il faut tenir compte lors de l utilisation d un capteur. Bibliographie

Plus en détail

GELE5222 Chapitre 9 : Antennes microruban

GELE5222 Chapitre 9 : Antennes microruban GELE5222 Chapitre 9 : Antennes microruban Gabriel Cormier, Ph.D., ing. Université de Moncton Hiver 2012 Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 9 Hiver 2012 1 / 51 Introduction Gabriel Cormier (UdeM)

Plus en détail

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance Chapitre 5 Circuits RL et RC Ce chapitre présente les deux autres éléments linéaires des circuits électriques : l inductance et la capacitance. On verra le comportement de ces deux éléments, et ensuite

Plus en détail

MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE LA MICROSTRUCTURE APPLICATION AUX PILES SOFC

MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE LA MICROSTRUCTURE APPLICATION AUX PILES SOFC Société Française de Thermique 22/01/2010 Design de matériaux à propriétés radiatives fonctionnalisées : de l angström au millimètre MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE

Plus en détail

Electricité Etude du facteur de puissance

Electricité Etude du facteur de puissance Etude du facteur de puissance Français p 1 Maquette amélioration du facteur de puissance Version : 0109 1 La maquette 1.1 Descriptif La maquette facteur de puissance permet d aborder, par analogie, la

Plus en détail

L C D T P I è r e B C P a g e 1. TP 3: Oscilloscope

L C D T P I è r e B C P a g e 1. TP 3: Oscilloscope L C D T P I è r e B C P a g e 1 TP 3: Oscilloscope L C D T P I è r e B C P a g e 2 Partie I : familiarisation avec l oscilloscope 1. Description et mise en marche Utilité : Un oscilloscope permet d analyser

Plus en détail

LA CHAINE D ACQUISITION

LA CHAINE D ACQUISITION I Définitions: LA CHAINE D ACQUISITION Capteur: le capteur est le premier élément de la chaîne de mesure. Elément d un appareil mesureur servant à la prise d informations relatives à la grandeur à mesurer.

Plus en détail

Ing. M. VAN DROOGENBROEK Dr J. LECOINTRE PIERRARD Virton

Ing. M. VAN DROOGENBROEK Dr J. LECOINTRE PIERRARD Virton Influence d un film viscoélastique ultra-mince sur la réponse d une pointe oscillante : vers un aspect quantitatif du mode semi contact d un microscope à force atomique Ing. M. VAN DROOGENBROEK Dr J. LECOINTRE

Plus en détail

Chapitre 2: les capteurs passifs et leurs conditionneurs 2011-20122012

Chapitre 2: les capteurs passifs et leurs conditionneurs 2011-20122012 Chapitre 2: les capteurs passifs et leurs conditionneurs ISSATsousse 2011-20122012 Plan du chapitre II 2.1. Capteurs. Généralités. 2.2. Les capteurs résistifs 2.2.1. Exemples de capteurs résistifs 2.2.2.

Plus en détail

CHAPITRE IV : La charge électrique et la loi de Coulomb

CHAPITRE IV : La charge électrique et la loi de Coulomb CHAPITRE IV : La charge électrique et la loi de Coulomb IV.1 IV.1 : La Force électrique Si on frotte vigoureusement deux règles en plastique avec un chiffon, celles-ci se repoussent. On peut le constater

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

Description du programme de physique et estimation horaire

Description du programme de physique et estimation horaire Description du programme de physique et estimation horaire Description du programme de physique première année et estimation horaire En italiques : les points incertains. 1. Description des états de la

Plus en détail

TP mesures électriques

TP mesures électriques TP0 : FAMILIARISATION AVEC L OSCILLOSCOPE On utilise l oscilloscope HAMEG HM 303-4 dont la face avant est donnée par la figure suivante : L explication de la fonction de chaque touche est donnée sur la

Plus en détail

L oscillateur OSCILLATEUR HARMONIQUE. Chapitre 1. I. Introduction, définitions. I.1. Exemple. I.2. Caractérisation du mouvement

L oscillateur OSCILLATEUR HARMONIQUE. Chapitre 1. I. Introduction, définitions. I.1. Exemple. I.2. Caractérisation du mouvement Chapitre 1 OSCILLATEUR HARMONIQUE harmonique étudié dans ce chapitre est un oscillateur mécanique constitué d un ressort et d une masse. Cet exemple simple permettra L oscillateur d introduire le concept

Plus en détail

Observation : Le courant induit circule dans le sens opposé.

Observation : Le courant induit circule dans le sens opposé. 2 e BC 3 Induction électromagnétique 21 Chapitre 3: Induction électromagnétique 1. Mise en évidence du phénomène : expériences fondamentales a) Expérience 1 1. Introduisons un aimant dans une bobine connectée

Plus en détail

2 Etalonnage et mesure d un paramètre physique de la cible

2 Etalonnage et mesure d un paramètre physique de la cible SCIENSORIA NOTE D APPLICATIONS 9105 1 Introduction ETALONNAGE ET MESURE SANS CONTACT PAR CAPTEUR A COURANTS DE FOUCAULT AVEC LE SYSTEME Z-SCOPE V5 + WINEC V5.1 L appareil Z-Scope V5 est un appareil d analyse

Plus en détail