Les coûts dans le rapport Doing Business cas du Sénégal

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les coûts dans le rapport Doing Business cas du Sénégal"

Transcription

1 REPUBLIQUE DU SENEGAL Ministère du Plan Centre d Etudes de Politiques pour le Développement B u l l e t i n d u C E P O D I S S N Deuxième trimestre Les coûts dans le rapport Doing Business cas du Sénégal Le rapport du Forum économique mondial, à travers des enquêtes portant sur les chefs d entreprise, donne les principales contraintes de l environnement des affaires. Au Sénégal, c est l accès au financement, la réglementation fiscale et le taux d imposition qui sont cités comme les facteurs les plus entravant. Ce rapport identifie et mesure les facteurs jugés avoir des effets positifs sur la compétitivité globale d un pays, mais aussi sur celle de ses entreprises. Le Forum économique mondial définit la compétitivité d une nation de la manière suivante : «Nous définissons la compétitivité comme l ensemble des institutions, des politiques et des facteurs qui déterminent le niveau de productivité d un pays. Le niveau de productivité, à son tour, détermine le niveau durable de la prospérité dont peut bénéficier une économie. En d autres termes, des économies plus compétitives sont en mesure de produire des niveaux de revenu plus élevé pour leurs citoyens 1». Selon le Forum économique mondial, la prospérité d une nation dépend d un certain nombre de «piliers de la compétitivité» qui tirent la croissance économique. L évolution de ces piliers au cours du temps, donne une idée assez précise de l efficacité des politiques mises en œuvre en vue d améliorer l environnement juridique et réglementaire des affaires. De même, la Banque mondiale publie annuellement son rapport mondial sur la compétitivité «Doing Business», rapport qui a pour objectif principal de renseigner sur les capacités de chaque pays à améliorer sa croissance économique, la création d entreprise et l entreprenariat. Au delà des performances économiques récentes, à travers des enquêtes, le rapport fait belle part aux milieux des affaires, ce qui permet de prendre en compte les possibilités de faire des affaires dans un avenir proche. L environnement juridique et réglementaire des affaires dans lequel opèrent les entreprises sénégalaises, a été marqué, au cours de la dernière décennie, par d importantes améliorations, visant à rendre facile la pratique des affaires. Dans cette veine, il a été reconnu que l accès à des services de classe internationale, l attractivité du pays en termes d investissements étrangers et l amélioration de la compétitivité constituent des conditions nécessaires pour asseoir une croissance soutenue et aspirer à une émergence. L analyse de l évolution des performances et contre performances du Sénégal dans les rapports «Doing Business» de la Banque mondiale, apporte des éléments d éclairages sur les indicateurs dans lesquels l Etat doit apporter des réformes pour améliorer l environnement des affaires et le rapprocher des meilleures pratiques au niveau international.

2 Centre d Etudes de Politiques pour le Développement D importantes réformes ont été mises en œuvre par le Sénégal entre en vue d améliorer l environnement juridique et réglementaire des affaires, ce qui lui avait valu d être classé dans le rapport «Doing Business 2009», 5 e dans le top 10 des meilleurs réformateurs au monde. Ces réformes avaient concerné 3 domaines : la création d entreprise, le transfert de propriété et le commerce transfrontalier. Toutefois, depuis 2009, le Sénégal perd des places chaque année. Cependant, il reste encore beaucoup de contraintes à lever pour que cet environnement des affaires atteigne le niveau de ceux des pays du nord. Ce sont ces contraintes qui expliquent en partie la prévalence du secteur informel en décourageant l entreprenariat et la création d entreprises. En net, le Sénégal a perdu plus que les 13 places qu il avait gagnées en Le rapport «Doing Business 2014» est paru ce mardi 29 octobre «Doing Business 2014» est la onzième édition d une série de rapports annuels sur l évaluation des réglementations qui facilitent ou entravent la pratique des affaires dans 189 économies. Le top 5 des pays africains est composé de Maurice (20 e ), du Rwanda (32 e ), de l Afrique du Sud (41 e ), de la Tunisie (51 e ) et du Botswana (56 e ). Les données du présent rapport couvrent les réglementations mises en place entre juin 2012 et mai Années Facilité à faire des affaires Source : Doing Business, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014 Les résultats globaux du Sénégal et dans chaque domaine, dans les rapports de 2013 et 2014, sont donnés dans le tableau ci-dessous : changement Rang global Création d'entreprise Octroi de permis de construire Raccordement à l'électricité Transfert de propriété Obtention de prêts Protection des investisseurs Paiement d'impôts Commerce transfrontalier Exécution des contrats Solutionnement à l'insolvabilité Source : Doing Business, 2013 et 2014 La contre-performance du Sénégal est due au retard accusé par rapport aux autres économies qui ont mis en œuvre des réformes tendant à améliorer leur environnement des affaires. Au Sénégal, le seul domaine où il y a un impact positif significatif sur le classement de Doing Business 2014, a été le «Solutionnement à l insolvabilité» où il a gagné 6 places par rapport à la dernière année. Les résultats de l enquête de Doing Business révèlent que le domaine de «l exécution des contrats» est celui dans lequel les autres pays ont fait plus d efforts. Dans ce domaine, le Sénégal a perdu 16 places par rapport à l année précédente. Le Sénégal a perdu 4 places dans les domaines de la «création d entreprise», de «l octroi de permis de construire» et de «l obtention de prêts». Il a perdu 1 place dans le domaine de la «protection des investisseurs». Quant aux domaines du «raccordement à l électricité» et du «Transfert de propriété», il a gagné une place. Page 2

3 CEPOD,, renforcement de capacités La performance notée dans le domaine du «raccordement à l électricité» s explique par la baisse du délai nécessaire qui est passé de 125 à 113 jours et par celle du coût qui est passé de 5970,5 à 5918,2 en pourcentage du revenu par habitant de 2012 à Au niveau de cet indicateur, le nombre de procédures (8) est resté inchangé. Dans les autres domaines, à savoir le «paiement des impôts» et le «Commerce transfrontalier», son rang n a pas connu d évolution par rapport à l année précédente. Dans un contexte marqué par des pénuries d emplois et partant, de sous-emploi et d emplois précaires avec des conditions médiocres (salaires bas, faible protection sociale, longues journées de travail, etc.), l objectif central de la présente note est de permettre au Gouvernement, au secteur privé et aux organisations de la société civile de mieux appréhender les facteurs financiers expliquant la qualité de l environnement juridique et réglementaire des affaires, limitant la création d entreprises et une meilleure pratique des affaires. Cette analyse se fera à la lumière du rapport de la Banque mondiale (Doing Business) et sera axée sur les aspects financiers. L échantillon des pays de la zone UEMOA servira de benchmark pour renseigner de la position concurrentielle du Sénégal dans cette espace géographique. Il ne faut pas casser le thermomètre pour faire baisser la température Le rôle de moteur de la croissance et de créateur d emplois pour la plupart des économies du monde entier continue d être dévolu au secteur privé qui a besoin de bonnes règles à appliquer uniformément pour démarrer et développer de petites et moyennes entreprises. Les Gouvernements jouent un rôle crucial dans le soutien de cette dynamique pour les entreprises qui doivent créer de nouvelles entreprises, des emplois et des produits innovants en fixant les règles qui établissent et clarifient les droits de propriété, en réduisant le coût de la résolution des conflits et en accroissant la prévisibilité des transactions économiques. A travers le rapport Doing Business, la Banque mondiale fournit un ensemble de connaissances visant à guider les réformes et améliorer la qualité des règles qui sous-tendent et fondent les activités du secteur privé. Doing Business capte plusieurs dimensions importantes de l environnement réglementaire qui s applique aux entreprises locales. Il prend en compte des mesures quantitatives de la réglementation : Création d entreprise, Octroi de permis de construire, Raccordement à l électricité, Transfert de propriété, Obtention de prêts, Protection des investisseurs, Paiement d impôts, Commerce transfrontalier, Exécution des contrats et Solutionnement à l insolvabilité. Doing Business mesure également la réglementation sur l embauche des travailleurs (cet indicateur n est pas n est pris en compte dans le classement final). Doing Business donne des scores plus élevés aux pays dans lesquels la réglementation est plus fluide et entrave moins la pratique des affaires. A l opposé, de plus petits scores sont donnés aux pays où il est plus difficile de faires des affaires. Ces scores sont donnés sur la base de l analyse de deux (2) types de données : celles recueillies dans les textes et règlements en vigueur dans le pays et celles qui mesurent la complexité et le coût des processus de réglementation. Cependant, Doing Business ne mesure pas tous les facteurs, les politiques et les institutions qui affectent la qualité de l environnement des affaires dans Page 3

4 Centre d Etudes de Politiques pour le Développement une économie ou de la compétitivité nationale. Il présente des limites dans les domaines de la sécurité, de la prévalence de la corruption, de la taille du marché, de la stabilité macro-économique (y compris si le gouvernement gère ses finances publiques de manière durable), de l état du système financier, de Le rapport constitue ainsi un baromètre de la compétition nationale et fournit, selon la même méthodologie et le même traitement pour tous les pays de l échantillon, des indicateurs évaluant l état de l environnement des affaires. Il n est point impartial et renseigne des performances des pays dans des secteurs donnés. l état de la location ou du marché immobilier, de la La lecture de ce rapport devrait appeler à une réflexion poussée sur les réformes à entreprendre dans revente, du niveau de formation et des compétences de la main-d œuvre. un avenir proche afin de lever les goulots d étranglements L autre limite de taille du rapport concerne le champ d application qui ne traverse pas les frontières du secteur informel. Les indicateurs de Doing Business sont établis sous l hypothèse que les entrepreneurs ont la pleine connaissance et se conforment aux réglementations en vigueur, ce qui n est pas souvent le cas dans la pratique. obstruant la bonne pratique des affaires. C est ainsi que les autorités publiques parviendront à replacer leur pays respectif dans la cour de compétition et favoriser la marche ou l amélioration des conditions du développement. Analyse des coûts dans les différents domaines du rapport Bénin Ces entrepreneurs peuvent Côte Guinée Faso d Ivoire Bissao Mali Niger Sénégal Togo délibérément éviter de se Facilité de Faire des Affaires conformer.pour autant, (Rang Doing Doing Business mesure un Business 2014) ensemble de contraintes qui permettent d expliquer l apparition de l informalité et de donner un aperçu aux décideurs politiques dans les domaines potentiels de la réforme réglementaire. Ce sont ces contraintes qui expliquent en partie la prévalence du secteur informel en décourageant l entreprenariat et la création d entreprises. Source : Doing Business 2014 Les pays de la zone UEMOA se retrouvent dans le dernier quart du classement de Doing Business de cette année, le mieux classé étant le Burkina Faso (154 e ) et la Guinée Bissau occupe le dernier rang dans la zone (180 e ), soit un écart de 26 classes. Ce résultat témoigne d une hétérogénéité dans les politiques nationales au sein de cette espace écono- Le rapport identifie et mesure les facteurs jugés avoir des effets positifs sur la compétitivité globale mique. Cette dispersion se répercute dans les d une économie et d une entreprise, de même que domaines de l indice général avec des différences leur potentiel à créer des emplois. Il met en relief les qui peuvent être très marquées. La question qui se meilleures pratiques dans le monde des affaires et trouve être posée est la suivante : ces différences aide les autorités à réduire les coûts et la complexité renseignent elles d une zone économique non optimale et/ou divergente avec des visions et objectifs des procédures légales, tout en améliorant la qualité des institutions. Il sert d outil qui guide les réformes différents? La seule analyse des coûts subis pour et aide à améliorer les lois et règlements qui soustendent les activités du secteur démarrer et faire des affaires dans les différents pays privé. Page 4

5 CEPOD,, renforcement de capacités de la zone ne saurait suffire pour se prononcer avec certitude sur la question, bien qu elle constitue un élément de réponse. La création d entreprise : Doing Business considère le coût (en % du revenu par habitant) et le capital minimum requis (en % du revenu par habitant) comme les coûts supportés pour une démarrer une entreprise. Le tableau ci-dessus donne la position des pays de la zone UEMOA. Création d entreprise Coût (% du RNB par habitant) Capital minimum versé (% du revenu par habitant) Source : Doing Business 2014 Bénin Burkina Faso Côte d Ivoire Guinée Bissao Au niveau de cet indicateur, le Sénégal est le premier de la zone. Cependant, les coûts en pourcentage du RNB par habitant pour démarrer une activité y sont plus élevés qu au Burkina Faso, en Côte d Ivoire et en Guinée Bissau. Néanmoins, le capital minimum versé en pourcentage du revenu par habitant est moins élevé que dans les autres pays de la région, hormis la Côte d Ivoire. En termes de coûts financiers, il faut à un entrepreneur 45% de plus pour démarrer une activité au Sénégal qu en Côte d Ivoire et en même temps détenir 17% de plus comme capital minimum requis. L octroi de permis de construire : Doing Business ne considère que le coût (en % du revenu par habitant) comme coûts supportés pour l obtention par par habitant) comme coûts supportés pour l obtention par une entreprise d un permis de construire. Dans la zone UEMOA, il est plus difficile d obtenir un permis de construire au Sénégal que partout ailleurs. Le pays est classé 165 e sur les 189 et occupe le dernier rang dans la zone. Malgré un coût 2 fois plus élevé qu en Côte d Ivoire et au Bénin, le Burkina Faso garde la meilleure position concurrentielle de la zone dans le domaine de l octroi de permis de construire. Après la Guinée Bissau et le Niger dans la zone UEMOA, les entreprises supportent le plus grand coût au Sénégal pour disposer d un permis de construire. Mali Niger Sénégal Togo 122,7 44,5 44,4 45,5 76,7 80,1 64,3 121,4 261,2 306,2 164,4 364,1 295,2 527,8 192,1 388,5 Rang L Accès à l électricité : Doing Business évalue le coût (en % du revenu par habitant) supporté par une entreprise pour accéder au branchement électrique. Dans la zone UEMOA, après la Guinée Bissau, il est plus difficile d obtenir un branchement électrique au Sénégal que partout ailleurs. Le pays est classé 182 e sur les 189 et occupe l avant-dernier rang dans la zone. Malgré un coût 3 fois plus élevé qu en Guinée Bissau, le Togo est à la meilleure place de la zone dans ce domaine (96 e ). La position concurrentielle du Sénégal n est pas des meilleures dans la zone UEMOA dans le domaine de l Accès à l électricité en termes de coûts financiers : le pays est à la 5 e place. Les coûts d accès à l électricité sont ainsi plus élevés au Sénégal que dans la plupart des pays de la zone, malgré un coût inférieur à la moyenne (6867,8% du RNB). Page 5

6 Centre d Etudes de Politiques pour le Développement Le Transfert de Propriété : Doing Business évalue le coût (% de la valeur du bien) supporté par une entreprise pour transférer une propriété. Transfert de Propriété Coût (% de la valeur du bien) Bénin Source : Doing Business 2014 Burkina Faso Côte d'ivoire Guinée Bissau Au niveau de cet indicateur, dans la zone UEMOA, le Niger (80 e ) reste le pays le plus compétitif. Au bout de la chaine, on retrouve le Sénégal (174 e ). Il est plus onéreux de transférer de la propriété au Sénégal que dans les autres pays de la zone UEMOA, principalement au Niger où les coûts sont moins élevés à hauteur de 59%. Les entreprises de la moitié des pays de l UEMOA paient moins d impôts et de taxes que celles du Sénégal (48,5% du bénéfice brut), cette différence étant d un peu moins de 5 points de pourcentage au Burkina Faso (43,9% du bénéfice brut). Mali Niger Sénégal Togo 11,7 12,3 10,8 10,6 12,0 9,0 15,2 11,4 Rang Le Commerce Transfrontalier: Doing Business s intéresse au Coût à l export (en $ US par conteneur) et Coût à l import (en $ US par conteneur). Au niveau de cet indicateur, le Sénégal (80 e ) occupe la première place, devançant de loin le Togo (110 e ) et le Bénin (119 e ). Le Paiement des Taxes et Impôts : Doing Business considère un certain nombre de taxes que doit s acquitter une entreprise. Ici, seul le taux d imposition total en % du bénéfice brut est pris en compte. Comme pour l indicateur Transfert de Propriété, dans la zone UEMOA, au bout de la chaine, on retrouve le Sénégal (182 e ), la Guinée Bissau (153 e ) étant le pays le plus compétitif. Il faut noter que tout les pays de l Union sont dans le dernier quart du classement général au niveau du Paiement des Taxes et Impôts. En termes de coûts financiers pour le Commerce Transfrontalier, la position concurrentielle du Sénégal est relativement bonne au sein de la zone UEMOA. Malgré un port, un aéroport et une voie ferrée, le Sénégal est moins compétitif en termes de coûts que le Togo et le Bénin, aussi bien pour importer que pour exporter de la marchandise. L Exécution des Contrats : Doing Business évalue le coût (% de la créance) supporté par une entreprise pour exécuter un Contrat. Les entreprises de l Union payent en moyenne, des impôts et taxes à hauteur de 49,7% de leur bénéfice brut. Hormis le Bénin, les montants sont situés dans la même fourchette. Page 6

7 CEPOD,, renforcement de capacités La Côte d Ivoire (88 e ) dépasse de loin les autres pays de la région. Le Sénégal (167 e ), avant-dernier de l Union, ne fait mieux que le Bénin (181 e ). Au Sénégal (36,4% de la créance), les entreprises restent compétitives en termes de coût en pourcentage de la créance pour exécuter un contrat, où ils sont moins élevés que dans les autres pays à hauteur de 71%. Le Sénégal vient juste derrière la Guinée Bissau (25% de la créance). Le Règlement de l insolvabilité : Doing Business évalue le coût (% de la valeur du patrimoine) supporté par une entreprise pour trouver une solution à l insolvabilité. La Côte d Ivoire (95 e ) dépasse les autres pays de la région. Le Sénégal (122 e ), 4 e de l Union, est dépassé par la Côte d Ivoire (95 e ), le Burkina Faso (117 e ) et le Togo (111 e ). Avec une moyenne de 17,1% de la valeur du patrimoine dans la zone, le Sénégal n est pas compétitif en termes de coût supporté par une entreprise pour trouver une solution à l insolvabilité. Après le Bénin (21.5% de la valeur du patrimoine), les entreprises supportent le plus grand coût pour trouver une solution à l insolvabilité au Sénégal (20% de la valeur du patrimoine) que dans les autres pays de la zone UEMOA, soit un coût plus élevé à hauteur de 45% qu au Burkina Faso. Madaniou DIEME Assistant de recherches / CEPOD 1 Rapport mondial sur la compétitivité, Page 7

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé Evaluation du Climat des investissements à Madagascar Résumé Qu est-ce que le climat des investissements et en quoi est-il important? Le climat des investissements est défini en termes opérationnels comme

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal)

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal) Classement Doing Business (Les performances du ) Secrétariat du Conseil Présidentiel de l Investissement 52-54, rue Mohamed V, BP 430, CP 18524, Dakar Tél. (221) 338.49.05.55 - Fax (221) 338.23.94.89 Email

Plus en détail

Fiche récapitulative 2012/13 Sommaire des réformes Doing Business au Moyen-Orient et en Afrique du Nord 1

Fiche récapitulative 2012/13 Sommaire des réformes Doing Business au Moyen-Orient et en Afrique du Nord 1 Faits marquants Doing Business 2014 : Moyen-Orient et Afrique du Nord Huit des 20 économies du Moyen-Orient et d Afrique du Nord ont entrepris au moins une réforme entre le 2 Juin 2012 et le 1 ier Juin

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

Deuxième Forum International Francophone Jeunesse et Emplois Verts Niamey, du 10 au 13 juin 2014

Deuxième Forum International Francophone Jeunesse et Emplois Verts Niamey, du 10 au 13 juin 2014 Deuxième Forum International Francophone Jeunesse et Emplois Verts Niamey, du 10 au 13 juin 2014 Dr. Moustapha Kamal Gueye, Spécialiste - Programme Emplois Verts, Organisation Internationale du Travail

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

Forum National sur le Climat des Affaires au Togo

Forum National sur le Climat des Affaires au Togo REPUBLIQUE TOGOLAISE ------------------------ Travail-Liberté-Patrie ------------- Discours d ouverture de : Son Excellence Kwesi Séléagodji AHOOOMEY-ZUNU Premier Ministre, Chef du Gouvernement au Forum

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com COMMUNIQUÉ L INDUSTRIELLE ALLIANCE TERMINE L ANNÉE 2002 EN FORCE : AUGMENTATION DU REVENU DE PRIMES DE 20 % ET RENDEMENT ANNUALISÉ SUR LES CAPITAUX PROPRES DE 14,5 % POUR LE QUATRIÈME TRIMESTRE Québec,

Plus en détail

Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel. Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel

Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel. Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel Février 2010 SOMMAIRE Page Introduction... 2 I. Recentrage des cadres conceptuels

Plus en détail

Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique

Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique La sous-catégorie Gestion Publique évalue la transparence dans la passation des marchés publics, dans la gestion des entreprises publiques

Plus en détail

BUDGET PROVINCIAL 2016

BUDGET PROVINCIAL 2016 BUDGET PROVINCIAL 2016 MESURES IMPACTANT L INDUSTRIE DE LA FABRICATION DE MEUBLES Le gouvernement du Québec a déposé le 17 mars dernier son budget 2016-2017. La lecture du Plan économique du Québec a permis

Plus en détail

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 L Institut canadien des évaluateurs (ICE) soumet les recommandations

Plus en détail

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH IN CHARTS France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée Comme toutes les crises, celle que nous traversons est propice aux dogmes, jugements à l

Plus en détail

INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI)

INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI) Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI) Méthodologie et lien avec l indice de la production industrielle (IPI) Atelier sur les

Plus en détail

Préférence DIVERSIFIEZ VOS PLACEMENTS

Préférence DIVERSIFIEZ VOS PLACEMENTS Préférence DIVERSIFIEZ VOS PLACEMENTS Choisissez le placement qui s adapte à votre profil d investisseur De l audace à la prudence, quel que soit votre profil d investisseur, PRÉFÉRENCE est le placement

Plus en détail

Fiche récapitulative de Doing Business 2011 Sommaire des réformes en Europe de l Est et en Asie centrale

Fiche récapitulative de Doing Business 2011 Sommaire des réformes en Europe de l Est et en Asie centrale Fiche récapitulative de Doing Business 2011 Sommaire des réformes en Europe de l Est et en Asie centrale L Albanie a rendu le paiement des taxes et impôts plus facile et moins cher pour les entreprises

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

LE SECTEUR DES MINES: L UN DES MOTEURS DE LA STRATÉGIE ACTUELLE DE DÉVELOPPEMENT DU MALI

LE SECTEUR DES MINES: L UN DES MOTEURS DE LA STRATÉGIE ACTUELLE DE DÉVELOPPEMENT DU MALI LE SECTEUR DES MINES: L UN DES MOTEURS DE LA STRATÉGIE ACTUELLE DE DÉVELOPPEMENT DU MALI PRÉSENTÉ PAR: M.Abdoulaye PONA, Président de la Chambre des Mines du Mali PLAN INTRODUCTION 1-APPORT DU SECTEUR

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

fcpr 123Corporate 2018 de placement à risques

fcpr 123Corporate 2018 de placement à risques fcpr 123Corporate 2018 fonds commun de placement à risques objectif de gestion et stratégie d investissement Un fonds offrant une alternative aux placements traditionnels > 123Corporate 2018 est un fonds

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Économie nationale Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Le présent document définit la terminologie en vigueur

Plus en détail

ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE

ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE M. EL AZIZI ABDOU Chef du Service Amériques Direction du Trésor et des Finances Extérieures MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

Plus en détail

L ALÉNA APRÈS HUIT ANS

L ALÉNA APRÈS HUIT ANS L ALÉNA APRÈS HUIT ANS DES ASSISES POUR LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE L ALÉNA APRÈS HUIT ANS Des Assises Pour La Croissance Économique L ENGAGEMENT ENVERS L ALÉNA En dépit du ralentissement qu a connu l économie

Plus en détail

Bulletin du FMI. La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire

Bulletin du FMI. La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire Bulletin du FMI AFRIQUE DE L OUEST La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire Bulletin du FMI en ligne 17 mars 2011 Marché à Monrovia (Libéria) : la crise qui persiste en

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE

NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE (Version de Janvier 2015) ABIDJAN, 18-20 MARS 2015 Union Discipline Travail Version du 220115_09h00 1 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Plus en détail

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives»

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» De 14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» Mot liminaire de la Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS

PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS Pour notre programme complet des élections fédérales 2015, veuillez consulter la Feuille de route pour

Plus en détail

LE MARCHÉ DES TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES AU PORTUGAL FACE AUX DÉFIS DU MARCHÉ COMMUN EUROPÉEN

LE MARCHÉ DES TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES AU PORTUGAL FACE AUX DÉFIS DU MARCHÉ COMMUN EUROPÉEN Ministério das Obras Públicas, Transportes e Comunicações E FLUVIAIS LE MARCHÉ DES TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES AU PORTUGAL FACE AUX DÉFIS DU MARCHÉ COMMUN EUROPÉEN Maria Luísa Nunes Teresa Sousa

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Systèmes financiers et financement de l économie

Systèmes financiers et financement de l économie Systèmes financiers et financement de l économie Plan du cours I. Généralités sur les systèmes financiers. II. Les besoins et les capacités de financement. III. Le financement bancaire et le développement

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Écarts entre les salaires : les politiques peuvent et doivent agir Daniel Lampart, économiste en chef et premier secrétaire de l USS/fq

Plus en détail

LES EFFETS DE LA LIBÉRALISATION DES ÉCHANGES SUR LES RECETTES. Problèmes posés aux petites économies

LES EFFETS DE LA LIBÉRALISATION DES ÉCHANGES SUR LES RECETTES. Problèmes posés aux petites économies LES EFFETS DE LA LIBÉRALISATION DES ÉCHANGES SUR LES RECETTES 1. Considérations d ordre général Problèmes posés aux petites économies Examinons tout d abord les effets généraux de la libéralisation des

Plus en détail

PREMIERES MESURES DE STIMULATION DE L ACTIVITE ECONOMIQUE

PREMIERES MESURES DE STIMULATION DE L ACTIVITE ECONOMIQUE DOSSIER DE PRESSE PREMIERES MESURES DE STIMULATION DE L ACTIVITE ECONOMIQUE SOMMAIRE I. Dispositifs en faveur de l investissement des ménages : Description des dispositifs o Le Prêt d Accès à la Propriété

Plus en détail

Les secteurs de la construction, de l éducation et de la santé les plus exposés aux impayés et retards de paiement

Les secteurs de la construction, de l éducation et de la santé les plus exposés aux impayés et retards de paiement Intrum Justitia Livre Blanc Sectoriel 2014 Les secteurs de la construction, de l éducation et de la santé les plus exposés aux impayés et retards de paiement Communiqué de presse Lyon, le 30 octobre 2014

Plus en détail

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 15 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Les aides au logement des ménages modestes» Mercredi 15 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Plus en détail

La cartographie des stratégies

La cartographie des stratégies La cartographie des stratégies UTILISATION DES GRILLES STRATÉGIQUES POUR ACCROÎTRE LA PERFORMANCE Cam Scholey Quel est l enjeu? On trouve, dans bien des organisations, un décalage entre la formulation

Plus en détail

3 ème Forum des entrepreneurs maghrébins

3 ème Forum des entrepreneurs maghrébins 3 ème Forum des entrepreneurs maghrébins Allocution de Monsieur Abdellatif Jouahri Wali de Bank Al-Maghrib Marrakech, 17-18 février 2014 Monsieur le Chef du Gouvernement, Monsieur le Secrétaire Général

Plus en détail

Résumé de l intervention faite en préambule par le salarié-e-s de l union régionale des Scop Nord Pas-de-Calais Picardie

Résumé de l intervention faite en préambule par le salarié-e-s de l union régionale des Scop Nord Pas-de-Calais Picardie Compte-rendu de la soirée-débat organisée le 20 avril 2012 par le Syndicat des Travailleurs de l Industrie et des Services du Nord (CNT-STIS 59) sur le thème «Les sociétés coopératives, une alternative

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation 1 Numéro 201, juin 2013 Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation I) Immobilier : un premier trimestre en forte croissance Une partie de la croissance

Plus en détail

Population : 14,125 millions d habitants (2014) Taux de croissance : 3,5% en 2013, 4,5% prévus en 2014. CLASSEMENT 2014 (vs.

Population : 14,125 millions d habitants (2014) Taux de croissance : 3,5% en 2013, 4,5% prévus en 2014. CLASSEMENT 2014 (vs. Disclaimer : Cette fiche pays ne constitue qu un outil de base destiné à présenter aux lecteurs une synthèse globale des régimes juridiques et fiscaux des entreprises d investissement à capital fixe. Elle

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique L étude d Accenture menée en 2014 sur la

Plus en détail

Etude sur le Coût de la faim à Madagascar Rapport de la formation initiale Antsirabe (Hôtel Flower Palace), Madagascar Du 27 au 30 juillet 2015

Etude sur le Coût de la faim à Madagascar Rapport de la formation initiale Antsirabe (Hôtel Flower Palace), Madagascar Du 27 au 30 juillet 2015 Etude sur le Coût de la faim à Madagascar Rapport de la formation initiale Antsirabe (Hôtel Flower Palace), Madagascar Du 27 au 30 juillet 2015 Contexte L étude du Coût de la faim en Afrique (COHA) est

Plus en détail

La fiscalité dans le secteur des télécoms et la croissance du mobile en RDC

La fiscalité dans le secteur des télécoms et la croissance du mobile en RDC La fiscalité dans le secteur des télécoms et la croissance du mobile en RDC Genève du 1-2 Sept 2011 Romain CIZA /ARPTC romain.ciza@arptc.cd 1 Caneva I. Brève présentation de la RDC II. Cadre réglementaire

Plus en détail

----------- ----------- UNITE-PROGRES-JUSTICE CINQUIEME LEGISLATURE ----------- LOI N 008-2013 /AN

----------- ----------- UNITE-PROGRES-JUSTICE CINQUIEME LEGISLATURE ----------- LOI N 008-2013 /AN BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- UNITE-PROGRES-JUSTICE CINQUIEME LEGISLATURE ----------- ASSEMBLEE NATIONALE LOI N 008-2013 /AN PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES

Plus en détail

Rentabilité d un investissement locatif. Financer son projet par un prêt. La fiscalité pour l investissement locatif. Comment préparer son projet

Rentabilité d un investissement locatif. Financer son projet par un prêt. La fiscalité pour l investissement locatif. Comment préparer son projet Acheter pour louer et investissement locatif L achat d un bien immobilier est considéré comme un placement puisqu il est rentable au fil du temps. Il est possible d obtenir différents types de prêts pour

Plus en détail

Analyse financière Groupe Magasin Général

Analyse financière Groupe Magasin Général Secteur : Distribution Cours au : 133,400D Nominal : 5D Nombre de titres : 2 296 250 titres Points clés : Doyen du secteur de la distribution avec plus de 80 ans d expérience ; Actionnariat de référence

Plus en détail

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles La Conférence sur «Le développement durable du tourisme des îles», organisée par l OMT (Nations-Unies) et le Gouvernement français à Saint-Denis

Plus en détail

Récapitulatif: Du 3 Mai 2016

Récapitulatif: Du 3 Mai 2016 Du 3 Mai 2016 Récapitulatif: Commentaires de l ECSDA concernant la vision de la nouvelle infrastructure de l Eurosystème : L association a souligné que la consolidation des plateformes Target 2 et T2S

Plus en détail

SCPI Renovalys 4 SCPI Déficit Foncier à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 4 Décembre 2013

SCPI Renovalys 4 SCPI Déficit Foncier à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 4 Décembre 2013 SCPI Déficit Foncier à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 4 Décembre 2013 Editorial Toute l équipe d Avenir Finance Investment Managers adresse ses meilleurs vœux aux associés de la SCPI

Plus en détail

PUBLICATION JLR 2016. Rapport sur le marché hypothécaire. www.jlr.ca

PUBLICATION JLR 2016. Rapport sur le marché hypothécaire. www.jlr.ca PUBLICATION JLR 2016 Rapport sur le marché hypothécaire www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Sur les 243 000 hypothèques notariées enregistrées au Registre foncier en 2015, un peu plus de 119 000 ont été contractées

Plus en détail

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS PROJETS PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS 2 Exemple simplifié tiré d un cas concret : le remplacement de la cuisine centrale de l hôpital X Si les données de

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Analyse de l adéquation des frais administratifs des sociétés de gestion. Synthèse

Analyse de l adéquation des frais administratifs des sociétés de gestion. Synthèse Analyse de l adéquation des frais administratifs des sociétés de gestion Synthèse Décembre 2015 Johannes Fark Beatrice Meyer Daniel Zöbeli Résumé des résultats de l étude, synthèse Contexte et démarche

Plus en détail

Le financement public de la recherche-développement dans les principaux pays

Le financement public de la recherche-développement dans les principaux pays ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE et MINISTÈRE DE LA RECHERCHE00.47 NOVEMBRE En 1998, les États de la zone OCDE financent un tiers de la dépense intérieure de recherche et développement.

Plus en détail

L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir?

L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir? L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir? Prise de position CEPI, le Conseil Européen des Professions Immobilières Contact Référence Janet K. Griffiths - janet.griffiths@cepi.eu

Plus en détail

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention :

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1002191L PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre la France et la Suisse en vue d éviter

Plus en détail

Dakar (Sénégal), les 27 et 28 mai 2011 NOTE TECHNIQUE

Dakar (Sénégal), les 27 et 28 mai 2011 NOTE TECHNIQUE Conférence des bailleurs de fonds sur le projet régional du développement du tourisme dans un réseau de parcs et aires transfrontaliers en Afrique de l Ouest Dakar (Sénégal), les 27 et 28 mai 2011 I. Contexte

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2013

Situation et perspectives de l économie mondiale 2013 Situation et perspectives de l économie mondiale 2013 Embargo 17 janvier 2013 Rapport des Nations Unies : L économie africaine rebondit en dépit d un ralentissement économique mondial Des liens commerciaux

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

BACCALAUREAT EUROPEEN 2009 ECONOMIE. DATE: 9 Juin 2009 (après-midi) DUREE DE L EXAMEN : 3 heures (180 minutes)

BACCALAUREAT EUROPEEN 2009 ECONOMIE. DATE: 9 Juin 2009 (après-midi) DUREE DE L EXAMEN : 3 heures (180 minutes) BACCALAUREAT EUROPEEN 2009 ECONOMIE DATE: 9 Juin 2009 (après-midi) DUREE DE L EXAMEN : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE: Une calculette non-programmable et non graphique. REMARQUE IMPORTANTE :

Plus en détail

La présence syndicale au Québec en 2014

La présence syndicale au Québec en 2014 La présence syndicale au Québec en 2014 Alexis Labrosse Secrétariat du Travail Direction de l information sur le travail Mars 2015 1 Table des matières Introduction... 4 Les sources de données, la population

Plus en détail

Document d information relatif à la catégorisation des clients

Document d information relatif à la catégorisation des clients Document d information relatif à la catégorisation des clients Edition Novembre 2007 Document d information relatif à la catégorisation des clients 1 SOMMAIRE 1. CLASSIFICATION DU CLIENT PAR LA BANQUE

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Analyse du secteur automobile marocain

Analyse du secteur automobile marocain Analyse du secteur automobile marocain Présentation du secteur L industrie automobile marocaine représente près de 5% du PIB industriel, assure 14% des Exportations industrielles et entraîne une grande

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. LIMITÉE TD/B/51/L.6 14 octobre 2004 FRANÇAIS Original: ANGLAIS CONSEIL DU COMMERCE ET DU DÉVELOPPEMENT Cinquante

Plus en détail

Modifications fiscales de 2017 touchant. L assurance-vie EN DÉTAIL. La vie est plus radieuse sous le soleil

Modifications fiscales de 2017 touchant. L assurance-vie EN DÉTAIL. La vie est plus radieuse sous le soleil 1 Modifications fiscales de 217 touchant l assurance-vie EN DÉTAIL offre une protection, mais certains L assurance-vie contrats permettent en plus d accumuler de l épargne de façon fiscalement avantageuse.

Plus en détail

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis 1 Axes prioritaires d interventions économiques de la Chambre de commerce de Lévis Préambule Regroupant près de 140 000 habitants et plus de 65 000 travailleurs, le territoire de la Ville de Lévis profite

Plus en détail

Bulletin sur le marché du travail

Bulletin sur le marché du travail Bulletin sur le marché du travail Terre-Neuve-et-Labrador 2014 Ce Bulletin sur le marché du travail fournit une analyse des résultats de l Enquête sur la population active pour la province de Terre-Neuve-et-Labrador,

Plus en détail

Objectifs, principes et critères de répartition (règles budgétaires) Des allocations entre les écoles et les centres de la Commission scolaire

Objectifs, principes et critères de répartition (règles budgétaires) Des allocations entre les écoles et les centres de la Commission scolaire Objectifs, principes et critères de répartition (règles budgétaires) Des allocations entre les écoles et les centres de la Commission scolaire 2014-2015 Adoptée : 26 juin 2014 (CC-2014-295) En vigueur

Plus en détail

Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD. et aux prêts placement de la Banque Manuvie

Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD. et aux prêts placement de la Banque Manuvie Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD et aux prêts placement de la Banque Manuvie LA COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE MANUFACTURERS Tirez le maximum de vos placements

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DES REFORMES 2014, FOCUS DOING BUSINESS 2015

NOTE DE PRESENTATION DES REFORMES 2014, FOCUS DOING BUSINESS 2015 Réf.: 25_2014/SEA/120514 AMELIORATION DE L ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES EN COTE D IVOIRE NOTE DE PRESENTATION DES REFORMES 2014, FOCUS DOING BUSINESS 2015 Pour une Règlementation SMART de l Environnement

Plus en détail

Intervention économique 20 novembre 2013

Intervention économique 20 novembre 2013 20 novembre 2013 Au troisième trimestre le PIB a reculé de 0,1% après une hausse de 0,5 % au deuxième trimestre. Pour l année 2013, la croissance est estimée à 0,1 %, soit la deuxième année consécutive

Plus en détail

L entreprise et le financement: visions croisées

L entreprise et le financement: visions croisées République Tunisienne Ministère du développement, de l investissement et de la coopération internationale Institut Tunisien de la Compétitivité et des Etudes Quantitatives L entreprise et le financement:

Plus en détail

Le Transport Routier de Marchandises

Le Transport Routier de Marchandises Le Transport Routier de Marchandises Pistes de réformes fiscales pour une meilleure compétitivité Etude réalisée par Asterès pour le compte de la Fédération nationale des transporteurs routiers 9 novembre

Plus en détail

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES UNITED NATIONS NATIONS UNIES DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES Liens entre l Inventaire de la Gouvernance en Afrique (IGA) et le processus du Mécanisme

Plus en détail

Laissez votre société épargner à votre place avec un engagement individuel de pension.

Laissez votre société épargner à votre place avec un engagement individuel de pension. VIVIUM Top-Hat Plus Plan Le produit Les risques Les coûts Le rendement Laissez votre société épargner à votre place avec un engagement individuel de pension. Vous connaissez l importance d épargner pour

Plus en détail

L Epargne Collective : Un marché d opportunités

L Epargne Collective : Un marché d opportunités L Epargne Collective : Un marché d opportunités Estimé par la Banque de France à 8.325 milliards d en 2005, le patrimoine des ménages français a augmenté de 44% depuis 2001. Chaque année, les flux d épargne

Plus en détail

Dynamiser ses équipes de vente. Améliorer les processus de vente dans les petites entreprises. Livre blanc de

Dynamiser ses équipes de vente. Améliorer les processus de vente dans les petites entreprises. Livre blanc de Dynamiser ses équipes de vente Améliorer les processus de vente dans les petites entreprises Livre blanc de et Introduction Les petites entreprises doivent faire face à des défis et des opportunités différents

Plus en détail

Les incitations fiscales en matière d introduction en bourse

Les incitations fiscales en matière d introduction en bourse Les incitations fiscales en matière d introduction en bourse Plan : Introduction Les incitations fiscales : Aperçu général 1. Définition 2. Les objectifs 3. Les typologies Mesures en faveur des sociétés

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Michel Didier et Michel Martinez 1. Les dépenses de Sécurité sociale à caractère universel (maladie, famille)

Plus en détail

La situation des nouveaux diplômés en psychologie sur le marché de l emploi en 2009

La situation des nouveaux diplômés en psychologie sur le marché de l emploi en 2009 Edition CSFO, décembre 2011 La situation des nouveaux diplômés en psychologie sur le marché de l emploi en 2009 Un an après la fin des études, 30 % des psychologues travaillent dans le domaine de la santé,

Plus en détail

Réunion Ad Hoc d Experts sur «L amélioration du climat des affaires en Afrique Centrale»

Réunion Ad Hoc d Experts sur «L amélioration du climat des affaires en Afrique Centrale» REUNION AD HOC D EXPERTS SUR L AMELIORATION DU CLIMAT DES AFFAIRES NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Bureau Sous Régional pour l Afrique Centrale F Distr : GENERAL ECA/SRO-CA/AHEGM.BUS/14/Inf.1

Plus en détail

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original: Anglais Séminaire sur le partage des

Plus en détail

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue.

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue. FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 4 heures. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment

Plus en détail

Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des

Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des logements. Par exemple, les prix des habitations ont fléchi d

Plus en détail

Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne EVOLUTION DES PRIX DANS LES ETATS MEMBRES D AFRISTAT DE 1970 A 1999

Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne EVOLUTION DES PRIX DANS LES ETATS MEMBRES D AFRISTAT DE 1970 A 1999 Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne EVOLUTION DES PRIX DANS LES ETATS MEMBRES D AFRISTAT DE 1970 A 1999 SERIE ETUDES N 4 Février 2001 PREFACE La Direction générale d AFRISTAT

Plus en détail

Le cadre et la finalité Fiche de la comptabilité

Le cadre et la finalité Fiche de la comptabilité Le cadre et la finalité Fiche de la comptabilité 1 Définition La comptabilité est un système d organisation de l information financière qui permet à la fois de saisir, de classer et d enregistrer l ensemble

Plus en détail

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 DOSSIER DE PRESSE Le mardi 9 février 2016, ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01 Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 EN SYNTHESE «La reprise amorcée en

Plus en détail