Les troubles de la déglutition d personne âgée

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les troubles de la déglutition d personne âgée"

Transcription

1 Les troubles de la déglutition d chez la personne âgée Dr Denise STRUBEL, Pôle de Gérontologie G CHU Nîmes N Hygiène risques et qualité chez la personne âgée Nîmes 2012 Problèmes spécifiques chez la personne âgée Méconnaissance fréquente du problème car le diagnostic peut être difficile Souvent révélér par ses complications : dénutrition et complications infectieuses Nombreuses pathologies en cause dont certaines iatrogènes Prise en charge pluridisciplinaire

2 Données épidémiologiques La prévalence de la dysphagie augmente avec l âge Mortalité : 4000 décès/an d en France surtout de PA Prévalence : à domicile : 8-15% en institution : 30-50% en hospitalisation : 10-15% 15% Intergroupe de Pneumo-Gériatrie SPLF-SFGG SFGG Rev Gériatrie 2009; 34: La déglutition d s inscrit s dans la fonction de la prise des repas Fonction vitale des repas : Apports caloriques suffisants Équilibre nutritionnel Déglutition sécurité Fonction psycho- sociale des repas : Plaisir Relations familiales et sociales

3 Le carrefour aéroa ro-digestif La voie respiratoire et la voie digestive se juxtaposent au niveau du pharynx Nécessité de mécanismes m de protection des voies aériennes pendant la déglutition Les 3 phases de la déglutitiond volontaire réflexe réflexe

4 Complications chez le sujet âgé inhalations dysphagie retentissement psychosocial blocage alimentaire pneumopathies de déglutition décès déshydratation dénutrition cachexie Repérage des troubles de la déglutition

5 Les troubles de la déglutitiond sont souvent variables Troubles variables dans le temps (jour et moment de la journée) selon la fatigue et la vigilance Troubles variables selon le positionnement du malade Troubles variables en intensité Aggravation fréquente avec l él évolution de la maladie 2 signes majeurs aux repas : la fausse route (FR) et la toux FR = passage d un d corps étranger dans les voies aériennes sous les cordes vocales Toux = mécanisme m réflexe r de protection des voies aériennes, qui permet l expectoration des aliments, de la salive ou des sécrs crétions broncho- rhino-pharyng pharyngées

6 Repérage des troubles lors des repas MAJEURS PLUS DISCRETS AUDIBLES - toux violente isolée - toux récidivanter - râclements pharyngés Juste après s déglut d : - toux discrète - hemmage - voix voilée e ou mouillée VISIBLES - suffocation, apnée prolongée - cyanose du visage, des doigts ou lèvresl - stagnation en bouche - résidus après s la déglutition - doubles déglutitionsd - larmoiements - rhinorhée Repérage des troubles en dehors des repas Il faut y penser aussi devant : Un encombrement bronchique fréquent Des pneumopathies à répétition Des pics fébriles f à Des difficultés à prendre les médicamentsm Une perte de poids inexpliquée Un refus alimentaire

7 La mise en évidence d une d dysphagie doit conduire à la réalisation le plus souvent possible d un bilan orthophonique et d un d bilan nutritionnel Le bilan orthophonique Protocole :TCFD (test de capacité fonctionnelle de la déglutition) de Guatterie et Lozano - déglutition de volumes croissants de liquides puis de solides (1/2 càc 1 càs) - évaluer différentes textures pour les solides - déterminer la frontière re entre la déglutition d fonctionnelle et des FR

8 Les examens complémentaires mentaires Examen ORL stase salivaire, tumeur, candidose, mobilité des cordes vocales Transit pharyngé détection d anomalies d morphologiques, comme un diverticule, une membrane Vidéo-radiographie analyse fonctionnelle de la déglutition d avec liquide, pâteux et solide Nasofibroscopie Les étiologies des troubles de la déglutitiond

9 Mécanismes des troubles de la déglutition Anomalie de : - la vigilance - la posture (hémiplégie, position vicieuse ) - du contrôle salivaire (stase, bavage, sécheresse) - la préhension labiale - la coordination linguo-masticatrice et de la propulsion - la vidange buccale et/ou pharyngée Dysphagie fonctionnelle plus que lésionnelle Etiologies neurologiques pathologie vasculaire cérébrale c (stade aigu ou séquellaire) s syndromes parkinsoniens ( ( 50%) maladie d Alzheimerd maladie de Charcot (SLA) tumeurs cérébralesc affections musculaires : myasthénie, dermatomyosite

10 Dysphagie dans la pathologie vasculaire cérébralec Prévalence de 35 à 45% à la phase aigue, pour les AVC ischémiques et hémorragiques, corticaux ou sous- corticaux Ils Ils persistent chez 10 à 30% des malades au-del delà de 3 mois La La dysphagie est fréquente dans l état lacunaire Dysphagie dans la maladie d Alzheimer Troubles du comportement alimentaire : boulimie, oubli de déglutir, d succion Dysphagie haute : atteinte des phases orale et pharyngée e de la déglutition d : préhension, préparation, paration, propulsion et vidange Apraxie de la déglutitiond La fréquence avec l évolution

11 Etiologies iatrogènes sonde trachéale, ale, sonde naso-gastrique médicaments altérant la vigilance : neuroleptiques, sédatifss datifs médicaments provoquant une xérostomie x (anticholinergiques ) médicaments perturbant la motricité : neuroleptiques médicaments perturbant la motricité de l oesophage : antica, nitrés, benzodiazépines pines Etiologies ORL et oesophagiennes tumeur ORL candidose oropharyngée ostéophyte ophyte cervical géant g? (maladie( de Forestier) dysfonctionnement du sphincter supérieur de l oesophage diverticule oesophagien de Zencker troubles moteurs oesophagiens

12 Autres étiologies Affections stomatologiques : - troubles odontologiques : édentation, prothèse (surtout mal adaptée) - sécheresse de la bouche = xérostomie étiologie iatrogène, syndrome sec Affections générales g : - déshydratation - fin de vie Principes de prise en charge Installation du malade : assis, dos vertical, tête en légère l flexion antérieure Adaptation du couvert, pas de pipette Environnement calme Présentation attrayante Petites bouchées, petites gorgées Ne pas faire parler le malade pendant le repas

13 Principes de prise en charge Adaptation des textures selon bilan orthophonique (différents épaississements) et avec l aide l de la diététicienne ticienne Compléments ments nutritionnels Gastrostomie per-endoscopique endoscopique : peu d indications Alimentation palliative «alimentation plaisir» Importance de la pluridisciplinarité Repérage par : tout soignant la famille Evaluation par orthophoniste Trouble de la déglutition Diagnostic étiologique médecins Prise en charge avec prévention des complications orthophoniste diététicienne aide soignante médecins

14 Conclusion Le repérage rage précoce des troubles permet de limiter les complications La recherche d une d dysphagie doit faire partie de l él évaluation gériatrique g standardisée La prise en charge vise 3 objectifs : prévenir les complications préserver l état nutritionnel préserver la qualité de vie

Les troubles de la déglutition chez la personne âgée. Dr Denise STRUBEL, Pôle de Gérontologie CHU Nîmes

Les troubles de la déglutition chez la personne âgée. Dr Denise STRUBEL, Pôle de Gérontologie CHU Nîmes Les troubles de la déglutition chez la personne âgée Dr Denise STRUBEL, Pôle de Gérontologie CHU Nîmes Hygiène risques et qualité chez la personne âgée Nîmes 2012 Problèmes spécifiques chez la personne

Plus en détail

Pathologie digestive VIELLISSEMENT DIGESTIF DR A. FRAISSE

Pathologie digestive VIELLISSEMENT DIGESTIF DR A. FRAISSE VIELLISSEMENT DIGESTIF DR A. FRAISSE LES TROUBLES DE DEGLUTITION Les troubles de déglutition augmentent avec l avance en âge mais leur prévalence est très mal connue : -16 % environ des personnes âgées

Plus en détail

Les troubles de la déglutition et leur prise en charge

Les troubles de la déglutition et leur prise en charge Les troubles de la déglutition et leur prise en charge V. Woisard-Bassols G.Soriano Unité de la voix et de la déglutition Service ORL et CCF Hôpital LARREY CHU de TOULOUSE VW+SCoM Les causes Maladie Infectieuses

Plus en détail

Les troubles de la déglutition en réanimation. Danièle Robert Fédération ORL CHU Timone Marseille

Les troubles de la déglutition en réanimation. Danièle Robert Fédération ORL CHU Timone Marseille Les troubles de la déglutition en réanimation Danièle Robert Fédération ORL CHU Timone Marseille Les troubles de la déglutition en réanimation La prévention des troubles de la déglutition en réanimation

Plus en détail

Sensibilisation aux troubles de la déglutition de la personne âgée en EHPAD

Sensibilisation aux troubles de la déglutition de la personne âgée en EHPAD Sensibilisation aux troubles de la déglutition de la personne âgée en EHPAD ou une première approche de troubles bien fréquents dans nos structures Janvier 2012 / Rédacteur : A. Mazoyer médecin coordonnateur

Plus en détail

Formation déglutition Groupe hospitalier Broca-La Rochefoucauld-La Collégiale

Formation déglutition Groupe hospitalier Broca-La Rochefoucauld-La Collégiale LA DEGLUTITION I. L ANATOMIE DES ORGANES DE LA DEGLUTITION II. LES ETAPES DE LA DEGLUTITION NORMALE 1. LA PHASE BUCCALE Etape volontaire Formation du bol alimentaire : Mise en bouche Mastication Insalivation

Plus en détail

RAPPELS. Franck Marmouset 2015 CHU Tours 1

RAPPELS. Franck Marmouset 2015 CHU Tours 1 RAPPELS Franck Marmouset 2015 CHU Tours 1 TEMPS ORAL MANIPULATION PUIS INITIATION D après EMC Franck Marmouset 2015 CHU Tours 2 TEMPS PHARYNGE PROPULSION OUVERTURE DU SSO D après EMC Franck Marmouset 2015

Plus en détail

TROUBLES de l ALIMENTATION CHEZ L ENFANT POLYHANDICAPÉ

TROUBLES de l ALIMENTATION CHEZ L ENFANT POLYHANDICAPÉ TROUBLES de l ALIMENTATION CHEZ L ENFANT POLYHANDICAPÉ PALIPED Journée du 3 février 2015 Dr Anne-Emmanuelle Piquet-Massin Neuropédiatre CESAP «Les Cerisiers» et «Graine d Etoile» Alimentation chez la plupart

Plus en détail

Présentation de la journée de formation du 21 juin 2011. CLAN HOPITAL SAINT NICOLAS, ANGERS Dr Boré, gériatre Mme Grolleau, diététicienne

Présentation de la journée de formation du 21 juin 2011. CLAN HOPITAL SAINT NICOLAS, ANGERS Dr Boré, gériatre Mme Grolleau, diététicienne Présentation de la journée de formation du 21 juin 2011 CLAN HOPITAL SAINT NICOLAS, ANGERS Dr Boré, gériatre Mme Grolleau, diététicienne Présentation de l établissement Établissement public exclusivement

Plus en détail

La dysphagie L évaluation et la prise en charge

La dysphagie L évaluation et la prise en charge Q et La dysphagie L évaluation et la prise en charge Nathalie Bouin, MD Présenté dans le cadre de la conférence : La médecine hospitalière, Fédération des médecins ominpraticiens du Québec, juin 2006 La

Plus en détail

Prévention du risque de fausses routes alimentaires

Prévention du risque de fausses routes alimentaires Prévention du risque de fausses routes alimentaires Janvier 2015 CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES Version Usagers Sommaire Recueil des signes révélateurs Le rôle de l entourage et de l équipe soignante...

Plus en détail

La gastrostomie endoscopique percutanée

La gastrostomie endoscopique percutanée La gastrostomie endoscopique percutanée Définition: Gastros: estomac Stomie: ouverture à la peau Percutanée: on traverse la peau Endoscopique: on va voir à l intérieur de l estomac avec un endoscope technique

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

Etude. Enquête menée de décembre 2007 à avril 2008 avec la collaboration de Catherine Senez et Irène Benigni. 16/12/2011 Le Réseau-Lucioles 1

Etude. Enquête menée de décembre 2007 à avril 2008 avec la collaboration de Catherine Senez et Irène Benigni. 16/12/2011 Le Réseau-Lucioles 1 Etude Sujet : Troubles de l oralité, de l alimentation et de la digestion et leurs conséquences pour les personnes atteintes d un handicap mental sévère. Enquête menée de décembre 2007 à avril 2008 avec

Plus en détail

Extrait gratuit : testez-vous!

Extrait gratuit : testez-vous! Extrait gratuit : testez-vous! Préparez vos partiels en toute sénérité! Enoncé Fausses routes et amaigrissement Vous recevez en consultation M. R âgé de 84 ans pour altération de l état général évoluant

Plus en détail

Sémiologie oesophagienne

Sémiologie oesophagienne Sémiologie oesophagienne Sémiologie Médicale PCEM2 Docteur Pascal Sève Professeur Christiane Broussolle Faculté de Médecine Lyon-Sud 2007 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 1 Sémiologie OESOPHAGE Explorations

Plus en détail

Service d orthophonie. Difficultés de déglutition chez l adulte : pour y voir clair

Service d orthophonie. Difficultés de déglutition chez l adulte : pour y voir clair Service d orthophonie Difficultés de déglutition chez l adulte : pour y voir clair pour y voir clair TABLE DES MATIÈRES La dysphagie chez l adulte La déglutition Causes de la dysphagie Conséquences de

Plus en détail

Trachéotomie, déglutition et sevrage respiratoire

Trachéotomie, déglutition et sevrage respiratoire Trachéotomie, déglutition et sevrage respiratoire Olivier Rémy-Néris Myriam Thiebaut CHRU de Brest INSERM U650 olivier.remyneris@chu-brest.fr Synopsis Connaitre les différents types de canules Savoir prendre

Plus en détail

Les troubles des fonctions d alimentation : Que faire? Quand et comment?

Les troubles des fonctions d alimentation : Que faire? Quand et comment? R4P Réseau Régional de Rééducation et de Réadaptation Pédiatrique en Rhône-Alpes Les troubles des fonctions d alimentation : Que faire? Quand et comment? Clotilde Rivier, pédiatre, CAMSP CH Villefranche

Plus en détail

SEMINAIRE DES 27 ET 28 JUIN 2014 LE MANS

SEMINAIRE DES 27 ET 28 JUIN 2014 LE MANS PRISE EN CHARGE REEDUCATIVE DES TROUBLES DE LA VOIX ET DE LA DEGLUTITION DANS LES SUITES RADIO-CHIRURGICALES DES CANCERS DES VADS SEMINAIRE DES 27 ET 28 JUIN 2014 LE MANS Docteur Joseph RAHAL Fondation

Plus en détail

Parcours de soins d un enfant porteur d une séquence de Pierre Robin

Parcours de soins d un enfant porteur d une séquence de Pierre Robin Parcours de soins d un enfant porteur d une séquence de Pierre Robin Votre enfant a été adressé à un centre expert car il est porteur d une séquence de Pierre Robin. De nombreuses explications vous ont

Plus en détail

CANCER DE L OESOPHAGE

CANCER DE L OESOPHAGE - 1/6- Lundi 19/03/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset CANCER DE L OESOPHAGE I/ EPIDEMIOLOGIE : L incidence dans le monde varie de 1 à 160 pour 100 000. En

Plus en détail

PETITE ENFANCE. Alimentation. du nourrisson & du jeune enfant. ayant un syndrome de Prader-Willi (SPW) www.guide-prader-willi.fr

PETITE ENFANCE. Alimentation. du nourrisson & du jeune enfant. ayant un syndrome de Prader-Willi (SPW) www.guide-prader-willi.fr 3 Alimentation PETITE ENFANCE du nourrisson & du jeune enfant ayant un syndrome de Prader-Willi (SPW) www.guide-prader-willi.fr 2 Un bébé sans réflexe de succion, puis un enfant jamais rassasié L état

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L AVC

PRISE EN CHARGE DE L AVC PRISE EN CHARGE DE L AVC Projet de soins en équipe pluridisciplinaire Mme NEISIUS I.D.E. Neurovasculaire - CHU NICE Octobre 2007 Démarche de soins dans l AVC Généralités sur l Accident Vasculaire Cérébral

Plus en détail

Coordination de la mise au point et prise en charge pluridisciplinaire des troubles de la déglutition. d. De Gieter Michèle Kinésithérapeute

Coordination de la mise au point et prise en charge pluridisciplinaire des troubles de la déglutition. d. De Gieter Michèle Kinésithérapeute Coordination de la mise au point et prise en charge pluridisciplinaire des troubles de la déglutition. d De Gieter Michèle Kinésithérapeute Avant de coordonner:dépister Symptômes spécifiques Difficulté

Plus en détail

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Problèmes très fréquents en gériatrie Fréquence des pathologies aboutissant à des pbes de prise alimentaire:

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE. Géraldine PEYTEL. Orthophonistes Hôpital Gériatrique des Charpennes

LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE. Géraldine PEYTEL. Orthophonistes Hôpital Gériatrique des Charpennes LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Géraldine PEYTEL (en collaboration avec Ariane DELEMASURE) Orthophonistes Hôpital Gériatrique des Charpennes Les troubles de la déglutition (dysphagies)

Plus en détail

Les urgences respiratoires au téléphone «des règles pour bien réguler»

Les urgences respiratoires au téléphone «des règles pour bien réguler» Les urgences respiratoires au téléphone «des règles pour bien réguler» Dr Anna RIBERA CANO Pneumoallergologie pédiatrique SMUR pédiatrique Introduction Motif d appel fréquent 21% appels SMUR pédiatrique

Plus en détail

Atrésie de l œsophage

Atrésie de l œsophage Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Atrésie de l œsophage Œsophageal atresia Malformation congénitale responsable d une interruption de la continuité

Plus en détail

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer http://www.carevox.fr/comment-lutter-contre-la-maladie-d-alzheimer.html 1. Les Conséquences de la maladie d Alzheimer sur l alimentation Phases Capacités

Plus en détail

Sommaire. Sommaire 27.05.2014. 1. La maladie d Alzheimer. 2. L importance d une alimentation équilibrée

Sommaire. Sommaire 27.05.2014. 1. La maladie d Alzheimer. 2. L importance d une alimentation équilibrée Emiliano Albanese Faculté de médecine, Université de Genève Département de Psychiatrie emiliano.albanese@unige.ch Sommaire 1. La maladie d Alzheimer 2. L importance d une alimentation équilibrée 3. Personnes

Plus en détail

DYSPHAGIE. Examens des VADS* Examen de la cavité buccale Vidéofluoroscopie Nasofibroscopie. *VADS = voies aéro-digestives supérieures

DYSPHAGIE. Examens des VADS* Examen de la cavité buccale Vidéofluoroscopie Nasofibroscopie. *VADS = voies aéro-digestives supérieures DYSPHAGIE Sélection et recrutement des patients dysphagiques par : Lecture du dossier d admission Transmission des infirmières ou d autres partenaires de soins Anamnèse nutritionnelle d entrée Symptômes

Plus en détail

Le suivi des «démences sévères» Hélène Villars, Fati Nourhashémi Gérontopôle, Hôpitaux de Toulouse Inserm 558, Toulouse

Le suivi des «démences sévères» Hélène Villars, Fati Nourhashémi Gérontopôle, Hôpitaux de Toulouse Inserm 558, Toulouse Le suivi des «démences sévères» Hélène Villars, Fati Nourhashémi Gérontopôle, Hôpitaux de Toulouse Inserm 558, Toulouse Evolution de la maladie Léger Modéré Sévère Terminal Temps - Perte de poids -Troubles

Plus en détail

LE RISQUE INFECTIEUX EN GÉRIATRIE DR C LAFFITTE PH CHIELVR

LE RISQUE INFECTIEUX EN GÉRIATRIE DR C LAFFITTE PH CHIELVR LE RISQUE INFECTIEUX EN GÉRIATRIE DR C LAFFITTE PH CHIELVR Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD CHU le 24 novembre 2009 Le risque infectieux en gériatrie Les particularités en gériatrie

Plus en détail

LES TEXTURES MODIFIEES EN EHPAD

LES TEXTURES MODIFIEES EN EHPAD LES TEXTURES MODIFIEES EN EHPAD EHPAD Papillon d Or à MAURON (56) Vanessa COBIGO, diététicienne Nadine LE CARS, médecin coordonnateur CAS CLINIQUE Mme B Anne, 98 ans, veuve, deux enfants dont un décédé,

Plus en détail

Dr Gilbert ZEANANDIN Pôle Digestif Archet II CHU Nice

Dr Gilbert ZEANANDIN Pôle Digestif Archet II CHU Nice Dr Gilbert ZEANANDIN Pôle Digestif Archet II CHU Nice ANATOMIE Organe musculaire creux Propulsion des aliments du pharynx vers estomac Maladie oesophagienne est fréquente Tube musculaire 2 sphincters :

Plus en détail

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Nous vivons dans des sociétés vieillissantes Les démences un réel problème de santé mondial. le

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 Le Patient Trisomique Vieillissant Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 L amélioration des connaissances médicales et des techniques chirurgicales

Plus en détail

Pôle Sante Lub. Filière de soins gériatrique Réunion du 24 mars 2015 Formation Troubles de la déglutition. Michel Rotily

Pôle Sante Lub. Filière de soins gériatrique Réunion du 24 mars 2015 Formation Troubles de la déglutition. Michel Rotily Pôle Sante Lub Filière de soins gériatrique Réunion du 24 mars 2015 Formation Troubles de la déglutition Les dysphagies oro-pharyngées du sujet âgé Depuis la bouche jusqu'au carrefour aérodigestif, au

Plus en détail

Alimentation et Troubles de déglutition en EHPAD

Alimentation et Troubles de déglutition en EHPAD Inserm Institut national de la santé et de la recherche médicale Alimentation et Troubles de déglutition en EHPAD Monique Ferry UREN Inserm Université Paris 13 Le Printemps des EHPAD 26 Mars Nice Vieillissement

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE. Jean-François Burle Réanimation Médicale et Surveillance Continue Médicale Hôpitaux du Nord, Lyon

MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE. Jean-François Burle Réanimation Médicale et Surveillance Continue Médicale Hôpitaux du Nord, Lyon MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE Jean-François Burle Réanimation Médicale et Surveillance Continue Médicale Hôpitaux du Nord, Lyon VNI Ø VNI = méthode permettant une assistance ventilatoire

Plus en détail

CHU Saint-Pierre Site Porte de Hal Rue Haute, 322-1000 Bruxelles. CHU Saint-Pierre Site César De Paepe Rue des Alexiens, 13-1000 Bruxelles

CHU Saint-Pierre Site Porte de Hal Rue Haute, 322-1000 Bruxelles. CHU Saint-Pierre Site César De Paepe Rue des Alexiens, 13-1000 Bruxelles La dysphagie Les troubles de la déglutition : de quoi s agit-il? La fausse déglutition : que puis-je boire/manger? Quelques conseils pour faciliter l alimentation Fiche de conseils personnalisés pour le

Plus en détail

La personne âgée dysphagique en maison de retraite : orthophonie et information du personnel soignant

La personne âgée dysphagique en maison de retraite : orthophonie et information du personnel soignant La personne âgée dysphagique en maison de retraite : orthophonie et information du personnel soignant Hélène Meriau To cite this version: Hélène Meriau. La personne âgée dysphagique en maison de retraite

Plus en détail

Diététique et pathologies des voies aéro-digestives supérieures. Laurence Lefèbvre Diététicienne Hôpital ERASME

Diététique et pathologies des voies aéro-digestives supérieures. Laurence Lefèbvre Diététicienne Hôpital ERASME Diététique et pathologies des voies aéro-digestives supérieures Laurence Lefèbvre Diététicienne Hôpital ERASME Les V.A.D.S. : schéma Pathologies des VADS: Pathologies cancéreuses (le + svt) ou non reliées

Plus en détail

LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF

LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF 17.10.08 Dr Frant Gérontologie LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF I)La bouche et l'oropharynx A)Les dents B)Les glandes salivaires C)La langue D)Les troubles de la déglutition II)L'oesophage III)L'estomac

Plus en détail

Repérage et prise en charge du risque de fausses routes alimentaires

Repérage et prise en charge du risque de fausses routes alimentaires Repérage et prise en charge du risque de fausses routes alimentaires Décembre 2014 CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES Sommaire Recueil des signes révélateurs Le rôle de l équipe soignante et de l entourage...

Plus en détail

Les troubles des fonctions d alimentation : Que faire? Quand et comment?

Les troubles des fonctions d alimentation : Que faire? Quand et comment? R4P Réseau Régional de Rééducation et de Réadaptation Pédiatrique en Rhône-Alpes Les troubles des fonctions d alimentation : Que faire? Quand et comment? Christine RODARIE, orthophoniste, CAMSP en Beaujolais

Plus en détail

Un cas de DISHphagie

Un cas de DISHphagie Un cas de DISHphagie Homme de 69 ans Dysphagie haute non améliorée malgré une thyroïdectomie pour goitre. Gastroscopie : trajet en chicane de la région de la bouche de Killian, difficultés à l insertion

Plus en détail

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Recommandations : Nutrition en oncogériatrie Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Sommaire Prérequis Objectifs de base et spécifiques du soin nutritionnel Recommandations

Plus en détail

Intérêt des aspirations naso-pharyngées dans le désencombrement du nouveau-né et du nourrisson - -

Intérêt des aspirations naso-pharyngées dans le désencombrement du nouveau-né et du nourrisson - - Intérêt des aspirations naso-pharyngées dans le désencombrement du nouveau-né et du nourrisson Claude VINCON Christian FAUSSER - - Ce geste fréquent est extrêmement banalisé et habituel, tout du moins

Plus en détail

«En établissement, comment s organiser face aux troubles de l alimentation?»

«En établissement, comment s organiser face aux troubles de l alimentation?» R4P Réseau Lucioles Troubles de l alimentation et handicap «En établissement, comment s organiser face aux troubles de l alimentation?» TYSEBAERT Alphonsine Directrice de l IEM Handas Les Papillons PETITJEAN

Plus en détail

Le recours aux psychotropes dans la maladie d Alzheimer. Denise Strubel Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes

Le recours aux psychotropes dans la maladie d Alzheimer. Denise Strubel Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes Le recours aux psychotropes dans la maladie d Alzheimer Denise Strubel Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes Comment se pose le problème Intérêt croissant pour les troubles

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : memoires@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : memoires@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

Comprendre la maladie d Alzheimer. Dr Serge De NADAI Hôpital Médico-geriatrique «Le Kem» Thionville le 17/03/2010

Comprendre la maladie d Alzheimer. Dr Serge De NADAI Hôpital Médico-geriatrique «Le Kem» Thionville le 17/03/2010 Comprendre la maladie d Alzheimer Dr Serge De NADAI Hôpital Médico-geriatrique «Le Kem» Thionville le 17/03/2010 1 Définition : qu est ce que la démence? C est un handicap Altération progressive de la

Plus en détail

Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes

Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes Pourquoi proposer une ET aux aidants de malades Alzheimer? Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes Introduction : la maladie d Alzheimer (MA) La maladie d Alzheimer est

Plus en détail

04/06/2008 CHU LIEGE - ENP - REFERENTS NUTRITION - N. PERIN - C. MALHERBE 1

04/06/2008 CHU LIEGE - ENP - REFERENTS NUTRITION - N. PERIN - C. MALHERBE 1 04/06/2008 CHU LIEGE - ENP - REFERENTS NUTRITION - N. PERIN - C. MALHERBE 1 CHU de Liège Un diététicien ticien et une infirmière, re, Un duo performant pour prévenir et combattre la dénutrition d ensemble!

Plus en détail

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES PATIENTS ATTEINTS DE TROUBLES DE LA DEGLUTITION

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES PATIENTS ATTEINTS DE TROUBLES DE LA DEGLUTITION PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES PATIENTS ATTEINTS DE TROUBLES DE LA DEGLUTITION 1 CONSEQUENCES NUTRITIONNELLES / DYSPHAGIE 2 1. Repas Augmentation de la durée du repas Restrictions alimentaires / diminution

Plus en détail

Reflu l x u g as a t s r t o r -o - eso s phag a ie i n Pr. H.SIBAI

Reflu l x u g as a t s r t o r -o - eso s phag a ie i n Pr. H.SIBAI Reflux gastro-oesophagien Pr. H.SIBAI Oesophage Cardia Estomac R.G.O Introduction Définition : Ensemble des manifestations cliniques secondaires au passage de liquide gastrique dans l œsophage Complication

Plus en détail

La dysphagie chez la personne âgée

La dysphagie chez la personne âgée La dysphagie chez la personne âgée Le vieillissement ne provoque pas en soi de troubles de la déglutition Avec l âge, augmentation de certaines pathologies qui vont entraîner des perturbations dans la

Plus en détail

Alimentation par sonde: de la théorie à la pratique

Alimentation par sonde: de la théorie à la pratique Alimentation par sonde: de la théorie à la pratique Séminaire «Dispositifs médicaux et matériovigilance» P. Coti Bertrand 29 septembre 2009 Dénutrition sévère Indications Apports oraux insuffisants état

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Septembre 2014 NUTRITION PEDIATRIQUE

Septembre 2014 NUTRITION PEDIATRIQUE Septembre 2014 NUTRITION PEDIATRIQUE 1 INTRODUCTION Quelle que soit la prise en charge nutritionnelle, il est impératif que celleci respecte l oralité résiduelle de l enfant. 2 Septembre 2014 L ENRICHISSEMENT

Plus en détail

Reflux Gastro-Oesophagien

Reflux Gastro-Oesophagien 1. Définition RGO pathologique, déficience de la barrière anti-reflux reflux du contenu gastrique de l estomac vers l oesophage, responsable de symptômes plus ou moins compliqué d oesophagite (agression

Plus en détail

L alimentation à la phase aigue de l AVC. Dr Denise STRUBEL Pôle de gérontologie CHU Nîmes

L alimentation à la phase aigue de l AVC. Dr Denise STRUBEL Pôle de gérontologie CHU Nîmes L alimentation à la phase aigue de l AVC Dr Denise STRUBEL Pôle de gérontologie CHU Nîmes 2 risques pour l alimentation à la phase aigue d un AVC AVC sus et sous tentoriel Dépendance pour manger dysphagie

Plus en détail

L'HYPOTROPHIE DU NOURRISSON

L'HYPOTROPHIE DU NOURRISSON L'HYPOTROPHIE DU NOURRISSON Signe d'appel fréquent en pédiatrie. Hypotrophie : insuffisamment nourri. I/ Historique Mortalité des enfants institutionnalisés aux USA dans les années 1900 était très élevé,

Plus en détail

2. Comment peuvent-elles expliquer la gravité accrue des affections cardiovasculaires chez le sujet âgé?

2. Comment peuvent-elles expliquer la gravité accrue des affections cardiovasculaires chez le sujet âgé? Fondamentale juin 2011 Traiter TROIS questions parmi les SIX suivantes. Une question par copie 1. Quelles sont les conséquences de la restriction calorique chez l'animal et chez l'homme? Quelles sont les

Plus en détail

Module Transversal 4 Déficience, Incapacité, Handicap

Module Transversal 4 Déficience, Incapacité, Handicap Module Transversal 4 Déficience, Incapacité, Handicap Fédération de Médecine Physique et de Réadaptation, CHU Montpellier-Nîmes, Sous la direction des Professeurs Christian Hérisson et Isabelle Laffont

Plus en détail

LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON

LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON Conférence du 11 janvier 2006 avec : - Dr Michel RUDELIN, pédiatre en cabinet libéral et attaché au CHRO, - Christophe MILLET, kinésithérapeute en service pédiatrie au CHRO,

Plus en détail

Item 60. Déficit neuro sensoriel chez le sujet âgé : surdité et vertige. Objectifs pédagogiques

Item 60. Déficit neuro sensoriel chez le sujet âgé : surdité et vertige. Objectifs pédagogiques Item 60. Déficit neuro sensoriel chez le sujet âgé : surdité et vertige I. Les surdités du sujet âgé II. Vertiges et troubles de l équilibre du sujet âgé Objectifs pédagogiques -- Les objectifs nationaux

Plus en détail

accès s de toux avec cyanose chez le nourrisson: le volvulus gastrique

accès s de toux avec cyanose chez le nourrisson: le volvulus gastrique Cause rare d accd accès s de toux avec cyanose chez le nourrisson: le volvulus gastrique C. Hafsa, B. Hmida, R. Salem, MA. Jellali, M. Maatouk, M. Golli Service d imagerie d médicale m CHU Fattouma Bourguiba

Plus en détail

OUTIL DE REFERENCE SUR LE SUIVI NUTRITIONNEL A MA MAISON

OUTIL DE REFERENCE SUR LE SUIVI NUTRITIONNEL A MA MAISON OUTIL DE REFERENCE SUR LE SUIVI NUTRITIONNEL A MA MAISON Objectifs de cet outil : Disposer d un outil o Pratique et fonctionnel o Accessible et compréhensible par tous o Reprenant, sans être exhaustif,

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN EHPAD

LA PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN EHPAD UNIVERSITE RENE DESCARTES PARIS V FACULTE COCHIN PORT ROYAL LA PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN EHPAD Etude descriptive des pratiques professionnelles de Médecins Coordonnateurs dans 27

Plus en détail

HAD ET RESEAUX DE SOINS Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins

HAD ET RESEAUX DE SOINS Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins 31 mai 2013 HAD Nantes & région mai 2013-BJAUD 2 n SOMMAIRE: - LE DISPOSITIF REGLEMENTAIRE - HOPITAL A DOMICILE: Présentation Objectif Les conditions d admission

Plus en détail

La bouche : à ne pas négliger.tout au long de la vie

La bouche : à ne pas négliger.tout au long de la vie La bouche : à ne pas négliger.tout au long de la vie Marie-Hélène Lacoste-Ferré Pôle Gériatrie CHU Purpan-Casselardit-Garonne TOULOUSE lacoste.mh@chu-toulouse.fr La bouche, tout au long de la vie. Bouche

Plus en détail

Caroline GILBERT Infirmière. Le 19 Novembre 2008

Caroline GILBERT Infirmière. Le 19 Novembre 2008 Caroline GILBERT Infirmière Le 19 Novembre 2008 C Gilbert - le 19 Novembre 2008 C Gilbert - le 19 Novembre 2008 DEFINITION C Gilbert - le 19 Novembre 2008 Un malade grabataire est incapable de façon temporaire

Plus en détail

Dr.Gobin M., Mr Froger A (IDE), Service de Médecine Polyvalente d Urgence CHU de Nantes

Dr.Gobin M., Mr Froger A (IDE), Service de Médecine Polyvalente d Urgence CHU de Nantes Dr.Gobin M., Mr Froger A (IDE), Mmes Barrat N N. et Mballa C.(AS) C (AS) Service de Médecine Polyvalente d Urgence CHU de Nantes Journée Régionale de Soins Palliatifs, Angers, le 2 avril 2015 ATELIER A4

Plus en détail

BILAN D ALIMENTATION pour enfants avec Troubles du Spectre Autistique âgés de 2 à 12 ans

BILAN D ALIMENTATION pour enfants avec Troubles du Spectre Autistique âgés de 2 à 12 ans BILAN D ALIMENTATION pour enfants avec Troubles du Spectre Autistique âgés de 2 à 12 ans Date de l observation : Nom : Prénom : Date de naissance : Diagnostic TSA : Famille (parents, fratrie) : 1. ENTRETIEN

Plus en détail

Rééducation des laryngectomies partielles. Corinne ADAMKIEWICZ Orthophoniste

Rééducation des laryngectomies partielles. Corinne ADAMKIEWICZ Orthophoniste Rééducation des laryngectomies partielles Corinne ADAMKIEWICZ Orthophoniste I. Anatomophysiologie et chirurgies partielles 1. anatomie du larynx a. le sphincter laryngé Situé au carrefour des voies aérodigestives

Plus en détail

Pneumonie de fausse déglutition. Dr Drowart - CHU Brugmann

Pneumonie de fausse déglutition. Dr Drowart - CHU Brugmann Pneumonie de fausse déglutition Dr Drowart - CHU Brugmann Pneumonie de fausse déglutitiond < inhalation sécrs crétions de l oropharynx l ou du contenu gastrique colonisés s par des bactéries pathogènes

Plus en détail

et boulimie 496. Anorexie mentale Définition Épidémiologie Étiologie Psychiatrie pathologies

et boulimie 496. Anorexie mentale Définition Épidémiologie Étiologie Psychiatrie pathologies TROUBLES DES CONDUITES ALIMENTAIRES 496. Anorexie mentale et boulimie Définition Les troubles des conduites alimentaires regroupent l anorexie mentale, associant une anorexie, une aménorrhée (chez la femme,

Plus en détail

Troubles de la déglutition

Troubles de la déglutition Troubles de la déglutition Prévention des fausses routes dans les atteintes neurologiques chez l adulte Sommaire Définition................................ 3 Quand on avale........................... 4

Plus en détail

Chirurgie du rachis. Rééducation post-opératoire immédiate. Centre des Massues

Chirurgie du rachis. Rééducation post-opératoire immédiate. Centre des Massues Chirurgie du rachis Rééducation post-opératoire immédiate Centre des Massues Service chirurgie : Dr Roussouly Dr Nouvel Kinésithérapie : N.Zeizig, M.Pagés, P.Pommerol Lyon Octobre 2003 Différents types

Plus en détail

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération PLAN CANCER 2003-2007 Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération consolidant le plateau technique du Centre Hospitalier Sud Francilien dédié à la cancérologie Mercredi 19 décembre

Plus en détail

15 mars 2011 - Martine SEMAT Colloque ANAP

15 mars 2011 - Martine SEMAT Colloque ANAP THEME : LES OUTILS DE COOPERATION L expérience de L HAD SANTE RELAIS DOMICILE L histoire de l association : création de SANTE RELAIS 31 en 2001 AGESEP 31 La création de l association Loi 1901 SANTE RELAIS

Plus en détail

Symptômes psycho-comportementaux p maladie d Alzheimer et les maladies apparentées. Evaluation Philippe Robert CMRR Nice. Jean-Philippe Flouzat

Symptômes psycho-comportementaux p maladie d Alzheimer et les maladies apparentées. Evaluation Philippe Robert CMRR Nice. Jean-Philippe Flouzat Symptômes psycho-comportementaux p dans la maladie d Alzheimer et les maladies apparentées Evaluation Philippe Robert CMRR Nice Critères d admissibilité ibilité dans les PASA et les UHR Jean-Philippe Flouzat

Plus en détail

Sémiologie digestive pédiatrique. jean-pierre.hugot@rdb.aphp.fr

Sémiologie digestive pédiatrique. jean-pierre.hugot@rdb.aphp.fr Sémiologie digestive pédiatrique jean-pierre.hugot@rdb.aphp.fr Troubles du transit intestinal Analyse du transit Selles de consistance normale Moulées Molles (sein, hydrolysats de protéines) Marron si

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE Dr Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat - Claude Bernard, Paris Mon domaine de compétence habituelle appartient plus à la pratique hospitalière

Plus en détail

Nutrition - dénutrition du concept à l assiette

Nutrition - dénutrition du concept à l assiette 2 ème Journée Universitaire de Médecine d Auvergne Générale Nutrition - dénutrition du concept à l assiette Dr Gilles Tanguy chargé d enseignement Dénutrition protéino-énergétique de la PA Les concepts

Plus en détail

Orthodontie et enfants malades

Orthodontie et enfants malades Orthodontie et enfants malades Atelier Presse du jeudi 25 septembre 2008 Avec la participation des docteurs Brigitte Vi-Fane et Jean-Baptiste Kerbrat Contact presse : BV CONSEiL Santé Alexandra Dufrien

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans

Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans Enoncé Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans Vous recevez en consultation Mme D., âgée de 75 ans, accompagnée de son fils. Celui-ci vous explique qu il craint que sa mère n ait la maladie

Plus en détail

PREVENTION DES FAUSSES ROUTES. IFSI de Troyes promotion aide-soignante

PREVENTION DES FAUSSES ROUTES. IFSI de Troyes promotion aide-soignante PREVENTION DES FAUSSES ROUTES PREVENTION DES FAUSSES Objectifs du cours : ROUTES Définir une fausse route Citer les manifestations des troubles de la déglutition Citer les moyens de prévention des fausses

Plus en détail

Pronostic du patient atteint de cancer en réanimation et l impact sur la prise en charge

Pronostic du patient atteint de cancer en réanimation et l impact sur la prise en charge Pronostic du patient atteint de cancer en réanimation et l impact sur la prise en charge À partir de l exemple du cancer bronchique Wirtz Gil CHU de Strasbourg Éléments déterminants dans la discussion

Plus en détail

RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX. Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs :

RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX. Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs : RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs : Journée Régionale de Soins Palliatifs Cité des Congrès

Plus en détail

TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES. Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes

TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES. Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes 1) Techniques endoscopiques 1.1) Bronchoscopie rigide 1.2) Thermocoagulation de haute fréquence 1.3) Cryothérapie

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

III / Déclenchement du vomissement

III / Déclenchement du vomissement LES VOMISSEMENTS DU NOUVEAU NE ET DU NOURRISSON Fréquents ; peuvent cacher diverses maladies ; à ne jamais banaliser. I / Définition Vomissement = rejet actif, par la bouche, de tout ou partie du contenu

Plus en détail

Problèmes médicaux et polyhandicap. Dr Cécile BOUTEILLER, MPR CHU de Bordeaux, IEM et SESSAD APAJH

Problèmes médicaux et polyhandicap. Dr Cécile BOUTEILLER, MPR CHU de Bordeaux, IEM et SESSAD APAJH Problèmes médicaux et polyhandicap Dr Cécile BOUTEILLER, MPR CHU de Bordeaux, IEM et SESSAD APAJH Polyhandicap: Atteinte motrice grave avec déficience intellectuelle profonde, altérant les possibilités

Plus en détail