LES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN NEUROLOGIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN NEUROLOGIE"

Transcription

1 Enseignement National DES de Médecine Physique et de Réadaptation DIU de Rééducation Module : Moyens thérapeutiques LES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN NEUROLOGIE Frédérique LARDY - GAILLOT Orthophoniste en ORL CHU REIMS

2 La déglutition, c est quoi? Transporter la salive, les solides, les liquides de la bouche à l estomac, en toute sécurité pour les voies respiratoires dans un sens et dans l autre! M. GUATTERIE

3 La déglutition est une activité sensori-motrice physiologique, qui se produit chaque minute pour gérer la salive, des dizaines de fois pendant un repas pour assurer la nutrition et l hydratation.

4 Physiologie de la déglutition classiquement décrite en 3 temps Le temps oral automatico - volontaire Le temps pharyngé automatico - réflexe Le temps oesophagien réflexe

5 Temps oral Prise des aliments Mastication + insalivation Perception gustative + olfactive Information sensitive et sensorielle caractéristiques physiques/chimiques du bol Préparation du bol, décision de le propulser Envoi ordre au centre déglutition bulbaire Réponses motrices: 1. Fermeture des VA 2. Activation pharyngée

6 Temps pharyngé Déroulement réflexe de la déglutition = propulsion Cependant, réglage précis (de la contraction laryngée + pharyngée, versus vitesse d exécution et force musculaire) suite au traitement des informations de texture et de volume (véhiculées par le V) lors du temps préparatoire oral! Apnée réflexe (inhibition de respiration aux centres pneumotaxique et apneustique du tronc cérébral) et fermeture des «sphincters»

7 Temps oesophagien N est que la poursuite de l onde péristaltique pharyngée jusqu à l arrivée du bol dans l estomac

8 3 temps Et le temps laryngé, alors?

9 La déglutition protège les voies respiratoires en évitant toute stagnation de corps étrangers dans le pharynx, résidus alimentaires pendant le repas, et en dehors des repas, sécrétions nasales, salive, mucus bronchique, régurgitations, RGO, vomissement, mérycisme. = Programme réflexe préventif de la fausse route

10 ANATOMO PHYSIOLOGIE

11 L intention de porter un aliment à la bouche anticipe le geste alimentaire et la propulsion de l aliment. Les muscles antagonistes de la mandibule se relâchent et la roto-translation de l ATM permet une ouverture de bouche suffisamment ample (grâce à la contraction des muscles agonistes) qui facilite la mise en bouche.

12 Description synthétique de la déglutition 1. Protection des voies aériennes 2. Transport des aliments

13 Description synthétique Protection A. Fermeture antérieure de la cavité buccale B. Fermeture postérieure de la cavité buccale C. Fermeture vélopharyngée D. Fermeture laryngée et mécanisme d expulsion Transport 1. Initiation du temps de transport oral 2. Contrôle et propulsion orale 3. Initiation du temps pharyngé 4. Déclenchement du temps pharyngé 5. Propulsion pharyngée 6. Ouverture du SSO

14 Description synthétique 1. Protection des voies aériennes Fermeture antérieure de la cavité buccale Fermeture postérieure de la cavité buccale Fermeture du cavum Fermeture du larynx

15 Fermeture antérieure de cavité buccale Sangle labio-jugale : innerv.vii la commissure labiale = l élément clé de la synergie entre l orbiculaire des lèvres (occlusion,contention) et le buccinateur (c/appui lors mastication) Muscles masticateurs : innerv.v fermeture : masséter, temporal antérieur, ptérygoïdiens médial et latéral supérieur diduction : le ptérygoïdien latéral inférieur vers controlatéral (inverse = ptérygoïdien latéral supérieur) protrusion : ptérygoïdiens latéraux inférieurs rétro pulsion : 2 temporaux postérieurs

16 Fermeture postérieure de la cavité buccale = vélo-linguale Occlusion oropharyngée pendant le temps préparatoire (mastication, insalivation ) et le début du temps oral. Rétrécissement de l isthme du gosier régulé par la contraction du muscle palatoglosse (ou pilier antérieur VP) qui lève l arrière de la langue tout en abaissant le voile du palais le styloglosse, autre élément du couple, lève le dos de langue

17 Dynamique vélaire La résultante de la décontraction du palato-glosse et de la contraction simultanée du tenseur du VP + palato pharyngien, tend le VP vers l arrière. Transformation de fermeture vélo-linguale en vélopharyngée du fait de la continuité des muscles du voile du palais avec le constricteur supérieur du pharynx. Dès élévation du VP, ébauche de contraction de la paroi pharyngée et de l ascension laryngée. Les cordes vocales sont déjà fermées!

18 Schéma des forces résultant des muscles impliqués dans la fermeture vélolinguale et vélopharyngée

19 Fermeture du cavum=vélo-pharyngée Degré différent selon la fonction! Déglutition = contraction synergique+++ Muscles du voile du palais : innerv. plexus pharyngé Le tenseur du VP (= tend + élève un peu) L élévateur du VP (= élève) Le palato pharyngien +++ faisceau 1 = fibres communes avec constricteur sup. du pharynx, (baisse VP rétrécit l isthme) faisceau 3 = pilier post. VP (tire arrière+bas) Muscle constricteur supérieur du pharynx

20 Boucles musculo aponévrotiques vélopharyngofaciales d après A. CHANCHOLLE

21 Muscles constricteurs du pharynx Constricteur supérieur en continuité avec le palato-pharyngien et le buccinateur. Constricteur moyen en continuité avec des muscles de la langue. Constricteur inférieur inséré sur le larynx. Le crico-pharyngien (partie inférieure du constricteur inférieur) est souvent réduit au SSO.

22 Muscles constricteurs du pharynx Innervé par plexus pharyngé = IX (++) et X + filets du nf laryngé inférieur pour le constricteur

23 Fermeture du larynx Va de l intrinsèque à l extrinsèque Associée à l ascension laryngée Associée à la stabilité de la région cervicale antérieure

24 Les différents niveaux de fermeture au cours de l ascension laryngée Phonation = adduction des CV Toux = adduction des BV Effort à glotte fermée = bascule antérieure des aryténoïdes Déglutition = bascule postérieure de l épiglotte ; couverture de l ensemble du larynx selon la force du bol alimentaire!

25 Musculature intrinsèque du larynx innerv. motrice+ proprioception= Nf Lgé inf. Adduction : l interaryténoïdien =1transverse +2 croisés (rapproche les aryténoïdes) Abduction : les crico-aryténoïdiens post. (/rotation externe de l apophyse vocale) Relaxation/tension: les thyroaryténoïdiens = lat. sup. (détend CV+ferme ; baisse épiglotte) = médial inf.= la CV (contraction isométrique) Tension : cricothyroïdien = droit+oblique innerv. motrice = Nf laryngé Sup. (antépulsion et bascule antérieure thyroïde)

26 Vue postérieure et latérale de la musculature intrinsèque du larynx Innervée par X Fermeture lgée Volontaire/réflexe Mécanisme réflexe = afférence par nf laryngé sup. efférence par nf laryngé inf.

27 Musculature extrinsèque du larynx Ventre antérieur du digastrique, mylohyoïdien, géniohyoïdien. Palatopharyngien, stylohyoïdien, ventre postérieur du digastrique Constricteurs moyen et inférieur Hyothyroïdien Sternohyoïdien, sternothyroïdien Omohyoïdien Innervation: V VII IX X XI XII

28 Musculature laryngée extrinsèque ( discontinus) Muscles sus hyoïdiens vers base du crâne et vers mandibule Muscles sous hyoïdiens Ascension + projection antérieure. suspension musculaire du larynx par l appareil hyoïdien ( continus)

29 Des muscles suspendent l os hyoïde vers l avant à la mandibule, vers l arrière à la base du crâne, Des muscles haubanent au sternum et aux épaules. Le larynx doit monter librement de 2 à 3 cm, sans subir de contraintes, ni de tensions restrictives!

30 Pour que le larynx monte et s antériorise, il faut contracter les muscles du plancher, fixer, stabiliser la mandibule. Le lien entre la posture cervicale et la tenue de tête est évident, de même que le lien entre la posture globale et les appuis. Installer correctement la personne qui mange!

31 Description synthétique 2. Transport des aliments, Initiation du temps oral Contrôle et propulsion orale Déclenchement du temps pharyngé Propulsion dans le pharynx Ouverture du SSO

32 Les extrinsèques : génioglosse +++ et plancher (plaquent c/palais) pharyngoglosse lié au const. Moyen (recule Base de langue) styloglosse,palatoglosse,amygdaloglosse (élèvent) Musculature linguale Les intrinsèques : lingual sup.,lingual inf., transverse, hyo-glosse(lié const. moyen)= (toutes déformations) Innervation XII

33 Masse de 17 muscles ancrée sur les raphés hyomandibulaires 3 parties fonctionnelles Appui palatin antéropost. pdt temps oral Déformation ++ Synergie avec muscles pharyngés ++ Dynamique linguale

34 Contrôle et propulsion orale Appui lingual antéropostérieur : La langue se cale avec un point d appui vers le haut. L appui se déplace de l avant vers l arrière, la force exprime une pression sur le bol. Ouverture de l isthme oropharyngé : Crée une force de propulsion Déformation de l arrière de la langue : IL se verticalise, le bol tombe (par effet de gravité)

35 C est la fin du temps oral! Entrée dans une phase qui n est pas encore celle du réflexe

36 Territoire sensitif Les informations des V,VII bis, surtout des IX et X, convergent vers les centres de déglutition par le noyau solitaire Variations anatomiques individuelles du plexus pharyngé!

37 Déclenchement du temps pharyngé Séquence motrice programmée quand les aliments arrivent dans la gorge, stimulent la zone de Wassilleff (entre le V lingual et l hypopharynx) Sur territoire du IX = réflexe déglutition Sur territoire du X = réponse variable selon le niveau, réflexe de toux, sauf si la personne déglutit!

38 Transport pharyngé Le bolus arrive avec une énergie cinétique liée à la pince glossovélique + l effet toboggan + le recul de BdL Péristaltisme pharyngé : force de «chasse» par la continuité des constricteurs Recul de base de langue : force de propulsion pour passer le rétrécissement Rapport Base de Langue /pharynx : recul de langue 2/3 avancée paroi pharyngée 1/3

39 Ouverture du SSO Une région = partie inf. du constricteur inf. et partie sup. de musculature de l œsophage Action permissive : par la relaxation de la région Action mécanique +++ : par l ascension et projection en avant du larynx Distension de la région et force de propulsion «intra bolus» pour laisser passer les gros morceaux

40 La déglutition met en jeu 6 paires crâniennes, 4 paires de nerfs cervicaux, et plus de 30 paires de muscles. Le contrôle neurologique comporte plusieurs étages, utilise des afférences et des efférences périphériques, véhiculées par les nerfs V,VII,IX, X, XI, XII et les premières racines spinales. Le tronc cérébral contient les noyaux d où partent et aboutissent les nerfs crâniens qui peuvent être sensitifs, moteurs ou mixtes.

41 Contrôle neurologique de la déglutition Centre bulbaire de la déglutition, bilatéral 4 «étages» Afférent sensitif et sensoriel : noyau du V (sensibilité face, cavités buccale, nasale et sinus maxillaires), noyau du tractus solitaire (fibres sensitives des nerfs X et IX + fibres gustatives du VII bis, du IX, du X). Récepteurs variés dans région oropharyngée véhiculent des informations sur le goût, le tact, la sensibilité chimique, la discrimination de 2 points, la proprioception, la nociception, la sensibilité thermique, la stéréognosie. Efférent moteur : Noyaux du V, VII, noyau ambigu (IX X XI bulbaire), noyau dorsal du X, noyau du XII. Contribuent à motricité face, langue, VP, larynx, pharynx, œsophage. Sélectivité d activation des motoneurones pendant les stades. Intégrateur : Intégration d afférences, d efférences et fonctions réflexes (comme nauséeux, toux, expiration ). 2 groupes d interneurones (dorsal et ventral + feed back sensitif ) génèrent la séquence motrice déglutition ; interconnexions entre centres respiratoires / phonatoires. Contrôle Cortical = initie, module la déglutition. Contrôle bilatéral avec prédominance d un hémisphère chez l individu. Implique l aire motrice primaire pour la face, l opercule rolandique, le cortex pré moteur, l insula, le gyrus cingulaire antérieur, les noyaux gris centraux et le cervelet.

42 Étage intégrateur

43 La déglutition est donc un énorme automatisme, lié à un système qui organise tous les réflexes intégrés dans d autres réflexes Finalement, le réflexe «archaïque» succiondéglutition de l enfant n a pas disparu mais il est devenu de plus en plus contrôlé!

44 Mécanismes de protection des VADS Quelque chose qui rentre dans le larynx doit déclencher une réaction qui va de : la fermeture de base des CV, un hemmage, un raclement de gorge, à la toux (à point de départ laryngé), voire à l étouffement! (par fermeture excessive)

45 Mécanismes de protection des voies aériennes Toux à point de départ trachéobronchique Système mucociliaire Système immunitaire

46 La dysphagie ou trouble de la déglutition définit la difficulté d avaler avec une sensation de gêne, d arrêt du transit, douloureuse ou non, avec éventuellement des fausses routes

47 Fausse route trachéale = sous la glotte! (alors que pénétration laryngée = au dessus de la glotte!) Classification par rapport au déclenchement du temps pharyngé. FR avant : pénétration pharyngée (par mauvais contrôle du bol ou par retard de déclenchement du temps pharyngé) FR pendant : pénétration laryngée (par défaut de fermeture laryngée glottique) FR après : aspiration à la reprise inspiratoire (par défaut de fermeture sus-glottique ou par défaut de transport) regorgement (par défaut de transport pharyngé ou par dysfonctionnement du SSO) Le problème des Fausses routes silencieuses!!!

48 La fausse route est dangereuse pour l appareil respiratoire si elle n est pas évacuée! Le mécanisme d expulsion est donc fondamental en pathologie.

49 Symptômes spécifiques de troubles de la déglutition (Localisent le trouble, orientent vers un mécanisme physiopathologique mais n évaluent pas le risque lié à la sévérité du trouble!) Difficultés de mastication Bavage Résidus buccaux Blocage haut (dans la bouche) Toux ou étouffement avant/pendant/après déglutition Blocage bas (pharynx, SSO, œsophage) Reflux nasal

50 Symptômes aspécifiques (Signes de gravité informant sur le retentissement et la tolérance du trouble de la déglutition) Concernant l alimentation modifications déroulement du repas conséquences sociales conséquences psychologiques Concernant l état nutritionnel sensation de faim après le repas Altération de l état général conséquences sociales Concernant l état pulmonaire infection pulmonaire(pneumopathie, bronchite, toux, bronchioalvéolite chroniques) Fonction respiratoire(insuff. Resp. chronique / baisse tolérance FR)

51

52 Etudes toulousaines, Sur le plan des symptômes spécifiques l absence de toux (signalant en théorie la FR) est retrouvée chez 60 % des patients, toutes pathologies confondues! 40% parmi ceux qui inhalent font une infection! L inhalation chronique ne donne pas obligatoirement le tableau classique de pneumopathie d inhalation.

53 Conséquences sur le transport du bol lors de la mise en situation Les fausses routes Les blocages = arrêt de la progression 1. buccale (par trouble initiation tps oral ou tps pharyngé, défaut contrôle ou transport oral) 2. valléculaire (retard déclenchement tps pharyngé ou défaut de propulsion linguale ou basilinguale) 3. Pharyngée (obstacle, baisse propulsion linguale, pharyngée, dysfonctionnement SSO) Les stases alimentaires = anomalies de la bio - dynamique buccale, valléculaire, pharyngée, laryngée Des signes de compensation

54 En résumé, les anomalies anatomiques et neurologiques peuvent entraîner : Un trouble de la motricité Un trouble de la sensibilité Un trouble du tonus Un trouble du contrôle des structures actives dans la déglutition : 1. trouble de l initiation motrice 2. défaut de déclenchement des réflexes du carrefour 3. trouble de la coordination

55 Etiologie des troubles de déglutition Lésions tête et cou : cancers + séquelles, séquelles traumas face/cou Lésions neurologiques: AVC, TC, MP, SLA, SEP, Démences, myopathies Maladies générales : hyperthyroïdie, diabète, polyarthrite rhumatoïde, dermatomyosite, infections

56 AVC Sylvien unilatéral Conséquence de lésion centrale supranucléaire limitée car les noyaux moteurs ont un contrôle bilatéral (sauf XII et facial inf.). Les 2 côtés reçoivent des ordres du cortex restant d où régression spontanée des troubles post AVC. Motricité réflexe conservée Temps oral de déglutition : Bavage (paralysie faciale), accumulation ds sillon gingivo-jugal. Tps pharyngé : retard déclenchement réflexe. Si hémisphère dominant lésé, FR aux liquides durables + apraxie déglutition. Si hémisphère mineur lésé, négligence de l hémicorps gauche et de la cavité buccale + anosognosie

57 AVC bilatéraux = Syndrome pseudo-bulbaire (invalidant) Apraxie BLF Réflexes médio-faciaux vifs Dissociation automatico-volontaire Réflexes oraux archaïques Mastication, préparation impossible Retard d activation du réflexe (FR aux liquides systématiques, FR par débordement des liquides épaissis) d autant plus long que la lésion bilatérale des voies géniculées (voie pyramidale des nerfs crâniens) est importante!

58 AVC du bulbe, atteinte neurogène périphérique ou syndrome bulbaire, lésion unilatérale du 2 ème neurone moteur de la voie motrice Paralysie VP, Pharynx, larynx Hypotonie Amyotrophie Aréflexie du côté lésion Stase résiduelle, fausses routes importantes avec salive, sécrétions

59 AVC du tronc cérébral Atteinte nucléaire des IX X XI XII troubles souvent sévères, durables! Et si atteinte faciale associée Syndrome Wallenberg : (le + fréquent) - Côté lésion : anesthésie faciale, paralysie hémi VP, Pharynx, larynx, langue, + synd.c.b.horner + synd. vestibulaire + synd. Cérébelleux - Côté opposé : hémianesthésie spino- thalamique L I S (s. de verrouillage +atteinte du tegmentum bilatérale)

60 Infarctus cérébelleux Syndrome pseudo-vestibulaire, céphalée + somnolence si œdème expansif Association de troubles : 1. de la statique, 2. du tonus (hypotonie) 3. de l exécution du mouvement : troubles de coordination dans le temps (dyschronométrie, adiadococinésie, tremblement d attitude et d action) ; troubles de coordination dans l espace (dysmétrie, asynergie). Troubles de la déglutition: FR aux liquides Dysarthrie Infarctus combinés Tronc + cervelet Mécanismes physiopathologiques +++ surtout défauts de déclenchement+++, fermeture laryngée++, transport pharyngé+++, dysfonctionnement SSO+++

61 Traumatisme Crânien Lésions étendues : Déficits moteurs sévères +/- atteintes sensitives, tonus ou +, spasticité Atteinte paires crâniennes Mouvements anormaux Troubles orthopédiques Troubles des fonctions supérieures associées Séquelles de trauma facial TC grave dès Amnésie Post T de 24 H

62 Maladie de Parkinson Dysfonctionnement progressif Mastication lente inefficace (mouvements lèvres, langue, masticateurs ralentis et de faible amplitude) : préparation du bol perturbée, risque d inhaler morceaux non mastiqués, allongement durée repas Défaut fermeture labiale : bavage liquides, salive Blocage d initialisation du temps buccal, mouvements itératifs antéropostérieurs de la langue «pumping syndrom» ou «rolling», hypokinésie linguale : stase buccale et valléculaire Retard du déclenchement du temps pharyngé : FR liquides Diminution du péristaltisme pharyngé : stases, dysphagie aux solides, FR par débordement de la stase alimentaire Défaut de protection des VA : diminution recul Bdl et d ascension laryngée, fermeture incomplète des CV. FR pendant la déglutition Difficulté d ouverture du SSO: Défaut relaxation (neurogène) et d ascension laryngée. Diminution du péristaltisme oesophagien Relaxation SIO incomplète : transit augmenté RGO fréquent

63 Syndromes parkinsoniens + Signes plus précoces Plus sévères, Dopa résistants Temps pharyngé surtout perturbé Troubles cognitifs associés

64 Chorée Huntington Formes et évolutions différentes Motricité déficitaire et mouvements anormaux (amplifiés par la fatigue) ; tête +tronc en hyperextension; instabilité posturale Troubles cognitifs: démence, syndrome dysexécutif Trouble de l humeur: syndrome dépressif Dysphagie tardive: apraxie, mouvements choréïques, bradykinésie, troubles cognitifs. Fréquent déni. Préparatoire: morceaux trop volumineux, mastication inefficace ou absente, bavage. Orale : rétention, mouvement «rolling» ou choréïque, trouble de coordination respiration/déglutition. Pharyngé : allongé, retard déclenchement, stase, FR par débord, mouvements choréïques laryngés. Oesophagien : lenteur transit, RGO (mouvements choréïques diaphragmatiques)

65 SLA dégénérescence des neurones moteurs du cortex, de la corne antérieure moelle et des noyaux bulbaires, d évolution variable. Paralysie progressive des membres + muscles de la sphère labio-glosso-pharyngolaryngée. Difficultés de préparation et préhension des aliments Atteinte muscles cervicaux: chute tête en avant (nécessite énergie), bavage atteinte respiratoire : toux peu efficace, polypnée Atteinte neurone moteur périphérique: fasciculations, atrophie musculaire Atteinte neurone moteur central : hypertonie pyramidale, spasticité, réflexes ostéo-tendineux vifs, Babinski Troubles résultent du syndrome bulbaire (dysarthrie parétique, troubles sévères de déglutition) et du syndrome pseudo-bulbaire (dysarthrie spastique, déglutition relativement préservée) Evolution +/- parallèle aux troubles de la communication 1. Atteinte modérée : lenteur mastication, stase buccale, FR liquides, difficultés pr aliments fragmentés, dysphagie aux solides dans forme à début spinal. 2. Atteinte moyenne : difficulté de propulsion intrabuccale (stase valléculaire) 3. Atteinte sévère : atteinte du temps pharyngé (stases ds sinus piriformes, FR / débordement, FR salivaires ; défaut de fermeture laryngée (FR pdt déglutition)

66 Symptomatologie motrice : syndrome pyramidal SEP s. cérébelleux(asynergie,dysmétrie,dyschronométrie) s. vestibulaire Sémiologie sensitive (objective/sub.,tble visuel) Atteinte tronc cérébral : V VI VII Atteinte frontale possible + pariétale : troubles 1. de l humeur, 2. cognitifs (attention, mémoire, fonctions exécutives) 3. du langage; 4. du comportement alimentaire Epilepsie

67 SEP suite Atteinte sensitive face, parfois pharynx et cavité buccale Trouble du temps oral : difficulté à initialiser, mastication peu efficace, bavage Troubles du temps pharyngé : retard du réflexe de déglutition (FR aux liquides); péristaltisme pharyngé peu efficace (stase sinus piriformes; FR par débordement)

68 Syndromes démentiels Maladie d Alzheimer (la + fréquente) Perte de poids dès phase initiale Troubles de déglutition tardifs 30% de FR dans période terminale Baisse de vigilance Apraxie de déglutition Retard de déclenchement du réflexe de déglutition Syndrome extra-pyramidal

69 Affections musculaires Atteinte vélopharyngée : dysphagie aux solides, FR par débord, reflux nasal Myopathie de Steinert : idem + mastication peu efficace, stase salivaire (inconsciente), rhinolalie, défaut de relâchement après contraction Myopathie oculo-pharyngée : idem + hypertonie du cricopharyngien Myosites : atteinte des muscles VP, pharynx, parfois SSO ; douloureuse si polymyosites, dermatomyosites. Myasthénie: fatigue musculaire mais récupération rapide. Dyspnée, troubles déglutition au début dans 20% des cas, parfois très sévères /atteinte ORL (face, masticateurs,langue, VP, pharynx,larynx)

70 Vieillissement 74 à 87% de troubles de déglutition dans les centres d accueil 71% de FR silencieuses chez sujet âgé hospitalisé / pneumopathie Modifications liées à l âge : évolution de la salive, perte neuronale, modification du goût et de l appétit, diminution de la sensation de soif Vieillissement des grandes fonctions, des structures, des fonctions associées. Conséquences sur le temps oral : temps préparatoire augmenté, problème de qualité du bol, incontinence salivaire, stase buccale, fuite dans le pharynx Conséquences sur le temps pharyngé : retard de déclenchement, baisse péristaltisme, diminution ascension laryngée, trouble relaxation SSO ; stases valléculaires et sinus piriformes, pénétrations laryngées +/- trouble péristaltisme oesophagien

71 Pathologie neurologique en phase aiguë Population à risques avec problèmes Carrefour aéro - digestif investi : respiratoires canule ou intubation = déafférentation du larynx, gêne mécanique, FR SNG = diminution des seuils de perception

72 Conséquences sur la protection des VADS Réflexe de fermeture glottique perturbé Affaiblissement de la toux Baisse de la pression sous glottique Restriction élévation laryngée Atrophie musculaire par non utilisation et conséquences sur la déglutition Retard déclenchement, défaut de transport

73 Reprise du fonctionnement laryngo - trachéal le plus tôt possible Selon la vigilance du patient, Selon ses possibilités ventilatoires Selon le type de canule : fenêtrée, sans ballonnet ou ballonnet dégonflé. Procédure de réafférentation : - Aspirer doucement par la canule, autant que nécessaire, la salive inhalée ; - Boucher la canule et demander d avaler ; aspirer à nouveau par la canule, recommencer autant de fois que nécessaire - Puis boucher la canule et vérifier la perméabilité des VADS - Faire parler, Sinon, exercice de mobilisation laryngée, reniflements, inspirations / expirations amples, glottages Décanulation : sevrage conditionné par qualité de la respiration

74 Si suspicion trouble de la déglutition Contexte médical du patient : ATCD, actuel Réalisation de l évaluation = anatomie fonctionnelle du carrefour : respiration canule bouchée ; nasofibroscopie du cavum, du pharynx ; puis fibro par le trachéostome. Si pb respiratoire, le régler! Réalisation de l examen : dynamique oro-pharyngolaryngée (lèvres,langue, voile,pharynx, larynx) Réflexe de protection des VA Réalisation de l essai : si vigilance suffisante, si mobilité VADS, si risque de FR tolérable sur plan pulmonaire,

75 Essai de déglutition Installation patient: assis, canule ballonet dégonflé, calme, vigilant, non algique, sans problème médical intercurrent Choix des textures, des volumes Adaptation des postures / manœuvres au déroulement de l essai Évaluation de l essai à corréler au bilan analytique et fonctionnel Alimentation orale possible? Préciser les conditions, sinon, préciser les délais de réévaluation, les conseils de stimulations Savoir décanuler avant reprise d alimentation

76 Test de capacité fonctionnelle de déglutition Un outil d évaluation stricte Faire déglutir des volumes croissants de liquide puis d aliments mixés et moulinés. Au départ, ½ cuillérée d eau 4X de suite! Si ok, 1 cuillère à café, puis 1 cuillère à entremet puis à soupe puis le verre. Si FR, épaissir légèrement ou plus fortement, avant de proposer l eau gélifiée. Si le problème persiste, arrêt hydratation PER OS impératif! Pour les aliments, tester des textures progressivement plus difficiles avec un bolus calibré Si difficulté (FR, déglutitions à répétition), postures de flexion/rotation pour améliorer la protection des VA ou le transit pharyngé. NON il ne peut pas avaler cette texture en toute sécurité! OUI il peut avaler cette texture mais sous condition Chercher la frontière variable entre la zone de compétence et d incompétence de la personne, entre déglutition fonctionnelle et FR par rapport à un environnement donné 1. Température du bolus, 2. volume du bolus, 3. «texture»( soit la réaction en bouche pendant la préparation du bol)

77

78 En conclusion, Les conséquences respiratoires, aiguës ou chroniques, des fausses routes peuvent être aussi dramatiques que l altération de l état nutritionnel / hydrique par impossibilité d avaler La fonction déglutition met donc en jeu le pronostic vital!

79 La prise en charge des dysphagies ne consiste donc pas à restaurer prioritairement l alimentation mais à préserver la fonction respiratoire En pratique, «ne pas demander aux kinés de vider des poumons que d autres auront remplis!» M. Guatterie

80 Remerciements au Dr Virginie WOISARD à Michèle PUECH à Michel GUATTERIE aux membres du réseau et à tous ceux qui m ont fait confiance au cours de ma pratique d orthophoniste

1-Le frontal PLAN. 2-L occipital. 3-Le sphénoïde 10/02/2014 ANATOMIE TETE ANESTHESIE EN ORL LES ACTES CHIRURGICAUX

1-Le frontal PLAN. 2-L occipital. 3-Le sphénoïde 10/02/2014 ANATOMIE TETE ANESTHESIE EN ORL LES ACTES CHIRURGICAUX 1-Le frontal Dr F. Philip 02/2014 ANATOMIE TETE Crâne osseux PLAN 4 MEDIANTS-2 LATERAUX PAIRES -LES 14 OS DE LA FACE Face Anatomie Innervation (V VII) COU GLANDES Thyroïde -parathyroïdes Glandes salivaires

Plus en détail

Comment évaluer et traiter les patients atteints d un syndrome cérébelleux? CORINNE GAL A.D.A.P.E.I mas de Canta Galet 06000 NICE

Comment évaluer et traiter les patients atteints d un syndrome cérébelleux? CORINNE GAL A.D.A.P.E.I mas de Canta Galet 06000 NICE Comment évaluer et traiter les patients atteints d un syndrome cérébelleux? CORINNE GAL A.D.A.P.E.I mas de Canta Galet 06000 NICE PREMIÈRE PARTIE Le syndrome cérébelleux: Définition Fréquence Étiologies

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES NEUROLOGIE

COMPÉTENCES CLINIQUES NEUROLOGIE COMPÉTENCES CLINIQUES NEUROLOGIE 1. Motricité et réflexes a. Examen musculaire Inspection Taille, symétrie (amyotrophie, hypertrophie) Fasciculations Crampes Percussion Myotonie (persistance d'une forte

Plus en détail

Centre de Référence des Maladies Neuromusculaires Adultes

Centre de Référence des Maladies Neuromusculaires Adultes Ce document tente de présenter de manière approfondie l évaluation et la rééducation orthophonique dans la DM1. Les échanges interdisciplinaires entre les différents intervenants (médecin traitant, spécialistes,

Plus en détail

déglutition-respiration : couple fondamental et paradoxal Article paru dans : kinéréa, 2005;42:1

déglutition-respiration : couple fondamental et paradoxal Article paru dans : kinéréa, 2005;42:1 Michel GUATTERIE & Valérie LOZANO unité de rééducation de la déglutition Service de Médecine Physique et Réadaptation C.H.U. Pellegrin 33076 BORDEAUX Cedex déglutition-respiration : couple fondamental

Plus en détail

Les troubles de la déglutition postintubation et trachéotomie Swallowing disorders following endotracheal intubation and tracheostomy

Les troubles de la déglutition postintubation et trachéotomie Swallowing disorders following endotracheal intubation and tracheostomy Réanimation 13 (2004) 417 430 www.elsevier.com/locate/reaurg Mise au point Les troubles de la déglutition postintubation et trachéotomie Swallowing disorders following endotracheal intubation and tracheostomy

Plus en détail

Les troubles de la déglutition chez la personne âgée

Les troubles de la déglutition chez la personne âgée Les troubles de la déglutition chez la personne âgée Un équilibre entre déglutition et nutrition Martine DEGAND Logopède Service de Gériatrie - site J.BRACOPS Epidémiologie 90% de la population gériatrique

Plus en détail

La langue, constituant la majeure partie de la partie inférieure de la cavité orale,

La langue, constituant la majeure partie de la partie inférieure de la cavité orale, LES «ANNEXES» DE LA CAVITE ORALE La Langue La langue, constituant la majeure partie de la partie inférieure de la cavité orale, occupe l espace dans cette cavité orale, dans la concavité de l arche mandibulaire,

Plus en détail

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladies neuromusculaires Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de

Plus en détail

LE LARYNX VUE ANTERIEURE DU LARYNX : Décembre 2007 Sources Étudiantes. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

LE LARYNX VUE ANTERIEURE DU LARYNX : Décembre 2007 Sources Étudiantes. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes LE LARYNX Le larynx est un conduit aérien qui joue un rôle essentiel dans la phonation mais aussi dans la respiration. Suite au larynx, se trouve la glotte, une zone rétrécie qui délimite les voies aériennes

Plus en détail

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer http://www.carevox.fr/comment-lutter-contre-la-maladie-d-alzheimer.html 1. Les Conséquences de la maladie d Alzheimer sur l alimentation Phases Capacités

Plus en détail

APPAREIL RESPIRATOIRE. Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5

APPAREIL RESPIRATOIRE. Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5 Vie végétativev APPAREIL RESPIRATOIRE Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5 APPAREIL RESPIRATOIRE Voies de conduction aérienne: supérieures : Fosses nasales - Olfaction

Plus en détail

EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS

EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS Les exemples montrés dans ce document ne sont qu un vague reflet de la complexité clinique des troubles proprioceptifs qui peuvent donner des dysfonctions partout où

Plus en détail

Prise en charge rééducative des patients hémiplégiques. Florie LARGEAU Kiné CHU Bicêtre Année 2012

Prise en charge rééducative des patients hémiplégiques. Florie LARGEAU Kiné CHU Bicêtre Année 2012 Prise en charge rééducative des patients hémiplégiques Florie LARGEAU Kiné CHU Bicêtre Année 2012 Pourquoi vous sensibilisez Futurs professionnels de la santé AVC : la cause la + fréquente de l hémiplégie.

Plus en détail

Anatomie et Exploration des VAS

Anatomie et Exploration des VAS Stanford Anatomie et Exploration des VAS M. Blumen Foch Centre Médical Veille Sommeil Concepts généraux : Pharynx 3 étages Nasopharynx Oropharynx haut Oropharynx bas Hypopharynx Concepts généraux : les

Plus en détail

RACHIS et MALADIE de PARKINSON Dr Christine Guillet Consultation Rachis Service de Rééducation Hôpital Le Vésinet RACHIS et MALADIE de PARKINSON Glossaire Rachis : colonne vertébrale Extrapyramidal : système

Plus en détail

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE La Marche dans les Affections Neurologiques gq Centrales S Injeyan JL Isambert Y Bebin S Le Doze M Cano P Fages W Loisel La Marche Fonction complexe Organisée hiérarchiquement au niveau spinal Contrôlée

Plus en détail

Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens

Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens Pr Luc Defebvre Service de Neurologie et Pathologie du Mouvement, CNRS 3291, CHRU, Lille Janvier 2010 Place

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION APRÈS UN AVC AVC

LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION APRÈS UN AVC AVC LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION APRÈS UN AVC AVC 9 SOMMAIRE Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 2 Rappel 3 Les mécanismes de la déglutition 3 Les troubles de la déglutition, qu est-ce que

Plus en détail

Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!!

Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!! Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!! LES LEVÉES DE TENSION Principe Obtenir un relâchement musculaire en pratiquant une contraction musculaire de 6 secondes puis un étirement lors du relâchement

Plus en détail

Radio-Anatomie de la sphère ORL

Radio-Anatomie de la sphère ORL Radio-Anatomie de la sphère ORL J A C Q U E S F O U R Q U E T I N T E R N E E N R A D I O T H E R A P I E T U T E U R : D R C A L L O N N E C D E S C A R C I N O L O G I E C E R V I C O - F A C I A L E

Plus en détail

CHAPITRE XI : TROUBLES DE LA MARCHE ET DE L EQUILIBRE. CHUTES CHEZ LE SUJET AGE

CHAPITRE XI : TROUBLES DE LA MARCHE ET DE L EQUILIBRE. CHUTES CHEZ LE SUJET AGE CHAPITRE XI : TROUBLES DE LA MARCHE ET DE L EQUILIBRE. CHUTES CHEZ LE SUJET AGE I- Sémiologie des troubles de la marche A- Anamnèse B- Analyse catégorielle C- Analyse sémiologique II- Epidémiologie des

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre

Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre Pr. Kissani, Dr. Lohab Faculté de médecine,université Cadi Ayyad; Marrakech. Vous donner le vertige 1 Définition Le vertige est une sensation de déplacement

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN EHPAD

LA PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN EHPAD UNIVERSITE RENE DESCARTES PARIS V FACULTE COCHIN PORT ROYAL LA PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN EHPAD Etude descriptive des pratiques professionnelles de Médecins Coordonnateurs dans 27

Plus en détail

Troubles de l équilibre

Troubles de l équilibre Troubles de l équilibre Définition & symptomatologie Responsable de chutes, problème majeur chez le sujet âgé Troubles de l équilibre: impossibilité à maintenir son centre de gravité dans son polygone

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Les mécanismes de la récupération neurologique PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Introduction Plasticité cérébrale / Récupération après lésion cérébrale Récupération spontanée

Plus en détail

Item 308 : Dysphagie

Item 308 : Dysphagie Item 308 : Dysphagie Collège Français d'orl Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...4 SPECIFIQUE :...4 I Physiopathologie...5 II Sémiologie...5 II.1 Symptômes observés au cours

Plus en détail

La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux

La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux Dysphagie La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux Définition Soit difficulté de la phase préœsophagienne de la déglutition (dysphagie haute ou oropharyngée) Soit sensation

Plus en détail

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Syndrome de Déficience Posturale Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Définitions : Posture : position particulière du corps et son maintien (se tenir debout par exemple). Proprioception

Plus en détail

Os Hyoïde. Cartilage thyroïde. Cartilage Cricoïde. Cartilage Trachéal. S ouvre à la déglutition et à l expiration

Os Hyoïde. Cartilage thyroïde. Cartilage Cricoïde. Cartilage Trachéal. S ouvre à la déglutition et à l expiration MUSCULEUSE OESOPHAGIENNE : 1/3 supérieur : Musculeuse striée longitudinale (Paroi) + S.S.O 1/3 moyen : Musculeuse striée externe longitudinale + circulaire lisse interne 1/3 inférieur : Musculeuse circulaire

Plus en détail

La radioanatomie du larynx. NEJHY W, ELBENNA N, SAOUD S, GHARBI A, ABDELOUAFI A Service de radiologie 20 Août.CHU Ibn Rochd - Casablanca.

La radioanatomie du larynx. NEJHY W, ELBENNA N, SAOUD S, GHARBI A, ABDELOUAFI A Service de radiologie 20 Août.CHU Ibn Rochd - Casablanca. La radioanatomie du larynx NEJHY W, ELBENNA N, SAOUD S, GHARBI A, ABDELOUAFI A Service de radiologie 20 Août.CHU Ibn Rochd - Casablanca. Maroc Plan I- Introduction II- Rappel anatomique du larynx 1- Limites

Plus en détail

TP : Education thérapeutique des enfants IMC en Kinésithérapie

TP : Education thérapeutique des enfants IMC en Kinésithérapie TP : Education thérapeutique des enfants IMC en Kinésithérapie Ce TP est complémentaire au cours et lui est indissociable. I Progression pour le travail du renforcement des fléchisseurs de tête et de tronc

Plus en détail

4. L'étape buccale de la digestion

4. L'étape buccale de la digestion 4. L'étape buccale de la digestion La cavité orale et ses annexes sont organisées pour assurer la préhension des aliments et pour les préparer à la déglutition par l'action de la mastication. Pendant cette

Plus en détail

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien.

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien. BIOLOGIE 101-A82-SF ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE 2 EXERCICES : LE SYSTÈME NERVEUX 2 1. Quelle est la différence entre l encéphale et le cerveau? L encéphale est constitué de tout le contenu de la boîte crânienne.

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Quelques règles de description des mouvements

Quelques règles de description des mouvements Introduction 1 9 Quelques règles de description des mouvements Dans ce livre, tout autant que de voix, il sera souvent question de mouvement. Nommer et décrire les mouvements est une tâche complexe, car

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol 3 Le stretching 1. Définition Le stretching, traduction anglaise pour étirement est une technique de préparation du corps, de maintien ou de remise en forme basée sur l amélioration des amplitudes articulaires

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER?

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? Il faut s'échauffer pour: être en sécurité dès le début : une activité physique progressivement plus intense est indispensable pour ne pas mettre son coeur, ses artères, ses

Plus en détail

Place de la PSP et des AMS. «Parkinson plus!» Ce qui doit alerter. Paralysie supra-nucléaire progressive (PSP) Ce qui doit alerter

Place de la PSP et des AMS. «Parkinson plus!» Ce qui doit alerter. Paralysie supra-nucléaire progressive (PSP) Ce qui doit alerter «Parkinson plus!» Pr Marc Verny Centre de Gériatrie, pav. M. Bottard Hôpital de la Salpêtrière Place de la PSP et des AMS Maladie de Parkinson : diagnostic clinique et certitude neuropathologique. Etude

Plus en détail

Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR. Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011

Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR. Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011 Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011 Introduction Le rôle du médecin MPR : poser les indications Réflexion pluridisciplinaire Définir les objectifs

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

:: Atrésie de l œsophage

:: Atrésie de l œsophage :: Atrésie de l œsophage Définition : L atrésie de l œsophage est une malformation congénitale caractérisée par une interruption de continuité de l œsophage. Dans 50 % des cas, elle est associée à d autres

Plus en détail

UE spé 12 - écurie n 1 du 25 Mars 2014

UE spé 12 - écurie n 1 du 25 Mars 2014 PACES UE spé 12 - écurie n 1 du 25 Mars 2014 Ce livret comporte 8 pages, 20 questions. Vous disposez de 30 minutes pour y répondre. Chaque question comprend entre une et cinq réponses exactes La lettre

Plus en détail

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS)

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Définition La neurostimulation électrique transcutanée est une technique antalgique non médicamenteuse

Plus en détail

Symptomatologie de la trisomie 21

Symptomatologie de la trisomie 21 Symptomatologie de la trisomie 21 La trisomie 21 est une anomalie génétique qui concerne la vingt-et-unième paire de chromosomes. Elle touche environ une grossesse sur 700 en France. Il en existe trois

Plus en détail

Bases neurophysiologiques des états de veille et de sommeil

Bases neurophysiologiques des états de veille et de sommeil Bases neurophysiologiques des états de veille et de sommeil Yves DAUVILLIERS Département de Physiologie Neurologie CHU Montpellier Objectifs du cours Décrire l organisation normale du sommeil sur les 24

Plus en détail

Examen neurologique de l enfant

Examen neurologique de l enfant Examen neurologique de l enfant 2 SYSTÈMES ANATOMIQUEMENT DISTINCTS différents dans la chronologie de leur maturation Système SOUS CORTICOSPINAL Issu du Tronc cérébral Archaïque Maintient de la posture

Plus en détail

La mécanique sous le capot

La mécanique sous le capot La mécanique sous le capot L ergonomie Comment éviter et diminuer les TMS aux membres supérieurs Pourquoi vos articulations vous font-elles souffrir? De nombreux travailleurs souffrent de troubles musculo-squelettiques

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

Docteur Olivier PALOMBI

Docteur Olivier PALOMBI Anatomie de la tête osseuse Chapitre 10 : La tête osseuse Docteur Olivier PALOMBI P1 Médecine Multimédia - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous droits réservés. Tête osseuse = squelette

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

JOURNEE DE LA SRAPL 9 mars 2013

JOURNEE DE LA SRAPL 9 mars 2013 JOURNEE DE LA SRAPL 9 mars 2013 1 2 3 4 5 La voûte palatine 6 Développement de la dentition 7 8 9 10 Les maxillaires 11 Déformations sur le plan vertical niveau incisif 12 13 Déformations sur le plan vertical

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

En salle. Fiches pratiques Activité physique régulière Sommaire

En salle. Fiches pratiques Activité physique régulière Sommaire Fiches pratiques Activité physique régulière Sommaire Étirement Fessiers 1/2 p.02 Fessiers 2/2 p.03 Ischio-jambiers 1/3 p.04 Ischio-jambiers 2/3 p.05 Ischio-jambiers 3/3 p.06 Quadriceps 1/2 p.07 Quadriceps

Plus en détail

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées OUTIL D ÉVALUATION DES PRATIQUES Avril 2009 Avec le partenariat méthodologique et le concours

Plus en détail

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture 148 l e x a m e n m u s c u l o s q u e l e t t i q u e I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE Faites les exercices suivants au moins 2 fois par jour, tous les jours. Faites l effort de maintenir une

Plus en détail

LES ETIREMENTS. Notions de base. Sommaire

LES ETIREMENTS. Notions de base. Sommaire LES ETIREMENTS Notions de base Sommaire Mise en garde Un minimum de connaissances anatomiques et physiologiques Choix des étirements : tableau synthétique Quelques exemples d'étirements fréquemment utiles:

Plus en détail

4 Le traitement chez le sportif. Préventif Curatif : soins et équilibration de l appareil manducateur

4 Le traitement chez le sportif. Préventif Curatif : soins et équilibration de l appareil manducateur 4 Le traitement chez le sportif Préventif Curatif : soins et équilibration de l appareil manducateur Préventif Examen annuel Support de la radio panoramique obligatoire Prévoir d agir bien avant les compétitions

Plus en détail

La digestion ou le devenir des aliments ingérés

La digestion ou le devenir des aliments ingérés La digestion ou le devenir des aliments ingérés La digestion est la transformation par l organisme des aliments (eau, molécules organiques et minérales) en éléments plus petits, les nutriments, par un

Plus en détail

LES TROUBLES MUSCULO- SQUELETTIQUES

LES TROUBLES MUSCULO- SQUELETTIQUES LES TROUBLES MUSCULO- SQUELETTIQUES DE L EPAULE CHEZ DES TECHNICIENNES DE LABORATOIRE L. MERIGOT, F. MARTIN, Avec la participation des Drs G. DALIVOUST, G. GAZAZIAN 26 Janvier 2010 1 SOMMAIRE 1. Introduction

Plus en détail

Sémiologie ORL Introduction, anatomie, clinique, pathologies, imagerie. Plan. Anatomie (info)

Sémiologie ORL Introduction, anatomie, clinique, pathologies, imagerie. Plan. Anatomie (info) Sémiologie ORL Introduction, anatomie, clinique, pathologies, imagerie Pharmacie 2 année Dr Sophie Figon, Département de Médecine générale de Lyon Abréviations Info = pour info : ne sera pas demandé à

Plus en détail

FICHE PATIENT : LE POST PARTUM

FICHE PATIENT : LE POST PARTUM FICHE PATIENT : LE POST PARTUM Le post partum est la période qui suit immédiatement un accouchement ; il s agit de la période comprise entre l expulsion du bébé et le retour des organes à un stade pré-gravidique.

Plus en détail

- Au contact gauche, le lanceur bascule sa ligne d épaules en abaissant et fixant son coude gauche à la hanche (1), il entame le face avant.

- Au contact gauche, le lanceur bascule sa ligne d épaules en abaissant et fixant son coude gauche à la hanche (1), il entame le face avant. Former un jeune lanceur de javelot : cultiver le paradoxe! Le lancer de javelot est tout à fait remarquable tant visuellement que par les données biomécaniques et balistiques. Rythme, explosivité et souplesse

Plus en détail

Module 0. A. Anatomie crânio-faciale B. Endoscopie ORL C. Exploration de l audition SOMMAIRE

Module 0. A. Anatomie crânio-faciale B. Endoscopie ORL C. Exploration de l audition SOMMAIRE A. Anatomie crânio-faciale B. Endoscopie ORL C. Exploration de l audition SOMMAIRE 15 Anatomie crânio-faciale M0-A ANATOMIE DU SQUELETTE FACIAL 1. Le 1/3 supérieur de la face L os frontal vient s articuler

Plus en détail

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS En dehors du contexte des pathologies de la colonne vertébrale, nombre de personnes d âges variés souffrent du dos de façon régulière. Sans volonté d être

Plus en détail

Malaises. Chutes du sujet âgé. Chutes. Malaise et chute? Attitude pratique. Evaluer les conséquences

Malaises. Chutes du sujet âgé. Chutes. Malaise et chute? Attitude pratique. Evaluer les conséquences Chutes du sujet âgé S. Moulias Unité de Court Séjour Gériatrique Hôpital Ambroise Paré Boulogne Billancourt Malaises indisposition ou incommodité générale vague et imprécise syncope lipothymie vertige

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

Fiche AP5 - Les étirements :

Fiche AP5 - Les étirements : Fiche AP5 - Les étirements : pourquoi faut-il s étirer quand on fait du sport? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien

Plus en détail

SFEHRE - REIMS - 26 mai 2009

SFEHRE - REIMS - 26 mai 2009 SFEHRE - REIMS - 26 mai 2009 La stimulation électrique fonctionnelle chez l enfant marchant atteint de paralysie cérébrale: orthèse active ou éveil proprioceptif? Valérie Achache MK / thèse de doctorat

Plus en détail

Chapitre 20 : La base du crâne. Docteur Olivier PALOMBI

Chapitre 20 : La base du crâne. Docteur Olivier PALOMBI UEMSfO - Anatomie de la tête osseuse Chapitre 20 : La base du crâne Docteur Olivier PALOMBI Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. F P Sinus frontal

Plus en détail

L APPAREIL VENTILATOIRE

L APPAREIL VENTILATOIRE L APPAREIL VENTILATOIRE SOMMAIRE I) Les voies aériennes a supérieures II) III) IV) V) La m Les voies aériennes a inférieures Les alvéoles pulmonaires Les poumons La mécanique ventilatoire L appareil ventilatoire

Plus en détail

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Troubles génitaux sphinctériens dans la SEP P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Rappel anatomique Rappel anatomique Structures anatomiques en jeux Plancher pelvien et le sphincter strié

Plus en détail

CAT DEVANT UNE ATAXIE AIGUE

CAT DEVANT UNE ATAXIE AIGUE CAT DEVANT UNE ATAXIE AIGUE I-DISTINGUER VERTIGE ET ATAXIE Définition de l ataxie= trouble de la coordination qui affecte le mouvement volontaire et perturbe les contractions musculaires nécessaires aux

Plus en détail

Angèle MASSONNEAU (ergothérapeute, APHP) Dr Anne-Claire D APOLITO (APHP)

Angèle MASSONNEAU (ergothérapeute, APHP) Dr Anne-Claire D APOLITO (APHP) Organisation française et réflexions d un Groupe d Etude et de Recherche pour la Conduite Automobile des personnes en situation de Handicap d Ile-de-France (GERCAH-IDF) Angèle MASSONNEAU (ergothérapeute,

Plus en détail

Rééducation de l équilibre et de la marche et neuropathies. Centre de référence des maladies neuromusculaires

Rééducation de l équilibre et de la marche et neuropathies. Centre de référence des maladies neuromusculaires Rééducation de l équilibre et de la marche et neuropathies Philippe THOUMIE Centre de référence des maladies neuromusculaires Hôpital Rothschild Troubles de l équilibre et neuropathies Ce dont se plaint

Plus en détail

K I N é S I T H é R A P I E & D B C

K I N é S I T H é R A P I E & D B C KINéSITHéRAPIE & DBC KINéSITHéRAPIE & DBC Informations T (+352) 23 666-810 kine@mondorf.lu Rééducation Individuelle Le service de de Mondorf Domaine Thermal propose une gamme complète de traitements individuels

Plus en détail

Fonctions non ventilatoires

Fonctions non ventilatoires UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 11 : Fonctions non ventilatoires Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Les barotraumatismes

Les barotraumatismes Les barotraumatismes Il y a différents types d accidents qui peuvent arriver en plongée, et il est important de savoir comment les éviter. En premier lieu, nous allons aborder les accidents barotraumatiques

Plus en détail

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalées de tension Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalée de tension : une maladie hétérogène La plus fréquente des céphalées primaires Diagnostic basé sur l interrogatoire Manque de spécificité

Plus en détail

Marche normale et marche pathologique

Marche normale et marche pathologique Marche normale et marche pathologique Pr. JM Viton, Dr. L. Bensoussan, Dr. V. de Bovis Milhe, Dr. H. Collado, Pr. A. Delarque Faculté de Médecine, Université de la Méditerranée, Fédération de Médecine

Plus en détail

Table des matières. Partie 1 Théorie. Avant-propos...

Table des matières. Partie 1 Théorie. Avant-propos... Table des matières Avant-propos... V Partie 1 Théorie 1 Définition... 2 2 Classification des points gâchettes... 3 Points gâchettes actifs et latents... 3 Symptômes... 3 Facteurs favorisants... 4 3 Physiopathologie

Plus en détail

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse Dr David GONNELLI ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES La structure osseuse ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Les articulations ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Le muscle

Plus en détail

A.V.C. Solutions aux séquelles neurologiques du membre inférieur et supérieur. d ATTELLES NEURO - ORTHOPÉDIQUES

A.V.C. Solutions aux séquelles neurologiques du membre inférieur et supérieur. d ATTELLES NEURO - ORTHOPÉDIQUES Solutions aux séquelles neurologiques du membre inférieur et supérieur A.V.C. Gamme innovante d ATTELLES NEURO - ORTHOPÉDIQUES Pour une réhabilitation motrice facilitée SYSTÈME DE RÉGLAGE BLOCABLE LIBERTÉ

Plus en détail

Mécanique ventilatoire

Mécanique ventilatoire (Ce qui est écrit en rouge correspond à des éléments du cours expliqués à l'oral). Mécanique ventilatoire Mécanique ventilatoire : définition Étude des phénomènes qui vont permettre ou s opposer au renouvellement

Plus en détail

L endoscopie en Oto-Rhino-Laryngologie. Dr Cloé Hupin

L endoscopie en Oto-Rhino-Laryngologie. Dr Cloé Hupin L endoscopie en Oto-Rhino-Laryngologie Dr Cloé Hupin L endoscopie en ORL Otologie Rhinosinusologie Laryngologie Glandes salivaires Rappel anatomique : oreille Rappel anatomique : nez et sinus Rappel anatomique

Plus en détail

Dystrophie musculaire

Dystrophie musculaire Définition Les maladies neuromusculaires font référence à un groupe de maladies qui affectent la motricité. Ces maladies se manifestent à des degrés divers par la dégénérescence et l affaiblissement progressif

Plus en détail

Articulaction Exercices pour le dos et le cou

Articulaction Exercices pour le dos et le cou Articulaction Exercices pour le dos et le cou Programme de prévention des blessures au travail Service de santé et sécurité au travail Centre Acti-Santé Programme d exercices pour le dos et le cou Les

Plus en détail

REEDUCATION DU POST-PARTUM

REEDUCATION DU POST-PARTUM Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles - 78150 Le Chesnay Tel : 01.39.43.12.04 Fax : 01.39.43.13.58 E-Mail : cpav@medical78.com Web:

Plus en détail

Maladie neuromusculaire

Maladie neuromusculaire Définitions Maladie neuromusculaire Les maladies neuromusculaires font référence à un groupe de maladies qui affectent la motricité. Ces maladies se manifestent à des degrés divers par la dégénérescence

Plus en détail

Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale

Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale Z.OUMLERGUEB L.SEKHRI ZEGGAR A.SEBIA. K.DJERIDA. HOPITAL MILITAIRE REGIONAL UNIVERSITAIRE DE CONSTANTINE 19éme Congrès de la SACOT Oran 2012. Définition:

Plus en détail

Amygdalectomie et adénoïdectomie chez l enfant. Dr E. DIMOV Dr D. VOURIOT

Amygdalectomie et adénoïdectomie chez l enfant. Dr E. DIMOV Dr D. VOURIOT Amygdalectomie et adénoïdectomie chez l enfant Dr E. DIMOV Dr D. VOURIOT L amygdalectomie consiste en l ablation des amygdales (ou tonsilles palatines). Elle pourrait être associée (dans 43% des cas) à

Plus en détail

IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015. M. BLOT Ergothérapeute. CHU de NIMES

IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015. M. BLOT Ergothérapeute. CHU de NIMES IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015 M. BLOT Ergothérapeute CHU de NIMES Introduction Définition de l hémiplégie Causes Evolution Conséquences Description Prise en charge du patient en fonction de l activité

Plus en détail

LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE

LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE F BEN AMARA*, NTOUMI*, ASALEM*, NBOUGHANMI*, HRAJHI*, R HAMZA*, N MNIF* M MARRAKCHI**, H HAJRI**, M FERJAOUI** *: Service d Imagerie Médicale Hôpital Charles

Plus en détail

Commission médicale de la FFR XIII. 2 ème réunion - 27 Mars 2010 - Toulouse

Commission médicale de la FFR XIII. 2 ème réunion - 27 Mars 2010 - Toulouse Commission médicale de la FFR XIII 2 ème réunion - 27 Mars 2010 - Toulouse La place des étirements dans le Rugby à XIII Plan de la présentation: 1 ère partie: Définitions 2 ème partie: Les différents types

Plus en détail

NEZ, FOSSES NASALES ET SINUS PARANASAUX

NEZ, FOSSES NASALES ET SINUS PARANASAUX NEZ, FOSSES NASALES ET SINUS PARANASAUX Anatomie de la pyramide nasale Types morphologique du nez I/- INTRODUCTION : Les fosses nasales ou nez représentent le segment initial des voies respiratoires. Il

Plus en détail

Théorie et pratique de l'échauffement

Théorie et pratique de l'échauffement Théorie et pratique de l'échauffement D'une manière générale, les élèves (non pratiquants dans les clubs sportifs et même certains d'entre eux pendant les cours d'eps) n aiment pas s'échauffer. En effet,

Plus en détail