LES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN NEUROLOGIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN NEUROLOGIE"

Transcription

1 Enseignement National DES de Médecine Physique et de Réadaptation DIU de Rééducation Module : Moyens thérapeutiques LES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN NEUROLOGIE Frédérique LARDY - GAILLOT Orthophoniste en ORL CHU REIMS

2 La déglutition, c est quoi? Transporter la salive, les solides, les liquides de la bouche à l estomac, en toute sécurité pour les voies respiratoires dans un sens et dans l autre! M. GUATTERIE

3 La déglutition est une activité sensori-motrice physiologique, qui se produit chaque minute pour gérer la salive, des dizaines de fois pendant un repas pour assurer la nutrition et l hydratation.

4 Physiologie de la déglutition classiquement décrite en 3 temps Le temps oral automatico - volontaire Le temps pharyngé automatico - réflexe Le temps oesophagien réflexe

5 Temps oral Prise des aliments Mastication + insalivation Perception gustative + olfactive Information sensitive et sensorielle caractéristiques physiques/chimiques du bol Préparation du bol, décision de le propulser Envoi ordre au centre déglutition bulbaire Réponses motrices: 1. Fermeture des VA 2. Activation pharyngée

6 Temps pharyngé Déroulement réflexe de la déglutition = propulsion Cependant, réglage précis (de la contraction laryngée + pharyngée, versus vitesse d exécution et force musculaire) suite au traitement des informations de texture et de volume (véhiculées par le V) lors du temps préparatoire oral! Apnée réflexe (inhibition de respiration aux centres pneumotaxique et apneustique du tronc cérébral) et fermeture des «sphincters»

7 Temps oesophagien N est que la poursuite de l onde péristaltique pharyngée jusqu à l arrivée du bol dans l estomac

8 3 temps Et le temps laryngé, alors?

9 La déglutition protège les voies respiratoires en évitant toute stagnation de corps étrangers dans le pharynx, résidus alimentaires pendant le repas, et en dehors des repas, sécrétions nasales, salive, mucus bronchique, régurgitations, RGO, vomissement, mérycisme. = Programme réflexe préventif de la fausse route

10 ANATOMO PHYSIOLOGIE

11 L intention de porter un aliment à la bouche anticipe le geste alimentaire et la propulsion de l aliment. Les muscles antagonistes de la mandibule se relâchent et la roto-translation de l ATM permet une ouverture de bouche suffisamment ample (grâce à la contraction des muscles agonistes) qui facilite la mise en bouche.

12 Description synthétique de la déglutition 1. Protection des voies aériennes 2. Transport des aliments

13 Description synthétique Protection A. Fermeture antérieure de la cavité buccale B. Fermeture postérieure de la cavité buccale C. Fermeture vélopharyngée D. Fermeture laryngée et mécanisme d expulsion Transport 1. Initiation du temps de transport oral 2. Contrôle et propulsion orale 3. Initiation du temps pharyngé 4. Déclenchement du temps pharyngé 5. Propulsion pharyngée 6. Ouverture du SSO

14 Description synthétique 1. Protection des voies aériennes Fermeture antérieure de la cavité buccale Fermeture postérieure de la cavité buccale Fermeture du cavum Fermeture du larynx

15 Fermeture antérieure de cavité buccale Sangle labio-jugale : innerv.vii la commissure labiale = l élément clé de la synergie entre l orbiculaire des lèvres (occlusion,contention) et le buccinateur (c/appui lors mastication) Muscles masticateurs : innerv.v fermeture : masséter, temporal antérieur, ptérygoïdiens médial et latéral supérieur diduction : le ptérygoïdien latéral inférieur vers controlatéral (inverse = ptérygoïdien latéral supérieur) protrusion : ptérygoïdiens latéraux inférieurs rétro pulsion : 2 temporaux postérieurs

16 Fermeture postérieure de la cavité buccale = vélo-linguale Occlusion oropharyngée pendant le temps préparatoire (mastication, insalivation ) et le début du temps oral. Rétrécissement de l isthme du gosier régulé par la contraction du muscle palatoglosse (ou pilier antérieur VP) qui lève l arrière de la langue tout en abaissant le voile du palais le styloglosse, autre élément du couple, lève le dos de langue

17 Dynamique vélaire La résultante de la décontraction du palato-glosse et de la contraction simultanée du tenseur du VP + palato pharyngien, tend le VP vers l arrière. Transformation de fermeture vélo-linguale en vélopharyngée du fait de la continuité des muscles du voile du palais avec le constricteur supérieur du pharynx. Dès élévation du VP, ébauche de contraction de la paroi pharyngée et de l ascension laryngée. Les cordes vocales sont déjà fermées!

18 Schéma des forces résultant des muscles impliqués dans la fermeture vélolinguale et vélopharyngée

19 Fermeture du cavum=vélo-pharyngée Degré différent selon la fonction! Déglutition = contraction synergique+++ Muscles du voile du palais : innerv. plexus pharyngé Le tenseur du VP (= tend + élève un peu) L élévateur du VP (= élève) Le palato pharyngien +++ faisceau 1 = fibres communes avec constricteur sup. du pharynx, (baisse VP rétrécit l isthme) faisceau 3 = pilier post. VP (tire arrière+bas) Muscle constricteur supérieur du pharynx

20 Boucles musculo aponévrotiques vélopharyngofaciales d après A. CHANCHOLLE

21 Muscles constricteurs du pharynx Constricteur supérieur en continuité avec le palato-pharyngien et le buccinateur. Constricteur moyen en continuité avec des muscles de la langue. Constricteur inférieur inséré sur le larynx. Le crico-pharyngien (partie inférieure du constricteur inférieur) est souvent réduit au SSO.

22 Muscles constricteurs du pharynx Innervé par plexus pharyngé = IX (++) et X + filets du nf laryngé inférieur pour le constricteur

23 Fermeture du larynx Va de l intrinsèque à l extrinsèque Associée à l ascension laryngée Associée à la stabilité de la région cervicale antérieure

24 Les différents niveaux de fermeture au cours de l ascension laryngée Phonation = adduction des CV Toux = adduction des BV Effort à glotte fermée = bascule antérieure des aryténoïdes Déglutition = bascule postérieure de l épiglotte ; couverture de l ensemble du larynx selon la force du bol alimentaire!

25 Musculature intrinsèque du larynx innerv. motrice+ proprioception= Nf Lgé inf. Adduction : l interaryténoïdien =1transverse +2 croisés (rapproche les aryténoïdes) Abduction : les crico-aryténoïdiens post. (/rotation externe de l apophyse vocale) Relaxation/tension: les thyroaryténoïdiens = lat. sup. (détend CV+ferme ; baisse épiglotte) = médial inf.= la CV (contraction isométrique) Tension : cricothyroïdien = droit+oblique innerv. motrice = Nf laryngé Sup. (antépulsion et bascule antérieure thyroïde)

26 Vue postérieure et latérale de la musculature intrinsèque du larynx Innervée par X Fermeture lgée Volontaire/réflexe Mécanisme réflexe = afférence par nf laryngé sup. efférence par nf laryngé inf.

27 Musculature extrinsèque du larynx Ventre antérieur du digastrique, mylohyoïdien, géniohyoïdien. Palatopharyngien, stylohyoïdien, ventre postérieur du digastrique Constricteurs moyen et inférieur Hyothyroïdien Sternohyoïdien, sternothyroïdien Omohyoïdien Innervation: V VII IX X XI XII

28 Musculature laryngée extrinsèque ( discontinus) Muscles sus hyoïdiens vers base du crâne et vers mandibule Muscles sous hyoïdiens Ascension + projection antérieure. suspension musculaire du larynx par l appareil hyoïdien ( continus)

29 Des muscles suspendent l os hyoïde vers l avant à la mandibule, vers l arrière à la base du crâne, Des muscles haubanent au sternum et aux épaules. Le larynx doit monter librement de 2 à 3 cm, sans subir de contraintes, ni de tensions restrictives!

30 Pour que le larynx monte et s antériorise, il faut contracter les muscles du plancher, fixer, stabiliser la mandibule. Le lien entre la posture cervicale et la tenue de tête est évident, de même que le lien entre la posture globale et les appuis. Installer correctement la personne qui mange!

31 Description synthétique 2. Transport des aliments, Initiation du temps oral Contrôle et propulsion orale Déclenchement du temps pharyngé Propulsion dans le pharynx Ouverture du SSO

32 Les extrinsèques : génioglosse +++ et plancher (plaquent c/palais) pharyngoglosse lié au const. Moyen (recule Base de langue) styloglosse,palatoglosse,amygdaloglosse (élèvent) Musculature linguale Les intrinsèques : lingual sup.,lingual inf., transverse, hyo-glosse(lié const. moyen)= (toutes déformations) Innervation XII

33 Masse de 17 muscles ancrée sur les raphés hyomandibulaires 3 parties fonctionnelles Appui palatin antéropost. pdt temps oral Déformation ++ Synergie avec muscles pharyngés ++ Dynamique linguale

34 Contrôle et propulsion orale Appui lingual antéropostérieur : La langue se cale avec un point d appui vers le haut. L appui se déplace de l avant vers l arrière, la force exprime une pression sur le bol. Ouverture de l isthme oropharyngé : Crée une force de propulsion Déformation de l arrière de la langue : IL se verticalise, le bol tombe (par effet de gravité)

35 C est la fin du temps oral! Entrée dans une phase qui n est pas encore celle du réflexe

36 Territoire sensitif Les informations des V,VII bis, surtout des IX et X, convergent vers les centres de déglutition par le noyau solitaire Variations anatomiques individuelles du plexus pharyngé!

37 Déclenchement du temps pharyngé Séquence motrice programmée quand les aliments arrivent dans la gorge, stimulent la zone de Wassilleff (entre le V lingual et l hypopharynx) Sur territoire du IX = réflexe déglutition Sur territoire du X = réponse variable selon le niveau, réflexe de toux, sauf si la personne déglutit!

38 Transport pharyngé Le bolus arrive avec une énergie cinétique liée à la pince glossovélique + l effet toboggan + le recul de BdL Péristaltisme pharyngé : force de «chasse» par la continuité des constricteurs Recul de base de langue : force de propulsion pour passer le rétrécissement Rapport Base de Langue /pharynx : recul de langue 2/3 avancée paroi pharyngée 1/3

39 Ouverture du SSO Une région = partie inf. du constricteur inf. et partie sup. de musculature de l œsophage Action permissive : par la relaxation de la région Action mécanique +++ : par l ascension et projection en avant du larynx Distension de la région et force de propulsion «intra bolus» pour laisser passer les gros morceaux

40 La déglutition met en jeu 6 paires crâniennes, 4 paires de nerfs cervicaux, et plus de 30 paires de muscles. Le contrôle neurologique comporte plusieurs étages, utilise des afférences et des efférences périphériques, véhiculées par les nerfs V,VII,IX, X, XI, XII et les premières racines spinales. Le tronc cérébral contient les noyaux d où partent et aboutissent les nerfs crâniens qui peuvent être sensitifs, moteurs ou mixtes.

41 Contrôle neurologique de la déglutition Centre bulbaire de la déglutition, bilatéral 4 «étages» Afférent sensitif et sensoriel : noyau du V (sensibilité face, cavités buccale, nasale et sinus maxillaires), noyau du tractus solitaire (fibres sensitives des nerfs X et IX + fibres gustatives du VII bis, du IX, du X). Récepteurs variés dans région oropharyngée véhiculent des informations sur le goût, le tact, la sensibilité chimique, la discrimination de 2 points, la proprioception, la nociception, la sensibilité thermique, la stéréognosie. Efférent moteur : Noyaux du V, VII, noyau ambigu (IX X XI bulbaire), noyau dorsal du X, noyau du XII. Contribuent à motricité face, langue, VP, larynx, pharynx, œsophage. Sélectivité d activation des motoneurones pendant les stades. Intégrateur : Intégration d afférences, d efférences et fonctions réflexes (comme nauséeux, toux, expiration ). 2 groupes d interneurones (dorsal et ventral + feed back sensitif ) génèrent la séquence motrice déglutition ; interconnexions entre centres respiratoires / phonatoires. Contrôle Cortical = initie, module la déglutition. Contrôle bilatéral avec prédominance d un hémisphère chez l individu. Implique l aire motrice primaire pour la face, l opercule rolandique, le cortex pré moteur, l insula, le gyrus cingulaire antérieur, les noyaux gris centraux et le cervelet.

42 Étage intégrateur

43 La déglutition est donc un énorme automatisme, lié à un système qui organise tous les réflexes intégrés dans d autres réflexes Finalement, le réflexe «archaïque» succiondéglutition de l enfant n a pas disparu mais il est devenu de plus en plus contrôlé!

44 Mécanismes de protection des VADS Quelque chose qui rentre dans le larynx doit déclencher une réaction qui va de : la fermeture de base des CV, un hemmage, un raclement de gorge, à la toux (à point de départ laryngé), voire à l étouffement! (par fermeture excessive)

45 Mécanismes de protection des voies aériennes Toux à point de départ trachéobronchique Système mucociliaire Système immunitaire

46 La dysphagie ou trouble de la déglutition définit la difficulté d avaler avec une sensation de gêne, d arrêt du transit, douloureuse ou non, avec éventuellement des fausses routes

47 Fausse route trachéale = sous la glotte! (alors que pénétration laryngée = au dessus de la glotte!) Classification par rapport au déclenchement du temps pharyngé. FR avant : pénétration pharyngée (par mauvais contrôle du bol ou par retard de déclenchement du temps pharyngé) FR pendant : pénétration laryngée (par défaut de fermeture laryngée glottique) FR après : aspiration à la reprise inspiratoire (par défaut de fermeture sus-glottique ou par défaut de transport) regorgement (par défaut de transport pharyngé ou par dysfonctionnement du SSO) Le problème des Fausses routes silencieuses!!!

48 La fausse route est dangereuse pour l appareil respiratoire si elle n est pas évacuée! Le mécanisme d expulsion est donc fondamental en pathologie.

49 Symptômes spécifiques de troubles de la déglutition (Localisent le trouble, orientent vers un mécanisme physiopathologique mais n évaluent pas le risque lié à la sévérité du trouble!) Difficultés de mastication Bavage Résidus buccaux Blocage haut (dans la bouche) Toux ou étouffement avant/pendant/après déglutition Blocage bas (pharynx, SSO, œsophage) Reflux nasal

50 Symptômes aspécifiques (Signes de gravité informant sur le retentissement et la tolérance du trouble de la déglutition) Concernant l alimentation modifications déroulement du repas conséquences sociales conséquences psychologiques Concernant l état nutritionnel sensation de faim après le repas Altération de l état général conséquences sociales Concernant l état pulmonaire infection pulmonaire(pneumopathie, bronchite, toux, bronchioalvéolite chroniques) Fonction respiratoire(insuff. Resp. chronique / baisse tolérance FR)

51

52 Etudes toulousaines, Sur le plan des symptômes spécifiques l absence de toux (signalant en théorie la FR) est retrouvée chez 60 % des patients, toutes pathologies confondues! 40% parmi ceux qui inhalent font une infection! L inhalation chronique ne donne pas obligatoirement le tableau classique de pneumopathie d inhalation.

53 Conséquences sur le transport du bol lors de la mise en situation Les fausses routes Les blocages = arrêt de la progression 1. buccale (par trouble initiation tps oral ou tps pharyngé, défaut contrôle ou transport oral) 2. valléculaire (retard déclenchement tps pharyngé ou défaut de propulsion linguale ou basilinguale) 3. Pharyngée (obstacle, baisse propulsion linguale, pharyngée, dysfonctionnement SSO) Les stases alimentaires = anomalies de la bio - dynamique buccale, valléculaire, pharyngée, laryngée Des signes de compensation

54 En résumé, les anomalies anatomiques et neurologiques peuvent entraîner : Un trouble de la motricité Un trouble de la sensibilité Un trouble du tonus Un trouble du contrôle des structures actives dans la déglutition : 1. trouble de l initiation motrice 2. défaut de déclenchement des réflexes du carrefour 3. trouble de la coordination

55 Etiologie des troubles de déglutition Lésions tête et cou : cancers + séquelles, séquelles traumas face/cou Lésions neurologiques: AVC, TC, MP, SLA, SEP, Démences, myopathies Maladies générales : hyperthyroïdie, diabète, polyarthrite rhumatoïde, dermatomyosite, infections

56 AVC Sylvien unilatéral Conséquence de lésion centrale supranucléaire limitée car les noyaux moteurs ont un contrôle bilatéral (sauf XII et facial inf.). Les 2 côtés reçoivent des ordres du cortex restant d où régression spontanée des troubles post AVC. Motricité réflexe conservée Temps oral de déglutition : Bavage (paralysie faciale), accumulation ds sillon gingivo-jugal. Tps pharyngé : retard déclenchement réflexe. Si hémisphère dominant lésé, FR aux liquides durables + apraxie déglutition. Si hémisphère mineur lésé, négligence de l hémicorps gauche et de la cavité buccale + anosognosie

57 AVC bilatéraux = Syndrome pseudo-bulbaire (invalidant) Apraxie BLF Réflexes médio-faciaux vifs Dissociation automatico-volontaire Réflexes oraux archaïques Mastication, préparation impossible Retard d activation du réflexe (FR aux liquides systématiques, FR par débordement des liquides épaissis) d autant plus long que la lésion bilatérale des voies géniculées (voie pyramidale des nerfs crâniens) est importante!

58 AVC du bulbe, atteinte neurogène périphérique ou syndrome bulbaire, lésion unilatérale du 2 ème neurone moteur de la voie motrice Paralysie VP, Pharynx, larynx Hypotonie Amyotrophie Aréflexie du côté lésion Stase résiduelle, fausses routes importantes avec salive, sécrétions

59 AVC du tronc cérébral Atteinte nucléaire des IX X XI XII troubles souvent sévères, durables! Et si atteinte faciale associée Syndrome Wallenberg : (le + fréquent) - Côté lésion : anesthésie faciale, paralysie hémi VP, Pharynx, larynx, langue, + synd.c.b.horner + synd. vestibulaire + synd. Cérébelleux - Côté opposé : hémianesthésie spino- thalamique L I S (s. de verrouillage +atteinte du tegmentum bilatérale)

60 Infarctus cérébelleux Syndrome pseudo-vestibulaire, céphalée + somnolence si œdème expansif Association de troubles : 1. de la statique, 2. du tonus (hypotonie) 3. de l exécution du mouvement : troubles de coordination dans le temps (dyschronométrie, adiadococinésie, tremblement d attitude et d action) ; troubles de coordination dans l espace (dysmétrie, asynergie). Troubles de la déglutition: FR aux liquides Dysarthrie Infarctus combinés Tronc + cervelet Mécanismes physiopathologiques +++ surtout défauts de déclenchement+++, fermeture laryngée++, transport pharyngé+++, dysfonctionnement SSO+++

61 Traumatisme Crânien Lésions étendues : Déficits moteurs sévères +/- atteintes sensitives, tonus ou +, spasticité Atteinte paires crâniennes Mouvements anormaux Troubles orthopédiques Troubles des fonctions supérieures associées Séquelles de trauma facial TC grave dès Amnésie Post T de 24 H

62 Maladie de Parkinson Dysfonctionnement progressif Mastication lente inefficace (mouvements lèvres, langue, masticateurs ralentis et de faible amplitude) : préparation du bol perturbée, risque d inhaler morceaux non mastiqués, allongement durée repas Défaut fermeture labiale : bavage liquides, salive Blocage d initialisation du temps buccal, mouvements itératifs antéropostérieurs de la langue «pumping syndrom» ou «rolling», hypokinésie linguale : stase buccale et valléculaire Retard du déclenchement du temps pharyngé : FR liquides Diminution du péristaltisme pharyngé : stases, dysphagie aux solides, FR par débordement de la stase alimentaire Défaut de protection des VA : diminution recul Bdl et d ascension laryngée, fermeture incomplète des CV. FR pendant la déglutition Difficulté d ouverture du SSO: Défaut relaxation (neurogène) et d ascension laryngée. Diminution du péristaltisme oesophagien Relaxation SIO incomplète : transit augmenté RGO fréquent

63 Syndromes parkinsoniens + Signes plus précoces Plus sévères, Dopa résistants Temps pharyngé surtout perturbé Troubles cognitifs associés

64 Chorée Huntington Formes et évolutions différentes Motricité déficitaire et mouvements anormaux (amplifiés par la fatigue) ; tête +tronc en hyperextension; instabilité posturale Troubles cognitifs: démence, syndrome dysexécutif Trouble de l humeur: syndrome dépressif Dysphagie tardive: apraxie, mouvements choréïques, bradykinésie, troubles cognitifs. Fréquent déni. Préparatoire: morceaux trop volumineux, mastication inefficace ou absente, bavage. Orale : rétention, mouvement «rolling» ou choréïque, trouble de coordination respiration/déglutition. Pharyngé : allongé, retard déclenchement, stase, FR par débord, mouvements choréïques laryngés. Oesophagien : lenteur transit, RGO (mouvements choréïques diaphragmatiques)

65 SLA dégénérescence des neurones moteurs du cortex, de la corne antérieure moelle et des noyaux bulbaires, d évolution variable. Paralysie progressive des membres + muscles de la sphère labio-glosso-pharyngolaryngée. Difficultés de préparation et préhension des aliments Atteinte muscles cervicaux: chute tête en avant (nécessite énergie), bavage atteinte respiratoire : toux peu efficace, polypnée Atteinte neurone moteur périphérique: fasciculations, atrophie musculaire Atteinte neurone moteur central : hypertonie pyramidale, spasticité, réflexes ostéo-tendineux vifs, Babinski Troubles résultent du syndrome bulbaire (dysarthrie parétique, troubles sévères de déglutition) et du syndrome pseudo-bulbaire (dysarthrie spastique, déglutition relativement préservée) Evolution +/- parallèle aux troubles de la communication 1. Atteinte modérée : lenteur mastication, stase buccale, FR liquides, difficultés pr aliments fragmentés, dysphagie aux solides dans forme à début spinal. 2. Atteinte moyenne : difficulté de propulsion intrabuccale (stase valléculaire) 3. Atteinte sévère : atteinte du temps pharyngé (stases ds sinus piriformes, FR / débordement, FR salivaires ; défaut de fermeture laryngée (FR pdt déglutition)

66 Symptomatologie motrice : syndrome pyramidal SEP s. cérébelleux(asynergie,dysmétrie,dyschronométrie) s. vestibulaire Sémiologie sensitive (objective/sub.,tble visuel) Atteinte tronc cérébral : V VI VII Atteinte frontale possible + pariétale : troubles 1. de l humeur, 2. cognitifs (attention, mémoire, fonctions exécutives) 3. du langage; 4. du comportement alimentaire Epilepsie

67 SEP suite Atteinte sensitive face, parfois pharynx et cavité buccale Trouble du temps oral : difficulté à initialiser, mastication peu efficace, bavage Troubles du temps pharyngé : retard du réflexe de déglutition (FR aux liquides); péristaltisme pharyngé peu efficace (stase sinus piriformes; FR par débordement)

68 Syndromes démentiels Maladie d Alzheimer (la + fréquente) Perte de poids dès phase initiale Troubles de déglutition tardifs 30% de FR dans période terminale Baisse de vigilance Apraxie de déglutition Retard de déclenchement du réflexe de déglutition Syndrome extra-pyramidal

69 Affections musculaires Atteinte vélopharyngée : dysphagie aux solides, FR par débord, reflux nasal Myopathie de Steinert : idem + mastication peu efficace, stase salivaire (inconsciente), rhinolalie, défaut de relâchement après contraction Myopathie oculo-pharyngée : idem + hypertonie du cricopharyngien Myosites : atteinte des muscles VP, pharynx, parfois SSO ; douloureuse si polymyosites, dermatomyosites. Myasthénie: fatigue musculaire mais récupération rapide. Dyspnée, troubles déglutition au début dans 20% des cas, parfois très sévères /atteinte ORL (face, masticateurs,langue, VP, pharynx,larynx)

70 Vieillissement 74 à 87% de troubles de déglutition dans les centres d accueil 71% de FR silencieuses chez sujet âgé hospitalisé / pneumopathie Modifications liées à l âge : évolution de la salive, perte neuronale, modification du goût et de l appétit, diminution de la sensation de soif Vieillissement des grandes fonctions, des structures, des fonctions associées. Conséquences sur le temps oral : temps préparatoire augmenté, problème de qualité du bol, incontinence salivaire, stase buccale, fuite dans le pharynx Conséquences sur le temps pharyngé : retard de déclenchement, baisse péristaltisme, diminution ascension laryngée, trouble relaxation SSO ; stases valléculaires et sinus piriformes, pénétrations laryngées +/- trouble péristaltisme oesophagien

71 Pathologie neurologique en phase aiguë Population à risques avec problèmes Carrefour aéro - digestif investi : respiratoires canule ou intubation = déafférentation du larynx, gêne mécanique, FR SNG = diminution des seuils de perception

72 Conséquences sur la protection des VADS Réflexe de fermeture glottique perturbé Affaiblissement de la toux Baisse de la pression sous glottique Restriction élévation laryngée Atrophie musculaire par non utilisation et conséquences sur la déglutition Retard déclenchement, défaut de transport

73 Reprise du fonctionnement laryngo - trachéal le plus tôt possible Selon la vigilance du patient, Selon ses possibilités ventilatoires Selon le type de canule : fenêtrée, sans ballonnet ou ballonnet dégonflé. Procédure de réafférentation : - Aspirer doucement par la canule, autant que nécessaire, la salive inhalée ; - Boucher la canule et demander d avaler ; aspirer à nouveau par la canule, recommencer autant de fois que nécessaire - Puis boucher la canule et vérifier la perméabilité des VADS - Faire parler, Sinon, exercice de mobilisation laryngée, reniflements, inspirations / expirations amples, glottages Décanulation : sevrage conditionné par qualité de la respiration

74 Si suspicion trouble de la déglutition Contexte médical du patient : ATCD, actuel Réalisation de l évaluation = anatomie fonctionnelle du carrefour : respiration canule bouchée ; nasofibroscopie du cavum, du pharynx ; puis fibro par le trachéostome. Si pb respiratoire, le régler! Réalisation de l examen : dynamique oro-pharyngolaryngée (lèvres,langue, voile,pharynx, larynx) Réflexe de protection des VA Réalisation de l essai : si vigilance suffisante, si mobilité VADS, si risque de FR tolérable sur plan pulmonaire,

75 Essai de déglutition Installation patient: assis, canule ballonet dégonflé, calme, vigilant, non algique, sans problème médical intercurrent Choix des textures, des volumes Adaptation des postures / manœuvres au déroulement de l essai Évaluation de l essai à corréler au bilan analytique et fonctionnel Alimentation orale possible? Préciser les conditions, sinon, préciser les délais de réévaluation, les conseils de stimulations Savoir décanuler avant reprise d alimentation

76 Test de capacité fonctionnelle de déglutition Un outil d évaluation stricte Faire déglutir des volumes croissants de liquide puis d aliments mixés et moulinés. Au départ, ½ cuillérée d eau 4X de suite! Si ok, 1 cuillère à café, puis 1 cuillère à entremet puis à soupe puis le verre. Si FR, épaissir légèrement ou plus fortement, avant de proposer l eau gélifiée. Si le problème persiste, arrêt hydratation PER OS impératif! Pour les aliments, tester des textures progressivement plus difficiles avec un bolus calibré Si difficulté (FR, déglutitions à répétition), postures de flexion/rotation pour améliorer la protection des VA ou le transit pharyngé. NON il ne peut pas avaler cette texture en toute sécurité! OUI il peut avaler cette texture mais sous condition Chercher la frontière variable entre la zone de compétence et d incompétence de la personne, entre déglutition fonctionnelle et FR par rapport à un environnement donné 1. Température du bolus, 2. volume du bolus, 3. «texture»( soit la réaction en bouche pendant la préparation du bol)

77

78 En conclusion, Les conséquences respiratoires, aiguës ou chroniques, des fausses routes peuvent être aussi dramatiques que l altération de l état nutritionnel / hydrique par impossibilité d avaler La fonction déglutition met donc en jeu le pronostic vital!

79 La prise en charge des dysphagies ne consiste donc pas à restaurer prioritairement l alimentation mais à préserver la fonction respiratoire En pratique, «ne pas demander aux kinés de vider des poumons que d autres auront remplis!» M. Guatterie

80 Remerciements au Dr Virginie WOISARD à Michèle PUECH à Michel GUATTERIE aux membres du réseau et à tous ceux qui m ont fait confiance au cours de ma pratique d orthophoniste

LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE. Géraldine PEYTEL. Orthophonistes Hôpital Gériatrique des Charpennes

LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE. Géraldine PEYTEL. Orthophonistes Hôpital Gériatrique des Charpennes LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Géraldine PEYTEL (en collaboration avec Ariane DELEMASURE) Orthophonistes Hôpital Gériatrique des Charpennes Les troubles de la déglutition (dysphagies)

Plus en détail

Les troubles de la déglutition d personne âgée

Les troubles de la déglutition d personne âgée Les troubles de la déglutition d chez la personne âgée Dr Denise STRUBEL, Pôle de Gérontologie G CHU Nîmes N Hygiène risques et qualité chez la personne âgée Nîmes 2012 Problèmes spécifiques chez la personne

Plus en détail

SEMINAIRE DES 27 ET 28 JUIN 2014 LE MANS

SEMINAIRE DES 27 ET 28 JUIN 2014 LE MANS PRISE EN CHARGE REEDUCATIVE DES TROUBLES DE LA VOIX ET DE LA DEGLUTITION DANS LES SUITES RADIO-CHIRURGICALES DES CANCERS DES VADS SEMINAIRE DES 27 ET 28 JUIN 2014 LE MANS Docteur Joseph RAHAL Fondation

Plus en détail

1-Le frontal PLAN. 2-L occipital. 3-Le sphénoïde 10/02/2014 ANATOMIE TETE ANESTHESIE EN ORL LES ACTES CHIRURGICAUX

1-Le frontal PLAN. 2-L occipital. 3-Le sphénoïde 10/02/2014 ANATOMIE TETE ANESTHESIE EN ORL LES ACTES CHIRURGICAUX 1-Le frontal Dr F. Philip 02/2014 ANATOMIE TETE Crâne osseux PLAN 4 MEDIANTS-2 LATERAUX PAIRES -LES 14 OS DE LA FACE Face Anatomie Innervation (V VII) COU GLANDES Thyroïde -parathyroïdes Glandes salivaires

Plus en détail

La dysphagie L évaluation et la prise en charge

La dysphagie L évaluation et la prise en charge Q et La dysphagie L évaluation et la prise en charge Nathalie Bouin, MD Présenté dans le cadre de la conférence : La médecine hospitalière, Fédération des médecins ominpraticiens du Québec, juin 2006 La

Plus en détail

Coordination de la mise au point et prise en charge pluridisciplinaire des troubles de la déglutition. d. De Gieter Michèle Kinésithérapeute

Coordination de la mise au point et prise en charge pluridisciplinaire des troubles de la déglutition. d. De Gieter Michèle Kinésithérapeute Coordination de la mise au point et prise en charge pluridisciplinaire des troubles de la déglutition. d De Gieter Michèle Kinésithérapeute Avant de coordonner:dépister Symptômes spécifiques Difficulté

Plus en détail

DYSPHAGIE. Examens des VADS* Examen de la cavité buccale Vidéofluoroscopie Nasofibroscopie. *VADS = voies aéro-digestives supérieures

DYSPHAGIE. Examens des VADS* Examen de la cavité buccale Vidéofluoroscopie Nasofibroscopie. *VADS = voies aéro-digestives supérieures DYSPHAGIE Sélection et recrutement des patients dysphagiques par : Lecture du dossier d admission Transmission des infirmières ou d autres partenaires de soins Anamnèse nutritionnelle d entrée Symptômes

Plus en détail

CHIRURGIE DU LARYNX ET DE L HYPOPHARYNX. Béatrix Barry, Service ORL, Hôpital Bichat-Claude Bernard APHP

CHIRURGIE DU LARYNX ET DE L HYPOPHARYNX. Béatrix Barry, Service ORL, Hôpital Bichat-Claude Bernard APHP CHIRURGIE DU LARYNX ET DE L HYPOPHARYNX Béatrix Barry, Service ORL, Hôpital Bichat-Claude Bernard APHP Généralités Ess t pathologie cancéreuse - carcinomes épidermoïdes Préservation de la fonction - sphincter=

Plus en détail

Comment évaluer et traiter les patients atteints d un syndrome cérébelleux? CORINNE GAL A.D.A.P.E.I mas de Canta Galet 06000 NICE

Comment évaluer et traiter les patients atteints d un syndrome cérébelleux? CORINNE GAL A.D.A.P.E.I mas de Canta Galet 06000 NICE Comment évaluer et traiter les patients atteints d un syndrome cérébelleux? CORINNE GAL A.D.A.P.E.I mas de Canta Galet 06000 NICE PREMIÈRE PARTIE Le syndrome cérébelleux: Définition Fréquence Étiologies

Plus en détail

BILAN D ALIMENTATION pour enfants avec Troubles du Spectre Autistique âgés de 2 à 12 ans

BILAN D ALIMENTATION pour enfants avec Troubles du Spectre Autistique âgés de 2 à 12 ans BILAN D ALIMENTATION pour enfants avec Troubles du Spectre Autistique âgés de 2 à 12 ans Date de l observation : Nom : Prénom : Date de naissance : Diagnostic TSA : Famille (parents, fratrie) : 1. ENTRETIEN

Plus en détail

La prise en charge oro-faciale précoce de l enfant porteur de trisomie 21

La prise en charge oro-faciale précoce de l enfant porteur de trisomie 21 La prise en charge oro-faciale précoce de l enfant porteur de trisomie 21 Cette prise en charge, parallèle à l éducation pré-langagière puis langagière, est primordiale d un point de vue fonctionnel, esthétique,

Plus en détail

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladies neuromusculaires Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES NEUROLOGIE

COMPÉTENCES CLINIQUES NEUROLOGIE COMPÉTENCES CLINIQUES NEUROLOGIE 1. Motricité et réflexes a. Examen musculaire Inspection Taille, symétrie (amyotrophie, hypertrophie) Fasciculations Crampes Percussion Myotonie (persistance d'une forte

Plus en détail

La langue, constituant la majeure partie de la partie inférieure de la cavité orale,

La langue, constituant la majeure partie de la partie inférieure de la cavité orale, LES «ANNEXES» DE LA CAVITE ORALE La Langue La langue, constituant la majeure partie de la partie inférieure de la cavité orale, occupe l espace dans cette cavité orale, dans la concavité de l arche mandibulaire,

Plus en détail

déglutition-respiration : couple fondamental et paradoxal Article paru dans : kinéréa, 2005;42:1

déglutition-respiration : couple fondamental et paradoxal Article paru dans : kinéréa, 2005;42:1 Michel GUATTERIE & Valérie LOZANO unité de rééducation de la déglutition Service de Médecine Physique et Réadaptation C.H.U. Pellegrin 33076 BORDEAUX Cedex déglutition-respiration : couple fondamental

Plus en détail

EXAMEN NEUROLOGIQUE SÉMIOLOGIE : Reconnaissance des symptômes et des signes cliniques, radiologiques, électrophysiologies OBJECTIFS :

EXAMEN NEUROLOGIQUE SÉMIOLOGIE : Reconnaissance des symptômes et des signes cliniques, radiologiques, électrophysiologies OBJECTIFS : EXAMEN NEUROLOGIQUE SÉMIOLOGIE : Reconnaissance des symptômes et des signes cliniques, radiologiques, électrophysiologies OBJECTIFS : - reconnaître une TOPOGRAPHIE lésionnelle (étape clinique qui oriente

Plus en détail

Les troubles de la déglutition

Les troubles de la déglutition Les troubles de la déglutition en 10 questions Par Michèle De Gieter Brugmann Dysphagia Group SOMMAIRE Qu est-ce que la dysphagie? Comment avale-t-on? Comment se manifeste ce trouble? Quelles peuvent en

Plus en détail

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer http://www.carevox.fr/comment-lutter-contre-la-maladie-d-alzheimer.html 1. Les Conséquences de la maladie d Alzheimer sur l alimentation Phases Capacités

Plus en détail

Centre de Référence des Maladies Neuromusculaires Adultes

Centre de Référence des Maladies Neuromusculaires Adultes Ce document tente de présenter de manière approfondie l évaluation et la rééducation orthophonique dans la DM1. Les échanges interdisciplinaires entre les différents intervenants (médecin traitant, spécialistes,

Plus en détail

APPAREIL RESPIRATOIRE. Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5

APPAREIL RESPIRATOIRE. Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5 Vie végétativev APPAREIL RESPIRATOIRE Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5 APPAREIL RESPIRATOIRE Voies de conduction aérienne: supérieures : Fosses nasales - Olfaction

Plus en détail

Les troubles de la déglutition chez la personne âgée

Les troubles de la déglutition chez la personne âgée Les troubles de la déglutition chez la personne âgée Un équilibre entre déglutition et nutrition Martine DEGAND Logopède Service de Gériatrie - site J.BRACOPS Epidémiologie 90% de la population gériatrique

Plus en détail

LE LARYNX VUE ANTERIEURE DU LARYNX : Décembre 2007 Sources Étudiantes. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

LE LARYNX VUE ANTERIEURE DU LARYNX : Décembre 2007 Sources Étudiantes. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes LE LARYNX Le larynx est un conduit aérien qui joue un rôle essentiel dans la phonation mais aussi dans la respiration. Suite au larynx, se trouve la glotte, une zone rétrécie qui délimite les voies aériennes

Plus en détail

Les troubles de la déglutition postintubation et trachéotomie Swallowing disorders following endotracheal intubation and tracheostomy

Les troubles de la déglutition postintubation et trachéotomie Swallowing disorders following endotracheal intubation and tracheostomy Réanimation 13 (2004) 417 430 www.elsevier.com/locate/reaurg Mise au point Les troubles de la déglutition postintubation et trachéotomie Swallowing disorders following endotracheal intubation and tracheostomy

Plus en détail

SLA La nutrition et la dysphagie: Comment obtenir l él. équilibre?

SLA La nutrition et la dysphagie: Comment obtenir l él. équilibre? SLA La nutrition et la dysphagie: Comment obtenir l él équilibre? Par: Ann-Marie Léporé, erg. OT(C) Journée de formation sur la SLA Le 23 novembre 2012 Ordre de la présentation Phases d une déglutition

Plus en détail

EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS

EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS Les exemples montrés dans ce document ne sont qu un vague reflet de la complexité clinique des troubles proprioceptifs qui peuvent donner des dysfonctions partout où

Plus en détail

INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie. Neuro-sémiologie. G. Beauvalot

INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie. Neuro-sémiologie. G. Beauvalot INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie Neuro-sémiologie G. Beauvalot NEUROPATHIES PERIPHERIQUES DIFFUSES Polynévrite et multinévrite La polynévrite alcoolique Terrain Physiopathologie Sémiologie Etiologies Neuro-sémiologie

Plus en détail

Troubles de la déglutition

Troubles de la déglutition Troubles de la déglutition Prévention des fausses routes dans les atteintes neurologiques chez l adulte Sommaire Définition................................ 3 Quand on avale........................... 4

Plus en détail

Polyhandicap définitions présentation médicale

Polyhandicap définitions présentation médicale Polyhandicap définitions présentation médicale Dr Isabelle Hodgkinson L Escale Hôpital Femme Mère Enfant Définition Handicap grave à expressions multiples associant une déficience motrice et une déficience

Plus en détail

INFOS PATIENTS L IMPLANT PHONATOIRE

INFOS PATIENTS L IMPLANT PHONATOIRE INFOS PATIENTS L IMPLANT PHONATOIRE VOUS VENEZ DE SUBIR UNE LARYNGECTOMIE TOTALE Un implant phonatoire a été mis en place, vous permettant ainsi de pouvoir reparler rapidement, en attendant d acquérir

Plus en détail

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système ventilatoire et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectif: A la fin de la séquence, vous serez capable de : 1. décrire le système ventilatoire 2. d expliquer

Plus en détail

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE La Marche dans les Affections Neurologiques gq Centrales S Injeyan JL Isambert Y Bebin S Le Doze M Cano P Fages W Loisel La Marche Fonction complexe Organisée hiérarchiquement au niveau spinal Contrôlée

Plus en détail

Prise en charge rééducative des patients hémiplégiques. Florie LARGEAU Kiné CHU Bicêtre Année 2012

Prise en charge rééducative des patients hémiplégiques. Florie LARGEAU Kiné CHU Bicêtre Année 2012 Prise en charge rééducative des patients hémiplégiques Florie LARGEAU Kiné CHU Bicêtre Année 2012 Pourquoi vous sensibilisez Futurs professionnels de la santé AVC : la cause la + fréquente de l hémiplégie.

Plus en détail

Diététique et pathologies des voies aéro-digestives supérieures. Laurence Lefèbvre Diététicienne Hôpital ERASME

Diététique et pathologies des voies aéro-digestives supérieures. Laurence Lefèbvre Diététicienne Hôpital ERASME Diététique et pathologies des voies aéro-digestives supérieures Laurence Lefèbvre Diététicienne Hôpital ERASME Les V.A.D.S. : schéma Pathologies des VADS: Pathologies cancéreuses (le + svt) ou non reliées

Plus en détail

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système nerveux et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectifs : A la fin de la séquence, vous serez capable de : décrire le système nerveux d expliquer son fonctionnement

Plus en détail

Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY

Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY } Définition } Indications } Contre-indications } Avantages de la trachéotomie } Inconvénients de la trachéotomie } Les différentes techniques de trachéotomie

Plus en détail

RACHIS et MALADIE de PARKINSON Dr Christine Guillet Consultation Rachis Service de Rééducation Hôpital Le Vésinet RACHIS et MALADIE de PARKINSON Glossaire Rachis : colonne vertébrale Extrapyramidal : système

Plus en détail

L atteinte respiratoire lors de polyhandicap

L atteinte respiratoire lors de polyhandicap L atteinte respiratoire lors de polyhandicap Jean-Christophe Dubus, Marion David Unité de Pneumologie et Médecine Infantile, CRCM pédiatrique & CNRS, URMITE 6236 CHU Timone-Enfants, Marseille Sujet difficile

Plus en détail

Examen neurologique et crânien. Installation progressive d une IMOC Catégorisation neuromotrice à 2 ans Spectrum des anomalies neuromotrices

Examen neurologique et crânien. Installation progressive d une IMOC Catégorisation neuromotrice à 2 ans Spectrum des anomalies neuromotrices Examen neurologique de 0 à 2 ans 1ère partie : Examen neurologique et crânien 2ème partie : Installation progressive d une IMOC Catégorisation neuromotrice à 2 ans Spectrum des anomalies neuromotrices

Plus en détail

Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens

Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens Pr Luc Defebvre Service de Neurologie et Pathologie du Mouvement, CNRS 3291, CHRU, Lille Janvier 2010 Place

Plus en détail

Sémiologie de la motricité Module neurologie sensoriel - Psychiatrie

Sémiologie de la motricité Module neurologie sensoriel - Psychiatrie Sémiologie de la motricité Module neurologie sensoriel - Psychiatrie Semaine : Date : 25 mars 2013 Professeur : Pr Gallois Groupe : 32 (Anouck Schneidermann Aurore d Hooghe) Responsables Matières : Nicolas

Plus en détail

Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!!

Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!! Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!! LES LEVÉES DE TENSION Principe Obtenir un relâchement musculaire en pratiquant une contraction musculaire de 6 secondes puis un étirement lors du relâchement

Plus en détail

Anatomie et Exploration des VAS

Anatomie et Exploration des VAS Stanford Anatomie et Exploration des VAS M. Blumen Foch Centre Médical Veille Sommeil Concepts généraux : Pharynx 3 étages Nasopharynx Oropharynx haut Oropharynx bas Hypopharynx Concepts généraux : les

Plus en détail

Postures et respiration en relaxation. Nicolas Renouard, Psychomotricien D.E.

Postures et respiration en relaxation. Nicolas Renouard, Psychomotricien D.E. Postures et respiration en relaxation Nicolas Renouard, Psychomotricien D.E. Introduction «Les méthodes de relaxation sont des conduites thérapeutiques, rééducatives ou éducatives, utilisant des techniques

Plus en détail

26 - troubles associés. 27 - Film. 28 - La déglutition dite «primaire»

26 - troubles associés. 27 - Film. 28 - La déglutition dite «primaire» 26 - troubles associés La persistance, au-delà de l'âge de cinq à six ans, de cette forme de déglutition pourra être à l'origine de dysmorphoses dento maxillaires, de perturbation de la croissance crâniofaciale

Plus en détail

L articulation temporo-mandibulaire - Cas clinique Jan De Laere - Physiothérapeute et thérapeute manuel - Direction TMNO

L articulation temporo-mandibulaire - Cas clinique Jan De Laere - Physiothérapeute et thérapeute manuel - Direction TMNO L articulation temporo-mandibulaire - Cas clinique Jan De Laere - Physiothérapeute et thérapeute manuel - Direction TMNO Un patient de 35 ans souffre d un syndrome crâniomandibulaire depuis qu il a reçu

Plus en détail

Neuro-sémiologie du SNC

Neuro-sémiologie du SNC INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie Neuro-sémiologie du SNC G. Beauvalot La sclérose en plaques Neuro-sémiologie du SNC Définition et épidémiologie Anatomo-pathologie Etiologies Sémiologie Eléments diagnostics

Plus en détail

Echelle NIHSS ( National Institute of Health Stroke Score)

Echelle NIHSS ( National Institute of Health Stroke Score) Echelle NIHSS ( National Institute of Health Stroke Score) 1a. Niveau de conscience 0 Eveillé, réactivité vive Choisir une réponse, même si une évaluation complète est impossible du fait d une intubation,

Plus en détail

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5 1 DEMENCES DES PERSONNES AGEES PLAN A. INTRODUCTION... 2 I. Historique... 2 II. Les démences :... 2 a) Définition... 2 b) Epidémiologie... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 I. Les démences dégénératives...

Plus en détail

Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre

Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre Pr. Kissani, Dr. Lohab Faculté de médecine,université Cadi Ayyad; Marrakech. Vous donner le vertige 1 Définition Le vertige est une sensation de déplacement

Plus en détail

Radio-Anatomie de la sphère ORL

Radio-Anatomie de la sphère ORL Radio-Anatomie de la sphère ORL J A C Q U E S F O U R Q U E T I N T E R N E E N R A D I O T H E R A P I E T U T E U R : D R C A L L O N N E C D E S C A R C I N O L O G I E C E R V I C O - F A C I A L E

Plus en détail

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie M. Benabdeljlil, S. Aïdi, M. El Alaoui Faris Service de Neurologie A et

Plus en détail

Anatomie de la face. Dr Bernadette PASQUINI

Anatomie de la face. Dr Bernadette PASQUINI Anatomie de la face Dr Bernadette PASQUINI Anatomie descriptive de la face Région limitée par la ligne d implantation des cheveux, le bord antérieur des oreilles et le menton. Eléments principaux : yeux,

Plus en détail

Service d orthophonie. Difficultés de déglutition chez l adulte : pour y voir clair

Service d orthophonie. Difficultés de déglutition chez l adulte : pour y voir clair Service d orthophonie Difficultés de déglutition chez l adulte : pour y voir clair pour y voir clair TABLE DES MATIÈRES La dysphagie chez l adulte La déglutition Causes de la dysphagie Conséquences de

Plus en détail

des idées pour aménager et adapter le temps du repas

des idées pour aménager et adapter le temps du repas 0020 des idées pour aménager et adapter le temps du repas 2 SOMMAIRE Préambule... 4 Quelques repères sur l oralité alimentaire... 5 Aménageons l environnement... 6 Limitons les stimulations sensorielles...

Plus en détail

Exposé réalisé le 12/02/07 dans le cadre du GEPPE par Elisabeth Babot et Patricia San Sebastian, ergothérapeutes.

Exposé réalisé le 12/02/07 dans le cadre du GEPPE par Elisabeth Babot et Patricia San Sebastian, ergothérapeutes. Le concept BOBATH Historique C est un concept qui a été développé par le docteur Bobath, neurologue, et son épouse, kinésithérapeute, lors de leur prise en charge d adultes hémiplégiques puis d enfants

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

La déshydratation. Eau est indispensable à la vie, est le principal constituant de notre organisme

La déshydratation. Eau est indispensable à la vie, est le principal constituant de notre organisme La déshydratation 1. définition Perte excessive de la teneur en eau de l organisme Déficit du volume liquidien par déséquilibre du bilan hydrosodé 2. mécanismes et causes a. mécanisme Eau est indispensable

Plus en détail

Évaluation des nerfs crâniens DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES

Évaluation des nerfs crâniens DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES Évaluation des nerfs DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES Tous droits réservés, CHUM, 2014 I II III IV V VI Olfactifs Optiques Oculomoteurs communs Trochléaires Trijumeaux Oculomoteurs

Plus en détail

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral - Aspects paramédicaux - Synthèse des recommandations JUIN 2002 Service des

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION APRÈS UN AVC AVC

LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION APRÈS UN AVC AVC LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION APRÈS UN AVC AVC 9 SOMMAIRE Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 2 Rappel 3 Les mécanismes de la déglutition 3 Les troubles de la déglutition, qu est-ce que

Plus en détail

Maladie de Parkinson Diagnostic

Maladie de Parkinson Diagnostic Maladie de Parkinson Diagnostic M.Coustans CH Quimper Erreurs diagnostiques Fréquentes dans les études autopsiques 100 patients : 82 confirmés à l ana path (Hughes et al. 1992) Diagnostic clinique Réponse

Plus en détail

M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT

M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT Maladie inflammatoire, chronique, «démyélinisante» du système nerveux central. Décrite pour la première fois par Charcot en 1866. Apparition «successive

Plus en détail

CHAPITRE XI : TROUBLES DE LA MARCHE ET DE L EQUILIBRE. CHUTES CHEZ LE SUJET AGE

CHAPITRE XI : TROUBLES DE LA MARCHE ET DE L EQUILIBRE. CHUTES CHEZ LE SUJET AGE CHAPITRE XI : TROUBLES DE LA MARCHE ET DE L EQUILIBRE. CHUTES CHEZ LE SUJET AGE I- Sémiologie des troubles de la marche A- Anamnèse B- Analyse catégorielle C- Analyse sémiologique II- Epidémiologie des

Plus en détail

En centre d hébergement, de nombreux résidents présentent des signes de dysphagie.

En centre d hébergement, de nombreux résidents présentent des signes de dysphagie. La dysphagie Numéro 23 2006 À propos de l auteure... LA DYSPHAGIE lorsque manger devient tout un défi! Estelle Joly, ergothérapeute, diplômée de l'université de Montréal, oeuvre depuis 1986 dans les CHSLD

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

Techniques ostéopathiques appliquées à la phoniatrie

Techniques ostéopathiques appliquées à la phoniatrie Alain Piron Techniques ostéopathiques appliquées à la phoniatrie TOME 1 Biomécanique fonctionnelle et normalisation du larynx 2011 SYMÉTRIE ISBN 978-2-914373-28-9 Symétrie 30 rue Jean-Baptiste Say 69001

Plus en détail

UNIVERSITE CLAUDE-BERNARD. LYON 1. INSTITUT DES SCIENCES et TECHNIQUES DE READAPTATION ----------------------- Directeur : Professeur Yves MATILLON

UNIVERSITE CLAUDE-BERNARD. LYON 1. INSTITUT DES SCIENCES et TECHNIQUES DE READAPTATION ----------------------- Directeur : Professeur Yves MATILLON UNIVERSITE CLAUDE-BERNARD. LYON 1 INSTITUT DES SCIENCES et TECHNIQUES DE READAPTATION ----------------------- Directeur : Professeur Yves MATILLON ----------------------- REEDUCATION DES TROUBLES DE LA

Plus en détail

Neurophysiologie Somesthésie et nociception II. Système nerveux périphérique III. Réflexes médullaires IV. Cortex moteur et voies motrices

Neurophysiologie Somesthésie et nociception II. Système nerveux périphérique III. Réflexes médullaires IV. Cortex moteur et voies motrices Neurophysiologie Dr P Sauleau I. Somesthésie et nociception II. III. IV. Système nerveux périphérique Réflexes médullaires Cortex moteur et voies motrices V. Noyaux gris centraux et cervelet VI. Audition

Plus en détail

Plan Inter Etablissements 2013

Plan Inter Etablissements 2013 Plan Inter Etablissements 2013 Programme des formations Madame, Monsieur, Dans le cadre des objectifs de son Projet Stratégique Régional, et en collaboration avec ses 2 réseaux, l ANFH mer en place le

Plus en détail

Cancers de la cavité buccale

Cancers de la cavité buccale Cancers de la cavité buccale LES CANCERS DE LA CAVITE BUCCALE : ASPECTS GENERAUX Données épidémiologiques : Les carcinomes de la cavité buccale représentent environ 20% des cancers des VADS. Ce sont dans

Plus en détail

Crânien. Pathologies de croissance M. Peltier

Crânien. Pathologies de croissance M. Peltier Crânien Pathologies de croissance M. Peltier Nourrisson surveiller sacrum - C0-C1 C1 jusqu à 1 an il faut une symétrie l acquisition des mouvements asymétriques se fait vers 1 an (marche et mastication)

Plus en détail

Cancers du larynx. Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx

Cancers du larynx. Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx Cancers du larynx Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx - Examen clinique ORL : laryngoscopie indirecte, fibroscopie avec étude de la mobilité laryngée +++, palpation des aires ganglionnaires

Plus en détail

Troubles de l équilibre

Troubles de l équilibre Troubles de l équilibre Définition & symptomatologie Responsable de chutes, problème majeur chez le sujet âgé Troubles de l équilibre: impossibilité à maintenir son centre de gravité dans son polygone

Plus en détail

Toux chronique de l enfant

Toux chronique de l enfant Toux chronique de l enfant «Les 10 questions indispensables» F.Amsallem Définition «Toux > 4 à 6 semaines ou Episodes de toux > 2 mois / an» En pratique toute toux > 3 semaines doit être explorée Principales

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

TROUBLES DE LA COMMUNICATION ET DE LA

TROUBLES DE LA COMMUNICATION ET DE LA TROUBLES DE LA COMMUNICATION ET DE LA DEGLUTITION EN NEUROLOGIE DE L ADULTE : APHASIES, DYSARTHRIES ET DYSPHAGIES Olivier HERAL Orthophoniste Castres SOMMAIRE LES APHASIES INTRODUCTION Structures cérébrales

Plus en détail

Technique de succion Positions d allaitement

Technique de succion Positions d allaitement Technique de succion Positions d allaitement Formation La Voie Lactée le 10 Octobre 2009 Paloma Meignan - Puéricultrice Consultante en Lactation IBCLC Technique de succion Une technique de succion correcte

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN EHPAD

LA PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN EHPAD UNIVERSITE RENE DESCARTES PARIS V FACULTE COCHIN PORT ROYAL LA PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN EHPAD Etude descriptive des pratiques professionnelles de Médecins Coordonnateurs dans 27

Plus en détail

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien.

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien. BIOLOGIE 101-A82-SF ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE 2 EXERCICES : LE SYSTÈME NERVEUX 2 1. Quelle est la différence entre l encéphale et le cerveau? L encéphale est constitué de tout le contenu de la boîte crânienne.

Plus en détail

Service d orthophonie CHUL. Difficultés d'alimentation et de déglutition chez l'enfant : pour y voir clair

Service d orthophonie CHUL. Difficultés d'alimentation et de déglutition chez l'enfant : pour y voir clair Service d orthophonie CHUL Difficultés d'alimentation et de déglutition chez l'enfant : pour y voir clair AUCUNE REPRODUCTION COMPLÈTE OU PARTIELLE DE CE DOCUMENT N EST PERMISE SANS L AUTORISATION ÉCRITE

Plus en détail

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Les mécanismes de la récupération neurologique PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Introduction Plasticité cérébrale / Récupération après lésion cérébrale Récupération spontanée

Plus en détail

Item 308 : Dysphagie

Item 308 : Dysphagie Item 308 : Dysphagie Collège Français d'orl Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...4 SPECIFIQUE :...4 I Physiopathologie...5 II Sémiologie...5 II.1 Symptômes observés au cours

Plus en détail

LES FRACTURES MANDIBULAIRES

LES FRACTURES MANDIBULAIRES A. LES FRACTURES MANDIBULAIRES 16/03/09 Dr Dubosq Stomato I. Rappels anatomiques A. La mandibule 1. Une branche horizontale 2. Deux branches montantes portant des apophyses 3. La paquet vasculo-nerveux

Plus en détail

Santé buccodentaire et Santé mentale

Santé buccodentaire et Santé mentale Santé buccodentaire et Santé mentale Dr Sahar Moussa-Badran Chirurgien dentiste conseil MSA Picardie site 02 Chargée d enseignement en santé publique UFR d odontologie de Reims Praticien attaché service

Plus en détail

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Syndrome de Déficience Posturale Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Définitions : Posture : position particulière du corps et son maintien (se tenir debout par exemple). Proprioception

Plus en détail

MYELOPATHIE CERVICARTHROSIQUE OU STENOSE DU CANAL RACHIDIEN CERVICAL ET CERVICARTHROSE

MYELOPATHIE CERVICARTHROSIQUE OU STENOSE DU CANAL RACHIDIEN CERVICAL ET CERVICARTHROSE Laurent Riffaud, Service de Neurochirurgie, CHU de Rennes Myélopathie cervicarthrosique MYELOPATHIE CERVICARTHROSIQUE OU STENOSE DU CANAL RACHIDIEN CERVICAL ET CERVICARTHROSE La myélopathie par cervicarthrose

Plus en détail

Equipe ACCES Neurosciences

Equipe ACCES Neurosciences Equipe ACCES Neurosciences Programme de 1 ère S : Référentiel : Le cortex sensoriel et la plasticité du système nerveux central (illustration grâce { des images d activation du cortex somesthésique ou

Plus en détail

Premier élément du tube digestif

Premier élément du tube digestif Premier élément du tube digestif Mastication et insalivation (denture, muqueuses et ATM) - Formation du bol alimentaire - stimule la sécrétion de salive et de suc gastrique - prolonge le contact des aliments

Plus en détail

La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux

La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux Dysphagie La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux Définition Soit difficulté de la phase préœsophagienne de la déglutition (dysphagie haute ou oropharyngée) Soit sensation

Plus en détail

Attention les articulations Fitness pour les sédentaires. Douze exercices de renforcement avec l élastique Thera-Band

Attention les articulations Fitness pour les sédentaires. Douze exercices de renforcement avec l élastique Thera-Band Attention les articulations Fitness pour les sédentaires Douze exercices de renforcement avec l élastique Thera-Band Suva Caisse nationale suisse d assurance en cas d accidents Case postale 6002 Lucerne

Plus en détail

La sclérose en plaque (SEP)

La sclérose en plaque (SEP) La sclérose en plaque (SEP) La sclérose en plaques a une prévalence de 90 pour 100 000 habitants en France. Cette prévalence est plus élevée au Royaume-Uni et en Scandinavie, plus faible en Europe du Sud.

Plus en détail

Os Hyoïde. Cartilage thyroïde. Cartilage Cricoïde. Cartilage Trachéal. S ouvre à la déglutition et à l expiration

Os Hyoïde. Cartilage thyroïde. Cartilage Cricoïde. Cartilage Trachéal. S ouvre à la déglutition et à l expiration MUSCULEUSE OESOPHAGIENNE : 1/3 supérieur : Musculeuse striée longitudinale (Paroi) + S.S.O 1/3 moyen : Musculeuse striée externe longitudinale + circulaire lisse interne 1/3 inférieur : Musculeuse circulaire

Plus en détail

LES TEXTURES MODIFIEES EN EHPAD

LES TEXTURES MODIFIEES EN EHPAD LES TEXTURES MODIFIEES EN EHPAD EHPAD Papillon d Or à MAURON (56) Vanessa COBIGO, diététicienne Nadine LE CARS, médecin coordonnateur CAS CLINIQUE Mme B Anne, 98 ans, veuve, deux enfants dont un décédé,

Plus en détail

Usage strictement personnel uniquement. www.lbinder.fr Cours de technologie manuelle

Usage strictement personnel uniquement. www.lbinder.fr Cours de technologie manuelle Usage strictement personnel uniquement www.lbinder.fr Cours de technologie manuelle bibliographie Masso kinésithérapie et thérapie manuelle pratique, Michel DUFOUR, édition MASSON, 2009 La morpho-palpation,

Plus en détail

Physiopathologie et étiologie

Physiopathologie et étiologie SCLEROSE EN PLAQUES Maladie inflammatoire du système nerveux central: processus inflammatoire discontinu de démyélinisation aiguë dans la substance blanche de l encéphale et de la moelle, respectant les

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER?

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? Il faut s'échauffer pour: être en sécurité dès le début : une activité physique progressivement plus intense est indispensable pour ne pas mettre son coeur, ses artères, ses

Plus en détail

Technologie gymnique travail des abdominaux

Technologie gymnique travail des abdominaux 1 - Pourquoi renforcer Pour améliorer la respiration, avec une meilleure expiration Pour modifier la statique rachidienne, par rétroversion du bassin et limiter les appuis sur les arcs postérieurs, Pour

Plus en détail

Syndrome respiratoire obstructif des races brachycéphales

Syndrome respiratoire obstructif des races brachycéphales Syndrome respiratoire obstructif des races brachycéphales Quelles races sont le plus souvent touchées? Les races concernées par ce syndrome sont des chiens dit brachycéphales : le bulldog anglais, le carlin,

Plus en détail

Le contrôle moteur: mieux comprendre les contributions musculosquelettique et neurologique pour améliorer nos programmes de rééducation motrice.

Le contrôle moteur: mieux comprendre les contributions musculosquelettique et neurologique pour améliorer nos programmes de rééducation motrice. Le contrôle moteur: mieux comprendre les contributions musculosquelettique et neurologique pour améliorer nos programmes de rééducation motrice. Laurent Bouyer, Ph.D. Professeur agrégé département de réadaptation

Plus en détail

Les vertiges. Service ORL, CHU Dupuytren Limoges

Les vertiges. Service ORL, CHU Dupuytren Limoges Les vertiges Service ORL, CHU Dupuytren Limoges Rôle : Le système vestibulaire : système sensori-moteur transformer les forces associées aux mouvements et à la position de la tête en un signal biologique

Plus en détail