DIVERTICULE PHARYNGO-OESOPHAGIEN (DPO) DE ZENKER À PROPOS DE QUATRE CAS J. MOALLA, L. BAHLOUL, B. HAMMAMI, I. CHARFEDDINE, A.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DIVERTICULE PHARYNGO-OESOPHAGIEN (DPO) DE ZENKER À PROPOS DE QUATRE CAS J. MOALLA, L. BAHLOUL, B. HAMMAMI, I. CHARFEDDINE, A."

Transcription

1 Cas Clinique RESUME Le DPO est une pathologie rare (1% de la pathologie oesophagienne [1,2]). Elle est définie comme une hernie de la muqueuse postérieure de l œsophage à travers les fibres du muscle constricteur inférieur du pharynx. Il est la conséquence d un spasme du muscle crico-pharyngien dont la cause exacte n est pas encore connue. Le DPO s observe surtout chez le sujet âgé. Il est en général bénin mais peut être à l origine de complications graves à cause de sa latence clinique. Le diagnostic positif repose sur le transit oeso-gastro-duodénal. Le traitement est chirurgical, consiste en une diverticulectomie avec myotomie crico-pharyngien, soit par voie cervicale externe, soit actuellement par voie endoscopique, avec utilisation du laser. Nous rapportons quatre cas de DPO colligées dans le service d ORL est de chirurgie cervico-faciale de Sfax.Il s agissait de trois femmes et d un homme dont l âge moyen était de 67ans. La symptomatologie clinique était dominée par une dysphagie haute aboutissant à un amaigrissement. Le diagnostic suspecté cliniquement a été confirmé par le transit oeso-gastro-duodénal (TOGD). Tous nos patients ont été opérés par voie cervicale externe. L évolution était bonne pour trois malades avec reprise d une alimentation normale.le 4 ème malade était décédé dans les suites postopératoires précoces par une maladie intercurrente. Le DPO est une pathologie surtout du sujet âgé. Le diagnostic repose sue le transit oeso-gastro-duodenal. Le traitement est chirurgical. Mots-clés: diverticule de Zenker, dysphagie, chirurgie, endoscopie, laser. SUMMARY DIVERTICULE PHARYNGO-OESOPHAGIEN (DPO) DE ZENKER À PROPOS DE QUATRE CAS J. MOALLA, L. BAHLOUL, B. HAMMAMI, I. CHARFEDDINE, A. GHORBEL Service ORL, CHU Habib Bourguiba de Sfax, Tunisie The hypopharyngeal Zenker s diverticulum is a rare pathology (1% of oesophagien pathology). It is up to a hernia of the oesophagus posterior wall throught the fibres of the pharynx inferior constrictor muscle. Many pathogenic hypotheses are put forword; it is generally benign but can cause serious complications. The treatment can be difficult. The best treatment seems to be diverticulectomy with cricopharyngeal myotomy. Endoscopic treatment can be a good therapeutic alternative; we report four cases of patient with DPO: three women and one man; the mean age of patients was 67 years. All our patients suffered from dysphagia and loss of weight. The diagnostic, clinically suspected was cofirmed by radiological examinations. All our patients undergoing surgery was satisfactory for three patients. One patient was dead. DPO is pathology of older patients. Diagnosis is based on gastro-duodenal transit. The treatment is surgical. Key words: Zenker s diverticulum, dysphagia, surgery, endoscopy, laser. 26

2 J. MOALLA et al. INTRODUCTION Le DPO est une hernie de la muqueuse pharyngée postérieure développée au niveau de la jonction pharyngo-oesophagienne, entre les fibres du muscle constricteur inférieur du pharynx et du muscle crico-pharyngée (MCP). L hypothèse physiopathologique la plus avancée, fait étant d un défaut de synchronisation pharyngooesophagienne qui associe une hyperpression pharyngée et un défaut de relaxation du MCP lors de la déglutition. Il est en général bénin mais peut être à l origine de complications graves surtout respiratoires à type de pneumopathies d inhalation, d abcès du poumon et d insuffisance respiratoire chronique. Le traitement doit être proposé pour tout diverticule symptomatique. Il est soit chirurgical, soit endoscopique. Le choix de la technique opératoire dépendra de l état général du patient, de la taille du DPO et de l expérience d opérateur. Figure 1: Transit Oeso-Gastro-duodénale (TOGD) OBSERVATION I Mme Aicha C., âgée de 79 ans, aux antécédents de prolapsus utérin et d une hernie inguinale droite opérés, a été hospitalisée pour une dysphagie haute. La symptomatologie clinique évoluait depuis 17 ans, se manifestant par une dysphagie haute aux solides, un pyrosis, des régurgitations postprandiales tardives puis précoces, un gargouillement médiastinal et des bronchites à répétition. L évolution du tableau clinique était marquée par l installation d une aphagie et d un amaigrissement importants. L examen somatique a trouvé une patiente maigre avec une sensibilité épigastrique sans autres signes associés. L examen cervical et l endoscopie hypopharyngée étaient sans anomalies. Le transit pharyngo-oesophagien a objectivé une volumineuse formation pédiculée, implantée au niveau de la jonction pharyngo-oesophagienne (figure N 1). La lumière oesophagienne sousjacente était à peine opacifiée. Le scanner thoracique a mis en évidence une volumineuse poche oesophagienne débutant à la hauteur de la bouche de l œsophage et s étendant sur environ 9 cm jusqu au niveau de la crosse de l aorte. Cette lésion refoulait en avant la trachée et venait en arrière au contact des vertèbres thoraciques supérieures (figure N 2). 27 Figure 2:Sanner cervico-thoracique (coupe axiale) Le diagnostic de DPO a été retenu, la malade a été opérée par voie cervicale. La dissection du diverticule a été faite jusqu'à son collet. Nous avons procédé à la résection et la fermeture du DPO et de la muqueuse oesophagienne, puis nous avons réalisé une myotomie du muscle cricopharyngien inférieur. L alimentation a été faite par une sonde nasogastrique pendant dix jours. L évolution post-opératoire précoce et tardive était favorable avec disparition de la symptomatologie fonctionnelle initiale. Le recul était de 18 mois. OBSERVATION II Mme Nafissa G, âgée de 54 ans, aux antécédents médicaux d hypertension artérielle a été hospitalisée pour une dysphagie haute aux solides, évoluant depuis trois ans associée à des régurgitations et un amaigrissement. L examen cervical ainsi que l endoscopie de l hypopharynx étaient sans anomalies. Le transit pharyngo- oesophagien a montré une image d addition à la jonction pharyngooesophagienne latéralisée à droite en faveur d un DPO. (figure N 3a,3b ).

3 Diverticule pharyngo-oesophagien (DPO) de Zenker Figure 3a: TOGD de profil une mauvaise haleine et un amaigrissement évoluant depuis une année. L examen clinique et endoscopique de l hypopharynx était sans anomalies. Le transit pharyngo-oesophagien avait objectivé la présence d un diverticule de la paroi postérieure de l œsophage cervical. Le scanner cervical a montré une formation de 2 cm à paroi fine et de continu aérique latéralisée à gauche faisant communiquer avec la lumière oesophagienne, en faveur d un DPO. La patient était opérée par voie cervicale associant une myotomie extra muqueuse du sphincter supérieur de l oseophage à une diverticulectomie. Les suites opératoires étaient simples. Un contrôle par un transit aux hydrosolubles après ablation de la sonde gastrique avait montré la disparition du diverticule. Le recul était de quatre mois. Figure 3b: TOGD de face La patiente a été opérée par voie cervicale. Elle a eu une diverticulectomie. Les suites opératoires étaient simples en dehors d une surinfection banale de la plaie opératoire bien évoluée sous antibiothérapie. L évolution était favorable avec une nette régression de la symptomatologie. Le recul était de 8 mois. OBSERVATION III Mme Sassia G, âgée de 64 ans, sans antécédents pathologiques notables, avait présenté une dysphagie haute aux solides, une hypersialorrhée, 28 OBSERVATION IV Mr Mansour M, âgé de 73 ans, aux antécédents d insuffisance coronaire a consulté pour une dysphagie haute. La symptomatologie clinique évoluait depuis une année se manifestant par une dysphagie haute prédominante aux solides, d aggravation progressive associée à des régurgitations alimentaires et à un pyrosis. I examen somatique a trouvé un malade maigre et déshydraté. Le transit baryté a montré une image d addition de un centimètre au niveau de la bouche de l œsophage, évocatrice de DPO. Le malade a été opéré par une voie latérocervicale. Le sac diverticulaire n a pas été individualisé. Nous avons réalisé une myotomie du muscle cricopharyngien. Les suites opératoires étaient marquées par la survenue du décès du malade par maladie intercurrente. DISCUSSION Le DPO est une pathologie rare (1% de la pathologie oesophagienne) [1,2]. Cette pathologie représente 55 à 75% de l ensemble des diverticules de l œsophage [1, 3]. Elle se déclare, classiquement chez le sujet âgé (65-70 ans), particulièrement de sexe masculin [4]. La dysphagie haute associée aux régurgitations et aux fausses routes constitue les motifs de consultation les plus fréquents. Les gargouillements et les bruits hydro-aériques sont des signes évocateurs. Les pneumopathies

4 récidivantes par fausses déglutitions compliquent les diverticules de stades avancés [4], tel était le cas de la première observation. L examen clinique est toujours pauvre, peut cependant mettre en évidence dans certains cas [1,2] : - Une stase salivaire au niveau de la région retrocrico- aryténoïdienne. - Une tuméfaction basicervicale molle et fluctuante souvent gauche, se réduisant à la palpation avec un bruit hydroaérique et des régurgitations, correspondant à certains diverticules volumineux. Le transit baryté pharyngo-oesophagien est l examen paraclinique à réaliser de première intention. Il permet de confirmer le diagnostic en montrant une poche arrondie sous la forme d une image d addition se projetant, le plus souvent, à gauche de l œsophage cervical. L œsophagoscopie au tube rigide et la fibroscopie oesophagienne sont des examens essentiels, permettant en même temps le diagnostic positif et parfois le traitement du DPO, mais peuvent être parfois dangereuses, responsables de perforation du diverticule et de l œsophage. Le traitement du DPO est chirurgical, réalisé soit à ciel ouvert, soit à l endoscopie [5, 6, 7]. Les traitements chirurgicaux classiques par cervicotomie sont : - la myotomie extramuqueuse isolée du sphincter supérieur de l œsophage (SSO). Celle-ci doit être idéalement étendue 1cm en amont et au moins 4cm en aval du SSO. Elle est indiquée pour les stades I des DPO. - la myotomie associée à la diverticulopexie. Cette technique consiste à la suspension du DPO par son fond au rachis dans un but d obtenir son drainage vers le pharynx. -La diverticulectomie (résection du DPO et fermeture de son collet par des fils résorbables ou mieux par une pince à agrafe), le plus souvent associé à une myotomie première du MCP.Cette technique permet une reprise de l alimentation per os au 5 ème jour post opératoire et ceci après un contrôle oesophagien aux hydrosolubles. Elle permet aussi une étude histologique de la poche diverticulaire et supprime le rare mais réel risque de cancérisation du diverticule. Le traitement par voie endoscopique repose sur la section du collet, réalisée réalisée au laser CO2, ou mieux avec une pince autosuturante. Cette technique est appelée Oesophago-diverticulostomie [8, 9, 10]. Elle permet une anesthésie courte, une reprise de l alimentation per os à la 48éme heure de l intervention et une sortie du malade au 3éme jour. J. MOALLA et al. 29 Cependant, elle ne peut pas être réalisée en cas de rigidité du rachis du rachis cervical, d ouverture insuffisante de la bouche et ou de diverticule de petite taille. Chez les sujets âgées, les procédés par cervicotomie réalisant une myotomie extramuqueuse et ceux par voie endoscopique semblent être les plus adaptés. Chez les sujets jeunes, la myotomie du SSO associée à la diverticulectomie par cervicotomie est la technique la plus conseillée [1]. Les principales complications post-opératoires sont liées aux perforations de la muqueuse pharyngée pouvant évoluer vers la médiastinite, se voit plus avec la voie endoscopique. Le succès du traitement est jugé sur la disparition de la symptomatologie initiale avec une reprise d une alimentation normale, prise du poids et amélioration de l état général. Les taux de récidive semblent un peu plus élevés par voie endoscopique que par voie cervicale, 13% contre 0 à 5%, probablement en rapport avec un geste incomplet.le taux de cancérisation n excède pas 1% [4,5]. CONCLUSION Le DPO est une pathologie souvent bénigne. Son diagnostic positif repose sur le TOGD. Sont traitement doit s adapter aux souhaits du patient mais aussi à son contexte personnel évalué par les anesthésistes qui peuvent souhaiter l anesthésie la plus courte orientant vers un traitement endoscopique qui est actuellement plus utilisé et a fait la preuve a la fois de son efficacité et de son innocuité. Néanmoins il y a quelques cas d échec qui sont rattrapés par la chirurgie conventionnel [5, 7,8]. REFERENCES 1. H.Levard, A.Blain, B.Gayet. Diverticule de l œsophage EMC-pneumologie 2005 (2) : Janah A, Mahtar M, Chekkouri IA, Benchakroun Y. Le diverticule pharyngo-oesophagien : Aspects pathologiques et thérapeutiques. Maghreb médical 2000 ; 347: Righini Ch, Mouret P, Reyt E. Traitement endoscopique par laser CO2 des diverticules pharyngo-oesophagiens. Journal Français d ORL 2000 ; 49 : Hamoir M, Gruyer X, Rombaux P. Utilisation du laser CO 2 dans le traitement endoscopique des diverticules pharyngooesophagiens de Zenker. Ann. Otolaryngol. Chir. Cervicofac 1997 ; 114 : J.Leporrier, E.Salamé, M.Gignoux, P.Ségal Diverticule de Zenker : diverticulopexie contre diverticulectomie. Ann Chir 2001; 126:

5 6. J. Jougon et coll. Plaidoyer pour un abord externe par cervicotomie du diverticule de Zenker à propos de 73 cas. Annales de chirurgie 2003;128: Benkmann MC and all: cricopharyngeal myotomy in the treatment of Zenker s diverticulum. J Am Coll Surg 2003; 196: Richtsmeirer. WJ. Endoscopic management of Zenker Diverticule pharyngo-oesophagien (DPO) de Zenker 9. Steffen Maune: carbon dioxide laser diverticulostomy: A diverticulum : the staple-assisted approach.the american journal of medecine august 2003; 18; 115 Suppl 3 A: new treatment for Zenker diverticulum.am J Med. 2003; 115(3A): 172s-174s. 10. Denet C, Perniceni T. Traitement du diverticule pharyngooesophagien. Journal de Chirurgie 1999; 136:

Reflu l x u g as a t s r t o r -o - eso s phag a ie i n Pr. H.SIBAI

Reflu l x u g as a t s r t o r -o - eso s phag a ie i n Pr. H.SIBAI Reflux gastro-oesophagien Pr. H.SIBAI Oesophage Cardia Estomac R.G.O Introduction Définition : Ensemble des manifestations cliniques secondaires au passage de liquide gastrique dans l œsophage Complication

Plus en détail

RADIOLOGIE DIGESTIVE CONVENTIONNELLLE Cours n 3 TO-TPO-TOGD. Dr Céline Savoye-Collet 2009

RADIOLOGIE DIGESTIVE CONVENTIONNELLLE Cours n 3 TO-TPO-TOGD. Dr Céline Savoye-Collet 2009 RADIOLOGIE DIGESTIVE CONVENTIONNELLLE Cours n 3 TO-TPO-TOGD Dr Céline Savoye-Collet 2009 I DEFINITION Opacification de l œsophage = transit oesophagien de l œsophage et du pharynx = transit pharyngo-oesophagien

Plus en détail

DIVERTICULES GASTRIQUES DE DECOUVERTE FORTUITE

DIVERTICULES GASTRIQUES DE DECOUVERTE FORTUITE DIVERTICULES GASTRIQUES DE DECOUVERTE FORTUITE I. Huynh, H. Ghannem, A. Hernigou, C. Grataloup-Oriez, MP. Revel, G. Frija Service de Radiodiagnostic de l Hôpital Européen G. Pompidou, Paris - France EXEMPLE

Plus en détail

CHIRURGIE DU LARYNX ET DE L HYPOPHARYNX. Béatrix Barry, Service ORL, Hôpital Bichat-Claude Bernard APHP

CHIRURGIE DU LARYNX ET DE L HYPOPHARYNX. Béatrix Barry, Service ORL, Hôpital Bichat-Claude Bernard APHP CHIRURGIE DU LARYNX ET DE L HYPOPHARYNX Béatrix Barry, Service ORL, Hôpital Bichat-Claude Bernard APHP Généralités Ess t pathologie cancéreuse - carcinomes épidermoïdes Préservation de la fonction - sphincter=

Plus en détail

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien :

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien : Module digestif Pathologie œsophagique I. Rappel anatomique : Etendu de 15 à 40 cm des arcades dentaires. D environ 25 cm de long. Constitué de 2 types de muscles. Recouvert par une muqueuse malpighienne

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement Mathias VIDON Définition Passage d une partie du contenu gastrique dans l oesophage En pratique clinique : symptômes ou lésions oesophagienne en rapport

Plus en détail

INGESTION DE CORPS ÉTRANGERS EN PRATIQUE QUOTIDIENNE DES URGENCES: RÔLE INCONTOURNABLE DE LA RADIOLOGIE CONVENTIONNELLE

INGESTION DE CORPS ÉTRANGERS EN PRATIQUE QUOTIDIENNE DES URGENCES: RÔLE INCONTOURNABLE DE LA RADIOLOGIE CONVENTIONNELLE INGESTION DE CORPS ÉTRANGERS EN PRATIQUE QUOTIDIENNE DES URGENCES: RÔLE INCONTOURNABLE DE LA RADIOLOGIE CONVENTIONNELLE A IDRISSI, O. KACIMI, M. BOUNOU, E. EL AMRAOUI, N.CHIKHAOUI. Service de Radiologie

Plus en détail

Item 308 : Dysphagie

Item 308 : Dysphagie Item 308 : Dysphagie Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définition...1 2 Deux types de dysphagie...2 3 Démarche diagnostique en cas de dysphagie oesophagienne... 3 3. 1 Étape 1

Plus en détail

Un cas de DISHphagie

Un cas de DISHphagie Un cas de DISHphagie Homme de 69 ans Dysphagie haute non améliorée malgré une thyroïdectomie pour goitre. Gastroscopie : trajet en chicane de la région de la bouche de Killian, difficultés à l insertion

Plus en détail

La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux

La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux Dysphagie La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux Définition Soit difficulté de la phase préœsophagienne de la déglutition (dysphagie haute ou oropharyngée) Soit sensation

Plus en détail

La jonction pharyngo-oesophagienne

La jonction pharyngo-oesophagienne UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE MAITRISE EN SCIENCES BIOLOGIQUES ET MEDICALES M.S.B.M MEMOIRE POUR LE CERTIFICAT D ANATOMIE, D IMAGERIE ET DE MORPHOGENESE 2000-2001 UNIVERSITE DE NANTES La jonction

Plus en détail

Item 308 : Dysphagie

Item 308 : Dysphagie Item 308 : Dysphagie Collège Français d'orl Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...4 SPECIFIQUE :...4 I Physiopathologie...5 II Sémiologie...5 II.1 Symptômes observés au cours

Plus en détail

Applications Manométriques de la SWS

Applications Manométriques de la SWS Applications Manométriques de la SWS G. Desuter MD, MS, FACPE Service ORL et Chirurgie Cervico-Faciale Cliniques universitaires St-Luc, Bruxelles Constat de départ Vidéofluorographie de déglutition et

Plus en détail

Les Signes évocateurs de cancer ORL

Les Signes évocateurs de cancer ORL Les Signes évocateurs de cancer ORL J. Carvalho, A. Dupret-Bories, Ph. Schultz Service d ORL et chirurgie cervico-faciale Hôpital de Hautepierre Objectifs : savoir reconnaître précocement un cancer ORL

Plus en détail

Imagerie des Cellulites cervico-faciales diffuses A propos de 43 cas

Imagerie des Cellulites cervico-faciales diffuses A propos de 43 cas Imagerie des Cellulites cervico-faciales diffuses A propos de 43 cas J EL Azizi EL Alaoui, A Ayoubi*, H Hadjkacem, A Benbouzid*,M Kzadri*, N Chakir, MR EL Hassani, M Jiddane Service d imagerie médicale

Plus en détail

INTRODUCTION (1) morbi-mortalité. mortalité.

INTRODUCTION (1) morbi-mortalité. mortalité. Bilan radiologique de la chirurgie bariatrique : une approche conventionnelle des attentes du chirurgien Paul-Emile Labeyrie (1), Nicole Provost (1), Yannick Leroux(2), Michèle Hamon(1) (1), Service d

Plus en détail

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges Le risque septique lors des cures d éventration de la paroi abdominale, contre indique

Plus en détail

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY JM Chevallier La FISTULE après SLEEVE Sleeve = procédure la plus fréquemment réalisée en France (18 000 en 2013) Grande efficacité à court terme Bonne qualité de vie

Plus en détail

Les troubles de la déglutition d personne âgée

Les troubles de la déglutition d personne âgée Les troubles de la déglutition d chez la personne âgée Dr Denise STRUBEL, Pôle de Gérontologie G CHU Nîmes N Hygiène risques et qualité chez la personne âgée Nîmes 2012 Problèmes spécifiques chez la personne

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie Définitions II. Diagnostic d une hernie inguinale III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer

Plus en détail

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies.

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. A.GUILLAUD, L.REBIBO,D. MOSZKOWICZ, M. NEDELCU, O.FACY, F.RECHE,C.ARVIEUX. DESC Poitiers juin 2013. 2-3% fistule après

Plus en détail

TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES. Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes

TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES. Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes 1) Techniques endoscopiques 1.1) Bronchoscopie rigide 1.2) Thermocoagulation de haute fréquence 1.3) Cryothérapie

Plus en détail

LES URGENCES CHIRURGICALES

LES URGENCES CHIRURGICALES LES URGENCES CHIRURGICALES INTRODUCTION Pathologies rares Essentiellement liées à des malformations congénitales Deux pics de fréquence pour la présentation clinique à la période néo-natale à la puberté

Plus en détail

Item 245 : Hernie pariétale chez l'enfant et l'adulte

Item 245 : Hernie pariétale chez l'enfant et l'adulte Item 245 : Hernie pariétale chez l'enfant et l'adulte Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Anatomie - Définitions... 1 2 Diagnostique d'une hernie inguinale... 2 3 Argumenter l'attitude

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

ABREGE D HEPATO-GASTRO-ETROLOGIE- 2ème édition - Partie «Connaissances» - Octobre 2012 par la CDU-HGE - Editions Elsevier-Masson

ABREGE D HEPATO-GASTRO-ETROLOGIE- 2ème édition - Partie «Connaissances» - Octobre 2012 par la CDU-HGE - Editions Elsevier-Masson Chapitre 36 : Item 308 Dysphagie I. Définition II. Deux types de dysphagie III. Démarche diagnostique en cas de dysphagie œsophagienne IV. Dysphagies lésionnelles V. Dysphagies fonctionnelles OBJECTIF

Plus en détail

Evolution de la voix après cordectomie de type I par voie endoscopique au laser

Evolution de la voix après cordectomie de type I par voie endoscopique au laser Evolution de la voix après cordectomie de type I par voie endoscopique au laser MIRGHANI H, CREVIER-BUCHMAN L, HANS S, BOREL S, MENARD D, BRASNU D, VAISSIERE J Société Française de Phoniatrie Mardi 6 octobre

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE * Groupe médico-chirurgical 25 avenue Jean MEDECIN 0600 NICE FREDERIC BRACCINI L attitude à adopter devant la découverte d un nodule thyroïdien revient

Plus en détail

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M CAS CLINIQUE Monsieur M âgé de 58 ans MOTIF D HOSPITALISATION : découverte d un nodule pulmonaire unique chez un patient avec ATCD de néoplasie pulmonaire ANTECEDENT : - pneumonectomie G en 2009 pour un

Plus en détail

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition INFORMATION DES PATIENTS 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition Dr Michel AST Patient type Une femme dans 80 % des cas 40 ans 120 kg / 1,66 m soit un imc de 43 Chirurgie de rattrapage

Plus en détail

Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY

Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY } Définition } Indications } Contre-indications } Avantages de la trachéotomie } Inconvénients de la trachéotomie } Les différentes techniques de trachéotomie

Plus en détail

Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux!

Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux! Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux! Incontinence anale! Définitions! Diagnostic! Score! Explorations! Traitements.! !Lʼappareil sphinctérien! Sphincter interne : continence basale!

Plus en détail

CHIRURGIE DE L EMPHYSL

CHIRURGIE DE L EMPHYSL CHIRURGIE DE L EMPHYSL EMPHYSÈMEME Bulle géante g sur «poumon sain» bullectomie Emphysème me bulleux compressif résection-capitonnagescapitonnages Emphysème me non bulleux distendu réduction de volume

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

La dysphagie L évaluation et la prise en charge

La dysphagie L évaluation et la prise en charge Q et La dysphagie L évaluation et la prise en charge Nathalie Bouin, MD Présenté dans le cadre de la conférence : La médecine hospitalière, Fédération des médecins ominpraticiens du Québec, juin 2006 La

Plus en détail

COMMENT RECONNAÎTRE AFFECTION BÉNIGNE OU GRAVE?

COMMENT RECONNAÎTRE AFFECTION BÉNIGNE OU GRAVE? COMMENT RECONNAÎTRE LES SIGNES D UNE D AFFECTION BÉNIGNE OU GRAVE? Professeur Chantal LEFEBVRE Service de Médecine M Interne GénéraleG Cliniques Universitaires Saint-Luc (UCL) 1 A. GENERALITES I. ROLE

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

Objectifs des stages obligatoires à l externat

Objectifs des stages obligatoires à l externat Faculté de médecine Vice-décanat aux études médicales de premier cycle Objectifs des stages obligatoires à l externat Utiliser la navigation par signets de votre lecteur Adobe pour repérer le stage désiré.

Plus en détail

LEIOMYOSARCOME PRIMITIF DU DIAPHRAGME A propos d un cas.

LEIOMYOSARCOME PRIMITIF DU DIAPHRAGME A propos d un cas. LEIOMYOSARCOME PRIMITIF DU DIAPHRAGME A propos d un cas. N. Cherif Idrissi El Ganouni1, M. Ouali Idrissi1, O. Essadki1, A. Ousehal1 H. Raïs3, B. Belabidia3, R. Sali2, H. Elidrissi2, 1-Service de radiologie,

Plus en détail

Cerclage par voie abdominale. M. ROCHE, interne Cours DES inter-régions 9 mars 2005

Cerclage par voie abdominale. M. ROCHE, interne Cours DES inter-régions 9 mars 2005 Cerclage par voie abdominale M. ROCHE, interne Cours DES inter-régions 9 mars 2005 Introduction Le cerclage prophylactique par voie transvaginale a fait la preuve de son efficacité chez les patientes ayant

Plus en détail

Le Reflux Gastro- Oesophagien à l heure de

Le Reflux Gastro- Oesophagien à l heure de Le Reflux Gastro- Oesophagien à l heure de la Médecine M Factuelle Auteurs: M Ben M Ben Amar,, S Ben Amira,, J Rebaï *, R Beyrouti, A Guirat,, J Mnif*, MI Beyrouti, Service de Chirurgie Générale *Service

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

Endoscopie le passé le présent et le futur. Prof. Gian Dorta Service de Gastro-entérologie et d Hépatologie CHUV Lausanne

Endoscopie le passé le présent et le futur. Prof. Gian Dorta Service de Gastro-entérologie et d Hépatologie CHUV Lausanne Endoscopie le passé le présent et le futur Prof. Gian Dorta Service de Gastro-entérologie et d Hépatologie CHUV Lausanne Endoscopie digestive 1978 Endoscopie souple 1982 Polypectomie ERCP Mucosectomie

Plus en détail

Malformations de l estomac

Malformations de l estomac Malformations de l estomac Pr Thierry Merrot Enseignement DESC viscéral Paris 2013 Embryologie Vers 4 à 5 semaines Dilatation tubulaire Partie distale de l intestin primitif antérieur Microgastrie anténatale

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

:: Atrésie de l œsophage

:: Atrésie de l œsophage :: Atrésie de l œsophage Définition : L atrésie de l œsophage est une malformation congénitale caractérisée par une interruption de continuité de l œsophage. Dans 50 % des cas, elle est associée à d autres

Plus en détail

Syndrome respiratoire obstructif des races brachycéphales

Syndrome respiratoire obstructif des races brachycéphales Syndrome respiratoire obstructif des races brachycéphales Quelles races sont le plus souvent touchées? Les races concernées par ce syndrome sont des chiens dit brachycéphales : le bulldog anglais, le carlin,

Plus en détail

Les résultats fonctionnels de la chirurgie de l otospongiose : à propos de 50 cas

Les résultats fonctionnels de la chirurgie de l otospongiose : à propos de 50 cas Les résultats fonctionnels de la chirurgie de l otospongiose : à propos de 50 cas Service d ORL et de Chirurgie cervico-faciale CHU Mohammed VI, Marrakech, MAROC. Introduction L otospongiose est une ostéodystrophie

Plus en détail

LA GASTROPLASTIE VERTICALE CALIBREE AVEC RESECTION GASTRIQUE OU SLEEVE GASTRECTOMIE Sleeve signifie manche ou manchette. C est ainsi que l on nomme cette résection (ablation) de l estomac qui enlève environ

Plus en détail

Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale.

Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale. R CDU_Chap29.fm Page 1 Jeudi, 30. avril 2009 5:04 17 I Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale. 29 I. DÉFINITION II. ÉPIDÉMIOLOGIE III. PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort)

Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort) Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort) Motif de consultation Mr F, 38 ans, consulte aux urgences dans la nuit aux environ de 4h pour douleur dentaire avec œdème de la face.

Plus en détail

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION INTRODUCTION INTRODUCTION INTRODUCTION DEFINITION DE L OBESITE Etat d'un individu ayant un excès de poids par augmentation

Plus en détail

Chirurgie de l obésité

Chirurgie de l obésité Chirurgie de l obésité Dr Ch. de Séguin (clinique Saint Louis Ganges ) 12/06/2008 L obésité problème majeur de santé publique Complications de l obésité Diabète et obésité Quels obèses? Classification

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

Attitude face à un nodule thyroïdien. Liège 15 février 2014

Attitude face à un nodule thyroïdien. Liège 15 février 2014 Attitude face à un nodule thyroïdien Liège 15 février 2014 Prise en charge d un nodule thyroïdien: une histoire de statistiques La difficulté pour le clinicien face à un nodule thyroïdien est d identifier

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

LES URGENCES EN ORL. Les urgences hémorragiques. Les urgences respiratoires: dyspnées laryngées Les corps étrangers. Les ingestions de caustiques

LES URGENCES EN ORL. Les urgences hémorragiques. Les urgences respiratoires: dyspnées laryngées Les corps étrangers. Les ingestions de caustiques LES URGENCES EN ORL Les urgences hémorragiques Les urgences respiratoires: dyspnées laryngées Les corps étrangers Les ingestions de caustiques 1 )Les urgences hémorragiques Prfois redoutables : Richesse

Plus en détail

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

QU EST CE QU EST UNE HERNIE DISCALE LOMBAIRE?

QU EST CE QU EST UNE HERNIE DISCALE LOMBAIRE? QU EST CE QU EST UNE HERNIE DISCALE? La colonne vertébrale est constituée d un empilement de vertèbres. Les cinq vertèbres du bas constituent la colonne lombaire ou rachis lombaire qui repose sur le sacrum.

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR VOIE VAGINALE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR VOIE VAGINALE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

Janvier 2003 CHOLANGIO- PANCRÉATOGRAPHIE RÉTROGRADE ENDOSCOPIQUE ET SPHINCTÉROTOMIE BILIOPANCRÉATIQUE RECOMMANDATIONS DE LA

Janvier 2003 CHOLANGIO- PANCRÉATOGRAPHIE RÉTROGRADE ENDOSCOPIQUE ET SPHINCTÉROTOMIE BILIOPANCRÉATIQUE RECOMMANDATIONS DE LA Janvier 2003 RECOMMANDATIONS DE LA CHOLANGIO- PANCRÉATOGRAPHIE RÉTROGRADE ENDOSCOPIQUE ET SPHINCTÉROTOMIE BILIOPANCRÉATIQUE J.-C. LETARD, D. SAUTEREAU, J.-M. CANARD Avec la collaboration de : G. GAY (Nancy),

Plus en détail

L atteinte respiratoire lors de polyhandicap

L atteinte respiratoire lors de polyhandicap L atteinte respiratoire lors de polyhandicap Jean-Christophe Dubus, Marion David Unité de Pneumologie et Médecine Infantile, CRCM pédiatrique & CNRS, URMITE 6236 CHU Timone-Enfants, Marseille Sujet difficile

Plus en détail

chez l'enfant et chez l'adulte.

chez l'enfant et chez l'adulte. Item 280 : Reflux gastrooesophagien chez le nourrisson, chez l'enfant et chez l'adulte. Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définition...1 2 Epidémiologie... 2 3 Physiopathologie...3

Plus en détail

Cas clinique cancer de l oesophage

Cas clinique cancer de l oesophage Cas clinique cancer de l oesophage P. Michel Service d Hépato-Gastroentérologie CHU de Rouen www.tncd.org Evolution du cancer de l oesophage en 2010 en France en fonction de l année de naissance Tout cancer

Plus en détail

Os Hyoïde. Cartilage thyroïde. Cartilage Cricoïde. Cartilage Trachéal. S ouvre à la déglutition et à l expiration

Os Hyoïde. Cartilage thyroïde. Cartilage Cricoïde. Cartilage Trachéal. S ouvre à la déglutition et à l expiration MUSCULEUSE OESOPHAGIENNE : 1/3 supérieur : Musculeuse striée longitudinale (Paroi) + S.S.O 1/3 moyen : Musculeuse striée externe longitudinale + circulaire lisse interne 1/3 inférieur : Musculeuse circulaire

Plus en détail

PANCREATITES AIGUES GRAVES

PANCREATITES AIGUES GRAVES PANCREATITES AIGUES GRAVES QUAND OPERER? QUE FAIRE? K.Turner, service chirurgie hépato-biliaire et digestive, CHU Rennes. Pancreatite aigue grave: -Trt médical dans 85% des cas de PA - PAG:5 à 10% des

Plus en détail

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Enoncé Une femme de 65 ans, obèse, vous consulte en urgence pour une douleur épigastrique irradiant dans l épaule droite apparue brutalement il y a 3 heures

Plus en détail

INFOS PATIENTS. La chirurgie à Gustave Roussy LA CHIRURGIE THYROÏDIENNE

INFOS PATIENTS. La chirurgie à Gustave Roussy LA CHIRURGIE THYROÏDIENNE INFOS PATIENTS La chirurgie à Gustave Roussy LA CHIRURGIE THYROÏDIENNE Ill C V j DIRCOM i 2010 La glande thyroïde est située dans la partie basse du cou, en dessous du larynx. Elle est formée de deux lobes

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

Avis 15 mai 2013. Laboratoire GUERBET. Ioxitalamate de méglumine DCI

Avis 15 mai 2013. Laboratoire GUERBET. Ioxitalamate de méglumine DCI COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 15 mai 2013 TELEBRIX GASTRO, (300 mg l/ml), solution pour administration par voie orale ou rectale Flacon de 50 ml (CIP : 34009 327 480 9-9) Flacon de 100 ml (CIP : 34009

Plus en détail

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie - Définitions II. Diagnostic d une hernie de l aine III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une hernie inguinale

Plus en détail

REFLUX GASTRO ŒSOPHAGIEN. Dr K.T DOUIDI

REFLUX GASTRO ŒSOPHAGIEN. Dr K.T DOUIDI REFLUX GASTRO ŒSOPHAGIEN Dr K.T DOUIDI I. Définition II. Rappel anatomique et physiologique III. Causes anatomiques et physiologique : a) Causes physiologiques b) Causes anatomiques c) Causes anatomiques

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

SOFARTHRO.com. Chirurgie du canal carpien: techniques endoscopiques CTRS versus chirurgie à ciel ouvert (à propos de 100 cas) Pas de conflit d interêt

SOFARTHRO.com. Chirurgie du canal carpien: techniques endoscopiques CTRS versus chirurgie à ciel ouvert (à propos de 100 cas) Pas de conflit d interêt Chirurgie du canal carpien: techniques endoscopiques CTRS versus chirurgie à ciel ouvert (à propos de 100 cas) Pas de conflit d interêt N.Alidrissi, J.North, M.Elyaacoubi, A.Elbardouni, MS.berrada, D.Bledea,

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale de l obésité morbide E. Letessier,, P. Lemeunier Clinique Chirurgicale, CHU Hôtel Dieu, Nantes eric.

Prise en charge chirurgicale de l obésité morbide E. Letessier,, P. Lemeunier Clinique Chirurgicale, CHU Hôtel Dieu, Nantes eric. Prise en charge chirurgicale de l obésité morbide E. Letessier,, P. Lemeunier Clinique Chirurgicale, CHU Hôtel Dieu, Nantes eric.letessier letessier@chu-nantes. nantes.fr DIU Tours Brest TOURS, le 13 décembre

Plus en détail

Les troubles de la déglutition

Les troubles de la déglutition Les troubles de la déglutition en 10 questions Par Michèle De Gieter Brugmann Dysphagia Group SOMMAIRE Qu est-ce que la dysphagie? Comment avale-t-on? Comment se manifeste ce trouble? Quelles peuvent en

Plus en détail

RHINITE ALLERGIQUE BILAN ALLERGOLOGIQUE

RHINITE ALLERGIQUE BILAN ALLERGOLOGIQUE RHINITE ALLERGIQUE BILAN ALLERGOLOGIQUE Pr ILHEM CHARFEDDINE GARGOURI SERVICE ORL CHU HABIB BOURGUIBA SFAX TUNISIE Ilhem.gargouri@rns.tn SAONORL-CCF- ANOL ALGER 22-24/ 11/ 2013 Mon patient est-il allergique?

Plus en détail

Chapitre 30 : Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale

Chapitre 30 : Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale Chapitre 30 : Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale I. Définition II. Épidémiologie III. Physiopathologie IV. Décrire les signes fonctionnels

Plus en détail

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche.

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche. Colectomie gauche Avant l'intervention: Pour certains chirurgiens, la préparation a l'intervention débute 5 à 7 jours avant l'hospitalisation par un régime pauvre en résidu (restreint en fibres). La veille

Plus en détail

Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Anatomie du larynx Physiologie de la phonation et de la déglutition

Plus en détail

Les journées du Trocadéro

Les journées du Trocadéro Les journées du Trocadéro 21 Octobre 2014 lparois@club internet.fr Faut il avoir peur de ses patients? Dans quel cas sommes nous indéfendables? Cas n 1 a Mme O, âgée de 67 ans, consulte pour diarrhée chronique

Plus en détail

Diagno-photo. Quel est le diagnostic? À quoi correspond cette anomalie? Quel est le traitement?

Diagno-photo. Quel est le diagnostic? À quoi correspond cette anomalie? Quel est le traitement? 1 Dysphagie délirante Description du cas par Dre Julie Philip et Dr Mickaël Bouin, gastroentérologues Un homme de 48 ans se présente à l urgence pour un état délirant. Une schizophrénie paranoïde est diagnostiquée,

Plus en détail

Urgences en chirurgie digestive

Urgences en chirurgie digestive Urgences en chirurgie digestive Dr Jean Marc Hoang Service de chirurgie digestive et générale CHI le Raincy Montfermeil 01 41 70 81 10 Cours IFSI de Maison Blanche mai 2005 Urgences infectieuses appendicite

Plus en détail

TOUX CHRONIQUE DE L ENFANT

TOUX CHRONIQUE DE L ENFANT TOUX CHRONIQUE DE L ENFANT Docteur Isabelle Gibertini USP Hôpital Clocheville CHU TOURS FMC Pédiatrie Clocheville Tours Espace Malraux 25 octobre 2012 Définition p Pas consensuelle p Durée > 3 semaines

Plus en détail

Item 269 : Pancréatite chronique

Item 269 : Pancréatite chronique Item 269 : Pancréatite chronique Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définition et incidence...1 2 Facteurs de risque et étiologie...2 3 Diagnostic...3 3. 1 Clinique... 1 3. 2 Biologie...

Plus en détail

LOMBOSCIATIQUES 130 cas récents. J.R. ALLIEZ,, N.HILAL, C. BALAN B.ALLIEZ C.H.U. Nord Neurochirurgie Marseille Mars 2007

LOMBOSCIATIQUES 130 cas récents. J.R. ALLIEZ,, N.HILAL, C. BALAN B.ALLIEZ C.H.U. Nord Neurochirurgie Marseille Mars 2007 LOMBOSCIATIQUES 130 cas récents J.R. ALLIEZ,, N.HILAL, C. BALAN B.ALLIEZ C.H.U. Nord Neurochirurgie Marseille Mars 2007 Définition Lombo : Syndrome rachidien Sciatique : Syndrome radiculaire Chronique

Plus en détail

DYSPHAGIE. Examens des VADS* Examen de la cavité buccale Vidéofluoroscopie Nasofibroscopie. *VADS = voies aéro-digestives supérieures

DYSPHAGIE. Examens des VADS* Examen de la cavité buccale Vidéofluoroscopie Nasofibroscopie. *VADS = voies aéro-digestives supérieures DYSPHAGIE Sélection et recrutement des patients dysphagiques par : Lecture du dossier d admission Transmission des infirmières ou d autres partenaires de soins Anamnèse nutritionnelle d entrée Symptômes

Plus en détail

Conseil de pratique. Traitements de la maladie hémorroïdaire. Rédacteurs : Laurent Siproudhis & Thierry Higuero

Conseil de pratique. Traitements de la maladie hémorroïdaire. Rédacteurs : Laurent Siproudhis & Thierry Higuero Traitements de la maladie hémorroïdaire Rédacteurs : Laurent Siproudhis & Thierry Higuero Date de production : janvier 2013 Relecteurs : conseil d administration de la SNFCP au 10 mars 2013. Références

Plus en détail

LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier. Service de Chirurgie générale et digestive Hôpital Européen G.

LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier. Service de Chirurgie générale et digestive Hôpital Européen G. LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier Epidémiologie Obésité Obésité sévère (IMC > 40) 1980 6.1 % - 1991 6.5 % - 1997 8.5 % 0.3 % 2000 10.1 % - 2003 11.2 % 0.6 % (360 000) Insee / OBEPI

Plus en détail

La Neurofibromatose en 20 questions

La Neurofibromatose en 20 questions CNN la NF en 20 questions Responsable : Pr Jean-Francois Stalder Clinique Dermatologique CHU Nantes Contact : Blandine Legeay Tel :02-40-08-31-23 blandine.legeay@chu-nantes.fr La Neurofibromatose en 20

Plus en détail

Infections endovasculaires

Infections endovasculaires Infections endovasculaires O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing 59 Conflits d intérêt Laboratoires Novartis: Orateur Laboratoires Sanofi-Aventis: Orateur, investigateur

Plus en détail

GUIDE POUR L ELABORATION D UN CHEMIN CLINIQUE POUR LA CURE DE HERNIES DE L AINE EN AMBULATOIRE

GUIDE POUR L ELABORATION D UN CHEMIN CLINIQUE POUR LA CURE DE HERNIES DE L AINE EN AMBULATOIRE GUIDE POUR L ELABORATION D UN CHEMIN CLINIQUE POUR LA CURE DE HERNIES DE L AINE EN AMBULATOIRE Les recommandations européennes (1) et françaises (2) indiquent que la cure des hernies de l aine doit être

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

ASTHME du SUJET AGE. Capacité de Gérontologie - Année 2011/2012 - Pr Vincent Jounieaux

ASTHME du SUJET AGE. Capacité de Gérontologie - Année 2011/2012 - Pr Vincent Jounieaux ASTHME du SUJET AGE GENERALITES Deux tableaux : asthme ancien vieilli, asthme d apparition d tardive (souvent sous- diagnostiqué). EPIDEMIOLOGIE 1/ Prévalence : Plusieurs études épidémiologiques américaines

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 1 er décembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 1 er décembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 1 er décembre 2010 TRONOTHANE 1% gel pour application locale Boîte de 10 tubes de 30g, CIP : 553 563-9 Laboratoires LISAPHARM Chlorhydrate de pramocaïne Propylène glycol

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail