DIVERTICULE PHARYNGO-OESOPHAGIEN (DPO) DE ZENKER À PROPOS DE QUATRE CAS J. MOALLA, L. BAHLOUL, B. HAMMAMI, I. CHARFEDDINE, A.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DIVERTICULE PHARYNGO-OESOPHAGIEN (DPO) DE ZENKER À PROPOS DE QUATRE CAS J. MOALLA, L. BAHLOUL, B. HAMMAMI, I. CHARFEDDINE, A."

Transcription

1 Cas Clinique RESUME Le DPO est une pathologie rare (1% de la pathologie oesophagienne [1,2]). Elle est définie comme une hernie de la muqueuse postérieure de l œsophage à travers les fibres du muscle constricteur inférieur du pharynx. Il est la conséquence d un spasme du muscle crico-pharyngien dont la cause exacte n est pas encore connue. Le DPO s observe surtout chez le sujet âgé. Il est en général bénin mais peut être à l origine de complications graves à cause de sa latence clinique. Le diagnostic positif repose sur le transit oeso-gastro-duodénal. Le traitement est chirurgical, consiste en une diverticulectomie avec myotomie crico-pharyngien, soit par voie cervicale externe, soit actuellement par voie endoscopique, avec utilisation du laser. Nous rapportons quatre cas de DPO colligées dans le service d ORL est de chirurgie cervico-faciale de Sfax.Il s agissait de trois femmes et d un homme dont l âge moyen était de 67ans. La symptomatologie clinique était dominée par une dysphagie haute aboutissant à un amaigrissement. Le diagnostic suspecté cliniquement a été confirmé par le transit oeso-gastro-duodénal (TOGD). Tous nos patients ont été opérés par voie cervicale externe. L évolution était bonne pour trois malades avec reprise d une alimentation normale.le 4 ème malade était décédé dans les suites postopératoires précoces par une maladie intercurrente. Le DPO est une pathologie surtout du sujet âgé. Le diagnostic repose sue le transit oeso-gastro-duodenal. Le traitement est chirurgical. Mots-clés: diverticule de Zenker, dysphagie, chirurgie, endoscopie, laser. SUMMARY DIVERTICULE PHARYNGO-OESOPHAGIEN (DPO) DE ZENKER À PROPOS DE QUATRE CAS J. MOALLA, L. BAHLOUL, B. HAMMAMI, I. CHARFEDDINE, A. GHORBEL Service ORL, CHU Habib Bourguiba de Sfax, Tunisie The hypopharyngeal Zenker s diverticulum is a rare pathology (1% of oesophagien pathology). It is up to a hernia of the oesophagus posterior wall throught the fibres of the pharynx inferior constrictor muscle. Many pathogenic hypotheses are put forword; it is generally benign but can cause serious complications. The treatment can be difficult. The best treatment seems to be diverticulectomy with cricopharyngeal myotomy. Endoscopic treatment can be a good therapeutic alternative; we report four cases of patient with DPO: three women and one man; the mean age of patients was 67 years. All our patients suffered from dysphagia and loss of weight. The diagnostic, clinically suspected was cofirmed by radiological examinations. All our patients undergoing surgery was satisfactory for three patients. One patient was dead. DPO is pathology of older patients. Diagnosis is based on gastro-duodenal transit. The treatment is surgical. Key words: Zenker s diverticulum, dysphagia, surgery, endoscopy, laser. 26

2 J. MOALLA et al. INTRODUCTION Le DPO est une hernie de la muqueuse pharyngée postérieure développée au niveau de la jonction pharyngo-oesophagienne, entre les fibres du muscle constricteur inférieur du pharynx et du muscle crico-pharyngée (MCP). L hypothèse physiopathologique la plus avancée, fait étant d un défaut de synchronisation pharyngooesophagienne qui associe une hyperpression pharyngée et un défaut de relaxation du MCP lors de la déglutition. Il est en général bénin mais peut être à l origine de complications graves surtout respiratoires à type de pneumopathies d inhalation, d abcès du poumon et d insuffisance respiratoire chronique. Le traitement doit être proposé pour tout diverticule symptomatique. Il est soit chirurgical, soit endoscopique. Le choix de la technique opératoire dépendra de l état général du patient, de la taille du DPO et de l expérience d opérateur. Figure 1: Transit Oeso-Gastro-duodénale (TOGD) OBSERVATION I Mme Aicha C., âgée de 79 ans, aux antécédents de prolapsus utérin et d une hernie inguinale droite opérés, a été hospitalisée pour une dysphagie haute. La symptomatologie clinique évoluait depuis 17 ans, se manifestant par une dysphagie haute aux solides, un pyrosis, des régurgitations postprandiales tardives puis précoces, un gargouillement médiastinal et des bronchites à répétition. L évolution du tableau clinique était marquée par l installation d une aphagie et d un amaigrissement importants. L examen somatique a trouvé une patiente maigre avec une sensibilité épigastrique sans autres signes associés. L examen cervical et l endoscopie hypopharyngée étaient sans anomalies. Le transit pharyngo-oesophagien a objectivé une volumineuse formation pédiculée, implantée au niveau de la jonction pharyngo-oesophagienne (figure N 1). La lumière oesophagienne sousjacente était à peine opacifiée. Le scanner thoracique a mis en évidence une volumineuse poche oesophagienne débutant à la hauteur de la bouche de l œsophage et s étendant sur environ 9 cm jusqu au niveau de la crosse de l aorte. Cette lésion refoulait en avant la trachée et venait en arrière au contact des vertèbres thoraciques supérieures (figure N 2). 27 Figure 2:Sanner cervico-thoracique (coupe axiale) Le diagnostic de DPO a été retenu, la malade a été opérée par voie cervicale. La dissection du diverticule a été faite jusqu'à son collet. Nous avons procédé à la résection et la fermeture du DPO et de la muqueuse oesophagienne, puis nous avons réalisé une myotomie du muscle cricopharyngien inférieur. L alimentation a été faite par une sonde nasogastrique pendant dix jours. L évolution post-opératoire précoce et tardive était favorable avec disparition de la symptomatologie fonctionnelle initiale. Le recul était de 18 mois. OBSERVATION II Mme Nafissa G, âgée de 54 ans, aux antécédents médicaux d hypertension artérielle a été hospitalisée pour une dysphagie haute aux solides, évoluant depuis trois ans associée à des régurgitations et un amaigrissement. L examen cervical ainsi que l endoscopie de l hypopharynx étaient sans anomalies. Le transit pharyngo- oesophagien a montré une image d addition à la jonction pharyngooesophagienne latéralisée à droite en faveur d un DPO. (figure N 3a,3b ).

3 Diverticule pharyngo-oesophagien (DPO) de Zenker Figure 3a: TOGD de profil une mauvaise haleine et un amaigrissement évoluant depuis une année. L examen clinique et endoscopique de l hypopharynx était sans anomalies. Le transit pharyngo-oesophagien avait objectivé la présence d un diverticule de la paroi postérieure de l œsophage cervical. Le scanner cervical a montré une formation de 2 cm à paroi fine et de continu aérique latéralisée à gauche faisant communiquer avec la lumière oesophagienne, en faveur d un DPO. La patient était opérée par voie cervicale associant une myotomie extra muqueuse du sphincter supérieur de l oseophage à une diverticulectomie. Les suites opératoires étaient simples. Un contrôle par un transit aux hydrosolubles après ablation de la sonde gastrique avait montré la disparition du diverticule. Le recul était de quatre mois. Figure 3b: TOGD de face La patiente a été opérée par voie cervicale. Elle a eu une diverticulectomie. Les suites opératoires étaient simples en dehors d une surinfection banale de la plaie opératoire bien évoluée sous antibiothérapie. L évolution était favorable avec une nette régression de la symptomatologie. Le recul était de 8 mois. OBSERVATION III Mme Sassia G, âgée de 64 ans, sans antécédents pathologiques notables, avait présenté une dysphagie haute aux solides, une hypersialorrhée, 28 OBSERVATION IV Mr Mansour M, âgé de 73 ans, aux antécédents d insuffisance coronaire a consulté pour une dysphagie haute. La symptomatologie clinique évoluait depuis une année se manifestant par une dysphagie haute prédominante aux solides, d aggravation progressive associée à des régurgitations alimentaires et à un pyrosis. I examen somatique a trouvé un malade maigre et déshydraté. Le transit baryté a montré une image d addition de un centimètre au niveau de la bouche de l œsophage, évocatrice de DPO. Le malade a été opéré par une voie latérocervicale. Le sac diverticulaire n a pas été individualisé. Nous avons réalisé une myotomie du muscle cricopharyngien. Les suites opératoires étaient marquées par la survenue du décès du malade par maladie intercurrente. DISCUSSION Le DPO est une pathologie rare (1% de la pathologie oesophagienne) [1,2]. Cette pathologie représente 55 à 75% de l ensemble des diverticules de l œsophage [1, 3]. Elle se déclare, classiquement chez le sujet âgé (65-70 ans), particulièrement de sexe masculin [4]. La dysphagie haute associée aux régurgitations et aux fausses routes constitue les motifs de consultation les plus fréquents. Les gargouillements et les bruits hydro-aériques sont des signes évocateurs. Les pneumopathies

4 récidivantes par fausses déglutitions compliquent les diverticules de stades avancés [4], tel était le cas de la première observation. L examen clinique est toujours pauvre, peut cependant mettre en évidence dans certains cas [1,2] : - Une stase salivaire au niveau de la région retrocrico- aryténoïdienne. - Une tuméfaction basicervicale molle et fluctuante souvent gauche, se réduisant à la palpation avec un bruit hydroaérique et des régurgitations, correspondant à certains diverticules volumineux. Le transit baryté pharyngo-oesophagien est l examen paraclinique à réaliser de première intention. Il permet de confirmer le diagnostic en montrant une poche arrondie sous la forme d une image d addition se projetant, le plus souvent, à gauche de l œsophage cervical. L œsophagoscopie au tube rigide et la fibroscopie oesophagienne sont des examens essentiels, permettant en même temps le diagnostic positif et parfois le traitement du DPO, mais peuvent être parfois dangereuses, responsables de perforation du diverticule et de l œsophage. Le traitement du DPO est chirurgical, réalisé soit à ciel ouvert, soit à l endoscopie [5, 6, 7]. Les traitements chirurgicaux classiques par cervicotomie sont : - la myotomie extramuqueuse isolée du sphincter supérieur de l œsophage (SSO). Celle-ci doit être idéalement étendue 1cm en amont et au moins 4cm en aval du SSO. Elle est indiquée pour les stades I des DPO. - la myotomie associée à la diverticulopexie. Cette technique consiste à la suspension du DPO par son fond au rachis dans un but d obtenir son drainage vers le pharynx. -La diverticulectomie (résection du DPO et fermeture de son collet par des fils résorbables ou mieux par une pince à agrafe), le plus souvent associé à une myotomie première du MCP.Cette technique permet une reprise de l alimentation per os au 5 ème jour post opératoire et ceci après un contrôle oesophagien aux hydrosolubles. Elle permet aussi une étude histologique de la poche diverticulaire et supprime le rare mais réel risque de cancérisation du diverticule. Le traitement par voie endoscopique repose sur la section du collet, réalisée réalisée au laser CO2, ou mieux avec une pince autosuturante. Cette technique est appelée Oesophago-diverticulostomie [8, 9, 10]. Elle permet une anesthésie courte, une reprise de l alimentation per os à la 48éme heure de l intervention et une sortie du malade au 3éme jour. J. MOALLA et al. 29 Cependant, elle ne peut pas être réalisée en cas de rigidité du rachis du rachis cervical, d ouverture insuffisante de la bouche et ou de diverticule de petite taille. Chez les sujets âgées, les procédés par cervicotomie réalisant une myotomie extramuqueuse et ceux par voie endoscopique semblent être les plus adaptés. Chez les sujets jeunes, la myotomie du SSO associée à la diverticulectomie par cervicotomie est la technique la plus conseillée [1]. Les principales complications post-opératoires sont liées aux perforations de la muqueuse pharyngée pouvant évoluer vers la médiastinite, se voit plus avec la voie endoscopique. Le succès du traitement est jugé sur la disparition de la symptomatologie initiale avec une reprise d une alimentation normale, prise du poids et amélioration de l état général. Les taux de récidive semblent un peu plus élevés par voie endoscopique que par voie cervicale, 13% contre 0 à 5%, probablement en rapport avec un geste incomplet.le taux de cancérisation n excède pas 1% [4,5]. CONCLUSION Le DPO est une pathologie souvent bénigne. Son diagnostic positif repose sur le TOGD. Sont traitement doit s adapter aux souhaits du patient mais aussi à son contexte personnel évalué par les anesthésistes qui peuvent souhaiter l anesthésie la plus courte orientant vers un traitement endoscopique qui est actuellement plus utilisé et a fait la preuve a la fois de son efficacité et de son innocuité. Néanmoins il y a quelques cas d échec qui sont rattrapés par la chirurgie conventionnel [5, 7,8]. REFERENCES 1. H.Levard, A.Blain, B.Gayet. Diverticule de l œsophage EMC-pneumologie 2005 (2) : Janah A, Mahtar M, Chekkouri IA, Benchakroun Y. Le diverticule pharyngo-oesophagien : Aspects pathologiques et thérapeutiques. Maghreb médical 2000 ; 347: Righini Ch, Mouret P, Reyt E. Traitement endoscopique par laser CO2 des diverticules pharyngo-oesophagiens. Journal Français d ORL 2000 ; 49 : Hamoir M, Gruyer X, Rombaux P. Utilisation du laser CO 2 dans le traitement endoscopique des diverticules pharyngooesophagiens de Zenker. Ann. Otolaryngol. Chir. Cervicofac 1997 ; 114 : J.Leporrier, E.Salamé, M.Gignoux, P.Ségal Diverticule de Zenker : diverticulopexie contre diverticulectomie. Ann Chir 2001; 126:

5 6. J. Jougon et coll. Plaidoyer pour un abord externe par cervicotomie du diverticule de Zenker à propos de 73 cas. Annales de chirurgie 2003;128: Benkmann MC and all: cricopharyngeal myotomy in the treatment of Zenker s diverticulum. J Am Coll Surg 2003; 196: Richtsmeirer. WJ. Endoscopic management of Zenker Diverticule pharyngo-oesophagien (DPO) de Zenker 9. Steffen Maune: carbon dioxide laser diverticulostomy: A diverticulum : the staple-assisted approach.the american journal of medecine august 2003; 18; 115 Suppl 3 A: new treatment for Zenker diverticulum.am J Med. 2003; 115(3A): 172s-174s. 10. Denet C, Perniceni T. Traitement du diverticule pharyngooesophagien. Journal de Chirurgie 1999; 136:

Reflu l x u g as a t s r t o r -o - eso s phag a ie i n Pr. H.SIBAI

Reflu l x u g as a t s r t o r -o - eso s phag a ie i n Pr. H.SIBAI Reflux gastro-oesophagien Pr. H.SIBAI Oesophage Cardia Estomac R.G.O Introduction Définition : Ensemble des manifestations cliniques secondaires au passage de liquide gastrique dans l œsophage Complication

Plus en détail

CANCER DE L OESOPHAGE

CANCER DE L OESOPHAGE - 1/6- Lundi 19/03/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset CANCER DE L OESOPHAGE I/ EPIDEMIOLOGIE : L incidence dans le monde varie de 1 à 160 pour 100 000. En

Plus en détail

CHIRURGIE DU LARYNX ET DE L HYPOPHARYNX. Béatrix Barry, Service ORL, Hôpital Bichat-Claude Bernard APHP

CHIRURGIE DU LARYNX ET DE L HYPOPHARYNX. Béatrix Barry, Service ORL, Hôpital Bichat-Claude Bernard APHP CHIRURGIE DU LARYNX ET DE L HYPOPHARYNX Béatrix Barry, Service ORL, Hôpital Bichat-Claude Bernard APHP Généralités Ess t pathologie cancéreuse - carcinomes épidermoïdes Préservation de la fonction - sphincter=

Plus en détail

RADIOLOGIE DIGESTIVE CONVENTIONNELLLE Cours n 3 TO-TPO-TOGD. Dr Céline Savoye-Collet 2009

RADIOLOGIE DIGESTIVE CONVENTIONNELLLE Cours n 3 TO-TPO-TOGD. Dr Céline Savoye-Collet 2009 RADIOLOGIE DIGESTIVE CONVENTIONNELLLE Cours n 3 TO-TPO-TOGD Dr Céline Savoye-Collet 2009 I DEFINITION Opacification de l œsophage = transit oesophagien de l œsophage et du pharynx = transit pharyngo-oesophagien

Plus en détail

DIVERTICULES GASTRIQUES DE DECOUVERTE FORTUITE

DIVERTICULES GASTRIQUES DE DECOUVERTE FORTUITE DIVERTICULES GASTRIQUES DE DECOUVERTE FORTUITE I. Huynh, H. Ghannem, A. Hernigou, C. Grataloup-Oriez, MP. Revel, G. Frija Service de Radiodiagnostic de l Hôpital Européen G. Pompidou, Paris - France EXEMPLE

Plus en détail

Un cas de DISHphagie

Un cas de DISHphagie Un cas de DISHphagie Homme de 69 ans Dysphagie haute non améliorée malgré une thyroïdectomie pour goitre. Gastroscopie : trajet en chicane de la région de la bouche de Killian, difficultés à l insertion

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges Le risque septique lors des cures d éventration de la paroi abdominale, contre indique

Plus en détail

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée Chapitre 22 : Item 234 Diverticulose colique et sigmoïdite I. Définitions - Anatomie II. Épidémiologie physiopathologie III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée IV. Complications de la diverticulose

Plus en détail

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien :

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien : Module digestif Pathologie œsophagique I. Rappel anatomique : Etendu de 15 à 40 cm des arcades dentaires. D environ 25 cm de long. Constitué de 2 types de muscles. Recouvert par une muqueuse malpighienne

Plus en détail

Reflux Gastro-Oesophagien

Reflux Gastro-Oesophagien 1. Définition RGO pathologique, déficience de la barrière anti-reflux reflux du contenu gastrique de l estomac vers l oesophage, responsable de symptômes plus ou moins compliqué d oesophagite (agression

Plus en détail

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement Mathias VIDON Définition Passage d une partie du contenu gastrique dans l oesophage En pratique clinique : symptômes ou lésions oesophagienne en rapport

Plus en détail

Les Signes évocateurs de cancer ORL

Les Signes évocateurs de cancer ORL Les Signes évocateurs de cancer ORL J. Carvalho, A. Dupret-Bories, Ph. Schultz Service d ORL et chirurgie cervico-faciale Hôpital de Hautepierre Objectifs : savoir reconnaître précocement un cancer ORL

Plus en détail

Sémiologie oesophagienne

Sémiologie oesophagienne Sémiologie oesophagienne Sémiologie Médicale PCEM2 Docteur Pascal Sève Professeur Christiane Broussolle Faculté de Médecine Lyon-Sud 2007 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 1 Sémiologie OESOPHAGE Explorations

Plus en détail

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies.

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. A.GUILLAUD, L.REBIBO,D. MOSZKOWICZ, M. NEDELCU, O.FACY, F.RECHE,C.ARVIEUX. DESC Poitiers juin 2013. 2-3% fistule après

Plus en détail

accès s de toux avec cyanose chez le nourrisson: le volvulus gastrique

accès s de toux avec cyanose chez le nourrisson: le volvulus gastrique Cause rare d accd accès s de toux avec cyanose chez le nourrisson: le volvulus gastrique C. Hafsa, B. Hmida, R. Salem, MA. Jellali, M. Maatouk, M. Golli Service d imagerie d médicale m CHU Fattouma Bourguiba

Plus en détail

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M CAS CLINIQUE Monsieur M âgé de 58 ans MOTIF D HOSPITALISATION : découverte d un nodule pulmonaire unique chez un patient avec ATCD de néoplasie pulmonaire ANTECEDENT : - pneumonectomie G en 2009 pour un

Plus en détail

La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux

La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux Dysphagie La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux Définition Soit difficulté de la phase préœsophagienne de la déglutition (dysphagie haute ou oropharyngée) Soit sensation

Plus en détail

Cas clinique. Nelson Lourenço - Interne

Cas clinique. Nelson Lourenço - Interne Cas clinique Nelson Lourenço - Interne Mr XY Patient de 48 ans Pas d ATCD médicaux ou chirurgicaux Depuis 6 mois: «brûlures dans la poitrine», «régurgitations» Juin 2007: début d un traitement par IPP

Plus en détail

LES URGENCES CHIRURGICALES

LES URGENCES CHIRURGICALES LES URGENCES CHIRURGICALES INTRODUCTION Pathologies rares Essentiellement liées à des malformations congénitales Deux pics de fréquence pour la présentation clinique à la période néo-natale à la puberté

Plus en détail

LES HERNIES HIATALES

LES HERNIES HIATALES -1/5- Lundi 19/03/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset LES HERNIES HIATALES I/ DEFINITION : La hernie hiatale désigne le passage d une portion de la partie

Plus en détail

Diagnostic radiologique des tumeurs parapharyngées

Diagnostic radiologique des tumeurs parapharyngées Diagnostic radiologique des tumeurs parapharyngées I. Achour, M. Sellami, z. B Rhaiem, MA. Chaabouni, I. Charfeddine, B. Hammami, A. Ghorbel Service ORL CHU Habib Bourguiba, Sfax Tunisie Introduction Tumeurs

Plus en détail

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Physiologie de la sécrétion pancréatique Métabolisme de l'alcool Sémiologie des douleurs pancréatiques Résumé

Plus en détail

INGESTION DE CORPS ÉTRANGERS EN PRATIQUE QUOTIDIENNE DES URGENCES: RÔLE INCONTOURNABLE DE LA RADIOLOGIE CONVENTIONNELLE

INGESTION DE CORPS ÉTRANGERS EN PRATIQUE QUOTIDIENNE DES URGENCES: RÔLE INCONTOURNABLE DE LA RADIOLOGIE CONVENTIONNELLE INGESTION DE CORPS ÉTRANGERS EN PRATIQUE QUOTIDIENNE DES URGENCES: RÔLE INCONTOURNABLE DE LA RADIOLOGIE CONVENTIONNELLE A IDRISSI, O. KACIMI, M. BOUNOU, E. EL AMRAOUI, N.CHIKHAOUI. Service de Radiologie

Plus en détail

POEM : une technique endoscopique innovante pour traiter l?achalasie

POEM : une technique endoscopique innovante pour traiter l?achalasie POEM : une technique endoscopique innovante pour traiter l?achalasie Une procédure endoscopique innovante pour traiter l?achalasie (maladie de la motricité de l??sophage) a été pratiquée par le Pr Marc

Plus en détail

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY JM Chevallier La FISTULE après SLEEVE Sleeve = procédure la plus fréquemment réalisée en France (18 000 en 2013) Grande efficacité à court terme Bonne qualité de vie

Plus en détail

Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie Définitions II. Diagnostic d une hernie inguinale III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer

Plus en détail

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition INFORMATION DES PATIENTS 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition Dr Michel AST Patient type Une femme dans 80 % des cas 40 ans 120 kg / 1,66 m soit un imc de 43 Chirurgie de rattrapage

Plus en détail

DIVERTICULE PHARYNGO- OESOPHAGIEN DE ZENKER A PROPOS DE CINQ CAS

DIVERTICULE PHARYNGO- OESOPHAGIEN DE ZENKER A PROPOS DE CINQ CAS Cas clinique Résumé DIVERTICULE PHARYNGO- OESOPHAGIEN DE ZENKER A PROPOS DE CINQ CAS H. DHOUIB, M. MNEJJA, M. SELLAMI, S. KALLEL, AD. CHAKROUN, A. GHORBEL Service ORL, CHU Habib Bourguiba, SFAX Le diverticule

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

La dysphagie L évaluation et la prise en charge

La dysphagie L évaluation et la prise en charge Q et La dysphagie L évaluation et la prise en charge Nathalie Bouin, MD Présenté dans le cadre de la conférence : La médecine hospitalière, Fédération des médecins ominpraticiens du Québec, juin 2006 La

Plus en détail

INTRODUCTION (1) morbi-mortalité. mortalité.

INTRODUCTION (1) morbi-mortalité. mortalité. Bilan radiologique de la chirurgie bariatrique : une approche conventionnelle des attentes du chirurgien Paul-Emile Labeyrie (1), Nicole Provost (1), Yannick Leroux(2), Michèle Hamon(1) (1), Service d

Plus en détail

SOFARTHRO.com. Chirurgie du canal carpien: techniques endoscopiques CTRS versus chirurgie à ciel ouvert (à propos de 100 cas) Pas de conflit d interêt

SOFARTHRO.com. Chirurgie du canal carpien: techniques endoscopiques CTRS versus chirurgie à ciel ouvert (à propos de 100 cas) Pas de conflit d interêt Chirurgie du canal carpien: techniques endoscopiques CTRS versus chirurgie à ciel ouvert (à propos de 100 cas) Pas de conflit d interêt N.Alidrissi, J.North, M.Elyaacoubi, A.Elbardouni, MS.berrada, D.Bledea,

Plus en détail

Les troubles de la déglutition d personne âgée

Les troubles de la déglutition d personne âgée Les troubles de la déglutition d chez la personne âgée Dr Denise STRUBEL, Pôle de Gérontologie G CHU Nîmes N Hygiène risques et qualité chez la personne âgée Nîmes 2012 Problèmes spécifiques chez la personne

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

Les résultats fonctionnels de la chirurgie de l otospongiose : à propos de 50 cas

Les résultats fonctionnels de la chirurgie de l otospongiose : à propos de 50 cas Les résultats fonctionnels de la chirurgie de l otospongiose : à propos de 50 cas Service d ORL et de Chirurgie cervico-faciale CHU Mohammed VI, Marrakech, MAROC. Introduction L otospongiose est une ostéodystrophie

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

Dr Gilbert ZEANANDIN Pôle Digestif Archet II CHU Nice

Dr Gilbert ZEANANDIN Pôle Digestif Archet II CHU Nice Dr Gilbert ZEANANDIN Pôle Digestif Archet II CHU Nice ANATOMIE Organe musculaire creux Propulsion des aliments du pharynx vers estomac Maladie oesophagienne est fréquente Tube musculaire 2 sphincters :

Plus en détail

VEGETATIONS ADENOIDES CHEZ L ADULTE

VEGETATIONS ADENOIDES CHEZ L ADULTE VEGETATIONS ADENOIDES CHEZ L ADULTE D R H A I C H O U R. M. R Z E G L A M. P R S E L M A N E A S S I T A N T O R L - C H U M O H A M E D L A M I N E D E B A G H I N E B A B E L O U E D A L G E R IV CONGRES

Plus en détail

La jonction pharyngo-oesophagienne

La jonction pharyngo-oesophagienne UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE MAITRISE EN SCIENCES BIOLOGIQUES ET MEDICALES M.S.B.M MEMOIRE POUR LE CERTIFICAT D ANATOMIE, D IMAGERIE ET DE MORPHOGENESE 2000-2001 UNIVERSITE DE NANTES La jonction

Plus en détail

Applications Manométriques de la SWS

Applications Manométriques de la SWS Applications Manométriques de la SWS G. Desuter MD, MS, FACPE Service ORL et Chirurgie Cervico-Faciale Cliniques universitaires St-Luc, Bruxelles Constat de départ Vidéofluorographie de déglutition et

Plus en détail

Item 308 : Dysphagie

Item 308 : Dysphagie Item 308 : Dysphagie Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définition...1 2 Deux types de dysphagie...2 3 Démarche diagnostique en cas de dysphagie oesophagienne... 3 3. 1 Étape 1

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE * Groupe médico-chirurgical 25 avenue Jean MEDECIN 0600 NICE FREDERIC BRACCINI L attitude à adopter devant la découverte d un nodule thyroïdien revient

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES. Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes

TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES. Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes 1) Techniques endoscopiques 1.1) Bronchoscopie rigide 1.2) Thermocoagulation de haute fréquence 1.3) Cryothérapie

Plus en détail

Imagerie des Cellulites cervico-faciales diffuses A propos de 43 cas

Imagerie des Cellulites cervico-faciales diffuses A propos de 43 cas Imagerie des Cellulites cervico-faciales diffuses A propos de 43 cas J EL Azizi EL Alaoui, A Ayoubi*, H Hadjkacem, A Benbouzid*,M Kzadri*, N Chakir, MR EL Hassani, M Jiddane Service d imagerie médicale

Plus en détail

Conseil de pratique. Prise en charge du reflux gastro-oesophagien

Conseil de pratique. Prise en charge du reflux gastro-oesophagien Conseil de pratique Prise en charge du reflux gastro-oesophagien Rédacteur : Frank Zerbib Relecteurs : Stanislas Bruley des Varannes, Guillaume Cadiot, Philippe Ducrotté, François Mion, Michel Dapoigny,

Plus en détail

RAPPELS. Franck Marmouset 2015 CHU Tours 1

RAPPELS. Franck Marmouset 2015 CHU Tours 1 RAPPELS Franck Marmouset 2015 CHU Tours 1 TEMPS ORAL MANIPULATION PUIS INITIATION D après EMC Franck Marmouset 2015 CHU Tours 2 TEMPS PHARYNGE PROPULSION OUVERTURE DU SSO D après EMC Franck Marmouset 2015

Plus en détail

Les troubles de la déglutition en réanimation. Danièle Robert Fédération ORL CHU Timone Marseille

Les troubles de la déglutition en réanimation. Danièle Robert Fédération ORL CHU Timone Marseille Les troubles de la déglutition en réanimation Danièle Robert Fédération ORL CHU Timone Marseille Les troubles de la déglutition en réanimation La prévention des troubles de la déglutition en réanimation

Plus en détail

Apport de l imagerie dans le syndrome des 3A

Apport de l imagerie dans le syndrome des 3A Apport de l imagerie dans le syndrome des 3A Louati H*, Rebah A*, Douira W*, Debabria H*, Sayed M*, Ghorbel S, Chaouachi B, Bellagha I*. Service de Radiopédiatrie*, Hôpital d enfants de Tunis Service de

Plus en détail

EN L ATTEINTE THORACIQUE AU COURS DE LA GRIPPE A H1N1

EN L ATTEINTE THORACIQUE AU COURS DE LA GRIPPE A H1N1 ASPECTSENIMAGERIEDE EN L ATTEINTE THORACIQUE AU COURS DE LA GRIPPE A H1N1 Hantous-Zannad S., Trabelsi S., Ridène I., Zidi A, Baccouche I., Belkhouja K., Ben Romdhane K., Besbes M., Ghedira H., Ben Miled-M

Plus en détail

Trachéotomie, déglutition et sevrage respiratoire

Trachéotomie, déglutition et sevrage respiratoire Trachéotomie, déglutition et sevrage respiratoire Olivier Rémy-Néris Myriam Thiebaut CHRU de Brest INSERM U650 olivier.remyneris@chu-brest.fr Synopsis Connaitre les différents types de canules Savoir prendre

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

Item 308 : Dysphagie

Item 308 : Dysphagie Item 308 : Dysphagie Collège Français d'orl Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...4 SPECIFIQUE :...4 I Physiopathologie...5 II Sémiologie...5 II.1 Symptômes observés au cours

Plus en détail

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie - Définitions II. Diagnostic d une hernie de l aine III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une hernie inguinale

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

L œil augmenté pourra 1) voir en transparence ; 2) voir l invisible ; 3) voir l infiniment petit.

L œil augmenté pourra 1) voir en transparence ; 2) voir l invisible ; 3) voir l infiniment petit. JACQUES MARESCAUX CHIRURGIE DU FUTUR GUIDÉE PAR L IMAGERIE NUMÉRIQUE Résumé Introduction L intégration dans une salle d opération des technologies informatiques et robotiques permet d augmenter la sécurité,

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

Atrésie de l œsophage

Atrésie de l œsophage Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Atrésie de l œsophage Œsophageal atresia Malformation congénitale responsable d une interruption de la continuité

Plus en détail

Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale

Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale 2014 1 Table des matières Introduction... 3 1. Epidémiologie... 3 2. Aspects cliniques...

Plus en détail

LA GASTROPLASTIE VERTICALE CALIBREE AVEC RESECTION GASTRIQUE OU SLEEVE GASTRECTOMIE Sleeve signifie manche ou manchette. C est ainsi que l on nomme cette résection (ablation) de l estomac qui enlève environ

Plus en détail

INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE

INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE Objectifs de ce document : Vous expliquer l intervention Vous informer sur les risques de cette chirurgie Répondre aux principales questions que vous pouvez vous poser.

Plus en détail

Management pour la prévention des risques en anesthésie

Management pour la prévention des risques en anesthésie Management pour la prévention des risques en anesthésie Professeur Benoît Plaud Chu Côte de Nacre, Caen plaud-b@chu-caen.fr 5ème congrès 19-20 octobre 2006 Saint-Denis 1 Evénements indésirables graves

Plus en détail

ASTHME du SUJET AGE. Capacité de Gérontologie - Année 2011/2012 - Pr Vincent Jounieaux

ASTHME du SUJET AGE. Capacité de Gérontologie - Année 2011/2012 - Pr Vincent Jounieaux ASTHME du SUJET AGE GENERALITES Deux tableaux : asthme ancien vieilli, asthme d apparition d tardive (souvent sous- diagnostiqué). EPIDEMIOLOGIE 1/ Prévalence : Plusieurs études épidémiologiques américaines

Plus en détail

Les journées du Trocadéro

Les journées du Trocadéro Les journées du Trocadéro 21 Octobre 2014 lparois@club internet.fr Faut il avoir peur de ses patients? Dans quel cas sommes nous indéfendables? Cas n 1 a Mme O, âgée de 67 ans, consulte pour diarrhée chronique

Plus en détail

Item 245 : Hernie pariétale chez l'enfant et l'adulte

Item 245 : Hernie pariétale chez l'enfant et l'adulte Item 245 : Hernie pariétale chez l'enfant et l'adulte Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Anatomie - Définitions... 1 2 Diagnostique d'une hernie inguinale... 2 3 Argumenter l'attitude

Plus en détail

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

LES PIÈGES DE LA CHIRURGIE VAGINALE. Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique

LES PIÈGES DE LA CHIRURGIE VAGINALE. Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique LES PIÈGES DE LA CHIRURGIE VAGINALE Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique LES PIÈGES DE LA CHIRURGIE VAGINALE Le nécessaire apprentissage Les mauvaises indications

Plus en détail

La Neurofibromatose en 20 questions

La Neurofibromatose en 20 questions CNN la NF en 20 questions Responsable : Pr Jean-Francois Stalder Clinique Dermatologique CHU Nantes Contact : Blandine Legeay Tel :02-40-08-31-23 blandine.legeay@chu-nantes.fr La Neurofibromatose en 20

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Cerclage par voie abdominale. M. ROCHE, interne Cours DES inter-régions 9 mars 2005

Cerclage par voie abdominale. M. ROCHE, interne Cours DES inter-régions 9 mars 2005 Cerclage par voie abdominale M. ROCHE, interne Cours DES inter-régions 9 mars 2005 Introduction Le cerclage prophylactique par voie transvaginale a fait la preuve de son efficacité chez les patientes ayant

Plus en détail

KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens, 3 MS Dryden, 4 H Bhattacharyya, 5 M Kunkel, 5 A Baruch 5

KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens, 3 MS Dryden, 4 H Bhattacharyya, 5 M Kunkel, 5 A Baruch 5 Efficacité et tolérance du linézolide (LZD) versus vancomycine dans le traitement des infections compliquées de la peau et des tissus mous (ICPTM) documentées à SARM KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens,

Plus en détail

Plan. CHU-UVC BRUGMANN Membre du réseau Iris

Plan. CHU-UVC BRUGMANN Membre du réseau Iris B.D.G Rôle de l imagerie dynamique dans la mise au point d une dysphagie De Gieter Michèle Coordinatrice référente dysphagie CHU-Brugmann Dr Dimitriou Christos Radiologie CHU-Brugmann Dr Pattyn Amélie

Plus en détail

Pathologie digestive VIELLISSEMENT DIGESTIF DR A. FRAISSE

Pathologie digestive VIELLISSEMENT DIGESTIF DR A. FRAISSE VIELLISSEMENT DIGESTIF DR A. FRAISSE LES TROUBLES DE DEGLUTITION Les troubles de déglutition augmentent avec l avance en âge mais leur prévalence est très mal connue : -16 % environ des personnes âgées

Plus en détail

Prévention du risque d ischémie médullaire

Prévention du risque d ischémie médullaire Prévention du risque d ischémie médullaire Philippe Piquet, Jean-Michel Bartoli Services de Chirurgie Vasculaire et d imagerie médicale Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR L

Plus en détail

Le sevrage de la trachéotomie

Le sevrage de la trachéotomie Le sevrage de la trachéotomie Journée de formation «infirmière» et «kinésithérapeute» SKR. Maison de la réanimation Paris 01 / 06 / 2012 Dr G.Beduneau Réanimation Médicale CHU ROUEN gaetan.beduneau@chu-rouen.fr

Plus en détail

PERSISTANCE DU CANAL PÉRITONÉO-VAGINAL P.C.P.V

PERSISTANCE DU CANAL PÉRITONÉO-VAGINAL
P.C.P.V PERSISTANCE DU CANAL PÉRITONÉO-VAGINAL P.C.P.V SIGNES-DIAGNOSTICS-TRAITEMENT Dr NGUEKEU N. Steve Yanick Dr NANGA David Hôpital General de Reference de Panzi PLAN I. GÉNÉRALITÉS A. Définition B. Intérêt

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort)

Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort) Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort) Motif de consultation Mr F, 38 ans, consulte aux urgences dans la nuit aux environ de 4h pour douleur dentaire avec œdème de la face.

Plus en détail

Les troubles de la déglutition et leur prise en charge

Les troubles de la déglutition et leur prise en charge Les troubles de la déglutition et leur prise en charge V. Woisard-Bassols G.Soriano Unité de la voix et de la déglutition Service ORL et CCF Hôpital LARREY CHU de TOULOUSE VW+SCoM Les causes Maladie Infectieuses

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

INGESTION D UNE PILE BOUTON PAR UN ENFANT : PRÉSENTATION D UN CAS GRAVE

INGESTION D UNE PILE BOUTON PAR UN ENFANT : PRÉSENTATION D UN CAS GRAVE INGESTION D UNE PILE BOUTON PAR UN ENFANT : PRÉSENTATION D UN CAS GRAVE C. Carcel 1, R. Pouyau 2, S. Heissat 3, S. Ayari-Khalfallah 4, A.M. Patat 1, C. Pulce 1 1 CAPTV Lyon ; 2 Réanimation, HFME, CHU Lyon

Plus en détail

Prévention Infections urinaires associées aux soins. Astruc K,Aho Glélé LS, ARLIN Bourgogne Dijon, Mars 2015

Prévention Infections urinaires associées aux soins. Astruc K,Aho Glélé LS, ARLIN Bourgogne Dijon, Mars 2015 Prévention Infections urinaires associées aux soins Astruc K,Aho Glélé LS, ARLIN Bourgogne Dijon, Mars 2015 Définition IU Définition Au moins un des signes suivants Fièvre (>38 C), impériosité mictionnelle,

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

Malformations de l estomac

Malformations de l estomac Malformations de l estomac Pr Thierry Merrot Enseignement DESC viscéral Paris 2013 Embryologie Vers 4 à 5 semaines Dilatation tubulaire Partie distale de l intestin primitif antérieur Microgastrie anténatale

Plus en détail

INJECTIONS PERIDURALES THERAPEUTIQUES PAR LE HIATUS COCCYGIEN APRES SYNDROME D ECHEC POST CHIRURGICAL «FAILED BACK SURGERY SYNDROME»

INJECTIONS PERIDURALES THERAPEUTIQUES PAR LE HIATUS COCCYGIEN APRES SYNDROME D ECHEC POST CHIRURGICAL «FAILED BACK SURGERY SYNDROME» INJECTIONS PERIDURALES THERAPEUTIQUES PAR LE HIATUS COCCYGIEN APRES SYNDROME D ECHEC POST CHIRURGICAL «FAILED BACK SURGERY SYNDROME» E. GOZLAN, Paris Congrès GIEDA, Bruxelles- déc. 2008 En cas de résultat

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

Evolution de la voix après cordectomie de type I par voie endoscopique au laser

Evolution de la voix après cordectomie de type I par voie endoscopique au laser Evolution de la voix après cordectomie de type I par voie endoscopique au laser MIRGHANI H, CREVIER-BUCHMAN L, HANS S, BOREL S, MENARD D, BRASNU D, VAISSIERE J Société Française de Phoniatrie Mardi 6 octobre

Plus en détail

Place du bilan urodynamique dans les explorations de l incontinence urinaire. Dr Béatrice DAVENNE

Place du bilan urodynamique dans les explorations de l incontinence urinaire. Dr Béatrice DAVENNE 1 Place du bilan urodynamique dans les explorations de l incontinence urinaire Dr Béatrice DAVENNE Médecin de Médecine Physique et de Réadaptation. Chef de service Rééducation Neurologique et Urodynamique

Plus en détail

Endoscopie le passé le présent et le futur. Prof. Gian Dorta Service de Gastro-entérologie et d Hépatologie CHUV Lausanne

Endoscopie le passé le présent et le futur. Prof. Gian Dorta Service de Gastro-entérologie et d Hépatologie CHUV Lausanne Endoscopie le passé le présent et le futur Prof. Gian Dorta Service de Gastro-entérologie et d Hépatologie CHUV Lausanne Endoscopie digestive 1978 Endoscopie souple 1982 Polypectomie ERCP Mucosectomie

Plus en détail

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal Neurologie.com 2009 ; 1 (8) : 1-5 Docteur qu est-ce que? Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal.... Jean Chazal Service de neurochirurgie A, CHU de Clermont-Ferrand, Université d Auvergne

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Sensibilisation aux troubles de la déglutition de la personne âgée en EHPAD

Sensibilisation aux troubles de la déglutition de la personne âgée en EHPAD Sensibilisation aux troubles de la déglutition de la personne âgée en EHPAD ou une première approche de troubles bien fréquents dans nos structures Janvier 2012 / Rédacteur : A. Mazoyer médecin coordonnateur

Plus en détail

Comment ré-intervenir après gastrectomie longitudinale (en manchon)

Comment ré-intervenir après gastrectomie longitudinale (en manchon) Comment ré-intervenir après gastrectomie longitudinale (en manchon) Dr D.Nocca, Dr P.Noel, Dr C. de Seguin de Hons,,Dr V.Salsano, Dr PM.Blanc, Dr JG. Rodier,, V.Harivel, B.Daynes, Dr P.Lefebvre, Dr N.Berlandier,

Plus en détail

oesophagien chez le musicien

oesophagien chez le musicien Reflux gastro-oesophagien oesophagien chez le musicien Mythe ou réalité? L. Dalmasso Journée du trombone CNR Tours 28 Avril 2006 Physiologie de la respiration Respiration : Succession de phases reflexe

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

Dents de sagesse : quand les enlever?

Dents de sagesse : quand les enlever? 45èmes Journées de Formation Médicale M Continue Jeudi 13 septembre 2007 Dents de sagesse : quand les enlever? Florent Sury Service de Chirurgie Maxillo-faciale et Stomatologie Pr D.Goga,, Dr B. Hüttenberger

Plus en détail