FICHE D INFORMATION LA PRÉPARATION SÉCURITAIRE DES TARTARES, DES SUSHIS ET DES AUTRES METS CONSOMMÉS CRUS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FICHE D INFORMATION LA PRÉPARATION SÉCURITAIRE DES TARTARES, DES SUSHIS ET DES AUTRES METS CONSOMMÉS CRUS"

Transcription

1 FICHE D INFORMATION LA PRÉPARATION SÉCURITAIRE DES TARTARES, DES SUSHIS ET DES AUTRES METS CONSOMMÉS CRUS Cette fiche s adresse tant aux exploitants d un établissement alimentaire qu aux consommateurs et vise à les accompagner dans la responsabilité qu il leur incombe d assurer l innocuité des aliments qu ils préparent, offrent, vendent ou consomment.

2 Consommer des tartares, des sushis et d autres mets crus est de plus en plus populaire. Toutefois, comme il n y a aucune cuisson, les microorganismes nuisibles à la santé qui contaminent ces aliments ne sont pas éliminés, ce qui peut représenter un risque accru pour la santé humaine. Lorsqu ils sont ingérés, ces microorganismes peuvent provoquer des toxi-infections alimentaires qui se traduisent généralement par des nausées, des vomissements, des crampes abdominales, des maux de tête, de la fièvre ou de la diarrhée. Dans certains cas, les conséquences peuvent être plus graves, même mortelles, surtout chez les personnes vulnérables comme les jeunes enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées et les personnes dont le système immunitaire est affaibli. Ainsi, les personnes à risque ne devraient pas consommer de tels aliments crus. Cependant, il y a lieu de rappeler que la consommation de ces mets comportera toujours une certaine part de risque, y compris pour les personnes qui ne sont pas considérées comme vulnérables. BONNES PRATIQUES GÉNÉRALES D HYGIÈNE ET DE SALUBRITÉ Il est essentiel que l ingrédient principal utilisé dans une préparation crue soit d excellente qualité. L adoption de bonnes pratiques d hygiène et de salubrité à chacune des étapes de la préparation de l aliment est aussi primordiale. Ainsi, il importe de suivre les règles d hygiène et de salubrité suivantes : Se laver les mains avant et après avoir manipulé des produits crus. Nettoyer et assainir toutes les surfaces, le matériel et l équipement, avant et après la préparation. Si possible, utiliser du matériel réservé à cet usage seulement. Pour les tartares, attendre la commande du client avant d entreprendre la préparation y compris le hachage ou préparer de petites quantités à la fois. Conserver les préparations crues au réfrigérateur en tout temps à une température inférieure ou égale à 4 C avant de les servir. Consommer, servir ou mettre en vente les produits le jour même de leur préparation. Savez-vous que le jus de citron et les marinades vinaigrées ne détruisent pas tous les microorganismes, et ce, même si l aliment a une apparence cuite? Éviter la contamination croisée entre les produits qui seront consommés crus et ceux qui sont destinés à la cuisson, car les aliments destinés à la cuisson n ont pas été préparés avec les mêmes précautions (ex. : parage des viandes, gestion des parasites dans les poissons, etc.) D autres méthodes, techniques ou façons de faire propres aux différentes préparations consommées crues sont présentées dans la prochaine section.

3 PRINCIPAUX DANGERS ET PRATIQUES APPROPRIÉES SELON LE TYPE DE PRÉPARATION Les viandes d élevage Ex. : Bœuf, veau, bison, agneau, porc, cerf rouge, sanglier. L intérieur des muscles des animaux en santé est généralement exempt de bactéries. Cependant, une contamination de la surface de la viande par des bactéries nuisibles à la santé humaine et présentes dans le tube digestif des animaux peut survenir pendant les diverses opérations d abattage. Aussi, d autres types de bactéries nuisibles, que l on trouve chez les humains et les animaux, peuvent contaminer le produit en cours de préparation. Bonnes pratiques propres aux viandes d élevage Utiliser des pièces de viande intactes, entières et non tranchées, provenant de muscles sains, comme le filet mignon, la surlonge, le haut ou l intérieur de ronde. En aucun cas, il ne faut utiliser de la viande hachée ou des pièces de viande attendrie. En effet, celles-ci doivent absolument subir une cuisson pour réduire à un niveau sécuritaire le nombre de bactéries nuisibles à la santé pouvant se trouver à l intérieur des muscles. Parer entièrement l extérieur de la pièce de viande avant de la hacher ou de la trancher, de façon à éliminer les bactéries pouvant se trouver à la surface, c est-à-dire retirer une couche tout autour de la pièce de viande. Déposer ensuite la viande parée sur une planche à découper propre et utiliser un autre couteau pour procéder au hachage afin d éviter de contaminer la pièce parée. Il est aussi possible de saisir rapidement la pièce de viande. La fine couche grillée peut ensuite être retirée comme un parage et la partie centrale reste crue. Les restaurateurs devraient s approvisionner auprès de fournisseurs de viande de bœuf qui ont mis en place une procédure afin de limiter la contamination par les souches pathogènes de la bactérie Escherichia coli. Par exemple, le fournisseur devrait procéder occasionnellement à des analyses microbiologiques de la viande de bœuf. Notons que les animaux élevés à l extérieur encourent davantage de risques d être exposés aux insectes, aux rongeurs et aux oiseaux sauvages susceptibles de leur transmettre des parasites. Ainsi, l utilisation de viandes issues d animaux élevés dans un milieu contrôlé est à privilégier.

4 Les viandes provenant d animaux sauvages Ex. : Ours noir, lièvre, cerf, orignal, castor, rat musqué, écureuil, phoque. Les animaux sauvages ont aussi davantage de probabilités d être exposés aux insectes, aux rongeurs et aux oiseaux sauvages qui peuvent leur transmettre des parasites. La viande de ces animaux peut donc être contaminée par des parasites et ainsi constituer un risque pour la santé. Dans certains cas, la congélation, même prolongée, ne suffit pas pour tuer ces parasites. Une cuisson adéquate est un moyen simple et efficace de consommer ce type de viande en toute sécurité. Les viandes issues d animaux sauvages ne devraient pas être consommées crues. La volaille Ex. : Poulet, dinde, canard, caille, pintade, oie, faisan, perdrix. Lorsqu elle est consommée crue, la volaille présente un risque plus élevé que la viande. En effet, outre la surface, l intérieur des muscles peut aussi être contaminé par des bactéries nuisibles à la santé. De plus, la surface de la volaille est généralement contaminée davantage à Salmonella et à Campylobacter. Si la chair de certains oiseaux montre une texture similaire à celle de la viande rouge (ex. : canard), rappelons qu il s agit quand même de volailles et que, en matière de consommation, les mêmes précautions s appliquent. La volaille ne devrait pas être consommée crue. Le poisson Ex. : Thon, saumon, truite, tilapia, marlin. Certains poissons d eau douce ou d eau salée sont parfois des porteurs naturels de différents types de parasites pouvant constituer un risque pour la santé. Ces parasites sont généralement détruits par la congélation dans des conditions précises. Il convient de s informer auprès du poissonnier ou du fournisseur pour savoir si un poisson a été congelé ou non. Pour plus d information à ce sujet et pour connaître quels poissons sont exemptés de la congélation, on peut consulter le site Internet suivant : Bonnes pratiques Utiliser du poisson frais. Les filets de poisson frais ont une couleur vive et brillante. La chair, sous une légère pression du doigt, reprend sa forme aussitôt. Aucune odeur douteuse ne doit émaner du poisson. Si le poisson est reconnu comme un porteur naturel de parasites, procéder à une étape préalable de congélation en conformité avec les couples temps-température suivants : soit une congélation à 20 C pendant au moins 7 jours; ou une congélation à 35 C pendant au moins 15 heures.

5 Les fruits de mer Ex. : Pétoncles, huîtres, myes, coques, moules, palourdes. Au moment de la consommation de fruits de mer crus, le principal danger pour la santé est attribuable aux mollusques bivalves (pétoncles, huîtres, myes, coques, moules et palourdes). Ces derniers se nourrissent en filtrant l eau pour recueillir les organismes microscopiques qui s y trouvent; ils accumulent ainsi dans leurs tissus des biotoxines, des bactéries, des virus ou des parasites qui peuvent être nuisibles à la santé humaine. L ingestion de mollusques fortement contaminés par certaines toxines peut entraîner des maladies graves. Bonnes pratiques Utiliser des mollusques bivalves qui viennent exclusivement d une zone de cueillette ou d élevage autorisée par Pêches et Océans Canada. Opter pour des mollusques bivalves frais. Les mollusques bivalves entiers frais (en coquille) doivent être bien fermés ou se refermer lorsqu on les tape légèrement avec le doigt

J en mange ou je le jette?

J en mange ou je le jette? J en mange ou je le jette? Comment incorporer la salubrité dans la sécurité alimentaire. Présenté par Caroline Plourde et Micheline Séguin Bernier Le 19 mars 2007 Tiré et adapté du document Votre guide

Plus en détail

Microbiologie 2 CAP APR MME LAGRANGE PLP DU BUGEY - BELLEY janvier 2012. les toxi-infection alimentaires collectives

Microbiologie 2 CAP APR MME LAGRANGE PLP DU BUGEY - BELLEY janvier 2012. les toxi-infection alimentaires collectives les toxi-infection alimentaires collectives Objectif : Etre capable de caractériser les TIAC afin d être un acteur efficace de leur prévention 1. Analyse d une situation : Drame à Avignon L affaire a commencé

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES TEMPÉRATURES ET DU TEMPS

LE CONTRÔLE DES TEMPÉRATURES ET DU TEMPS LE CONTRÔLE DES TEMPÉRATURES ET DU TEMPS 1 Résumé HOT PAT Contrôler ces deux T (temps-température) assure l innocuité des aliments. On peut empêcher le développement des microorganismes en : maîtrisant

Plus en détail

table des matières LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET VOUS 2 BONNES PRATIQUES LORS DE L ACHAT 4 ÉTIQUETAGE ALIMENTAIRE 6 BONNES PRATIQUES D ENTREPOSAGE 8

table des matières LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET VOUS 2 BONNES PRATIQUES LORS DE L ACHAT 4 ÉTIQUETAGE ALIMENTAIRE 6 BONNES PRATIQUES D ENTREPOSAGE 8 table des matières LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET VOUS 2 BONNES PRATIQUES LORS DE L ACHAT 4 ÉTIQUETAGE ALIMENTAIRE 6 BONNES PRATIQUES D ENTREPOSAGE 8 BONNES PRATIQUES LORS DE LA PRÉPARATION DES ALIMENTS 12

Plus en détail

Item 73 : Risques sanitaires liés à l'eau et à l'alimentation. Toxiinfections

Item 73 : Risques sanitaires liés à l'eau et à l'alimentation. Toxiinfections Item 73 : Risques sanitaires liés à l'eau et à l'alimentation. Toxiinfections alimentaires Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Principaux risques liés à la consommation d'eau ou

Plus en détail

Modifié par : - Arrêté n 27 CM du 9 janvier 2013 ; JOPF du 17 janvier 2013, n 3, p. 788. Le Président de la Polynésie française,

Modifié par : - Arrêté n 27 CM du 9 janvier 2013 ; JOPF du 17 janvier 2013, n 3, p. 788. Le Président de la Polynésie française, ARRETE n 1750 CM du 14 octobre 2009 relatif aux normes d hygiène applicables dans les établissements mobiles ou provisoires qui proposent, à titre gratuit ou onéreux, des denrées alimentaires animales

Plus en détail

Procédure no : POL-PRO-DRHTA-486 Date d émission : 19-11-2007. Titre : Manipulation sécuritaire des aliments Date de révision : 2013-04-17

Procédure no : POL-PRO-DRHTA-486 Date d émission : 19-11-2007. Titre : Manipulation sécuritaire des aliments Date de révision : 2013-04-17 Procédure no : POL-PRO-DRHTA-486 Date d émission : 19-11-2007 Titre : Manipulation sécuritaire des aliments Date de révision : 2013-04-17 Source : Direction des ressources humaines, techniques et alimentaires

Plus en détail

MISE À JOUR : NOVEMBRE 2015. La salubrité des aliments pour les femmes enceintes

MISE À JOUR : NOVEMBRE 2015. La salubrité des aliments pour les femmes enceintes MISE À JOUR : NOVEMBRE 2015 La salubrité des aliments pour les femmes enceintes QU EST-CE QUE L EMPOISONNEMENT ALIMENTAIRE? L empoisonnement alimentaire, aussi appelé «intoxication alimentaire» ou «maladie

Plus en détail

Cuisiner pour plusieurs personnes

Cuisiner pour plusieurs personnes EOHU BSEO Cuisiner pour plusieurs personnes Guide du consommateur pour la salubrité des aliments These guidelines apply to religious organizations, service clubs and fraternal organizations where the religious

Plus en détail

BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES

BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Editeur responsable: Gil Houins Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire WTC III 21

Plus en détail

TIAC : TOXI-INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES

TIAC : TOXI-INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES TIAC : TOXI-INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES 17/09/09 Mlle Daumas Infectieux I. Définition II. Épidémiologie A. 26 maladies à déclaration obligatoire B. Lieu de survenue : III. Principaux agents des

Plus en détail

Sécurité alimentaire

Sécurité alimentaire Sécurité alimentaire Document élaboré par La Cuisine Éducative Mapleton 2011 CONSEILS ET RESSOURCES À L INTENTION DES MENTORS COMMUNAUTAIRES EN ALIMENTATION SALUBRITÉ ET INTOXICATION ALIMENTAIRE L approvisionnement

Plus en détail

PRINCIPAUX MICROORGANISMES PATHOGENES

PRINCIPAUX MICROORGANISMES PATHOGENES Coliformes thermotolérants, Escherichia coli fécale, eaux usées, sol, matières premières non décontaminées Pas, sauf Escherichia coli O157:H7 et E.coli STEC pathogène Développement entre 10 et 48 C ph

Plus en détail

PREFET DE L YONNE NOTE D INFORMATION SUR L HYGIENE EN RESTAURATION. e-mail : ddcspp@yonne.gouv.fr

PREFET DE L YONNE NOTE D INFORMATION SUR L HYGIENE EN RESTAURATION. e-mail : ddcspp@yonne.gouv.fr PREFET DE L YONNE Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations Pôle Alimentation 3 rue Jehan Pinard B.P. 19 89010 Auxerre Cedex Tél. : 03 86 72 69 57 Fax : 03 86

Plus en détail

GRANDS RASSEMBLEMENTS

GRANDS RASSEMBLEMENTS GRANDS RASSEMBLEMENTS SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS GUIDE A L USAGE DES MAIRES PREFECTURE DE L EURE Mission inter-services de sécurité sanitaire des aliments DIRECTION DEPARTEMENTALE DES SERVICES VETERINAIRES

Plus en détail

La viande, le poisson et les œufs sont des éléments essentiels de notre alimentation. Il est conseillé d en consommer une à deux fois par jour.

La viande, le poisson et les œufs sont des éléments essentiels de notre alimentation. Il est conseillé d en consommer une à deux fois par jour. La viande, le poisson et les œufs sont des éléments essentiels de notre alimentation Il est conseillé d en consommer une à deux fois par jour La viande ou le poisson ou les œufs, c est une à deux fois

Plus en détail

QUESTIONS ET REPONSES CONCERNANT LA GRIPPE AVIAIRE

QUESTIONS ET REPONSES CONCERNANT LA GRIPPE AVIAIRE Grippe aviaire H5N8 : la Belgique en période de risque accru F.A.Q. version 16 QUESTIONS ET REPONSES CONCERNANT LA GRIPPE AVIAIRE A. QUESTIONS GENERALES 1. Quels oiseaux le terme «volaille» désigne-t-il?

Plus en détail

Pourquoi purifier? Chapitre 2

Pourquoi purifier? Chapitre 2 5 Chapitre 2 Pourquoi purifier? 2.1 MALADIES LIÉES AUX MOLLUSQUES BIVALVES... 6 2.2 QUELLES ESPÈCES NÉCESSITENT UNE PURIFICATION?... 10 2.3 EXIGENCES LÉGISLATIVES... 10 2.4 BIOSÉCURITÉ...13 Au niveau mondial,

Plus en détail

HACCP. HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M.

HACCP. HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M. HACCP HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M. du 29/09/97) Une méthode qui a pour but : - d identifier les dangers,

Plus en détail

Formation diététique et restauration

Formation diététique et restauration L alimentation Formation diététique et restauration Janvier 2016 L alimentation doit apporter une quantité suffisante des différents nutriments nécessaires pour assurer la couverture de l ensemble des

Plus en détail

Toutes les méthodes d analyses rapides peuvent être théoriquement appliquées pour la plupart des bactéries pathogènes.

Toutes les méthodes d analyses rapides peuvent être théoriquement appliquées pour la plupart des bactéries pathogènes. Ces analyses permettent de vérifier la salubrité et la qualité hygiénique des denrées périssables que l on remet au consommateur. Elles doivent donc être représentatives des produits que l on remet au

Plus en détail

I/ Grippes saisonnières. 1/ Cadre général

I/ Grippes saisonnières. 1/ Cadre général I/ Grippes saisonnières 1/ Cadre général La grippe saisonnière est une infection virale contagieuse due à des virus de type Myxovirus influenzae. De nombreux virus grippaux circulent dans le monde, notamment

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE BLIGNY

CENTRE HOSPITALIER DE BLIGNY CENTRE HOSPITALIER DE BLIGNY Cahier des clauses techniques particulières pour la fourniture de denrées alimentaires conformément au Code des Marchés Publics Marché du 01/07/2015 au 30/06/2016 LOT N 5 VIANDES

Plus en détail

La salubrité alimentaire au foyer

La salubrité alimentaire au foyer La salubrité alimentaire, une priorité pour nous tous - cette brochure vous est offerte par : leseleveursdedindonducanada.ca 1 888 44-BOEUF ou boeufinfo.org abaslesbac.org La salubrité alimentaire au foyer

Plus en détail

HYGIÈNE À LA CUISINE ET HYGIÈNE DES ALIMENTS (Incluant Administration du lait maternel)

HYGIÈNE À LA CUISINE ET HYGIÈNE DES ALIMENTS (Incluant Administration du lait maternel) CHAPITRE 4 PRATIQUES DE BASE HYGIÈNE À LA CUISINE ET HYGIÈNE DES ALIMENTS (Incluant Administration du lait maternel) HYGIÈNE À LA CUISINE Accès à la cuisine En service de garde, l accès des enfants à la

Plus en détail

Manger en toute sécurité

Manger en toute sécurité Comptoir Alimentaire Drummond 1655, rue Corriveau Drummondville (Québec) J2C 1Y9 Manger en toute sécurité 819 478-4243 (aide alimentaire) 819 478-9070 (administration) 819 478-5044 (télécopieur) Dates

Plus en détail

DES DÉLICES DE LA SALLE DE TORTURE PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA SCHWEIZER TIERSCHUTZ STS

DES DÉLICES DE LA SALLE DE TORTURE PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA SCHWEIZER TIERSCHUTZ STS DES DÉLICES DE LA SALLE DE TORTURE PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA 3 3 Des délices de la salle de torture L histoire de ce qui arrive joliment décoré dans votre assiette est malheureusement peu ragoûtante

Plus en détail

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations ++ FA1 CHARCUTERIES RISQUES POTENTIELS Conditions particulières Microbes potentiels ou 1.1. Charcuteries fraîches - Pâtés - Jambons cuits - Saucisses Toutes charcuteries humides et peu salées : toutes

Plus en détail

Fiche Conseils Randonnée Marathon, Randonnée, Trail, Trek, Raid, Nordic walking, Triathlon

Fiche Conseils Randonnée Marathon, Randonnée, Trail, Trek, Raid, Nordic walking, Triathlon Fiche Conseils Randonnée Marathon, Randonnée, Trail, Trek, Raid, Nordic walking, Triathlon Le marathon, la randonnée le Trail, le Trek, le Raid le Nordic Walking, le triathlon sont quelques exemples de

Plus en détail

Gestion des engrais de ferme et qualité microbienne de l eau souterraine. Prévenir et réduire les risques pour la santé humaine

Gestion des engrais de ferme et qualité microbienne de l eau souterraine. Prévenir et réduire les risques pour la santé humaine Gestion des engrais de ferme et qualité microbienne de l eau souterraine Prévenir et réduire les risques pour la santé humaine Les microbes et l eau souterraine Au Québec, les réserves d eau souterraine

Plus en détail

Truite des Fjords Le trésor des Fjords de Norvège

Truite des Fjords Le trésor des Fjords de Norvège Le trésor des de Norvège PRODUITS DE LA MER DE NORVÈGE www.poissons-de-norvege.fr Laissez-vous inspirer par la Caractéristiques Guide de préparation La est élevée dans les eaux froides et limpides des

Plus en détail

SOMMAIRE. DISPOSITIONS RELATIVES À LA DÉCONGÉLATION - Extrait de Titre V, article 6, Annexe VI

SOMMAIRE. DISPOSITIONS RELATIVES À LA DÉCONGÉLATION - Extrait de Titre V, article 6, Annexe VI SOMMAIRE QUELQUES DEFINITIONS - Extrait Titre 1, article 2 DISPOSITIONS PARTICULIERES APPLICABLES AUX ETABLISSEMENTS DE RESTAURATION COLLECTIVE Y COMPRIS LES CUISINES CENTRALES - Extrait Titre V, article

Plus en détail

Puits et forages privés

Puits et forages privés Puits et forages privés à usage domestique Vous souhaitez remettre en service un ancien puits ou créer un forage privé dans votre jardin et éventuellement consommer l eau ainsi prélevée? règles simples

Plus en détail

FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE

FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE REFERENTIEL DE CAPACITE DE L OPERATEUR EN RESTAURATION COMMERCIALE (annexe II de l arrêté du 5 octobre 2011) Conseils d utilisation: Vous pouvez suivre la

Plus en détail

Définitions. L allergie alimentaire

Définitions. L allergie alimentaire Définitions L allergie alimentaire L allergie alimentaire est une réaction excessive, voir exagérée, de notre système immunitaire en présence d un aliment ou d un additif alimentaire, qui est normalement

Plus en détail

NORME CEE-ONU DDP-24 PIMENTS FORTS SECHES ENTIERS

NORME CEE-ONU DDP-24 PIMENTS FORTS SECHES ENTIERS NORME CEE-ONU DDP-24 concernant la commercialisation et le contrôle de la qualité commerciale des PIMENTS FORTS SECHES ENTIERS ÉDITION 2013 NATIONS UNIES New York, Genève 2013 NOTE Groupe de travail des

Plus en détail

ETUDES. Intérêt de la traçabilité en industrie agro-alimentaire. Pascal GARRY

ETUDES. Intérêt de la traçabilité en industrie agro-alimentaire. Pascal GARRY ETUDES Intérêt de la traçabilité en industrie agro-alimentaire Pascal GARRY CTSCCV - 7 avenue du Général de Gaulle - 94704 Maisons-Alfort Cedex «Alimentation sous haute surveillance», «Faut-il avoir peur

Plus en détail

APPEL D OFFRES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES DU 09/07/2015. Marché de Fournitures et Services FOURNITURE DE DENRÉES ALIMENTAIRES

APPEL D OFFRES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES DU 09/07/2015. Marché de Fournitures et Services FOURNITURE DE DENRÉES ALIMENTAIRES RÉSIDENCE SAINT JEAN 41 Avenue Félix Baert 59380 BERGUES Tél : 03.28.68.62.99 Fax : 03.28.68.53.19 Email : Stjean.residence@wanadoo.fr NUMÉRO DU MARCHE : APPEL D OFFRES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

TOUT FOOD FACTOR LES MISSIONS DE VOTRE ROBOT

TOUT FOOD FACTOR LES MISSIONS DE VOTRE ROBOT TOUT FOOD FACTOR LES MISSIONS DE VOTRE ROBOT Information générale : Chaque action des différentes missions sont indépendantes les unes des autres. Il est donc possible d en réaliser certaines et d autres

Plus en détail

(Ordonnance sur l hygiène, OHyg) Dispositions générales. du 26 juin 1995 (Etat le 27 janvier 2004)

(Ordonnance sur l hygiène, OHyg) Dispositions générales. du 26 juin 1995 (Etat le 27 janvier 2004) Ordonnance du DFI sur les exigences d ordre hygiénique et microbiologique concernant les denrées alimentaires, les objets usuels, les locaux, les installations et le personnel 1 (Ordonnance sur l hygiène,

Plus en détail

Comprendre l INFECTION GASTRO-INTESTINALE À E. coli

Comprendre l INFECTION GASTRO-INTESTINALE À E. coli Comprendre l INFECTION GASTRO-INTESTINALE À E. coli Qu est-ce qu une infection gastro-intestinale à E. coli? La bactérie Escherichia coli, plus communément appelée E. coli, fait référence à une bactérie

Plus en détail

SYNDICAT NATIONAL DES FABRICANTS DE PRODUITS SURGELES ET CONGELES

SYNDICAT NATIONAL DES FABRICANTS DE PRODUITS SURGELES ET CONGELES SYNDICAT NATIONAL DES FABRICANTS DE PRODUITS SURGELES ET CONGELES RECOMMANDATIONS DE CRITÈRES MICROBIOLOGIQUES DES PRODUITS SURGELÉS ET CONGELÉS I. INTRODUCTION Le Règlement (CE) n 2073/2005 concernant

Plus en détail

HACCP (Analyse des dangers et points critiques pour leur maîtrise)

HACCP (Analyse des dangers et points critiques pour leur maîtrise) Plan HACCP Le Système de l Analyse des dangers et points critiques pour leur maîtrise (HACCP) est une approche logique, scientifique et systématique visant à identifier et maîtriser tout problème de sécurité

Plus en détail

Nutrition et viande bovine Française

Nutrition et viande bovine Française Nutrition et viande bovine Française Rôle et missions du CIV Contribuer à la connaissance et la compréhension des éléments scientifiques relatifs aux questions sociétales des filières élevage et viandes

Plus en détail

B i o l o gist e OBSERVATIONS SUR TON ANIMAL FAMILIER. 4 Peser les quantités d excréments. 1 Animal et matériel. 5 Cahier d observation

B i o l o gist e OBSERVATIONS SUR TON ANIMAL FAMILIER. 4 Peser les quantités d excréments. 1 Animal et matériel. 5 Cahier d observation Expérimenter OBSERVATIONS SUR TON ANIMAL FAMILIER B i o l o gist e Tu peux faire des observations sur ton animal en relation avec ce que tu apprends en classe. Pour connaître le devenir des aliments consommés

Plus en détail

Manger sainement pour réduire son risque de cancer.

Manger sainement pour réduire son risque de cancer. Manger sainement pour réduire son risque de cancer. Ligue suisse contre le cancer Association suisse pour l alimentation Une publication de la Ligue suisse contre le cancer et de l Association suisse pour

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

LUTTER CONTRE LES BACTÉRIES DANS LA CUISINE

LUTTER CONTRE LES BACTÉRIES DANS LA CUISINE Être acteur aujourd hui LUTTER CONTRE LES BACTÉRIES DANS LA CUISINE Cultures Santé CS Réalisation : Cultures & Santé asbl Texte : Charlotte Sax Graphisme : Marina Le Floch Éditeur responsable : Claire

Plus en détail

PROTOCOLE DE VALIDATION DES

PROTOCOLE DE VALIDATION DES PROTOCOLE DE VALIDATION DES DUREES DE VIE FILIERE AVICOLE ET CUNICOLE Juillet 2007 1 PROTOCOLE DE VALIDATION DES DURÉES DE VIE Filière avicole et cunicole I. Champ d application Le présent document décrit

Plus en détail

L évaluation de l exposition alimentaire de la population antillaise est également actualisée sur la base des nouvelles données disponibles :

L évaluation de l exposition alimentaire de la population antillaise est également actualisée sur la base des nouvelles données disponibles : Résumé exécutif Actualisation de l exposition alimentaire au chlordécone de la population antillaise Evaluation de l impact de mesures de maîtrise des risques Le chlordécone est une molécule organochlorée,

Plus en détail

L hygiène alimentaire Réduisez le risque d intoxication alimentaire

L hygiène alimentaire Réduisez le risque d intoxication alimentaire Division de la santé publique L hygiène alimentaire Réduisez le risque d intoxication alimentaire Cette feuille de renseignements est publiée à titre d information seulement. Elle ne remplace en aucun

Plus en détail

Gouvernement du Canada. Government of Canada

Gouvernement du Canada. Government of Canada Qu est-ce qu un agent pathogène alimentaire? Les agents pathogènes alimentaires sont des microorganismes qui peuvent se retrouver dans les aliments et vous rendre malade. Ils comprennent : des bactéries

Plus en détail

http://www.archive.org/details/lesfinesherbesoocana

http://www.archive.org/details/lesfinesherbesoocana Digitized by the Internet Archive in 2012 with funding from Agriculture and Agri-Food Canada - Agriculture et Agroalimentaire Canada http://www.archive.org/details/lesfinesherbesoocana PUBLICATION 1087

Plus en détail

Épidémie de grippe. Définitions... 1. Les premiers symptômes de la grippe pandémique... 2. Incubation :... 2. Comment se protéger!...

Épidémie de grippe. Définitions... 1. Les premiers symptômes de la grippe pandémique... 2. Incubation :... 2. Comment se protéger!... Épidémie de grippe Table des matières Définitions... 1 Les premiers symptômes de la grippe pandémique... 2 Incubation :... 2 Comment se protéger!... 2 Mouchage, éternuements, crachat, toux... 2 Éviter

Plus en détail

Recettes Woodflame. Bœuf braisé Woodflame. Crevettes piquantes. Kebabs aux trois viandes. Pâté au saumon fumé et légumes

Recettes Woodflame. Bœuf braisé Woodflame. Crevettes piquantes. Kebabs aux trois viandes. Pâté au saumon fumé et légumes Recettes Woodflame Bœuf braisé Woodflame Crevettes piquantes Kebabs aux trois viandes Pâté au saumon fumé et légumes Pâté au saumon fumé et pommes de terre Poitrines de poulet fumées au gingembre Poulet

Plus en détail

A L A I N D E P O S E P R O F E S S E U R D E B O U C H E R I E

A L A I N D E P O S E P R O F E S S E U R D E B O U C H E R I E TECHNOLOGIE CAP BOUCHER PARCOURS DE FORMATION DOSSIER : connaître le stockage au froid Objectif pédagogique : adapter la température frigorifique à chaque groupe d aliment en respectant les règles de stockage,

Plus en détail

140 g sous vide No. d art. 1010704

140 g sous vide No. d art. 1010704 5 terrinettes & triangles Les minis de Le Patron Les petits plaisirs de chaque jour sont à la mode. C est pourquoi Le Patron a créé de nouvelles recettes pour de petits emballages. Soit comme terrinette

Plus en détail

Épices & Herbes. Irradiation. L innovateur de bon goût

Épices & Herbes. Irradiation. L innovateur de bon goût Épices & Herbes Irradiation Irradiation Tables des matières La conservation des aliments Les maladies d origine alimentaire -un problème d ordre mondial Le procédé d irradiation alimentaire Les bienfaits

Plus en détail

Les différentes catégories de plats. Les entrées

Les différentes catégories de plats. Les entrées Les différentes catégories de plats Les entrées Entrées de Crudités

Plus en détail

/ Classification action : / Constats : BONNE PRATIQUE : MESURE D ACCOMPAGNEMENT COMMUNICATION DOMAINE(S) D ACTION PACKAGE : III EFFICIENCE : 25%

/ Classification action : / Constats : BONNE PRATIQUE : MESURE D ACCOMPAGNEMENT COMMUNICATION DOMAINE(S) D ACTION PACKAGE : III EFFICIENCE : 25% / Classification action : DOMAINE(S) D ACTION APPROVISIONNEMENT PRÉPARATION DISTRIBUTION MESURE D ACCOMPAGNEMENT COMMUNICATION BONNE PRATIQUE : Optimiser les pratiques en cuisine PACKAGE : III EFFICIENCE

Plus en détail

Réglementations et organisation de l'alimentation dans les E.A.J.E. Direction de la Petite Enfance et de l'éducation

Réglementations et organisation de l'alimentation dans les E.A.J.E. Direction de la Petite Enfance et de l'éducation Réglementations et organisation de l'alimentation dans les E.A.J.E. Direction de la Petite Enfance et de l'éducation Le GEM RCN. (Groupe d Etude des Marchés de Restauration Collective et de Nutrition)

Plus en détail

Maîtrise des approvisionnements grâce à une veille efficace

Maîtrise des approvisionnements grâce à une veille efficace Maîtrise des approvisionnements grâce à une veille efficace Dr Sylvain THEAU-AUDIN Responsable Audit-Formation sylvain.theau-audin@labo-abioc.fr 03/07/2013 1 La qualité des matières premières Les matières

Plus en détail

La gestion des stocks

La gestion des stocks Objectifs : gérer un stock en collectivité ou à la maison La gestion des stocks Compétences visées : recueillir les données, établir un bilan de la situation, organiser le travail, gérer les stocks. 1

Plus en détail

Direction de l Alimentation, de l Agriculture et de la Forêt Service de l Alimentation Parc de Tivoli BP 671 97264 FORT DE FRANCE CEDEX

Direction de l Alimentation, de l Agriculture et de la Forêt Service de l Alimentation Parc de Tivoli BP 671 97264 FORT DE FRANCE CEDEX Réglementation relative à l hygiène alimentaire des marchands ambulants et des vendeurs sur foires et marchés (Activités de restauration, vente de poissons, activités de boucherie, charcuteries, pâtisseries,

Plus en détail

La cuisine allégée. «Cuisiner léger, c est cuisiner autrement. Au travers de ce qu il mange, l homme choisit ce qu il est»

La cuisine allégée. «Cuisiner léger, c est cuisiner autrement. Au travers de ce qu il mange, l homme choisit ce qu il est» La cuisine allégée «Cuisiner léger, c est cuisiner autrement. Au travers de ce qu il mange, l homme choisit ce qu il est» La cuisine allégée Alléger sa cuisine, c est surtout : - Proscrire les mauvaises

Plus en détail

Sécurité et hygiène alimentaire. que devez-vous faire? 2006, JohnsonDiversey)

Sécurité et hygiène alimentaire. que devez-vous faire? 2006, JohnsonDiversey) Sécurité et hygiène alimentaire que devez-vous faire? 1st August 2006 Welcome to HotSpots (Copyright 2006, JohnsonDiversey) 1 Que devez-vous faire? Contrôler la réception des marchandises contrôler la

Plus en détail

EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS

EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS Service Santé Environnement Alain BETHEMBOS ingénieur d études Patrick MAGNEZ technicien sanitaire 1 PLAN DE MAITRISE SANITAIRE Le PMS (Plan de Maîtrise Sanitaire)

Plus en détail

Du fer pour votre santé. [French translation of Iron for Your Health PL-0374]

Du fer pour votre santé. [French translation of Iron for Your Health PL-0374] Du fer pour votre santé [French translation of Iron for Your Health PL-0374] Le rôle du fer dans notre corps Le fer est un élément nutritif essentiel pour la santé. Il contribue à la constitution de l

Plus en détail

Règles d hygiène dans la gastronomie collective

Règles d hygiène dans la gastronomie collective INFORMATIONS Règles d hygiène dans la gastronomie collective Chaque année, en Allemagne, on signale plus de 100 000 cas de maladies qui peuvent avoir été causées par la présence dans les aliments de micro-organismes,

Plus en détail

Influence des modes de cuisson sur les qualités nutritionnelles des légumes

Influence des modes de cuisson sur les qualités nutritionnelles des légumes Influence des modes de cuisson sur les qualités nutritionnelles des légumes Les légumes sont essentiels à notre santé pour leur apport en fibres, en vitamines, en sels minéraux et oligo-éléments, ainsi

Plus en détail

CHAPITRE 5 - ENTREPOSAGE HUMIDE

CHAPITRE 5 - ENTREPOSAGE HUMIDE CHAPITRE 5 - ENTREPOSAGE HUMIDE Programme canadien de contrôle «Entreposage humide» s entend de l'entreposage temporaire (moins de 60 jours) de coquillage «vivants» provenant de sources approuvées et destinés

Plus en détail

Carte des Fêtes 2 0 1 3

Carte des Fêtes 2 0 1 3 Carte des Fêtes 2013 Menus de Fêtes 2013 15 Merrine de saumon et flétan sur mosaïque Mignon de veau sauce Chambord Mousse de carottes et noisettes torréfiées Tomate provençale 19,50 Terrine de sanglier

Plus en détail

Tableau de diversification alimentaire. Communauté d'agglomération du Muretain 1/8

Tableau de diversification alimentaire. Communauté d'agglomération du Muretain 1/8 Tableau de diversification alimentaire 1/8 C1 C2 C3 C4 De 4 à 6 mois Début de la diversification De 6 mois à 9 mois A partir de 9 mois A partir de 18 mois selon l'évolution de l'enfant. Texture très lisse

Plus en détail

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire L antibiorésistance chez l homme et l animal 12 novembre 2014 3 ème session : les mesures de gestion pour lutter contre l antibiorésistance Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Plus en détail

Le bon équilibre pour sa consommation de viande : éclairages pratiques et recommandations

Le bon équilibre pour sa consommation de viande : éclairages pratiques et recommandations Le bon équilibre pour sa consommation de viande : éclairages pratiques et recommandations Pour mener à bien sa mission d information auprès des consommateurs, le CIV dispose de nombreux documents sur la

Plus en détail

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil.

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil. Zinc EN BREF Introduction Le zinc (Zn) est un oligoélément essentiel à toutes les formes de vie et que l on trouve dans près de 100 enzymes spécifiques. Après le fer, le zinc est l oligoélément le plus

Plus en détail

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE e Au XVII siècle, l invention du microscope a permis d observer des êtres vivants de toute petite taille: les micro-organismes (ou microbes). Comment les microbes déclenchent-ils

Plus en détail

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche. Charcuterie Crudités Cuidités ou potage Entrée féculents Crudités Cuidités ou potage Crudités

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche. Charcuterie Crudités Cuidités ou potage Entrée féculents Crudités Cuidités ou potage Crudités Maison de retraite Cournot-Changey : Plan alimentaire Semaine 1 Charcuterie Crudités Cuidités ou potage Entrée féculents Crudités Cuidités ou potage Crudités Volaille Boeuf Porc Veau Poisson Lapin Abats

Plus en détail

du manipulateur d aliments Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale

du manipulateur d aliments Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale GUIDE du manipulateur d aliments Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale Table des matières Manipuler des aliments : une responsabilité importante.................. 3 L inspection

Plus en détail

STRUCTURE ET TENDRETÉ DE LA VIANDE

STRUCTURE ET TENDRETÉ DE LA VIANDE Christina Blais, Département de nutrition, Université de Montréal STRUCTURE ET TENDRETÉ DE LA VIANDE Toutes les viandes, qu elles proviennent d animaux d élevage, de gibier à plume ou à poil, ont la même

Plus en détail

Guide du consommateur

Guide du consommateur Guide du consommateur de l épicerie à la maison Guide du consommateur de l épicerie à la maison TABLE DES MATIÈRES RÉDACTION ET COORDINATION Direction générale de la santé animale et de l inspection des

Plus en détail

Étape n 9. Cuisiner comme un chef!

Étape n 9. Cuisiner comme un chef! Étape n 9 Cuisiner comme un chef! Comment parler d un vin comme un pro? On dit d un vin qu il est âpre lorsqu il donne l impression de râper la langue. Il est bouchonné lorsqu il a une odeur et un goût

Plus en détail

R/CE 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire = «Food Law»

R/CE 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire = «Food Law» R/CE 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire = «Food Law» Traçabilité Responsabilités R/CE 852/2004 relatif à l'hygiène des denrées alimentaires

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016 FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL I F A S Promotion 2015/2016 Définition de la fonction restauration d'un établissement de santé Nutritionnel (en liaison avec les

Plus en détail

Prix de vente : soyez stratégiques!

Prix de vente : soyez stratégiques! PRATICO-PRATIQUE Prix de vente : soyez stratégiques! Stratégies de prix de vente pour les restaurants familiaux et à service rapide Plusieurs restaurateurs se contentent de fixer leurs prix de vente de

Plus en détail

CONSEILS DIETETIQUES POUR PREPARER UN MARATHON. 1- Pendant la phase de préparation au marathon (les quelques mois qui précèdent l épreuve)

CONSEILS DIETETIQUES POUR PREPARER UN MARATHON. 1- Pendant la phase de préparation au marathon (les quelques mois qui précèdent l épreuve) CONSEILS DIETETIQUES POUR PREPARER UN MARATHON 1- Pendant la phase de préparation au marathon (les quelques mois qui précèdent l épreuve) 1.1 Adopter une alimentation équilibrée : Veiller aux quantités,

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES DE DENREES ALIMENTAIRES POUR LA RESTAURATION COLLECTIVE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES DE DENREES ALIMENTAIRES POUR LA RESTAURATION COLLECTIVE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES DE DENREES ALIMENTAIRES POUR LA RESTAURATION COLLECTIVE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES DE DENREES ALIMENTAIRES POUR LA RESTAURATION

Plus en détail

0800 13 550 pointdecontact@afsca.be

0800 13 550 pointdecontact@afsca.be La sécurité alimentaire l affaire de tous! Editeur responsable : Gil Houins Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire D/2003/10413/3 Une question sur la sécurité alimentaire? Une plainte

Plus en détail

La chaîne du froid des produits alimentaires

La chaîne du froid des produits alimentaires La chaîne du froid des produits alimentaires Le consommateur a aussi son rôle à jouer La chaîne du froid, qu est-ce que c est? C est maintenir les aliments réfrigérés à une température basse qui leur permet

Plus en détail

D.U. hygiène hospitalière et prévention des infections associées aux soins. Risque infectieux lié à l alimentation en établissement de santé

D.U. hygiène hospitalière et prévention des infections associées aux soins. Risque infectieux lié à l alimentation en établissement de santé D.U. hygiène hospitalière et prévention des infections associées aux soins Risque infectieux lié à l alimentation en établissement de santé ISPED 31 mars 2015 Présentation de l ARS Aquitaine Le siège :

Plus en détail

GRANDS GIBIERS DU QUÉBEC ENQUÊTE AUPRÈS DES RESTAURATEURS

GRANDS GIBIERS DU QUÉBEC ENQUÊTE AUPRÈS DES RESTAURATEURS GRANDS GIBIERS DU QUÉBEC ENQUÊTE AUPRÈS DES RESTAURATEURS Par Virginie Simard Direction de la recherche et de la planification Mars 2006 TABLE DES MATIÈRES 1- Mise en contexte...1 2- Méthodologie...3 3-

Plus en détail

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales RAPPEL : LOI n 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique AFTH Balaruc-les-Bains le 16/11/2007 W. TABONEt Art. L. 1322-2. I - Toute personne qui offre au public de l eau minérale,

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. Juin 2009. Diarrhée passagère. de l adulte

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. Juin 2009. Diarrhée passagère. de l adulte Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance Juin 2009 Diarrhée passagère de l adulte Diarrhée passagère de l adulte Ce qu il faut savoir La diarrhée se manifeste par une modification

Plus en détail

Menu Découverte Enfant 15

Menu Découverte Enfant 15 Menu Découverte Enfant 15 (Jusqu à 11 ans) (Menu accompagné d un verre de jus de fruits bio) Haché de bœuf au couteau, Jus parfumé Écrasé de pommes de terre ou Pavé de cabillaud en fine croûte de tomme

Plus en détail

L'EQUILIBRE ALIMENTAIRE LES MACRONUTRIMENTS : LES GLUCIDES

L'EQUILIBRE ALIMENTAIRE LES MACRONUTRIMENTS : LES GLUCIDES LES MACRONUTRIMENTS : LES GLUCIDES Les Glucides sont la source d'énergie par excellence de l'organisme. Ils sont dégradés en glucose par l'organisme au cours de la digestion. On distingue 2 catégories

Plus en détail

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose Fiche technique n 17 2 ème édition Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose La toxoplasmose est causée par un parasite qui se multiplie dans l intestin des félidés et dans de nombreuses cellules

Plus en détail

RESOLUTION (68) 26. (adoptée par les Délégués des Ministres le 20 septembre 1968) PROTECTION DES DENREES ALIMENTAIRES LORS DE LEUR

RESOLUTION (68) 26. (adoptée par les Délégués des Ministres le 20 septembre 1968) PROTECTION DES DENREES ALIMENTAIRES LORS DE LEUR RESOLUTION (68) 26 (adoptée par les Délégués des Ministres le 20 septembre 1968) PROTECTION DES DENREES ALIMENTAIRES LORS DE LEUR PREPARATION, MANIPULATION ET DISTRIBUTION Le Comité des Ministres, Considérant

Plus en détail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 23 janvier 2013 AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à l étude initiale du projet de guide

Plus en détail