SYNDROME DE KORSAKOFF

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SYNDROME DE KORSAKOFF"

Transcription

1 SYNDROME DE KORSAKOFF Carol AUBIER-GIRARD

2 REMERCIEMENTS A Helene BEAUNIEUX Anne Lise PITEL Francis Eustache Et toute l équipe de l unité de recherche U923 de Caen

3 ETUDE DE CAS MR D

4 Homme de 58 ans droitier Educateur spécialisé et cadre socio éducatif Activité sociale : football (encadrement sportif) Marié, quatre enfants, vit à domicile avec sa femme Antécédents Pas d antécédents médicaux ni neurochirurgicaux Fumeur 30 cigarettes par jour

5 Historique consommation alcool Premier contact avec l alcool): 38 ans Mésusage (a posteriori, consommation trop élevée): 18 années Dépendance: 18 années Consommation quotidienne: 10 bières de 33cl (notion de 100g d alcool par jour dans dossier médical) équivaut à15 UA Durée abstinence: 3 mois et une semaine (1 cure?)

6 Hospitalisation J 3 semaines Chute Suspicion d encéphalopathie de GAYET WERNICKE Adressé pour bilan et sevrage alcoolique Conclusion : éthylisme chronique, carence en B12 et troubles mnésiques CAT : Demande de bilan neuropsychologique

7 Axial T2 CoronalT1 Sagittal T1

8 Cs neuropsychologique J0 Mauvaise restitution de la venue en consultation par le patient Pas de plainte Troubles de la mémoire biographique Oubli à mesure

9 Plaintes de l entourage Inquiétude de l entourage par rapport aux troubles de mémoire Difficultés mnésiques minimes depuis 3 ans selon épouse sans répercussion dans la vie quotidienne (personnelle et professionnelle)

10 Bilan Neuropsychologique J0 MAX J 0 ECHELLES GLOBALES MMS MATTIS HORLOGE 7 7 PRAXIES PRAXIES GESTUELLES 4 4 FIGURE DE REY P < au percentile 5 ou à la valeur seuil

11 GROBER ET BUSCHKE MAX J0 RI RL RT RL RT RL RT RL D 16 0 MEMOIRE RT D 16 3 PORTES Forme A 12 5 Forme B 12 Na P < au percentile 5 ou à la valeur seuil

12 MAX J0 BREF FLUENCE VERBALE FONCTIONS EXECUTIVES Lettre P Animaux LANGAGE DO P < au percentile 5 ou à la valeur seuil

13 J + 3 Mois Bilan comparatif effectué à distance de l hospitalisation : évolution? éventuelle prise en charge?

14 Bilan Neuropsychologique J+3 mois MAX J0 J+3 mois MMS ECHELLES GLOBALES MATTIS HORLOGE PRAXIES PRAXIES GESTUELLES FIGURE DE REY P < au percentile 5 ou à la valeur seuil

15 GROBER ET BUSCHKE Max J0 J+3 mois RI RL RT RL RT RL RT RL D MEMOIRE RT D PORTES Forme A Forme B 12 Na 3 P < au percentile 5 ou à la valeur seuil

16 MAX J0 J+3 mois BREF FLUENCE VERBALE FONCTIONS EXECUTIVES Lettre P Animaux LANGAGE DO P < au percentile 5 ou à la valeur seuil

17 RESULTATS TOP 30/ EVE 30 EV TOTALE REC TOTALE DATATION TOP 30 38/60 24/60 8/30 EVE 30 43/60 26/30 2/30

18 Difficultés de dénomination de personnes célèbres reconnues plus que pour les évènements Dyschronologie en ce qui concerne les évènements célèbres et personnels

19 Résumé Troubles mnésiques persistants ++ Suivi régulier pendant 1 an pour essayer d améliorer les performances Mise en place d un agenda Diagnostic : SYNDROME DE KORSAKOFF

20 J+15 mois Persistance d une anosognosie des troubles mnésiques au QAM (questionnaire d auto évaluation de la mémoire) (Van der Linden et al., 1989) Incapacité à mettre lui même en place des stratégies compensatrices

21 Bilan Neuropsychologique J+15 mois MAX J0 J+3 mois J+15 mois MMS ECHELLES GLOBALES MATTIS HORLOGE PRAXIES PRAXIES GESTUELLES FIGURE DE REY P < au percentile 5 ou à la valeur seuil

22 MEMOIRE GROBER ET BUSCHKE Max J0 J+3 mois J+15 mois RI RL RT RL RT RL RT RL D RT D PORTES Forme A Forme B 12 Na 3 3 P < au percentile 5 ou à la valeur seuil

23 MAX J0 J+3 mois J+15 mois BREF FLUENCE VERBALE FONCTIONS EXECUTIVES Lettre P Animaux LANGAGE DO P < au percentile 5 ou à la valeur seuil

24 Résumé Stabilité de difficultés Anosognosie partielle des troubles par le patient et l entourage proche ARRET DE LA PRISE EN CHARGE ET INCLUSION DANS LE PROTOCOLE KORSAKOL DE CAEN

25 Apprentissage sémantique Nouvelles connaissances générales Culture générale Vocabulaire, concept = = OH Dépendance Merci à l équipe de neuropsychologie de Caen, Unité INSERM U923 Abstinence

26 Apprentissage sémantique C est un pangolin Le pangolin est un mammifère insectivore Le pangolin porte son petit sur sa queue Le pangolin vit en Afrique à l état sauvage Le pangolin se met en boule lorsqu il se sent en danger 1 Présentation du protocole Questionnaire de santé Échelles de dépression et d anxiété Bilan sémantique Présentation des réponses 2 MMS Voc Matrices et cubes (WAIS III) Session 1 3 Empans Session 2 4 Figure de Rey Double test Session 3 5 TRS Fluences vervales TMT Session 4 10 essais TT 6 Stroop Hayling test Session 5 10 essais TT 7 Modified Card Sorting test Session 6 10 essais TT 8 Tâche de Gamblin g Session 7 10 essais TT 9 MIA PINON test (JOL et FOK) Session 8 Merci à l équipe de neuropsychologie de Caen, Unité INSERM U RTC AACRI Bilan sémantiques

27 Apprentissage sémantique Apprentissage sémantique > -1σ > -2σ Nombre de concepts dénommés Korsakoff Contrôles 2 0 S1 Déno S2 Déno S3 Déno S4 Déno S5 Déno S6 Déno S7 Déno S8 Déno Merci à l équipe de neuropsychologie de Caen, Unité INSERM U923

28 Apprentissage sémantique Apprentissage sémantique > -2σ Korsakoff Contrôles Réponses correctes à la catégorie et aux caractéristiques S1 Caté+Caract S2 Caté+Caract S3 Caté+Caract S4 Caté+Caract S5 Caté+Caract S6 Caté+Caract S7 Caté+Caract S8 Caté+Caract Merci à l équipe de neuropsychologie de Caen, Unité INSERM U923

29 Apprentissage procédural Nouveaux automatismes Nouvelles habitudes Merci à l équipe de neuropsychologie de Caen, Unité INSERM U923

30 Apprentissage procédural 4 sessions de 10 résolutions sur 4 jours 40 résolutions de la tour de Toronto Présentation du protocole Questionnaire de santé Échelles de dépression et d anxiété MMS Voc Matrices et cubes (WAIS III) Empans Figure de Rey Double test TRS Fluences vervales TMT Stroop Hayling test Modified Card Sorting test Tâche de Gamblin g MIA PINON test (JOL et FOK) RTC AACRI Bilan sémantique Présentation des réponses Session 1 Session 2 Session 3 Session 4 Session 5 Session 6 Session 7 Session 8 Bilan sémantiques 10 essais TT 10 essais TT 10 essais TT 10 essais TT Merci à l équipe de neuropsychologie de Caen, Unité INSERM U923

31 Apprentissage procédural tour de toronto > +1σ 1200 > +2σ Temps en secondes Korsakoff Contrôles Tps session 1 Tps session 2 Tps session 3 Tps session 4 Merci à l équipe de neuropsychologie de Caen, Unité INSERM U923

32 Apprentissage procédural tour de Toronto > -1σ > -2σ Nombre de mouvements Korsakoff Contrôles 0 Mvts session 1 Mvts session 2 Mvts session 3 Mvts session 4 Merci à l équipe de neuropsychologie de Caen, Unité INSERM U923

33 Apprentissage procédural tour de Toronto 14 > +1σ > +2σ Nombre d'erreurs Korsakoff Contrôles 2 0 Erreurs session 1 Erreurs session 2 Erreurs session 3 Erreurs session 4 Merci à l équipe de neuropsychologie de Caen, Unité INSERM U923

34 Prise de décision Merci à l équipe de neuropsychologie de Caen, Unité INSERM U923

35 Prise de décision Prise de risque 8 6 > -1σ Prise de décision favorable Pdd+ 20 cartes Pdd+ 40 cartes Pdd+ 60 cartes Pdd+ 80 cartes Pdd+ 100 cartes Korsakoff Contrôles -4-6 Merci à l équipe de neuropsychologie de Caen, Unité INSERM U923

36 Prise de décision Prise de risque > -1σ Prise de décision favorable Pdd+ partie 1 ( 1 à 40 cartes) Pdd+ partie 2 ( 60 à 100 cartes) Korsakoff Contrôles Merci à l équipe de neuropsychologie de Caen, Unité INSERM U923

37 Conclusion Mémoire épisodique Capacités d apprentissage de nouvelles connaissances complexes? Se rappeler des situations à risque Anticiper les futures situations à risque Imaginer le contexte spatial (bar, maison ) et temporel (seul, avec amis, le soir ) Se rappeler de la sensation de craving Apprentissage sémantique Apprentissage procédural cognitif Merci à l équipe de neuropsychologie de Caen, Unité INSERM U923

38 Conclusion Difficulté d intégration des informations lors de la prise en charge? de bénéfice de la prise en charge? Prise de décision Risque de rechute? Merci à l équipe de neuropsychologie de Caen, Unité INSERM U923

Neuropsychologie du syndrome de Korsakoff

Neuropsychologie du syndrome de Korsakoff Neuropsychologie du syndrome de Korsakoff David Lefebvre, psychologue au centre hospitalier du pays d Avesnes Formation encéphalopathie alcoolique, le 17/10/2013 Définition Il est décrit pour la première

Plus en détail

Monsieur TC. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Réunion du 19/11/2010. Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen

Monsieur TC. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Réunion du 19/11/2010. Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen Monsieur TC Réunion du 19/11/2010 Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Consultation M0 Homme 71 ans, niveau D Retraité depuis 16 ans Venu

Plus en détail

Les troubles cognitifs alcoolo-induits

Les troubles cognitifs alcoolo-induits Les troubles cognitifs alcoolo-induits Diagnostics, étiologies, évolutions GRAA - LILLE 19 septembre 2013 Philippe TISON Docteur en Psychologie Psychologue clinicien, Neuropsychologue contact : philippe.tison@ch-carvin.fr

Plus en détail

ÉVALUATION DE L EFFICACITÉD UNE STIMULATION NEUROPSYCHOLOGIQUE SUR LES TROUBLES COGNITIFS LIÉS ÀLA CHIMIOTHÉRAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER DU SEIN

ÉVALUATION DE L EFFICACITÉD UNE STIMULATION NEUROPSYCHOLOGIQUE SUR LES TROUBLES COGNITIFS LIÉS ÀLA CHIMIOTHÉRAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER DU SEIN ÉVALUATION DE L EFFICACITÉD UNE STIMULATION NEUROPSYCHOLOGIQUE SUR LES TROUBLES COGNITIFS LIÉS ÀLA CHIMIOTHÉRAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER DU SEIN ÉTUDE TONUS Laura Moisy Neuropsychologue Unité de Recherche

Plus en détail

L APPROCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE EN ADDICTOLOGIE. David Lefebvre, psychologue

L APPROCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE EN ADDICTOLOGIE. David Lefebvre, psychologue L APPROCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE EN ADDICTOLOGIE David Lefebvre, psychologue LA NEUROPSYCHOLOGIE Neuropsychologie: étude des liens entre les lésions cérébrales et les conséquences sur les comportements des

Plus en détail

L aphasie progressive primaire. Évaluation neuropsychologique

L aphasie progressive primaire. Évaluation neuropsychologique L aphasie progressive primaire Évaluation neuropsychologique S. Bioux, E. Bliaux, D. Pouliquen Service de neurologie CMRR / CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 DEFINITION «détérioration isolée et progressive

Plus en détail

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION A1 GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION Signes faibles d intoxication alcoolique OU pas de symptômes de sevrage et pas de facteur de risque pour un sevrage compliqué. Le patient présente des signes discrets

Plus en détail

Evaluation clinique des fonctions exécutives

Evaluation clinique des fonctions exécutives Evaluation clinique des fonctions exécutives SIMION Audrey Psychologue-Neuropsychologue, Service de Médecine Physique et de Réadaptation UEROS CHU Pellegrin Evaluation des fonctions exécutives Pas un score

Plus en détail

CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques.

CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques. CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques. LUDIVINE FAGES Infirmière Anesthésiste/Hypnopraticien DIU aide au sevrage tabagique Année universitaire 2014/2015

Plus en détail

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral Le traumatisme cranio-cérébral léger chez les personnes âgées : impact sur les processus mnésiques et exécutifs - Mise en relation avec les habitudes de vie Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique

Plus en détail

Faculté de Médecine de Nantes Présentation du mémoire pour le DIU de Tabacologie et aide au sevrage tabagique de la région Ouest

Faculté de Médecine de Nantes Présentation du mémoire pour le DIU de Tabacologie et aide au sevrage tabagique de la région Ouest Faculté de Médecine de Nantes Présentation du mémoire pour le DIU de Tabacologie et aide au sevrage tabagique de la région Ouest Qui sont les utilisateurs de la cigarette électronique, et quelles modifications

Plus en détail

Mises en situation à tendance écologique. Dans la prise en charge de la personne présentant des troubles cognitifs d étiologie éthylique

Mises en situation à tendance écologique. Dans la prise en charge de la personne présentant des troubles cognitifs d étiologie éthylique Mises en situation à tendance écologique Dans la prise en charge de la personne présentant des troubles cognitifs d étiologie éthylique Mise en situation écologique Exercice pratique et concret Situation

Plus en détail

Facteurs associés à l arrêt du tabac chez les jeunes adultes Données de la cohorte TEMPO

Facteurs associés à l arrêt du tabac chez les jeunes adultes Données de la cohorte TEMPO Facteurs associés à l arrêt du tabac chez les jeunes adultes Données de la cohorte TEMPO Inès Khati (ERES IPLESP INSERM UMR_S 1136), Gwenn Menvielle (IPLESP INSERM) Aude Chollet (IPLESP INSERM), Nadia

Plus en détail

Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans

Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans Enoncé Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans Vous recevez en consultation Mme D., âgée de 75 ans, accompagnée de son fils. Celui-ci vous explique qu il craint que sa mère n ait la maladie

Plus en détail

Troubles neuropsychologiques dans l alcoolo-dépendance : origine de la rechute?

Troubles neuropsychologiques dans l alcoolo-dépendance : origine de la rechute? Troubles neuropsychologiques dans l alcoolo-dépendance : origine de la rechute? H Beaunieux, AL Pitel, AP Le Berre, L Ritz, S Segobin, C Boudehent, C Lannuzel, F Vabret, F Eustache Articles en ligne sur

Plus en détail

Conséquences de l aide informelle sur la santé physique et mentale des aidants. XVIII ème journée de gériatrie Mardi 24/03/2015

Conséquences de l aide informelle sur la santé physique et mentale des aidants. XVIII ème journée de gériatrie Mardi 24/03/2015 Conséquences de l aide informelle sur la santé physique et mentale des aidants. XVIII ème journée de gériatrie Mardi 24/03/2015 Dr Florence Potier L aidant, un patient dans l ombre? Sommaire 1. Contexte

Plus en détail

Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage?

Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage? Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage? Isabelle Jacot Sadowski Policlinique médicale universitaire Lausanne Berne, 03.12.2009 1 Problématique Décision d arrêt

Plus en détail

S. Bioux Psychologue Service Neurologie

S. Bioux Psychologue Service Neurologie S. Bioux Psychologue Service Neurologie http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Réunion CMRR du 12/04/2012 73 ans Professeur Antécédents : HTA Goitre hétéro-nodulaire Péricardite virale Ulcère Carcinome

Plus en détail

CONSULTATION «Les Modes d Usage»

CONSULTATION «Les Modes d Usage» ADDICTOLOGIE CONSULTATION «Les Modes d Usage» CENTRE DE SOINS D ACCOMPAGNEMENT ET DE PREVENTION EN ADDICTOLOGIE «C.S.A.P.A. La Caravelle» BILAN CONSULTATION ADDICTOLOGIE Le repérage et les modes d usage

Plus en détail

M.V. Equipe de neuropsychologie CMRR Réunion de réseau du 18/10/2012. CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1

M.V. Equipe de neuropsychologie CMRR Réunion de réseau du 18/10/2012. CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 M.V. Equipe de neuropsychologie CMRR Réunion de réseau du 18/10/2012 CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 M.V. 68 ans CAP, ancien serrurier Plainte mnésique depuis 2 ans confirmée par l épouse: Problème d orientation

Plus en détail

DOCUMENT DE RESSOURCE POUR LES ÉTUDES DE CAS SUR LES FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU SEIN

DOCUMENT DE RESSOURCE POUR LES ÉTUDES DE CAS SUR LES FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU SEIN DOCUMENT DE RESSOURCE POUR LES ÉTUDES DE CAS SUR LES FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU SEIN Les étudiants travaillent en groupes, chaque groupe recevant une étude de cas différente (Erin, Jenny, Abby ou

Plus en détail

ATELIERS REMÉDIATION COGNITIVE: DÉPISTAGE PRISE EN CHARGE - HDJ

ATELIERS REMÉDIATION COGNITIVE: DÉPISTAGE PRISE EN CHARGE - HDJ ATELIERS REMÉDIATION COGNITIVE: DÉPISTAGE PRISE EN CHARGE - HDJ Clinique de la Mitterie le Sablier (addictologie polyvalente) Florence GUIDEZ Infirmière Gaëlle COOL - Neuropsychologue Christian MATTON

Plus en détail

Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue

Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue Formation PLURADYS Mathilde MIGNON mathilde-mignon@club-internet.fr La neuropsychologie : spécialité de la psychologie qui fournit une compréhension

Plus en détail

Vieillissement et mémoire spatiale

Vieillissement et mémoire spatiale Vieillissement et mémoire spatiale Problématique dans la conduite automobile Després Olivier & Dufour André Séminaire Deufrako Mercredi 3 mai 212 Séminaire Deufrako, 3.5.212 1 Plateforme Physiologie &

Plus en détail

Famille 2. E. BLIAUX, neuropsychologue C. AMOSSE, orthophoniste 2 Février 2007

Famille 2. E. BLIAUX, neuropsychologue C. AMOSSE, orthophoniste 2 Février 2007 Famille 2. E. BLIAUX, neuropsychologue C. AMOSSE, orthophoniste 2 Février 2007 Famille 2.: Antécédents Présentation du cas de 3 patientes de la même famille Maladie de Huntington chez : 5 collatéraux Patiente

Plus en détail

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL DE L USAGE A LA DEPENDANCE Dr Pierre Lahmek, CCAA CHI Le Raincy-Montfermeil CARENCE DANS LES REPRESENTATIONS DES MODES DE CONSOMMATION La dualité des représentations

Plus en détail

Déroulement détaillé pour une évaluation neuropsychologique

Déroulement détaillé pour une évaluation neuropsychologique Déroulement détaillé pour une évaluation neuropsychologique Les neuropsychologues de notre équipe se distinguent par leurs nombreuses années d expérience ainsi que par la qualité reconnue de leurs évaluations

Plus en détail

Les fonctions cognitives :. définition, évaluation.

Les fonctions cognitives :. définition, évaluation. Les fonctions cognitives :. définition, évaluation. Neuropsychologie de la personne âgée. 1 1) Avant-propos. 2) Les fonctions exécutives. 3) La mémoire. 4) Le langage. 5) Gnosies & praxies. 6) Efficience

Plus en détail

CONCEPT DE PRISE EN CHARGE DE «L ÉTOILE DU MATIN» (CUGY)

CONCEPT DE PRISE EN CHARGE DE «L ÉTOILE DU MATIN» (CUGY) CONCEPT DE PRISE EN CHARGE DE «L ÉTOILE DU MATIN» (CUGY) 1. Le contexte L action de Bethraïm-Maison de la Vie se situe depuis 1988 dans le contexte de l assistance aux personnes souffrant de dépendances

Plus en détail

CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1

CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Fonctions exécutives Fonctions de contrôle de haut niveau Désignent (Lezak, 1982) : l établissement d objectif l initiation l inhibition la planification la flexibilité

Plus en détail

Aide au sevrage tabagique dans le cadre d un sevrage alcool hospitalier. Impact sur la motivation au changement de comportement

Aide au sevrage tabagique dans le cadre d un sevrage alcool hospitalier. Impact sur la motivation au changement de comportement Aide au sevrage tabagique dans le cadre d un sevrage alcool hospitalier Impact sur la motivation au changement de comportement Présentation de la structure Service d addictologie/hôpital René Muret(GHU

Plus en détail

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Repérage et interv le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Je déclare n avoir aucun lien direct ou indirect avec des entreprises ou établissements produisant

Plus en détail

COMITE MEDICAL. Information sur la commotion cérébrale lors de la pratique du Rugby

COMITE MEDICAL. Information sur la commotion cérébrale lors de la pratique du Rugby Information sur la commotion cérébrale lors de la pratique du Rugby 1 Part.1 DÉFINITION ET PHYSIOPATHOLOGIE 2 Définition Dysfonctionnement cérébral soudain et cliniquement transitoire, secondaire à l application

Plus en détail

Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide

Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide Professeur Eric Salmon Centre de la Mémoire (www.cmchuliege.be) Service de Neurologie CHU de Liège Démence:

Plus en détail

Place et Rôle de l infirmière spécialiste en thérapie comportementale et cognitive (TCC) dans le sevrage tabagique

Place et Rôle de l infirmière spécialiste en thérapie comportementale et cognitive (TCC) dans le sevrage tabagique Place et Rôle de l infirmière spécialiste en thérapie comportementale et cognitive (TCC) dans le sevrage tabagique F. PRAT infirmière à l Unité d Addictologie de Liaison CHU de CLERMONT FERRAND 7 ème CONGRES

Plus en détail

Le Trouble TDAH. Avril 2009 ASH 04 1

Le Trouble TDAH. Avril 2009 ASH 04 1 Le Trouble Déficit de l Attention/ l ttention/hyperactivité TDAH Avril 2009 ASH 04 1 Caractéristiques ristiques Ce trouble est caractéris risé par : des difficultés à se concentrer «je suis très s facilement

Plus en détail

ALCOOL. DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014. Micheline CLAUDON Alain EDDI

ALCOOL. DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014. Micheline CLAUDON Alain EDDI ALCOOL DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014 Micheline CLAUDON Alain EDDI 2 Pourquoi consomme-t-on des drogues? Pour se sentir bien Pour se sentir mieux Pour faire mieux Pour faire comme les

Plus en détail

Les idées reçues. ADIJA oct 2012. Dr C Renaud,

Les idées reçues. ADIJA oct 2012. Dr C Renaud, Les idées reçues ADIJA oct 2012 Dr C Renaud, La pollution de l air est plus mauvaise pour la santé que la fumée de tabac! VRAI - FAUX FAUX La fumée est le champion des polluants, avant les moisissures

Plus en détail

La scolarisation des élèves présentant des troubles. cognitives. Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire

La scolarisation des élèves présentant des troubles. cognitives. Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire La scolarisation des élèves présentant des troubles importants des fonctions cognitives Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire INTRODUCTION Une nécessaire coopération entre tous les acteurs présents

Plus en détail

LUXO TECHNIQUE RÉFLEXE INFRAROUGE PERTE DE POIDS RELAXATION ARRET DU TABAC RAJEUNISSEMENT VISAGE

LUXO TECHNIQUE RÉFLEXE INFRAROUGE PERTE DE POIDS RELAXATION ARRET DU TABAC RAJEUNISSEMENT VISAGE LUXO TECHNIQUE RÉFLEXE INFRAROUGE PERTE DE POIDS BIEN-ETRE ETRE MENOPAUSE RELAXATION ARRET DU TABAC RAJEUNISSEMENT VISAGE Depuis 2000, plus de 1000 centres agréés - 800 en France, 200 à l étranger - et

Plus en détail

BILAN NEUROPSYCHOLOGIQUE DANS L EVALUATION DU TROUBLE DEFICITAIRE DE L ATTENTION AVEC OU SANS HYPERACTIVITE (TDA/H)

BILAN NEUROPSYCHOLOGIQUE DANS L EVALUATION DU TROUBLE DEFICITAIRE DE L ATTENTION AVEC OU SANS HYPERACTIVITE (TDA/H) 3 Square Stalingrad 13001 Marseille Siret : 53429751000016 BILAN NEUROPSYCHOLOGIQUE DANS L EVALUATION DU TROUBLE DEFICITAIRE DE L ATTENTION AVEC OU SANS HYPERACTIVITE (TDA/H) Aline Miquée, Psychologue,

Plus en détail

Quelques questions à poser pour choisir un traitement de la toxicomanie

Quelques questions à poser pour choisir un traitement de la toxicomanie www.cclt.ca www.ccsa.ca Foire aux questions Quelques questions à poser pour choisir un traitement de la toxicomanie Le Centre canadien de lutte contre les toxicomanies (CCLT) a élaboré ce document pour

Plus en détail

Grand-duché du Luxembourg 2013: Santé mentale et psychiatrie

Grand-duché du Luxembourg 2013: Santé mentale et psychiatrie Grand-duché du Luxembourg 2013: Santé mentale et psychiatrie Etude du CRP-Santé Conférence de presse 26 Septembre 2013 SOMMAIRE Contexte Méthodologie Résultats Quelques chiffres clés Le cadre politique

Plus en détail

EVALUATION DE LA DOULEUR

EVALUATION DE LA DOULEUR EVALUATION DE LA DOULEUR Catherine GRENIER IADE -Cadre de Santé -Formateur 18/11/2015 CG - Promotion MONET 2015-2018 et Promotion VAN GOGH 2015-2016CG - Douleur - Promotion 2013-2016 Votre expérience en

Plus en détail

Stratégie générale. Représentation mentale des actions. Opérations sur des représentations abstraites

Stratégie générale. Représentation mentale des actions. Opérations sur des représentations abstraites La Planification de l Action Planification de l action laction Stratégie générale Simulation des actions Représentation mentale des actions. Opérations sur des représentations abstraites Introduction Désigne

Plus en détail

Observance par les patients du conseil téléphonique délivré pendant la permanence de soins. Dr Francis BEZON Pr Gilles CLEMENT

Observance par les patients du conseil téléphonique délivré pendant la permanence de soins. Dr Francis BEZON Pr Gilles CLEMENT Observance par les patients du conseil téléphonique délivré pendant la permanence de soins Dr Francis BEZON Pr Gilles CLEMENT Introduction o Le conseil médical téléphonique (CMT) = 56% des appels pendant

Plus en détail

Psychothérapie de l'insomnie: programme de traitement

Psychothérapie de l'insomnie: programme de traitement Psychothérapie de l'insomnie: programme de traitement Corinne Tihon Ivanyi, Psychologue FSP Thérapie cognitivo-comportementale EMDR Plan Objectifs du traitement Thérapie cognitive et comportementale Déroulement

Plus en détail

«Action 5+1» Programme d aide à l arrêt du tabac

«Action 5+1» Programme d aide à l arrêt du tabac Fiche pédagogique Thème : Tabac, cannabis Niveau : Public de jeunes fumeurs (15-25 ans) ayant un désir d arrêt. Durée : 10 à 2 h en fonction des activités «Action 5+1» Programme d aide à l arrêt du tabac

Plus en détail

Trois tableaux neuropsychologiques. syndrome souscorticofrontal discret ou modéré : maladie de Parkinson et atrophie multisystématisée

Trois tableaux neuropsychologiques. syndrome souscorticofrontal discret ou modéré : maladie de Parkinson et atrophie multisystématisée Trois tableaux neuropsychologiques syndrome souscorticofrontal discret ou modéré : maladie de Parkinson et atrophie multisystématisée syndrome souscorticofrontal sévère : paralysie supranucléaire progressive

Plus en détail

Arrêt du tabac: comment aider les fumeurs? Jean-Pierre Zellweger Villars-sur-Glâne

Arrêt du tabac: comment aider les fumeurs? Jean-Pierre Zellweger Villars-sur-Glâne Arrêt du tabac: comment aider les fumeurs? Jean-Pierre Zellweger Villars-sur-Glâne Arrêt du tabac: les faits TOUS les fumeurs savent que le tabac est nocif LA PLUPART des fumeurs savent que l arrêt du

Plus en détail

GERER LE POSSIBLE en Soins Palliatifs la nuit, à domicile. La collaboration interprofessionnelle. Atelier A

GERER LE POSSIBLE en Soins Palliatifs la nuit, à domicile. La collaboration interprofessionnelle. Atelier A GERER LE POSSIBLE en Soins Palliatifs la nuit, à domicile. La collaboration interprofessionnelle. Atelier A Référents: Mmes Sonia Vrtacic, infirmière spéc. en oncologie et SP, membre de l EMSP Voltigo,

Plus en détail

Focus sur la nutrition et l annonce du diagnostic à l enfant

Focus sur la nutrition et l annonce du diagnostic à l enfant Focus sur la nutrition et l annonce du diagnostic à l enfant Dr. David Masson Journée scientifique SOLTHIS 28 juin 2012 Avec le soutien de Le programme Grandir Constat en 2006: retard à la PEC pédiatrique

Plus en détail

Date d Entretien : ID Enquêteur : Prénom du Répondant : "50+ en Europe" Enquête sur la Santé, le Vieillissement, et la Retraite en Europe.

Date d Entretien : ID Enquêteur : Prénom du Répondant : 50+ en Europe Enquête sur la Santé, le Vieillissement, et la Retraite en Europe. ID Ménage 2 3 0 4 2 0 0 ID Indiv. Date d Entretien : ID Enquêteur : Prénom du Répondant : "50+ en Europe" Enquête sur la Santé, le Vieillissement, et la Retraite en Europe Vignettes B Comment REMPLIR ce

Plus en détail

Date d Entretien : ID Enquêteur : Prénom du Répondant : "50+ en Europe" Enquête sur la Santé, le Vieillissement, et la Retraite en Europe.

Date d Entretien : ID Enquêteur : Prénom du Répondant : 50+ en Europe Enquête sur la Santé, le Vieillissement, et la Retraite en Europe. ID Ménage 2 3 0 4 2 0 0 ID Indiv. Date d Entretien : ID Enquêteur : Prénom du Répondant : "50+ en Europe" Enquête sur la Santé, le Vieillissement, et la Retraite en Europe Vignettes A Comment REMPLIR ce

Plus en détail

Phobies: IFSI Nice 2008. Emmanuel Mulin

Phobies: IFSI Nice 2008. Emmanuel Mulin Phobies: IFSI Nice 2008 Emmanuel Mulin PLAN: I. Définition II. Formes cliniques II.a agoraphobie II.b phobies sociales II.c phobies spécifiques VI. Evolution VII. Complications VIII. Traitement Définition:

Plus en détail

Mésusage de l alcool. Nouveaux concepts Nouveaux traitements

Mésusage de l alcool. Nouveaux concepts Nouveaux traitements Mésusage de l alcool Nouveaux concepts Nouveaux traitements L observation (1) Homme 58 ans, adressé en 05/14 pour bilan et prise en charge d une cirrhose hépatique BH perturbé: GGT 14 N, ASAT 2,5N - ALAT

Plus en détail

Université Bordeaux 2

Université Bordeaux 2 Fonctions exécutives et syndromes frontaux EVALUATION Fonctions exécutives et pathologies neurologiques et psychiatriques Evaluation en pratique clinique O. Godefroy et le Grefex Solal Editeurs Marseille

Plus en détail

GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES. Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC

GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES. Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC PROGRAMME DE PREVENTION ET DE SOINS EN ADDICTOLOGIE SERVICE DE PREVENTION

Plus en détail

Troubles de lecture au collégial Compte-rendu d un projet PARÉA

Troubles de lecture au collégial Compte-rendu d un projet PARÉA Troubles de lecture au collégial Compte-rendu d un projet PARÉA Zohra Mimouni, Collège Montmorency Laura King, Cégep André-Laurendeau Chantal Courtemanche, Collège Montmorency Troubles de lecture? Distinguer

Plus en détail

La formation des IDE de réanimation. Dr Alain LEPAPE Soins critiques (Réa chirurgicale + Réa Médicale + USC) CHU Lyon Sud

La formation des IDE de réanimation. Dr Alain LEPAPE Soins critiques (Réa chirurgicale + Réa Médicale + USC) CHU Lyon Sud La formation des IDE de réanimation Dr Alain LEPAPE Soins critiques (Réa chirurgicale + Réa Médicale + USC) CHU Lyon Sud Pas de conflit d intérêt pour cette présentation Pourquoi une formation spécifique?

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

Table des matières. Table des matières... 2. Remerciements... 2. Message de la responsable du projet... 3. Contexte du projet... 4

Table des matières. Table des matières... 2. Remerciements... 2. Message de la responsable du projet... 3. Contexte du projet... 4 Table des matières Table des matières... 2 Remerciements... 2 Message de la responsable du projet... 3 Contexte du projet... 4 Historique du projet... 4 Vers une transition secondaire-cégep réussie Édition

Plus en détail

COLLEGE : QUELS INDICATEURS POUR REMPLIR LE FORMULAIRE D EVALUATION A DESTINATION DE LA CDO ou de la MDPH

COLLEGE : QUELS INDICATEURS POUR REMPLIR LE FORMULAIRE D EVALUATION A DESTINATION DE LA CDO ou de la MDPH COLLEGE : QUELS INDICATEURS POUR REMPLIR LE FORMULAIRE D EVALUATION A DESTINATION DE LA CDO ou de la MDPH DEROULEMENT DE LA SCOLARITE (p1) C est un indicateur intéressant dans la mesure où il retrace le

Plus en détail

Thèses : Productions 2000/2005

Thèses : Productions 2000/2005 Thèses : Productions 2000/2005 Syndrome d apnées du sommeil : de la clinique au diagnostic polysomnographique Approche de la déontologie médicale par l étude de la liberté thérapeutique Appropriation de

Plus en détail

Traumatisme crânien léger et stress post traumatique : Evaluation des patients de la cohorte ESPARR, 6 mois après l accident

Traumatisme crânien léger et stress post traumatique : Evaluation des patients de la cohorte ESPARR, 6 mois après l accident Traumatisme crânien léger et stress post traumatique : Evaluation des patients de la cohorte ESPARR, 6 mois après l accident M. Hours (1), P. Charnay (1), E. Fort (1), M. Bernard (1), V. Bonnavion (1),

Plus en détail

Avant-Propos. Objectifs. L Alcool & Le Médecin de 1 er recours. Après ce colloque, nous espérons que vous: Serez convaincus de l importance d aborder

Avant-Propos. Objectifs. L Alcool & Le Médecin de 1 er recours. Après ce colloque, nous espérons que vous: Serez convaincus de l importance d aborder L Alcool & Le Médecin de 1 er recours Avant-Propos Thierry Favrod-Coune Daniel Alhadeff Unité des dépendances SMPR BACK to BLACK Objectifs Après ce colloque, nous espérons que vous: Serez convaincus de

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic Septembre 2009 Cadre juridique Accompagnement du diagnostic Prérequis à l annonce du diagnostic Cas particuliers Annonce

Plus en détail

I Fiche médicale d'admission (A compléter par le médecin prescripteur de la postcure)

I Fiche médicale d'admission (A compléter par le médecin prescripteur de la postcure) Mis à jour le 09/12/14 I Fiche médicale d'admission (A compléter par le médecin prescripteur de la postcure) A adresser sous pli cacheté au médecin du centre: Dr LE MEILLOUR Elisabeth, addictologue NOM

Plus en détail

Coopérations professionnelles Ophtalmologie

Coopérations professionnelles Ophtalmologie Coopérations professionnelles Ophtalmologie Bilan visuel réalisé par un orthoptiste dans le cadre du renouvellement/adaptation des corrections optiques chez les adultes de 16 à 50 ans Promoteur: Jean-Bernard

Plus en détail

MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE

MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines de système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières(rh4) Personne

Plus en détail

Modèle de management de crise en institution Exemple d une crise d agitation psychomotrice

Modèle de management de crise en institution Exemple d une crise d agitation psychomotrice Modèle de management de crise en institution Exemple d une crise d agitation psychomotrice Florence DELAMARRE DAMIER MD, MBA, Gériatre CH CHOLET et médecin coordonnateur d EHPAD 1/29/2014 1 PLAN 1. Cas

Plus en détail

Troubles des apprentissages et du développement. La démarche diagnostique

Troubles des apprentissages et du développement. La démarche diagnostique Troubles des apprentissages et du développement 1 La démarche diagnostique 1.Eliminer une origine sensorielle, neurologique, médicale 2.Evaluer le fonctionnement et les répercussions fonctionnelles 3.Coordonner

Plus en détail

Alopécie chimio induite. Formation Infirmière en Hématologie -Oncologie

Alopécie chimio induite. Formation Infirmière en Hématologie -Oncologie Alopécie chimio induite Formation Infirmière en Hématologie -Oncologie 1 Contexte Introduction Expressions rencontrées «l histoire des cheveux» «l affaire des cheveux» Ambivalence.. Le patient et l Entourage

Plus en détail

Association BACLOFÈNE

Association BACLOFÈNE Faire connaître et reconnaître l'efficacité et l'innocuité du Baclofène dans le traitement de la maladie alcoolique Résultats des essais Nalmefène/Placebo Ces résultats sont la traduction en français de

Plus en détail

Intitulé de la formation : Assistant de vie auprès d une personne atteinte de la maladie d Alzheimer Réf : PAMA Nbre d heures : 20

Intitulé de la formation : Assistant de vie auprès d une personne atteinte de la maladie d Alzheimer Réf : PAMA Nbre d heures : 20 Nom de l organisme : AXE PRO FORMATION Intitulé de la formation : Assistant de vie auprès d une personne atteinte de la maladie d Alzheimer Réf : PAMA Nbre d heures : 20 Nom du (des) intervenant(s) : BARBERO

Plus en détail

2 ÈME SÉMINAIRE INTERCANCÉROPÔLES INCA

2 ÈME SÉMINAIRE INTERCANCÉROPÔLES INCA 2 ÈME SÉMINAIRE INTERCANCÉROPÔLES INCA Isabelle Léger Psychologue Clinicienne spécialisée en neuropsychologie Lille 18 juin 2013 Constats sur la plainte cognitive des patients 2 Les études sur les Plaintes

Plus en détail

Fonctions Exécutives

Fonctions Exécutives Remédiation Cognitive des Fonctions Exécutives Stéphanie de Bournonville, psychologue spécialisée en neuropsychologie, Fondation Vallée Stéphanie Iannuzzi, psychologue spécialisée en neuropsychologie,

Plus en détail

Troubles Musculo-Squelettiques et Rachialgies chez les Masseurs- Kinésithérapeutes en France

Troubles Musculo-Squelettiques et Rachialgies chez les Masseurs- Kinésithérapeutes en France Troubles Musculo-Squelettiques et Rachialgies chez les Masseurs- Kinésithérapeutes en France Enquête nationale auprès de 1344 cas M. GONZALEZ*, A. FARRUGIA*, F. HEBTING**, N. BROESSEL*, A. CANTINEAU* *

Plus en détail

DU de Neuropsychologie Paris VI: Approches théoriques & cliniques 2006-2007 l apraxie gestuelle

DU de Neuropsychologie Paris VI: Approches théoriques & cliniques 2006-2007 l apraxie gestuelle DU de Neuropsychologie Paris VI: Approches théoriques & cliniques 2006-2007 l apraxie gestuelle Valérie Hahn-Barma Psychologue-Neuropsychologue Définitions de l apraxie «perturbation située au niveau des

Plus en détail

Importance du repérage et de la prise en charge

Importance du repérage et de la prise en charge Poly addiction et poly consommation dans le sevrage tabagique Importance du repérage et de la prise en charge Christiane VALLES Infirmière tabacologue, addictologue Centre Hospitalier de Cahors. Introduction

Plus en détail

Dépression et maladie chronique

Dépression et maladie chronique Pr. Grégory NINOT Laboratoire EA4206 Conduites Addictives, de Performance et Santé www.performance-sante.fr Nosologie État de tristesse et diminution de l intérêt pour toutes ou presque toutes les activités

Plus en détail

Le tabagisme chez la femme enceinte

Le tabagisme chez la femme enceinte Le tabagisme chez la femme enceinte Approche qualitative de la perception des risques, des représentations sociales et de l interprétation des messages reçus Laurence Mustin Infirmière SIAMU Titulaire

Plus en détail

Allers retour entre opioïdes de substitution et opioïdes de dépendance. TDO4, Atelier 08 Jeudi 18 décembre 2014, Bruxelles

Allers retour entre opioïdes de substitution et opioïdes de dépendance. TDO4, Atelier 08 Jeudi 18 décembre 2014, Bruxelles Allers retour entre opioïdes de substitution et opioïdes de dépendance TDO4, Atelier 08 Jeudi 18 décembre 2014, Bruxelles Vignette: M. LT, 54 ans, adressé par son médecin pour problème de gestion d antalgie.

Plus en détail

Des critères d admissibilité en réadaptation bien définis pour une clientèle mieux desservie

Des critères d admissibilité en réadaptation bien définis pour une clientèle mieux desservie Des critères d admissibilité en réadaptation bien définis pour une clientèle mieux desservie Myriam Lanctôt, Neuropsychologue, CRDP Le Bouclier Programme de traumatologie, LN 9 e Congrès québécois de réadaptation

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

Information/Formation sur les dispositifs médicaux et marquage CE. Jean-Claude GHISLAIN Directeur de l Evaluation des Dispositifs Médicaux

Information/Formation sur les dispositifs médicaux et marquage CE. Jean-Claude GHISLAIN Directeur de l Evaluation des Dispositifs Médicaux Information/Formation sur les dispositifs médicaux et marquage CE Jean-Claude GHISLAIN Directeur de l Evaluation des Dispositifs Médicaux Information/Formation et «CE» Information de l utilisateur Apprentissage

Plus en détail

Un programme d éducation thérapeutique pour les personnes vivant avec le VIH

Un programme d éducation thérapeutique pour les personnes vivant avec le VIH Un programme d éducation thérapeutique pour les personnes vivant avec le VIH une élaboration et une mise en œuvre impliquant l association Aides 44 et l équipe éducative du service d infectiologie CHU

Plus en détail

INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE. Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC

INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE. Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC Pourquoi les TCC en tabacologie? «Chez environ la moitié des fumeurs les plus dépendants on retrouve des antécédents d

Plus en détail

Questions/réponses sur le trouble de déficit de l attention avec ou sans hyperactivité (TDAH)

Questions/réponses sur le trouble de déficit de l attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) Questions/réponses sur le trouble de déficit de l attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) Quels sont les symptômes du trouble de déficit de l attention, avec ou sans hyperactivité (TDAH)? - L enfant

Plus en détail

DEPISTAGE PRECOCE ET REHABILITATION PSYCHOSOCIALE DE LA DEMENCE DE TYPE ALZHEIMER

DEPISTAGE PRECOCE ET REHABILITATION PSYCHOSOCIALE DE LA DEMENCE DE TYPE ALZHEIMER DEPISTAGE PRECOCE ET REHABILITATION PSYCHOSOCIALE DE LA DEMENCE DE TYPE ALZHEIMER INTRODUCTION LA MALADIE D ALZHEIMER : problème majeur de santé publique 1- Vieillissement démographique : Sur le plan mondial

Plus en détail

Sommaire. Sommaire 27.05.2014. 1. La maladie d Alzheimer. 2. L importance d une alimentation équilibrée

Sommaire. Sommaire 27.05.2014. 1. La maladie d Alzheimer. 2. L importance d une alimentation équilibrée Emiliano Albanese Faculté de médecine, Université de Genève Département de Psychiatrie emiliano.albanese@unige.ch Sommaire 1. La maladie d Alzheimer 2. L importance d une alimentation équilibrée 3. Personnes

Plus en détail

Conduite automobile et troubles cognitifs

Conduite automobile et troubles cognitifs Conduite automobile et troubles cognitifs Service de Rééducation des Fonctions Cognitives : Neuropsychologues : Cécile CHOISAT, Vanessa BULAIN Orthophonistes : Marion DESPAGNE, Cyrille PICARD,Gaëlle BENICHOU

Plus en détail

Organisation générale du service

Organisation générale du service Organisation générale du service Le service est divisé en deux secteurs, dont les frontières sont floues dans la pratique. 4 médecins dont deux cancérologues (Dr. Hess et Dr. Sarda) et deux Infectiologues

Plus en détail

Conduite du changement dans les services de radiothérapie

Conduite du changement dans les services de radiothérapie Conduite du changement dans les services de radiothérapie page1 Sommaire A Types de changement B Évaluer l impact des changements C Adopter une démarche projet D Mettre à jour le SMQ E Effectuer les démarches

Plus en détail

Fragilité et conduite automobile. Marie-Laure Seux Gériatre, Hôpital Broca Hôpitaux Universitaires Paris Centre Toulouse septembre 2014

Fragilité et conduite automobile. Marie-Laure Seux Gériatre, Hôpital Broca Hôpitaux Universitaires Paris Centre Toulouse septembre 2014 Fragilité et conduite automobile Marie-Laure Seux Gériatre, Hôpital Broca Hôpitaux Universitaires Paris Centre Toulouse septembre 2014 Fragilité : Critères de Fried Perte de poids 5% par an Fatigue subjective

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique à l alcool Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en milieu hospitalier.

Plus en détail

Evaluation des pratiques professionnelles : la neutropénie fébrile de l enfant en cancérologie

Evaluation des pratiques professionnelles : la neutropénie fébrile de l enfant en cancérologie Evaluation des pratiques professionnelles : la neutropénie fébrile de l enfant en cancérologie RUSSIER Nicolas Service d Hématologie et d Oncologie Pédiatrique I INTRODUCTION 1) Présentation du service

Plus en détail

Évaluation Neuropsychologique de la Maladie d Alzheimer

Évaluation Neuropsychologique de la Maladie d Alzheimer Évaluation Neuropsychologique de la Maladie d Alzheimer 9/01/07 Élodie Guichart-Gomez Centre de Neuropsychologie Hôpital de la Salpêtrière Les démences dégénératives Maladies neurologiques entraînant des

Plus en détail

Profils socio-démographiques des patients venant avec et sans rendez-vous en consultation de médecine générale

Profils socio-démographiques des patients venant avec et sans rendez-vous en consultation de médecine générale Profils socio-démographiques des patients venant avec et sans rendez-vous en consultation de médecine générale Thèse de médecine Esther Batsch Directeurs de thèse: G Lazimi et G Ibanez SFTG Recherche 08

Plus en détail

Les «serious games» : enjeux, atouts, efficacité

Les «serious games» : enjeux, atouts, efficacité Journée Régionale de Formation Simulation et pédagogie 23 juin 2015, Tours Les «serious games» : enjeux, atouts, efficacité P. Parneix Pierre Parneix pierre.parneix@chu- bordeaux.fr 12 décembre 2013 pierre.parneix@chu-

Plus en détail