La violence envers les femmes est-elle innée ou acquise?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La violence envers les femmes est-elle innée ou acquise?"

Transcription

1 Dr Cornelia Gauthier Médecine générale FMH Médecine psychosomatique ASMPP Site : Auteur de Sommes-nous tous des abusés?, Victime? Non merci! sortir du cercle infernal, Qui es-tu, John? (à paraître), L amour en héritage, pour en finir avec la Violence Educative Ordinaire. (à paraître) La violence envers les femmes est-elle innée ou acquise? Un bébé porte-t-il déjà en lui ce terrible besoin de soumettre l autre à des douleurs et à des humiliations? Dans la mesure où les violences sont avant tout le fait des hommes, la testostérone en serait-elle responsable? Comment se fait-il alors que des petits garçons soient parfois déjà très violents bien que leur corps ne soit pas encore imprégné de cette hormone mâle? N existe-t-il pas des petites filles et des femmes violentes? La violence serait-elle transmise génétiquement? Ou bien serait-elle le résultat d expériences violentes subies? Les causes de la violence seraient-elles multifactorielles? Avant de passer en revue ces diverses hypothèses, posons-nous la question suivante: Qu est-ce que la violence? La violence représente toute action par laquelle quelqu un cherche à établir un rapport de force avec autrui, sans tenir compte des besoins ou des émotions de l autre. C est une tentative de contrôler autrui par la force physique ou psychique et souvent, par les deux simultanément. La violence est le contraire du respect. Si les hommes sont plus actifs que les femmes dans le domaine de la violence physique (maltraitances et abus sexuels), ces dernières partagent allègrement la troisième forme, celle représentée par la violence verbale. Celle-ci est aussi violente par les mots qui sont utilisés que par la force que l on y injecte, notamment, sous forme de cris. Autant la violence psychologique peut être destructrice pour la personne qui en est la cible, autant, la violence physique menace-t-elle directement l intégrité physique de la personne qui en fait les frais. La violence physique est dangereuse : en France, environ 250 femmes meurent chaque année sous les coups de leurs conjoints. La plupart du temps, lorsque l on prononce le mot «violence», on pense avant tout à la problématique des femmes battues. Néanmoins, il existe une autre forme de maltraitance à leur égard, celle des abus sexuels dont on parle peu en raison de la loi du silence. Pourtant, elle est tout Dr Cornelia Gauthier Page 1

2 aussi fréquente, si ce n est plus. En effet, environ un tiers des enfants subit au moins une fois dans sa vie, un abus sexuel. Les violences physiques De la part de l auteur, elles procèdent avant tout d une volonté de faire mal. En effet, le coup porté a lieu en deux temps : la prise de l élan suivi de l impact lui-même, chargé d une force maximale. C est la loi du plus fort contre celle du plus faible qui s applique. Le plus fréquemment, les violences perpétrées contre les femmes sont le fait des hommes dans l intimité du couple. Ces scénarios dramatiques de la violence conjugale sont presque toujours la conséquence de coups reçus par les adultes concernés alors qu ils débutaient leur vie. Les statistiques concernant les violences faites aux femmes sont difficiles à établir et peu fiables. Elles sont probablement sous-estimées car bien des cas ne sont pas dénoncés. La raison principale à cette omerta est avant tout la peur des représailles sur les victimes elles-mêmes ou sur leurs enfants. Evidemment, ces femmes sont aussi souvent tributaires de conditions financières problématiques. Paradoxalement, les sentiments de honte et de culpabilité que les victimes ressentent à la place des agresseurs sont aussi une cause de non-dénonciation. De nombreuses études sont faites sur la violence, mais s intéressent plus aux manifestations et conséquences de cette violence qu à leurs fréquences. Bien qu il date déjà de 2001, le rapport du professeur Henrion est une étude commandée par le ministère de la santé en France. Il est intéressant dans la mesure où il collecte des données provenant de différents pays, ce qui nous donne une bonne vue d ensemble de cette problématique à la fin du XXème siècle. On y apprend, notamment, que parmi les femmes interrogées sur les violences subies, environ une sur cinq avait vécu des agressions physiques dans les douze derniers mois. Ainsi, selon le lieu et les années, on en a répertorié 26% aux Pays-Bas en 1986, 25% au Canada en 1993, 21% en Suisse en 1994, 22% en Finlande en 1997, On peut trouver des informations complémentaires sur le site de l Hôpital cantonal de Genève qui montre que 6% des consultations d urgence sont liés à des violences. Chose surprenante, on y découvre aussi que 17% des femmes sont violentées pendant leur grossesse. Même les personnes âgées ne sont pas épargnées puisque 5% d entre elles subissent aussi des abus physiques. Selon l enquête de victimation de 2007, effectuée par l Observatoire National de la Délinquance (OND) Dr Cornelia Gauthier Page 2

3 le pourcentage de femmes maltraitées physiquement retrouvé dans les questionnaires distribués était de 5,6% seulement. Nous observons donc une très importante baisse d agressions signalées durant ces vingt dernières années à travers ces deux enquêtes. Le sujet de cet article n étant pas d en faire une analyse précise, nous n aborderons pas le topic des méthodolgies appliquées pour savoir si les résultats sont comparables. Une pareille analyse peut être consultée sur Nous pouvons cependant imaginer qu après deux décennies de luttes intenses orchestrées par de nombreux ministères et organisations contre la violence faite aux femmes, nous puissions enfin voir des résultats se concrétiser. Malgré ces progrès réjouissants, la violence continue pourtant à faire de gros ravages et bon nombre d agresseurs à sévir sans être inquiétés. En effet, dans ce même rapport de l OND, il ressort que plus 84 % des victimes de violence intra ménage n ont fait aucun signalement à la police. Selon une enquête SOFRES de 1999 pour l'association "Éduquer sans frapper", 84 % des français interrogés disaient avoir reçu des fessées. Une évolution positive se confirme aussi dans ce domaine de la violence faite aux enfants par une nouvelle enquête SOFRES faite en où l on note que 67 % des parents interrogés donnent encore occasionnellement des fessées alors que 45 % seulement en font un outil normal d éducation. Les violences sexuelles Dans ce domaine également, les statistiques varient selon les études et la définition que l on donne à cette forme d abus. Mais les chiffres sont certainement revus à la baisse car la loi du silence prévaut dans ce domaine plus que partout ailleurs. La plupart du temps, le secret est tenu par les victimes en raison d un pesant sentiment de honte qui les paralyse. De même que dans le cadre des violences physiques à but éducatif, les abus sexuels sont souvent le fait d adultes face aux enfants. Heureusement, dans la mesure où il comporte une composante très douloureuse, le viol avec pénétration est une cause minoritaire. La principale forme d abus sexuel se présente plutôt sous formes d attouchements. Même si la douleur n y est pas présente, l abus par attouchements est tout aussi dévastateur. En effet, elle blesse l enfant dans son intimité la plus profonde et le parachute dans un monde d adulte qu il ne connaît pas, ce qui le déstabilise profondément. La majorité des abus sexuels envers les enfants et les femmes sont le fait des hommes. Dans le monde des adultes, les violences sexuelles se produisent le plus souvent dans le cadre du couple. Bien qu ils ne soient pas rares, la majorité des viols dans le couple ne sont pas dénoncés en raison du principe du «devoir conjugal» établi par les liens du mariage. Ces hommes violeurs pensent que leurs femmes leur appartiennent et exigent des rapports sexuels qu ils considèrent comme dus. De leur côté, les femmes se soumettent la plupart du temps à ce «devoir» afin d éviter Dr Cornelia Gauthier Page 3

4 les tensions ou l escalade de la violence. D ailleurs, dans le cadre des violences proprement dites, le rapport sexuel forcé survient souvent après un passage à tabac. Il est important de comprendre que le moteur de la violence sexuelle infligée aux enfants ou aux femmes n est pas consécutif d un désir libidinal, mais découle plutôt de l envie de nuire et de soumettre l autre. Que se passe-t-il dans le cerveau de l abuseur au moment de l agression? Il semblerait que le premier coup soit en quelque sorte «initiatique». Même si certains agresseurs peuvent parfois ressentir beaucoup de culpabilité après une première violence et demander pardon pour leur perte de contrôle, la succession des coups suivants deviendra de plus en plus incontrôlable. La grande erreur que font les victimes est de ne pas partir au moment de ce premier coup. Elles pensent que leur compagnon va réaliser son méfait et qu il va changer, mais c est exactement le contraire qui se passe. Il y a un Avant et un Après le premier coup. La violence est addictive et évoluera rapidement vers une sorte de «jeu» très malsain et dangereux. Le fait de frapper donne à l agresseur une sensation de plaisir par l effet de détente que lui procure la décharge de tensions physiques et psychiques. Le plaisir de dominer l autre a un effet dopant. Ainsi la peur que l agresseur lit dans les yeux de sa victime attise-t-elle sa fureur, le faisant taper de plus en plus fort et plus longtemps. Au niveau neurobiologique, on observe que des sécrétions de dopamine et d endorphines à l effet euphorisant sont déclenchées par des émotions très fortes. La dopamine est le neurotransmetteur qui est stimulé par l usage de drogues dures telles l héroïne. Quant aux endorphines, ce sont des morphines naturelles produites par le cerveau lui-même, en réponse à toutes stimulations désagréables afin de les apaiser. Les endorphines procurent un effet de profond bien-être. Ainsi, le recours aux sensations et émotions fortes rendent les auteurs de la violence physiquement et psychiquement dépendants de cette nouvelle et puissante drogue. Dans la mesure où aucun produit extérieur n est nécessaire à la production de dopamine et d endorphines, on dénomme ce processus de dépendance la toxicomanie endogène. Comme pour toute drogue, il est très difficile d y renoncer. Lorsque l effet dopant de la violence s est estompé, il se produit un effet de manque dans le cerveau de l agresseur qui aura besoin de recourir à une autre agression pour déclencher à nouveau les neurotransmetteurs nécessaires à son bien-être. Que se passe-t-il pour la victime de l agression? Bien sûr, pendant la crise de violence, en plus de la terreur, la victime souffrira d horribles douleurs physiques. Mais lorsque la crise sera passée, totalement fracassée, elle choisira de passer l éponge et renoncera la plupart du temps à dénoncer le fautif. Il faut bien le dire : bien que cela soit totalement inconscient, il s agit néanmoins d une forme de complicité avec l abuseur dirigée contre elle-même. La répétition perpétuelle de la même scène, séquence par séquence, permet d observer aussi une autre problématique : fréquemment, dans l interaction avec son agresseur, la victime provoque elle- Dr Cornelia Gauthier Page 4

5 même la crise en faisant ou en disant exactement ce qu il ne faut pas. Et malheureusement, elle n en tire pas les conclusions. A son insu, cela l entraînera avec son partenaire dans le cercle infernal d un jeu sado-masochiste sans cesse rejoué. Contrairement à ce que l on pense habituellement, entre deux adultes, la violence n est pas que de la faute de l abuseur. Chacun des deux participants à ce jeu destructeur portent la même responsabilité. Les deux partenaires sont différemment, mais également empêtrés dans cette dépendance à la violence. A l instar des échanges entre deux tennismen, le jeu ne peut continuer que si les deux joueurs restent présents et actifs sur le court. Une anecdote illustrera cette interaction malheureuse entre l abuseur et sa victime. Lorsque j étais jeune, j avais pour voisins un couple d alcooliques dont les fréquentes crises de violence réveillaient tout le voisinage. J avais beaucoup de pitié pour cette pauvre femme qui se faisait battre tous les jours. Or, un soir, elle s est enfermée dans son appartement et a ainsi empêché son mari de rentrer chez lui. Fou de rage, il a tapé pendant dix minutes au moins contre la porte en poussant des hurlements de bête féroce. Mais elle n a pas ouvert la porte, envers et contre tout. Il l a donc enfoncée et a jeté sa femme dans la cage de l escalier. Si la peur a empêché cette femme d ouvrir la porte lorsque son mari s est déchaîné, il est indéniable que le moteur premier de son geste était de l ordre de la provocation. Même si la violence physique est plus typiquement masculine, certaines femmes y recourent aussi. Exceptionnellement, elles frapperont leurs maris, mais la plupart du temps, elles l exerceront sur leurs enfants. On ne le sait pas assez, mais il existe aussi des hommes battus par les femmes. Par contre, il est difficile d en connaître le pourcentage exact. Les statistiques sont peu fiables en raison de deux facteurs opposés : - peu d hommes déposent une plainte pour coups et blessures, car cela représente pour eux une trop grande humiliation - dans l idée de se protéger, un certain nombre d hommes violents déposent eux-mêmes une plainte à l encontre de leur partenaire qu ils ont martyrisée, en déclarant qu ils avaient agi en état de légitime défense alors qu elle les avait agressés en premier. Que ce soit le fait des hommes ou des femmes, le recours à la violence physique pour soumettre l autre se dirige toujours d un plus fort vers un plus faible, ce qui témoigne d une forme de lâcheté. Dans le cadre de la dangerosité de la violence physique, les enfants sont encore plus en danger que leurs mères puisque, quotidiennement, deux d entre eux meurent sous les coups de leurs parents en France. On sait qu environ 10% des enfants sont maltraités alors que 65% d autres reçoivent occasionnellement quelques coups pour leur bien. C est du moins ce que leur expliquent les adultes. Heureusement, les dernières statistiques le montrent, grâce à l important travail d information fait ces deux dernières décennies : le nombre d enfants maltraités est en diminution. Dr Cornelia Gauthier Page 5

6 Quelles sont les racines de la violence? Les causes sont multiples et ne s excluent pas les unes les autres. Souvent, même, elles se cumulent. Malheureusement, la plupart du temps, elles prennent racine dans l enfance alors que le cerveau de nos petits est en plein développement. Elles y laisseront forcément des marques, pour certaines, indélébiles. Voici quelques-unes de ces causes possibles, mais la liste est loin d être exhaustive. Le principal mode d apprentissage de l enfant est celui de l imitation. Lorsqu un enfant assiste à des scènes de violences domestiques, même s il n est pas frappé lui-même, il apprendra un comportement relationnel qu il finira par intégrer comme étant normal. Mais si l agression est perpétrée par l un des parents, le phénomène sera encore amplifié par le processus normal de l identification au parent. Dans la plupart des cas de violences domestiques ce sont les pères qui battent les mères. Un certain nombre de petits garçons s identifient naturellement à leurs papas et deviendront par voie de conséquences, des hommes violents à leur tour. Quant aux petites filles qui s identifient spontanément à leur mère, elles apprendront à devenir des victimes, à subir et à supporter des situations inacceptables. Le fait d assister en tant que témoin à des situations de violence se nomme l abus par procuration. Cette forme d abus subi est pire que celui d être la victime elle-même car s y rajoutent un double sentiment de culpabilité : celui d avoir été épargné et celui d être resté impuissant à protéger l autre. Si les enfants eux-mêmes sont frappés, ils enregistrent alors dans leur propre corps des énergies négatives destructrices qu ils ne pourront bien évidemment pas rendre à celui qui est plus fort et qui les agresse. L accumulation de toutes ces douleurs contenues et enregistrées risque de provoquer une implosion. Seule la décharge sur autrui permettra de se libérer. Passé un certain seuil, tel une flamme perpétuelle, le système sera auto-entretenu. A l image d un serpent qui se mord la queue, la violence engendrera la violence. Rappelons-nous que la violence constitue une drogue. Une autre facette est purement biochimique. Notre cerveau est régi par des substances appelées neurotransmetteurs. Il les fabrique lui-même selon les besoins du moment. Nous avons déjà nommé la dopamine et les endorphines. Une autre de ces substances, la sérotonine, a pour mission de répondre aux effets délétères du stress pour en amortir l intensité. Chez bon nombre de ces enfants constamment stressés, le cerveau n arrive plus à fournir suffisamment de sérotonine pour pallier les stress successifs. Ainsi, devenu adultes, ils se trouveront en «panne sèche» de façon chronique. Ce manque constant de sérotonine s exprime chez les hommes violents par un excès d irritabilité, d agressivité, d impulsivité et une difficulté à supporter les contraintes. Chez les femmes privées de ce filet de sauvetage sérotoninergique, on assistera aussi à un excès d agressivité. Mais il sera plutôt exprimé par de la violence verbale ou par des cris et, pour certaines, par des coups donnés aux enfants. Elles auront constamment les nerfs à fleur de peau ainsi que divers symptômes somatiques comme des migraines, le syndrome du colon spastique, le syndrome prémenstruel, etc. Dr Cornelia Gauthier Page 6

7 Autant les hommes que les femmes souffriront d une intolérance aux bruits et d un manque de distance émotionnelle. Le traitement médicamenteux de choix de la violence est celui des antidépresseurs dont le rôle est de rajuster la concentration de sérotonine à des niveaux nécessaires et normaux. Ces dernières années, des recherches scientifiques poussées ont permis de mettre en évidence le rôle très important de l épigénétique. Contrairement au code génétique (l inné) qui nous est transmis passivement par nos parents au moment de la fécondation, l épigénétique (l acquis) dévoile la modulation de ce code par l influence de l environnement sur chacune de nos cellules. Ainsi notre code génétique est-il transformé tous les jours par les expériences positives ou négatives que nous vivons. Une étude datant de 2012 est très parlante concernant la transmission biologique de la violence. On a soumis des rats à des stress suffisamment marquants pour qu ils deviennent agressifs. Lorsqu ils sont devenus pères, on les a séparés de leur progéniture pour exclure la transmission directe de la violence par leur comportement. Mais les nouvelles générations ont tout de même développé et exprimé l agressivité des pères alors que leurs mères ne présentaient pas cette caractéristique. Les violences vécues s inscrivent donc dans nos chromosomes au fur et à mesure de leurs déroulements. Elles seront ainsi transmises à nos enfants sans que nous le voulions. Ce processus épigénétique déterminera donc chez les enfants concernés un terrain de fragilité. Heureusement que l épigénétique fonctionne dans les deux sens. Oui, dans le négatif, mais dans le positif aussi! A Genève, l association Face à Face travaille à aider des jeunes gens violents à se guérir de leurs blessures par une approche multidisciplinaire. Elle collabore à une étude en cours avec l Hôpital Cantonal de Genève où l on procède à une analyse du code génétique des participants avant et après la prise en charge thérapeutique, ceci pour objectiver les changements obtenus et transcrits génétiquement suite aux nouvelles expériences. Pour en revenir au cadre familial, les futurs parents qui se soignent des violences subies déprogrammeront progressivement leur code génétique par les expériences thérapeutiques de réparation et pourront donc transmettre un code génétique revu et corrigé aux futures générations. En ce qui concerne les nombreux enfants qui, malgré tout, ont hérité de la sensibilisation à la violence, ils pourront être préservés de la manifestation de celle-ci en étant élevés dans un climat de bienveillance. Leur code génétique se modifiera en conséquence. Quant à la violence éducative ordinaire (VEO), elle représente probablement le terreau de toutes les violences. Elle est à différencier de la maltraitance qui n a aucune vertu éducative. Dans pareille Dr Cornelia Gauthier Page 7

8 situation, il s agit uniquement de se défouler de toutes ses tensions sur un plus faible que soi en prenant plaisir à le dominer. La violence éducative ordinaire (VEO) est qualifiée d ordinaire dans la mesure où elle pratiquée par nous tous, quotidiennement, sans que nous nous en rendions compte. En appliquant à l éducation de nos enfants des méthodes ancestrales, qui depuis longtemps ont démontré leur inefficacité, nous perpétuons une forme de «dressage» de nos plus petits. Nous les formatons selon les diktats de la société, sans tenir compte de leurs stades de développement corporel, émotionnel et intellectuel. Sans en être conscient, nous reproduisons sur les générations futures le modèle éducatif dont nous avons nous-mêmes fait les frais. A peine le bébé commence-t-il à bouger un tant soit peu, en touchant tout ou en s opposant, qu il recevra des menaces, du chantage, des cris, des tapes, ou subira des moments d exclusion. Ce système éducatif utilise comme moyens la douleur, la peur, l isolement et l humiliation. Etrangement, nous avons l illusion d obtenir un résultat positif en utilisant des méthodes négatives. Evidemment, cela ne marche pas. Les violences de toutes sortes qui sont commises quotidiennement autour de notre planète nous le démontrent aisément. A aucun moment, il n est question ici de critiquer, voire de juger les personnes qui pratiquent cette façon de faire. Il vaut mieux les informer. Rappelons-nous que le cerveau des nouveau-nés ne pèse que 350 grammes à la naissance, qu il triplera en l espace d une année, mais qu il continuera son développement pendant des années encore. Il faudra vingt-cinq ans pour obtenir un cerveau adulte mature. Nous ne pouvons pas attendre de nos enfants qu ils pensent et se comportent comme nous. Nous l oublions trop souvent, les enfants ne sont pas des adultes miniatures. Ce qui nous handicape dans la manière de nous représenter le monde de l enfance, c est que nous avons oublié comment nous voyions et vivions les choses alors que nous avions un, deux ou cinq ans. Notre cerveau a tellement appris et enregistré de choses qu il ne peut plus imaginer comment le petit enfant que nous étions se représentait le monde. Ainsi, privés de nos souvenirs-repères, nous exigeons de nos enfants qu ils aient des pensées et comportements adultes et nous les punissons de ne pas être en mesure de répondre à nos attentes inadéquates. Notamment, nous ne leur reconnaissons pas le droit à vivre leurs émotions et à les exprimer. Ce faisant, nous les obligeons à contenir ces énergies et ainsi, induisons chez eux des blocages émotionnels. Depuis la nuit des temps, les enfants naissent avec un système de réactions psychologiques programmé pour leur survie. Il s agit de cinq émotions primaires que sont la joie, la colère, la peur, la tristesse et le dégoût. Ces émotions sont générées automatiquement dès que le moindre déséquilibre physique ou psychique survient. Ce système fonctionne selon le principe de cause à effet, soit d action=réaction ou d antigène 1 = anticorps. Les émotions primaires sont spécifiques à 1 Principalement les virus ou les bactéries Dr Cornelia Gauthier Page 8

9 une situation donnée et s articuleront selon les couples plaisir=joie, injustice=colère, danger= peur, perte= tristesse et toxique=dégoût. Mais certaines émotions primaires du petit enfant ne sont pas les bienvenues dans le monde des adultes, particulièrement celle de la colère qui est une émotion mal-aimée. L enfant en colère sera taxé de méchant pour avoir ressenti et exprimé cette émotion. Pourtant nous ne le punirions pas de s être défendu contre un virus ou une bactérie en ayant produit des anticorps! Le système inhibiteur de la violence éducative est plus accentué face aux émotions exprimées par le petit garçon. Autant on comprendra et acceptera facilement la tristesse et la peur d une petite fille - la pauvre petite-, autant le petit garçon se doit d être courageux car un garçon ne pleure pas! ni parce qu il est triste, ni parce qu il a peur. Or le système émotionnel de survie est le même chez le petit garçon que chez la petite fille. Il n y a pas de différence de sexe devant la faim, la soif, le danger, la mort. En privant les petits garçons de se servir de leurs émotions primaires de survie, nous les hypothéquons dans leur développement. En leur interdisant de ressentir la peur, nous les empêchons de la dépasser et de devenir courageux. En voulant les rendre forts, nous les rendons faibles. En voulant les rendre vaillants, nous les rendons lâches. En les obligeant à contenir leurs colères, leur peurs, leurs tristesses, nous les rendons violents. Lorsque les émotions primaires sont trop souvent et longtemps contenues, elles fermentent et deviennent les pires ingrédients de la violence. Paradoxalement, la violence est un aveu d impuissance. Plus une personne crie et tape fort, plus elle démontre sa totale impuissance à gérer son trop plein d énergies négatives. Au contraire, la force de caractère s exprime par le calme, la fermeté et le respect. La violence éducative ordinaire (VEO) est d abord le résultat d une méconnaissance de la part de ceux qui la pratiquent. Mais elle est aussi non respectueuse des stades de développement physiques et psychiques de l enfant. La VEO abîme donc les subtils rouages émotionnels dont la nature nous a dotés et fabrique ainsi, au contraire de ce qui est souhaité, des hommes et des femmes dysfonctionnels. Dans la mesure où l éducation diffère selon le sexe de l enfant et qu elle se rajoute aux différences morphologiques et biochimiques qui existent entre les hommes et des femmes, la communication dans le couple est un constant malentendu. La méconnaissance de ces différences fondamentales risque de mettre le feu aux poudres dans un contexte de violences potentielles. Cette incompréhension de part de d autre a été bien décrite par Martin Grey dans son livre «Les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus.» Dernièrement, toutes ces observations pertinentes ont été reprises dans un «one man show» très ludique présenté par Paul Dewandre qui mérite d être regardé : Dr Cornelia Gauthier Page 9

10 L antidote à la VEO est constitué de quatre ingrédients principaux : L amour La bienveillance Le respect Les limites Les enfants qui auront le bonheur et la chance de grandir dans cette ambiance deviendront des adultes respectueux et, par conséquent, non violents. La violence est-elle innée ou acquise? A l instar de la question concernant l origine de la poule et de l œuf, nous répondrons : probablement les deux. Mais la solution en est la même. C est l éducation positive qui depuis le premier jour de vie de l être humain lui donnera toutes les chances de devenir un adulte magnifique et épanoui dans toute sa respectueuse puissance. Dr Cornelia Gauthier Page 10

Violence conjugale vécue par les aînées 1

Violence conjugale vécue par les aînées 1 Violence conjugale vécue par les aînées 1 7 À ce jour, l intervention en matière de violence La violence psychologique, conjugale auprès des femmes aînées a été peu abordée. «Ça fait son chemin et ça On

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale François Lepage travailleur social, Option, Montréal Annie Simard travailleuse sociale, Option, Montréal OP+ION «Une alternative

Plus en détail

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ?

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? Ce n est pas juste un petit bébé qui a été perdu. C est une vie au complet qui ne sera pas vécue. Contrairement aux idées véhiculées dans la société, le

Plus en détail

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Premiers secours en équipe Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados A la fin de cette partie vous serez capable : de prendre

Plus en détail

Service Enfance Ville de Vénissieux 19/10/2013

Service Enfance Ville de Vénissieux 19/10/2013 Service Enfance Ville de Vénissieux 19/10/2013 La maltraitance, qu est-ce que c est pour vous? Formation Maltraitance. 19/10/13. Intervenante : Claire Singer, Psychologue & Ph.D La maltraitance, qu est-ce

Plus en détail

Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent.

Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent. Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent. «Je ne veux plus être un violeur» Mise en garde Trigger warning Contient plusieurs récits

Plus en détail

Ne vous découragez pas, le temps allège la tristesse.

Ne vous découragez pas, le temps allège la tristesse. La fin d'une relation amoureuse entraîne toute une gamme d'émotions chez les deux personnes concernées, et ce, indépendamment de qui a pris la décision d'y mettre fin. Cependant, le types d'émotions ressenties

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003)

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) INTERVENTION DE MARIE CHOQUET Le suicide est la 2 ième cause de mortalité des 16/25 ans. On compte

Plus en détail

La souffrance au travail, comment la

La souffrance au travail, comment la SIMUP Service de Santé au Travail de la Vallée de la Lys La souffrance au travail, comment la déceler pour mieux la gérer? 1 QUELQUES CONSTATS D après l Institut Français de Veille Sanitaire, un homme

Plus en détail

«Lorsque j ai appris que. j avais un cancer du sein, j ai eu peur de l avoir transmis à mes enfants.» Prendre soin de soi.

«Lorsque j ai appris que. j avais un cancer du sein, j ai eu peur de l avoir transmis à mes enfants.» Prendre soin de soi. Prendre soin de soi Lorsque vous avez reçu le diagnostic de cancer du sein, vous avez peut-être eu peur que cela arrive aussi à vos enfants à cause du lien qui vous unit. En tant que parent, il est tout

Plus en détail

Elsa Pelestor répond à nos questions

Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor est professeur(e) des écoles à l école Jean Moulin de Cavaillon. Elle est l auteur(e) de l article Premiers pas, premières questions paru dans le n 466

Plus en détail

MALTRAITANCE DES PERSONNES AGÉES

MALTRAITANCE DES PERSONNES AGÉES MALTRAITANCE DES PERSONNES AGÉES Maltraiter : 1) Soumettre quelqu un, un animal à de mauvais traitements 2) Traiter durement. Maltraitance : 1) Le fait de maltraiter un enfant ou/et une PA dépendante 2)

Plus en détail

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple L augmentation des traitements en clinique de fertilité et l âge plus avancé des femmes qui s engagent dans une grossesse contribuent à une plus

Plus en détail

Le guide s articule autour de quatre thèmes, qui sont incontournables pour bien documenter une situation d aliénation parentale ou de risque:

Le guide s articule autour de quatre thèmes, qui sont incontournables pour bien documenter une situation d aliénation parentale ou de risque: GUIDE D ENTREVUE TROUSSE DE SOUTIEN À L ÉVALUATION DU RISQUE D ALIÉNATION PARENTALE Véronique Lachance Marie-Hélène Gagné Ce guide d entrevue a été conçu pour vous aider à documenter les situations familiales

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Delphine Roulet Schwab, Professeure à la HEdS-La Source Maurice Demont, Directeur de Pro Senectute Genève

Delphine Roulet Schwab, Professeure à la HEdS-La Source Maurice Demont, Directeur de Pro Senectute Genève Personnes âgées: GUIDE POUR L ANALYSE ET LA GESTION DE SITUATIONS COMPLEXES À RISQUE DE MALTRAITANCE - Extrait - Repères destinés aux collaborateurs de la consultation sociale de Pro Senectute Genève Delphine

Plus en détail

Se préparer à devenir un Parent entraîneur

Se préparer à devenir un Parent entraîneur Se préparer à devenir un Parent entraîneur Le désir de mettre au monde des enfants est présent chez la majorité des adultes. C est un accomplissement personnel et social majeur qui apporte généralement

Plus en détail

Toutes illustrations 2007 Les Éditions Albert-René/Goscinny-Uderzo

Toutes illustrations 2007 Les Éditions Albert-René/Goscinny-Uderzo Des droits pour tous les enfants du monde Dès sa naissance un enfant a besoin d être entouré pour grandir et devenir à son tour un adulte. Ses parents lui parlent, lui sourient, lui racontent des histoires

Plus en détail

Les addictions chez les adolescents

Les addictions chez les adolescents Les addictions chez les adolescents L adolescence Adolescence signifie en latin «grandir» Le passage entre l enfance et l âge adulte Une génération intermédiaire Le sentiment d identité ne peut être ni

Plus en détail

OPTION Neurobiologie. Les Emotions

OPTION Neurobiologie. Les Emotions OPTION Neurobiologie Les Emotions 1. Situation du Problème a. Qu est-ce qu une émotion? C est une sensation plus ou moins nette de plaisir ou de déplaisir que l on peut reconnaître en soi ou prêter aux

Plus en détail

Quelle place, quels devoirs, quelles obligations?

Quelle place, quels devoirs, quelles obligations? Quelle place, quels devoirs, quelles obligations? Dr Michaël Robin (CH. Charcot, Plaisir) Pourquoi moi? «Soyez attentifs, vous êtes souvent les premiers, voire les seuls médecins que les victimes de violence

Plus en détail

TEST D EVALUATION DU STRESS CHRONIQUE

TEST D EVALUATION DU STRESS CHRONIQUE TEST D EVALUATION DU STRESS CHRONIQUE Les questions portent sur l état psychologique tel qu il était dernièrement, c'est à dire en pensant aux 4 ou 5 derniers jours. Répondez aux questions instinctivement

Plus en détail

mots pour maux procrastination

mots pour maux procrastination mots pour maux procrastination procrastination Définition «Tendance à retarder volontairement une action qu on a l intention de réaliser, en dépit des conséquences négatives que l on peut attendre de ce

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

aux troubles alimentaires!

aux troubles alimentaires! Il faut être au courant des mythes et réalités reliés aux troubles alimentaires! Cette activité s inscrit dans le cadre de la Semaine nationale de sensibilisation aux troubles alimentaires de 2015. L activité

Plus en détail

Hyperactivité avec déficit de l'attention et de la concentration, un syndrôme à grand risque d'addiction

Hyperactivité avec déficit de l'attention et de la concentration, un syndrôme à grand risque d'addiction Résumé Hyperactivité avec déficit de l'attention et de la concentration, un syndrôme à grand risque d'addiction Dr Jean-Jacques Déglon Médecin-directeur de la Fondation Phénix Le syndrome d hyperactivité

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Instrumentaliser les données?

Instrumentaliser les données? Instrumentaliser les données? Maïeutique en statistique Léo Sila Pièce en trois actes Acte I De quoi s agit-il? M. : J ai tracé ces histogrammes (il montre les histogrammes ci-dessous). Qu en dis-tu? Pourcent

Plus en détail

La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement

La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement Formation animée par le Dr Pascale Molho, formatrice certifiée par le Centre pour la Communication

Plus en détail

SÛRETE, SECURITE : Jean Michel CICHOCKI. Quelques précisions sémantiques

SÛRETE, SECURITE : Jean Michel CICHOCKI. Quelques précisions sémantiques SÛRETE, SECURITE : Quelques précisions sémantiques SÛRETÉ SÉCURITÉ La signification attribuée aux termes «sûreté» et «sécurité» varie selon les métiers et les cultures professionnelles. Par exemple : La

Plus en détail

L intérêt de l activité pour l enfant se trouve-t-il dans le plaisir de faire ou dans le résultat?

L intérêt de l activité pour l enfant se trouve-t-il dans le plaisir de faire ou dans le résultat? Compte-rendu de la soirée-débat du RAM du 25 juin 2015 Thème: «La distance professionnelle entre professionnelles de la petite enfance» Pour cette ultime soirée-débat de l'année, il a été fait le choix

Plus en détail

Le harcèlement sexuel : des comportements à prendre au sérieux!

Le harcèlement sexuel : des comportements à prendre au sérieux! Capsule 9 Le harcèlement sexuel : des comportements à prendre au sérieux! QUE FAIRE? Joyce ne sait plus quoi faire. Son coordonnateur, Luc, a une drôle d attitude envers elle. Il vient la voir inutilement

Plus en détail

I- Qu'est-ce que la Constante Macabre?

I- Qu'est-ce que la Constante Macabre? De la constante macabre à l évaluation par contrat de confiance Conférence d André ANTIBI le mercredi 28 novembre 2012 I- Qu'est-ce que la Constante Macabre? Situation de science-fiction : Un nouveau professeur

Plus en détail

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi».

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi». Témoignages d Anne-Laure Mausner, Sophrologue Thème : Préparation pour un entretien d embauche (Les prénoms ont été modifiés pour respecter l anonymat) Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres

Plus en détail

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque Geneviève ve Paicheler Centre National de la Recherche Scientifique Que sait-on sur la sexualité des jeunes? Les données des enquêtes Accompagner

Plus en détail

Soutenir et Accompagner une Personne Âgée qui Parle de la Mort et du Suicide

Soutenir et Accompagner une Personne Âgée qui Parle de la Mort et du Suicide Soutenir et Accompagner une Personne Âgée qui Parle de la Mort et du Suicide Journée Régionale sur le Suicide et les Aînés de Laval Jeudi 6 Février 2014 Atelier de Sensibilisation offert en partenariat

Plus en détail

L'acquisition de la propreté

L'acquisition de la propreté L'acquisition de la propreté La maîtrise des sphincters ou apprentissage de la propreté chez l enfant C est une étape majeure du développement corporel et social des jeunes enfants. Cette acquisition au

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse. Aperçu

5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse. Aperçu 5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse Aperçu En Nouvelle-Écosse, la population change; et la proportion des personnes âgées est de plus en plus importante. Entre 2007 et 2033, le nombre d aînés (65

Plus en détail

Troubles psychiques et travail

Troubles psychiques et travail Troubles psychiques et travail Dr Dominique PHAM Médecin-chef SDIS 29 ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE BURNOUT RISQUES PSYCHOSOIAUX ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

Plus en détail

RAPPORT DE LA CONFÉRENCE DU 3 JUIN 2013

RAPPORT DE LA CONFÉRENCE DU 3 JUIN 2013 2013 Rédigé par : France Riel RAPPORT DE LA CONFÉRENCE DU 3 JUIN 2013 Conférencier : Me Jean-Pierre Ménard, Ad. E. Lieu : Hôtel DeVille, Salle Osisko Page 2 I l faut voir, pour le croire. Ceci est une

Plus en détail

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine Ressources & Actualisation Le partenaire de votre bien-être et de votre accomplissement Comment atteindre ses objectifs de façon certaine À l attention du lecteur, Ce présent document est protégé par la

Plus en détail

POURQUOI MON CHIEN TIRE-T-IL SUR LA LAISSE?

POURQUOI MON CHIEN TIRE-T-IL SUR LA LAISSE? POURQUOI MON CHIEN TIRE-T-IL SUR LA LAISSE? Quand vous êtes remorqué par votre chien qui tire compulsivement sur la laisse et que vous avez le sentiment, que votre bras va littéralement être arraché de

Plus en détail

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II:

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: Thème: Le Coaching Sommaire: Introduction général Partie I: 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: 1.Caractéristiques du coaching 2.Rôle et mission du coach 3.La

Plus en détail

Etendue des violences domestiques à Genève. Premier bilan exhaustif et perspectives

Etendue des violences domestiques à Genève. Premier bilan exhaustif et perspectives Etendue des violences domestiques à Genève Premier bilan exhaustif et perspectives 20.09.2013 - Page 1 Introduction Etablir des données chiffrées exhaustives: une nécessité pour lutter efficacement et

Plus en détail

brochure_violence:mise en page 1 5/10/09 15:25 Page 1 C o n s e i l g é n é r a l d e s j e u n e s

brochure_violence:mise en page 1 5/10/09 15:25 Page 1 C o n s e i l g é n é r a l d e s j e u n e s brochure_violence:mise en page 1 5/10/09 15:25 Page 1 C o n s e i l g é n é r a l d e s j e u n e s brochure_violence:mise en page 1 5/10/09 15:25 Page 2 Sommaire Qu est-ce que la violence?... 4 Pourquoi

Plus en détail

Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile

Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile Conseils Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile www.douglas.qc.ca Le retour Le retour Votre proche a eu des gestes ou des propos agressifs. Vous êtes inquiet pour lui et

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE)

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) DONNEE A LYON LE 9 MAI 2004 A L OCCASION DE L AG DE LA FEDERATION L INFLUENCE DES JUMEAUX SUR LA FAMILLE ET LA FRATRIE PENDANT LA GROSSESSE Deux grands

Plus en détail

Illustrations Aurélie Blard-Quintard

Illustrations Aurélie Blard-Quintard Devenir parent Groupe de travail et auteurs Sylvie COMPANYO (directrice de l École des Parents et des Éducateurs de la Région Toulousaine*) Nathalie COULON (maître de conférences en psychologie à l université

Plus en détail

Comment discuter de la mort

Comment discuter de la mort Chapitre 3 Comment discuter de la mort 1. Le questionnement de l enfant 2. Jusqu où aller dans la discussion? 3. La transmission par les parents de leur savoir et de leur expérience 4. Les questions majeures

Plus en détail

L annonce d une déficience : quels impacts sur les parents?

L annonce d une déficience : quels impacts sur les parents? 1 L annonce d une déficience : quels impacts sur les parents? À l instar de ce qu on peut retrouver dans le livret Accompagner l annonce d un diagnostic 1, nous ne parlerons pas de l annonce du handicap

Plus en détail

Vous avez été victime de viol ou de tentative de viol

Vous avez été victime de viol ou de tentative de viol Vous avez été victime de viol ou de tentative de viol À donner à la victime Violences sexuelles Tout le monde peut être victime d une agression sexuelle n importe où. La violence sexuelle peut toucher

Plus en détail

Réalité de la Violence conjugale et mesures prises en France. Dr Nicolas Pastour Centre Hospitalier J. M. Charcot - Plaisir CPAV - Octobre 2010

Réalité de la Violence conjugale et mesures prises en France. Dr Nicolas Pastour Centre Hospitalier J. M. Charcot - Plaisir CPAV - Octobre 2010 Réalité de la Violence conjugale et mesures prises en France Dr Nicolas Pastour Centre Hospitalier J. M. Charcot - Plaisir CPAV - Octobre 2010 Définition de la violence «Toute tentative, aussi subtile

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

Violence conjugale: vaste tableau d effets traumatiques. Dr Nicolas PASTOUR C.H. Jean Martin Charcot Plaisir CPAV - Octobre 2010

Violence conjugale: vaste tableau d effets traumatiques. Dr Nicolas PASTOUR C.H. Jean Martin Charcot Plaisir CPAV - Octobre 2010 Violence conjugale: vaste tableau d effets traumatiques Dr Nicolas PASTOUR C.H. Jean Martin Charcot Plaisir CPAV - Octobre 2010 1. Nécessité de faire le lien entre la violence conjugale et tout signe physique

Plus en détail

Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL?

Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL? Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL? R. Le Centre de crise pour les victimes de viol est un groupe de femmes qui apporte son soutien aux femmes qui ont vécu une expérience

Plus en détail

Formation Coaching N 5

Formation Coaching N 5 Formation Coaching N 5 Jouir de sa Vie Association Jouir de sa Vie. jouirdesavie.com Bilan 1 er mois Reprendre et réévaluer les notes coaching 1 Pourquoi? Célébrer les victoires Augmenter confiance en

Plus en détail

Anomalies chromosomiques

Anomalies chromosomiques 12 Où puis-je avoir plus d information sur les anomalies chromosomiques? Anomalies chromosomiques Ceci est un guide succinct sur les anomalies chromosomiques. Pour de plus amples informations vous pouvez

Plus en détail

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer?

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer? VAGINISME Quelques pistes pour avancer? Vaginisme Pendant longtemps, pénétration vaginale quasi impossible car trop douloureuse : brûlures. Et même pas de nom pour ça. Un jour : un mot. VAGINISME. Vaginisme

Plus en détail

Stages : Ateliers pratiques

Stages : Ateliers pratiques Stages : Ateliers pratiques ***** Pour nous contacter ou pour vous inscrire : Tel : 06 68 65 20 20 ou mail : dforcari@gmail.com Stages Automne/Hiver 2015/2016 1 - Savoir se relaxer, s entraîner au lâcher-prise

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

2.3 De maintenir un climat de travail exempt d incivilité et de harcèlement.

2.3 De maintenir un climat de travail exempt d incivilité et de harcèlement. Objet : Politique concernant le harcèlement au travail En vigueur le : 2011-06-02 Mise à jour le : 2014-09-01 DIRECTIVE NO : 26 Page 1 de 5 Cette politique remplace toute autre politique antérieure concernant

Plus en détail

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES DANS LA SEP Pr Michèle Montreuil Professeur de psychologie Université Paris 8 La dépression, l anxiété et la labilité émotionnelle ne sont pas rares Dans la sclérose en plaques,

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy

Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy Les Centres d aide aux victimes d actes criminels au service des

Plus en détail

L ACTION DES DROGUES SUR

L ACTION DES DROGUES SUR L ACTION DES DROGUES SUR 16 Système de recapture de la dopamine Neuromédiateur (dopamine) Récepteur spécifique à dopamine >>LA DOPAMINE ET LE «CIRCUIT DE LA RÉCOMPENSE» Les drogues qui agissent le plus

Plus en détail

Manque de sommeil chez les jeunes

Manque de sommeil chez les jeunes Nicolas Kurek 1 Février 2016 Manque de sommeil chez les jeunes Dangers, conséquences et prévention Nicolas Kurek 2 Février 2016 Table des matières: P.3 Introduction, Idée P.4 But P.6 Planning P.7 Moyens

Plus en détail

Qui es-tu, John? DOSSIER DE PRESSE. Escrocs de charme et cyber arnaques

Qui es-tu, John? DOSSIER DE PRESSE. Escrocs de charme et cyber arnaques DOSSIER DE PRESSE présentent... Qui es-tu, John? Escrocs de charme et cyber arnaques Un Roman de Cornelia Gauthier 1 - On vous raconte... 2 - L auteure 3 - Interview de l auteure 4 - Les Editions Persée

Plus en détail

Lutte contre les comportements à risques et les addictions

Lutte contre les comportements à risques et les addictions Lutte contre les comportements à risques et les addictions Prévention des accidents liés aux consommations :Violences sexuelles et IST Dr Frédérique Guillet-May. Pôle Régional d accueil des victimes d

Plus en détail

Traite des êtres humains, que faire?

Traite des êtres humains, que faire? Traite des êtres humains, que faire? Conseils pour le personnel hospitalier InTRODUCTION Il arrive que le personnel hospitalier soit confronté à des situations liées à la traite des êtres humains. Ce sont

Plus en détail

4.0 : LE STRESS, L ANXIÉTÉ

4.0 : LE STRESS, L ANXIÉTÉ 4.0 : LE STRESS, L ANXIÉTÉ 13-14 (gestion) 4.1 L IMPORTANT EST DE 1) identifier les facteurs de stress 2) reconnaître ses propres symptômes 3) identifier ses propres déclencheurs de stress, 4) gérer son

Plus en détail

Informations sur la loi de la protection contre la violence (LPV)

Informations sur la loi de la protection contre la violence (LPV) Informations sur la loi de la protection contre la violence (LPV) Protection 1. Qui protège la loi de la violence domestique? La loi protège la personne qui subit de la violence ou qui est menacée de violence

Plus en détail

Se Renseigner sur la Loi

Se Renseigner sur la Loi Se Renseigner sur la Loi Le droit de la famille Les droits de mariage Les droits et les responsabilités Si vous êtes mariés ou si vous êtes dans une relation de conjoint de fait pour deux ans ou plus,

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

I- COMMENT L HOMME RESSENT LA DOULEUR?

I- COMMENT L HOMME RESSENT LA DOULEUR? LA DOULEUR DANS LA MEDECINE TRADITIONNELLE CHINOISE Miancheng ZHU Professeur de médecine traditionnelle chinoise, faculté de médecine, université Paris 13, Bobigny Aujourd hui, 21 janvier 2004, est le

Plus en détail

BURN-OUT Prise en charge spécifique Conséquences sur le travail Pistes de prévention PRÉVENTION DU BURNOUT

BURN-OUT Prise en charge spécifique Conséquences sur le travail Pistes de prévention PRÉVENTION DU BURNOUT BURN-OUT Prise en charge spécifique Conséquences sur le travail Pistes de prévention Le vécu intérieur du burn-out Le plus terrible peut-être sur le burn-out, c est le côté insidieux, c est comme des sables

Plus en détail

Les comportements agressifs

Les comportements agressifs Coup d oeil sur Les comportements agressifs Les comprendre pour mieux les gérer Les comportements agressifs Que savons-nous? De la grossesse à l âge de 6 mois n Les enfants sont plus aptes à contrôler

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence Justice alternative Lac-Saint-Jean Printemps 2013 OBJECTIFS Démystifier la problématique violence. Promouvoir les solutions pacifiques en matière de résolution de

Plus en détail

1. Argumentation du choix de la population

1. Argumentation du choix de la population III. Enquête de santé publique 1. Argumentation du choix de la population Lors de nos recherches concernant les femmes ménopausées touchées par l'ostéoporose nous avons pu constater par des données chiffrées

Plus en détail

Assurer le succès d une collaboration écolefamille lorsque parent en est atteint

Assurer le succès d une collaboration écolefamille lorsque parent en est atteint Assurer le succès d une collaboration écolefamille lorsque parent en est atteint Linda Walker, PCC, ACCG, Bacc. Adm. Coach en TDAH www.tdahadulte.com Objectifs Reconnaître les enjeux et défis que présentent

Plus en détail

LA GESTION DE L INQUIÉTUDE

LA GESTION DE L INQUIÉTUDE LA GESTION DE L INQUIÉTUDE RESSENTIE FACE À UNE ÉVALUATION Révision : 2008-09, NN GESTION DE L INQUIÉTUDE RESSENTIE FACE À UNE ÉVALUATION 1. EXPLICATION DE CETTE INQUIÉTUDE C est décidé, l officiel en

Plus en détail

Développement d habiletés de gestion Les préjugés et l agression

Développement d habiletés de gestion Les préjugés et l agression Développement d habiletés de gestion Les préjugés et l agression Bref retour sur la session précédente: Questions? La persuasion et les effets de groupes Retour sur les exercices Thèmes de la session d

Plus en détail

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Ce que vous devez savoir sur les vaccins antigrippaux offerts cette année L influenza, qu on appelle communément la grippe, est une infection respiratoire

Plus en détail

Aménagement des cycles et recherche de la performance

Aménagement des cycles et recherche de la performance Aménagement des cycles et recherche de la performance Docteur Carole MAITRE INSEP Cette thématique nous amène à nous poser plusieurs questions : Les cycles peuvent-ils être un frein à la performance? Le

Plus en détail

Mammographie de dépistage

Mammographie de dépistage Pour avoir plus d information sur le PQDCS : CENTRE DE COORDINATION DES SERVICES RÉGIONAUX DE MONTRÉAL Ligne d information : 514 528-2424 Mammographie de dépistage destinée aux femmes de 50-69 ans CONCERTATION-FEMME

Plus en détail

LA MALTRAITANCE ENVERS LES PERSONNES ÂGÉES À DOMICILE

LA MALTRAITANCE ENVERS LES PERSONNES ÂGÉES À DOMICILE Le 17 octobre 2007. LA MALTRAITANCE ENVERS LES PERSONNES ÂGÉES À DOMICILE Michel ROSENFELDT Emergence du phénomène en regard des évolutions sociétales Si aujourd hui, nos sociétés considèrent la vieillesse

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement

Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement Adopté au Conseil d administration le 29 novembre 2004 Table des matières Préambule... 3 Définitions... 4 Objectifs, principes et champ

Plus en détail

BURN OUT Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel une tendance à dépersonnaliser ses patients

BURN OUT Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel une tendance à dépersonnaliser ses patients BURN OUT Le burn out est un syndrome touchant les personnes impliquées auprès d'autrui et tout particulièrement dans une relation de soin. Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel qui se

Plus en détail

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS 16 ET ENFANTS VULNÉRABLES L un des effets les plus dévastateurs de l épidémie de VIH/sida est l augmentation croissante du nombre d orphelins et d enfants rendus vulnérables

Plus en détail

Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement

Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement Dossier de presse Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement 7 janvier 2015 Communiqué de presse Campagne de communication «Pas de relations sexuelles sans consentement» «Pas

Plus en détail

À votre service...? Let s drive business

À votre service...? Let s drive business À votre service...? Analyse du marché : L entreprise satisfaitelle les attentes des consommateurs européens en ce qui concerne la prise de rendez-vous et les délais de livraison? Étude de marché : Prestation

Plus en détail