N 6 - LE CENTRE SPATIAL GUYANAIS, PORT SPATIAL DE L'EUROPE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N 6 - LE CENTRE SPATIAL GUYANAIS, PORT SPATIAL DE L'EUROPE"

Transcription

1 N 6 - LE CENTRE SPATIAL GUYANAIS, PORT SPATIAL DE L'EUROPE COMPLEMENTS D INFORMATION Les différentes orbites terrestres La variété des missions spatiales dédiées aux satellites exige l utilisation de nombreuses trajectoires. Déterminées par la vitesse communiquée au point d injection P (correspondant au moment où le lanceur se sépare du satellite), ces trajectoires se divisent en trois catégories : soit la vitesse est trop faible et le satellite retombe sur Terre, en décrivant un mouvement de chute parabolique ; soit la vitesse est égale à la vitesse de satellisation, définie en fonction de l altitude, et le satellite se place sur une trajectoire circulaire (1). Si la vitesse est légèrement supérieure, la trajectoire sera elliptique, avec pour périgée le point d injection P (2) ; soit la vitesse atteint une vitesse dite de libération et le satellite part pour un voyage sans retour dans l espace (3 et 4) Ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative - Direction générale de l'enseignement scolaire On peut s intéresser plus précisément aux trajectoires circulaires et elliptiques (1 et 2). On les appelle les «orbites terrestres». Elles aussi se séparent en plusieurs catégories, aux usages très différents pour les engins spatiaux. Leur intérêt varie en fonction de plusieurs critères : l altitude, la fréquence de survol, l éclairement et la zone géographique à étudier. 1

2 CNES - Direction des lanceurs Christophe Bonnal L orbite géostationnaire : situé à km d altitude, un satellite géostationnaire nous apparait immobile. En réalité, il évolue à plus de km/h dans le plan de l équateur, et effectue comme la Terre une orbite complète en 23 h 56 min. Avec une vaste vue d ensemble, les satellites géostationnaires sont un relai idéal pour les télécommunications et forment un réseau de surveillance pour les prévisions météorologiques. L orbite héliosynchrone (ex. : l orbite SSO) : un satellite héliosynchrone passe toujours à la même heure solaire au-dessus d un même point. Le plan de l orbite conserve toujours la même orientation par rapport au Soleil. Cette orbite est d un grand intérêt pour l observation de la Terre : elle permet d observer une même région dans des conditions d éclairement similaires à chaque passage. L orbite polaire (ex. : l orbite SSO) : à une altitude généralement assez basse, un satellite en orbite polaire survole les pôles à chaque révolution. Avec une inclinaison proche de 90, il survole la quasi-totalité de la Terre et est de ce fait très intéressant pour l observation de la Terre. Principaux types d orbite terrestre utilisés Orbite Altitude Missions possibles Orbite circulaire basse LEO (Low Earth Orbit) Orbite circulaire moyenne MEO (Medium Earth Orbit) Orbite circulaire géostationnaire GEO (Geostationary Earth Orbit) km km km 2 Observation de la Terre, météo, télécommunications (constellations) Télécommunications (constellations), positionnement par satellites, missions scientifiques Télécommunications, positionnement par satellites, missions scientifiques Orbite elliptique km Télécommunications Orbite hyperbolique Source : site CNES. Jusqu à plusieurs millions de km Missions interplanétaires

3 Havt M. / Questmachine.org CC 2.0 MEDIAGRAPHIE Le site du Centre spatial guyanais Le site du Centre national d études spatiales Le site de la société de lancement de satellites Site encyclopédique sur l aérospatiale Site de ressources éducatives sur les sciences spatiales Espace grand public de l Observatoire de Paris Site «traqueur» de satellites www-angler.larc.nasa.gov/predict/ «Les satellites, à quoi ça sert?», TDC, n 895, 1 er mai Capderou Michel, Satellites, orbites et missions, Paris, Éditions Springer-Verlag,

4 POINTS DE PROGRAMME Physique, terminale S (BO spécial, n 31 du 29 aout 2002) Enseignement obligatoire : - Mouvements plans, satellites et planètes Enseignement de spécialité : - Produire des signaux, communiquer Physique chimie, première S Comprendre, formes d énergie et principe de conservation, les différentes formes d énergie Physique chimie, seconde L univers, la gravitation universelle/la pesanteur terrestre PISTES PEDAGOGIQUES En terminale S, l enseignant pourra se servir du support de l affiche pour aborder le chapitre des lois de Kepler. Soit en guise d introduction, en tant que support à la discussion en classe ; soit comme une conclusion du chapitre, où il peut reprendre les éléments de l affiche et les rattacher aux points évoqués dans le chapitre. Quels sont les avantages géographiques de Kourou? Il pourra aussi détailler l importance de l industrie aérospatiale dans un monde de télécommunications et de géolocalisation. Il pourra aussi s aider d un logiciel d orbitologie très intéressant, conçu pour un usage dans le secondaire : Solstice. Ce logiciel est gratuit et disponible à l adresse suivante : Dans le cadre des programmes de physique proprement dits, ou dans le cadre de travaux personnels encadrés, on pourra faire le choix d exploiter de façon plus ou moins poussée les possibilités offertes par ce produit. Théorème du centre d inertie, action-réaction, interaction gravitationnelle, forces de frottements, lois de Kepler, mouvements de solides soumis à une force centrale, mouvement des satellites, sont autant de thèmes qui peuvent être approfondis (ou simplement illustrés) à l aide de l étude du lancement d une fusée ou de l orbitographie. 4

5 Proposition d activité, terminale S On va s intéresser à l encadré «l effet de fronde». 1. Le texte précise : «C est à l équateur que la vitesse de rotation de la Terre est la plus grande.» Justifier pourquoi. Calculer la vitesse de rotation au pôle Nord, à Paris et à l équateur. Données : Paris se situe à une latitude de 49 N. Le rayon de la Terre à l équateur est de km. La Terre est supposée sphérique. Chaque point de la Terre parcourt en une journée une distance égale à la circonférence de la Terre en ce point. Au pôle Nord géographique, la vitesse de rotation est donc nulle, puisqu on se trouve sur l axe de rotation. À l équateur, la circonférence terrestre vaut C équateur = 2π x R terre. D où une vitesse de rotation V équateur = 2π x R terre exprimée en km par jour. Il reste à faire les conversions pour obtenir une valeur en m par seconde. Application numérique : la vitesse de rotation à l équateur est de 464 m/s. Pour Paris, il faut d abord calculer la valeur de la circonférence de la Terre. Par définition de la latitude, on a R paris = R terre x cos (latitude). D où C paris = 2π x R terre x cos (latitude) On a donc la vitesse de rotation à Paris définie par la relation V paris = 2π x R terre x cos (latitude) exprimée en km par jour. Application numérique : la vitesse de rotation à l équateur est de 307 m/s. 2. «Ariane profite de cette poussée supplémentaire gratuite». Expliquer. Avant de décoller, le satellite, confortablement installé dans la coiffe de la fusée sur le pas de tir et donc immobile dans un repère terrestre (par rapport à la surface de la Terre), possède déjà 5,7 % de la vitesse nécessaire pour une orbite basse (à savoir km/h). Mais il faut bien voir que ce gain de vitesse (par rapport à d autres bases de lancement) n est totalement utilisé que pour les orbites équatoriales. Pour les autres orbites (inclinées), un facteur incluant l angle d inclinaison vient diminuer cette plus-value. 3. Dernier point : la charge utile que peut emporter le lanceur. «Lancée depuis Kourou, Ariane 5 peut transporter 6 tonnes. Ce chiffre passerait à 5 tonnes si elle était lancée de Cap Canaveral et à 3,5 tonnes depuis Baïkonour.» Expliquer. Données : latitude de Cap Canaveral : 28 N, latitude de Baïkonour : 45 N, latitude de Kourou : 5 N. La fusée Ariane 5 est capable de transmettre une énergie constante pour transporter les charges utiles, où qu elle se trouve sur la Terre. Elle le fait sous forme d énergie cinétique. Ainsi la valeur ½ Mv² pour la charge utile est constante. On a vu dans la première question que l apport de l effet de fronde variait en fonction de la latitude. 5

6 Les différences de masse transportables par Ariane 5 s expliquent donc par les différences de vitesse de rotation de la Terre aux différentes bases de lancement. Et le rapport entre les masses est proportionnel au rapport entre le carré des vitesses, pour garantir une énergie cinétique constante. On peut résumer les résultats dans le tableau suivant : Base Latitude V rotation (en fonction de V rotation équateur ) Masse équivalente Kourou 5 0,99 6 t Cap Canaveral 28 0,78 4,7 t Baïkonour 45 0,5 3 t On retrouve à peu près les résultats de l affiche. Les différences obtenues résultent de l absence de prise en compte des variations de la valeur de la pesanteur terrestre en fonction de la latitude. La constante gravitationnelle, g, est plus grande à l équateur qu aux pôles. AUTEURS Conception de l'affiche : Gregory Syoën Accompagnement pédagogique : Agnès Deslis PANNEAU REALISE AVEC LE CONCOURS DE : CNES Copyright Scérén-CNDP,

Physique - Chimie Energie de position- Energie cinétique Energie mécanique Conservation de l énergie mécanique

Physique - Chimie Energie de position- Energie cinétique Energie mécanique Conservation de l énergie mécanique Document du professeur 1/7 Niveau 3 ème Physique - Chimie Energie de position- Energie cinétique Energie mécanique Conservation de l énergie mécanique Programme C. De la gravitation à l énergie mécanique

Plus en détail

(Lorsque L homme explique Le ciel et La terre) sur la Lune, il n y a pas de poids. ils ne sont pas soumis à l attraction gravitationnelle de la Terre

(Lorsque L homme explique Le ciel et La terre) sur la Lune, il n y a pas de poids. ils ne sont pas soumis à l attraction gravitationnelle de la Terre Un. 7 Gravitation universelle - eercices (Lorsque L homme eplique Le ciel et La terre) Savoir son cours QCM : Le poids d un homme sur la lune n est pas le même que sur la Terre car sur la Lune, il n y

Plus en détail

1.2. Recopier les formules topologiques des composés C, D et E puis identifier et nommer les groupes caractéristiques.

1.2. Recopier les formules topologiques des composés C, D et E puis identifier et nommer les groupes caractéristiques. Devoir de Sciences Physiques nà3 Calculatrice autorisée Durée : 1h45 La correction tiendra compte du soin apporté à la rédaction, à l argumentation, à la présence de formules littérales et au respect des

Plus en détail

Utiliser Dynamic en classe de seconde

Utiliser Dynamic en classe de seconde BULLETIN DE L UNION DES PHYSICIENS 1429 Utiliser Dynamic en classe de seconde Nouveaux programmes Par École Alsacienne - 75006 Paris Gerard.AUSSEL@wanadoo.fr RÉSUMÉ Cet article présente quelques exemples

Plus en détail

THEME : SPORT TP 8 : mise en orbite d un satellite

THEME : SPORT TP 8 : mise en orbite d un satellite TP 8 : mise en orbite d un satellite I. Introduction : Le but de cette activité est, dans un premier temps, de réussir à simuler la mise en orbite d un satellite. Pour cela : - ouvrez «communlogiciels»

Plus en détail

Corrigés de la séance 5 Chap 5 et 7: Gravitation et frottements

Corrigés de la séance 5 Chap 5 et 7: Gravitation et frottements Corrigés de la séance 5 Chap 5 et 7: Gravitation et frottements Questions pour réfléchir Q4. p.262. Jupiter a une masse 318 fois plus grande que celle de la Terre. Pourtant, l accélération de la pesanteur

Plus en détail

DOSSIER : LA GRAVITATION

DOSSIER : LA GRAVITATION DOSSIER : LA GRAVITATION Les planètes Pourquoi les planètes restent-elles autour du Soleil? Le Soleil est situé au centre du système solaire. Huit planètes (Mercure, Vénus Terre, Mars, Jupiter, Saturne,

Plus en détail

Optimisation de trajectoire pour une mission Ariane 5

Optimisation de trajectoire pour une mission Ariane 5 Optimisation de trajectoire pour une mission Ariane 5 Ludovic Goudenège (sur la base d un projet de Pierre Martinon) ENSTA - Module IN103 Septembre 2012 Plan 1 Quelques données et chiffres 2 Dynamique

Plus en détail

Ecole alsacienne TP Terminale S Page 1

Ecole alsacienne TP Terminale S Page 1 DES SATELLITES PEUVENT-ILS SERVIR DE BALANCE? Objectif : On se propose dans cette activité d étudier les lois du mouvement de satellites terrestres pour les utiliser ensuite pour chercher à en déduire

Plus en détail

TS1, TS2 et TS3 BAC BLANC de PHYSIQUE CHIMIE

TS1, TS2 et TS3 BAC BLANC de PHYSIQUE CHIMIE TS1, TS2 et TS3 BAC BLANC de PHYSIQUE CHIMIE Date : 17/12/13 Durée : 3h30 Calculatrice : autorisée Exercice à ne pas traiter pour les spé : 1 Consignes : L exercice de spécialité fait l objet d un texte

Plus en détail

Gravitation universelle

Gravitation universelle Chapitre 7 Gravitation universelle Révision et Résumé Où commencer? En plus de l apprentissage du cours, que vous devez recopier, réciter, rerecopier, jusqu à en savoir la moindre virgule, refaites les

Plus en détail

Chapitre 6P : ENERGIE CINETIQUE ET ENERGIE POTENTIELLE

Chapitre 6P : ENERGIE CINETIQUE ET ENERGIE POTENTIELLE Chapitre 6P : ENERGIE CINETIQUE ET ENERGIE POTENTIELLE Dans le chapitre précèdent, nous avons étudié l expression du travail et de la puissance d une force constante. Ce travail correspond à un transfert

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites I- Les trois lois de Kepler : Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites Les lois de Kepler s'applique aussi bien pour une planète en mouvement

Plus en détail

LA REVOLUTION DE LA TERRE AUTOUR DU SOLEIL ET LES SAISONS

LA REVOLUTION DE LA TERRE AUTOUR DU SOLEIL ET LES SAISONS L EVLUTIN DE L TEE UTU DU LEIL ET LE IN Introduction : nous allons ici montrer en quoi la connaissance de la révolution de la terre autour du oleil permet d expliquer les variations du mouvement apparent

Plus en détail

MOUVEMENTS ET FORCES

MOUVEMENTS ET FORCES 2 nd Cours sur les forces 1 MOUVEMENTS ET FORCES I - DESCRIPTION D'UN MOUVEMENT Pour étudier un mouvement, il faut commencer par préciser le système considéré, c'est-à-dire l'objet ou le point étudié.

Plus en détail

3 ème COURS Mécanique Chapitre 1 LA GRAVITATION CORRECTION DES EXERCICES. Téléchargé sur http://gwenaelm.free.fr/2008-9

3 ème COURS Mécanique Chapitre 1 LA GRAVITATION CORRECTION DES EXERCICES. Téléchargé sur http://gwenaelm.free.fr/2008-9 3 ème COURS Mécanique Chapitre 1 LA GRAVITATION CORRECTION DES EXERCICES Téléchargé sur http://gwenaelm.free.fr/2008-9 Correction : Exercice 1 p 115 1 Un système solaire est un ensemble d'astres constitué

Plus en détail

P : (poids) = action de la Terre F : = poussée des gaz. -g a =

P : (poids) = action de la Terre F : = poussée des gaz. -g a = EXECICE I : NEW HOIZONS(11 pts) Décollage le 19 janvier 2006 1.1- En considérant la masse de la fusée à peu près constante pendant les premières seconde du décollage, Montrer que l action des boosters

Plus en détail

Introduction au cours de physique (1)

Introduction au cours de physique (1) Introduction au cours de physique () Exercices : Petites variations, valeurs moyennes Calculs de petites variations Méthode De manière générale : il est souvent plus simple de faire une différentiation

Plus en détail

Concours AVENIR 8 mai 2011 EPREUVE DE PHYSIQUE. DUREE : 1h30mn Coefficient 5 CONSIGNES SPECIFIQUES

Concours AVENIR 8 mai 2011 EPREUVE DE PHYSIQUE. DUREE : 1h30mn Coefficient 5 CONSIGNES SPECIFIQUES NOM :. PRENOM : NUMERO DE CANDIDAT :... EPREUVE DE PHYSIQUE DUREE : 1h30mn Coefficient 5 CONSIGNES SPECIFIQUES Lire attentivement les consignes afin de vous placer dans les meilleures conditions de réussite

Plus en détail

Notion de champ. PARtiE 3. Le programme. Évaluation diagnostique p. 216. CoMPrEndrE Champs et forces

Notion de champ. PARtiE 3. Le programme. Évaluation diagnostique p. 216. CoMPrEndrE Champs et forces PARtiE 3 Manuel unique, p. 216 ( Manuel de physique, p. 102) Notion de champ séquence 1 Le programme notions et contenus Exemples de champs scalaires et vectoriels : pression, température, vitesse dans

Plus en détail

SEMINAIRE DE PROSPECTIVE SCIENTIFIQUE 2014 APPEL A IDEES

SEMINAIRE DE PROSPECTIVE SCIENTIFIQUE 2014 APPEL A IDEES SEMINAIRE DE PROSPECTIVE SCIENTIFIQUE 2014 APPEL A IDEES Afin de définir avec la communauté scientifique nationale les orientations à moyen terme des programmes scientifiques spatiaux français, le CNES

Plus en détail

GUIDE VSAT BIDIRECTIONNEL

GUIDE VSAT BIDIRECTIONNEL GUIDE VSAT BIDIRECTIONNEL Février 2008 p. 1/5 Les connexions haut débit par satellite utilisent une technologie de haut niveau. Si le coût de l équipement et de l abonnement mensuel sont souvent les principaux

Plus en détail

Mécanique 2. Cours. Le poids. Troisièmes. Intro. Qu est-ce que le poids? Mesurer un poids et donner sa signification

Mécanique 2. Cours. Le poids. Troisièmes. Intro. Qu est-ce que le poids? Mesurer un poids et donner sa signification Mécanique 2 Le poids Qu est-ce que le poids? Mesurer un poids et donner sa signification Mécanique 2 Objectifs Interpréter la variation de pesanteur selon le lieu Utiliser la proportionnalité entre poids

Plus en détail

LES DEBRIS SPATIAUX. F.Alby. Situation en orbite et risques Actions nécessaires Loi sur les Operations Spatiales

LES DEBRIS SPATIAUX. F.Alby. Situation en orbite et risques Actions nécessaires Loi sur les Operations Spatiales LES DEBRIS SPATIAUX F.Alby Situation en orbite et risques Actions nécessaires Loi sur les Operations Spatiales SITUATION EN ORBITE depuis 1957: environ 5000 lancements plus de 220 fragmentations en orbite

Plus en détail

Cours de physique. Classes 1B et 1C. Athénée de Luxembourg

Cours de physique. Classes 1B et 1C. Athénée de Luxembourg Cours de physique Classes 1B et 1C Athénée de Luxembourg Table des matières 1 Cinématique et Dynamique 5 1.1 Grandeurs cinématiques.............................. 5 1.1.1 Base cartésienne..............................

Plus en détail

Travail d une force Correction

Travail d une force Correction Travail d une force Exercice 1 : Deux jumeaux de même masse m=75,0 kg montent au 5ème étage d'un immeuble en partant du rez-de-chaussée. Le jumeau A emprunte l'ascenseur et le jumeau B l'escalier. La distance

Plus en détail

VEGA : DEUXIEME LANCEMENT AU CSG

VEGA : DEUXIEME LANCEMENT AU CSG VEGA : DEUXIEME LANCEMENT AU CSG Pour le deuxième lancement Vega depuis le Centre Spatial Guyanais, Arianespace mettra en orbite trois charges utiles : PROBA-V, VNREDSat-1 et ESTCube-1. Avec Ariane 5,

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - 70 Chapitre 8 : Champ de gravitation - Satellites I. Loi de gravitation universelle : (

Plus en détail

E c (t 0 ) = ½ m v 0. E pp (t 0 ) = mgh. Séance n 12 Conservation de l énergie. E c (t 0 ) = 30,1 J. E pp (t 0 ) = 1,4 J.

E c (t 0 ) = ½ m v 0. E pp (t 0 ) = mgh. Séance n 12 Conservation de l énergie. E c (t 0 ) = 30,1 J. E pp (t 0 ) = 1,4 J. Séance n 12 Conservation de l énergie Exercice n 1 Au service Au service, un joueur de tennis frappe, à l instant de date t 0 = 0 s, une balle de masse m = 58,0 g à une hauteur h = 2,4 m au dessus du sol

Plus en détail

Chapitre 5 Les lois de la mécanique et ses outils

Chapitre 5 Les lois de la mécanique et ses outils DERNIÈRE IMPRESSION LE 1 er août 2013 à 12:49 Chapitre 5 Les lois de la écanique et ses outils Table des atières 1 Les référentiels et repères 2 2 Les grandeurs de l évolution 2 2.1 Le vecteur de position..........................

Plus en détail

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation Introduction à la télédétection 3 - Description et orbite d'un satellite d'observation OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Description d'un satellite d'observation 5 A. Schéma d'un satellite...5

Plus en détail

point d application F r intensité: 4 unités

point d application F r intensité: 4 unités A. MÉCANIQUE A1. Forces I) appels 1) Effets d une force: définition Une force est une grandeur physique qui se manifeste par ses effets a) effet dynamique : Une force est une cause capable de produire

Plus en détail

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Sommaire Définition et objectifs de l épreuve.. p1 Compétences à évaluer.. p2 Conception du sujet..

Plus en détail

Concours Blanc N 1 Enoncé

Concours Blanc N 1 Enoncé Concours Blanc N 1 Enoncé Physique 20 QCM Durée de l épreuve : 60 min 20 pts Physique 1 QCM 1 Une bille, de masse m = 140 g, est accrochée à un fil inextensible de longueur l = 30 cm, de masse négligeable.

Plus en détail

Sujet Centrale 2012 Physique Option MP

Sujet Centrale 2012 Physique Option MP I Le Satellite Jason 2 IA1) IA - Etude l orbite Sujet Centrale 2012 Physique Option MP Cf cours : IA2) a) Le référentiel géocentrique est le référentiel de centre Terre en translation par rapport au référentiel

Plus en détail

Simulation du problème à trois corps : Jupiter Io Europe

Simulation du problème à trois corps : Jupiter Io Europe Simulation du à trois corps : Jupiter Io Europe École Normale Supérieure de Lyon 3 janvier 2 Restriction de l étude Objectif du point Étude en 2D Obtenir numériquement la trajectoire de deux satellites

Plus en détail

TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE

TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE Gabriel Scherer TS3 TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE TPP4.odt 1/6 Rappels : 1 U.A. = 1,497.10 11 m Constante de gravitation universelle G = 6,67.10 11 u.s.i.

Plus en détail

Partie II les outils, page 38, 31 : Abaque de Devilliers

Partie II les outils, page 38, 31 : Abaque de Devilliers LA PHYSIQUE DANS LES STAGES "PERMIS À POINTS" Les stages permis à points rencontrent un grand succès. Au programme de ces stages, une séquence est obligatoirement consacrée aux lois physiques de l automobile.

Plus en détail

Concours d entrée - mai 2012. A remplir par le candidat : Nom :.. Prénom :.. Centre de passage de l examen : N de place :.

Concours d entrée - mai 2012. A remplir par le candidat : Nom :.. Prénom :.. Centre de passage de l examen : N de place :. A remplir par le candidat : Nom : Prénom :.. Centre de passage de l examen : N de place :. Note : Concours filière Technicien Supérieur et er cycle filière Ingénieur Concours nd cycle filière Ingénieur

Plus en détail

COMPTE RENDU D ENQUÊTE. Rentrée atmosphérique du 7 janvier 2013

COMPTE RENDU D ENQUÊTE. Rentrée atmosphérique du 7 janvier 2013 DIRECTION ADJOINTE DU CENTRE SPATIAL DE TOULOUSE GROUPE D'ETUDES ET D'INFORMATION SUR LES PHENOMENES AEROSPATIAUX NON IDENTIFIES Toulouse, le 1 er Février 2013 DCT/DA//Geipan COMPTE RENDU D ENQUÊTE Rentrée

Plus en détail

Où le Soleil se couche-t-il?

Où le Soleil se couche-t-il? ACTIVITÉ DE CLASSE Où le Soleil se couche-t-il? Informations générales Niveau scolaire : Deuxième et troisième cycles du primaire, Secondaire Nombre d élèves par groupe : Activité individuelle Quand :

Plus en détail

X X X. Verre. Remarque : Les interactions à distance peuvent être :

X X X. Verre. Remarque : Les interactions à distance peuvent être : Physique : 2 nde Chapitre.7 : Forces et mouvements I. Modèles et interactions 1. Interactions entre deux objets : L énoncé suivant s applique à des objets au repos ou en mouvement. Quand un objet agit

Plus en détail

La gravitation universelle

La gravitation universelle La gravitation universelle Pourquoi les planètes du système solaire restent-elles en orbite autour du Soleil? 1) Qu'est-ce que la gravitation universelle? activité : Attraction universelle La cohésion

Plus en détail

SELECTION D'ACCES A LA FORMATION DE MASSEUR-KINÉSITHÉRAPEUTE

SELECTION D'ACCES A LA FORMATION DE MASSEUR-KINÉSITHÉRAPEUTE J. 12 1279 ASSISTANCE tàk HÔPITAUX PUBLI QllE DE PARIS CENTRE DE LA FORMATION ET DU DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES SERVICE CONCOURS ET FORMATION DIPLÔMANTE SELECTION D'ACCES A LA FORMATION DE MASSEUR-KINÉSITHÉRAPEUTE

Plus en détail

Du cœur des étoiles aux planètes habitables

Du cœur des étoiles aux planètes habitables www.cnes.fr Du cœur des étoiles aux planètes habitables COROT COnvection, ROtation des étoiles et Transits des planètes extra-solaires Le téléscope spatial Corot est une mission d astronomie qui a l ambition

Plus en détail

TS Physique Satellite à la recherche de sa planète Exercice résolu

TS Physique Satellite à la recherche de sa planète Exercice résolu P a g e 1 Phsique atellite à la recherche de sa planète Exercice résolu Enoncé Le centre spatial de Kourou a lancé le 1 décembre 005, avec une fusée Ariane 5, un satellite de météorologie de seconde génération

Plus en détail

Sciences physiques CH09 Relativité du mouvement dans le sport. 2)- Exemple :

Sciences physiques CH09 Relativité du mouvement dans le sport. 2)- Exemple : Chapitre 09 Relativité du mouvement dans le sport. I- Mouvement dans le sport. 1)- Choix du système étudié. 2)- Choix du référentiel d étude. 3)- La relativité du mouvement. II- Le chronométrage. 1)- Historique

Plus en détail

Cours IV Mise en orbite

Cours IV Mise en orbite Introduction au vol spatial Cours IV Mise en orbite If you don t know where you re going, you ll probably end up somewhere else. Yogi Berra, NY Yankees catcher v1.2.8 by-sa Olivier Cleynen Introduction

Plus en détail

III Univers / IV. Le Sport

III Univers / IV. Le Sport III Univers / IV. Le Sport Mouvements et forces Exercice n 1 : Dynamomètre Exercice n 2 : Une petite voiture dans un train Un enfant est assis dans un train qui circule sur une voie rectiligne et horizontale.

Plus en détail

Entraînement des pompes centrifuges à vitesse variable pour réduire la consommation d énergie

Entraînement des pompes centrifuges à vitesse variable pour réduire la consommation d énergie Entraînement des pompes centrifuges à vitesse variable pour réduire la consommation d énergie Séminaire sur les entraînements électriques Yverdon-les-Bains, le 12 novembre 2015 Christophe BESSON 1 Les

Plus en détail

Enseignement secondaire. 3e classique F - Musique

Enseignement secondaire. 3e classique F - Musique Enseignement secondaire Classe de IIIe Physique 3e classique F - Musique Nombre de leçons: 2.5 Nombre minimal de devoirs: 1 de voir par trimestre Langue véhiculaire: Français I. Objectifs et compétences:

Plus en détail

THÈME : MOTORISATION. Véhicule bicarburation : Essence/ G.N.V. Etude Renault Kangoo TYPE : Ressources formateurs. Cours T.P. / T.D.

THÈME : MOTORISATION. Véhicule bicarburation : Essence/ G.N.V. Etude Renault Kangoo TYPE : Ressources formateurs. Cours T.P. / T.D. THÈME : MOTORISATION TITRE : Véhicule bicarburation : Essence/ G.N.V. Etude Renault Kangoo TYPE : Ressources formateurs 1.1.1. Cours 1.1.2. T.P. / T.D. Date mise à jour 6 mai 2004 Auteur référent Nom :

Plus en détail

EVALUATION DIAGNOSTIQUE : - 1- L énergie cinétique d un solide est proportionnelle à sa masse proportionnelle à sa vitesse toujours constante.

EVALUATION DIAGNOSTIQUE : - 1- L énergie cinétique d un solide est proportionnelle à sa masse proportionnelle à sa vitesse toujours constante. EVALUATION DIAGNOSTIQUE : - 1- L énergie cinétique d un solide est proportionnelle à sa masse proportionnelle à sa vitesse toujours constante - 2- L énergie potentielle de pesanteur du wagon dépend : du

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1107413L/Bleue-1 -------- ETUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1107413L/Bleue-1 -------- ETUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord de coopération entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

RELATIVITE DU MOUVEMENT

RELATIVITE DU MOUVEMENT Document du professeur 1/7 Niveau 2 de THEME : LA PRATIQUE DU SPORT Physique Chimie RELATIVITE DU MOUVEMENT Programme : BO n 4 du 29 avril 2010 LA PRATIQUE DU SPORT NOTIONS ET CONTENUS COMPETENCES ATTENDUES

Plus en détail

3 Le champ de gravité g Page 1 de 24

3 Le champ de gravité g Page 1 de 24 Licence 3 Sciences de la Terre, de l Univers et de l Environnement Université Joseph-Fourier : Outil Physique et Géophysique 3 Le champ de gravité g Page 1 de 24 k Daniel.Brito@ujf-grenoble.fr E MAISON

Plus en détail

CH12 : Solide en mouvement de translation

CH12 : Solide en mouvement de translation BTS électrotechnique 1 ère année - Sciences physiques appliquées CH12 : Solide en mouvement de translation Motorisation des systèmes Enjeu : Problématique : En tant que technicien supérieur, il vous revient

Plus en détail

& OIL: FROM THEORY TO APPLICATIONS March 05-06, 2013, Ouargla, Algeria

& OIL: FROM THEORY TO APPLICATIONS March 05-06, 2013, Ouargla, Algeria Etude d une puissance solaire photovoltaïque de 100kWc pour application dans une zone semi aride H. Mekerbeche, B. Azoui * et M. Chabane Département d électrotechnique, Laboratoire L.E.B, Université de

Plus en détail

30/11/2011. Pourquoi envoyer des satellites dans l espace?

30/11/2011. Pourquoi envoyer des satellites dans l espace? AÉROSPATIALE AÉRONAUTIQUE ASTRONAUTIQUE 2 Lanceurs 1 Satellites artificiels 3 Systèmes embarqués Novembre 2011 SAT, par Riadh Ben Nessib 1. Les missions spatiales 2. Les lois fondamentales 3. Le calcul

Plus en détail

Mesurer le temps avec des atomes

Mesurer le temps avec des atomes Fiche professeur Mesurer le temps avec des atomes Thème : Comprendre Type de ressources : Ressource élève constituée de différents documents à synthétiser : - Pour la Science n 397 novembre 2010 (Auteur

Plus en détail

Département éducation formation Cité des sciences et de l industrie 30 avenue Corentin-Cariou 75019 Paris www.cite-sciences.

Département éducation formation Cité des sciences et de l industrie 30 avenue Corentin-Cariou 75019 Paris www.cite-sciences. DESINAION LUNE Liens avec les programmes scolaires Proposition d exercices pour les élèves et correction Professeur(e) de collège Département éducation formation Cité des sciences et de l industrie 30

Plus en détail

5 Principes de Newton

5 Principes de Newton 5 Principes de Newton En 1687, Newton 3 énonce ses fameuses trois lois fondamentales de la mécanique concernant les mouvements des corps. 5.1 Première loi de Newton : le principe d inertie Dans la section

Plus en détail

Utiliser DYNAMIC pour étudier des enregistrements vidéo de mouvements. 1 Relativité du mouvement en classe de Seconde :

Utiliser DYNAMIC pour étudier des enregistrements vidéo de mouvements. 1 Relativité du mouvement en classe de Seconde : Utiliser DYNAMIC pour étudier des enregistrements vidéo de mouvements 1 Relativité du mouvement en classe de Seconde : 1.1 Programme : Exemples d activités Contenus Connaissances et savoir-faire exigibles

Plus en détail

SPACE SHUTTLE SIMULATOR DEROULEMENT DU JEU

SPACE SHUTTLE SIMULATOR DEROULEMENT DU JEU SPACE SHUTTLE SIMULATOR Notice d utilisation Le compte à rebours va commencer, vous êtes aux commandes de la navette spatiale. Votre mission consiste à retrouver et à ramener sur Terre le satellite LCR

Plus en détail

Déclaration française

Déclaration française Sous-comité scientifique et technique du Comité de l Espace 46 ème session (9-20 février 2009) Point 3 débat général et présentation des activités nationales Déclaration française Monsieur le Président,

Plus en détail

Gérard Debionne jeudi 21 février 2008 LES APPARENCES DE LA LUNE. Présentation : février 2007. Sommaire

Gérard Debionne jeudi 21 février 2008 LES APPARENCES DE LA LUNE. Présentation : février 2007. Sommaire Gérard Debionne jeudi 21 février 2008 Quasar 95 LES APPARENCES DE LA LUNE Présentation : février 2007 Sommaire 1. Introduction... 2 2. Notre satellite, la Lune:... 2 2.1 La Lune en quelques chiffres...

Plus en détail

Corrigé des exercices «Principe fondamental de la dynamique»

Corrigé des exercices «Principe fondamental de la dynamique» «Principe fondamental de la dynamique» Exercice 1 a. Un véhicule parcourt 72 km en 50 minutes. Calculer sa vitesse moyenne et donner le résultat en km/h puis en m/s. La vitesse v est donnée en fonction

Plus en détail

Chapitre 4: Les 3 principes de Newton

Chapitre 4: Les 3 principes de Newton e B et C 4 Les 3 principes de Newton 38 Chapitre 4: Les 3 principes de Newton 1. Rappels sur les forces Rappel 1 : On appelle force toute cause capable de: modifier le mouvement d un corps; de déformer

Plus en détail

PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES

PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES Durée : 4 heures L usage des calculatrices de poche à alimentation autonome, sans imprimante et sans document d accompagnement

Plus en détail

Chapitre P8 : Le travail : un mode de transfert de l'énergie. 1 ere S Chapitre P8 2008-2009

Chapitre P8 : Le travail : un mode de transfert de l'énergie. 1 ere S Chapitre P8 2008-2009 Chapitre P8 : Le travail : un mode de transfert de l'énergie I) Comment le travail du poids peut-il modifier la vitesse d'un corps : -) Relation entre le travail du poids et la vitesse : Voir TP 7 de physique

Plus en détail

Définitions de la pression 1. Variations spatio-temporelles de la pression 2. Les causes des variations de la pression 3. Conclusion 4.

Définitions de la pression 1. Variations spatio-temporelles de la pression 2. Les causes des variations de la pression 3. Conclusion 4. Définitions de la pression 1 Variations spatio-temporelles de la pression 2 Les causes des variations de la pression 3 Conclusion 4 Exercices 5 Défini&on de la pression Rappel sur le poids et la masse

Plus en détail

PC - TD Révisions de mécanique de sup 1

PC - TD Révisions de mécanique de sup 1 Exercice 1 Looping PC - TD Révisions de mécanique de sup 1 Un skater assimilé à un point matériel M de masse m, se lâche sans vitesse initiale depuis le point A d une rampe, situé à une hauteur h au-dessus

Plus en détail

Quelles conditions nous permettent de voir ce genre d éclipse?

Quelles conditions nous permettent de voir ce genre d éclipse? Quelles conditions nous permettent de voir ce genre d éclipse? www.skyandtelescope.com/online-gallery/solar-eclipse-pictures/annular-eclipse-from-fluvanna-texas/ Voyez la réponse à cette question dans

Plus en détail

N 5 ZEE : ZONES ÉCONOMIQUES EXCLUSIVES

N 5 ZEE : ZONES ÉCONOMIQUES EXCLUSIVES N 5 ZEE : ZONES ÉCONOMIQUES EXCLUSIVES INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES L Outre-mer, source de la puissance maritime française Les ZEE sont un principe récent : la Convention des Nations unies qui les a introduites

Plus en détail

a. Essaie de schématiser ce que tu vois, puis fais-en la description sur ton cahier de sciences.

a. Essaie de schématiser ce que tu vois, puis fais-en la description sur ton cahier de sciences. 4 5 6 7 8 9 Le ciel et la terre : la durée du jour, de la nuit, le calendrier, la lune QUE SAIS-TU? Sur ton cahier de sciences, essaie de répondre par VRAI ou FAUX aux phrases ou expressions qui suivent.

Plus en détail

NOTION DE BIOMECANIQUE

NOTION DE BIOMECANIQUE NOTION DE BIOMECANIQUE Jambe Attraction Terrestre g d1 = 0.04m d2 = 0.4m R= 100N A F d1 d2 10kg g = 9.81 N (10) R = g x m (masse) R = 10 x 10 R = 100 N (Newton) R M = Moment M = F x d Pour qu ils soient

Plus en détail

Thème : Lois et modèles Partie : Temps, mouvement et évolution. Cours 24 : Travail d une force-energies

Thème : Lois et modèles Partie : Temps, mouvement et évolution. Cours 24 : Travail d une force-energies 1 Thème : Lois et modèles Partie : Temps, mouvement et évolution. Cours 24 : Travail d une force-energies I. Les forces travaillent. 1. Effets d une force. Les forces appliquées à un système peut : - Déformer

Plus en détail

La courbure de l espace-temps par Alain Bonnier, D.Sc. (physique)

La courbure de l espace-temps par Alain Bonnier, D.Sc. (physique) La courbure de l espace-temps par lain onnier, D.Sc. (pysique) 1. La gravitation M F F = r GMm r 2 F m Selon la téorie gravitationnelle de Newton, tous les objets s attirent avec une force F proportionnelle

Plus en détail

Séquence 1. Gravitation, poids et masse d un corps

Séquence 1. Gravitation, poids et masse d un corps Sommaire Gravitation, poids et masse d un corps Séance 1 Séance 2 Le système solaire 1 Présentation du système solaire 2 Le système solaire, une connaissance qui s est construite au fil du temps! La gravitation

Plus en détail

TÉLÉDÉTECTION SES APPLICATIONS PÉDAGOGIQUES

TÉLÉDÉTECTION SES APPLICATIONS PÉDAGOGIQUES 181 LA ET SES APPLICATIONS PÉDAGOGIQUES QU'APPELLE-T-ON? La télédétection représente l'ensemble des techniques d'acquisition et de traitement à distance des informations fournies par le rayonnement émis

Plus en détail

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre?

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre? Les Satellites Introduction En astronomie, un satellite est décrit comme un corps céleste qui gravite autour d'une planète; ainsi la Lune est le satellite naturel de la Terre. En astronautique, il s'agit

Plus en détail

Ombres et lumière phases de la Lune et éclipses de la Lune et du soleil. 1. Ombres et lumière

Ombres et lumière phases de la Lune et éclipses de la Lune et du soleil. 1. Ombres et lumière Ombres et lumière phases de la Lune et éclipses de la Lune et du soleil 1. Ombres et lumière L'ombre propre et L'ombre portée Dans la salle de classe obscure, plaçons un objet opaque entre une source ponctuelle

Plus en détail

Activité 2 - TP : LA CELLULE PHOTOVOLTAÏQUE : UN DIPOLE ACTIF

Activité 2 - TP : LA CELLULE PHOTOVOLTAÏQUE : UN DIPOLE ACTIF Mots-clés : conducteurs, semi-conducteurs, photovoltaïques Activité 2 - TP : LA CELLULE PHOTOVOLTAÏQUE : UN DIPOLE ACTIF Contexte du sujet : L énergie solaire pourrait produire 20 fois les besoins énergétiques

Plus en détail

Présentation. Il s agit donc ici d informations données à titre indicatif pour soutenir la réflexion des milieux.

Présentation. Il s agit donc ici d informations données à titre indicatif pour soutenir la réflexion des milieux. Nouvelles orientations en évaluation des apprentissages au primaire Informations des conseillers pédagogiques disciplinaires pour soutenir le travail d élaboration des normes et modalités dans les établissements

Plus en détail

Suivi Argos d un ours polaire

Suivi Argos d un ours polaire Suivi Argos d un ours polaire Heyrend Christophe et Szynkowski Richard Mai 2014 Suivi Argos d un ours polaire Liens avec le Livret Personnel de Compétence, palier 3 Ces activités peuvent permettre d évaluer

Plus en détail

Plan 12 semaines dont 11 utilisables, 1 pour les exposés (8*1/2h). 1. Cours Diaporama + Croissance linéaire/exponentielle, modèle logistique.

Plan 12 semaines dont 11 utilisables, 1 pour les exposés (8*1/2h). 1. Cours Diaporama + Croissance linéaire/exponentielle, modèle logistique. Plan 12 semaines dont 11 utilisables, 1 pour les exposés (8*1/2h). 1. Cours Diaporama + Croissance linéaire/exponentielle, modèle logistique. Prise en main Xcas. Energie : Calcul unités. Tableur. 2. Ellipse,

Plus en détail

DE CLASSE ACTIVITÉ. Excursions extraterrestres. Informations générales. Amorce. Opinions préconçues

DE CLASSE ACTIVITÉ. Excursions extraterrestres. Informations générales. Amorce. Opinions préconçues ACTIVITÉ DE CLASSE Excursions extraterrestres Informations générales Niveau scolaire : Primaire e cycle, secondaire Nombre d élèves par groupe : Activité individuelle ou en équipe de deux Durée de l activité

Plus en détail

Le GPS et la relativité. Jean-Paul Haton ALS, 10 janvier 2013

Le GPS et la relativité. Jean-Paul Haton ALS, 10 janvier 2013 Le GPS et la relativité Jean-Paul Haton ALS, 10 janvier 2013 GPS Global Positioning System - Projet du Pentagone dès 1970, opérationnel depuis 1995-27 satellites - Orbite quasi circulaire à 20000 km à

Plus en détail

Cours et exercices satellites et communications spatiales

Cours et exercices satellites et communications spatiales Les télécommunications par satellites offrent des possibilités complémentaires aux communications par lignes et ondes terrestres. Quelques notions de physique aident à comprendre le fonctionnement de ces

Plus en détail

Les principes physiques

Les principes physiques Géométrie des images spatiales Les principes physiques OLIVIER DE JOINVILLE 1e partie Table des matières I - Principes 5 II - Généralités sur la localisation directe 7 A. Généralités sur la localisation

Plus en détail

6 Les forces mettent les objets en mouvement.

6 Les forces mettent les objets en mouvement. 6 Les forces mettent les objets en mouvement. Tu dois devenir capable de : Savoir expliquer la proportion directe entre la force et l accélération à l aide d un exemple ; expliquer la proportion inverse

Plus en détail

FOUILLET Edgar MEICHEL Sébastien MULLER Guillaume PISTER Paul. Evaluateur de Mise en Appui

FOUILLET Edgar MEICHEL Sébastien MULLER Guillaume PISTER Paul. Evaluateur de Mise en Appui Evaluateur de Mise en Appui I. Introduction... 2 II. Etude... 2 1. Analyse fonctionnelle... 2 2. Pesette et pèse-personne... 3 3. Choix du matériel... 4 4. Etude du pèse-personne avec le matériel... 4

Plus en détail

Exercices sur les forces et le principe d inertie

Exercices sur les forces et le principe d inertie Exercices de mécanique Exercices sur les forces et le principe d inertie 1 Équilibre d un système constitué de deux boules Dans le dispositif représenté ci-dessous, plusieurs éléments sont attachés à un

Plus en détail

L aventure spatiale. De la maîtrise de l air à la conquête de l espace. www.airliquide.com

L aventure spatiale. De la maîtrise de l air à la conquête de l espace. www.airliquide.com L aventure spatiale De la maîtrise de l air à la conquête de l espace www.airliquide.com Air Liquide, 1961 Air Liquide crée Eurospace pour accompagner l Europe dans la course spatiale 1964 Création du

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

CH2 : Les mécanismes de transmission du mouvement

CH2 : Les mécanismes de transmission du mouvement BTS électrotechnique 2 ème année - Sciences physiques appliquées CH2 : Les mécanismes de transmission du mouvement Motorisation des systèmes. Problématique : En tant que technicien supérieur il vous revient

Plus en détail

la population d objets autour de la Terre les solutions potentielles et la réglementation la population d objets autour de la Terre

la population d objets autour de la Terre les solutions potentielles et la réglementation la population d objets autour de la Terre 1 LES DEBRIS SPATIAUX F.ALBY (CNES-Toulouse) la population d objets autour de la Terre les risques en orbite et au sol les solutions potentielles et la réglementation ORDIMIP 31 mars 2011 1 la population

Plus en détail

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique Christian Seigneur Cerea Plan Structure verticale de l atmosphère Atmosphère libre et couche limite atmosphérique Transport et dispersion

Plus en détail

Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques.

Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Notions et contenus : Transferts quantiques d énergie Émission et absorption quantiques.

Plus en détail