Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus"

Transcription

1 Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Docteur Fabienne MESSAOUDI Gynécologue-Obstétricienne Hôpital de Versailles

2 Généralités Les lésions précancéreuses et cancéreuses du col utérin sont des maladies d origine infectieuse, sexuellement transmissibles, à évolution lente, environ 10 ans depuis la primo-infection par l agent pathogène, le papilloma virus humain (HPV 16 et 18 en particuliers, les plus fréquents et les plus aggressifs), au cancer du col. Un des rares cancers évitables, du fait de la prévention primaire par la vaccination et secondaire par les frottis cervicaux lors des suivis gynécologiques. Pathologies de la femme jeune, source d anxiété, de consultations répétées et de chirurgie parfois lourde. Pronostic du cancer du col reste sombre, 68% de survie à 5 ans en France.

3

4 . Epidémiologie des lésions cervicales Pic d incidence de l infection à HPV, ans Pic d incidence du cancer du col: entre 35 et 44 ans, pic de mortalité: 50 ans. 2ème cause de décès par cancer chez la femme de 15 à 44 ans dans le monde et en europe, 3éme en France. Taux (pour 100,000) 35 % Cancer cervical Incidence Mortalité Prévalence de l infection à papillomavirus (tous types) Age (années) Ferlay J et al EUCAN Hypothetical distribution of HPV prevalence in EU modeled after data available in the US (Portland) and Canada (Sellors) Ferlay J et al GLOBOCAN,

5 Le coupable: PapillomaVirusHumain protéine L1 externe Proteine L2 interne HPV: virus non enveloppé, ADN double brin

6 Au-delà des HPV 16 et 18 : d autres types d HPV 3311EHPV01 Janvier 2011 Laboratoire GlaxoSmithKline - Document réservé à l usage exclusif du laboratoire GlaxoSmithKline. Ne peut être ni remis, ni reproduit. oncogènes responsables du cancer du col de l utérus 1 Données Europe Méta-analyse réalisée dans 38 pays à partir de prélèvements effectués sur femmes atteintes d un cancer invasif du col utérin entre 1949 et Le nombre de femmes concernées en Europe était de * Autres HPV + HPV indéterminés (autres HPV dont la fréquence est pour chacun < 1 % : HPV 6, 26, 30, 34, 42, 44, 53, 59, 66, 67, 68, 70, 73 et 91) 1. De Sanjose S et al. Human papillomavirus genotype attribution in invasive cervical cancer: a retrospective cross-sectional worldwide study. Lancet Oncol 2010;11: % + 6 % + 4 % + 3 % + 2 % + 2 % + 2 % + 1 % + 1 % + 1 % + 5 % 66 % 73 % 79 % 83 % 86 % 6

7 L INFECTION - Le Papilloma Virus peut infecter toute personne ayant une activité sexuelle : femmes /hommes de tout âge, hétérosexuels, homosexuels % des femmes sexuellement actives y sont exposées au cours de leur vie. - La persistance du virus, au niveau des cellules épithéliales cervicales, est une condition nécessaire au développemen de lésions précancéreuses (bas grade, haut grade)puis cancéreuses du col à 90% d élimination spontanée du virus. - Seulement 10% des femmes vont développer une infection persistante, système immunitaire déficient.

8 Évolution cellulaire de l infection Infection initiale à Papilloma virus Infection locale 1ère année Infection Persistante 5 à 10% des femmes Lésions de bas grade (CIN1 / LSIL) 70% de regression spontanée Lésions cervicales Jusqu à 5 ans Lésions de haut grade (CIN2/3 / HSIL)regression spontanée possible mais +rare Cancer cervical 10 ans et + Cancer cervical Clairance de l infection à papillomavirus 6 à 18 mois en moyenne Adapted from Zur Hausen et al., 2002

9

10

11 Dysplasie légère du col de l utérus (CIN1) Image de colposcopie du col de l utérus après application d acide acétique Image courtesy of Dr J. Monsonego 06 HPV /06

12 Dysplasie modérée à sévère du col de l utérus (CIN2/3) Image de colposcopie du col de l utérus après application d acide acétique 06 HPV /06 Image courtesy of Dr J. Monsonego

13 Cancer du col Conclusion Carcinome invasif du col de l utérus

14 En Résumé l Infections à 3311EHPV01 Janvier 2011 Laboratoire GlaxoSmithKline - Document réservé à l usage exclusif du laboratoire GlaxoSmithKline. Ne peut être ni remis, ni reproduit. HPV a de multiples conséquences * Chiffres pour une année en France. Nombre de cas estimés pour 3 à 4 % d anomalies cytologiques. 1. Bergeron C et al. Lésions précancéreuses et cancers du col de l utérus diagnostiqués par le frottis cervical, Ile-de-France, enquête Crisap, BEH n 2 du 11/01/ ANAES. Évaluation de l intérêt de la recherche des papillomavirus humains (HPV) dans le dépistage des lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Martinez Rogers N et Cantu AG. The Nurse s Role in the Prevention of Cervical Cancer Among Underserved and Minority Populations. J Community Health 2009;34: Albrechtsen S et al. Pregnancy outcome in women before and after cervical conisation:population based cohort study. BMJ 2008;337:a Burd EM. Human Papillomavirus and cervical cancer. Clin Microbiol Rev 2003;16(1):

15 conisation

16 Facteurs Favorisants - Inégalité immunologique des femmes. o femmes fumeuses o grossesse o contraception orale o Patientes atteintes du VIH, lymphocytes CD4 bas o transplantées sous médicaments antirejets o co infection à chlamydia Trachomatis - Partenaires multiples - précocité des rapports sexuels (adolescence) - Niveau socio-économique bas Insuffisance d éfficacité du préservatif, qui protège à 70%, n empêchant pas le contact cutané.

17

18 Influence du tabac Il semble que le tabac agisse en favorisant l'infection virale à HPV (16 et 18++), en diminuant la réponse immunitaire locale, favorisant la persistance du virus et accélérant ainsi sont développement et sont pouvoir carcinogène. Les mécanismes d action sont peu connues, mais plusieurs études ont montré: - La présence de dérivés de la nicotine (la cotinine) dans les sécrétions cervicales, à des concentration s > à celles du sérum, dérivés qui ont un effet immuno-suppresseur (baisse des immunoglobulines, des lymphocytes et de l'immunité cellulaire). - Une diminution significative des cellules de Langerhans au niveau cervical, qui jouent un rôle essentiel dans la réponse immunitaire cellulaire. - Diminution de l interleukine 2 (principal facteur de croissance des lymphocytes T ou B).

19 Influence du Tabac (suite) - La présence d hydrocarbures aromatiques polycycliques (benzo(a)pyrène) et des nitrosamines (NNK) spécifiques au tabac (potentiel carcinogène certain), dans la glaire cervicale des fumeuses présentant une dysplasie cervicale - Interaction moléculaire entre le benzopyrène (BaP) et la synthèse HPV, (certaines études ont montré que de fortes concentrations de BaP augmenterait par 10 la multiplication du HPV31). - Les fumeuses ont une infection HPV plus longue que les non-fumeuses (8,5 mois versus 10,7 mois).

20 Tabagisme Passif Les femmes exposées, mais non fumeuses, sont également plus à risque de développer des lésions du col. Les études ont montré: - La présence d éléments carcinogènes dans le liquide séminal des partenaires sexuels fumeurs - une augmentation du risque de lésion de haut grade à 4,6 % chez les femmes ayant un conjoint fumeur.

21 Facteurs Aggravants Le risque de cancer du col de l'utérus augmente - Avec la durée d exposition au tabac > 11 ans - Le nombre de cigarettes fumées par jour >10. - Le jeune âge lors du début du tabagisme. - Les ex-fumeuses ne sont pas épargnées, mais le risque est plus faible. (RR 1,2)

22 Conclusion Le Tabac apparait comme un co-facteur à la persistance d HPV au niveau du col. et donc à la progression vers le cancer du col. les femmes fumeuses voient leur risque de développer un cancer du col de l'utérus multiplié par 2,6, par rapport aux nonfumeuses et non exposées. En cas de tabagisme passif, ce risque est également potentialisé puisqu'il est multiplié par 2,1. Les métabolites de la nicotine se concentrent dans le tissu cervical, diminuant la réponse immunitaire. Guérison spontanée plus fréquente des états précancéreux en cas d'arrêt de l'intoxication tabagique. Ceci représente un argument fort pour aider les femmes à cesser de fumer lorsqu'elles sont porteuses d'une lésion virale du col.

Papillomavirus humains (HPV)

Papillomavirus humains (HPV) Papillomavirus humains (HPV) Histoire naturelle Test HPV Pr. Christine Clavel-Cravoisier, CHU Reims, INSERM UMRS 903 Comment améliorer le dépistage? Depuis 20 ans : découverte de l agent causal du cancer

Plus en détail

Infection par le HPV, papillomavirus

Infection par le HPV, papillomavirus Page 1 sur 6 Infection par le HPV, papillomavirus humain Les différents stades de l'infection par HPV jusqu'au développement de lésions malignes. Les sérotypes HPV, oncogènes, retrouvés dans quasiment

Plus en détail

Vaccin contre les HPV

Vaccin contre les HPV Vaccin contre les HPV EPIDEMIOLOGIE Les infections à HPV sont responsables des IST (Infections Sexuellement Transmissibles) les plus fréquentes (estimation des personnes contaminées comprise entre 10 et

Plus en détail

Cervarix et Gardasil dans la prévention du cancer du col de l'utérus

Cervarix et Gardasil dans la prévention du cancer du col de l'utérus Cervarix et Gardasil dans la prévention du cancer du col de l'utérus UNSPF Lucas Torreilles Juin 2013 Table des matières Introduction 5 I - I) Qu'est-ce que le cancer du col de l'utérus? 7 II - II) Épidémiologie

Plus en détail

HPV Human Papilloma Virus

HPV Human Papilloma Virus QuickTime et un décompresseur GIF sont requis pour visualiser cette image. PATHOLOGIE GYNECOLOGIQUE HPV INDUITE J.L.LEROY Hôpital Jeanne de Flandre CHRU LILLE XI Journée e Régionale R de pathologie infectieuse

Plus en détail

HIV AND CERVICAL CANCER CANCER DU COL ET VIH. B. NKEGOUM MD,Pathologist Yaounde - Cameroon

HIV AND CERVICAL CANCER CANCER DU COL ET VIH. B. NKEGOUM MD,Pathologist Yaounde - Cameroon HIV AND CERVICAL CANCER CANCER DU COL ET VIH B. NKEGOUM MD,Pathologist Yaounde - Cameroon Plan I- INTRODUCTION II-EPIDEMIOLOGIE II.1- VIH et lésions préinvasives II.2-VIH et lésions invasives III- PRISE

Plus en détail

Intérêt de la détection de l HPV en Gynécologie : Indications actuelles et perspectives. Pr Claude Hocké Hôpital Saint-André CHU Bordeaux

Intérêt de la détection de l HPV en Gynécologie : Indications actuelles et perspectives. Pr Claude Hocké Hôpital Saint-André CHU Bordeaux Intérêt de la détection de l HPV en Gynécologie : Indications actuelles et perspectives Pr Claude Hocké Hôpital Saint-André CHU Bordeaux INTRODUCTION-CANCER DU COL Ces vingt dernières années, le CANCER

Plus en détail

Human Papilloma Virus Vaccine Vaccin contre le HPV

Human Papilloma Virus Vaccine Vaccin contre le HPV Human Papilloma Virus Vaccine Vaccin contre le HPV Dr Fokoua Seraphin MD, DSSC, DMBR Gynaecologist -Obstetrician Yaounde Gynaeco-Obstetrics and Pediatric Hospital (YGOPH HGOPY) Cameroon HPV : Généralités

Plus en détail

QUAND REPRENDRE UNE CONISATION. Dr FOURNET S.

QUAND REPRENDRE UNE CONISATION. Dr FOURNET S. QUAND REPRENDRE UNE CONISATION Dr FOURNET S. Après CONISATION Taux de succès: 90 à 95 %, sous colposcopie 75 % des échecs dans les 2 ans de suivi RR x5 de récidive, jusqu à 25 ans après ttt RR de cancer

Plus en détail

Prévention des cancers. Pr GANRY

Prévention des cancers. Pr GANRY Prévention des cancers Pr GANRY Pourquoi mettre en place une politique de prévention? Cancers de mauvais pronostic: ORL, œsophage, estomac. effet connu de l arrêt du tabagisme, de l alcoolisme Efficacité

Plus en détail

Infections génitales à HPV. Bases fondamentales

Infections génitales à HPV. Bases fondamentales Infections génitales à HPV. Bases fondamentales La recherche de l agent causal a été à la base du succès de la lutte contre la plupart des maladies infectieuses. On aurait pu penser que l acquisition des

Plus en détail

INFECTION A PAPILLOMAVIRUS DU COL DE L UTERUS

INFECTION A PAPILLOMAVIRUS DU COL DE L UTERUS INFECTION A PAPILLOMAVIRUS DU COL DE L UTERUS (1) enquête épidémiologique dans un Centre de Santé de la Sécurité Sociale (2) expérience diagnostique au CHU de Poitiers Gérard AGIUS Laboratoire de Virologie

Plus en détail

Vaccination contre le HPV Questions et réponses

Vaccination contre le HPV Questions et réponses Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Etat au 04.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses 1. Qu est-ce que le

Plus en détail

Vaccination des personnes âgées et cancer

Vaccination des personnes âgées et cancer Vaccination des personnes âgées et cancer Pr B de WAZIÈRES CHU Nîmes Haut conseil de la santé publique Comité technique des vaccinations ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX EN GERIATRIE SUBVENTION ET

Plus en détail

Impact de la vaccination GARDASIL sur l'incidence des verrues génitales en France (étude EFFICAE)

Impact de la vaccination GARDASIL sur l'incidence des verrues génitales en France (étude EFFICAE) Impact de la vaccination GARDASIL sur l'incidence des verrues génitales en France (étude EFFICAE) Frédéric Mistretta 1, Jean-Sylvain Larguier 1, Didier Not 1, Xavier Carcopino 2, Anne-Carole Jacquard 3,

Plus en détail

INFECTIONS GENITALES A HPV

INFECTIONS GENITALES A HPV INFECTIONS GENITALES A HPV Prof. Jean-Jacques BALDAUF Département de Gynécologie et d'obstétrique ; Hôpital de Hautepierre ; HOPITAUX UNIVERSITAIRES DE STRASBOURG, 67098 Strasbourg Cedex, France. Dans

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail

VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010. S. Alain

VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010. S. Alain VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010 S. Alain Le Cytomégalovirus (CMV) Famille des Herpesviridae Persiste sous forme latente après la primoinfection Spécificité d hôte étroite : HCMV

Plus en détail

Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents

Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique État au 02.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents

Plus en détail

Cancer et VIH. Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6

Cancer et VIH. Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 Cancer et VIH Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 JNI Lyon - Juin 2009 Cancer et VIH : des interfaces physiopathogéniques communes Deficit

Plus en détail

Apport de la biologie moléculaire dans le dépistage des infections génitales Jérôme Venturella 04/12/2014

Apport de la biologie moléculaire dans le dépistage des infections génitales Jérôme Venturella 04/12/2014 Apport de la biologie moléculaire dans le dépistage des infections génitales Jérôme Venturella 04/12/2014 1 Cepheid Cepheid v1 Programme 1- La PCR? 2- IST : situation globale et impact chez la femme enceinte

Plus en détail

http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr

http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr http://portaildoc.univ-lyon1.fr Creative commons : Paternité - Pas d Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr UNIVERSITE CLAUDE BERNARD

Plus en détail

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève Les Infections sexuellement transmissibles Morgane Fève Définition IST maladies infectieuses transmises d'un individu à l'autre exclusivement lors des rapports sexuels. Les principales IST Virales VIH

Plus en détail

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 SOMMAIRE 1. Epidémiologie 1. Incidence du cancer bronchique 2. Mortalité liée au cancer bronchique 3. Facteurs de risque

Plus en détail

S informer, se proteger, prevenir

S informer, se proteger, prevenir Liens www.wacc-network.org www.eurogin.com www.invs.sante.fr www.has-sante.fr/portail/jcms/j_5/accueil www.sante.gouv.fr www.afssaps.sante.fr www.inpes.sante.fr www.e-cancer.fr S informer, se proteger,

Plus en détail

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. LIENS

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. LIENS AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

APPORTS DES TESTS HPV DANS LE DEPISTAGE, LE TRAITEMENT ET LA SURVEILLANCE DES CIN

APPORTS DES TESTS HPV DANS LE DEPISTAGE, LE TRAITEMENT ET LA SURVEILLANCE DES CIN APPORTS DES TESTS HPV DANS LE DEPISTAGE, LE TRAITEMENT ET LA SURVEILLANCE DES CIN P. Mouithys Guffroy Cours Inter Régions Rouen 2004 1 Introduction Le cancer du col en France : 12eme cause de mortalité

Plus en détail

PAPILLOMAVIRUS - HPV. et Cancer ORL. JC Nicolas Université Pierre et Marie Curie

PAPILLOMAVIRUS - HPV. et Cancer ORL. JC Nicolas Université Pierre et Marie Curie PAPILLOMAVIRUS - HPV et Cancer ORL JC Nicolas Université Pierre et Marie Curie PAPILLOMAVIRUS DNA en minichromosome Virus nus, résistants Cancérigènes chez l animal Et, pour certains génotypes chez l homme

Plus en détail

Les lésions bénignes du col utérin Professeur Pierre BERNARD Décembre 2002

Les lésions bénignes du col utérin Professeur Pierre BERNARD Décembre 2002 Les lésions bénignes du col utérin Professeur Pierre BERNARD Décembre 2002 Pré-Requis : Anatomie et histologie du col utérin Les infections génitales L ectropion du col utérin Résumé : Il s agit d une

Plus en détail

Tabac oral et Snus: Doit-on encourager leur consommation?

Tabac oral et Snus: Doit-on encourager leur consommation? Tabac oral et Snus: Doit-on encourager leur consommation? J-P. Humair Dpt. de Médecine Communautaire et 1er Recours Hôpitaux Universitaires de Genève Genève Plan Qu est-ce que le tabac oral/snus et que

Plus en détail

Le guide qui préserve votre capital Bien-être

Le guide qui préserve votre capital Bien-être www.reperessante.mu Le guide qui préserve votre capital Bien-être LE Cancer du col de l utérus INFORMATION - Prévention - Dépistage - Traitement Les clés de la compréhension pour mieux se prémunir et agir

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE LIMOGES FACULTÉ DE MÉDECINE ************ ANNEE 2012 THESE N

UNIVERSITÉ DE LIMOGES FACULTÉ DE MÉDECINE ************ ANNEE 2012 THESE N UNIVERSITÉ DE LIMOGES FACULTÉ DE MÉDECINE ************ ANNEE 2012 THESE N LA VACCINATION CONTRE LES PAPILLOMAVIRUS ET LE SUIVI GYNÉCOLOGIQUE : UNE ENQUÊTE PAR AUTO-QUESTIONNAIRE CHEZ LES MÉDECINS GÉNÉRALISTES

Plus en détail

VACCINATION CONTRE LE CANCER DU COL DE L UTÉRUS

VACCINATION CONTRE LE CANCER DU COL DE L UTÉRUS XXXXXXXX GAR_patb_1210_f COMMENT ME PROTÉGER? XXXXXXXXXXXXX Cette brochure vous est offerte par Depuis le 1 er janvier 2011 la vaccination HPV est prise en charge pour toutes les femmes jusqu à 26 ans

Plus en détail

Vaccins Papillomavirus

Vaccins Papillomavirus Vaccins Papillomavirus Dr Julian CORNAGLIA Centre Départemental et International de Vaccinations Histoire naturelle de l infection àhpv(1) Histoire naturelle de l infection à HPV(2) Réponse immune naturelle

Plus en détail

RECOMMANDATIONS RELATIVES AU PROGRAMME DE VACCINATION CONTRE LE VIRUS DU PAPILLOME HUMAIN COMITÉ CANADIEN SUR L IMMUNISATION

RECOMMANDATIONS RELATIVES AU PROGRAMME DE VACCINATION CONTRE LE VIRUS DU PAPILLOME HUMAIN COMITÉ CANADIEN SUR L IMMUNISATION RECOMMANDATIONS RELATIVES AU PROGRAMME DE VACCINATION CONTRE LE VIRUS DU PAPILLOME HUMAIN COMITÉ CANADIEN SUR L IMMUNISATION i PROMOUVOIR ET PROTÉGER LA SANTÉ DES CANADIENS GRÂCE AU LEADERSHIP, AUX PARTENARIATS,

Plus en détail

Vaccination en réanimation

Vaccination en réanimation Vaccination en réanimation CÉLINE PULCINI MCU-PH SERVICE D INFECTIOLOGIE CHU DE NICE PLAN 1. Épidémiologie de quelques maladies à prévention vaccinale 2. Réponse immunologique à la vaccination en réanimation

Plus en détail

Virus et cancer. Amis des sciences et techniques Université Interâges du Dauphiné 8 Janvier 2010, Grenoble

Virus et cancer. Amis des sciences et techniques Université Interâges du Dauphiné 8 Janvier 2010, Grenoble Amis des sciences et techniques Université Interâges du Dauphiné 8 Janvier 2010, Grenoble Virus et cancer Patrice MARCHE Directeur de Recherche INSERM U823, Grenoble patrice.marche@ujf-grenoble.fr Virus

Plus en détail

Infections à Papillomavirus

Infections à Papillomavirus CBP Infections à Papillomavirus 1.0 ANNE GOFFARD UNIVERSITÉ LILLE 2 DROIT ET SANTÉ FACULTÉ DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES DE LILLE ANNE.GOFFARD@UNIV-LILLE2.FR 2012 Table des matières Objectifs

Plus en détail

Impact de lésions associées au Papillomavirus Humain sur la sexualité féminine

Impact de lésions associées au Papillomavirus Humain sur la sexualité féminine Université de Genève Certificat de formation continue en Sexologie clinique Enseignements suivis en 2011-2013 Impact de lésions associées au Papillomavirus Humain sur la sexualité féminine Septembre 2014

Plus en détail

Frottis Cervico Vaginal. Docteur Fabienne MESSAOUDI Praticien hospitalier au CH de VERSAILLES

Frottis Cervico Vaginal. Docteur Fabienne MESSAOUDI Praticien hospitalier au CH de VERSAILLES Frottis Cervico Vaginal Docteur Fabienne MESSAOUDI Praticien hospitalier au CH de VERSAILLES ANATOMIE Morphologie du col utérin et jonction La jonction fonctionnelle GLANDULAIRE COL NORMAL JONCTION:

Plus en détail

Recommandations pour la pratique clinique

Recommandations pour la pratique clinique COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur J. Lansac Troisième partie Recommandations pour la pratique clinique 31 ES JOURNÉES NATIONALES Paris, 2007 369 TABLE DES

Plus en détail

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques 7 BEH -5 / 0 avril 0. Calendrier vaccinal 0. Tableaux synoptiques. Tableau des vaccinations recommandées chez les enfants et les adolescents en 0 Recommandations générales Rattrapage Populations particulières

Plus en détail

Cancer et milieu tropical: Les cancers infectieux et le cas particulier des parasites et des champignons. Pr Mathieu Nacher

Cancer et milieu tropical: Les cancers infectieux et le cas particulier des parasites et des champignons. Pr Mathieu Nacher Cancer et milieu tropical: Les cancers infectieux et le cas particulier des parasites et des champignons Pr Mathieu Nacher Evolution démographique Le cancer a un bel avenir sous les tropiques Cancers

Plus en détail

Virus du papillome humain (VPH)

Virus du papillome humain (VPH) Virus du papillome humain (VPH) Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur de soins de santé qualifié. Veuillez

Plus en détail

VIH à Abidjan de «Cotrimo CI» à «Temprano»

VIH à Abidjan de «Cotrimo CI» à «Temprano» Ministère de l Enseignement Supérieur Et de la Recherche Scientifique Dépistage La prise en des charge cancers précoce du col de par inspection l adultevisuelle infecté par selon le le VIH statut : VIH

Plus en détail

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter-

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Largement débattue au cours du XII ème congrès de Gastroentérologie, tenu ce week end, l hépatite B mérite d être mieux connue

Plus en détail

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Introduction L immunité = la résistance aux maladies, et spécifiquement infectieuses La physiologie

Plus en détail

CANCER DU FOIE ET TUMEURS

CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS Foie en santé Foie cirrhotique Tumeur Quelle est la cause du cancer du foie? Plusieurs facteurs jouent un rôle dans le développement du cancer. Comme

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE PLAN 1. Cancérogénèse/Définition 2. Les causes connues 3. Epidémiologie 4. Prévention

Plus en détail

examen médical périodique de l adulte vivant avec le virus de l immunodéficience humaine (VIH)

examen médical périodique de l adulte vivant avec le virus de l immunodéficience humaine (VIH) Juin 2013 examen médical périodique de l adulte vivant avec le virus de l immunodéficience humaine (VIH) Outil pratique pour les professionnels de la santé du Québec Édition : La Direction des communications

Plus en détail

REPROTOXICITE, GRANDS RISQUES CHEZ LA FEMME ENCEINTE

REPROTOXICITE, GRANDS RISQUES CHEZ LA FEMME ENCEINTE REPROTOXICITE, GRANDS RISQUES CHEZ LA FEMME ENCEINTE Connaitre : - Les grands risques liés à l exposition aux xénobiotiques chez la femme enceinte - Les facteurs en jeu dans la survenue d effets toxiques

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Hors AMM, la prescription

Hors AMM, la prescription VIN classique et imiquimod RÉSUMÉ : De nombreuses études de bonne qualité attestent de l efficacité de l imiquimod pour traiter les VIN classiques. La chirurgie, quant à elle, garde toute sa place pour

Plus en détail

Le VPH, la dysplasie cervicale et le cancer du col utérin

Le VPH, la dysplasie cervicale et le cancer du col utérin FEUILLET D INFORMATION Le VPH, la dysplasie cervicale et le cancer du col utérin En bref La dysplasie cervicale résulte de changements anormaux dans les cellules du col de l utérus (col utérin). Les changements

Plus en détail

Consortium mondial des femmes contre le cancer du col de l utérus

Consortium mondial des femmes contre le cancer du col de l utérus Consortium mondial des femmes contre le cancer du col de l utérus Un monde sans cancer du col de l utérus pour les générations futures Il est possible de vaincre le cancer du col de l utérus, l une des

Plus en détail

Vaccination contre les HPV

Vaccination contre les HPV Vaccination contre les HPV *Pr Hélène Peigue-Lafeuille Laboratoire de Virologie, CHU Clermont-Fd CNR Enterovirus- parechovirus, Laboratoire associé EA4843 Université d Auvergne Clermont1 *Haut Conseil

Plus en détail

La question LA VASECTOMIE LE PRÉSERVATIF. Je vote pour. Mon conseil. Il n apparaît ici que la partie masculine de la question contraception.

La question LA VASECTOMIE LE PRÉSERVATIF. Je vote pour. Mon conseil. Il n apparaît ici que la partie masculine de la question contraception. La question Je vote pour Mon conseil Il n apparaît ici que la partie masculine de la question contraception. LA VASECTOMIE Section chirurgicale des canaux déférents sous anesthésie locale ou générale Pas

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

MYCOSES ET CANCER. M Develoux (Brazzaville)

MYCOSES ET CANCER. M Develoux (Brazzaville) MYCOSES ET CANCER M Develoux (Brazzaville) Mycoses et cancer une relation moins bien documentée qu avec les parasitoses Environ 1/5 des cancers sont d origine infectieuse Le rôle de certaines infections

Plus en détail

Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus

Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus Généralités 42 000 nouveaux cancers diagnostiqués /an Taux brut : 138,5 /100 000 11 700 décès /cancer du sein /an Taux brut : 38,5 /100 000 35,7%

Plus en détail

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Introduction Le cancer du sein est une maladie multifactorielle La susceptibilité génétique

Plus en détail

Etude de la faisabilité du test au CO de façon systématique en consultation de grossesse dans une maternité de niveau I

Etude de la faisabilité du test au CO de façon systématique en consultation de grossesse dans une maternité de niveau I Etude de la faisabilité du test au CO de façon systématique en consultation de grossesse dans une maternité de niveau I INTRODUCTION Le tabagisme gravidique est le principal facteur de risque modifiable

Plus en détail

DES de médecine générale

DES de médecine générale UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT - PARIS 7 FACULTÉ DE MÉDECINE Année 2014 n THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE PAR Marie GUILLAUD Née le 12/04/1984 à Vitry sur Seine Présentée et soutenue publiquement

Plus en détail

Copyright. Vente et distribution commerciale interdites

Copyright. Vente et distribution commerciale interdites Congrès mondial de gynécologie et d obstétrique (FIGO), Cape Town, Afrique du Sud, du 4 au 9 octobre 2009 Compte rendu des derniers travaux présentés sur le virus du papillome humain et le cancer du col

Plus en détail

Arrêt du tabac: comment aider les fumeurs? Jean-Pierre Zellweger Villars-sur-Glâne

Arrêt du tabac: comment aider les fumeurs? Jean-Pierre Zellweger Villars-sur-Glâne Arrêt du tabac: comment aider les fumeurs? Jean-Pierre Zellweger Villars-sur-Glâne Arrêt du tabac: les faits TOUS les fumeurs savent que le tabac est nocif LA PLUPART des fumeurs savent que l arrêt du

Plus en détail

Purpura thrombopénique idiopathique

Purpura thrombopénique idiopathique Purpura thrombopénique idiopathique I. Définition Le purpura thrombopénique idiopathique (PTI) ou purpura thrombopénique auto-immun est caractérisé par une diminution du chiffre des plaquettes circulantes

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses

Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses Qu est-ce que le VPH? Qu est-ce que le VPH? Quels sont les signes et les symptômes d une infection à VPH? Le VPH cause-t-il

Plus en détail

DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP

DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP < 3 3-9 > 9 HOLMES M et al JAMA 2005, 293 : 2479-86 1 PHYSICAL ACTIVITY AND SURVIVAL AFTER DIAGNOSIS OF INVASIVE BREAST CANCER HOLICK C. Cancer Epidemiol

Plus en détail

Asthme du nourrisson et du petit enfant: définitions et histoire naturelle. I. Pin Clinique médicale de pédiatrie, CHU de Grenoble INSERM U 823

Asthme du nourrisson et du petit enfant: définitions et histoire naturelle. I. Pin Clinique médicale de pédiatrie, CHU de Grenoble INSERM U 823 Asthme du nourrisson et du petit enfant: définitions et histoire naturelle I. Pin Clinique médicale de pédiatrie, CHU de Grenoble INSERM U 823 Particularités physiologiques du NRS Plus grande facilité

Plus en détail

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate?

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? H. QUINTENS Institut A TZANCK Saint Laurent du Var 25 Mars 2014 Classification TNM Score de GLEASON L'antigène prostatique spécifique L'antigène prostatique

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance?

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Dr Elisabeth Elefant, Dr Catherine Vauzelle Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (CRAT) Hôpital Armand Trousseau, Paris www.lecrat.org

Plus en détail

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV)

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) 1 1 GENERALITES 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE

Plus en détail

Séminaire dépistage cancer du col de l utérus à Mayotte VENDREDI 9 SEPTEMBRE 2016

Séminaire dépistage cancer du col de l utérus à Mayotte VENDREDI 9 SEPTEMBRE 2016 Séminaire dépistage cancer du col de l utérus à Mayotte VENDREDI 9 SEPTEMBRE 2016 REDECA MAYOTTE LES DÉBUTS DE REDECA Association loi 1901 créée en 2009 Implication de professionnels et d institutions

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Les cancers bronchiques de la femme : une épidémie. Pr Jean TREDANIEL Hôpital Saint Joseph Paris

Les cancers bronchiques de la femme : une épidémie. Pr Jean TREDANIEL Hôpital Saint Joseph Paris Les cancers bronchiques de la femme : une épidémie Pr Jean TREDANIEL Hôpital Saint Joseph Paris BEH, 18 septembre 2007, n 35-36 Situation des registres du cancer en France métropolitaine au 1er janvier

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, Juillet 31, 2015

Communiqué de presse. Bâle, Juillet 31, 2015 Communiqué de presse Bâle, Juillet 31, 2015 Un protocole à base de Perjeta, médicament de Roche, a été homologué en Europe pour une utilisation avant chirurgie lors de cancer du sein agressif de stade

Plus en détail

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA Semaine européenne de prévention du cancer du col de l utérus Le lundi 24 janvier 2011 à 9h30 à l Observatoire régional de la santé Provence-Alpes-Côte d'azur

Plus en détail

Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition. Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009

Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition. Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009 Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009 «Nouvelles recommandations» Sources : DGS : CIRCULAIRE INTERMINISTERIELLE

Plus en détail

FROTTIS CERVICO-UTERIN EN MILIEU LIQUIDE : QUELS AVANTAGES PRATIQUES POUR LE PRATICIEN?

FROTTIS CERVICO-UTERIN EN MILIEU LIQUIDE : QUELS AVANTAGES PRATIQUES POUR LE PRATICIEN? FROTTIS CERVICO-UTERIN EN MILIEU LIQUIDE : QUELS AVANTAGES PRATIQUES POUR LE PRATICIEN? M. Courtade-Saïdi, L. Collin, J. Aziza UF d Histologie-Cytologie - Service d Anatomie Pathologique et Histologie-Cytologie

Plus en détail

Infections virales materno-foetales. Infections congénitales

Infections virales materno-foetales. Infections congénitales Infections virales materno-foetales Infections congénitales Le virus de la rubéole Famille : Togaviridae Genre : Rubivirus Espèce : Rubella virus Génome ARNsb(+) Capside icosaédrique 60-70 nm Virus enveloppé

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 1 Octobre 2013

Communiqué de presse. Bâle, le 1 Octobre 2013 Communiqué de presse Bâle, le 1 Octobre 2013 La FDA accorde une homologation accélérée à Perjeta, médicament Roche, pour une utilisation avant chirurgie lors de cancer du sein HER2-positif de stade précoce

Plus en détail

31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE. Plan

31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE. Plan 31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE Plan A. L'agent infectieux I. Développement de la maladie II. Mode de transmission III. Cycle du parasite IV.

Plus en détail

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance ENDOMETRIOSE ET INFERTILITE Dr. Michel CANIS On admet classiquement que 20 à 50 % des patientes qui consultent pour une infertilité ont une endométriose et que 30 à 40 % des patientes qui ont une endométriose

Plus en détail

LA PROPOSITION DE LA VACCINATION ANTI-PAPILLOMAVIRUS: INFORMATIONS TRANSMISES ET VECU DE LA PROPOSITION

LA PROPOSITION DE LA VACCINATION ANTI-PAPILLOMAVIRUS: INFORMATIONS TRANSMISES ET VECU DE LA PROPOSITION LA PROPOSITION DE LA VACCINATION ANTI-PAPILLOMAVIRUS: INFORMATIONS TRANSMISES ET VECU DE LA PROPOSITION ETUDE QUALITATIVE REALISEE AUPRES DE MEDECINS GENERALISTES DU JURA ET DE COUPLES ADOLESCENTES/ REPRESENTANTS

Plus en détail

SURINFECTION VIRALE AU COURS DES MICI. Seminaire de DES Gastro-entérologie Marine BESNARD

SURINFECTION VIRALE AU COURS DES MICI. Seminaire de DES Gastro-entérologie Marine BESNARD SURINFECTION VIRALE AU COURS DES MICI Seminaire de DES Gastro-entérologie Marine BESNARD INTRODUCTION o Utilisation croissante des immunomodulateurs dans les MICI o Nombreuses infections opportunistes

Plus en détail

De l infection HPV au cancer du col en passant par le frottis le test HPV et le vaccin

De l infection HPV au cancer du col en passant par le frottis le test HPV et le vaccin De l infection HPV au cancer du col en passant par le frottis le test HPV et le vaccin Des données simples et pratiques!!!! J-J. Baldauf Département de Gynécologie-Obstétrique Hôpital de Hautepierre, Strasbourg

Plus en détail

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1 VIH et sida Mots clés VIH : virus de l immunodéficience humaine. Virus qui provoque une infection incurable transmis par les relations sexuelles, les seringues, le sang contaminé ou de la mère à l enfant,

Plus en détail

TRICHOMONOSE, CANCER DU COL ET CANCER DE PROSTATE

TRICHOMONOSE, CANCER DU COL ET CANCER DE PROSTATE TRICHOMONOSE, CANCER DU COL ET CANCER DE PROSTATE SOCIETE DE PATHOLOGIE EXOTIQUE PARASITOSES, MYCOSES ET CANCERS 18 Novembre 2015 Dr Cécile ROUYER Service des Maladies Infectieuses et Tropicales /Hôpital

Plus en détail

VACCIN ANTI-CANCER destins brisés

VACCIN ANTI-CANCER destins brisés Anti-cancer vaccination : there is serious problem after vaccination to protect young girls and women against cancer of the collar of the uterus. Text in French. VACCIN ANTI-CANCER destins brisés Le vaccin

Plus en détail

Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique. Dr C Bradstreet Service de médecine interne SEMINAIRES IRIS

Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique. Dr C Bradstreet Service de médecine interne SEMINAIRES IRIS Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique Dr C Bradstreet Service de médecine interne Séminaire des services d urgence Campus Érasme Définition Pathologie acquise

Plus en détail

Données épidémiologiques sur le cancer du col de l utérus

Données épidémiologiques sur le cancer du col de l utérus Maladies chroniques et traumatismes Données épidémiologiques sur le cancer du col de l utérus État des connaissances Actualisation 2008 Dr Nicolas Duport Sommaire Glossaire 2 Définitions Termes utilisés

Plus en détail

Infections à HPV : actualités en 2014

Infections à HPV : actualités en 2014 Conflit d intérêts Infections à HPV : actualités en 2014 Anne Ebel déclare l absence de conflit d intérêts en relation avec cette intervention Anne Ebel 2 HPV Papillomavirus humains Virus non cultivable

Plus en détail

Réduction de l'espérance de vie des égoutiers Les Hypothèses de travail

Réduction de l'espérance de vie des égoutiers Les Hypothèses de travail Réduction de l'espérance de vie des égoutiers Les Hypothèses de travail Dr Claude Danglot Médecin biologiste et Ingénieur hydrologue 20 Février 2013 - AG des Personnels! travaillant en réseaux d assainissement!

Plus en détail

La monothérapie par pembrolizumab a permis d obtenir un taux de réponse globale de 25 pour cent chez les patients lourdement traités précédemment

La monothérapie par pembrolizumab a permis d obtenir un taux de réponse globale de 25 pour cent chez les patients lourdement traités précédemment Communiqué de presse Contacts avec les médias : Nilsy Desaint Policy and Communication Manager, MSD nilsy.desaint@merck.com GSM : 0473 33 4875 De nouveaux résultats montrent une activité anti-tumeur durable

Plus en détail

Contraception et risque génétique de cancer

Contraception et risque génétique de cancer Dr Emilie Faller, Dr Eric Bautrant, Centre l Avancée, Clinique AXIUM efaller@l-avancee.fr Contraception et risque génétique de cancer Plus de 100 millions de femmes dans le monde prennent la pilule 10%

Plus en détail

Gynécologie Obstétrique & Fertilité 34 (2006) 189 201. Faits et arguments. J. Monsonégo

Gynécologie Obstétrique & Fertilité 34 (2006) 189 201. Faits et arguments. J. Monsonégo Gynécologie Obstétrique & Fertilité 34 (2006) 189 201 Faits et arguments Prévention du cancer du col utérin : enjeux et perspectives de la vaccination antipapillomavirus Cervical cancer prevention: the

Plus en détail

Epidémiologie des pathologies à papillomavirus humains et distribution des génotypes dans le monde et en France

Epidémiologie des pathologies à papillomavirus humains et distribution des génotypes dans le monde et en France Epidémiologie des pathologies à papillomavirus humains et distribution des génotypes dans le monde et en France JNI 2007 Professeur Didier Riethmuller Infection à HPV : épidémiologie 2. Quelles pathologies

Plus en détail

Cellules souches cancéreuses : exemple du cancer gastrique

Cellules souches cancéreuses : exemple du cancer gastrique Cellules souches cancéreuses : exemple du cancer gastrique Christine Varon, MCF INSERM U853 Laboratoire de Bactériologie du Pr. F. Mégraud Université Bordeaux Segalen christine.varon@u-bordeaux2.fr Le

Plus en détail