Capsule préparée par

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Capsule préparée par"

Transcription

1 Analyse réflexive des pratiques pédagogiques sur la route de la réforme en éducation CSBE Capsule préparée par Marthe Poulin Conseillère pédagogique d anglais langue seconde, primaire et secondaire et René Beaudoin Conseiller pédagogique de mathématique, 2 e cycle du secondaire Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 1

2 Février 2000 Déroulement de la capsule Activité 1 : Brise glace. Activité 2 : Déroulement et objectifs visés. Activité 3 : Pourquoi renouveler nos pratiques pédagogiques. Activité 4 : Principes pédagogiques associés à la réforme. Activité 5 : Pratiques pédagogiques associées à la réforme. Activité 6 : Critères pédagogiques. Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 2

3 Objectifs de la capsule Comprendre pourquoi il faut renouveler nos pratiques pédagogiques. Connaître les pratiques pédagogiques associées à la réforme. Établir des liens entre nos pratiques pédagogiques actuelles et celles associées à la réforme. Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 3

4 Pourquoi renouveler nos pratiques pédagogiques? La société du XXI e siècle en constante évolution Les changements culturels et la pluralité des valeurs; La mutation des postes de travail; La coopération nécessaire entre les travailleurs; La progression exponentielle des technologies de l information et des communications. Source : Le transfert des apprentissages, Jacques Tardif Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 4

5 L école actuelle Peu de transférabilité des apprentissages est réalisé Facteurs Paradigme de l enseignement plutôt que celui de l apprentissage Transfert des apprentissages, phénomène peu connu Croyance : Le transfert est lié à l intelligence et c est la responsabilité de l élève Source : Le transfert des apprentissages, Jacques Tardif Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 5

6 Sur la route de la réforme Avenue du constructivisme, du socio-constructivisme et du cognitivisme (annexe 1) CSBE Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 6

7 Les styles d apprentissage Le schéma ci-dessous représente les caractéristiques des différents styles d apprentissage et il indique quel est le rôle de l enseignant pour chacun. (annexe 2) Concret Simultané Non verbal «Quand et Comment» L apprenant dynamique Partie créative de l enseignement «Pourquoi» L apprenant innovateur Simultané Verbal Action 25% des élèves Méthode découverte personnelle Enseignant ressource et évaluateur Force : l intuition et les réalisations Ignore l expert «Comment» L apprenant pratique % des élèves Méthode discussion Enseignant motivateur Force : les idées personnelles Respecte l expert «Quoi» L apprenant analyste Réflexion Séquentiel Non verbal 18% des élèves Méthode tutorat L enseignant facilitateur Force : les applications L expert n est pas indispensable Partie intellectuelle de l enseignement 22% des élèves Méthode magistrale Enseignant informateur Force : la théorie Besoin de l expert Séquentiel verbal Abstrait Source : Modèle de Mc Carthy, 1981, U.C.L.A. Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 7

8 Renouvellement des pratiques pédagogiques selon les orientations suivantes Susciter chez l élève une activité intellectuelle pour la découverte et la construction des savoirs qui n est plus une simple réception de la transmission de connaissances. Engager l élève dans une démarche active d appropriation, de compréhension et de structuration des savoirs plutôt qu une consommation passive de connaissances toutes faites. Soutenir l élève systématiquement et méthodiquement dans l acquisition des habiletés, des capacités et des compétences de sa formation. Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 8

9 Renouvellement des pratiques pédagogiques selon les orientations suivantes Faire comprendre à l élève les objectifs de sa formation par une interdisciplinarité des contenus et la transversalité des compétences qu il acquiert. Mettre en place une pédagogie différenciée qui sache prendre en compte à la fois la motivation, les représentations cognitives des objets de savoir, les traitements qu il faut opérer sur les représentations et l intégration des nouveaux savoirs dans la mémoire à long terme des élèves. Mettre en place des pratiques de pédagogie coopérative de partage qui favorisent la solidarité d un savoir-vivre ensemble et des relations socio-affectives significatives. Source : Nicole Tardif, Université de Sherbrooke Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 9

10 Il faut permettre aux élèves «d apprendre à apprendre» Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 10

11 Application des principes pédagogiques dans la mise en œuvre des programmes d études de la réforme Les conclusions des recherches en psychologie cognitive permettent de cerner, entre autres, cinq grands principes qui peuvent être utilisés pour faire un examen critique de la pratique pédagogique auprès des élèves. Ces mêmes cinq principes servent également à établir les orientations qui devraient marquer la mise en oeuvre des programmes d études de la réforme. Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 11

12 Application des principes pédagogiques dans la mise en œuvre des programmes d études de la réforme Principes pédagogiques 1 er principe : L apprentissage est un processus actif et constructif. 2 e principe : L apprentissage est essentiellement l établissement de liens entre de nouvelles données et les connaissances antérieures. 3 e principe : L apprentissage exige l organisation constante des connaissances. L élève Construit son savoir de façon personnelle et progressive selon un processus intérieur actif. L apprentissage se définit par une découverte et une construction de sens à partir d une information ou d une expérience d apprentissage. Traite l information en la reliant aux connaissances déjà emmagasinées dans sa mémoire. Une très grande attention doit être accordée aux connaissances antérieures de l élève, puisque celles-ci constituent le filtre à travers lequel sont traitées les nouvelles données. Un élève expert dans l apprentissage est capable d organiser les connaissances qu il a emmagasinées dans sa mémoire à long terme. Cet élève a créé de nombreux liens entre les connaissances se rapportant à une même réalité, et ces liens, c est-àdire cette organisation lui permettent non seulement de récupérer facilement les connaissances qu il a en mémoire, mais également de traiter plusieurs connaissances simultanément. L enseignant S approprie de façon personnelle et progressive les orientations des programmes d études selon un processus actif. L appropriation des orientations et du contenu des programmes d études se définit par une découverte et une construction de sens à partir d informations et d expériences concrètes. Traite les orientations et le contenu des programmes, en fonction des représentations, des connaissances et des pratiques déjà emmagasinées dans sa mémoire. Les connaissances et savoir-faire pédagogiques de l enseignant constituent le filtre à travers lequel sont traitées les nouvelles données relatives aux orientations et au contenu des programmes d études. La formation continue se rapportant aux programmes d études doit permettre à l enseignant de se donner une représentation cohérente et significative de la pratique pédagogique à privilégier et de réorganiser progressivement dans son enseignement les interventions et les stratégies à actualiser. Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 12

13 Application des principes pédagogiques dans la mise en œuvre des programmes d études de la réforme Principes pédagogiques 4 e principe : L apprentissage touche aussi bien les connaissances déclaratives que les connaissances procédurales et conditionnelles. 5 e principe : La motivation détermine le degré d engagement, de participation et de persistance de l élève dans ses apprentissages. L élève En psychologie cognitive, la distinction des connaissances est capitale : les connaissances sont soit déclaratives (le quoi), soit procédurales (le comment faire), ou conditionnelles (le quand et le pourquoi utiliser une connaissance déclarative et procédurale). Chez l élève, en vertu de cette distinction, les connaissances sont représentées différemment et sont emmagasinées d une façon différente en mémoire. La maîtrise de ces diverses connaissances s acquiert à partir de modelages, de pratiques guidées, de pratiques coopératives et de pratiques autonomes. Les variables affectives telles que l image de soi, de même que les sentiments de compétence et de sécurité, influent sur les comportements en situation d apprentissage. La motivation scolaire des élèves est composée des facteurs suivants : la conception qu ils ont de l intelligence et des buts poursuivis par l école, la perception qu ils ont de la valeur, des exigences et de la contrôlabilité de la tâche. L enseignant Dans l assimilation, la compréhension et l application des orientations et du contenu des programmes d études, la représentation différenciée de ces connaissances, selon qu il s agit de connaissances déclaratives, de connaissances procédurales ou de connaissances conditionnelles, commande des pratiques pédagogiques cohérentes. La motivation de l enseignant dans l application des programmes d études est composée des facteurs suivants : la conception de l apprentissage et des buts que vise la réforme du curriculum; la perception qu il a de la valeur, des exigences et de la contrôlabilité de la tâche exigée par cette mise en oeuvre. Source : Vie pédagogique, février-mars, 1999 Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 13

14 Application des principes pédagogiques dans la mise en œuvre des programmes d études de la réforme Principes pédagogiques 1 er principe : L apprentissage est un processus actif et constructif. 2 e principe : L apprentissage est essentiellement l établissement de liens entre de nouvelles données et les connaissances antérieures. 3 e principe : L apprentissage exige l organisation constante des connaissances. 4 e principe : L apprentissage touche aussi bien les connaissances déclaratives que les connaissances procédurales et conditionnelles. 5 e principe : La motivation détermine le degré d engagement, de participation et de persistance de l élève dans ses apprentissages. La direction d école S approprie de façon personnelle et progressive les orientations des programmes d études; elle cherche à se donner une représentation cohérente et significative de l application de ces orientations en soutenant le personnel enseignant. Se représente clairement les données des pratiques pédagogiques actuelles de son école et établit des liens avec les données pédagogiques sous-jacentes à l application des programmes d études. Facilite par une communication authentique, entre les enseignants, les échanges et le partage de connaissances et d expériences d apprentissage. L apprentissage de nouvelles pratiques pédagogiques est plus facile lorsque les enseignants ont l occasion de discuter sur les stratégies qu ils ont utilisées. Se préoccupe d offrir aux enseignants dans leur formation continue, des occasions d acquérir et d appliquer divers types de connaissances dans des situations d apprentissage variées et intégrées dans différents domaines d apprentissage. Les croyances de la direction de l établissement sont déterminantes dans l application des programmes d études. En vertu de ce principe, la motivation de la direction détermine le degré d engagement des enseignants dans l adaptation et l enrichissement des pratiques pédagogiques. C est une composante sur laquelle la direction de l établissement peut agir considérablement. Source : Vie pédagogique, février-mars, 1999 Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 14

15 Sur la route de la réforme Avenue du constructivisme, du socio-constructivisme et du cognitivisme -Pédagogie ouverte -Gestion mentale -Gestion de classe participative -Enseignement stratégique -Actualisation du Potentiel Intellectuel -Apprentissage par projets -Apprentissage par problèmes -Apprentissage coopératif -Intelligences multiples -Styles d apprentissage -D autres en construction CSBE Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 15

16 Pédagogie ouverte Claude Paquette est sans contredit la personne qui, au Québec, a le plus contribué à la recherche et au développement de la pédagogie ouverte. La pédagogie ouverte est une forme d organisation pédagogique reposant sur un certain nombre de valeurs éducatives (autonomie-interdépendance; liberté-responsabilité; démocratie-participation) qui s actualisent dans l action en classe. Cette approche est très centrée sur l élève, sur son processus d apprentissage et la gestion de classe y est démocratique. On y favorise les interactions multiples (élèves, enseignantes ou enseignants, parents, etc.) et la réflexion critique régulière sur les actions posées. La richesse et la diversité des ressources disponibles sont prises en compte. AUTONOMIE INTERDÉPENDANCE L enfant est amené à utiliser lui- L enfant prend conscience qu il vit en même ses ressources pour apprendre. interaction avec les autres. LIBERTÉ L enfant a la possibilité de faire des choix importants. DÉMOCRATIE On respecte les choix individuels formulés par les enfants. RESPONSABILITÉ L enfant apprend à être responsable de ses choix. Ceci nuance, dans la pratique, la liberté. PARTICIPATION Les choix individuels sont toutefois restreints par les règles de la classe. En pédagogie ouverte, on essaie que ces valeurs s incarnent véritablement dans chacun des grands pôles suivants : AMÉNAGEMENT PHYSIQUE : On structure l espace, le temps et la formation des groupes en conséquences : on a recours à différents coins de travail spécialisés, au tableau de programmation; on organise le travail individuel, de sous-groupe et collectif, etc. INTERVENTIONS-RELATIONS : Par exemple, on assure une gestion de vie démocratique en classe. On planifie soigneusement les processus d apprentissage en tenant compte de la richesse et de la diversité des ressources disponibles, on favorise une réflexion critique régulière de la part des intervenants sur leur action et enfin on favorise des interactions multiples (élèves-élèves, élèves-professeurs, élèves-parents, etc.) car la pédagogie ouverte mise sur la contribution de tous les partenaires. Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 16

17 Pédagogie ouverte ACTIVITÉS OUVERTE D APPRENTISSAGE : On a recours à des situations ou à des problèmes ouverts qui permettent aux élèves d utiliser des habiletés multiples pour les résoudre. On peut ainsi respecter les intérêts des enfants, leur style d apprentissage ainsi que leur rythme d apprentissage. Le cœur de cette approche, c est que l on considère l enfant comme le principal artisan de sa formation. Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 17

18 Gestion mentale La gestion mentale : le développement d habiletés évocatives La gestion mentale propose une compréhension de l activité mentale. À travers l utilisation de l introspection (regard à l intérieur de soi) en salle de classe, l enseignante ou l enseignant fait émerger au niveau de la conscience et de façon explicite, le déroulement de l activité mentale. Cette introspection permet à l élève de découvrir son fonctionnement mental et l amène à être plus autonome dans ses apprentissages. Cette prise de conscience de ses processus mentaux lui donne du pouvoir sur lui-même et lui permet ainsi d augmenter ses capacités mentales. Le dialogue pédagogique qui s installe entre l enseignante ou l enseignant et l élève porte non seulement sur les contenus d apprentissage, mais aussi sur les procédures que celui-ci utilise pour s approprier les savoirs et les maîtriser. Ce dialogue permet d accompagner l élève dans la découverte et la maîtrise de ses moyens d apprendre et favorise aussi la prise de conscience de la réalité mentale tant par l enseignante ou l enseignant que par l élève. Il est utilisé individuellement ou collectivement et sert à la fois à poser un diagnostic et à remédier à une situation précise. La gestion mentale propose une distinction entre la perception par les sens et la reconstitution mentale du perçu. Cette reconstruction est associée au concept d évocation qu il définit comme «une préhension mentale de l objet de la perception». Qu elle soit visuelle ou auditive, l évocation représente le point d ancrage du traitement de l information et ses conditions de mise en pratique s inscrivent dans le projet de donner un sens à ce qui est perçu, projet mental qui confère une direction à toutes les activités mentales (ou gestes mentaux). La structure de ces gestes mentaux (attention, mémorisation, compréhension, réflexion et imagination) doit être décrite explicitement à l élève pour qu il puisse se les approprier et assurer ainsi le traitement efficace de l information.? Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 18

19 Gestion mentale ORIGINES FONDEMENTS Antoine de la Garanterie Philosophes : Aristote, Saint-Thomas d Aquin Phénoménologie : Husserl Philosophe spiritualiste du XIX e siècle : Maine de Biran Psychologie : Binet, Watt, Messen, Büler, Albert Burloud PRINCIPES DE BASE L utilisation d une approche introspective en pédagogie; La compréhension des lois et des constantes de la vie mentale; L utilisation des concepts d évocation, de projet mental et d habitudes évocatives; Le développement d une pédagogie de l évocation et non de la perception; Tout apprenant possède un potentiel sur le plan cognitif qu il peut découvrir et développer et ainsi augmenter son autonomie et son efficacité sur le plan mental. CHAMPS D INTERVENTION Prise de conscience par le sujet de ses habitudes évocatives; Acquisition des habitudes évocatives non pratiquées; Structures opératoires de l attention, de la mémorisation, de la compréhension, de la réflexion et de l imagination. MOYENS Dialogue pédagogique; Enseignement explicite de la structure opératoire des gestes mentaux. Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 19

20 Gestion de classe participative Les principes de base de la gestion de classe participative s appuient sur plusieurs approches et organisations pédagogiques. L élève est au centre de ses apprentissages et apprend en étant actif, engagé et participatif. La préoccupation de «faire avec» l élève est très présente ainsi que la place des stratégies utiles et efficaces pour qu il puisse s approprier les savoirs. Les situations proposées par l enseignante ou l enseignant ou l élève favorisent le développement de l autonomie et le sens des responsabilités et l amène à travailler en collaboration, dans le respect des différences, la valorisation du potentiel de chacun et la confiance dans la relation. La gestion des composantes (climat, contenu, apprentissages, organisation de la classe) est toujours orienté vers l objectif visé qui est de favoriser la mise en place de «conditions facilitantes» au regard du développement d habiletés cognitives, métacognitives et sociales, d attitudes et de comportements favorisant l apprentissage. ORIGINES FONDEMENTS PRINCIPES DE BASE Concept développé et articulé autour du «participatif» par M me Jacqueline Caron suite à ses expériences comme enseignante et directrice d école. L aspect «participatif» est inspiré des courants de la pédagogie ouverte de Claude Paquette au cours des sept dernières années. Mme Caron en a précisé les composantes, les contenus tout en développant des outils organisationnels appropriés. Elle a consigné tous les éléments dans son livre Quand revient septembre, Concept intégrateur qui cerne les différents aspects de la vie de la classe. Approche fondée sur l harmonisation de la trilogie enfant, enseignant et contenu. Approche centrée sur les modes de croissance et d apprentissage de l apprenant, sur son implication dans le but de favoriser sa responsabilisation au regard de ses apprentissages et de son développement personnel et social. Approche qui situe l enseignant comme un accompagnateur et un médiateur dans la construction des savoirs dans laquelle l essentiel est de «faire avec». Approche qui s appuie sur des valeurs telles : la coopération et l entraide, le respect des différences, la valorisation du potentiel de chacun, la confiance dans la relation. Approche fondée sur l harmonisation de la trilogie : enfant, enseignant et contenu dont les principes de base reposent sur donner une juste place à chacun de ces éléments en proposant à l enseignant d exercer un leadership confiant. Situer l enfant au centre de ses apprentissages : c est lui qui apprend en étant actif, impliqué, participatif. Développer des «comment faire» donc des stratégies et bâtir des outils avec les élèves : référentiels, démarches. Favoriser le développement de la responsabilisation de l apprenant au regard de ses apprentissages : l aider à construire ses connaissances. Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 20

21 CHAMPS D INTERVEN- TION MOYENS Quatre champs d intervention ou composantes constituent les cibles visées : la gestion du climat : relation maître/élève ou avec les pairs, règles de vie en classe, motivation, résolution de conflits; la gestion des apprentissages : planification de la démarche d enseignement et d apprentissage, respect des rythmes et des styles d apprentissage, animation, objectivation, évaluation; la gestion du contenu : philosophie, orientation des programmes, objectifs poursuivis, démarches, procédures, stratégies; la gestion de l organisation de la classe : gestion du temps, de l espace, des groupes de travail, du matériel, des moyens d enseignement. La gestion de ces quatre composantes est toujours orientée vers l objectif qui est de favoriser la mise en place de conditions facilitantes pour l apprenant au regard du développement d habiletés cognitives et sociales, d attitudes et de comportement favorisant les apprentissages en l impliquant dans le processus : «Fais avec moi, selon toi». Formation de l enseignant qui part d une analyse de sa pratique au regard de son style d enseignement et du défi à relever pour développer un style «participatif». Démarche volontaire où il y a alternance entre formation, expérimentation, objectivation, élaboration d outils et suivi. Utilisation et développement d outils organisationnels tels le référentiel disciplinaire, la démarche de résolution de conflits, le référentiel de stratégies, les ateliers, le coin d enrichissement, l équipe de travail, le tableau de programmation, etc. Ces moyens sont développés pour favoriser la responsabilité de l élève et la gestion des différences. D où l importance de «faire avec». Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 21

22 Enseignement stratégique L enseignement stratégique : l apprentissage facilité par une construction graduelle des savoirs. L approche stratégique est issue des principales conclusions de la recherche en psychologie cognitive. Selon les principes de base, l apprentissage se fait par la construction graduelle des savoirs et par la mise en relation des savoirs antérieurs avec les nouveaux savoirs. Il exige l organisation des divers savoirs et doit s effectuer à partir de tâches complètes et complexes (projet, situation-problème, etc.), où les liens sont présents entre les différentes activités proposées en classe. Le processus d apprentissage se veut donc actif et constructif et les variables affectives (motivation) sont prises en compte puisque ce sont elles qui déterminent le degré de participation, d engagement et de persévérance de l élève dans ses apprentissages. L évaluation y est fréquente puisqu elle fait partie intégrante du processus et est plus souvent formative que sommative permettant ainsi à l élève et à l enseignante ou l enseignant d effectuer les ajustements nécessaires en cours d apprentissage. Elle concerne les différents savoirs autant que les stratégies cognitives, métacognitives, etc. Dans cette approche, l enseignant occupe plusieurs rôles dans les trois temps de la démarche d apprentissage (l action en classe); il est à la fois un motivateur, un médiateur, un modèle et un entraîneur. Dans le premier temps, il suscite la motivation de l élève en lui proposant un déclencheur signifiant, le met en contact avec l objet d apprentissage et lui fait prendre conscience des savoirs antérieurs qu il possède pour s engager dans la démarche. Il aide l élève à se «mettre en projet». Dans le deuxième temps de la démarche, l élève explore, s approprie et structure l objet d apprentissage en utilisant des stratégies cognitives et métacognitives diverses. L enseignant le guide, l oriente et l aide à surmonter les difficultés qui se préparent. Il est le médiateur entre les savoirs et l élève. Par l enseignement explicite, il l aide à se constituer un répertoire de stratégies cognitives et métacognitives efficaces et économiques qui lui sont nécessaires pour exécuter adéquatement les tâches. En utilisant régulièrement l évaluation informelle, il amène l élève à développer des habiletés métacognitives qui lui seront aussi utiles dans le transfert des savoirs acquis. Dans le troisième temps de la démarche, il objective avec l élève les démarches suivies, les savoirs acquis, les diverses stratégies utilisées et facilite leur mise en lien avec les savoirs antérieurs. L élève prend ainsi conscience du chemin parcouru dans ses apprentissages. L évaluation formative formelle est ici appropriée et très utile puisqu elle vient appuyer la réflexion. L enseignant propose ou cherche ensuite avec l élève une situation nouvelle, en lien avec la vie courante, dans laquelle il pourra réutiliser ce qu il a appris individuellement et en collaboration. En effet, dans cette approche, l apprentissage en collaboration est aussi favorisé. Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 22

23 Enseignement stratégique ORIGINES FONDEMENTS PRINCIPES DE BASE CHAMPS D INTERVEN- TION MOYENS L enseignement stratégique modélise les principes des conclusions de la recherche en psychologie cognitive pour ce qui est de l apprentissage et de l enseignement. C est à partir de la recherche expérimentale et appliquée que la psychologie cognitive étudie les processus mentaux. Les fonctions intellectuelles sont alors considérées par le biais de l analyse de la performance de l Humain dans l exercice de ses fonctions. À partir d observations, on tente de comprendre comment le système intellectuel humain est constitué et fonctionne, ainsi que de construire un modèle qui permet de représenter le système de traitement de l information de l humain. Ce modèle suggérera ensuite de nouvelles interrogations qui pourront à leur tour être vérifiées au moyen de la méthode scientifique. L apprentissage est un PROCESSUS actif et constructif. L apprentissage est essentiellement l établissement de liens entre les nouvelles informations et les connaissances antérieures. L apprentissage exige l organisation constante des connaissances. L apprentissage concerne autant les connaissances déclaratives que les connaissances procédurales et conditionnelles qui concourent au développement des stratégies cognitives et métacognitives qui assistent le transfert. La motivation scolaire de l élève (variables affectives) détermine son degré d engagement, de participation et de persistance dans ses apprentissages. Les propositions pédagogiques des enseignants doivent être évaluées en prenant en compte ce que la recherche a permis de tirer comme conclusions quant au type et au degré d apprentissage qu elle est susceptible de garantir chez les élèves. Il est important que les enseignants sachent pourquoi ils font ce qu ils font pédagogiquement avec leurs élèves, qu ils puissent justifier le rationnel à la base de leurs démarches pédagogiques et qu ils soient en mesure d anticiper les retombées cognitives de leurs actions chez leurs élèves. La prise en compte des aspects affectifs, cognitifs et métacognitifs de l apprentissage. La prise en compte des étapes de l enseignement stratégique : - modelage - pratique guidée - pratique avec les pairs - pratique autonome. Quelques exemples : la prise en compte de l analyse et de l organisation des savoirs et des savoirs-faire procéduraux et conditionnels; la prise en compte des obstacles et des difficultés liés à l apprentissage; la prise en compte de l état des connaissances et des habiletés des élèves; la prise en compte de l organisation constante des nouvelles connaissances par rapport aux connaissances antérieures; La prise en compte de l apprentissage des stratégies cognitives et métacognitives qui permettent des connaissances et des habiletés; La prise en compte du «refaçonnement» des croyances des élèves sur leur capacité d apprendre. Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 23

24 Actualisation du Potentiel Intellectuel (API) L actualisation du potentiel intellectuel (API) s inscrit dans le mouvement de la psychologie cognitive et de l éducabilité cognitive. C est une méthode qui vise à remédier aux effets de privation de médiation sur le développement intellectuel et humain, à prévenir les déséquilibres personnels et sociaux par la médiation des principes de vie. Dans cette méthode, le médiateur (en classe, c est l enseignante ou l enseignant) agit sur le développement du répertoire des stratégies de résolution de problèmes de l élève en utilisant la leçon de médiation. En salle de classe, cette leçon s adresse à un élève ou à tout le groupe et concerne l enseignement explicite et systématique de stratégies de résolution de problèmes. Grâce à ces leçons, dans lesquelles l enseignant lui sert de modèle, l élève acquiert les outils nécessaires pour s approprier les savoirs et profiter au maximum des situations d apprentissage offertes. Un des objectifs d une telle leçon est de placer l élève dans une situation de résolution de problèmes qu il ne pourra résoudre que s il emploie la stratégie appropriée à l étude et ce, afin de le rendre conscient de la pertinence d utiliser cette stratégie. L élaboration conjointe par l enseignante ou l enseignant (le médiateur) et l élève d une ensemble de situations potentielles, amène l élève à constater les possibilités de généralisation de cette stratégie et à reconnaître les situations potentielles dans lesquelles il pourra effectivement transférer la stratégie étudiée. Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 24

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de connaissances, la pratique d habilités ou le développement d

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE Ce qui définit «le changement» préscolaire primaire secondaire Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005-05-00511 ISBN 2-550-45274-7 (version

Plus en détail

Le prof, cet incompris ; l élève, désinvesti? Enseignant, animateur, accompagnateur : quelle(s) posture(s) pour quels effets?

Le prof, cet incompris ; l élève, désinvesti? Enseignant, animateur, accompagnateur : quelle(s) posture(s) pour quels effets? Le prof, cet incompris ; l élève, désinvesti? Enseignant, animateur, accompagnateur : quelle(s) posture(s) pour quels effets? Résumé Christine Jacqmot et Elie Milgrom FA2L scrl «Mon cours intéresse-t-il

Plus en détail

L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES AU SECONDAIRE CADRE DE RÉFÉRENCE. Version préliminaire

L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES AU SECONDAIRE CADRE DE RÉFÉRENCE. Version préliminaire L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES AU SECONDAIRE CADRE DE RÉFÉRENCE Version préliminaire Dans le présent document, le masculin est utilisé sans aucune discrimination et dans le seul but d alléger le texte.

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement, MELS, novembre 2011 Page 1 Document

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est unique mfa.gouv.qc.ca Les services de gardes éducatifs, un milieu de vie stimulant pour votre enfant

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Réguler son enseignement : Pourquoi? Comment?

Réguler son enseignement : Pourquoi? Comment? Mon enseignement, je l évalue, il évolue Réguler son enseignement : Pourquoi? Comment? Lucie Mottier Lopez Université de Genève 13 mai 2013 IFRES, Liège lucie.mottier@unige.ch 1 Plan Un cadre pour penser

Plus en détail

Orientation et formation au cheminement de carrière

Orientation et formation au cheminement de carrière Ministère de l Éducation Le curriculum de l Ontario 11 e et 12 e année R É V I S É Orientation et formation au cheminement de carrière 2 0 0 6 Table des matières Introduction.......................................................

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

Table des matières. Intégration linguistique, scolaire et sociale. Présentation de la discipline... 1

Table des matières. Intégration linguistique, scolaire et sociale. Présentation de la discipline... 1 Table des matières Présentation de la discipline.............................. 1 Relations entre le programme d intégration linguistique, scolaire et sociale et les autres éléments du Programme de formation...

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Les bonnes pratiques pour les travaux scolaires à la maison

Les bonnes pratiques pour les travaux scolaires à la maison D après LES DEVOIRS ET LES LEÇONS de Marie-Claude Béliveau 1 1 Rappels et définitions. Officiellement, les devoirs à la maison sont interdits depuis 1956 2 à l école primaire mais leur pratique reste très

Plus en détail

LES APPRENTISSAGES DES ELEVES Qu est-ce qu apprendre?

LES APPRENTISSAGES DES ELEVES Qu est-ce qu apprendre? LES APPRENTISSAGES DES ELEVES Qu est-ce qu apprendre? 1- Pensées et aphorismes 2- Les réseaux neuronaux en Intelligence Artificielle 3- Parallèles avec les apprentissages humains 4- Qu est-ce qu une situation

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Quelles sont les principales stratégies pédagogiques?

Quelles sont les principales stratégies pédagogiques? - 1 - Quelles sont les principales stratégies pédagogiques? Les définitions sont issues des sources suivantes : LEGENDRE, Renald. Dictionnaire actuel de l éducation, 2 e édition. Montréal, Éditions Guérin.

Plus en détail

Une stratégie d enseignement de la pensée critique

Une stratégie d enseignement de la pensée critique Une stratégie d enseignement de la pensée critique Jacques Boisvert Professeur de psychologie Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu La pensée critique fait partie des capacités à développer dans la formation

Plus en détail

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er

Plus en détail

Plan de formation 2nd degré 2015 2016 CREER, INNOVER

Plan de formation 2nd degré 2015 2016 CREER, INNOVER Plan de formation 2nd degré 2015 2016 La carte heuristique, un outil au service des apprentissages PN009406 Les cartes heuristiques sont un réel outil pour apprendre à apprendre, et s avèrent un atout

Plus en détail

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE ÉCOLE SECONDAIRE DE MIRABEL GUIDE DE CHOIX DE COURS 2015-2016 Quatrième secondaire CHOIX D OPTIONS DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE SÉQUENCE CULTURE, SOCIÉTÉ ET TECHNIQUE

Plus en détail

Education en vue du développement durable : Une définition

Education en vue du développement durable : Une définition Education en vue du développement durable : Une définition Contenu : Le développement durable : Une définition 1. Historique et contexte Suisse 2. Le développement durable Le lien entre développement durable

Plus en détail

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson Syllabus du cours de musique Maternelle enseigné par Joël Chiasson DESCRIPTION DU COURS Le programme de musique permet aux élèves d explorer leurs idées, leurs expériences et leurs émotions et de développer

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Série «Connaissances et employabilité» Préparation au milieu de travail, 8 e et 9 e années

Série «Connaissances et employabilité» Préparation au milieu de travail, 8 e et 9 e années Série «Connaissances et employabilité» Préparation au milieu de travail, 8 e et 9 e années Les cours de la série «Connaissances et employabilité» du secondaire premier cycle sont axés sur l exploration.

Plus en détail

Formation des formateurs en entreprise

Formation des formateurs en entreprise en entreprise Le (CQFA) du Cégep de Chicoutimi et le Service de formation continue de l'université du Québec à Chicoutimi (UQAC) unissent leurs efforts et leur expertise respective pour offrir aux organisations

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Cadre de référence sur la planification des activités d apprentissage et d évaluation. Formation professionnelle

Cadre de référence sur la planification des activités d apprentissage et d évaluation. Formation professionnelle Cadre de référence sur la planification des activités d apprentissage et d évaluation Formation professionnelle Équipe de production Un merci particulier à mesdames Clarys Picard et Thérèse Trudeau ainsi

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005 Climat scolaire mars 2005 Le climat d école La notion de climat scolaire renvoie à la qualité de vie et de communication perçue au sein de l école. On peut considérer que le climat d une école correspond

Plus en détail

RÉSULTAT DISCIPLINAIRE RÈGLE DE RÉUSSITE DISCIPLINAIRE Programme de formation de l école québécoise Secondaire - 1 er cycle

RÉSULTAT DISCIPLINAIRE RÈGLE DE RÉUSSITE DISCIPLINAIRE Programme de formation de l école québécoise Secondaire - 1 er cycle RÉSULTAT DISCIPLINAIRE RÈGLE DE RÉUSSITE DISCIPLINAIRE Programme de formation de l école québécoise Secondaire - er cycle Direction générale de la formation des jeunes Octobre 006 Introduction Dans le

Plus en détail

Cours Numération Mathématique de base 1 MAT-B111-3. Alphabétisation

Cours Numération Mathématique de base 1 MAT-B111-3. Alphabétisation Cours Numération Mathématique de base 1 MAT-B111-3 Alphabétisation Présentation du cours Numération «L esprit de l homme a trois clés qui ouvrent tout : le chiffre, la lettre et la note.» Victor Hugo

Plus en détail

ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE D APPRENTISSAGE TIC PÉDAGOGIE APPRENTISSAGE ENA

ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE D APPRENTISSAGE TIC PÉDAGOGIE APPRENTISSAGE ENA ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE D APPRENTISSAGE TIC PÉDAGOGIE APPRENTISSAGE ENA Chantale Desrosiers Conseillère pédagogique TIC - Répondante REPTIC Personne-ressource à Performa Ce document présente au personnel

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Juin 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES 4 2. OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT ENFANTS DE 4 ANS À 5 ANS

Plus en détail

Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans

Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans Ginette Hébert formatrice en petite enfance AFÉSÉO FORUM 2012 Cette formation s appuie sur mon expérience d accompagnement d éducatrices

Plus en détail

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 Carol Campbell, Ann Lieberman et Anna Yashkina avec Nathalie Carrier, Sofya Malik et Jacqueline

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT «Amener chacun à une autonomie responsable» INTRODUCTION Dans l esprit du Projet Educatif défini par le Pouvoir Organisateur du Collège Notre-Dame et dans la volonté de respecter

Plus en détail

Table des matières. Domaines généraux de formation

Table des matières. Domaines généraux de formation Table des matières 2.1 Présentation........................................ 1 Les domaines généraux de formation : lieux de convergence des interventions éducatives........................ 2 Les domaines

Plus en détail

ELABORER UN PROJET D ACCOMPAGNEMENT EDUCATIF

ELABORER UN PROJET D ACCOMPAGNEMENT EDUCATIF ELABORER UN PROJET D ACCOMPAGNEMENT EDUCATIF 1 ELABORER UN PROJET D ACCOMPAGNEMENT EDUCATIF I. Elaborer le projet SOMMAIRE - L accompagnement éducatif - principes généraux - les volets du projet - Identifier

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences

L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences Animation pédagogique Mise en œuvre du LPC 87 Un principe majeur! L école maternelle n est pas un palier du socle commun de connaissances

Plus en détail

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention À moins d indications contraires, toutes les définitions

Plus en détail

COMMENT REPOSITIONNER LE JEU COMME SUPPORT D APPRENTISSAGES À L ÉCOLE MATERNELLE

COMMENT REPOSITIONNER LE JEU COMME SUPPORT D APPRENTISSAGES À L ÉCOLE MATERNELLE N 93 FOUCTEAU Béatrice, L HEUDÉ Sylvie, ROGER Annie [IUFM Poitou-Charentes, Site de la Vienne] COMMENT REPOSITIONNER LE JEU COMME SUPPORT D APPRENTISSAGES À L ÉCOLE MATERNELLE GROUPE DE RECHERCHE-ACTION-FORMATION

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

3 SOUTIEN À L ÉDUCATION INTERCULTURELLE (allocation supplémentaire 30212)

3 SOUTIEN À L ÉDUCATION INTERCULTURELLE (allocation supplémentaire 30212) 3 SOUTIEN À L ÉDUCATION INTERCULTURELLE (allocation supplémentaire 30212) Le Ministère apporte un soutien financier aux commissions scolaires pour favoriser le développement de l éducation interculturelle.

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Présentation du programme de danse Questions-réponses

Présentation du programme de danse Questions-réponses Présentation du programme de danse Questions-réponses Description du programme Le DEC préuniversitaire en Danse du Cégep de Rimouski offre une formation collégiale préparatoire à la poursuite d études

Plus en détail

Table des matières. Espagnol, langue tierce

Table des matières. Espagnol, langue tierce Table des matières Présentation de la discipline.............................. 1 Le programme d espagnol, langue tierce.................... 1 Les compétences du programme d espagnol, langue tierce.......

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence «Vivre c est vendre. Parce que vendre c est vivre intensément. Nous sommes tous des vendeurs, car nous passons notre temps à vendre quelque chose : à nous-mêmes d abord, à nos proches, à nos clients. Vendre

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative

Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative BULLETINS DU PIRAP Volume 1, numéro 11 : Février 2013 Programme d'aide et d'accompagnement social : Le PIRAP comme PAAS-

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

Mention MEEF Enseignement dans le 1er degré

Mention MEEF Enseignement dans le 1er degré Mention MEEF Enseignement dans le 1er degré Offre de formation 201-2014 La Mention MEEF Enseignement dans le 1 er degré comprend parcours : Enseignement polyvalent Enseignement bilingue français-allemand

Plus en détail

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE APERÇU Pour avoir

Plus en détail

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions :

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions : L entretien annuel d évaluation : mode d emploi De quoi parlons-nous? Après avoir montré que l évaluation est un acte de management chargé d enjeux pour l ensemble des acteurs de l entreprise (cf. Fiche

Plus en détail

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013 Document de synthèse Service de la planification et de la performance, 2 mai 2013 1 Table ronde : Besoins futurs de la société et débouchés

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Table des matières. Monde contemporain

Table des matières. Monde contemporain 13-0023-031 Table des matières Présentation du programme...............................1 Apport du programme à la formation des élèves................1 Nature du programme.....................................1

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec. Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud

Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec. Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud Une démarche d'accompagnement pour une autoévaluation réflexive Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud Université

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires E Les programmes des Services éducatifs complémentaires X Juin 2006 T Services éducatifs particuliers et complémentaires R A OBJECTIF 3.1 Accompagner l élève, de façon continue, dans la construction de

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE Programme de la formation Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE o 36 h pour la préparation à l'épreuve écrite de français Cette préparation comprend : - un travail sur la discipline

Plus en détail

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS ACTIVISION Coaching : un cursus de formation complet accrédité ICF pour acquérir les compétences et la posture du coach professionnel. Une formation professionnelle, pour des professionnels, par des professionnels.

Plus en détail

Formation certifiante au métier de coach scolaire

Formation certifiante au métier de coach scolaire Formation certifiante au métier de coach scolaire 1 Préambule CoachingMaestro est un portail de formations dédié à toute personne intéressée dans l accompagnement des jeunes. Préambule Ses missions sont

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

Études canadiennes et mondiales

Études canadiennes et mondiales 2013 Le curriculum de l Ontario 9 e et 10 e année RÉVISÉ Études canadiennes et mondiales GÉOGRAPHIE HISTOIRE CIVISME (POLITIQUE) La Fonction publique de l Ontario s efforce de faire preuve de leadership

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

Le TBI, véritable outil pour une médiation cognitive en maternelle

Le TBI, véritable outil pour une médiation cognitive en maternelle Le TBI, véritable outil pour une médiation cognitive en maternelle Comme nous le témoignent les recherches sur le tableau blanc interactif (TBI), The interactive whiteboard revolution: Teaching with IWBs

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

POLITIQUE INTERCULTURELLE

POLITIQUE INTERCULTURELLE POLITIQUE INTERCULTURELLE Adoptée à la 269 e réunion du conseil d administration du 21 septembre 2009 Politique interculturelle Préambule Le Collège de Maisonneuve évolue dans un contexte interculturel

Plus en détail

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013 DEVIS D ÉVALUATION Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan Automne 2013 La mise en contexte de l évaluation Depuis sa création en 1993, la commission d évaluation de l enseignement

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE?

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? Les nouveaux programmes 2008 confirment que l observation, le questionnement, l expérimentation et l argumentation sont

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE Clémence Gauvin et Émilienne Laforge, professeures Module travail social Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue 2004-2005, modification mai 2006 Introduction La formation

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

Transformez votre relation au monde!

Transformez votre relation au monde! Transformez votre relation au monde! Formations certifiantes PNL QUEST interactive 2013-2014 Qu est-ce que la PNL? La PNL (Programmation Neuro-linguistique) est une discipline développée dans les années

Plus en détail

Les services en ligne

Les services en ligne X Les services en ligne (ressources partagées, cahier de texte numérique, messagerie, forum, blog ) Extrait de l étude «Le développement des usages des TICE dans l enseignement secondaire», 2005-2008 SDTICE

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

Études interdisciplinaires

Études interdisciplinaires Ministère de l Éducation Le curriculum de l Ontario 11 e et 12 e année Études interdisciplinaires 2002 Table des matières Introduction....................................................... 2 La place

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION Titre de notre projet : L'estime de soi la clé de la réussite de nos jeunes (adultes en devenir). L'école Assomption se familiarise avec le concept de l'estime de soi.

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com Feel Well Work Well POUR MIEUX TRAVAILLER ensemble LE CAPITAL HUMAIN RESTE LA

Plus en détail