Capsule préparée par

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Capsule préparée par"

Transcription

1 Analyse réflexive des pratiques pédagogiques sur la route de la réforme en éducation CSBE Capsule préparée par Marthe Poulin Conseillère pédagogique d anglais langue seconde, primaire et secondaire et René Beaudoin Conseiller pédagogique de mathématique, 2 e cycle du secondaire Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 1

2 Février 2000 Déroulement de la capsule Activité 1 : Brise glace. Activité 2 : Déroulement et objectifs visés. Activité 3 : Pourquoi renouveler nos pratiques pédagogiques. Activité 4 : Principes pédagogiques associés à la réforme. Activité 5 : Pratiques pédagogiques associées à la réforme. Activité 6 : Critères pédagogiques. Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 2

3 Objectifs de la capsule Comprendre pourquoi il faut renouveler nos pratiques pédagogiques. Connaître les pratiques pédagogiques associées à la réforme. Établir des liens entre nos pratiques pédagogiques actuelles et celles associées à la réforme. Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 3

4 Pourquoi renouveler nos pratiques pédagogiques? La société du XXI e siècle en constante évolution Les changements culturels et la pluralité des valeurs; La mutation des postes de travail; La coopération nécessaire entre les travailleurs; La progression exponentielle des technologies de l information et des communications. Source : Le transfert des apprentissages, Jacques Tardif Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 4

5 L école actuelle Peu de transférabilité des apprentissages est réalisé Facteurs Paradigme de l enseignement plutôt que celui de l apprentissage Transfert des apprentissages, phénomène peu connu Croyance : Le transfert est lié à l intelligence et c est la responsabilité de l élève Source : Le transfert des apprentissages, Jacques Tardif Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 5

6 Sur la route de la réforme Avenue du constructivisme, du socio-constructivisme et du cognitivisme (annexe 1) CSBE Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 6

7 Les styles d apprentissage Le schéma ci-dessous représente les caractéristiques des différents styles d apprentissage et il indique quel est le rôle de l enseignant pour chacun. (annexe 2) Concret Simultané Non verbal «Quand et Comment» L apprenant dynamique Partie créative de l enseignement «Pourquoi» L apprenant innovateur Simultané Verbal Action 25% des élèves Méthode découverte personnelle Enseignant ressource et évaluateur Force : l intuition et les réalisations Ignore l expert «Comment» L apprenant pratique % des élèves Méthode discussion Enseignant motivateur Force : les idées personnelles Respecte l expert «Quoi» L apprenant analyste Réflexion Séquentiel Non verbal 18% des élèves Méthode tutorat L enseignant facilitateur Force : les applications L expert n est pas indispensable Partie intellectuelle de l enseignement 22% des élèves Méthode magistrale Enseignant informateur Force : la théorie Besoin de l expert Séquentiel verbal Abstrait Source : Modèle de Mc Carthy, 1981, U.C.L.A. Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 7

8 Renouvellement des pratiques pédagogiques selon les orientations suivantes Susciter chez l élève une activité intellectuelle pour la découverte et la construction des savoirs qui n est plus une simple réception de la transmission de connaissances. Engager l élève dans une démarche active d appropriation, de compréhension et de structuration des savoirs plutôt qu une consommation passive de connaissances toutes faites. Soutenir l élève systématiquement et méthodiquement dans l acquisition des habiletés, des capacités et des compétences de sa formation. Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 8

9 Renouvellement des pratiques pédagogiques selon les orientations suivantes Faire comprendre à l élève les objectifs de sa formation par une interdisciplinarité des contenus et la transversalité des compétences qu il acquiert. Mettre en place une pédagogie différenciée qui sache prendre en compte à la fois la motivation, les représentations cognitives des objets de savoir, les traitements qu il faut opérer sur les représentations et l intégration des nouveaux savoirs dans la mémoire à long terme des élèves. Mettre en place des pratiques de pédagogie coopérative de partage qui favorisent la solidarité d un savoir-vivre ensemble et des relations socio-affectives significatives. Source : Nicole Tardif, Université de Sherbrooke Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 9

10 Il faut permettre aux élèves «d apprendre à apprendre» Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 10

11 Application des principes pédagogiques dans la mise en œuvre des programmes d études de la réforme Les conclusions des recherches en psychologie cognitive permettent de cerner, entre autres, cinq grands principes qui peuvent être utilisés pour faire un examen critique de la pratique pédagogique auprès des élèves. Ces mêmes cinq principes servent également à établir les orientations qui devraient marquer la mise en oeuvre des programmes d études de la réforme. Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 11

12 Application des principes pédagogiques dans la mise en œuvre des programmes d études de la réforme Principes pédagogiques 1 er principe : L apprentissage est un processus actif et constructif. 2 e principe : L apprentissage est essentiellement l établissement de liens entre de nouvelles données et les connaissances antérieures. 3 e principe : L apprentissage exige l organisation constante des connaissances. L élève Construit son savoir de façon personnelle et progressive selon un processus intérieur actif. L apprentissage se définit par une découverte et une construction de sens à partir d une information ou d une expérience d apprentissage. Traite l information en la reliant aux connaissances déjà emmagasinées dans sa mémoire. Une très grande attention doit être accordée aux connaissances antérieures de l élève, puisque celles-ci constituent le filtre à travers lequel sont traitées les nouvelles données. Un élève expert dans l apprentissage est capable d organiser les connaissances qu il a emmagasinées dans sa mémoire à long terme. Cet élève a créé de nombreux liens entre les connaissances se rapportant à une même réalité, et ces liens, c est-àdire cette organisation lui permettent non seulement de récupérer facilement les connaissances qu il a en mémoire, mais également de traiter plusieurs connaissances simultanément. L enseignant S approprie de façon personnelle et progressive les orientations des programmes d études selon un processus actif. L appropriation des orientations et du contenu des programmes d études se définit par une découverte et une construction de sens à partir d informations et d expériences concrètes. Traite les orientations et le contenu des programmes, en fonction des représentations, des connaissances et des pratiques déjà emmagasinées dans sa mémoire. Les connaissances et savoir-faire pédagogiques de l enseignant constituent le filtre à travers lequel sont traitées les nouvelles données relatives aux orientations et au contenu des programmes d études. La formation continue se rapportant aux programmes d études doit permettre à l enseignant de se donner une représentation cohérente et significative de la pratique pédagogique à privilégier et de réorganiser progressivement dans son enseignement les interventions et les stratégies à actualiser. Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 12

13 Application des principes pédagogiques dans la mise en œuvre des programmes d études de la réforme Principes pédagogiques 4 e principe : L apprentissage touche aussi bien les connaissances déclaratives que les connaissances procédurales et conditionnelles. 5 e principe : La motivation détermine le degré d engagement, de participation et de persistance de l élève dans ses apprentissages. L élève En psychologie cognitive, la distinction des connaissances est capitale : les connaissances sont soit déclaratives (le quoi), soit procédurales (le comment faire), ou conditionnelles (le quand et le pourquoi utiliser une connaissance déclarative et procédurale). Chez l élève, en vertu de cette distinction, les connaissances sont représentées différemment et sont emmagasinées d une façon différente en mémoire. La maîtrise de ces diverses connaissances s acquiert à partir de modelages, de pratiques guidées, de pratiques coopératives et de pratiques autonomes. Les variables affectives telles que l image de soi, de même que les sentiments de compétence et de sécurité, influent sur les comportements en situation d apprentissage. La motivation scolaire des élèves est composée des facteurs suivants : la conception qu ils ont de l intelligence et des buts poursuivis par l école, la perception qu ils ont de la valeur, des exigences et de la contrôlabilité de la tâche. L enseignant Dans l assimilation, la compréhension et l application des orientations et du contenu des programmes d études, la représentation différenciée de ces connaissances, selon qu il s agit de connaissances déclaratives, de connaissances procédurales ou de connaissances conditionnelles, commande des pratiques pédagogiques cohérentes. La motivation de l enseignant dans l application des programmes d études est composée des facteurs suivants : la conception de l apprentissage et des buts que vise la réforme du curriculum; la perception qu il a de la valeur, des exigences et de la contrôlabilité de la tâche exigée par cette mise en oeuvre. Source : Vie pédagogique, février-mars, 1999 Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 13

14 Application des principes pédagogiques dans la mise en œuvre des programmes d études de la réforme Principes pédagogiques 1 er principe : L apprentissage est un processus actif et constructif. 2 e principe : L apprentissage est essentiellement l établissement de liens entre de nouvelles données et les connaissances antérieures. 3 e principe : L apprentissage exige l organisation constante des connaissances. 4 e principe : L apprentissage touche aussi bien les connaissances déclaratives que les connaissances procédurales et conditionnelles. 5 e principe : La motivation détermine le degré d engagement, de participation et de persistance de l élève dans ses apprentissages. La direction d école S approprie de façon personnelle et progressive les orientations des programmes d études; elle cherche à se donner une représentation cohérente et significative de l application de ces orientations en soutenant le personnel enseignant. Se représente clairement les données des pratiques pédagogiques actuelles de son école et établit des liens avec les données pédagogiques sous-jacentes à l application des programmes d études. Facilite par une communication authentique, entre les enseignants, les échanges et le partage de connaissances et d expériences d apprentissage. L apprentissage de nouvelles pratiques pédagogiques est plus facile lorsque les enseignants ont l occasion de discuter sur les stratégies qu ils ont utilisées. Se préoccupe d offrir aux enseignants dans leur formation continue, des occasions d acquérir et d appliquer divers types de connaissances dans des situations d apprentissage variées et intégrées dans différents domaines d apprentissage. Les croyances de la direction de l établissement sont déterminantes dans l application des programmes d études. En vertu de ce principe, la motivation de la direction détermine le degré d engagement des enseignants dans l adaptation et l enrichissement des pratiques pédagogiques. C est une composante sur laquelle la direction de l établissement peut agir considérablement. Source : Vie pédagogique, février-mars, 1999 Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 14

15 Sur la route de la réforme Avenue du constructivisme, du socio-constructivisme et du cognitivisme -Pédagogie ouverte -Gestion mentale -Gestion de classe participative -Enseignement stratégique -Actualisation du Potentiel Intellectuel -Apprentissage par projets -Apprentissage par problèmes -Apprentissage coopératif -Intelligences multiples -Styles d apprentissage -D autres en construction CSBE Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 15

16 Pédagogie ouverte Claude Paquette est sans contredit la personne qui, au Québec, a le plus contribué à la recherche et au développement de la pédagogie ouverte. La pédagogie ouverte est une forme d organisation pédagogique reposant sur un certain nombre de valeurs éducatives (autonomie-interdépendance; liberté-responsabilité; démocratie-participation) qui s actualisent dans l action en classe. Cette approche est très centrée sur l élève, sur son processus d apprentissage et la gestion de classe y est démocratique. On y favorise les interactions multiples (élèves, enseignantes ou enseignants, parents, etc.) et la réflexion critique régulière sur les actions posées. La richesse et la diversité des ressources disponibles sont prises en compte. AUTONOMIE INTERDÉPENDANCE L enfant est amené à utiliser lui- L enfant prend conscience qu il vit en même ses ressources pour apprendre. interaction avec les autres. LIBERTÉ L enfant a la possibilité de faire des choix importants. DÉMOCRATIE On respecte les choix individuels formulés par les enfants. RESPONSABILITÉ L enfant apprend à être responsable de ses choix. Ceci nuance, dans la pratique, la liberté. PARTICIPATION Les choix individuels sont toutefois restreints par les règles de la classe. En pédagogie ouverte, on essaie que ces valeurs s incarnent véritablement dans chacun des grands pôles suivants : AMÉNAGEMENT PHYSIQUE : On structure l espace, le temps et la formation des groupes en conséquences : on a recours à différents coins de travail spécialisés, au tableau de programmation; on organise le travail individuel, de sous-groupe et collectif, etc. INTERVENTIONS-RELATIONS : Par exemple, on assure une gestion de vie démocratique en classe. On planifie soigneusement les processus d apprentissage en tenant compte de la richesse et de la diversité des ressources disponibles, on favorise une réflexion critique régulière de la part des intervenants sur leur action et enfin on favorise des interactions multiples (élèves-élèves, élèves-professeurs, élèves-parents, etc.) car la pédagogie ouverte mise sur la contribution de tous les partenaires. Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 16

17 Pédagogie ouverte ACTIVITÉS OUVERTE D APPRENTISSAGE : On a recours à des situations ou à des problèmes ouverts qui permettent aux élèves d utiliser des habiletés multiples pour les résoudre. On peut ainsi respecter les intérêts des enfants, leur style d apprentissage ainsi que leur rythme d apprentissage. Le cœur de cette approche, c est que l on considère l enfant comme le principal artisan de sa formation. Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 17

18 Gestion mentale La gestion mentale : le développement d habiletés évocatives La gestion mentale propose une compréhension de l activité mentale. À travers l utilisation de l introspection (regard à l intérieur de soi) en salle de classe, l enseignante ou l enseignant fait émerger au niveau de la conscience et de façon explicite, le déroulement de l activité mentale. Cette introspection permet à l élève de découvrir son fonctionnement mental et l amène à être plus autonome dans ses apprentissages. Cette prise de conscience de ses processus mentaux lui donne du pouvoir sur lui-même et lui permet ainsi d augmenter ses capacités mentales. Le dialogue pédagogique qui s installe entre l enseignante ou l enseignant et l élève porte non seulement sur les contenus d apprentissage, mais aussi sur les procédures que celui-ci utilise pour s approprier les savoirs et les maîtriser. Ce dialogue permet d accompagner l élève dans la découverte et la maîtrise de ses moyens d apprendre et favorise aussi la prise de conscience de la réalité mentale tant par l enseignante ou l enseignant que par l élève. Il est utilisé individuellement ou collectivement et sert à la fois à poser un diagnostic et à remédier à une situation précise. La gestion mentale propose une distinction entre la perception par les sens et la reconstitution mentale du perçu. Cette reconstruction est associée au concept d évocation qu il définit comme «une préhension mentale de l objet de la perception». Qu elle soit visuelle ou auditive, l évocation représente le point d ancrage du traitement de l information et ses conditions de mise en pratique s inscrivent dans le projet de donner un sens à ce qui est perçu, projet mental qui confère une direction à toutes les activités mentales (ou gestes mentaux). La structure de ces gestes mentaux (attention, mémorisation, compréhension, réflexion et imagination) doit être décrite explicitement à l élève pour qu il puisse se les approprier et assurer ainsi le traitement efficace de l information.? Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 18

19 Gestion mentale ORIGINES FONDEMENTS Antoine de la Garanterie Philosophes : Aristote, Saint-Thomas d Aquin Phénoménologie : Husserl Philosophe spiritualiste du XIX e siècle : Maine de Biran Psychologie : Binet, Watt, Messen, Büler, Albert Burloud PRINCIPES DE BASE L utilisation d une approche introspective en pédagogie; La compréhension des lois et des constantes de la vie mentale; L utilisation des concepts d évocation, de projet mental et d habitudes évocatives; Le développement d une pédagogie de l évocation et non de la perception; Tout apprenant possède un potentiel sur le plan cognitif qu il peut découvrir et développer et ainsi augmenter son autonomie et son efficacité sur le plan mental. CHAMPS D INTERVENTION Prise de conscience par le sujet de ses habitudes évocatives; Acquisition des habitudes évocatives non pratiquées; Structures opératoires de l attention, de la mémorisation, de la compréhension, de la réflexion et de l imagination. MOYENS Dialogue pédagogique; Enseignement explicite de la structure opératoire des gestes mentaux. Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 19

20 Gestion de classe participative Les principes de base de la gestion de classe participative s appuient sur plusieurs approches et organisations pédagogiques. L élève est au centre de ses apprentissages et apprend en étant actif, engagé et participatif. La préoccupation de «faire avec» l élève est très présente ainsi que la place des stratégies utiles et efficaces pour qu il puisse s approprier les savoirs. Les situations proposées par l enseignante ou l enseignant ou l élève favorisent le développement de l autonomie et le sens des responsabilités et l amène à travailler en collaboration, dans le respect des différences, la valorisation du potentiel de chacun et la confiance dans la relation. La gestion des composantes (climat, contenu, apprentissages, organisation de la classe) est toujours orienté vers l objectif visé qui est de favoriser la mise en place de «conditions facilitantes» au regard du développement d habiletés cognitives, métacognitives et sociales, d attitudes et de comportements favorisant l apprentissage. ORIGINES FONDEMENTS PRINCIPES DE BASE Concept développé et articulé autour du «participatif» par M me Jacqueline Caron suite à ses expériences comme enseignante et directrice d école. L aspect «participatif» est inspiré des courants de la pédagogie ouverte de Claude Paquette au cours des sept dernières années. Mme Caron en a précisé les composantes, les contenus tout en développant des outils organisationnels appropriés. Elle a consigné tous les éléments dans son livre Quand revient septembre, Concept intégrateur qui cerne les différents aspects de la vie de la classe. Approche fondée sur l harmonisation de la trilogie enfant, enseignant et contenu. Approche centrée sur les modes de croissance et d apprentissage de l apprenant, sur son implication dans le but de favoriser sa responsabilisation au regard de ses apprentissages et de son développement personnel et social. Approche qui situe l enseignant comme un accompagnateur et un médiateur dans la construction des savoirs dans laquelle l essentiel est de «faire avec». Approche qui s appuie sur des valeurs telles : la coopération et l entraide, le respect des différences, la valorisation du potentiel de chacun, la confiance dans la relation. Approche fondée sur l harmonisation de la trilogie : enfant, enseignant et contenu dont les principes de base reposent sur donner une juste place à chacun de ces éléments en proposant à l enseignant d exercer un leadership confiant. Situer l enfant au centre de ses apprentissages : c est lui qui apprend en étant actif, impliqué, participatif. Développer des «comment faire» donc des stratégies et bâtir des outils avec les élèves : référentiels, démarches. Favoriser le développement de la responsabilisation de l apprenant au regard de ses apprentissages : l aider à construire ses connaissances. Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 20

21 CHAMPS D INTERVEN- TION MOYENS Quatre champs d intervention ou composantes constituent les cibles visées : la gestion du climat : relation maître/élève ou avec les pairs, règles de vie en classe, motivation, résolution de conflits; la gestion des apprentissages : planification de la démarche d enseignement et d apprentissage, respect des rythmes et des styles d apprentissage, animation, objectivation, évaluation; la gestion du contenu : philosophie, orientation des programmes, objectifs poursuivis, démarches, procédures, stratégies; la gestion de l organisation de la classe : gestion du temps, de l espace, des groupes de travail, du matériel, des moyens d enseignement. La gestion de ces quatre composantes est toujours orientée vers l objectif qui est de favoriser la mise en place de conditions facilitantes pour l apprenant au regard du développement d habiletés cognitives et sociales, d attitudes et de comportement favorisant les apprentissages en l impliquant dans le processus : «Fais avec moi, selon toi». Formation de l enseignant qui part d une analyse de sa pratique au regard de son style d enseignement et du défi à relever pour développer un style «participatif». Démarche volontaire où il y a alternance entre formation, expérimentation, objectivation, élaboration d outils et suivi. Utilisation et développement d outils organisationnels tels le référentiel disciplinaire, la démarche de résolution de conflits, le référentiel de stratégies, les ateliers, le coin d enrichissement, l équipe de travail, le tableau de programmation, etc. Ces moyens sont développés pour favoriser la responsabilité de l élève et la gestion des différences. D où l importance de «faire avec». Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 21

22 Enseignement stratégique L enseignement stratégique : l apprentissage facilité par une construction graduelle des savoirs. L approche stratégique est issue des principales conclusions de la recherche en psychologie cognitive. Selon les principes de base, l apprentissage se fait par la construction graduelle des savoirs et par la mise en relation des savoirs antérieurs avec les nouveaux savoirs. Il exige l organisation des divers savoirs et doit s effectuer à partir de tâches complètes et complexes (projet, situation-problème, etc.), où les liens sont présents entre les différentes activités proposées en classe. Le processus d apprentissage se veut donc actif et constructif et les variables affectives (motivation) sont prises en compte puisque ce sont elles qui déterminent le degré de participation, d engagement et de persévérance de l élève dans ses apprentissages. L évaluation y est fréquente puisqu elle fait partie intégrante du processus et est plus souvent formative que sommative permettant ainsi à l élève et à l enseignante ou l enseignant d effectuer les ajustements nécessaires en cours d apprentissage. Elle concerne les différents savoirs autant que les stratégies cognitives, métacognitives, etc. Dans cette approche, l enseignant occupe plusieurs rôles dans les trois temps de la démarche d apprentissage (l action en classe); il est à la fois un motivateur, un médiateur, un modèle et un entraîneur. Dans le premier temps, il suscite la motivation de l élève en lui proposant un déclencheur signifiant, le met en contact avec l objet d apprentissage et lui fait prendre conscience des savoirs antérieurs qu il possède pour s engager dans la démarche. Il aide l élève à se «mettre en projet». Dans le deuxième temps de la démarche, l élève explore, s approprie et structure l objet d apprentissage en utilisant des stratégies cognitives et métacognitives diverses. L enseignant le guide, l oriente et l aide à surmonter les difficultés qui se préparent. Il est le médiateur entre les savoirs et l élève. Par l enseignement explicite, il l aide à se constituer un répertoire de stratégies cognitives et métacognitives efficaces et économiques qui lui sont nécessaires pour exécuter adéquatement les tâches. En utilisant régulièrement l évaluation informelle, il amène l élève à développer des habiletés métacognitives qui lui seront aussi utiles dans le transfert des savoirs acquis. Dans le troisième temps de la démarche, il objective avec l élève les démarches suivies, les savoirs acquis, les diverses stratégies utilisées et facilite leur mise en lien avec les savoirs antérieurs. L élève prend ainsi conscience du chemin parcouru dans ses apprentissages. L évaluation formative formelle est ici appropriée et très utile puisqu elle vient appuyer la réflexion. L enseignant propose ou cherche ensuite avec l élève une situation nouvelle, en lien avec la vie courante, dans laquelle il pourra réutiliser ce qu il a appris individuellement et en collaboration. En effet, dans cette approche, l apprentissage en collaboration est aussi favorisé. Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 22

23 Enseignement stratégique ORIGINES FONDEMENTS PRINCIPES DE BASE CHAMPS D INTERVEN- TION MOYENS L enseignement stratégique modélise les principes des conclusions de la recherche en psychologie cognitive pour ce qui est de l apprentissage et de l enseignement. C est à partir de la recherche expérimentale et appliquée que la psychologie cognitive étudie les processus mentaux. Les fonctions intellectuelles sont alors considérées par le biais de l analyse de la performance de l Humain dans l exercice de ses fonctions. À partir d observations, on tente de comprendre comment le système intellectuel humain est constitué et fonctionne, ainsi que de construire un modèle qui permet de représenter le système de traitement de l information de l humain. Ce modèle suggérera ensuite de nouvelles interrogations qui pourront à leur tour être vérifiées au moyen de la méthode scientifique. L apprentissage est un PROCESSUS actif et constructif. L apprentissage est essentiellement l établissement de liens entre les nouvelles informations et les connaissances antérieures. L apprentissage exige l organisation constante des connaissances. L apprentissage concerne autant les connaissances déclaratives que les connaissances procédurales et conditionnelles qui concourent au développement des stratégies cognitives et métacognitives qui assistent le transfert. La motivation scolaire de l élève (variables affectives) détermine son degré d engagement, de participation et de persistance dans ses apprentissages. Les propositions pédagogiques des enseignants doivent être évaluées en prenant en compte ce que la recherche a permis de tirer comme conclusions quant au type et au degré d apprentissage qu elle est susceptible de garantir chez les élèves. Il est important que les enseignants sachent pourquoi ils font ce qu ils font pédagogiquement avec leurs élèves, qu ils puissent justifier le rationnel à la base de leurs démarches pédagogiques et qu ils soient en mesure d anticiper les retombées cognitives de leurs actions chez leurs élèves. La prise en compte des aspects affectifs, cognitifs et métacognitifs de l apprentissage. La prise en compte des étapes de l enseignement stratégique : - modelage - pratique guidée - pratique avec les pairs - pratique autonome. Quelques exemples : la prise en compte de l analyse et de l organisation des savoirs et des savoirs-faire procéduraux et conditionnels; la prise en compte des obstacles et des difficultés liés à l apprentissage; la prise en compte de l état des connaissances et des habiletés des élèves; la prise en compte de l organisation constante des nouvelles connaissances par rapport aux connaissances antérieures; La prise en compte de l apprentissage des stratégies cognitives et métacognitives qui permettent des connaissances et des habiletés; La prise en compte du «refaçonnement» des croyances des élèves sur leur capacité d apprendre. Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 23

24 Actualisation du Potentiel Intellectuel (API) L actualisation du potentiel intellectuel (API) s inscrit dans le mouvement de la psychologie cognitive et de l éducabilité cognitive. C est une méthode qui vise à remédier aux effets de privation de médiation sur le développement intellectuel et humain, à prévenir les déséquilibres personnels et sociaux par la médiation des principes de vie. Dans cette méthode, le médiateur (en classe, c est l enseignante ou l enseignant) agit sur le développement du répertoire des stratégies de résolution de problèmes de l élève en utilisant la leçon de médiation. En salle de classe, cette leçon s adresse à un élève ou à tout le groupe et concerne l enseignement explicite et systématique de stratégies de résolution de problèmes. Grâce à ces leçons, dans lesquelles l enseignant lui sert de modèle, l élève acquiert les outils nécessaires pour s approprier les savoirs et profiter au maximum des situations d apprentissage offertes. Un des objectifs d une telle leçon est de placer l élève dans une situation de résolution de problèmes qu il ne pourra résoudre que s il emploie la stratégie appropriée à l étude et ce, afin de le rendre conscient de la pertinence d utiliser cette stratégie. L élaboration conjointe par l enseignante ou l enseignant (le médiateur) et l élève d une ensemble de situations potentielles, amène l élève à constater les possibilités de généralisation de cette stratégie et à reconnaître les situations potentielles dans lesquelles il pourra effectivement transférer la stratégie étudiée. Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Service de l animation pédagogique 24

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation

Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation Les éléments du Cadre FL2 (M-8) sont formulés en termes de résultats d apprentissage généraux, de résultats d apprentissage

Plus en détail

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions Éléments de réponse 1) L

Plus en détail

Cultiver le goût d entreprendre à l école

Cultiver le goût d entreprendre à l école DÉFI DE L ENTREPRENEURIAT JEUNESSE OFFRE DE SERVICE Cultiver le goût d entreprendre à l école Le Carrefour jeunesse-emploi de Shawinigan vous présente son Guide d ateliers pédagogiques pour les élèves

Plus en détail

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Yves Lenoir, D. sociologie Professeur titulaire Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l intervention

Plus en détail

L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A.

L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A. L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A. Consultante, 10 mai 2012, ginettebegin10@videotron.ca 1 Intention de l 'atelier: Susciter la réflexion

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

DÉROULEMENT D UNE SÉANCE DE COURS IMPLIQUANT L ÉLÈVE. Marie-Madeleine PIROCHE IEN Économie Gestion Académie de Nice

DÉROULEMENT D UNE SÉANCE DE COURS IMPLIQUANT L ÉLÈVE. Marie-Madeleine PIROCHE IEN Économie Gestion Académie de Nice DÉROULEMENT D UNE SÉANCE DE COURS IMPLIQUANT L ÉLÈVE Marie-Madeleine PIROCHE IEN Économie Gestion Académie de Nice Les étapes d une séance de cours Introduire le sujet Dégager la problématique Traiter

Plus en détail

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de connaissances, la pratique d habilités ou le développement d

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES

PROFIL DE COMPÉTENCES PROFIL DE COMPÉTENCES Direction et direction adjointe à la gestion d un établissement scolaire Bureau du recrutement, des stages et du développement des compétences Service de la gestion des personnes

Plus en détail

RAPPORT D ÉVALUATION. Rapport d évaluation du stage probatoire

RAPPORT D ÉVALUATION. Rapport d évaluation du stage probatoire Rapport d évaluation du stage probatoire RART D ÉVALUATIN Grilles d évaluation des compétences et fiche d observations Bilan des compétences Règle de décision nseignante ou enseignant : École ou centre

Plus en détail

L'anglais intensif pour tous au primaire. École Le Ruisselet 2012-2013

L'anglais intensif pour tous au primaire. École Le Ruisselet 2012-2013 L'anglais intensif pour tous au primaire École Le Ruisselet 2012-2013 2013 Historique Depuis plusieurs années les parents de l école Le Ruisselet réclamaient un programme d enseignement intensif de l anglais

Plus en détail

Primaire - autres matières

Primaire - autres matières 1 Primaire - autres matières PRIMAIRE autres matières La mission de l école s articule autour de trois axes : instruire, socialiser et qualifier. Instruire L école joue un rôle primordial en ce qui a trait

Plus en détail

LE CHEMINEMENT SCOLAIRE DE L ÉLÈVE

LE CHEMINEMENT SCOLAIRE DE L ÉLÈVE LE CHEMINEMENT SCOLAIRE DE L ÉLÈVE Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions 1) Comment se fait le partage des responsabilités en matière de

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) Raquel Partemi rpartemi@logos.uncu.edu.ar María Cristina Azcona sanchere@speedy.com.ar Noemí Jiménez castellotejimenez@yahoo.com.ar

Plus en détail

Table des matières. Français, langue seconde (programme de base)

Table des matières. Français, langue seconde (programme de base) Table des matières Présentation de la discipline.............................. 1 Du premier au deuxième cycle............................ 1 Compétences à développer.............................. 4 Relations

Plus en détail

NOTRE PROJET ÉDUCATIF

NOTRE PROJET ÉDUCATIF NOTRE PROJET ÉDUCATIF HISTORIQUE Fondée en 1983 notre École entreprendra en septembre 2013 sa trentième (30 e ) année académique. Bien que nous ayons acquis beaucoup de connaissances et d expériences au

Plus en détail

NOTRE PROJET ÉDUCATIF

NOTRE PROJET ÉDUCATIF NOTRE PROJET ÉDUCATIF du collège constituant de Terrebonne le 22 novembre 04 TABLE DES MATIÈRES DES VALEURS COMMUNES À PARTAGER...1 1. LE DÉVELOPPEMENT INTELLECTUEL...3 1.1 Acquérir une culture générale

Plus en détail

Liens entre les programmes

Liens entre les programmes Liens entre les programmes Accueillir la petite enfance du ministère de la Famille et des Ainés Éducation préscolaire du ministère de l Éducation Jocelyne Grenier Conseillère pédagogique à la petite enfance

Plus en détail

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE Ce qui définit «le changement» préscolaire primaire secondaire Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005-05-00511 ISBN 2-550-45274-7 (version

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

PASSERELLE. Un programme d entrainement favorisant un retour à l école

PASSERELLE. Un programme d entrainement favorisant un retour à l école PASSERELLE Un programme d entrainement favorisant un retour à l école INTRODUCTION...3 HISTORIQUE DU CENTRE SOLIDARITÉ JEUNESSE...4 LES GRANDS PRINCIPES DIRECTEURS...5 COMPOSANTES DU PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT...6

Plus en détail

Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient

Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient Marc Thiébaud Dans de nombreux champs d activités professionnelles, on observe un développement important de pratiques

Plus en détail

Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné

Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné "S'il n'y avait pas l'enfant à élever, à protéger, à instruire et à transformer en homme pour demain, l'homme d'aujourd'hui deviendrait un non-sens et

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

Le Réseau Conseil Interdisciplinaire du Québec. Formations offertes 14 en établissement

Le Réseau Conseil Interdisciplinaire du Québec. Formations offertes 14 en établissement Le Réseau Conseil Interdisciplinaire du Québec Formations offertes 14 en établissement Le Réseau conseil Interdisciplinaire du Québec Le Réseau conseil a été créé en 1994. Il se distingue des firmes habituelles

Plus en détail

Domaines de consultation bso

Domaines de consultation bso Domaines de consultation bso Supervision Compétences-clé Conseil en organisation Coaching La supervision, le conseil en organisation et le coaching sont des domaines de consultation professionnels adaptés

Plus en détail

OUTIL D AIDE A l ELABORATION D UNE FORMATION PEDAGOGIQUE

OUTIL D AIDE A l ELABORATION D UNE FORMATION PEDAGOGIQUE OUTIL D AIDE A l ELABORATION D UNE FORMATION PEDAGOGIQUE Construire une formation pédagogique c est : Considérer L origine. Le public ciblé La forme Les objectifs Le rôle du formateur L andragogie Choisir

Plus en détail

Le programme d enrichissement instrumental pour consolider ou reconstruire les fonctions cognitives

Le programme d enrichissement instrumental pour consolider ou reconstruire les fonctions cognitives Printemps 2013 Le programme d enrichissement instrumental pour consolider ou reconstruire les fonctions cognitives T out au cours d une journée, notre cerveau utilise cinq principales fonctions cognitives

Plus en détail

L organisation d une journée dans une classe de maternelle 4 ans à temps plein. Entrée en classe Accueil

L organisation d une journée dans une classe de maternelle 4 ans à temps plein. Entrée en classe Accueil L organisation d une journée dans une classe de maternelle 4 ans à temps plein Ouverture de l école Service de garde Entrée en classe Accueil Routine du matin Ateliers Dîner Récréation Histoire Jeux libres

Plus en détail

École secondaire Armand-Corbeil. Politique linguistique au Programme de premier cycle du secondaire (PPCS)

École secondaire Armand-Corbeil. Politique linguistique au Programme de premier cycle du secondaire (PPCS) École secondaire Armand-Corbeil Politique linguistique au Programme de premier cycle du secondaire (PPCS) Janvier 2013 PRÉAMBULE Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport demande aux commissions

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

Le jeudi 25 septembre 2014 Pré-Congrès de l ACELF Halifax

Le jeudi 25 septembre 2014 Pré-Congrès de l ACELF Halifax Le jeudi 25 septembre 2014 Pré-Congrès de l ACELF Halifax 13 h 30 Accueil Horaire 13 h 40 Mise en contexte 13 h 50 Modèle de leadership en situation minoritaire 14 h 00 Définition du leadership (culturel)

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire présentant une déficience langagière Document d information et critères d admissibilité du service Document révisé : Juin 2014 1. Présentation

Plus en détail

Politique numéro 28 portant sur L ÉVALUATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

Politique numéro 28 portant sur L ÉVALUATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN Politique numéro 28 portant sur L ÉVALUATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 25 juin 2002 CA-2002-87-736 Révisée

Plus en détail

Table des matières. Arts plastiques

Table des matières. Arts plastiques Table des matières Présentation de la discipline.............................. 1 L adolescent et les arts plastiques......................... 1 Les types de formation................................. 2

Plus en détail

ARTS PLASTIQUES. Formation obligatoire Formation optionnelle Arts plastiques Arts plastiques et multimédia

ARTS PLASTIQUES. Formation obligatoire Formation optionnelle Arts plastiques Arts plastiques et multimédia Version approuvée par le ministre de l Éducation, du Loisir et du Sport. Texte n ayant pas fait l objet d une révision linguistique exhaustive. À l usage exclusif du milieu scolaire et universitaire. Dans

Plus en détail

Programme d études Éducation physique 71421 - Leadership. Ministère de l Éducation Direction des services pédagogiques (2010)

Programme d études Éducation physique 71421 - Leadership. Ministère de l Éducation Direction des services pédagogiques (2010) Programme d études Éducation physique 71421 - Leadership Ministère de l Éducation Direction des services pédagogiques (2010) Programme d études : Éducation physique 71421 Leadership 2010 Table des matières

Plus en détail

LES INTELLIGENCES MULTIPLES

LES INTELLIGENCES MULTIPLES LES INTELLIGENCES MULTIPLES Théorie de Howard Gardner, chercheur en psychologie Selon la théorie des intelligences multiples, les individus disposent d un répertoire de compétences pour résoudre différents

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE DE L ECOLE DU COLIBRI. École privée laïque du Colibri Association des Amanins 26400 La Roche-sur-Grâne

PROJET PEDAGOGIQUE DE L ECOLE DU COLIBRI. École privée laïque du Colibri Association des Amanins 26400 La Roche-sur-Grâne PROJET PEDAGOGIQUE DE L ECOLE DU COLIBRI École privée laïque du Colibri Association des Amanins 26400 La Roche-sur-Grâne Pendant l'élaboration du projet écologique de l Association des Amanins, la question

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

1. Promouvoir la confiance en soi et le développement de la personne de chacun des élèves

1. Promouvoir la confiance en soi et le développement de la personne de chacun des élèves 1. Promouvoir la confiance en soi et le développement de la personne de chacun des élèves Plus spécifiquement en maternelle Développer la prise de conscience par l enfant de ses potentialités propres et

Plus en détail

Programmes de robotique FIRST // Repères pédagogiques au Québec //

Programmes de robotique FIRST // Repères pédagogiques au Québec // Programmes de robotique FIRST // Repères pédagogiques au Québec // FIRST au Québec Favoriser l Inspiration et la Reconnaissance des Sciences et de la Technologie auprès des jeunes du Québec, en les engageant

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Apprendre en stage Présentation aux référents 02.09.2010 C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Et pour commencer De quoi un étudiant a-t-il besoin pour apprendre en stage? Contenu de la présentation Introduction

Plus en détail

Actions de formation 2015-16

Actions de formation 2015-16 Actions de formation 2015-16 PLAN DE FORMATION ÉTABLISSEMENTS DU 1 ER ET DU 2 D DEGRE DIRECTION DIOCESAINE 6 novembre 2015 L offre 2015-2016 témoigne de notre volonté de poursuivre l accompagnement des

Plus en détail

Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement

Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement Leadership et travail en équipe de collègues 2008 Louise Lafortune Université du Québec à Trois-Rivières Téléphone

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES AU SECONDAIRE CADRE DE RÉFÉRENCE. Version préliminaire

L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES AU SECONDAIRE CADRE DE RÉFÉRENCE. Version préliminaire L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES AU SECONDAIRE CADRE DE RÉFÉRENCE Version préliminaire Dans le présent document, le masculin est utilisé sans aucune discrimination et dans le seul but d alléger le texte.

Plus en détail

Réguler son enseignement : Pourquoi? Comment?

Réguler son enseignement : Pourquoi? Comment? Mon enseignement, je l évalue, il évolue Réguler son enseignement : Pourquoi? Comment? Lucie Mottier Lopez Université de Genève 13 mai 2013 IFRES, Liège lucie.mottier@unige.ch 1 Plan Un cadre pour penser

Plus en détail

Plan. stratégique 2015-2020

Plan. stratégique 2015-2020 Plan stratégique 2015-2020 Table des matières 1 2 3 5 Mot du recteur par intérim Mission Vision Valeurs Enjeu 1 Leadership et positionnement Enjeu 2 Études et formations distinctives 7 9 11 13 Enjeu 3

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE Version abrégée 2014 2015 PAVILLON WILBROD DUFOUR

PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE Version abrégée 2014 2015 PAVILLON WILBROD DUFOUR PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE Version abrégée 2014 2015 PAVILLON WILBROD DUFOUR PWD École en forme et en santé Parcours régulier Secondaire 1 à 5; Déro 15-16 ans. Programme ÉTIC Secondaire 1, 2 et 3.

Plus en détail

Le prof, cet incompris ; l élève, désinvesti? Enseignant, animateur, accompagnateur : quelle(s) posture(s) pour quels effets?

Le prof, cet incompris ; l élève, désinvesti? Enseignant, animateur, accompagnateur : quelle(s) posture(s) pour quels effets? Le prof, cet incompris ; l élève, désinvesti? Enseignant, animateur, accompagnateur : quelle(s) posture(s) pour quels effets? Résumé Christine Jacqmot et Elie Milgrom FA2L scrl «Mon cours intéresse-t-il

Plus en détail

Cours Arithmétique appliquée à la monnaie Mathématique de base 3 MAT-B211-4. Alphabétisation

Cours Arithmétique appliquée à la monnaie Mathématique de base 3 MAT-B211-4. Alphabétisation Cours Arithmétique appliquée à la monnaie Mathématique de base 3 MAT-B211-4 Alphabétisation «Une fortune est mieux protégée dans une tête que dans un sac.» Félix Leclerc Présentation du cours Arithmétique

Plus en détail

Projet d Etablissement 2013-2016

Projet d Etablissement 2013-2016 Projet d Etablissement 2013-2016 L organisation pédagogique d un établissement scolaire doit être conçue en fonction d un projet d établissement. Le dernier projet (2007-2010) est arrivé à son terme. Le

Plus en détail

1 re secondaire BIENVENUE A L ECOLE GUIDE DE CHOIX DE COURS 2013-2014 SECONDAIRE DES PATRIOTES ANNÉE SCOLAIRE 2013-2014

1 re secondaire BIENVENUE A L ECOLE GUIDE DE CHOIX DE COURS 2013-2014 SECONDAIRE DES PATRIOTES ANNÉE SCOLAIRE 2013-2014 BIENVENUE A L ECOLE SECONDAIRE DES PATRIOTES GUIDE DE CHOIX DE COURS 2013-2014 1 re année du 1 er cycle du secondaire ANNÉE SCOLAIRE 2013-2014 1 re secondaire Informations École secondaire des Patriotes

Plus en détail

FORMATION CONTINUE Programme

FORMATION CONTINUE Programme Arsi Prog2015-BAT3:PF 2011 12/08/14 11:34 Page1 2 0 1 5 FORMATION CONTINUE Programme Association de Recherche en Soins Infirmiers agréée pour la formation continue 109, rue Negreneys 31200 TOULOUSE Tél.

Plus en détail

LES APPRENTISSAGES DES ELEVES Qu est-ce qu apprendre?

LES APPRENTISSAGES DES ELEVES Qu est-ce qu apprendre? LES APPRENTISSAGES DES ELEVES Qu est-ce qu apprendre? 1- Pensées et aphorismes 2- Les réseaux neuronaux en Intelligence Artificielle 3- Parallèles avec les apprentissages humains 4- Qu est-ce qu une situation

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Politique adoptée par la Résolution CA-2013-2014-7 du conseil d administration du Conservatoire à sa 26 e séance ordinaire tenue

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Pédagogie du projet et développement des compétences transversales : un changement de posture pédagogique 1

Pédagogie du projet et développement des compétences transversales : un changement de posture pédagogique 1 LOUISE LAFORTUNE Pédagogie du projet et développement des compétences transversales : un changement de posture pédagogique 1 AVANT LES CHANGEMENTS ASSOCIÉS À LA RÉFORME dans l école québécoise à partir

Plus en détail

INVESTIR POUR L AVENIR

INVESTIR POUR L AVENIR Employers in Education THE EUROPEAN FEDERATION OF EDUCATION EMPLOYERS INVESTIR POUR L AVENIR Déclaration conjointe sur l éducation, la formation et la recherche La présente déclaration conjointe a pour

Plus en détail

POLITIQUE SRE-POL-09. 1. Énoncé... 2. 2. Fondements et cadre légal d application... 2 à 5. 3. Personnes et entités visées... 5

POLITIQUE SRE-POL-09. 1. Énoncé... 2. 2. Fondements et cadre légal d application... 2 à 5. 3. Personnes et entités visées... 5 POLITIQUE Service des ressources éducatives aux jeunes SRE-POL-09 POLITIQUE LINGUISTIQUE 1. Énoncé... 2 2. Fondements et cadre légal d application... 2 à 5 3. Personnes et entités visées... 5 4. Principes

Plus en détail

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales Index Plan d'études Gymnase français de Bienne 69 2. Disciplines fondamentales sciences humaines géographie histoire introduction à l économie et au droit enseignement interdisciplinaire (EISH) Sciences

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PLAN DE FORMATION PDG

PRÉSENTATION DU PLAN DE FORMATION PDG PRÉSENTATION DU PLAN DE FORMATION PDG PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DES GESTIONNAIRES PROFIL DE DÉVELOPPEMENT DU GESTIONNAIRE ET Par Gilles Vachon, M.Ed., M.A.Ps. psychologue et consultant en ressources humaines

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Historique du Centre de la petite enfance de Saint-Lambert Agathe la Girafe Le Centre de la Petite Enfance de Saint-Lambert Agathe la Girafe est une garderie qui détient un permis

Plus en détail

ORIENTATION DU CURRICULUM ÉDUCATIF

ORIENTATION DU CURRICULUM ÉDUCATIF ORIENTATION DU CURRICULUM ÉDUCATIF ORIENTATION DU CURRICULUM ÉDUCATIF TABLE DES MATIÈRES But du Curriculum éducatif 1 Valeurs 2 Principes directeurs 3 Objectifs généraux et objectifs spécifiques 7 Principes

Plus en détail

HISTOIRE DE ARTS Au Lycée professionnel

HISTOIRE DE ARTS Au Lycée professionnel 1 HISTOIRE DE ARTS Au Lycée professionnel Documents d aide pour débuter Synthèse de la réflexion du groupe d experts -----------------oooooooooooooooooo----------------- Emmanuelle Kalonji professeure

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

DIRECTIVES ET RESCRIPTIONS

DIRECTIVES ET RESCRIPTIONS DIRECTIVES ET RESCRIPTIONS EXAMEN PRATIQUE EP - 1 - Remarques générales Conformément aux dispositions réglementaires pour l obtention du Master en Pédagogie Spécialisée / Enseignement Spécialisé, les étudiant-e-s

Plus en détail

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES Synthèse de quelques éléments d observation Marc Thiébaud Septembre 2002 Remarque préliminaire Cette synthèse

Plus en détail

Education en vue du développement durable : Une définition

Education en vue du développement durable : Une définition Education en vue du développement durable : Une définition Contenu : Le développement durable : Une définition 1. Historique et contexte Suisse 2. Le développement durable Le lien entre développement durable

Plus en détail

PROFIL D ENSEIGNEMENT. Bachelier en Publicité

PROFIL D ENSEIGNEMENT. Bachelier en Publicité PROFIL D ENSEIGNEMENT Bachelier en Publicité Une formation aux couleurs de la HELHa L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant en lui permettant, d une part,

Plus en détail

ÉVALUATION PERSONNELLE

ÉVALUATION PERSONNELLE ÉVALUATION PERSONNELLE Agent (e) de développement NOM : ÉVALUÉ PAR : DATE : PROFIL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES PERSONNELLES Ces compétences permettent au personnel d atteindre un équilibre et de se ressources

Plus en détail

Anglais, langue seconde. Programme enrichi

Anglais, langue seconde. Programme enrichi Anglais, langue seconde Programme enrichi Table des matières Présentation du programme enrichi d anglais, langue seconde... 1 Relations entre le programme enrichi d anglais, langue seconde, et les autres

Plus en détail

DOSSIERS PÉDAGOGIQUES

DOSSIERS PÉDAGOGIQUES DOSSIERS PÉDAGOGIQUES Les dossiers pédagogiques comprennent des outils pour faciliter la tâche d enseignement d un professeur. 1. PLANIFICATION PÉDAGOGIQUE Yvon Brunet, inf., M. Éd. Ce dossier pédagogique

Plus en détail

Stage professionnel en responsabilité - B Suivi des semestres 1 et 2

Stage professionnel en responsabilité - B Suivi des semestres 1 et 2 Filière Enseignement secondaire I Stage professionnel en responsabilité - B Suivi des semestres 1 et 2 Haute Ecole Pédagogique Document à l usage des étudiants, des praticiens formateurs et des professeurs

Plus en détail

Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG)

Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG) Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG) Description des modules Modules Module 1 Identifier le contexte de

Plus en détail

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est unique mfa.gouv.qc.ca Les services de gardes éducatifs, un milieu de vie stimulant pour votre enfant

Plus en détail

CPE La Grande Ourse, Intégration d enfants à besoins particuliers, 2006. Révisée par l administration provisoire, Avril 2011.

CPE La Grande Ourse, Intégration d enfants à besoins particuliers, 2006. Révisée par l administration provisoire, Avril 2011. POLITIQUE D INTÉGRATION DES ENFANTS AVEC DES BESOINS PARTICULIERS OU HANDICAPÉS CENTRE DE LA PETITE ENFANCE LA GRANDE OURSE INTÉGRATION D ENFANTS À BESOINS PARTICULIERS Le centre de la petite enfance La

Plus en détail

Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans

Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans Ginette Hébert formatrice en petite enfance AFÉSÉO FORUM 2012 Cette formation s appuie sur mon expérience d accompagnement d éducatrices

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES

Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES Objectif : Donner du sens aux Enseignements d Exploration en évaluant les compétences, placer les dispositifs d évaluation

Plus en détail

REFERENCES INSTITUTIONNELLES, THEORIQUES, DIDACTIQUES

REFERENCES INSTITUTIONNELLES, THEORIQUES, DIDACTIQUES REFERENCES INSTITUTIONNELLES, THEORIQUES, DIDACTIQUES I- DES REFERENCES Institutionnelles Programmes 2008 : Agir et s exprimer avec son corps. S approprier le langage Historiques Domaine disciplinaire

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

Pour la formation des formateurs visant l émancipation des

Pour la formation des formateurs visant l émancipation des Charte Pour la formation des formateurs visant l émancipation des apprenants Eur-Alpha 2009-2012 L alphabétisation est définie par les partenaires Eur-Alpha comme : L acquisition des savoirs de base (compétences

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

Informations sur le programme et description des cours

Informations sur le programme et description des cours SCIENCES HUMAINES - 300.A0 Profil A3 Développement humain et société Informations sur le programme et description des cours Service de la gestion et du développement des programmes d études 2015-2016 SCIENCES

Plus en détail

Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école

Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école La FSMA (l Autorité des services et marchés financiers) est un organisme public autonome. Parmi les missions qui lui ont été confiées

Plus en détail

Formation des formateurs en entreprise

Formation des formateurs en entreprise en entreprise Le (CQFA) du Cégep de Chicoutimi et le Service de formation continue de l'université du Québec à Chicoutimi (UQAC) unissent leurs efforts et leur expertise respective pour offrir aux organisations

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT «Amener chacun à une autonomie responsable» INTRODUCTION Dans l esprit du Projet Educatif défini par le Pouvoir Organisateur du Collège Notre-Dame et dans la volonté de respecter

Plus en détail