Marketing opérationnel 4: La politique de promotion

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Marketing opérationnel 4: La politique de promotion"

Transcription

1 Le marketing des services financiers Guide d auto-apprentissage LEÇON 7 Marketing opérationnel 4: La politique de promotion Objectif: Après avoir défini ses politiques de produit, de prix et de distribution, une IMF doit porter son attention sur la promotion, le dernier des éléments du marketing-mix nécessaire pour toucher son marché cible et atteindre ses objectifs de marketing. La présente leçon porte sur les cinq principales méthodes de promotion: la vente personnelle, la publicité, la promotion des ventes, les relations publiques et le sponsoring. 1. LA COMMUNICATION La Promotion vise à influencer le comportement d achat du marché cible. C est l élément du marketing-mix qui sert à informer le client à le persuader et à lui rappeler des produits spécifiques et/ou l organisation qui les vend, dans l espoir d influencer ses sentiments, ses convictions ou son comportement i. Pour formuler une politique de promotion appropriée et efficace, une IMF doit bien comprendre le processus de communication et ses implications. On appelle Communication, la transmission orale ou non d une information entre une personne qui souhaite exprimer une idée et une autre à qui elle s adresse. La promotion étant une forme de communication, l examen du processus de communication peut être très instructif pour la formulation d une promotion efficace. La communication exige quatre éléments fondamentaux: une source; un message; un canal de communication; un destinataire. Le processus de communication mis en œuvre dans le marketing d un produit offert par une IMF passe par les étapes suivantes: a. L information que l IMF souhaite communiquer doit être présentée sous une forme qui se prête à la transmission: une idée doit être traduite en mots, en images ou sous toute autre forme. Par exemple, l idée: «Notre IMF doit trouver un moyen de personnaliser son image.» peut être présentée sous la forme verbale suivante: «La banque, une amie très proche.» b. Une fois qu il a reçu le message, le destinataire va l interpréter. L interprétation du destinataire peut coïncider avec l intention de l IMF («Une banque amie est une banque où les employés ont le souci du client.») ou non («Je me demande si cette banque sacrifie le professionnalisme à l amitié.»), selon les connaissances et le vécu du destinataire. 1

2 c. Si le message a été transmis avec succès, un changement a lieu au niveau des connaissances, des convictions ou des sentiments du destinataire. Ce changement entraîne chez celui-ci une réaction. Cette réaction peut-être non verbale (sourire en passant devant l agence de l IMF), verbale (conseiller à un ami d essayer les services de l IMF) ou comportementale (ouvrir un compte d épargne et y déposer une grosse somme d argent). d. Le type de réaction observé informe en retour l IMF sur la bonne réception du message et sur sa perception par le destinataire, c est le feedback ou rétroaction. Le feedback permet à l IMF de déterminer si son message a été reçu avec succès ou s il est nécessaire qu elle améliore sa communication. Tous les stades du processus exposé ci-dessus peuvent être perturbés par le «bruit», c està-dire par tout facteur exogène susceptible d altérer la qualité de la communication. Pour les IMF, par exemple, les messages publicitaires de la concurrence constituent un bruit. 2. LES MÉTHODES DE PROMOTION Il existe cinq méthodes de promotion: i. la vente personnelle; ii. la publicité; iii. la promotion des ventes; iv. les relations publiques; v. le sponsoring. Chaque méthode est particulière. Les sections suivantes sont consacrées à la description détaillée de chacune de ces méthodes. i. La vente personnelle «Tout le monde vit en vendant quelque chose.» (Robert L. Stevenson) Cette affirmation est aussi vraie aujourd hui qu elle l était quand l auteur l a formulée, il y a 100 ans. En fait, on peut définir la vente personnelle comme la communication personnelle d informations tendant à persuader quelqu un d acheter quelque chose. Elle consiste en la présentation directe d un produit à un client potentiel par un représentant de l organisation vendeuse et elle se déroule généralement face-à-face. Ce qui fait l efficacité de la vente personnelle c est qu elle peut s adapter en fonction de la réaction du client et permet de construire de bonnes relations avec la clientèle. La vente personnelle représente le plus important poste de dépenses d exploitation de beaucoup d entreprises, atteignant souvent 8 à 15 pour cent du budget total des ventes. Dans le cas des institutions financières, ce chiffre peut passer à pour cent. Par comparaison, les dépenses de publicité se limitent généralement à 1-4 pour cent du budget global des ventes. La vente personnelle est une forme de promotion coûteuse, car elle exige la gestion intensive d une force de vente stratégique. En contrepartie, c est aussi l une des plus efficaces. Même si tous les autres efforts de promotion sont exécutés à la perfection, la rencontre avec un employé désagréable peut détruire la relation de confiance fragile qui s était établie entre le client et l institution. Les IMF doivent donc veiller tout particulièrement à la formation du personnel de leur force de vente. 2

3 L efficacité de la vente personnelle dépend de plusieurs facteurs. La force de vente doit être sélectionnée et recrutée avec un soin particulier. Le personnel en cause doit assimiler les objectifs de l entreprise. Il doit recevoir une bonne formation et être correctement motivé, rémunéré, supervisé et évalué en fonction des résultats obtenus. En raison de ces facteurs, l IMF doit consentir un investissement financier important avant que ses commerciaux soient capables de la représenter de façon satisfaisante. Plusieurs parmi les IMF enquêtées, à l occasion de l élaboration du présent guide, recourent à des campagnes de vente pour commercialiser leurs produits. Dans le cadre des activités de promotion de la Sonapost (Burkina Faso), la force de vente conduit des campagnes de vente directe sur un certain nombre de lieux de travail publics ou privés, tels que le service des eaux, les écoles, les dispensaires, les sucreries, les minoteries, les brasseries et les coopératives agricoles. Durant ces campagnes, employés et ouvriers peuvent ouvrir des comptes directement sur leur lieu de travail auprès du personnel de vente. Dans les grandes structures administratives, commerciales ou industrielles, la Sonapost mène des campagnes de vente au moins une fois par an. Elle indique que ces campagnes ont pour effet direct d accroître le nombre et le volume des dépôts, en particulier dans le cas des plans d épargne-retraite. La Sonapost fait remarquer que le suivi assidu par la force de vente des personnes qui se montrent intéressées donne de bons résultats. La KPOSB (Kenya) organise aussi des campagnes de vente destinées à attirer de gros clients, tels que les écoles, les entreprises, les casernes et les commissariats de police. La Rural Bank of Talisayan (Philippines) recourt à ses démarcheurs et à sa force de vente pour promouvoir ses produits d épargne à l occasion de leurs activités courantes et au moyen de campagnes spéciales de vente. La People's Bank (Sri Lanka) mène des campagnes de vente dans les collectivités, telles que les écoles, les jardins d enfants, les temples et les plantations de thé. En plus des informations promotionnelles qu elle fournit durant ces campagnes, la People's Bank offre aux clients intéressés la possibilité immédiate d ouvrir un compte. L Union Bank (Jamaïque) pratique la vente personnelle dans les usines, les entreprises, les marchés, les églises, les écoles et les expositions communautaires afin de cibler de vastes groupes de clients potentiels. Ses représentants organisent aussi des promenades de vente dans les communautés locales et ouvrent des comptes sur le champ pour la commodité du client. ii. La publicité La publicité est une communication de masse impersonnelle conçue et financée par une IMF. Les principaux médias publicitaires sont l audiovisuel (radio et télévision) et la presse écrite (journaux et magazines). Mais il y en a beaucoup d autres, du publipostage à l affichage. La plupart des organisations ont recours à la publicité. Le montant des dépenses que les entreprises consacrent à la publicité dans le monde témoigne de l importance de ce 3

4 média. Plus il y a de produits sur le marché, plus les IMF recourent à la publicité pour faire connaître leurs produits. L Ithala (Afrique du Sud) fait du marketing une priorité, à laquelle elle a consacré un budget supérieur à 1 million de dollars par an au cours des trois dernières années. Son service de marketing emploie 23 personnes. Au Bangladesh, le marché de la microfinance est le plus concurrentiel du monde, ce qui impliquerait un recours massif à la publicité. Or l ASA déclare qu elle ne fait pas de publicité mais compte sur son personnel de vente et sur le bouche-à-oreille pour promouvoir ses produits et ses services auprès de ses clients actuels et potentiels. La BURO, Tangail recourt à la publicité bien qu elle s efforce de maintenir ses dépenses de promotion à un faible niveau pour rester concurrentielle. La BT distribue des brochures et des circulaires et se sert des systèmes de sonorisation installés sur les marchés pour diffuser des informations sur ses services. Elle place aussi des panneaux d affichage dans des endroits stratégiques et encourage l épargne par une campagne annuelle d une semaine, afin d inciter ses clients actuels à augmenter leurs dépôts et d attirer de nouveaux clients. La CERUDEB (Ouganda) accorde une grande importance au marketing. Néanmoins, son PDG a déclaré que la CERUDEB prenait soin de ne pas faire trop de publicité afin d éviter de donner l impression que la banque n était pas stable ou qu elle avait besoin de nouveaux dépôts. L une des banques dont la fermeture avait été ordonnée en 1999 par la Banque centrale d Ouganda, avait fait une grande campagne publicitaire mettant l accent sur les dépôts juste avant d être fermée pour fraude. Cet exemple montre que les décisions relatives à la publicité doivent tenir compte de l environnement général dans lequel opère l IMF. Tous les supports publicitaires ont en commun les quatre caractéristiques suivantes: un message visuel et/ou verbal; un annonceur identifié; la transmission par un ou plusieurs médias; le paiement par le sponsor du média véhiculant le message. Types de publicité La façon dont la publicité est utilisée dépend des facteurs suivants: a. l audience ciblée; b. l objet de la publicité (un produit ou une institution); c. l objectif recherché. La publicité grand public et la publicité professionnelle: l une des principales différences entre ces deux types de publicité tient au discours et au média utilisés. Le message destiné au grand public doit être concis, clair et lié à une image qui le renforce. Dans la publicité professionnelle, les entreprises fournissent des informations plus détaillées. En ce qui concerne les IMF, la publicité destinée aux professionnels peut aussi donner des informations sur leurs relations avec d autres institutions financières, telles que les organismes de refinancement. Par exemple, l ASA (Bangladesh) ne fait pas de publicité auprès des clients mais dispose d une excellente page Web qui fournit des informations détaillées sur ses produits et ses services. Étant donné le niveau de revenu et d équipement informatique de ses marchés cibles, il est évident que cette page Web s adresse aux milieux professionnel et international. La publicité produit, concentrée sur une marque ou un produit particulier, se subdivise en deux types de publicité: 4

5 La publicité à effet direct recherche une réaction rapide. Par exemple, un magazine peut presser le lecteur de retourner un coupon ou de rappeler immédiatement. La réaction à ce genre de publicité fournit des informations sur les clients potentiels et renseigne sur l efficacité de la publicité. La publicité à effet indirect est destinée à stimuler la demande à plus long terme. Elle a pour objet d informer le client de l existence du produit ou de la lui rappeler, ainsi que d en valoriser les avantages. La publicité institutionnelle présente des informations sur les gammes de produits de l IMF ou tente de communiquer une bonne impression de l organisation en en traçant un portrait flatteur. La publicité axée sur la demande primaire ou sur la demande sélective: La publicité axée sur la demande primaire est destinée à stimuler la demande d une catégorie générale de produits, par exemple les comptes d épargne pour enfants, les comptes à terme de 6 mois ou les prêts immobiliers. La publicité axée sur la demande sélective, au contraire, a pour objet de stimuler la demande d une marque particulière, tel qu un plan d épargne spécifique d une IMF donnée. On recourt à la publicité axée sur la demande primaire dans deux types de situations: Premièrement, quand le produit est au début de son cycle de vie. C est ce qu on appelle la publicité pionnière. L entreprise peut faire passer une publicité sur un nouveau produit expliquant les avantages du produit sans mettre en avant le nom de la marque. L objectif de la publicité pionnière est d informer, non de persuader le marché cible. Aux stades suivants du cycle de vie du produit. Elle a alors pour but de soutenir la demande du produit. La publicité axée sur la demande sélective est essentiellement une publicité concurrentielle. Elle oppose la marque au reste du marché. On utilise ce type de publicité après la phase de lancement quand le produit est relativement bien connu et qu il est en concurrence avec plusieurs autres marques pour élargir sa part de marché. L objectif de la publicité axée sur la demande sélective est d accroître la demande d une marque en valorisant ses caractéristiques spéciales et ses avantages, c est-à-dire ses avantages différenciateurs. L organisation de la campagne publicitaire Une campagne publicitaire comprend toutes les tâches à accomplir pour transformer une idée en programme de publicité coordonné visant à atteindre des objectifs spécifiques relatifs à un produit ou à une marque. Les campagnes publicitaires sont planifiées dans le cadre global du plan de marketing stratégique et du programme de promotion. Avant de concevoir une campagne publicitaire, la direction doit définir: les marchés cibles; les objectifs de la promotion; le budget de promotion; le thème général de la promotion. Une fois que ces éléments sont connus, l IMF peut commencer à formuler une campagne publicitaire. À cet effet, il lui faut prendre cinq mesures: 5

6 a. Définir les objectifs: Le but de la publicité est de vendre quelque chose: un bien, un service, une idée ou un emplacement, soit maintenant soit dans l avenir. Elle peut le faire en définissant des objectifs spécifiques qui peuvent s exprimer dans une publicité. Les différentes publicités sont ensuite incorporées dans une campagne publicitaire. Les objectifs habituels d une campagne publicitaire sont par exemple: Soutenir la vente personnelle. Informer le client sur le nouveau produit, l extension de la gamme de produits ou la marque. Élargir l utilisation d un produit à de nouveaux marchés. Contrecarrer la substitution. La publicité consolide la décision des clients existants et réduit la probabilité qu ils passent à la concurrence. b. Établir un budget: Une fois que le budget promotionnel est établi, il faut répartir les fonds entre les différentes activités du programme promotionnel global. Certaines entreprises recourent à la publicité coopérative pour tirer le maximum de leur budget. La publicité coopérative promeut les produits de deux ou plusieurs entreprises qui se partagent ainsi le coût de la publicité. Leurs produits doivent être complémentaires et non pas concurrents. Par exemple, une IMF peut faire la publicité de comptes d épargne destinés aux écoliers en liaison avec une librairie scolaire. De la sorte, deux entreprises complémentaires partagent le coût d une publicité qui s adresse au même groupe cible. c. Créer un message: Quel que soit l objectif de la campagne publicitaire, toute annonce doit accomplir deux choses: Capter l attention de l audience à laquelle on s adresse et la conserver. Influencer cette audience dans le sens souhaité. Il est important de se rappeler que le but final de la publicité est de vendre et que les annonces elles-mêmes sont des messages de vente. Il y a de nombreux moyens de capter l attention par un message de vente. Le plus courant consiste à présenter le message de façon originale. Chaque média peut être sélectionné pour les avantages particuliers qu il offre. La télévision donne la possibilité de recourir à des effets spéciaux. La radio s adresse à l imagination des auditeurs, et crée de nombreuses images mentales qu il serait impossible de produire par le visuel ou l imprimé. La surprise, le choc, la drôlerie et l insolite sont autant de moyens couramment utilisés pour attirer l attention des marchés cibles. Par exemple, une publicité imprimée peut contenir un grand espace blanc tandis que la télévision peut présenter un produit hors de son contexte habituel. Pour renforcer l impact de la publicité, les IMF doivent créer une impression générale correspondant à leur image institutionnelle. Par exemple, toutes les publicités de la CERUDEB (Ouganda) sont basées sur le slogan «La banque de tous les ougandais.» Il est important aussi en publicité de prêter attention aux détails. Par exemple, les couleurs utilisées peuvent transmettre au destinataire une image positive, de sorte que les IMF qui ciblent des marchés ruraux pourront utiliser la couleur verte dans un cadre 6

7 champêtre. Il s agit toutefois là d aspects très sensibles aux différences régionales et culturelles. Si une publicité réussit à capter l attention du marché cible, l IMF n a que quelques secondes à sa disposition pour communiquer son message. Un message comprend les deux éléments suivants: L attrait en publicité est ce qui amène le destinataire à réagir d une certaine façon. Il est centré sur l avantage qu un individu obtiendra en croyant au message. L exécution consiste à promouvoir les caractéristiques du produit de façon convaincante en s appuyant sur l attrait du produit. L attrait peut être présenté de différentes façons. Par exemple, les avantages d un appareil électroménager fiable peuvent être démontrés à l aide des statistiques d utilisation, du témoignage d une personne ou d une organisation respectée, du partage de l expérience d utilisateurs ou de propriétaires satisfaits ou de la description du processus de production. d. Sélectionner le média: Le message et le média approprié pour le transmettre sont très dépendants l un de l autre. On sélectionne normalement les deux simultanément en fonction de l attrait du produit et du marché cible. Pour déterminer quels médias elles vont utiliser pour leur publicité, les IMF doivent prendre les décisions suivantes: Quels médias utiliser journaux, magazines, radio, télévision ou publipostage; affichage, brochures publicitaires ou pages jaunes? Quelle catégorie du média sélectionné utiliser? La télévision peut être publique ou privée, les stations de radio peuvent être éducatives ou journalistiques, les magazines grand public ou spécialisés, les journaux locaux, nationaux ou internationaux. Quel sera le choix spécifique retenu? Une IMF qui décide de faire sa publicité à la radio et opte pour les stations locales doit encore déterminer quelle station utiliser dans chaque lieu. Le choix des médias est conditionné par un certain nombre de facteurs généraux: Les objectifs de la publicité. L objet d une publicité particulière et les objectifs de l ensemble de la campagne influent sur le choix du média. Par exemple, si l objectif est d accroître la notoriété générale, l IMF pourra recourir à un spot de télévision. Si l objectif est de créer dans une ville rurale particulière, une notoriété immédiate, dès l arrivée d une unité mobile d épargne, une annonce diffusée par hauts parleurs, montés sur le toit du véhicule, peut être le meilleur moyen. Le marché cible. Le marché touché par le média doit correspondre à l aire géographique de distribution du produit. En outre, le média sélectionné doit toucher le marché cible avec une perte minimale de couverture. Il y a perte de couverture quand le média sélectionné touche des personnes qui ne sont pas des clients potentiels du produit. Beaucoup de médias, même au niveau national, peuvent cibler un petit segment spécialisé de marché. Par exemple, certains journaux publient des éditions locales avec une section d annonces publicitaires différente dans chaque édition. Le message. Le média sélectionné doit être adapté au message. Par exemple, les produits alimentaires exigent une présentation visuelle. Si le message d une IMF 7

8 est très court (on recommande souvent moins de six mots), l affichage peut être le meilleur support. Le temps et le lieu. Le média sélectionné doit atteindre les clients potentiels au moment où ils sont sur le point de prendre leur décision d achat et à l endroit où ils se trouvent. Par exemple, la publicité d un plan d épargne destiné aux agriculteurs doit leur parvenir juste avant l époque de la récolte. Les salles d attente des agences sont un excellent endroit pour faire la publicité des produits proposés. Le coût. Il faut envisager le coût de chaque média en fonction des moyens financiers disponibles et du rayonnement ou de la diffusion du média. Par exemple, le coût de la publicité à la télévision n est pas à la portée de nombreuses IMF. Les IMF utilisent souvent une combinaison de médias: La BRI utilise plusieurs supports pour sa publicité. Des brochures décrivant ses produits d épargne et de crédit sont disponibles aux points de vente de l UDES. Les chargés de prêts de l UDES distribuent des affiches aux clients au cours de leurs visites et dans les bureaux de l UDES. En outre, la BRI fait de la publicité sur les stations de radio et les chaînes de télévision locales. Lors du lancement de son produit d épargne «partenaire» en mai 1994, l Union Bank (Jamaïque) a engagé une vedette locale de reggae pour chanter un indicatif musical (jingle) qui a été diffusé à la radio et à la télévision. Les matériels de promotion et de publicité utilisés dans la presse mettaient en scène des personnages de bandes dessinées parlant le patois jamaïcain pour plaire au segment de marché populaire. En trois ans, la banque a amassé plus de 3 millions de dollars de dépôts d épargne «partenaire». L Ithala utilise divers médias pour commercialiser ses produits d épargne, notamment des prospectus détaillés sur les produits, qui sont disponibles dans toutes les agences et distribués dans les expositions de marketing. Elle utilise aussi le publipostage, la radio et la télévision locales et mène des campagnes mensuelles de marketing afin de promouvoir les produits d épargne de toutes ses agences. La BAAC utilise différents supports publicitaires tels que brochures, affiches, bannières annonces radio. En outre, elle a entrepris plusieurs activités concernant des produits d épargne particuliers: les employés promeuvent les produits par haut-parleurs dans les agences aux heures de pointe et dans les villages, dans les temples au cours de cérémonies religieuses, et lors d évènements sportifs au niveau du district. D avril à juin 2000, la BAAC a mené une campagne de publicité pour son dépôt à terme «richesse croissante». Le certificat de dépôt représente des riziculteurs durant la récolte. Toutes les salles de réception de la clientèle ont été décorées avec de grandes bannières représentant la même scène. Les rapports de terrain d avril 2000 ont noté que la «chanson de la BAAC» était aussi très populaire dans la clientèle. Chaque unité mobile d épargne est équipée de puissants hauts parleurs qui ont une grande portée et à chacun de ses arrêts, l unité joue un jingle accrocheur pour avertir les clients que le guichet est ouvert. Les commerciaux des unités mobiles contactent aussi directement les clients pour les convaincre d ouvrir un compte d épargne à la BAAC. Ces efforts de promotion se sont révélés très payants. La Construction & Business Bank (Éthiopie) a déclaré que la publicité à la radio et à la télévision était le moyen le plus efficace d atteindre la clientèle existante et les 8

9 clients potentiels. Elle participe aussi, au moins deux fois par an, aux foires et aux expositions commerciales qui ont lieu dans la capitale et dans certaines grandes villes régionales. La FUCAC (Uruguay) utilise des tracts pour annoncer ses nouveaux produits et indiquer les taux d intérêts servis sur ses produits existants. Elle indique en outre que la publicité sur les chaînes locales de télévision à l heure du journal télévisé donne d excellents résultats. La KPOSB (Kenya) utilise divers matériels de promotion, tels que brochures, affiches et bannières, qu elle distribue pendant ses campagnes de vente et qu elle expose dans ses points de vente. Elle diffuse en outre un programme hebdomadaire à la radio. e. L évaluation de l efficacité: une mesure couramment utilisée pour évaluer l efficacité d une campagne de publicité est le coût pour mille personnes touchées (CPM). Cette formule permet à une IMF de faire des comparaisons de coûts entre les différents médias. Le CPM se calcule comme suit: CPM = coût x diffusion Par exemple, si le coût d une annonce pleine page quadri (couleur) dans un journal est de dollars et que la diffusion du journal est de exemplaires, le CPM est le suivant: CPM = x = 76,92 dollars Souvent, toutefois, l efficacité d une campagne de publicité est très difficile à évaluer. Henry Ford, le célèbre constructeur automobile disait: «La moitié du coût de la publicité est inutile. Le problème est de savoir quelle est la bonne moitié.». La publicité touche de nombreuses personnes qui ne s intéressent pas aux produits vantés. C est ce qu on appelle la déperdition de la publicité. Optimiser les dépenses de publicité signifie réduire au minimum la déperdition par une action concentrée. Gestion de la publicité Une IMF dispose de trois possibilités pour gérer sa publicité: Créer un service publicité interne. Employer une agence de publicité externe. Conjuguer les deux. Pour qu une publicité soit réussie, les mêmes compétences spécialisées sont nécessaires quelle que soit la méthode adoptée. Des personnes créatives sont indispensables pour préparer la copie, créer le matériel illustratif et la maquette. Des experts en médias sont nécessaires pour sélectionner le média approprié, acheter l espace publicitaire et planifier l heure de passage de l annonce. Des compétences en gestion sont essentielles pour organiser et administrer le programme général de publicité. La publicité de certaines IMF est orientée davantage vers la direction que vers le client parce que leurs directeurs la conçoivent selon leurs propres goûts. C est une erreur qui peut coûter cher. iii. La promotion des ventes 9

10 La promotion des ventes est l un des termes de marketing dont la définition est la plus vague. Il s agit d un ensemble de moyens de stimuler la demande qui sont destinés à compléter la publicité et à faciliter la vente personnelle. Elle utilise fréquemment une incitation temporaire telle que les coupons, cadeaux, primes, publicité sur le lieu de vente, foires commerciales, échantillons, démonstrations et jeux-concours en magasin pour encourager l achat. La Sonapost (Burkina Faso) propose à ses déposants une large gamme de cadeaux promotionnels tels que T-shirts, dépliants, calendriers, porte-clés et casquettes. Ces cadeaux, très appréciés des clients, les fidélisent. De même, la CERUDEB (Ouganda) distribue des calendriers et des autocollants pour promouvoir ses ventes. La promotion des ventes se distingue de la publicité ou de la vente personnelle, mais ces trois formes de communication sont souvent utilisées simultanément de façon coordonnée. Par exemple, un panneau publicitaire peut constituer un rappel efficace sur le point de vente, en complément d annonces dans la presse. De nombreuses promotions des ventes s adressent à la clientèle, mais d autres sont destinées à encourager la force de vente d une entreprise à vendre ses produits de façon plus agressive. Certaines ont cette double fonction. La Banco Solidario (Équateur) offre des incitations promotionnelles à la fois à son personnel et à sa clientèle. Tout déposant qui présente un nouveau client reçoit 2 dollars en espèces et un panier-cadeau de produits alimentaires. En outre, un client ou un employé qui convainc un ami de déposer un minimum de dollars, touche une commission allant de 0,2 pour cent de la somme déposée (pour une durée de 30 à 59 jours) à 1,2 pour cent (pour une durée supérieure à 179 jours). Cette commission est versée au compte d épargne du client ou de l employé concerné. La Banco Solidario indique que ces incitations promotionnelles ont donné de très bons résultats. La promotion des ventes doit figurer dans les plans de promotion d une IMF, parallèlement à la publicité et à la vente personnelle. Les IMF doivent donc: a. Définir leurs objectifs et stratégies de promotion. b. Allouer un budget de promotion des ventes. c. Sélectionner des techniques appropriées de promotion des ventes. d. Évaluer l efficacité des activités de promotion des ventes. L un des problèmes que doit résoudre la direction dans l exécution de ces tâches, tient au fait que la promotion des ventes est souvent une action à court terme. Les coupons, primes et jeux-concours sont destinés à produire une réaction immédiate, mais souvent éphémère. Il en résulte qu ils sont souvent utilisés comme expédient pour renverser une baisse inattendue des ventes plutôt que comme partie intégrante d un programme de marketing. Certaines IMF pratiquent toutefois des loteries permanentes associées à leurs produits d épargne. Des recherches conduites par la BRI ont révélé que les jeux de hasard sont populaires dans la population rurale indonésienne et que les mécanismes d épargne informelle sont souvent assortis de tombolas qui sont des évènements sociaux importants. La BRI a donc décidé d associer une loterie semestrielle à son produit d épargne SIMPEDES. Les tirages sont des évènements promotionnels qui se sont révélés populaires et efficaces. Les prix en espèces ou en nature sont remis lors de cérémonies publiques. La BRI invite au tirage les leaders communautaires ainsi que les déposants et profite de l occasion pour informer la communauté sur les services qu elle propose. Selon une étude réalisée en 1996, les comptes SIMPEDES représentaient 76 pour cent du volume des dépôts drainés par la BRI. 10

Planification stratégique

Planification stratégique Le marketing des services financiers Guide d auto-apprentissage LEÇON 3 Planification stratégique Objectif: Présenter la logique de la segmentation du marché et expliquer de quelle façon la décision relative

Plus en détail

DÉPARTEMENT COMMERCIAL & MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE COMMUNICATION EXTERNE DÉFINITION MARKETING

DÉPARTEMENT COMMERCIAL & MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE COMMUNICATION EXTERNE DÉFINITION MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE Ensemble des actions de communication qui visent à promouvoir l image de l entreprise vis-à-vis de ses clients et différents partenaires.

Plus en détail

De ces définitions qui précèdent, Quels liens pouvons nous relever entre ces deux notions? La force de vente et la communication

De ces définitions qui précèdent, Quels liens pouvons nous relever entre ces deux notions? La force de vente et la communication De nos jours, la force de vente et la communication apparaissent comme des fers de lance de toute entreprise. En effet leur prise en compte engendre des chiffres d affaires notoires. La force de vente

Plus en détail

Marketing management CH4 Licence de gestion, Management et gestion des entreprises IUT Valence 2010-2011

Marketing management CH4 Licence de gestion, Management et gestion des entreprises IUT Valence 2010-2011 Marketing management CH4 Licence de gestion, Management et gestion des entreprises IUT Valence 2010-2011 Chapitre 4 La planification : le marketing opérationnel ou marketing-mix Le marché cible est défini,

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Division des communications NOVEMBRE 2010 TABLE DES MATIERES 1) DÉFINITION... 2 2) PRINCIPES DIRECTEURS... 2 3) LA COMMUNICATION INTERNE... 3 3.1) L accueil des employés... 3

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

«COMMENT PROSPECTER ET FIDÉLISER VOS CLIENTS GRÂCE À LA COMMUNICATION ET AU MARKETING DIRECT?»

«COMMENT PROSPECTER ET FIDÉLISER VOS CLIENTS GRÂCE À LA COMMUNICATION ET AU MARKETING DIRECT?» «COMMENT PROSPECTER ET FIDÉLISER VOS CLIENTS GRÂCE À LA COMMUNICATION ET AU MARKETING DIRECT?» Sommaire 1. Introduction : les clients, les Médias et la Publicité 2. Construire une Stratégie de Communication

Plus en détail

Plan de commercialisation

Plan de commercialisation Plan de commercialisation Plan de commercialisation Organigramme VAliDATiON Du POSiTiONNEMENT ET DE la MiSSiON STrATÉGiES MArKETiNG MESSAGE PuBliciTÉ relations PuBliQuES PrOMOTiONS radio AcTiViTÉS SOciAlES

Plus en détail

LA POLITIQUE DE COMMUNICATION. Une entreprise peut vendre un produit sans publicité mais pas sans communication. Myriem Le May COMEIT

LA POLITIQUE DE COMMUNICATION. Une entreprise peut vendre un produit sans publicité mais pas sans communication. Myriem Le May COMEIT LA POLITIQUE DE COMMUNICATION Une entreprise peut vendre un produit sans publicité mais pas sans communication La communication est l'ensemble des actions permettant de faire connaître les produits et

Plus en détail

Une entreprise doit-elle nécessairement faire de la publicité? LA COMMUNICATION COMMERCIALE

Une entreprise doit-elle nécessairement faire de la publicité? LA COMMUNICATION COMMERCIALE Une entreprise doit-elle nécessairement faire de la publicité? LA COMMUNICATION COMMERCIALE La saturation des marchés, l intensité concurrentielle et l évolution du comportement du consommateur devenu

Plus en détail

Français, 9 e année (FRA1D) Introduction aux affaires, 9 e et 10 e année (BBI10/BBI20) 2 périodes de 70 minutes

Français, 9 e année (FRA1D) Introduction aux affaires, 9 e et 10 e année (BBI10/BBI20) 2 périodes de 70 minutes Niveau 9 Dans la présente leçon, les élèves seront amenés à mieux comprendre les rôles des institutions financières au moyen de l analyse de publicités bancaires. Après avoir effectué une recherche sur

Plus en détail

Imaginez votre communication

Imaginez votre communication Imaginez votre communication Livret d accompagnement à la réflexion Organisez... Ciblez... Réalisez! Imaginez votre communication Livret d accompagnement à la réflexion Ce document est destiné à vous accompagner

Plus en détail

Route d Illins 38200 Luzinay Vienne 04.74.57.05.01 06.89.23.26.82. La communication : un outil de vente ouvert à tous

Route d Illins 38200 Luzinay Vienne 04.74.57.05.01 06.89.23.26.82. La communication : un outil de vente ouvert à tous Route d Illins 38200 Luzinay Vienne 04.74.57.05.01 06.89.23.26.82 La communication : un outil de vente ouvert à tous jeudi 6 mars 2008 Go Between - Christian Fabre Plan de la présentation Pourquoi communiquer?

Plus en détail

PLAN DE COMMUNICATION EVENEMENTIELLE

PLAN DE COMMUNICATION EVENEMENTIELLE ORGANISATION AFRICAINE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (OAPI) AFRICAN INTELLECTUAL PROPERTY ORGANIZATION (OAPI) Yaoundé, du 11 au 13 Septembre 2012 TERMES DE REFERENCE PLAN DE COMMUNICATION EVENEMENTIELLE

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE POUR L ÉLABORATION D UN PLAN DE COMMUNICATION

AIDE-MÉMOIRE POUR L ÉLABORATION D UN PLAN DE COMMUNICATION AIDE-MÉMOIRE POUR L ÉLABORATION D UN PLAN DE COMMUNICATION Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Benoît Tremblay Conseiller en gestion Collaborateurs : MM. Paul Bleau,

Plus en détail

Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI) 7 ème Salon Africain de l Invention et de l Innovation Technologique (SAIIT)

Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI) 7 ème Salon Africain de l Invention et de l Innovation Technologique (SAIIT) Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI) 7 ème Salon Africain de l Invention et de l Innovation Technologique (SAIIT) Bamako Mali, 28 Octobre au 1 er Novembre 2015 TERMES DE REFERENCE

Plus en détail

COM 300 / CHAPITRE 5: COMMUNICATION HORS. Mme. Zineb El Hammoumi

COM 300 / CHAPITRE 5: COMMUNICATION HORS. Mme. Zineb El Hammoumi COM 300 / CHAPITRE 5: COMMUNICATION HORS MEDIAS Mme. Zineb El Hammoumi Communication hors médias Marketing direct Définition Objectifs Moyens Outils SOMMAIRE PLV (Publicité sur lieu de Vente) Définition

Plus en détail

Observatoire des Moyens de Communication (OMC) Rapport de résultats - Vague 1 Mars 2010

Observatoire des Moyens de Communication (OMC) Rapport de résultats - Vague 1 Mars 2010 Observatoire des Moyens de Communication (OMC) Rapport de résultats - Vague 1 Mars 2010 Sommaire 1. Présentation de l'étude p. 3 2. Résultats détaillés p. 6 3. Le contexte : attitudes envers les marques

Plus en détail

Code de publicité éthique et responsable de la Loterie Nationale

Code de publicité éthique et responsable de la Loterie Nationale Code de publicité éthique et responsable de la Loterie Nationale 1 Ce Code de publicité éthique et responsable de la Loterie Nationale définit un cadre de référence pour le développement des campagnes

Plus en détail

Boîte à outils d affaires CIBC faites croître et gérez votre entreprise en direct

Boîte à outils d affaires CIBC faites croître et gérez votre entreprise en direct Boîte à outils d affaires CIBC faites croître et gérez votre entreprise en direct Partie 5: Faites croître votre entreprise en ligne LIVRAISON RAPIDE 2 Feuille de travail Maintenant que vous explorez de

Plus en détail

>> Comment conquérir de nouveaux clients grâce à Internet?

>> Comment conquérir de nouveaux clients grâce à Internet? Intégrer le webmarketing dans sa stratégie de développement touristique Pourquoi se lancer dans le webmarketing? Pour répondre à un consommateur qui utilise désormais Internet pour préparer, organiser

Plus en détail

vos envois Direct Mail définition & exemples

vos envois Direct Mail définition & exemples vos envois Direct Mail définition & exemples le Direct Mail, un outil efficace à un tarifavantageux... Un outil efficace, c est prouvé Vous avez décidé d utiliser le Direct Mail comme média de communication.

Plus en détail

Pour être prêt à contacter un futur partenaire, l organisateur devra penser à :

Pour être prêt à contacter un futur partenaire, l organisateur devra penser à : 6. Approche du Sponsor Ce chapitre offre aux organisateurs d évènements une clarification sur le sujet de la recherche de sponsors. Cet aspect est très important, il permet d augmenter les fonds de la

Plus en détail

1 /// 9 Les médias solutions

1 /// 9 Les médias solutions 1 /// 9 Les médias solutions 1. les médias la presse écrite le public le divertissement la maison de la presse le bureau de tabac le quotidien le tirage la publication les faits divers la nouvelle locale

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N S 53/DMP/2012 POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET DE COMMUNICATION POUR LE PEJEDEC

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N S 53/DMP/2012 POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET DE COMMUNICATION POUR LE PEJEDEC REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SOLIDARITE PROJET EMPLOI JEUNE ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES (PEJEDEC) Financement

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Agence web marketing Pourquoi une agence de web marketing? Définition du web marketing.

Agence web marketing Pourquoi une agence de web marketing? Définition du web marketing. Agence web marketing Pourquoi une agence de web marketing? Définition du web marketing. Internet est la plus grande vitrine imaginable pour présenter et vendre des produits et des services. En permanence

Plus en détail

Accompagnez moi dans mon parcours professionnel

Accompagnez moi dans mon parcours professionnel Accompagnez moi dans mon parcours professionnel Outils Charte de communication et Outils d aide à la vente (Ex Presse Gratuite Généraliste) Dispositif : 1000 Chartes de 20 pages, divers documents annuels

Plus en détail

Les outils de communication essentiels pour démarrer. Animé par : Virginie ROCHAT, Gérante - EBULLISTIK Aurélien PASQUIER, Dirigeant - SCENARII

Les outils de communication essentiels pour démarrer. Animé par : Virginie ROCHAT, Gérante - EBULLISTIK Aurélien PASQUIER, Dirigeant - SCENARII Les outils de communication essentiels pour démarrer Animé par : Virginie ROCHAT, Gérante - EBULLISTIK Aurélien PASQUIER, Dirigeant - SCENARII «On ne peut pas ne pas communiquer» Mais Paul WATZLAWICK (Ecole

Plus en détail

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur La force de l engagement MD ÉTUDE TECHNIQUE Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur Les entreprises de commerce

Plus en détail

Planificateur de campagne de publipostage

Planificateur de campagne de publipostage www.postescanada.ca Planificateur de campagne de publipostage Postes Canada 6-640 (11 04) Un guide par étapes pour vous aider à planifier et à créer votre prochaine campagne de publipostage Utilisez votre

Plus en détail

Livre Blanc Virtua 2012

Livre Blanc Virtua 2012 Livre Blanc Virtua 2012 LES SECRETS D UNE CAMPAGNE DIGITALE DE NOËL RÉUSSIE Suivez-nous sur Twitter Virtua 021 544 28 00 info@virtua.ch Stratégies et créations digitales 2 Table des matières Préparez votre

Plus en détail

Atelier Campagne Marketing social

Atelier Campagne Marketing social Atelier Campagne Marketing social Vous devez mettre sur pied, au cours de ce bref atelier, une campagne de marketing social. Vous devrez aussi justifier vos activités de communication. Le nom d une organisation

Plus en détail

Connectez-vous à vos participants. 30 Avril 2010

Connectez-vous à vos participants. 30 Avril 2010 Connectez-vous à vos participants 30 Avril 2010 Agenda Objectifs Créer la notoriété de votre course Pourquoi Internet? Rassembler les communautés Générer des inscriptions en ligne Construire sa propre

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

ETUDE DE CAS Marketing relationnel pour l Avent avec Fotokasten

ETUDE DE CAS Marketing relationnel pour l Avent avec Fotokasten ETUDE DE CAS Marketing relationnel pour l Avent avec Fotokasten ENTREPRISE fotokasten SITE WEB www.fotokasten.de DOMAINE Commerce de détail / Édition de photos CAMPAGNE Jeu concours de l Avent Client Fotokasten

Plus en détail

Skol LES PROMOTIONS 6

Skol LES PROMOTIONS 6 Skol LES PROMOTIONS 6 promotions 6 Les promotions destinées au consommateur Une promotion destinée au consommateur influence un client potentiel dans sa décision d achat en lui présentant une stimulation

Plus en détail

Communiqué de Presse

Communiqué de Presse Communiqué de Presse Le 23 juillet 2015 «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC La nouvelle campagne de marque HSBC

Plus en détail

To buzz or not to buzz?

To buzz or not to buzz? Georges CHÉTOCHINE To buzz or not to buzz? Comment lancer une campagne de buzz marketing Groupe Eyrolles, 2007 ISBN : 978-2-212-53812-0 CHAPITRE 5 Recruter, former, animer les évangélistes Les vecteurs

Plus en détail

vos envois Direct Mail

vos envois Direct Mail vos envois Direct Mail version 2013 définition et exemples le Direct Mail, un outil efficace à un tarifavantageux... Vous souhaitez acquérir de nouveaux clients, fidéliser votre clientèle ou générer du

Plus en détail

Aspirations et valeurs

Aspirations et valeurs Communiquer avec les électeurs Un exposé consiste d'un énoncé de cinq à sept paragraphes qui offre une rationale complète et cohérente en faveur du candidat et qui établit un lien entre l'histoire personnelle

Plus en détail

La publicité sur Internet, un gage de réussite

La publicité sur Internet, un gage de réussite 1 La publicité sur Internet, un gage de réussite mondiales, qui, plus encore qu à travers leur langue, ont le pouvoir de faire ou défaire une marque en un clin d oeil. Peu onéreuse, rapide, réactive, polyvalente,

Plus en détail

Une solution personnalisée. Et économique. Guide d introduction aux solutions d informations variables proposées par Xerox.

Une solution personnalisée. Et économique. Guide d introduction aux solutions d informations variables proposées par Xerox. Une solution personnalisée. Et économique. Guide d introduction aux solutions d informations variables proposées par Xerox. Pourquoi personnaliser vos documents? Pour augmenter vos bénéfices et votre taux

Plus en détail

COM 300 / CHAPITRE 7: COMMUNICATION HORS MEDIAS: RELATIONS PUBLIQUES. Mme. Zineb El Hammoumi

COM 300 / CHAPITRE 7: COMMUNICATION HORS MEDIAS: RELATIONS PUBLIQUES. Mme. Zineb El Hammoumi COM 300 / CHAPITRE 7: COMMUNICATION HORS MEDIAS: RELATIONS PUBLIQUES Mme. Zineb El Hammoumi SOMMAIRE Relations publiques / Relations presse Définition, objectifs, cibles Moyens des Relations Publiques:

Plus en détail

LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL. Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel

LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL. Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel Sommaire PRESENTATION GENERALE DU MARKETING: Qu est-ce que le Marketing? Introduction et définition

Plus en détail

BIEN PLUS QU UN SIMPLE SUPPLÉMENT

BIEN PLUS QU UN SIMPLE SUPPLÉMENT BIEN PLUS QU UN SIMPLE SUPPLÉMENT Automne 2015 ENCARTS PUBLICITAIRES L étude confirme le fort impact publicitaire. AU FINAL, 90% DES UTILISATEURS ACHÈTENT Les encarts publicitaires dans les journaux et

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

Partenariat. Crédit Photos Bernard Rivière

Partenariat. Crédit Photos Bernard Rivière Partenariat Crédit Photos Bernard Rivière Partenariat La TV en Pro D2* 2 à 3 matchs retransmis par Eurosport, France 3 Région ou Sport + par week-end 31 diffusions pour Eurosport avec une audience cumulée

Plus en détail

Les. carnets. de la. déon. La distinction entre publicité et journalisme. Directive. Les carnets de la déontologie

Les. carnets. de la. déon. La distinction entre publicité et journalisme. Directive. Les carnets de la déontologie Les Les carnets de la déontologie carnets Directive de la La distinction entre publicité et journalisme déon Adoptée par le Conseil de déontologie journalistique le 15 décembre 2010 Directive La distinction

Plus en détail

Appel de mises en candidature et d inscriptions

Appel de mises en candidature et d inscriptions www.csae.com Prix Leadership 2013 Appel de mises en candidature et d inscriptions Prix Pinnacle Prix Griner Prix de membre honoraire à vie Prix Donna Mary Shaw Prix «Les associations, sources d un Canada

Plus en détail

Media : moyen de communication

Media : moyen de communication Media : moyen de communication La transmission d un message peut se faire au moyen de différents outils tels que l image (photo, vidéo), le son (musique, voix), le texte (affiche), mais aussi l événement,

Plus en détail

LE MARKETING DIRECT, SUPPORT DU MARKETING CLIENT

LE MARKETING DIRECT, SUPPORT DU MARKETING CLIENT 11 CHAPITRE PREMIER LE MARKETING DIRECT, SUPPORT DU MARKETING CLIENT En moins d un siècle, le marketing direct a profondément évolué. Passant de la commande traditionnelle par courrier à la multiplication

Plus en détail

COMMUNIQUER SUR LES TRANSFERTS MONÉTAIRES

COMMUNIQUER SUR LES TRANSFERTS MONÉTAIRES COMMUNIQUER SUR LES TRANSFERTS MONÉTAIRES GUIDE PRATIQUE DE SENSIBILISATION COMMUNAUTAIRE POUR LES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE

Plus en détail

Adaptation de l organigramme à des clubs de diverses importances. Avantages de l organigramme modèle. Clubs à effectif limité

Adaptation de l organigramme à des clubs de diverses importances. Avantages de l organigramme modèle. Clubs à effectif limité 1 Organisation d un club Organigramme du club Description des fonctions des officiers et autres responsables désignés Activités des comités du club Méthode de travail des comités Rapports des comités Une

Plus en détail

Feuille d information sommaire 3 : Attribution des dépenses de financement au formulaire T3010B

Feuille d information sommaire 3 : Attribution des dépenses de financement au formulaire T3010B Feuille d information sommaire 3 : Attribution des dépenses de financement au formulaire T3010B L information suivante est organisée de façon à aider les organismes de bienfaisance à indiquer les dépenses

Plus en détail

Principes d AdWords. Quelques mots de présentation. Une audience large : les réseaux de ciblage. Réseau de recherche

Principes d AdWords. Quelques mots de présentation. Une audience large : les réseaux de ciblage. Réseau de recherche 3 Principes d AdWords Les deux premiers chapitres de ce livre, plutôt généraux, ont présenté l univers d Internet et de la publicité en ligne. Vous devriez maintenant être convaincu de l intérêt d une

Plus en détail

Comment les pauvres gèrent-ils le risque?

Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Le présent dossier donne un aperçu de la manière dont les ménages pauvres gèrent les risques. Fondé sur les recherches effectuées via les journaux financiers dont

Plus en détail

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Introduction La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Un principe simple mais imparable : «Attirez votre cible vers vos offres» La stratégie «pull», ou stratégie d attraction, consiste à

Plus en détail

IUT Info-Com 2 ème année LE MARKETING DIRECT. Sandrine Michel. Formation 2012. sandrine.michel@gmail.com

IUT Info-Com 2 ème année LE MARKETING DIRECT. Sandrine Michel. Formation 2012. sandrine.michel@gmail.com Sandrine Michel 1 LE MARKETING DIRECT Formation 2012 sandrine.michel@gmail.com Objectifs : Comprendre ce qu est le marketing direct Comprendre comment il s inscrit dans le secteur de la communication Connaître

Plus en détail

d e l a s s urance g r â ce a u «C u s t omer

d e l a s s urance g r â ce a u «C u s t omer Siège mondial : 5 Speen Street Framingham, MA 01701 États-Unis P.508.620.5533 F.508.988.6761 www.idc-fi.com Créer de la valeur dans le secteur d e l a s s urance g r â ce a u «C u s t omer Analytics» L

Plus en détail

La commandite. Comment créer des conditions gagnantes. 30 avril 2014

La commandite. Comment créer des conditions gagnantes. 30 avril 2014 La commandite Comment créer des conditions gagnantes 30 avril 2014 Qu est-ce que la commandite? Qu est-ce que la commandite? Une relation de partenariat dans laquelle le commanditaire investit pour accéder

Plus en détail

La légalité du «marketing viral»

La légalité du «marketing viral» SERVICE PUBLIC FÉDÉRAL ÉCONOMIE, PME, CLASSES MOYENNES ET ÉNERGIE Direction générale Régulation et Organisation du Marché Cellule Economie électronique La légalité du «marketing viral» Septembre 2005 1

Plus en détail

Avis d Appel d Offres Ouvert : Campagne Publicitaire pour l American English Language Program

Avis d Appel d Offres Ouvert : Campagne Publicitaire pour l American English Language Program Introduction : l Ambassade des Etats Unis au Niger est heureuse d annoncer l ouverture d un appel d offres ouvert pour une campagne publicitaire pour son programme d anglais qui vient juste d être transféré

Plus en détail

Formation PME Etude de marché

Formation PME Etude de marché Formation PME Etude de marché Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les business-tools, aller sous www.banquecoop.ch/business L étude de marché ou étude marketing

Plus en détail

Exigences de collecte de données financières sur l assurance automobile. Pièce jointe au Bulletin GISA 2012-06

Exigences de collecte de données financières sur l assurance automobile. Pièce jointe au Bulletin GISA 2012-06 Exigences de collecte de données financières sur l assurance automobile Pièce jointe au Bulletin GISA 2012-06 Le 26 octobre 2012 1. Introduction... 1 2. Sociétés déclarantes... 1 3. Données de référence...

Plus en détail

SAGEMCOM VALORISE SES PARTENAIRES

SAGEMCOM VALORISE SES PARTENAIRES PROGRAMME DE PARTENARIAT SAGEMCOM VALORISE SES PARTENAIRES PROGRAMME DE PARTENARIAT 1 CONNAÎTRE VOTRE ENTREPRISE Sagemcom place ses partenaires commerciaux au centre de son programme. Nous sommes déterminés

Plus en détail

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL :

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : UN PARTENARIAT POUR BÂTIR DES COLLECTIVITÉS PLUS FORTES, PLUS PROSPÈRES ET PLUS DYNAMIQUES Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION Pour une communication efficace, une politique de communication 2 Politique de communication 3 Mission de la Direction des communications 3 Rôle

Plus en détail

Réaliser un journal scolaire

Réaliser un journal scolaire Réaliser un journal scolaire 1/ Connaître le journal et ses contenus Pour que les élèves puissent à leur tour devenir producteurs, il faut absolument qu ils apprennent à connaître le journal et ses contenus.

Plus en détail

Formation Repreneurs MODULE COMMERCIAL

Formation Repreneurs MODULE COMMERCIAL Formation Repreneurs MODULE COMMERCIAL I. Introduction Plan L objet du marketing Les étapes de la démarche commerciale Les déclencheurs d achat II. La notion de produit Les caractéristiques du produit

Plus en détail

1. Les types d enquêtes

1. Les types d enquêtes La conduite d une enquête par questionnaire La conception d un questionnaire ne doit pas être réalisée de façon hasardeuse. Elle suit une méthodologie stricte qui permet d atteindre des résultats utilisables

Plus en détail

L ESSENTIEL DU PLAN MARKETING OPÉRATIONNEL

L ESSENTIEL DU PLAN MARKETING OPÉRATIONNEL GUÉNAËLLE BONNAFOUX CORINNE BILLON Sous la direction de NATHALIE VAN LAETHEM L ESSENTIEL DU PLAN MARKETING OPÉRATIONNEL LES ESSENTIELS DU MARKETING, 2013 ISBN : 978-2-212-55553-0 Sommaire Introduction

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Leçon 1: Introduction à la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: être capable de comprendre

Plus en détail

10 règles pour réussir un jeu-concours sur Facebook

10 règles pour réussir un jeu-concours sur Facebook LIVRE BLANC 10 règles pour réussir un jeu-concours sur Facebook 07/ 2014 www.kontestapp.com Introduction Facebook est incontestablement devenu le réseau social mondial le plus populaire. Avec 1,23 milliard

Plus en détail

Consumer. Fiche Synthètique. Journey. Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI)

Consumer. Fiche Synthètique. Journey. Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI) Fiche Synthètique Consumer Journey Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI) Juillet 2013 1 Le secteur des télécommunications a subi des modifications qui ont permis

Plus en détail

La publicité multimédia (internet)

La publicité multimédia (internet) 7 La publicité multimédia (internet) Comment utiliser les leviers offerts par la publicité sur internet pour améliorer votre visibilité? oi Les encarts publicitaires L affiliation Les liens sponsorisés

Plus en détail

Introduction en sciences de la communication: les grands secteurs de la communication

Introduction en sciences de la communication: les grands secteurs de la communication PETER STOCKINGER, PU Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) Introduction en sciences de la communication: les grands secteurs de la communication (Cours ICL 2A 01 c) Communication,

Plus en détail

VOTRE CANAL MARKETING

VOTRE CANAL MARKETING LE LIVRE BLANC DE L EMAIL MARKETING FAITES DE L E-MAIL VOTRE CANAL MARKETING LE PLUS DYNAMIQUE TABLE DES MATIÈRES Introduction Les atouts de l emailing Les clés d un emailing réussi! Mesurer son retour

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur?

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Un Livre Blanc Experian Marketing Services d après une enquête menée par le

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

Combinaison de l imprimé et du Web pour favoriser le succès du THÉ ROUGE TETLEY UNE ÉTUDE SUR L OPTIMISATION DES MÉDIAS (CMOST) D IAB CANADA

Combinaison de l imprimé et du Web pour favoriser le succès du THÉ ROUGE TETLEY UNE ÉTUDE SUR L OPTIMISATION DES MÉDIAS (CMOST) D IAB CANADA Combinaison de l imprimé et du Web pour favoriser le succès du THÉ ROUGE TETLEY UNE ÉTUDE SUR L OPTIMISATION DES MÉDIAS (CMOST) D IAB CANADA Introduction Lancé il y a 8 ans, le programme d études sur l

Plus en détail

PLAN. --> PDV (Promotion de ventes) et PLV (Publicité sur lieu de vente)

PLAN. --> PDV (Promotion de ventes) et PLV (Publicité sur lieu de vente) COURS N 4 : LA POLITIQUE DE DISTRIBUTION COURS DE MARKETING / Cours n 4 : La politique de distribution --> MSG / IAE --> Novembre 2005 1 --> Introduction --> Les fonctions de la distribution --> Canal

Plus en détail

LA VENTE ET SES CONDITIONS

LA VENTE ET SES CONDITIONS LA VENTE ET SES CONDITIONS I - LES PRINCIPES GENERAUX Le refus de vente au consommateur (article L. 122-1 du Code de la consommation) A- Le principe Lorsqu un consommateur demande des produits ou des services

Plus en détail

AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS DES MÉDIAS AFFICHES ET ANNONCES LUMINEUSES

AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS DES MÉDIAS AFFICHES ET ANNONCES LUMINEUSES AFFICHES ET ANNONCES LUMINEUSES - Les affiches et les annonces lumineuses généralement attirent l attention des gens, et ils atteignent beaucoup de personnes. - Les messages utilisés dans ces supports

Plus en détail

FICHE SYNTHÉTIQUE BALmétrie (vague 2012)

FICHE SYNTHÉTIQUE BALmétrie (vague 2012) FICHE SYNTHÉTIQUE BALmétrie (vague 2012) 1 CATÉGORIE : ETUDE D AUDIENCE BALmétrie : LA MESURE D AUDIENCE DU MEDIA COURRIER 1. Introduction Création, en 2011, d un GIE qui réunit les principales parties

Plus en détail

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www Web Mobilité Médias Sociaux Moteurs de recherche Assurance automobile Votre nouveau terrain de concurrence: l interactivité On parle

Plus en détail

La légalité du marketing viral

La légalité du marketing viral Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie Le SPF Economie vous informe! La légalité du marketing viral La légalité du marketing viral Auteur et traduction La version d origine

Plus en détail

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil Retour au sommaire Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil BIM n 05-12 février 2002 Karin BARLET ; Bonnie BRUSKY Nous vous présentions en novembre dernier les outils d étude de marché

Plus en détail

Techniques du mailing

Techniques du mailing Techniques du mailing A/ Objectifs d un publipostage? Le mailing, nommé publipostage, routage ou encore publicité adressée peut être utilisé pour bien des occasions. Annoncer des soldes Vos clients fidèles

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Lancement Selligent pour l Audi A3 Sportback - Une histoire d amour CRM

ÉTUDE DE CAS Lancement Selligent pour l Audi A3 Sportback - Une histoire d amour CRM ÉTUDE DE CAS Lancement Selligent pour l Audi A3 Sportback - Une histoire d amour CRM ENTREPRISE Audi SECTEUR D ACTIVITÉ Automobile Le client Audi AG est un constructeur automobile allemand qui dessine,

Plus en détail

LA COMMUNICATION - Page 1 sur 16

LA COMMUNICATION - Page 1 sur 16 LA COMMUNICATION - Page 1 sur 16 LES DOSSIERS MADWATCH.net Cours LA COMMUNICATION (fondements) Novembre 2003 Nb de pages : 16 LA COMMUNICATION - Page 2 sur 16 S O M M A I R E I- CADRE THEORIQUE DE LA COMMUNICATION

Plus en détail

Lignes directrices pour l'attribution de subventions de projets FONDS JOSÉE 2015

Lignes directrices pour l'attribution de subventions de projets FONDS JOSÉE 2015 1 Lignes directrices pour l'attribution de subventions de projets FONDS JOSÉE 2015 La Fondation de musicothérapie du Canada (FMC) a créé un fonds spécial en hommage à Josée Préfontaine pour souligner les

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

Le choix stratégique des canaux de communication

Le choix stratégique des canaux de communication Le choix stratégique des canaux de communication Une analyse des attitudes des entreprises du domaine Business to Business (B2B) face à différentes combinaisons de médias Introduction La fragmentation

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS MAM1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : MARKÉTING ET GESTION Débutant Aucun L élève acquiert des notions de base en gestion et en markéting et donne des indications sur les meilleures

Plus en détail

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 16 I. COMPÉTENCES C1. PROSPECTER C11. Élaborer un projet de prospection C12. Organiser une opération de prospection C13. Réaliser une opération de prospection C14. Analyser

Plus en détail

Coût des opérations bancaires

Coût des opérations bancaires Bureau de la consommation Coût des opérations bancaires Coût des opérations bancaires On peut obtenir cette publication sur demande en médias substituts. Communiquer avec le Centre de diffusion de l information

Plus en détail