Organisation de la mise en place du traitement de biphosphonates à domicile

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Organisation de la mise en place du traitement de biphosphonates à domicile"

Transcription

1 Organisation de la mise en place du traitement de biphosphonates à domicile Florence CLAVERIE IADE Christine RIVAT Assistante médicale

2 Présentation de C F l unité de Soins Continus Disciplines : algologie, soins palliatifs, nutrition, diététique, psycho-oncologie Équipe mobile à l intérieur de l établissement Personnel : un médecin algologue, une infirmière, une secrétaire Médecin nutritionniste, diététiciennes, psychiatre, psychologues, sophrologue Comité interdisciplinaire (réunion hebdomadaire)

3 Traitement de biphosphonates F A travers un cas clinique Madame A, âgée de 73 ans est suivie à la consultation du Dr FERRERO pour un cancer du sein métastatique (localisations osseuses). Son état général est bon. Elle bénéficie d un traitement de XELODA. Elle est porteuse d un DVI. Elle est adressée à l Unité de soins continus pour mise en place de perfusions de biphosphonates à domicile en janvier 2003

4 A travers un cas clinique C Entretien L entretien est mené indifféremment par la secrétaire ou l infirmière d algologie On demande à Mme A. de nous dire ce qu elle a retenu de l entretien avec le Dr FERRERO sur l indication du traitement. Madame A : «je crois que c est pour les os et pour atténuer les douleurs» On explique à la patiente que l action du produit sur la douleur n est pas immédiate. Il agit en renforçant la trame osseuse et va atténuer les douleurs à moyen terme tout en prévenant les complications comme les fractures par exemple.

5 A travers un cas clinique F Mme A. nous précise qu elle habite seule et demande si le traitement à domicile n est pas risqué. On lui explique que les effets secondaires sont minimes (fièvre, asthénie), présents chez 1 patient sur 3. On lui indique aussi que l infirmière sera présente auprès d elle le temps de la perfusion. Mme A pourra nous joindre en cas de besoin.

6 Pourquoi faire une prise de sang? F On explique à Mme A, la nécessité de pratiquer un bilan sanguin avant chaque perfusion et de soumettre les résultats à son médecin traitant pour obtenir le feu vert. Mme A nous dit qu elle ne consulte pas de médecin généraliste de manière suivie. Elle vient au Centre pour le suivi de sa pathologie. On l incite à contacter un médecin traitant. Dans l attente, le laboratoire d analyse nous communiquera les résultats de la prise de sang.

7 Pourquoi fait-on appel à un C prestataire de service? On explique à Madame A le rôle du prestataire de service : livrer le matériel à domicile, contacter l IDE habituelle du patient, s assurer de l accord du médecin au vu des résultats du bilan sanguin assurer la continuité des soins dans toute la France si le patient désire partir en vacances Informer notre service du déroulement du traitement Questionnaire d évaluation

8 Qui choisit le prestataire de C service? On explique à Madame A qu elle a le choix de la société de service. Elle nous dit qu elle ne connaît aucune société de ce genre. Elle choisit la société X dans la liste qu on lui soumet. On demande à Mme A. si elle a des questions à poser.

9 C Fiche de mise en place de traitement à domicile, destinée au prestataire On vérifie avec la patiente, ses coordonnées (dossier médical informatisé) adresse, téléphone Date du début et durée du traitement, Voie d injection (DVI, VVP, VVC) identification de l infirmière habituelle identification du médecin prescripteur + traitant Copie de l attestation d assuré social

10 On remet à Mme A : Remise des documents F ordonnance biphosphonates, sérum physiologique, les antiseptiques, à prendre à sa pharmacie habituelle. Ordonnance bilan sanguin : calcémie, protides totaux, magnésémie, créatininémie, à faire quelques jours avant la perfusion à son laboratoire habituel. un livret d information «Biphosphonates : les réponses à vos questions» (coordonnées de notre service, celles du prestataire choisi).

11 C On récapitule.. les actions que doit faire Mme A. Prendre les biphosphonates à la pharmacie, Attendre que le prestataire la contacte, Faire la prise de sang quelques jours avant la date fixée pour la perfusion. Si possible, nous communiquer le nom d un médecin traitant.

12 Épilogue C Quelques jours plus tard, Mme A nous dit qu elle a contacté le Dr. B. après avoir pris avis auprès de ses amis. Elle nous demande de lui adresser les principaux éléments de son dossier médical du Centre. On avertit le Dr FERRERO, Les éléments du dossier sont communiqués La lettre concernant les bisphosphonates + notice du médicament est adressée dans le même temps.

13 .épilogue F Lors de ses passages en consultation au Centre, Mme A. nous rend visite au secrétariat : En mai : Les différentes perfusions n ont pas produit d effets secondaires notables, hormis une asthénie durant quelques jours lors des 2 premières perfusions. La patiente est satisfaite de l organisation qui lui permet de partir en vacances chez ses enfants dans la région parisienne où deux perfusions ont été organisées sans difficulté.

14 CF épilogue En juin 2003 : Renouvellement des ordonnances pour 6 mois Mme A ne se sent pas de remplir le questionnaire d évaluation. On lui propose de le voir ensemble, ce qu elle accepte. En octobre 2003 : Le schéma de chimiothérapie est modifié : TAXOTERE hebdomadaire en H.D.J. Elle s étonne car la désinfection du DVI semble plus minutieuse à l Hôpital qu à domicile. Elle nous demande pourquoi?

15 Ce qui nous paraît important C accueil et disponibilité établir une relation de confiance avec le patient qui pourra nous contacter en ce qui concerne ce traitement ou les autres disciplines de l équipe (nutrition, diététique, psychologie, ) Dépistage de situation à risque : Mme A. vit seule, sa famille est éloignée, elle n a pas de médecin traitant, elle a un cancer métastatique.

16 Collaboration avec le prestataire C L expérience a permis d optimiser la prise en charge : La communication entre les intervenants s est développée (information systématique au médecin traitant) Rédaction d un cahier des charges précisant une organisation de prise en charge, fruit d une réflexion commune. Rédaction de documents communs pour la transmission des informations.

17 Conclusion. CF une action solidaire Médecin traitant IDE libérale Patient Équipe USC Prestataire

HAD/SAMU QUELLE INTERFACE POUR LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS EN SOINS PALLIATIFS? Dr Cathy GERLES AURILLAC. Congrès CHADA 20/11/2014

HAD/SAMU QUELLE INTERFACE POUR LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS EN SOINS PALLIATIFS? Dr Cathy GERLES AURILLAC. Congrès CHADA 20/11/2014 HAD/SAMU QUELLE INTERFACE POUR LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS EN SOINS PALLIATIFS? Dr Cathy GERLES AURILLAC Congrès CHADA 20/11/2014 HAD Aurillac 1 RETOUR d EXPERIENCE Étude d une collaboration RESAPAC

Plus en détail

PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT

PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT FORMATION RÉGIONALE DES AIDES SOIGNANTES VENDREDI 20 MARS 2015 Florine MAGRIN Assistante sociale CHRU Besançon Odile ROMANET Cadre

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

C H M A D. Service d Hospitalisation à Domicile. Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne. 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101. 77875 Montereau Cedex

C H M A D. Service d Hospitalisation à Domicile. Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne. 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101. 77875 Montereau Cedex C H M A D Service d Hospitalisation à Domicile Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101 77875 Montereau Cedex Secrétariat: 01 64 31 67 71 Médecin coordonnateur : 01 64

Plus en détail

LE RESEAU RHÔNE ALPES SEP. Une prise en charge individualisée globale et homogène, de qualité et de proximité pour les patients SEP en Rhône-Alpes.

LE RESEAU RHÔNE ALPES SEP. Une prise en charge individualisée globale et homogène, de qualité et de proximité pour les patients SEP en Rhône-Alpes. LE RESEAU RHÔNE ALPES SEP Une prise en charge individualisée globale et homogène, de qualité et de proximité pour les patients SEP en Rhône-Alpes. Association «RÉSEAU RHÔNE-ALPES SEP» - loi 1901 Aire géographique

Plus en détail

GERER LE POSSIBLE en Soins Palliatifs la nuit, à domicile. La collaboration interprofessionnelle. Atelier A

GERER LE POSSIBLE en Soins Palliatifs la nuit, à domicile. La collaboration interprofessionnelle. Atelier A GERER LE POSSIBLE en Soins Palliatifs la nuit, à domicile. La collaboration interprofessionnelle. Atelier A Référents: Mmes Sonia Vrtacic, infirmière spéc. en oncologie et SP, membre de l EMSP Voltigo,

Plus en détail

Centre Claude Bernard. Livret d accueil à l usage des familles

Centre Claude Bernard. Livret d accueil à l usage des familles Centre Claude Bernard Livret d accueil à l usage des familles Vous avez bien voulu nous faire confiance pour vous aider à traiter les problèmes que vous rencontrez actuellement avec votre enfant. Afin

Plus en détail

Organisation générale du service

Organisation générale du service Organisation générale du service Le service est divisé en deux secteurs, dont les frontières sont floues dans la pratique. 4 médecins dont deux cancérologues (Dr. Hess et Dr. Sarda) et deux Infectiologues

Plus en détail

Politique relative à la gestion des dossiers des élèves jeunes et adultes (5211-03-01).

Politique relative à la gestion des dossiers des élèves jeunes et adultes (5211-03-01). RECUEIL DE GESTION SECTEUR DIRECTION GÉNÉRALE IDENTIFICATION CODE : 5211-03-03 TITRE : PROCÉDURE RELATIVE À LA GESTION DES DOSSIERS DES ÉLÈVES DU PRÉSCOLAIRE, DU PRIMAIRE ET DU SECONDAIRE Adoption : Le

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

L HOSPITALISATION A DOMICILE EN ILE DE FRANCE

L HOSPITALISATION A DOMICILE EN ILE DE FRANCE L HOSPITALISATION A DOMICILE EN ILE DE FRANCE ASSOCIATION PARTICIPANT AU SERVICE PUBLIC HOSPITALIER 15 Quai de Dion Bouton 92816 PUTEAUX Cedex www.santeservice.asso.fr Qu est-ce que l hospitalisation à

Plus en détail

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Sandrine Thomas, cadre de santé Dr Léila KARAOUI, PH Service de réanimation néonatale Centre Hospitalier de Meaux Bref historique

Plus en détail

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement Mise en œuvre dans l établissement Une obligation légale La loi n 99-477 du 9 juin 1999 garantit, dans son premier article, le droit d accès aux soins palliatifs «Toute personne malade, dont l état le

Plus en détail

Documents à joindre à l autodéclaration Certification Swiss Cancer Network

Documents à joindre à l autodéclaration Certification Swiss Cancer Network Documents à joindre à l autodéclaration Certification Swiss Cancer Network Check-list des documents à joindre à l autodéclaration : Page Justificatif du critère de qualité 1. Organigramme du cabinet médical

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR SERVICE D'HOSPITALISATION A DOMICILE

REGLEMENT INTERIEUR SERVICE D'HOSPITALISATION A DOMICILE REGLEMENT INTERIEUR SERVICE D'HOSPITALISATION A DOMICILE Préambule Ce règlement intérieur définit les conditions d'organisation et de fonctionnement du service d'hospitalisation à domicile. Il précise

Plus en détail

Information destinée aux patients. Rédiger vos directives anticipées

Information destinée aux patients. Rédiger vos directives anticipées Information destinée aux patients Rédiger vos directives anticipées Un droit inscrit dans la loi Pourquoi cette brochure? Cette brochure a pour objectif de vous expliquer le sens des directives anticipées.

Plus en détail

1 Le contexte. Vers quels nouveaux rôles des pharmaciens en France : les leçons des pays étrangers. Sommaire

1 Le contexte. Vers quels nouveaux rôles des pharmaciens en France : les leçons des pays étrangers. Sommaire Vers quels nouveaux rôles des pharmaciens en France : les leçons des pays étrangers. Dr Luc BESANÇON Sommaire 1. Le contexte 2. Les nouveaux champs d activités des pharmaciens 3. Vers de nouveaux métiers

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

Sommaire COORDONNÉES ET RÉPERTOIRE DE SANTÉ CORRESPONDANCE AGENDA FICHES DE SUIVI INFIRMIER SOINS DE SUPPORT PROTOCOLES ORDONNANCES

Sommaire COORDONNÉES ET RÉPERTOIRE DE SANTÉ CORRESPONDANCE AGENDA FICHES DE SUIVI INFIRMIER SOINS DE SUPPORT PROTOCOLES ORDONNANCES Sommaire COORDONNÉES ET RÉPERTOIRE DE SANTÉ CORRESPONDANCE AGENDA FICHES DE SUIVI INFIRMIER SOINS DE SUPPORT PROTOCOLES ORDONNANCES RÉSULTATS ET AUTRES EXAMENS PRESTATAIRES PPS PROGRAMME PERSONNALISÉ DE

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers

Stage Étudiants infirmiers Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : ü La définition du métier «Infirmier» ü Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 ü Le portfolio de l étudiant Version

Plus en détail

LE DISPOSITIF D ANNONCE

LE DISPOSITIF D ANNONCE LE DISPOSITIF D ANNONCE 1 Objectifs Mis en oeuvre par la Ligue contre le Cancer suite aux Etats Généraux des malades de 1998 Introduit dans le premier Plan Cancer (2003-2007) Accompagner et soutenir l'annonce

Plus en détail

HOPITAL DE SOULTZ N :S.PC.A.001.1 SERVICES DESTINATAIRES SERVICE DE SOINS DE SUITE ET DE READAPTATION SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE

HOPITAL DE SOULTZ N :S.PC.A.001.1 SERVICES DESTINATAIRES SERVICE DE SOINS DE SUITE ET DE READAPTATION SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE HOPITAL DE SOULTZ N :S.PC.A.001.1 PROCEDURE D ACCUEIL CLASSEUR 1 : CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR 7 : CLASSEUR 8 : CLASSEUR 9 : CLASSEUR 10 : CLASSEUR 11 : SERVICES

Plus en détail

CONVENTION. Inscrit au Conseil Départemental de l ordre des Médecins de

CONVENTION. Inscrit au Conseil Départemental de l ordre des Médecins de CONVENTION Etablie entre La société Allo Médecin Contrôle située Résidence Jean Moulin Bât A 20 Boulevard Jean Moulin 13005 MARSEILLE représentée par Monsieur JEUDY Xavier Et le Docteur Inscrit au Conseil

Plus en détail

CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre :

CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : L établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes

Plus en détail

Conditions d Admission

Conditions d Admission Conditions d Admission Aiguilles Guillestre Embrun Savines AGES vous souhaite la bienvenue Madame, Monsieur, Vous avez demandé des informations concernant la procédure d inscription sur la liste d attente.

Plus en détail

Vous, ou l un de vos proches, êtes atteint d une maladie grave.

Vous, ou l un de vos proches, êtes atteint d une maladie grave. CARTOGRAPHIE DES STRUCTURES EN SOINS PALLIATIFS DE LA REGION CENTRE DREUX CHARTRES LA LOUPE 28 45 MONTARGIS ORLEANS SULLY/LOIRE VENDÔME BLOIS TOURS LUYNES 41 CHINON VIERZON 37 BOURGES LIVRET D INFORMATIONS

Plus en détail

DEMANDE DE DOSSIER MEDICAL à compléter et à adresser à la Direction de la Clientèle et du Droit des Patients

DEMANDE DE DOSSIER MEDICAL à compléter et à adresser à la Direction de la Clientèle et du Droit des Patients DEMANDE DE DOSSIER MEDICAL à compléter et à adresser à la Direction de la Clientèle et du Droit des Patients Je soussigné(e) : Nom Prénom : Nom de jeune fille : Adresse actuelle : Code postal / / / Ville

Plus en détail

C O N T R A T D E S E J O U R F O Y E R D A C U E I L M E D I C A L I S E C E N T R E D E M E Y Z I E U - A R I M C

C O N T R A T D E S E J O U R F O Y E R D A C U E I L M E D I C A L I S E C E N T R E D E M E Y Z I E U - A R I M C ARIMC CENTRE DE MEYZIEU 112 rue de la République 69330 MEYZIEU Foyer d accueil médicalisé CONTRAT DE SEJOUR Dispositions législatives : loi 2002-2 rénovant l action sociale et médico-sociale et les décrets

Plus en détail

Directives anticipées. Conseils pour les rédiger

Directives anticipées. Conseils pour les rédiger Directives anticipées Conseils pour les rédiger Un droit inscrit dans la loi Quel objectif? Cette brochure a pour objectif de vous expliquer le sens des directives anticipées. Elle vous donne des conseils

Plus en détail

Hospitalisation à domicile et prise en charge en oncologie

Hospitalisation à domicile et prise en charge en oncologie Hospitalisation à domicile et prise en charge en oncologie Quelques chiffres sur la France (FNEHAD) Prise en charge pour 2014 *105.000 patients en HAD/66 millions d habitants *4.4 millions de journées

Plus en détail

Article 2. relatives à l intervention du masseur-kinésithérapeute libéral dans l EHPAD

Article 2. relatives à l intervention du masseur-kinésithérapeute libéral dans l EHPAD CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MASSEURS- KINÉSITHÉRAPEUTES EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : L établissement d hébergement pour personnes

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

Principes généraux de bonnes pratiques de soins chroniques

Principes généraux de bonnes pratiques de soins chroniques Réf ENG: WHO/CDS/IMAI/2004.3 Rev.1 Principes généraux de bonnes pratiques de soins chroniques PRISE EN CHARGE INTÉGRÉE DES MALADIES DE L ADOLESCENT ET DE L ADULTE DIRECTIVES PROVISOIRES POUR LES AGENTS

Plus en détail

Année universitaire 2015-2016

Année universitaire 2015-2016 Année universitaire 2015-2016 Master en Sciences Humaines et Sociales Mention : Psychologie Spécialité à finalité professionnelle et recherche Troubles de la Cognition et du Langage : Psychologie du développement

Plus en détail

HAD ET RESEAUX DE SOINS Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins

HAD ET RESEAUX DE SOINS Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins 31 mai 2013 HAD Nantes & région mai 2013-BJAUD 2 n SOMMAIRE: - LE DISPOSITIF REGLEMENTAIRE - HOPITAL A DOMICILE: Présentation Objectif Les conditions d admission

Plus en détail

Association régie par la loi «1901»

Association régie par la loi «1901» Association régie par la loi «1901» Siège social et Direction Générale : 11, rue de la Convention 79000 NIORT Tél. 05 49 24 20 88 Fax. 05 49 24 30 03 siège@gpa79.net 1) CADRE DE L ENQUETE La loi 2002-2,

Plus en détail

JORF n 0303 du 31 décembre 2010. Texte n 91

JORF n 0303 du 31 décembre 2010. Texte n 91 Le 13 octobre 2011 JORF n 0303 du 31 décembre 2010 Texte n 91 ARRETE Arrêté du 30 décembre 2010 fixant les modèles de contrats types devant être signés par les professionnels de santé exerçant à titre

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 690 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 21 juin 2011 PROJET DE LOI relatif à la bioéthique. L Assemblée nationale

Plus en détail

CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L ORDRE DES MEDECINS DE LA LOIRE

CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L ORDRE DES MEDECINS DE LA LOIRE CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L ORDRE DES MEDECINS DE LA LOIRE Saint Etienne, le 4 Avril 2013 A l attention de Madame ou Monsieur Le Président Madame, Monsieur, Organisme de contrôle médical depuis 1987, nous

Plus en détail

Programme de gestion des médicaments de spécialité

Programme de gestion des médicaments de spécialité Programme de gestion des médicaments de spécialité SYNONYME D ÉCONOMIES ET DE SANTÉ Votre régime d assurance soins médicaux vise à vous procurer une protection financière, à vous et aux membres de votre

Plus en détail

BOURSES D ÉTUDES MODE D EMPLOI DÉTAILLÉ TOUTES LES PRESTATIONS PRÉVUES POUR LES BOURSIERS DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS

BOURSES D ÉTUDES MODE D EMPLOI DÉTAILLÉ TOUTES LES PRESTATIONS PRÉVUES POUR LES BOURSIERS DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS TOUTES LES PRESTATIONS PRÉVUES POUR LES BOURSIERS DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS SOMMAIRE Allocations page 3 Frais de voyage et de transport page 4 Assurance page 5 Hébergement page 5 Titre de séjour page 6

Plus en détail

Voix et voies de l annonce en Cancérologie

Voix et voies de l annonce en Cancérologie Voix et voies de l annonce en Cancérologie Professeur BOLLA Michel Clinique Universitaire de Cancérologie Radiothérapie CHU Grenoble Voix et voies de l annonce en Cancérologie -Parcours du patient Approche

Plus en détail

Belfort. Vesoul. Montbéliard Strasbourg. Besançon. Colmar. Mulhouse. Lons-le-Saunier DRASS - ES - EFS

Belfort. Vesoul. Montbéliard Strasbourg. Besançon. Colmar. Mulhouse. Lons-le-Saunier DRASS - ES - EFS Vesoul Besançon Belfort Montbéliard Strasbourg Colmar Lons-le-Saunier Mulhouse Bonnes pratiques en transfusion sanguine L information du patient Travail interrégional Alsace - Franche-Comté Version 1-2008

Plus en détail

BOURSE de Recherche de la Société Française de Pharmacie Clinique avec le soutien d Astra Zeneca Thème Vieillissement DOSSIER DE CANDIDATURE

BOURSE de Recherche de la Société Française de Pharmacie Clinique avec le soutien d Astra Zeneca Thème Vieillissement DOSSIER DE CANDIDATURE BOURSE de Recherche de la Société Française de Pharmacie Clinique avec le soutien d Astra Zeneca Thème Vieillissement DOSSIER DE CANDIDATURE A retourner au plus tard le vendredi 18 décembre 2015 inclus

Plus en détail

Galerie sainte Geneviève, porte 3 niveau 1

Galerie sainte Geneviève, porte 3 niveau 1 Pôle UBAAR : urgences, bloc, ambulatoire, anesthésie et réanimation Hôpital de jour pluridisciplinaire (Livret réalisé par l équipe d infirmières de médecine, validé par le cadre) Galerie sainte Geneviève,

Plus en détail

Caroline QUINTIN. URC Paris Nord - Formation DU 1

Caroline QUINTIN. URC Paris Nord - Formation DU 1 Caroline QUINTIN URC Paris Nord - Formation DU 1 INTRODUCTION Les documents et données relatifs à la recherche constituent les documents essentiels qui composent le dossier permanent de la recherche. Ces

Plus en détail

ENTRETIEN AVEC UN CHIRURGIEN

ENTRETIEN AVEC UN CHIRURGIEN ENTRETIEN AVEC UN CHIRURGIEN Suite au bilan dont elle a bénéficié, Mme Gerusa consulte le chirurgien qui lui a été conseillé, dans la clinique où celui-ci exerce. Elle sait qu elle a une tumeur qui doit

Plus en détail

APPEL A PROJETS VILLE DE NICE 2015 «AIDES INDIVIDUELLES JEUNES CHERCHEURS» DOSSIER DE CANDIDATURE*

APPEL A PROJETS VILLE DE NICE 2015 «AIDES INDIVIDUELLES JEUNES CHERCHEURS» DOSSIER DE CANDIDATURE* APPEL A PROJETS VILLE DE NICE 2015 «AIDES INDIVIDUELLES JEUNES CHERCHEURS» DOSSIER DE CANDIDATURE* Date limite d envoi des dossiers : 30 juin 2013 (par courrier postal, cachet de la poste faisant foi)

Plus en détail

Centre d Assistance Médicale à la Procréation

Centre d Assistance Médicale à la Procréation Centre d Assistance Médicale à la Procréation Hôpital Privé de Parly II Le Chesnay 21, Rue Moxouris 78150 Le Chesnay EQUIPE CLINIQUE Cliniciens agréés: Dr Marie José BOCQUET Dr Xavier GUETTIER Dr Guy KERBRAT

Plus en détail

L INFORMATION À LA PARENTÈLE DANS LE CADRE DES ÉTUDES DE GÉNÉTIQUE : UNE OBLIGATION LÉGALE DÉLICATE

L INFORMATION À LA PARENTÈLE DANS LE CADRE DES ÉTUDES DE GÉNÉTIQUE : UNE OBLIGATION LÉGALE DÉLICATE L INFORMATION À LA PARENTÈLE DANS LE CADRE DES ÉTUDES DE GÉNÉTIQUE : UNE OBLIGATION LÉGALE DÉLICATE Mme Gipsy BILLY, conseillère en génétique Pr Pierre Simon JOUK, généticien Colloque médical du jeudi:

Plus en détail

PROGRAMMES SUPERIEURS BACHELOR FERRANDI MANAGER DE RESTAURANT. Modalités d admission 2015 Campus de Paris et de Bordeaux

PROGRAMMES SUPERIEURS BACHELOR FERRANDI MANAGER DE RESTAURANT. Modalités d admission 2015 Campus de Paris et de Bordeaux PROGRAMMES SUPERIEURS BACHELOR FERRANDI MANAGER DE RESTAURANT Modalités d admission 2015 Campus de Paris et de Bordeaux (Document à lire attentivement et à conserver par le candidat) 16 avril 2015 1 SOMMAIRE

Plus en détail

CSIRMT 15 NOVEMBRE. Unité d addictologie du centre hospitalier d Ancenis

CSIRMT 15 NOVEMBRE. Unité d addictologie du centre hospitalier d Ancenis CSIRMT 15 NOVEMBRE 2011 Unité d addictologie du centre hospitalier d Ancenis PLAN DE L INTERVENTION 1. Présentation de la pathologie addictive 2. Présentation de l unité d addictologie 3. Modalités d entrée

Plus en détail

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale Février 2009 MESSAGES CLÉS Ces

Plus en détail

PROCEDURE DE SOUMISSION D'UN TFE

PROCEDURE DE SOUMISSION D'UN TFE PROCEDURE DE SOUMISSION D'UN TFE Avant d'être soumis au Comité d'ethique, votre projet de travail de fin d'étude doit avoir obtenu l'aval de Monsieur André LIENARD (04/225.64.05) pour ce qui est des études

Plus en détail

PRESENTATION DE LA FORMATION

PRESENTATION DE LA FORMATION PRESENTATION DE LA FORMATION Centre de formation aux métiers de la santé : Allée Jacques Monod BP 609 62321 BOULOGNE SUR MER CEDEX Tél : 03.21.99.30.61 Fax : 03.21.99.38.92 Mail : sec_ifsi@ch-boulogne.fr

Plus en détail

Diplôme de l Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. «Responsable Mutualiste» Cycle 2017 / 2018

Diplôme de l Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. «Responsable Mutualiste» Cycle 2017 / 2018 Diplôme de l Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne «Responsable Mutualiste» Dossier de candidature pour la 14 ème promotion Cycle 2017 / 2018 NB : Les candidatures seront examinées à partir de septembre

Plus en détail

Évaluation gérontologique en EHPAD une démarche qualité

Évaluation gérontologique en EHPAD une démarche qualité Évaluation gérontologique en EHPAD une démarche qualité Dr Robert Abadie, Dr André Stillmunkés Dr Catherine Doze, Dr Jean Favarel, Dr Jean-François Jammes, Dr Adrian Klapouszczak, Dr Georges Mozziconacci,

Plus en détail

Cahier des charges Appel à Candidature. FORMATION de FORMATEUR MODULE : ANIMER

Cahier des charges Appel à Candidature. FORMATION de FORMATEUR MODULE : ANIMER Cahier des charges Appel à Candidature FORMATION de FORMATEUR MODULE : ANIMER SOMMAIRE 1 Les attentes initiales page 2 2 La réponse de la Fédération des CSFC au FIF PL page 2 3 La proposition de formation

Plus en détail

S O M M A I R E. Le métier 4. Les étapes avant le dépôt de dossier 5 La procédure d'agrément 6

S O M M A I R E. Le métier 4. Les étapes avant le dépôt de dossier 5 La procédure d'agrément 6 S O M M A I R E Le métier 4 Les étapes avant le dépôt de dossier 5 La procédure d'agrément 6 Les conditions requises pour être agréé(e) 6-7 La décision 8 Le suivi 8 La formation 9 L'aspect juridique 9

Plus en détail

L annonce du cancer au sujet âgé hospitalisé

L annonce du cancer au sujet âgé hospitalisé L annonce du cancer au sujet âgé hospitalisé Journées Interrégionales d Onco-gériatrie Rhône-Alpes Auvergne M. Nierga, P. Ledieu, M-O Hager, C. Deveuve-Murol Pourquoi parler du cancer du sujet âgé? Le

Plus en détail

L Hospitalisation à domicile

L Hospitalisation à domicile L Hospitalisation à domicile Centre Hospitalier B.P. 70348 22303 LANNION Cedex 02.96.05.70.15 S O M M A I R E Où SE SITUE L HAD? p 2 QU EST-CE QUE L HAD? p 4 QUEL LIEU D INTERVENTION? p 4 QUE DOIT-ON

Plus en détail

Ponction-biopsie abdominale en radiologie

Ponction-biopsie abdominale en radiologie Formulaire d information Ponction-biopsie abdominale en radiologie Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen en radiologie. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la

Plus en détail

EFFICACITÉ D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D OSTÉOPOROSE

EFFICACITÉ D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D OSTÉOPOROSE EFFICACITÉ D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D OSTÉOPOROSE MARIE-ANNE SCHAAD INFIRMIÈRE SPÉCIALISTE CLINIQUE DIRECTION DES SOINS HUG PR T. CHEVALLEY F. MERMINOD M. TOMCIK

Plus en détail

HAD ANTENNE DE BOURBON - LANCY HOSPITALISATION A DO MICILE. Contact permanent avec l équipe de soins

HAD ANTENNE DE BOURBON - LANCY HOSPITALISATION A DO MICILE. Contact permanent avec l équipe de soins L hospitalisation à domicile permet : Un retour plus rapide au foyer en continuant le traitement commencé à l hôpital D éviter une entrée à l hôpital et de commencer un traitement chez soi ANTENNE DE BOURBON

Plus en détail

Cas clinique. Mme B. Nathalie

Cas clinique. Mme B. Nathalie Cas clinique Mme B. Nathalie Mme LE CHEVALIER A. IRD CETD AVRANCHES-GRANVILLE / Réseau Régional Douleur en Basse Normandie 6 ème Universités infirmière SFETD Le 19 mai 2014 Parcours des patients douloureux

Plus en détail

Démarche de Soins Infirmiers

Démarche de Soins Infirmiers Démarche de Soins Infirmiers La reconnaissance de l infirmière dans son rôle propre. Sommaire Rappel historique Qui est concerné par la Démarche de Soins Infirmiers? Comment se met-elle en place? Comment

Plus en détail

CONTRAT PREPARATION ET LIVRAISON DES REPAS PAR LA RESIDENCE L EPINETTE REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT AGREMENT N/170809/P/049/Q/054 MODE PRESTATAIRE

CONTRAT PREPARATION ET LIVRAISON DES REPAS PAR LA RESIDENCE L EPINETTE REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT AGREMENT N/170809/P/049/Q/054 MODE PRESTATAIRE Objectifs CONTRAT PREPARATION ET LIVRAISON DES REPAS PAR LA RESIDENCE L EPINETTE REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT AGREMENT N/170809/P/049/Q/054 MODE PRESTATAIRE Proposer un repas équilibré par jour aux personnes

Plus en détail

Aide-mémoire personnel

Aide-mémoire personnel Aide-mémoire personnel L Aide-mémoire personnel sert d accompagnement au Guide de référence pour les patients et les familles, conçu pour les personnes aux prises avec le cancer du rein et leur famille.

Plus en détail

INTERACTIONS GENES-ENVIRONNEMENT DANS L'EXPRESSION CLINIQUE DU MELANOME FICHE D INFORMATION AUX PATIENTS

INTERACTIONS GENES-ENVIRONNEMENT DANS L'EXPRESSION CLINIQUE DU MELANOME FICHE D INFORMATION AUX PATIENTS INTERACTIONS GENES-ENVIRONNEMENT DANS L'EXPRESSION CLINIQUE DU MELANOME 1 FICHE D INFORMATION AUX PATIENTS Dr. Marie Françoise Avril, Service de Dermatologie. Institut Gustave Roussy Dr. Agnès Chompret.

Plus en détail

Favoriser le retour à domicile des enfants en soins palliatifs en Bretagne, aider à l accompagnement des familles, des soignants.

Favoriser le retour à domicile des enfants en soins palliatifs en Bretagne, aider à l accompagnement des familles, des soignants. Réseau Régional de Soins Palliatifs Pédiatriques CHU de RENNES 2, rue de l Hôtel-Dieu CS 26419 35064 RENNES cedex Tél : 02 23 210 107 Email : reseau.labrise@chu-rennes.fr Site : www.labrise.fr Nom du projet

Plus en détail

CITATION DIRECTE DEVANT LA CHAMBRE CORRECTIONNELLE DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE D ALBERTVILLE

CITATION DIRECTE DEVANT LA CHAMBRE CORRECTIONNELLE DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE D ALBERTVILLE CITATION DIRECTE DEVANT LA CHAMBRE CORRECTIONNELLE DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE D ALBERTVILLE L AN DEUX MIL TREIZE et le ONZE FEVRIER A LA REQUETE DE : Monsieur David MOURVILLIER, né le 20 avril 1974

Plus en détail

Organisation du retour à domicile, utilisation du classeur de liaison

Organisation du retour à domicile, utilisation du classeur de liaison www.centre-paul-strauss.fr Organisation du retour à domicile, utilisation du classeur de liaison Barbara POIROT, Laïla WEISS IDE Service de Soins d Accompagnement Contexte Hôpital de jour de soins d accompagnement

Plus en détail

MODELE DE CONTRAT DE TRAVAIL DE MASSEUR-KINESITHERAPEUTE EN MILIEU SPORTIF

MODELE DE CONTRAT DE TRAVAIL DE MASSEUR-KINESITHERAPEUTE EN MILIEU SPORTIF MODELE DE CONTRAT DE TRAVAIL DE MASSEUR-KINESITHERAPEUTE EN MILIEU SPORTIF CONTRAT DE TRAVAIL A DUREE INDETERMINEE ENTRE: La structure sportive, par exemple: La Fédération sportive du Société: Dénomination

Plus en détail

RAPPORT SUR LES PLAINTES DES USAGERS PÉRIODE 1 AVRIL 2010-31 MARS 2011 HÔPITAL JUIF DE RÉADAPTATION LAVAL

RAPPORT SUR LES PLAINTES DES USAGERS PÉRIODE 1 AVRIL 2010-31 MARS 2011 HÔPITAL JUIF DE RÉADAPTATION LAVAL RAPPORT SUR LES PLAINTES DES USAGERS PÉRIODE 1 AVRIL 2010-31 MARS 2011 HÔPITAL JUIF DE RÉADAPTATION LAVAL Présenté au conseil d'administration 17 mai 2011 par Michael Greenberg, Commissaire aux plaintes

Plus en détail

LIVRET D INFORMATION SUR LA CHIMIOTHERAPIE ORALE

LIVRET D INFORMATION SUR LA CHIMIOTHERAPIE ORALE Centre de Coordination Régional d Hématologie du Limousin LIVRET D INFORMATION SUR LA CHIMIOTHERAPIE ORALE Document d information pour les patients La chimiothérapie orale La chimiothérapie orale est un

Plus en détail

PRESENTATION DES PROGRAMMES RELATIFS AUX DIPLÔMES D ETAT D AIDE-SOIGNANT ET AUXILIAIRE DE PUERICULTURE

PRESENTATION DES PROGRAMMES RELATIFS AUX DIPLÔMES D ETAT D AIDE-SOIGNANT ET AUXILIAIRE DE PUERICULTURE PRESENTATION DES PROGRAMMES RELATIFS AUX DIPLÔMES D ETAT D AIDE-SOIGNANT ET AUXILIAIRE DE PUERICULTURE Base réglementaire La formation: Article D 4391-1(Décret du 26 mars 2010) du Code de la santé publique

Plus en détail

Information au patient

Information au patient Information au patient Service de chirurgie orthopédique et traumatologie Le but de mon séjour est de réaliser une intervention chirurgicale et de me rendre un maximum d autonomie. Pour y arriver, toute

Plus en détail

Cousin baptiste 3 e 2. Rapport de stage

Cousin baptiste 3 e 2. Rapport de stage Cousin baptiste 3 e 2 Rapport de stage Sommaire 1. Recherche de mon stage 3 2. Mon entreprise.4 A) Présentation..4 B) Fonctionnement 7 C) Personnel et organisation du travail..9 D) Interview 13 3. Mon

Plus en détail

Définition du métier. Conditions d accès au diplôme (arrêté du 25 janvier 2005 et du 22 octobre 2005)

Définition du métier. Conditions d accès au diplôme (arrêté du 25 janvier 2005 et du 22 octobre 2005) Définition du métier L aide soignant exerce son activité sous la responsabilité de l infirmière, dans le cadre du rôle propre qui lui est dévolu, conformément aux articles R.4311-5 du code de la santé

Plus en détail

Rôle infirmier et apport de l interdisciplinarité

Rôle infirmier et apport de l interdisciplinarité Rôle infirmier et apport de l interdisciplinarité 31 mars 2012 Laurence Nootens Infirmière Principale, Equipe Interface Equipe de soins palliatifs à domicile Cliniques Universitaires Saint-Luc De la multidisciplinaritéà

Plus en détail

1.2 L intervenant est habile à relever les forces de la personne au lieu de se centrer uniquement sur les déficits de celle-ci :

1.2 L intervenant est habile à relever les forces de la personne au lieu de se centrer uniquement sur les déficits de celle-ci : Les compétences attendues des intervenants au SIV Cet outil clinique rédigé par le CNESM s inspire du «Strengths Model Core Competencies Evaluation Tool», tiré du livre de Rapp et Goscha (2012), The Strengths

Plus en détail

Prise en charge en ambulatoire en Imagerie Interventionnelle

Prise en charge en ambulatoire en Imagerie Interventionnelle «Analyse de parcours patient selon la méthode du patient-traceur» Prise en charge en ambulatoire en Imagerie Interventionnelle Soazig BOHUON Dr Isabelle ROGER 26 Avril 2016 OBJECTIFS Décrire la réalisation

Plus en détail

et à la PERSONNE en fin de vie

et à la PERSONNE en fin de vie association pour le droit de mourir dans la dignité les DROITS RELATIFS à la PERSONNE MALADE et à la PERSONNE en fin de vie A lire attentivement et à emporter avec vous en cas d hospitalisation Les accueillants

Plus en détail

LIVRET D ACCEUIL CLINIQUE SAINTE-MARIE 1 RUE CHRISTIAAN BARNARD 95520 OSNY 01 34 20 96 99 16/03/2015 1

LIVRET D ACCEUIL CLINIQUE SAINTE-MARIE 1 RUE CHRISTIAAN BARNARD 95520 OSNY 01 34 20 96 99 16/03/2015 1 LIVRET D ACCEUIL POUR LES STAGIAIRES CHIMIOTHERAPIE AMBULATOIRE 16/03/2015 1 PRESENTATION DU SERVICE AUX ETUDIANTS Nom CHIMIOTHERAPIE AMBULATOIRE Localisation dans l Etablissement 2ème étage Cadre de santé

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

Nature du contrat. a durée indéterminée. a durée déterminée

Nature du contrat. a durée indéterminée. a durée déterminée Nature du contrat a durée indéterminée a durée déterminée 1 Nature du contrat : CONTRAT DE TRAVAIL A DUREE INDETERMINEE* CONTRAT DE TRAVAIL A DUREE DETERMINEE Le contrat est établi pour l accueil de l

Plus en détail

Don d ovocytes. Qu est-ce que c est?

Don d ovocytes. Qu est-ce que c est? Don d ovocytes Qu est-ce que c est? Depuis la loi de bioéthique du 29 juillet 1994, le don d'ovocytes et le transfert d'embryons ont donné aux femmes un moyen d être enceintes et donner naissance à un

Plus en détail

UNIVERSITE DE LA POLYNESIE FRANÇAISE NETTOYAGE ET ENTRETIEN DES LOCAUX REGLEMENT PARTICULIER D APPEL D OFFRE

UNIVERSITE DE LA POLYNESIE FRANÇAISE NETTOYAGE ET ENTRETIEN DES LOCAUX REGLEMENT PARTICULIER D APPEL D OFFRE UNIVERSITE DE LA POLYNESIE FRANÇAISE NETTOYAGE ET ENTRETIEN DES LOCAUX REGLEMENT PARTICULIER D APPEL D OFFRE 1 Article 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE L objet de cet appel d offre consiste l exécution des

Plus en détail

L'ASSISTANCE DES VICTIMES DE DOMMAGE CORPOREL. Maitre Candide POTTIER. Avocat spécialisé. Membre de l'anadavi. 24 rue de la Paix 74000 ANNECY

L'ASSISTANCE DES VICTIMES DE DOMMAGE CORPOREL. Maitre Candide POTTIER. Avocat spécialisé. Membre de l'anadavi. 24 rue de la Paix 74000 ANNECY L'ASSISTANCE DES VICTIMES DE DOMMAGE CORPOREL Maitre Candide POTTIER Avocat spécialisé Membre de l'anadavi 24 rue de la Paix 74000 ANNECY Dr Christophe TARDY Médecin conseil de blessés Spécialiste en médecine

Plus en détail

Enquête Centre Europa : «tous au travail pour penser la famille»

Enquête Centre Europa : «tous au travail pour penser la famille» Enquête Centre Europa : «tous au travail pour penser la famille» La famille évolue et les rapports dans le couple et parents enfants changent aussi. Pour penser et mieux vivre ensemble ces changements,

Plus en détail

FORMULAIRE DE REQUETE CONTENTIEUX SOCIAUX HORS DALO INJONCTION

FORMULAIRE DE REQUETE CONTENTIEUX SOCIAUX HORS DALO INJONCTION FORMULAIRE DE REQUETE CONTENTIEUX SOCIAUX HORS DALO INJONCTION Requête relative à une prestation, allocation ou droit attribué au titre de l'aide ou de l'action sociale, du logement ou en faveur des travailleurs

Plus en détail

Articulation Urgences - Médecine de ville. Résumé d expérience au CH de Moulins-Yzeure. G.Hernandez

Articulation Urgences - Médecine de ville. Résumé d expérience au CH de Moulins-Yzeure. G.Hernandez Articulation Urgences - Médecine de ville Résumé d expérience au CH de Moulins-Yzeure G.Hernandez Le CH de Moulins-Yzeure Bassin de population: 120 000 hab Semi-rurale, revenus faibles Population agée

Plus en détail

Conditions d Admission Aiguilles Guillestre Embrun Savines

Conditions d Admission Aiguilles Guillestre Embrun Savines Conditions d Admission Aiguilles Guillestre Embrun Savines AGES vous souhaite la bienvenue Madame, Monsieur, Vous avez demandé des informations concernant la procédure d inscription sur la liste d attente.

Plus en détail

PLATE-FORME REGIONALE D APPUI INTERMINISTERIEL A LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU LIMOUSIN. Dossier de demande

PLATE-FORME REGIONALE D APPUI INTERMINISTERIEL A LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU LIMOUSIN. Dossier de demande Numéro d enregistrement de la demande : Date de réception : PLATE-FORME REGIONALE D APPUI INTERMINISTERIEL A LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU LIMOUSIN 1, rue de la Préfecture BP 87031 87031 LIMOGES

Plus en détail

DEMANDE D'ADMISSION RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS

DEMANDE D'ADMISSION RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS DEMANDE D'ADMISSION RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS Exemplaire à retourner dûment complété par courrier accompagné des pièces demandées et du questionnaire médical à : Résidence Léopold Bellan - 13 place

Plus en détail

Epreuves de sélection pour l admission en institut de formation en soins infirmiers

Epreuves de sélection pour l admission en institut de formation en soins infirmiers I n s t i t u t d e F o r m a t i o n e n S o i n s I n f i r m i e r s DOSSIER D INSCRIPTION Candidats Filière PACES Epreuves de sélection pour l admission en institut de formation en soins infirmiers

Plus en détail

Est-il dangereux de faire passer une personne âgée aux Urgences? Dr Karine BALDASSARI Dr Catherine FERNANDEZ Les RDV de l Urgence 26 mai 2011

Est-il dangereux de faire passer une personne âgée aux Urgences? Dr Karine BALDASSARI Dr Catherine FERNANDEZ Les RDV de l Urgence 26 mai 2011 Est-il dangereux de faire passer une personne âgée aux Urgences? Dr Karine BALDASSARI Dr Catherine FERNANDEZ Les RDV de l Urgence 26 mai 2011 Plan Risques Problématiques du pré hospitalier Repérage aux

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE Directions DSIPP-DAM-DSAPL Service Service de gastroentérologie Personne habilitée Infirmière clinicienne de gastroentérologie Pharmaciens communautaires exerçant au Québec Numéro

Plus en détail

Dispositif d annonce en cancérologie Centre Hospitalier de TROYES

Dispositif d annonce en cancérologie Centre Hospitalier de TROYES Dispositif d annonce en cancérologie Centre Hospitalier de TROYES DISPOSITIF D ANNONCE EN CANCEROLOGIE : I. LES MODALITES AUTOUR DU DISPOSITIF D ANNONCE II. LA CONSULTATION INFIRMIERE 1. Missions 2. Modalités

Plus en détail