La Mensuelle Eco - N 33 - Novembre 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Mensuelle Eco - N 33 - Novembre 2015"

Transcription

1 - N 33 - Novembre 2015 L essentiel YT-MAHM 24/11/2015 Le 13 novembre, l INSEE publiait les chiffres de la croissance française au 3 ème trimestre. L Histoire retiendra de cette date des évènements d une autre nature, d une toute autre gravité. Information utile mais dérisoire, le PIB national affiche une progression de 0,3% sur 3 mois, portant l acquis de croissance à un niveau renforçant la prévision annuelle minimale pour 2015 (+1,1%). Porté par le redémarrage de la consommation et surtout l accélération des investissements des entreprises, l agrégat est symétriquement plombé par le commerce extérieur. Les exportations ont en effet contribué négativement à la croissance, contrairement aux périodes précédentes. Preuve que l alignement des planètes «Pétrôle, Change et Intérêt», toujours visible, demeure indispensable à la relance. En Midi-Pyrénées, la conjoncture prend un tournant plus favorable, mélant bonne orientation du climat des affaires et signaux positifs en provenance du marché du travail. Dans le département de la Haute-Garonne, les données provisoires concernant le 3 ème trimestre font état d une hausse des créations d entreprise, après un 1 er semestre difficile. Le regain est également toujours en cours au sein de la zone Euro, en dépit d une nouvelle dégradation du commerce international. Des secteurs majeurs redémarrent dans l ensemble des pays, au premier rang desquels l industrie manufacturière et l immobilier. Dans le cas français, les marchés du neuf et de l ancien sont symptomatiques de la situation générale actuelle, coincés entre rebond passager et vraie reprise. Avec des situations de trésorerie au plus haut depuis juillet 2007 dans les grandes entreprises et les ETI, l investissement des entreprises peut repartir. Pourtant, les chefs d entreprise se montraient déjà très prudents quant à leurs prévisions en début de mois, et l actualité récente ne saurait démentir cette tendance à court terme. Si l embellie est peut-être toujours là, l emballement, lui, est loin. Les chiffres du mois +2,8% La croissance du commerce mondial prévue pour 2015, soit 0,5 point de moins par rapport à la prévision d avril -0,2% L évolution sur 3 mois du PIB japonais au 3 ème trimestre, identique à celle du trimestre précedent 4 ans Le temps passé depuis le dernier plus haut atteint par le moral des industriels de la zone Euro, dépassé en septembre +40% La progression des ventes dans la promotion neuve de logements au sein de l aire urbaine de Toulouse Le prix de vente médian au m² pour un appartement ancien à Toulouse +0,3% La hausse du PIB en France au 3 ème trimestre, en glissement sur 3 mois Le nombre de nouveaux établissements créés en Haute-Garonne de juillet à septembre

2 1/ La situation économique mondiale Net refroidissement de la confiance des industriels anglo-saxons et japonais Sources : OCDE, OMC, XERFI, Presse nationale Suite au ralentissement des économies émergentes, à la baisse des prix du pétrole et d autres produits de base, et à la grande volatilité des taux de change, les économistes de l Organisation Mondiale du Commerce ont abaissé leur prévision de croissance des échanges internationaux pour 2015 : 2,8% vs 3,3% en avril. Ils ont également corrigé de -0,1 point la prévision 2016, la ramenant à 3,9%. Les difficultés de la Chine, les récessions brésilienne et russe expliquent en grande partie cette révision. Fait traduisant la défiance grandissante des investisseurs, Goldman Sachs vient de décider de fermer le fonds «BRIC», très en vogue ces dernières années, et de le fusionner avec un fonds d investissement plus large sur les marchés émergents. La croissance du commerce reste inégale entre les pays et les régions. Après une longue période de stagnation, l Europe affiche au 2 ème trimestre la plus forte progression (2,7%) des exportations en glissement annuel, suivie par l Amérique du Nord (2,1%) puis l Asie (0,6%). Dans les économies anglo-saxonnes, même si la production industrielle mondiale s est redressée depuis le mois d août, le moral des industriels est orienté à la baisse ces dernières semaines. Aux Etats-Unis, l indicateur est tombé en dessous de sa moyenne de long terme en février et s est dégradé en septembre, touchant un point bas depuis juillet Au Royaume-Uni, la confiance demeure de meilleur niveau mais elle se détériore rapidement. Au Japon, dont le 1 er partenaire commercial est la Chine, le manque de confiance se concrétise au 3 ème trimestre dans le recul de 1,3% des investissements des entreprises, notamment industrielles. Les sociétés nippones ont massivement déstocké et ainsi contribué négativement (-0,5%) à l évolution du PIB. Ce dernier régresse de 0,2%, comme au 2 ème trimestre, marquant ainsi une nouvelle entrée officielle et technique du pays en récession. Cela avait déjà été le cas aux 2 ème et 3 ème trimestres A l instar du FMI en octobre, se fondant sur le ralentissement du commerce de marchandises, l OCDE a en novembre, à son tour, revu à la baisse ses prévisions de croissance mondiale, portées à +2,8% pour 2015 et +3,3% pour 2016.

3 2/ Europe Manque de vigueur en zone Euro Sources : EUROSTAT, XERFI, EEG Crédit Agricole, Commission Européenne, presse nationale La zone Euro a connu une légère décélération au 3 ème trimestre (+0,3% t/t vs +0,4% au 2 ème trimestre). Globalement, la consommation intérieure, bien que modeste, a participé à cette croissance sans véritable ressort tandis que les échanges extérieurs l ont freiné (à l exception d une hausse des exportations en Allemagne et aux Pays-Bas). La production industrielle est parvenue à progresser (+0,1% sur 3 mois) en dépit du recul de 0,3% enregistré en septembre essentiellement du fait de l Allemagne. Les données d enquête d octobre confirment la reprise de l activité manufacturière, avec une perception des chefs d entreprise vis-à-vis des commandes, notamment étrangères, qui s améliore. Le moral des industriels avait déjà connu un réel réchauffement en septembre, un plus haut depuis 4 ans. La déclinaison par pays positionne l Espagne en plus forte progression de PIB, +0,8%, le pays se place à nouveau en rattrapage des années de sévère recul. La France se reprend de manière encourageante (+0,3%) après avoir marqué le pas au trimestre précédent. La déception est par contre de mise ce trimestre pour les économies allemande, en décélération (+0,3%), et italienne (+0,2%), confirmant cependant la sortie de longues années de récession au sein de la botte. Retenons que les quatre principales économies de la zone Euro affichent des indicateurs de croissance modestes mais positifs. Toujours du côté des déconvenues, le Portugal est à l arrêt (+0%), les Pays-Bas en croissance très limitée (+0,1%). D autres pays ne reproduisent pas les scenarii positifs du 2 ème trimestre ; ainsi, les PIB de la Grèce et de la Finlande reculent respectivement de -0,5% et -0,6%. Les prévisions dressées pour le 4 ème trimestre tablent sur une progression de 0,4% qui permettrait de réaliser une croissance annuelle de +1,5% à +1,6% selon les observateurs en La Commission Européenne émet des prévisions indiquant une progressive consolidation de la dynamique de croissance existante, +1,8% en 2016 puis +1,9% en 2017.

4 3/ Le fait marquant Immobilier de logement Rebond des marchés du neuf et de l ancien Sources : Club de Veille Immobilier CCI de Toulouse, EEG Crédit Agricole Les activités immobilières constituent généralement un indicateur avancé de la conjoncture économique. Celles tournées principalement vers les marchés du logement (promotion neuve, transactions dans l ancien) intègrent en outre la problématique de la politique publique en la matière. Un an après le dernier plan de relance et à l orée de la mise en place du nouveau Prêt à Taux Zéro, état des lieux des marchés locaux et nationaux. Promotion de logements neufs La reprise des commercialisations est engagée depuis l automne 2014 grâce au segment des ventes aux investisseurs privés; les autres segments (accession, ventes en blocs, résidences gérées) souffrent. Sur les 9 premiers mois de l année 2015, on enregistre une hausse des ventes nettes au détail de 29% en glissement annuel au plan national, et de 40% sur l aire urbaine de Toulouse. Le retour des investisseurs (+55% des ventes en France comme sur l aire toulousaine) est tiré par la très forte adhésion au dispositif Pinel, qui soutient plus de 50% du total des commercialisations. C est particulièrement le cas dans l aire urbaine toulousaine (+69% sur un an au 3 ème trimestre, 3 ème plus forte progression locale derrière les régions Languedoc-Roussillon et Centre-Val de Loire) où leur part dans le total des ventes culmine aujourd hui à 80%, contre 74% il y a un an. Parallèlement, les ventes à occupants sont atones et ne progressent que de 5% au plan national et de 9% localement sur les 3 premiers trimestres. Hors promoteurs, les ventes de maisons individuelles sur l hexagone rebondissent également de 16% sur un an au 1 er semestre. Concernant les mises en vente, leur progression de 14% en France et de 4% sur l aire urbaine de Toulouse ne semble pas assez soutenue pour satisfaire la demande. Le manque de foncier disponible et la hausse du nombre de recours contre les permis de construire expliquent en grande partie ces évolutions. Le cumul des autorisations de logements sur 12 mois à fin septembre est en effet en recul de 4% en France et de 18% en Midi-Pyrénées par rapport au 12 mois précédents. L offre commerciale est par conséquent en baisse sensible sur l aire urbaine de Toulouse : avec logements disponibles fin septembre, elle diminue de 10% en glissement annuel au 3 ème trimestre, sans pour autant laisser apparaître de tensions inflationnistes. Le prix de vente moyen (3 369 /m² habitable hors parking) est stable sur un an, maintenant Toulouse au rang des métropoles «abordables», loin derrière Paris, Nice, et Lyon. Indicateurs des marchés immobiliers au 2 ème trimestre 2015 Sources : FPI, UMF, CLAMEUR, OBSERVER, INSEE, Notaires de France BDD PERVAL, OFMR

5 Marché de l ancien La hausse de l activité locative est nette depuis début 2015 avec une accélération marquée au 1 er semestre et un exercice estival de très bon niveau. La mobilité résidentielle se situe à nouveau au-dessus de sa moyenne de longue période et retrouve son niveau d avant crise. Toulouse représente un marché très calme et fait partie des villes où les loyers augmentent moins vite que l inflation depuis Du côté des transactions, même si les ventes enregistrées en France sur 12 mois à fin juin 2015 sont en léger retrait comparé à juin 2014 ( ), la reprise est réelle et devrait dégager un bilan 2015 en progression de 10%. Les récentes décisions relatives à l extension et à l assouplissement du PTZ, dans le neuf comme dans l ancien, pourrait prolonger cette tendance en En Haute-Garonne, le marché est également mieux orienté, hormis pour les terrains à bâtir. Les délais de plus-values «raisonnables» se sont allongés à entre 5 et 10 ans, provoquant l augmentation parallèle de la durée de détention : 4 à 6 ans vs 2 à 4 ans il y a 5 ans. En matière de prix des appartements, Toulouse demeure la 6 ème ville de Province aux côtés de Montpellier et Nantes, loin derrière Bordeaux, Lille, Lyon et Nice. Sources : Chambre Interdépartementale des Notaires Crédits à l habitat Le bas niveau des taux d intérêt est un élément favorisant la reprise observée depuis plusieurs mois. La remontée de 10% (soit 20 points de base) du taux moyen des crédits immobiliers au cours de l été, stabilisée en octobre (2,21%), ramène seulement l indicateur à son niveau de début La marge d ajustement est encore confortable avant de revenir à des taux déjà historiquement bas il y a 2 ans. La production de crédits nouveaux à l habitat atteint en juillet un plus haut depuis janvier 2003, soit depuis la création de la statistique. Sur les 8 premiers mois de l année, la production s avère supérieure à l année 2014 dans son ensemble. La demande de crédit à l habitat a quant à elle très bien redémarré en septembre. Sources : Banque de France

6 4/ Le contexte national Lente confirmation d une reprise encore fragile Sources : Banque de France, INSEE L INSEE confirme ses prévisions pour le 3 ème trimestre : après trois mois de stagnation, la croissance repart en positif, +0,3% en glissement trimestriel essentiellement porté par la reprise de la consommation des ménages (+0,3%) et l investissement des entreprises (+0,7%) confirmé en reprise depuis 5 trimestres. Les chefs d entreprises industrielles demeurent néanmoins très prudents quant à l évolution de ce dernier indicateur au cours des prochains mois : interrogés en octobre, ils anticipent une quasi-stabilité de leur investissement en 2015 (+1% par rapport à 2014). Une progression de 3% est espérée en Concernant la production manufacturière, une stabilité est enregistrée de mois à mois en septembre après +2,2% en août. Au 3 ème trimestre, elle affiche une très légère progression (+0,1%) sur 3 mois, et une hausse de 0,6% sur un an. La contribution des exportations, encore nettement positive au 2 ème trimestre, corrige à la baisse la croissance du PIB du 3 ème trimestre (-0,6%). Le manque d investissement persistant des ménages et des administrations publiques pénalise également la croissance française. Simultanément au 3 ème trimestre, les premières estimations de l emploi salarié marchand au plan national avancent une nouvelle augmentation globale de +0,1% sur un trimestre, +0,3% à l échelle d une année. L emploi sur un an progresse dans le secteur tertiaire (+1,2%) notamment sous l impulsion de l intérim (+10%). A l inverse, les effectifs salariés poursuivent leur contraction dans l industrie (-1,3%) et dans la construction (-0,8%).

7 5/ La conjoncture en Midi-Pyrénées Le climat des affaires et l orientation de l activité en région Sources : Banque de France, DARES, Pôle Emploi Les indicateurs de climat des affaires mesurés auprès des grandes entreprises midi-pyrénéennes confirment en octobre l orientation positive enregistrée depuis plusieurs mois. Qu il s agisse de l industrie ou des services marchands, suite aux variations respectivement de +1 et -1 point de l indicateur, l ICA régional se positionne à la fois au-dessus sa moyenne de long terme et également au-dessus du niveau national. Après 4 mois de forte augmentation, octobre marque une certaine stabilisation globale de la production industrielle. Des configurations cependant très différentes caractérisent les différents secteurs : - baisse d activité pour les industries agroalimentaires et les équipements électriques-électroniquesinformatiques mais également pour l industrie textile, - stabilisation à niveau élevé de la construction aéronautique et spatiale mais également de l activité caoutchouc-plastique, - progression sensible de l industrie automobile et des autres productions industrielles telles bois-papierimprimerie, industrie chimique et métallurgie. Les perspectives meilleures pour la fin de l année tiennent compte de scenarii de croissance d activité pour les branches ayant marqué le pas en octobre, notamment l agroalimentaire et les équipements électriquesélectroniques-informatiques. La significative progression d activité du mois de septembre s est fortement tassée dans les services marchands au mois d octobre mais devrait d après les prévisions se renouveler sur la fin de l année. La plupart des branches s inscrivent toujours en progression mais plus contenue, citons les activités d ingénierie, les cabinets d études et agences de communication, la réparation automobile, l hébergement mais également l édition et les activités informatiques. Des baisses d activité sont par contre observées dans les services aux entreprises concernant les prestations de nettoyage et pour les transports et l entreposage. Demandeurs d emploi Le phénomène de baisse des demandeurs d emploi observé en catégorie A au plan national se confirme en Midi-Pyrénées et en Haute-Garonne. Après un mois d août mal orienté, la baisse enregistrée en région au mois de septembre (-1,2% sur un mois) amplifie les premiers signaux positifs perçus en juin et juillet. Sur un an, la progression du nombre de demandeurs d emploi se réduit significativement, notamment en Haute-Garonne : +2,9% sur 1 an vs +6,9% sur la période précédente. En France, le recul du nombre de demandeurs en catégorie A (-0,7%) est accompagné d une augmentation des inscrits en catégories B et C (+1,4%), laissant entrevoir le transfert des personnes vers des emplois à temps partiel plutôt que la reprise d emploi à temps plein. En Midi-Pyrénées, ce phénomène est également observé mais les catégories A, B, et C confondues marquent un recul de -0,1%, tandis que la Haute-Garonne affiche une hausse de 0,1%. sur 1 mois sur 1 an Catégorie A Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre sept-15 sept-14 Haute-Garonne -0,1% 0,0% +0,1% +0,3% +0,8% -0,6% -0,1% +1,2% -0,9% +2,9% +6,9% Midi-Pyrénées -0,5% +0,3% +0,6% +0,3% +0,8% -0,5% -0,3% +1,3% -1,2% +3,1% +5,2% France -0,5% +0,4% +0,4% +0,7% +0,5% +0,0% -0,1% +0,6% -0,7% +3,1% +4,3% 6/ En Haute-Garonne Amélioration circonscrite Source : Pôle Etudes&Prospective CCI Toulouse, INSEE Emploi salarié départemental La déclinaison départementale des résultats encourageants de l emploi en Midi-Pyrénées au 2 ème trimestre 2015 (+0,1% en variation trimestrielle, +0,3% en annuel), entérine une progression annuelle globale de +0,4% en Haute-Garonne de l emploi salarié marchand (périmètre des activités couvertes par l INSEE). Sur un an, l industrie contribue positivement à cette progression (+0,1%) mais c est surtout le secteur tertiaire marchand (+0,6%), soutenu par l intérim (+2,9%), qui explique l évolution. A l inverse, les pertes dans la construction s accentuent de 2,1%. Sur le dernier trimestre, le rebond de l intérim est particulièrement marqué (+3,2%), l industrie et le tertiaire dans son ensemble maintiennent ses effectifs (+0%) tandis que la construction souffre (-1,1%).

8 Créations d entreprise L analyse de l évolution des créations d entreprise tient compte depuis décembre 2014 de la mise en place du régime de micro-entrepreneurs en remplacement de celui de l auto-entrepreneur. En conséquence directe, de nombreuses entreprises préférant le nouveau statut proposé, les créations pures hors micro-entreprises baissent au premier semestre 2015 suivant un phénomène de transfert partiel. Si l enregistrement de micro-entreprises grevait ainsi les créations du premier semestre en recul de -6,6%, la dynamique de progression de la création pure hors micro-entrepreneurs reprend timidement au 3 ème trimestre (+1,7%). A fin septembre, l évolution des créations reste orientée en retrait de 4,2%. 1er semestre 3ème trimestre (données provisoires) A fin septembre (données provisoires) Etablissements en % en % en % Créations pures ,6% ,7% ,2% Créations hors micro-entreprises Micro-entreprises Créations hors micro-entreprises Micro-entreprises 1S S S 2015 INDUSTRIE CONSTRUCTION COMMERCE SERVICES T T T 2015 INDUSTRIE CONSTRUCTION COMMERCE SERVICES Procédures judiciaires : jugements d ouverture (CCI de Toulouse Base de données des entreprises) Le nombre de procédures judiciaire s est stabilisé au 3 ème trimestre, le phénomène se confirme encore au mois d octobre. En cumulé à fin octobre, le nombre de jugements d ouverture s inscrit en recul de 2,2% mais impacte un nombre plus important de salariés: personnes sont aujourd hui potentiellement concernées, soit une progression de +6,7%. Jugements d'ouverture Evolution 2015/2014 1er trimestre ,1% 2ème trimestre ,7% 3ème trimestre ,4% octobre ,0% Nombre à fin octobre ,2% Effectifs impactés à fin octobre ,7% Mémo Chiffres Clés Sources : OBSéco - Fichier des CCI, INSEE, DNSCE Au 2 ème trimestre 2015 Midi-Pyrénées Evolution sur un an Haute-Garonne Evolution sur un an Etablissements RCS % % Effectifs salariés RCS % % Taux de chômage 10.3% +0.2 pt 10.4% +0.1 pt Exportations en millions d (3T2015) % % Importations en millions d (3T2015) % %

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Octobre 2014 Direction des Études Point de conjoncture logement SUR FOND DE MOROSITÉ, LES FRAGILITÉS DU MARCHÉ RÉSIDENTIEL S ACCENTUENT Alors que la France

Plus en détail

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique Trimestriel 27 Janvier 214 nº2 Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 213 Tendances > Progressif redémarrage de l activité attendue au 4 e trimestre 213, mais l évolution du PIB devrait rester

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

L année immobilière 2014

L année immobilière 2014 www. creditfoncier. com L année immobilière 2014 vue par le Crédit Foncier MARS 2015 synthèse Lors de sa traditionnelle conférence annuelle Les Marchés Immobiliers le 5 février 2015, le Crédit Foncier

Plus en détail

L élaboration de ce dossier a été coordonnée par le Pôle commerce extérieur de la Direction générale du Trésor, avec les contributions des

L élaboration de ce dossier a été coordonnée par le Pôle commerce extérieur de la Direction générale du Trésor, avec les contributions des L élaboration de ce dossier a été coordonnée par le Pôle commerce extérieur de la Direction générale du Trésor, avec les contributions des sous-directions Diagnostic et prévisions, Financement international

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2015-2016

FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2015-2016 Trimestriel n /231 17 juillet 2 FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2-216 Reprise ou stabilisation? Des signaux de reprise du marché sont apparus ces derniers mois. Il ne

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Immobilier en France : Léger mieux dans le neuf en 2015

Immobilier en France : Léger mieux dans le neuf en 2015 Trimestriel n 42 Octobre 214 Immobilier en France : Léger mieux dans le neuf en 21 Le marché résidentiel continue à se corriger lentement. La baisse reste modérée, beaucoup plus que dans la plupart des

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Marchés immobiliers en régions. Marseille 9 avril 2015

Marchés immobiliers en régions. Marseille 9 avril 2015 Marchés immobiliers en régions Marseille 9 avril 2015 Le tour de France de l immobilier par le Crédit Foncier Plan de la présentation Le baromètre Crédit Foncier/CSA sur le moral des professionnels de

Plus en détail

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire?

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire? Page 1 sur 5 Communiqué de presse Le 28 août 2014 6ème ÉDITION DE L OBSERVATOIRE BNP PARIBAS INTERNATIONAL BUYERS «Investing & Living abroad» 2014 La fiscalité française source d attractivité pour les

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise ÉTUDE EN BREF Octobre 2011 L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise Pour les investisseurs, l Europe de l immobilier de bureaux n est pas celle qui est délimitée par les accords

Plus en détail

En 2011, l investissement corporel brut

En 2011, l investissement corporel brut 4.1 Investissement En 211, l investissement corporel brut hors apport des entreprises des secteurs principalement marchands non financiers et non agricoles s élève à 196 milliards d euros. Il s est redressé

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING

1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING 1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING Inédit en France, MonsieurParking.com, société spécialisée dans l achat, la vente et la location de places de parking, crée le 1 er baromètre de l immobilier

Plus en détail

Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012

Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012 Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012 Juin 2012 Sextant Expertise 27, Boulevard des Italiens 75002 Paris Tél. : 01 40 26 47 38 www.sextant-expertise.fr Société inscrite à l ordre des

Plus en détail

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale Le baromètre Dauphine-Crédit Foncier de l immobilier résidentiel Tendance globale N. 3 Juin 2011 Kevin Beaubrun-Diant, co-responsable de la chaire «Ville et Immobilier», Université Paris-Dauphine. Cette

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2012 Note semestrielle N 5 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES Une activité dynamique qui pourrait s essouffler L activité d hébergement d entreprises au premier

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 1 er trimestre 213 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE

Plus en détail

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie 52 5 L immobilier d entreprise allemand et les investisseurs Par Marcus Cieleback, directeur de recherche, PATRIZIA Immobilien AG. 5.1/ SITUATION GÉNÉRALE Cinq ans après le début de la crise financière,

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2010 Note semestrielle N 1 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1. CHIFFRE D AFFAIRES TOTAL DES CENTRES D AFFAIRES Chiffre d affaires total / surface totale

Plus en détail

L instabilité politique en Ukraine et en Grèce sont aussi des éléments qui peuvent continuer à perturber les marchés.

L instabilité politique en Ukraine et en Grèce sont aussi des éléments qui peuvent continuer à perturber les marchés. L année 2014 s achève, pour l indice boursier français, au niveau où elle a commencé, le CAC 40 a perdu - 0,5% sur l année, l indice européen (l Eurostoxx 50) a lui gagné + 2,82%, alors que l indice américain

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014

BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014 BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014 INTERVENANTS Daniel Wertel, Président de la Fédération Française du Prêt à Porter Féminin François-Marie Grau, Secrétaire Général de la Fédération

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 2 e trimestre 2013 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif L INÉVITABLE REPLI D ACTIVITÉ

Plus en détail

Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI

Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI Jiawei Ye Pramex International Université Paris-Dauphine - 1 - - 2 - Pramex International (cabinet

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier 2013 : UN BON DEUXIÈME SEMESTRE EN PERSPECTIVE 2 e trimestre 2014 Direction des Études Point de conjoncture bureaux Marché locatif Île-de-France UN MARCHÉ

Plus en détail

Le logement en Europe

Le logement en Europe Le logement en Europe DONNÉES 2014, TENDANCES 2015 Contact presse Galivel & Associés 01 41 05 02 02 galivel@galivel.com Leader de l immobilier en Europe, ERA publie sa nouvelle étude sur les marchés du

Plus en détail

Le scandale de l immobilier d entreprise dans un contexte de crise du logement

Le scandale de l immobilier d entreprise dans un contexte de crise du logement Le scandale de l immobilier d entreprise dans un contexte de crise du logement Décembre 2012 Introduction Alors que, consciente des problèmes graves de logement et d hébergement auquel est confronté notre

Plus en détail

Conférence de presse : les marchés immobiliers à mi-année. Bruno Deletré, Directeur Général du Crédit Foncier

Conférence de presse : les marchés immobiliers à mi-année. Bruno Deletré, Directeur Général du Crédit Foncier Conférence de presse : les marchés immobiliers à mi-année Bruno Deletré, Directeur Général du Crédit Foncier 8 juillet 2015 Un environnement immobilier plus favorable qu en 2014 2 59 % des professionnels

Plus en détail

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Mercredi 16 mai 2012 Sommaire : Introduction > Un premier trimestre 2012 impacté par des éléments exceptionnels > Une dynamique commerciale

Plus en détail

Le marché locatif privé sur Lille et la métropole lilloise Les loyers de marché à fin novembre 2014

Le marché locatif privé sur Lille et la métropole lilloise Les loyers de marché à fin novembre 2014 Le marché locatif privé sur Lille et la métropole lilloise Les loyers de marché à fin novembre 214 par Michel MOUILLART, Professeur d'economie à l'université Paris Ouest, FRICS CLAMEUR analyse chaque année

Plus en détail

Progression soutenue du chiffre d affaires au T1 2015 Croissance de 5,6% à données comparables. * * * HotelServices : +7,6% - HotelInvest : +4,8%

Progression soutenue du chiffre d affaires au T1 2015 Croissance de 5,6% à données comparables. * * * HotelServices : +7,6% - HotelInvest : +4,8% Communiqué de presse Paris, le 16 avril 2015 Progression soutenue du chiffre d affaires au Croissance de 5,6 à données comparables * * * HotelServices : +7,6 - HotelInvest : +4,8 L activité au 1 er trimestre

Plus en détail

rapport CCE 2015-1250

rapport CCE 2015-1250 rapport CCE 2015-1250 La conjoncture économique dans la distribution Avril 2015 CCE 2015-1250 Rapport sur la conjoncture économique dans la distribution Avril 2015 Personnes de contact Gautier Gérome

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Variation totale en %

Variation totale en % jeudi 16 février 2012 Kingfisher annonce un chiffre d'affaires en progression de 2,2 % au quatrième trimestre, en hausse de 4,0 % à taux de change constants (+ 0,9 % à surface comparable). Le groupe prévoit

Plus en détail

Retour à la croissance

Retour à la croissance Après une forte amélioration de ses résultats au T4 2010 et la finalisation de ses programmes d investissement et de réorganisation, Eurofins réaffirme ses objectifs à moyen terme 28 janvier 2011 A l occasion

Plus en détail

Property Times La Défense Bureaux T1 2012 Un début d année encourageant

Property Times La Défense Bureaux T1 2012 Un début d année encourageant 21 24 212 Un début d année encourageant 11 Avril 212 Sommaire Executive summary 1 Contexte économique 2-3 Demande placée et valeurs locatives 4 Carte et principales transactions 5 Offre 6 Définitions 7

Plus en détail

A 13,3 jours, les retards de paiement des entreprises françaises sont au plus haut depuis dix ans.

A 13,3 jours, les retards de paiement des entreprises françaises sont au plus haut depuis dix ans. 1/6 COMMUNIQUE DE PRESSE ALTARES PRESENTE SON ETUDE SUR LES COMPORTEMENTS DE PAIEMENT DES ENTREPRISES EN FRANCE ET EN EUROPE AU 1 ER TRIMESTRE 2015. A 13,3 jours, les retards de paiement des entreprises

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Effet «La Marseillaise»

Effet «La Marseillaise» DTZ Research PROPERTY TIMES Effet «La Marseillaise» Marseille Bureaux T4 214 1 Février 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre 4 Définitions 5 Le marché marseillais

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 25 février 2014 RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE Portée par ses activités de crédits, La Banque Postale poursuit son développement et enregistre des résultats

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

#Club Pierre. Marché des bureaux en Ile-de-France. 9 Juillet 2015 DTZ Research

#Club Pierre. Marché des bureaux en Ile-de-France. 9 Juillet 2015 DTZ Research #Club Pierre Marché des bureaux en Ile-de-France 9 Juillet 2015 DTZ Research Un 2 ème trimestre meilleur que le 1 er.. Demande placée de bureaux en Ile-de-France, en milliers de m² 3 000 2 500 2 000 1

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

ANTICIPATIONS HEBDO. 16 Février 2015. L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015

ANTICIPATIONS HEBDO. 16 Février 2015. L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015 Direction de la Recherche Economique Auteur : Philippe Waechter L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015 Le premier point cette semaine porte sur la croissance modérée de la zone Euro au dernier

Plus en détail

125 700 m² LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE. Demande placée. Taille des transactions 2010 2011 2012 2013 3T2014 2010 2011 2012 2013 3T2014

125 700 m² LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE. Demande placée. Taille des transactions 2010 2011 2012 2013 3T2014 2010 2011 2012 2013 3T2014 LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE Demande placée 125 700 m² +41% : confirme son retour en grâce sur le marché locatif, en dépit d un 3 ème trimestre 2014 beaucoup moins flamboyant que le précédent,

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Quand le QCA va. DTZ Research PROPERTY TIMES. Paris QCA T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts

Quand le QCA va. DTZ Research PROPERTY TIMES. Paris QCA T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Quand le QCA va Paris QCA T4 214 8 Janvier 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre 4 Définitions 5 Auteur Pierre d Alençon Chargé d Etudes

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas Informations générales 1 er trimestre 2015 Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas A propos de Swisscanto Swisscanto figure parmi les plus grands promoteurs de fonds de placement et prestataires

Plus en détail

Point marché de l immobilier d entreprise

Point marché de l immobilier d entreprise Point marché de l immobilier d entreprise 9 octobre 2014 Espace la Cartoucherie Le Moniteur Bilan du 3 ème trimestre 2014 Le marché de bureaux au 3 ème trimestre 2014 3 385 m² loués par Cegedim sur Green

Plus en détail

RÉSULTATS 2013 Excellente année de croissance profitable : chiffre d affaires et EBITDA ajusté historiques

RÉSULTATS 2013 Excellente année de croissance profitable : chiffre d affaires et EBITDA ajusté historiques COMMUNIQUE DE PRESSE RÉSULTATS 2013 Excellente année de croissance profitable : chiffre d affaires et EBITDA ajusté historiques Points clés Paris-Nanterre, le 18 février 2014 Chiffre d affaires net record

Plus en détail

Croissance organique : 2,4 %

Croissance organique : 2,4 % Communiqué de Presse Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2015 : 872,0 M Croissance organique : 2,4 % Paris, 28 avril 2015 Sopra Steria Group annonce un chiffre d affaires de 872,0 M au 1 er trimestre

Plus en détail

Résultats du 1er Semestre 2009. 31 août, 2009

Résultats du 1er Semestre 2009. 31 août, 2009 Résultats du 1er Semestre 2009 31 août, 2009 Groupe Hi-media La plateforme de monétisation leader en Europe Hi-media est le premier groupe de media online en Europe en terme d audience et de part de marché

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 2 ème trimestre 2013 Repli accentué au 2 ème trimestre (-2%) du volume de travaux d entretienrénovation de logements Cette baisse d activité correspond à une baisse

Plus en détail

Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**)

Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**) Paris, 17 juin 2015 Résultats annuels consolidés 2014-15 (avril 2014 mars 2015) Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**) Au 31 mars 2015, Rémy Cointreau

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Moniteur des branches Industrie MEM

Moniteur des branches Industrie MEM Moniteur des branches Industrie MEM Octobre 2014 Editeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Traduction Anne Fritsch, Verbanet GmbH, www.verbanet.ch Le texte allemand fait foi Adresse BAK Basel Economics

Plus en détail

Résultats 2014. Progression de +7,0% du résultat d exploitation à structure et taux de change comparables hors VNA

Résultats 2014. Progression de +7,0% du résultat d exploitation à structure et taux de change comparables hors VNA Paris, le 25 février 2015 Résultats Progression de +7,0% du résultat d exploitation à et taux de change comparables hors VNA Croissance interne de +2,2% ; +0,2% au avec un ralentissement des volumes Effet

Plus en détail

Le marché des bureaux dans le pays de Lorient en 2013

Le marché des bureaux dans le pays de Lorient en 2013 n 65 juin 2014 Le marché des bureaux dans le pays de Lorient en 2013 Observatoire n 4 Contact : Gilles Poupard 02 97 12 06 31 Sommaire Rappel de la démarche 5 Principaux résultats 2013 7 1. Le marché des

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. La durée de placement

Plus en détail

Dares Analyses. Emploi, chômage, population active : bilan de l année 2012

Dares Analyses. Emploi, chômage, population active : bilan de l année 2012 Dares Analyses juin 2013 N 037 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Emploi, chômage, population active : bilan de l année Avec la contraction de l

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance CONJONCT URE estre NOTE DE conjoncture TRIMESTRIELLE de L APEC N Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance Les recruteurs font toujours preuve de prudence dans leurs

Plus en détail

CONSEIL EXPERTISE COMMERCIALISATION

CONSEIL EXPERTISE COMMERCIALISATION CONSEIL EXPERTISE COMMERCIALISATION «Multiplier les points de vue pour voir la situation sous le meilleur angle». Au contact de ses clients Crédit Foncier Immobilier s est forgé la conviction que ses

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

Un bon début d année. 6 mai 2014. Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité. Solides performances opérationnelles

Un bon début d année. 6 mai 2014. Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité. Solides performances opérationnelles Chiffre d affaires 3M 2014 Le Patio, Le Patio, Lyon Lyon - - Villeurbanne CB 21, La Défense Un bon début d année 6 mai 2014 Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité 7 000 m² loués à La Défense

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux 7 avril Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux La crise de 9 a eu des conséquences néfastes pour

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE INVESTISSEMENT IMMOBILIER LOGEMENTS / COMMERCES / BUREAUX

ETUDE COMPARATIVE INVESTISSEMENT IMMOBILIER LOGEMENTS / COMMERCES / BUREAUX Page 1 ETUDE COMPARATIVE INVESTISSEMENT IMMOBILIER LOGEMENTS / COMMERCES / BUREAUX 1 Introduction La présente étude a pour objet de mettre en concurrence lʼinvestissement dans un ou plusieurs appartements,

Plus en détail

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS FINANCE FONDS DE FONDS A PLUS DYNAMIQUE A PLUS PATRIMOINE A PLUS TALENTS A PLUS OBLIGATIONS RAPPORT DE AU 30-06-2015 COMMENTAIRE DE 1 er SEMESTRE 2015 Le premier semestre 2015 a été caractérisé par le

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

Résultats annuels 2014 23 janvier 2015

Résultats annuels 2014 23 janvier 2015 Sommaire Points clés Résultats financiers 2014 Marché et perspectives 2 Points clés Résultats 2014 en ligne avec les objectifs annoncés «chiffre d affaires sensiblement comparable à celui de 2013 et marge

Plus en détail