Estimation de la viabilité économique du titre service en Wallonie. Synthèse des résultats de l étude 29 septembre 2015

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Estimation de la viabilité économique du titre service en Wallonie. Synthèse des résultats de l étude 29 septembre 2015"

Transcription

1 Estimation de la viabilité économique du titre service en Wallonie Synthèse des résultats de l étude 29 septembre 2015

2 Agenda 1. Objectifs et contexte de l étude 2. Impacts budgétaires pour la Wallonie 3. Analyses historiques 4. Constats et recommandations Slide 2

3 Objectifs et contexte de l étude Estimation de la viabilité économique du titreservice en Wallonie afin de cadrer son développement en agissant sur les différents paramètres du modèle actuel de manière à ce que ce dispositif reste financièrement et économiquement soutenable pour les pouvoirs publics wallons et rentable pour le secteur Concrètement, les tâches à accomplir étaient: o Construire différents scénarii permettant le maintien des activités et des emplois créés o Evaluer la viabilité économique et les impacts de chaque scénario o Prendre en compte les dispositions d ores et déjà prises par le Gouvernement wallon en la matière (maintien de la valeur faciale, indexation de l intervention régionale et réduction de la déductibilité fiscale) o Intégrer la compatibilité des scénarii proposés avec les règles européennes en matière d aide aux entreprises. Slide 3

4 Objectifs et contexte de l étude 22 septembre 2014 Début de l étude Octobre Novembre 2014 Collecte des données Janvier 2015 Présentation du rapport final Octobre Décembre 2014 Rencontre des parties prenantes : Atout EI, Federgon, Unipso, Unitis ; Cabinets des Ministres de l Emploi et de l Economie, DGO6, Forem ; Onem, ONSS, Sodexo et SPF Emploi 9 décembre 2014 Table ronde avec des entreprises TS 22 décembre 2014 Table ronde avec les fédérations du secteur de l aide et soins à domicile : CSD, Fedom, FASD Slide 4

5 Impacts budgétaires pour la Wallonie Coût brut du système Formule Coût brut du système = Intervention régionale + Déductibilité fiscale + Coûts administratifs Coût brut du système pour la Wallonie évalué entre 432 et 528 millions pour 2014 Augmentation constante du coût du système pour la Wallonie pour atteindre un coût estimé entre 467 et 571 millions en 2030 Part relative du montant total de l intervention régionale dans le coût brut du système des titresservices en Wallonie variant entre 85% et 95% en fonction du scenario retenu et de l année considérée Augmentation progressive principalement due à l indexation du montant de l intervention régionale à 100% de la valeur de remboursement du titre-service au cours de la période Augmentation du montant total de l intervention régionale (+1,2 milliard sur la période ) non compensée par la réduction de la déductibilité fiscale (-883 millions sur la période suite à un passage à 10%) Slide 5

6 Impacts budgétaires pour la Wallonie Coût net du système Formule Coût net du système = Coût brut du système Effets retour directs Effets de retour positifs (flux financiers) très limités pour la Région suite à la 6 Réforme de l Etat, la majeure partie revenant à l Etat fédéral Effets de retour pour la Wallonie liés à l impôt des personnes physiques, à l emploi et la formation des travailleurs du secteur Effet de retour lié à l IPP calculé sur base d un prorata du précompte total découlant du système titre-service global et estimé à un peu plus de 12 millions en 2015 Coût net du système pour la Wallonie estimé entre 420 et 516 millions en 2014 Coût net augmentant progressivement et évalué entre 452 et 552 millions en 2030 Slide 6

7 Analyses historiques Entreprises actives dans le secteur Concentration progressive du secteur vers des structures de plus grande envergure en termes de nombre d employés Part relative croissante des sociétés commerciales (en nombre d entreprises agréées) passant de 38,28% en 2010 à 42,64% en 2013 (+ 11,39%) Diminution de la part des personnes physiques (de 15,04% en 2010 à 12,50% en 2013) et des ASBL (de 20,80% en 2010 à 20,06% en 2013) Légère augmentation de la part relative des ALE et des communes Augmentation du nombre de titres-services remboursés pour les entreprises de type ALE, entreprises d insertion, personnes physiques, firmes d intérim et communes Diminution du nombre de titres-services remboursés pour les entreprises de type CPAS et ASBL Slide 7

8 Analyses historiques Qualité de l emploi Large majorité de travailleurs à mi-temps (71% des régimes de travail en 2013) 21% des travailleurs à temps partiel et 8% à temps plein Emplois principalement peu qualifiés, 59% de l ensemble des travailleurs ayant au maximum un diplôme de l enseignement secondaire inférieur 37% des travailleurs avec un diplôme de l enseignement secondaire supérieur Slide 8

9 Analyses historiques Fonds de formation Large sous-utilisation du fonds de formation (26% du budget total disponible utilisé en 2011 et 37% en 2013) Fonds davantage utilisé par les entreprises commerciales privées (38% du montant total remboursés en 2013) et les ALE (18%) Fonds très peu utilisé par les agences d intérim avec 4% du montant total remboursé en 2013 et les communes avec 0,1% Slide 9

10 Conclusions et recommandations Principaux constats Le transfert de la matière titres-services engendre des coûts à charge de la Région non compensés par des effets retours positifs monétaires qui restent principalement au Fédéral ; le système conserve néanmoins des effets bénéfiques pour la Région mais qui doivent davantage s apprécier en termes qualitatifs et ne représentent pas un flux monétaire direct pouvant diminuer le coût budgétaire régional L analyse montre que la réduction de la déductibilité fiscale ne compense pas l indexation de la valeur de remboursement au cours de la période analysée en cas de maintien du volume des titres-services utilisés Au vu de l importance de la valeur de remboursement dans le coût du système des titres-services et en raison du fait que ce paramètre ait déjà été arrêté par la Région, seule une faible marge de manœuvre subsiste en termes de recommandations ayant un impact sur la viabilité économique du système. Cela tend également à indiquer que la Région devra supporter un coût croissant du système des titres-services sans avoir de réel levier sur les effets de retour monétaires et que les autres adaptations qui pourront être apportées au système n auront qu un impact à la marge sur l économie globale du système Slide 10

11 Conclusions et recommandations Recommandations Valeur faciale du titre-service Nécessité d une certaine stabilité du système afin de pouvoir assurer le suivi de celui-ci et d isoler les impacts de l évolution des politiques sur le comportement des utilisateurs Bien que l élasticité-prix pour l utilisateur ne soit pas connue avec précision, nous recommandons de ne pas faire évoluer cette valeur. L augmentation de la valeur faciale du titre-service n est pas une des orientations à encourager dans le cadre de la recherche de la viabilité économique du système car diverses études tendent à prouver que l on approche un «prix de rupture» pour le consommateur au-delà duquel un risque réel existe de voir glisser le travail déclaré vers un retour du travail «au noir». Il convient donc d éviter un effet de substitution vers le travail au noir si le prix est trop élevé Slide 11

12 Conclusions et recommandations Recommandations Périmètre et étendue des activités au sein du système Nécessité de clarifier la définition du périmètre du système, et principalement pour une meilleure communication de celle-ci vers l ensemble des acteurs et une sensibilisation des entreprises titres-services. Il convient de veiller à son application et son respect en pratique. Le système doit aussi veiller à la lisibilité globale du paysage en raison des potentiels recouvrements pouvant exister entre le système des titres-services et d autres activités de l économie sociale (IDESS ou ALE) ou du secteur d aide aux personnes (aides à domicile) Slide 12

13 Conclusions et recommandations Recommandations Maintien du périmètre en l état sans extension à des activités nouvelles en raison, d une part, de la concurrence que la mise en place d un tel système pourrait engendrer vis-à-vis de secteurs existants et d autre part, en raison du coût que cela engendrerait pour la Région : o Activités liées au bricolage, aux petites réparations ou au jardinage globalement structurées sur le marché ; l extension du système des titres-services à ces activités pourrait avoir comme impact de déplacer de l emploi marchand et de faire supporter une partie de ce coût à la collectivité o Activités liées à la garde d enfants ou à l encadrement de personnes à domicile déjà prises en charge par des organisations d aide aux personnes et objet de normes de qualité et de formation spécifiques ; l extension du titre-service à ces activités créerait une concurrence avec le secteur de l aide aux personnes ainsi que d autres activités du secteur non marchand qui font, pour partie, l objet d un soutien spécifique de la Région o Extension du périmètre engendre un coût net plus élevé pour la Région en cas d augmentation du nombre de titres Réflexion régionale transversale à mener entre politiques de l emploi et des affaires sociales pour la prise en charge des personnes âgées à domicile et veiller à une application correcte de la définition du périmètre des titres-services sur le terrain : près de 28,5% des utilisateurs des titres-services ont plus de 65 ans et 11,1% ont plus de 85 ans Slide 13

14 Conclusions et recommandations Recommandations Intervention régionale et valeur de remboursement Indexation de 100% de la valeur de remboursement du titre répond aux difficultés en matière de rentabilité rencontrées par les entreprises mais implique un coût additionnel pour la Région Pas de modularisation de la valeur de remboursement des titres-services en fonction de critères visant à améliorer la qualité de l emploi ou en fonction des entreprises concernées : o Une modification substantielle du système des titres-services impliquerait la nécessité de notifier cette décision à la Commission Européenne (pour autant que le système ne fasse pas l objet d une clause d exemption) et le risque ne serait dès lors pas nul que ces interventions puissent être requalifiées en aide d Etat o Mise en place de facteurs liés au type d entreprises ou à la nature des contrats pourrait être considérée comme une entrave à la concurrence (voire comme étant discriminatoire) par la Commission Européenne et par les autorités de la Concurrence Slide 14

15 Conclusions et recommandations Recommandations Réflexion éventuelle peut être menée concernant la modularisation de la valeur de remboursement en fonction du type d activités réalisées. Les activités titres-services sont en effet de natures différentes et connaissent des rentabilités différentes. La loi programme du 22 juin 2012 prévoyait cette possibilité mais n a pas été mise en œuvre (et sans doute non notifiée). Toutefois, avant de pouvoir opérationnaliser une telle décision, il convient de : o Calculer et connaître la rentabilité de chaque type d activité à l échelle du secteur alors que de nombreuses disparités existent entre entreprises o Définir le montant remboursé pour chaque activité sur base de cette analyse des coûts o Mettre en place un système de suivi permettant de connaître avec précision les profils d utilisation des titres-services à l échelle wallonne Plutôt introduire des paramètres ou conditions liées au type d entreprises ou à la qualité de l emploi par le biais des conditions d agrément des entreprises titresservices Slide 15

16 Conclusions et recommandations Recommandations Conditions d agrément des entreprises titres-services Maintien d un cautionnement demandé aux entreprises lors de leur agrément Introduction d éventuels nouveaux critères d agrément des entreprises si le Gouvernement entend mettre l accent sur certains facteurs qualitatifs (i.e. conditions sur le niveau de solidité financière, taux d encadrement, investissement en formation ). De tels critères doivent répondre à différentes conditions : o Critères objectifs, objectivables et non discriminatoires o Détermination des critères et des niveaux à rencontrer pour chacun de ces critères et explication de la manière d évaluer chacun des critères o Nécessité de définir des procédures de contrôle du respect de ces différents critères ; renforcement des contrôles en aval o Conditions d agrément doivent garantir un accès égal au marché pour les entreprises souhaitant être agréées mais aussi des coûts de participation raisonnables o Nécessité de respecter les dispositions légales en matière de pratiques commerciales en évitant une application différenciée des critères à des situations identiques, dans la sélection d entreprises Slide 16

17 Conclusions et recommandations Recommandations Qualité de l emploi Faiblesse des données disponibles liées à la qualité de l emploi, ne permettant pas un suivi affiné de cette problématique Réflexion à mettre en œuvre concernant le fonds de formation actuellement sous utilisé Règle des 60% d engagement de chômeurs semble présenter des difficultés opérationnelles pour les entreprises titres-services et engendrer un turnover plus important pour ces postes ; il pourrait être pertinent de la revoir pour éviter ses effets pervers Si souhait pour la Wallonie de développer un système lié à la qualité de l emploi, nécessité de définir la qualité de l emploi sur base de critères objectifs, objectivables et non discriminatoires et d ensuite mettre en place des outils de suivi de ces critères pour évaluer leur incidence ou leur importance dans le système. Ces critères devraient être établis en concertation avec les organisations représentatives des entreprises titres-services. Ce point comporte néanmoins des difficultés opérationnelles car il implique un suivi individualisé du système à l échelle de chaque travailleur, type de contrat et entreprise ; un tel système pourrait résulter en une charge administrative importante pour les autorités publiques et pour les entreprises titres-services Slide 17

18 Conclusions et recommandations Recommandations Opérationnalisation de la régionalisation de la matière titres-services Clarifications à apporter aux acteurs du système des titres-services quant à l opérationnalisation du transfert de compétences et mise en place d un dialogue Stabilisation du système nécessaire afin de permettre une collecte et un suivi plus fin des données à l échelle wallonne Mise en place d une concertation interrégionale pour organiser les cas spécifiques d entreprises présentes dans les trois régions, la reconnaissance des agréments des autres régions et l organisation des remboursements sur base du lieu de prestation Définition des systèmes de suivi et de contrôle du dispositif (en ce inclus les bases de données) afin de disposer d une meilleure vision des effets du système : o Développement d interfaçage avec les bases de données wallonnes liées au suivi des aides à l emploi et aux entreprises, dans une logique de plus grande transversalité des politiques et de suivi de leurs impacts o Organisation du monitoring financier du système et évaluation régulière afin de pouvoir prendre des éventuelles actions correctives correspondant aux spécificités du marché wallon. Réflexion relative à l élargissement de l usage du titre électronique en vue de réduire les frais opérationnels liés au dispositif Slide 18

19 Nous sommes disponibles pour répondre à vos questions

20 Merci pour votre attention! Serge Loumaye Associé +32 (0) Axel Comhaire Directeur +32 (0) Justine Comijn Responsable du projet +32 (0)

Évaluation du régime des titres-services pour les services et emplois de proximité 2011

Évaluation du régime des titres-services pour les services et emplois de proximité 2011 Évaluation du régime des titres-services pour les services et emplois de proximité 2011 25 Octobre 2012 Daphné Valsamis Senior Researcher IDEA Consult Contenu de la présentation 1. Le dispositif des titres-services

Plus en détail

Enjeux de la régionalisation : Contexte et propositions

Enjeux de la régionalisation : Contexte et propositions Enjeux de la régionalisation : Contexte et propositions Sébastien Pereau Secrétaire général Contexte Analyses chiffrées L Économie sociale dans le dispositif Titre-Services Méthodologie Sources de données

Plus en détail

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Août 2013 En bref Introduction En avril 2013, le Conseil des normes comptables («CNC») et

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Mémoire présenté par les Organismes communautaires du secteur Famille : Association des haltes-garderies communautaires du Québec (AHGCQ)

Plus en détail

Etat des lieux du Titre-Service en Wallonie et à Bruxelles

Etat des lieux du Titre-Service en Wallonie et à Bruxelles Etat des lieux du Titre-Service en Wallonie et à Bruxelles Sybille Mertens Professeur à l ULg HEC Centre d Economie Sociale Etat des lieux du titre-service L avenir du titre-service : et la qualité de

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique BEPS ACTION 10: PROJET DE RAPPORT RELATIF AUX PRIX DE TRANSFERT PRATIQUES DANS LES TRANSACTIONS TRANSFRONTALIERES PORTANT SUR DES PRODUITS DE BASE 6 décembre 2014 6 février 2015 PROJET

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS PROJETS PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS 2 Exemple simplifié tiré d un cas concret : le remplacement de la cuisine centrale de l hôpital X Si les données de

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

INFORMATIONS ECONOMIQUES ET FINANCIERES A FOURNIR AUX CONSEILS D ENTREPRISE

INFORMATIONS ECONOMIQUES ET FINANCIERES A FOURNIR AUX CONSEILS D ENTREPRISE INFORMATIONS ECONOMIQUES ET FINANCIERES A FOURNIR AUX CONSEILS D ENTREPRISE MINISTERE 1010 Bruxelles, le 13 mars 1989 DE LA SANTE PUBLIQUE Cité administrative de l Etat ET DE L ENVIRONNEMENT Quartier Vésale

Plus en détail

Présentation et éléments de compréhension du Business Plan

Présentation et éléments de compréhension du Business Plan Présentation et éléments de compréhension du Business Plan La préparation, la méthodologie, le fond, la forme et les pièges à éviter 1 Objectifs de la formation Connaitre et comprendre les différentes

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

pour un accord à long terme entre le gouvernement et l industrie pharmaceutique

pour un accord à long terme entre le gouvernement et l industrie pharmaceutique Invitation de l industrie pharmaceutique à l adresse du nouveau gouvernement fédéral : pour un accord à long terme entre le gouvernement et l industrie pharmaceutique Le secteur des entreprises pharmaceutiques

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur de la construction Mars 2015 L International Accounting Standards Board (IASB) et le Financial Accounting

Plus en détail

6 ème Réforme de l Etat : La Wallonie va de l avant!

6 ème Réforme de l Etat : La Wallonie va de l avant! 6 ème Réforme de l Etat : La Wallonie va de l avant! Agence wallonne de la Santé, de la Protection sociale, du Handicap et des Familles Assurance Autonomie Gouvernement wallon - Le jeudi 2 juillet 2015

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

Remboursement des soins dentaires pour une gestion publique plus performante

Remboursement des soins dentaires pour une gestion publique plus performante SYNTHÈSE / 3 Remboursement des soins dentaires pour une gestion publique plus performante En 2013, l'état a affecté 839,24 millions d'euros au remboursement des soins dentaires. Ces dépenses de remboursement

Plus en détail

FICHE n I.04. Engager un conseiller en environnement et en énergie au sein de l administration communale

FICHE n I.04. Engager un conseiller en environnement et en énergie au sein de l administration communale FICHE n I.04. Engager un conseiller en environnement et en énergie au sein de l administration communale DESCRIPTION DU PROJET Cette fiche projet concerne l engagement d un conseiller en environnement

Plus en détail

Les guides ALMA CG LE CRÉDIT D IMPÔT RECHERCHE DÉCRYPTER ET MAÎTRISER LE CONTRÔLE FISCAL. en 6 points clés

Les guides ALMA CG LE CRÉDIT D IMPÔT RECHERCHE DÉCRYPTER ET MAÎTRISER LE CONTRÔLE FISCAL. en 6 points clés Les guides ALMA CG LE CRÉDIT D IMPÔT RECHERCHE DÉCRYPTER ET MAÎTRISER LE CONTRÔLE FISCAL en 6 points clés Juin 2015 PRÉAMBULE DES AUTEURS ALMA CG et Maître Eric QUENTIN, associé de la société d avocats

Plus en détail

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP Paiements de transfert Chapitre SP 3410 Avril 2011 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 33 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en mars 2011, comprenait le chapitre

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Synthèse des réunions de l IASB du mois de juin 2014

Synthèse des réunions de l IASB du mois de juin 2014 Synthèse des réunions de l IASB du mois de juin 2014 Sommaire 1. Contrats d assurance... 2 2. Contrats de location... 4 3. Campagne d améliorations 2012-2014... 5 4. Vente ou apport en nature d actifs

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

Très haut débit. résultats des consultations publiques et orientations. Conférence de presse du 28 novembre 2007

Très haut débit. résultats des consultations publiques et orientations. Conférence de presse du 28 novembre 2007 Très haut débit résultats des consultations publiques et orientations Conférence de presse du 28 novembre 2007 Contexte La mutualisation de la partie terminale L accès au génie civil Conclusion 2 La régulation

Plus en détail

Baromètre financier des asbl en Wallonie affiliées à la CODEF

Baromètre financier des asbl en Wallonie affiliées à la CODEF Baromètre financier des asbl en Wallonie affiliées à la CODEF La CODEF a créé un outil lui permettant d évaluer par des indicateurs financiers la conjoncture dans laquelle se trouvent les diverses activités

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE CONCERNANT L ANALYSE ET LA GESTION DES RISQUES ASSOCIÉS À UNE ENTREPRISE AGRICOLE

LIGNE DIRECTRICE CONCERNANT L ANALYSE ET LA GESTION DES RISQUES ASSOCIÉS À UNE ENTREPRISE AGRICOLE LIGNE DIRECTRICE CONCERNANT L ANALYSE ET LA GESTION DES RISQUES ASSOCIÉS À UNE ENTREPRISE AGRICOLE Entrée en vigueur : 1 er mai 2014 LIGNE DIRECTRICE CONCERNANT L ANALYSE ET LA GESTION DES RISQUES ASSOCIÉS

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

1- Mobiliser la société autour des thèmes de la sobriété et de l efficacité énergétique

1- Mobiliser la société autour des thèmes de la sobriété et de l efficacité énergétique Cahier d acteur de l Assemblée des départements de France Débat national transition énergétique 2013 L Assemblée des départements de France souscrit au débat national transition énergétique voulu par le

Plus en détail

Région wallonne Deux dispositifs de soutien à l économie sociale

Région wallonne Deux dispositifs de soutien à l économie sociale Région wallonne Deux dispositifs de soutien à l économie sociale Rapport de la Cour des comptes transmis au Parlement wallon Bruxelles, octobre 2014 Région wallonne Deux dispositifs de soutien à l économie

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 29 SEPTEMBRE 2015

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 29 SEPTEMBRE 2015 305 (2015-2016) N 1 305 (2015-2016) N 1 PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 29 SEPTEMBRE 2015 RAPPORT FINAL DE PRICEWATERHOUSECOOPERS (PWC) SUR L ESTIMATION DE LA VIABILITE ECONOMIQUE DU TITRE-SERVICE EN

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Synthèse. du Rapport public thématique Novembre 2009

COUR DES COMPTES. Synthèse. du Rapport public thématique Novembre 2009 COUR DES COMPTES Synthèse du Rapport public thématique Novembre 2009 Le transfert aux régions du transport express régional (TER) : un bilan mitigé et des évolutions à poursuivre Avertissement La présente

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

Projet de décision relative aux règles de comptabilisation et aux restitutions comptables réglementaires de La Poste

Projet de décision relative aux règles de comptabilisation et aux restitutions comptables réglementaires de La Poste Février 2013 Projet de décision relative aux règles de comptabilisation et aux restitutions comptables réglementaires de La Poste Synthèse de la consultation publique du 10 décembre 2012 au 14 janvier

Plus en détail

Formations Spécifiques

Formations Spécifiques + Square Sainctelette 13/15 Formations Spécifiques Vous exercez des activités dans les domaines relevant de la Commission paritaire 329 pour la Fédération Wallonie -Bruxelles et la Communauté Germanophone?

Plus en détail

Fondation Roi Baudouin

Fondation Roi Baudouin RAPPORT D EVALUATION SUR LES SERVICES DE PROXIMITE ATTEINDRE CEUX QUI PARAISSENT INACCESSIBLES SYNTHESE Fondation Roi Baudouin Le présent rapport consiste en une analyse des projets qui ont été soutenus

Plus en détail

Collectif budgétaire n 4 : le Pays poursuit l assainissement de ses comptes

Collectif budgétaire n 4 : le Pays poursuit l assainissement de ses comptes Collectif budgétaire n 4 : le Pays poursuit l assainissement de ses comptes Le collectif budgétaire examiné en conseil des ministres devrait être le dernier de l année 2014. Il s inscrit dans la droite

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF

LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF 1/6 NOTE JURIDIQUE LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF 1. Les enjeux. En principe, les associations relevant de la loi du 1er juillet 1901, et plus généralement les organismes à but non

Plus en détail

Assemblée des Départements de France Note relative aux enjeux financiers d une éventuelle fusion Départements-Régions

Assemblée des Départements de France Note relative aux enjeux financiers d une éventuelle fusion Départements-Régions Assemblée des Départements de France Note relative aux enjeux financiers d une éventuelle fusion Départements-Régions La fusion des Départements et des Régions -parfois des Départements avec certaines

Plus en détail

Sponsoring et mécénat

Sponsoring et mécénat Sponsoring et mécénat Sponsoring : association à un événement (retomber commercial) Mécénat : aide (mais pas forcement de retomber médiatique, publique restreint ) Introduction : Il existe un démarche

Plus en détail

LE PROJET DE PRELEVEMENT KILOMETRIQUE

LE PROJET DE PRELEVEMENT KILOMETRIQUE Avis de l Union Wallonne des Entreprises UNION WALLONNE DES ENTREPRISES Chemin du Stockoy, 1-3 à 1300 WAVRE Tél. + 32 (0) 10 47.19.41 - Fax : + 32 (0) 10 45 33 43- E-mail : samuel.saelens@uwe.be 1. Introduction

Plus en détail

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion hôtelière CLASSE DE SECONDE

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion hôtelière CLASSE DE SECONDE Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion CLASSE DE SECONDE La série technologique hôtellerie-restauration présente des particularités

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : EINC1517541D Intitulé du texte : Décret relatif aux conditions d'application de l'article L. 213-2 du code de la route Ministère à l origine de la mesure

Plus en détail

qualité des prestations des

qualité des prestations des Plateforme d appui aux entreprises et à la formation technique du BTP Renforcer la qualité des prestations des entreprises pour augmenter leurs opportunités de marché Renforcer la qualité des prestations

Plus en détail

LE PROGRAMME DE TRANSITION PROFESSIONNELLE. Le 19 mars 2010. FOREM : service APE/PTP

LE PROGRAMME DE TRANSITION PROFESSIONNELLE. Le 19 mars 2010. FOREM : service APE/PTP LE PROGRAMME DE TRANSITION PROFESSIONNELLE Le 19 mars 2010 POINTS ABORDES 1. Généralités 2. Employeurs concernés 3. Durée des décisions 4. Durée de l engagement des travailleurs 5. Délai d engagement des

Plus en détail

Accord-cadre européen sur le télétravail dans le commerce

Accord-cadre européen sur le télétravail dans le commerce $11(;( Accord-cadre européen sur le télétravail dans le commerce 1. Les partenaires sociaux européens du commerce, EuroCommerce et Uni- Europa Commerce, s engagent à développer un cadre européen pour la

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Confederation of Family Organisations in the European Union Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre

Plus en détail

COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE

COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE Alerte info COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE JANVIER 2016 Préparation des informations à fournir sur la situation de trésorerie et les sources de financement dans le rapport de gestion Pour

Plus en détail

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention :

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1002191L PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre la France et la Suisse en vue d éviter

Plus en détail

Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010

Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010 Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010 De l infirmier du travail à l infirmier spécialisé en santé au travail : reconnaître l infirmier comme

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques *

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * S. Michael Chapman, Directeur Aide à l emploi Division TEACCH Philosophie générale du programme Lorsque les personnes

Plus en détail

Concrètement, pour respecter les cibles fixées dans le budget 2014-2015, Le point sur la situation économique et financière du Québec propose :

Concrètement, pour respecter les cibles fixées dans le budget 2014-2015, Le point sur la situation économique et financière du Québec propose : AFI2014-03 Émis le 4 décembre 2014 À LA PRÉSIDENCE DES CONSEILS D ADMINISTRATION À LA DIRECTION GÉNÉRALE À LA DIRECTION DES FINANCES À LA DIRECTION DES SERVICES ADMINISTRATIFS OBJET : MISE À JOUR ÉCONOMIQUE

Plus en détail

Gouvernement inter-francophone

Gouvernement inter-francophone Gouvernement inter-francophone Volet 2 du Plan Cigogne III : 7.300 nouvelles places d accueil pour la petite enfance à Bruxelles et en Wallonie durant la législature 1. Introduction Le 26 février 2015

Plus en détail

Conseil d Administration de l OPT-NC

Conseil d Administration de l OPT-NC DOSSIER DE PRESSE Nouméa, le 4 mai 2015 Conseil d Administration de l OPT-NC Le Conseil d Administration de l OPT-NC, sous la présidence de Thierry CORNAILLE, en présence du Directeur Général, Serge NEWLAND,

Plus en détail

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1)

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF

La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF Le contexte du rapport Publié en février 2013, ce rapport est issu d une enquête par questionnaire, réalisée par

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

Stratégie Communautaire 2007-2012 pour la Santé et la Sécurité au Travail. 2012 pour la Santé et

Stratégie Communautaire 2007-2012 pour la Santé et la Sécurité au Travail. 2012 pour la Santé et Stratégie Communautaire 2007-2012 pour la Santé et la Sécurité au travail: impact potentiel sur le secteur maritime 1 Évaluation Stratégie 2002-2006 : La Stratégie 2002-2006 a relancé les politiques de

Plus en détail

1 Les clauses sociales d insertion : une réelle possibilité d accéder à l emploi pour les bénéficiaires

1 Les clauses sociales d insertion : une réelle possibilité d accéder à l emploi pour les bénéficiaires 07/12/12 LES CLAUSES SOCIALES DANS LA COMMANDE PUBLIQUE : UN IMPACT SOCIAL RÉEL Les clauses sociales d insertion : définition. Les clauses sociales dans les marchés publics ont émergé d abord dans les

Plus en détail

FGC: Aide pour le questionnaire de projet de développement

FGC: Aide pour le questionnaire de projet de développement FGC: Aide pour le questionnaire de projet de développement Les zones grisées correspondent aux endroits où vous compléterez le questionnaire à partir du modèle fgc_questionnaire_projet_sud_2013-09.docx

Plus en détail

SG Pierre Entreprise

SG Pierre Entreprise SG Pierre Entreprise Fonds de Placement Immobilier De l immobilier d entreprise souple pour diversifier votre patrimoine Durée de placement recommandée : 10 ans minimum SG Pierre Entreprise Préambule Avertissement

Plus en détail

La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications

La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications Présentation P.Morvannou, cabinet Syndex, France I éléments

Plus en détail

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation La Banque mondiale a entrepris de revoir ses politiques de passation des marchés et des contrats dans le cadre de ses

Plus en détail

DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012

DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012 _ DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012 1. Le Programme 1.1. Description du Programme Le programme IntégraTIon Montréal est une mesure financière incitative auprès des employeurs

Plus en détail

"Un regard sur la politique de formation en Suisse"

Un regard sur la politique de formation en Suisse "Un regard sur la politique de formation en Suisse" Jacques-André Maire Conseiller national, membre de la CSEC-WBK et de la CER-WAK Président du Groupe parlementaire pour la formation professionnelle Président

Plus en détail

Dossier de Presse. Historique

Dossier de Presse. Historique Dossier de Presse La réforme de la législation sur les associations sans but lucratif et les fondations : Présentation d un plan d actions de la réforme envisagée par le Ministre de la Justice François

Plus en détail

Centre d affaires, Bd. Ar-Riad, Hay Riad. BP: 2939. Rabat 10.100 Téléphone : (212) 5 37 71 84 00 Télécopie : (212) 5 37 20 38 62 w w w.a n r t.

Centre d affaires, Bd. Ar-Riad, Hay Riad. BP: 2939. Rabat 10.100 Téléphone : (212) 5 37 71 84 00 Télécopie : (212) 5 37 20 38 62 w w w.a n r t. DECISION ANRT/DG/N 08/11 DU 1 er DECEMBRE 2011 RELATIVE A LA REVISION DE L ENCADREMENT PLURIANNUEL DES TARIFS DE TERMINAISON DU TRAFIC D INTERCONNEXION DANS LES RESEAUX FIXES ET MOBILES DES OPERATEURS

Plus en détail

Atelier AMRAE A10. Le commissaire aux comptes («CAC») et la gestion des risques

Atelier AMRAE A10. Le commissaire aux comptes («CAC») et la gestion des risques Atelier AMRAE A10 Le commissaire aux comptes («CAC») et la gestion des risques Intervenants Modérateur Gilles de Courcel Président de la Commission Evaluation de la CNCC Associé Ricol-Lasteyrie Alain Gravier

Plus en détail

Résultats solides et excellente qualité des actifs Capacité à saisir des opportunités commerciales croissantes

Résultats solides et excellente qualité des actifs Capacité à saisir des opportunités commerciales croissantes C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Activité et résultats Dexia 4 e trimestre et année 2007 Résultats solides et excellente qualité des actifs Capacité à saisir des opportunités commerciales croissantes

Plus en détail

La prise en compte des seniors dans le POn

La prise en compte des seniors dans le POn La prise en compte des seniors dans le POn Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

Comment valoriser une entreprise?

Comment valoriser une entreprise? Comment valoriser une entreprise? Les patrons de PME françaises ont en général peu d idées de ce que vaut leur entreprise, ou alors des idées approximatives voir fausses. Ils ne se poseront la question

Plus en détail

Projet de politique industrielle

Projet de politique industrielle Projet de politique industrielle Prises de position de la FCCQ dans le cadre des consultations sur une nouvelle politique industrielle 26 février 2013 À Montréal 1 Rappel La FCCQ sera consultée par la

Plus en détail

Résultats au 31 décembre 2009 SYSTEMAT S.A.

Résultats au 31 décembre 2009 SYSTEMAT S.A. CONTACTS Martin Detry SYSTEMAT Tél.: +32 2 352 85 04 martin.detry@systemat.com SOUS EMBARGO JUSQU AU JEUDI 25 FEVRIER 2010, 17H40 Frédérique Jacobs Tél.: +32 479 42 96 36 frederique.jacobs@systemat.com

Plus en détail

Bulletin URIOPSS n 12 Veille juridique et actualités régionales aide à domicile

Bulletin URIOPSS n 12 Veille juridique et actualités régionales aide à domicile Bulletin URIOPSS n 12 Veille juridique et actualités régionales aide à domicile Août 2008 (Rédigé le 29 août 2008) Bonjour à toutes et à tous. La loi 2002-2 a prévu que tous les établissements sociaux

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Les Titres services source : ONEM

Les Titres services source : ONEM Les Titres services source : ONEM Guichet d Economie Locale de Schaerbeek Fondé par M. Etienne Noël, Échevin de l Economie et de l Emploi et avec le soutien du programme européen Objectif 2, de la Région

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail

COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT

COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT AP - Rapport n 3 3 1/10 3 PROPOSITION ASSEMBLEE PLENIERE 13 DECEMBRE 2013 RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL REGIONAL Intégration de critères

Plus en détail

Supermarché CHAMPION CORRIGE

Supermarché CHAMPION CORRIGE BTS Management des Unités Commerciales EPREUVE E4 : Management et Gestion des Unités Commerciales Supermarché CHAMPION CORRIGE Remarque préalable : l introduction et la conclusion ne sont plus demandées

Plus en détail

Quel marché de capacité pour maîtriser la pointe électrique?

Quel marché de capacité pour maîtriser la pointe électrique? Zoom On Electricité Quel marché de capacité pour maîtriser la pointe électrique? Zoom On Electricité Le 8 février 2012, la consommation électrique de pointe de la France a atteint un niveau record de 102

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE

LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE Michaël VAN DEN KERKHOVE et Robert DESCHAMPS Centre de Recherches sur l Economie Wallonne FUNDP Introduction La réforme institutionnelle de 1988

Plus en détail

Centre de référence en santé mentale

Centre de référence en santé mentale Centre de référence en santé mentale 1. Missions du centre de référence «Art. 618. Un centre de référence en santé mentale, ci-après désigné sous le terme de «centre de référence», est l organisme d appui

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Dans ce contexte, la deuxième phase du Programme s est donné pour objectifs de relever les défis liés aux facteurs ci-après :

Dans ce contexte, la deuxième phase du Programme s est donné pour objectifs de relever les défis liés aux facteurs ci-après : TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET-CONSEIL CHARGE DE L APPUI-ACCOMPAGNEMENT DE LA COMMISSION DE L UEMOA DANS LE CADRE DE LA MOBILISATION DES RESSURCES POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DEUXIEME

Plus en détail

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH)

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) Délégation Midi-Pyrénées Handicap et vie professionnelle La loi du 11 février 2005 1 a renforcé les exigences vis-à-vis de l emploi des personnes en situation de handicap. Ainsi, les personnes reconnues

Plus en détail

Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec

Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec DANS LA PROPOSITION D APPROVISIONNEMENTS-MONTRÉAL DE MODIFIER LE MODÈLE ACTUEL D APPROVISIONNEMENT EN PRODUITS MÉDICAUX ET CHIRURGICAUX

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Le Transport Routier de Marchandises

Le Transport Routier de Marchandises Le Transport Routier de Marchandises Pistes de réformes fiscales pour une meilleure compétitivité Etude réalisée par Asterès pour le compte de la Fédération nationale des transporteurs routiers 9 novembre

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi. Commentaires du Conseil du patronat du Québec

Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi. Commentaires du Conseil du patronat du Québec Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi Commentaires du Conseil du patronat du Québec Novembre 2011 Le Conseil du patronat du Québec Le Conseil du patronat du Québec

Plus en détail

Association : être ou devenir employeur? Telle est la question! Relations salariés bénévoles : de quoi parle t-on?

Association : être ou devenir employeur? Telle est la question! Relations salariés bénévoles : de quoi parle t-on? Association : être ou devenir employeur? Telle est la question! Relations salariés bénévoles : de quoi parle t-on? Session de sensibilisation réalisée à la demande du CDOS de GIRONDE, dans le cadre du

Plus en détail

Comptabilisation des immobilisations corporelles

Comptabilisation des immobilisations corporelles 1 Comptabilisation des immobilisations corporelles Introduction Le gouvernement du Nouveau-Brunswick s apprête à faire un changement important dans ses méthodes comptables, ce qui accroîtra sa responsabilité

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-127 du 4 septembre 2013 relative à la création de l Union Mutualiste de Groupe Viamut par la Mutuelle Entrain et la Mutuelle Générale des Cheminots L Autorité de

Plus en détail

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Rapport d étape Étape 2 - Niveau de prestations et options à considérer Décembre 2011 Table

Plus en détail

Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre

Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre Avis sur le Projet de politique de l éducation des adultes dans une perspective de formation continue présenté au ministre d État à l Éducation

Plus en détail