Projet d établissement Projet de Prise en charge du Patient Synthèse

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Projet d établissement 2012-2016. Projet de Prise en charge du Patient Synthèse"

Transcription

1 Projet d établissement Projet de Prise en charge du Patient Synthèse 1

2 Les axes stratégiques du Projet de Prise en charge du Patient Le CHR de La Réunion occupe déjà une place importante dans le système de santé de la région Réunion/Mayotte où il assure le rôle de recours et de référence pour un bon nombre de spécialités. Pour aborder son évolution en Centre Hospitalier Universitaire par fusion des deux établissements du nord (Centre Hospitalier Félix Guyon) et du sud (Groupe Hospitalier Sud Réunion) et après signature de la convention hospitalo-universitaire avec l UFR de Santé de l Université de La Réunion, il devait se doter d un Projet de Prise en charge du Patient (PPP) ambitieux et garant des valeurs de service public. Tout au long de la démarche d élaboration de ce PPP, la synergie entre projet médical et projet de soins infirmiers, de rééducation et médico-techniques a été recherchée pour aboutir à un document unique regroupant les deux projets. L ensemble de la communauté hospitalière des deux sites du CHU s est mobilisée pour bâtir une vision commune de l offre de soins de proximité, de recours et de référence à proposer à la population, ainsi que la structuration de l enseignement et de la recherche. L intégration du futur CHU dans son environnement, grâce à de nombreux partenariats avec les établissements et acteurs de santé de la région Réunion/Mayotte et en privilégiant l organisation de filières de soins, a été une préoccupation constante. Pour répondre aux défis démographiques et de santé, le PPP définit les 6 axes suivants : Améliorer la qualité et la sécurité des soins au CHU Affirmer le niveau de référence et de recours du CHU au plan régional et dans la zone océan Indien Accompagner l évolution des besoins de santé de proximité sur les territoires en cohérence avec les priorités de santé publique Promouvoir des dispositifs innovants de prise en charge Améliorer les parcours de soins internes et externes Affirmer la vocation universitaire de l établissement Sa mise en œuvre nécessitera d être accompagnée d une modernisation d une partie des bâtiments et installations (Bâtiment central au sud ; Bâtiment soins critiques au nord). Le projet social, le schéma directeur des systèmes d information et le projet de management viendront compléter le PPP et le projet immobilier pour former le projet d établissement, guide d action pour l évolution et le développement du CHU de La Réunion. C est son engagement sur ces orientations et sa détermination qui permettront au CHU de La Réunion de relever les défis démographiques et de santé de la région Réunion/Mayotte dans laquelle son rôle est essentiel aux cotés de l ensemble de ses partenaires. 2 Répondre aux grands défis démographiques et de santé de la région Réunion/Mayotte

3 Améliorer la qualité et la sécurité des soins au CHU Des efforts important ont d ores et déjà été accomplis pour l amélioration de la qualité et la sécurité des soins dans les deux sites du CHU. Pour autant, cet objectif doit faire l objet d une attention constante de tous les professionnels afin de rendre au patient un service au plus près de ses attentes et conforme aux exigences les plus récentes en matière de soins. Une structure de pilotage et de gestion de la qualité renforcée permettra d améliorer la coordination et le suivi des actions entreprises. Elle animera la déclinaison opérationnelle de la politique qualité du CHU au niveau des pôles. Le choix de thématiques prioritaires permettra d agir efficacement. Ainsi la tenue du dossier patient sera un objectif institutionnel partagé. La qualité de la prise en charge médicamenteuse sera renforcée en lien avec le contrat de bon usage des médicaments et dans le respect des rapports de visite de certification et de l inspection régionale de pharmacie. Les blocs opératoires, dans le cadre d un partage et d une mutualisation des expériences entre les deux sites constituant le CHU, verront leur qualité s améliorer. La démarche, homogène entre les deux sites, pour aboutir à l accréditation COFRAC des laboratoires sera poursuivie. Enfin la gestion des risques associés aux soins sera renforcée par des actions d amélioration de l identification du patient à toutes les étapes de sa prise en charge, la prévention des évènements indésirables et la surveillance des évènements indésirables graves, le développement des revues de morbidité mortalité (RMM) et des évaluations des pratiques professionnelles (EPP) ainsi que la poursuite des actions engagées en matière de lutte contre les infections nosocomiales. La démarche qualité sera déclinée dans le quotidien de la pratique professionnelle. Pour cela la culture de la sécurité des soins sera diffusée auprès de l ensemble des professionnels du CHU, la bientraitance et le respect des droits de patients seront privilégiés par une meilleure organisation et des formations adaptées et régulières sur ces sujets. La mise en place et le suivi d indicateurs de la qualité des soins au niveau des pôles permettront de mesurer les avancées. La qualité : un équilibre entre compétence médicale et approche organisationnelle optimisée 3

4 Affirmer le niveau de référence et de recours du CHU au plan régional et dans la zone océan Indien Le CHU de La Réunion est d ores et déjà l établissement de recours dans l inter-région Réunion/Mayotte et, plus largement, dans la zone sud de l océan Indien. Il assure un rôle essentiel auprès des populations de cette espace géographique en termes d accès aux spécialités et techniques médicales lourdes et complexes. Le CHU poursuit la structuration de ces activités afin d apporter une réponse adaptée et efficiente aux évolutions des besoins de santé. La structuration des activités de recours englobe un large éventail d activités. Elle passe par l organisation des greffes et prélèvements : la greffe rénale en développant les activités de prélèvement, notamment à partir de donneurs vivants ; la mise en œuvre de la greffe cardiaque ; le développement des autogreffes pour les enfants et l organisation d un dispositif d évaluation des besoins d allogreffes médullaires tenant compte des extensions d indications ; enfin la sécurisation et le développement des activités de la Banque de tissus et de cellules. Les activités de recours concernent également la consolidation de la filière des grands brulés (meilleure prise en charge de l urgence, amélioration du parcours des patients, accompagnement du centre hospitalier de Mayotte), le développement de la chirurgie cardiaque, l amélioration de l accès à la médecine nucléaire pour permettre notamment un essor du dépistage, et la structuration de la filière neurologique en s appuyant sur le centre de référence des maladies neuromusculaires et neurologiques rares. Le SAMU et la gestion des risques NRBC constituent également des missions de recours assurées par le CHU (plateforme commune 15-18, veille sanitaire et médecine de catastrophe). En pédiatrie, le CHU renforcera l offre de recours d oncologie (développement des consultations avancées et RCP neurochirurgicales ; du réseau de proximité de suivi des enfants atteints de cancer et de la prise en charge palliative) ainsi que les activités de recours en néphrologie (faciliter l accès à la transplantation ; égal accès à toutes les techniques de suppléance de l insuffisance rénale terminale ; développement de la dialyse péritonéale). Outre les activités de recours, le CHU souhaite consolider son offre de soins de référence. En matière de cardiologie, le développement de l activité interventionnelle, notamment par la réalisation de coronarographies en ambulatoire, et la progression de la cardiologie rythmologique seront accompagnés. Les soins critiques seront confortés par le développement des soins continus, et la structuration de la filière sur chacun des territoires en lien avec les établissements de la zone. 4 L offre pédiatrique de référence fait l objet d une attention particulière. Ainsi l hématologie non-maligne pédiatrique sera proposée en proximité sur les deux sites du CHU ; les actions d éducation thérapeutique seront renforcées pour les enfants atteints de néphropathies en améliorant la prise en charge pluridisciplinaire des uropathies malformatives graves et la coopération interrégio-

5 nale pour le suivi et le dépistage des maladies rénales de l enfant. De plus la dialyse à proximité du domicile sera proposée aux grands adolescents. Pour une meilleure efficience, la chirurgie pédiatrique sera organisée au sein d un unique service regroupant les professionnels des deux sites du CHU. Complèteront le dispositif : le renforcement de l offre de soins critiques pédiatriques, l organisation des prises en charge de cardiopédiatrie, du diabète, de l obésité morbide, de l endocrinologie, de la pneumologie (asthme, protéinoses alvéolaires), de neuropédiatrie et de victimologie. Le déploiement du dépistage des cancers favorisera le développement de l offre de référence de cancérologie du CHU de La réunion dont la qualité de la prise en charge sera encore améliorée, notamment en renforçant l offre palliative et l optimisation de la prise en charge des sujets âgés. La prise en charge des accidents vasculaires cérébraux (AVC) sera améliorée par une réduction des délais grâce à l organisation de filières avec le CHGM et le GHER, un meilleur accès aux UNV et une augmentation du recours à la thrombolyse. Les activités de recours en soins de suite et de réadaptation (SSR) spécialisés ne seront pas oubliées : grands brulés ; affections cardiovasculaires, respiratoires et des systèmes digestif, métabolique et endocrinien. La mise en place d un dépistage systématique des grossesses à risque ainsi que de la surdité congénitale participera à renforcer la filière régionale de périnatalité en lien avec les partenaires du CHU. Le développement de l endoscopie gynécologique en ambulatoire et l amélioration de la prise en charge des pathologies chirurgicales lourdes viendront conforter une activité de gynécologie de recours déjà performante. L hyperbarie poursuivra son développement sur la prise en charge des pathologies chroniques. L organisation du dépistage et de la prévention de l insuffisance rénale chronique (IRC) participera à structurer la filière néphrologique en lien avec les partenaires du CHU. La biologie accompagnera ces développements par des activités de suivi thérapeutique, pharmacologique et pharmacogénétique et une amélioration des techniques fines de diagnostic. Le CHU devra être reconnu comme centre de génétique clinique à vocation régionale et interrégionale. La prise en charge des urgences graves de la main sera organisée autour du CHU. La structuration de la filière régionale de prise en charge de la douleur chronique rebelle sera favorisée et un centre d évaluation et de traitement de la douleur (CETD) sera créé au CHU en lien avec la Clinique Sainte Clotilde. Etablissement de recours et de référence, le CHU consolidera sa coopération dans la zone océan Indien, en premier lieu par un partenariat renforcé avec le CH de Mayotte. Il poursuivra et approfondira sa participation aux coopérations internationales de surveillance épidémiologique et d appui aux établissements et acteurs de la zone, conformément aux orientations du SROS-PRS. Enfin, il cherchera à promouvoir et faciliter la prise en charge des patients étrangers au CHU. L excellence du CHU de La Réunion sur les activités de recours et de référence : transplantation, grands brûles, chirurgie cardiaque, filière neurologique, pédiatrie... 5

6 Accompagner l évolution des besoins de santé de proximité sur les territoires en cohérence avec les priorités de santé publique Si le CHU de La Réunion assure un rôle de recours et de référence dans la région Réunion/Mayotte, il doit également proposer une offre de soins courants de proximité sur chacun de ses deux sites. Cette large gamme de services doit être adaptée aux besoins spécifiques des différents types de population, mais également anticipatrice des évolutions structurantes démographiques et de santé. Le CHU de La Réunion renforcera les filières de prise en charge des pathologies chroniques dont la prévalence est importante dans la région et développera l éducation thérapeutique. Cela concerne le diabète pour lequel l accent sera mis sur le développement des alternatives à l hospitalisation complète et la fluidification des parcours de soins ; la prise en charge des maladies de l appareil respiratoire et l obésité qui donneront lieu à la mise en place de filières de soins complètes en collaboration avec les partenaires du CHU ; et les maladies cardiovasculaires et rénales. Les autres spécialités médicales, nécessaires en proximité, verront leur filière consolidée. Ainsi le CHU renforcera son activité d endoscopie en hépato-gastroentérologie ; spécialisera ses unités de maladies infectieuses pour développer une expertise hyperspécialisée ; finalisera les travaux relatifs à l antibiothérapie et consolidera la filière de prise en charge des patients atteints du VIH. La médecine interne développera son rôle de référence sur le centre de compétences des maladies auto-immunes rares et identifiera une unité de rhumatologie. La neurologie demandera la labellisation en centre mémoire de ressources et de recherche (CMRR) et confortera la prise en charge des traumatisés crâniens non-chirurgicaux. Devant les défis démographiques, le CHU de La Réunion poursuivra la diversification de son offre de soins gériatriques en assurant une meilleure fluidité de la prise en charge notamment par le développement de solutions et de partenariats pour d aval à l hospitalisation. Pour les jeunes et adolescents, le CHU améliorera la prise en charge pédiatrique en urgence, renforcera son offre de médecine de l adolescent notamment sur les conduites addictives, les troubles des conduites alimentaires et les pathologies gynécologiques. Les difficultés du lien parents-enfant fera l objet d une attention particulière. Enfin, l offre de SSR pédiatrique sera renforcée. Le CHU assurant la prise en charge de la santé mentale sur la moitié du territoire de La Réunion, il cherchera à améliorer la couverture des besoins psychiatriques, notamment par une diversification des réponses thérapeutiques, la création d un centre de référence sur l autisme et la mise en place d une unité de psychiatrie biologique de recours régional. Enfin, le CHU s attachera également à répondre aux besoins des populations précaires et/ou fragilisées : prise en charge des addictions, accès aux soins dentaires, lutte contre l exclusion, soins aux détenus 6 Mettre en œuvre un service public de soins de proximité accessible à tous

7 Promouvoir les dispositifs innovants de prise en charge Le développement des modalités de prise en charge complémentaire et/ou alternatives à l hospitalisation complète est l une des tendances fortes du système de soins français. Elles permettent d améliorer le confort du patient et, à la Réunion où l offre d hospitalisation est sous-dimensionnée, offrent une réponse complémentaire à la pression croissante qui s y exerce. Le CHU de La Réunion, déjà fortement impliqué, étendra les actions engagées dans le développement de dispositifs innovants de prise en charge des patients. En premier lieu, l établissement poursuivra la structuration des activités d éducation thérapeutique déjà engagées, notamment en en améliorant la coordination et la transversalité. Le CHU de La Réunion accompagnera la progression de l activité ambulatoire, développera les activités de médecine de jour sur ses deux sites en encourageant les hospitalisations programmées et en optimisant le recours aux services hospitaliers par appel aux structures d hospitalisation à domicile. Les soins de support seront confortés : prise en charge de la douleur notamment par la systèmisation de l évaluation de la douleur à l admission du patient ; un meilleur dépistage de la dénutrition et un projet hôtelier au service du soin ; l amélioration de la prise en charge des patients en fin de vie et une meilleure visibilité du dispositif de soins palliatifs offert par le CHU ; l accompagnement social et psychologique intégré dans la démarche de prise en charge. Le développement de la télémédecine et un effort particulier pour déployer le Dossier Médical Partagé (DMP) seront soutenus. Utiliser de façon optimale les différentes modalités de prise en charge des patients 7

8 Améliorer les parcours de soins internes et externes La mise en œuvre de parcours de soins performants et coordonnés entre acteurs de santé est un impératif pour fluidifier et optimiser les prises en charge. Le CHU de La Réunion, qui assure la moitié de l offre sanitaire, s est déjà investi dans la formalisation des ces parcours et entend poursuivre cette structuration. Pour y parvenir, le CHU souhaite organiser l amont de l hospitalisation en partenariat avec la médecine de ville. Grâce à ces partenariats renforcés, l orientation initiale vers les services du CHU seront plus pertinents et l accès direct aux prises en charge hospitalières améliorés. Le CHU s engage également à parfaire la prise en charge des urgences, l organisation de la permanence des soins et l accès aux plateaux techniques. La mise en place d une plateforme commune et de systèmes informatiques et téléphoniques dédiés permettront de développer la régulation du SAMU. Les praticiens libéraux auront un rôle important dans ce dispositif. Il s agira également de fluidifier l aval des urgences en renforçant les capacités d hospitalisation post-urgences, en optimisant les processus de transfert de patients depuis les urgences et en améliorant l accès aux plateaux techniques et aux consultations spécialisées. L organisation de la permanence des soins sera assurée grâce à des dispositifs adaptés à chaque spécialité qui privilégieront les mutualisations et un accès renforcé aux plateaux d imagerie, de biologie et aux consultations spécialisées. Pour mieux coordonner la prise en charge du patient, l accent sera mis sur la formalisation de «chemins cliniques» et une gestion prévisionnelle des soins. Les transports inter-hospitaliers seront améliorés et les achats pharmaceutiques seront optimisés dans le cadre d une plus grande sécurité du circuit du médicament. Le renforcement de l offre de SSR (soins de suites et de réadaptation) permettra de conforter l aval de l hospitalisation, soit par développement de solutions internes (SSR spécialisés notamment), soit par coopération avec les partenaires de la zone. 8 Favoriser la coopération et le partenariat avec les partenaires de la région au bénéfice des patients

9 Affirmer la vocation universitaire de l établissement L établissement assure déjà des activités d enseignement et de recherche. Avec l accès au statut universitaire, le développement de ces missions constitue une priorité pour le CHU de la Réunion. Pour y parvenir, l établissement structurera les départements hospitalo-universitaires (DHU), en lien avec l UFR Santé de l Université de La Réunion, autour des grandes thématiques de santé publique propres à la région Réunion/Mayotte. C est le cadre dans lequel pourra s organiser l enseignement et la recherche. Les enseignements théoriques de médecine verront leur structuration améliorée notamment par le recours aux technologies de l information et de la communication, la mise en place d un centre d enseignement par simulation et la collaboration avec l Université pour la création d un laboratoire d anatomie. Le CHU renforcera ses capacités d accueil en stage et proposera des stages dans d autres UFR et à l étranger. Enfin, des postes d assistants chef de clinique seront créés pour favoriser les inscriptions dans une carrière hospitalo-universitaire. L offre de formation initiale aux professions paramédicales sera adaptée aux besoins locaux (création d un institut régional de management en santé, reconstruction de l IFSI Nord ), la recherche en soins infirmiers et paramédicaux sera dynamisée et les démarches d évaluation des pratiques professionnelles généralisées. Le développement professionnel continu s appuiera sur une offre locale bâtie en collaboration avec l Université et sera mise au service de la gestion prévisionnelle des métiers et des compétences. Pour favoriser la recherche, le CHU souhaite organiser un dispositif d autonomisation financière dans le cadre d une contractualisation avec les pôles et améliorer les indicateurs de performance de la recherche. Les structures dédiées (DRCI, CIC- EC, ) seront soutenues ainsi que les processus et moyens de support à la recherche (rédaction scientifique, outils de gestion ). Enfin la synergie hospitalo-universitaire sera privilégiée (DHU, CRBSP). Mettre l innovation, la recherche et l enseignement au cœur de l identité du CHU de La Réunion 9

10 Un projet pour l avenir Le Projet de Prise en charge du Patient du CHU de La Réunion marquera l histoire de l établissement. Tout en poursuivant et en confortant son action de proximité dans les bassins de population de ces deux sites, le CHU assumera pleinement sa nouvelle vocation universitaire par le développement accru des activités d expertise, d enseignement et de recherche. Il dispose de nombreux atouts pour réussir ce projet. Centre Hospitalier Félix Guyon Médecine de Cilaos Médecine de Saint-Louis Médecine du Tampon Groupe Hospitalier Sud Réunion Médecine de Saint-Joseph 10

11 Le CHU de La Réunion Quelques chiffres : professionnels dont 700 médecins et internes Qui assurent Les soins : lits d hospitalisation complète journées d hospitalisation consultations externes passages aux urgences naissances L enseignement Près de 400 professionnels formés chaque année (études de médecine écoles paramédicales) En collaboration avec l Université UFR Santé de la Réunion et Bordeaux 2. La recherche Etudes à promotion CHR en cours : 18 dont 10 PHRC PHRC à promotion non CHR : 25 Nbre de publications sur la période 2007 à 2010 : 310 dont 22 % en catégories A et B Nbre d essais cliniques industriels en cours : 14 avec 5 promoteurs industriels Centres de référence : national (maladies neuromusculaires et neurologiques rares) ; 3 régionaux (Mort subite du nourrisson, hémophilie et mucoviscidose) 10 centres de compétences maladies rares Nbr de projets en collaboration avec d autres structures de recherche : 10 Nbr de projets en collaboration en cours avec les laboratoires de recherche de l Université : 8 Centre de Ressources Biologiques constitué de 2 biobanques (DNAthèque et tumorothèque). 11

12 Direction Générale 11, rue de l hôpital Saint Paul /

Centre Hospitalier d Antibes Juan-Les-Pins

Centre Hospitalier d Antibes Juan-Les-Pins Centre Hospitalier d Antibes Juan-Les-Pins Inauguration de l extension 6 JUILLET 2015 À 12h00 AU CŒUR DE LA SANTE DE SON TERRITOIRE, LE CENTRE HOSPITALIER D ANTIBES SE DONNE UN NOUVEAU VISAGE SOMMAIRE

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 Groupement Hospitalier de Territoire - Haute Bretagne : 11 établissements publics de santé engagés au service de la population Jeudi 30 juin, la convention constitutive

Plus en détail

Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) :

Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) : Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) : Les meilleures expertises du CHU Amiens-Picardie rassemblées dans un pôle d excellence régional. Avril 2014 1 Communiqué de synthèse La prévention,

Plus en détail

Les nouveaux PHU du CHU de Nantes Madame COUDRIER Professeur POTEL

Les nouveaux PHU du CHU de Nantes Madame COUDRIER Professeur POTEL Les nouveaux PHU du CHU de Nantes Madame COUDRIER Professeur POTEL Mardi 15 novembre 2011- Espace Vianey -Quai de la Rapée- Paris 12 FHF CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 1 Des pôles cliniques

Plus en détail

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération PLAN CANCER 2003-2007 Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération consolidant le plateau technique du Centre Hospitalier Sud Francilien dédié à la cancérologie Mercredi 19 décembre

Plus en détail

Projet de prise en charge du patient

Projet de prise en charge du patient Projet de prise en charge du patient Projet médical Projet de Soins Infirmiers, de Rééducation et Médico-Techniques 1 2 Le projet de prise en charge du patient que le CHR de la Réunion souhaite déployer

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Groupement de coopération sanitaire entre l Hôpital d Instruction des Armées (HIA) Val-de-Grâce et le Groupe Hospitalier Cochin-Broca-Hôtel-Dieu de l AP-HP Le Groupement de coopération

Plus en détail

Evaluation externe de. l EHPAD de la Fondation Roguet SYNTHESE

Evaluation externe de. l EHPAD de la Fondation Roguet SYNTHESE Evaluation externe de l EHPAD de la Fondation Roguet 2012 SYNTHESE I. Introduction L évaluation externe a été introduite par la loi n 2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l action sociale et médico-sociale.

Plus en détail

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

Le Pôle départemental de médecine du sport. de l Essonne (PDMS)

Le Pôle départemental de médecine du sport. de l Essonne (PDMS) Pôle Départemental de Médecine du Sport Conception : ClinicProSport / Design : kreo / Crédits photos : Alexis Harnichard, Lionel Antoni Le Pôle départemental de médecine du sport de l Essonne (PDMS) Pôle

Plus en détail

Centre Hospitalier de Bastia

Centre Hospitalier de Bastia Le bilan des années 2010 2011 2012 2013 et 2014 est important tant dans le domaine de la gestion et du pilotage que de la stratégie, du management, de l équilibre des organisations et de la coopération

Plus en détail

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement Mise en œuvre dans l établissement Une obligation légale La loi n 99-477 du 9 juin 1999 garantit, dans son premier article, le droit d accès aux soins palliatifs «Toute personne malade, dont l état le

Plus en détail

Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures

Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures Action 1 : Améliorer l accessibilité à l offre de soins pour les personnes âgées et personnes en situation de handicap isolées notamment

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES. Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES. Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die LES RENCONTRES DU MANAGEMENT Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die Dr Florence TARPIN-LYONNET Chef de Pôle des activités de soins et d Hospitalisation à Domicile CH Crest Présidente CME Retour

Plus en détail

PROJET D ÉTABLISSEMENT

PROJET D ÉTABLISSEMENT CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE REIMS PROJET D ÉTABLISSEMENT 2016-2020 Éditorial Ce projet d établissement a été élaboré collectivement et dans le dialogue. C est le fruit d un travail participatif,

Plus en détail

Une salle plus adaptée pour les équipes

Une salle plus adaptée pour les équipes Depuis quelques semaines, le service de chirurgie vasculaire et cardiaque de la Clinique du Tonkin de Villeurbanne pratique ses interventions dans une toute nouvelle salle, pourvue d un équipement d imagerie

Plus en détail

Projet médico-social 2013-2017

Projet médico-social 2013-2017 Projet médico-social 2013-2017 C E N T R E H O S P I T A L I E R R É G I O N A L D O R L É A N S Hôpital Porte Madeleine 1, rue Porte Madeleine BP 2439 45032 Orléans cedex 1 Le service social de par ses

Plus en détail

L'alliance des cliniques indépendantes. 4 cliniques de Midi-Pyrénées s unissent pour créer «Clinavenir, l alliance des cliniques indépendantes»

L'alliance des cliniques indépendantes. 4 cliniques de Midi-Pyrénées s unissent pour créer «Clinavenir, l alliance des cliniques indépendantes» Communiqué de presse Mars 2012 4 cliniques de Midi-Pyrénées s unissent pour créer «Clinavenir, l alliance des cliniques indépendantes» Toulouse, le 7 mars 2012 Quatre cliniques de la région Midi-Pyrénées,

Plus en détail

Plan Stratégique 2010-2014

Plan Stratégique 2010-2014 Plan Stratégique 2010-2014 Sommaire 1. Introduction : l AP-HP demain, une institution qui sait s adapter aux évolutions des besoins et du système de santé 1.1. Les défis pour l'ap-hp de demain 1.2. Des

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE (Recherche, Enseignement, Soins, Information, Lutte et Initiatives pour les Adolescents et les ENfants atteints de CancEr). 1. CARACTERISTIQUES

Plus en détail

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision DOSSIER DE PRESSE Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision Inauguration du CyberKnife M6 au Centre de Lutte Contre le Cancer Eugène Marquis de Rennes 20 février

Plus en détail

Préparation du projet de loi «Patients, santé, territoire» DDGOS/DAS/DPREV 1

Préparation du projet de loi «Patients, santé, territoire» DDGOS/DAS/DPREV 1 Préparation du projet de loi «Patients, santé, territoire» DDGOS/DAS/DPREV 1 4 Missions pour moderniser le système de santé 4 missions ont été commanditées par le gouvernement et menées avec l appui du

Plus en détail

«patient traceur» et V2014 charles.arich@chu-nimes.fr

«patient traceur» et V2014 charles.arich@chu-nimes.fr «patient traceur» et V2014 charles.arich@chu-nimes.fr Préambule La méthode du patient-traceur analyse de manière rétrospective le parcours d un patient de l amont de son hospitalisation jusqu à l aval,

Plus en détail

PROGRAMME PARISIEN DE RENFORCEMENT DE L OFFRE DE SOINS DE PREMIER RECOURS Juin 2011

PROGRAMME PARISIEN DE RENFORCEMENT DE L OFFRE DE SOINS DE PREMIER RECOURS Juin 2011 PROGRAMME PARISIEN DE RENFORCEMENT DE L OFFRE DE SOINS DE PREMIER RECOURS Juin 2011 1 INTRODUCTION L accès aux soins de premier recours est une des composantes majeures du droit fondamental à la santé.

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

15 mars 2011 - Martine SEMAT Colloque ANAP

15 mars 2011 - Martine SEMAT Colloque ANAP THEME : LES OUTILS DE COOPERATION L expérience de L HAD SANTE RELAIS DOMICILE L histoire de l association : création de SANTE RELAIS 31 en 2001 AGESEP 31 La création de l association Loi 1901 SANTE RELAIS

Plus en détail

Assistance Publique Hôpitaux de Marseille

Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Assistance Publique Hôpitaux de Marseille L excellence pour tous, chaque jour L AP-HM RÉPOND À 3 GRANDES MISSIONS Les soins et la prévention L enseignement La recherche Avec 3 400 lits et places, l AP-HM

Plus en détail

Sommaire. > La permanence des soins page 4. > La gestion de la pandémie grippale H1N1 page 7. > Le positionnement régional du CHRU de Lille page 9

Sommaire. > La permanence des soins page 4. > La gestion de la pandémie grippale H1N1 page 7. > Le positionnement régional du CHRU de Lille page 9 Sommaire > La permanence des soins page 4 > La gestion de la pandémie grippale H1N1 page 7 > Le positionnement régional du CHRU de Lille page 9 > La recherche page 10 > L innovation en 2009 page 11 > Le

Plus en détail

Dossier réalisé avec la participation de :

Dossier réalisé avec la participation de : Dossier réalisé avec la participation de : Paul Verdiel, Président de H2AD Jean-Loup Durousset, Directeur du Centre de l Hospitalisation Privée de la Loire (CHPL) Thierry Depois, Directeur Général d Europ

Plus en détail

inet La formation des élèves administrateurs territoriaux

inet La formation des élèves administrateurs territoriaux inet La formation des élèves administrateurs territoriaux Institut National des Études Territoriales Devenir administrateur territorial c est : être lauréat d un concours de haut niveau, intégrer la grande

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

L approche territoriale pour répondre à la demande et à l organisation des soins de premier recours

L approche territoriale pour répondre à la demande et à l organisation des soins de premier recours Direction adjointe de l'offre ambulatoire et de la coordination des acteurs Pôle organisation des soins Juin 2012 Affaire suivie par : Arnaud GANNE L approche territoriale pour répondre à la demande et

Plus en détail

Dossier de Presse. Mercredi 10 juillet 2013

Dossier de Presse. Mercredi 10 juillet 2013 Dossier de Presse Mercredi 10 juillet 2013 Pacte territoire santé Provence-Alpes-Côte d Azur Un pacte, pour quoi faire? Le pacte territoire santé vise à garantir et à renforcer l accès aux soins, en particulier

Plus en détail

SSR ET TERRITOIRES :

SSR ET TERRITOIRES : SSR ET TERRITOIRES : OPTIMISER LES PARCOURS PATIENTS Dr Lawrence BORIES Gériatre Chef du pôle d activité clinique et médical 1 Projet médical de territoire et Soins de suite et réadaptation : Témoignage

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES 1, rue du Docteur-Martinais 37600 LOCHES SEPTEMBRE 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ NOVEMBRE 2007 SOMMAIRE

Plus en détail

DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE

DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE Date de dépôt des candidatures : 1 er juillet 30 septembre 2014 1 er janvier 31 mars 2015 APPEL A PROJETS DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE Cahier des charges

Plus en détail

Ensemble, face aux cancers, aujourd hui et demain

Ensemble, face aux cancers, aujourd hui et demain Ensemble, face aux cancers, aujourd hui et demain Après deux années de travaux, l Institut de cancérologie du Gard (ICG) ouvrira prochainement ses portes afin de lutter contre les pathologies cancéreuses,

Plus en détail

OSEAN: l expérience du Nord Pas de Calais, passé présent et futur Monique Romon CHU Lille, Université Lille2 Réseau OSEAN

OSEAN: l expérience du Nord Pas de Calais, passé présent et futur Monique Romon CHU Lille, Université Lille2 Réseau OSEAN OSEAN: l expérience du Nord Pas de Calais, passé présent et futur Monique Romon CHU Lille, Université Lille2 Réseau OSEAN www.reseau-osean.com Passé Juin 1998 réunion d un groupe de travail association

Plus en détail

LE PLAN CANCER 2014-2019

LE PLAN CANCER 2014-2019 LE PLAN CANCER 2014-2019 De la part de la porte-parole Najat Vallaud-Belkacem Mercredi 5 février 2014 Le 3 ème Plan cancer (2014-2019) a été présenté par le président de la République. Il sera doté de

Plus en détail

Management d une équipe de bio nettoyage

Management d une équipe de bio nettoyage 9 ème Journée d Automne de l Association des Hygiénistes de Picardie Jeudi 19 septembre 2013 - Noyon Management d une équipe de bio nettoyage Alain LEFEBVRE - Cadre supérieur de santé hygiéniste Le bio

Plus en détail

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Filières et réseaux de gériatrie Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Population âgée en forte augmentation Augmentation de l espérance de vie à

Plus en détail

Lien hôpital ville. - douleur chronique

Lien hôpital ville. - douleur chronique Lien hôpital ville - douleur chronique 1 ere année Cette labellisation vise à distinguer des expériences exemplaires et des projets innovants traduisant l'engagement dans la promotion des droits des patients.

Plus en détail

Hôpital Max Fourestier nouveau bloc opératoire La modernité au service de la santé publique

Hôpital Max Fourestier nouveau bloc opératoire La modernité au service de la santé publique TERRITOIRE DE SANTÉ, 92 NORD UNE POPULATION, EN FORTE CROISSANCE, EN DEMANDE DE SOINS PUBLICS Territoire 92 Nord Gennevilliers Villeneuve-la-Garenne Hôpital Max Fourestier Nanterre H Colombes Bois-Colombes

Plus en détail

PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE

PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE Congrès de la FHF Picardie 06.06.2014 Dr Sarah MONTEMBAULT- Centre Hospitalier de Soissons ETABLISSEMENTS FHF AU CŒUR DES PARCOURS DE SOINS Les données épidémiologiques

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen BasseNormandie Dans son projet de développement stratégique 20122016 adopté par le Conseil d Administration du 4 novembre

Plus en détail

Etude prospective sur les métiers de la Fonction Publique Hospitalière

Etude prospective sur les métiers de la Fonction Publique Hospitalière Etude prospective sur les métiers de la Fonction Publique Hospitalière Présentation sommaire Hugues JURICIC - 9 novembre 2007 53 rue de Fives 59650 Lille +33 320 61 02 56 16 rue Jean-Pierre Timbaud 75011

Plus en détail

SYNTHESE. AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui le concernent

SYNTHESE. AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui le concernent PLAN NATIONAL 2015-2018 pour le développement des soins palliatifs et l accompagnement en fin de vie SYNTHESE RAPPEL DES 4 AXES AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE POLYCLINIQUE SAINT JEAN (MONTPELLIER) HISTOIRE D UNE ACQUISITION

DOSSIER DE PRESSE POLYCLINIQUE SAINT JEAN (MONTPELLIER) HISTOIRE D UNE ACQUISITION DOSSIER DE PRESSE POLYCLINIQUE SAINT JEAN (MONTPELLIER) HISTOIRE D UNE ACQUISITION SEPTEMBRE 2011 Le contexte Fin juillet 2011, le Groupe Cap Santé, un groupe privé régional d établissements de soins,

Plus en détail

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares»

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» (mars 2007) Ministère de la Santé et des Solidarités DHOS Bureau O4 1 Table des matières 1. DESCRIPTION DU CENTRE DE COMPETENCES...4 1.1 L'EQUIPE

Plus en détail

COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012

COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012 COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012 INSTITUT NATIONAL DU CANCER RAPPORT AU COMITE D AUDIT Page 1 Sommaire I. TRAVAUX DU COMITE D AUDIT EN 2012... 3 II. PLAN ANNUEL D AUDIT 2012... 3 1. CONTEXTE... 3 2.

Plus en détail

L ANAP, MISSIONS, ENJEUX UN OUTIL EN COURS D ELABORATION : LE TABLEAU DE BORD PARTAGE DES ESMS

L ANAP, MISSIONS, ENJEUX UN OUTIL EN COURS D ELABORATION : LE TABLEAU DE BORD PARTAGE DES ESMS L ANAP, MISSIONS, ENJEUX UN OUTIL EN COURS D ELABORATION : LE TABLEAU DE BORD PARTAGE DES ESMS LOOS LES LILLE 21 OCTOBRE 2010 Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux

Plus en détail

Appel à candidature. Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie. Document n ARS/AAC/DAMS

Appel à candidature. Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie. Document n ARS/AAC/DAMS Appel à candidature Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie Document n ARS/AAC/DAMS Contexte Les besoins à satisfaire et les orientations du

Plus en détail

FORMATION INFIRMIERE

FORMATION INFIRMIERE FORMATION INFIRMIERE UN NOUVEAU REFERENTIEL DE FORMATION Sources : documents de travail de la DHOS (de décembre 2008 à mars 2009) LE POURQUOI DE LA REINGENERIE DE LA FORMATION LMD ECTS Ministère de l enseignement

Plus en détail

Contribution du SNICS à la Grande Conférence Santé

Contribution du SNICS à la Grande Conférence Santé Paris, le 20 novembre 2015 Contribution du SNICS à la Grande Conférence Santé Le Premier Ministre a initié la Grande conférence de santé, en lien avec les ministres en charge de la santé, de l enseignement

Plus en détail

Projet éducatif de territoire 2014-2020

Projet éducatif de territoire 2014-2020 Projet éducatif de territoire 2014-2020 SOMMAIRE Édito : Bien grandir à Nantes p. 3 Un socle de valeurs communes : la Charte nantaise de la réussite éducative p. 4 Favoriser la réussite éducative en réduisant

Plus en détail

DOSSIER D E P R E S S E

DOSSIER D E P R E S S E DOSSIER D E P R E S S E Signature du protocole d accord, en vue d une coopération stratégique, Entre le Centre Hospitalier de Châlons en champagne et le Centre Hospitalier Universitaire de Reims Mardi

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

Modalités d exercice en soins palliatifs

Modalités d exercice en soins palliatifs Modalités d exercice en soins palliatifs Dr Marie DELERUE DANEL Unité de soins palliatifs- Equipe mobile de soins palliatifs Hôpital Saint Vincent de Paul LILLE GHICL Diplôme universitaire de soins palliatifs

Plus en détail

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Juillet 2013 Contexte d utilisation Objet de la prise en charge Autre objet de prise en charge Un projet et

Plus en détail

Le CSSS de Chicoutimi

Le CSSS de Chicoutimi Le CSSS de Chicoutimi Le CSSS de Chicoutimi est un établissement dynamique, à l image des quelques 300 médecins et 3 300 employés et professionnels de la santé qui œuvrent, jour après jour, à transmettre

Plus en détail

Stratégie de la filière légumes régionale

Stratégie de la filière légumes régionale Introduction et contexte Stratégie de la filière légumes régionale Une filière régionale diversifiée La région Centre compte 1745 exploitations légumières (dont 1436 exploitations professionnelles), ce

Plus en détail

SYNTHESE DU RAPPORT SUR LA MODERNISATION DE LA POLITIQUE DES RESSOURCES HUMAINES DANS LES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE

SYNTHESE DU RAPPORT SUR LA MODERNISATION DE LA POLITIQUE DES RESSOURCES HUMAINES DANS LES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE Ministère du travail, de l emploi et de la santé Paris, le 24 janvier 2011 SYNTHESE DU RAPPORT SUR LA MODERNISATION DE LA POLITIQUE DES RESSOURCES HUMAINES DANS LES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE - Mercredi

Plus en détail

À propos de la signature

À propos de la signature Faire mieux ensemble! Au centre du quartier Limoilou, l Hôpital Saint François d'assise du CHU de Québec est un établissement centré sur sa communauté, offrant : des services généraux et spécialisés à

Plus en détail

Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010

Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010 Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010 De l infirmier du travail à l infirmier spécialisé en santé au travail : reconnaître l infirmier comme

Plus en détail

Le centre hospitalier de rodez. L architecture et l environnement. L accueil et le confort du patient. le plateau technique. les pôles d activités

Le centre hospitalier de rodez. L architecture et l environnement. L accueil et le confort du patient. le plateau technique. les pôles d activités Le centre hospitalier de rodez L architecture et l environnement L accueil et le confort du patient le plateau technique les pôles d activités Les communications une ville, un pays, UNE RÉGION «Vaisseau

Plus en détail

12 engagements pour lutter contre les déserts médicaux

12 engagements pour lutter contre les déserts médicaux 12 engagements g g pour lutter contre les déserts médicaux 1 pacte, 3 objectifs, 12 engagements Changer la formation et faciliter l installation des jeunes médecins engagement 1 Un stage en médecine générale

Plus en détail

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Si les conditions physiques telles que l âge, les antécédents, mais aussi des facteurs sociaux, psychiques et culturels influencent

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT

PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT Centre Hospitalier de Dreux PÔLE ANP PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT Version n Nombre de pages : 7 Diffusée le :16/12/2015 Appliquée le : Rédigée par : Mme

Plus en détail

UN CHU. Le NoUVeaU CHUM. HoSPITaLIeR. VoTRe PaRTeNaIRe De SaNTé et De MIeUX-ÊTRe

UN CHU. Le NoUVeaU CHUM. HoSPITaLIeR. VoTRe PaRTeNaIRe De SaNTé et De MIeUX-ÊTRe Le NoUVeaU CHUM UN CHU HoSPITaLIeR VoTRe PaRTeNaIRe De SaNTé et De MIeUX-ÊTRe Le Centre hospitalier de l Université de Montréal (CHUM) est un pôle de développement et de transfert des connaissances par

Plus en détail

Plan de développement stratégique 2013-2016

Plan de développement stratégique 2013-2016 Plan de développement stratégique 2013-2016 INTRODUCTION Le Plan de développement stratégique présenté dans les pages qui suivent expose les objectifs du Groupe de Collaboration Internationale en Ingénierie

Plus en détail

Présentation de la démarche V2014 et élaboration du Compte Qualité

Présentation de la démarche V2014 et élaboration du Compte Qualité Présentation de la démarche V2014 et élaboration du Compte Qualité Réseau CoCLINNOR CHU_Hôpitaux de Rouen - page 1 RETOUR D EXPÉRIENCE SUR V2010 CHU_Hôpitaux de Rouen - page 2 Baromètre de la certification

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact : Sophie Sabin s.sabin@gpspv.fr 01 69 25 44 30. www.perrayvaucluse.fr

DOSSIER DE PRESSE. Contact : Sophie Sabin s.sabin@gpspv.fr 01 69 25 44 30. www.perrayvaucluse.fr DOSSIER DE PRESSE Contact : Sophie Sabin s.sabin@gpspv.fr 01 69 25 44 30 www.perrayvaucluse.fr Foyer Le Foyer > Qu est qu un Foyer en psychiatrie? Un Foyer en psychiatrie est une structure de soins entre

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS L EHPAD LA PINÈDE À L ESPACE PERRÉAL DOSSIER DE PRESSE SEPTEMBRE 2011 CENTRE HOSPITALIER DE BÉZIERS

CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS L EHPAD LA PINÈDE À L ESPACE PERRÉAL DOSSIER DE PRESSE SEPTEMBRE 2011 CENTRE HOSPITALIER DE BÉZIERS CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS L EHPAD LA PINÈDE À L ESPACE PERRÉAL DOSSIER DE PRESSE SEPTEMBRE 2011 CENTRE HOSPITALIER DE BÉZIERS Le bassin de santé Ouest Hérault Biterrois se caractérise par une importante

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Mise à jour en juillet 2010 POLITIQUE DE COMMUNICATION 1. MISE EN CONTEXTE... 2 2. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE DE COMMUNICATION... 2 3. MISSION DU MINISTÈRE... 2 4. VALEURS...

Plus en détail

Pistes de réflexion pour une valorisation «hors T2A» de l activité transversale en infectiologie

Pistes de réflexion pour une valorisation «hors T2A» de l activité transversale en infectiologie Pistes de réflexion pour une valorisation «hors T2A» de l activité transversale en infectiologie Arnaud Pouillart Centre hospitalier Louis Pasteur de Dole 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise,

Plus en détail

Charte de partenariat du CLIC Métropole Nord Ouest Renseignements et informations : Monsieur Olivier MILOWSKI, Directeur, CLIC Métropole Nord Ouest, 100 rue du Général Leclerc 59350 SAINT ANDRE Téléphone

Plus en détail

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N

Plus en détail

Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire

Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire CONSEIL EXÉCUTIF EB138/28 Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire Options pour renforcer le partage d informations sur les produits diagnostiques, préventifs

Plus en détail

Maternité des Hôpitaux de Saint-Maurice

Maternité des Hôpitaux de Saint-Maurice Dossier de presse Maternité des Hôpitaux de Saint-Maurice Avril 2008 Contact Presse : Service communication des Hôpitaux de Saint-Maurice 14, rue du Val d Osne 94410 Saint-Maurice Sandrine Bodeau, Chargée

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE Décembre 2002 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»...

Plus en détail

Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF

Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF Si le projet de loi «hôpital, patients, santé, territoires» a pour ambition

Plus en détail

LA SANTE EN TARENTAISE (Savoie) Enjeux, orientations et plans d actions pour une offre adaptée aux besoins des populations

LA SANTE EN TARENTAISE (Savoie) Enjeux, orientations et plans d actions pour une offre adaptée aux besoins des populations Vendredi 6 juin 2014 LA SANTE EN TARENTAISE (Savoie) Enjeux, orientations et plans d actions pour une offre adaptée aux besoins des populations Le territoire du projet page 2 La population concernée page

Plus en détail

Améliorer la qualité et la sécurité des soins

Améliorer la qualité et la sécurité des soins HORS SÉRIE CERTIFICATION Avril 2015 Journal du Groupement des Hôpitaux de l Institut Catholique de Lille Améliorer la qualité et la sécurité des soins Une certification au service des démarches d amélioration

Plus en détail

OBJECTIFS. Objectif N 1 : renouvellement des approches et des méthodes de formation pour atteindre une forme d excellence de la formation

OBJECTIFS. Objectif N 1 : renouvellement des approches et des méthodes de formation pour atteindre une forme d excellence de la formation Politique TICE UBP L université ne peut pas rester à l écart des mutations profondes qui traversent nos sociétés ; la question n est plus de savoir s il faut ou non prendre en compte l usage du numérique

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Forum Poitou-Charentes. Organiser les soins autour du patient et en garantir l égal accès : la révolution du 1 er recours

DOSSIER DE PRESSE. Forum Poitou-Charentes. Organiser les soins autour du patient et en garantir l égal accès : la révolution du 1 er recours DOSSIER DE PRESSE Forum Poitou-Charentes Jeudi 23 janvier 2014 Poitiers Organiser les soins autour du patient et en garantir l égal accès : la révolution du 1 er recours 0 Sommaire Programme Introduction

Plus en détail

Actualité sur le 3e Plan Alzheimer 2008-2012

Actualité sur le 3e Plan Alzheimer 2008-2012 Uzès 21.9.2009 Actualité sur le 3e Plan Alzheimer 2008-2012 Dr Denise STRUBEL Centre de Gérontologie CHU Nîmes Le 3e plan Alzheimer (2008-2012) Proposition de 44 mesures selon 11 objectifs et 3 axes Axe

Plus en détail

SYNTHÈSE RAPPORT ANNUEL 2014

SYNTHÈSE RAPPORT ANNUEL 2014 SYNTHÈSE RAPPORT ANNUEL 2014 RÉ-ACCRÉDITATION INTERNATIONALE DU REGISTRE FRANCE GREFFE DE MOELLE Le 13 octobre 2014, le registre France Greffe de Moelle a été accrédité par la World Marrow Donor Association

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

LE SUIVI TRANSDISCIPLINAIRE DES PATIENTS DIABÉTIQUES EN PREMIÈRE LIGNE EXPÉRIENCES DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ INTÉGRÉE EN BELGIQUE

LE SUIVI TRANSDISCIPLINAIRE DES PATIENTS DIABÉTIQUES EN PREMIÈRE LIGNE EXPÉRIENCES DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ INTÉGRÉE EN BELGIQUE Séminaire Européen SIDIIEF : LES MALADIES CHRONIQUES HENALLUX Namur -19 novembre 2015 LE SUIVI TRANSDISCIPLINAIRE DES PATIENTS DIABÉTIQUES EN PREMIÈRE LIGNE EXPÉRIENCES DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ INTÉGRÉE

Plus en détail

Réseau Santé Bucco-Dentaire. Handicap. Le Réseau poursuit 5 objectifs basés sur ses valeurs fondamentales :

Réseau Santé Bucco-Dentaire. Handicap. Le Réseau poursuit 5 objectifs basés sur ses valeurs fondamentales : Réseau Santé Bucco-Dentaire & Handicap Rhône-Alpes Le RÉSEAU SANTE BUCCO-DENTAIRE & HANDICAP RHÔNE ALPES, association loi 1901. Faciliter l accès aux soins bucco-dentaires des personnes en situation de

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE Septembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT

Plus en détail

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation Agissant en harmonie avec les principaux acteurs du secteur de l accompagnement des personnes âgées En phase avec les évolutions

Plus en détail