Le signalement des infections nosocomiales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le signalement des infections nosocomiales"

Transcription

1 Le signalement des infections nosocomiales Bruno GRANDBASTIEN Faculté de Médecine «Henri Warembourg», Université Lille 2 Service de Gestion du Risque Infectieux, des Vigilances et d Infectiologie (SGRIVI), CHRU de Lille Centre Hospitalier Régional et Universitaire de Lille FELIN 04/2011-1

2 Le signalement des IN Principes généraux cadre réglementaire et organisation critères du signalement quelques explications de texte synthèse des signalements en France et expérience NPdC l information du patient dans le signalement Illustrations de signalements (avec leur analyse) e-sin Signalement dans PSIAS et circulaire EPC FELIN 04/2011-2

3 Les différents acteurs de la sécurité sanitaire en France FELIN 04/2011-3

4 Cadre réglementaire FELIN 04/2011-4

5 Cadre réglementaire Décret et circulaire relatifs au signalement des infections nosocomiales (IN) et à l information des patients dans les établissements de santé décret N du 26 juillet 2001 ; CSP art R-R circulaire DHOS\E2-DGS\SD5C N 21 du 22 janvier Plan stratégique de prévention des infections associées aux soins (PSIAS) (circulaire du 19/08/2009) Signalement non nominatif de la survenue de certaines IN (répondant à certains critères) Organise l information des patients risque a priori (général et spécifique du patient) survenue d une éventuelle IN FELIN 04/2011-5

6 Signalement et certification : 8g E2 : Des actions de surveillance et de prévention du risque infectieux incluant celles issues de signalement sont mises en œuvre avec les professionnels en lien avec l EOH FELIN 04/2011-6

7 Critère 8g : éléments d appréciation Structuration du périmètre d investigations Documents de preuve Personnes à rencontrer Observations sur le terrain FELIN 04/2011-7

8 La sécurité sanitaire en lien avec le risque infectieux associé aux soins Notion d infectiovigilance = signalement de certaines IN Réglementaire : Code de la Santé Publique (art R ) Articulation avec la gestion des Risques : décret du 12 novembre 2010 circulaire en attente FELIN 04/2011-8

9 Buts du signalement des IN Au niveau local ou régional (interrégional?) Détecter des évènements inhabituels Instaurer un système d'alerte au sein de l'établissement = signalement "interne" aux autorités sanitaires = signalement "externe" Mettre en place les mesures correctives Recevoir une aide (expertise CCLIN / ARLIN) FELIN 04/2011-9

10 Buts du signalement des IN Au niveau local ou régional (interrégional?)... Au niveau national Détecter des évènements inhabituels Promouvoir et soutenir l investigation des épidémies et leur contrôle précoce Développer (ou rappeler) des recommandations de prévention FELIN 04/

11 Modalités et circuit(s) FELIN 04/

12 Modalités générales Organisation (a priori) par la direction générale de l établissement après avis du CLIN avec nomination d un référent institutionnel Deux étapes à l intérieur de l institution (signalement interne) vers l extérieur / tutelles = ARS et CCLIN/ARLIN (signalement externe) FELIN 04/

13 Signalement interne (1) Qui signale? Tout médecin, pharmacien, chirurgien-dentiste, sagefemme ou membre du personnel paramédical Quand? dans l exercice de sa mission au sein de l établissement constate un ou plusieurs cas d IN FELIN 04/

14 Signalement interne (2) Comment? en informe, d une part, le médecin responsable du service ou secteur dans lequel le (ou les) cas sont apparus informe le praticien en hygiène hospitalière recueille des informations organisé selon les modalités définies par le CLIN la mise en place de ce système de signalement constitue une opportunité de créer ou de renforcer le réseau des correspondants médicaux en hygiène FELIN 04/

15 Signalement externe (1) Le praticien en hygiène hospitalière apprécie si le ou les cas dont il a été avisé correspondent aux critères de signalement Le praticien en charge du signalement procède au signalement externe par écrit (formulaire type), sans délai ARS CCLIN FELIN 04/

16 Source : FELIN 04/

17 Signalement externe (2) Le praticien en hygiène hospitalière apprécie si le ou les cas dont il a été avisé correspondent aux critères de signalement Le praticien en charge du signalement procède au signalement externe par écrit (formulaire type), sans délai ARS CCLIN fait suivre ultérieurement tous les documents complémentaires nécessaires (rapport d investigation, données microbiologiques complémentaires, ) en informe Le responsable du service dans lequel le ou les cas sont survenus Le président du CLIN Le responsable légal de l établissement FELIN 04/

18 Circuit du signalement des IN INTERNE EXTERNE HCSP ARS FELIN 04/

19 Que se passe-t-il losrqu un signalement est émis? (1) Réactivité "immédiate" à la réception des fiches accusé de réception transmission à l équipe «signalement» du C-CLIN saisie informatisée des données (base des signalements) Information de l ARLIN? (variable selon les C-CLINs) : gestion délocalisée des signaux (C-CLIN PN) FELIN 04/

20 Que se passe-t-il losrqu un signalement est émis? (2) Téléphone systématique et rapide au praticien à l origine du signalement Analyse hebdomadaire des fiches en réunion d équipe C-CLIN (parfois / souvent avec participation de l InVS) FELIN 04/

21 Palette des aides apportées aux établissements lors d un signalement Aide à l investigation Observation des pratiques Participation à la cellule de crise Recommandations Organisation de l information des patients exposés (courriers, n vert ) Suivi rapproché des signalements ayant fait l objet d une investigation FELIN 04/

22 Coordination C-CLIN / ARLIN et ARS Expérience du C-CLIN PN Partage des rôles : C-CLIN (ARLIN en 1 ère ligne) = expertise ARS = vérification et appui pour la mise en place des mesures de contrôle Implication de la CIRE (dossiers à composante «communautaire») : ex pour les EHPAD réunions régulières C-CLIN / ARLIN / CIRE Gestion commune des dossiers avec DO FELIN 04/

23 Les critères du signalement des IN FELIN 04/

24 Critères de signalement externe 1. Les infections nosocomiales (IN) ayant un caractère rare ou particulier, par rapport aux données épidémiologiques locales, régionales ou nationales, du fait: 1a) soit de la nature ou des caractéristiques de l agent pathogène en cause, ou de son profil de résistance aux anti-infectieux 1b) soit de la localisation de l infection chez la (ou les ) personne(s) atteinte(s) 1c) soit de l utilisation d un dispositif médical 1d) soit de procédures ou pratiques pouvant exposer ou avoir exposer, lors d un acte invasif d autres personnes au même risque infectieux 2. Tout décès lié à une IN 3. Les IN suspectes d être causées par un germe présent dans l eau ou dans l air environnant 4. Les maladies à déclaration obligatoire et dont l origine nosocomiale peut être suspectée Décret du 26 juillet 2001 FELIN 04/

25 Critère caractère rare ou particulier de l agent pathogène Quelques définitions (circulaire du 22 janvier 2004) : rareté relative : en fonction de l épidémiologie locale rareté absolue : s appliquant à tous les éts en général espèces rares : Pseudomonas autres que aeruginosa mycobactéries atypiques champignons autres que C. albicans parasites caractéristique rare de l agent : production d une toxine : S. aureus C. difficile 027 phénotype de résistance rare (ERG, EPC, ) Difficultés +++ à établir une liste positive FELIN 04/

26 Critère caractère rare ou particulier de l agent pathogène Quelques définitions (circulaire du 22 janvier 2004) : rareté absolue : espèces rares : caractéristique rare de l agent : production d une toxine : S. aureus C. difficile 027 mycobactéries atypiques champignons autres que C. albicans parasites FELIN 04/

27 Difficultés du critère décès lié à une IN FELIN 04/

28 Difficultés du critère décès lié à une IN Constat de ce rapport : «[objectifs du signalement =] repérer un certain nombre d'événements «sentinelles» trop rares pour faire l objet d une surveillance, témoins d un risque infectieux auquel sont exposés d autres patients hospitalisés et qu il est possible d interrompre ou de réduire. En pratique, tout décès d un patient atteint d une infection nosocomiale ne doit pas systématiquement déboucher sur un signalement» FELIN 04/

29 Difficultés du critère décès lié à une IN Constat de ce rapport : «Il constitue un signal pour repérer les dossiers devant faire l objet d une analyse afin d évaluer le degré d imputabilité du décès à l infection nosocomiale». concept de signalement «utile» Proposition d un algorithme décisionnel FELIN 04/

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Bruno Grandbastien pour le groupe de travail du HCSP Faculté

Plus en détail

ARLIN Nord-pas de Calais

ARLIN Nord-pas de Calais PLAN DE MAITRISE D UNE EPIDEMIE Date : 07/07/11 Page : 1/15 REDACTION VERIFICATION APPROBATION ARLIN Nord-pas de Calais NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction Visa : I. OBJET Proposer

Plus en détail

Actualités du Haut Conseil de la santé publique (HCSP)

Actualités du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) Actualités du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) pour la Commission spécialisée «sécurité des patients» (CsSP), HCSP Bruno Grandbastien Service de Gestion du Risque Infectieux, des Vigilances et

Plus en détail

Etude d évaluation du dispositif de surveillance, d alerte et de gestion du risque infectieux épidémique en EHPAD dans le Nord-Pas-de-Calais

Etude d évaluation du dispositif de surveillance, d alerte et de gestion du risque infectieux épidémique en EHPAD dans le Nord-Pas-de-Calais Etude d évaluation du dispositif de surveillance, d alerte et de gestion du risque infectieux épidémique en EHPAD dans le Nord-Pas-de-Calais Dr Karine Wyndels, Dr Pascal Chaud Cellule de l InVS en Région

Plus en détail

Quand l infectieux fait la une de l actualité dans Nord Pas-de-Calais

Quand l infectieux fait la une de l actualité dans Nord Pas-de-Calais 4 ème Journée de Formation et d Information Prévention du risque infectieux en EHPAD Actualités s régionalesr Pr François PUISIEUX Hôpital gériatrique les Bateliers CHRU de LILLE Université de LILLE 2

Plus en détail

Mais aussi. Mais aussi. www.webbertraining.com. Contexte. Existant. Contexte

Mais aussi. Mais aussi. www.webbertraining.com. Contexte. Existant. Contexte Contexte Recommanda)ons françaises pour la préven)on de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux an)bio)ques émergentes» (BHRe), 2013 Preven&ng emergent and highly resistant bacteria

Plus en détail

EHPAD» 12 9.1 12 9.2 12 9.3 12 9.4 12 9.5 12 9.6 SFHH

EHPAD» 12 9.1 12 9.2 12 9.3 12 9.4 12 9.5 12 9.6 SFHH CLIN Paris -Nord Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Nord Pas de Calais Docteur Karine BLANCKAERT, Coordonnateur Antenne Régionale Nord-Pas-de-Calais du CCLIN Paris Nord SOMMAIRE

Plus en détail

Commission spécialisée Sécurité Patient

Commission spécialisée Sécurité Patient Commission spécialisée Sécurité Patient Constitution d un GT représentatif : Hygiénistes, infectiologues, bactériologistes Recrutement de 2 chargés de mission (bibliographie) Partenariat avec Sociétés

Plus en détail

Organisation de la veille sanitaire et de l alerte en région Midi-Pyrénées

Organisation de la veille sanitaire et de l alerte en région Midi-Pyrénées Organisation de la veille sanitaire et de l alerte en région Midi-Pyrénées Valérie Schwoebel 1, Pascal Fabre 2, 1 Cellule de l InVS en région Midi-Pyrénées 2 ARS Midi-Pyrénées - Service de Prévention et

Plus en détail

D une alerte en établissement de santé à un outil de gestion des risques

D une alerte en établissement de santé à un outil de gestion des risques Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins D une alerte en établissement de santé à un outil de gestion des risques E. Laprugne-Garcia Garcia,,

Plus en détail

Télésignalement des IN (e-sin) : Etat d avancement du projet et calendrier de déploiement.

Télésignalement des IN (e-sin) : Etat d avancement du projet et calendrier de déploiement. Télésignalement des IN (e-sin) : Etat d avancement du projet et calendrier de déploiement. JM THIOLET, pour l équipe projet e-sin Unité Infections Associées aux Soins et Résistance aux Antibiotiques Département

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ SECRÉTARIAT D ÉTAT À LA SANTÉ Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins Bureau

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

SP4 - SESSION PARALLÈLE 1 PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX ET GESTION DES RISQUES

SP4 - SESSION PARALLÈLE 1 PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX ET GESTION DES RISQUES SP4 - SESSION PARALLÈLE 1 PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX ET GESTION DES RISQUES CP-04 ARTICULATION HYGIENE ET GESTION DES RISQUES DUMAY M.-F., SOFGRES, PARIS La politique nationale de santé s est largement

Plus en détail

Renforcement des EOH : quel ratio selon l'activité des établissements? quelle formation pour les EOH?

Renforcement des EOH : quel ratio selon l'activité des établissements? quelle formation pour les EOH? Renforcement des EOH : quel ratio selon l'activité des établissements? quelle formation pour les EOH? Joseph Hajjar et Pierre Parneix pour le groupe de réflexion de la SF2H Décret du 12 novembre 2010 De

Plus en détail

LE DARI, EN EHPAD, MAS, FAM

LE DARI, EN EHPAD, MAS, FAM 5 ème session de formation de référents hygiène dans les établissements médico-sociaux de Picardie 15, 16 et 17 Mai 2015 LE DARI, EN EHPAD, MAS, FAM (Document d Analyse du Risque Infectieux) Annie BRENET

Plus en détail

Lutte contre les Infections Associées aux Soins et Démarche globale de Gestion des Risques

Lutte contre les Infections Associées aux Soins et Démarche globale de Gestion des Risques Lutte contre les Infections Associées aux Soins et Démarche globale de Gestion des Risques L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Dr Stéphanie Rochon Edouard, Praticien Hygiéniste Isabelle Poullain,

Plus en détail

Mise en ligne 19 08 2010

Mise en ligne 19 08 2010 Mise en ligne 19 08 2010 Contexte Problématique du rapatriement en France de patients, porteurs de BMR Difficultés : patients asymptomatiques Patients atteints d infections urinaires ou cutanées à BMR

Plus en détail

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

Présentation des intervenants et modérateurs

Présentation des intervenants et modérateurs «NOSOPICARD 2015», 20 ème Rencontre d Hygiène Hospitalière, de Prévention et de Lutte contre les Infections Associées aux Soins Présentation des intervenants et modérateurs Roland GORI est : Professeur

Plus en détail

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Dr G. ANTONIOTTI Direction des Risques Coordonnateur Risques Infectieux Générale de Santé, Paris Atelier A5 Société

Plus en détail

La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville

La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville Groupe Oc Santé M R Daures Fortier - Semaine sécurité des patients Coordonnateur Gestion des Risques Pourquoi Objectifs: Garantir la sécurité

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact GUIDE POUR L ORGANISATION DE L ÉVALUATION ET LE RECUEIL DES DONNÉES Novembre 2011 Composition groupe de travail / Etablissements test : CH Germon

Plus en détail

Annexe 4. ICALIN.2 Indicateur du tableau de bord des infections nosocomiales optionnel au recueil 2014

Annexe 4. ICALIN.2 Indicateur du tableau de bord des infections nosocomiales optionnel au recueil 2014 Annexe 4 ICALIN.2 Indicateur du tableau de bord des infections nosocomiales optionnel au recueil 2014 ICALIN.2 reflète l organisation, les moyens et les actions mis en place pour lutter contre les infections

Plus en détail

De l équipe d Hygiène, à la gestion des Risques : expérience d un groupe

De l équipe d Hygiène, à la gestion des Risques : expérience d un groupe De l équipe d Hygiène, à la gestion des Risques : expérience d un groupe Dr G. ANTONIOTTI Coordonnateur Risques Infectieux GDS, Paris Mme M. CARON (DSSI, Clinique de Bois Bernard) XXème Congrès SFHH, Nice

Plus en détail

1 C.CLIN Sud-Est mai 2003

1 C.CLIN Sud-Est mai 2003 1 C.CLIN Sud-Est mai 2003 Conduite à tenir en cas de suspicion de toxi-infection alimentaire collective (TIAC) en établissement de santé - Arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Pr Coordonnateur Groupe de Pilotage du Programme National de Lutte contre les Infections Nosocomiales Séminaire National

Plus en détail

PROMOTION DE L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES

PROMOTION DE L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES La gestion du risque infectieux DANS LES ÉTABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX pour personnes âgées Le site Internet http://risquesinfectieux.mobiqual.org Outil de sensibilisation / formation / aide

Plus en détail

Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice. Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain

Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice. Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain Constats et contexte Thèse 2004 : 25 à 30% d antibiothérapies inutiles; 25 % d inappropriées

Plus en détail

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé?

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Journée Régionale des CLIN et EOH de Haute Normandie Mardi 20 avril 2010 Dr Sophie Boyer Laboratoire de Microbiologie Nouvelles

Plus en détail

Présentation générale du Programme

Présentation générale du Programme Contexte Le Propias fait suite à Plan stratégique national 2009-2013 de prévention des infections associées aux soins Programme national de prévention des infections nosocomiales 2009-2013 (Propin) Programme

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

Le point sur la coqueluche en 2012

Le point sur la coqueluche en 2012 Le point sur la coqueluche en 2012 11 e journée du RRH - ARLIN de Basse-Normandie Dr F. Borgey 25 octobre 2012 - Centre de Congrès de Caen Exemple 1 - Coqueluche en EHPAD en 2009 Une investigation en EHPAD

Plus en détail

Surveillance des foyers de gastroentérites aigües (Gea) en collectivité de personnes âgées, région Bourgogne

Surveillance des foyers de gastroentérites aigües (Gea) en collectivité de personnes âgées, région Bourgogne Surveillance des foyers de gastroentérites aigües (Gea) en collectivité de personnes âgées, région Bourgogne Saison hivernale 2013-14 Journée régionale des Correspondants en Hygiène des Etablissements

Plus en détail

Le coordonnateur de la GDRAS en CHG

Le coordonnateur de la GDRAS en CHG Le coordonnateur de la GDRAS en CHG Bilan et perspectives Pourquoi développer la GDRAS? - Résultats 2011 de l enquête Eneis2-48 % des EIG recensés sont estimés évitables -un EIG tous les 5 jours dans un

Plus en détail

PROJETS CCLIN OUEST 2015

PROJETS CCLIN OUEST 2015 PROJETS CCLIN OUEST 2015 Ebola Audit national en néonatalogie et pédiatrie concernant la pose et ls manipulations de CVC de nutrition parentérale Restructuration des vigilances en région Codir du réseau

Plus en détail

Nouvelle organisation de la veille sanitaire en Aquitaine

Nouvelle organisation de la veille sanitaire en Aquitaine 2 e journée régionale de veille sanitaire (JRVS) Artigues-près-Bordeaux, 8/12/11 Nouvelle organisation de la veille sanitaire en Patrick Rolland 1, Joao Simoes 2 1 Cellule de l InVS en région (Cire) 2

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE

INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE Diplô me inter- universitaire INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE Coordination : G. BRUCKER - Paris VI B. REGNIER - Paris VII J.C. DARBORD - Paris V Objectifs et public concerné Former les

Plus en détail

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme Coordination de la Gestion des risques Bilan - Programme La démarche Mise en place en 2007 Regroupe l ensemble des Vigilances Sanitaire. Associe le programme CLIN Associe les risques liés aux vigilances

Plus en détail

BMR et personnel soignant

BMR et personnel soignant BMR et personnel soignant Dr. ML. LEPORI Service de Santé au Travail CHU BRABOIS NANCY Rappels On appelle infection nosocomiale ou infection hospitalière toute maladie contractée à l hôpital due à des

Plus en détail

VEILLE ET SECURITE SANITAIRES

VEILLE ET SECURITE SANITAIRES VEILLE ET SECURITE SANITAIRES Intervention du 25 octobre 2012 ARIH à Saint Omer Intervenant: Mme Nathalie Herman Infirmière de Veille Sanitaire ARS du Nord Pas de Calais 1 PREMIERE PARTIE LES AGENCES REGIONALES

Plus en détail

Définition de l Infectiologie

Définition de l Infectiologie Définition de l Infectiologie Discipline médicale clinique Spécialisée. Prise en charge des Maladies Infectieuses et Tropicales. Actuelles, émergentes ou ré-émergentes. Référents dans le cadre d un maillage

Plus en détail

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Bertrice LOULIERE, coordonnateur OMEDIT ARS Aquitaine Journée Qualité et Sécurité des Soins dans les établissements de santé 30 septembre 2011

Plus en détail

PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE)

PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE) PROCÉDURE PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE) PG INF 008 v2 03/2014 1/10 MODIFICATIONS APPORTÉES Ce document remplace et annule les

Plus en détail

Présentation des intervenants et modérateurs

Présentation des intervenants et modérateurs FOREMS 2015 «8 ème journée régionale de formation en hygiène et prévention des infections des soignants en EHPAD et EMS Présentation des intervenants et modérateurs Nizar ASSAF Praticien attaché dans le

Plus en détail

Port de bijou chez les soignants, tolérance zéro!

Port de bijou chez les soignants, tolérance zéro! 8 ème Rencontre de Prévention du Risque Infectieux Nosocomial de l Océan Indien Port de bijou chez les soignants, tolérance zéro! P. PARNEIX CCLIN Sud-ouest 17 juin 2011 Renseigner la question Renseigner

Plus en détail

EQUIPES MOBILES D HYGIENE

EQUIPES MOBILES D HYGIENE EQUIPES MOBILES D HYGIENE Maillage régional de l expertise en hygiène pour les EHPAD en Rhône Alpes Point sur la mise en œuvre des EMH 16 12 2014 Lyon Dr Philippe BURLAT 1 HISTORIQUE EMH A partir de 2007:

Plus en détail

Réseau de lutte contre les Infections Nosocomiales de la Sarthe

Réseau de lutte contre les Infections Nosocomiales de la Sarthe Réseau de lutte contre les Infections Nosocomiales de la Sarthe Formation - Surveillance - Evaluation Centre Hospitalier du Mans Réseau LUTIN 72 LUTte contre les Infections Nosocomiales en Sarthe La FORMATION

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

La gestion des risques dans les établissements de soins

La gestion des risques dans les établissements de soins La gestion des risques dans les établissements de soins Forum des Usagers 01/03/2010 Dr Agnès PERRIN Sce de Gestion du Risque Infectieux et des Vigilances CHRU de LILLE Débuts de la gestion des risques

Plus en détail

Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier

Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier Sophie FOUCAULT, IDE Hygiéniste, FFC Service ECLIN P.MIR, C.JACOB, Praticiens de Santé au Travail R.HUE, Praticien Hygiéniste, Service

Plus en détail

Albane Crassous Franck-Olivier Mallaval Marianne Combaz. Contexte

Albane Crassous Franck-Olivier Mallaval Marianne Combaz. Contexte GESTION D UNE EPIDEMIE DE DERMATITES LIEES A CIMEX LECTULARIUS DANS UNE UNITE DE SOINS DU CENTRE HOSPITALIER SPECIALISE DE LA SAVOIE : RETOUR D EXPERIENCE Albane Crassous Franck-Olivier Mallaval Marianne

Plus en détail

«Quoi de neuf en Hygiène»

«Quoi de neuf en Hygiène» «Quoi de neuf en Hygiène» 1 Logo CCLIN 2 Nouvelle version Juin 2010 3 http://cclin-sudest.chu-lyon.fr/antennes/auvergne/activites/activites.html 4 http://cclin-sudest.chu-lyon.fr/antennes/auvergne/activites/activites.html

Plus en détail

MASTER (M2) MANAGEMENT DU SOCIAL ET DE LA SANTÉ

MASTER (M2) MANAGEMENT DU SOCIAL ET DE LA SANTÉ MASTER (M2) MANAGEMENT DU SOCIAL ET DE LA SANTÉ Résumé de la formation Type de diplôme : MASTER 2 Domaine ministériel : Santé Présentation Les parcours du Master Management du social et de la santé s'efforcent

Plus en détail

Epidémie à Burkholdéria pseudo mallei : Tragédie en 5 actes

Epidémie à Burkholdéria pseudo mallei : Tragédie en 5 actes Epidémie à Burkholdéria pseudo mallei : Tragédie en 5 actes Dr Nathalie LUGAGNE DELPON Chef de Service Gestion du risque infectieux CHR Félix Guyon Journée de gestion des risques cliniques / Octobre 2011

Plus en détail

LE POINT DE VUE DE L ASSUREUR

LE POINT DE VUE DE L ASSUREUR ÉDITION 2013 LE POINT DE VUE DE L ASSUREUR Prévention du risque infectieux 1 Collection Sham Destiné aux professionnels des établissements de santé 2 Ce guide est une édition Sham. Date de parution : septembre

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SOLIDARITÉS SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE Direction générale de la cohésion sociale Service

Plus en détail

Retour d expérience. Visite de certification V2010

Retour d expérience. Visite de certification V2010 Retour d expérience Visite de certification V2010 www.clinique-lorient.fr PLAN DE L INTERVENTION Organisation de l auto-évaluation Préparation de la visite de certification Programme d action du CLIN répondant

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PG SPI SUR 014 v1 2011 1/5 OBJET Conduite à tenir dans le cadre de l'arrivée d'un patient atteint ou suspect de portage de Clostridium

Plus en détail

Comité de pilotage de l OMEDIT de Bourgogne. Réunion du 30 septembre 2014

Comité de pilotage de l OMEDIT de Bourgogne. Réunion du 30 septembre 2014 1 Comité de pilotage de l OMEDIT de Bourgogne Réunion du 30 septembre 2014 2 Ordre du jour Accueil par Monsieur LANNELONGUE Présentation de l OMEDIT et validation de son règlement intérieur Proposition

Plus en détail

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin.

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Spécificités de L HAD AP HP 820 places, 19 unités de soins, 1 secteur

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact :

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Un nouvel outil pour les équipes d hygiène Xe JOURNEE REGIONALE DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Yann Ollivier 1 Contexte /

Plus en détail

1 ère année du Master Sciences, Technologies, Santé Mention Santé Publique. Du 18 Avril 2011 au 11 Juin 2011

1 ère année du Master Sciences, Technologies, Santé Mention Santé Publique. Du 18 Avril 2011 au 11 Juin 2011 1 ère année du Master Sciences, Technologies, Santé Mention Santé Publique Evaluation du dispositif de surveillance et de prise en charge des cas groupés d infections respiratoires et des gastroentérites

Plus en détail

Gestion du risque légionelle

Gestion du risque légionelle Les légionelles dans les établissements de santé et les établissements d hébergement pour personnes âgées Maîtrise du risque dans les réseaux d eau sanitaire Expérience du centre hospitalier du Pays d

Plus en détail

Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie

Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie Page : 1 / 9 Page : 2 / 9 Généralités - Définitions Legionella et risques : Legionella est un bacille intracellulaire Gram négatif qui est responsable de 0,5 à 5% des pneumonies communautaires nécessitant

Plus en détail

Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger

Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger Dr Cécile MOURLAN Pharmacien hygieniste ARLIN Languedoc Roussillon Pourquoi se méfier des patients ayant été hospitalisés à l étranger BHRe? Bactérie

Plus en détail

patient porteur de BHR en SSR

patient porteur de BHR en SSR Gestion d un d patient porteur de BHR en SSR Centre Mutualiste de RééR ééducation et Réadaptation R Fonctionnelles de Kerpape D. HELGUEN-E. LE CAIGNEC EOHH Journée régionale de formation en hygiène hospitalière

Plus en détail

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 COQUELUCHE Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 Epidémiologie Bactériologie Clinique Vaccination et recommandations Tests diagnostiques disponibles Stratégies diagnostiques: recommandations Traitement Conduite

Plus en détail

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas 10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas Olivier Baud ARlin Auvergne EOHH CHU Clermont Ferrand Méthode Relecture des recommandations Recherche des questions

Plus en détail

Incidence sur l organisation des soins : expérience d un réseau territorial. Nathalie BINOIT, Infirmière coordinatrice Réseau ONCOLOGIE 37, Tours

Incidence sur l organisation des soins : expérience d un réseau territorial. Nathalie BINOIT, Infirmière coordinatrice Réseau ONCOLOGIE 37, Tours Incidence sur l organisation des soins : expérience d un réseau territorial Nathalie BINOIT, Infirmière coordinatrice Réseau ONCOLOGIE 37, Tours Réseau territorial de cancérologie, né en 2003, association

Plus en détail

Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée des risques.

Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée des risques. PROJET D ETABLISSEMENT 2009-2013 (165 LE PROJET QUALITE ET GESTION DES RISQUES Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée

Plus en détail

III) LA CHAINE INFECTANTE

III) LA CHAINE INFECTANTE III) LA CHAINE INFECTANTE 3.1. LA FLORE NORMALE DE L HOMMEL Cutanée Oropharyngée Intestinale : gastrique, colique, fécale Génitale 3.2. UNE INFECTION, C EST C QUOI? Définition du dictionnaire Petit Larousse

Plus en détail

Nouvelle grippe A(H1N1) : actualités et conduite à tenir pour les équipes opérationnelles d'hygiène

Nouvelle grippe A(H1N1) : actualités et conduite à tenir pour les équipes opérationnelles d'hygiène Nouvelle grippe A(H1N1) : actualités et conduite à tenir pour les équipes opérationnelles d'hygiène Bruno Coignard pour les équipes d investigation Grippe A(H1N1) Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice

Plus en détail

Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information

Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information Modifiez le style des sous-titres du masque Dr Sandrine Linares Généralités

Plus en détail

PSDP et usage des pénicillines - ESAC

PSDP et usage des pénicillines - ESAC Plan National d alerte sur les Antibiotiques 2011/2016 Déclinaison régionale Pr Pierre DELLAMONICA CHU de Nice ARS 29/11/12 1 Plans précédents 2001/2005 et 2007/2010 «Menace de santé publique majeure»

Plus en détail

Bulletin n 71 - Numéro spécial «Annuaire national»

Bulletin n 71 - Numéro spécial «Annuaire national» Bulletin n 71 - Numéro spécial «Annuaire national» Juin 2015 ÉDITORIAL ISSN 2266-4912 Vous allez bientôt découvrir l annuaire du réseau CClin-Arlin, nous avons rédigé ce numéro spécial à votre intention,

Plus en détail

Qualité et gestion des risques dans les établissements de santé

Qualité et gestion des risques dans les établissements de santé Diplôme d université Université de Strasbourg Qualité et gestion des risques dans les de santé Année 2013 Durée : environ 115 heures en fonction des options En 2012/2013 : Référence : SRI13-0531 Le calendrier

Plus en détail

2014-2018 CLINIQUE SAINT-JEAN DOC STRAT-PIL-15

2014-2018 CLINIQUE SAINT-JEAN DOC STRAT-PIL-15 2014-2018 CLINIQUE SAINT-JEAN DOC STRAT-PIL-15 [POLITIQUE QUALITE, GESTION DES RISQUES, SECURITE DES SOINS, ENVIRONNEMENT] 1 ENGAGEMENTS QUALITÉ, SÉCURITÉ, GESTION DES RISQUES ET ENVIRONNEMENT Depuis sa

Plus en détail

Journées d hygiène et qualité des soins 9 et 10 Décembre 2010

Journées d hygiène et qualité des soins 9 et 10 Décembre 2010 Journées d hygiène et qualité des soins 9 et 10 Décembre 2010 Groupe de travail: Centre Hospitalier Louis Daniel Beauperthuy Centre Hospitalier Maurice Selbonne ARLIN Guadeloupe L enjeu du programme national

Plus en détail

Conduite à tenir devant une situation à risque infectieux

Conduite à tenir devant une situation à risque infectieux Conduite à tenir devant une situation à risque infectieux Patrice BLONDEL Colette BRUNEL H. HAOUCHINE I. DECASTRO P. BOISTARD Centre Hospitalier de SAINT-DENIS Hôpital DELAFONTAINE : - Court séjour M.C.O.

Plus en détail

Soins infirmiers et gestion des risques

Soins infirmiers et gestion des risques Soins infirmiers et gestion des risques I. Principe de précaution Hippocrate disait «soulager le malade et ne pas lui nuire» Cet adage «primun non cere» est le principe de la base de la médecine II. La

Plus en détail

Plus de 15 ans d expérience d une équipe inter-établissements. Joseph HAJJAR Valence

Plus de 15 ans d expérience d une équipe inter-établissements. Joseph HAJJAR Valence Plus de 15 ans d expérience d une équipe inter-établissements Joseph HAJJAR Valence Décret du 6 mai 1988 Circulaire du 13 octobre 1988 Mise en place du CLIN dans les PH et PSPH Définition de l'infection

Plus en détail

Hygiène Bucco Dentaire en EHPAD. 1 ère Réunion du groupe de travail régional «Espace Le Bien Vieillir» Angers Le 19 Janvier 2012

Hygiène Bucco Dentaire en EHPAD. 1 ère Réunion du groupe de travail régional «Espace Le Bien Vieillir» Angers Le 19 Janvier 2012 Hygiène Bucco Dentaire en EHPAD 1 ère Réunion du groupe de travail régional «Espace Le Bien Vieillir» Angers Le 19 Janvier 2012 Pourquoi un groupe régional Hygiène Bucco dentaire en EHPAD ARLIN Pays de

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON JOURNEE DU «RESEAU MATER» Jeudi 18 novembre 2010 C. Brunet M.P. Veuillet Sage-femme cadre I.D.E. hygiéniste PRESENTATION DU SERVICE MATERNITE CH MACON niveau 2B PERSONNELS

Plus en détail

POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017. Document validé le. Visa : Visa :

POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017. Document validé le. Visa : Visa : POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017 Document validé le Nom : M. GROHEUX Nom : M. MATHIEU Fonction : Directeur Fonction : Président de la CME Visa : Visa : Page

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010

Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010 Établissements de Santé et Environnement Jeudi 31 Mai 2012 Béatrice Bresson Ingénieur Biomédical Direction Qualité Performance Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010 Plan d intervention

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

GESTION DES RISQUES EN MILIEU HOSPITALIER : LE POINT DE VUE DE L HYGIÉNISTE Bizerte, le 3 décembre 2005 Prof. Njah Mansour Service d hygiène hospitalière CHU F. Hached Sousse. Plan Introduction Définitions

Plus en détail

Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France. Décembre 2008 Février 2009

Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France. Décembre 2008 Février 2009 Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France Décembre 2008 Février 2009 Journées Nationales d Infectiologie Lyon 10-11-12 juin 2009 Alerte et contexte : signalement et premières investigations

Plus en détail

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH)

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) «Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) EPU «Bactéries Multi-Résistantes» 21 janvier 2010 Dr I. Martin Équipe Opérationnelle d Hygiène 1 Définitions «Isolement» : mesures d hygiène visant

Plus en détail

Cahier des charges relatif à l organisation de la permanence des soins dentaires en région Centre-Val de Loire

Cahier des charges relatif à l organisation de la permanence des soins dentaires en région Centre-Val de Loire Cahier des charges relatif à l organisation de la permanence des soins dentaires en région Centre-Val de Loire 1 Visa 1. Le code de la sécurité sociale, notamment les articles L.162-1-7, L.162-9, L.162-14-1

Plus en détail

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2013 En 2013, 1 346 foyers de toxi-infections alimentaires collectives (TIAC) ont été déclarés en France,

Plus en détail

Expertise Médicale en Maladies Infectieuses

Expertise Médicale en Maladies Infectieuses Expertise Médicale en Maladies Infectieuses Dr Stéphane CHADAPAUD SNMInf Centre Hospitalier de Hyères 1 ers EGI - 14/01/2011 - PARIS Différentes juridictions françaises Ordre administratif Traite les problèmes

Plus en détail