Signature. CME du 17 décembre 2013 MB/DSEC 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Signature. CME du 17 décembre 2013 MB/DSEC 1"

Transcription

1 Signature M.SERVAIS, Directeur M.MATAS, Président de la CME CME du 17 décembre 2013 MB/DSEC 1

2 Etablie conjointement par le directeur et le président de la CME, après concertation avec le Directoire et avec la CME, elle est soumise aux instances. La CME avec la contribution de ses sous commissions spécialisées de la CME contribue à son élaboration. La politique est soumise annuellement à délibération du conseil de surveillance après avis (vote) de la CSIRMT, du CTE, et de la CME. Ce document concrétise les engagements du CH Lucien Hussel de Vienne et les moyens mis en œuvre pour satisfaire ces engagements. Elle précise les responsabilités en matière de Qualité / gestion des risques, définit l organisation générale et le fonctionnement. Elle développe dans une deuxième partie les objectifs de la politique sur une durée de cinq ans. Les mesures de soutien permettant d accompagner les objectifs sont définies dans la troisième partie. Cette politique est régulièrement actualisée (à réexaminer au minimum tous les cinq ans) et diffusée au sein de l établissement. MB/DSEC 2

3 Sommaire : Chapitre 1 : le dispositif de pilotage Les structures... 5 a. Conseil de surveillance... 5 b.cte... 5 c.copil... 5 d.cme et ses sous commissions... 6 e. CSIRMT... 8 f. Comité de gestion prévisionnelle des risques... 9 g. Comité d Analyse des risques : h. COVIR i. L'EOH j.comedims K. Responsable du système de management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse l.le coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins m.cruqpec n.ingénieur qualité/gestionnaire de risques o.la sous commission EPP p. CHSCT et le document unique des risques professionnels q. Comité éthique Organigramme fonctionnel Qualité / gestion des risques Chapitre 2 : Les axes de la politique qualité et sécurité des soins Axe I. Améliorer la qualité des soins et promouvoir un engagement pérenne dans l évaluation des pratiques professionnelles Axe II. Garantir la sécurité des soins et de l environnement et développer la gestion des risques Axe III. Promouvoir la connaissance et le respect des droits des patients Chapitre 3 : Les mesures de soutien La formation La communication Volet qualité et sécurité des soins des contrats de pôle : Les référents qualité La gestion documentaire MB/DSEC 3

4 6. Le système de signalement des événements indésirables Les CREX La cartographie des risques L Evaluation des Pratiques Professionnelles Les indicateurs qualité et sécurité des soins L évaluation de la satisfaction des usagers et des correspondants extérieurs Evaluation externe de la qualité MB/DSEC 4

5 Chapitre 1 : le dispositif de pilotage 1. Les structures Le directeur décide conjointement avec le président de la CME, de la politique qualité et sécurité des soins après concertation du Directoire. a. Conseil de surveillance Il délibère sur la politique qualité et sécurité des soins de l établissement. Elle est revue une fois par an. b.cte Il est consulté pour avis (vote) sur la politique d amélioration continue de qualité et sécurité des soins de l établissement c.copil Composition : M.SERVAIS, Directeur général M.MATAS, Président de la CME Mme BADET, vice Président de la CME Mme HERRERA, Directeur des services économiques et de la certification-coordonateur de la gestion des risques associés aux soins- Responsable qualité de la prise en charge médicamenteuse. M.GANS, Directeur des ressources humaines Mme REYNAUD, Directeur des services financiers Mme BERHET, Coordonnateur général des soins Mme De COSTER, Cadre supérieur de santé des pôles M.GIOE, Cadre supérieur de santé des pôles Mme TENET-BOUVIER, Cadre supérieur de santé des pôles Mme MARTINEZ, Cadre supérieur de santé des pôles M. DEVAILLY, Cadre supérieur de santé EOH-Qualité de la prise en charge médicamenteuse M.ROCHAS, Praticien Equipe Mobile Douleur Soins Palliatifs M.AUGEY, Président de la sous commission EPP-FMC Mme GALTIER, Chef de service pharmacie MB/DSEC 5

6 Mme PERNOT, Direction des systèmes d information Mme BERTRAND, Ingénieur qualité/gestionnaire des risques Son rôle est d'élaborer et d évaluer la politique qualité et le programme d amélioration de la qualité et de la sécurité des soins. Et de revoir la politique qualité et sécurité des soins au vu des résultats obtenus et du rapport de la CRU. (Évaluation satisfaction des usagers) Ces missions concernant la démarche de certification sont : -Coordonner et valider la démarche d auto évaluation -Sensibiliser les professionnels et faciliter leur participation à la démarche -Etre Garant de la méthodologie employée (participation des représentants des usagers, prestataires, représentativité) -Valider la composition des groupes d auto évaluation -Aide méthodologique et suivi des groupes d autoévaluation -Valider les résultats de l auto évaluation -S'assurer de la mise en œuvre des plans d'actions d.cme et ses sous commissions Art. L «Dans chaque établissement public de santé, la commission médicale d'établissement contribue à l'élaboration de la politique d'amélioration continue de la qualité et de la sécurité des soins ainsi que des conditions d'accueil et de prise en charge des usagers ; elle propose au directeur un programme d'actions assorti d'indicateurs de suivi. Ce programme prend en compte les informations contenues dans le rapport annuel de la commission des relations avec les usagers et de la qualité de la prise en charge. Elle est consultée sur les matières la concernant dans des conditions fixées par décret.» Art.R La commission médicale d'établissement contribue à l'élaboration de la politique d'amélioration continue de la qualité et de la sécurité des soins, notamment en ce qui concerne : «1 La gestion globale et coordonnée des risques visant à lutter contre les infections associées aux soins et à prévenir et traiter l'iatrogénie et les autres événements indésirables liés aux activités de l'établissement ; «2 Les dispositifs de vigilance destinés à garantir la sécurité sanitaire ; «3 La politique du médicament et des dispositifs médicaux stériles ; MB/DSEC 6

7 «4 La prise en charge de la douleur ; «5 Le plan de développement professionnel continu pour le personnel médical, maïeutique, odontologique et pharmaceutique. «Art.R La commission médicale d'établissement contribue à l'élaboration de projets relatifs aux conditions d'accueil et de prise en charge des usagers, notamment : «1 La réflexion sur l'éthique liée à l'accueil et à la prise en charge médicale ; «2 L'évaluation de la prise en charge des patients, et en particulier des urgences et des admissions non programmées ; «3 L'évaluation de la mise en œuvre de la politique de soins palliatifs ; «4 Le fonctionnement de la permanence des soins, le cas échéant par secteur d'activité ; «5 L'organisation des parcours de soins. «Art.R La commission médicale d'établissement : «1 Propose au directeur le programme d'actions mentionné à l'article L Ce programme prend en compte le bilan des améliorations mises en œuvre à la suite de l'analyse des événements indésirables, notamment ceux mentionnés à l'article L Il comprend les actions nécessaires pour répondre aux recommandations du rapport de certification et mettre en œuvre les objectifs et les engagements fixés dans le contrat pluriannuel d'objectifs et de moyens de l'établissement en matière de sécurité des soins et d'amélioration continue de la qualité. Ce programme est assorti d'indicateurs de suivi. «La commission des relations avec les usagers et de la qualité de la prise en charge et la commission des soins infirmiers, de rééducation et médico-techniques contribuent à l'élaboration de ce programme d'actions. «2 Elabore un rapport annuel présentant notamment l'évolution des indicateurs de suivi. «Le directeur tient le programme d'actions et le rapport annuel à la disposition du directeur général de l'agence régionale de santé.» Le président de la CME, en collaboration avec le directeur, est chargé de : définir la politique d amélioration continue qualité et sécurité des soins du suivi de cette politique d organiser des évaluations internes Veiller à la mise en œuvre des engagements de l établissement en matière de qualité qui résulte notamment des inspections et de la procédure de certification présenter au directoire le programme d action proposé au directeur par la CME MB/DSEC 7

8 contribuer à la diffusion et à l évaluation des bonnes pratiques médicales (EPP- RMM- RCP-Indicateurs IPAQSS) La CME donne un avis (vote) sur la politique d amélioration continue qualité et sécurité des soins. L ingénieur qualité / gestionnaire de risque et le Directeur des services économiques et de la certification- Coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins- Responsable qualité de la prise en charge médicamenteuse participent à la CME. e. CSIRMT «La commission des soins infirmiers, de rééducation et médico-techniques prévue par l'article L du code de la santé publique est consultée pour avis (vote) sur : 1 Le projet de soins infirmiers, de rééducation et médico-techniques élaboré par le coordonnateur général des soins ; 2 L'organisation générale des soins infirmiers, de rééducation et médico-techniques ainsi que l'accompagnement des malades ; 3 La politique d'amélioration continue de la qualité, de la sécurité des soins et de la gestion des risques liés aux soins ; 4 Les conditions générales d'accueil et de prise en charge des usagers ; 5 La recherche et l'innovation dans le domaine des soins infirmiers, de rééducation et médico-techniques.»art R MB/DSEC 8

9 f. Comité de gestion prévisionnelle des risques Une sous commission de la CME Président : M.MATAS, Président de la CME Coordonnateur des risques associés aux soins : Mme HERRERA, DSEC et représentant de la Direction au CGPR Rapporteur : Mme BERTRAND, Gestionnaire de risques Composition : Nom, Prénom Fonction Service Dr MATAS Président de la CME Monsieur SERVAIS Directeur général Dr RIVOIRE Médecin hémo vigilant Laboratoire Représentant CIV Monsieur CASTALDI Ingénieur sécurité-prévention Sécurité/Standard Dr DELATTRE Médecin hygiéniste TREMPLIN / Hygiène M.DEVAILLY CCS Hygiène/ DSEC TREMPLIN / Hygiène Madame HERERRA DSEC DSEC Madame BERTHET Coordonnateur des soins DSSI Madame DE COSTER CSS DSSI Madame Pharmaco vigilant Pharmacie DERHAROUTUNIAN Monsieur VALLUIT Représentant du CHSCT FO Madame BERTRAND Ingénieur qualité DSEC Mme ZIMMERMANN CS Sage femme Maternité Monsieur ROUX DAT DAT Madame PUTHOUD CS Spécialités Madame BRESSON CS Radiologie/Personne compétente en Radioprotection Madame GRAND CS Laboratoire Madame CROS Médecin du travail Santé au travail Monsieur HARBOURG/ Mme SAVOYE Ingénieur biomédical/matério vigilant Biomédical MB/DSEC 9

10 Représentant des usagers Madame GASSIER Technicienne laboratoire Laboratoire Monsieur BOUVIER Cadre de Santé Stérilisation Madame BONNARD IDE Santé au travail Madame PERNOT ou DSIO DSIO son représentant Madame HELLOT- GUERSING Missions : Pharmacien Pharmacie-Référent Erreurs médicamenteuses -Elaboration de Politique de prévention des risques liés aux activités hospitalières -Contribution au Programme qualité et sécurité des soins: définition et évaluation avec la contribution des autres sous commissions spécialisées de la CME -Bilan des signalements d événements indésirables -Coordination de la cartographie des risques à priori -Suivi des plans d actions prioritaires (issus de la cartographie et des fiches de signalements) Fréquence : 3 par an dont une exclusivement dédiée au bilan d activités des vigilances et risques spécifiques Le rapporteur présente le bilan d activité à la CME et à la CRUQPEC. g. Comité d Analyse des risques : Objectifs : Améliorer la réponse aux fiches de signalement, le retour d'information et développer l'analyse des causes Composition : -Représentant des vigilances et corps médical: M. RIVOIRE -Représentant Direction des soins : Mme BERTHET / Mme DE COSTER -Représentant Direction : Mme HERRERA -Responsable sécurité/ service technique : M. CASTALDI -Représentant de la pharmacie : Mme HELLOT-GUERSING MB/DSEC 10

11 -Gestionnaire de risques : Mme BERTRAND -Dr MATAS, Président de la CME -Monsieur SERVAIS, Directeur -Revue des fiches de signalement criticité importante > ou= 12 ou événements indésirables graves décès inattendu, perte d une fonction, hospitalisation en réanimation, ré intervention non programmée, erreur patient, erreur côté, mise en jeu pronostic vital immédiat ou événements porteurs de risques (gravité potentielle) -Analyse fiche et sa réponse : relance responsable, action institutionnelle -Synthèse de l analyse menée par plusieurs professionnels -Suivi du plan d actions prioritaires (Tableau de bord du comité d analyse des risques) -Retour information sur les actions menées -Revue et analyse des plaintes et réclamations anonymisés sous l aspect de l analyse des causes et prévention sur avis de la CRUQPEC : -Problèmes relationnels, facturation, dépassement honoraires revus en CAR sur recommandation de la CRUQPEC -Les contestations de diagnostic sont proposées à revue de dossier en staff ou RMM dans le service concerné sur recommandation de la CRUQPEC - EIG et EPR revus en CAR sur proposition CRUQPEC (cf. Définition au dessus) -Contentieux :Présentation bilan annuel anonymisé en CAR Fréquence Réunion tous les mois h. COVIR Une Coordination des Vigilances Réglementaires (COVIR) a été créée début 2004, au sein du Centre Hospitalier de Vienne, à l'initiative des vigilants, regroupant dans un premier temps l'hémovigilance, la Pharmacovigilance, la Matériovigilance, l'infectiovigilance puis la Réactovigilance, la Biovigilance. MB/DSEC 11

12 La création du COVIR résulte du besoin exprimé par les vigilants de travailler ensemble et de celui des soignants de simplifier les outils de signalement des incidents, liés aux vigilances, qui constitue une obligation pour tous les professionnels de santé. Cette coordination a intégré et s'est impliquée le comité de gestion prévisionnelle des risques. La fiche de signalement unique mise en place depuis début 2004 rappelle les missions réglementaires des différentes vigilances pré-citées. MISSIONS DU COVIR : 1- Assurer une coordination des différentes structures des vigilances réglementaires déjà opérationnelles dans l'établissement (Hémovigilance, Pharmacovigilance, Matériovigilance, Infectiovigilance, Réactovigilance,Biovigilance). 2- Faciliter la connaissance et l'implication de l'ensemble des professions de santé dans le système de surveillance et de signalement des évènements indésirables liés aux produits de santé et aux infections nosocomiales (former et sensibiliser de façon commune). 3- Harmoniser la procédure de signalement des évènements ou incidents (fiche unique). 4- Développer une politique de retour d'information sur les incidents ou évènements signalés. 5- Créer un réseau d'expertise : impulser des stratégies d'amélioration, analyser les incidents ou évènements, prévoir les crises ultérieures. 6- Prévoir une organisation réactive fondée sur une dynamique d'amélioration continue de la qualité, susceptible le moment venu de fédérer l'ensemble des structures de prévention au sein de l'établissement. ORGANISATION La liste nominative des membres du COVIR est actuellement : - B. Rivoire (Médecin, correspondant d Hémovigilance, correspondant de biovigilance) - C. Derharoutunian (Pharmacien, correspondant de Pharmacovigilance) - B.Harbourg /F.Savoye (Biomédical, correspondant de Matériovigilance) - I. Delattre (Hygiène hospitalière, correspondant d Infectiovigilance) - C. DARNAUD (Biologiste, correspondant de Réactovigilance) - Un représentant de la CME parmi les médecins (Dr Hamel) - Un représentant de la Direction (Mme Berthet) - Un représentant des cadres de santé (Mme Dauzat) - Un représentant de la CSSI parmi le corps des IDE (M.CHARLES, chirurgie B et N.LEPOUTRE, sage femme) Le comité a élu, parmi ses membres, un président ( B.Rivoire) et un vice-président (C.Derharoutunian). Un règlement intérieur a été rédigé et celui-ci a été présenté en CME et a été signé par le Président du COVIR et le Directeur de l'établissement. MB/DSEC 12

13 i. L'EOH Ressources humaines en équivalent temps plein (ETP) : praticien en hygiène hospitalière 0,6 ETP cadre supérieur de santé 0.5 ETP IDE en hygiène hospitalière 2 ETP secrétaire médicale 1 ETP Modalités de travail entre l EOH et le coordonnateur de la Gestion Des Risques Associés aux Soins Le président de la CME et le directeur ont désigné la DSEC comme coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins avec en partenariat Madame la coordonnatrice générale des soins et Monsieur le Président de la CME. Madame la coordonnatrice générale des soins est désignée pour assurer directement des missions liées à la politique de lutte contre les infections nosocomiales. I - A ce titre, Madame la coordonatrice générale des soins (ou le Cadre Supérieur de Santé en cas d empêchement) : Participe à l élaboration et au suivi de la politique et plans d actions concernant la lutte contre les infections nosocomiales Est membre du comité de lutte contre les infections nosocomiales En sa qualité de supérieur hiérarchique du personnel paramédical de l EOH, organise des réunions régulières avec l EOH concernant le domaine concerné en fonction des nécessités liées au bon fonctionnement des services de soins et à la sécurité de la prise en charge des patients pris en charge par l EOH (PV systématique avec feuille d émargement) Madame la coordonnatrice générale des soins est destinataire du rapport annuel d activité de l EOH Coordonne les relations entre l EOH et la direction des services techniques II- Madame le médecin chargée de la lutte contre les infections nosocomiales MB/DSEC 13

14 Le praticien hospitalier chargé de la lutte contre les infections nosocomiales gère techniquement l équipe opérationnelle d hygiène. Celle-ci est experte dans la gestion du risque infectieux concernant les patients, les professionnels et toute personne fréquentant l'établissement. En lien avec le coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins, dont la délégation a été donnée à Mme la coordonnatrice générale des soins, elle assiste la commission médicale dans la lutte des infections nosocomiales. Le PH EOH est l interlocuteur privilégié des services de soins pour le recueil, l investigation, l analyse approfondie et la centralisation des évènements infectieux. Le PH en hygiène intègre le système d analyse des EI liés au risque infectieux dans le dispositif commun d analyse des évènements indésirables associés aux soins. OBJECTIF GENERAL DE L EQUIPE OPERATIONNELLE D HYGIENE L équipe opérationnelle d hygiène (EOH) inscrit son action dans la démarche globale d amélioration continue de la qualité et de la sécurité des soins de l'établissement et notamment dans le cadre du programme d actions. MISSIONS -impulser et coordonner la gestion à priori du risque infectieux nosocomial dans ses différentes dimensions (environnement, acte de soin, état de santé du patient) ; -impulser et coordonner la gestion a postériori du risque infectieux nosocomial par le signalement, l investigation et les interventions lors d infections, les surveillances épidémiologiques, le suivi d indicateurs, etc.) ; -promouvoir la formation et l information sur le risque infectieux nosocomial, pour les professionnels, les patients et les usagers ; Dans le respect des dispositions de l article L du CSP, le praticien en hygiène hospitalière a accès à l ensemble des données nécessaires à l exercice de ses missions (issues du système d information, des plaintes et réclamations, des signalements et des déclarations réalisées dans le cadre des systèmes de vigilance, des résultats d audits et d inspections, des indicateurs, etc.). ACTIVITES -élaborer la politique et la définition du programme d action de prévention des infections nosocomiales à partir des données des surveillances, des signalements des infections nosocomiales, de leur analyse, et de l évaluation des pratiques professionnelles concernant les infections nosocomiales, des résultats des indicateurs ; -veiller à la mise en oeuvre du programme d actions de lutte contre les infections nosocomiales et à son évaluation ; -veiller à la réalisation des plans de formation ; -gérer les alertes et le signalement des infections nosocomiales ; -élaborer, diffuser, mettre en place les protocoles en collaboration avec les services cliniques et médico-techniques, en matière de prévention des infections nosocomiales ; -organiser l évaluation des pratiques professionnelles dans ce domaine (programme d audits, visites de risques, etc.) ; MB/DSEC 14

15 -contribuer à l organisation et au développement du recueil des données internes en lien avec la prévention des infections nosocomiales ; -participer aux actions de maîtrise de l acquisition de résistances aux anti-infectieux des microorganismes et en limiter leur diffusion, en collaboration avec les différents experts dans le domaine (référent anti-infectieux, pharmacien, laboratoire de biologie, etc.) ; -est chargée de la surveillance épidémiologique des infections nosocomiales par le biais des enquêtes de prévalence ou d incidence ; -apporter son expertise sur les projets d aménagement de locaux et d acquisition d équipements dans le cas ou ces projets peuvent avoir des conséquences sur le risque infectieux ; -la surveillance microbiologique de l eau, de l air et des surfaces dans les secteurs liés à l environnement maîtrisé ou encadrés règlementairement. Modalités mises en place en collaboration avec les services techniques ; III- Monsieur le Président de la CME s assure particulièrement du bon déroulement global de la politique de lutte contre les infections nosocomiales, de la sensibilisation des médecins aux bonnes pratiques. Les problématiques liées à la lutte contre les infections nosocomiales sont régulièrement mises à l ordre du jour de la commission médicale d'établissement. Indicateurs de suivi L'EOH assure la production et la communication autour des indicateurs du tableau de bord des infections nosocomiales (ICALIN2, ICSHA2, ICA-LISO, ICATB, SARM, ICA-BMR) qui sont le reflet de l'implication des établissements de santé dans la politique de prévention des infections associées aux soins. Cf. Politique et Programme de lutte contre les infections nosocomiales j.comedims La politique qualité de la prise en charge médicamenteuse est intégrée dans la politique globale d amélioration de la qualité et de la sécurité des soins. Elle définit notamment l implication du COMEDIMS dans le dispositif organisationnel. (Organigramme fonctionnel qualité et gestion des risques) LE COMEDIMS assure le suivi de l aspect scientifique de la prise en charge médicamenteuse. Le COPIL circuit du médicament prend en charge les problématiques organisationnelles. MB/DSEC 15

16 Cf. Politique et Programme qualité de la prise en charge médicamenteuse K. Responsable du système de management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Arrêté du 6 avril 2011 Article. 5 S assure que le système de management de la qualité est défini, mis en oeuvre et évalué Rend compte à la direction et à la CME du fonctionnement du système de management de la qualité Propose à la Direction et à la CME les améliorations du système du management de la qualité qu il estime nécessaire Le responsable du SMQPECM, lorsqu il n est pas le coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins (mentionné à l art. R du Code de la Santé Publique) a l autorité nécessaire pour l exercice de ses missions. Au CH L. Hussel, la Directrice adjointe chargée des Services Economiques et de la Certification cumule ses missions ; l autorité est donc cumulée Article 6 Définition du système documentaire : 1) La manuel qualité, comprenant : - La politique de la qualité - Les exigences spécifiées à satisfaire - Les objectifs de la qualité - Une description des processus et de leurs interactions 2) Des procédures et des modes opératoires et notamment : - L étude des risques encourus par les patients lors de la PECM - Cette étude doit prendre les dispositions prises pour réduire les évènements jugés évitables. Une attention particulière est portée notamment sur : - Les médicaments à risque et les patients à risque - Les traitements personnels des patients Les transferts du patient au sein de l Etablissement ou dans un autre Etablissement - Les risques liés à l utilisation d une démarche informatisée pour une ou plusieurs étapes du processus de PECM - S assurer de l identité du patient tout au long de la PECM, notamment avant l administration de médicaments - S assurer que la prescription est conforme aux données de référence et qu elle permet de garantir la continuité et la qualité de la PECM de l admission jusqu à la sortie du patient - Garantir que le médicament à administrer, la dose à administrer, la forme pharmaceutique à administrer, la voie d administration, le schéma posologique, la préparation et le suivi thérapeutique sont conformes à ceux de la prescription médicale MB/DSEC 16

17 - S assurer de la qualité de l approvisionnement, de la délivrance, du rapprochement entre le bon de réception et le bon de demande des médicaments dans les unité de soins ainsi que les conditions de stockage des médicaments dans les pharmacies à usage intérieur est dans les unités de soins - S assurer dans la mesure du possible que le patient est bien informé sur son traitement sauf urgence ou impossibilité - Assurer les différentes étapes de la PECM - Formalisation de l organisation adoptée pour traiter les déclarations internes en vue d améliorer la qualité et la sécurité de la PECM Ce système documentaire doit être intégré au système documentaire institutionnel. 1) Tous les enregistrements nécessaires et notamment, la déclaration interne des évènements indésirables des erreurs médicamenteuses ou des dysfonctionnements liés à la PECM en vue de leur analyse et de la détermination des actions d amélioration 2) L étude des risques l.le coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins La lutte contre les événements indésirables associés aux soins : L organisation définie en matière qualité et sécurité des soins (cf. organigramme fonctionnel) a notamment, pour vocation de lutter contre les événements indésirables associés aux soins. Elle regroupe les expertises et compétences de l établissement en matière de gestion des risques associés aux soins. Elle permet l organisation d actions de formation et de communication. Cette organisation permet à la CME et à ses sous commissions spécialisées de proposer un programme d actions et d en réaliser un bilan annuel. Ce dispositif a également pour objectif d assurer la cohérence et la coordination des actions menées. La sous commission de la CME chargée de la gestion des risques intègre la lutte contre les événements indésirables associés aux soins dans les établissements de santé. Madame la Directrice des Services Économiques et de la Certification est désignée Coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins avec en partenariat Madame la coordonnatrice générale des soins et Monsieur le Président de la commission médicale d'établissement. MB/DSEC 17

18 Le coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins est positionné de manière à ce que ses interfaces avec l encadrement, les experts cités ci-après et l ensemble des professionnels de santé soient optimisées. I LE PILOTAGE OPERATIONNEL : Le coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins Le coordonnateur s appuie, pour la mise en oeuvre du programme d actions comme pour ses autres missions, sur l ensemble des professionnels de l'établissement. Il est le garant de la cohérence des actions conduites en vue d assurer la qualité et la sécurité des soins. La coopération des experts ou personnes ressources lui est particulièrement nécessaire : - Personnes en charge des vigilances destinées à garantir la sécurité sanitaire ; - Responsables du management de la qualité et de la sécurité des soins (prise en charge médicamenteuse, stérilisation) ; - Équipe opérationnelle d hygiène ; - Service de santé au travail pour la prévention des risques professionnels et personne compétente en radio-protection (R du code du travail) - Professionnels impliqués dans la gestion des autres risques associés ou non aux soins, dont ceux des domaines biomédical, technique, environnemental, logistique et administratif ; - Médecins accrédités ou engagés dans la procédure d accréditation des médecins des spécialités à risques prévue à l article L du code de la santé publique ; - Professionnels chargés de la qualité ; - Professionnels chargés de la gestion des plaintes et des réclamations ; - Médecin responsable du département d information médicale (DIM), etc. Les modalités de travail entre le coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins et ces différents professionnels sont formalisées (Cf. organigramme et procédure pour la politique de lutte contre les infections nosocomiales). Le coordonnateur peut faire appel, selon des modalités définies dans l'établissement, à des structures reconnues pour leur expertise en matière de qualité et de sécurité des soins, que celles-ci soient internes à l'établissement de santé ou externes (CCLIN/ARLIN, OMEDIT, CRPV, autres structures d appui). Les patients sont impliqués dans la dynamique d amélioration continue de la qualité et de la sécurité des soins, notamment au travers de la commission des relations avec les usagers et de la qualité de la prise en charge (CRUQPC) et, pour les Établissements publics, au travers de leur participation au conseil de surveillance, lequel donne un avis sur la politique d amélioration continue de la qualité et de la sécurité des soins et de la gestion des risques associés aux soins. L outil dédié : le programme d actions pour la qualité et la sécurité des soins Le programme d actions est élaboré par la commission médicale d'établissement en lien direct avec le coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins, chargé d assurer sa mise en oeuvre. MB/DSEC 18

19 Les experts susnommés des différents domaines de risques associés aux soins assistent le coordonnateur dans cette mission. Les actions inscrites au programme sont assorties d indicateurs de suivi. La commission médicale d'établissement propose ce programme au représentant légal de l'établissement. La commission des relations avec les usagers et de la qualité de la prise en charge (CRUQPC) et la commission des soins infirmiers, de rééducation et médico-techniques (CSIRMT) apportent leur contribution à l élaboration du programme d actions. Enfin, sans préjudice de ses propres attributions, le comité d hygiène, de la sécurité et des conditions de travail (CHSCT) reçoit pour information le programme d actions. La contractualisation La contractualisation externe (contrat pluriannuel d objectifs et de moyens) et interne (contrats de pôle, autres) est un des moyens privilégiés pour fixer des objectifs et évaluer leur mise en place ; des indicateurs nationaux, dont ceux intégrés à la certification des Établissements, régionaux et définis par l'établissement permettent la mesure des évolutions. La communication La communication contribue à construire une culture de la qualité et de la sécurité des soins partagée par tous dans l'établissement, professionnels comme usagers. Pour cela, les actions de communication doivent notamment : - Informer sur l organisation adoptée par l'établissement, sur le rôle des différents acteurs et sur l enjeu des interfaces dans la prise en charge du patient, notamment en direction des professionnels nouvellement recrutés ou changeant d affectation ; - Assurer la diffusion du programme d actions, mettre en évidence la dimension collective des améliorations à réaliser et des résultats obtenus. II LES MISSIONS SPECIFIQUES DU COORDONNATEUR DE LA GESTION DES RISQUES ASSOCIES AUX SOINS L objectif général de la fonction du coordonnateur est de veiller à la mise en oeuvre du programme d actions défini par l'établissement, et de contribuer au déploiement et au renforcement d une culture de sécurité. Missions - Apporter un appui stratégique au président de la commission médicale d'établissement et la commission médicale d'établissement, au représentant légal de l'établissement de santé, en matière d amélioration continue de la qualité et de la sécurité des soins ; - Apporter conseil et expertise méthodologique à la commission médicale d'établissement pour l élaboration du programme d actions ; - Contribuer à la lisibilité de ce programme d actions par les professionnels de l'établissement et les autorités, favoriser son appropriation par les acteurs directs ; MB/DSEC 19

20 - Assurer une cohérence des actions engagées par les différents professionnels impliqués dans la gestion des risques associés aux soins, que ceux-ci soient directement liés aux patients ou liés à la vie hospitalière (vigilances, hygiène, risques directement associés à la pratique de soins, risques professionnels, risques environnementaux, risques techniques, risques liés aux travaux, ou autres risques ayant un impact pour la sécurité du patient) ; - Assurer une cohérence de la démarche de gestion des risques associés aux soins avec les différents projets de l'établissement dans les domaines de la qualité, de l évaluation des pratiques, du développement professionnel continu, de la certification d'établissement, de l accréditation d activités ou encore notamment de l accréditation des médecins des spécialités à risques - S assurer de l effectivité, dans l'établissement, des dispositifs de vigilance et de signalement. - Dans le respect des dispositions de l article L du CSP, le coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins a accès à l ensemble des données nécessaires à l exercice de ses missions (issues du système d information, des plaintes et réclamations, des signalements internes et externes, des déclarations réalisées dans le cadre des systèmes de vigilance, des revues de morbimortalité, des retours d expérience, des résultats d audits et d inspections, des déclarations porteurs de risque enregistrées par les praticiens en démarche d accréditation, avec l accord de ces derniers,etc.). Activités - Contribuer par son expertise méthodologique à la définition des orientations stratégiques de l'établissement en matière de qualité et de sécurité des soins et à l élaboration du programme d actions pour la qualité et la sécurité des soins ; - Identifier et veiller à la diffusion de l expertise méthodologique relative à la prévention, l identification, l analyse, la récupération et la réduction des évènements indésirables associés aux soins ; - Participer à l identification des risques à priori en collaboration avec les différents experts pour la définition du programme d actions et de ses indicateurs de suivi ; - Contribuer à l organisation et au développement du recueil de données internes en lien avec la sécurité des soins ; - Veiller à l analyse des évènements indésirables en relation avec celle des plaintes et des réclamations, avec les pôles et les secteurs d activité ; - Veiller à la mise en oeuvre du programme d actions en collaboration avec les différents experts et personnes ressources (EOH, vigilants, responsable du management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse, personnes compétentes en radiophysique médicale et en radioprotection, ) et les chefs de projet identifiés dans le programme ; - Coordonner une veille scientifique et règlementaire. La quotité de temps consacrée à l exercice des missions et activités de coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins et de responsable du système de management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse correspond à 0,5 ETP. MB/DSEC 20

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ SECRÉTARIAT D ÉTAT À LA SANTÉ Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins Bureau

Plus en détail

Politique Qualité Gestion des Risques

Politique Qualité Gestion des Risques CENTRE HOSPITALIER CHARLES PERRENS Politique Qualité Gestion des Risques Intégrer la Qualité et la Gestion des Risques dans les pratiques professionnelles Centre Hospitalier Charles Perrens [septembre

Plus en détail

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Bertrice LOULIERE, coordonnateur OMEDIT ARS Aquitaine Journée Qualité et Sécurité des Soins dans les établissements de santé 30 septembre 2011

Plus en détail

Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée des risques.

Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée des risques. PROJET D ETABLISSEMENT 2009-2013 (165 LE PROJET QUALITE ET GESTION DES RISQUES Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée

Plus en détail

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES SECTION 1 : Le comité de pilotage, de la qualité et de la certification 1. Composition Le comité

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Programme de développement professionnel continu Date : juin 2013 Comité de Coordination de l Evaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine

Plus en détail

COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES

COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES 1/8 CENTRE HOSPITALIER INTERCOMMUNAL AMBOISE ~ CHÂTEAU-RENAULT Rue des Ursulines B.P. 329 37403 AMBOISE Cedex COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES REGLEMENT INTERIEUR 2/8 TEXTES

Plus en détail

POLYCLINIQUE DU COTENTIN

POLYCLINIQUE DU COTENTIN POLYCLINIQUE DU COTENTIN PROGRAMME D ACTIONS POUR LA QUALITE ET LA SECURITE DES SOINS 2013-2014 Sommaire PREAMBULE... 3 Bilan des actions 2011/2012... 4 AXE 1 : Certification de l établissement en octobre

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

Le coordonnateur de la GDRAS en CHG

Le coordonnateur de la GDRAS en CHG Le coordonnateur de la GDRAS en CHG Bilan et perspectives Pourquoi développer la GDRAS? - Résultats 2011 de l enquête Eneis2-48 % des EIG recensés sont estimés évitables -un EIG tous les 5 jours dans un

Plus en détail

MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE. Etablissement

MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE. Etablissement MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE Etablissement Rédacteurs Manuel qualité de la prise en charge médicamenteuse Référence : Validation du contenu Approbation de la forme Autorisation de

Plus en détail

Lutte contre les Infections Associées aux Soins et Démarche globale de Gestion des Risques

Lutte contre les Infections Associées aux Soins et Démarche globale de Gestion des Risques Lutte contre les Infections Associées aux Soins et Démarche globale de Gestion des Risques L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Dr Stéphanie Rochon Edouard, Praticien Hygiéniste Isabelle Poullain,

Plus en détail

Avertissement. Ces illustrations ne sont ni exhaustives, ni limitatives.

Avertissement. Ces illustrations ne sont ni exhaustives, ni limitatives. Avertissement Les illustrations présentées dans ce document ont vocation à guider l établissement dans l élaboration de son compte qualité au regard des attendus de la Haute Autorité de santé. Ces illustrations

Plus en détail

Décret du 12 novembre 2010 relatif à la lutte contre les événements indésirables associés aux soins : Mise en application pratique

Décret du 12 novembre 2010 relatif à la lutte contre les événements indésirables associés aux soins : Mise en application pratique 7 ème journée régionale de la lutte contre les infections liées aux soins 20.10.11 Décret du 12 novembre 2010 relatif à la lutte contre les événements indésirables associés aux soins : Mise en application

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Coordination de la Gestion des Risques Associés aux Soins: Bilan à 2 ans dans un SSR. D. BRUERE-DAWSON CH Nord Caraïbes

Coordination de la Gestion des Risques Associés aux Soins: Bilan à 2 ans dans un SSR. D. BRUERE-DAWSON CH Nord Caraïbes Coordination de la Gestion des Risques Associés aux Soins: Bilan à 2 ans dans un SSR D. BRUERE-DAWSON CH Nord Caraïbes Contexte règlementaire Décret n 2010-1408 du 12 novembre 2010 relatif à la lutte contre

Plus en détail

Le Programme Qualité et Gestion des risques 2008-2011

Le Programme Qualité et Gestion des risques 2008-2011 Le Programme Qualité et Gestion des risques 2008-2011 SOMMAIRE Le Comité de Pilotage de la Démarche d amélioration continue de la Qualité Page 2 II-1 Améliorer la qualité de la prise en charge des patients

Plus en détail

Evaluation globale de la démarche de gestion des risques en établissement de santé

Evaluation globale de la démarche de gestion des risques en établissement de santé Evaluation globale de la démarche de gestion des risques en établissement de santé Journées APHAL 24 Avril 2012 Un contexte complexe : 55 domaines de risques Sécurité d utilisation des produits et vigilance

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 Le réseau de correspondants médicaux et paramédicaux en hygiène hospitalière - la coordination et l animation sont assurées par l EOHH (infirmier et/ou

Plus en détail

Signature. CME du 23 octobre 2012 MB/DSEC 1

Signature. CME du 23 octobre 2012 MB/DSEC 1 Signature M.SERVAIS, Directeur M.MATAS, Président de la CME CME du 23 octobre 2012 MB/DSEC 1 SOMMAIRE Introduction :... 4 I. Améliorer la qualité des soins et promouvoir un engagement pérenne dans l évaluation

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE. SBrosse FEMS

INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE. SBrosse FEMS INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE SBrosse FEMS PLAN 1.DEFINITION DU RISQUE EN ES 2.HISTORIQUE DE LA DEMARCHE DE GESTION DES RISQUES 3.ENJEUX SBrosse FEMS LE RISQUE La

Plus en détail

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION MISSIONS ESSENTIELLES : Le cadre de santé des filières infirmière, de rééducation et médico-techniques, exerce l ensemble de ses missions sous l

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017. Document validé le. Visa : Visa :

POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017. Document validé le. Visa : Visa : POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017 Document validé le Nom : M. GROHEUX Nom : M. MATHIEU Fonction : Directeur Fonction : Président de la CME Visa : Visa : Page

Plus en détail

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE Le Village 04250 TURRIERS Juin 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...p.3

Plus en détail

PROCEDURE ENREGISTREMENT

PROCEDURE ENREGISTREMENT Page 1 sur 7 ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS référence 04/PR/001/02/V01 04/PR/001/02/V02 04/PR/001/02/V03 04/PR/001/02/V04 04/PR/001/02/V05 04/PR/001/02/V06 04/PR/001/02/V07 04/PR/001/02/V08

Plus en détail

Fonction gestion des risques dans les établissements de santé. Evaluation du programme qualité et gestion des risques dans le cadre de la V2010

Fonction gestion des risques dans les établissements de santé. Evaluation du programme qualité et gestion des risques dans le cadre de la V2010 Fonction gestion des risques dans les établissements de santé. Evaluation du programme qualité et gestion des risques dans le cadre de la V2010 Dr Marie-Laure Pibarot et Diane Martinez Direction de la

Plus en détail

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Sommaire Sham en quelques chiffres Les visites d analyse de risques Quel bilan? Perspectives Synthèse Sham en quelques

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CH GERIATRIQUE ALEXIS BOYER

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CH GERIATRIQUE ALEXIS BOYER ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CH GERIATRIQUE ALEXIS BOYER Rue raymond sidois Bp 07-19140 - Uzerche MAI 2015 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Présentation du document 2. Les niveaux de certification 1.PRESENTATION

Plus en détail

La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville

La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville Groupe Oc Santé M R Daures Fortier - Semaine sécurité des patients Coordonnateur Gestion des Risques Pourquoi Objectifs: Garantir la sécurité

Plus en détail

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ PLAN Préambule Historique de la démarche Cartographie Organigramme Situation actuelle Constat Préambule OVE comprend : Un secteur social Un secteur médico-social

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX ZAC Paul-Badré 100, rue de France 97430 Le Tampon Juin 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Haute Autorité de santé, 2 avenue du Stade-de-France 93218 Saint-Denis-la-Plaine Cedex Tél. : 01 55 93 70 00 www.has-sante.

Haute Autorité de santé, 2 avenue du Stade-de-France 93218 Saint-Denis-la-Plaine Cedex Tél. : 01 55 93 70 00 www.has-sante. MANUEL DE CERTIFICATION DES INSTALLATIONS AUTONOMES DE CHIRURGIE ESTHETIQUE ET GUIDE DE COTATION ÉDITION 2008 DIRECTION DE L AMÉLIORATION DE LA QUALITÉ ET DE LA SÉCURITÉ DES SOINS Haute Autorité de santé,

Plus en détail

Éléments d Investigation Obligatoires (EIO) et situations à risque

Éléments d Investigation Obligatoires (EIO) et situations à risque ² SERVICE DE LA CERTIFICATION DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Éléments d Investigation Obligatoires (EIO) et situations à risque V2014 Septembre 2015 Haute Autorité de santé Service Certification des Établissements

Plus en détail

Certification des Etablissements de Santé en France

Certification des Etablissements de Santé en France Certification des Etablissements de Santé en France Pouvait-on faire sans elle en France? Peut-elle faire mieux? Les enjeux et les perspectives de la procédure 2014 Plan de l intervention 1. Partie 1 :

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

C.H.U. DE FORT DE FRANCE

C.H.U. DE FORT DE FRANCE DEPARTEMENT DE LA MARTINIQUE C.H.U. DE FORT DE FRANCE PROJET D ETABLISSEMENT VOLET PROJET QUALITE GESTION DES RISQUES 2006 2010 VOLUME 4 Euro Conseil Santé 91, rue du Faubourg Saint Honoré 75 008 PARIS

Plus en détail

Projet gestion des risques et qualité 2015-2019. CME 9 décembre 2014 Amélie VERDIER

Projet gestion des risques et qualité 2015-2019. CME 9 décembre 2014 Amélie VERDIER Projet gestion des risques et qualité 2015-2019 CME 9 décembre 2014 Amélie VERDIER 1 L approche d élaboration Le projet gestion des risques et qualité aborde l ensemble des domaines (qualité/sécurité des

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés.

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés. REPUBLIQUE FRANCAISE Décision n 2014.0019/DP/SG du 30 avril 2014 du président de la Haute Autorité de santé portant organisation générale des services de la Haute Autorité de santé Le président de la Haute

Plus en détail

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Coordination générale des soins Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Janvier 2010 PLAN 1. MISSIONS GENERALES 2. ACTIVITES 2.1 Politique générale du pôle 2.2 Coordination

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN)

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) Numéro d'identification du Réseau : 960740249 Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

Le contrat de bon usage des médicaments, produits et prestations

Le contrat de bon usage des médicaments, produits et prestations Le contrat de bon usage des médicaments, produits et prestations 1 ASPECTS RÉGLEMENTAIRES ET IMPACTS Elise Remy Pharmacien coordonnateur Aspects réglementaires 2 S inscrit dans la réforme de la T2A, accès

Plus en détail

RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE MEDIPOLE GARONNE

RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE MEDIPOLE GARONNE RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE MEDIPOLE GARONNE 45 rue de gironis Cs 13624-31036 - TOULOUSE AVRIL 2014 SOMMAIRE 1.PRESENTATION DE L'ETABLISSEMENT 2.DECISION DEFINITIVE DE LA HAUTE AUTORITE DE

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES 1, rue du Docteur-Martinais 37600 LOCHES SEPTEMBRE 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ NOVEMBRE 2007 SOMMAIRE

Plus en détail

Comité de Coordination de Lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine REGLEMENT INTÉRIEUR

Comité de Coordination de Lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine REGLEMENT INTÉRIEUR 1 Comité de Coordination de Lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine REGLEMENT INTÉRIEUR Vu le décret n 2005-1421 du 15 novembre 2005 relat if à la coordination de lutte contre

Plus en détail

Du G.B.E.A. à l Accréditation en milieu Hospitalier

Du G.B.E.A. à l Accréditation en milieu Hospitalier 27 ème Colloque CORATA IBS MARSEILLE le 16 Septembre 2010 Du G.B.E.A. à l Accréditation en milieu Hospitalier Professeur Henri PORTUGAL LABORATOIRE CENTRAL Biochimie Hématologie Hôpital Sainte Marguerite

Plus en détail

GRILLE GENERIQUE D INVESTIGATION PAR AUDIT PROCESSUS

GRILLE GENERIQUE D INVESTIGATION PAR AUDIT PROCESSUS Méthode de visite Réalisation d un audit de processus dans le cadre des visites de certification des établissements de santé GRILLE GENERIQUE D INVESTIGATION PAR AUDIT PROCESSUS Définitions Processus :

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 Date : février 2015 Auteurs : Catherine Pourin, Jean-Luc Quenon et toute l équipe du CCECQA Le programme de travail du CCECQA est décliné selon les axes retenus en 2015 : Indicateurs

Plus en détail

Démarche qualité autour du Circuit du Médicament

Démarche qualité autour du Circuit du Médicament Démarche qualité autour du Circuit du Médicament Dr Nathalie CONTENTIN Mme Florence BASUYAU Mr Mikaël DAOUPHARS Mme Alice SALLES Mme Marie Hélène GRONGNET Historique ; courant 2009 Multiplication des textes

Plus en détail

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Manuel Qualité de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Finalité et gestion du manuel qualité Déclaration de politique qualité Organisation et responsabilités

Plus en détail

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011 Véronique JOUIS, Coordination des ARCs - Responsable Logistique Laurence GUERY, ARC - Responsable Assurance Qualité Unité de Recherche Clinique du GH Lariboisière - Saint-Louis Coordonnateur Pr Eric VICAUT

Plus en détail

Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale

Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale La hiérarchisation des risques, une aide à la décision 2 ème congrès de l Afgris 16 et 17 octobre 2003 Direction de l Hospitalisation

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur d hôpital. Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements publics de santé.

Référentiel métier de Directeur d hôpital. Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements publics de santé. Référentiel métier de Directeur d hôpital Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements publics de santé. I - Les facteurs d évolution du métier de Directeur

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

Mettre en œuvre le DPC dans un établissement partie 3 approche du CHU Hôpitaux de Rouen

Mettre en œuvre le DPC dans un établissement partie 3 approche du CHU Hôpitaux de Rouen Mettre en œuvre le DPC dans un établissement partie 3 approche du CHU Hôpitaux de Rouen CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Spontanément des questions!!! De l Evaluation des Pratiques Professionnelles à l

Plus en détail

PROJET QUALITE 2015-2019

PROJET QUALITE 2015-2019 PROJET QUALITE 2015-2019 [Texte] TABLE DES MATIERES I. INTRODUCTION 5 II. LES ORIENTATIONS 6 AXE 1 PERENISER UN SYSTÈME DE MANAGEMENT BIEN STRUCTURÉ DANS LEQUEL LES ACTEURS S IMPLIQUENT ACTIVEMENT 6 a.

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient Observatoire des Médicaments, des Dispositifs médicaux et des Innovations Thérapeutiques Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du

Plus en détail

()*+,-.)*#/"012323435,63)*)13240,2)-0((780472,0179)-())49,-):7(,235)(;1+04<72,0135,-7()5) (7

()*+,-.)*#/012323435,63)*)13240,2)-0((780472,0179)-())49,-):7(,235)(;1+04<72,0135,-7()5) (7 ! " #% &!' "'! ()*+,-.)*#/"012323435,63)*)13240,2)-0((780472,0179)-())49,-):7(,235)(;1+04

Plus en détail

Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants. Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes

Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants. Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes Définition «Le DPC comporte l analyse par tous les professionnels de santé (PS) de leurs pratiques

Plus en détail

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU Michèle WOLF, MCU-PH, Direction de la qualité, de la coordination des risques et des relations avec les usagers,

Plus en détail

Cycle de formation PRAXIS Gestionnaire de risques Coordonnateur de risques associés aux soins

Cycle de formation PRAXIS Gestionnaire de risques Coordonnateur de risques associés aux soins Cycle de formation PRAXIS Gestionnaire de risques Coordonnateur de risques associés aux soins Les clés pour réussir 14 jours de formation intensive pour développer une pratique opérationnelle de la gouvernance

Plus en détail

PROJET QUALITE GESTION DES RISQUES

PROJET QUALITE GESTION DES RISQUES PROJET QUALITE GESTION DES RISQUES Projet d Etablissement 2015 2020 83 Projet d Etablissement 2015 2020 84 1. Engagement dans la démarche d amélioration continue de la qualité et de gestion des risques

Plus en détail

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232 Famille : Analyse laboratoire Sous-famille : Analyse laboratoire Code ROME : 52232 Technicien(ne) d analyse chimie / physicochimie Chimiste Technicien(ne)-analyste chimie Analyste chimie Définir, réaliser

Plus en détail

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Au niveau national comme au niveau régional, les partenaires sociaux ont la capacité de fixer les orientations qui seront mises en

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD 1 Phase 1: Planifier Les principaux référentiels Principes des certifications - accréditations

Plus en détail

FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC)

FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) Le lien entre FMI et FMC 50% des connaissances seraient obsolètes en l espace de 7 ans. En même temps qu une masse critique d exercice, la FMC est donc indispensable pour

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Les ateliers du CCECQA

Les ateliers du CCECQA Les ateliers du CCECQA Certification V2014 Retours d'expériences et premiers enseignements Outils d aide aux établissements : Travaux de la FORAP Jeudi 09 Avril 2015 Le Dr D.Veillard Aucun lien d intérêts

Plus en détail

INSPECTION HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Enseignement supérieur - Recherche. Livre des références. La prévention des risques professionnels

INSPECTION HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Enseignement supérieur - Recherche. Livre des références. La prévention des risques professionnels Livre des références La prévention des risques professionnels Livre des références La prévention des risques professionnels Document d auto-évaluation élaboré par l IHSESR avec le concours de la CPU. Document

Plus en détail

Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble.

Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble. 1 Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble. Une expérience de gestion intégrée de la qualité et des risques sanitaires. P François, MR Mallaret, J Shum, V Danel. PFrancois@chu-grenoble.fr

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION Page : 1/10 MANUEL MAN-CAM-NUC-F Seule la version informatique est mise à jour, avant toute utilisation consulter sur le réseau Intranet la version en cours de ce document Page : 2/10 HISTORIQUE DE RÉVISION

Plus en détail

Programme 2015 du RéQua-Sanitaire. 14 octobre 2015

Programme 2015 du RéQua-Sanitaire. 14 octobre 2015 Programme 2015 du RéQua-Sanitaire 14 octobre 2015 Conception du programme Enquête de satisfaction et des attentes réalisée auprès de tous les adhérents Enquête sur les grandes orientations pressenties

Plus en détail

Dispositif d écoute des usagers au CHU de Toulouse Marie-Claude Sudre Déléguée à la communication clientèle associations culture CHU de Toulouse

Dispositif d écoute des usagers au CHU de Toulouse Marie-Claude Sudre Déléguée à la communication clientèle associations culture CHU de Toulouse Dispositif d écoute des usagers au CHU de Toulouse Marie-Claude Sudre Déléguée à la communication clientèle associations culture CHU de Toulouse Les objectifs du CHU de Toulouse : renforcer le lien entre

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

2014-2018 CLINIQUE SAINT-JEAN DOC STRAT-PIL-15

2014-2018 CLINIQUE SAINT-JEAN DOC STRAT-PIL-15 2014-2018 CLINIQUE SAINT-JEAN DOC STRAT-PIL-15 [POLITIQUE QUALITE, GESTION DES RISQUES, SECURITE DES SOINS, ENVIRONNEMENT] 1 ENGAGEMENTS QUALITÉ, SÉCURITÉ, GESTION DES RISQUES ET ENVIRONNEMENT Depuis sa

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail

Développement Professionnel Continu (DPC)

Développement Professionnel Continu (DPC) Développement Professionnel Continu (DPC) Journée régionale de l ALIBODE Samedi 23 novembre 2013 Monique MONTAGNON Ancienne coordinatrice des soins de CHU Collaboratrice à la HAS Formatrice SOMMAIRE I

Plus en détail

Le DPC, les CHU et les professionnels

Le DPC, les CHU et les professionnels ONCOPACA Corse, 17 juin 2013, Aix en Provence. Le DPC, les CHU et les professionnels Dr Sylvia Benzaken Vice Présidente CME CHU Nice Chargée de la mission DPC conférence PCME CHU Membre consultatif de

Plus en détail

Rappels : Les structures d HAD sont soumises aux mêmes règles et obligations que les établissements de santé «classiques» en matière de qualité et de sécurité des soins, notamment dans le domaine pharmaceutique.

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

Développer une culture qualité et sécurité dans les établissements de santé

Développer une culture qualité et sécurité dans les établissements de santé Développer une culture qualité et sécurité dans les établissements de santé Jeanne Loyher Octobre 2011 Un engagement Journée régionale «risques cliniques» Le groupe CLINIFUTUR s est engagé dans une démarche

Plus en détail

Un diagnostic établissement

Un diagnostic établissement Management du risque Médicamenteux à l hôpital Déploiement de l outil de sécurisation de la prise en charge médicamenteuse InterDiag au CHRU de Montpellier Un diagnostic établissement Nadine Deshormière

Plus en détail

Réduire les risques en santé

Réduire les risques en santé Réduire les risques en santé «Mieux vaut penser le changement que changer le pansement» Marie-Françoise Dumay, Garménick Leblanc, Marc Moulaire, Gilbert Mounier 1 Définition du risque «Possibilité de dommage»

Plus en détail

Qualité et sécurité en santé Sécurisation de la prise en charge des résidents.

Qualité et sécurité en santé Sécurisation de la prise en charge des résidents. Qualité et sécurité en santé Sécurisation de la prise en charge des résidents. Journée de Prévention du risque infectieux en Rhône-Alpes en FAM MAS et IME LYON 17/10/2013 Plan de la présentation Présentation

Plus en détail

Formation Inter et Intra 2012

Formation Inter et Intra 2012 Formation Inter et Intra 202 2 formules au choix et adaptées à vos besoins bien choisir sa formation Nous mettons à votre disposition une offre de formation variée et adaptée à votre activité avec des

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT DE SANTE...

Plus en détail