Douleurs des mains et des poignets chez une femme de 47 ans

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Douleurs des mains et des poignets chez une femme de 47 ans"

Transcription

1 Enoncé Douleurs des mains et des poignets chez une femme de 47 ans Madame A., 47 ans, vous consulte en raison de douleurs intéressant les mains et les poignets, évoluant depuis un peu moins de 2 mois, insomniantes et rebelles aux traitements antalgiques prescrits par son médecin traitant. Le matin, les mains sont raides pendant au moins 45 minutes. La patiente ne rapporte aucun antécédent personnel ou familial notable, hormis un épisode dépressif suite au décès de sa sœur, survenu 3 mois auparavant. Elle est ménopausée depuis l âge de 45 ans. A l'examen clinique, Madame A. est apyrétique. Son état général est conservé. La pression artérielle est mesurée à 131/76 mmhg. Vous constatez des synovites bilatérales touchant les 2 e articulations métacarpophalangiennes, et les 2 e et 3 e articulations interphalangiennes proximales. La pression des avants-pieds (squeeze test) déclenche également des douleurs. Le reste de l examen clinique est sans particularité. Question 1 Quels diagnostics faut-il évoquer? Hiérarchisez-les. Question 2 Quel est le diagnostic le plus probable? Sur quels arguments? Question 3 Quels examens complémentaires proposez-vous? Justifiez vos demandes. Question 4 En réinterrogeant la patiente, vous trouvez l'existence d'un syndrome sec oculaire et buccal depuis quelques mois, très invalidant. Quel diagnostic faut-il évoquer? Question 5 Les résultats de vos explorations sont en faveur de votre hypothèse diagnostique principale. Quelles sont les grandes lignes du traitement que vous proposez? Question 6 Un an plus tard, au cours du suivi, et ce malgré l augmentation progressive de la posologie de votre traitement de fond jusqu à la dose maximale recommandée, vous constatez la persistance de 9 articulations douloureuses et de 7 articulations gonflées. Les radiographies au moment du diagnostic étaient sans particularité. Les radiographies actuelles vous sont présentées. Commentez-les. 6

2 Douleurs des mains et des poignets chez une femme de 47 ans Question 7 Quels facteurs de mauvais pronostic de la maladie connaissez-vous? Question 8 Quels seront les principes du traitement à ce stade? 7

3 Comprendre par les dossiers Rhumatologie Corrections Question 1 Quels diagnostics faut-il évoquer? Hiérarchisez-les. (15) Devant une polyarthrite subaiguë, distale, survenant chez une femme en période de périménopause, il faut évoquer de principe les diagnostics suivants, du plus probable au moins vraisemblable : Une polyarthrite rhumatoïde (PR) (5). Une connectivite de type lupus (2) ou syndrome de Gougerot-Sjögren (2). Une spondylarthropathie (2), plus particulièrement un rhumatisme psoriasique de forme périphérique sans psoriasis cutané (2) ou une arthrite réactionnelle (2). Les autres causes de polyarthrite subaiguë sont ici moins vraisemblables : Une polyarthrite infectieuse bactérienne ou virale. Une polyarthrite paranéoplasique. Une polyarthrite microcristalline. Une polyarthrite médicamenteuse. Question 2 Quel est le diagnostic le plus probable? Sur quels arguments? (15) Le diagnostic le plus probable est celui de polyarthrite rhumatoïde (5). On l évoque devant : Le terrain : femme (2) en période de périménopause (1), deuil récent. Le tableau clinique : polyarthrite (> 3 articulations gonflées) (2), de siège bilatéral, symétrique (2) et distal (1), prédominant sur les 2 e et 3 e rayons avec atteinte associée des pieds, d horaire inflammatoire (réveils nocturnes et dérouillage matinal typiques) (2), sans atteinte extra-articulaire évocatrice d une connectivite (signe négatif). Question 3 Quels examens complémentaires proposez-vous? Justifiez vos demandes. (15) Le bilan complémentaire d un rhumatisme inflammatoire débutant doit comporter : Un bilan biologique : à la recherche d'un syndrome inflammatoire : NFS, VS/CRP (1), EPP, fibrinogène ; à visée préthérapeutique : créatininémie et transaminases. Un bilan immunologique à visée diagnostique et afin d écarter les diagnostics différentiels évoqués plus haut : PR : facteur rhumatoïde IgM (2), anticorps anti-ccp (ou ACPA dans la nouvelle nomenclature) (2) ; lupus et autres connectivites : facteur anti-nucléaire (1), en cas de positivité, il faut rechercher des anticorps anti-adn natif (1), des anticorps anti-antigènes nucléaires solubles (ECT) et leur typage (1) ; dosage du complément (C3, C4, CH50) (1), recherche d'une cryoglobulinémie, bandelette urinaire avec recherche de protéinurie (1) ; autres causes immunologiques : sérologies virales (1) VHB, VHC et VIH qui peuvent être responsables de rhumatismes de mécanisme immunologique. Un bilan d'imagerie à la recherche d érosion ou de pincement articulaire (1) : radiographies bilatérales et comparatives, en grandeur normale 1/1 : mains et poignets de face (1) et pieds de face et de ¾ (1) ; radiographie du thorax (1) ; radiographie de toute articulation symptomatique. Question 4 Quel diagnostic faut-il évoquer? (10) On évoque un syndrome de Gougerot-Sjögren (5) secondaire (5) dans le cadre d'une PR. Question 5 Quelles sont les grandes lignes du traitement que vous proposez? (10) On propose une prise en charge ambulatoire, pluridisciplinaire, en urgence (urgence fonctionnelle et structurale), qui doit comporter plusieurs volets. 8

4 Douleurs des mains et des poignets chez une femme de 47 ans Des mesures pharmacologiques avec : Un traitement symptomatique : antalgiques (1) adaptés au niveau des douleurs, évaluées par l EVA (Echelle Visuelle Analogique) ; corticothérapie orale (1), à faibles doses, avec décroissance progressive des doses jusqu'à la dose minimale efficace; mesures associées à la corticothérapie (1) : supplémentation en potassium, en calcium, protection gastrique si nécessaire par IPP, traitement préventif de l'ostéoporose cortisonique en cas de traitement prolongé ; traitement du syndrome sec oculo-buccal (1) : gouttes ophtalmologiques type larmes artificielles, spray buccal, traitement sialogogue. L initiation d'un traitement de fond (1) : en première intention méthotrexate (2), per os, initié à la dose de 10 mg/semaine, avec supplémentation en folates, en l absence de contre-indications (insuffisances rénale, hépatique, grossesse, cytopénies, infection évolutive) et après bilan préthérapeutique (1) (alternatives : léflunomide, sulfasalazine). Des mesures non pharmacologiques (1) : Kinésithérapie. Ergothérapie : orthèses, lutte contre les déformations articulaires, apprentissage des règles d économie articulaire. Les mesures classiquement associées aux pathologies chroniques : Prise en charge à 100% au titre d ALD (1). Soutien psycho-social. Education et information de la patiente. Une surveillance : De l activité de la PR : DAS 28, évolution structurale, VS, CRP. De son retentissement fonctionnel : HAQ. De la tolérance du traitement : NFS et bilan hépatique. Question 6 Les radiographies actuelles vous sont présentées. Commentez-les. (15) Il s agit de radiographies bilatérales et comparatives des mains et poignets de face et des pieds de ¾ (2). 9

5 Comprendre par les dossiers Rhumatologie Elles mettent en évidence des lésions évoluées, typiques de PR (1) : Au niveau des poignets : une carpite (2) fusionnante destructrice bilatérale avec destruction des articulations radio-ulnaires distales. Au niveau des mains : un aspect de déminéralisation épiphysaire en bandes (2), des érosions et un pincement global des interlignes articulaires (2) intéressant métacarpo-phalangiennes (MCP) et interphalangiennes proximales associés à des subluxations (1) des MCP 2 et 3 droites et 2, 3 et 4 gauches, avec un respect des interphalangiennes distales. Au niveau des pieds : des érosions et un pincement global des interlignes articulaires (2) intéressant les métatarsophalangiennes avec en particulier une destruction bilatérale des têtes des 5èmes métatarsiens (2) et un aspect de subluxation (1) des 2 e, 3 e et 4 e rayons. Question 7 Quels facteurs de mauvais pronostic de la maladie connaissez-vous? (10) Plusieurs facteurs sont prédictifs d une évolution clinique et radiologique plus sévère de la PR : Les facteurs cliniques : début aigu et polyarticulaire (1), présence d atteintes extra-articulaires (1). Les facteurs biologiques : syndrome inflammatoire marqué (VS, CRP) (2), titre élevé de FR (IgA) (2), présence d ACPA (2). Les facteurs radiologiques : précocité d apparition des érosions (2). Les facteurs individuels : terrain HLA DR4, sexe féminin, âge de début élevé, faible niveau de formation, statut socio-économique défavorisé, mauvaise réponse aux traitements de fond. Question 8 Quels seront les principes du traitement à ce stade? (10) Le traitement de fond par méthotrexate à la dose maximale recommandée, en monothérapie, n a pas permis de contrôler la maladie puisque celle-ci reste active sur le plan clinique et progresse sur le plan structural. On doit donc proposer : Un renforcement du traitement symptomatique (2) avec une reprise ou une majoration transitoire de la corticothérapie générale (1), des antalgiques de palier supérieur et éventuellement des gestes infiltratifs locaux. Une modification du traitement de fond : introduction d une biothérapie par anti-tnf alpha (4) en première intention : infliximab, etanercept ou adalimumab ; en association au méthotrexate (1) ; après bilan pré-thérapeutique (1) : IDR, recherche de foyers infectieux dentaires ou ORL, radiographie de thorax, sérologies VHB, VHC, VIH et contrôle et mise à jour des vaccinations ; en l absence de contre-indications (1) : infections aiguës ou chroniques évolutives, néoplasie ou hémopathie, lésion précancéreuse, maladie démyélinisante, insuffisance cardiaque sévère, grossesse ou allaitement, allergie. Items de l ECN 4 - Évaluation des examens complémentaires dans la démarche médicale : prescriptions utiles et inutiles. 5 - Indications et stratégies d utilisation des principaux examens d imagerie Pathologies auto-immunes : aspects épidémiologiques, diagnostiques et principes de traitement Polyarthrite rhumatoïde Douleur et épanchement articulaire. Arthrite d évolution récente. Conférences de consensus abordées dans le dossier 1. Haute Autorité de Santé. Recommandation pour la pratique clinique. Polyarthrite Rhumatoïde (PR) : diagnostic et prise en charge initiale. Septembre Haute Autorité de Santé. Recommandation pour la pratique clinique. Polyarthrite Rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état. Septembre

6 Douleurs des mains et des poignets chez une femme de 47 ans 3. Haute Autorité de Santé. Recommandation pour la pratique clinique. Polyarthrite Rhumatoïde (PR) : synthèse de l ensemble des recommandations. Septembre http :// lensemble_des_recommandations.pdf Commentaires et rappels Polyarthrite rhumatoïde La polyarthrite rhumatoïde (PR) est le rhumatisme inflammatoire chronique le plus fréquent et le plus sévère. Le diagnostic doit être fait aussi précocement que possible car le traitement a plus de chance d être efficace et de limiter la progression de la maladie et l apparition de lésions irréversibles. Formes cliniques débutantes Oligoarthrite ou polyarthrite (70%) d installation progressive, distale et symétrique, fixe, touchant les poignets, les métacarpo-phalangiennes (MCP) (surtout 2 ème et 3 ème ), les interphalangiennes proximales (IPP), et parfois les avants-pieds (métatarsophalangiennes et IPP), épargnant les interphalangiennes distales. Les douleurs sont de rythme inflammatoire : douleurs nocturnes, maximales au réveil, avec enraidissement articulaire s améliorant au cours de la matinée. Des signes généraux sont possibles (fièvre, asthénie) et le plus souvent modérés. Polyarthrite aiguë fébrile (20% cas) avec altération générale Autres modes de début : Polyarthrite rhizomélique : touchant les épaules et les hanches, surtout chez les sujets de plus de 60 ans. Diagnostic différentiel : PPR. Monoarthrite aiguë : surtout le poignet et le genou. Diagnostic différentiel à écarter : arthrite septique. Rhumatisme palindromique : douleurs inflammatoires intermittentes, fugaces (régression spontanée en heures) et migratrices, accompagnées de rougeur localisée en regard de l articulation. Bilan initial en cas de suspicion de PR Adapté des recommandations HAS : Recommandation pour la pratique clinique. Polyarthrite Rhumatoïde (PR) : diagnostic et prise en charge initiale. Septembre Diagnostic positif de PR : Biologie à réaliser dès la 1 ère consultation : Recherche de facteur rhumatoïde (FR) IgM par technique ELISA ou néphélométrique. Les techniques Latex et Waaler-Rose ne sont plus recommandées. Recherche d anticorps anti-peptides citrullinés (anti-ccp ou ACPA) par technique ELISA. Mesure de la VS. Dosage de la protéine C réactive (CRP). La positivité d un des 2 tests (FR ou anti-ccp) est un élément fort en faveur du diagnostic positif (les anti-ccp étant plus spécifiques). La négativité simultanée des 2 tests ne permet pas d éliminer le diagnostic. La présence d un syndrome inflammatoire n est pas spécifique de PR. Imagerie : au minimum, recherche d érosions et/ou de pincement d interligne : Radiographies des mains et poignets de face. Radiographies des pieds face et ¾. Radiographies bilatérales et comparatives de toute articulation symptomatique Pour confirmer le diagnostic de synovite en cas de doute clinique uniquement : échographie-doppler (l IRM n est pas recommandée en routine clinique). Diagnostic différentiel, au minimum : Recherche d anticorps anti-nucléaires ; pour les connectivites. Examen du liquide synovial si facilement accessible (par exemple : synovite du genou) ; pour une arthropathie microcristalline ou infectieuse. 11

7 Comprendre par les dossiers Rhumatologie NFS ; à la recherche d une leuco ou lymphopénie pouvant orienter vers un syndrome de Sjögren ou thrombopénie (lupus systémique). Bandelette urinaire à la recherche d une protéinurie et/ou d une hématurie, dosage de la créatininurie à la recherche d une néphropathie pouvant s intégrer dans le cadre d un lupus. Radiographie de thorax à la recherche d une sarcoïdose, d une tuberculose. Dosage d ALAT et ASAT. DAS28 : outil d évaluation de l activité de la maladie Parmi les indices utilisés pour le suivi et l évaluation de l activité de la PR, le DAS 28 est l indice composite le plus fréquemment utilisé. Il est calculé à partir des éléments suivants : Le nombre d'articulations douloureuses sur 28 articulations (IPP, MCP, poignets, coudes, épaules, genoux). Le nombre d'articulations gonflées à l examen clinique, sur 28 articulations. La vitesse de sédimentation à la première heure. L EVA de l opinion du patient sur l activité de sa maladie. En fonction de sa valeur, la maladie est considérée comme active ou en rémission, et le traitement de fond adapté : DAS < 2,6 : rémission ; DAS > 5,1 : très active. Critères de classification de la polyarthrite rhumatoïde proposés par l American College of Rheumatology en Raideur articulaire matinale de durée > 1 heure durant un minimum de 6 semaines. 2. Gonflement des parties molles, touchant au moins 3 articulations simultanément. 3. Gonflement d au moins une articulation des mains (poignet, MCP ou IPP*) durant un minimum de 6 semaines, observé par un médecin. 4. Atteinte articulaire simultanée symétrique (une atteinte bilatérale sans symétrie absolue des MCP, IPP ou MTP* est acceptée). 5. Atteinte radiologique typique de PR des mains (IPP, MCP*) et poignets avec présence nécessaire d érosions ou de déminéralisation touchant les articulations atteintes de façon exclusive et prédominante. 6. Nodules sous-cutanés rhumatoïdes observés par un médecin (saillies osseuses faces d extension, régions juxta-articulaires). 7. Sérologie rhumatoïde positive (taux anormal par toute méthode où la positivité n existe que chez < 5 % d une population témoin normale). 4 critères sur 7 doivent être présents. Pour les critères 1 à 4 une durée minimum de 6 semaines est exigée. Il ne s agit pas de critères diagnostiques mais de classification. Leur sensibilité, notamment dans les formes débutantes, est faible. Traitement de la PR Objectifs : Obtenir la rémission (DAS28 < 2,6). Prévention des lésions structurales et du handicap fonctionnel. Limiter les conséquences psychosociales. Améliorer la qualité de vie. Stratégie thérapeutique devant une PR débutante : traitement de fond toujours indiqué 1 ère intention Le méthotrexate est le traitement de fond de référence de 1 re intention : Posologie initiale de minimum 10 mg/semaine à adapter à la fonction rénale et à la réponse thérapeutique (dose maximale 25 mg/semaine). Les formes parentérales sous-cutanées et intramusculaires sont utilisables en cas d insuffisance de réponse ou d intolérance digestive. Acide folique en association pour prévenir les effets digestifs, à prendre 48 heures après le méthotrexate. Contraception efficace indispensable en raison des effets tératogènes. Alternatives en cas de contre-indication au méthotrexate : léflunomide, sels d or ou salazopyrine en association à une corticothérapie orale. 2 e intention, en cas d échec ou de perte d efficacité et/ou de toxicité du traitement de 1 re intention En l absence de signes péjoratifs : remplacer le méthotrexate par léflunomide, sels d or ou salazopyrine. 12

8 Douleurs des mains et des poignets chez une femme de 47 ans Si facteurs de mauvais pronostic : adjonction d une biothérapie en association au traitement de fond précédent : anti-tnf alpha (adalimumab, etanercept, infliximab ou certolizumab pegol). 3 e intention, en cas d échec ou de perte d efficacité et/ou de toxicité du traitement de 2 e intention Remplacer la biothérapie par un 2 e anti-tnf alpha ou abatacept (CTLA4-Ig) ou rituximab (anticorps monoclonal anti-cd20) ou tocilizumab (anticorps monoclonal anti-récepteur de l IL-6) Corticothérapie générale Permet de réduire les symptômes et l évolution structurale en attendant l effet du traitement de fond (3 à 8 semaines pour le méthotrexate). Dose 0,15 mg/kg/jour sans dépasser 10 mg/jour de prednisone. Traitements locaux Injections intra articulaires de glucocorticoïde retard, justifiées en cas d inflammation locale persistante. Traitement pharmacologiques symptomatiques Antalgiques et AINS per os. Traitements non pharmacologiques Réadaptation fonctionnelle indiquée à tous les stades de la maladie. Programme d exercices : maintien du mouvement autant que possible, apprentissage des gestes à éviter. Appareillages : orthèses de nuit, surtout au moment des poussées ; ou orthèses de correction pour réduire certaines déformations (ex. doigts en boutonnière). Rééducation globale : douce, indolore, travail des amplitudes fonctionnelles. Facteurs prédictifs d évolution radiologique Nombre d articulations atteintes. Marqueurs biologiques d inflammation (VS, CRP). FR positif. Positivité des anti-ccp. Erosions articulaires précoces. Nodules rhumatoïdes et manifestations extra-articulaires. Gènes HLA-DRB1*O4 surtout si présent sur 2 allèles. De nouveaux critères de classification ACR-EULAR viennent ont été publiés en 2010 mais leur application en pratique et dans le diagnostic de la PR sont en cours d évaluation. Critères diagnostiques américano-européens du syndrome de Gougerot-Sjögren 1- Symptômes buccaux : a) sensation quotidienne de sécheresse buccale pendant plus de 3 mois ; b) gonflement persistant ou récurrent des glandes parotides chez l adulte ; c) nécessité de boire fréquemment des liquides pour permettre la déglutition des aliments. 2- Signes oculaires : a) test de Schirmer pathologique : moins de 5 mm en 5 minutes (sans anesthésie) ; b) test au rose Bengale ou autre colorant pathologique (score 4 selon Van Bijsterveld). 3- Signes histologiques : sialadénite lymphocytaire appréciée par un expert anatomopathologiste, comportant au moins un foyer lymphocytaire pour 4 mm 2 de tissu glandulaire. Un foyer lymphocytaire est adjacent à une zone de muqueuse normale et doit comporter au moins 50 lymphocytes. Ceci correspond à un score de Chisholm supérieur ou égal à Atteinte objective des glandes salivaires, définie par au moins un test pathologique : a) flux salivaire non stimulé < 1,5 ml en 15 minutes ; b) sialographie parotidienne montrant des atélectasies diffuses sans obstruction des canaux principaux ; c) retard de capture, ou faible concentration, ou retard de sécrétion du traceur sur la scintigraphie salivaire. 5- Présence d auto-anticorps anti-ssa (Ro) ou anti-ssb (La) ou les deux. Le SGS primitif est défini par la présence de 4 des 6 critères dont le critère histologique ou le critère sérologique ou la présence d au moins 3 des 4 critères objectifs (items 3, 4, 5 ou 6). 13

9 Comprendre par les dossiers Rhumatologie Le SGS secondaire est défini par la présence du critère 1 ou 2, et deux des critères 3, 4 ou 5, chez un patient ayant une maladie associée (autre connectivite). Le diagnostic de SGS est exclu en cas de : Irradiation cervicofaciale. Hépatite C chronique. SIDA. Lymphome préexistant. Sarcoïdose. Réaction du greffon contre l hôte. Utilisation de médicaments anticholinergiques (après au moins 4 demi-vies. 14

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE (PR): CE QU IL FAUT SAVOIR EN MÉDECINE GÉNÉRALE

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE (PR): CE QU IL FAUT SAVOIR EN MÉDECINE GÉNÉRALE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE (PR): CE QU IL FAUT SAVOIR EN MÉDECINE GÉNÉRALE H. DINTINGER Cabinet de rhumatologie Paixhans/ Attaché service de médecine interne et rhumatologie hôpital Legouest METZ Un message

Plus en détail

Collection 24 heures / Pôle : Appareil locomoteur

Collection 24 heures / Pôle : Appareil locomoteur Dossier N 9 Mme L, âgée de 58 ans, consulte en raison de douleurs inflammatoires touchant principalement les mains, les poignets et les chevilles, évoluant depuis 8 mois et résistant aux traitements antalgiques

Plus en détail

LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES

LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES 23.03.09 Dr Jacquier Orthopédie - Rhumatologie - Traumatologie I)La Polyarthrite Rhumatoïde (PR) B)Signes fonctionnels C)Signes physiques F)Radios G)Traitement LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES 1)Traitement

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde : la place des autoanticorps

Polyarthrite rhumatoïde : la place des autoanticorps : la place des autoanticorps EASI Core Group Italie Danemark Angleterre lgg Fc Fab lgg France Israël Allemagne Hollande lgg Espagne EASI (European Autoimmunity Standardization Initiative) Ce groupe de

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde

Polyarthrite rhumatoïde RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Polyarthrite rhumatoïde Prise en charge en phase d état RECOMMANDATIONS Septembre 2007 1 L argumentaire scientifique de ces recommandations est téléchargeable sur www.has-sante.fr

Plus en détail

Item 121 : Polyarthrite rhumatoïde (Évaluations)

Item 121 : Polyarthrite rhumatoïde (Évaluations) Item 121 : Polyarthrite rhumatoïde (Évaluations) Date de création du document 2008-2009 CAS CLINIQUE : CAS CLINIQUE N 8 Scénario : Vous voyez en consultation pour la première fois Madame H., âgée de cinquante

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007)

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) SYNTHESE DE RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) OBJECTIFS DES RECOMMANDATIONS : Avoir un impact sur la prise en charge quotidienne

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Arrêté du 6 août 2010 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables aux assurés sociaux NOR : SASS1021239A

Plus en détail

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Quel est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires? Quelle

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde mise au point M. Piperno Centre Hospitalier Lyon Sud. Jeudis de l Europe 20 septembre 2012

Polyarthrite rhumatoïde mise au point M. Piperno Centre Hospitalier Lyon Sud. Jeudis de l Europe 20 septembre 2012 Polyarthrite rhumatoïde mise au point M. Piperno Centre Hospitalier Lyon Sud Jeudis de l Europe 20 septembre 2012 J ai actuellement une affiliation ou des intérêts financiers ou intérêts de tout ordre,

Plus en détail

DOULEURS ARTICULAIRES

DOULEURS ARTICULAIRES DOULEURS ARTICULAIRES DEFINITIONS ARTHRALGIES ARTHRITES (Atteinte de la synoviale): INFECTIEUX, INFLAMMATOIRE, METABOLIQUE ARTHROSE (atteinte du cartilage) MODALITES DE L'EXAMEN CLINIQUE - Siège - Horaire

Plus en détail

De l Arthrite Juvénile Idiopathique au Syndrome de Chevauchement A. VENAILLE - GRENOBLE

De l Arthrite Juvénile Idiopathique au Syndrome de Chevauchement A. VENAILLE - GRENOBLE De l Arthrite Juvénile Idiopathique au Syndrome de Chevauchement A. VENAILLE - GRENOBLE Kévin, né en 1991 Pas d antécédents familiaux ni personnels Vaccins à jour Début du suivi pour maladie inflammatoire

Plus en détail

POLYARTHRALGIES Orientations et Bilans. Pr. Martin Soubrier Service de Rhumatologie CHU Gabriel MOMPIED

POLYARTHRALGIES Orientations et Bilans. Pr. Martin Soubrier Service de Rhumatologie CHU Gabriel MOMPIED POLYARTHRALGIES Orientations et Bilans Pr. Martin Soubrier Service de Rhumatologie CHU Gabriel MOMPIED Des étiologies multiples Polysynovite distale symétrique fixe nue : polyarthrite rhumatoïde Oligoarthrite

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Polyarthrite rhumatoïde évolutive grave

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Polyarthrite rhumatoïde évolutive grave GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Polyarthrite rhumatoïde évolutive grave Avril 2008 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service communication 2, avenue du Stade-de-France

Plus en détail

Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque

Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque I. Lustenberger 1 *, P. Wiesel 2, A. K. So 1, J. C. Gerster 1. 1 Service de Rhumatologie et Réhabilitation, Hospices CHUV, Lausanne, Suisse 2

Plus en détail

ANTICORPS ANTI PROTEINES CITRULLINES

ANTICORPS ANTI PROTEINES CITRULLINES ANTICORPS ANTI PROTEINES CITRULLINES Intérêt pour le diagnostic et le pronostic de la polyarthrite rhumatoïde Dr Marie DESROUSSEAUX Pharmacien Biologiste Laboratoire Biocentre LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE

Plus en détail

DIAGNOSTIC D'UNE HANCHE DOULOUREUSE

DIAGNOSTIC D'UNE HANCHE DOULOUREUSE Il est en règle facile parce qu il s agit le plus souvent d une coxarthrose que l on reconnaît sur la radio simple. Il faut néanmoins savoir qu une douleur de hanche ne correspond pas toujours à une atteinte

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 13 décembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 13 décembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 décembre 2006 MABTHERA 100 mg, solution à diluer pour perfusion (CIP 560 600-3) B/2 MABTHERA 500 mg, solution à diluer pour perfusion (CIP 560 602-6) B/1 ROCHE rituximab

Plus en détail

LA SPONDYLARTHRITE ANKYLOSANTE Rhumatisme inflammatoire chronique du bassin et de la colonne vertébrale ème rhumatisme inflammatoire chronique après la Polyarthrite Rhumatoïde et le Rhumatisme Psoriasique

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Congrès de Médecine Générale de l UCL Nouveautés en rhumatologie

Congrès de Médecine Générale de l UCL Nouveautés en rhumatologie Congrès de Médecine Générale de l UCL Nouveautés en rhumatologie B. Lauwerys Service de Rhumatologie Cliniques Universitaires Saint-Luc Novembre 2009 Prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde X Polyarthrite

Plus en détail

Il n y a pas d âge pour souffrir d arthrite!

Il n y a pas d âge pour souffrir d arthrite! Il n y a pas d âge pour souffrir d arthrite! Dr. Sarah Campillo Rhumatologue pédiatrique, Hôpital de Montréal pour enfants Juvenile rheumatoid arthritis: growth retardation Savez-vous que L arthrite touche

Plus en détail

I Les rencontres PRISME

I Les rencontres PRISME I Les rencontres PRISME Paris 27 mars 2010 Le programme PRISME est dédié à la formation médicale des rhumatologues libéraux et hospitaliers et à la prise en charge des Rhumatismes Inflammatoires Chroniques

Plus en détail

Pseudopolyarthrite rhizomélique

Pseudopolyarthrite rhizomélique Pseudopolyarthrite rhizomélique C est l histoire D une vieille dame de 76 ans, sans problème particulier, jusqu au jour où. CLINIQUE -Elle se plaint de douleurs des épaules et des hanches avec des épisodes

Plus en détail

I. Polyarthrite rhumatoïde

I. Polyarthrite rhumatoïde I. Polyarthrite rhumatoïde Définition : - maladie systémique courante - maladie inflammatoire chronique - polyarthrite bilatérale Épidémiologie : - 1 % de la population - ratio femme/homme de 3 / 1 Etiologie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 mars 2012 ORENCIA 250 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion Boîte de 1 flacon (CIP 570 892.7) Boîte de 1 flacon (CIP 580 989.3) Laboratoires BRISTOL-MYERS

Plus en détail

Arthropathies microcristallines I. INTODUCTION

Arthropathies microcristallines I. INTODUCTION Arthropathies microcristallines I. INTODUCTION dépôts intra-articulaires ou péri-articulaires de microcristaux cristaux d urate de sodium => goutte cristaux calciques => chondrocalcinose phosphates de

Plus en détail

Diagnostic et mesure de l activité du rhumatisme psoriasique. Pr P. CLAUDEPIERRE CHU Henri Mondor - Créteil

Diagnostic et mesure de l activité du rhumatisme psoriasique. Pr P. CLAUDEPIERRE CHU Henri Mondor - Créteil Diagnostic et mesure de l activité du rhumatisme psoriasique Pr P. CLAUDEPIERRE CHU Henri Mondor - Créteil Diagnostic Spondylarthropathies SA Juvénile Spondylarthrite Ankylosante Spondylarthrite Indifférenciée

Plus en détail

testez-vous! «24 dossiers D4 par pôle» pour réussir vos ECN et votre classement!

testez-vous! «24 dossiers D4 par pôle» pour réussir vos ECN et votre classement! : t i u t a r g t i a Extr testez-vous! «24 dossiers D4 par pôle» pour réussir vos ECN et votre classement! Collection 24 heures / Pôle : Appareil locomoteur 8 Dossier N 1 2 Mme T, âgée de 65 ans se présente

Plus en détail

Dr Michael WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX

Dr Michael WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX Dr Michael WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX 1. DEFINITIONS-CLASSIFICATIONS 2. RAPPELS ANATOMIQUES 3. L ARTHROSE 4. L ARTHRITE 5. L OSTEOPOROSE 6. CONCLUSION DEFINITIONS -CLASSIFICATION Articulation =

Plus en détail

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale Malaychanh, Hué, Todisoa 1 Données générales Un garçon, 14 ans, collégien Habitant à Salakham, district Hadsayphong, capitale Vientiane Date entrée:10/

Plus en détail

Le programme. Treat To Target (TtT) [1,2] Une prise en charge ciblée traiter et personnalisée

Le programme. Treat To Target (TtT) [1,2] Une prise en charge ciblée traiter et personnalisée Le programme Treat To Target (TtT) [1,2] Une prise en charge ciblée traiter et personnalisée vers la cible Mettre en place des objectifs thérapeutiques pour mieux gérer sa polyarthrite rhumatoïde Soutenu

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C 1 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

Quoi de neuf dans les rhumatismes inflammatoires

Quoi de neuf dans les rhumatismes inflammatoires Quoi de neuf dans les rhumatismes inflammatoires Dr André BASCH Rhumatologie Infirmerie Protestante Caluire Hôpital Henry GABRIELLE- St Genis Laval Discussion autour de cas cliniques Cas 1 Femme de 32

Plus en détail

48 e CONGRES DE L A.M.U.B.

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. 48 e CONGRES DE L A.M.U.B. Place des nouveaux critères de classification des spondyloarthrites en pratique clinique Dr. L.Tant Rhumatologue Service de Rhumatologie et Médecine Physique ULB- Hôpital Erasme

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

LES MEDICAMENTS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDES

LES MEDICAMENTS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDES 1 Introduction LES MEDICAMENTS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDES 2 La polyarthrite rhumatoïde est une maladie caractérisée par une inflammation chronique du tissus synovial. Dr Myriam RAZGALLAH KHROUF A-H-U-pharmacologie,

Plus en détail

Quelques nouveautés et bonnes pratiques en Biologie Médicale

Quelques nouveautés et bonnes pratiques en Biologie Médicale Quelques nouveautés et bonnes pratiques en Biologie Médicale Dr Eric Sevin, Biologiste Médical Groupe Biolyss 1 CDT et imprégnation alcoolique 2 Transferrine Transferrine, glycoprotéine présente dans le

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

La pseudo polyarthrite rhizomélique

La pseudo polyarthrite rhizomélique La pseudo polyarthrite rhizomélique Journée de formation médicale continue Jeudi 29 janvier 2015 Béatrice Bouvard Conflits d intérêts de l orateur en rapport avec le thème de la conférence AUCUN La PPR

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS BUT DE LA DEMARCHE : ce référentiel concerne l évaluation de la prise en charge diagnostique et thérapeutique des phlegmons périamygdaliens Définition. Cette collection

Plus en détail

traitement de la SEP *

traitement de la SEP * 4 Le traitement de la SEP * * Sclérose en plaques Cette brochure fait partie d'une série de brochures sur la Sclérose En Plaques (SEP). Bien qu'il n'existe pas à l'heure actuelle de traitement capable

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

Maladies auto-inflammatoires pratiques pour les francophones

Maladies auto-inflammatoires pratiques pour les francophones Maladies auto-inflammatoires pratiques pour les francophones Atelier pratique du Samedi 8 Septembre : cas résistants aux thérapeutiques classiques ou de la bonne utilisation des biothérapies Eric HACHULLA

Plus en détail

Elaboration de Recommandations. l utilisation des biothérapies dans

Elaboration de Recommandations. l utilisation des biothérapies dans Elaboration de Recommandations pour la Pratique Clinique pour l utilisation des biothérapies dans les spondylarthropathies T. Pham, F. Guillemin, P. Claudepierre, M. Luc, C. Miceli, M. de Bandt, M. Breban,

Plus en détail

Atteintes hépatiques de la polyarthrite rhumatoïde

Atteintes hépatiques de la polyarthrite rhumatoïde Chapitre 2 Atteintes hépatiques de la polyarthrite rhumatoïde G. Falgarone, P. Nahon, M.-C. Boissier Résumé Le foie n'est pas habituellement le siège d'atteintes spécifiques lors de la polyarthrite rhumatoïde

Plus en détail

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE/ RHEUMATOID ARTHRITIS

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE/ RHEUMATOID ARTHRITIS 1 POLYARTHRITE RHUMATOÏDE/ RHEUMATOID ARTHRITIS Jacques Morel et Bernard Combe Service d'immuno-rhumatologie, CHU Lapeyronie 34295 MONTPELLIER cedex 5 j-morel@chu-montpellier.fr La polyarthrite rhumatoïde

Plus en détail

Polyarthrite Rhumatoïde. Rémission. traitements médicamenteux

Polyarthrite Rhumatoïde. Rémission. traitements médicamenteux Polyarthrite Rhumatoïde & Rémission traitements médicamenteux Rémission : Contrôle des symptômes Contrôle de la douleur et de l inflammation articulaire Rémission stable dans le temps Préservation des

Plus en détail

Intérêt et Bon usage des anti-tnf-a. Docteur Martin SOUBRIER Service de rhumatologie Hôpital Gabriel Montpied Clermont-Ferrand

Intérêt et Bon usage des anti-tnf-a. Docteur Martin SOUBRIER Service de rhumatologie Hôpital Gabriel Montpied Clermont-Ferrand Intérêt et Bon usage des anti-tnf-a Docteur Martin SOUBRIER Service de rhumatologie Hôpital Gabriel Montpied Clermont-Ferrand UN DIAGNOSTIC PRECOCE Signes cliniques Raideur matinale >30 minutes Durée d

Plus en détail

Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique

Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique Dominique Chauveau Néphrologie et Immunologie Clinique CHU Rangueil, Toulouse Centre de Compétences «Maladies auto immunes» de Midi Pyrénées

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des recommandations

Plus en détail

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie Polyarthrite Rhumatoïde & Rémission qualité de vie Rémission : Contrôle des symptômes Contrôle de la douleur et de l inflammation articulaire Rémission stable dans le temps Préservation des articulations

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Nouveaux traitements en rhumatologie pédiatrique: les médicaments biologiques

Nouveaux traitements en rhumatologie pédiatrique: les médicaments biologiques Nouveaux traitements en rhumatologie pédiatrique: les médicaments biologiques Quelles indications, comment les utiliser, quelles précautions prendre? Michaël Hofer, Lausanne et Genève La prise en charge

Plus en détail

Syndrome du canal carpien

Syndrome du canal carpien Syndrome du canal carpien Dr Xavier Martinache Qu est ce que le syndrome du canal carpien? Le syndrome du canal carpien correspond à une compression d un gros nerf situé dans la paume de votre main :le

Plus en détail

ARTHROPATHIES MICROCRISTALLINES

ARTHROPATHIES MICROCRISTALLINES ARTHROPATHIES MICROCRISTALLINES 1 Affections provoquées par la présence de microcristaux dans l articulation Goutte Chondrocalcinose Dans les tissus avoisinants Rhumatisme à Hydroxyapatite 2 LA GOUTTE

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia PRISE EN CHARGE D UN ICTERE A Brams, Viscéralis, Synergia F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia CAS CLINIQUE Monsieur X, âgé de 69 ans, vous consulte pour un ictère associé à une altération de

Plus en détail

Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans

Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans Enoncé Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans Vous recevez en consultation Mme D., âgée de 75 ans, accompagnée de son fils. Celui-ci vous explique qu il craint que sa mère n ait la maladie

Plus en détail

Signe : preuve objective d une maladie observée par le médecin qui a examiné le patient. Symptôme : observation subjective rapportée par le patient.

Signe : preuve objective d une maladie observée par le médecin qui a examiné le patient. Symptôme : observation subjective rapportée par le patient. (Traduction de la page 139) Chapitre 13 Symptômes, signes et maladies mal définies Aperçu du chapitre Beaucoup de signes et symptômes sont classés dans le chapitre 18 d ICD-10-CM s ils réfèrent à des systèmes

Plus en détail

RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES

RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES CITRULLINÉES LES ANTICORPS ANTI-KÉRATINE () Classement NABM : chapitre 8 Immunologie code : 1464 LES ANTICORPS ANTI-PEPTIDES CYCLIQUES CITRULLINÉS () Classement NABM

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS POLYARTHRITE RHUMATOIDE Traitements classiques Antimalariques Sels d or D-Penicillamine

Plus en détail

Inflectra (infliximab) Questions fréquemment posées

Inflectra (infliximab) Questions fréquemment posées Programmes publics de médicaments de l Ontario Inflectra (infliximab) Questions fréquemment posées 1. Quel est le statut de remboursement d Inflectra (infliximab)? À partir du 25 février 2016, Inflectra

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

Cas cliniques. Monsieur L., 25 ans. Urticaire : aspect histologique. Comment confirmer le diagnostic?

Cas cliniques. Monsieur L., 25 ans. Urticaire : aspect histologique. Comment confirmer le diagnostic? Monsieur L., 25 ans Cas cliniques Camille Francès Service de Dermatologie Allergologie Hôpital Tenon camille.frances@tnn.aphp.fr Cuisinier, célibataire, sans enfant; Pas d antécédent personnel ou familial;

Plus en détail

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 UE11.3 HEM 10 nov 2015 1 UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 CG/ TB 10 nov 2015 DC2 révision Chez une femme de 59 ans, une échographie abdominale a été réalisée devant des douleurs abdominales intermittentes

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail

FMC du Val de Creuse Mercredi 13 juin 2012

FMC du Val de Creuse Mercredi 13 juin 2012 Dr C Bonnet CHU Limoges FMC du Val de Creuse Mercredi 13 juin 2012 Femme de 45 ans, sans ATCD particulier, vous consulte car elle souffre depuis plus de 3 mois de douleurs inflammatoires articulaires touchant

Plus en détail

Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires

Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires Patiente de 43 ans ATCD : tabagisme sevré 2003, G3P2 Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires Biologie : Cytolyse, cholestase ALAT, ASAT 80, GGT 107,

Plus en détail

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Rhumatismes inflammatoires Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Polyarthrite Rhumatoïde PR La plus fréquente des polyarthrites chroniques 1% de la pop. Femmes ++. 50 ans Signes fonctionnels Douleur

Plus en détail

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile PLAN A - Facteurs de risque infectieux B - Définition d une neutropénie C - Définition d une neutropénie fébrile La fièvre Critères prédictifs de survenue d un épisode fébrile Etiologie de la fièvre au

Plus en détail

J ai mal à la main, j en parle INFORMER

J ai mal à la main, j en parle INFORMER j en parle INFORMER Les maux de mains Qu elle soit d origine tendineuse, osseuse ou musculaire, artérielle ou veineuse, la douleur de la main chez l adulte doit être médicalement suivie afin d en déterminer

Plus en détail

Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique. Dr C Bradstreet Service de médecine interne SEMINAIRES IRIS

Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique. Dr C Bradstreet Service de médecine interne SEMINAIRES IRIS Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique Dr C Bradstreet Service de médecine interne Séminaire des services d urgence Campus Érasme Définition Pathologie acquise

Plus en détail

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux IRM DE LA MOELLE OSSEUSE Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux OBJECTIFS Décrire la composition et la distribution normale des différentes moelles osseuses en fonction de l âge Connaître le signal

Plus en détail

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009 Le bon usage des antibiotiques dans les infections urinaires du sujet âgé Dr F. LECOMTE CHIC QUIMPER L infection urinaire: Recommandations 2009 Classification IU simples ou non compliquées (AP) Cystite

Plus en détail

Arthrite juvénile idiopathique

Arthrite juvénile idiopathique GUIDE MÉDECIN - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Arthrite juvénile idiopathique Protocole national de diagnostic et de soins Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2,

Plus en détail

Quel bilan pour le diagnostic de SEP?

Quel bilan pour le diagnostic de SEP? Quel bilan pour le diagnostic de SEP? Questions Quel bilan complémentaire doit-il être proposé devant un épisode démyélinisant inaugural? Quelles autres pathologies (que la SEP ou un épisode démyélinisant

Plus en détail

Epidémiologie et diagnostic des arthroses Dr. YOUNES Mohamed

Epidémiologie et diagnostic des arthroses Dr. YOUNES Mohamed Epidémiologie et diagnostic des arthroses Dr. YOUNES Mohamed Service de Rhumatologie EPS Tahar Sfar de Mahdia JSBM 2013 Introduction Maladie dégénérative de l articulation due à une dégradation progressive

Plus en détail

Arthrose et sport Séméiologie et principes thérapeutiques

Arthrose et sport Séméiologie et principes thérapeutiques Arthrose et sport Séméiologie et principes thérapeutiques DIU Pathologie de l appareil locomoteur liée au sport D. Wendling ARTHROSE Résultante des phénomènes mécaniques et biologiques qui déstabilisent

Plus en détail

RECOMMANDATION FINALE DU CCCEM

RECOMMANDATION FINALE DU CCCEM RECOMMANDATION FINALE DU CCCEM NOUVELLE PRÉSENTATION DE L ABATACEPT (Orencia Bristol-Myers Squibb) Indication : Polyarthrite rhumatoïde La présente recommandation remplace la recommandation du CCCEM à

Plus en détail

Polyarthrites du sujet âgé

Polyarthrites du sujet âgé Polyarthrites du sujet âgé Classique FR+ ACCP+ PR rhizomélique ou PPR Évolution PR avec oedèmes PR bénigne FR- FR PR pseudo septique Polyarthrites du sujet âgé Le rhumatisme psoriasique est le plus tardif

Plus en détail

Conditions de l AMM 1

Conditions de l AMM 1 Page 1 de 9 RECOMMANDATIONS CONCERNANT L UTILISATION DES IMMUNOMODULATEURS BIOLOGIQUES OU «BIOTHÉRAPIES» DANS LES MALADIES INFLAMMATOIRES À MÉDIATION IMMUNITAIRE (IMID) VERSION COURTE 1. INTRODUCTION Les

Plus en détail

IMAGERIE THORACIQUE. Principales causes des examens inutiles. Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics. Prescription d un examen d imagerie

IMAGERIE THORACIQUE. Principales causes des examens inutiles. Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics. Prescription d un examen d imagerie Septembre 2008 ; N 17 IMAGERIE THORACIQUE Principales causes des examens inutiles Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics Prescription d un examen d imagerie Grossesse et protection de l embryon

Plus en détail

L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE

L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE DE L ADULTE DOSSIER DOCUMENTAIRE JUIN 2009 COMITE DE REDACTION René LE JEUNE Jean BATTINI Arnaud GANNE Jean-Yves HASCOET COMITE DE RELECTURE Didier MYHIE Hervé

Plus en détail

Conduite à tenir devant un angio-oedème

Conduite à tenir devant un angio-oedème Conduite à tenir devant un angio-oedème Animateur: Dr E. Schneider Expert: Dr M-T. Guinnepain Rapporteur: Dr Ph. Lebrun 12 Participants Allergologues et Pneumo-Allergologues ORL Pédiatre Objectifs Définir

Plus en détail

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient.

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. N 92. Rachialgie Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Statistiques ECN Question déjà tombée 3 fois. En quelques mots-clés Commune/symptomatique

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

Pharmacologie des médicaments de la Polyarthrite rhumatoïde

Pharmacologie des médicaments de la Polyarthrite rhumatoïde 19/12/2013 Marinelli Guillaume L3 Appareil locomoteur A. Boulamery Relecteur 7 8 pages Appareil locomoteur Pharmacologie des médicaments de la Polyarthrite rhumatoïde Pharmacologie des médicaments de la

Plus en détail

Mobilité et lupus - 2007

Mobilité et lupus - 2007 Mobilité et lupus - 2007 Conférence du 24 novembre 2007, hôpital cantonal, Lucerne Intervenant : Dr Lukas Schmid, hôpital cantonal, Lucerne Résumé : Max Hagen. Traduction : Marie-Louise Hagen-Perrenoud

Plus en détail

Cancer de la thyroïde de type papillaire et vésiculaire : Le traitement par iode 131

Cancer de la thyroïde de type papillaire et vésiculaire : Le traitement par iode 131 INFORMATION DU PATIENT Le Centre Henri-Becquerel est le Centre de Lutte Contre le Cancer de Haute-Normandie, spécialisé dans le dépistage, le diagnostic, les soins en cancérologie, ainsi que dans la recherche

Plus en détail

LE SYNDROME INFECTIEUX

LE SYNDROME INFECTIEUX LE SYNDROME INFECTIEUX Les maladies infectieuses résultent de l'agression de l'organisme par un être vivant microscopique ou macroscopique, Cette agression entraine généralement une ou des altérations

Plus en détail

Juillet 2012 n 8 CORRECTION

Juillet 2012 n 8 CORRECTION DOSSIER DU MOIS Juillet 2012 n 8 CORRECTION ANNEE 2011/2012 CORRECTION DU DOSSIER DU MOIS DE JUILLET 2012 Question 1: (11 points) Maladie de Horton (3) Maladie potentiellement grave (1) Clinique : terrain,

Plus en détail

ANNEXE III. Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice

ANNEXE III. Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice ANNEXE III Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice 20 RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT Ce médicament fait l objet

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste Juin 2012 PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE DE LA DMLA EXSUDATIVE

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, 22 octobre 2013

Communiqué de presse. Bâle, 22 octobre 2013 Communiqué de presse Bâle, 22 octobre 2013 Roche obtient de la FDA l homologation de la nouvelle formulation sous-cutanée d ACTEMRA pour une utilisation chez des patients adultes atteints de polyarthrite

Plus en détail

Conseils généraux avant de réaliser une infiltration

Conseils généraux avant de réaliser une infiltration Conseils généraux avant de réaliser une infiltration Références Ayral X. Les infiltrations. Les techniques. Ed JBH santé, 001. Baron D. Les gestes en rhumatologie. Montpellier, Sauramps Médical, 00. Bardin

Plus en détail