ANDRIANJAFISON Francia

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANDRIANJAFISON Francia"

Transcription

1 ANDRIANJAFISON Francia PLACE DE LA CORTICOTHERAPIE DANS LA PRISE EN CHARGE DES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES : REALITES ET PERSPECTIVES A ANTANANARIVO Thèse de Doctorat en Médecine

2 2 UNIVERSITE D ANTANANARIVO FACULTE DE MEDECINE Année 2013 N : PLACE DE LA CORTICOTHERAPIE DANS LA PRISE EN CHARGE DES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES : REALITES ET PERSPECTIVES A ANTANANARIVO THESE Présentée et soutenue publiquement le 10 Janvier 2013 A Antananarivo Par Mademoiselle ANDRIANJAFISON Francia Née le 19 Août 1988 à Antananarivo Pour obtenir le grade de DOCTEUR EN MEDECINE (Diplôme d Etat) MEMBRES DU JURY Président : Professeur RAPELANORO RABENJA Fahafahantsoa Juges: Professeur RANDRIAMAROTIA Willy Professeur RANDRIA Mamy Jean De Dieu Rapporteur : Docteur RALANDISON Dimby Stéphane

3 3 SOMMAIRE Introduction... 1 Revue de la littérature... 3 A. Les rhumatismes inflammatoires chroniques Polyarthrite rhumatoïde Spondylarthrite ankylosante Lupus érythémateux disséminé (LED) Arthrite juvénile idiopathique (AJI) Goutte Rhumatisme psoriasique Sclérodermie systémique Rhumatisme inflammatoire chronique indéterminé (RICI) B. Cout de la prise en charge des RIC à Madagascar C. La corticothérapie au long cours Méthodologie A. Objectifs B. Type et cadre d étude C. Population d étude D. Critères de sélection Critères d inclusion Critères d exclusion E. Paramètres à évaluer Définition des paramètres Tableau des variables Résultats A. Résultat de recrutement B. Paramètres démographiques Répartition selon l âge et le genre Répartition selon le secteur d activité et l habitation C. Aspect clinique des pathologies retrouvées... 47

4 4 1. Délai d évolution de la maladie Répartition des RIC D. Usage de la corticothérapie Avant la 1 ère consultation en Rhumatologie Durant le suivi en Rhumatologie, CHU HJRB Réponse clinique à la corticothérapie Facteurs intervenant dans la perte de vue dans la PR Complications imputables à la corticothérapie Discussions A. Aspect épidémio-clinique des RIC à Antananarivo et usage de la corticothérapie Type des RIC RIC et genre RIC et âge Profession des patients et coût de la prise en charge Les patients perdus de vue B. Usage de la corticothérapie dans la littérature et son adaptabilité dans le contexte malgache C. Les complications majeures imputables à la corticothérapie Insuffisance surrénalienne (IS) post-corticothérapie Fractures pathologiques HTA et diabète Les infections graves Suggestions Conclusion Bibliographie SUMMARY RESUME... 80

5 5 LISTE DES TABLEAUX Tableau I : Niveau d activité de la PR selon le score DAS Tableau II: Critères diagnostiques de l ACR/EULAR 2009 pour le diagnostic d une PR débutante... 6 Tableau III: Critères de New York modifiés pour la classification de spondylarthrite ankylosante Tableau IV: Critères d Amor dans le diagnostic des spondylarthropathies (12) Tableau V : Critères diagnostiques du LED selon ARA Tableau VI: Critères de classification de l AJI selon l ILAR Tableau VII: Critères de classification diagnostique selon «classification criteria for psoriatic arthritis» (CASPAR) Tableau VIII : Les critères de prédiction de l évolution vers une polyarthrite rhumatoïde (critères de Leiden 2) Tableau IX: Évaluation du coût direct des moyens diagnostiques et thérapeutiques dans la polyarthrite rhumatoïde, exprimée en fonction du SMIC malgache (salaire minimal) Tableau X: tableau des variables Tableau XI: place de la corticothérapie par rapport aux traitements de fond conventionnels... 51

6 6 LISTE DES FIGURES Figure 1: Critères ASAS dans le diagnostic d une spondylarthrite axiale Figure 2:Critères ASAS dans le diagnostic des spondylarthrites périphériques Figure 3: Image radiologique d une main de Jaccoud : déformation de la main sans lésions structurales radiologiques Figure 4: répartition de la population selon le genre Figure 5: répartition de la population selon l âge Figure 6: répartition des secteurs de travail des patients Figure 7: type de pathologies recensées Figure 8: répartition des molécules administrées avant la consultation spécialisée Figure 9: traitements de fond conventionnels utilisés Figure 10 : réponse therapeutique entre les deux premières consultations Figure 11: comparaison entre les paramètres démographiques des patients suivis et des patients perdus de vue Figure 12: comparaison des profils cliniques et évolutifs entre les patients suivis et les patients perdus de vue Figure 13: répartition des complications d une corticothérapie au long cours... 55

7 7 LISTE DES ABBREVIATIONS % Pourcent Euro µmol Micromolle Ac Anticorps ACPA Anti-citrullinated Anti-body ACR American College of Rheumatology ADA Adalimumab ADN Acide Désoxy-ribo-Nucléique AINS Anti-inflammatoire non stéroidien AIS Anti-inflammatoire stéroidien AJI Arthrite juvenile idiopathique ANA Anticorps anti-nucléaire ASAS Assessment of Spondylarthritis international Society BeST Behendel Stratagien Study CASPAR Classification criteria for psoriatic arthritis CCP Cyclic citrullin peptid CHU Centre Hospitalier Universotaire COBRA Combinatietherapie Bij Reumatoide Artritis CRP C reactive Protein DAS Disease Activity Score DMO Densité minérale osseuse ETN Etanercept EULAR European League Against Rheumatism EVA Echelle Visuelle Analogique FR Facteurs Rhumatoides FRAX Fracture Risk Assessment Tool g Gramme G/l Giga par Litre HAQ Health Assessment Questionnaire

8 8 HAS HLA HTA IL ILAR IMPROVED IRM IS JRB kg LES MAP mg MTX NAD NAG NF NFκB OMS PKC PR RICI SAM SMIC Spa TICORA TNF VS Haute Autorité de la Santé Human Leucocyte Antigen Hypertension artérielle Interleukin International League Against Rheumatism Induction Therapy with Methotrexate and Prednisone in Reumatoid Or Very early arthritic Disease Imagerie Par resonance magnétique Insuffisance surrénalienne Joseph Raseta Befelatanana Kilogramme Lupus erythémateux systémique Mitogen Activated Protein Milligramme Methotrexate Nombre d articulation douloureux Nombre d articulation gonflée Numération formule sanguine Nuclear Factor Kappa B Organisation Mondiale de la Santé Protein Kinase C Polyarthrite rhumatoide Rhumatisme inflammatoire chronique indéterminé Syndrome d activation macrophagique Salaire minimum interprofessionnel de croissance Spondylarthropathie Tigh Control of Rheumatoïd Arthritis Tumoral Necrosis Factor Vitesse de sedimentation des hématies

9 1 Introduction Plusieurs pathologies inflammatoires chroniques sont suivies dans le service de Rhumatologie, CHU JRB, Antananarivo, dont la plus fréquente est la polyarthrite rhumatoïde (PR). Cependant, la prise en charge des patients connaît plusieurs difficultés tant sur le plan diagnostique que thérapeutique. Sur le plan diagnostique, il existe une difficulté d accès aux consultations spécialisées : un seul centre de référence en Rhumatologie pour tout le pays, nombre très limité de rhumatologues. De leur côté, les patients ne sont vus qu à un stade tardif de leur maladie, probablement pour de raisons sociales, démographiques et surtout économiques. Par conséquent, il est difficile d établir un diagnostic étiologique d une polyarthrite chronique qui repose sur sur des subtilités cliniques et paracliniques.. Sur le plan thérapeutique, tous les soins et médicaments sont en général payants, avec un accès et disponibilité très limités aux traitements conventionnels. Par ailleurs, le coût des médicaments et des examens biologiques influence le suivi au long cours des patients, augmentant ainsi le taux de perdu de vue. Pour toutes ces raisons, et plus de son effet anti-inflammatoire immédiat, on note à Madagascar une large utilisation et souvent mal codifiée des anti-inflammatoires stéroïdiens (AIS) dans le traitement des rhumatismes inflammatoires chroniques (RIC), et dont la prescription au long cours expose à de nombreux effets indésirables potentiellement graves. Nous réalisons cette étude dans le but d évaluer la place actuelle de la corticothérapie dans le traitement des RIC à Madagascar, tout en analysant l environnement de la prise en charge de ce groupe d affection. Nous essayerons de dégager les bénéfices et effets indésirables majeurs imputés à la corticothérapie, afin de pouvoir proposer un schéma de bon usage des corticoïdes, en tenant compte du contexte réel d exercice de la Médecine dans notre pays.

10 2 Pour atteindre ces objectifs, nous allons faire en premier lieu une revue de la littérature sur les rhumatismes inflammatoires chroniques et la corticothérapie au long cours, puis enchainer dans la deuxième partie avec les résultats de notre étude réalisée dans l Unité de Rhumatologie, CHU JRB Antananarivo. Nous conclurons avec la discussion et nos propositions pour un bon usage de la corticothérapie au long cours.

11 3 Revue de la littérature A. Les rhumatismes inflammatoires chroniques Ils regroupent des affections ayant en commun des manifestations articulaires évoluant depuis plus de trois mois, et dont le mécanisme physiopathologique repose sur un processus auto-immun ou auto-inflammatoire (1). Selon les manifestations cliniques et le profil évolutif, on peut classer les RIC en trois grandes catégories (2) : les rhumatismes avec atteintes structurales importantes incluant surtout la PR et la spondylarthropathie (Spa); les maladies systémiques donnant une polyarthralgie comme le lupus érythémateux systémique (LES), la sclérodermie, le rhumatisme psoriasique, l arthrite juvénile idiopathique enfin les rhumatismes divers dont la goutte, les arthrites réactionnelles et les RIC indéterminés. 1. Polyarthrite rhumatoïde a) Définition C est une affection auto-immune chronique évoluant par poussée, entrainant une destruction articulaire progressive, avec des répercussions fonctionnelles, sociales, psychologiques et professionnelles importantes. Elle se caractérise par une atteinte symétrique associant un gonflement articulaire secondaire à une synovite ou à un épanchement intra-articulaire, une douleur d horaire inflammatoire et une raideur matinale. (3) La PR est de loin la plus fréquente des RIC. Sa prévalence est de 1% en Europe, à prédominance féminine avec un sex ratio de 1/3. L âge de début de la maladie se situe entre 35 à 70 ans. La PR peut être évaluée selon son évolutivité, sa gravité structurale ou fonctionnelle, et sa durée d évolution. Selon son évolutivité, une PR peut être dite active, en rémission, évolutive ou grave. (3)

12 4 (1) Evaluation de l activité de la PR Elle est mesurée à travers le Score DAS28 (tableau I). Il s agit des critères proposés par l EULAR, dont les principaux paramètres sont le nombre d articulations douloureuses et de synovites, l appréciation globale du patient sur son état de santé, et la vitesse de sédimentation des hématies. Tableau I : Niveau d activité de la PR selon le score DAS 28 Niveau d activité Score DAS 28 PR en rémission 2,6 PR de faible niveau d activité 3,2 PR active 3,2 PR modérément active 3,2 à 5,1 PR très active 5,1 DAS: Disease Activity Score; PR: Polyarthrite rhumatoïde (2) PR sévère Elle est définie par la présence d un seul des critères suivants : Progression de lésions structurales en imagerie Présence de manifestations systémiques Handicap fonctionnelle avec un score HAQ 0,5. Ce score évalue le statut fonctionnel du patient la semaine précédente. Il concerne 8 domaines d activité de la vie quotidienne dont s habiller et se préparer, se lever, manger, marcher, hygiène, atteindre et attraper, préhension et autres activités. (3) PR évolutive C est une PR active avec progression structurale ou fonctionnelle dans le temps.

13 5 La gravité structurale est définie par la présence d érosions précoces en imagerie, d un syndrome inflammatoire biologique important, la présence du facteur rhumatoïde et d anticorps anti peptides citrullinés. La gravité fonctionnelle est définie par un score DAS28 et un score HAQ élevé. Selon la durée d évolution, on peut classer la PR en 3 catégories (4): PR récente évoluant moins de 6 mois PR d évolution intermédiaire entre 6 et 24 mois PR d évolution tardive si datant de supérieur à 24 mois b) Critères diagnostiques (1) PR à la phase initiale Le diagnostic de PR au stade initial est particulièrement difficile du fait de l absence de signes spécifiques de la maladie (1) (5). Il faut rassembler les éléments cliniques, biologiques et radiographiques pour pouvoir poser le diagnostic et instaurer précocement le traitement de fond. La phase de début se manifeste habituellement par une oligo ou polyarthrite bilatérale et symétrique, avec souvent une atteinte au niveau des métacarpo-phalangiennes et interphalangiennes proximales, ce tableau corrélé à un syndrome inflammatoire biologique non spécifique marqué par une augmentation de la vitesse de sédimentation (VS) des hématies et du taux de protéine C réactive (CRP). Néanmoins, de nouveaux critères ont été posés par l ACR/EULAR (tableau II) en 2009 pour poser le diagnostic de PR débutante, afin de pouvoir introduire un traitement de fond précoce chez les patients susceptibles de développer la maladie. (6) (7)

14 6 Tableau II: Critères diagnostiques de l ACR/EULAR 2009 pour le diagnostic d une PR débutante Paramètres A- Atteintes articulaires 1 grosse articulation 2 à 10 grosses articulations 1 à 3 petites articulations (avec ou sans atteinte de grosse articulation) 4 à 10 petites articulations (avec ou sans atteinte de grosse articulation) Supérieur à 10 articulations (au moins une petite articulation) Score B- Sérologie FR négative et ACPA négative FR faiblement positif (1 à 3 fois normale) ou ACPA faiblement positif (1 à 3 fois normale) FR fortement positif ( 3 fois normale) ou ACPA fortement positif ( 3 fois normale) C- Durée à 6 semaines à 6 semaines 0 1 D- Syndrome inflammatoire CRP normale ou VS normale CRP anormale ou VS anormale 0 1

15 7 Les patients éligibles pour cette classification sont ceux qui présentent au moins une articulation avec synovite clinique certaine (gonflement), ou des synovites non expliquées par d autres pathologies. Un score supérieur ou égal à 6 est nécessaire pour poser le diagnostic de PR. (7) (2) Critères de suivi L activité clinique sera évaluée à travers : le nombre d articulations douloureuses (NAD) le nombre d articulations gonflées (NAG) la durée de la raideur matinale le niveau global évalué par le patient grâce à l échelle visuelle analogique (EVA) de la douleur le niveau global d activité évalué par le médecin Ensuite, il y a les critères biologiques qui sont la vitesse de sédimentation et le taux de la protéine C réactive. Enfin, il y a le calcul du score DAS 28 qui est un paramètre essentiel que ce soit lors du bilan initial ou au cours du suivi du patient. c) Traitement (1) Buts Les principaux objectifs du traitement de la PR sont, en premier lieu, de contrôler l activité de la maladie, et si possible d obtenir une rémission complète. Ensuite, le traitement vise à réduire la douleur, à prévenir ou limiter les destructions articulaires, et surtout à améliorer la qualité de vie du patient. (8) (2) Moyens (a) Traitements médicamenteux Pour y parvenir, les traitements de fond ayant un effet structural doivent être instaurés très tôt, dès la confirmation du diagnostic.

16 8 En absence de contre-indication, il est recommandé d initier le traitement de fond avec le Méthotrexate en monothérapie, qui est le gold standard dans la prise en charge de la PR. La posologie est de 0,3mg/kg/semaine, en débutant avec une dose de 15mg/semaine (2). On augmente la dose par palier de 4 à 8 semaines jusqu à une dose maximale de 25mg/semaine. Les traitements de fond agissent de manière différée, et doivent donc être associés à un traitement à visée symptomatique pendant les premières semaines. Une corticothérapie peut être introduite à une dose de 0,15 mg/kg/j, sans dépasser 10mg/j, en utilisant un corticoïde à demi-vie courte par voie orale telle que le Prednisone. Une injection intra-articulaire est indiquée en cas d inflammation persistante mono ou oligoarticulaire, notamment au niveau des grosses articulations. On utilise un corticoïde retard, en privilégiant l hexacetonide de triamcinolone. L hydroxychloroquine (PLAQUENIL*) à la dose de 400 à 600mg/jour est un autre traitement d action lente, agissant sur la douleur et n ayant pas d effet structural. Comme la corticothérapie, il doit toujours être associé à un autre traitement de fond. D autres traitements de fond sont proposés en alternative en cas de contre-indications ou d intolérance au méthotrexate. Ces molécules sont : le léflunomide (ARAVA), à la dose de 20mg/jour, sans réaliser une dose de charge ou le sulfasalazine (SALAZOPYRINE) à la dose de 1g/jour, en augmentant par palier hebdomadaire jusqu à 2 à 3 g/jour. Les autres traitements de fond appartiennent à la classe des biothérapies qui agissent de manière ciblée sur la réponse immunitaire. Ils regroupent : les anti-tnf alpha : l infliximab (INF), l adalimumab (ADA), et l etanercept (ETN) les autres biothérapies en deuxième intention: abatacept, anakinra, rituximab.

17 9 (b) Traitements non médicamenteux Ils font appel aux moyens physiques comme la kinésithérapie, l ergothérapie, la balnéothérapie, ceux visant à réduire l état douloureux et à aider le patient à reprendre ses activités quotidiennes tels l exercice de rééducation et de réadaptation fonctionnelle. Ensuite, il y a l éducation thérapeutique et l entretien psychologique qui permettront au patient de connaître et de comprendre sa maladie. Par conséquent, elle favorise l amélioration de la qualité de vie du patient en le rendant acteur dans le traitement de sa pathologie à travers les exercices, les mesures d économies articulaires, et surtout l observance thérapeutique (2) (9). (3) Indications Avant la mise en route du traitement, il est primordial d évaluer la sévérité initiale de la maladie en cherchant les facteurs de mauvais pronostiques dont : Le nombre d articulation douloureuse et d articulation gonflée L intensité du syndrome inflammatoire La présence d anticorps anti-peptide citrulliné (anti-ccp) La présence de facteur rhumatoïde Présence d érosion en imagerie Un score DAS 28 3,2 Un score HAQ 0,5 Selon les recommandations de l ACR 2008, pour une PR débutante, sans signe de sévérité ni facteurs de mauvais pronostic, on introduit le méthotrexate seul comme traitement de fond, associé à une corticothérapie à courte durée et avec une dose minimale efficace. En cas d intolérance ou de contre-indication au méthotrexate, on utilise le léflunomide ou le sulfasalazine (4). Pour une PR active sévère d emblée ou avec signes de mauvais pronostic, on opte immédiatement pour l association de traitement de fond comme :

18 10 Méthotrexate avec l hydroxychloroquine, ou avec le sulfasalazine, ou avec le léflunomide Ou sulfasalazine plus hydroxychloroquine L association méthotrexate avec sulfasalazine et hydroxychloroquine peut être indiquée devant une PR sans facteur de mauvais pronostic mais avec un degré d activité assez élevé. Enfin, le recours à la biothérapie dépend de l inefficacité du traitement initial et de la gravité de la maladie (2) (4). L arrêt du traitement de fond n est pas encore uniformisé par un consensus, mais on peut y penser en cas de PR en rémission persistante au-delà de 12 mois. La première mesure à faire est de stopper les corticoïdes, ensuite de diminuer progressivement la dose de la biothérapie tout en gardant les traitements de fond classiques (10). Les moyens non médicamenteux sont toujours recommandés dans la prise en charge de la PR (2) (9). 2. Spondylarthrite ankylosante a) Définition La spondylarthropathie est un groupe de RIC, caractérisée par une inflammation du squelette axial, une atteinte asymétrique des articulations des membres inférieurs, des enthésites, des manifestations extra-articulaires typiques et la présence d une part génétique dans l étiologie de la maladie (11).Elle est le deuxième RIC le plus fréquent après la PR. Le diagnostic est souvent posé à un stade tardif de la maladie, surtout pour la spondylarthrite ankylosante.

19 11 b) Critères diagnostiques Différents critères ont été posés pour le diagnostic des spondylarthropathies, dont la spondylarthrite ankylosante est le chef de fil. Les plus utilisés sont le critère de New-York modifié (tableau III) et le critère d Armor (tableau IV). (12)

20 12 Tableau III: Critères de New York modifiés pour la classification de spondylarthrite ankylosante Critères Cliniques Caractéristiques Douleur lombaire et raideur depuis plus de 3 mois, améliorées par l exercice, mais non calmées par le repos Limitation de mobilité du rachis lombaire dans le plan sagittal et frontal Limitation de l expansion thoracique comparée aux valeurs normales corrigées pour l âge et le sexe Radiologique Sacroiléite grade 2 bilatérale ou sacroiléite grade 3 4 unilatérale La spondylarthrite est définie en présence du critère radiologique associé à au moins un critère clinique. La spondylarthrite ankylosante est probable en présence de trois critères cliniques ou en cas de présence du critère radiologique isolé. Les 4 stades de classification de Forestier permettent de matérialiser les images radiologiques de sacroiléite (1) : - Stade I: élargissement et flou de l interligne - Stade II: irrégularité des berges et aspect en «timbre de poste» - Stade III: condensation bilatérale et symétrique des sacro-iliaques - Stade IV: ankylose de l articulation sacro-iliaque

21 13 Tableau IV: Critères d Amor dans le diagnostic des spondylarthropathies (12) Paramètres Présence ou antécédents de signes cliniques Douleurs nocturnes lombaires ou dorsales et/ou raideur matinale lombaire ou dorsale Oligo-arthrite asymétrique Douleurs fessières sans précision, douleurs fessières à bascule Doigt ou orteil en saucisse Talalgie ou tout autre enthésiopathie Iritis Urétrite non gonococcique ou cervicite moins d un mois avant le début d une arthrite Diarrhée moins d un mois avant une arthrite Présence ou antécédents de psoriasis et/ou de balanite et/ou d entérocolopathie chronique Signes radiologiques Sacroiléite (stade 2 si bilatérale ou stade 3 si unilatérale) Terrain génétique Présence de l antigène B27 et/ou antécédents familiaux de pelvispondylite, de syndrome de Reiter, de psoriasis, d uvéite, d entérocolopathie chronique Score 1 2 1(2) Réponse au traitement Amélioration en 48 heures des douleurs par anti-inflammatoires et/ou rechute rapide (48 heures) des douleurs à leur arrêt 2 Un score supérieur ou égal à 6 permet de poser le diagnostic de spondylarthropathie. Enfin, il y a les critères établis par le groupe Assessment of Spondylarthritis international Society (ASAS), qui met en exergue la place de l IRM dans le diagnostic précoce des spondylarthrites axiales (figure 1) au stade dit «pré radiologique», et des spondylarthrites périphériques (figure 2).

22 14 Pour poser le diagnostic de Spa à l IRM, il faut trouver à l IRM des lésions inflammatoires actives de l articulation sacro-iliaque, telles que l œdème osseux ou des signes d ostéite à la séquence T1 gadolinium, et dont la localisation est typique, c'est-à-dire au niveau de l os sous-chondral ou péri articulaire. Manifestations axiales prédominantes (rachialgie 3 mois et âge 45 ans), avec ou sans manifestations périphériques Sacroiléite + 1 critère de SpA OU HLA B critères de SpA Critères de SpA - Lombalgies inflammatoires - Arthrite - Enthésites - Uvéite - Dactylite - Psoriasis - MICI - Réponse aux AINS - Antécédent familial de SpA - HLA-B27 - CRP élevée Figure 1: Critères ASAS dans le diagnostic d une spondylarthrite axiale

23 15 Manifestations uniquement périphériques Arthrite ou enthésites ou dactylite chez un patient 45 ans + Plus d un élément parmi: - Uveite - Psoriasis - Maladie inflammatoire chronique de l intestin - Infection pouvant être responsable d une arthrite réactionnelle - Présence de HLA-B27 - Sacroiléite à l IRM Ou uu uu Au moins 2 éléments parmi : - Arthrite - Enthésites - Dactylite - Lombalgie inflammatoire - Antécedents familiaux de spondylarthrite Figure 2:Critères ASAS dans le diagnostic des spondylarthrites périphériques c) Traitement : (11) Selon la recommandation de l ASAS/EULAR, le traitement de première ligne est constitué par l administration d'un AINS durant deux semaines en absence de contreindications, ceci associé à des moyens non pharmacologiques tels que les exercices physiques, la physiothérapie, sans oublier l éducation thérapeutique du patient. En cas d inefficacité de ce premier traitement, il est recommandé d essayer un autre AINS à pleine dose. Les traitements de fond conventionnels en rhumatologie comme le méthotrexate, le sulfasalazine, et le léflunomide n a d intérêt que dans les atteintes périphériques

24 16 prédominantes. La corticothérapie se limite aux injections intra-articulaires de cortisone sous forme de traitement d appoint. Un patient présentant un haut degré d activité de SpA, avec atteinte axiale majeure et résistant à un traitement bien conduit avec un AINS, est une indication d utilisation des anti-tnf alpha. 3. Lupus érythémateux disséminé (LED) a) Définition (13) C est une maladie auto-immune non spécifique d organe évoluant par poussée et caractérisée par d anticorps antinucléaire (ANA) et d anticorps anti-adn natif. Il atteint surtout la femme en âge de procréer, avec un sex ratio de 1 sur 9, et une forme pédiatrique dans 5 à 10% des cas. La gravité de la maladie réside sur les atteintes multiviscérales, notamment rénale. Les signes d appel sont dominés par les manifestations cutanéo- articulaires dans un cas sur deux. b) Diagnostic (1) Critère diagnostique Ils sont définis par les critères révisés par l ACR en 1997 (14) (tableau V)

25 17 Tableau V : Critères diagnostiques du LED selon ARA 1997 Critères 1. Eruption malaire 2. Eruption discoïde 3. Photosensibilité 4. Ulcérations buccales 5. Arthrite 6. Sérite 7. Atteintes rénales 8. Troubles neurologiques 9. Troubles hématologiques 10. Troubles immunologiques 11. Anticorps antinucléaires Définition -Erythème malaire fixe, plat ou surélevé -Plaques érythémateuses surélevées avec des squames kératosiques et des bouchons folliculaires ; des cicatrices atrophiques peuvent se former dans des lésions plus anciennes -Eruptions cutanées inhabituelles au soleil signalées dans les antécédents ou constatées par le médecin -Ulcérations buccales ou nasopharyngées, généralement indolores -Oligo ou polyarthrite périphérique non érosive, douloureuse, avec un gonflement ou un épanchement -Pleurésie ou péricardite -Protéinurie persistante > 0,5 g/24h ou > 3+ ou Cylindrurie de tout type -Convulsion ou psychose en absence d autres causes évidentes -Anémie hémolytique -Leucopénie 4G/l -Lymphopénie 1,5G/l -Thrombopénie 100G/l -Ac anti-adn, Ac anti-sm, Ac anti-phospholipides (présence d anticoagulant lupique, faux positif à la sérologie syphilitique) -Augmentation anormale du titre dosé par immunofluorescence, en absence de médicament pouvant induire un syndrome lupique

26 18 (2) Manifestations rhumatologiques du LED Les manifestations articulaires sont fréquentes et souvent inaugurales. Elles sont présentes dans 80% des cas au moment du diagnostic. Il s agit d une polyarthralgie bilatérale et symétrique dans les formes aigues. Elles sont parfois chroniques, réalisant trois aspects principaux : soit une synovite non destructrice et non déformante ; soit une ténosynovite associée à une rupture tendineuse, donnant l arthropathie déformante type main ou pied de Jaccoud ; soit plus rarement une arthrite déformante avec destructions articulaires (13) (figure 3). Figure 3: Image radiologique d une main de Jaccoud : déformation de la main sans lésions structurales radiologiques. c) Traitement Il vise à court terme à assurer le confort du patient, et à long terme à éviter les épisodes de poussées et à limiter les atteintes d organe. (13) Le traitement de fond repose sur l utilisation des antipaludéens de synthèse comme l hydroxychloroquine à la dose de 7mg/kg ou de chloroquine à la dose de 3,5 mg/kg, associé à un AINS à visé anti-thrombotique, dont le plus utilisé est l aspirine. Les formes sévères avec atteinte viscérale sont des indications d utilisation de corticoïde à faible dose ou en bolus. L utilisation des immunosuppresseurs est recommandée en cas d atteinte rénale ou neurologique (15).

27 19 L usage da la corticothérapie est très fréquente, notamment dans les atteintes rénales où on prescrit un bolus de méthylprednisolone, suivi d une dose journalière allant de 0,5 à 1 mg/kg par jour. 4. Arthrite juvénile idiopathique (AJI) a) Définition L AJI est une arthrite de mécanisme inconnu le plus fréquent chez l enfant. Elle est définie par l International League of Associations for Rheumatology (ILAR) comme une atteinte d au moins une articulation, durant un minimum de six semaines, et survenue avant le 16 ème anniversaire de l enfant. Sa prévalence varie de 5 à 18 sur enfants par an, dont la forme oligo articulaire est la plus fréquente. (16) b) Critères de classifications Les critères utilisés actuellement sont ceux définis par l ILAR en 1997 (tableau VI), où on distingue sept sous-groupes d arthrite selon la présentation clinique, la présence de facteur rhumatoïde (FR), et d anticorps antinucléaire (16) (17) (18).

28 20 Tableau VI: Critères de classification de l AJI selon l ILAR 1997 Forme clinique Critères Critères d exclusion Forme oligoarticulaire 1 à 4 articulations pendant les 6 premiers mois Abcde Pérsistante 4 articulations atteintes au bout de 6 mois Étendue 5 articulations atteintes Forme polyarticulaire FR négatif Forme polyarticulaire FR positif 5 articulations dans les 6 premiers mois FR doit être négatif Arthrite 5 articulations dans les 6 premiers mois de la maladie. Le FR doit être positif dans les trois derniers mois. Abcde Abce Enthésites avec arthrite Arthrite + enthésite ou arthrite ou enthésite associée à 2 des critères suivant : Douleur des sacroiliaques et/ou douleur lombaire inflammatoire Presence du HLA B27 Histoire de spondylite ankylosante, enthésite avec arthrite, sacroiléite avec maladie inflammatoire digestive, syndrome de Reiter ou uvéite antérieure aigue chez un parent du 1er degré Uvéite antérieure aigue Début chez un garçon de plus de 6 ans ade Forme psoriasique Arthrite et psoriasis ou une arthrite et au moins 2 des critères suivant : dactylite, ongles ponctués et/ou onycholyse, psoriasis chez un parent du 1er degré. Bcde

29 21 L AJI est dite indifférenciée quand aucune forme ne concorde avec la présentation clinique du patient, ou quand le patient présente des caractéristiques appartenant à une ou plusieurs catégories. Les critères d exclusion de l AJI cités dans le tableau VI sont : a. Psoriasis ou histoire de psoriasis chez le patient ou un parent du 1er degré b. Arthrite chez un garçon >6 ans, HLA B27+ c. Spondylite ankylosante, enthésite avec arthrite, sacroiléite avec maladie inflammatoire digestive, syndrome de Reiter ou uvéite antérieure aigue ou histoire d un de ces troubles chez un parent du 1er degré d. FR positif au moins 2 fois à 3 mois d intervalle e. Symptômes systémiques chez le patient. L évolution sera marquée par une rémission dans 50% des cas. La maladie persiste à l âge adulte dans 50% des cas. La complication la plus fréquente est l uvéite antérieure chronique, avec risque de cécité, survenue surtout dans les formes oligoarticulaires avec anticorps antinucléaire positif. Ensuite, il y a le syndrome d activation macrophagique (SAM), complication fatale associée à la forme systémique d AJI. Enfin, il y a les séquelles, en premier lieu le retard de croissance lié à l inflammation chronique, et aggravé par l utilisation de corticostéroïde. En second lieu l ostéoporose survient à un stade évolué du traitement associant corticostéroïde et MTX. (18) c) Traitement L objectif principal du traitement est de contrôler l inflammation chronique afin de réduire les dommages potentiels sur le cartilage des enfants en croissance. Reconnaître la maladie tôt et traiter agressivement sont les 2 éléments clés pour éviter le retentissement fonctionnel de la maladie et assurer une qualité de vie adéquate à l enfant (16) (18). Les AINS sont utilisés en première intention au stade de début pour toutes les formes d AJI.

30 22 L injection intra-articulaire de corticoïde est ensuite indiquée dans les formes oligoarticulaires résistantes aux AINS. Le traitement de choix est la triamcinolone hexacetonide à la dose de 1 mg/kg pour les grosses articulations sans dépasser 40mg. Habituellement, un maximum de 3 injections par articulation est préconisé à un intervalle minimum de 3 à 6 mois en cas réponse non satisfaisante. Les corticoïdes par voie générale sont utilisés dans la forme polyarticulaire FR positif. La dose initiale est diminuée dès que possible souvent avec l ajout d un traitement de fond (19). Parmi les traitements de fond conventionnel, le méthotrexate a une grande efficacité surtout dans les AJI débutantes, à une dose allant de 0,3 à 0,6 mg/kg/semaine par voie orale. Une administration par voie parentérale peut se faire avec une dose plus élevée que 15mg/semaine et un effet plus rapide. Le léflunomide et le sulfasalazine sont réservés aux formes polyarticulaires résistantes à la corticothérapie et au méthotrexate. Les agents biologiques sont d utilisation plus récente chez les enfants. Les anti-tnf alpha entrent en jeux dont l étanercept est le chef de fil à la dose de 0,4 mg/kg deux fois par semaine en injections sous-cutanée. Par ailleurs, l infliximab est très efficace dans les formes avancées avec uvéite chronique. (18) La surveillance clinique et biologique doit être régulière chez tout enfant sous traitement systémique. 5. Goutte a) Définition La goutte est le rhumatisme inflammatoire chronique le plus anciennement connu, caractérisé par la précipitation de cristaux d urate de sodium dans l articulation. C est l arthropathie microcristalline le plus fréquent chez l homme. Sa fréquence est de 1% de la population en Europe et aux Etats-Unis (20).

31 23 b) Critères diagnostiques Le diagnostic est simple car la goutte est un des rares RIC à avoir un signe diagnostique pathognomonique. Elle se manifeste par des accès inflammatoires aigus de certaines articulations, particulièrement la 1ère métatarso-phalangienne. Le tableau clinique sera complété par la mise en évidence des cristaux d urate dans l articulation (21). Plusieurs critères de classification ont été posés dont le plus récent est celui de l ACR en 1977 où un sujet est considéré comme ayant la goutte si : A. des cristaux d urate de sodium sont présents dans le liquide articulaire B. ou des cristaux d urate de sodium sont présents dans un tophus C. ou au moins six des 11 critères suivants : 1. plus d un accès d arthrite aiguë 2. développement maximal d inflammation articulaire en 24 h 3. accès de monoarthrite 4. rougeur péri-articulaire 5. douleur ou gonflement de la 1 ère articulation métatarso-phalangienne 6. accès inflammatoire unilatéral de la 1 ère articulation métatarso-phalangienne 7. accès inflammatoire unilatéral du tarse 8. hyperuricémie 9. gonflement articulaire asymétrique d une articulation sur une radiographie 10. image kystique sous-corticale sans érosion sur une radiographie standard 11. liquide articulaire stérile lors d un accès c) Traitement Le traitement optimal de la goutte associe des mesures non pharmacologiques et pharmacologiques. La prise en charge initiale comprend le traitement de la crise de goutte, suivi par le traitement hypo uricémiant (22). Le traitement de la crise doit être administré le plus précocement pour obtenir une meilleure réponse thérapeutique. La colchicine est le traitement de choix en première intention à une posologie forte d emblée jusqu à 3 à 4mg par jour. Une diminution progressive quotidienne est ensuite préconisée pour atteindre 1 comprimé par jour, le soir.

32 24 Tous les AINS peuvent être prescrits en absence de contre-indication. Les plus efficaces dans une crise de goutte sont le naproxène, l indométacine et le piroxicam. Un traitement local par ponction évacuatrice suivie d une infiltration cortisonique est une alternative permettant une disparition de la douleur en moins de 48 heures. Elle est particulièrement intéressante dans les formes oligo ou polyarticulaires et chez les sujets âgés et intolérants à la colchicine et aux AINS. Le traitement hypo-uricémiant est indiqué chez les patients ayant des accès répétés, une arthropathie, des tophus, ou des lésions radiographiques. L objectif principal lors de son utilisation est d obtenir une uricémie inférieure à 360µmol/l. Il doit être commencé à distance d une crise, progressivement jusqu à la dose efficace, ceci en association avec la colchicothérapie maintenue pendant au moins six mois à dose plus faible (1 mg le soir au coucher) dans le but de prévenir les crises de goutte induites par les variations de l uricémie. Cette colchicothérapie associée sera maintenue pendant un an en cas de tophus. L allopurinol, inhibiteur purinique de la xanthine oxydase, est le traitement de référence de la goutte chronique. La dose de départ est de 100mg par jour. Cette dose sera augmentée progressivement et adaptée selon l état rénal du patient (21) (22). Dans tous les cas, une mesure hygiéno-diététique est indispensable chez tout patient goutteux. Il consiste à éviter les aliments augmentant l uricémie comme la viande, l alcool, les fruits de mer, le soda. Par ailleurs, la consommation de laitage, de café, et de vitamine C réduirait le risque de développer la goutte. 6. Rhumatisme psoriasique a) Définition Le rhumatisme psoriasique est une arthropathie inflammatoire chronique qui survient chez environ 25% des patients ayant le psoriasis, et touche autant les hommes que les femmes âgés de 30 à 50 ans. Il est classé parmi les spondylarthropathies à sérologie HLA B27 négative. Les signes articulaires ne se manifestent que des mois ou des années après les symptômes cutanés chez 80% des patients ayant cette maladie (23).

33 25 b) Critères diagnostiques Le rhumatisme psoriasique est caractérisé par des gonflements, des raideurs et des douleurs articulaires. Plusieurs classifications ont été élaborées mais la plus récente est la «classification criteria for psoriatic arthritis» ou CASPAR (tableau VII), établie à partir d une étude sur un groupe de patient présentant le rhumatisme psoriasique comparé à d autres patients ayant un autre rhumatisme inflammatoire chronique (24).

34 26 Tableau VII: Critères de classification diagnostique selon «classification criteria for psoriatic arthritis» (CASPAR) Critères Preuve d un psoriasis actuel, d un antécédent personnel de psoriasis ou d une histoire familiale : -Lésion cutanée ou lésion du scalp de psoriasis diagnostiqué par un médecin à l examen physique -Antécédent de psoriasis rapporté par le patient ou un médecin -Antécédent de psoriasis rapporté par le patient ou un médecin Atteinte unguéale -Lésions de dystrophie unguéale psoriasique à l examen clinique, incluant onycholyse, ongles ponctués ou hyperkératose -Absence de facteur rhumatoïde de préférence par dosage Elisa Présence ou antécedent de dactylite -Dactylite actuelle diagnostiquée par un médecin -Antécédent de dactylite reconnue par un médecin Radiographies des mains et des pieds montrant un aspect radiologique de construction osseuse Points Un patient répond aux critères CASPAR s il présente une atteinte rhumatologique inflammatoire (périphérique, axiale ou enthésite) et un score d au moins trois points. Bien noter que la présence d un psoriasis au moment de l observation compte pour deux points. c) Traitement Il est basé sur l utilisation des AINS et des traitements de fond conventionnels en rhumatologie, ainsi que des anti-tnf dans les formes sévères et résistantes aux traitements habituels (25).

35 27 Selon les recommandations de l EULAR en 2012, les AINS et les infiltrations locales de corticoïdes peuvent être utilisés à visée symptomatique face aux manifestations musculosquelettiques (26). Chez les patients ayant une maladie active (nombreuses articulations gonflées, lésions structurales et important syndrome inflammatoire biologique), un traitement de fond tel que le méthotrexate, la sulfasalazine, le léflunomide est indiqué à un stade précoce de la maladie. Le méthotrexate est le traitement de référence dans le psoriasis avec manifestations dermatologiques symptomatiques. Dans ce cas, l utilisation de corticothérapie par voie générale est à proscrire car elle peut déclencher une poussée de psoriasis cutané. L introduction des anti-tnf alpha est à envisager chez le patient présentant un rhumatisme psoriasique actif et en échec à au moins un traitement de fond, des enthésites actives et/ou dactylites et non répondeur aux AINS ou infiltrations. Exceptionnellement, on peut d emblée prescrire un traitement anti-tnf dans les formes sévères n ayant pas encore reçu un traitement de fond conventionnel, et cliniquement associées à des lésions dermatologiques étendues (25). 7. Sclérodermie systémique a) Définition La sclérodermie est une maladie auto-immune rare, faisant partie des connectivites. Elle est caractérisée par l accumulation de collagène au niveau de la peau, des viscères et des microvaisseaux. Il existe deux formes de la maladie : la forme localisée et la forme diffuse (27). b) Les manifestations rhumatologiques Les manifestations rhumatologiques sont fréquentes au cours de la sclérodermie, et inaugurales dans 25 à 90% des cas. Elles peuvent être des manifestations ostéo-articulaires à type d arthralgie inflammatoire, touchant les grosses et petites articulations ; des destructions osseuses des acro-ostéolyses ou destruction osseuse progressive des extrémités. Une autre particularité de la maladie est la présence de calcinoses cutanées

36 28 localisées surtout au niveau de la main. On peut aussi avoir des myalgies et tendinites secondaires à la perte de l élasticité de ces organes (27) (28). c) Traitement Il n y a pas de traitement qui peut modifier l évolution de la maladie. Cependant, le méthotrexate ainsi qu une corticothérapie par voie générale est introduite pour gérer les manifestations articulaires (27) (29). Elle est prescrite à une dose de 0,5 mg/kg par jour, et généralement poursuivi tout au long du suivi du patient. 8. Rhumatisme inflammatoire chronique indéterminé (RICI) Les RICI sont des rhumatismes périphériques qui ne répondent pas aux critères de classification des grands rhumatismes inflammatoires ou connectivites. Ils posent à la fois un problème de diagnostic étiologique et de prise en charge thérapeutique. Les rhumatismes inflammatoires inclassables sont fréquents et représenteraient au l ensemble des rhumatismes inflammatoires (30). moins 50 % de L évolution est souvent bénigne, mais il existe des facteurs prédictifs d évolution vers une pathologie précise telle que la PR et la spondylarthropathie (6) (tableau VIII) Tableau VIII : Les critères de prédiction de l évolution vers une polyarthrite rhumatoïde (critères de Leiden 2) Paramètres Age Sexe féminin Topographie Raideur matinale et EVA sur 10mm Nombre articulations douloureuses Nombre articulations gonflées CRP Facteur rhumatoïde Anticorps anti-ccp Nombre d années 0,02 Mains/pieds (petites articulations) Symétrique Atteinte des extrémités supérieures Atteinte des extrémités sup. et inf mm 90 Entre 4 et Entre 4 et Entre 5 et 50mg/L 51 mg/l Points 1 0,5 0,5 1 1, ,5 1 0,5 1 0,5 1,5 1 2

37 29 Score 3 : peu de risque de développer une PR à 1 an ; Score 6 : risque modéré; Score 8 : risque élevé ; Score 11 : PR diagnostiquée après un an. Il n existe pas encore de recommandation précise à propos de traitement de fond des RICI. L utilisation des AINS et de la corticothérapie dépend de la gravité initiale des symptômes. B. Cout de la prise en charge des RIC à Madagascar Le tableau IX montre l ensemble du cout direct des examens complémentaires de première intention pour orienter vers le diagnostic étiologique des RIC, tels recommandés par la HAS en 2008 (2), et des traitements les plus utilisés comme la corticothérapie et le méthotrexate. Tableau IX: Évaluation du coût direct des moyens diagnostiques et thérapeutiques dans la polyarthrite rhumatoïde, exprimée en fonction du SMIC malgache (salaire minimal) Désignation Coût/SMIC NF, VS, CRP, Facteur rhumatoïde et Ac anti-ccp 119% Radiographie suivant les recommandations de la HAS % Traitement : - Prednisone cp: 10 mg/j (1 mois) - Méthotrexate 12,5 mg/semaine (1 mois) - Rituximab 1g Leflunomide, ciclosporine, azathioprine, salazopyrine 1,2% 25% % Non disponible

38 30 Les radiographies nécessaires pour établir un bilan de gravité initiale sont la radiographie des mains et poignet de face, des pieds de face et de ¾ de grandeur normale, ainsi que de toute articulation symptomatique. C. La corticothérapie au long cours a) Définition Elle est définie par l administration d une dose supérieure ou égale à 7,5mg par jour de prednisone ou équivalent, sur une durée supérieure à trois mois. Son indication la plus fréquente est la PR (31). b) Les complications Elles apparaissent en générale après une utilisation prolongée et à dose élevée de corticoïde. Les complications les plus fréquentes sont liées aux propriétés pharmacologiques du médicament (32). Ce sont : Les effets liés à un hypercorticisme secondaire tels que l obésité tronculaire, le diabète et l hypertension artérielle, les dyslipidémies, l hypokaliémie, les myopathies et les ostéoporoses cortisoniques, pouvant aller jusqu à la survenue d une fracture pathologique par fragilité osseuse. un risque infectieux plus élevé secondaire à l état d immunodépression iatrogène les troubles digestifs dont le plus fréquent est l ulcère gastroduodénal les accidents de sevrage lors d un arrêt brutal du traitement c) Règles de prescription selon les recommandations Pour limiter la survenue des complications liées à la corticothérapie, il est recommandé d utiliser la dose minimale efficace et de tendre vers une posologie inférieure ou égale à 5 mg/j (33). Avant d instaurer une corticothérapie à faible dose, il est indispensable d effectuer une recherche de foyer infectieux, d évaluer les risques fracturaire et cardiovasculaire. Un

39 31 examen clinique complet et systématique s impose alors avant de débuter le traitement. Les paramètres à évaluer régulièrement avant et pendant l instauration de la corticothérapie sont le poids, la pression artérielle, les signes d insuffisance cardiaque, les œdèmes, la glycémie et la kaliémie. Chez les patients recevant une dose prolongée supérieure à 7,5 mg par jour de corticoïde, une supplémentation vitamino-calcique, ainsi que l introduction de biphosphonate est indiquée pour réduire le risque d ostéoporose cortisonique (31) (33) (34). Par conséquent, si on introduit une corticothérapie à faible dose au long cours, il est nécessaire d informer le patient des risques encourus (33).

40 32 Méthodologie Nous allons évaluer à travers cette étude la place de la corticothérapie dans la prise en charge actuelle des RIC, ce afin de proposer un schéma thérapeutique de bon usage des AIS dans notre pratique quotidienne. A. Objectifs Les objectifs de cette étude sont de : - Etudier l aspect épidémio-clinique des RIC et de la PR à Madagascar - Analyser les facteurs intervenant dans la perte de vue des patients - Evaluer la place actuelle de la corticothérapie dans la prise en charge des RIC - Identifier les complications majeures qui lui sont imputées B. Type et cadre d étude Il s agit d une étude rétrospective descriptive s étalant sur une période de trente six mois, allant de juillet 2008 en juillet Nous avons effectué notre étude à l Unité de Soins de Formation et de Recherche (USFR) Rhumatologie-Dermatologie et au service du Pavillon Spécial A (PSA) du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) Joseph Raseta Befelatanana (JRB) d Antananarivo. Ces deux services étant les seuls centres de référence en rhumatologie à Madagascar. C. Population d étude Notre population source était constituée par les patients vus en consultation et/ou en hospitalisation dans le service de rhumatologie et au PSA. A partir de cette source, nous avons recruté les patients présentant des douleurs articulaires chroniques évoluant depuis plus de six semaines. D. Critères de sélection 1. Critères d inclusion Nous avons inclus dans notre étude tous les patients présentant des douleurs articulaires d allure inflammatoire, touchant plus de deux articulations périphériques et

41 33 évoluant depuis plus de six semaines et qui ont été mis sous corticothérapie dès la première consultation. 2. Critères d exclusion Ont été exclus les patients n ayant consulté qu une seule fois et qui n avaient donc pas d élément de suivi, surtout ceux qui n ont plus été revus après l instauration de la corticothérapie ainsi que ceux dont le diagnostic définitif ne fait pas partie des RIC. E. Paramètres à évaluer 1. Définition des paramètres Nous avons définis les paramètres à évaluer de la manière suivante : - Corticothérapie au long cours : posologie > à 7,5 mg/j d équivalent prednisone pendant une durée > 3 mois - Traitements adjuvants : traitement anti-ostéoporotique et/ou supplémentation vitamino-calcique - Patient perdu de vue : patient qui n avait plus consulté au bout de un an après le diagnostic - Complications de la corticothérapie évaluées : insuffisance surrénalienne, diabète, HTA, fracture pathologique, infection grave nécessitant une antibiothérapie par voie générale 2. Tableau des variables Il représente l ensemble des objectifs ainsi que les paramètres correspondants.

42 34 Tableau X: tableau des variables Objectifs spécifiques Paramètres à évaluer Variables Méthode de collecte de données 1) Etudier l aspect Age Ans épidémio-clinique Genre Sexe des RIC et de la PR Habitation Dans la région à Madagascar d Analamanga- en dehors de la région d Analamanga Remarques Secteur d activité Durée d évolution des symptômes avant la consultation spécialisée Diagnostic retenu Délai d établissement Primaire secondaire tertiaire Mois Ouvert

43 35 du diagnostic Mois (différence entre la date de 1 ère consultation spécialisée et la date d établissement du Activité initiale de la diagnostic) maladie NAD et NAG initial Activité de la maladie à NAD et NAG 2 ème la à la 2 ème consultation consultation après l instauration de la corticothérapie Différence entre les deux Amélioration après la corticothérapie initiale Oui non Corticothérapie reçue avant et après

44 36 diagnostic : Avant voie d administration Présentation galénique Dose maximale utilisée Orale, intraveineuse, infiltration Comprimé, injectable milligramme/kilo d équivalent prednisone Durée d utilisation Après : mois voie d administration Présentation galénique Orale, intraveineuse, infiltration Comprimé, injectable

45 Dose moyenne et maximale utilisée 37 milligramme/kilo d équivalent prednisone Durée d utilisation Traitements adjuvants prescrits mois supplémentation vitaminocalcique, anti ostéoporotique

46 38 2) Evaluer les facteurs Date de début des Mois Fiche de recueil Données intervenant dans la symptômes de données à démographiques perte de vue à un an Date de la première partir des déjà évaluées par chez les patients consultation dossiers l objectif N 1 suivis pour PR Délai d évolution de la maladie avant la médicaux des patients première consultation spécialisée Activité clinique NAG et NAD de départ initiale de la maladie Présence de FR Oui/ non/ non fait Présence d anti- CCP Syndrome inflammatoire VS> 50

47 39 biologique important Prise en charge des Sous couverture médicale frais médicaux ou non Pourcentage des Nombre de patients patients ayant effectué les examens paracliniques initiaux Taux de perte de vue Nombre de patients après un an Corrélation entre les différents paramètres ci- dessus chez les patients perdus de vue

48 40 3) Evaluer la place Type de RIC Ouvert actuelle de la Modalité de corticothérapie dans prescription de la la prise en charge corticothérapie avant le des RIC suivi en rhumatologie voie d administration Orale, intraveineuse, Présentation galénique infiltration Comprimé, injectable Dose maximale utilisée milligramme/kilo Traitement adjuvant d équivalent prednisone oui/non Durée d utilisation mois après le suivi en rhumatologie

49 41 voie d administration Présentation galénique Dose maximale utilisée Traitement adjuvant Différence entre les 2 (en jour) Durée d utilisation NAD, NAG, et score DAS initiales et au cours de la 2 ème consultation Réponse au traitement Date de la 1 ère consultation Date de la 2 ème Mois

50 42 consultation Intervalle entre les deux Méthotrexate, 1 ères consultations Hydroxychloroquine, Sévérité clinique de la maladie Instauration du traitement de fond par rapport à la date de début de la corticothérapie Mois leflunomide, biothérapie Délai de mise en route du traitement de fond Molécule utilisé

51 43 4) Identifier les Type de complication HTA, insuffisance complications surrénalienne, fracture majeures pathologique, infection imputables à la grave, diabète corticothérapie Fréquence de survenue Pourcentage Délai d apparition par Mois rapport à la date de début d une corticothérapie Délai Moyen de Différence entre la date de survenue des la première prise de complications corticoïde et la date d apparition de la complication Molécule utilisée Prednisolone, prednisone, méthylprednisolone, bétamethasone Durée du traitement Mois

52 44 5) Identifier le Prescription à la phase Revue de la schéma initiale littérature thérapeutique optimal dans la Posologie initiale littérature Voie d administration Type de molécule Durée du traitement Mode de régression de la dose Réponses thérapeutiques Délai d instauration du traitement de fond

53 45 Résultats A. Résultat de recrutement Durant les 36 mois d étude, 1419 patients ont été vus en consultation et en hospitalisation dans le service. Nous avons pu retenir 50 cas parmi 142 patients appartenant au groupe cible. B. Paramètres démographiques 1. Répartition selon l âge et le genre Parmi les 50 cas colligés, nous avons retenu 12 hommes et 38 femmes (figure N 4), avec un sex ratio de 0,28, d âge moyen de 45,92 ans, avec des extrêmes allant de 13 à 75 ans, et un taux plus élevé entre 41 à 60 ans (figure N 5). 0% 0% 24% Hommes Femmes 76% Figure 4: répartition de la population selon le genre

54 à à à à à à à 80 âge Figure 5: répartition de la population selon l âge 2. Répartition selon le secteur d activité et l habitation Parmi les patients présentant un RIC, 18 (36%) travaillaient dans le secteur tertiaire, 10 (20%) dans le secteur primaire et les 22 restes (44%) étaient sans emploi (figure N 6). Seulement 13 patients sur les 50 bénéficiaient d une couverture des frais médicaux, soit 26% des patients sélectionnés. Sept patients sur 50 habitaient en dehors de la région d Analamanga

55 47 0% 20% 44% secteur primaire secteur tertiaire sans emploi 36% Figure 6: répartition des secteurs de travail des patients C. Aspect clinique des pathologies retrouvées 1. Délai d évolution de la maladie La maladie évoluait en moyenne depuis 6,3 ans avant la première consultation dans les services d étude, avec des extrêmes variant de un mois à 20 ans. 2. Répartition des RIC Nous avons recensé 31 cas (62%) de polyarthrite rhumatoïde, 7 cas (14%) de lupus érythémateux systémiques (LES), 4 cas (8%) de spondylarthropathies, un cas (2%) de goutte, et enfin 7 cas de RIC indéterminés (RICI) (figure N 7).

56 48 2% 8% 62% 14% 14% goutte spondylarthropathie LES RICI PR Figure 7: type de pathologies recensées D. Usage de la corticothérapie 1. Avant la 1 ère consultation en Rhumatologie Dix neuf patients (38%) ont reçu une corticothérapie en ambulatoire sur une durée moyenne de 7,38 mois. Les molécules prescrites étaient constitués par du prednisone chez 13 patients (66%), du prednisolone chez 4 patients (21%). Le bétamethasone était prescrit chez un patient pendant un an et dexamethasone pour un autre patient (10%) (Figure N 8). Aucun traitement préventif de l ostéoporose ni traitement de fond du RIC n était instauré avant la consultation en milieu spécialisé.

57 49 5% 5% 69% 21% dexamethasone bétamethasone prednisolone prednisone Figure 8: répartition des molécules administrées avant la consultation spécialisée 2. Durant le suivi en Rhumatologie, CHU HJRB a) Molécules utilisées et voie d administration Nous avions prescrit une corticothérapie par voie orale chez tous les patients, dont 6 (12,5%) précédés de bolus de méthylprednisolone en intraveineuse au début du traitement. Par ailleurs, 14 patients (28,5%) avaient reçu une infiltration locale de corticoïde au cours de leur traitement. b) Dose initiale prescrite La dose initiale prescrite était de 19,2 mg par jour d équivalent prednisone, suivie d une dégression progressive de la dose de 10% tous les 10 jours en moyenne. Quatre vingt-deux pourcent des patients ont gardé une corticothérapie en continue et plus de 7,5 mg/j au bout de 3 mois.

58 50 c) Traitements de fond instaurés (1) Type de molécules Un traitement de fond conventionnel était prescrit chez 42 patients (86%), dont les molécules utilisées étaient le méthotrexate, l hydroxychloroquine et/ou le léflunomide. Le Méthotrexate était prescrit chez tous les patients atteints de PR. Seuls 3% de ces derniers ont reçu du leflunomide. Tous les patients ayant le LES ont reçu de l hydroxychloroquine. Aucun patient n avait reçu une biothérapie (Figure N 9). La corticothérapie au long cours était prescrite chez tous les patients ayant la PR et les RICI, et à des degrés variables pour les autres pathologies (tableau XI) 1 100% 100% Methotrexate hydroxychloroquine 0.8 léflunomide 0.6 biothérapie % 36.30% 50% PR 3% 0% 12.50% 0% 0% RICI 0 0% 0% LES 0% 0% 0% Spa Figure 9: traitements de fond conventionnels utilisés

59 51 Tableau XI: place de la corticothérapie par rapport aux traitements de fond conventionnels PR LED Spa RICI Corticothérapie au long cours 90,30% 85,70% 25% 100% Méthotrexate 100% 0% 50% 36,30% Hydroxychloroquine 36,30% 100% 0% 12,50% Leflunomide 3% 0% 0% 0% Autres immunosuppresseurs 0% 0% 0% 0% Biothérapie 0% 0% 0% 0% (2) Délai d introduction du traitement de fond Ces traitements étaient introduits en moyenne au bout de 2,8 mois, en association avec une corticothérapie initiale. 3. Réponse clinique à la corticothérapie L intervalle entre les deux premières consultations était en moyenne 20 jours. Le nombre moyen d articulations douloureuses (NAD) au début du traitement était de 5,15 et diminué à 1,48 lors de la deuxième consultation. Parallèlement, le nombre d articulations gonflées (NAG) variait en moyenne de 2,23 au début à 0,52 lors du suivi. Le score de DAS initial était de 5,06 pour diminuer à 3,4 lors de la 2ème consultation pour la PR (figure N 10).

60 NAD NAG DAS 28 1ère consultation 2ème consultation Figure 10 : réponse therapeutique entre les deux premières consultations 4. Facteurs intervenant dans la perte de vue dans la PR a) Profil démographique Parmi les patients présentant une polyarthrite rhumatoïde, 24 (77%) étaient perdus de vus, dont : - 16 (67%) habitaient dans la province d Antananarivo - 17 (70,8%) n ont pas de couverture médicale - 20 (83,3%) ont pu réaliser les examens complémentaires de première intention recommandés par la HAS (Figure N 11). Comparé aux patients suivis, on note une différence significative entre les deux groupes concernant l absence de couverture médicale, avec un taux plus élevé à 71% chez les perdus de vue contre 43% chez ceux encore suivis.

61 53 71% 67% Patients suivis 71% Perdus de vue 93% 83% 43% Habitant à Antananarivo Absence de couverture médicale Réalisation du bilan initial Figure 11: comparaison entre les paramètres démographiques des patients suivis et des patients perdus de vue b) Profil clinique Les patients perdus de vue avaient initialement en moyenne 3,10 articulations douloureuses et 8,5 articulations gonflées. Leur maladie évoluait depuis 3,25 ans en moyenne. c) Profil évolutif Il n y avait pas de différence significative dans la moyenne du nombre initial d articulations douloureuses entre les patients perdus de vus et les suivis respectivement 3,5 et 4,1. Il en est de même pour la moyenne du nombre initial d articulations gonflées qui était de 8,5 pour les perdus de vue et 7,3 pour les suivis. Après la corticothérapie, une amélioration a été observée chez les patients perdus de vue, entrainant une diminution du NAD de 1,1, et une diminution du NAG de 7,5 versus 6,8 pour les patients suivis (Figure N 12).

62 54 Patients suivis 7.3 Perdus de vue Délai moyen d'évolution de la maladie (année) NAD moyen initial NAG moyen initial Différence NAD moyen avant et Différence NAG moyen avant et après corticothérapie après corticothérapie Figure 12: comparaison des profils cliniques et évolutifs entre les patients suivis et les patients perdus de vue 5. Complications imputables à la corticothérapie a) Types de complications recherchées Les effets indésirables imputables à la corticothérapie évalués dans notre étude étaient : - le diabète - l hypertension artérielle (HTA) - l insuffisance surrénalienne - la fracture à basse énergie - et les infections graves b) Fréquence des complications Nous avons observé 12 cas (24%) d effets indésirables majeurs dont : 3 cas (27%) d insuffisance surrénalienne, 3 cas (27%) d HTA, 2 cas de fractures à basse énergie, 2 cas d infection grave nécessitant une hospitalisation pour antibiothérapie par voie parentérale, et deux cas de diabète (Figure N 13).

63 55 18% 9% 28% insuffisance surrénalienne hypertension artérielle infection grave 18% 27% fracture pathologique diabète Figure 13: répartition des complications d une corticothérapie au long cours c) Circonstances de survenue des complications Ces complications étaient survenues en moyenne au bout de 13 mois de corticothérapie. Pour les cas d insuffisance surrénalienne : - deux ont reçu un traitement au long cours par bétamethasone et dexamethasone - un patient a arrêté brutalement la prednisone après 5 ans de traitement Pour les cas de fractures: - Les patientes étaient âgée de 65 et 72 ans, et ont fait des chutes fréquentes - Toutes ont reçu une supplémentation vitamino-calcique et un traitement antiostéoporotique avant la chute.

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007)

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) SYNTHESE DE RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) OBJECTIFS DES RECOMMANDATIONS : Avoir un impact sur la prise en charge quotidienne

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008 SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Spondylarthrites Décembre 2008 OBJECTIFS - Mieux identifier les patients atteints de spondylarthrite afin de raccourcir le délai entre l apparition des symptômes

Plus en détail

Elaboration de Recommandations. l utilisation des biothérapies dans

Elaboration de Recommandations. l utilisation des biothérapies dans Elaboration de Recommandations pour la Pratique Clinique pour l utilisation des biothérapies dans les spondylarthropathies T. Pham, F. Guillemin, P. Claudepierre, M. Luc, C. Miceli, M. de Bandt, M. Breban,

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Liens d intérêt Intérêts financiers : aucun Liens durables ou permanents : aucun Interventions

Plus en détail

Avis de la Commission. 15 septembre 2004

Avis de la Commission. 15 septembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE Avis de la Commission 15 septembre 2004 HUMIRA 40 mg, solution injectable en seringue pré-remplie (Boîte de 2 seringues) Laboratoires ABBOTT FRANCE Liste

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 mars 2007 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

Lombalgie inflammatoire. François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010

Lombalgie inflammatoire. François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010 Lombalgie inflammatoire François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010 Pronostic d une lombalgie aigue 1mois: 66 à 75% encore symptomatiques quelques limitations fonctionnelles 82

Plus en détail

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie :

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie : ANNEXE A : Formulaire de première demande Formulaire de première demande de remboursement de la spécialité HUMIRA pour une spondylarthrite axiale sévère sans signes radiographiques de spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Polyarthrites du sujet âgé

Polyarthrites du sujet âgé Polyarthrites du sujet âgé Classique FR+ ACCP+ PR rhizomélique ou PPR Évolution PR avec oedèmes PR bénigne FR- FR PR pseudo septique Polyarthrites du sujet âgé Le rhumatisme psoriasique est le plus tardif

Plus en détail

Avis 8 18 Décembre 2012

Avis 8 18 Décembre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 8 18 Décembre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation ENBREL (DCI : Etanercept

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) R Bazeli, F Thévenin, G Lenczner, E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Prise en charge médicamenteuse de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR)

Prise en charge médicamenteuse de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) Prise en charge médicamenteuse de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) Cours du mardi 24 novembre 2009 IFSI 2 ième année Module Rhumato - Orthopédie V. SERVANT Interne en pharmacie Généralités - 1 PR = rhumatisme

Plus en détail

Les formes cliniques. Maxime Breban

Les formes cliniques. Maxime Breban Reconnaître la Spondylarthrite en 2011 Les formes cliniques Maxime Breban maxime.breban@apr.aphp.fr Qu'est-ce que les rhumatismes inflammatoires? Inflammation chronique des articulations Maladies complexes

Plus en détail

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION INTRODUCTION Une extension d indication a été octroyée au laboratoire PFIZER le 02 février 2007 pour sa spécialité Celebrex 100 mg et 200

Plus en détail

EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE

EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE 2Oéme Congrès de la Société Algérienne de Médecine Interne Alger 16-18 2014 EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE Auteurs : S.BOUGHANDJIOUA, S. ALI

Plus en détail

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Quel est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires? Quelle

Plus en détail

7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations

7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations SEMESTRE 4 UE 2.7.S4 Défaillances organiques et processus dégénératifs 7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations Etude de l'appareil locomoteur (articulations, os, muscles, tendons) Douleur en

Plus en détail

Biothérapie. Damien LOEUILLE

Biothérapie. Damien LOEUILLE Biothérapie Damien LOEUILLE PU-PH Rhumatologie Service de Rhumatologie du CHU Brabois Metz 2 février 2008 Quel est la place des biothérapies dans la prise en charge thérapeutique PR? Faut il réaliser un

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Arrêté du 17 septembre 2014 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables

Plus en détail

SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE. Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009

SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE. Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009 SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009 Maladie de PAGET Fractures ostéoporotiques Rhumatismes inflammatoires Spondylodiscite Fibromyalgies MALADIE DE PAGET Augmentation

Plus en détail

SPONDYLARTHROPATHIES SERONEGATIVES

SPONDYLARTHROPATHIES SERONEGATIVES SPONDYLARTHROPATHIES SERONEGATIVES Introduction Regroupement de certaines maladies justifié par : - des ATCD familiaux communs - une association à l Ag HLAB27 - des similitudes cliniques et évolutives

Plus en détail

Les Spondylarthrites

Les Spondylarthrites Les Spondylarthrites Le concept de spondylarthrite Ensemble de rhumatisme inflammatoires chroniques qui partagent certaines de leurs manifestations cliniques ainsi qu un terrain génétique commun. Le concept

Plus en détail

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Rhumatismes inflammatoires Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Polyarthrite Rhumatoïde PR La plus fréquente des polyarthrites chroniques 1% de la pop. Femmes ++. 50 ans Signes fonctionnels Douleur

Plus en détail

Item 123 : Psoriasis

Item 123 : Psoriasis Item 123 : Psoriasis COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition...3 II Épidémiologie du rhumatisme

Plus en détail

Spondylarthrite juvénile. Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010

Spondylarthrite juvénile. Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010 Spondylarthrite juvénile Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010 Formes de spondylarthrite de l adulte (1) Spondylarthrite ankylosante: critères de New York modifiés Sacroiliite radiologique

Plus en détail

Item 123 : Psoriasis

Item 123 : Psoriasis Item 123 : Psoriasis Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définition...1 2 Épidémiologie du rhumatisme psoriasique...2 3 Signes cliniques...3 3. 1 Présentation clinique habituelle

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS POLYARTHRITE RHUMATOIDE Traitements classiques Antimalariques Sels d or D-Penicillamine

Plus en détail

Pseudopolyarthrite rhizomélique

Pseudopolyarthrite rhizomélique Pseudopolyarthrite rhizomélique C est l histoire D une vieille dame de 76 ans, sans problème particulier, jusqu au jour où. CLINIQUE -Elle se plaint de douleurs des épaules et des hanches avec des épisodes

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 novembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 novembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 novembre 2009 LEDERTREXATE 5 mg, solution injectable B/1 ampoule de 2 ml (Code CIP : 315 012-5) LEDERTREXATE 25 mg, solution injectable B/1 ampoule de 1 ml (Code CIP

Plus en détail

Item 123. Psoriasis. Insérer les T1. Objectifs pédagogiques

Item 123. Psoriasis. Insérer les T1. Objectifs pédagogiques 20 Item 123 Psoriasis Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un psoriasis. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. COFER Connaître les particularités cliniques,

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 22 décembre 2004. HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1

AVIS DE LA COMMISSION. 22 décembre 2004. HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 22 décembre 2004 HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1 Laboratoires EXPANSCIENCE

Plus en détail

La pseudo polyarthrite rhizomélique

La pseudo polyarthrite rhizomélique La pseudo polyarthrite rhizomélique Journée de formation médicale continue Jeudi 29 janvier 2015 Béatrice Bouvard Conflits d intérêts de l orateur en rapport avec le thème de la conférence AUCUN La PPR

Plus en détail

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13 Anatomie Enthésopathies Docteur Emmanuel Hoppé Service de Rhumatologie CHU Angers 18.10.2013 Symphyse pubienne Coxo-fémorales Bursopathies Sacroiliaques 4 tableaux 3 grands cadres Douleur lombofessière

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE Diagnostic de l ostéoporose en rhumatologie chez les femmes ménopausées Juillet 2004 I. PROMOTEURS Société de rhumatologie de l'ouest (SRO) Société

Plus en détail

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile Pædiatric Rheumatology InterNational Trials Organisation Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile De quoi s agit-il? Le syndrome de Blau est une maladie génétique. Les patients souffrent d une combinaison entre

Plus en détail

Acide urique et fonction rénale

Acide urique et fonction rénale Acide urique et fonction rénale Hassan Izzedine Gilbert Deray Service de Néphrologie, Hôpital de la Pitié Salpêtrière, 75013 Paris, France Revue du Rhumatisme, 78, 2011, 134 En raison de l association

Plus en détail

Le Psoriasis : le point de vue du dermatologue

Le Psoriasis : le point de vue du dermatologue Le Psoriasis : le point de vue du dermatologue Nathalie Quiles Tsimaratos Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Les formes cliniques cutanées En plaques : dermatose érythématosquameuse

Plus en détail

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale Malaychanh, Hué, Todisoa 1 Données générales Un garçon, 14 ans, collégien Habitant à Salakham, district Hadsayphong, capitale Vientiane Date entrée:10/

Plus en détail

Visite 7 Mois 30 Questionnaire médecin ID:

Visite 7 Mois 30 Questionnaire médecin ID: 1. Anamnèse intermédiaire Date: Depuis le dernier entretien, y a-t-il eu chez le patient des changements dans le type clinique du psoriasis? non oui si oui, type clinique actuel? Psoriasis des ongles oui

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire. Commission de la Transparence des médicaments. Avis 4 20 Novembre 2012

Assurance Maladie Obligatoire. Commission de la Transparence des médicaments. Avis 4 20 Novembre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 4 20 Novembre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation - ACTEMRA, TOCILIZUMAB,

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde Vivre avec une polyarthrite rhumatoïde Décembre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

ARTHRITES DU SUJET AGE

ARTHRITES DU SUJET AGE ARTHRITES DU SUJET AGE D. Wendling Rhumatologie, CHU Université de Franche-Comté Besançon Rhumatismes Inflammatoires du sujet âgé Diminution : - mobilité - autonomie - qualité de vie Diagnostic parfois

Plus en détail

Pseudopolyarthrite Rhizomélique (P.P.R.) (119b) PrOFESSEUR Christian MASSOT Juillet 2002

Pseudopolyarthrite Rhizomélique (P.P.R.) (119b) PrOFESSEUR Christian MASSOT Juillet 2002 Pseudopolyarthrite Rhizomélique (P.P.R.) (119b) PrOFESSEUR Christian MASSOT Juillet 2002 Pré-Requis : Enseignement de séméiologie Index : Pseudopolyarthrite rhizomélique (PPR), Polymialgia rheumatica,

Plus en détail

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021 Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges Membre enseignant chercheur EA 4021 Rhumatisme inflammatoire chronique Prévalence des SA ies en Europe = 1 à 2% Age moy : 26 ans, ratio homme/femme:

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Arthrite juvénile idiopathique. Protocole national de diagnostic et de soins

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Arthrite juvénile idiopathique. Protocole national de diagnostic et de soins LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Arthrite juvénile idiopathique Protocole national de diagnostic et de soins Juillet 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute

Plus en détail

Diagnostic, prise en charge thérapeutique et suivi des spondylarthrites

Diagnostic, prise en charge thérapeutique et suivi des spondylarthrites Diagnostic, prise en charge thérapeutique et suivi des spondylarthrites RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Diagnostic, prise en charge thérapeutique et suivi des spondylarthrites RECOMMANDATIONS Décembre

Plus en détail

Psoriasis chez l enfant. u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF

Psoriasis chez l enfant. u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF Psoriasis chez l enfant u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF Psoriasis chez l enfant Page 2 u Epidémiologie u Physiopathologie u Présentations Cliniques u Traitements

Plus en détail

Lombalgies inflammatoires de l homme jeune

Lombalgies inflammatoires de l homme jeune Lombalgies inflammatoires de l homme jeune Auteur : Dr Éric TOUSSIROT, Besançon Comité éditorial : Dr Laure GOSSEC, Paris Dr Henri NATAF, Mantes-La-Jolie Relecteurs CFMR : Pr Bernard DUQUESNOY, Lille Pr

Plus en détail

Guide posologique destiné au médecin pour le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) par RoACTEMRA

Guide posologique destiné au médecin pour le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) par RoACTEMRA Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament RoACTEMRA de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique et au Grand-Duché

Plus en détail

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte Psoriasis et travail dans le BTP Pr E. Delaporte 30 Mai 2013 Janvier 2013 : File active de 335 malades traités (293) ou ayant été traités (42) par immunosupp./ modulateurs (MTX CyA biomédicaments) 214

Plus en détail

Trucs du métier. L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis. clinicien@sta.ca. Avez-vous un truc? Son épidémiologie et son expression

Trucs du métier. L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis. clinicien@sta.ca. Avez-vous un truc? Son épidémiologie et son expression L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis Trucs du métier Son épidémiologie et son expression Le psoriasis est une maladie cutanée inflammatoire chronique qui touche de 1 % à 3 % de la population

Plus en détail

Goutte: les équations résolues

Goutte: les équations résolues Goutte: les équations résolues Dr RALANDISON Stéphane Rhumatologue- Interniste Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar Atelier Pharma 7, avril 2013, Carlton Madagascar Introduction «Docteur,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 octobre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 octobre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 octobre 2009 CELEBREX 100 mg, gélule B/30 - Code CIP 354 368.1 CELEBREX 200 mg, gélule B/30- Code CIP 354 370.6 Laboratoire PFIZER Code ATC : M01AH01 Liste I Date

Plus en détail

Arthrite psoriasique quand le psoriasis s attaque aux articulations et à la colonne vertébrale

Arthrite psoriasique quand le psoriasis s attaque aux articulations et à la colonne vertébrale MÉDECINE LPS 1/2016 Arthrite psoriasique quand le psoriasis s attaque aux articulations et à la colonne vertébrale CHRISTA INGLIN Le Dr Thomas Langenegger est médecin-chef de la clinique médicale de rhumatologie

Plus en détail

L atteinte des sacro-iliaques en rhumatologie

L atteinte des sacro-iliaques en rhumatologie ARTICLE ORIGINAL L atteinte des sacro-iliaques en rhumatologie N. AKASBI, FZ. EL OUAZZANI, N. KADI, S. MANSOURI, L. TAHIRI, T. HARZY Service de rhumatologie, CHU Hassan II, FES Résumé: Introduction : la

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Congrès de Médecine Générale de l UCL Nouveautés en rhumatologie

Congrès de Médecine Générale de l UCL Nouveautés en rhumatologie Congrès de Médecine Générale de l UCL Nouveautés en rhumatologie B. Lauwerys Service de Rhumatologie Cliniques Universitaires Saint-Luc Novembre 2009 Prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde X Polyarthrite

Plus en détail

Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest

Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest Plan Se pose-t-on souvent la question du test? Le test est-il pertinent?

Plus en détail

La maladie de Still de l adulte

La maladie de Still de l adulte La maladie de Still de l adulte Syndrome de Wissler-Fanconi La maladie Le diagnostic Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur Cette fiche est destinée

Plus en détail

Spondylarthrite ankylosante

Spondylarthrite ankylosante 39 Item 282 Spondylarthrite ankylosante Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer une spondylarthrite ankylosante. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. COFER

Plus en détail

LA PSEUDO-POLYARTHRITE RHIZOMELIQUE

LA PSEUDO-POLYARTHRITE RHIZOMELIQUE LA PSEUDO-POLYARTHRITE RHIZOMELIQUE I. INTRODUCTION II. DIAGNOSTIC POSITIF 1. SIGNES GENERAUX 2. SIGNES ARTICULAIRES 3. SIGNES OPHTALMOLOGIQUES SI MALADIE DE HORTON ASSOCIEE 4. SIGNES BIOLOGIQUES 5. RADIOGRAPHIES

Plus en détail

Biothérapies en rhumatologie. Dr Isabelle Barbier clinique Saint Hilaire Rouen

Biothérapies en rhumatologie. Dr Isabelle Barbier clinique Saint Hilaire Rouen Biothérapies en rhumatologie Dr Isabelle Barbier clinique Saint Hilaire Rouen Les cytokines Messagers solubles de nature protéique synthétisées par les cellules du système immunitaire, ou par d autres

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Arrêté du 25 juin 2010 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables aux assurés sociaux NOR : SASS1016264A

Plus en détail

Item 116 : Maladies autoimmunes

Item 116 : Maladies autoimmunes Item 116 : Maladies autoimmunes (Évaluations) Date de création du document 2008-2009 CAS CLINIQUE : CAS CLINIQUE N 10 Scénario : Monsieur J., âgé de quarante-neuf ans, se présente aux urgences pour une

Plus en détail

Les rhumatismes inflammatoires. Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante

Les rhumatismes inflammatoires. Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante Les rhumatismes inflammatoires Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante Arthrite Rhumatoïde (RA) Voorstelling van de ziekte Arthrite Rhumatoïde Inflammation chronique des

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 novembre 2006 BONVA 3 mg solution injectable en seringue pré-remplie Boîte de 1 seringue pré-remplie en verre de 3 ml avec 1 aiguille : 376 871.8 Boîte de 4 seringues

Plus en détail

ARTHROPATHIES MICROCRISTALLINES

ARTHROPATHIES MICROCRISTALLINES ARTHROPATHIES MICROCRISTALLINES 1 Affections provoquées par la présence de microcristaux dans l articulation Goutte Chondrocalcinose Dans les tissus avoisinants Rhumatisme à Hydroxyapatite 2 LA GOUTTE

Plus en détail

Dr JD Cohen Unité d Immuno Rhumatologie Montpellier

Dr JD Cohen Unité d Immuno Rhumatologie Montpellier Dr JD Cohen Unité d Immuno Rhumatologie Montpellier M. R, né le 23/05/66 Depuis l enfance Crises de polyarthrite (asymétrique) Myalgies déclenchées par le froid Éruption fugace papuleuse, prurigineuse;

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Arrêté du 30 décembre 2008 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables

Plus en détail

INDUCTION DES LYMPHOCYTES T- RÉGULATEURS PAR IL2 A TRÈS FAIBLE DOSE DANS LES PATHOLOGIES AUTO- IMMUNES ET INFLAMMATOIRES APPROCHE TRANSNOSOGRAPHIQUE

INDUCTION DES LYMPHOCYTES T- RÉGULATEURS PAR IL2 A TRÈS FAIBLE DOSE DANS LES PATHOLOGIES AUTO- IMMUNES ET INFLAMMATOIRES APPROCHE TRANSNOSOGRAPHIQUE INDUCTION DES LYMPHOCYTES T- RÉGULATEURS PAR IL2 A TRÈS FAIBLE DOSE DANS LES PATHOLOGIES AUTO- IMMUNES ET INFLAMMATOIRES APPROCHE TRANSNOSOGRAPHIQUE Etude clinique N NCT01988506 Inves9gateur coordinateur

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

Arthropathies microcristallines I. INTODUCTION

Arthropathies microcristallines I. INTODUCTION Arthropathies microcristallines I. INTODUCTION dépôts intra-articulaires ou péri-articulaires de microcristaux cristaux d urate de sodium => goutte cristaux calciques => chondrocalcinose phosphates de

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1er Février 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1er Février 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1er Février 2012 SIMPONI 50 mg, solution injectable Boîte de 1 stylo pré-rempli - 0,5 ml (CIP : 397 307.4) Boîte de 1 seringue pré-remplie- 0,5 ml (CIP : 397 309.7) Laboratoire

Plus en détail

Intérêt et Bon usage des anti-tnf-a. Docteur Martin SOUBRIER Service de rhumatologie Hôpital Gabriel Montpied Clermont-Ferrand

Intérêt et Bon usage des anti-tnf-a. Docteur Martin SOUBRIER Service de rhumatologie Hôpital Gabriel Montpied Clermont-Ferrand Intérêt et Bon usage des anti-tnf-a Docteur Martin SOUBRIER Service de rhumatologie Hôpital Gabriel Montpied Clermont-Ferrand UN DIAGNOSTIC PRECOCE Signes cliniques Raideur matinale >30 minutes Durée d

Plus en détail

Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008

Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008 Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008 En cas d'échec à un anti TNF Rituximab ou Abatacept? Abatacept ou Rituximab?

Plus en détail

Arthrite rhumatoïde de l'articulation glénohumérale

Arthrite rhumatoïde de l'articulation glénohumérale CHPITRE 88 rthrite rhumatoïde de l'articulation glénohumérale DÉFINITION rthrite inflammatoire symétrique caractérisée par une synovite, un pincement articulaire, des épanchements, des érosions osseuses

Plus en détail

Item 307 : Douleur et épanchement articulaire. Arthrite d'évolution récente

Item 307 : Douleur et épanchement articulaire. Arthrite d'évolution récente Item 307 : Douleur et épanchement articulaire. Arthrite d'évolution récente COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Actualités de la Spondyloarthrite

Actualités de la Spondyloarthrite Actualités de la Spondyloarthrite A. Baillet Service de Rhumatologie, Hôpital sud, Echirolles Nouveaux paradigmes des spondyloarthrites La spondyloarthrite Attéinte articulaire Enthésite Synovite Dactylite

Plus en détail

Douleurs des mains. Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements. C.Zenklusen septembre 2013

Douleurs des mains. Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements. C.Zenklusen septembre 2013 Douleurs des mains Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements C.Zenklusen septembre 2013 Causes de douleurs aux mains Articulations (origine articulaire) Nerfs (origine nerveuse)

Plus en détail

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Pathogène Réponse spécifique - Adaptée - Mémoire Complément Macrophages NK Lymphocytes B Lymphocytes T 1) Distinguer "le soi" du "non soi" 2) Réarrangements

Plus en détail

La goutte. Nature de la goutte. Figure 1 Articulations touchées par la goutte

La goutte. Nature de la goutte. Figure 1 Articulations touchées par la goutte La goutte est reconnue depuis plus de 2 000 ans, ce qui en fait l une des maladies les plus vieilles du genre humain. U n b u l l e t i n o f f e r t a u p e r s o n n e l s o i g n a n t p a r v o t r

Plus en détail

Correction conférence PAR /Lupus du 23/11/10 :

Correction conférence PAR /Lupus du 23/11/10 : Correction conférence PAR /Lupus du 23/11/10 : 1) ABE C fx ils vont dans la médullaire D primaire 2) ADE B et C faux c est le contraire paracorticale Ly T et corticale Ly B 3) ADE 4) ACDE 5) Cf correction

Plus en détail

Le rachis inflammatoire. Claire Fournier, FCornelis, F Petitpierre, O Hauger Service d imagerie CHU Bordeaux

Le rachis inflammatoire. Claire Fournier, FCornelis, F Petitpierre, O Hauger Service d imagerie CHU Bordeaux Le rachis inflammatoire Claire Fournier, FCornelis, F Petitpierre, O Hauger Service d imagerie CHU Bordeaux Spondylo-arthrites SAPHO Quelques diagnostics différentiels Les spondyloarthrites Terminologie

Plus en détail

Diagnostic précoce de la Spondylarthrite. Dr Laurent MARGUERIE

Diagnostic précoce de la Spondylarthrite. Dr Laurent MARGUERIE Diagnostic précoce de la Spondylarthrite Dr Laurent MARGUERIE Le concept de spondylarthropathie (SpA) Les spondylarthropathies regroupent : SpA JUVENILES SPONDYLARHRITE ANKYLOSANTE SpA INDIFFERENCIEES

Plus en détail

RHUMATISMES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L ADULTE : diagnostic et prise en charge initiale par le généraliste. DOSSIER DOCUMENTAIRE

RHUMATISMES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L ADULTE : diagnostic et prise en charge initiale par le généraliste. DOSSIER DOCUMENTAIRE RHUMATISMES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L ADULTE : diagnostic et prise en charge initiale par le généraliste. DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

BOITERIE DE L ENFANT. Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges

BOITERIE DE L ENFANT. Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges BOITERIE DE L ENFANT Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges DEFINITION Asymétrie du schéma de marche Douleur Raideur articulaire Déformation Affection neuromusculaire Étiologies

Plus en détail

Spondyloarthrite grave

Spondyloarthrite grave Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Spondyloarthrite grave Novembre 2015 Ce document est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service

Plus en détail

Les diabètes «atypiques»

Les diabètes «atypiques» 6 ème Congrès de la SMGT 13 décembre 2014 Les diabètes «atypiques» Emna Haouat Endocrinologue-AHU Institut National de Nutrition Introduction et intérêt du sujet Diabètes = états d hyperglycémie chronique

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Spondylarthrite grave

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Spondylarthrite grave LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Spondylarthrite grave Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service communication 2 avenue du Stade de France

Plus en détail