. Arthritepsoriasique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ". Arthritepsoriasique"

Transcription

1 Les traitements biologiques dans les rhumatismes inflammatoires Dr Clio RIBBENS Service de Rhumatologie. Centre HospitalierUniversitairede Liège Nouveautés dans l'arthrite : Thérapeutiques anti-nf a.. Polyarthrite rhumatoïde (PR). Arthritepsoriasique Spondylarthrite ankylosante Physiopathologie de la PR Présentation d'antigène Lympho ~ule présentattice. d'antigène T CD4+ "Activés" Mécanismes ''Effecteurs'' Cytokines, facteurs de croissance, médiateurs Cellules nmmme et non-înununes Anticorps Inflanunationarticulaire Destructionarticulaire Manifestations cliniques précoces Manifestations plus tardives.,l'dégâts structurels -/ Atteinte fonctionnelle.,l'détérioration de la qualité de vie l

2 ,o' Evolution schématique de la PR sur 30 ans Inflanunation Handicap fonctionnel Radiographies o Durée de maladie (années) KirwanJR. JRheumalal. 999;26: Facteur rhumatoïde. Ig dirigée contre IgG Le plus souvent IgM (aussi IgA, IgG, IgD, 9B) Réaction avec IgG de lapin (Waaler-Rose) ou avec IgG humaines(test au latex) Sensibilité 70-80% Spécificité60-80% (FR+ chez 5-30% individus> 65 ans, Sjëigren,endocarditeinfectieuse,...) Critères de classification de la PR ~ Raideur matinale;:; heure ~ Arthrite;:: 3 articulations ~ Arthrite des mains } Depuis au moins 6 semaines ~ Arthrite symétrique ~ Nodules SC rhumatoïdes Sensibilité: 89% ~ Facteur rhumatoïde (FR) Spécificité: 74% ~ Atteinte radiologique typique 4 critères sur 7 nécessaires pour un diagnostic de PR Aznctt FC et a!. Arthrtttr Rheum. 987;3: Anticorps anti-peptides citrullinés Reconnaissance d'épitopes contenant la citrulline - argioine modifiée Ac anti-périnucleaires: (modification post-translationnelle IF sur muqueuse buccale humaine (lgg) par la peptidylarginine deiminase) ELISA anti-ccp (peptides citnillinés cycliques). Sensibilité80% Ac anti-kératine (anti stratum comeum): Spécificité 97% IF sur oesophage de ni! (gg) => Diagnostic précoce Reconunandations thérapeutiques dans la PR Diagnostic précoce de la PR Débuter un traitement de fond dans les 3 mois Réévaluer régulièrement l'activité de la maladie R eponseauequate ' J' ~ R eponselnauequate '. J' avecactivitéde lamaladie diminuée càdmaladieencoreactiveaprès 3 moisde traitementmaximal ~ Changer / ajouter traitement MTXnaif -MTX - autre monothérapie - combinaison Il ---- Réponse suboptimale MTX -combinaison Il - autre monotherapie -biologiques Inhibition de Cytokines Interaction Normale Neutralisation de Cytokines Cytokine Inflammatoire,..-.,.. J Monoclonal Anticorps ~;~0~e:ne.,,,,"',.:,,,;:.., ~: ~~, ~:~tt~eur Inflammatoire Signal ;:::;...~.:.,. ';:"'PasdeSignal. Activation de voies Blocage de Récepteur anti-inflammatoires _Cytokine Monoclonal AnUinflammatoire "' Antagoniste.. de Anticorps_ Recepteur -..'..'.'.,':C'''."", :. Supp~essionde Pas de Signal ;,...;:. ~.'. Cytokines Inflammatoires

3 Récepteurs du NF: p55 and p75 membranaires et solubles 28-JOkD.'" / r-42kd RégionextraceIlulaire (TNF binding site) Protéolyse Protéolyse m'rt' 'T'n'fr'?Tr'r'r' Région M!M,!,!,!.hb 6!,lli ttansmembranaire p55 v p75 Région cytoplasmique Caractéristiques des anti -TNF (X Etanercept Infliximab Adalimumab Enbre/B Remicade(B> HumirafF;J Classe TNFa IgG, AI:;monoclonal IgG humaine receptor construd chimérique Liaison TNFa + TNF TNFa TNFa Lyse cellulaire? oui? Demi-vie Gours) 4,8 8-9,5 5 Administration SC IV SC Dose 25 mg 3-0 mglkg 40mg/2sem 2x/sem toutes 4-8 sem Methotrexate possible indispensable possible 2S%murin ty Anticorps (infliximab) monoclonal 75%hmnain l Première étude de tolérance en 992 Etudesclés ATIRACf chimérique(ca2) Rcmicade / placebo chez des patients ayant une PR active avec réponse insuffisante au MTX 5 mg/sem durée moyenne de la PR 8,4 ans ASPIRE PR précoce ~ 3 mois et < 3 ans) et active ~ 0articulations sonflêes,:' 2douloureuses) et FR+ ou érosions ou CRP ;;:2 mg/dl durée moyenne de la PR 0,6 an ~80 Nombre d'articulations gonflées ~70 '6 ] 'il 40 c; 'ii 30 e os 20 <ft. 0 ~ Placebo'" Mn: ~ InftLxtmab 3 mlllkg q. wltl + Mn -«-'nftixlmab 3 mglll; q" wu'" MTX "lnfujdmab 0mlltkgq' wu'" Mn: -+-lnnlxjmab0mg/ilg q.. WU'" MTX fpo Semaine:j, Effetdutraitementp<O.00 LipsL)' P., al. NE.JM 2000; 343: :3' :g, 3.., 2.5 "c.!!! 2.0." E CRP o Semaines "-Placebo + MTX ~lntiximab 3 mgllcgq 8 wks + MTX ~ lntiximab3 mgllcgq 4 wks+ MTX -lntiximab 0mgllcgq 8 wks+ MTX "'-Intliximab 0 mglkgq 4 wks+ MTX 02. Effetdutraitementp<O.OO

4 ".S 8 Ü ~ 5 e 2.g " 9 0) ; 6..c U 3 ~ 0 fi -3 ::E Prévention de l'atteinte structurelle Dégâts radiographiques- érosions + pincement anicuwre Score de Sharpmodifiê selon van der Heijde: -Érosions articulaires -Pincement articulaire -Mains et pieds :0: nfliximab Infliximab Infliximab 3mglt<g 3mglt<g 0mg/kg q8wks q4wks q8wks +MIX +MIX +MIX.0-30 Weeks EO - 54 Weeks [.0-02 Weeks lnfiximab 0mg/kg q4wks +MIX ASPIRE: Rheumatoid arthritis ofearly onset MTX7,Smgfsem,augmentêi Smgfsemi sem4 et 20mgfsemi sem8 "PIRE + placebo infliximab 3 mglkg infliximab 6 mg/icg Signs and Symptoms Secondary Endpoints: DAS-28 at Week S4...'-' Il.. -;. 5l,.UII...,c... a.t! 4S.'"..,. il U J.2 El DI! E Ii,..,;,....u 'If"" i...".. ".. i"j.. III... Il lm... AI... s..-..., liiiiiiiim... '.. '... Rêmission(DAS< 2,6): 5%MTX 20% MTX + iniiiximab 3 mgllcg 30'0 MTX + infliximab 6 mglkg ASPIRE ASPIRE: efficacité radiologique Structural Damage Primary Endpoirat: Chan~e iravdh Modified Sh!I'JI.~~!!!'.~ Baseline to Week 54, i /,. pcla Il W M'nI... ~.,.IIMwbI...UTX ilrlllltlmbllllgot;'.itx "._~... Adalimumab (Humira~): anticorps anti-nfa. humanisé 0tMurine 2ny '_ 3rd Humanlzed Fully-Human Y Y - ~alimumab y -- ~..~.(Abbott '%.'":".., ~,,'=' ",-Ji,;..;. ) Pro_ ~).'.. (etanercept) ) domaine extracellulaire p75 ),,,., Fo[gG' Traitements anti-tnf a. Rapidité d'action Parmi les répondeurs au traitement, 70% auront déjà répondu après 2 semaines avec l'infliximab 50% 70% avecl' etanr:rcept avecj'adalimumab Efficacité clinique, fonctionnelle et radiologique Quelle est la tolérance des traitements anti-tnp? Quels sont les effets secondaires? ~ Néoplasies? ~ Infections?

5 Causes de mortalité dans la PR RA patients Non-RA US population Effets secondaires des anti-tnp Enbrel~, Humira«>: réactions au site d'injection Remicade~ : céphalées, nausées, rash Infections des voies respiratoires supérieures "Excluding leukemia and Iymphoma Infections opportunistes Tuberculose Anticorps anti-chirnériques (HACA) et réactions perfusionnelles avec infliximab Anticorps antinucléaires et Ac anti-dna Décompensation cardiaque congestive Atteinte neurologique démyélinisante Néoplasies lymphomes? Pas d'augmentation du rique de néoplasies StandardizedIncidenceratio (Sm.) (USA) Lymphome PR 2-8 Etanercept 2,3-3,5 Infliximab 6,3 Adalimumab5,4 Cancerssolides Etanercept 0,98 Infliximab, Adalimumab,0 Patients traités Patients-années Utilisation USA Hors USA Cas BK USA Hors USA Extrapulmonaire Miliaire Tuberculose etanercept > > % 0% 34% 6% infliximab % 36% % 50"0cas TB après 3 perf 97"0 après 7 mois Recommendations en Belgique Réaliser une Rx Thorax et une IDR Si Rx Thorax anonnale => consultationen pneumologie Si Rx Thorax nonnale et IDR positive => tuberculose latente => isoniazide 5 mg/kg, max 300 mglj, mois avant le début du traitement 6-9 mois au total Contre-indications. Tuberculoseactive. Infection active aux anti- TNFa. Infections chroniques ou récurrentes Sclérose en plaques, neurite optique Lupus Décompensation cardiaque congestive Lymphome. Hépatite B

6 Ajouter Ajouter Anti-NFa en pratique clinique Algorithme pour atteindre une faible activité de la maladie ou une rémission. Ne pas commencer le traitement en cas d'infection aiguë ou chronique. Anamnèse pour histoire de tuberculose. Arrêter le traitement avant une chirurgie programmée et en cas d'infection grave Effets à long terme sur les néoplasies sont inconnus PR débutante: Traitement précoce «3 mois) MTX25 mg! sem (en 2 mois) Ajouter autre tt de fond ou conicordes ou ann-tnp Ajouter autre tt de fond ou conicoïdes ou anti-tnp Critères de remboursement des anti- TNFa. dans la polyarthrite rhumatoïde Erosions radiologiques Echec à 2 traitements de fond dont le Ledertrexate (au moins 5 mg/sem, sauf si intolérance) (et sels d'or, Salazopyrine, ou Arava) Au moins 8 synovites HAQ d'au moins 25/00 (5/60) Absence de tuberculose active EnbreJe 2 x 25 mg SC /sem Humira- 40 mg SC / 2 sem Remicade- maximum 3 mg / kg aux semaines 0, 2, 6 puis toutes les 8 semaines Coût des traitements anti-nf Enbrelil>2 x 25 mg SC / sem / boîte de 4 A 0 25 mg /an Remicadeœ> - 55 /viale de 00 mg - 3 viales / perfusion (3 mglkg, kg) 9 perfusions / an (sem0, 2, 6, 4,22,30,38,46,54) / an - Mini-jomnée HumiraGD40 mg SC / 2 sem - 80 / boîte de 2 seringues -460 /an Spondylarthropathies séronégatives Les traitements anti-nf-a ont-ils d'autres indications? Arthropatlùes inflammatoires avec atteinte de la synoviale et de l'enthèse Oligoarthrite périphérique (MI), spondylite ou sacro-iiéite, enthésite, atteinte extra-articulaire (uvéite, atteinte digestive, psoriasis) Terrain génétique HLA B27 -Spondylarthrite ankylosante - Arthrite psoriasique - Arthrite réctionnelle -Arthrite liée aux md -Spondylarthrite indifférenciée

7 Critères de calssification des spondylarthropathies de l'essg (European Spondylarthropathy Study Group) Douleur inflammatoire lombaire ou et un des critères Synovite.asymétrique.prédominant aux MI suivants Douleur fessière alternante Sacro-iliite Enthésopatlùe Histoire familiale Psoriasis Maladie inflammatoire digestive Uréthrite, cervicite, ou diarrhée < mois avant arthrite Critères diagnostiques de spondylarthrite ankylosante Critères de New York modifiés, 98-. Douleurs lomabires depuis au moins 3 mois, améliorées par l'exercice et non améliorées par le repos 2. Limitation de mobilisation du rachis lomabaire dans les plans sagittal et frontal 3. Limitation de l'expansion thoracique pour l'âge et le sexe 4. Sacro-iliite urùiatérale de grade 3-4 ou bilatérale de grade 2-4 Critère 4 + un critère clinique Traitement de la spondylarthrite AINS Effets secondaires digestifs: nausées, dyspepsie, épigastralgies, diarrhée ankylosante Salazopyrine efficace sur les atteintes périphériques, pas sur l'atteinte axiale Infliximab la SA Etude de monothérapie versus placebo; étude randomisée multicentrique en double aveugle 70 patients avec maladie active: BASDAI ~ 4 et douleur rachidienne ~ 4 (EVA 0-0) infliximab 5 mg/kg aux semaines 0, 2, 6 Arrêt des traitements de fond et des corticoïdes AINS admis Evaluation de l'activité de la maladie à la semaine 2 Braun et al. Lance/ 2002; 359: Amélioration de ~ 50% du BASDAI à la semaine 2: 53 % (37-69) des patients du groupe infliximab 9 % (3-22) des patients du groupe placebo Amélioration de ~ 50% du BASDAI dès la semaine 2 chez 4% des patients sous infliximab BASDAI moyen (départ -7 semaine 2): 6,5-7 3,3 groupe infliximab 6,3-7 5,7 groupe placebo Braun et al.idncer2002: 359: Amélioration de tous les items du score BASDAI sous infliximab!q Sem 2 sign. Fatigue 6,9 4,5 p<o,oooi Douleur rachidienne 7,9 3,7 p<o,oooi Douleur articulaire périphérique 5,2 2,4 p<o,oooi Douleur des enthèses 6,0 2,8 p<o,oooi Raideur matinale 6,5 2,8 p<o,oooi Pas de diffirenees signifiea/il'esdans le groupeplacebo Améliorationdesparamètresbiologiquesousinfliximab InfIiximab(n=34) Placebo(n=35) JO Sem 2 JO Sem 2 CRP(mgll) <0,000 VS(mmlh) <0,000 Braun et al.idncet 2002: 359:

8 Etanercept la SA Etude randomisée multicentrique en double aveugle 6 semaines versus placebo puis traitement par etanercept de tous les patients 30 patients avec maladie active: BASDAI <:4 et douleur rachidienne <:4 (EVA 0-0) Etanercept 2 x 25 mg SC / semaine Arrêt des traitements de fond et des corticoïdes AINS admis Traitement par etanercept de 2 semaines au total avec suivi d'au moins 24 semaines Brandt et al. Arthritis Rheum 2003; 48: Amélioration de <:5000du BASDAI à la semaine 6: 57 % (8/4) dans le groupe etanercept 6 % (/6) dans le groupe placebo BASDAI moyen (départ ~ semaine 6): 6,5 ~ 3,5 groupe etanercept 6,6 ~ 5,8 groupe placebo Amélioration de <:50% du BASDAI après 2 semaines d'etanercept: 7% des patients etanerceptletanercept 56% des patients placebo/etanercept Récidive de la maladie après l'arrêt du traitement chez 75% des répondeurs dans les 3 mois (moy. 6 sem) chez les 25% plus tard Critères de remboursement des anti- TNF dans la spondylarthrite ankylosante SA répondant aux critères de New York modifiés - sacro-iléitc bilatérale de grade '= n ou unilatérale de grade '= m -2 sur 3 critères cliniques: lombalgie inflammatoire> 3 mois, limitation de mobilisation du rachis limitation d'ampliation thoracique Patient âgé d'au moins 7 ans BASDAI <:4 CRP supérieure à la nonne Réponse insuffisante à au moins 2 AINS <:3 mois Absence de tuberculose active l Arthrite psoriasique. Spondylarthropathie séronégative 5-3 % des patients avec psoriasis cutané Polyarthrite périphérique, souvent symétrique Arthrite érosive défonnante Atteinte typique des interphalagiennes distales Enthésite (surtout Achilléenne) Dactylite (doigt en saucisse) FR négatif; pas de nodules rhumatoïdes Distribution femme/homme / Traitements de l' arthrite psoriasique > Atteinte légère: AINS, physiothérapie, corticoïdes la > Atteinte plus sévère (facteurs de sévérité: nombre d'articulations aneintes, syndrome infianunatoire biologique, destruction radiologique, atteinte fonctionnelle) Corticoïdes Sulfasalazine(Salazopyrineil» Methotrexate (Ledertrexateil» Ciclosporine (Neoralil» Biologiques taux de TNF-a / TNF-R augmentés dans la membrane synoviale, le liquide synovial et les lésions cutanées de patients ayant une arthrite psoriasique Etanercept dans l' artluite psoriasique Etude randomisée contre placebo en double aveugle 3 mois 60 patients avec <:3 articulations gonflées et <:3 articulations douloureuses * Placebo versus etanercept 2 x 25 mg SC / semaine Prednisone max 0 mg/j et AINS admis Methotrexate admis, max 25 mg/sem, stable depuis 2 mois. Mediane 9-23 articulatiolls doulourellses Jj - J.JartiCl/lotions go,iflêes Mess. et al. Lallcet2oo0; 356:

9 Efficacité du traitement anti-tnfa avec ou - sans traitement de fond par Ledertrexate 00, -. PsARC: Psoria!ic Anhritis 87%' Response Criteria IOO 93% 80-8% III Placebo Am.liorano. d'ou moins2 80 o Etancrc:ept des 4 critères: -30% artie. 80nflees 60-30% artie. douloureuses %Patients.EVA patient 40 -EVAmOdecin 25% 23% 20 v. 2:L-IL sans MTX avec MIX Placebo Eanercepl "P<.OO McasePJet al.lonctt2000;356: '-.002 P<.OOI Efficacité du traitement anti- TNFa à 3 mois... : Critères de remboursement de l'enbrel dans l'arthrite psoriasique Atteintepolyarticulaire - Réponse insuffisante au Ledertn:xate (au moins IS mg/sem) (au moins 2 sem) - Au moins S synovites - HAQ au moins 25/00 Atteinte oligoarticulaire - Réponse insuffisante aux AINS, à la Salazopyrine et au Ledertrexate (~ 5 mg/sem) (au moins 2 sem) - Au moins 3 synovites - Au moins 2 séances de thérapie locale intra.articuaire dans la même articulation endéans 3 mois - Au moins 4/0 sur NAS (Numerical Rating Scale) Critères radiographiques Absence de tuberculose active dans les 2 cas Les thérapeutiques anti-nf en 2005 Efficacité clinique et fonction elle rapide dans la polyarthrite rhumatoide, l'arthrite psoriasique et la spondylarthrite ankylosante.efficacité radiologique. Surveillance des infections (tuberculose)

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

Les formes cliniques. Maxime Breban

Les formes cliniques. Maxime Breban Reconnaître la Spondylarthrite en 2011 Les formes cliniques Maxime Breban maxime.breban@apr.aphp.fr Qu'est-ce que les rhumatismes inflammatoires? Inflammation chronique des articulations Maladies complexes

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008 SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Spondylarthrites Décembre 2008 OBJECTIFS - Mieux identifier les patients atteints de spondylarthrite afin de raccourcir le délai entre l apparition des symptômes

Plus en détail

Les Spondylarthrites

Les Spondylarthrites Les Spondylarthrites Le concept de spondylarthrite Ensemble de rhumatisme inflammatoires chroniques qui partagent certaines de leurs manifestations cliniques ainsi qu un terrain génétique commun. Le concept

Plus en détail

Lombalgie inflammatoire. François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010

Lombalgie inflammatoire. François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010 Lombalgie inflammatoire François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010 Pronostic d une lombalgie aigue 1mois: 66 à 75% encore symptomatiques quelques limitations fonctionnelles 82

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Liens d intérêt Intérêts financiers : aucun Liens durables ou permanents : aucun Interventions

Plus en détail

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie :

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie : ANNEXE A : Formulaire de première demande Formulaire de première demande de remboursement de la spécialité HUMIRA pour une spondylarthrite axiale sévère sans signes radiographiques de spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Les rhumatismes inflammatoires. Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante

Les rhumatismes inflammatoires. Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante Les rhumatismes inflammatoires Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante Arthrite Rhumatoïde (RA) Voorstelling van de ziekte Arthrite Rhumatoïde Inflammation chronique des

Plus en détail

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Rhumatismes inflammatoires Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Polyarthrite Rhumatoïde PR La plus fréquente des polyarthrites chroniques 1% de la pop. Femmes ++. 50 ans Signes fonctionnels Douleur

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021 Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges Membre enseignant chercheur EA 4021 Rhumatisme inflammatoire chronique Prévalence des SA ies en Europe = 1 à 2% Age moy : 26 ans, ratio homme/femme:

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

Lombalgies inflammatoires de l homme jeune

Lombalgies inflammatoires de l homme jeune Lombalgies inflammatoires de l homme jeune Auteur : Dr Éric TOUSSIROT, Besançon Comité éditorial : Dr Laure GOSSEC, Paris Dr Henri NATAF, Mantes-La-Jolie Relecteurs CFMR : Pr Bernard DUQUESNOY, Lille Pr

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 novembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 novembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 novembre 2009 LEDERTREXATE 5 mg, solution injectable B/1 ampoule de 2 ml (Code CIP : 315 012-5) LEDERTREXATE 25 mg, solution injectable B/1 ampoule de 1 ml (Code CIP

Plus en détail

Diagnostic, prise en charge thérapeutique et suivi des spondylarthrites

Diagnostic, prise en charge thérapeutique et suivi des spondylarthrites Diagnostic, prise en charge thérapeutique et suivi des spondylarthrites RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Diagnostic, prise en charge thérapeutique et suivi des spondylarthrites RECOMMANDATIONS Décembre

Plus en détail

Spondylarthrite ankylosante

Spondylarthrite ankylosante 39 Item 282 Spondylarthrite ankylosante Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer une spondylarthrite ankylosante. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. COFER

Plus en détail

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13 Anatomie Enthésopathies Docteur Emmanuel Hoppé Service de Rhumatologie CHU Angers 18.10.2013 Symphyse pubienne Coxo-fémorales Bursopathies Sacroiliaques 4 tableaux 3 grands cadres Douleur lombofessière

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

Trucs du métier. L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis. clinicien@sta.ca. Avez-vous un truc? Son épidémiologie et son expression

Trucs du métier. L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis. clinicien@sta.ca. Avez-vous un truc? Son épidémiologie et son expression L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis Trucs du métier Son épidémiologie et son expression Le psoriasis est une maladie cutanée inflammatoire chronique qui touche de 1 % à 3 % de la population

Plus en détail

Communiqué. Abbott présente à Santé Canada une demande d homologation d HUMIRA pour le traitement du psoriasis POUR PUBLICATION IMMÉDIATE

Communiqué. Abbott présente à Santé Canada une demande d homologation d HUMIRA pour le traitement du psoriasis POUR PUBLICATION IMMÉDIATE POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Communiqué Abbott présente à Santé Canada une demande d homologation d HUMIRA pour le traitement du psoriasis Media: Sylvie Légaré (514) 832-7268 Abbott Gabrielle Collu 514)

Plus en détail

Item 123. Psoriasis. Insérer les T1. Objectifs pédagogiques

Item 123. Psoriasis. Insérer les T1. Objectifs pédagogiques 20 Item 123 Psoriasis Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un psoriasis. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. COFER Connaître les particularités cliniques,

Plus en détail

Spondylarthrite juvénile. Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010

Spondylarthrite juvénile. Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010 Spondylarthrite juvénile Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010 Formes de spondylarthrite de l adulte (1) Spondylarthrite ankylosante: critères de New York modifiés Sacroiliite radiologique

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde et biologie

Polyarthrite rhumatoïde et biologie Polyarthrite rhumatoïde et biologie Le point de vue de l'immunologiste Sylvain Laboratoire d'immunologie, sdubucquoi@univ univ-lille2. -lille2.fr FR et PR Définition Auto-anticorps anti-fragment Fc des

Plus en détail

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte Psoriasis et travail dans le BTP Pr E. Delaporte 30 Mai 2013 Janvier 2013 : File active de 335 malades traités (293) ou ayant été traités (42) par immunosupp./ modulateurs (MTX CyA biomédicaments) 214

Plus en détail

ANDRIANJAFISON Francia

ANDRIANJAFISON Francia ANDRIANJAFISON Francia PLACE DE LA CORTICOTHERAPIE DANS LA PRISE EN CHARGE DES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES : REALITES ET PERSPECTIVES A ANTANANARIVO Thèse de Doctorat en Médecine 2 UNIVERSITE

Plus en détail

Spondylarthrite grave

Spondylarthrite grave Titre du document (En-tête) GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Spondylarthrite grave Décembre 2008 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service communication 2, avenue

Plus en détail

7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations

7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations SEMESTRE 4 UE 2.7.S4 Défaillances organiques et processus dégénératifs 7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations Etude de l'appareil locomoteur (articulations, os, muscles, tendons) Douleur en

Plus en détail

Item 123 : Psoriasis

Item 123 : Psoriasis Item 123 : Psoriasis COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition...3 II Épidémiologie du rhumatisme

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE

TRAITEMENT DE LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE TRAITEMENT DE LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE RÉVOLUTION DES PRINCIPES DE TRAITEMENT Mise à disposition de nouvelles molécules Traitements de fond classiques ( Méthotrexate, Salazopyrine ) : plus efficaces

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

LES ANTI-TNF DANS LES MALADIES AUTO-IMMUNES ET LES VASCULARITES

LES ANTI-TNF DANS LES MALADIES AUTO-IMMUNES ET LES VASCULARITES LES ANTI-TNF DANS LES MALADIES AUTO-IMMUNES ET LES VASCULARITES par X. MARIETTE* Les inhibiteurs du TNFα représentent une révolution thérapeutique en rhumatologie dans le traitement de la polyarthrite

Plus en détail

et l utilisation des traitements biologiques

et l utilisation des traitements biologiques et l utilisation des traitements biologiques Choisir le meilleur traitement pour retrouver la qualité de vie que vous êtes en droit d avoir Les agents biologiques (biothérapies) Étant les plus récents

Plus en détail

Arthrite de l enfant. Guide pour les parents et les proches

Arthrite de l enfant. Guide pour les parents et les proches Arthrite de l enfant Guide pour les parents et les proches Chers parents, Les enfants atteints d une inflammation articulaire chronique doivent, si possible, grandir et s épanouir comme tous les autres

Plus en détail

SPONDYLARTHROPATHIES. Dr L.Mathy Mont-Godinne Rhumatologie 10/03/2012 CH DINANT

SPONDYLARTHROPATHIES. Dr L.Mathy Mont-Godinne Rhumatologie 10/03/2012 CH DINANT SPONDYLARTHROPATHIES Dr L.Mathy Mont-Godinne Rhumatologie 10/03/2012 CH DINANT Prévalence des affections rhumatismales Lombalgies, rhum. abarticulaires Arthrose Ostéoporose Polyarthropathies inflammatoires

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Simponi 50 mg, solution injectable en stylo prérempli. 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Un stylo prérempli de 0,5

Plus en détail

Les nouveaux traitements du psoriasis

Les nouveaux traitements du psoriasis Les nouveaux traitements du psoriasis Ci-après, vous trouverez 3 articles, parus récemment, parmi d'autres tout aussi intéressants, dans notre bulletin trimestriel Pso Magazine: - un extrait de l'exposé

Plus en détail

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD Service de Pneumologie Hôpital Beauregard - THIONVILLE 1 Bilan initial Objectifs Bilan de base Traitement pharmacologique Autres traitements pharmacologiques Autres

Plus en détail

Le syndrome SAPHO Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique

Le syndrome SAPHO Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre

Plus en détail

Psoriasis. EPU Bats CARMI Esther

Psoriasis. EPU Bats CARMI Esther Psoriasis EPU Bats CARMI Esther Idées clefs Co morbidité Biothérapies Intérêt Risque Psoriasis «Exclusion sociale pour impureté» 1805 : individualisation Importance de la microcirculation du derme superficiel

Plus en détail

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales Université Joseph Fourier FACULTE DE MEDECINE 38700 LA TRONCHE Année Universitaire 2013/2014 EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales 2 ème SESSION UE 1 : Appareil Locomoteur Mardi 19 août 2014 13h30

Plus en détail

Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014

Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014 Obésité et rhumatismes inflammatoires Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014 Obésité 1 Obesity Trends* Among U.S. Adults BRFSS, 1985 (*BMI 30, or ~ 30 lbs overweight for

Plus en détail

RHUMATISMES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L ADULTE : diagnostic et prise en charge initiale par le généraliste. DOSSIER DOCUMENTAIRE

RHUMATISMES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L ADULTE : diagnostic et prise en charge initiale par le généraliste. DOSSIER DOCUMENTAIRE RHUMATISMES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L ADULTE : diagnostic et prise en charge initiale par le généraliste. DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

PHYSIOTHERAPIE ET RHUMATISMES INFLAMMATOIRES

PHYSIOTHERAPIE ET RHUMATISMES INFLAMMATOIRES PHYSIOTHERAPIE ET RHUMATISMES INFLAMMATOIRES Cercle de Qualité Le Merle d Aubigné (CQMdA) Bodmer Eveline, Baumberger Dominique, Bensaddik-Brunner Verena, Canova Danielle, Dosso Elena, Dunand Alain, Finazzi

Plus en détail

Les traumatismes et l arthrite inflammatoire

Les traumatismes et l arthrite inflammatoire Les traumatismes et l arthrite inflammatoire Document de travail à l intention du Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail Septembre 2008 préparé

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

Société Algérienne de Dermatologie Pédiatrique 12èmes Journées Nationales Alger, 3-4 mars 2011. Symposium PFIZER

Société Algérienne de Dermatologie Pédiatrique 12èmes Journées Nationales Alger, 3-4 mars 2011. Symposium PFIZER Société Algérienne de Dermatologie Pédiatrique 12èmes Journées Nationales Alger, 3-4 mars 2011 Symposium PFIZER Psoriasis de l enfant et traitement biologique B. Bouadjar, Alger Traitement du psoriasis

Plus en détail

La maladie de Still de l adulte

La maladie de Still de l adulte La maladie de Still de l adulte Syndrome de Wissler-Fanconi La maladie Le diagnostic Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur Cette fiche est destinée

Plus en détail

Faculté de Médecine de Marseille Université Aix Marseille II. Maître de stage : Dr BLANC Bernard. Récit authentique d une situation

Faculté de Médecine de Marseille Université Aix Marseille II. Maître de stage : Dr BLANC Bernard. Récit authentique d une situation Faculté de Médecine de Marseille Université Aix Marseille II Maître de stage : Dr BLANC Bernard. Récit authentique d une situation complexe en Cabinet : La lombalgie symptomatique Semestre de stage : 4

Plus en détail

rhumatoïde DES de Biologie médicale Cours d immunologie 2012-2013 Vincent Elsermans

rhumatoïde DES de Biologie médicale Cours d immunologie 2012-2013 Vincent Elsermans Polyarthrite rhumatoïde DES de Biologie médicale Cours d immunologie 2012-2013 Vincent Elsermans Plan Notions cliniques Démarche diagnostique Les facteurs rhumatoïdes : techniques, performances Les anticorps

Plus en détail

Item 154 : Tumeurs des os primitives et secondaires (Évaluations)

Item 154 : Tumeurs des os primitives et secondaires (Évaluations) Item 154 : Tumeurs des os primitives et secondaires (Évaluations) Date de création du document 2008-2009 CAS CLINIQUE : CAS CLINIQUE N 1 Scénario : Monsieur A., vingt-cinq ans, étudiant vétérinaire, vient

Plus en détail

Douleurs des mains. Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements. C.Zenklusen septembre 2013

Douleurs des mains. Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements. C.Zenklusen septembre 2013 Douleurs des mains Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements C.Zenklusen septembre 2013 Causes de douleurs aux mains Articulations (origine articulaire) Nerfs (origine nerveuse)

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

LES SPONDYLARTHROPATHIES (SPONDYLARTHRITES) : APPROCHE DIAGNOSTIQUE ET THÉRAPEUTIQUE

LES SPONDYLARTHROPATHIES (SPONDYLARTHRITES) : APPROCHE DIAGNOSTIQUE ET THÉRAPEUTIQUE JUILLET 2010 08 LES SPONDYLARTHROPATHIES (SPONDYLARTHRITES) : APPROCHE DIAGNOSTIQUE ET THÉRAPEUTIQUE MARK HAZELTINE, MD, FRCPC CENTRE DE RHUMATOLOGIE DE LAVAL JEAN-LUC TREMBLAY, MD, FRCPC CENTRE HOSPITALIER

Plus en détail

Nouvelle option thérapeutique pour les enfants présentant cette forme rare et sévère d arthrite

Nouvelle option thérapeutique pour les enfants présentant cette forme rare et sévère d arthrite Communiqué de presse Bâle, 18 avril 2011 La FDA homologue Actemra dans le traitement de l arthrite juvénile idiopathique systémique (AJIS) Nouvelle option thérapeutique pour les enfants présentant cette

Plus en détail

INDUCTION DES LYMPHOCYTES T- RÉGULATEURS PAR IL2 A TRÈS FAIBLE DOSE DANS LES PATHOLOGIES AUTO- IMMUNES ET INFLAMMATOIRES APPROCHE TRANSNOSOGRAPHIQUE

INDUCTION DES LYMPHOCYTES T- RÉGULATEURS PAR IL2 A TRÈS FAIBLE DOSE DANS LES PATHOLOGIES AUTO- IMMUNES ET INFLAMMATOIRES APPROCHE TRANSNOSOGRAPHIQUE INDUCTION DES LYMPHOCYTES T- RÉGULATEURS PAR IL2 A TRÈS FAIBLE DOSE DANS LES PATHOLOGIES AUTO- IMMUNES ET INFLAMMATOIRES APPROCHE TRANSNOSOGRAPHIQUE Etude clinique N NCT01988506 Inves9gateur coordinateur

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Traitement du Psoriasis en 2015 Quoi de neuf? Dr Emmanuel Laffitte Clinique de Dermatologie HUG, Genève

Traitement du Psoriasis en 2015 Quoi de neuf? Dr Emmanuel Laffitte Clinique de Dermatologie HUG, Genève Traitement du Psoriasis en 2015 Quoi de neuf? Dr Emmanuel Laffitte Clinique de Dermatologie HUG, Genève Psoriasis 1 à 3% de la population adulte 1/3 modéré à sévère Psoriasis: une seule maladie? Une maladie

Plus en détail

Spondylarthrite ankylosante (Pelvispondylite rhumatismale) Etiologie, diagnostic, évolution, surveillance, principes de traitement

Spondylarthrite ankylosante (Pelvispondylite rhumatismale) Etiologie, diagnostic, évolution, surveillance, principes de traitement Spondylarthrite ankylosante (Pelvispondylite rhumatismale) Etiologie, diagnostic, évolution, surveillance, principes de traitement Pathologie de l'appareil locomoteur - rhumatologie DCEM3 Internat n 297

Plus en détail

LES ANTI TNF ALPHA. Dr. Myriam Blandin

LES ANTI TNF ALPHA. Dr. Myriam Blandin LES ANTI TNF ALPHA Dr. Myriam Blandin Maladie de Crohn Polyarthrite rhumatoïde Bloquent le TNFα en excès diminution de l inflammation des tissus Année com. DCI Spécialités Voie d'adm. Disponible en

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

La prise en charge de votre spondylarthrite

La prise en charge de votre spondylarthrite G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre spondylarthrite Vivre avec une spondylarthrite Décembre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce

Plus en détail

Humira Solution pour injection dans un injecteur prérempli

Humira Solution pour injection dans un injecteur prérempli Humira Solution pour injection dans un injecteur prérempli ABBOTT OEMéd Qu est-ce que Humira et quand doit-il être utilisé? Humira est un médicament qui limite le processus inflammatoire dans le cadre

Plus en détail

Guide. Parcours. Guide à l usage des professionnels de santé confrontés à des. patients traités par anti-tnfa. bon usage anti-tnfα

Guide. Parcours. Guide à l usage des professionnels de santé confrontés à des. patients traités par anti-tnfa. bon usage anti-tnfα Parcours bon usage anti-tnfα Guide Guide à l usage des professionnels de santé confrontés à des patients traités par anti-tnfa Rhumatismes inflammatoires chroniques Maladies inflammatoires chroniques de

Plus en détail

Introduction. Cours APEPPU Psoriasis. Clinique. Pathologie fréquente : 2 % population générale Cause inconnue Facteurs étiologiques

Introduction. Cours APEPPU Psoriasis. Clinique. Pathologie fréquente : 2 % population générale Cause inconnue Facteurs étiologiques Introduction Cours APEPPU Psoriasis Dr Cécile Perrigouard Dermatologie, Hôpital Civil de Strasbourg Pathologie fréquente : 2 % population générale Cause inconnue Facteurs étiologiques Médicamenteux Prédisposition

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

Vignette clinique 1. Femme, 26 ans; caissière. RC : Dorsalgie depuis 18 mois. ATCD : Tabagisme 20 paquets/année; pas de maladies chroniques HMA :

Vignette clinique 1. Femme, 26 ans; caissière. RC : Dorsalgie depuis 18 mois. ATCD : Tabagisme 20 paquets/année; pas de maladies chroniques HMA : Vignette clinique 1 Femme, 26 ans; caissière RC : Dorsalgie depuis 18 mois. ATCD : Tabagisme 20 paquets/année; pas de maladies chroniques HMA : Depuis 6 mois, douleurs dorsales à caractère inflammatoire

Plus en détail

Analyse pharmaco-économique des anti-tnf alpha dans le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde en France.

Analyse pharmaco-économique des anti-tnf alpha dans le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde en France. Synthèse Bibliographique en Biologie et Biotechnologie Janvier 2012 Analyse pharmaco-économique des anti-tnf alpha dans le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde en France. Problématique : Jusqu où la

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

S. Kernéis, T. Ancelle, V. Naneix-Laroche, N. Amrane, JP. Leroy, T. Hanslik, O. Launay

S. Kernéis, T. Ancelle, V. Naneix-Laroche, N. Amrane, JP. Leroy, T. Hanslik, O. Launay Etude AMARCOR Tolérance et immunogénicité du vaccin contre la fièvre jaune chez des sujets recevant une corticothérapie par voie générale : étude de cohorte observationnelle S. Kernéis, T. Ancelle, V.

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde :

Polyarthrite rhumatoïde : Polyarthrite rhumatoïde : Diagnostic précoce et facteurs pronostiques : Quel intérêt? Plus l intervention thérapeutique est précoce moins grand est le handicap futur. Marqueurs de diagnostic précoce Facteurs

Plus en détail

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne Actualités dans la SEP Docteur Sophie Géhin Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne PLAN I. Epidémiologie et étiologie II. Présentation clinique et évolution III. Critères diagnostiques

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE/ RHEUMATOID ARTHRITIS. Jacques Morel et Bernard Combe. Service d'immuno-rhumatologie, CHU Lapeyronie 34295 MONTPELLIER cedex 5

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE/ RHEUMATOID ARTHRITIS. Jacques Morel et Bernard Combe. Service d'immuno-rhumatologie, CHU Lapeyronie 34295 MONTPELLIER cedex 5 1 Rev Prat. 2006 Mar 15;56(5):553-62 POLYARTHRITE RHUMATOÏDE/ RHEUMATOID ARTHRITIS Jacques Morel et Bernard Combe Service d'immuno-rhumatologie, CHU Lapeyronie 34295 MONTPELLIER cedex 5 La polyarthrite

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

26 ES RHUMATOLOGIE PRATIQUE CAP 15 JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 RENCONTRES DE. www.rhumatologie-pratique.com PARTICIPATION GRATUITE

26 ES RHUMATOLOGIE PRATIQUE CAP 15 JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 RENCONTRES DE. www.rhumatologie-pratique.com PARTICIPATION GRATUITE PARTICIPATION GRATUITE 26 ES programme PRÉLIMINAIRE* *sous réserve de modifications RENCONTRES DE RHUMATOLOGIE PRATIQUE JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 CAP 15 1-13, quai de Grenelle - Paris 15 e PRÉSIDENT

Plus en détail

COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN

COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN Karine Briot Université Paris Descartes Rhumatologie, Hôpital Cochin Paris LE SYNDROME DE GITELMAN MANIFESTATIONS RHUMATOLOGIQUES Manifestations musculaires

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE Diagnostic de l ostéoporose en rhumatologie chez les femmes ménopausées Juillet 2004 I. PROMOTEURS Société de rhumatologie de l'ouest (SRO) Société

Plus en détail

LES BIOMÉDICAMENTS ET LES PETITES MOLÉCULES IMMUNOMODULATRICES ET IMMUNOSUPPRESSIVES

LES BIOMÉDICAMENTS ET LES PETITES MOLÉCULES IMMUNOMODULATRICES ET IMMUNOSUPPRESSIVES LES BIOMÉDICAMENTS ET LES PETITES MOLÉCULES IMMUNOMODULATRICES ET IMMUNOSUPPRESSIVES Jean SIBILIA, Marie-Odile DUZANSKI, Coralie VAROQUIER, Christelle SORDET, Emmanuel CHATELUS, Jacques-Éric GOTTENBERG.

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Quelle(s) affirmation(s) sont vraies? 1- Il n y a pas de traitement efficace de la SEP 2- On peut traiter les

Plus en détail

TYNDALL. 13 rue Dubrunfaut 75012 PARIS Tél. : 01 74 05 74 23 >SIREN N 451 386 544 APE N 00014. Bulletin d Informations. et d échanges N 24 MARS 2009

TYNDALL. 13 rue Dubrunfaut 75012 PARIS Tél. : 01 74 05 74 23 >SIREN N 451 386 544 APE N 00014. Bulletin d Informations. et d échanges N 24 MARS 2009 TYNDALL Bulletin d Informations 13 rue Dubrunfaut 75012 PARIS Tél. : 01 74 05 74 23 >SIREN N 451 386 544 APE N 00014 Site internet : www.inflamoeil.org SOMMAIRE 1. L éditorial de la Présidente 2. Des immunosuppresseurs

Plus en détail

La migraine : une maladie qui se traite

La migraine : une maladie qui se traite La migraine : une maladie qui se traite L évolution natuelle de la migraine Maladie fluctuante+++ Modification des symptômes avec l âge ++ : Moins de crises sévères Caractère pulsatile moins fréquent Plus

Plus en détail

Ensemble aidons les patients souffrant d un mal de dos inflammatoire à identifier leurs douleurs.

Ensemble aidons les patients souffrant d un mal de dos inflammatoire à identifier leurs douleurs. Dossier de PRESSE Mars 2014 Ensemble aidons les patients souffrant d un mal de dos inflammatoire à identifier leurs douleurs. Une initiative développée par AbbVie, en partenariat avec l AFLAR et l AFS

Plus en détail

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde Vivre avec une polyarthrite rhumatoïde Décembre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

Tendinites du poignet et de la main méconnues? L. Obert

Tendinites du poignet et de la main méconnues? L. Obert Tendinites du poignet et de la main méconnues? L. Obert Service d Orthopédie, d de Traumatologie, de Chirurgie Plastique et Reconstructrice et assistance Main Pr OBERT, Pr GARBUIO, Pr TROPET - C.H.U. Jean

Plus en détail

DSS 4 DSS 6 DSS 7. 8.4 ans 20.1 ans 29.9 ans

DSS 4 DSS 6 DSS 7. 8.4 ans 20.1 ans 29.9 ans pour un malade, impossible de prédire lʼ évolution 25% de formes bénignes utilisation dʼ une canne: 15 ans dʼ évolution utilisation dʼ un fauteuil roulant: 30 ans dʼ évolution DSS 4 DSS 6 DSS 7 8.4 ans

Plus en détail

Les lombalgies : Un aperçu. Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke

Les lombalgies : Un aperçu. Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke Les lombalgies : Un aperçu Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke Cas No 1: Homme, mécanicien, 52 ans, 3 ans de douleur stable, sans irradiation, pire en fin de journée, réponse

Plus en détail

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner?

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Malika Benkerrou Site de référence pédiatrique national sur la drépanocytose Hôpital Robert Debré, Paris 3èmes Journées de la Drépanocytose en Martinique

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

BIOTHERAPIES ET MALADIE DE BEHCET. Pr Fifi OTMANI Médecine Interne, CHU Mustapha, Alger

BIOTHERAPIES ET MALADIE DE BEHCET. Pr Fifi OTMANI Médecine Interne, CHU Mustapha, Alger BIOTHERAPIES ET MALADIE DE BEHCET Pr Fifi OTMANI Médecine Interne, CHU Mustapha, Alger INTRODUCTION MB : Maladie auto-inflammatoire chronique multisystémique Maladie de Behçet Les Vascularites : Classification

Plus en détail

Par Docteur RADAKICHENANE

Par Docteur RADAKICHENANE Par Docteur RADAKICHENANE 1 SOMMAIRE 1 / EVALUATIONS DE PR 2/ BIOTHERAPIES A / ANTI TNF alpha INFLIXIMAB - ADALIMUMAB - ETANERCEPT CERTOLIZUMAB POGOL B/ PROTEINES DE FUSION ABATACEPT - ATACICEPT BAMINERCEPT

Plus en détail

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME Généralités Syndrome du à une sécrétion d exotoxine Staphylocoques, Streptocoque groupe A Manifestations cliniques non liées au lieu

Plus en détail

La Polyarthrite Rhumatoïde

La Polyarthrite Rhumatoïde La Polyarthrite Rhumatoïde Edition janvier 2003 Brochure d information à l usage des patients Sommaire Introduction.................................... 3 Qu est- ce que la polyarthrite?......................

Plus en détail

Quand penser à une pathologie inflammatoire osseuse ou articulaire

Quand penser à une pathologie inflammatoire osseuse ou articulaire Quand penser à une pathologie inflammatoire osseuse ou articulaire en orthopédie pédiatrique p? Mathie LORROT, Chantal JOB-DESLANDRE Hôpital Robert Debré, Faculté de Médecine Paris 7 Cours DESC chirurgie

Plus en détail