Polyarthrite rhumatoïde :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Polyarthrite rhumatoïde :"

Transcription

1 Polyarthrite rhumatoïde : Diagnostic précoce et facteurs pronostiques : Quel intérêt? Plus l intervention thérapeutique est précoce moins grand est le handicap futur. Marqueurs de diagnostic précoce Facteurs de mauvais pronostic Pourtant, toutes les PR ne doivent pas bénéficier de biothérapies en première intention Coût Toxicité? Définir des facteurs de mauvais pronostic pour traiter «agressivement» les patients qui le nécessitent. Sylvain Dubucquoi Laboratoire d'immunologie CHRU de Lille PR : deux problèmes! Comment faire un diagnostic précoce Quels sont les stigmates d'une PR sévère Diagnostic précoce de la PR Place du laboratoire d'immunologie Dosages des FR Quels tests Quelles méthodes Pour quelles performances? Ac anti-peptides/protéines citrullinés Quels tests Pour quelles performances? Quelles méthodes

2 Marqueurs biologiques de la PR Facteurs rhumatoïdes Marqueurs biologiques de la PR Ac anti-ccp Biologie de la PR (Laboratoire d'immunologie) Les facteurs rhumatoïdes! Différentes méthodes! Laquelle choisir? Oui mais! Quelle sensibilité? Quelle spécificité? PR séronégatives? (dans quelles proportions?) > 7 ans sains Connectivites, vascularites, Maladies infectieuses Titres? Pronostic?

3 Quelles méthodes? Valeurs intrinsèques des résultats de FR en France Contrôle national de qualité (Compte rendu AFSAPPS 1998) 162 laboratoires ont participé Résultats attendus : recherche positive Titrage : résultats attendus Test au latex : 1 UI/ml / Néphélémétrie et ELISA : 25 UI/ml Réaction de Waaler-Rose : 125 UI/ml Le taux de bonne réponse r : 98,7 % (21 laboratoires = "faux négatifs" et titres incorrects) Majorité des laboratoires : test au latex et Waaler-Rose = 2 techniques d'agglutination Remarques : Waaler-Rose et test au latex : manquent de sensibilité (faux négatifs!) Erreurs de titrage liées à : mauvaises manipulations ou évaluation incorrecte de l'agglutination. Latex -WR %/9% Latex Données de la littérature FR et PR "récentes» 55%/93% Saraux Néphélométrie 9% A Sarraux et coll, Rev Rhum, 1995 Saraux, Arthritis Rheum,, %/87% ELISA 87% Goldbach-Mansky Mansky, Arthritis Res,, 2 65%/87% A. Anti-CCP A. Saraux, Arthritis Rheum,, 22 Techniques de précipitation (néphélémétrie, turbidimétrie), et ELISA : résultats plus homogènes nes. CONCLUSION : problèmes de standardisation entre les méthodes, m les réactifs r et entre les laboratoires Les anti-ccp peuvent ils remplacer les FR? Les anti-ccp ( ACPA PPC) Sensitivities ranging from 55% to 8% 1 (14.4% to 96%) 2 Specificities of 96% to 98 % 1 (88.9% to 1%) % of the RF-negative RA patients score positively for anti CCP 3 Odds ratios (OR) for the future development of RA : 15.9 (previously healthy individuals) OR = 37.8 (undifferentiated arthritis) (Leiden score) Erosive (aggressive) disease RF CCP HLA DR4 (DR1) Problème : anti-ppc et diagnostic précoce? 1 B. Vander Cruyssen et al. Autoimmunity Reviews. 25, 4; JP Riedemann et al. Clin Exp Rheumatol ; S I. Vallbracht et al. Autoimmunity Reviews , JIA: 2-13% Nombre publis 2-26 SLE: 5.5%(no erosive disease) Sjögren: 13.3% Psa: % HCV: - 7% 7 1 Immunofluorescence AKA Ac anti-protéines citrullinées : historique - Manque de standardisation - Subjectivité de lecture - Sensibilité = 3-5% -Spécificité = 7-98% -PR «précoces» : sensibilité = 1% (!) Caractérisation risation d un d antigène ne cible : la Filagrine citrullinée (1993) 1 ers ELISA antigène ne citrulliné de la filagrine : 1998, Schellekens,, Van Venrooij, Sensibilité : 5% (Pas Spécificité : > 95% d'application pratique) 2ème test ELISA (peptide circularisé et citrulliné de la filagrine, CCP1) ) : 2, Schellekens,, Van Venrooij, Sensibilité : (4) - 7% (non Spécificit cificité : > 95% commercialisée e en France) Caractérisation risation d antigd antigènes nes articulaires citrullinés : vimentine et fibrinogène ne

4 Anticorps anti-protéines et peptides citrullinés Anti-"PPC" en 27 Comparaison des performances de différents coffret aux seuils définis par les fournisseurs DIASORIN (Eurodiagnostica) AXIS SHIELD (EUROIMMUN BIOADVANCE) A. MÉNARINI (INOVA ) 2 méthodes automatisées microplaques ELISA mais utilisant la même source antigénique («CCP2») : tests unitaires -PHADIA (Unicap ) -ABBOTT (Axsym ) Nouvelles générations de tests ELISA : MCV(ORGENTEC) : Vimentine mutée et citrullinée Microplaque ELISA CCP3 (INOVA) : peptide cyclique et citrulliné CCP2 «au coup-par-coup» PAS à la N.A.B.M.! (BHN 7 : ~19 ) Patients : 17 patients souffrant de PR depuis plus de 2 ans ; Contrôles : Donneurs de sang, n = 37 ; LES, n = 4 ; GS, n= 33 ; Connectivites indifférenciées, n= 35 PR > 2 ans versus contrôles Seuils Sensibilité % (intervalle de confiance 95%) Spécificité% (intervalle de confiance 95%) DIASORIN (CCP2 ) 25 58,7 (48,9-68,1) 95,8 (91,1-98,4) INOVA (CCP2) 2 66,4 (57,3-74,7) 87,7 (81,2-92,5) PHADIA (CCP2) 1 65,3 (55,9-73,8) 92,7 (87,-96,4) CPA (GENESIS) 6,25 64,5 (54,6-73,5) 86,2 (79,5-91,4) CCP3 (INOVA) 2 63,9 (54,1-72,9) 93,7 (88,3-97,1) MCV (ORGENTEC) 2 57,4 (47,5-66,9) 96,5 (92,-98,8) FR IgM (INOVA) 6 67,6 (57,9-76,3) 69, (6,7-76,5) Indice de Youden = sensibilité + spécificité 1 Test optimal : Indice de Youden = 1 si sensibilité = 75% et spécificité = 75% : Indice de Youden = 5 Indice de Youden 54,5 54, ,6 53,9 36,6 Comparaison des performances aux seuils définis par les fournisseurs Comparaison des performances Si spécificité = ~95% Patients : 27 patients souffrant de PR depuis moins de 6 mois Contrôles : Donneurs de sang, n = 37 ; LES, n = 4 ; GS, n= 33 ; Connectivites indifférenciées, n= 35 PR < 6 mois versus contrôles Seuil Sensibilité % (intervalle de confiance 95%) Spécificité % (intervalle de confiance 95%) DIASORIN (CCP2 ) 25 53,3 (34,3-71,6) 95,8 (91,1-98,4) INOVA (CCP2) 2 56,7 (37,4-74,5) 87,7 (81,2-92,5) PHADIA (CCP2) 1 53,3 (34,3-71,6) 92,7 (87,-96,4) CPA (GENESIS) 6,25 46,4 (27,5-66,1) 86,2 (79,5-91,4) CCP3 (INOVA) 2 53,3 (34,3-71,6) 92,3 (86,6-96,1) MCV (ORGENTEC) 2 56,7 (37,4-74,5) 96,5 (92,-98,8) Indice de Youden 49,1 (-5,4) 44,4 (-9,7) 46 (-12) 32,6 (-18,1) 45,6 (-1,6) 53,2 (-,7) PR (toutes populations confondues) versus contrôles Sensibilité % (perte par rapport à la sensibilité initiale) Spécificité % DIASORIN (CCP2 ) 53,3 (-2,3) 95,8 19 (25) INOVA (CCP2) 45,4 (-2,1) 94,5 74 (2) PHADIA (CCP2) 43,2 (-19,6) 94,9 82 (1) CPA (GENESIS) 39,3 (-2,7) 94,5 21 (6,25) CCP3 (INOVA) 58,7 (-2,9) 95,1 27 (2) MCV (ORGENTEC) 57,2 () 95,8 2 Seuil FR IgM (INOVA) 6 63,3 (43,9-8,) 69, (6,7-76,5) 32,3 (-4,3) FR IgM (Inova) 21,7 (-45) 95,1 35 (6)

5 Incidence de la préparation de l'antigène sur les performances des trousses Diasorin (Eurodiagnostica, seuil = 25 UA/ml) : Sensibilité : 73,9 / Spécificité : 96,9 Abbott (Axis Shield, seuil = 5 UA/ml) : Sensibilité 73,9 / Spécificité : 95,9 Axis Shield (Seuil = 5 UA/ml) : Sensibilité : 48,9 / Spécificité : 96,9 Des antigènes identiques, pourtant des performances différentes! (liées à la préparation industrielle) - Méthodologie (approche manuelle, automatisée ) - Recrutement (Quantité d'analyses réalisées, consommation de réactifs ) des performances différentes! liées à l'expérience du biologiste Un grand merci aux Services de Rhumatologie et de Médecine Interne du CHRU de Lille, ainsi qu'à Mesdames Sandrine Vuye, Elisabeth Leleu, Laure Boron, Chantal Moons, techniciennes du Laboratoire d'immunologie du CHRU de Lille et les FR? Comparaison des performances FR / anti-ccp aux seuils définis par les fournisseurs Sensibilité % PR > 2 ans Sensibilité % PR < 1 an Spécificité% FR IgM (bmd, ELISA) Rhumalatex (Fumouze) WR Polyartitre (Fumouze) Eurodiagnostica CCP Youden PR > 2 ans Youden PR < 1 an 2 (-32) 32 (-23) 31 (-2) 4 (-4) Early RA group = median 4 months, range 11 months

6 Quelques chiffres ( encore) Pour le Service de Rhumatologie de Lille (sept 22- dec 25) 361 patients souffrant de PR documentée (durée médiane d'évolution : 25 mois) 67,7 % présentent des FR détectés par ELISA Parmi les patients 124 FR [-], 38 (3,6%) ont des anti-ppc 15% de ces patients n'ont pas d'anti-ppc Spécificité : 87% 67,9 % présentent des anti-ppc (anti-ccp2, seuil = 2 U/ml) Parmi les patients 124 PPC [-], 41(33,1%) ont des FR 15% de ces patients n'ont pas de FR Spécificité : 99,3% 1 ères conclusions De façon globale : altération de la sensibilité des anti-ppc si PR d évolution récente («précoce») Avouac et al. : 16-32% pour les PR de moins de 5 mois d'évolution (Ann Rheum Dis., 26, 65, ) Tous les coffrets dosant les anti-ppc ne se valent pas! Attention : l antigène CCP2 est fragile qualité du support +++ (puits sécables, matrice pour automate?) Prudence avec «l exotisme» Arthralgies inflammatoires depuis 3 mois Doser les anti-ppc Si négatifs, doser les FR (Latex ou néphélométrie ou ELISA, pas de WR!) Répéter les dosages si persistance après 3-6 mois d'évolution sans marqueur biologique Un grand merci aux Services de Rhumatologie et de Médecine interne du CHRU de Lille, ainsi qu'à Mesdames Sandrine Vuye, Elisabeth Leleu, Laure Boron, Chantal Moons, techniciennes du Laboratoire d'immunologie du CHRU de Lille

7 Comment définir un pronostic? Manifestations cliniques Polyarthralgies > Polyarthrite > PR Destruction ostéo-articulaire Radiographies (IRM, échographie) La biologie Le syndrome inflammatoire Le HLA Les facteurs rhumatoïdes Les anti-ccp Autres? Réponse au traitement Nombres de rémissions Qualité de vie (durée) Evolution radiologique des PR Score Rx an 2 ans 3 ans 4 ans 5 ans 6 ans Quel pourcentage de PR sévères? A score érosif égal, au début de la maladie comment différencier ceux qui évolueront défavorablement?

8 Étude BeSt : efficacité structurale à 1 an IV versus I : p =,1 IV versus II : p =,1 III versus I : p =,5 III versus II : p =,7 Score de Sharp/van der Heijde 4 2 À l inclusion À1 an I II III IV Monothérapie Thérapie Combinaison Anti-TNFα additive thérapeutique d emblée p Progression médiane % non-progresseurs 2, 27 2,5 29 1, 37,5 46,1,7 Moindre progression radiographique dans les groupes «combinaison» et «anti- TNFα d emblée» ACR 23 - D après de Vries-Bouwstra (LB18) Étude TEMPO : résultats cliniques % en rémission à S52 (DAS < 1,6) DAS rémission 14 18, 37 % de patients sans progression radiographique à S Méthotrexate Etanercept Etanercept et méthotrexate p <,5 etanercept versus méthotrexate ; p <,5 combinaison versus méthotrexate ; p <,5 combinaison versus etanercept Tolérance : absence de différence entre les trois groupes * 68, 8 TSS,5 ACR 23 - D après van der Heijde (26) Facteurs pronostiques 27 à 57 % des PR débutantes ne progressent pas radiologiquement sous traitement conventionnel (Goronzy, 25) 48% de 111 patients avec PR récentes traités par Plaquénil + AINS n ont pas d érosions à 2 ans. Qui sont ces «non-progresseurs»? Joint Damage = Inflammation x Intensity x Time Biologie Clinique Inflammation, nodules Maladie extra articulaire VS, CRP, HLA, HLA, FR, FR, anti-ccp, anti-ppctx Réponse aux traitements Radiographies Rx standards, IRM

9 Un peu de génétique. HLA et PR Le système HLA est polymorphe Le système HLA : nomenclature HLA-DRB1*11 HLA-DRB1*12 HLA-DRB1*13 HLA-DRB1*14 HLA-DRB1*15 HLA-DRB1*16 HLA-DRB1*17 HLA-DRB1*18 HLA-DRB1*19 HLA-DRB1*11 HLA-DRB1*111 HLA-DRB1*112 Biologie moléculaire Approche «sérologique» Typage générique HLA-DRB1*1 HLA-DRB1*11 HLA-DRB1*17 HLA-DRB1*12 HLA-DRB1*18 HLA-DRB1*13 HLA-DRB1*19 HLA-DRB1*14 HLA-DRB1*11 HLA-DRB1*15 HLA-DRB1*111 HLA-DRB1*16 HLA-DRB1*112 Typage allélique

10 Les allèles HLA DRB1 à risque dans la PR HLA, facteur pronostique? Weyand, Ann Int Med, DR1: DRB1*11 DRB1*12 DR4 DRB1*41 DRB1*44 DRB1*45 DRB1*48 Epitope partagé: (Q)-K/R-R-A-A Importance d un typage allélique Gradient de risque Risque relatif /44 41/4X 44/4X 41/41 11/41 11/11 11/X 41/X Étude rétrospective sur 12 PR de plus de 3 ans, FR+ et érosives. 1% des PR «nodulaires» sont «double DR4» 7 % des «double DR4» ont une atteinte viscérale contre 11 % des «simple dose». HLA, facteur pronostique? Goronzy, Arthritis Rheum, PR de moins de 1 an suivies pendant 2 ans et traitées selon un algorithme. HLA, facteur pronostique? Van Gaalen, Arthritis Rheum, PR récentes suivies pendant 4 ans Typage HLA et dosage des anti-ccp Analyse sur la progression radiographique avec 48 % de «non-érosifs» à 2 ans. FR (présence et taux) + HLA DR4 (surtout si double dose) + érosions à l entrée sont des facteurs prédictifs d érosions. Score de Sharp CCP+ CCP- HLADR4 + 7,6 1,6 HLADR van der Helm-van Mil, et al. (26). "The HLA-DRB1 shared epitope alleles are primarily a risk factor for anti-ccp Ab and are not an independent risk factor for development of rheumatoid arthritis." Arthritis Rheum. 54(4):

11 L'exposition au tabac aggrave la PR? HLA-DR4 Intérêt diagnostique faible Coût B 8 (216 ) HLADRB1*4 (Shared epitope) Valeur pronostique des allèles 41, 44 et 45 démontrée surtout chez les homozygotes («double dose»). (Milieu hospitalier voire hospitalo-universitaire) Anti-PPC (titres ) Doser les anti-ccp typage HLA? Moins cher!!! FR : facteur pronostique? Van Zeben et coll, Ann Rheum Dis, PR suivies pendant 8 ans. Autres facteurs pronostiques biologiques VS, CRP initiale : corrélée e avec maladie érosive (Kuper( 1998) nb moyen d'érosions FR -, FR ±,, FR durée d'évolution FR - FR ± FR + Kaltenhäuser et coll, J Rheumatol 21.

12 FR : facteur pronostique? Möttönen et coll, Ann Rheum Dis, 1998 PR moins de 2 ans Pas de différence radiologique au début d entre FR- et FR+ Mais après s 1 an de suivi : Dans le groupe FR - FR : facteur pronostique? Bukhari, Arthritis polyarthrites inflammatoires Examen initial (5 mois) puis à 2 ans et 5 ans avec clinique, biologie (FR=latex( FR=latex) ) et radiographies. Sensibilité initiale du FR à 32% FR, CRP, articulations tuméfi fiées, érosions Activité clinique Evolution Rx Réponse au traitement FR >1:16, facteur pronostique indépendant RR d avoir des érosions à 5 ans est de 2.3 si FR + Ac anti-ccp : facteurs pronostiques? Nb PR Type Ac Suivi Activité Erosions c liniq ue Kurki AKA 8 ans - - Sa rraux AKA 6 ans - Ba s AFA - Forslin 21 Pa meila 21 Ja nsen 21(ACR) 112 AKA et AFA 5 ans + 78 AFA 3 ans Anti-CCP1 + + La détection précoce des formes agressives : Le score de Leiden 524 polyarthrites débutantes étude de 7 variables limitée Evolution à 12 mois persistante non érosive érosive Erosive vs non érosive Odd ratio Score Durée symptômes < 6 mois.96 > 6 mois 1.44 Raideur 1h Arthrites 3 groupes Douleur MTP FR IgM Anti-CCP Erosions + + Ex : si score = 5 66% de risque d'érosion si score = 9 95% de risque d'érosion Visser et al. Arthritis Rheum 22; 46 :

13 Ac anti-ccp : facteur pronostique? Meyer, 23, Ann Rheum Dis (CCP 1ère génération) Ac anti-ccp : facteur pronostique? Meyer, 23, Ann Rheum Dis (CCP 1ère génération) Score à 3 ans Score à 5 ans Anti CCP Anti CCP RF-/ anti CCP RF+/ anti-ccp Cohorte de 132 patients, suivis pendant 5 ans 75 (57%) patients ont des anti-ccp au débutd Au départ, d 58% sans érosion, 24% à 3 ans et 22 % à 5 ans Anti-CCP : bon marqueur pronostique (contrairement aux AKA), meilleur que le FR Ac anti-ccp, facteur pronostique Forslind, Ann Rheum Dis, Sept PR de moins de 1an Présence des anti-ccp2 dans 55% des cas Anti-CCP + corrélé avec le score de Larsen à l entrée mais aussi 2 ans plus tard (p < 5x1-4 ) Ac anti-ccp, facteur pronostique Littérature récente Lindqvist, E. (25). "Prognostic laboratory markers of joint damage in rheumatoid arthritis." Ann Rheum Dis 64(2): patients with early rheumatoid arthritis Early determination of anti-ccp, (IgA) RF, ESR, CRP, and COMP predicted the development of joint damage in hands and feet. Agrawal, S. et al. (27). "Autoantibodies in rheumatoid arthritis: association with severity of disease in established RA." Clin Rheumatol 26(2): patients with established RA The presence of anti-ccp antibodies was associated with presence of deformities (p<.5). CONCLUSION: Both anti-ccp (and AKA), in addition to conventional marker like IgM RF, are associated with severe erosive disease.

14 Anti-PPC et maladie érosive Facteurs pronostiques, quelle combinaison? Dixey, J Rheumatol, Mars 24 Arthrite indifférenciée Présence d'ac anti-ppc PR Présence d'ac anti-ppc PR sévère Sur 866 PR suivis prospectivement dont 32% étaient érosives initialement et 7% à 3 ans. Etude de VS, FR, compte articulaire, radios Dans le groupe non érosif,, des taux élevés s du FR et de la VS prédisent les érosions à 3 ans. Dans le groupe érosif,, le score de Larsen initial et le nombre d articulations gonflées prédit l aggravation l des érosions. Réflexions du biologiste Une méthode sensible pour le diagnostic précoce n'est pas une bonne méthode pour évaluer le pronostic (intérêt divergent entre "diagnostic précoce" et "évaluation du pronostic" de la PR!) Distinguer "présence du marqueur" et "titres" Pas de standardisation des méthodes Quels seuils (diagnostique ; pronostique )? Titrages d'un marqueur : Méthode fiable? Toujours la même!! pour un même patient (utilité des redosages?) pour des patients différents!! Eviter le "nomadisme" me" biologique En pratique VS - CRP FR anti- CCP (précocité / titres élevés)? (HLA-DR4, "double dose") Erosions d emblée.

15 MEMBRANE SYNOVIALE CARTILAGE Liquide synovial COMP Chondrocyte YKL4 Fibroblaste Métalloprotéasesases Macrophage Conclusion L'avenir se conjuguera en "-mique" La génomique (les gènes) La transcriptomique (l'arn) La protéomique (les protéines) La glycomique (les protéines matures) L'immunomique (les antigènes reconnus par le système immunitaire ) La rhumatomique (ce qui rend malades les patients qui souffrent de PR) Glc-Gal Gal-PYD CTX II PIICP : procollagen de type II propetide C ; PIIANP : procollagen de type IIA N- propeptide ; CII degradation markers : CII telopeptide (CII X) ; CII neoepitope (TIINE) HELIX II ; C2C ; CNBR 9,7 COll2-1 1 N)

Polyarthrite rhumatoïde et biologie

Polyarthrite rhumatoïde et biologie Polyarthrite rhumatoïde et biologie Le point de vue de l'immunologiste Sylvain Laboratoire d'immunologie, sdubucquoi@univ univ-lille2. -lille2.fr FR et PR Définition Auto-anticorps anti-fragment Fc des

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde : la place des autoanticorps

Polyarthrite rhumatoïde : la place des autoanticorps : la place des autoanticorps EASI Core Group Italie Danemark Angleterre lgg Fc Fab lgg France Israël Allemagne Hollande lgg Espagne EASI (European Autoimmunity Standardization Initiative) Ce groupe de

Plus en détail

ANTICORPS ANTI-PROTEINES / PEPTIDES CITRULLINES DANS LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDE

ANTICORPS ANTI-PROTEINES / PEPTIDES CITRULLINES DANS LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDE ANTICORPS ANTI-PROTEINES / PEPTIDES CITRULLINES DANS LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDE Farid BENKHADRA et René -Louis HUMBEL Laboratoire luxembourgeois d immunopathologie (LLIP) 1 RESUME Parmi les marqueurs biologiques

Plus en détail

Auto-immunité CONFÉRENCE RÉSUMÉ

Auto-immunité CONFÉRENCE RÉSUMÉ Jean-Jacques PERRIER* Auto-immunité Le dosage des anticorps antiprotéines citrullinées : intérêt pour le diagnostic et le pronostic de la polyarthrite rhumatoïde D après les interventions des Professeurs

Plus en détail

Perspectives. Biologie et polyarthrite rhumatoïde : un point d actualité en 2007 RÉSUMÉ COLLOQUE DU SNBH 2007

Perspectives. Biologie et polyarthrite rhumatoïde : un point d actualité en 2007 RÉSUMÉ COLLOQUE DU SNBH 2007 Perspectives Sylvain DUBUCQUOI 1,*, Elisabeth SOLAU-GERVAIS 2 Biologie et polyarthrite rhumatoïde : un point d actualité en 2007 RÉSUMÉ Ces dernières années, deux événements ont radicalement modifié la

Plus en détail

ANTICORPS ANTI PROTEINES CITRULLINES

ANTICORPS ANTI PROTEINES CITRULLINES ANTICORPS ANTI PROTEINES CITRULLINES Intérêt pour le diagnostic et le pronostic de la polyarthrite rhumatoïde Dr Marie DESROUSSEAUX Pharmacien Biologiste Laboratoire Biocentre LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE

Plus en détail

FR anti CCP Marqueurs Sérologique de la maladie Céliaque

FR anti CCP Marqueurs Sérologique de la maladie Céliaque ISSN 0778-8371 ISP Rue J. Wytsman, 14 B-1050 BRUXELLES SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAÎNE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE SERVICE DES LABORATOIRES

Plus en détail

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Quel est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires? Quelle

Plus en détail

Les Jeudis de l'europe

Les Jeudis de l'europe DIAGNOSTIC PRÉCOCE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE Dr S. MARTINON Centre Hospitalier St Joseph. St Luc LYON samedi 11 mars 2006 Dr Stéphane Martinon 1 QUESTIONS POLYARTHRITE RHUMATOÏDE OUI / NON Le diagnostic

Plus en détail

Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008

Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008 Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008 En cas d'échec à un anti TNF Rituximab ou Abatacept? Abatacept ou Rituximab?

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007)

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) SYNTHESE DE RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) OBJECTIFS DES RECOMMANDATIONS : Avoir un impact sur la prise en charge quotidienne

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

Congrès de Médecine Générale de l UCL Nouveautés en rhumatologie

Congrès de Médecine Générale de l UCL Nouveautés en rhumatologie Congrès de Médecine Générale de l UCL Nouveautés en rhumatologie B. Lauwerys Service de Rhumatologie Cliniques Universitaires Saint-Luc Novembre 2009 Prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde X Polyarthrite

Plus en détail

Atteintes rhumatismales non inflammatoires

Atteintes rhumatismales non inflammatoires Sujets sains < 65 ans 1-15 Sujets sains > 65 ans 7-30 PATHOLOGIES ASSOCIEES A LA PRESENCE DE FACTEURS RHUMATOÏDES Rhumatismes inflammatoires Polyarthrite Rhumatoïde 80-96 Maladie de Sjögren 70-80 Lupus

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

Elaboration de Recommandations. l utilisation des biothérapies dans

Elaboration de Recommandations. l utilisation des biothérapies dans Elaboration de Recommandations pour la Pratique Clinique pour l utilisation des biothérapies dans les spondylarthropathies T. Pham, F. Guillemin, P. Claudepierre, M. Luc, C. Miceli, M. de Bandt, M. Breban,

Plus en détail

POLYARTHRALGIES Orientations et Bilans. Pr. Martin Soubrier Service de Rhumatologie CHU Gabriel MOMPIED

POLYARTHRALGIES Orientations et Bilans. Pr. Martin Soubrier Service de Rhumatologie CHU Gabriel MOMPIED POLYARTHRALGIES Orientations et Bilans Pr. Martin Soubrier Service de Rhumatologie CHU Gabriel MOMPIED Des étiologies multiples Polysynovite distale symétrique fixe nue : polyarthrite rhumatoïde Oligoarthrite

Plus en détail

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE (PR): CE QU IL FAUT SAVOIR EN MÉDECINE GÉNÉRALE

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE (PR): CE QU IL FAUT SAVOIR EN MÉDECINE GÉNÉRALE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE (PR): CE QU IL FAUT SAVOIR EN MÉDECINE GÉNÉRALE H. DINTINGER Cabinet de rhumatologie Paixhans/ Attaché service de médecine interne et rhumatologie hôpital Legouest METZ Un message

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS POLYARTHRITE RHUMATOIDE Traitements classiques Antimalariques Sels d or D-Penicillamine

Plus en détail

48 e CONGRES DE L A.M.U.B.

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. 48 e CONGRES DE L A.M.U.B. Place des nouveaux critères de classification des spondyloarthrites en pratique clinique Dr. L.Tant Rhumatologue Service de Rhumatologie et Médecine Physique ULB- Hôpital Erasme

Plus en détail

Diagnostic et mesure de l activité du rhumatisme psoriasique. Pr P. CLAUDEPIERRE CHU Henri Mondor - Créteil

Diagnostic et mesure de l activité du rhumatisme psoriasique. Pr P. CLAUDEPIERRE CHU Henri Mondor - Créteil Diagnostic et mesure de l activité du rhumatisme psoriasique Pr P. CLAUDEPIERRE CHU Henri Mondor - Créteil Diagnostic Spondylarthropathies SA Juvénile Spondylarthrite Ankylosante Spondylarthrite Indifférenciée

Plus en détail

Polyarthrites du sujet âgé

Polyarthrites du sujet âgé Polyarthrites du sujet âgé Classique FR+ ACCP+ PR rhizomélique ou PPR Évolution PR avec oedèmes PR bénigne FR- FR PR pseudo septique Polyarthrites du sujet âgé Le rhumatisme psoriasique est le plus tardif

Plus en détail

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Pathogène Réponse spécifique - Adaptée - Mémoire Complément Macrophages NK Lymphocytes B Lymphocytes T 1) Distinguer "le soi" du "non soi" 2) Réarrangements

Plus en détail

rhumatoïde DES de Biologie médicale Cours d immunologie 2012-2013 Vincent Elsermans

rhumatoïde DES de Biologie médicale Cours d immunologie 2012-2013 Vincent Elsermans Polyarthrite rhumatoïde DES de Biologie médicale Cours d immunologie 2012-2013 Vincent Elsermans Plan Notions cliniques Démarche diagnostique Les facteurs rhumatoïdes : techniques, performances Les anticorps

Plus en détail

EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE

EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE 2Oéme Congrès de la Société Algérienne de Médecine Interne Alger 16-18 2014 EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE Auteurs : S.BOUGHANDJIOUA, S. ALI

Plus en détail

Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014

Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014 Obésité et rhumatismes inflammatoires Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014 Obésité 1 Obesity Trends* Among U.S. Adults BRFSS, 1985 (*BMI 30, or ~ 30 lbs overweight for

Plus en détail

LA POLYARTHRITE APRES ECHEC DES ANTI TNF JG TEBIB, CHLS

LA POLYARTHRITE APRES ECHEC DES ANTI TNF JG TEBIB, CHLS LA POLYARTHRITE APRES ECHEC DES ANTI TNF JG TEBIB, CHLS survie 100 90 80 70 «L ECHEC» DES ANTI TNF Adalimumab Infliximab Etanercept A priori NS 1 mais sur une autre étude 2 à un an infliximimab 0.81 +

Plus en détail

RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES

RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES CITRULLINÉES LES ANTICORPS ANTI-KÉRATINE () Classement NABM : chapitre 8 Immunologie code : 1464 LES ANTICORPS ANTI-PEPTIDES CYCLIQUES CITRULLINÉS () Classement NABM

Plus en détail

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Liens d intérêt Intérêts financiers : aucun Liens durables ou permanents : aucun Interventions

Plus en détail

Le programme. Treat To Target (TtT) [1,2] Une prise en charge ciblée traiter et personnalisée

Le programme. Treat To Target (TtT) [1,2] Une prise en charge ciblée traiter et personnalisée Le programme Treat To Target (TtT) [1,2] Une prise en charge ciblée traiter et personnalisée vers la cible Mettre en place des objectifs thérapeutiques pour mieux gérer sa polyarthrite rhumatoïde Soutenu

Plus en détail

IRM d un seul poignet

IRM d un seul poignet IRM d un seul poignet SAMIS : un score simplifié pour évaluer la polyarthrite rhumatoïde dans la pratique quotidienne C.Cyteval 1, A. Miquel 2, D.Hoa 1, J.Daures 1, X.Mariette 2, B.Combe 1 1 Montpellier

Plus en détail

Quelques nouveautés et bonnes pratiques en Biologie Médicale

Quelques nouveautés et bonnes pratiques en Biologie Médicale Quelques nouveautés et bonnes pratiques en Biologie Médicale Dr Eric Sevin, Biologiste Médical Groupe Biolyss 1 CDT et imprégnation alcoolique 2 Transferrine Transferrine, glycoprotéine présente dans le

Plus en détail

LE PROJET DE RECHERCHE MEDICALE LA POLYARTHRITE DE L ENFANT ET DU JEUNE ADULTE

LE PROJET DE RECHERCHE MEDICALE LA POLYARTHRITE DE L ENFANT ET DU JEUNE ADULTE DOSSIER DE PRESSE - 27 MAI 2015 LE PROJET DE RECHERCHE MEDICALE LA POLYARTHRITE DE L ENFANT ET DU JEUNE ADULTE INTRODUCTION L inflammation aiguë est la première défense de l organisme lors d infections

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

La Polyarthrite Rhumatoïde Enjeux actuels

La Polyarthrite Rhumatoïde Enjeux actuels Evaluation des auto-questionnaires dans la polyarthrite rhumatoïde: Etude transversale sur 200 patients avec le RAPID3 et le RADAI5 et évaluation de la poussée Marie Bossert Service de Rhumatologie Pr

Plus en détail

Les marqueurs biologiques de la gonarthrose. Cécile Rondé-Oustau Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Les marqueurs biologiques de la gonarthrose. Cécile Rondé-Oustau Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Les marqueurs biologiques de la gonarthrose Cécile Rondé-Oustau Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Aucun Conflits d intérêt Intérêt des marqueurs biologiques Diagnostic tardif de gonarthrose Anomalies

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

Douleurs des mains et des poignets chez une femme de 47 ans

Douleurs des mains et des poignets chez une femme de 47 ans Enoncé Douleurs des mains et des poignets chez une femme de 47 ans Madame A., 47 ans, vous consulte en raison de douleurs intéressant les mains et les poignets, évoluant depuis un peu moins de 2 mois,

Plus en détail

Lecture automatisée. Séminaire de formation continue IAL. Dr V. Aubert

Lecture automatisée. Séminaire de formation continue IAL. Dr V. Aubert Anticorps anti-nucléaire: anti nucléaire: Lecture automatisée avec le NOVA View Séminaire de formation continue IAL Lausanne 14 Lausanne, 14.11.2013 11 2013 Dr V. Aubert Service d immunologie Service d

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 13 décembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 13 décembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 décembre 2006 MABTHERA 100 mg, solution à diluer pour perfusion (CIP 560 600-3) B/2 MABTHERA 500 mg, solution à diluer pour perfusion (CIP 560 602-6) B/1 ROCHE rituximab

Plus en détail

LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES

LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES 23.03.09 Dr Jacquier Orthopédie - Rhumatologie - Traumatologie I)La Polyarthrite Rhumatoïde (PR) B)Signes fonctionnels C)Signes physiques F)Radios G)Traitement LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES 1)Traitement

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde, rémission et imagerie.

Polyarthrite rhumatoïde, rémission et imagerie. Polyarthrite rhumatoïde, rémission et imagerie. Pr. Philippe Gaudin Clinique de Rhumatologie CHU Grenoble-Hôpital Sud GREPI-TIMC-IMAG UMR CNRS 5525 La rémission est-elle en 2011 un objectif raisonnable?

Plus en détail

I REPARTITION DES VALEURS OBTENUES AVEC LES 7 COFFRETS ELISA ET LE TEST DE FARR :

I REPARTITION DES VALEURS OBTENUES AVEC LES 7 COFFRETS ELISA ET LE TEST DE FARR : I REPARTITION DES VALEURS OBTENUES AVEC LES 7 COFFRETS ELISA ET LE TEST DE FARR : Nous avo cotaté l'extrême difficulté de comparaison des résultats obtenus par les 7 trousses en raison de "valeurs-seuil"

Plus en détail

Maladies auto-immunes

Maladies auto-immunes Perturbation des mécanismes de sélection des lymphocytes 1 Perturbation des mécanismes d apoptose Maladies auto-immunes Anomalie de la régulation du système immunitaire Réseau des cytokines Réseau idiotypique

Plus en détail

Maladies autoimmunes: exemple de la polyarthrite rhumatoïde. Dr Thierry VINCENT Laboratoire d Immunologie - Hôpital St Eloi

Maladies autoimmunes: exemple de la polyarthrite rhumatoïde. Dr Thierry VINCENT Laboratoire d Immunologie - Hôpital St Eloi Maladies autoimmunes: exemple de la polyarthrite rhumatoïde Dr Thierry VINCENT Laboratoire d Immunologie - Hôpital St Eloi Généralités rhumatisme inflammatoire chronique le plus fréquent en France 0,4

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

Vascularites à anticorps anti membrane basale glomérulaire. E. Thervet Service de Néphrologie Département HYPPARC HEGP eric.thervet@egp.aphp.

Vascularites à anticorps anti membrane basale glomérulaire. E. Thervet Service de Néphrologie Département HYPPARC HEGP eric.thervet@egp.aphp. Vascularites à anticorps anti membrane basale glomérulaire E. Thervet Service de Néphrologie Département HYPPARC HEGP eric.thervet@egp.aphp.fr Petits vaisseaux glomerule interlobulaire 50 µm arquée 70

Plus en détail

AU CŒUR DE L ARTHRITE

AU CŒUR DE L ARTHRITE AU CŒUR DE L ARTHRITE Bernard R. Lauwerys Service de Rhumatologie, UCL Mai 2014 Quel est le diagnostic? Education slide ACR Quel est le bon traitement? Traitement 1 ligne DMARDs Methotrexate (Ledertrexate

Plus en détail

Anticorps anti F-actine d isotype IgG dans l hépatite auto-immune type 1 : Fréquence et intérêt diagnostique

Anticorps anti F-actine d isotype IgG dans l hépatite auto-immune type 1 : Fréquence et intérêt diagnostique XXVIe journées nationales d'hépato Gastroentérologie Anticorps anti F-actine d isotype IgG dans l hépatite auto-immune type 1 : Fréquence et intérêt diagnostique Benrokia K 1, Djidjik R 1, Tahiat A 1,

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde

Polyarthrite rhumatoïde Polyarthrite rhumatoïde! A. Saraux, D. Wendling P o i n t s f o r t s " Pathogénie : l angiogenèse joue un rôle clé dans la pathogénie de la polyarthrite rhumatoïde (PR), et la dissection de ses mécanismes

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

Avis de la Commission. 15 septembre 2004

Avis de la Commission. 15 septembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE Avis de la Commission 15 septembre 2004 HUMIRA 40 mg, solution injectable en seringue pré-remplie (Boîte de 2 seringues) Laboratoires ABBOTT FRANCE Liste

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 mars 2007 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Les formes cliniques. Maxime Breban

Les formes cliniques. Maxime Breban Reconnaître la Spondylarthrite en 2011 Les formes cliniques Maxime Breban maxime.breban@apr.aphp.fr Qu'est-ce que les rhumatismes inflammatoires? Inflammation chronique des articulations Maladies complexes

Plus en détail

Comment reconnaitre une spondylarthrite? Pr P. Claudepierre Service de Rhumatologie Hôpital Henri Mondor - Créteil

Comment reconnaitre une spondylarthrite? Pr P. Claudepierre Service de Rhumatologie Hôpital Henri Mondor - Créteil Comment reconnaitre une spondylarthrite? Pr P. Claudepierre Service de Rhumatologie Hôpital Henri Mondor - Créteil SPONDYLARTHROPATHIES Définition Les Spondylarthrites spondylarthrite ankylosante rhumatisme

Plus en détail

Guide posologique destiné au médecin pour le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) par RoACTEMRA

Guide posologique destiné au médecin pour le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) par RoACTEMRA Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament RoACTEMRA de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique et au Grand-Duché

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire. Commission de la Transparence des médicaments. Avis 4 20 Novembre 2012

Assurance Maladie Obligatoire. Commission de la Transparence des médicaments. Avis 4 20 Novembre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 4 20 Novembre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation - ACTEMRA, TOCILIZUMAB,

Plus en détail

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Objectifs 1. Connaître pour chaque virus des hépatites la cinétique des marqueurs virologiques

Plus en détail

Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales

Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Service de Virologie, Hôpitaux Universitaires Paris-Sud Faculté

Plus en détail

Stratégie de Traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde

Stratégie de Traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde Stratégie de Traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde M de Bandt, JM Berthelot, A Cantagrel,, B Combe, B Fautrel, RM Flipo, F Guillemin, X Le Loet,, F Lioté,, JF Maillefert,, O Meyer, A Saraux, D Wendling

Plus en détail

Épidémiologie de la Polyarthrite Rhumatoïde

Épidémiologie de la Polyarthrite Rhumatoïde Épidémiologie de la Polyarthrite Rhumatoïde La polyarthrite rhumatoïde, une maladie difficile à estimer. En France: absence de registre ou de bases de données médicoadministratives suffisament exhaustifs.

Plus en détail

Traitements Rheumatoid arthritis: treatments

Traitements Rheumatoid arthritis: treatments Traitements Rheumatoid arthritis: treatments Daniel Wendling* * Service de rhumatologie, hôpital Jean-Minjoz, CHU de Besançon. Rituximab Rituximab en première ligne de biothérapie après échec au MTX :

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde mise au point M. Piperno Centre Hospitalier Lyon Sud. Jeudis de l Europe 20 septembre 2012

Polyarthrite rhumatoïde mise au point M. Piperno Centre Hospitalier Lyon Sud. Jeudis de l Europe 20 septembre 2012 Polyarthrite rhumatoïde mise au point M. Piperno Centre Hospitalier Lyon Sud Jeudis de l Europe 20 septembre 2012 J ai actuellement une affiliation ou des intérêts financiers ou intérêts de tout ordre,

Plus en détail

Déterminants de la couverture vaccinale chez les patients ayant une MAI

Déterminants de la couverture vaccinale chez les patients ayant une MAI 10eme Journée du REIVAC 10/04/2015 Déterminants de la couverture vaccinale chez les patients ayant une MAI Paul Loubet CIC Cochin Pasteur Plan AVNIR Littérature Discussion Conclusion Introduction MAI +

Plus en détail

Maladies auto- immunes

Maladies auto- immunes Maladies auto- immunes Meeting ARL 30 septembre 2011 PD Dr Jean Dudler Service de Rhumatologie HFR Fribourg Hôpital Cantonal 1708 Fribourg Maladie auto- immune u Les maladies auto- immunes sont dues à

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, 22 octobre 2013

Communiqué de presse. Bâle, 22 octobre 2013 Communiqué de presse Bâle, 22 octobre 2013 Roche obtient de la FDA l homologation de la nouvelle formulation sous-cutanée d ACTEMRA pour une utilisation chez des patients adultes atteints de polyarthrite

Plus en détail

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale Malaychanh, Hué, Todisoa 1 Données générales Un garçon, 14 ans, collégien Habitant à Salakham, district Hadsayphong, capitale Vientiane Date entrée:10/

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest

Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest Plan Se pose-t-on souvent la question du test? Le test est-il pertinent?

Plus en détail

Douleurs abdominales chroniques : place des

Douleurs abdominales chroniques : place des Douleurs abdominales chroniques : place des nouveaux tests dans la démarche diagnostique Expert: Dr Marc Girardin, chef de clinique, Service de gastro-entérologie, HUG Animatrice: Dr Melissa Dominicé Dao,

Plus en détail

Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs

Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs S Chevaliez 1,2, L Poiteau 1,2, I Rosa 3, A Soulier 1,2, F Roudot- Thoraval 2,4, C Hézode

Plus en détail

Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque

Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque I. Lustenberger 1 *, P. Wiesel 2, A. K. So 1, J. C. Gerster 1. 1 Service de Rhumatologie et Réhabilitation, Hospices CHUV, Lausanne, Suisse 2

Plus en détail

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION INTRODUCTION Une extension d indication a été octroyée au laboratoire PFIZER le 02 février 2007 pour sa spécialité Celebrex 100 mg et 200

Plus en détail

ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS. M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne

ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS. M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne OSTEOPOROSE ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne CHU Ibn Sina Rabat MAROC INTRODUCTION O 1950, corticoïdes chez une PR sévère éè 1ère cause d ostéoporose

Plus en détail

ECHOGRAPHIE DANS L ARTHROSE

ECHOGRAPHIE DANS L ARTHROSE ECHOGRAPHIE DANS L ARTHROSE Dr Isabelle BRAULT Service Rhumatologie Besançon Echographie ostéoarticulaire? L Echographie et le Rhumatologue AVANTAGES INCONVENIANTS NON INVASIF PEU COUTEUX ACCESSIBLE NON

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008 SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Spondylarthrites Décembre 2008 OBJECTIFS - Mieux identifier les patients atteints de spondylarthrite afin de raccourcir le délai entre l apparition des symptômes

Plus en détail

Cas pratiques en Rhumatologie. Dr Gabriela Buffet

Cas pratiques en Rhumatologie. Dr Gabriela Buffet Dr Gabriela Buffet Cas pratiques - cas N 1 Recueil des informations : : Femme de 50 ans Couverture de prêt : 150 000 / 15 ans Garanties souscrites : DC/PTIA et ITT/IPT (Fr. 90 jrs) Questionnaire Médical

Plus en détail

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse Jeudi 14 Novembre RANDHAWA Sunny L2 TSSIBS Docteur DESPLAT-JEGO Sophie 6 pages Immunoanalyse Plan: A. Définition de l'immunoanalyse I. Critères de choix II. Caractéristiques communes B. Exemples de techniques

Plus en détail

Traitement de la maladie de Crohn par les anti-tnf alpha Expérience du service de médecine interne. CHU de Batna

Traitement de la maladie de Crohn par les anti-tnf alpha Expérience du service de médecine interne. CHU de Batna Traitement de la maladie de Crohn par les anti-tnf alpha Expérience du service de médecine interne. CHU de Batna Auteur : Dr Mallem. D Co-auteurs : Benlahcene. B, Sai. A, Rouabhia. S, Abderahmane. K, Chinar.

Plus en détail

Le point sur ROC Stratégies thérapeutiques Paris, 14 octobre 2011

Le point sur ROC Stratégies thérapeutiques Paris, 14 octobre 2011 «ROTATION OU CHANGEMENT DE BIOTHERAPIE DANS LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDE EN CAS D ECHEC A UN ANTI-TNF» PHRC National 2009 - HUS n 4507 Le point sur ROC Stratégies thérapeutiques Paris, 14 octobre 2011 CAT

Plus en détail

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie Polyarthrite Rhumatoïde & Rémission qualité de vie Rémission : Contrôle des symptômes Contrôle de la douleur et de l inflammation articulaire Rémission stable dans le temps Préservation des articulations

Plus en détail

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE Dr Fatma Saghrouni Laboratoire de Parasitologie CHU F. Hached Sousse INTRODUCTION Toxoplasmose: Contamination post-natale = toxoplasmose

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

La sclérose en plaques

La sclérose en plaques LT Mφ La sclérose en plaques une maladie auto-immune? LT Système immunitaire Mφ Facteurs génétiques étiques SEP Facteurs environnementaux nementaux Données épidémiologiques 60.000 patients en France Sujets

Plus en détail

Rôle de l imagerie dans le diagnostic et le suivi de la polyarthrite rhumatoïde

Rôle de l imagerie dans le diagnostic et le suivi de la polyarthrite rhumatoïde revue Rôle de l imagerie dans le diagnostic et le suivi de la polyarthrite rhumatoïde Rev Med Suisse 2014 ; 10 : 585-9 P. Zufferey F. Becce Dr Pascal Zufferey Policlinique de rhumatologie RHU/DAL CHUV

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde: démarche diagnostique

Polyarthrite rhumatoïde: démarche diagnostique Polyarthrite rhumatoïde: démarche diagnostique Dr G LEFEVRE, Service de Médecine Interne Hôpital Claude Huriez, CHRU LILLE Institut d Immunologie, EA 2686, Centre de Biologie Pathologie, CHRU LILLE Polyarthrite

Plus en détail

COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN

COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN Karine Briot Université Paris Descartes Rhumatologie, Hôpital Cochin Paris LE SYNDROME DE GITELMAN MANIFESTATIONS RHUMATOLOGIQUES Manifestations musculaires

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 6 juin 2012

Communiqué de presse. Bâle, le 6 juin 2012 Communiqué de presse Bâle, le 6 juin 2012 RoACTEMRA de Roche, administré à titre d agent thérapeutique unique, a entraîné une régression plus significative des signes et symptômes de polyarthrite rhumatoïde

Plus en détail

Marqueurs tumoraux. Notion de valeurs usuelles :

Marqueurs tumoraux. Notion de valeurs usuelles : Dr F Desroys du Roure, mars 2011 Marqueurs tumoraux Notion de valeurs usuelles : Le PSA varie en fonction de l âge, le CA125 est significativement plus bas après la ménopause, En pratique, inapplicable

Plus en détail

Complications rares des anti TNF alpha

Complications rares des anti TNF alpha Complications rares des anti TNF alpha Dr S. MARTINON 1 A. BASCH 1, M. BERTHIER 1, J. CHARRIN 1, D. LIENS 1 P. BACHET²,, S. ASSAAD²,, C. PARISET² 1 : Service de rhumatologie. Hôpital St Joseph St Luc LYON

Plus en détail

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. auto-évaluation

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. auto-évaluation Polyarthrite Rhumatoïde & Rémission auto-évaluation Rémission : Contrôle des symptômes Contrôle de la douleur et de l inflammation articulaire Rémission stable dans le temps Préservation des articulations

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

Auto-anticorps dans la polyarthrite rhumatoïde : anti-ccp. Pascale Roux-Lombard Laboratoire d Immunologie et d Allergologie Clinique

Auto-anticorps dans la polyarthrite rhumatoïde : anti-ccp. Pascale Roux-Lombard Laboratoire d Immunologie et d Allergologie Clinique Auto-anticorps dans la polyarthrite rhumatoïde : anti-ccp Pascale Roux-Lombard Laboratoire d Immunologie et d Allergologie Clinique 3 octobre 2008 Polyarthrite rhumatoïde (PR) Atteinte inflammatoire des

Plus en détail

I Les rencontres PRISME

I Les rencontres PRISME I Les rencontres PRISME Paris 27 mars 2010 Le programme PRISME est dédié à la formation médicale des rhumatologues libéraux et hospitaliers et à la prise en charge des Rhumatismes Inflammatoires Chroniques

Plus en détail

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie :

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie : ANNEXE A : Formulaire de première demande Formulaire de première demande de remboursement de la spécialité HUMIRA pour une spondylarthrite axiale sévère sans signes radiographiques de spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde Vivre avec une polyarthrite rhumatoïde Décembre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

FMC du Val de Creuse Mercredi 13 juin 2012

FMC du Val de Creuse Mercredi 13 juin 2012 Dr C Bonnet CHU Limoges FMC du Val de Creuse Mercredi 13 juin 2012 Femme de 45 ans, sans ATCD particulier, vous consulte car elle souffre depuis plus de 3 mois de douleurs inflammatoires articulaires touchant

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail