Polyarthrite rhumatoïde :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Polyarthrite rhumatoïde :"

Transcription

1 Polyarthrite rhumatoïde : Diagnostic précoce et facteurs pronostiques : Quel intérêt? Plus l intervention thérapeutique est précoce moins grand est le handicap futur. Marqueurs de diagnostic précoce Facteurs de mauvais pronostic Pourtant, toutes les PR ne doivent pas bénéficier de biothérapies en première intention Coût Toxicité? Définir des facteurs de mauvais pronostic pour traiter «agressivement» les patients qui le nécessitent. Sylvain Dubucquoi Laboratoire d'immunologie CHRU de Lille PR : deux problèmes! Comment faire un diagnostic précoce Quels sont les stigmates d'une PR sévère Diagnostic précoce de la PR Place du laboratoire d'immunologie Dosages des FR Quels tests Quelles méthodes Pour quelles performances? Ac anti-peptides/protéines citrullinés Quels tests Pour quelles performances? Quelles méthodes

2 Marqueurs biologiques de la PR Facteurs rhumatoïdes Marqueurs biologiques de la PR Ac anti-ccp Biologie de la PR (Laboratoire d'immunologie) Les facteurs rhumatoïdes! Différentes méthodes! Laquelle choisir? Oui mais! Quelle sensibilité? Quelle spécificité? PR séronégatives? (dans quelles proportions?) > 7 ans sains Connectivites, vascularites, Maladies infectieuses Titres? Pronostic?

3 Quelles méthodes? Valeurs intrinsèques des résultats de FR en France Contrôle national de qualité (Compte rendu AFSAPPS 1998) 162 laboratoires ont participé Résultats attendus : recherche positive Titrage : résultats attendus Test au latex : 1 UI/ml / Néphélémétrie et ELISA : 25 UI/ml Réaction de Waaler-Rose : 125 UI/ml Le taux de bonne réponse r : 98,7 % (21 laboratoires = "faux négatifs" et titres incorrects) Majorité des laboratoires : test au latex et Waaler-Rose = 2 techniques d'agglutination Remarques : Waaler-Rose et test au latex : manquent de sensibilité (faux négatifs!) Erreurs de titrage liées à : mauvaises manipulations ou évaluation incorrecte de l'agglutination. Latex -WR %/9% Latex Données de la littérature FR et PR "récentes» 55%/93% Saraux Néphélométrie 9% A Sarraux et coll, Rev Rhum, 1995 Saraux, Arthritis Rheum,, %/87% ELISA 87% Goldbach-Mansky Mansky, Arthritis Res,, 2 65%/87% A. Anti-CCP A. Saraux, Arthritis Rheum,, 22 Techniques de précipitation (néphélémétrie, turbidimétrie), et ELISA : résultats plus homogènes nes. CONCLUSION : problèmes de standardisation entre les méthodes, m les réactifs r et entre les laboratoires Les anti-ccp peuvent ils remplacer les FR? Les anti-ccp ( ACPA PPC) Sensitivities ranging from 55% to 8% 1 (14.4% to 96%) 2 Specificities of 96% to 98 % 1 (88.9% to 1%) % of the RF-negative RA patients score positively for anti CCP 3 Odds ratios (OR) for the future development of RA : 15.9 (previously healthy individuals) OR = 37.8 (undifferentiated arthritis) (Leiden score) Erosive (aggressive) disease RF CCP HLA DR4 (DR1) Problème : anti-ppc et diagnostic précoce? 1 B. Vander Cruyssen et al. Autoimmunity Reviews. 25, 4; JP Riedemann et al. Clin Exp Rheumatol ; S I. Vallbracht et al. Autoimmunity Reviews , JIA: 2-13% Nombre publis 2-26 SLE: 5.5%(no erosive disease) Sjögren: 13.3% Psa: % HCV: - 7% 7 1 Immunofluorescence AKA Ac anti-protéines citrullinées : historique - Manque de standardisation - Subjectivité de lecture - Sensibilité = 3-5% -Spécificité = 7-98% -PR «précoces» : sensibilité = 1% (!) Caractérisation risation d un d antigène ne cible : la Filagrine citrullinée (1993) 1 ers ELISA antigène ne citrulliné de la filagrine : 1998, Schellekens,, Van Venrooij, Sensibilité : 5% (Pas Spécificité : > 95% d'application pratique) 2ème test ELISA (peptide circularisé et citrulliné de la filagrine, CCP1) ) : 2, Schellekens,, Van Venrooij, Sensibilité : (4) - 7% (non Spécificit cificité : > 95% commercialisée e en France) Caractérisation risation d antigd antigènes nes articulaires citrullinés : vimentine et fibrinogène ne

4 Anticorps anti-protéines et peptides citrullinés Anti-"PPC" en 27 Comparaison des performances de différents coffret aux seuils définis par les fournisseurs DIASORIN (Eurodiagnostica) AXIS SHIELD (EUROIMMUN BIOADVANCE) A. MÉNARINI (INOVA ) 2 méthodes automatisées microplaques ELISA mais utilisant la même source antigénique («CCP2») : tests unitaires -PHADIA (Unicap ) -ABBOTT (Axsym ) Nouvelles générations de tests ELISA : MCV(ORGENTEC) : Vimentine mutée et citrullinée Microplaque ELISA CCP3 (INOVA) : peptide cyclique et citrulliné CCP2 «au coup-par-coup» PAS à la N.A.B.M.! (BHN 7 : ~19 ) Patients : 17 patients souffrant de PR depuis plus de 2 ans ; Contrôles : Donneurs de sang, n = 37 ; LES, n = 4 ; GS, n= 33 ; Connectivites indifférenciées, n= 35 PR > 2 ans versus contrôles Seuils Sensibilité % (intervalle de confiance 95%) Spécificité% (intervalle de confiance 95%) DIASORIN (CCP2 ) 25 58,7 (48,9-68,1) 95,8 (91,1-98,4) INOVA (CCP2) 2 66,4 (57,3-74,7) 87,7 (81,2-92,5) PHADIA (CCP2) 1 65,3 (55,9-73,8) 92,7 (87,-96,4) CPA (GENESIS) 6,25 64,5 (54,6-73,5) 86,2 (79,5-91,4) CCP3 (INOVA) 2 63,9 (54,1-72,9) 93,7 (88,3-97,1) MCV (ORGENTEC) 2 57,4 (47,5-66,9) 96,5 (92,-98,8) FR IgM (INOVA) 6 67,6 (57,9-76,3) 69, (6,7-76,5) Indice de Youden = sensibilité + spécificité 1 Test optimal : Indice de Youden = 1 si sensibilité = 75% et spécificité = 75% : Indice de Youden = 5 Indice de Youden 54,5 54, ,6 53,9 36,6 Comparaison des performances aux seuils définis par les fournisseurs Comparaison des performances Si spécificité = ~95% Patients : 27 patients souffrant de PR depuis moins de 6 mois Contrôles : Donneurs de sang, n = 37 ; LES, n = 4 ; GS, n= 33 ; Connectivites indifférenciées, n= 35 PR < 6 mois versus contrôles Seuil Sensibilité % (intervalle de confiance 95%) Spécificité % (intervalle de confiance 95%) DIASORIN (CCP2 ) 25 53,3 (34,3-71,6) 95,8 (91,1-98,4) INOVA (CCP2) 2 56,7 (37,4-74,5) 87,7 (81,2-92,5) PHADIA (CCP2) 1 53,3 (34,3-71,6) 92,7 (87,-96,4) CPA (GENESIS) 6,25 46,4 (27,5-66,1) 86,2 (79,5-91,4) CCP3 (INOVA) 2 53,3 (34,3-71,6) 92,3 (86,6-96,1) MCV (ORGENTEC) 2 56,7 (37,4-74,5) 96,5 (92,-98,8) Indice de Youden 49,1 (-5,4) 44,4 (-9,7) 46 (-12) 32,6 (-18,1) 45,6 (-1,6) 53,2 (-,7) PR (toutes populations confondues) versus contrôles Sensibilité % (perte par rapport à la sensibilité initiale) Spécificité % DIASORIN (CCP2 ) 53,3 (-2,3) 95,8 19 (25) INOVA (CCP2) 45,4 (-2,1) 94,5 74 (2) PHADIA (CCP2) 43,2 (-19,6) 94,9 82 (1) CPA (GENESIS) 39,3 (-2,7) 94,5 21 (6,25) CCP3 (INOVA) 58,7 (-2,9) 95,1 27 (2) MCV (ORGENTEC) 57,2 () 95,8 2 Seuil FR IgM (INOVA) 6 63,3 (43,9-8,) 69, (6,7-76,5) 32,3 (-4,3) FR IgM (Inova) 21,7 (-45) 95,1 35 (6)

5 Incidence de la préparation de l'antigène sur les performances des trousses Diasorin (Eurodiagnostica, seuil = 25 UA/ml) : Sensibilité : 73,9 / Spécificité : 96,9 Abbott (Axis Shield, seuil = 5 UA/ml) : Sensibilité 73,9 / Spécificité : 95,9 Axis Shield (Seuil = 5 UA/ml) : Sensibilité : 48,9 / Spécificité : 96,9 Des antigènes identiques, pourtant des performances différentes! (liées à la préparation industrielle) - Méthodologie (approche manuelle, automatisée ) - Recrutement (Quantité d'analyses réalisées, consommation de réactifs ) des performances différentes! liées à l'expérience du biologiste Un grand merci aux Services de Rhumatologie et de Médecine Interne du CHRU de Lille, ainsi qu'à Mesdames Sandrine Vuye, Elisabeth Leleu, Laure Boron, Chantal Moons, techniciennes du Laboratoire d'immunologie du CHRU de Lille et les FR? Comparaison des performances FR / anti-ccp aux seuils définis par les fournisseurs Sensibilité % PR > 2 ans Sensibilité % PR < 1 an Spécificité% FR IgM (bmd, ELISA) Rhumalatex (Fumouze) WR Polyartitre (Fumouze) Eurodiagnostica CCP Youden PR > 2 ans Youden PR < 1 an 2 (-32) 32 (-23) 31 (-2) 4 (-4) Early RA group = median 4 months, range 11 months

6 Quelques chiffres ( encore) Pour le Service de Rhumatologie de Lille (sept 22- dec 25) 361 patients souffrant de PR documentée (durée médiane d'évolution : 25 mois) 67,7 % présentent des FR détectés par ELISA Parmi les patients 124 FR [-], 38 (3,6%) ont des anti-ppc 15% de ces patients n'ont pas d'anti-ppc Spécificité : 87% 67,9 % présentent des anti-ppc (anti-ccp2, seuil = 2 U/ml) Parmi les patients 124 PPC [-], 41(33,1%) ont des FR 15% de ces patients n'ont pas de FR Spécificité : 99,3% 1 ères conclusions De façon globale : altération de la sensibilité des anti-ppc si PR d évolution récente («précoce») Avouac et al. : 16-32% pour les PR de moins de 5 mois d'évolution (Ann Rheum Dis., 26, 65, ) Tous les coffrets dosant les anti-ppc ne se valent pas! Attention : l antigène CCP2 est fragile qualité du support +++ (puits sécables, matrice pour automate?) Prudence avec «l exotisme» Arthralgies inflammatoires depuis 3 mois Doser les anti-ppc Si négatifs, doser les FR (Latex ou néphélométrie ou ELISA, pas de WR!) Répéter les dosages si persistance après 3-6 mois d'évolution sans marqueur biologique Un grand merci aux Services de Rhumatologie et de Médecine interne du CHRU de Lille, ainsi qu'à Mesdames Sandrine Vuye, Elisabeth Leleu, Laure Boron, Chantal Moons, techniciennes du Laboratoire d'immunologie du CHRU de Lille

7 Comment définir un pronostic? Manifestations cliniques Polyarthralgies > Polyarthrite > PR Destruction ostéo-articulaire Radiographies (IRM, échographie) La biologie Le syndrome inflammatoire Le HLA Les facteurs rhumatoïdes Les anti-ccp Autres? Réponse au traitement Nombres de rémissions Qualité de vie (durée) Evolution radiologique des PR Score Rx an 2 ans 3 ans 4 ans 5 ans 6 ans Quel pourcentage de PR sévères? A score érosif égal, au début de la maladie comment différencier ceux qui évolueront défavorablement?

8 Étude BeSt : efficacité structurale à 1 an IV versus I : p =,1 IV versus II : p =,1 III versus I : p =,5 III versus II : p =,7 Score de Sharp/van der Heijde 4 2 À l inclusion À1 an I II III IV Monothérapie Thérapie Combinaison Anti-TNFα additive thérapeutique d emblée p Progression médiane % non-progresseurs 2, 27 2,5 29 1, 37,5 46,1,7 Moindre progression radiographique dans les groupes «combinaison» et «anti- TNFα d emblée» ACR 23 - D après de Vries-Bouwstra (LB18) Étude TEMPO : résultats cliniques % en rémission à S52 (DAS < 1,6) DAS rémission 14 18, 37 % de patients sans progression radiographique à S Méthotrexate Etanercept Etanercept et méthotrexate p <,5 etanercept versus méthotrexate ; p <,5 combinaison versus méthotrexate ; p <,5 combinaison versus etanercept Tolérance : absence de différence entre les trois groupes * 68, 8 TSS,5 ACR 23 - D après van der Heijde (26) Facteurs pronostiques 27 à 57 % des PR débutantes ne progressent pas radiologiquement sous traitement conventionnel (Goronzy, 25) 48% de 111 patients avec PR récentes traités par Plaquénil + AINS n ont pas d érosions à 2 ans. Qui sont ces «non-progresseurs»? Joint Damage = Inflammation x Intensity x Time Biologie Clinique Inflammation, nodules Maladie extra articulaire VS, CRP, HLA, HLA, FR, FR, anti-ccp, anti-ppctx Réponse aux traitements Radiographies Rx standards, IRM

9 Un peu de génétique. HLA et PR Le système HLA est polymorphe Le système HLA : nomenclature HLA-DRB1*11 HLA-DRB1*12 HLA-DRB1*13 HLA-DRB1*14 HLA-DRB1*15 HLA-DRB1*16 HLA-DRB1*17 HLA-DRB1*18 HLA-DRB1*19 HLA-DRB1*11 HLA-DRB1*111 HLA-DRB1*112 Biologie moléculaire Approche «sérologique» Typage générique HLA-DRB1*1 HLA-DRB1*11 HLA-DRB1*17 HLA-DRB1*12 HLA-DRB1*18 HLA-DRB1*13 HLA-DRB1*19 HLA-DRB1*14 HLA-DRB1*11 HLA-DRB1*15 HLA-DRB1*111 HLA-DRB1*16 HLA-DRB1*112 Typage allélique

10 Les allèles HLA DRB1 à risque dans la PR HLA, facteur pronostique? Weyand, Ann Int Med, DR1: DRB1*11 DRB1*12 DR4 DRB1*41 DRB1*44 DRB1*45 DRB1*48 Epitope partagé: (Q)-K/R-R-A-A Importance d un typage allélique Gradient de risque Risque relatif /44 41/4X 44/4X 41/41 11/41 11/11 11/X 41/X Étude rétrospective sur 12 PR de plus de 3 ans, FR+ et érosives. 1% des PR «nodulaires» sont «double DR4» 7 % des «double DR4» ont une atteinte viscérale contre 11 % des «simple dose». HLA, facteur pronostique? Goronzy, Arthritis Rheum, PR de moins de 1 an suivies pendant 2 ans et traitées selon un algorithme. HLA, facteur pronostique? Van Gaalen, Arthritis Rheum, PR récentes suivies pendant 4 ans Typage HLA et dosage des anti-ccp Analyse sur la progression radiographique avec 48 % de «non-érosifs» à 2 ans. FR (présence et taux) + HLA DR4 (surtout si double dose) + érosions à l entrée sont des facteurs prédictifs d érosions. Score de Sharp CCP+ CCP- HLADR4 + 7,6 1,6 HLADR van der Helm-van Mil, et al. (26). "The HLA-DRB1 shared epitope alleles are primarily a risk factor for anti-ccp Ab and are not an independent risk factor for development of rheumatoid arthritis." Arthritis Rheum. 54(4):

11 L'exposition au tabac aggrave la PR? HLA-DR4 Intérêt diagnostique faible Coût B 8 (216 ) HLADRB1*4 (Shared epitope) Valeur pronostique des allèles 41, 44 et 45 démontrée surtout chez les homozygotes («double dose»). (Milieu hospitalier voire hospitalo-universitaire) Anti-PPC (titres ) Doser les anti-ccp typage HLA? Moins cher!!! FR : facteur pronostique? Van Zeben et coll, Ann Rheum Dis, PR suivies pendant 8 ans. Autres facteurs pronostiques biologiques VS, CRP initiale : corrélée e avec maladie érosive (Kuper( 1998) nb moyen d'érosions FR -, FR ±,, FR durée d'évolution FR - FR ± FR + Kaltenhäuser et coll, J Rheumatol 21.

12 FR : facteur pronostique? Möttönen et coll, Ann Rheum Dis, 1998 PR moins de 2 ans Pas de différence radiologique au début d entre FR- et FR+ Mais après s 1 an de suivi : Dans le groupe FR - FR : facteur pronostique? Bukhari, Arthritis polyarthrites inflammatoires Examen initial (5 mois) puis à 2 ans et 5 ans avec clinique, biologie (FR=latex( FR=latex) ) et radiographies. Sensibilité initiale du FR à 32% FR, CRP, articulations tuméfi fiées, érosions Activité clinique Evolution Rx Réponse au traitement FR >1:16, facteur pronostique indépendant RR d avoir des érosions à 5 ans est de 2.3 si FR + Ac anti-ccp : facteurs pronostiques? Nb PR Type Ac Suivi Activité Erosions c liniq ue Kurki AKA 8 ans - - Sa rraux AKA 6 ans - Ba s AFA - Forslin 21 Pa meila 21 Ja nsen 21(ACR) 112 AKA et AFA 5 ans + 78 AFA 3 ans Anti-CCP1 + + La détection précoce des formes agressives : Le score de Leiden 524 polyarthrites débutantes étude de 7 variables limitée Evolution à 12 mois persistante non érosive érosive Erosive vs non érosive Odd ratio Score Durée symptômes < 6 mois.96 > 6 mois 1.44 Raideur 1h Arthrites 3 groupes Douleur MTP FR IgM Anti-CCP Erosions + + Ex : si score = 5 66% de risque d'érosion si score = 9 95% de risque d'érosion Visser et al. Arthritis Rheum 22; 46 :

13 Ac anti-ccp : facteur pronostique? Meyer, 23, Ann Rheum Dis (CCP 1ère génération) Ac anti-ccp : facteur pronostique? Meyer, 23, Ann Rheum Dis (CCP 1ère génération) Score à 3 ans Score à 5 ans Anti CCP Anti CCP RF-/ anti CCP RF+/ anti-ccp Cohorte de 132 patients, suivis pendant 5 ans 75 (57%) patients ont des anti-ccp au débutd Au départ, d 58% sans érosion, 24% à 3 ans et 22 % à 5 ans Anti-CCP : bon marqueur pronostique (contrairement aux AKA), meilleur que le FR Ac anti-ccp, facteur pronostique Forslind, Ann Rheum Dis, Sept PR de moins de 1an Présence des anti-ccp2 dans 55% des cas Anti-CCP + corrélé avec le score de Larsen à l entrée mais aussi 2 ans plus tard (p < 5x1-4 ) Ac anti-ccp, facteur pronostique Littérature récente Lindqvist, E. (25). "Prognostic laboratory markers of joint damage in rheumatoid arthritis." Ann Rheum Dis 64(2): patients with early rheumatoid arthritis Early determination of anti-ccp, (IgA) RF, ESR, CRP, and COMP predicted the development of joint damage in hands and feet. Agrawal, S. et al. (27). "Autoantibodies in rheumatoid arthritis: association with severity of disease in established RA." Clin Rheumatol 26(2): patients with established RA The presence of anti-ccp antibodies was associated with presence of deformities (p<.5). CONCLUSION: Both anti-ccp (and AKA), in addition to conventional marker like IgM RF, are associated with severe erosive disease.

14 Anti-PPC et maladie érosive Facteurs pronostiques, quelle combinaison? Dixey, J Rheumatol, Mars 24 Arthrite indifférenciée Présence d'ac anti-ppc PR Présence d'ac anti-ppc PR sévère Sur 866 PR suivis prospectivement dont 32% étaient érosives initialement et 7% à 3 ans. Etude de VS, FR, compte articulaire, radios Dans le groupe non érosif,, des taux élevés s du FR et de la VS prédisent les érosions à 3 ans. Dans le groupe érosif,, le score de Larsen initial et le nombre d articulations gonflées prédit l aggravation l des érosions. Réflexions du biologiste Une méthode sensible pour le diagnostic précoce n'est pas une bonne méthode pour évaluer le pronostic (intérêt divergent entre "diagnostic précoce" et "évaluation du pronostic" de la PR!) Distinguer "présence du marqueur" et "titres" Pas de standardisation des méthodes Quels seuils (diagnostique ; pronostique )? Titrages d'un marqueur : Méthode fiable? Toujours la même!! pour un même patient (utilité des redosages?) pour des patients différents!! Eviter le "nomadisme" me" biologique En pratique VS - CRP FR anti- CCP (précocité / titres élevés)? (HLA-DR4, "double dose") Erosions d emblée.

15 MEMBRANE SYNOVIALE CARTILAGE Liquide synovial COMP Chondrocyte YKL4 Fibroblaste Métalloprotéasesases Macrophage Conclusion L'avenir se conjuguera en "-mique" La génomique (les gènes) La transcriptomique (l'arn) La protéomique (les protéines) La glycomique (les protéines matures) L'immunomique (les antigènes reconnus par le système immunitaire ) La rhumatomique (ce qui rend malades les patients qui souffrent de PR) Glc-Gal Gal-PYD CTX II PIICP : procollagen de type II propetide C ; PIIANP : procollagen de type IIA N- propeptide ; CII degradation markers : CII telopeptide (CII X) ; CII neoepitope (TIINE) HELIX II ; C2C ; CNBR 9,7 COll2-1 1 N)

Polyarthrite rhumatoïde et biologie

Polyarthrite rhumatoïde et biologie Polyarthrite rhumatoïde et biologie Le point de vue de l'immunologiste Sylvain Laboratoire d'immunologie, sdubucquoi@univ univ-lille2. -lille2.fr FR et PR Définition Auto-anticorps anti-fragment Fc des

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

rhumatoïde DES de Biologie médicale Cours d immunologie 2012-2013 Vincent Elsermans

rhumatoïde DES de Biologie médicale Cours d immunologie 2012-2013 Vincent Elsermans Polyarthrite rhumatoïde DES de Biologie médicale Cours d immunologie 2012-2013 Vincent Elsermans Plan Notions cliniques Démarche diagnostique Les facteurs rhumatoïdes : techniques, performances Les anticorps

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014

Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014 Obésité et rhumatismes inflammatoires Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014 Obésité 1 Obesity Trends* Among U.S. Adults BRFSS, 1985 (*BMI 30, or ~ 30 lbs overweight for

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Liens d intérêt Intérêts financiers : aucun Liens durables ou permanents : aucun Interventions

Plus en détail

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021 Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges Membre enseignant chercheur EA 4021 Rhumatisme inflammatoire chronique Prévalence des SA ies en Europe = 1 à 2% Age moy : 26 ans, ratio homme/femme:

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008 SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Spondylarthrites Décembre 2008 OBJECTIFS - Mieux identifier les patients atteints de spondylarthrite afin de raccourcir le délai entre l apparition des symptômes

Plus en détail

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde Vivre avec une polyarthrite rhumatoïde Décembre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Les formes cliniques. Maxime Breban

Les formes cliniques. Maxime Breban Reconnaître la Spondylarthrite en 2011 Les formes cliniques Maxime Breban maxime.breban@apr.aphp.fr Qu'est-ce que les rhumatismes inflammatoires? Inflammation chronique des articulations Maladies complexes

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

Les rhumatismes inflammatoires. Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante

Les rhumatismes inflammatoires. Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante Les rhumatismes inflammatoires Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante Arthrite Rhumatoïde (RA) Voorstelling van de ziekte Arthrite Rhumatoïde Inflammation chronique des

Plus en détail

COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN

COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN Karine Briot Université Paris Descartes Rhumatologie, Hôpital Cochin Paris LE SYNDROME DE GITELMAN MANIFESTATIONS RHUMATOLOGIQUES Manifestations musculaires

Plus en détail

Place de l anti-ccp dans le diagnostic de la Polyarthrite rhumatoïde

Place de l anti-ccp dans le diagnostic de la Polyarthrite rhumatoïde UNIVERSITE MOHAMMED V- SOUISSI FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE -RABAT- ANNEE : 2008 THESE N : 95 Place de l anti-ccp dans le diagnostic de la Polyarthrite rhumatoïde THESE Présentée et soutenue publiquement

Plus en détail

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie :

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie : ANNEXE A : Formulaire de première demande Formulaire de première demande de remboursement de la spécialité HUMIRA pour une spondylarthrite axiale sévère sans signes radiographiques de spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 novembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 novembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 novembre 2009 LEDERTREXATE 5 mg, solution injectable B/1 ampoule de 2 ml (Code CIP : 315 012-5) LEDERTREXATE 25 mg, solution injectable B/1 ampoule de 1 ml (Code CIP

Plus en détail

Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement. Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var

Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement. Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var Objectifs pédagogiques Connaitre les problèmes pratiques posés

Plus en détail

Un laboratoire d auto-immunité paperless : mythe ou réalité? L.Lutteri Laboratoire d auto-immunité Service de Chimie Clinique CHU Liège

Un laboratoire d auto-immunité paperless : mythe ou réalité? L.Lutteri Laboratoire d auto-immunité Service de Chimie Clinique CHU Liège Un laboratoire d auto-immunité paperless : mythe ou réalité? L.Lutteri Laboratoire d auto-immunité Service de Chimie Clinique CHU Liège Immunofluorescence Dépistage Aspect Titre Cellules Hep 2: Connectivites

Plus en détail

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Rhumatismes inflammatoires Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Polyarthrite Rhumatoïde PR La plus fréquente des polyarthrites chroniques 1% de la pop. Femmes ++. 50 ans Signes fonctionnels Douleur

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

Lombalgies inflammatoires de l homme jeune

Lombalgies inflammatoires de l homme jeune Lombalgies inflammatoires de l homme jeune Auteur : Dr Éric TOUSSIROT, Besançon Comité éditorial : Dr Laure GOSSEC, Paris Dr Henri NATAF, Mantes-La-Jolie Relecteurs CFMR : Pr Bernard DUQUESNOY, Lille Pr

Plus en détail

Lombalgie inflammatoire. François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010

Lombalgie inflammatoire. François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010 Lombalgie inflammatoire François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010 Pronostic d une lombalgie aigue 1mois: 66 à 75% encore symptomatiques quelques limitations fonctionnelles 82

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Les traumatismes et l arthrite inflammatoire

Les traumatismes et l arthrite inflammatoire Les traumatismes et l arthrite inflammatoire Document de travail à l intention du Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail Septembre 2008 préparé

Plus en détail

Tests rapides de dépistage

Tests rapides de dépistage Tests rapides de dépistage Maladies infectieuses Marqueurs cardiaques Marqueurs de tumeurs Grossesse Rhumatologie Allergies Drogues > Pour un diagnostic rapide et économique > Résultats exacts et fiables

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée Stratégie thérapeutique dans l acné de l adolescent Liens d intérêt 30 janvier 2014 Pr Ludovic Martin Service de Dermatologie Invitation à des congrès: Galderma Participation à des essais cliniques: 0

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Anticorps anti-tissus non spécifiques d organe (anticorps anti-mitochondries de type M2) Immuno-pathologie 04ATI2 Janvier 2005

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte Psoriasis et travail dans le BTP Pr E. Delaporte 30 Mai 2013 Janvier 2013 : File active de 335 malades traités (293) ou ayant été traités (42) par immunosupp./ modulateurs (MTX CyA biomédicaments) 214

Plus en détail

Analyse pharmaco-économique des anti-tnf alpha dans le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde en France.

Analyse pharmaco-économique des anti-tnf alpha dans le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde en France. Synthèse Bibliographique en Biologie et Biotechnologie Janvier 2012 Analyse pharmaco-économique des anti-tnf alpha dans le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde en France. Problématique : Jusqu où la

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

La sclérose en plaques

La sclérose en plaques Hôpital de la Salpêtrière, La sclérose en plaques Catherine Lubetzki Sclérose en plaques 80 000 cas en France Seconde cause de handicap de l adulte jeune 50% des patients ont un handicap permanent à 15

Plus en détail

S. Kernéis, T. Ancelle, V. Naneix-Laroche, N. Amrane, JP. Leroy, T. Hanslik, O. Launay

S. Kernéis, T. Ancelle, V. Naneix-Laroche, N. Amrane, JP. Leroy, T. Hanslik, O. Launay Etude AMARCOR Tolérance et immunogénicité du vaccin contre la fièvre jaune chez des sujets recevant une corticothérapie par voie générale : étude de cohorte observationnelle S. Kernéis, T. Ancelle, V.

Plus en détail

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13 Anatomie Enthésopathies Docteur Emmanuel Hoppé Service de Rhumatologie CHU Angers 18.10.2013 Symphyse pubienne Coxo-fémorales Bursopathies Sacroiliaques 4 tableaux 3 grands cadres Douleur lombofessière

Plus en détail

RAPPORT DU CONTROLE DE MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE DIAGNOSTIC IN VITRO DE DOSAGE DE THYROGLOBULINE

RAPPORT DU CONTROLE DE MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE DIAGNOSTIC IN VITRO DE DOSAGE DE THYROGLOBULINE Direction de l'evaluation des Dispositifs Médicaux Département Surveillance du Marché Unité Evaluation et Contrôle du Marché - DIV RAPPORT DU CONTROLE DE MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE DIAGNOSTIC IN

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011 LA REPONSE ALLOGENIQUE C. René -2011 Les Lois de la transplantation Rôle des lymphocytes T Transfert de l immunité par les cellules T Infiltrat de cellules mononuclées disposé en manchons péri-vasculaire:

Plus en détail

Item 123. Psoriasis. Insérer les T1. Objectifs pédagogiques

Item 123. Psoriasis. Insérer les T1. Objectifs pédagogiques 20 Item 123 Psoriasis Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un psoriasis. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. COFER Connaître les particularités cliniques,

Plus en détail

Douleurs des mains. Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements. C.Zenklusen septembre 2013

Douleurs des mains. Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements. C.Zenklusen septembre 2013 Douleurs des mains Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements C.Zenklusen septembre 2013 Causes de douleurs aux mains Articulations (origine articulaire) Nerfs (origine nerveuse)

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE/ RHEUMATOID ARTHRITIS. Jacques Morel et Bernard Combe. Service d'immuno-rhumatologie, CHU Lapeyronie 34295 MONTPELLIER cedex 5

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE/ RHEUMATOID ARTHRITIS. Jacques Morel et Bernard Combe. Service d'immuno-rhumatologie, CHU Lapeyronie 34295 MONTPELLIER cedex 5 1 Rev Prat. 2006 Mar 15;56(5):553-62 POLYARTHRITE RHUMATOÏDE/ RHEUMATOID ARTHRITIS Jacques Morel et Bernard Combe Service d'immuno-rhumatologie, CHU Lapeyronie 34295 MONTPELLIER cedex 5 La polyarthrite

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique

THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique Club Thyroïde Ile-de-France 2013 Monique LEBAN GH Pitié-Salpêtrière Charles Foix Service de Biochimie Endocrinienne et Oncologique Cancers Différenciés de

Plus en détail

Nous espérons que ce Cahier vous apportera les connaissances indispensables à la qualité et à l'efficacité de ce dialogue.

Nous espérons que ce Cahier vous apportera les connaissances indispensables à la qualité et à l'efficacité de ce dialogue. Cher Confrère, Le Cahier de Formation de Biologie Médicale numéro 13, que nous vous proposons ci-après, traite d'autoimmunité, des Facteurs Rhumatoïdes et des Anticorps anti-nucléaires, dans une perspective

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons.

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Un taux de récidive de 30% dans les dix premières années chez des patientes en rémission complète après un traitement curatif, requiert

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

Séance dédiée aux rhumatismes inflammatoires

Séance dédiée aux rhumatismes inflammatoires Séance dédiée aux rhumatismes inflammatoires COMMUNICATION Les nouveautés physiopathologiques à la base de la révolution thérapeutique des biothérapies dans les rhumatismes inflammatoires Mots-clés : Biothérapie.

Plus en détail

Spondylarthrite juvénile. Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010

Spondylarthrite juvénile. Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010 Spondylarthrite juvénile Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010 Formes de spondylarthrite de l adulte (1) Spondylarthrite ankylosante: critères de New York modifiés Sacroiliite radiologique

Plus en détail

Dosages à réactifs marqués

Dosages à réactifs marqués Dosages à réactifs marqués Principe = réaction Ag-Ac un des deux réactifs (Ag ou Ac) est marqué par un traceur Différentes méthodes selon que le traceur est radioactif (RIA), enzymatique (EIA) ou luminescent

Plus en détail

SOCIETE MEDICALE DES HOPITAUX DE PARIS Association reconnue d utilité publique - FMC n 11752573775

SOCIETE MEDICALE DES HOPITAUX DE PARIS Association reconnue d utilité publique - FMC n 11752573775 SOCIETE MEDICALE DES HOPITAUX DE PARIS Association reconnue d utilité publique - FMC n 11752573775 Hôpital Hôtel Dieu - Service de Médecine Interne 1, place du Parvis Notre-Dame - 75181 PARIS Cedex 4 59

Plus en détail

F.Benabadji Alger 22.11.13

F.Benabadji Alger 22.11.13 F.Benabadji Alger 22.11.13 ALLERGIE DANS LE MONDE 4ÉME RANG MONDIAL (OMS) PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE LES CAUSES Notre environnement (industriel, technologique, scientifique et climatique) * Allergènes

Plus en détail

Les Spondylarthrites

Les Spondylarthrites Les Spondylarthrites Le concept de spondylarthrite Ensemble de rhumatisme inflammatoires chroniques qui partagent certaines de leurs manifestations cliniques ainsi qu un terrain génétique commun. Le concept

Plus en détail

EVALUATION DE L IMPACT DE L EDUCATION DU PATIENT SUR L OBSERVANCE DU PORT DE L ORTHESE DE REPOS DE MAIN DANS LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE

EVALUATION DE L IMPACT DE L EDUCATION DU PATIENT SUR L OBSERVANCE DU PORT DE L ORTHESE DE REPOS DE MAIN DANS LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE EVALUATION DE L IMPACT DE L EDUCATION DU PATIENT SUR L OBSERVANCE DU PORT DE L ORTHESE DE REPOS DE MAIN DANS LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE Emilie LEBLONG, Anne-Cécile BARRE, Aleth PERDRIGER, Isabelle BONAN

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ QUESTION : Est-ce que le café décaféiné est une alternative au café chez les patients qui souffrent d un RGO? AUTEUR : Alexis Du Cap (JUILLET 2009) SUPERVISEUR : Guylène Thériault

Plus en détail

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne Actualités dans la SEP Docteur Sophie Géhin Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne PLAN I. Epidémiologie et étiologie II. Présentation clinique et évolution III. Critères diagnostiques

Plus en détail

Bases de données des mutations

Bases de données des mutations Bases de données des mutations CFMDB CFTR2 CFTR-France / Registre Corinne THEZE, Corinne BAREIL Laboratoire de génétique moléculaire Montpellier Atelier Muco, Lille, 25-27 septembre 2014 Accès libre http://www.genet.sickkids.on.ca/app

Plus en détail

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Introduction: - Réponse d un animal à l expérimentation (diapo 1) Facteurs environnementaux et propres à l animal - Notion d animal standardisé

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant 40 Item 299 Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant ENC Insérer les T1 Objectifs pédagogiques Devant une boiterie ou un trouble de la démarche chez l enfant, argumenter les principales hypothèses

Plus en détail

ANDRIANJAFISON Francia

ANDRIANJAFISON Francia ANDRIANJAFISON Francia PLACE DE LA CORTICOTHERAPIE DANS LA PRISE EN CHARGE DES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES : REALITES ET PERSPECTIVES A ANTANANARIVO Thèse de Doctorat en Médecine 2 UNIVERSITE

Plus en détail

Trucs du métier. L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis. clinicien@sta.ca. Avez-vous un truc? Son épidémiologie et son expression

Trucs du métier. L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis. clinicien@sta.ca. Avez-vous un truc? Son épidémiologie et son expression L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis Trucs du métier Son épidémiologie et son expression Le psoriasis est une maladie cutanée inflammatoire chronique qui touche de 1 % à 3 % de la population

Plus en détail

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations

7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations SEMESTRE 4 UE 2.7.S4 Défaillances organiques et processus dégénératifs 7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations Etude de l'appareil locomoteur (articulations, os, muscles, tendons) Douleur en

Plus en détail

Le syndrome SAPHO Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique

Le syndrome SAPHO Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

. Arthritepsoriasique

. Arthritepsoriasique Les traitements biologiques dans les rhumatismes inflammatoires Dr Clio RIBBENS Service de Rhumatologie. Centre HospitalierUniversitairede Liège Nouveautés dans l'arthrite : Thérapeutiques anti-nf a..

Plus en détail

Sylvain Dubucquoi : Biologie de l allergie, CERM 2007

Sylvain Dubucquoi : Biologie de l allergie, CERM 2007 : Biologie de l allergie, CERM 2007 Allergie : Le poids des chiffres! Exploration des hypersensibilités à IgE 4% de la population générale ~ 10% des enfants de moins de 2 ans (USA) Les manifestations s'aggravent!

Plus en détail

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06 Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro Directive européenne 98/79/CE du 27/10/98 relative aux DMDIV OBJECTIFS Directive dite «Nouvelle approche» - Harmonisation des réglementations nationales

Plus en détail

Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies

Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies DIAPOSITIVE 1 Cette présentation fournit une vue d ensemble de l Office of Cellular, Tissue, and Gene Therapies (bureau des thérapies cellulaires,

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 1 : Epidémiologie descriptive Docteur José LABARERE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants

Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants M.M. Samama, M-H. Horellou, C. Flaujac, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F. Depasse Biomnis - Ivry sur Seine TFPI TFPI

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

La polyarthrite rhumatoïde est-elle une maladie courante parmi la patientèle d'un rhumatologue?

La polyarthrite rhumatoïde est-elle une maladie courante parmi la patientèle d'un rhumatologue? Association Française des Polyarthritiques & des Rhumatismes Inflammatoires Chroniques 9, rue de Nemours - 75011 Paris E-mail : afp@nerim.net - www.polyarthrite.org Tél. : 01 400 30 200 - Fax : 01 400

Plus en détail

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé)

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) EMA/90006/2015 EMEA/H/C/001104 Résumé EPAR à l intention du public vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Le présent document est un résumé du rapport européen public d évaluation

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Sylvie CHABAUD Direction de la Recherche Clinique et de l Innovation : Centre Léon Bérard - Lyon Unité de Biostatistique

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes L immunoenzymologie Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic Basée e sur la très s grande spécificit cificité des anticorps pour leurs antigènes nes Test qualitatif Détection

Plus en détail

Ensemble aidons les patients souffrant d un mal de dos inflammatoire à identifier leurs douleurs.

Ensemble aidons les patients souffrant d un mal de dos inflammatoire à identifier leurs douleurs. Dossier de PRESSE Mars 2014 Ensemble aidons les patients souffrant d un mal de dos inflammatoire à identifier leurs douleurs. Une initiative développée par AbbVie, en partenariat avec l AFLAR et l AFS

Plus en détail