Enquête réalisée par Héloïse MECHIK et David COASNE. Etude GPEC/ERP2012 CMAR-Mission SAP Lille Métropole Page 1 sur 11

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Enquête réalisée par Héloïse MECHIK et David COASNE. Etude GPEC/ERP2012 CMAR-Mission SAP Lille Métropole Page 1 sur 11"

Transcription

1 ENQUETE SUR LES PRATIQUES RH EN MATIERE DE GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES ET D EVALUATION DES RISQUES PROFESIONNELS DES STRUCTURES DE SERVICE A LA PERSONNE Enquête réalisée par Héloïse MECHIK et David COASNE Etude GPEC/ERP0 CMAR-Mission SAP Lille Métropole Page sur

2 CONTEXTE DE L ENQUETE L action Ressources Humaines (RH) de la Chambre de Métiers et de l Artisanat de Région Nord Pas De Calais (CMAR) et la Mission Services à la Personne Lille Métropole portée par la Maison de l Emploi de Lille Lomme Hellemmes (MDE LLH) s associent pour réaliser une enquête sur les pratiques RH et les risques professionnels auprès des organismes de Services à la Personne (SAP) de la Métropole Lilloise. L objectif visé est double, il consiste dans un premier temps à identifier les spécificités des pratiques RH et des risques professionnels du secteur puis de développer sur cette base des outils d accompagnement adaptés. Afin d établir quelques pistes de recherche, un questionnaire Evaluation des Risques Professionnels (ERP) et Gestion Prévisionnel des Emplois et des Compétences (GPEC) adapté aux particularités de l activité des organismes SAP a été réalisé en Janvier 0 et envoyé à plus de 44 d entre eux situés sur la Métropole Lilloise. Cette enquête a pour objectif de réaliser une photographie des besoins des organismes SAP en matière d ERP et de GPEC afin de leur proposer des réponses à la fois personnalisées et/ou mutualisées. Le questionnaire comprend 5 Items sur : Le management Les projets de recrutement, La formation des salariés et des managers Les conditions de travail Les risques professionnels spécifiques Les solutions de gestion de ces risques 9 Organismes SAP sur les 44 sollicités ont renvoyé le questionnaire complété. Le traitement des réponses permettra de valider ou non les hypothèses de départ et de dégager des axes de travail. Les hypothèses de départ : H : La structuration récente du secteur du SAP conduit les structures à concevoir des réponses spécifiques en matière d organisation des ressources humaines. H : La nature de l activité et les profils des salariés exposent les structures à un «turn-over» et un «absentéisme» important. H : Du fait des tâches et activités réalisées, les salariés sont exposés à des risques professionnels spécifiques. Etude GPEC/ERP0 CMAR-Mission SAP Lille Métropole Page sur

3 I Typologie des organismes SAP interrogés - L échantillon est composé de entreprises et de associations. - 4 structures disposent de l agrément qualité et 5 de l agrément simple. - structures ont été créées avant la loi de cohésion sociale de 005. Répartition des structures par taille d'effectif moins de 0 salariés et 0 salariés et 50 salariés. 5 et 00 salariés plus de 00 salariés Concernant les effectifs : structures ont moins de 0 salariés structures ont entre et 0 salariés structures ont entre et 50 salariés. structures ont entre 5 et 00 salariés structures ont plus de 00 salariés Etude GPEC/ERP0 CMAR-Mission SAP Lille Métropole Page sur

4 Concernant les prévisions de recrutement : Au vue des analyses des réponses, on peut constater que 8 structures sur les 9 ont un projet de recrutement sur le premier semestre 0. Toutefois on remarque des disparités dans les volumes d embauche, mais un recours quasi exclusif au CDI avec un volume horaire dépassant les 0h00 hebdomadaires. Répartition des structures en fonction du volume de recrutement Prévision des Nombre des recrutements structures concernées Moins de 5 8 Entre 5 et 9 Entre 0 et 0 Etude GPEC/ERP0 CMAR-Mission SAP Lille Métropole Page 4 sur

5 II Management et compétences 5 structures sur les 9 réalisent des réunions collectives pour leurs salariés, parmi elles, la moitié organisent ces réunions collectives au moins une fois par mois et les autres au moins une fois par semestre. structures sur les 9 réalisent les entretiens d évaluation annuels. Malgré les disparités de fréquence quant à la mise en place de réunions collectives on peut constater que cette pratique managériale est bien implantée au sein de ces structures tout comme l entretien d évaluation annuel. L absentéisme En ce qui concerne l absentéisme la majorité des structures interrogées déclarent rencontrer des problèmes d absentéisme. En effet dirigeants considèrent avoir des problèmes d absentéisme et parmi eux 7 le déclarent même comme «important». On constate en les questionnant sur le nombre de jours d absence moyen par an et par salarié que structures sur ont plus de 5 jours d absence. On peut noter que parmi elles déclarent même plus de 0 jours d absence. On remarque cependant que la représentation de l importance de l absentéisme par les employeurs n est pas automatiquement liée au nombre de jours d absence déclaré. En effet la moitié des structures déclarant plus de jours d absence en moyenne par an et par salarié ne considèrent pas cet absentéisme comme important. On peut faire l hypothèse que ces structures admettent ce niveaux d absentéisme comme inhérent à leur activité. REPRESENTATION DE L'ABSENTEISME PAR RAPPORT AU NOMBRE DE JOURS D'ABSENCE PAR AN ET PAR SALARIE 9 NOMBRE D'ENTREPRISE 8 7 NR -0Jours NOMBRE DE JOURS D'ABSENCE 5 4-5jours -0Jours NR -0Jours -5jours 0 Jours -0Jours 0 Jours -5jours 0 ABSENTEISME ABSENTEISME NORMAL PAS d'absenteisme REPRESENTATION DE L'ABSENTEISME Etude GPEC/ERP0 CMAR-Mission SAP Lille Métropole Page 5 sur

6 REPRESENTATION DE L ABSENTEISME SELON LA TAILLE DE L ENTREPRISE 9 NOMBRE D'ENTREPRISE 8 7 EFFECTIF PLUS DE 00 SALAIRES MOINS DE 0 SALARIES ENTRE 5 ET 00 SALARIES ENTRE ET 50 SALARIES ENTRE ET 50 ENTRE 0 ET 0 SALARIES 0 ABSENTEISME ABSENTEISME NORMAL PAS d'absenteisme REPRESENTATION DE L'ABSENTEISME On remarque par ailleurs que la représentation de l importance de l absentéisme est liée à la taille de la structure Des effets de palier sont observables, ainsi à nombre de jours d absence par an et par salarié égal les structures dont l effectif est compris entre et 00 salariés déclarent particulièrement souffrir de ce phénomène. Les structures soit plus petites, soit plus grandes. Semblent mieux supporter cette situation. En effet sur les structures déclarant plus de jours d absentéisme en moyenne et par an par salarié 8 ont des effectifs entre et 00 salariés. CROISEMENT TURN OVER- ABSENTEISME 5 4 ABSENTEISME TURN OVER Etude GPEC/ERP0 CMAR-Mission SAP Lille Métropole Page sur

7 Le Turn-over 5 dirigeants estiment que le Turn-over est important dans leur structure et parmi eux 8 le déclarent même comme très important. structures expriment également des problèmes d absentéisme cumulés au Turnover, et 5 d entre elles les considèrent tous les deux comme très importants. En croisant les informations, les structures ne réalisant ni réunions collectives ni les entretiens d évaluation annuels ont,5 fois plus de risques d être concernées par ces problèmes. Ainsi si l existence de ces pratiques ne semble pas être un rempart contre les phénomènes d absentéisme et de turn-over, leur absence les accentue. Le temps de déplacement Sur la base des déclarations des employeurs on peut définir un temps de transport moyen d une heure et 5 minutes avec une moyenne de 4 déplacements par jour. Ce qui nous permet de définir un temps moyen pour chaque déplacement d une durée légèrement inférieure à 0 minutes. On constate par ailleurs que 8 structures sur 9 déclarent plus d une heure et trente minutes de transport par jour et par salarié, et parmi elles, 5 déclarent que leurs intervenants consacrent plus de deux heures par jour aux déplacements. Tableau répartition nombre de déplacement/durée du déplacement Temps du déplacement Nombre de déplacements 4 5 TOTAL -5 mins Entre 5 et 0 mins 0 + de 0 mins TOTAL L évaluation des risques : Sur 9 structures 7 déclarent que les activités réalisées par leurs intervenants sont risquées, 9 évaluent le risque comme moyen et ne considèrent pas ces activités comme risquées. Les principaux risques identifiés : Ports de charges lourdes et de personnes : les 9 structures évaluent cette tâche comme risquée. Les déplacements sont évalués comme risqués par d entre elles Le risque de chute est considéré comme important par 7 structures ainsi que les risques liés à la manipulation de produits et aux outils nécessaires à la réalisation des tâches, et les risques liés à l empressement Enfin structures considèrent que le fait d intervenir seul au domicile des particuliers est une source de risques importante. Etude GPEC/ERP0 CMAR-Mission SAP Lille Métropole Page 7 sur

8 IDENTIFICATION DES PRINCIPAUX RISQUES Intervenir seul Risque de chute Manutention de produits L'empressement Les déplacements Port de charges Les précautions prises par les structures En matière de prévention individuelle des risques, les employeurs prennent les précautions suivantes : 8 structures proposent des gants à leurs intervenants 0 structures proposent des tabliers de travail 8 structures proposent des chaussures adaptées 5 structures proposent des protections respiratoires. 4 structures proposent un téléphone portable structures proposent des casques antibruit. Enfin structure propose des charlottes, solutions hydro-alcoolique et cartes de stationnement. Et en matière de prévention collective : Toutes les structures réalisent une visite médicale lors du recrutement d un nouveau salarié. 8 structures ont mis en place pour leurs salariés une formation aux premiers secours. 8 structures proposent à leurs salariés des réunions d échange sur les risques professionnels. structures mettent à la disposition de leurs salariés un guide des risques professionnels et une formation «hygiène, santé et sécurité». 4 structures proposent une formation à la Prévention des Risques liés à l'activité Physique (PRAP) 4 structures proposent une mutuelle/prévoyance à leurs salariés. Etude GPEC/ERP0 CMAR-Mission SAP Lille Métropole Page 8 sur

9 Les incidents et les accidents du travail salariés répartis sur structures ont été confrontés à un incident dans le cadre de leur travail et 45 salariés répartis sur 4 structures ont été exposés à un accident du travail. Si on se reporte à l ensemble des effectifs des structures interrogées dans le cadre de cette enquête on estime le risque d accident du travail à, % alors que celui-ci est évalué à,9% pour l ensemble des salariés du Nord Pars de Calais. On peut mettre en relief au travers des réponses des entreprises interrogées que les salariés sont principalement exposés à trois types d accidents du travail, la manutention de personnes, les chutes et les risques routiers. Concernant les maladies professionnelles, on observe qu elles résultent principalement des Troubles Musculo Squelettiques (TMS). On constate par ailleurs que les structures disposant de l agrément qualité sont plus confrontées à ce risque d accident du travail que les structures disposant de l agrément simple. Ce risque est accru de 5 % si on se reporte aux informations délivrées par les structures interrogées. Enfin trois cas de maladies professionnelles ont été déplorées par les employeurs et concerne exclusivement des troubles musculo-squelettiques (TMS). Les actions «sécurité» mises en place par les employeurs Les structures interrogées ont mis en place plusieurs actions visant à renforcer la sécurité de leurs salariés : 4 structures choisissent des produits qui comportent moins de risques pour la santé. structures s assurent de la conformité du matériel avant de l acheter. 9 structures proposent aux nouveaux salariés une formation à la sécurité. 4 structures réalisent une veille sur les nouveaux produits, machines du secteur des SAP. En ce qui concerne le contrôle des normes de sécurité : 8 structures s assurent que leurs salariés respectent les consignes de sécurité et portent les Equipement de Protection Individuelle (EPI). 8 structures déclarent avoir des difficultés de mise en place des consignes de sécurité, elles ont constaté les irrégularités suivantes : Non port des tenues, négligence de la part des salariés, résistance à l application des consignes, non utilisation du matériel mis à leur disposition, cette pratique est parfois à la demande des bénéficiaires de la prestation. On peut également évoquer la difficulté des structures de vérifier ces normes dans la mesure où les salariés interviennent seules au domicile des particuliers. un incident n entraîne pas une détérioration de la santé, des lésions, des dommages ou autre perte cf : http :// /Fiche_5_45_non_conf_V.pdf) événement imprévu entraînant la mort, une détérioration de la santé, des lésions, des dommages ou autre perte. Sources AT Etude GPEC/ERP0 CMAR-Mission SAP Lille Métropole Page 9 sur

10 L évaluation des risques professionnels Au moment de l étude les structures interrogées se situent à différentes étapes de la réalisation de leur évaluation des risques professionnels : structures sont au stade de suivi de l évaluation des risques professionnels, structures la mettent en place et n ont pas commencé cette démarche. Parmi les structures qui ont réalisé leur évaluation des risques professionnels l ont déjà réactualisée. Parmi les 5 structures qui ont initié cette démarche d évaluation des risques professionnels, on constate que d entre elles l ont réalisé seule, 4 l ont délégué à un collaborateur et l ont confié à un organisme extérieur. Par ailleurs par ces 5 structures 8 indiquent qu elles ont associé les salariés à cette démarche. On constate donc que les structures initient cette démarche quasiment exclusivement en interne. Par ailleurs en matière d évaluation des risques professionnels la majorité des entreprises ont réalisé une fiche d entreprise du Médecin du travail. En effet, structures sont concernées et parmi elles 5 affirment que cette fiche les a aidées dans leur réflexion sur l évaluation des risques professionnels. On notera également que 7 structures affirment que l ensemble de leurs salariés ont bénéficié d une visite médicale à l embauche et enfin 4 déclarent être à jour dans leurs visites médicales. La prévention des risques En matière de prévention des risques on peut observer que des structures interrogées ont réalisé leur document unique et sont au stade de suivi du document, sont au stade de la rédaction et ont entamé une réflexion sur la prévention des risques, seules structures n ont pas commencé cette démarche. Toutefois la mise en place d une procédure d évaluation des risques s est également concrétisée pour certaines structures par la mise en place d actions de préventions diverses : En effet, 9 structures ont mis en place des actions de prévention à partir de l évaluation des risques réalisée au préalable. Les actions présentées sont : mise à disposition d EPI (équipements de protection individuelle), de sensibilisation à la sécurité routière, mise en place de formations sur les gestes et postures, mise en place de groupes d échanges de pratiques, et de démarches ERP (évaluation des risques professionnels). Les améliorations en matière de prévention des risques ont été mise en place avec : les salariés pour 7 structures le médecin du travail pour 5 structures la CRAM pour structures la branche professionnelle pour structures la CMAR pour structure son propre réseau pour structures Etude GPEC/ERP0 CMAR-Mission SAP Lille Métropole Page 0 sur

11 L accompagnement des structures dans leurs démarches 9 structures souhaitent être accompagnées dans l actualisation ou la mise en œuvre du document unique et d entre elles souhaitent entamer une réflexion sur les risques psycho-sociaux spécifiques à leur activité. Enfin les employeurs ont exprimé leur intérêt pour les propositions de formation suivantes : structures souhaiteraient la mise en place d une formation sur les gestes et postures, 0 sur l approche du handicap, 0 sur la gestion du stress, 9 pour une initiation à la gérontologie, 9 à la formation sauveteur secouriste du travail, sur la psychologie infantile et sur le maniement des extincteurs. BESOINS EN FORMATION IDENTIFIES PAR LES STRUCTURES Gestes et postures Approche Handicap psychologie infantile initiation gérontologie gestion du stress maniement extincteurs sauveteur secouriste du travail CONCLUSION : Malgré le petit échantillon de structures sur lequel est basée cette étude, il est possible de dégager quelques grandes tendances en matière d évaluation et de prévention des risques professionnels dans le secteur des services à la personne. S il est possible d exploiter dès aujourd hui ces résultats pour initier quelques actions spécifiques répondant aux besoins exprimés par les structures, il semble également tout à fait pertinent d élargir et d approfondir l analyse sur un nombre plus significatif de structures et d affiner quelques pistes ébauchées dans cette étude. On pense notamment à l écart entre absentéisme réel et la perception du phénomène par les responsables des structures, ou bien encore aux difficultés posées en matière d exposition aux risques professionnels par la diversité des sites de travail inhérente à l intervention à domicile. Etude GPEC/ERP0 CMAR-Mission SAP Lille Métropole Page sur

ACCORD RELATIF A LA SANTE AU TRAVAIL DANS LE GROUPE SANOFI-AVENTIS EN FRANCE

ACCORD RELATIF A LA SANTE AU TRAVAIL DANS LE GROUPE SANOFI-AVENTIS EN FRANCE ACCORD RELATIF A LA SANTE AU TRAVAIL DANS LE GROUPE SANOFI-AVENTIS EN FRANCE PREAMBULE : La mise en œuvre de changements d organisation au sein du groupe sanofi-aventis, par nécessité d anticipation ou

Plus en détail

Le Progrès Continu... notre fixation! Communication sur le progrès. www.gris-decoupage.com. Communication sur le progrès 2008. www.unglobalcompact.

Le Progrès Continu... notre fixation! Communication sur le progrès. www.gris-decoupage.com. Communication sur le progrès 2008. www.unglobalcompact. Le Progrès Continu... notre fixation! Communication sur le progrès 2014 Communication sur le progrès 2008 www.gris-decoupage.com www.unglobalcompact.org Engagement de GRIS DECOUPAGE dans le Global Compact

Plus en détail

Journée d information «aide à domicile» Prévenir les risques. pour les salariés de l activité aide à la personne

Journée d information «aide à domicile» Prévenir les risques. pour les salariés de l activité aide à la personne Prévenir les risques professionnels pour les salariés de l activité aide à la personne OBJECTIFS Connaître la situation Accidents du Travail et Maladies Professionnelles de l activité dans le département

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI. 13 mars 2013

RAPPORT FINAL. Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI. 13 mars 2013 Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI RAPPORT FINAL 13 mars 2013 Version finale 13/03/2013 RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE ÉLECTRONIQUE 2 Introduction Le questionnaire diffusé par l ASMEP-ETI auprès

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS A.I.S.T.

CATALOGUE DES FORMATIONS A.I.S.T. CATALOGUE DES FORMATIONS A.I.S.T. Contact : Roland BONAL Tél. : 04 67 09 29 41 Fax : 04 67 09 29 49 E-mail : roland.bonal@aist-beziers.org 2 19 Avenue Jean Foucault Z.I Devèze 34 500 Béziers Sauveteur

Plus en détail

Formation et Conseil. Bilan de Compétences pour une personne en situation de handicap

Formation et Conseil. Bilan de Compétences pour une personne en situation de handicap Bilan de Compétences pour une personne en situation de handicap Sommaire Présentation de PIC FORMATION p 3 Le contexte de votre bilan de compétences p 4 Les objectifs p 5 Le déroulement p 6 Comment en

Plus en détail

La Médecine du Travail : Ses missions, les évolutions attendues

La Médecine du Travail : Ses missions, les évolutions attendues La Médecine du Travail : Ses missions, les évolutions attendues La prévention des risques professionnels EXPERTIS - Pôle Prévention 1 Membre de l association régionale des services de santé au travail

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3010 Convention collective nationale IDCC : 1978. FLEURISTES, VENTE ET SERVICES DES ANIMAUX FAMILIERS ACCORD DU

Plus en détail

Convention de partenariat Etat/OPPBTP. sur la prévention des risques professionnels

Convention de partenariat Etat/OPPBTP. sur la prévention des risques professionnels Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère délégué à l emploi, au travail et à l insertion professionnelle des jeunes Convention de partenariat Etat/OPPBTP sur la prévention

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 150 DU

Plus en détail

ACTIONS ET SENSIBILISATIONS

ACTIONS ET SENSIBILISATIONS SANTE TRAVAIL DROME VERCORS ACTIONS ET SENSIBILISATIONS Votre service de Sante au Travail Interentreprises vous accompagne dans la prevention des risques professionnels et l amelioration de vos conditions

Plus en détail

Cahier des charges pour un appel à proposition de formation

Cahier des charges pour un appel à proposition de formation Cahier des charges pour un appel à proposition de formation INTITULE DE LA FORMATION : «Formation-action d acteur prévention PRAP (Prévention des Risques liés à l Activité Physique)» Région : NORD / PAS

Plus en détail

REFERENCEMENT DE PRESTATAIRES POUR LE DEVELOPPEMENT DE L OFFRE DE SERVICES AUX SALARIES PERMANENTS

REFERENCEMENT DE PRESTATAIRES POUR LE DEVELOPPEMENT DE L OFFRE DE SERVICES AUX SALARIES PERMANENTS REFERENCEMENT DE PRESTATAIRES POUR LE DEVELOPPEMENT DE L OFFRE DE SERVICES AUX SALARIES PERMANENTS 1 Cahier des charges Le 24 février 2014 Préambule Le Fonds d'assurance Formation du Travail Temporaire

Plus en détail

agir à vos côtés Prestations individualisées aux entreprises

agir à vos côtés Prestations individualisées aux entreprises Prestations individualisées aux entreprises Vous adhérez à l AHI 33 une association d employeurs de la Gironde L AHI 33 est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901. Elle a été constituée

Plus en détail

La (construction) de la politique globale de Prévention des Risques Psycho-sociaux de Thales Alenia Space France

La (construction) de la politique globale de Prévention des Risques Psycho-sociaux de Thales Alenia Space France La (construction) de la politique globale de Prévention des Risques Psycho-sociaux de Thales Alenia Space France Participants: F. LEONARDI (RH, Référent RPS) et C.MASSINES (Secrétaire du CHSCT) 1 TAS France

Plus en détail

Près d'un établissement sur deux satisfait à l'obligation d'emploi de travailleurs handicapés

Près d'un établissement sur deux satisfait à l'obligation d'emploi de travailleurs handicapés n 58 novembre 2010 ISSN 1967-6158 Près d'un établissement sur deux satisfait à l'obligation d'emploi Données 2008 emploi formation insertion Franche-Comté La loi du 10 juillet 1987 relative à l obligation

Plus en détail

Bien-être au travail : comment implémenter concrètement une démarche QVT? Quelles sont les conditions de succès?

Bien-être au travail : comment implémenter concrètement une démarche QVT? Quelles sont les conditions de succès? Bien-être au travail : comment implémenter concrètement une démarche QVT? Quelles sont les conditions de succès? Cycle Innovation & Connaissance 81 petit déjeuner Stéphanie CHASSERIO, Professeure SKEMA

Plus en détail

BILAN DE L HYGIENE, DE LA SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL 2014

BILAN DE L HYGIENE, DE LA SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL 2014 BILAN DE L HYGIENE, DE LA SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL 2014 I PRESENTATION DE L ENTREPRISE 1.1 - IDENTIFICATION Raison Sociale : Immobilière Podeliha Adresse : 13 rue Bouché Thomas CS 10906 49009

Plus en détail

EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS Rappel réglementaire Le Code du travail impose à l employeur de : - Assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs (Art. L. 4121-1 C.

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 3 : La démarche compétence Chapitre 3 : La démarche compétence... 1 3.1. Les attentes des acteurs de la Démarche Compétence... 2 3.1.1 Les attentes de l entreprise... 2

Plus en détail

Formation en travail social - VAE

Formation en travail social - VAE ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE contexte de l intervention Les directeurs d établissements ou de services d intervention sociale orientent,

Plus en détail

Entretiens. Résultats statistiques de l année. Date de mise à jour 01/04/09. Nom de l établissement

Entretiens. Résultats statistiques de l année. Date de mise à jour 01/04/09. Nom de l établissement Gestion de la santé et de la sécurité au travail dans l entreprise Vingt thèmes pour évaluer votre niveau d organisation et l implication de votre personnel Nom de l établissement Date de mise à jour 01/04/09

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN TERMES DE SECURITE

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN TERMES DE SECURITE LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN TERMES DE SECURITE Contexte de la prévention des risques Crée le 5 novembre 2001 le Document Unique d Évaluation des Risques (DU) constitue le socle de la démarche de

Plus en détail

EXPLOITATION. X. XXXXX exploitante. conjoint collaborateur A. AAAA CDI. Z. ZZZZZ TESA oct.-10 nov.-10

EXPLOITATION. X. XXXXX exploitante. conjoint collaborateur A. AAAA CDI. Z. ZZZZZ TESA oct.-10 nov.-10 EPLOITATION EPLOITATION AGRICOLE EARL 72 DATE DE CRÉATION 1 juil. 10 MISE À JOUR 6 déc. 10. exploitante dates tâches si spécifiques travaux sur machines traitement Travailleurs permanents Y. YYYYY conjoint

Plus en détail

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013)

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) 1 «Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) ANALYSE DES RESULTATS : DOCUMENT DE TRAVAIL Enquête INJEP, réalisée en 2013 1 : questionnaire en ligne auprès de 130 répondants (dont

Plus en détail

note technique La santé et la sécurité au travail : Comment réussir l accueil des nouveaux embauchés? Prévention et Gestion des Risques Professionnels

note technique La santé et la sécurité au travail : Comment réussir l accueil des nouveaux embauchés? Prévention et Gestion des Risques Professionnels Prévention et Gestion des Risques Professionnels note technique La santé et la sécurité au travail : Comment réussir l accueil des nouveaux embauchés? CRAM Alsace-Moselle la ligne prévention Les préconisations

Plus en détail

Les enjeux de la prévention des risques professionnels

Les enjeux de la prévention des risques professionnels duerp le document unique d'évaluation des risques professionnels le duerp, une démarche qui vous concerne Les enjeux de la prévention des risques professionnels > Déterminer et recenser les unités de travail

Plus en détail

Enquête auprès des Adhérents de l AIST89 réalisée par l'ecole de Gestion et de Commerce de Sens. Synthèse des résultats

Enquête auprès des Adhérents de l AIST89 réalisée par l'ecole de Gestion et de Commerce de Sens. Synthèse des résultats 17 juin 2013 Enquête auprès des Adhérents de l AIST89 réalisée par l'ecole de Gestion et de Commerce de Sens Synthèse des résultats AIST89 17 bis avenue de la Puisaye CS 315 89005 AUXERRE - Tél. : 03 86

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3330 Convention collective nationale IDCC : 2526. ORGANISATIONS PROFESSIONNELLES DE L HABITAT SOCIAL ACCORD DU

Plus en détail

risques professionnels

risques professionnels 1 COMPRENDRE VOTRE OBLIGATION DE MISE EN PLACE DE LA GARANTIE FRAIS DE SANTE DANS 3 4 VOTRE ENTREPRISE 2 5 1. vous informe sur DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ Edition 2015 Votre salarié a l obligation

Plus en détail

La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF

La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF Le contexte du rapport Publié en février 2013, ce rapport est issu d une enquête par questionnaire, réalisée par

Plus en détail

DEMARCHE DE MARKETING SOCIAL

DEMARCHE DE MARKETING SOCIAL DEMARCHE DE MARKETING SOCIAL Etat des lieux et analyse réalisés par la Maison Départementale de l Emploi et du Développement Economique de la Vendée soutenue par la DDTEFP CONSTATS Au niveau national :

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE Des personnels chargés d une mission D Auxiliaire de Vie Scolaire Individuel

GUIDE PRATIQUE Des personnels chargés d une mission D Auxiliaire de Vie Scolaire Individuel GUIDE PRATIQUE Des personnels chargés d une mission D Auxiliaire de Vie Scolaire Individuel Sommaire - Préambule - Missions de l AVSI - Mise en œuvre de l accompagnement - Cadre de l emploi - Temps de

Plus en détail

CAHIER DE REVENDICATIONS INFIRMIERES ELABORE PAR LE SYNDICAT NATIONAL DES PROFESSIONNELS DE SANTE AU TRAVAIL :

CAHIER DE REVENDICATIONS INFIRMIERES ELABORE PAR LE SYNDICAT NATIONAL DES PROFESSIONNELS DE SANTE AU TRAVAIL : CAHIER DE REVENDICATIONS INFIRMIERES ELABORE PAR LE SYNDICAT NATIONAL DES PROFESSIONNELS DE SANTE AU TRAVAIL : Introduction : L IST 1 a pour mission générale la promotion de la santé au travail. Celle-ci

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATION

CATALOGUE DES FORMATION CATALOGUE DES FORMATION Secourisme, Prévention des risques et Incendies Conduire l évaluation des risques professionnels de son entreprise: établir son document unique - RP001 Connaître la législation

Plus en détail

EVALUATION DU RISQUE TMS DANS LE DOCUMENT UNIQUE : LIMITES ET ATOUTS POUR UNE PREVENTION GLOBALE

EVALUATION DU RISQUE TMS DANS LE DOCUMENT UNIQUE : LIMITES ET ATOUTS POUR UNE PREVENTION GLOBALE EVALUATION DU RISQUE TMS DANS LE DOCUMENT UNIQUE : LIMITES ET ATOUTS POUR UNE PREVENTION GLOBALE CAROLY SANDRINE (1) (1) PACTE-CRISTO- Université Pierre Mendès France- BP 47-38 040 Grenoble cedex 09 Résumé

Plus en détail

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH)

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) Délégation Midi-Pyrénées Handicap et vie professionnelle La loi du 11 février 2005 1 a renforcé les exigences vis-à-vis de l emploi des personnes en situation de handicap. Ainsi, les personnes reconnues

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE. Contexte de l intervention

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE. Contexte de l intervention ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE Contexte de l intervention Les directeurs d établissements ou de services d intervention sociale orientent,

Plus en détail

PENIBILITÉ AU TRAVAIL

PENIBILITÉ AU TRAVAIL PENIBILITÉ AU TRAVAIL La Loi La négociation collective La retraite anticipée Mise à jour 10.2012 Service de santé au travail de Cambrai Dr Patrice THOREZ 1 PENIBILITÉ AU TRAVAIL La loi Mise à jour 10.2012

Plus en détail

Quelle sensibilisation des apprentis à la Santé et Sécurité au Travail

Quelle sensibilisation des apprentis à la Santé et Sécurité au Travail Quelle sensibilisation des apprentis à la Santé et Sécurité au Travail durant leur formation initiale? Clotilde TUAILLON Enseignante en Prévention Santé Environnement (PSE) IMT, CFA Grenoble Secteur Auto

Plus en détail

Prévention des Risques Professionnels dans les EHPAD

Prévention des Risques Professionnels dans les EHPAD Conférencières : Prévention des Risques Professionnels dans les EHPAD Séverine TOMASELLI Ingénieur Prévention Delphine MEHDI Ingénieur Prévention Entre 2000 et 2040, le nombre de personnes âgées dépendantes

Plus en détail

ALERTE JURIDIQUE N 34 DU 17 juin 2014

ALERTE JURIDIQUE N 34 DU 17 juin 2014 ALERTE JURIDIQUE N 34 DU 17 juin 2014 Objet : travail à temps partiel dans la branche du sport Les partenaires sociaux de la branche du sport se sont mis d accord sur un aménagement conventionnel du droit

Plus en détail

ADP France. Pacte Mondial - Communication on Progress March, 2012. Entreprise ADP France Date Mars 2012. Adresse

ADP France. Pacte Mondial - Communication on Progress March, 2012. Entreprise ADP France Date Mars 2012. Adresse Pacte Mondial - Communication on Progress March, 2012 Entreprise ADP France Date Mars 2012 Adresse 31, rue Jules Quentin 92000 Nanterre Date d adhésion Février 2010 Pays France Nombre de collaborateurs

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER SUD GIRONDE

CENTRE HOSPITALIER SUD GIRONDE CENTRE HOSPITALIER SUD GIRONDE Démarche de prévention des risques professionnels Diagnostic sur l organisation du circuit linge Formation-action à l analyse ergonomique ENGAGEMENT DU CHSG Engagement du

Plus en détail

Prévention Risques Professionnels

Prévention Risques Professionnels Prévention Risques Professionnels Évaluation des risques professionnels Aide à la réalisation du Document Unique Aide à la réalisation du Document Unique 2 Objectifs Vous présenter le contexte de l évaluation

Plus en détail

19 mai Reims 27 mai Nancy 28 mai Epinal / Troyes 4 juin Chaumont 11 juin Charleville

19 mai Reims 27 mai Nancy 28 mai Epinal / Troyes 4 juin Chaumont 11 juin Charleville Matin de la prévention Programme TMS Pros Prévention des Troubles Musculo-Squelettiques 19 mai Reims 27 mai Nancy 28 mai Epinal / Troyes 4 juin Chaumont 11 juin Charleville Programme de la réunion 1 -

Plus en détail

Le risque TMS chez les intervenants à domicile

Le risque TMS chez les intervenants à domicile Le risque TMS chez les intervenants à domicile Quelques chiffres accident est dû aux manutentions manuelles Quelques chiffres + de 85% des maladies professionnelles sont des T.M.S. 5 tableaux de maladies

Plus en détail

Validation des acquis de l expérience Prestation d accompagnement des salariés CAHIER DES CHARGES

Validation des acquis de l expérience Prestation d accompagnement des salariés CAHIER DES CHARGES Validation des acquis de l expérience Prestation d accompagnement des salariés CAHIER DES CHARGES Fongecif Bretagne / Cahier des charges VAE page 1 /9 Mise à jour mai 2015 Préambule Le Fongecif Bretagne

Plus en détail

REFERENTIEL RESPONSABLE D'ATELIER

REFERENTIEL RESPONSABLE D'ATELIER REFERENTIEL RESPONSABLE D'ATELIER Référentiel métier RESPONSABLE ATELIER 1. Intitulé métier & autres appellations Responsable atelier Chef d atelier 2. Définition et description synthétique du métier Définition

Plus en détail

Baromètre 2013 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. Résultats du Volet "salariés-parents" 26 avril 2013

Baromètre 2013 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. Résultats du Volet salariés-parents 26 avril 2013 Baromètre 2013 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale Résultats du Volet "salariés-parents" 26 avril 2013 Sommaire Note technique 3 Synthèse des enseignements 4 Tableau de bord 6

Plus en détail

La GPEC, support de l action stratégique

La GPEC, support de l action stratégique La GPEC, support de l action stratégique Table des matières La GPEC, support de l action stratégique... 1 I. Qu est-ce que la GPEC?... 3 1. L émergence de la GPEC... 3 II. La démarche de la GPEC... 4 1.

Plus en détail

La prévention des risques professionnels dans le secteur de l aide et du soin à la personne

La prévention des risques professionnels dans le secteur de l aide et du soin à la personne Prévention des risques professionnels secteur de l aide à domicile La prévention des risques professionnels dans le secteur de l aide et du soin à la personne CARSAT Nord-Picardie Emmanuel DELECOURT Ingénieur

Plus en détail

Baromètre emploi-formation régional 2015

Baromètre emploi-formation régional 2015 Observatoire régional des métiers du sanitaire et du social Baromètre emploi-formation régional 2015 Professionnels de l intervention éducative octobre 2015 Activité : quelles sont les perspectives d évolution

Plus en détail

METTRE EN PLACE. une politique d emploi de personnes handicapées. Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014

METTRE EN PLACE. une politique d emploi de personnes handicapées. Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014 Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014 METTRE EN PLACE une politique d emploi de personnes handicapées Les bonnes questions à se poser Quelles démarches? Chiffres clés et témoignage L

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

Évaluation des risques

Évaluation des risques Évaluation des risques Alimentec 21/06/2012 Organisation de la prévention risques professionnels et santé au travail 79 ingénieurs et techniciens, 40 administratifs Organisation de la prévention Un organisme

Plus en détail

Le livre blanc des experts SVP

Le livre blanc des experts SVP Le document unique, 10 ans après : Quel bilan? Quelles perspectives? Le livre blanc des experts SVP Le document unique, 10 ans après : Quel bilan? Quelles perspectives? Les experts SVP sont quotidiennement

Plus en détail

L Aide au conseil à la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC)

L Aide au conseil à la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) Accompagnement des Ressources Humaines L Aide au conseil à la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) A - l aide à la préparation des entreprises à la GPEC (sensibilisation) B - l

Plus en détail

Baromètre emploi-formation régional 2015

Baromètre emploi-formation régional 2015 Observatoire régional des métiers du sanitaire et du social Baromètre emploi-formation régional 2015 Aides à domicile octobre 2015 Activité : quelles sont les perspectives d évolution pour les 3 ans à

Plus en détail

Ergonomie et risques psychosociaux

Ergonomie et risques psychosociaux Ergonomie et risques psychosociaux L ensemble des prestations couvertes par le pôle Ergonomie & psychosocial est assuré par Nathalie Feugeas, Technicienne en Ergonomie et Michelle Roche, Ergonome et Psychologue

Plus en détail

Entreprises de travail à façon de la viande. Document unique d évaluation des risques (DUER)

Entreprises de travail à façon de la viande. Document unique d évaluation des risques (DUER) Entreprises de travail à façon de la viande Document unique d évaluation des risques (DUER) La sécurité du personnel passe par une démarche d identification et d analyse des risques, puis de recherche

Plus en détail

La convention collective des entreprises: outil de structuration et de développement des services à la personne. Xavier DULIN 9 novembre 2011

La convention collective des entreprises: outil de structuration et de développement des services à la personne. Xavier DULIN 9 novembre 2011 La convention collective des entreprises: outil de structuration et de développement des services à la personne Xavier DULIN 9 novembre 2011 Objectifs de la CCN-SAP Deux objectifs majeurs : La reconnaissance

Plus en détail

Présentation du projet associatif

Présentation du projet associatif Présentation du projet associatif Notre projet associatif : une volonté politique, une longue démarche participative Face aux transformations profondes et rapides de la société française dans son ensemble

Plus en détail

TITRE I - Principes généraux (adhésion démission- radiation) TITRE II - Obligations réciproques de l AGEMETRA et de ses adhérents

TITRE I - Principes généraux (adhésion démission- radiation) TITRE II - Obligations réciproques de l AGEMETRA et de ses adhérents RÈGLEMENT INTÉRIEUR DES ADHÉRENTS (DECISION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 6 DECEMBRE 2012) Préambule Le présent règlement est établi en application de l article 14 des statuts. Il complète ce dernier

Plus en détail

Comprendre et articuler les différentes solutions d accompagnement partenaires du Chantier Présidentiel La France S engage

Comprendre et articuler les différentes solutions d accompagnement partenaires du Chantier Présidentiel La France S engage ADASI - Association de Développement de l Accompagnement à la Stratégie et à l Innovation de l intérêt général Comprendre et articuler les différentes solutions d accompagnement partenaires du Chantier

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. LES MATINÉES EMPLOYEURS 2014 Haute-Savoie. l Mardi 25 novembre 2014 CPAM de Haute-Savoie 2 rue Robert Schuman 74000 ANNECY

DOSSIER DE PRESSE. LES MATINÉES EMPLOYEURS 2014 Haute-Savoie. l Mardi 25 novembre 2014 CPAM de Haute-Savoie 2 rue Robert Schuman 74000 ANNECY DOSSIER DE PRESSE LES MATINÉES EMPLOYEURS 2014 Haute-Savoie l Mardi 25 novembre 2014 CPAM de Haute-Savoie 2 rue Robert Schuman 74000 ANNECY Le rendez-vous annuel des employeurs avec l Assurance Maladie

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION. Carsat Alsace-Moselle PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

OFFRE DE FORMATION. Carsat Alsace-Moselle PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Carsat Alsace Moselle OFFRE DE FORMATION 2014 La Carsat Alsace Moselle accompagne depuis de nombreuses années les entreprises dans le domaine de la formation à la

Plus en détail

Pour une politique de prévention des risques psychosociaux

Pour une politique de prévention des risques psychosociaux Note de la CSL Pour une politique de prévention des risques psychosociaux Luxembourg, le 25.05.2016 1/6 Situation actuelle et constats : Les pays européens assistent depuis une quinzaine d années à une

Plus en détail

LES CONDITIONS D EMPLOI DANS UN GE

LES CONDITIONS D EMPLOI DANS UN GE LES CONDITIONS D EMPLOI DANS UN GE Le GE doit avant tout être considéré comme un employeur comme les autres pour lequel les règles du droit commun et conventionnelles s appliquent pleinement. Toutefois,

Plus en détail

Le Comité d entreprise (CE) et le Comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le Comité d entreprise (CE) et le Comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Les acteurs du handicap Fiche 11 Le Comité d entreprise (CE) et le Comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le Comité d entreprise LeCEestconsultésurlesmesuresprisesenvuedefaciliterlamiseoularemiseautravaildesaccidentésdutravail

Plus en détail

POLITIQUE Hygiène, Sécurité, environnement HSE

POLITIQUE Hygiène, Sécurité, environnement HSE POLITIQUE Hygiène, Sécurité, environnement HSE La politique HSe de tdf repose sur l identification et la qualification en amont des risques associés à son activité, la focalisation sur les dangers à haut

Plus en détail

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3 e Ofiv Observatoire des Formations, de l Insertion et de la Vie Etudiante Juillet 2015 n 56 Étude Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3 Présentation de l étude

Plus en détail

FLASHur... L emploi dans la filière équine. en Basse-Normandie. Ressources sur l emploi, la formation et les métiers

FLASHur... L emploi dans la filière équine. en Basse-Normandie. Ressources sur l emploi, la formation et les métiers FLASHur... L emploi dans la filière équine en Basse-Normandie 2009 Ressources sur l emploi, la formation et les métiers S o m m a i r e Etat des lieux de la filière équine page 2 Résultats de l enquête

Plus en détail

Handicap et emploi : qu en pensent les Français?

Handicap et emploi : qu en pensent les Français? Etude CSA pour CED* Handicap et emploi : qu en pensent les Français? Plus de 4 Français sur 5 se disent à l aise à l idée de travailler aux côtés d une personne en situation de handicap Le 25 septembre

Plus en détail

Cahier des charges pour un appel à propositions

Cahier des charges pour un appel à propositions Cahier des charges pour un appel à propositions Mise en concurrence pour : Une intervention pédagogique en formation expérimentale auprès de l organisme de formation pilote Familles Rurales fédération

Plus en détail

Appel à projets d économie sociale et solidaire «Structurer et augmenter les temps de travail des intervenants du secteur des services à la personne».

Appel à projets d économie sociale et solidaire «Structurer et augmenter les temps de travail des intervenants du secteur des services à la personne». Appel à projets d économie sociale et solidaire «Structurer et augmenter les temps de travail des intervenants du secteur des services à la personne». Contexte de l appel à projets Quelques caractéristiques

Plus en détail

Grille d évaluation des conditions de travail des tuteurs à distance

Grille d évaluation des conditions de travail des tuteurs à distance Grille d évaluation des conditions de travail des tuteurs à distance Version 2.0 février 2006 Sylvie Boulenger, Sylvie Dalbin, Jacques Rodet Jacques Rodet Initiateur et facilitateur de t@d http://jacques.rodet.free.fr

Plus en détail

Introduction. 1 Présentation du commanditaire. 2 Positionnement de l appel d offres

Introduction. 1 Présentation du commanditaire. 2 Positionnement de l appel d offres Appel d offres national Cahier des charges des prestations de prévention des risques psychosociaux : Diagnostic et Accompagnement à la mise en œuvre d un plan d actions préventif Introduction Commanditaire

Plus en détail

REFERENTIEL INTERMINISTERIEL

REFERENTIEL INTERMINISTERIEL Annexe 2 : Référentiel de formation assistant/conseiller de prévention REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DE L ASSISTANT DE PREVENTION ET DU CONSEILLER DE PREVENTION (DOCUMENT DE BASE : FICHE RIME 2006 : CHARGE

Plus en détail

ACCORD-CADRE NATIONAL D ENGAGEMENT DE DEVELOPPEMENT DE L EMPLOI ET DES COMPETENCES POUR L AUTONOMIE (2014-2016)

ACCORD-CADRE NATIONAL D ENGAGEMENT DE DEVELOPPEMENT DE L EMPLOI ET DES COMPETENCES POUR L AUTONOMIE (2014-2016) ACCORD-CADRE NATIONAL D ENGAGEMENT DE DEVELOPPEMENT DE L EMPLOI ET DES COMPETENCES POUR L AUTONOMIE (2014-2016) Exposé des motifs En France, les personnes âgées de 60 ans et plus, au nombre de 15 millions

Plus en détail

PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION

PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION Introduction Dans la recherche de développement de l association, la création d une nouvelle section est une des solutions

Plus en détail

ANALYSE DES BESOINS EN FORMATION PROFESSIONNELS TERRITORIAUX

ANALYSE DES BESOINS EN FORMATION PROFESSIONNELS TERRITORIAUX ANALYSE DES BESOINS EN FORMATION PROFESSIONNELS TERRITORIAUX RAPPORT DE L ALLIANCE LOCALE DE COMPETENCES ET DE FORMATIONS AVEC LA PARTICIPATION DE : - L AGEFOS PME, - L OPCALIA PICARDIE, - LA MEF DE SENLIS,

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2014. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2014. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2014 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI La loi fi xe à tout établissement privé ou public d au moins 20 salariés une obligation d emploi de personnes handicapées

Plus en détail

Partie 01 - L organisation de la sécurité et des conditions de travail dans l entreprise ou la collectivité

Partie 01 - L organisation de la sécurité et des conditions de travail dans l entreprise ou la collectivité Partie 01 - L organisation de la sécurité et des conditions de travail dans l entreprise ou la collectivité 1. Les acteurs au sein de l entreprise ou la collectivité Les prérogatives des DP en santé-sécurité

Plus en détail

FICHE 4 METIER, FONCTIONS ET ACTIVITES VISE(ES)

FICHE 4 METIER, FONCTIONS ET ACTIVITES VISE(ES) FICHE 4 METIER, FONCTIONS ET ACTIVITES VISE(ES) 1) Désignation du métier et des fonctions Responsable d'études et de travaux en Hygiène Sécurité et Conditions de Travail. Au sein des établissements du

Plus en détail

FORMATIONS CERTIFIANTES SIRH

FORMATIONS CERTIFIANTES SIRH FORMATIONS CERTIFIANTES SIRH PRÉSENTATION DÉTAILLÉE DES MODULES ORGANISATION La formation en management SIRH, composée de 7 modules de 1 à 5 jours, s appuie sur une double approche pédagogique : un enseignement

Plus en détail

Fiche emploi-cible REN. Directeur/trice de structure associative d Education à l Environnement. Cette fiche emploi-cible a pour objectif :

Fiche emploi-cible REN. Directeur/trice de structure associative d Education à l Environnement. Cette fiche emploi-cible a pour objectif : Fiche emploi-cible REN Réseau Réseau école école et Nature et Nature L éducation à à l environnement pour comprendre pour comprendre le monde, le monde, Réseau école et Nature agir agir et vivre et vivre

Plus en détail

OBLIGATION DE SECURITE DE RESULTAT RISQUES PROFESSIONNELS RISQUES PSYCHOSOCIAUX ASSISTANCE IPRP FORMATION

OBLIGATION DE SECURITE DE RESULTAT RISQUES PROFESSIONNELS RISQUES PSYCHOSOCIAUX ASSISTANCE IPRP FORMATION OBLIGATION DE SECURITE DE RESULTAT PSYCHOSOCIAUX PROFESSIONNELS ASSISTANCE IPRP FORMATION Contact : (33) 6.18.70.97.50 iprp@praxidos.com www.praxidos.com OBLIGATION DE SECURITE DE RESULTAT DE L EMPLOYEUR

Plus en détail

Branche Aide à domicile - Rapport de branche 2014

Branche Aide à domicile - Rapport de branche 2014 Branche Aide à domicile - Rapport de branche 2014 QUESTIONNAIRE A RETOURNER AVANT LE 15 MARS 2014 3 possibilités de réponse : 1. Par courrier, grâce à l enveloppe T ci-jointe adressée à Infraforces Rapport

Plus en détail

27. Indicateurs dans le cadre de la loi NRE

27. Indicateurs dans le cadre de la loi NRE 27. Indicateurs dans le cadre de la loi NRE Les indicateurs ci-après peuvent correspondre à des périmètres variables que nous avons précisés pour chacun d entre eux. Les informations sociales proviennent

Plus en détail

Enquête Mercer Risque dépendance Résultats 2015

Enquête Mercer Risque dépendance Résultats 2015 Enquête Mercer Risque dépendance Résultats 2015 Février 2015 Paris - La Défense Sommaire Contacts Mercer Eléments de contexte Méthodologie Profil des entreprises participantes à l enquête Synthèse des

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de fabrication des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de fabrication des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de fabrication des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien

Plus en détail

Je suis Assistant de prévention dans ma collectivité : quelles actions mettre en place?

Je suis Assistant de prévention dans ma collectivité : quelles actions mettre en place? Je suis Assistant de prévention dans ma collectivité : quelles actions mettre en place? Quel est le rôle et le positionnement de l Assistant de Prévention? L Assistant de Prévention assiste et conseille

Plus en détail

BTS SERVICES ET PRESTATIONS DES SECTEURS SANITAIRE ET SOCIAL TECHNIQUES PROFESSIONNELLES - U5

BTS SERVICES ET PRESTATIONS DES SECTEURS SANITAIRE ET SOCIAL TECHNIQUES PROFESSIONNELLES - U5 BTS SERVICES ET PRESTATIONS DES SECTEURS SANITAIRE ET SOCIAL TECHNIQUES PROFESSIONNELLES - U5 SESSION 2013 Durée : 5 heures Coefficient : 8 Chaque candidat utilise : un poste bureautique avec une suite

Plus en détail

Programme des formations 2015

Programme des formations 2015 Programme des formations 2015 Intervenant(e)s et encadrant(e)s des services à domicile est la plateforme des services à la personne du département de la Seine-Saint-Denis. Elle regroupe 92 structures (associations,

Plus en détail