Démonteur ou démonteuse de véhicules routiers. Rapport d analyse de profession

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Démonteur ou démonteuse de véhicules routiers. Rapport d analyse de profession"

Transcription

1 Démonteur ou démonteuse de véhicules routiers Rapport d analyse de profession

2 COMITÉ SECTORIEL DE MAIN-D ŒUVRE DES SERVICES AUTOMOBILES DÉMONTEUR OU DÉMONTEUSE DE VÉHICULES ROUTIERS CNP 7445 : autres réparateurs/réparatrices et préposés/préposées à l entretien RAPPORT D ANALYSE DE PROFESSION Novembre 2012

3 Équipe de production L analyse de la profession de démonteur ou démonteuse de véhicules routiers a été effectuée sous la responsabilité des personnes suivantes : Gestion du projet Danielle Le Chasseur Directrice générale Comité sectoriel de main-d œuvre des services automobiles (CSMO-Auto) Johanne Dubé Chargée de projet Communication Comité sectoriel de main-d œuvre des services automobiles (CSMO-Auto) Recherches, animation de l atelier et rédaction du rapport Jean-Pierre Charest Consultant Jean-Pierre Charest, services-conseil Secrétaire de l atelier Lise Marcotte Consultante Spécialiste des risques à la santé et à la sécurité au travail Rédaction de l annexe Martine Charette Conseillère en hygiène industrielle Auto Prévention Association sectorielle services automobiles Révision linguistique Martine Grenier, Communication rédaction Conception graphique David Jutras, Duo énergie Graphique Cette analyse a été réalisée grâce à une aide financière de la Commission des partenaires du marché du travail. ii

4 Remerciements L élaboration de ce rapport a été rendue possible grâce à la collaboration des participants et des participantes à l atelier d analyse de la profession tenu à Boucherville les 1 er et 2 novembre 2012, des spécialistes de la profession rencontrés dans le cadre d entrevues préparatoires, ainsi que des membres du comité de projet. Le Comité sectoriel de main-d œuvre des services automobiles tient à remercier toutes ces personnes pour leur précieuse contribution. Comité de projet Johanne Dubé Chargée de projet Communication Comité sectoriel de main-d œuvre des services automobiles Danielle Le Chasseur Directrice générale Comité sectoriel de main-d œuvre des services automobiles Jean-Pierre Charest Consultant Jean-Pierre Charest, services-conseil Roger Goudreau Directeur général Comité paritaire de l industrie des services automobiles Stéphane Gravel Propriétaire Gravel recyclage automobiles inc. Simon Matte Président-directeur général Association des recycleurs de pièces d autos et de camions ARPAC Éric St-Pierre Directeur des ressources humaines LKQ Canada Spécialistes rencontrés dans le cadre d entrevues préparatoires Éric St-Pierre Directeur des ressources humaines LKQ Canada Claude Carrière Démonteur LKQ Lecavalier Sainte-Sophie Stéphane Gravel Propriétaire Gravel recyclage automobiles inc. Sainte-Sophie et Blainville Sylvain Ranger Gérant Gravel recyclage automobiles inc. Sainte-Sophie Mylène Dalpé Directrice département Lussier Centre du Camion ltée Sainte-Julie-de-Verchères iii

5 Spécialistes de la profession ayant participé à l atelier d analyse de la profession Priscilla Aubry Garage Aubry Saint-Nazaire-d Acton (Montérégie) Donald Coalier Pièces d auto Magnet inc. Saint-Urbain (Montérégie) Éric Pelletier LKQ Pintendre Autos Pintendre (Chaudière-Appalaches) Alexandre Allie Brassard pièces d auto inc. Saint-Amable (Montérégie) Michel Boies Pièces d auto St-Mathieu inc. Saint-Mathieu-De-Beloeil (Montérégie) Stéphane Carrière Recyclage auto Gravel Sainte-Sophie (Laurentides) Michel Chaput Pièces d auto Skiberine inc. Valcourt (Estrie) Jocelyn Giguère Pièces d autos Fernand Bégin Saint-Philibert (Chaudière- Appalaches) Simon Labelle Pièces d auto Ste-Monique inc. Saint-Eustache (Laurentides) Gérard Léonard Auto Pièces Pat inc. Saint-Hubert (Montérégie) Luc Mayer LKQ Lecavalier Sainte-Sophie (Laurentides) Pat Rivard Recyclage 007 Saint-Valérien-de-Milton (Montérégie) Patrick Turcotte Centre de recyclage St-Bruno inc. Saint-Bruno (Montérégie) Observateurs et observatrices à l atelier Suzanne Bibeau Conseillère Direction du développement des compétences et de l intervention sectorielle (DDCIS) Commission des partenaires du marché du travail (CPMT) Stéphane Gravel Propriétaire Gravel recyclage automobiles inc. Simon Matte Président-directeur général Association des recycleurs de pièces d autos et de camions ARPAC André Royer Chargé de projets Direction des programmes et de la veille sectorielle Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) Martine Charette Conseillère en hygiène industrielle Auto Prévention Association sectorielle services automobiles Danielle Le Chasseur Directrice générale Comité sectoriel de main-d œuvre des services automobiles Fanie Parent Coordonnatrice à la formation Comité sectoriel de main-d œuvre des services automobiles Éric St-Pierre Directeur des ressources humaines LKQ Canada Dominique Bousquet Directeur adjoint en carrosserie École des métiers de l équipement motorisé de Montréal iv

6 Table des matières GLOSSAIRE... VI INTRODUCTION CARACTÉRISTIQUES SIGNIFICATIVES DE LA PROFESSION DÉFINITION DE LA PROFESSION SECTEURS D EMPLOI APPELLATIONS D EMPLOI NIVEAUX D EXERCICE RECONNUS NATURE DU TRAVAIL LOIS ET RÈGLEMENTS CONDITIONS DE TRAVAIL ORGANISATION DU TRAVAIL ET RESPONSABILITÉS PERSPECTIVES D EMPLOI ET DE CARRIÈRE CHANGEMENTS À VENIR DANS LA PROFESSION ANALYSE DES TÂCHES TABLEAU DES TÂCHES ET DES OPÉRATIONS DESCRIPTION DES OPÉRATIONS ET DES SOUS-OPÉRATIONS DESCRIPTION DES CONDITIONS ET DES EXIGENCES DE RÉALISATION DÉFINITION DES FONCTIONS DONNÉES QUANTITATIVES SUR LES TÂCHES FRÉQUENCE DES TÂCHES TEMPS DE TRAVAIL CONSACRÉ AUX TÂCHES DIFFICULTÉ DES TÂCHES IMPORTANCE DES TÂCHES CONNAISSANCES, HABILETÉS ET COMPORTEMENTS SOCIOAFFECTIFS CONNAISSANCES HABILETÉS COGNITIVES HABILETÉS MOTRICES ET KINESTHÉSIQUES HABILETÉS PERCEPTIVES COMPORTEMENTS SOCIOAFFECTIFS BIBLIOGRAPHIE ANNEXE v

7 Glossaire 1 Analyse de la profession L analyse de la profession a pour objet de faire le portrait le plus complet possible du plein exercice d une profession. Elle consiste principalement en une description des caractéristiques de la profession, des tâches et des opérations accompagnée de leurs conditions et exigences de réalisation, de même qu en une identification des fonctions, des connaissances, des habiletés et des comportements socioaffectifs requis. Deux formules peuvent être utilisées : la nouvelle analyse qui vise la création de la source d information initiale et l actualisation d une analyse qui est la révision de cette information. Comportements socioaffectifs Les comportements socioaffectifs sont la manière d agir, de réagir et d entrer en relation avec les autres. Ils traduisent des attitudes et sont liés à des valeurs personnelles ou professionnelles. Conditions de réalisation de la tâche Les conditions de réalisation sont les modalités et les circonstances qui ont un effet déterminant sur la réalisation de la tâche et illustrent notamment l environnement de travail, les risques pour la santé et la sécurité du travail, l équipement, le matériel et les ouvrages de référence utilisés pour accomplir la tâche. Connaissances Les connaissances sont des notions et des concepts relatifs aux sciences, aux arts, ainsi qu aux lois et règlements, aux technologies et aux techniques nécessaires dans l exercice de la profession. Exigences de réalisation de la tâche Les exigences de réalisation sont les exigences établies pour que la tâche soit réalisée de façon satisfaisante. Fonction Une fonction est un ensemble de tâches liées entre elles. Elle est définie par les résultats du travail. 1. Source : Cadre de référence et instrumentation pour l analyse d une profession vi

8 Habiletés cognitives Les habiletés cognitives ont trait aux stratégies intellectuelles utilisées dans l exercice de la profession. Habiletés motrices et kinesthésiques Les habiletés motrices et kinesthésiques ont trait à l exécution et au contrôle de gestes et de mouvements. Habiletés perceptives Les habiletés perceptives sont des capacités sensorielles qui permettent à une personne d être consciente, par les sens, de ce qui se passe dans son environnement. Niveaux d exercice de la profession Les niveaux d exercice de la profession correspondent à des degrés de complexité dans l exercice de la profession. Opérations Les opérations sont les actions qui décrivent les étapes de réalisation d une tâche et permettent d établir la façon d atteindre un résultat. Elles sont rattachées à une tâche et liées entre elles. Plein exercice de la profession Le plein exercice de la profession correspond à l exécution des tâches de la profession de façon autonome et à un niveau de maîtrise commun à la plupart des personnes exerçant cette profession. Profession La profession correspond à tout type de travail déterminé, manuel ou non, effectué pour le compte d un employeur ou pour son propre compte, et dont on peut tirer ses moyens d existence. Dans ce document, le mot «profession» possède un caractère générique et recouvre l ensemble des acceptions habituellement utilisées : métier, poste, emploi. Résultats du travail Les résultats du travail sont un produit, un service ou une décision. Sous-opérations Les sous-opérations sont les actions qui précisent les opérations et permettent d illustrer les détails du travail, notamment des méthodes et des techniques. vii

9 Tâches Les tâches sont les actions qui correspondent aux principales activités de l exercice de la profession. Une tâche est structurée, autonome et observable. Elle a un début déterminé et une fin précise. Dans l exercice de la profession, qu il s agisse d un produit, d un service ou d une décision, le résultat des tâches doit présenter une utilité particulière et significative. viii

10 Introduction Le présent rapport d analyse de la profession porte sur la pratique du métier de démonteur ou démonteuse de véhicules routiers qui s exerce dans le secteur des services automobiles. Il a été produit à partir de la méthodologie décrite dans le Cadre de référence et instrumentation pour l analyse d une profession publié par le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) et la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT) du ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale (MESS). Objectifs de l analyse Le but de l analyse de la profession est de dresser le portrait le plus complet possible du plein exercice du métier en colligeant les informations les plus pertinentes et les plus complètes le concernant. Concrètement, il s agit de décrire les éléments suivants : 1. Le contexte organisationnel dans lequel s exerce cette profession. 2. Les tâches, les opérations et les sous-opérations du métier. 3. Les conditions et les exigences de réalisation de chaque tâche. 4. Les connaissances, habiletés et comportements socioaffectifs nécessaires à l accomplissement du travail. Une fois produite, une telle analyse peut servir de cadre de référence pour l établissement de différents outils de gestion et de formation tels qu un profil de compétences, une norme professionnelle, un programme d enseignement dans un établissement scolaire ou un programme d apprentissage en milieu de travail. Méthodologie L analyse de la profession a été réalisée selon les étapes suivantes : 1. Visite de deux recycleurs situés à Sainte-Sophie, dans les Laurentides, pour comprendre le travail des spécialistes du métier. 2. Rencontre du comité de projet pour concevoir une définition du métier et déterminer ses frontières. 3. Rencontre avec trois spécialistes du métier pour colliger des informations de base sur le métier. 4. Entrevue téléphonique avec une spécialiste du démontage de camions lourds pour confirmer qu il ne s agit pas du même métier. 1

11 5. Atelier d analyse de la profession tenu sur deux journées consécutives, où se sont réunis des démonteurs ou démonteuses de véhicules routiers ainsi que des chefs d équipe qui, en plus d exercer un rôle de supervision, exercent cette profession dans leur entreprise. Ces personnes ont accompli les tâches suivantes : 5.1. Valider une proposition de définition du métier Répondre à des questions sur le contexte général du métier Établir un tableau des tâches, opérations et sous-opérations Préciser les conditions et exigences de réalisation de chaque tâche Répondre à un questionnaire quantitatif sur les tâches du métier Décrire les connaissances, habiletés et comportements socioaffectifs nécessaires à l accomplissement du travail. Critères d échantillonnage des spécialistes du métier Au total, treize spécialistes du métier ont participé à l atelier d analyse de la profession. Tous ont déclaré exercer la profession de démonteur ou démonteuse de véhicules routiers. Le groupe de treize spécialistes présentait les caractéristiques suivantes : Six spécialistes exerçaient un rôle de supervision auprès d autres employés. Les treize spécialistes provenaient de quatre régions administratives du Québec, comme le démontre le tableau suivant : Région Nombre de spécialistes 05 Estrie 1 12 Chaudière-Appalaches 2 15 Laurentides 3 16 Montérégie 7 Un seul spécialiste travaillait dans une entreprise syndiquée. Une spécialiste était de sexe féminin. Toutes les personnes présentes, sauf deux, travaillaient dans des entreprises membres de l ARPAC (l Association des recycleurs de pièces d autos et de camions). Deux des spécialistes travaillaient dans deux établissements différents d une même grande entreprise. Les autres travaillaient pour de petites entreprises de 10 à 15 employés ou employées en moyenne. Tous les spécialistes présents à l atelier, ainsi que ceux rencontrés dans le cadre des entrevues exploratoires, ont été invités à valider le rapport d analyse de la profession. 2

12 1 Caractéristiques significatives de la profession 1.1 Définition du métier Le démonteur ou la démonteuse de véhicules routiers effectue le démantèlement sécuritaire et écologique de véhicules hors d usage (VHU) tels que des automobiles ou des camions légers accidentés ou en fin de vie, pour en recycler leurs composants et en retirer le maximum de valeur. Son travail consiste à désassembler avec soin les différentes parties des véhicules pour la revente ou la remise à neuf de pièces, et à récupérer les fluides et les matières résiduelles dans le respect des normes environnementales (p. ex. : essence, huiles, gaz réfrigérant, lave-glace, métal, mercure, plastiques). À partir d une liste de pièces à récupérer, fournie par l entreprise, pour chacun des véhicules, et en tenant compte de son évaluation de l état du véhicule et des pièces, il ou elle organise ses tâches de façon à rentabiliser au maximum son travail. Une fois les pièces récupérées, il ou elle en contrôle la qualité, les nettoie au besoin et en indique la nature à l aide d un système d étiquetage en vue de leur stockage ou de leur expédition. Afin de délimiter les frontières du métier, il importe de préciser les caractéristiques suivantes : Sauf exception, le démonteur ou la démonteuse n effectue pas l identification précise des pièces ou de leur équivalent (code d interchange), leur évaluation marchande, ainsi que le choix des pièces à récupérer sur un véhicule. Ce travail est généralement confié à un service d évaluation ou de codage au sein de l entreprise. C est d ailleurs à ce service que revient le soin de préparer les feuilles de travail (directives) que devra suivre le démonteur ou la démonteuse. La personne qui exerce ce métier ne fait pas de réparation de pièces ou de remise en condition d un véhicule. Cependant, elle doit connaître les bases de la mécanique et de la carrosserie pour récupérer adéquatement les pièces, et ainsi faciliter le travail de ceux et celles qui les réutiliseront. Ne font pas partie de cette définition les personnes qui font la gestion des stocks, la vente de pièces et l expédition de pièces. Sont également exclues les personnes qui effectuent le démantèlement des véhicules routiers lourds (camions) et des véhicules spécialisés (p. ex. : machinerie agricole ou de foresterie). Sauf exception, le déplacement des carcasses de véhicule, de même que celui des pièces vers les lieux de stockage, ne fait pas partie des responsabilités du démonteur ou de la démonteuse. Par contre, l aide-démonteur ou l aide-démonteuse, ou encore le ou la commis de cour qui décontamine le véhicule, désassemble une pièce particulière directement sur une carcasse entreposée pour une vente rapide, ou lave des pièces, est inclus dans cette définition. 3

13 1.2 Secteurs d emploi Les personnes qui exercent ce métier travaillent pour des entreprises spécialisées dans le recyclage de véhicules. Toutes ces entreprises font partie du sous-secteur Grossistes-distributeurs de pièces et d accessoires d occasion pour véhicules automobiles (SCIAN ). 1.3 Appellations d emploi Le code de la Classification nationale des professions (CNP) relatif au métier de démonteur ou démonteuse de véhicules routiers est le CNP 7445 : autres réparateurs/réparatrices et préposés/préposées à l entretien. Il ne s agit donc pas d un métier reconnu pour ce qu il est véritablement puisqu il fait partie d un groupe de base comprenant des métiers non classés ailleurs, et dont le but consiste à réparer et à entretenir divers produits tels que des caméras, des bascules, des instruments de musique, des machines distributrices et d autres produits et équipements divers. Les autres appellations connues du métier de démonteur ou démonteuse de véhicules sont : Démanteleur ou démanteleuse d automobiles; Commis de cour; Aide-démonteur ou aide-démonteuse. Les spécialistes du métier considèrent que, même si les termes de démanteleur ou de démanteleuse sont utilisés dans certains documents officiels, l appellation communément utilisée dans le milieu du recyclage est sans équivoque démonteur ou démonteuse. Au final, l appellation : démonteur ou démonteuse de véhicules routiers a été choisi à l unanimité pour désigner leur métier. 1.4 Niveaux d exercice reconnus L analyse de la profession de démonteur ou démonteuse de véhicules a été effectuée sur la base du plein exercice. Cette section vise à vérifier, à l aide d indicateurs, si la profession comporte d autres niveaux d exercice, notamment un seuil d entrée et de spécialisation. 1. Selon Statistique Canada, ce groupe comprend les établissements dont l'activité principale consiste à démonter des automobiles et à vendre en gros ou au détail des pièces et des accessoires d'occasion pour véhicules automobiles. Généralement, ces établissements vendent aussi des automobiles démontées aux ferrailleurs. Ce groupe exclut les établissements qui font la remise à neuf de pièces ou le compactage des carcasses pour le recyclage du métal. 4

14 Les niveaux d exercice du métier correspondent à des degrés de complexité. Ils rendent compte des besoins du marché du travail en matière d employabilité ou de spécialisation. Les indicateurs de niveau d exercice d une profession sont généralement les suivants : la réglementation, l exécution d autres tâches, le degré d autonomie, le type de responsabilités et le rendement. En ce qui concerne le métier de démonteur ou démonteuse de véhicules, le type de responsabilités assumées permet de distinguer deux niveaux d exercice : les apprentis ou apprenties, à qui les tâches de plus en plus complexes sont confiées à mesure qu ils ou elles progressent dans leur maîtrise du métier, et les démonteurs ou démonteuses en plein exercice. Dans les plus grandes entreprises pouvant se permettre de spécialiser les tâches, il existe un niveau d exercice basé sur l exécution d autres tâches, soit l aide-démonteur ou l aidedémonteuse, ou encore le ou la commis de cour. Cette personne peut avoir à «décontaminer» le véhicule (enlever tout produit ou élément dangereux pour les personnes ou pour l environnement, par exemple le mercure ou les sacs gonflables). Elle peut désassembler, pour une vente rapide, une pièce particulière directement sur une carcasse entreposée. Elle peut finir de démonter le groupe motopropulseur une fois retiré du véhicule, et le préparer pour l entreposage et l expédition. Elle peut également laver des pièces. 1.5 Nature du travail Résultats du travail Le travail du démonteur ou de la démonteuse de véhicules routiers vise essentiellement à récupérer des pièces, des matériaux bruts et des fluides sur des véhicules hors d usage (VHU), et ce, principalement pour la revente, mais aussi pour une préservation responsable de l environnement. Lieux de travail Le démonteur ou la démonteuse de véhicules routiers exerce son métier dans un atelier de mécanique ou un garage spécialement équipé et organisé pour ce genre de travail. À l occasion, le démontage peut être effectué dans la cour où sont entreposés les véhicules. L espace de travail peut varier d une entreprise à l autre, mais aucun spécialiste du métier ne le juge trop vaste ou trop étroit. Comme dans tout atelier de mécanique, il est souillé de poussière, d huiles, de graisses, de saletés et de rouille. En raison des outils pneumatiques, des scies va-et-vient, des chalumeaux et des autres outils utilisés, le bruit est à la fois fréquent et assourdissant, surtout si plusieurs stations de travail sont installées les unes aux côtés des autres. Les normes de bruit sont souvent dépassées tant en durée qu en puissance. Selon la ventilation de l atelier, les odeurs sont parfois prononcées : huiles, caoutchouc en fusion lorsque les chalumeaux ou les scies sont utilisés, etc. Les moteurs sont testés avec une sortie de 5

15 l échappement vers l extérieur pour évacuer le monoxyde de carbone. En principe, il n y a pas d odeur d essence, puisque le réservoir a été retiré à la décontamination. En été, les portes sont grandes ouvertes pour l aération, et la température ambiante correspond à celle à l extérieur du bâtiment. En hiver, les portes s ouvrent et se ferment continuellement, occasionnant des variations de température. Les spécialistes du métier ont expliqué que, pendant la saison froide, il est préférable que l atelier reste frais ou froid, sinon la glace et la neige fondent trop rapidement et les éclaboussent. Il arrive que les matériaux et les pièces manipulés soient surchauffés par le frottement des outils (p. ex. : scie) ou l utilisation de chalumeaux. En hiver, par contre, ces pièces sont souvent froides ou congelées. En été, les véhicules au soleil peuvent devenir si chauds que certaines pièces peuvent nécessiter des gants pour les manipuler. Le travail s effectue essentiellement en position debout. Le véhicule est installé sur un pont de levage qui monte ou descend au gré des opérations de démontage. Cependant, le travail dans l habitacle amène parfois la personne à travailler couchée ou accroupie. Équipement et matériel L équipement du démonteur ou de la démonteuse peut varier d une organisation à l autre, mais généralement, il inclut : un coffre d outils comprenant des clés, des douilles, des tournevis, des marteaux, des barres de force, etc. Les douilles et les clés sont calibrées autant en mesures métriques qu en mesures impériales; des pistolets à air, un compresseur et des tuyaux; une scie va-et-vient, un chalumeau et une meule à air; une baladeuse d atelier (éclairage); un pont roulant et un élévateur de plancher; un établi; etc. Sauf exception, le chariot élévateur et la chargeuse sur pneu (loader) sont présents sur les lieux de travail, mais il est rarement de la responsabilité du démonteur ou de la démonteuse de les utiliser. 1.6 Lois et règlements L exercice du métier de démonteur ou démonteuse n est régi, encadré ou influencé par aucune loi particulière autre que les lois et règlements usuels du travail, de protection de l environnement et de sécurité au travail. 1.7 Conditions de travail Horaire et congés 6

16 Sauf exception, les personnes exerçant le métier de démonteur ou démonteuse ont un horaire typique : elles travaillent huit heures par jour, aux heures habituelles, soit de 7 h à 16 h ou de 8 h à 17 h, et ce, 40 heures par semaine. Quelques spécialistes du métier ont dit travailler à l occasion les samedis matin pour répondre à la demande de pièces des clients. Les jours fériés sont normalement chômés. Dans quelques régions du Québec, les horaires sont assujettis à un décret. Les horaires sont stables. Ils ne varient pas ou très peu malgré des facteurs externes comme les variations de l économie, la demande de la clientèle, les conditions climatiques (p. ex. : verglas, grand froid, canicule) ou le nombre d accidents. Les heures supplémentaires sont peu fréquentes et sont rémunérées aux conditions prévues par le décret, s il y en a un, ou selon les normes du travail. De façon générale, le nombre de congés est le même que ceux de la majorité des travailleurs et travailleuses. Les plus grandes entreprises de recyclage peuvent offrir des journées de congé pour maladie. Le métier est exercé toute l année. Il n y a pas de période de mise en disponibilité. Rémunération La rémunération des démonteurs ou démonteuses non syndiqués est principalement basée sur leur capacité à négocier individuellement leur salaire. Celui-ci est normalement fixé sur une base horaire. Il est comparable à celui d un mécanicien, soit entre 12 et 20 $ l heure selon la scolarité, l expérience et le rendement. Dans les quelques régions où le métier est assujetti à un décret, la rémunération est encadrée par un système d échelons. Cependant, dans les faits, les employeurs paient davantage que les taux minimums prescrits, soit 20 % de plus en moyenne. En ce qui concerne la rémunération globale, les avantages varient d une entreprise à l autre. Par exemple, plus la taille de l entreprise est grande, plus le personnel a des chances d être couvert par un régime d assurances collectives. Par ailleurs, si la majorité des démonteurs ou démonteuses doit fournir ses propres outils, certains ou certaines reçoivent une allocation pour leur permettre de les acheter et de les entretenir. Certaines entreprises fournissent des uniformes et en font l entretien. Facteurs de stress De l avis des spécialistes, les facteurs de stress du métier de démonteur ou démonteuse sont davantage liés à la santé et à la sécurité qu aux exigences de production. Les principaux facteurs de stress relevés sont les suivants : Nature du travail : o Longues heures en position debout; o État du véhicule (accidenté en mauvais état, rouille importante); o Fragilité de certaines pièces à récupérer. 7

17 Risque élevé d incidents ou d accidents : o Blessures avec les véhicules accidentés (p. ex. : carcasses instables ou pièces instables); o Explosions, de feu, etc.; o Risque de commettre un incident environnemental, comme un déversement de fluide. Exigences de production : o Travail sous pression lorsque le démontage est à la demande (livraison sans délai); o Nécessité de sortir les pièces en bon état, surtout si aucune autre n est en stock; o Exigences de rendement dans certaines organisations. Conditions environnementales : o Environnement très bruyant en raison de l utilisation des équipements; o Variations de température l hiver à cause de l ouverture de portes; o Température très froide des véhicules en hiver; o Neige et glace fondantes qui éclaboussent les travailleurs; o Chaleur des pièces lorsque le véhicule a été laissé au soleil l été. Risques associés à la santé et à la sécurité En ce qui a trait à la santé et à la sécurité au travail, les spécialistes du métier ont indiqué les risques suivants : Risques d accidents : o Chutes (plancher huileux, aire de travail encombrée de pièces ou de déchets); o Instabilité des véhicules accidentés ou des pièces accidentées; o Faible résistance de pièces lourdes lorsque rouillées (pièces peuvent tomber); o Explosion, feux. Risques de blessures : o Troubles musculo-squelettiques (p. ex. : mal de dos, tendinite au bras ou à l épaule, entorse) pour les raisons suivantes : Manipulation de lourdes charges telles que des pièces et des contenants, Effort intense pour désarrimer, disjoindre ou défaire des pièces soudées par la rouille et par l usure du temps, Vibration continue d outils, Mouvements répétitifs, Posture contraignante ou inadéquate et prolongée (position debout en continu, hauteur du poste de travail mal adapté, etc.); o Poussière et objets dans les yeux; o Brûlures (utilisation de chalumeaux ou d outils tranchants à grande vitesse); o Engelures lors de la manipulation de pièces en hiver; o Coupures (pièces ou outils tranchants). Maladies professionnelles : o Surdité en raison des décibels élevés et prolongés; 8

18 o Syndrome du canal carpien en raison de la manipulation des pièces et des outils; o Maladie respiratoire due à l inhalation de poussière ou de produits toxiques (p. ex. : réfrigérant de climatisation); o Intoxication au plomb, au mercure, etc.; o Épuisement professionnel lié aux contraintes de production. Comme dans tous les métiers, le manque d attention et la négligence à l égard de la santé et de la sécurité constituent les principales sources de risques. Associations professionnelles et syndicales Dans les régions où des décrets régissent les conditions de travail, la syndicalisation est perçue comme peu pertinente. De fait, très peu de démonteurs ou démonteuses seraient syndiqués. LKQ Pintendre Auto, dans la région de Québec, est affilié à la CSD, ce qui représente une quinzaine de démonteurs ou démonteuses. Il y aurait également le Centre de Recyclage Universel, en Abitibi, qui aurait des travailleurs ou travailleuses syndiqués avec le Syndicat des Métallos. Les spécialistes du métier ne connaissent aucune autre entreprise de recyclage de véhicules dont les employés sont syndiqués. Bien qu il existe une association de recycleurs de véhicules, l ARPAC (Association des recycleurs de pièces d autos et de camions), il n existe aucune association connue de démonteurs ou démonteuses. 1.8 Organisation du travail et responsabilités Organisation et flux de travail Le flux du travail de démontage est centré sur l objet à démanteler : le véhicule. Ce n est pas ce dernier qui change de place, comme dans une chaîne de montage, mais le démonteur ou la démonteuse qui se déplace autour du véhicule. Toute tentative pour standardiser la production dans une chaîne de «démontage» serait impossible et non rentable, puisque les véhicules ne sont jamais les mêmes (marques, modèles et années de fabrication variables). Par ailleurs, comme ils sont souvent accidentés, ils sont nécessairement différents d un véhicule à l autre. Par conséquent, toute tentative d uniformiser le processus de démontage serait vouée à l échec. À l exception de la décontamination, toutes les tâches de démontage se font au même poste de travail. Une entreprise peut juxtaposer plusieurs postes côte à côte. Le démontage s effectue la plupart du temps de façon individuelle et autonome, tout en étant encadré par un superviseur ou une superviseure, ou par le ou la propriétaire de l entreprise. Cependant, les démonteurs ou démonteuses peuvent s entraider en s échangeant des conseils techniques (p. ex. : situer une pièce sur le véhicule), parfois des outils, et de temps en temps des coups de main (p. ex. : déplacer une charge lourde). Seuls un nombre limité de spécialistes disent travailler en équipe. Pour des raisons d efficacité, celle-ci n est jamais constituée de plus de deux personnes. 9

19 Les spécialistes du métier ont décrit deux grands types de processus de travail. Ceux-ci sont issus du modèle d affaires de l entreprise. Le premier est celui du démontage à la demande, ou juste à temps. Un client ou une cliente commande une pièce particulière et celle-ci doit être livrée dans les heures qui suivent. Si la pièce est sur un véhicule en stock, celui-ci est amené dans l atelier et le démonteur ou la démonteuse la récupère le plus rapidement possible pour sa livraison. Une fois la pièce récupérée, le véhicule est retourné dans la cour pour être à nouveau entreposé. Ce type d entreprise ne conserve en stock qu un minimum de pièces récupérées. Le second type de processus consiste à effectuer le démontage intégral du véhicule pour stocker les pièces et les vendre au moment opportun. L évaluateur-codeur ou l évaluatrice-codeuse détermine la valeur de chaque pièce d un véhicule, puis décide lesquelles le démonteur ou la démonteuse devra récupérer. Une fois démantelées, les pièces récupérées sont entreposées, la carcasse est envoyée au pressage, et les matières résiduelles sont envoyées au recyclage. Pour satisfaire continuellement à la demande, une quantité suffisante de chaque pièce est conservée en stock. Par ailleurs, ne sont conservées que les pièces susceptibles d être demandées. Les pièces moins demandées, ou celles dont l entreprise possède déjà un stock suffisant sont envoyées au recyclage. Organisation du travail La marge de manœuvre des personnes qui exercent ce métier est très faible en ce qui a trait au choix des véhicules à démonter et des pièces à récupérer. Par contre, elles ont beaucoup de latitude pour décider si une pièce vaut la peine d être récupérée ou non : elles ne doivent pas investir leur précieux temps à retirer une pièce qui devra être mise aux rebuts. Par ailleurs, puisque ces personnes travaillent généralement de façon autonome, elles ont toute la latitude requise pour décider de la séquence de démontage de chaque véhicule. Le niveau de responsabilité des démonteurs ou démonteuses est relativement faible en ce qui a trait à l obligation de récupérer les pièces en bon état : les rejets de pièces défectueuses sont monnaie courante et il est rare que les entreprises tiennent rigueur à ceux et celles qui ne réussissent pas à toutes les livrer en bon état. Par contre, la responsabilité est importante en matière d accident de travail ou d accident environnemental, car les risques associés à ce métier sont assez élevés. Les démonteurs ou démonteuses doivent suivre des normes et des procédures très strictes en matière de pratique de démontage pour éviter de tels accidents. Supervision, collaboration et relations La personne qui exerce ce métier peut travailler en collaboration avec : son superviseur ou sa superviseure durant les opérations de production, notamment pour recevoir des directives ou des conseils, ou pour discuter de solutions à un problème; l évaluateur-codeur ou l évaluatrice-codeuse, pour reconnaître des pièces, échanger des informations, discuter de la qualité des pièces, etc.; 10

20 des collègues pour obtenir ou donner un coup de main, ou pour échanger des conseils techniques; le vendeur ou la vendeuse, ou encore le client ou la cliente pour obtenir de l information sur les pièces et les caractéristiques spécifiques exigées; le gérant ou la gérante de cour, ou l opérateur ou l opératrice de chargeuse (loader) pour demander un nouveau véhicule ou sortir une carcasse; le ou la commis ou encore l aide-démonteur ou l aide-démonteuse pour déplacer des pièces ou des contenants; l inspecteur ou l inspectrice qualité pour la validation de la qualité de pièces. Outre les discussions directes et les réunions, les moyens de communication utilisés sont généralement le radio B.P. 1 et le téléphone cellulaire. Le courriel n est pratiquement pas utilisé. L écrit est utilisé, particulièrement dans les plus grandes entreprises, pour des étiquettes de pièces à démonter, des rapports de démontage, des fiches de pièces, des notes de service et des statistiques de productivité. 1.9 Perspectives d emploi et de carrière Perspectives d emploi Les spécialistes du métier s entendent pour dire que les perspectives d emploi sont favorables : il serait facile de se trouver du travail dans ce métier, particulièrement pour quelqu un ayant de l expérience. Selon eux, le taux de chômage dans cette profession est faible. Conditions d entrée, critères d embauche et formation Les conditions d entrée peuvent varier d une organisation à l autre. Selon les spécialistes du métier, elles ne sont pas très contraignantes. Aucun diplôme n est vraiment exigé. Les débutants ayant un diplôme d études professionnelles (DEP) en mécanique ou en carrosserie ont plus de facilité à être embauchés. Cependant, il semble que ces diplômés soient plus difficiles à fidéliser : ils ou elles peuvent avoir tendance à délaisser le démontage pour rechercher des postes dans leur domaine d étude. En l absence de diplôme pertinent chez les candidats, les entreprises visent l embauche de jeunes ayant des bases en mécanique ou en carrosserie et, si possible, ayant de trois à cinq années d expérience. Certains ont dit ne pas vouloir de candidats trop expérimentés pour pouvoir les former plus facilement aux normes de leur entreprise. L entraînement à la tâche dure environ un mois et la période de probation est généralement de trois à six mois. La période totale d apprentissage pour cette profession, soit de l embauche 1. Bande publique. En anglais : CB, pour Citizen Band. 11

21 jusqu au plein exercice (maîtrise pleine et entière), dure environ un an, que la personne détienne un diplôme ou non. Le démonteur ou la démonteuse peut bénéficier de formations diverses liées à son métier, grâce notamment à l ARPAC), et à Auto Prévention, l association sectorielle en services automobiles. Ces formations portent par exemple sur la santé et la sécurité (p. ex. : coussins gonflables), sur les bonnes pratiques environnementales de démontage et la récupération des matières résiduelles (p. ex. : réfrigérant de la climatisation), sur la qualité des pièces, ou sur les véhicules hybrides. Possibilités de carrière Les possibilités de carrière pour les démonteurs ou démonteuses sont relativement limitées. Dans leur domaine spécifique, ils ou elles ne peuvent exercer leur métier que dans les entreprises de recyclage de véhicules. Cependant, la progression de carrière verticale vers un poste-cadre (superviseur ou directeur) est possible. Les démonteurs ou démonteuses peuvent également se lancer en affaires et devenir propriétaires d une entreprise de recyclage de véhicules. Il est également possible de progresser latéralement en devenant vendeur ou vendeuse de pièces, évaluateur-codeur ou évaluatrice-codeuse de pièces, ou encore inspecteur ou inspectrice qualité. Finalement, il est possible de progresser en faisant carrière comme mécanicien ou mécanicienne ou comme carrossier ou carrossière Changements à venir dans la profession Selon les spécialistes dans le domaine, le métier de démonteur ou de démonteuse subit et continuera de subir dans les années à venir différents changements sociaux, économiques et sectoriels. L environnement concurrentiel évolue. Les pièces en provenance de Chine, souvent à peine plus chères que les pièces recyclées, pourraient à plus ou moins long terme faire disparaître des postes. Les prix de plus en plus élevés des matières premières peuvent également rendre l option de récupérer les pièces moins intéressante : le résultat du pressage d une carcasse de véhicule pourrait rapporter autant que sa revente en pièce détachée, et ce, avec moins de complications. Parmi les changements d ordre technologique pouvant avoir des répercussions sur le métier, les spécialistes en suggèrent trois. Le premier est l arrivée des véhicules électriques ou hybrides, qui demanderont une mise à jour des pratiques de démontage. Le second est l arrivée d alliages ultrarésistants qui exigeront des techniques de travail et des outils différents. Le dernier est l arrivée constante de nouveaux modules électroniques (navigation, lecteurs, capteurs, ordinateurs, etc.). Ils ont pour résultat de complexifier la séquence habituelle de démontage, car il faut continuellement les repérer et les enlever avec soin (ils sont fragiles) avant de s attaquer à leurs supports (p. ex. : pièce de carrosserie). 12

22 Cependant, les spécialistes s accordent à dire que leur métier ne risque pas d être mécanisé ou automatisé, car aucun logiciel ou aucune machine ne pourrait être plus efficace qu eux pour effectuer le démontage d un véhicule. Par contre, ils voient avec appréhension s accroître la popularité du service «démontez vousmême». Il s agit d un service où certaines entreprises de recyclage permettent à la clientèle d aller dans la cour de stockage et de démonter les pièces désirées. Certains ou certaines démontent des pièces non pas pour leurs besoins personnels, mais pour les revendre sur des sites de petites annonces, ce qui constitue une concurrence nouvelle. Si un tel phénomène prenait de l ampleur, il pourrait avoir un impact sur la quantité de travail des gens du métier. Il pourrait également modifier les tâches des démonteurs ou démonteuses, puisque ceux-ci auraient à agir en soutien à cette clientèle. De plus, il faudra traiter en amont les véhicules pour les rendre aptes à être démontés, ou en aval pour terminer le travail de cette clientèle inexpérimentée et envoyer à la presse la carcasse restante. Finalement, comme la protection de l environnement est une tendance incontournable, les démonteurs ou démonteuses s attendent à être soumis à des normes environnementales de plus en plus sévères, sans toutefois pouvoir préciser lesquelles. 13

23 2 Analyse des tâches Les spécialistes du métier ont décrit les tâches du démonteur ou de la démonteuse de véhicules routiers et ont précisé les opérations qui les composent. Les tâches sont les actions qui correspondent aux principales activités de l exercice du métier analysé. Une tâche est structurée, autonome et observable. Elle a généralement un début déterminé et une fin précise. Dans l exercice de la profession, qu il s agisse d un produit, d un service ou d une décision, le résultat des tâches doit présenter une utilité particulière et significative. Les opérations sont les actions qui décrivent les étapes de réalisation d une tâche et permettent d établir la façon d atteindre un résultat. Elles sont rattachées à une tâche et liées entre elles. Cette analyse des tâches se base sur le plein exercice du métier, c est-à-dire que l exécution des tâches du métier se fait de façon autonome et à un niveau de maîtrise commun à la majorité des démonteurs ou démonteuses de véhicules routiers. 2.1 Tableau des tâches et des opérations Le tableau des tâches et des opérations ci-dessous est le fruit du consensus de l ensemble des spécialistes du métier. Les tâches sont numérotées de un à huit dans la première colonne du tableau et les opérations, également numérotées, se trouvent dans les lignes suivantes. 14

24 Tâches et opérations TÂCHES OPÉRATIONS 1. Préparer le démontage du véhicule 2. Décontaminer le véhicule 3. Démanteler l habitacle 4. Démonter les pièces de carrosserie 5. Démonter le système de suspension et de direction 1.1 Préparer l aire de travail 2.1 Enlever la batterie 3.1 Enlever les sièges, les tapis et les autres accessoires d apparence ou de confort 4.1 Démanteler le devant de la carrosserie et ses composants 5.1 Démanteler le système de freinage 1.2 S informer des directives de récupération du véhicule 2.2 Retirer le système d échappement 3.2 Démonter les pièces du système de direction 4.2 Retirer les portes ou leurs composants 5.2 Démanteler le système de suspension 1.3 Situer sur le véhicule les pièces à récupérer 2.3 Récupérer les fluides 3.3 Démonter les pièces du tableau de bord 4.3 Démanteler les composants arrière de la carrosserie 5.3 Défaire les cadres de châssis avant et arrière 1.4 Déterminer le bienfondé de récupérer chacune des pièces 2.4 Retirer ou, s il y a lieu faire exploser les coussins gonflables 3.4 Défaire les composants du toit ouvrant 4.4 Récupérer les composants électroniques de la carrosserie 5.4 Enlever la crémaillère ou le boîtier de direction 1.5 Choisir la séquence de démantèlement du véhicule 2.5 Enlever les roues et en récupérer les composants 3.5 Récupérer les composants électroniques de l habitacle 4.5 Sectionner des parties du véhicule, s il y a lieu 2.6 Enlever les composants de mercure 3.6 Retirer les vitres, s il y a lieu 6. Récupérer le groupe motopropulseur 7. Préparer les pièces pour l entreposage ou l expédition 8. Effectuer l entretien des aires de travail et du matériel 6.1 Vidanger l huile, s il y a lieu 7.1 Contrôler l état et la qualité des pièces récupérées 8.1 Tenir les aires de travail en ordre 6.2 Débrancher le câblage électrique, les conduits et les câbles 7.2 Préparer les pièces pour le stockage ou l expédition 8.2 Nettoyer les aires de travail, les outils et le matériel 6.3 Désarrimer et sortir le groupe motopropulseur 7.3 Étiqueter les pièces 8.3 Effectuer la maintenance des outils et de l équipement 6.4 Séparer les composants du groupe motopropulseur 7.4 Placer les pièces dans des contenants, des chariots ou sur des palettes 8.4 Renouveler le stock de consommables de l aire de travail 7.5 Préparer des rapports ou fiches de démontage, s il y a lieu 7.6 Envoyer la carcasse à l entreposage ou au pressage 15

25 2.2 Description des opérations et des sous-opérations Les spécialistes du métier ont décrit les sous-opérations de certaines opérations afin de fournir un complément d information. Les sous-opérations sont les actions qui précisent les opérations et permettent d illustrer les détails du travail, notamment des méthodes et des techniques. Les tableaux des pages suivantes présentent les opérations et sous-opérations de chacune des tâches, ainsi que des précisions des spécialistes du métier. Tâche 1 : Préparer le démontage du véhicule Opérations Sous-opérations Commentaires 1.1 Préparer l aire de travail Vérifier l état de décontamination du véhicule Installer le véhicule sur le pont élévateur Sécuriser le véhicule pour le démontage Rassembler le matériel de démontage (p. ex. : équipement de sécurité, outils) Il est important de vérifier l état de décontamination du véhicule en premier lieu, car celle-ci doit être effectuée à l endroit approprié avec l équipement qui convient. Cette vérification est particulièrement importante chez ceux qui récupèrent des pièces à la demande, parce qu elle n est pas toujours systématique. 1.2 S informer des directives de récupération du véhicule 1.3 Situer sur le véhicule les pièces à récupérer 1.4 Déterminer le bien-fondé de récupérer chacune des pièces 1.5 Choisir la séquence de démantèlement du véhicule Vérifier le numéro d identification du véhicule et celui du dossier Vérifier la présence de toutes les étiquettes inscrites au dossier, s il y a lieu Interpréter les consignes de travail Consulter une source de référence technique au besoin Vérifier la qualité et l état des pièces Déceler les pièces irrécupérables Choisir la séquence de démantèlement du véhicule Sécuriser le véhicule, c est s assurer de sa stabilité sur le pont élévateur et attacher les pièces instables. Cette opération est particulièrement importante dans le cas où le véhicule a été sévèrement accidenté. Les sources de références peuvent être le «service de codage de l entreprise», le superviseur, des collègues, Internet, des livres de pièces, un logiciel spécialisé, et même le concessionnaire. L inspection est à la fois visuelle et manuelle. 16

26 Tâche 2 : Décontaminer le véhicule Opérations Sous-opérations Commentaires 2.1 Enlever la batterie 2.2 Retirer le système d échappement 2.3 Récupérer les fluides 2.4 Retirer ou, s il y a lieu faire exploser les coussins gonflables 2.5 Enlever les roues et en récupérer les composants 2.6 Enlever les composants de mercure Débrancher les fils Récupérer les bornes de plomb Retirer la batterie Vider et retirer le réservoir de carburant Vidanger les huiles Retirer le lave-glace Purger l antigel Purger le gaz réfrigérant Il s agit de récupérer les pneus, les jantes et, pour la décontamination, les pesées d équilibrage en plomb. 17

27 Tâche 3 : Démanteler l habitacle Opérations Sous-opérations Commentaires 3.1 Enlever les sièges, les tapis et les autres accessoires d apparence ou de confort 3.2 Démonter les pièces du tableau de bord Ex. : systèmes audio et vidéo, odomètre, chaufferette et composants, sacs gonflables, s il y a lieu 3.3 Défaire les composants du toit ouvrant 3.4 Récupérer les composants électroniques de l habitacle 3.5 Retirer les vitres, s il y a lieu Situer le module Mettre un bracelet antistatique Retirer le module Inscrire le numéro de pièce sur le module Il s agit du pare-brise, de la lunette arrière et des vitres latérales. 18

28 Tâche 4 : Démonter les pièces de carrosserie Opérations Sous-opérations Commentaires 4.1 Démanteler le devant de la carrosserie et ses composants 4.2 Retirer les portes ou leurs composants 4.3 Démanteler les composants arrière de la carrosserie 4.4 Récupérer les composants électroniques de la carrosserie 4.5 Sectionner des parties du véhicule, s il y a lieu Situer le module Mettre un bracelet antistatique Retirer le module Inscrire le numéro de pièce sur le module Notamment : Les phares et les feux de circulation Le pare-chocs Le capot, les ailes, les grilles, etc. Le radiateur et ses composants Ex. : les régulateurs de vitres, les rétroviseurs, etc. Notamment : Le pare-chocs Les feux de circulation Le coffre ou le hayon Ex. : le devant, l arrière, la cabine de camionnette, la boîte de camionnette. 19

29 Tâche 5 : Démonter le système de suspension et de direction Opérations Sous-opérations Commentaires 5.1 Démanteler le système de freinage 5.2 Démanteler le système de suspension 5.3 Défaire les cadres de châssis avant et arrière 5.4 Enlever la crémaillère ou le boîtier de direction Ex. : les pivots de fusée, les amortisseurs, les bras de suspension inférieur et supérieur. 20

30 Tâche 6 : Récupérer le groupe motopropulseur Opérations Sous-opérations Commentaires 6.1 Vidanger l huile, s il y a lieu 6.2 Débrancher le câblage électrique, les conduits et les câbles 6.3 Désarrimer et sortir le groupe motopropulseur 6.4 Séparer les composants du groupe motopropulseur Ex. : conduits d alimentation et d échappement, câblage électrique, câble d embrayage. Le groupe motopropulseur comprend notamment : le moteur, la transmission, le différentiel, le boîtier de transfert et l arbre de transmission. Les pièces à séparer sont les suivantes : Moteur et transmission Démarreur Alternateur Compresseur d air conditionné Pompe de servodirection 21

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

GUIDE APPEL D OFFRES CRÉATION SITE WEB

GUIDE APPEL D OFFRES CRÉATION SITE WEB GUIDE APPEL D OFFRES CRÉATION SITE WEB Introduction Le présent document a pour but d aider les entreprises qui désirent procéder à un appel d offres, sur invitation, pour la réalisation d un site web.

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques *

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * S. Michael Chapman, Directeur Aide à l emploi Division TEACCH Philosophie générale du programme Lorsque les personnes

Plus en détail

Identification des problèmes liés à l ergonomie des postes de travail

Identification des problèmes liés à l ergonomie des postes de travail 1 Identification des problèmes liés à l ergonomie des postes de travail Votre entreprise est elle aux prises avec un certain nombre de problèmes comme une fréquence élevée des lésions musculo squelettiques,

Plus en détail

Obtenez jusqu à 1 000 visiteurs ciblés par jour, en provenance de Google!

Obtenez jusqu à 1 000 visiteurs ciblés par jour, en provenance de Google! Obtenez jusqu à 1 000 visiteurs ciblés par jour, en provenance de Google! En seulement 2 étapes faciles! Imprimez ce document 1 Mention Légale Tous les efforts ont été déployés afin de représenter avec

Plus en détail

des risques professionnels

des risques professionnels Prévention des risques professionnels Réparateurs automobiles Garagistes Peintres carrossiers Des gestes simples pour vous protéger Développer une allergie respiratoire, se faire mal au dos en soulevant

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Aménagement forestier

Aménagement forestier Le secteur de l aménagement forestier L industrie de l aménagement forestier recouvre une grande diversité d activités, notamment la récolte du bois, la voirie forestière, l exécution de travaux sylvicoles

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Transformation alimentaire

Transformation alimentaire Le secteur de la transformation alimentaire Selon les données du ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation (MAPAQ), le secteur de la transformation alimentaire compte quelque 2 100

Plus en détail

DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012

DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012 _ DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012 1. Le Programme 1.1. Description du Programme Le programme IntégraTIon Montréal est une mesure financière incitative auprès des employeurs

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN Adoptée par le Conseil d administration Le 28 avril 1998 (résolution no 0099) et modifiée par le Conseil d administration

Plus en détail

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines NTRODUCTION En raison notamment des prochains départs massifs à la retraite et de la disponibilité restreinte d une main-d œuvre qualifiée, il devient essentiel pour les entreprises du secteur du caoutchouc

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE Les versions actuelles des documents approuvés sont mises à jour en ligne. Les copies imprimées ne sont pas contrôlées. Page 1 de 5 DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE ADMINISTRATEURS, DIRIGEANTS,

Plus en détail

APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS

APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS POUR L ÉVALUATION D IMPACT DU PROGRAMME NATIONAL LEADERSHIP DE SERVICE 1. L Arche, qu est-ce que c est? ; «L'Arche rassemble des personnes, avec et sans déficience

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS FIN1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : INFORMATION FINANCIÈRE PERSONNELLE Débutant Aucun L élève explore les concepts qui touchent aux finances des particuliers, y compris le code

Plus en détail

M106-2 LIGNES INTERNES DE CONDUITE EN MATIÈRE DE GESTION CONTRACTUELLE

M106-2 LIGNES INTERNES DE CONDUITE EN MATIÈRE DE GESTION CONTRACTUELLE M106-2 LIGNES INTERNES DE CONDUITE EN MATIÈRE DE GESTION CONTRACTUELLE Adoptées par le conseil des commissaires le 25 janvier 2016 LIGNES INTERNES DE CONDUITE EN MATIÈRE DE GESTION CONTRACTUELLE PRÉAMBULE

Plus en détail

La revue des pratiques de gestion de la région du Québec Rapport 26 janvier 2009

La revue des pratiques de gestion de la région du Québec Rapport 26 janvier 2009 La revue des pratiques de gestion de la région du Québec Rapport 26 janvier 2009 #1911743 1 Objectifs de la revue Les objectifs de la revue des pratiques de gestion sont les suivants : Assister la région

Plus en détail

Énoncé conjoint des avantages obtenus lorsque des écoles étrangères affiliées offrent le programme d études du Manitoba

Énoncé conjoint des avantages obtenus lorsque des écoles étrangères affiliées offrent le programme d études du Manitoba Enseignement postsecondaire et Alphabétisation Éducation Entreprenariat, Formation professionnelle et Commerce Énoncé conjoint des avantages obtenus lorsque des écoles étrangères affiliées offrent le programme

Plus en détail

POLITIQUE DE DOTATION EN RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE DOTATION EN RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE DOTATION EN RESSOURCES HUMAINES ADOPTÉE LE : 1998-06-07 AMENDÉE LE : 2003-03-29 RÉSOLUTION : CP166-98 RÉSOLUTION : CC900-03 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 1 Objectifs généraux... 1 Principes...

Plus en détail

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso Jorgen Schytte/StillPictures 3 Collecte des données Questions traitées dans ce chapitre Quels outils utiliser pour recueillir des données sur l économie

Plus en détail

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE Rôle du conseil d administration Le conseil est chargé de la gérance générale de la Société et chaque administrateur doit agir au mieux des

Plus en détail

INTÉGRATION ET STRATÉGIE D ENTREPRISE. ADM-21916 Sections A et H

INTÉGRATION ET STRATÉGIE D ENTREPRISE. ADM-21916 Sections A et H FACULTÉ DES SCIENCES DE L ADMINISTRATION PLAN DE COURS Hiver 2004 Le 8 janvier 2004 INTÉGRATION ET STRATÉGIE D ENTREPRISE ADM-21916 Sections A et H Professeure : Mélanie Roussy 6240, Pavillon Palasis-Prince

Plus en détail

L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX

L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX Novembre 2005 L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX (articles 60 à 68) La Loi sur l équité salariale vise à corriger les écarts salariaux dus à la discrimination systémique fondée sur le sexe à l égard des

Plus en détail

EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION

EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES NATIONALES ET INTERNATIONALES 30 AVRIL, 2008 (ANNEXES RÉVISÉES 6 JUIN 2012) 1. INTRODUCTION Ce document présent les

Plus en détail

FPPU UQAC - UQAT- UQO UQTR

FPPU UQAC - UQAT- UQO UQTR QUESTIONNAIRE D ÉVALUATION DES EMPLOIS DU PERSONNEL PROFESSIONNEL FPPU Fédération du personnel professionnel des universités UQAC - UQAT- UQO UQTR Syndicat des professionnelles et professionnels de l'université

Plus en détail

Programmes en formation pratique intégrée

Programmes en formation pratique intégrée Programmes en formation pratique intégrée Premier cycle : Baccalauréat en sciences comptables Novembre 2010 L emploi du générique masculin dans ce document est utilisé sans aucune discrimination et uniquement

Plus en détail

Faire af faire. avec Hydro-Québec

Faire af faire. avec Hydro-Québec Faire af faire avec Hydro-Québec Sommaire Mot de la directrice Acquisition... 1 Introduction... 2 Règles d éthique d Hydro-Québec... 3 La qualité à Hydro-Québec... 3 Processus d acquisition de biens et

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES

LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE...3 2. CADRE LÉGAL ET JURIDIQUE...3 3. CHAMP D APPLICATION...3 4. RESPONSABILITÉS...4 4.1... Administrateur

Plus en détail

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Rapport d étape Étape 2 - Niveau de prestations et options à considérer Décembre 2011 Table

Plus en détail

Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5)

Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5) Fiche n 1 : les principes (page 2) Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5) Fiche n 3 : Rémunération (page 6) Fiche n 4 : Sanctions (page 7) 1. QUI EST CONCERNE? a) Les salariés Tous les salariés

Plus en détail

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL93-101 TITRE : POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 21 décembre 1993 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI Service des ressources

Plus en détail

Programme de reconnaissance de produits

Programme de reconnaissance de produits Association canadienne des ergothérapeutes Programme de reconnaissance de produits Rapport d évaluation des modèles de monte-escaliers Siena, Starla, Scout et Sadler de la compagnie Stannah Publié au www.caot/productrecognition

Plus en détail

Comprendre ma façon d apprendre 1

Comprendre ma façon d apprendre 1 1 de 2 Comprendre ma façon d apprendre 1 Bref questionnaire pour connaître mon profil d apprentissage Mise en situation pour répondre à ce bref questionnaire : Choisissez un endroit calme et faites une

Plus en détail

Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure. Approvisionnement en bitume prémélangé. Contenu

Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure. Approvisionnement en bitume prémélangé. Contenu Approvisionnement en bitume prémélangé Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure Approvisionnement en bitume prémélangé Contenu Pourquoi nous avons choisi ce projet...... 293 Contexte

Plus en détail

TABLE RONDE. Communication et langue en navigation intérieure. Rapport succinct

TABLE RONDE. Communication et langue en navigation intérieure. Rapport succinct COMMISSION CENTRALE POUR LA NAVIGATION DU RHIN TABLE RONDE Communication et langue en navigation intérieure Rapport succinct AVANT PROPOS Le présent rapport présente les interventions, les débats et les

Plus en détail

i) la prestation d un programme de sensibilisation et de prévention relatif aux problèmes liés à la consommation d alcool et de drogues;

i) la prestation d un programme de sensibilisation et de prévention relatif aux problèmes liés à la consommation d alcool et de drogues; Procédure administrative : La drogue et l alcool Numéro : PA 7.009 Catégorie : Administration des écoles Pages : 7 Approuvée : le 19 octobre 1998 Modifiée : le 10 septembre 2012 Le Conseil scolaire catholique

Plus en détail

PROFIL DE MÉTIER SECTORIEL

PROFIL DE MÉTIER SECTORIEL PROFIL DE MÉTIER SECTORIEL MÉCANICIEN D ENTRETIEN AUTO ET UTILITAIRES LÉGERS Date d'édition: novembre 2012 ASBL EDUCAM VZW Avenue J. Bordetlaan 164, Bruxelles 1140 Brussel T 02 778 63 30 F 02 779 11 32

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS Introduction : Qui parmi vous connaît l existence de ce document unique? Généralement, hormis les chefs

Plus en détail

Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage

Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage Financé par le Gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils sectoriels Introduction et contexte :

Plus en détail

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE OFFICE D'INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSIONS DU SECTEUR PUBLIC (INVESTISSEMENTS PSP) APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE Le 13 novembre 2014 Introduction Le maintien d une culture axée sur la conscience

Plus en détail

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Juillet 2011 Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Document de nature explicative L instauration de l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) par l ordonnance n o 2010-76 1 s est

Plus en détail

Chapitre 7, page 1 de 18 Système de mesure des itinéraires de facteur et factrice Chapitre 7

Chapitre 7, page 1 de 18 Système de mesure des itinéraires de facteur et factrice Chapitre 7 Chapitre 7, page 1 de 18 Chapitre 7 Allocation pour le transport sur un itinéraire de facteur (Formulaire 33-082-079 et 098) Chapitre 7, page 2 de 18 Introduction Ce chapitre explique les divers modes

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT

GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT Veuillez prendre note que ce document est à titre de référence. Votre convention collective prévaut sur toutes les informations fournies dans ce document. Si vous

Plus en détail

Chapitre 8. Corrigés

Chapitre 8. Corrigés Chapitre 8 Corrigés 1 Question 1. Indicateurs du BSC et stratégie de domination par les coûts Le BSC doit refléter les intentions stratégiques. Par conséquent, si l entreprise choisit de s orienter plutôt

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

Toutefois, certains articles du projet de règlement méritent d être clarifiés ou précisés. G.O. II, 13 novembre 2002, 134 e année, n o 4 6, page 7739.

Toutefois, certains articles du projet de règlement méritent d être clarifiés ou précisés. G.O. II, 13 novembre 2002, 134 e année, n o 4 6, page 7739. Commentaires de l OTPQ concernant le projet de Règlement modifiant le Règlement d application de la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d œuvre Le 13

Plus en détail

Mécanicien industriel (CNP 7311)

Mécanicien industriel (CNP 7311) Mécanicien industriel (CNP 7311) Description de la profession Les mécaniciens industriels sont regroupés sous le code 7311 de la Classification nationale des professions (CNP). Cette profession correspond

Plus en détail

COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE

COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE Alerte info COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE JANVIER 2016 Préparation des informations à fournir sur la situation de trésorerie et les sources de financement dans le rapport de gestion Pour

Plus en détail

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le gouvernement a créé une commission présidée par Paul Champsaur pour faire

Plus en détail

Représentants des ventes commerce de gros (non-technique) (CNP 6411)

Représentants des ventes commerce de gros (non-technique) (CNP 6411) Représentants des ventes commerce de gros (non-technique) (CNP 6411) Description de la profession Les représentants des ventes - commerce de gros (non-technique) sont regroupés sous le code 6411 de la

Plus en détail

Fiche entreprise : E4

Fiche entreprise : E4 Fiche entreprise : E4 FONCTION ET CARACTÉRISTIQUES / PERSONNE INTERVIEWÉE La personne interviewée est la seule qui soit rattachée aux ressources humaines dans l entreprise et, à ce titre, elle s occupe

Plus en détail

Programme de reconnaissance de produits

Programme de reconnaissance de produits Association canadienne des ergothérapeutes Programme de reconnaissance de produits Rapport d évaluation de la barre d appui Handybar Publié au www.caot/productrecognition Programme de reconnaissance de

Plus en détail

MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES

MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION SECTEUR : FILIERE : NIVEAU : TERTIAIRE TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES TECHNICIEN 1 Document élaboré par : Nom et Prénom Etablissement : Mohamed BACHAR :

Plus en détail

LES ENTREPRISES D ENTRAÎNEMENT GUIDE D APPLICATION DU CONCEPT DE L ENTREPRISE D ENTRAÎNEMENT

LES ENTREPRISES D ENTRAÎNEMENT GUIDE D APPLICATION DU CONCEPT DE L ENTREPRISE D ENTRAÎNEMENT LES ENTREPRISES D ENTRAÎNEMENT GUIDE D APPLICATION DU CONCEPT DE L ENTREPRISE D ENTRAÎNEMENT Des conditions matérielles adéquates Des locaux identifiés ayant une surface suffisante; Des ressources humaines

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit Novembre 2011 Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 3 Domaine d application 3 Responsable

Plus en détail

HORAIRISTES DE TRAJETS ET PRÉPOSÉS À L'AFFECTATION DES ÉQUIPAGES. Poste : Conditions d accès à la profession : Tâches :

HORAIRISTES DE TRAJETS ET PRÉPOSÉS À L'AFFECTATION DES ÉQUIPAGES. Poste : Conditions d accès à la profession : Tâches : Norme professionnelle (Pour décrire des emplois de la chaîne d'approvisionnement, réaliser des évaluations du rendement, élaborer des plans de carrière, etc.) Poste : Description du poste (selon la définition

Plus en détail

PROJET SUR L HÉRITAGE DES DOCUMENTS DES ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES PLAN GÉNÉRIQUE ET MODÈLE DE RESSOURCES APERÇU

PROJET SUR L HÉRITAGE DES DOCUMENTS DES ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES PLAN GÉNÉRIQUE ET MODÈLE DE RESSOURCES APERÇU PROJET SUR L HÉRITAGE DES DOCUMENTS DES ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES PLAN GÉNÉRIQUE ET MODÈLE DE RESSOURCES APERÇU TABLE DES MATIÈRES 1 Introduction... 3 2 Projet sur l'héritage des documents des activités

Plus en détail

RAPPORT SYNTHÈSE ÉTUDE DES CONDITIONS DE TRAVAIL DES CONDUCTEURS ET DE LA SITUATION DES PROPRIÉTAIRES DE PETITES ENTREPRISES DE CAMIONNAGE AU QUÉBEC

RAPPORT SYNTHÈSE ÉTUDE DES CONDITIONS DE TRAVAIL DES CONDUCTEURS ET DE LA SITUATION DES PROPRIÉTAIRES DE PETITES ENTREPRISES DE CAMIONNAGE AU QUÉBEC RAPPORT SYNTHÈSE ÉTUDE DES CONDITIONS DE TRAVAIL DES CONDUCTEURS ET DE LA SITUATION DES PROPRIÉTAIRES DE PETITES ENTREPRISES DE CAMIONNAGE AU QUÉBEC Jacques Roy, Ph.D. et Pierre Filiatrault, Ph.D. 1/8

Plus en détail

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE)

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) POUR L AVANCEMENT ET L INNOVATION EN ENSEIGNEMENT Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) Information générale et processus de mise en candidature Miser sur l innovation en formation pour

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT MANDAT DU COMITÉ D AUDIT Le comité d audit (le «Comité») est responsable auprès du conseil d administration (le «Conseil») des politiques et pratiques relatives à l intégrité des déclarations financières

Plus en détail

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Le Projet des Étoiles est l un des projets à moyen terme du CELV axé sur les nouvelles

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL15-020 TITRE : POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 2 février 2015 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

Vers l excellence en recherche au service du développement

Vers l excellence en recherche au service du développement ÉVALUATION DES RÉSULTATS DU CRDI Excellence en recherche Vers l excellence en recherche au service du développement L outil d appréciation Qualité de la recherche plus (QR+) Résumé Le CRDI a décidé d entreprendre

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Moteurs thermiques et vibrations acoustiques de l Université d'artois Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire Éducation préscolaire, enseignement primaire et secondaire

Plus en détail

DESCRIPTION DE TÂCHES DU TECHNOLOGUE EN GÉNIE BIOMÉDICAL

DESCRIPTION DE TÂCHES DU TECHNOLOGUE EN GÉNIE BIOMÉDICAL DESCRIPTION DE TÂCHES DU TECHNOLOGUE EN GÉNIE BIOMÉDICAL AVIS AU LECTEUR : Ce document a été revu et accepté par la majorité des membres de l ATGBM, lors de l assemblée générale tenue le samedi 27 avril

Plus en détail

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le Conseil d Administration du 29 juillet 2014 TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le Conseil d administration de TOTAL S.A. 1, a arrêté le présent Règlement intérieur.

Plus en détail

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA DESCRIPTION DU POSTE D INTERVENANT-PIVOT Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA Titre : Intervenant-pivotRelève du : Gestionnaire du programme Programme : Services de soutien communautaireapprouvé

Plus en détail

Chapitre II : Gestion des stocks :

Chapitre II : Gestion des stocks : Chapitre II : Gestion des stocks : Section I : Présentation générale de la problématique des stocks I. 1. DEFINITION DES STOCKS : Un stock est une quantité de biens ou d articles mis en réserve pour une

Plus en détail

Accord sur le Comité d Entreprise Européen d EADS NV et ses comités dérivés. conclu. entre. European Aeronautic Defence and Space Company EADS N.V.

Accord sur le Comité d Entreprise Européen d EADS NV et ses comités dérivés. conclu. entre. European Aeronautic Defence and Space Company EADS N.V. Accord sur le Comité d Entreprise Européen d EADS NV et ses comités dérivés conclu entre European Aeronautic Defence and Space Company EADS N.V. et ses Représentants du Personnel Préambule Conformément

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 2. METHODOLOGIE DE LA REVISION 2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 1. Introduction 1.1.L objectif essentiel de la révision des comptes annuels est d assurer le lecteur du fait que ce document

Plus en détail

Esthéticienne ou esthéticien

Esthéticienne ou esthéticien Esthéticienne ou esthéticien Description du métier Les esthéticiennes et les esthéticiens prodiguent des soins esthétiques à l aide d une panoplie de techniques nécessitant l utilisation de produits, d

Plus en détail

Cross Border. Êtes-vous prêt à traiter des affaires aux É.-U.?

Cross Border. Êtes-vous prêt à traiter des affaires aux É.-U.? Cross Border Êtes-vous prêt à traiter des affaires aux É.-U.? «Faute de contracter une assurance contre les accidents de travail ou d observer par un autre moyen les règlements d un État, cela peut donner

Plus en détail

Note d orientation sur la mise en œuvre de coupe-circuits pour titre individuel

Note d orientation sur la mise en œuvre de coupe-circuits pour titre individuel Avis sur les règles Note d orientation RUIM Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Détail Haute direction Institutions Pupitre de négociation Personne-ressource : James E. Twiss

Plus en détail

Normes minimales de travail dans les centres de services à la clientèle

Normes minimales de travail dans les centres de services à la clientèle Normes minimales de travail dans les centres de services à la clientèle CONTEXTE Plus de 6 000 fonctionnaires fédéraux travaillent dans des centres de services à la clientèle, et la plupart sont membres

Plus en détail

Vérification des antécédents criminels

Vérification des antécédents criminels Secteur : RESSOURCES HUMAINES Politique : RH-407 Entrée en vigueur : le 13 janvier 2010 Date de révision : le 12 janvier 2010 Référence(s) juridique(s) : - Loi sur les casiers judiciaires - Freedom of

Plus en détail

Mandat - Modèle détaillé

Mandat - Modèle détaillé La gouvernance des PME Mandat - Modèle détaillé - modèle détaillé mandat pour un comité consultatif Nous vous présentons ci-dessous un exemple de mandat pour un comité consultatif plus sophistiqué que

Plus en détail

Radars photographiques et surveillance aux feux rouges

Radars photographiques et surveillance aux feux rouges ASSOCIATION DES TRANSPORTS DU CANADA Radars photographiques et surveillance aux feux rouges CATÉGORIE : INGÉNIERIE EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE Au début des années 2000, le gouvernement du Québec avait envisagé

Plus en détail

Document d information relatif à la catégorisation des clients

Document d information relatif à la catégorisation des clients Document d information relatif à la catégorisation des clients Edition Novembre 2007 Document d information relatif à la catégorisation des clients 1 SOMMAIRE 1. CLASSIFICATION DU CLIENT PAR LA BANQUE

Plus en détail

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit des lignes directrices à l intention des courtiers membres

Plus en détail

PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ

PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ Analyse des dispositions de la Loi sur l Instruction publique (LIP), de la Politique générale pour l établissement des services éducatifs à offrir aux élèves en difficulté d

Plus en détail

Technologues et techniciens en génie industriel et en génie de fabrication (CNP 2233)

Technologues et techniciens en génie industriel et en génie de fabrication (CNP 2233) Technologues et techniciens en génie industriel et en génie de fabrication (CNP 2233) Description de la profession Les technologues et les techniciens en génie industriel et en génie de fabrication sont

Plus en détail

D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI)

D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) Mise à jour : Septembre 2015 Centre local de développement (CLD) de La Haute-Gaspésie POLITIQUE D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) Adopté le : N o de résolution : TABLE DES MATIÈRES 1-

Plus en détail

Initiatives sur les compétences essentielles des conseils sectoriels

Initiatives sur les compétences essentielles des conseils sectoriels Les gens Les partenariats Le savoir Compétences et emploi Bureau de l alphabétisation et des compétences essentielles Initiatives sur les compétences essentielles des conseils sectoriels Études de cas

Plus en détail

Logiciel de gestion de la main-d œuvre

Logiciel de gestion de la main-d œuvre Logiciel de gestion de la main-d œuvre Logiciel de gestion de la main-d œuvre GoalPost Le logiciel de gestion de la main-d œuvre GoalPost d Intelligrated procure des renseignements sur demande pour évaluer,

Plus en détail

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP Paiements de transfert Chapitre SP 3410 Avril 2011 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 33 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en mars 2011, comprenait le chapitre

Plus en détail

Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008.

Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008. Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008. Dans le cadre des travaux de la Commission Consultative Sous-Régionale

Plus en détail