PREMIERES RENCONTRES CAP DIGITAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PREMIERES RENCONTRES CAP DIGITAL"

Transcription

1 PREMIERES RENCONTRES CAP DIGITAL Recherche, Innovation, et Développement, partagez vos savoir-faire! 30 JUIN 2006 CCIP 2 rue de Viarmes Paris Sommaire Petit-déjeuner Presse... 2 Présentation de l actualité du Pôle et des projets labellisés... 2 L appel à propositions...3 Une stratégie internationale...3 Annexes : les Ateliers Thématiques Qu'est ce qu'une plateforme d'expérimentation et comment y participer?...11 Développement de la propriété industrielle...14 Outils collaboratifs et communautés...19 Atelier Démonstrations Classes Numériques...25 (PPRE - Plateforme de production éditoriale / END Environnement Numérique de Demain) Le projet de la Maison internationale de l'image et de l'illustration...28 La dématérialisation des documents et courriers de l'entreprise...30 Papier électronique...31 Atelier Démonstrations Terra Data...37 Culture et nouvelles technologies...41 Enseignement interactif...43 Son, Vidéo, Haute Définition...47 Atelier Démonstrations

2 Petit-déjeuner Presse Une dizaine de journalistes ont répondu présents à l invitation de Cap Digital. Parmi les représentants de Cap Digital, étaient présents Jean-Pierre Cottet, Président de CAP DIGITAL, Patrick Cocquet, Délégué Général du Pôle, et Francis Jutand, Vice-Président en charge de la Coordination Scientifique. A leurs côtés, Philippe Poels (Simavelec), Carlos Cunha (Le Pôle audiovisuel Nord-Parisien), Frédéric Weil (Capital Games), et Christian Malis (Thalès) sont venus faire part de leur expérience au sein du Pôle, notamment en termes de participation à des projets collaboratifs. Le thème de la présentation à la presse était «Cap Digital en Marche!», et les principaux sujets abordés furent : Les projets labellisés par le Pôle et les financements consacrés par la DGE La présentation de la vision et la mission du Pôle, mettant en valeur la gouvernance, la Délégation Générale et leurs fonctions opérationnelles, le processus du labellisation des projets par le Pôle Les actualités du pôle Les relations presse était effectuées en collaboration avec l ARD. Les retombées médiatiques de ce déjeuner seront mises en ligne sur dans la Rubrique Revue de presse. AFP 30/06 Lemondeinformatique.fr 04/07 Le Film Français 07/07 La lettre de l Audiovisuel 13/07 Présentation de l actualité du Pôle et des projets labellisés Intervenants - Edmond VIVIAND, Directeur des Actions Internationales de la CCIP - Jean-Pierre COTTET - Patrick COCQUET - Francis JUTAND - Table ronde avec des responsables et partenaires de projets du Pôle : Carlos Cunha (Le Pôle audiovisuel du Nord-Parisien), Julien Millet (Parallax Factory), Alexandre Saiseau (Connect & Go), Christian Malis (Thalès)). 2

3 «Cap Digital en marche!», tel était le slogan de ces premières rencontres Cap Digital qui se sont déroulées le 30 juin 2006 dans les locaux de la Bourse de commerce de Paris (http://rencontres.capdigital.com/xwiki/bin/view/main/webhome). La matinée a été l occasion de faire le point sur le fonctionnement et les avancées de Cap Digital ; l aprèsmidi a vu se succéder 3 séries de quatre Ateliers d une heure structurés autour de la présentation de projets ou de démonstrations de produits avec l objectif de favoriser la coopération entre projets et l émergence de nouveaux partenariats. Le pôle de compétitivité compte actuellement 252 adhérents dont 198 PME (ce qui en fait le Pôle le plus représentatif de cette catégorie d entreprises) 16 grandes entreprises, 8 groupements d entreprise (représentant 360 adhérents indirects) et 30 établissements publics scientifiques, universitaires ou de formation. Il est administré par un conseil d administration de 27 membres répartis en quatre collèges et un Bureau exécutif de 15 membres qui se réunit tous les quinze jours. La délégation générale que dirige Patrick Cocquet compte six permanents. L appel à propositions Selon Francis Jutand, Vice-président coordinateur scientifique et technique de Cap Digital, le dernier comité des financeurs qui regroupe l Etat et les collectivités locales laisse espérer des aides financières d un montant de 25 M (provenant du FCE, Fonds de Compétitivité des Entreprises de la DGE, du Conseil Régional ou des Conseils Généraux) pour les neuf projets structurants déjà labellisés antérieurement. Dans le cadre de l appel à propositions lancé au début du mois d avril, 52 propositions ont été reçues témoignant d un indéniable succès pour la procédure retenue. Il est cependant important de rappeler que cette première vague était calée sur le calendrier de dépôt de projets à l ANR, mais que l appel à propositions de Cap Digital est ouvert toute l année et que les projets (qui peuvent être de deux types - soit R&D soit Innovation et Croissance) y seront évalués au fil de l eau par les six Commissions Thématiques du Pôle. Ces dernières regroupent 84 experts (35 issus des PME, 13 des grandes entreprises et 36 de structures publiques) et ont analysé les propositions avec 4 à 6 réunions chacune. Parmi ces 52 propositions, 33 projets étaient également soumis à l ANR. Le CA en a labellisé 13 (la liste n est pas encore diffusée publiquement pour ne pas interférer avec les procédures d évaluation de l ANR mais les porteurs de projets seront prévenus individuellement). Les vingt autres projets se répartissent comme suit : 4 étaient du type R&D, 1 visait une recherche de partenariat, 15 du type Innovation et Croissance. Deux des projets Innovation & Croissance ont d ores et déjà été labellisés. Les projets déjà déposés et non expertisés le seront pour une décision au prochain Conseil d Administration vers fin Septembre

4 Cap Digital a procédé à une expertise prenant en compte les dimensions économique et scientifique des projets, une procédure spontanément adoptée par toutes les commissions et qui se traduit clairement dans les modèles de guide d analyse utilisés. Cette position est cohérente avec le fait que le label décerné par Cap Digital peut servir également comme critère d évaluation pour les financeurs autres que l ANR, comme OSEO-ANVAR ou les collectivités territoriales. Une stratégie internationale Cap digital joue également un rôle d interface pour les délégations étrangères qui s intéressent à l initiative française des pôles de compétitivité et sont d ores et déjà nombreuses à vouloir rencontrer des entreprises du Pôle. Des relations ont d ores et déjà été établies avec la Corée du Sud (devenue en quelques années le quatrième producteur mondial de jeux vidéo) et des projets devraient également découler de l accord récemment signé entre Paris et San Francisco dans le cadre des villes numériques. Une stratégie se met en place également au plan européen, d autant plus nécessaire et opportune que la Commission de Bruxelles suit de très près le développement des pôles de compétitivité qui pourraient bien, en cas de succès, servir de modèles pour des initiatives européennes analogues. Le pôle veut se positionner sur le 7 ème PCRD pour valoriser les travaux réalisés ou en cours. D ores et déjà, suite à sa candidature, Cap Digital a été désigné comme représentant français pour l initiative econtec (http://www.emf.be/eureka/news.html). Celle-ci est un «réseau thématique» de Eureka dédié à la recherche et au développement industriel orienté marché et destiné en particulier à favoriser les collaborations entre les industries de contenus et d infrastructures. EConTec est ce que l on appelle dans le sabir européen une initiative «bottom-up» : il s agit d un appel ouvert (les projets peuvent être déposés à tout moment) et qui fournit dans un premier temps une aide à la maturation et au montage de projet. Détail important, l aide est gratuite pour les étapes initiales et est ensuite rémunérée par un pourcentage sur les fonds reçus. Contraintes Européennes Mais l Europe a aussi ses contraintes. Pour les projets ambitieux dépassant les 5 M d aide en financement ou les 20 M de budget global (cas, par exemple, d l obligation traditionnelle de notification à la Commission génère une étape d examen supplémentaire qui peut donner lieu à diverses phases de navette et induire des délais de traitement pouvant aller de six à neuf mois. A tel point que des porteurs de projets validés peuvent alors se demander s ils conservent vraiment la maîtrise de leur développement et particulièrement du calendrier. Certains s interrogent même pour savoir dans quelle mesure ces dispositions anciennes de notification ne peuvent aujourd hui servir de prétexte à la Commission pour s immiscer dans les projets nationaux de R&D. 4

5 Déjeuner et Slow Dating Le déjeuner, organisé dans la Rotonde de la Bourse de Commerce, a été l occasion d échanges et de rencontres entre les adhérents du Pôle, mais également entre les adhérents et la Délégation Générale. Par ailleurs, tout au long de l après-midi, des rencontres individuelles ont pu être organisées, ce qui a suscité un vif intérêt de la part des participants. Ateliers thématiques Ateliers proposés et animés par des adhérents du Pôle. - Atelier Echanges d idées, de projets ou de pistes de projet - Atelier Démonstrations - Atelier Projets Structurants CAP DIGITAL 5

6 Ces annexes regroupent les notes prises lors du déroulement des ateliers. La qualité de ces notes est variable mais nous avons choisi de publier l ensemble des éléments rédigés lors de la journée. N hésitez pas à nous proposer des évolutions si vous avez participé aux ateliers. 6

7 14H Projet Cap Digital vise à mettre en place un laboratoire industriel de sélection, de tests, d intégration et de validation d applications intégrant les meilleures technologies franciliennes. Ce laboratoire s appuie sur une plate-forme commune d interopérabilité couvrant les 3 axes technologiques fondamentaux du domaine : les moteurs de recherche avancés, l extraction de connaissances, et la fusion d informations multimédias, et ce sur tous les types de sources : données structurées, texte, images & vidéo, et son. La plateforme intègrera des applications développées notamment pour les domaines de l e- Éducation, la gestion des patrimoines culturels numériques, la gestion de la relation client, la gestion des risques, la veille, etc. Résultats attendus : des sauts technologiques dans les performances (vitesse, volumes traités), l interopérabilité des technologies, le transcodage ; une plate-forme technologique mutualisée au bénéfice de tous les acteurs du domaine ; des démonstrateurs applicatifs qui pourront être industrialisés en vue d être valorisés commercialement. Atelier animé par Christian Malis (en charge de la direction technique et administrative du projet) et Jean-François Marcotorchino (Thalès) Constat à l origine du projet : Profusion de l information (image, vidéo ) Objectifs du projet Développer des technologies de classe mondiale Imposition sur un marché en pleine expansion Capitalisation des savoir-faire (fédération et mutualisation des efforts), au service d enjeux stratégiques Permettre à tout un chacun de naviguer dans les meilleures conditions 7

8 DECIDER PROFILER COMPRENDRE RASSEMBLER TRANSCODER HOMOGENEISER EXTRAIRE google RECHERCHER google DONNEES DE DEPART google Calendrier Démarrage : 1 er décembre : pré étude et maquettage 2007 : série complète de prototypes 2008 : plates formes technologiques Budget total : 60 millions d euros 30 Partenaires : Entreprises : EADS, Xerox, CEA, INA, EDF, Bertin Universités : Onera, CNRS, Paris VI (LSTA, LIP6), Paris VIII LC&O, Orsay LIMSI, Paris XIII (LIPN), Marne la Vallée IGM, INRIA Roquencourt Domaines d application : Education numérique Bibliothèques numériques Vie numérique Services mobiles IHM cognitives 8

9 Mais aussi surveillance des frontières, e-administration, services, etc. Structure du projet : Domaines Data Thales L&J / Lip 6 Texte Xerox / IGM Parole VECSYS / LIMSI Image EADS / ENST 2005 : soutien du ministère de l industrie (DGE) : 2,6 millions d euros par tranche de 6 mois Objectif à T0 + 6mois : Spécification architecture d ensemble (plate forme) Maquettes des 3 SP préfigurant les premiers prototypes 2006 : Financement tranche T0+6 T0+18 en cours / 22,9 millions d euros de budget Implication des différents départements d île de France : 75 18, 2 % % 91 11,6 % 92 36, 24 % 93 9,6 % 94 6,5 % Défis technologiques : Etre au niveau des meilleurs pour l indexation du WEB Améliorer les processus de consultation actuels. Avoir de meilleurs «miners» que IBM ou ORACLE Fusionner et intercorréler les données de nature sources différentes au delà de l état actuel Dépasser les limites actuelles des technologies d automates pour gagner de la performance au niveau extraction Optimiser les transcodages «type de données x vers type de données y» Passer d une simple juxtaposition à une réelle interopérabilité des outils Gérer des bases multimédias avec la même efficacité que la gestion actuelle des bases textuelles ou de données numériques 9

10 Trouver des applications différenciatrices dans les domaines de la sécurité, de la santé, de la finance et de la vie numérique Les sous projets (SP) SP1 : Recherche d infos numérisées PERTIMM Documents : PERTIMM Images : EADS, DCS, ENST Paroles : VECSYS, LIMSI Données multimédias : INA RECHERCHE SEMANTIQUE SP2 : Extraction d infos TEMIS Données : TEMIS Images : EADS, DCS, ENST Paroles : VECSYS, LIMSI (speach to text : n 1 aux tests américains d extraction et de génération de résumés audios) Data texte : THALES L&J Domaines spécifiques : Xerox SP3 : Analyse et fusion d infos THALES L&J Basé sur la technologie UMA développée par IBM Analyse de données, découverte de connaissances Analyse et fusion des infos multimédias Traitement des vidéos et scènes 3D Optimisation, aide à la décision Plate-forme d application et architecture SP4 : e apprentissage Odile Jacob Modélisation du comportement SP5 : Patrimoine numérisé INA Gestion intelligente du stock d images Exemple 1 «Image + texte» Affinage du résultat d une requête d images «Clusterisation visuelle» : regroupement d images «similaires» au sens d une métrique des décripteurs d images. Exemple 2 «Parole + texte» 10

11 Recherche et fouille de données dans des conversations téléphoniques après transcription, indexation et structuration automatique. Qu est ce qu une plateforme d expérimentation et comment y participer? Une Plateforme d expérimentation ou laboratoires in vivo pour Intégrer, déployer et promouvoir les nouvelles technologies dans des zones déterminées - Introduire des innovations de produits et de services - Observer, analyser et mesurer les usages auprès des utilisateurs - Faire évoluer les offres de services en fonction des retours d usage : co-design avec les utilisateurs Atelier animé par Valérie Beaudouin (France Telecom), Charles Tijus (LUTIN), et Frédéric Boutissu Intervention de Valérie Beaudouin Le but via Cap digital est d effectuer un projet d expérience in vivo, en reprenant tout à zéro pour construire un ensemble solide et cohérent tous ensemble. Former une plateforme d innovation cohérente et fonctionnelle afin de pouvoir faire des expériences. Pourquoi effectuer des expériences? Il existe un décalage notoire entre l usage prévu et la réalité, il est donc nécessaire d effectuer une articulation entre l usage et la réalité, ceci s effectue par le biais de test pour définir la façon dont ces innovations vont s implanter. On peut citer comme exemple parmi tant d autre le SMS qui n était pas sensé connaître un tel essor, ou bien encore tout simplement le téléphone portable. En effet, le portable était un élément conçu initialement pour la mobilité. Or cet outil est utilisé principalement au travail et au domicile. Il existe un décalage notoire entre la réalité et la conception initiale, ce qui montre la capacité d adaptation par l usager. Il est évident qu à l heure actuelle, le contexte, l environnement de l usager devient de plus en plus complexe par la multiplication des réseaux et des offres donc une sorte de saturation. Néanmoins une innovation a besoin de se trouver une place et l expérience est là pour justement définir cette niche. Cap Digital permet : de mettre en place un vrai laboratoire expérimental in vivo dans la ville, de créer un équipement adapté, 11

12 d allier des partenaires proposant des services à tester, d avoir une équipe qui suit l innovation en temps réel ce qui permet d avoir un retour et d observer une évolution Il existe dans le monde des plateformes de ce type qui sont fonctionnelles. On peut notamment citer l exemple de Séoul qui a tout à fait réussir ce pari avec l installation de cette plateforme au sein d un quartier où se côtoient des entreprises des universités et des logements où sont observés les pratiques et les usages. En Île-de-France, la première tentative d instauration de plateforme n a pas réussi car il n y avait pas assez de collaboration au sein de ce projet. Néanmoins, l idée existe toujours et un nous souhaitons relancer un tel projet mais cette fois basée sur un travail collaboratif tous ensemble. Intervention de Charles Tijus pour le laboratoire Lutin Le laboratoire Lutin se trouve dans la cité des sciences et de l industrie de la Villette. C est une plateforme mixte de service avec divers soutiens. Il existe dans les salles et leurs environnements proches un système de suivi des tests et d observation de vidéo via Noldus qui permet un codage vidéo en direct. Ce laboratoire existe dans le but de servir les entreprises donc différentes formes de partenariat ou d association sont envisageables en fonction des besoins et des possibilités. En conclusion, on peut dire que la plateforme est un lieu de travail collaboratif entreprise/recherche. Pour faire appel aux services de ce laboratoire, il suffit de contacter Lutin, il y a ensuite élaboration d un cahier des charges sur le principe de collaboration centrée et orientée sur l utilisateur. Intervention de Frédéric Boutissu sur le projet du quartier numérique C est un projet qui se met en place dans le 2 éme arrondissement de Paris. L objectif est de mettre en place un réseau filaire et sans fil pour effectuer une rupture dans le comportement des usagers au niveau de ce quartier. Créer ainsi une bulle pour ces immeubles à haut débit et une couverture Wifi intégrale et gratuite (la gratuité est a durée déterminée a-t-il été précisé en fin d intervention). On parle ici d une infrastructure que l on met en place, il est nécessaire qu il existe des entreprises qui souhaitent y tester quelque chose. Bien entendu ce projet reste donc ouvert à tous car, pour un bon fonctionnement, il est nécessaire de nourrir ce projet d idées. Besoin de contributeur et de participants. Calendrier : Le chiffrage et l étude économique pour la mise en place de ces infrastructures est effectué en ce moment et le lancement est prévu pour bientôt. Nécessité d un travail commun pour de bons résultats. 12

13 Doit-on arriver avec une idée de projet construite et cohérente? Selon Mme Beaudouin, il ne s agit pas de venir avec son projet construit mais de venir le construire tous ensemble sans autre idée initiale que la formation de cette plateforme. La notion de «goulet de l innovation» pour qualifier l utilisateur? Ne serais-ce pas plus judicieux de parler de filtre? En effet, ce terme de goulet est exagéré c est une caricature extrême. Le point essentiel que je souhaite montrer c est que l environnement est chargé en termes d outils donc le test et l expérience sont encore plus importants aujourd hui pour savoir comment l utilisateur va réagir. L idée est que l utilisateur doit être un associé en tant que tel. Existe-t-il une place pour la démarche scientifique? Bien entendu, il existe déjà certains liens avec des recherches et il existe d autres tentatives de liens en court. Pour une petite PME se lancer dans ce genre de projet, ce n est pas toujours évident, il existe différentes contraintes, qu elles sont les conseils que vous pourriez nous donner? Cap Digital est là justement avec des moyens et des possibilités plus adaptés à ce genre de projet, ainsi Cap Digital peut avoir un rôle de soutien externe pour lancer ce type d activités ou pour les différentes activités externes. Si on prend l exemple du stylo numérique, combien y a-t-il d utilisateurs au sein de cette salle constituée de personnes en théorie sensibilisées à cet instrument? Sur une 5O aine de personnes, je suis le seul à l utiliser. Ce que je souhaite montrer c est que ce n est pas le budget mis en place, qui permet le bon développement, il faut aussi bien expliquer et bien sensibiliser l utilisateur au sujet de l innovation qu on lui apporte. Conclusions Constats Beaucoup de questions sur le fonctionnement de l expérimentation. Réactions contradictoires sur l approche expérimentale (mais souvent questions de langage plutôt qu opposition sur le fond) Entreprises innovantes ont beaucoup de questions néophytes sur les plateformes d expérimentations. Enseignement Gros besoins d informations basiques sur une plateforme d expérimentation (combien de temps cela prend, quels coûts, etc.) Rencontre à proposer très vite pour décortiquer le processus d expérimentation et définir les formes d implication des acteurs adhérents du pôle. 13

14 Développement de la propriété industrielle L objectif de cet atelier était de vous faire prendre conscience, dirigeants de PME, que la propriété industrielle (PI) n est pas réservée aux seuls grands groupes internationaux, que la constitution d un portefeuille de brevets est stratégique et nécessaire pour accompagner vos offres commerciales et marketing (aussi bien de façon offensive, que défensive) et surtout que son coût de mise en œuvre est compatible avec les autres budgets de votre société. Durant cet atelier, il a été présenté 2 cas d'application d'une nouvelle méthode pour développer et favoriser la constitution d un portefeuille de brevets, et cela à partir des développements déjà réalisés dans deux entreprises. Un dialogue a été établi entre nous et une large place a été réservée aux questions-réponses à partir de cas concrets de votre entreprise (coût, délais, etc.) Atelier animé par Daniel Lecomte (TypicMedia) Expérience de Daniel Lecomte Daniel Lecomte a créé la société TypicMedia le 1er juin Daniel Lecomte est également le Fondateur de Medialive (en juin 2000) et en a été son Président jusqu en avril Daniel a également été le Directeur de la Recherche et de l Innovation de Medialive de Juin 2000 à mai Durant cette période, il a constitué un portefeuille de plus de 30 familles de brevets (soit plus de 150 brevets internationaux). Après avoir passé 4 ans en R&D, Daniel a fait participer 2 investisseurs au capital de Medialive en mars 2005 pour un total de 3.2 M (un capital risquer français SophiaEuroLab et un industriel américain (Sprint-Nextel : 3ème opérateur télécom aux USA), et a recruté une équipe de managers internationaux pour faire passer Medialive dans une phase de croissance et de développement commercial. Auparavant, Daniel Lecomte a travaillé 19 ans pour le groupe Alcatel, où il a été successivement Directeur R&D, Directeur «Marketing Produits», Directeur de la Stratégie Multi et Hypermédia, et enfin Directeur de la Recherche où il encadrait plus de 50 personnes réparties dans le monde. Par ailleurs, pendant plus de deux ans ( ), Daniel Lecomte a travaillé en collaboration avec Thomson Multimédia sur les Réseaux Domestiques Numériques (DHN) pour faire converger à la maison, l audiovisuel, le téléphone, l informatique et l Internet. Entre autres innovations produits et services, Daniel est le " père " du WebPhone d Alcatel. Avant cela, Daniel a travaillé dans des PME en France et aux USA où il a dirigé, dès l age de 28 ans, une équipe de R&D composée exclusivement d ingénieurs américains. Sa créativité et ses qualités d innovation lui permettent d anticiper et d imaginer les futurs besoins des utilisateurs. 14

15 Avec une expérience à l international de plus de 30 ans dans les télécommunications et le Multimédia (R&D, Marketing produits, Stratégie, Normalisation, PI, Création de sociétés), Daniel Lecomte veut toujours relever de nouveaux défis en utilisant au mieux ses compétences et connaissances technologiques et sa vision de l évolution des comportements. Via Medialive dans un premier temps, puis via TypicMedia, Daniel Lecomte est très actif dans le pôle de compétitivité CAP Digital. De plus, depuis janvier 1992, Daniel Lecomte est Président du Comité Français pour la normalisation des technologies de compression des données multimédias (JPEG, MPEG) à l AFNOR (Association Française de Normalisation). A ce titre, il collabore depuis plus de 14 ans avec les principaux experts mondiaux du multimédia. Daniel Lecomte est expert auprès de l ANR en France et auprès de la Commission européenne afin d expertiser les projets soumis à ces organismes. Daniel Lecomte est également conseil auprès de capitaux-risqueurs ; à ce titre il conseille les investisseurs en auditant le Busines plan, la stratégie et les aspects de propriété industrielle des sociétés en formation ou en recherche de fonds propres. Daniel Lecomte est co-auteur d un livre sur «les normes et les standards du Multimédia» et dispense des cours dans de grandes écoles et auprès d organismes de formation (INA, etc.). Daniel LECOMTE a également été le Président-Fondateur du colloque international MUST (Multimedia & Standardisation) qui rassemblait à Paris, en 1997, 98 et 99, l'ensemble des acteurs impliqués dans des travaux de recherche et de développement Multimédias afin de permettre l'émergence de nouvelles normes ou de futurs standards. La société TypicMedia TypicMedia est une société française basée à Paris, experte dans la propriété industrielle (IPR) en Télécom, audiovisuel, multimédia, Internet et logiciel. TypicMedia répond aux objectifs de création, développement, diversification, de votre entreprise à fort potentiel innovant, à tous les stades de son développement. expertise et audit de la capacité à innover (Conseil en stratégie et management de l'innovation, Gestion de l'innovation et de la créativité, Plans de développement et d'actions) préconisation pour la propriété industrielle (Gestion des portefeuilles de brevets, Achat-Vente-Cession-Licence des portefeuilles de brevets) conseil et accompagnement de développement (Définition et mise en place d une stratégie de PI, Recherche de partenaires) audit pré et post investissement : accompagnement des investisseurs (Positionnement vis à vis de la concurrence, Etudes de marché). financement de l innovation et de la recherche et développement : aide les PME à trouver des financements et les aide à déposer des brevets (Montage des dossiers de subvention, Suivi de l'entreprise et soutien auprès des institutions financières, Assistance à la levée de fonds). organisation des missions (forfait + success fee) 15

16 TypicMedia a ainsi mis au point une nouvelle méthode pour développer et favoriser la constitution d un portefeuille de brevets, et cela à partir des développements déjà réalisés dans votre entreprise. TypicMedia analyse et audite les développements que votre entreprise a déjà réalisés ou sont en cours de réalisation, détecte ceux qui sont innovants et vous propose de construire un portefeuille de brevets défensif, offensif ou stratégique. En complément à cette politique de PI, TypicMedia vous accompagne dans la normalisation ou la standardisation de tout ou partie de vos solutions innovantes. Grâce à une maîtrise transverse de différents outils, techniques et méthodes et par l'expérience de l'accompagnement au changement, TypicMedia est également à vos cotés pour une mise en place globale ou des actions ponctuelles d expertise, d'audit, de formation ou d accompagnement. Par un accompagnement personnalisé, TypicMedia apporte son expérience aux dirigeants de PME désirant obtenir des résultats innovants et créatifs ainsi qu un soutien stratégique et tactique aux grands groupes internationaux voulant optimiser l'innovation et la créativité dans leurs unités d affaires. L approche de TypicMedia peut être globale, tout au long du processus de création d un produit, d approche d'un marché, ou dédiée à une intervention spécifique, avec la mise en œuvre des leviers de soutien de la PME innovante. Comment utiliser le brevet comme outil commercial et marketing? Le brevet peut être un outil commercial marketing, car il permet au «client-consommateur» d être rassuré et d avoir une meilleur confiance en la société détentrice du brevet. En effet, comme le brevet est publié 18 mois après la première demande de brevet, son texte devient alors public et peut être utilisé par son propriétaire pour mieux communiquer sur les produits et les services qu il met sur le marché. Dans sa documentation commerciale et marketing, le propriétaire du brevet va ainsi utiliser le fait que son offre est «protégée» par un ou plusieurs brevets, rendant ainsi son offre beaucoup plus attractive car «exclusive», ce qui représente un avantage concurrentiel non négligeable. La concurrence devra alors, soit trouver d autres solutions techniques pour proposer la même offre, soit contacter le propriétaire du brevet pour négocier une licence d utilisation 16

17 du brevet, à des conditions à définir. De nouveaux revenus sont alors possibles grâce à la vente de licence de brevets. C est pour cette raison que la constitution d un portefeuille de brevets devient stratégique pour accompagner les offres commerciales et marketing (aussi bien de façon offensive, que défensive) de votre société. Avec TypicMedia, vous mettez ainsi en œuvre une politique et une stratégie de Propriété Industrielle (brevets, marques, etc.) en totale adéquation avec la stratégie commerciale et marketing de votre entreprise. De plus, TypicMedia vous permet de mettre en œuvre un portefeuille de propriété industrielle dont le coût est compatible avec les autres budgets de la société. Avec TypicMedia, vous transformez un centre de coût (pour déposer vos brevets) en source de profits en protégeant votre marché par rapport à la concurrence, et en générant de nouveaux revenus par la vente de licences. Contrefaçon : Attaque et Défense d un brevet L avantage marketing et commercial qui consiste à rendre un brevet public peut également représenter un danger puisque les concurrents vont connaître l ampleur de l invention, ainsi qu un exemple de mise en œuvre. En conséquence, si le brevet est bon, il a de forte chance d être attaqué par des concurrents potentiels, qui voudront ainsi en diminuer la portée commerciale, géographique, etc. Un seul brevet pour protéger une seule «idée» ou un seul «concept» engendre donc une plus grande vulnérabilité. TypicMedia vous conseille donc de faire un portefeuille de plusieurs brevets afin de protéger votre invention. Chaque brevet du portefeuille devant être déposé à des temps successifs car si une entreprise concurrente attaque votre «invention» elle sera dans l obligation d attaquer tous les autres brevets d une même famille. La concurrence devra alors soit trouver d autres solutions techniques pour proposer la même offre, soit vous attaquer en justice en tant que détenteur du brevet, soit vous contacter pour négocier une licence d utilisation du (des) brevet(s), à des conditions à définir. De nouveaux revenus sont mêmes possibles grâce à la vente de licences de brevets. Par ailleurs, si votre concurrent possède des brevets sur un domaine correspondant à votre offre commerciale, il peut vous attaquer pour contrefaçon de ses brevets. Si vous ne possédez aucun brevet ou un seul brevet, vous avez peu de cartes en main pour négocier 17

18 quoi que ce soit. Par contre, si vous possédez un portefeuille de brevets, même sur des sujets voisins de ceux pour lesquels vous seriez attaqué en contrefaçon, vous aurez les moyens de négocier avec votre concurrent/attaquant en lui proposant, par exemple, un accord croisé ou un échange de licences, etc. La constitution d un portefeuille de plusieurs brevets devient ainsi stratégique et nécessaire pour accompagner les offres commerciales et marketing de votre société, et surtout pour anticiper des attaques de vos concurrents, en vous donnant les moyens de négocier des accords que vous maîtriserez. Lors du débat de cet atelier, TypicMedia a présenté 2 exemples réels de solutions apportées pour résoudre des problèmes de croissance de 2 PME. 1- Premier exemple réel : Constitution d un portefeuille «défensif» Une PME P étudie, développe et commercialise des produits pour ses clients ; pour cela, elle adapte ses produits précédents à la nouvelle demande. Son directeur «business développement» quitte la PME P, pour créer une nouvelle société S. La PME S contacte les anciens clients, S offre une réduction de 20%, la PME P est en grande difficulté commerciale car ses clients la quitte pour aller chez S. Solution proposée par TypicMedia : La PME P va déposer 2 ou 3 brevets pour protéger son marché actuel La PME P a ainsi l opportunité de vendre des licences de ses brevets La PME P fidélise ses clients actuels La PME P renforce son positionnement vis-à-vis des futurs gros clients. 2- Deuxième exemple réel : Constitution d un portefeuille «offensif et stratégique» Avec ses bénéfices une PME fait de la croissance externe. Elle rachète d autre PMEs en Europe. Elle envisage de renter en bourse en La PME veut réussir son entrée en bourse et veut signer avec de gros clients internationaux. A ce jour, la PME possède uniquement deux brevets de «moyenne qualité». Elle a un budget «marketing et communication» important. L entrée en bourse et la croissance externe «l exposera» à ses concurrents. Elle doit donc renforcer sa crédibilité à long terme. Solution proposée par TypicMedia : TypicMedia va accompagner la PME pendant 18 mois (mi 2006 à fin 2007) TypicMedia va analyser des développements déjà réalisés TypicMedia va expertiser et auditer de la stratégie commerciale et marketing Proposition de la structure d un portefeuille de 5 brevets Dépôt des demandes de brevets Analyse des rapports de recherche 18

19 Proposition de nouvelle revendication (PCT) Outils collaboratifs et communautés, applications pour le Pôle Cap Digital Atelier animé par Ludovic Dubost (Xwiki), Malo Girod de l'ain (MM2 Editions), Video blogs, Stéphane Distinguin (Fabernovel), 118blog, et construit à partir des propositions suivantes : Projet : XWiki Présentation Plateforme Open Source Collaborative en P2P et en situation de mobilité proposée comme projet RNTL 2006 et pour labellisation par Cap Digital. L'objectif d'xwiki Lokahi est de pouvoir échanger des informations avec les applications dynamiques permettant. Détails : L'objectif est de faire connaître la plateforme Open Source XWiki et l'intérêt de l'étendre en mode P2P et Mobile et de trouver des partenaires ou clients qui pourraient aider à ce développement. Aujourd hui, la technologie Wiki permet: - d'éditer des pages internet facilement - de mettre en relation différents contenus A terme, Xwiki permettra : - d'organiser des informations: les libres et les non libres - de rechercher des informations déjà existantes Xwiki sera à la fois très libre et très structuré, il sera extensible mais aussi spécifique, il aura peu de barrières pour la modification des informations. Il sera un réseau social, qui fonctionnera sur les grande comme les petites entreprises. Xwiki est un logiciel libre et a une licence LGPL. On peut le tester sur Projet : 118Blog Présentation 118Blog est un projet de création d'un moteur de recherche de blog puissant et intelligent. Un moteur capable de répertorier et cartographier les blogs suivant les critères classiques : thématiques, géographiques, d'activité, etc. mais aussi suivant de nouveaux critères issus d'analyse du langage et du ressenti : tel bloggeur parle en bien de tel produit, critique tel service, etc. La plateforme présentera plusieurs interfaces : une interface 19

20 publique pour les internautes afin de leur permettre d'utiliser le moteur comme un annuaire perfectionné, une interface privée pour les bloggeurs afin qu'ils puissent s'enregistrer et donner leurs coordonnées et la dernière privée pour les annonceurs afin qu'ils puissent cerner les influenceurs, les contacter pour leur proposer des informations en avant première à diffuser sur leurs blogs. C'est cette dernière interface qui est la valeur ajoutée de 118Blog par rapport aux moteurs de recherche existants. Détails : Nous recherchons - des financements - des partenaires pour le moteur de recherche et la base d'indexation - des partenaires pour réaliser une étude d'intérêt / de marché Constatation : le nombre de blog augmente de façon exponentielle, et leurs sujets sont de plus en plus pointus et intéressants. Le Projet consiste en la création d un annuaire des blogs existant, avec les caractéristiques suivantes : - un moteur de recherche - une indexation de blog ayant des critères (géographique, activité...) - une analyse de ressentie (si le blog et pour ou contre le sujet exposé) 118 Blog se décompose en trois parties: - Une partie pour les annonceurs (le marketing des entreprises sur blog serait un plus aussi bien pour les bloggeurs que pour les entreprises elles-mêmes) - une partie grand public (tout le monde aurait accès aux différents blogs) - une partie pour les bloggeurs (un échange et une communication possibles entre les différents bloggeurs) Les problèmes de réalisations: - interface Homme Machine: faisable - recherche de partenaires pour le moteur de recherche et les annonceurs (début de recherche de contact français) - Problème de capitalisation - Problème pour fusionner Projet : Vidéoblogs pour échanger et pour promouvoir les projets Présentation Lancement d'une communauté en ligne pour présenter, discuter, créer des projets autour des appels à projets du Pôle Cap Digital. 20

Pôle de compétitivité CAP DIGITAL

Pôle de compétitivité CAP DIGITAL Pôle de compétitivité CAP DIGITAL http://www.capdigital.com/ Coordination interuniversitaire Paris 8 Paris 13 MSH Paris Nord Alain Chaptal achaptal@mshparisnord.org La structure Cap Digital Une équipe

Plus en détail

CAP DIGITAL en marche!

CAP DIGITAL en marche! CAP DIGITAL en marche! PREMIÈRES RENCONTRES CAP DIGITAL BOURSE DE COMMERCE DE PARIS 30 juin 2006 Notre Vision Regrouper les talents, les compétences, les énergies pour faire de l Ile de France un pôle

Plus en détail

Conférence de presse 17 mars 2008. Jean-Charles Hourcade, Directeur Général adjoint et CTO Thomson

Conférence de presse 17 mars 2008. Jean-Charles Hourcade, Directeur Général adjoint et CTO Thomson Conférence de presse 17 mars 2008 Jean-Charles Hourcade, Directeur Général adjoint et CTO Thomson 17 Actualité La Direction générale de la concurrence de la Commission européenne approuve le financement

Plus en détail

DIRECTEUR DE LA COMMUNICATION

DIRECTEUR DE LA COMMUNICATION 588 Communication Le domaine fonctionnel Communication regroupe les emplois permettant de présenter et de promouvoir l image et l action des services de l État et des politiques publiques en direction

Plus en détail

Le Pôle de Compétitivité des Contenus Numériques et de la Connaissance

Le Pôle de Compétitivité des Contenus Numériques et de la Connaissance Le Pôle de Compétitivité des Contenus Numériques et de la Connaissance Mars 2007 Le Pôle de compétitivité des contenus numériques Competitiveness Cluster of the Digital Content & Knowledge Industry Les

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. SYSTEM@TIC PARIS-REGION & Les Plates-formes d innovation

DOSSIER DE PRESSE. SYSTEM@TIC PARIS-REGION & Les Plates-formes d innovation DOSSIER DE PRESSE SYSTEM@TIC PARIS-REGION & Les Plates-formes d innovation SOMMAIRE I - SYSTEM@TIC PARIS-REGION, POLE DE COMPETITIVITE MONDIAL DEDIE AUX SYSTEMES COMPLEXES...p. 3 A. Les systèmes complexes,

Plus en détail

ÉVÉNEMENT «DYNAMISEZ VOTRE INTRANET» INTRANET, PANORAMA 2012 ET NOUVELLES TENDANCES WWW.CROSS-SYSTEMS.CH JÉRÔME BAILLY WWW.CROSS-SYSTEMS.

ÉVÉNEMENT «DYNAMISEZ VOTRE INTRANET» INTRANET, PANORAMA 2012 ET NOUVELLES TENDANCES WWW.CROSS-SYSTEMS.CH JÉRÔME BAILLY WWW.CROSS-SYSTEMS. ÉVÉNEMENT «DYNAMISEZ VOTRE INTRANET» INTRANET, PANORAMA 2012 ET NOUVELLES TENDANCES JÉRÔME BAILLY 10.10.2012 CONTACT JÉRÔME BAILLY CROSS AGENCY JBAILLY@CROSS-SYSTEMS.CH +41 78 878 78 26 SKYPE: JEROME.BAILLY

Plus en détail

Stratégie Open Source et Présentation du Centre de recherche et d innovation sur le logiciel libre

Stratégie Open Source et Présentation du Centre de recherche et d innovation sur le logiciel libre Stratégie Open Source et Présentation du Centre de recherche et d innovation sur le logiciel libre 1 INTECH, GRENOBLE, 12/01/2010 Patrick MOREAU patrick.moreau@inria.fr Direction du Transfert et de l Innovation

Plus en détail

PROGRAMME D APPUI A LA RECHERCHE D EMPLOI ET DE STAGE

PROGRAMME D APPUI A LA RECHERCHE D EMPLOI ET DE STAGE PROGRAMME D APPUI A LA RECHERCHE D EMPLOI ET DE STAGE Formation Métier Informatique- Télécoms Et Electronique MODULE I 1 1- Les familles de métier par domaine Les métiers de l informatique Direction et

Plus en détail

Communication et développement des institutions

Communication et développement des institutions Métiers de la communication Métiers du développement des institutions Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 255 métiers de la communication DIRECTEUR DE COMMUNICATION Code : COM01 Directeur

Plus en détail

Dossier FEDER «Plate forme Serious Games OnMap CAMPUS» (Présage 41417)

Dossier FEDER «Plate forme Serious Games OnMap CAMPUS» (Présage 41417) Dossier FEDER «Plate forme Serious Games OnMap CAMPUS» (Présage 41417) Dans le cadre de l axe 2 «: Favoriser l innovation et renforcer la compétitivité du tissu économique francilien» de l action 2-4 «Soutien

Plus en détail

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites? ner g a p Accom ets oj vos pr ialisation n o str i t u a d s i n l i d rcia e m m o et de c s nt a v o n in Juin 2015 Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Plus en détail

INDUSTRIES DE SANTÉ. 6 DÉFIS RH À relever en soutien de la compétitivité des entreprises et de l évolution professionnelle des salariés

INDUSTRIES DE SANTÉ. 6 DÉFIS RH À relever en soutien de la compétitivité des entreprises et de l évolution professionnelle des salariés La lettre d information des défis RH lancés pour les entreprises de la filière Industries de santé INDUSTRIES DE SANTÉ Avril 2014 n 1 ACtionS/déveLoPPement/emPLoi/ComPétenCeS 6 DÉFIS RH À relever en soutien

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2014-2020 FICHE ACTION

Programmes Opérationnels Européens 2014-2020 FICHE ACTION I. OBJECTIFS ET RÉSULTATS 1. Descriptif de l'objectif de l'action Cette mesure s articule en deux volets : GPEC : volet A ressources humaines Il s agit de renforcer l accompagnement des politiques dans

Plus en détail

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services.

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services. 7 points pour garantir un bel avenir de la e-santé en France... by Morgan - Dimanche, janvier 30, 2011 http://www.jaibobola.fr/2011/01/avenir-de-la-e-sante-en-france.html La Recherche et le développement

Plus en détail

Discours d ouverture du Ministre

Discours d ouverture du Ministre Discours d ouverture du Ministre Monsieur le Commissaire général à l investissement, Madame la Directrice générale de l agence nationale de la recherche, Monsieur le Président de l Institut Vedecom, Monsieur

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE SEPTEMBRE 2014

DOSSIER DE PRESSE SEPTEMBRE 2014 DOSSIER DE PRESSE SEPTEMBRE 2014 Communiqué de presse Lyon, le 08/09/2014 UNE TROISIÈME ÉDITION SOUS LE SIGNE DE L INNOVATION Le salon C!PRINT Lyon est devenu une référence auprès des professionnels de

Plus en détail

LES NOUVEAUX USAGES DE LA MOBILITÉ. Un enjeu et une opportunité majeurs pour l industrie automobile

LES NOUVEAUX USAGES DE LA MOBILITÉ. Un enjeu et une opportunité majeurs pour l industrie automobile LES NOUVEAUX USAGES DE LA MOBILITÉ Un enjeu et une opportunité majeurs pour l industrie automobile. Position du problème Un axe très important dans les transports individuels est celui des nouveaux usages

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions

Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions Qwam Content Intelligence Denis Guedez Consultant Qwam Content Intelligence

Plus en détail

Observatoire du design en Rhône-Alpes

Observatoire du design en Rhône-Alpes Observatoire du design en Rhône-Alpes 2013 2014 Le codesign La région Rhône-Alpes, deuxième région française pour la concentration de designers et d entreprises utilisatrices de design, a structuré depuis

Plus en détail

Quel ENT pour Paris 5? 1er Juin 2005 (1ère présentation) 1er Juin 2006 (2ème présentation réunion migration ShareObject)

Quel ENT pour Paris 5? 1er Juin 2005 (1ère présentation) 1er Juin 2006 (2ème présentation réunion migration ShareObject) Quel ENT pour Paris 5? 1er Juin 2005 (1ère présentation) 1er Juin 2006 (2ème présentation réunion migration ShareObject) Objectifs et Enjeux Contexte et objectifs du projet Objectifs Mettre à disposition

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES FONCTIONNEL APPLICATION DE GESTION PÔLE SCS. CDC Application de Gestion v4 Septembre 2012 Page 1 sur 23

CAHIER DES CHARGES FONCTIONNEL APPLICATION DE GESTION PÔLE SCS. CDC Application de Gestion v4 Septembre 2012 Page 1 sur 23 CAHIER DES CHARGES FONCTIONNEL APPLICATION DE GESTION PÔLE SCS CDC Application de Gestion v4 Septembre 2012 Page 1 sur 23 TABLE DES MATIÈRES I. Introduction :...3 1. Contexte :...3 2. Indicateurs de volumétrie

Plus en détail

Le mapping d écosystèmes R&D pour stimuler l innovation collaborative. Expernova & Finance Innovation Dixit GFII 7 juillet 2014

Le mapping d écosystèmes R&D pour stimuler l innovation collaborative. Expernova & Finance Innovation Dixit GFII 7 juillet 2014 Le mapping d écosystèmes R&D pour stimuler l innovation collaborative Expernova & Finance Innovation Dixit GFII 7 juillet 2014 Qui sommes nous? [ Une tendance forte à l Open Innovation ] «Le monde est

Plus en détail

SERVICE PROPRIETE INTELLECTUELLE

SERVICE PROPRIETE INTELLECTUELLE SERVICE PROPRIETE INTELLECTUELLE ÉTUDIER - CRÉER PROTÉGER - MONÉTISER é PNO Consultants sas 7 rue Rouget de L Isle 75001 Paris 01.44.77.91.00 france@pnoconsultants.com Introduction Qui est PNO? Créé en

Plus en détail

L offre de gestion de la relation client adaptée à vos besoins. Sage CRM. et Sage CRM.com

L offre de gestion de la relation client adaptée à vos besoins. Sage CRM. et Sage CRM.com L offre de gestion de la relation client adaptée à vos besoins Sage CRM et Sage CRM.com Sage CRM, le CRM * à votre mesure LA TECHNOLOGIE AU SERVICE DE L EFFICACITÉ Sage CRM dispose d une architecture technique

Plus en détail

Réussir un projet Intranet 2.0

Réussir un projet Intranet 2.0 Frédéric Créplet Thomas Jacob Réussir un projet Intranet 2.0 Écosystème Intranet, innovation managériale, Web 2.0, systèmes d information, 2009 ISBN : 978-2-212-54345-2 Sommaire Démarche générale de l

Plus en détail

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Axe 1 : ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COMPLEXES

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Axe 1 : ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COMPLEXES Offre de service : ASSISTANCE POUR LA MISE EN PLACE EQUIPE PROJET Appui méthodologique et expertise sur des projets complexes nécessitant des expertises techniques poussées au regard de l évolution des

Plus en détail

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation DOSSIER DE PRESSE 30 janvier 2013 Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation Dossier de presse 30 janvier 2013 Une refondation accomplie. Depuis 2010, le Conseil

Plus en détail

Cahier des charges - Refonte du site internet www.sciencespo- rennes.fr

Cahier des charges - Refonte du site internet www.sciencespo- rennes.fr Cahier des charges Refonte du site internet www.sciencesporennes.fr Procédure d achat conformément à l article 28 alinéa I du Code des marchés publics 1. Présentation de la structure Reconnu pour son excellence

Plus en détail

Plan filière. des éco-activités. en Île-de-France

Plan filière. des éco-activités. en Île-de-France Plan filière des éco-activités en Île-de-France Le plan filière des éco-activités en Ile-de-France, piloté par le pôle de compétitivité Advancity, est mis en œuvre en partenariat avec la Chambre Régionale

Plus en détail

Rapport Séminaire de Fondation ATEC ITS France

Rapport Séminaire de Fondation ATEC ITS France Rapport Séminaire de Fondation ATEC ITS France Date : 29 Juin 2015 Rédaction : Marion APAIRE Jean-Marie ARDISSON Frank CHUCHE François-Xavier DUPERRET 08 juillet 2015 Le Séminaire de Fondation ATEC ITS

Plus en détail

Réalisation et conception des stands pilotés par ADVANCITY PARIS REGION au salon WORLD EFFICIENCY 2015. Cahier des charges techniques.

Réalisation et conception des stands pilotés par ADVANCITY PARIS REGION au salon WORLD EFFICIENCY 2015. Cahier des charges techniques. Réalisation et conception des stands pilotés par ADVANCITY PARIS REGION au salon WORLD EFFICIENCY 2015 Cahier des charges techniques Consultation CONTACTS Fabien REPPEL Responsable du Département Communication

Plus en détail

Création outil multimédia de restitution du projet «l intergénérationnel : un levier pour un levier pour créer du lien social en milieu rural

Création outil multimédia de restitution du projet «l intergénérationnel : un levier pour un levier pour créer du lien social en milieu rural CAHIER DES CHARGES Création outil multimédia de restitution du projet «l intergénérationnel : un levier pour un levier pour créer du lien social en milieu rural Juillet 2013 Sarah Pecas I - PRESENTATION

Plus en détail

QUI SOMMES-NOUS? Cette solution s adresse aussi bien aux PME/PMI qu aux grands groupes, disposant ou non d une structure de veille dédiée.

QUI SOMMES-NOUS? Cette solution s adresse aussi bien aux PME/PMI qu aux grands groupes, disposant ou non d une structure de veille dédiée. PRESENTATION QUI SOMMES-NOUS? La société VIEDOC, formée d ingénieurs expérimentés, conseille depuis 2004 les entreprises dans les domaines de la veille, de l intelligence économique et de l innovation.

Plus en détail

scfi, créateur de Solutions Innovantes... 2 Contrat de Partenariat... 3 Concept... 3 Services... 4 Domaines... 4 Atouts... 5

scfi, créateur de Solutions Innovantes... 2 Contrat de Partenariat... 3 Concept... 3 Services... 4 Domaines... 4 Atouts... 5 SOMMAIRE scfi, créateur de Solutions Innovantes... 2 Contrat de Partenariat... 3 Concept... 3 Services... 4 Domaines... 4 Atouts... 5 Expertise & Consulting... 6 Définir et Architecturer votre Système

Plus en détail

E-commerce et gestion de la relation client 26 Mars, 8H30 Xavier Masclaux Pôle Numérique xmasclaux@pole-numerique.fr @xmasclaux

E-commerce et gestion de la relation client 26 Mars, 8H30 Xavier Masclaux Pôle Numérique xmasclaux@pole-numerique.fr @xmasclaux E-commerce et gestion de la relation client 26 Mars, 8H30 Xavier Masclaux Pôle Numérique xmasclaux@pole-numerique.fr @xmasclaux Un Pôle de ressources en Drôme Un Pôle de ressources et d'échanges pour :

Plus en détail

Cahier des charges. «Application Internet pour le portail web i2n» Direction du Développement numérique du Territoire

Cahier des charges. «Application Internet pour le portail web i2n» Direction du Développement numérique du Territoire Direction du Développement numérique du Territoire Cahier des charges «Application Internet pour le portail web i2n» Direction du Développement Numérique du Territoire Maître d Ouvrage : REGION BASSE-NORMANDIE

Plus en détail

Réunion CFA du 21 mars 2006

Réunion CFA du 21 mars 2006 Réunion CFA du 21 mars 2006 1 LES TIC et L APPRENTISSAGE 1 Les TIC et l Apprentissage : une longue histoire Au plan de la gestion des établissements : Entre 1988 et 1993 : premier plan d informatisation

Plus en détail

www.premier-ministre.gouv.fr

www.premier-ministre.gouv.fr Portail du Gouvernement Site du Premier ministre Les Chantiers EN PERSPECTIVE Projets pour la France Tableau de bord du Gouvernement LES THÈMES Garantir la sécurité routière Les derniers titres Les dossiers

Plus en détail

L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010

L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010 L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010 Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Plus en détail

Votre Intranet Collaboratif et sa dimension Réseau Social d Entreprise

Votre Intranet Collaboratif et sa dimension Réseau Social d Entreprise Votre Intranet Collaboratif et sa dimension Réseau Social d Entreprise Vincent BOUTHORS PDG Tél: 01.39.23.10.07 e-mail : vincent.bouthors@jalios.com com Twitter: @VincentBouthors @Jalios Intranet collaboratif

Plus en détail

Enseignement supérieur Recherche

Enseignement supérieur Recherche Enseignement supérieur Recherche Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 61 CADRE DE DIRECTION EN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE Code : RCH01 Cadre de direction

Plus en détail

Personnalisation et recommandation * ENEIDE

Personnalisation et recommandation * ENEIDE Sylvain Garnier InfoStance Reponsable R&D Coordinateur ENEIDE Personnalisation et recommandation * ENEIDE Journée Données et Apprentissage Artificiel (DAPA) du 26 Mars 2009 1 Rapide description des ENT

Plus en détail

Le nouvel Intranet : Réseau Collaboratif d Entreprise

Le nouvel Intranet : Réseau Collaboratif d Entreprise Vincent BOUTHORS PDG Tél : 01 39 23 92 81 e-mail : Vincent.Bouthors@jalios.com Twitter : @VincentBouthors @Jalios Le nouvel Intranet : Réseau Collaboratif d Entreprise Nouvel Intranet : Réseau Collaboratif

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) CONCEPTION ET REALISATION D UNE PLATEFORME DIGITALE

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) CONCEPTION ET REALISATION D UNE PLATEFORME DIGITALE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) CONCEPTION ET REALISATION D UNE PLATEFORME DIGITALE Ce cahier des charges est composé d une offre de base et de trois options 1 CONTEXTE La communauté

Plus en détail

ABILIAN SICS-PC. Abilian SYSTÈME D INFORMATION COLLABORATIF ET SÉCURISÉ POUR LES PÔLES DE COMPÉTITIVITÉ

ABILIAN SICS-PC. Abilian SYSTÈME D INFORMATION COLLABORATIF ET SÉCURISÉ POUR LES PÔLES DE COMPÉTITIVITÉ SOLUTIONS 2.0 POUR LA COMPÉTITIVITÉ ET L INNOVATION ABILIAN SICS-PC SYSTÈME D INFORMATION COLLABORATIF ET SÉCURISÉ POUR LES PÔLES DE COMPÉTITIVITÉ Abilian Quels outils pour la compétitivité des acteurs

Plus en détail

Le Contacteur Hyperphone. Solution communicante plurimédia, téléphonie, SMS, fax, e-mail, courrier. Contacter mieux, plus vite, moins cher

Le Contacteur Hyperphone. Solution communicante plurimédia, téléphonie, SMS, fax, e-mail, courrier. Contacter mieux, plus vite, moins cher Le Contacteur Hyperphone Solution communicante plurimédia, téléphonie, SMS, fax, e-mail, courrier Contacter mieux, plus vite, moins cher Un marché en quête de solutions communicantes Qu il s agisse d enjeux

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 3 : Le web dans l entreprise Sommaire Introduction... 1 Intranet... 1 Extranet...

Plus en détail

Sage CRM Sage CRM.com

Sage CRM Sage CRM.com Sage CRM Solutions Sage CRM Sage CRM.com Parce que vous souhaitez > Développer votre portefeuille de prospects > Entretenir une relation régulière avec vos clients > Disposer d outils pour vous organiser

Plus en détail

Les fondements d une GPEC

Les fondements d une GPEC Les fondements d une GPEC 4 décembre 2013 Page 1 Les fondements d une GPEC La partie de l'image avec l'id de relation rid2 n'a pas été trouvé dans le fichier. La partie de l'image avec l'id de relation

Plus en détail

Intranet de nouvelle génération. Comment les RSE impactent la collaboration?

Intranet de nouvelle génération. Comment les RSE impactent la collaboration? Intranet de nouvelle génération Comment les RSE impactent la collaboration? Vincent BOUTHORS PDG Tél : 01 39 23 92 81 e-mail : Vincent.Bouthors@jalios.com Twitter : @VincentBouthors @Jalios Intranet de

Plus en détail

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Axe 1 Objectif Thématique 1 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l innovation Investissement prioritaire B : Promotion

Plus en détail

Communiqué de Pré-Lancement. Sage CRM.com Version 5.7

Communiqué de Pré-Lancement. Sage CRM.com Version 5.7 Communiqué de Pré-Lancement Sage CRM.com Version 5.7 Nouvelle offre produit Présent sur le marché de la Gestion de la Relation Client (CRM) depuis 3 ans en France, Sage compte environ 7000 clients qui

Plus en détail

Séminaire en ligne : Diffuser un management transversal des projets dans une université

Séminaire en ligne : Diffuser un management transversal des projets dans une université Séminaire NQI du jeudi 14 février 2013 En partenariat avec : Séminaire en ligne : Diffuser un management transversal des projets dans une université NQI COMPTE RENDU DE SEMINAIRE EN LIGNE Présenté par

Plus en détail

Dossier de presse. La Cantine Numérique de Saint-Brieuc

Dossier de presse. La Cantine Numérique de Saint-Brieuc Dossier de presse La Cantine Numérique de Saint-Brieuc Sommaire Préambule Attentes et besoins du territoire La Cantine Numérique de Saint Brieuc by Kreizenn Dafar Un espace physique 3 AXES FONDAMENTAUX

Plus en détail

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise.

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Solutions PME VIPDev Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Cette offre est basée sur la mise à disposition de l ensemble de nos compétences techniques et créatives au service

Plus en détail

POLES DE COMPETITIVITE. et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION

POLES DE COMPETITIVITE. et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION POLES DE COMPETITIVITE et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION Plan - Qu est-ce qu un pôle de compétitivité? - Qu est-ce qu un centre d innovation technologique? - Zoom sur Valorial

Plus en détail

LES RESSOURCES NUMERIQUES ET LE CDI :

LES RESSOURCES NUMERIQUES ET LE CDI : LES RESSOURCES NUMERIQUES ET LE CDI : QUELS ENJEUX POUR L'ETABLISSEMENT? QUELLES RESSOURCES ET QUELS ACCES POUR QUELS PUBLICS? Intervenants : Jean-Louis DURPAIRE, Inspecteur général de l'éducation nationale.

Plus en détail

La Gestion de la Relation Client n est pas un luxe : c est une nécessité pour gagner en efficacité

La Gestion de la Relation Client n est pas un luxe : c est une nécessité pour gagner en efficacité SAGE CRM EXPRESS La Gestion de la Relation Client n est pas un luxe : c est une nécessité pour gagner en efficacité Titre de la rubrique Pourquoi un logiciel de Gestion de la Relation Client? Découvrir

Plus en détail

POURQUOI COMMUNIQUER?

POURQUOI COMMUNIQUER? POURQUOI COMMUNIQUER? Pour être connu en acquérant de la notoriété Pour être reconnu en construisant une image positive de votre entreprise Toute société a de réels besoin en matière de communication quelle

Plus en détail

Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la création de son niveau site Internet

Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la création de son niveau site Internet Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la création de son niveau site Internet 1. Contexte 1.1 Les Pôles de compétitivité Ce sont des structures, en général associatives, mises

Plus en détail

La gouvernance documentaire dans les organisations françaises

La gouvernance documentaire dans les organisations françaises LIVRE BLANC La gouvernance documentaire dans les organisations françaises Enquête serdalab Mars 2011 serdalab Page 1 Sommaire Les problématiques auxquelles la gouvernance documentaire répond...4 La définition

Plus en détail

Projet OGAM. Fiche de présentation

Projet OGAM. Fiche de présentation Projet OGAM Fiche de présentation Table des matières 1 Éléments de contexte...2 2 Description de l opération...3 3 Les fonctionnalités minimales attendues...6 4 Gouvernance du projet...6 5 Les grandes

Plus en détail

UN PARTENARIAT NUMERIQUE ENTRE LA VILLE DE PARIS ET MICROSOFT

UN PARTENARIAT NUMERIQUE ENTRE LA VILLE DE PARIS ET MICROSOFT UN PARTENARIAT NUMERIQUE ENTRE LA VILLE DE PARIS ET MICROSOFT Mardi 29 janvier 2008 Contacts presse : Ville de Paris : Lionel Bordeaux Clarisse Guyonnet ; tel : 01 42 76 49 61 Microsoft : Ghislain Garesse

Plus en détail

Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence

Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence 2009-2012 PROGRAMME D URGENCE Ensemble pour l école de la réussite 2009-2012 ESPACE 1 ESPACE 2 ESPACE 3 ESPACE 4 Rendre effective l obligation de

Plus en détail

La labellisation «Medicen Paris Region»

La labellisation «Medicen Paris Region» La labellisation «Medicen Paris Region» De l utilité de la labellisation «Medicen Paris Region» La labellisation «Medicen Paris Region» d un projet francilien, dans le domaine de la santé, est une référence

Plus en détail

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de 1 2 «Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de Copie, seules les références bibliographiques peuvent

Plus en détail

Cahier des charges «Veille Techno» 2015

Cahier des charges «Veille Techno» 2015 Cahier des charges «Veille Techno» 2015 Novembre 2014 SOMMAIRE 1 Titre de niveau 1... Erreur! Signet non défini. 1.1 Titre de niveau 2... Erreur! Signet non défini. 1.1.1 Titre de niveau 3... Erreur! Signet

Plus en détail

Créateur d innovation 3D

Créateur d innovation 3D Créateur d innovation 3D www.virdys.com Sommaire sommaire Qui sommes nous? Constats Marché Solutions Virdys Présentation de Virtual Inside 3D Questions/réponses Qui sommes-nous? Qui sommes-nous? Editeur

Plus en détail

INAUGURATION. Lundi 26 septembre 2011 Conseil général, Chaumont

INAUGURATION. Lundi 26 septembre 2011 Conseil général, Chaumont INAUGURATION Lundi 26 septembre 2011 Conseil général, Chaumont SOMMAIRE Qu est ce que l ENE?... 2 L engagement haut-marnais... 2 Enjeux et contexte... 3 Ils soutiennent l ENE... 4 Les missions de l ENE...

Plus en détail

Responsable de l exploitation des applications de gestion (H/F)

Responsable de l exploitation des applications de gestion (H/F) Responsable de l exploitation des applications de gestion (H/F) Emploi type : Ingénieur en développement et déploiement d applications BAP : E Niveau : Ingénieur d études N concours : EPRIE02 Affectation

Plus en détail

Communication. Les différentes sous-familles et leurs missions. Communication interne, externe, relations publiques (13A)

Communication. Les différentes sous-familles et leurs missions. Communication interne, externe, relations publiques (13A) 13 Communication Cette famille rassemble des métiers dont la finalité est de renforcer la notoriété de l entreprise, de mettre en valeur ses produits, d améliorer la qualité de ses échanges d informations

Plus en détail

Usages et bénéfices d un Intranet 2.0

Usages et bénéfices d un Intranet 2.0 Vincent BOUTHORS PDG Tél : 01 39 23 92 81 e-mail : Vincent.Bouthors@jalios.com Twitter : @VincentBouthors @Jalios Usages et bénéfices d un Intranet 2.0 Le webinar débutera à 14h00. Utilisation de GoTo

Plus en détail

Le 26 mars 2015 Palais des Congrès de Madiana. www.numerikdays.com

Le 26 mars 2015 Palais des Congrès de Madiana. www.numerikdays.com Le 26 mars 2015 Palais des Congrès de Madiana www.numerikdays.com 1. Le constat 2. Les «NumerikDays» à l initiative du CNID 3. Nos ambitions 4. Une nouvelle façon d apprendre «Innovation pédagogique» 5.

Plus en détail

COMMUNICATION P R É A L A B L E À L A M I S E E N P L A C E D UNE ÉVÉNEMENTIELS-INFOGRAPHIE

COMMUNICATION P R É A L A B L E À L A M I S E E N P L A C E D UNE ÉVÉNEMENTIELS-INFOGRAPHIE Fonction de service émergente NUEL PROFESSIONNEL (dont la mutualisation entre CPIE ou structures locales pourrait être pertinente) COMMUNICATION ÉVÉNEMENTIELS-INFOGRAPHIE P R É A L A B L E À L A M I S

Plus en détail

AVEC LES. de votre. Pour vous. pitché. ENGIE, Hugues. Philippe. e, ORANGE, Nathalie. Fréderic GENERALE. SOCIETE. Aymeril PHILIPPE PALAT

AVEC LES. de votre. Pour vous. pitché. ENGIE, Hugues. Philippe. e, ORANGE, Nathalie. Fréderic GENERALE. SOCIETE. Aymeril PHILIPPE PALAT LES THEMATIQUES, LES PISTES DE COOPERATION AVEC LES STARTUPS ILS ONT PITCHES POUR VOUS Alain Jourdan, Directeur général adjoint de CREDIT AGRICOLE Technologies, Pascal Rioual, Délégué Innovation Groupe,

Plus en détail

Réunion Information Investissements d Avenir

Réunion Information Investissements d Avenir Réunion Information Investissements d Avenir Logiciel Embarqué et Objets Connectés Sophia, 16 Juillet 2013 Investissements Avenir : Réorientation Réorientation de 2,2 Mds$ du budget non engagé des IA Soutien

Plus en détail

Management des organisations

Management des organisations Management des organisations Rénovation Voie Technologique Tertiaire, de STG vers STMG Académie de Lyon Présentation de scenarii pédagogiques Classe de 1STMG Rappels Une approche dynamique : méthodes actives

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

SYLABE et Plaine innovation Meeting

SYLABE et Plaine innovation Meeting La Seine Saint Denis, et plus particulièrement le territoire de Plaine Commune concentre un pôle important de compétences tant au niveau des entreprises que de la recherche et des formations pluridisciplinaires

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. LA PREMIERE ECOLE DE COMMERCE DEDIeE AUX METIERS DU WEB. ESCEN - The Web Business School /// Paris - Bordeaux - San Francisco

DOSSIER DE PRESSE. LA PREMIERE ECOLE DE COMMERCE DEDIeE AUX METIERS DU WEB. ESCEN - The Web Business School /// Paris - Bordeaux - San Francisco DOSSIER DE PRESSE ESCEN - The Web Business School /// Paris - Bordeaux - San Francisco LA PREMIERE ECOLE DE COMMERCE DEDIeE AUX METIERS DU WEB ESCEN.fr Préambule 140 étudiants en 2013 1 secteur d activité

Plus en détail

GED: Gestion Electronique de Document (Support de cours) R. MAHMOUDI (mahmoudr@esiee.fr) www.research-ace.net/~mahmoudi 1 Gestion Electronique de Documents Plan du cours - Introduction générale - Spécificités

Plus en détail

Chef du service qualité, relations aux usagers et contrôle de gestion au sein de la Direction de l Environnement et de l énergie

Chef du service qualité, relations aux usagers et contrôle de gestion au sein de la Direction de l Environnement et de l énergie Chef du service qualité, relations aux usagers et contrôle de gestion au sein de la Direction de l Environnement et de l énergie Communauté d agglomération du Pays Ajaccien 1. La collectivité La Communauté

Plus en détail

Catalogue de conférences v1

Catalogue de conférences v1 Programme de s Catalogue de s v1 1 sur 9 Planning type des deux jours Programme de s Mercredi 23 mars 2011 (salon ouvert de 9h00 à 18h30) 9h30-10h15 : 10h30-11h15 : 11h30-13h00 : 13H30-14h15 : 14H30-15h15

Plus en détail

Création et animation du «Club TIC Oise» mardi 26 Juin 2012 18h00 20h00

Création et animation du «Club TIC Oise» mardi 26 Juin 2012 18h00 20h00 Création et animation du «Club TIC Oise» mardi 26 Juin 2012 18h00 20h00 «Le club Tic est cofinancé par l union européenne. L Europe s engage en Picardie avec le Fonds européen de développement régional»

Plus en détail

ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE

ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE MASTERE et 3 CYCLE SPECIALISE EN ENTREPRENEURIAT SYLLABUS Année 2013/2014 Responsables : Olivier IGON Secrétaire : Zohra BA ( : (33) 05.61.29.48.80 Bâtiment Le Bosco Bureau

Plus en détail

PAU-PYRENEES, UNE AGGLOMERATION 100% HAUT ET TRES-HAUT DEBIT

PAU-PYRENEES, UNE AGGLOMERATION 100% HAUT ET TRES-HAUT DEBIT DOSSIER DE PRESSE PREMIERE EN FRANCE : AXIONE RACCORDE LE 5 000 EME USAGER A L INTERNET TRES HAUT DEBIT Le Très Haut Débit est désormais une réalité en France. Axione, filiale d ETDE (Bouygues Construction),

Plus en détail

S inscrire dans une dynamique de création de valeur et renforcer les chances du succès commercial des projets collaboratifs

S inscrire dans une dynamique de création de valeur et renforcer les chances du succès commercial des projets collaboratifs Module 17 Marketing S inscrire dans une dynamique de création de valeur et renforcer les chances du succès commercial des projets collaboratifs Objectifs pédagogiques Ce module dédié à l approche marketing

Plus en détail

L'Éditoriel, un outil unique de gestion de contenu éditorial, rapide, adaptable, modulable, évolutif, puissant.

L'Éditoriel, un outil unique de gestion de contenu éditorial, rapide, adaptable, modulable, évolutif, puissant. n e t - p u bl i s h i n g w e b - d e s i g n i n t e r n e t m u l t i m e d i a o n / o f f - l i n e w w w. l e p o i n t c o m. c o m e c r i r e @ l e p o i n t c o m. c o m Réussir votre implantation

Plus en détail

!"##""" $%$ &"'$# 1. Modéliser et qualifier la relation entre les tuteurs et les formateurs

!## $%$ &'$# 1. Modéliser et qualifier la relation entre les tuteurs et les formateurs !"##""" $%$ &"'$# F.S.E. Demandé F.S.E. Accordé 1. CONTEXTE Le projet collectif relation / Entreprises par l approche compétences vise à donner une suite et créer de nouveaux liens transversaux entre les

Plus en détail

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance LIVRE BLANC Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance Une vision détaillée des fonctions de CRM etde Gestion de Connaissances dansl environnement commercial actuel.

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

Appel à Projets. Expérimentation du déploiement de bornes de recharge sur le domaine public et du développement de la mobilité électrique

Appel à Projets. Expérimentation du déploiement de bornes de recharge sur le domaine public et du développement de la mobilité électrique Appel à Projets Expérimentation du déploiement de bornes de recharge sur le domaine public et du développement de la mobilité électrique Novembre 2012 1- Contexte général Parce que la région Nord-Pas de

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES Dispositif : USAGES NUMERIQUES (7.2.C) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter l usage des services numériques. 1. Actions éligibles :

Plus en détail

Kodiz : La clé universelle de l internet mobile

Kodiz : La clé universelle de l internet mobile Kodiz : La clé universelle de l internet mobile KODIZ : DÉMOCRATISER LE WEB MOBILE Introduction ou état des lieux de l univers mobile Ces dernières années, l Internet mobile marque un tournant, poussant

Plus en détail

COMMUNICATION Cahier des charges communication phase 2 n 12-00647

COMMUNICATION Cahier des charges communication phase 2 n 12-00647 Page 1/9 COMMUNICATION Cahier des charges communication phase 2 n 12-00647 DATE : Le 9 octobre 2012 IDENTIFICATION DU DOCUMENT OBJET : PROJET : [ ] cahier des charges de communication Innovation Libellé

Plus en détail