MAITRISE DU RISQUE ALLERGENES DANS LES INDUSTRIES AGRO-ALIMENTAIRES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MAITRISE DU RISQUE ALLERGENES DANS LES INDUSTRIES AGRO-ALIMENTAIRES"

Transcription

1 MAITRISE DU RISQUE ALLERGENES DANS LES INDUSTRIES AGRO-ALIMENTAIRES Grégoire CORDIER Directeur Régional CTCPA pole SUD - OUEST AUCH

2 PLAN Maitrise du risque allergènes dans les IAA Les aspects réglementaires La responsabilité des acteurs et Etiquetage préventif Application de l HACCP à la gestion du risque allergène : Gestion de risque par les mesures de maitrise Matières premières Matériel Main d œuvre Méthode Milieu Point critique pour la maitrise allergènes? <2> Conclusion

3 alimentaires : La réglementation européenne La Directive 2000/13/CE modifiée par la Directive 2003/89 CE Retranscrite dans le Code de la consommation (Livre 1-Titre 1- Chap II- Annexe IV) Ingrédients et substances volontairement mis en œuvre et toujours présents dans le produit fini. Ne concerne ni la présence fortuite, ni les produits non préemballés. sera abrogée et remplacée le 13 décembre 2014 par : <3> Le règlement n 1169/2011 concernant l information des consommateurs sur les denrées alimentaires «La liste des substances ou produits provoquant des allergies ou intolérances» Annexe III reste inchangée

4 alimentaires : La réglementation européenne la Directive 2003/89 CE Fournit une information spécifique sur les ingrédients allergènes et fixe la liste des Allergènes à Déclaration Obligatoire (ADO). La liste des allergènes majeurs : annexe III bis <4>

5 alimentaires : La réglementation européenne la Directive 2003/89 CE Fournit plus d information sur la composition des denrées alimentaires et Supprime les dérogations d étiquetage (auxiliaires techno, ingrédients composés, ) pour les ingrédients allergènes. Paragraphe 5 Alinéa 2 iii) La règle des 2 % ne s applique pas pour les ingrédients cités dans l annexe III bis Par exemple : Si présence d allergène majeur dans l ingrédient, il doit être clairement étiqueté «Lécithine de soja» et non «E322» «Amidon + origine végétale» «Amidon modifié + origine végétale» «Huile d arachide» et non «huile végétale» <5>

6 alimentaires : La réglementation européenne La Directive 2006/142 CE décembre 2006 Ajoute à l annexe III bis le lupin, les mollusques et leurs dérivés. (14 allergènes) <6> " Céréales contenant du gluten " Crustacés et produits à base de crustacés " Œufs et produits à base d œufs " Poissons et produits à base de poisson " Arachides et produits à base d arachides " Soja et produits à base de soja " Lait et produits à base de lait " Fruit à coques (amandes, noisettes, noix ) " Céleri et produits à base de céleri " Moutarde et produits à base de moutarde " Graines de sésame et produits à base de graines de sésame " Anhydrides sulfureux et sulfites (>10mg/kg /litre) " Lupin " Mollusques

7 alimentaires : La réglementation européenne AUTRES Directives ou règlements La Directive 2007/68 CE Précise les exclusions : Sirop de glucose à base de blé, Gélatine de poisson ou ichtyocolle (utilisée comme agent de clarification de la bière ou du vin). Exemption confirmée fin juin 2012 suite à des études prouvant l absence de protéines de poissons dans le produit fini. en attendant les résultats d évaluation scientifique pour <7> - Gélatine de poisson : support d arôme - Huile essentielle de feuilles et graines de céleri, - Oléorésine de graines de céleri, - Huile essentielle de moutarde, - Huile essentielle de graines de moutarde, - Oléorésine de graines moutarde étiquetage obligatoire

8 alimentaires : les substances supplémentaires Le règlement d exécution n 579/2012 du 29 juin 2012 modifie le règlement n 607/2009 qui fixe les modalités d application du règlement n 479/2008 qui concerne ( ), l étiquetage et la présentation de certains produits du secteur vitivinicole. L exemption dont faisait l objet la filière vitivinicole est levée suite aux différentes études menées par les centres techniques et l ANSES. Les ingrédients à base de lait et d œuf utilisés comme agent de clarification doivent être mentionnés selon les termes définis dans l ANNEXE X partie A: «Sulfites» ou «anhydride sulfureux» «Œuf», «protéine de l œuf», «produit de l œuf», «lysozyme de l œuf» ou «albumine de l œuf» «Lait», «produit du lait», «caséine du lait» ou «protéine de lait» Application Récolte 2012 et vin étiqueté après le 30 juin <8>

9 alimentaires : La réglementation européenne Les mentions peuvent être accompagnées de pictogramme <9>

10 alimentaires : la réglementation européenne " Cas particulier de l intolérance au gluten Le règlement 41/2009 du 20 janvier 2009 relatif à la composition et à l étiquetage des denrées alimentaires convenant aux personnes souffrant d une intolérance au gluten fixe la teneur maximale en gluten à : 20 mg/kg dans le produit fini => mention «sans gluten» Entre 21 et 100 mg/kg => mention «très faible teneur en gluten» " Cas particulier des anhydrides sulfureux et sulfites Les sulfites ne provoquent pas de réaction allergique à proprement parler mais des réactions d intolérance. Mais ils ont été quand même inclus dans les ADO (allergènes à déclaration obligatoire) => d où le seuil de 10mg/L. " Cas particulier du lactose <10> L addition du lactose aux ADO : le lactose n est jamais utilisé seul mais avec des protéines de lait potentiellement allergisantes chez les jeunes enfants souvent hautement allergiques. Un moyen d identifier la présence des protéines de lait. Source : CNA, Avis n 66,2010 (1)

11 alimentaires : La réglementation européenne Le règlement n 1169/ INCO Référence claire au nom de la substance listée en Annexe II Faire ressortir cet ingrédient : couleur, style, taille, police différente pour mettre en évidence la présence de l allergène. Si absence de liste d ingrédients (ex : certaine boisson) : «contient des sulfites» Pour chaque ingrédient et chaque auxiliaire technologique, il faut préciser l ADO même s il est identique dans les 2 produits. Si la dénomination fait clairement référence à un ADO alors la mention n est pas obligatoire. Ex : lait, œuf, moutarde, <11> ANNEXE II : Substances ou produits provoquant des allergies ou intolérances.

12 alimentaires : La réglementation européenne HORS PERIMETRE DES DIRECTIVES " Cas de la présence fortuite d allergènes Les règles d étiquetage ne s appliquent qu aux allergènes volontairement introduits. Pas de disposition réglementaire pour les contaminations fortuites d ADO Selon la DGCCRF n du 25 nov. 2005, le recours à des étiquetages «peut contenir des traces de» ou «susceptibles de contenir des» ne doit constituer qu un DERNIER recours. <12> " Cas particulier des aliments non préemballés Création d un groupe de travail au CNA sur «La proposition de règlement européen concernant l information des consommateurs sur les denrées alimentaires : information sur l emploi d allergènes dans les denrées non préemballées». Le règlement INCO, Art 44, impose l obligation aux professionnels d informer le consommateur final et les collectivités de la présence d Allergènes à Déclaration Obligatoire. La forme, de leur expression et leur présentation, reste à définir par les Etats membres. Source : CNA, Avis n 66,2010 (1)

13 PLAN Maitrise du risque allergènes dans les IAA Les aspects réglementaires la responsabilité des acteurs et Etiquetage préventif Application de l HACCP à la gestion du risque allergène : Gestion de risque par les mesures de maitrise Matières premières Matériel Main d œuvre Méthode Milieu Point critique pour la maitrise allergènes? <13> Conclusion

14 Le risque allergène : définitions Présence fortuite : présence d un allergène majeur dans un produit fini alors qu il n est pas un composant mis en œuvre volontairement Présence fortuite primaire : Un composant utilisé volontairement chez un industriel et source d allergène majeur, se retrouve dans un produit fini qui n en contient pas normalement L allergène majeur se retrouve dans un composant qui normalement n en contient pas. (Composant faisant partie de la recette) Présence fortuite secondaire : Un allergène majeur présent de manière fortuite dans un composant luimême involontairement introduit dans la recette <14> Présence fortuite hétérogène : de manière ponctuelle, peut concerner qu un seul UVC Présence fortuite homogène : Allergène dilué dans l ensemble d une fabrication Source : AFSSA, 2008 (4)

15 alimentaires : la responsabilité des acteurs Allergène majeur à déclaration obligatoire volontairement introduit et non étiqueté Changement de formulation, erreur de recette, Le fabricant est en faute : défaut de produit et information donnée au consommateur insuffisante. Au niveau pénal : Délit intentionnel (tromperie, falsification ) <15>

16 alimentaires : la responsabilité des acteurs Allergène présent de manière fortuite La présence fortuite serait classé dans délit involontaire (blessure ou homicide involontaire) Cas 1 : contamination fortuite non mentionnée sur l étiquette : Le fabricant sera «condamné» si : " Aucune démarche d évaluation du risque de contamination croisée d ADO (méthode HACCP) " Risque identifié, mais aucune mesure mise en place pour sa maîtrise. Cas 2 : contamination fortuite mentionnée sur l étiquette : Selon le juge, cette mention ne devrait pas protéger complètement le fabricant d autant plus s il ne respecte pas les 2 points cités précédemment. Source : CNA, Avis n 66,2010 (1) <16>

17 Logigramme pour un étiquetage de prévention Risque matière première Risque fabrication Interrogation des fournisseurs sur le risque de présence fortuite Présence d allergène majeur sur le site en dehors du produit concerné? oui non Identification des voies de croisements possibles absence Déclaration fournisseur Risque de présence Des procédures déjà en place (ex : nettoyage) permettent-elles de maîtriser le risque? oui oui Mesures de prévention possibles? Non ou seulement réduction du risque Non ou seulement réduction du risque Peut-on maîtriser le risque par d autres moyens (modification de formule, nettoyage, réorganisation de ligne, investissement, )? oui Fin de l analyse des risques, pas d étiquetage <17> particulier non L étiquetage de cette présence fortuite est-il pertinent au regard de sa nature, sa présence primaire ou secondaire, son caractère homogène ou hétérogène? oui Étiquetage de prévention Non ou partiellement seulement non Fin de l analyse des risques, pas d étiquetage particulier source : logigramme de l ANIA, 2005 (5)

18 PLAN Maitrise du risque allergènes dans les IAA Les aspects réglementaires la responsabilité des acteurs et Etiquetage préventif Application de l HACCP à la gestion du risque allergène : Gestion de risque par les mesures de maitrise Matières premières Matériel Main d œuvre Méthode Milieu Point critique pour la maitrise allergènes? <18> Conclusion

19 «le paquet hygiène» réglementation sur l hygiène des denrées alimentaires <19>

20 La gestion du risque allergène : La démarche HACCP Prérequis PrP <20>

21 La gestion du risque allergène : La démarche HACCP PRINCIPE 1 de la méthode HACCP Identification du danger allergène, les allergènes à déclaration obligatoire présents : Dans TOUS les produits finis y compris les négoces Dans TOUTES les matières premières y compris celles de la R&D (voir lieu de restauration) Recherche des causes 5M D apparition ( présence fortuite primaire, secondaire) De contaminations croisées, D erreurs d étiquetage. Détermination de mesures de maitrise (Prp, PrPo,bonnes pratiques) <21>

22 La gestion du risque allergène : Exemple de contamination croisée Utilisation d ustensile : MATERIEL /METHODE : Exemple (source ACTIA, 2009 ) : utilisation de la même pelle pour peser plusieurs ingrédients Etude réalisée sur un ustensile en plastique : Prélèvement de 2 doses de farine dans le récipient A Prélèvement de 2 doses de sucre dans le récipient B avec le même ustensile => analyse de B Analyse sur la cuillère en fin de test et sur le reste de sucre dans le sac Résultats : " Dans le récipient B : contamination élevée (>300 ppm) " La pelle en fin de test : contamination élevée (>400 ppm) " Le sucre restant dans le sac : contamination significative (> 150 ppm) <22>

23 La gestion du risque allergène : Exemple de contamination croisée Lavage des mains : MAIN D ŒUVRE Exemple (source ACTIA, 2009 ) : pendant la pause, 2 ouvriers mangent des biscuits Etude réalisée sur les mains : Tests sur les mains avant la pause Tests sur les mains après avoir mangé le biscuit Tests sur les mains après lavage avec une solution moussante antiseptique Résultats : " Après la consommation biscuit (>400 ppm : entre 610 et 950 ppm) " Après lavage : personne 1 : proche de la limite de détection (<20 ppm) et la personne 2 : non détectable " Le renouvellement a montré qu on pouvait aller jusqu à 120 ppm <23>

24 La gestion du risque allergène : La démarche HACCP METHODE DES 5 M - RECHERCHE DES CAUSES : <24> source : logigramme de l ANIA, 2005 (5)

25 PLAN Maitrise du risque allergènes dans les IAA Les aspects réglementaires la responsabilité des acteurs et Etiquetage préventif Application de l HACCP à la gestion du risque allergène : Gestion de risque par les mesures de maitrise Matières premières Matériel Main d œuvre Méthode «Milieu» Point critique pour la maitrise allergènes? <25> Conclusion

26 La gestion du risque allergène : les mesures de maîtrise MATIERES PREMIERES : Les intrants Lister tous les ingrédients sans oublier les possibles recyclages de produit Fiches techniques complètes de TOUS les ingrédients Les engagements de fournisseurs de mise en œuvre d une analyse HACCP sur allergènes Un formulaire de déclaration des allergènes majeurs Changement de forme de la matière première : pate de noisette à la place de poudre de noisette (W de la R&D) <26>

27 Evaluation du risque dans la matière première source : logigramme de l ANIA, 2005 (5) La déclaration fournisseur est elle exhaustive et fidèle à la réalité? OUI Le risque de présence peut-il être écarté? OUI Action auprès de fournisseurs, Audit NON NON OUI Action auprès de fournisseurs, Audit Est il possible de mettre en place des mesures de OUI prévention? Ces mesures de prévention sont elles suffisantes pour écarter le danger? NON NON Mesures complément aires de gestion du risque ou étiquetage <27>

28 La gestion du risque allergène : Les mesures de maîtrise MATIERES PREMIERES : le stockage Lister tous les ingrédients sans oublier les possibles recyclages de produit Identification claire des ingrédients avec allergène dès réception, Spécialisation des zones ou bacs de stockage, Utilisation de bacs avec un couvercle et identifiés, Affichage des produits / recettes contenant ou pas des allergènes, Nettoyage strict de la zone, Utilisation de système centralisé d aspiration des poussières <28>

29 La gestion du risque allergène : Les mesures de maîtrise MATERIEL ET EQUIPEMENT Critères de : conception de construction d installation qui permettent d optimiser la nettoyabilité d un équipement. L EHEDG (European Hygienic Engineering and Design Group) travaille sur ces critères. <29>

30 La gestion du risque allergène : Exemple de contamination Défauts de conception MATERIEL ET EQUIPEMENT <30>

31 La gestion du risque allergène : Les mesures de maîtrise Recommandions sur des trémies _ Préférer les raccords soudés _ Ménager les angles arrondis (rayon optimum pour le nettoyage = 20mm) _ Réaliser des parois à très forte pente _ Adopter les profils recommandés pour les bords supérieurs <31>

32 La gestion du risque allergène : Les mesures de maîtrise Les trémies (ou les cuves ouvertes) : les bords supérieurs <32>

33 La gestion du risque allergène : Les mesures de maîtrise MAIN D OEUVRE La formation des personnels notamment aux postes clés (pesée, préparation des formules ) mais pas seulement Validation des modes opératoires <33>

34 La gestion du risque allergène : Les mesures de maîtrise METHODE Modification de l organisation de production : les produits avec des allergènes en fin de journée ou de semaine => production Méthode de nettoyage entre les ordres de fabrication : abandon des systèmes de soufflage, nettoyage plutôt humide, équipe formée, détergent adapté aux souillures à retirer => équipe de nettoyage / production Validation des méthodes de nettoyage et contrôles ponctuels : analyse des premiers produits après le nettoyage / analyse des surfaces avant reprise de la production => qualité La lutte contre les contaminations croisées est l affaire de les services <34>

35 PLAN Maitrise du risque allergènes dans les IAA Les aspects réglementaires la responsabilité des acteurs et Etiquetage préventif Application de l HACCP à la gestion du risque allergène : Gestion de risque par les mesures de maitrises Matières premières Matériel Main d œuvre Méthode «Milieu» Point critique pour la maitrise allergènes? <35> Conclusion

36 La gestion du risque allergène : La démarche HACCP <36> PRINCIPE 2 de la méthode HACCP Déterminer les points critiques à maîtriser Selon le Codex alimentarius, un CCP est un stade auquel une surveillance peut être exercée et est essentielle pour prévenir ou éliminer un danger, L application d un arbre* est difficile => beaucoup d actions de maîtrise sont des bonnes pratiques ou des PrPo Quel seuil critique définir (principe 3)? Pas de réglementation à ce sujet Peut-on se restreindre aux limites de détection des méthodes d analyse rapide? Le nettoyage = PrPo voire un CCP s il y a des techniques de détection rapide, permanent des protéines selon un protocole défini. *arbre de décision pour la détermination d un CCP selon le codex Alimentarius

37 Déterminer les points critiques à maîtriser CCP dans certain process Comment évolue l allergène au cours du process? Quels impacts? Faut-il modifier mon process? La gestion du risque allergène : La démarche HACCP Impact du traitement thermique sur les épitopes des protéines, étude sur la farine de sarrasin, Tomotake et al (2012) 110 C 30 min 115 C 30 min 121 C 5 ou 15 min 121 C 30 min Impact sur la réduction de l allergénicité de la protéine 24-kDA <37>

38 La gestion du risque allergène : La démarche HACCP D autres traitements comme des procédés protéolytiques, diverses filtrations, l irradiation, la lumière pulsée ou la haute pression => modifie le niveau d allergénicité (Poms & Anklam, 2004) La structure de la protéine est modifiée et donc la présentation de l épitope. Certains épitopes cachés peuvent être révélés lors de la dénaturation de la protéine. L ovalbumine de l œuf est sensible au traitement par haute pression à 400 MPa, (Lopez-Exposito et al., 2008) L allergénicité du céleri diminue avec un traitement à 600 MPa (Jankiewicz et al., 1997) <38>

39 <39> La gestion du risque allergène : La démarche HACCP PRINCIPE 3 de la méthode HACCP Fixer les seuils critiques pour chaque CCP Liste de méthodologie de prélèvement et d analyse, Les tests rapides/ tests en laboratoire Identifier les limites de détection liées aux méthodes d analyse pour chaque allergène ciblé, Identifier les seuils réactogènes connus pour chaque allergène ciblé : Selon l ANSES, les études publiées ne permettent pas actuellement de définir de manière certaine la plus petite dose déclenchant une réaction allergique. Plusieurs seuils sont proposés : Arachide : 0,19mg (Bindslev- Jensen C,2002); 0,03mg (Wensing et al, 2002); 10mg de farine d arachide (Flinterman et al, 2006) Système VITAL Justifier les valeurs limites ou seuils choisis pour l interprétation interne des résultats de surveillance des CCP ou des PrPo

40 La gestion du risque allergène : La démarche HACCP La quantification du risque : Système VITAL (Voluntary Incidental Trace Allergen Labelling) : Réflexion sur les seuils par le Codex, Système mis en œuvre en Australie et Nouvelle-Zélande, Débouche sur la fixation de seuils par les autorités. Niveau 1 : niveau en-dessous duquel il n y a pas d étiquetage Niveau 2 : étiquetage «peut contenir..» Niveau 3 : Etiquetage des ADO Les valeurs des seuils sont données en mg/kg (ppm) de protéines totales Allergène Lait Œuf Soja Poisson Arachid e Fruits à coque Sésame Crustacés Gluten Niveau 1 < 5 < 2 < 10 < 20 < 2 < 2 < 2 < 2 < 2 Niveau Niveau 3 > 50 >20 > 100 > 200 >20 >20 >20 >20 > 100 <40>

41 La gestion du risque allergène : La démarche HACCP Système VITAL (Voluntary Incidental Trace Allergen Labelling) : 3 différents types de seuil à distinguer: Le seuil de réactivité clinique d un individu, soit la dose minimale à laquelle va réagir un sujet allergique donné, Les seuils de protection d une population d individus sensibilisés, valeurs qui résultent d une décision de santé publique (quelle proportion de la population décide-t-on de protéger ) Le seuil technologique qui correspond à la capacité de gestion par l industriel des différents allergènes : matrice, échantillonnage, seuil de détection, Source : CNA, 2010 (1) <41>

42 La gestion du risque allergène : La démarche HACCP PRINCIPE 4 de la méthode HACCP Mettre en place un système de surveillance Décrire les méthodes de contrôle du nettoyage et de la désinfection par exemple Les prélèvements : méthodes, lieux, nb d échantillons, Les responsabilités : prélèvement, analyse, interprétation. Un test rapide pour une surveillance en «quasi» continu, Vérifier l efficacité du protocole : validation (résultats des analyses de surface et dans le produit), vérification (application des mesures, plan de contrôles allergènes, procédure de retrait et rappel, ) Former le personnel, TOUT le personnel <42> Enregistrer les résultats.

43 CONCLUSION La gestion du risque allergène L étiquetage de prévention n est pas un étiquetage de précaution La méthode HACCP est un outil indispensable pour la gestion du risque allergènes pour la production de produit alimentaires ; une Démarche «volontaire» des entreprises : le risque est connu par les industriels mais ne peut être totalement écarté Le plan de maitrise va s appuyer principalement sur des bonnes pratiques (PrP) et mesures préventives <43> La maitrise des CCP (si CCP) reste fortement dépendante de l absence de seuil et parfois de méthodes d analyse adhoc

44 La gestion du risque allergène Certaines entreprises font le choix de : Réduire au maximum les risques de contaminations croisées par des nettoyages efficaces, Etablir un seuil arbitraire : 1ppm, au-delà le nettoyage est considéré comme non efficace, Etablir par calcul, la quantité d allergène du produit X restant sur la ligne après nettoyage et pouvant se trouver dans le produit Y fabriqué ensuite, Choisir de ne pas prendre en compte la présence fortuite des allergènes majeurs dans des ingrédients fournis et utilisés en faible quantité dans un grand volume => forte dilution. <44> Source : NUTRIXO, séminaire allergène, 13/11/2011

45 Bibliographie 1. CNA, Avis n 66 «Comment mieux cerner et satisfaire les besoins des personnes intolérantes ou allergiques à certains aliments?», 12 janvier 2010, 58p 2. AFSSA, «Allergies alimentaires Etat des lieux et propositions d orientations», 1 er janvier 2002,104p 3. AFSSA, PNNS, «Allergies alimentaires : connaissances, clinique et prévention» janvier 2004, 70p 4. AFSSA, «Allergies alimentaires et étiquetage de précaution», novembre 2008, 95p 5. ANIA, «Guide des bonnes pratiques pour la réduction des présences fortuites d allergènes majeurs», février 2005, 23p 6. ACTIA, ADRIA NORMANDIE, «gestion du risque allergènes alimentaires», 2009, 176p 7. CNA, Avis n 68 «Comment mieux cerner et satisfaire les besoins des personnes intolérantes ou allergiques à certains aliments?», 3 mars 2011, 32p 8. Note de l ANIA «Méthodes d analyse des allergènes» mai 2012 <45>

46 CTCPA SUD OUEST votre contact : Grégoire CORDIER CRITT/CTCPA ZI du Mouliot AUCH <46>

47 Le CTCPA centre technique agro-alimentaire national, statut CTI présent sur 5 régions (total 80 salariés) Avec des missions DE SERVICE PUBLIC : La Recherche Collective Filières, référent réglementaire DE SOUTIEN TECHNIQUE : référent technique de la conservation des aliments (conserves et déshydratés) DE PRESTATIONS dans le domaine de la R&D, Transfert de Technologie, Conseil et Formation <47>

48 Le CTCPA en quelques chiffres 80 personnes 5 sites en région + 1 siège social à Paris Répartition du Chiffre d affaires 2012 Total : 7,31 millions d <48> Contrats de recherche partenariale avec cofinancements (État, Région, Europe, ) Contrats privés avec tout type d entreprise Taxe fiscale affectée Obligatoire pour les entreprises fabriquant des produits appertisés ou déshydratés Depuis ressortissants

49 CTCPA SUD OUEST LE CTCPA SUD OUEST Labellisé : Centre de Ressources Technologiques Une Équipe technique de 9 personnes (sur un effectif de 11 personnes ) 6 chefs de projets Technologie 1 chef de projet Développement Durable 1 Technicien process 1 Ingénieur en apprentissage Nouvelle implantation Octobre 2012 de 600m2 Un Laboratoire R&D Agroparc Auch Une antenne sur Rodez ( 1chef de projet ) Une antenne sur Mt de Marsan ( juillet 2013) <49>

50 ACTIVITES du CTCPA SUD OUEST <50> Domaines de compétences principaux : - Formulation et mise au point de produits nouveaux ( process) dans les filières viandes rouges, volailles, céréales transformées, produits sucrés, fruits & légumes transformés - Technologie de conservation des aliments : appertisation, surgélation, stabilisation par baisse de l Aw (salage, séchage) pasteurisation, réfrigération, lumière pulsée, hautes pressions hydrostatiques en cours - Sécurité alimentaire ( audit microbiologique, gestion de crise...) - Optimisation de production ( ingénierie d opérations unitaires / mise en place outils de performance, VSM, TRS.../ réduction des consommations audit eau.. ) - Management de développement durable (Bilan carbone /Analyse du Cycle de Vie ) - Formation continue & GPEC : gestion prévisionnelle des emplois et des compétences

Résumé d'avis. (Requête nº EFSA-Q-2003-016) (adopté le 19 février 2004)

Résumé d'avis. (Requête nº EFSA-Q-2003-016) (adopté le 19 février 2004) Résumé d'avis Avis du comité d experts «produits diététiques, nutrition et allergies» sur une saisine de la Commission relative à l évaluation des aliments allergéniques à des fins d étiquetage (Requête

Plus en détail

Mots-clés : denrée, préemballé, étiquetage, ingrédient, information, consommateur, allergène, boulanger, pain

Mots-clés : denrée, préemballé, étiquetage, ingrédient, information, consommateur, allergène, boulanger, pain Circulaire n 6252 2 Février 2015 Gestion de l entreprise Fabrication Réglementation hygiénique et sanitaire 7 0 5 Dossier suivi par : Flavie SOUPLY Rédactrice : Flavie SOUPLY Ligne directe : 01.43.59.45.08

Plus en détail

Fiche pratique règlementation n 1 hygiène alimentaire

Fiche pratique règlementation n 1 hygiène alimentaire Fiche pratique règlementation n 1 hygiène alimentaire Sommaire : Température de conservation? Page 1 Durée de conservation? Page 3 DLUO, DLC? Page 4 L étiquetage des denrées alimentaires? Page 5 Étiquetage

Plus en détail

PRINCIPALES OBLIGATIONS EN RESTAURATION COMMERCIALE

PRINCIPALES OBLIGATIONS EN RESTAURATION COMMERCIALE PRINCIPALES OBLIGATIONS EN RESTAURATION COMMERCIALE Direction Départementale de la Protection des Populations de la Loire-Atlantique Information du consommateur Remise d'une note au client Affichage des

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

NORME GÉNÉRALE POUR L ÉTIQUETAGE DES DENRÉES ALIMENTAIRES PRÉEMBALLÉES

NORME GÉNÉRALE POUR L ÉTIQUETAGE DES DENRÉES ALIMENTAIRES PRÉEMBALLÉES 1 L Étiquetage des Denrées Alimentaires Préemballées (CODEX STAN 1-1985) NORME GÉNÉRALE POUR L ÉTIQUETAGE DES DENRÉES ALIMENTAIRES PRÉEMBALLÉES CODEX STAN 1-1985 1. CHAMP D APPLICATION La présente norme

Plus en détail

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES Service de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires SAAV Amt für Lebensmittelsicherheit und Veterinärwesen LSVW Chemin du Musée 15, 1700 Fribourg T +41 26 305 80 10, F +41 26 305 80 19 www.fr.ch/lsvw

Plus en détail

Informations produit

Informations produit Informations produit Ce document légal doit être conservé en magasin et mis à la disposition des clients ou représentants chargés de faire respecter la loi sur demande. Version 8 mars 2015 60616 Gâteau

Plus en détail

aliste ingrédients ales informations nutritionnelles

aliste ingrédients ales informations nutritionnelles aliste ingrédients ales informations Ballotin 250g Pralines assorties en chocolat au lait, noir et blanc Ingrédients : sucre, pâte de cacao, lait entier en poudre, beurre de cacao, noisettes, matières

Plus en détail

Les Petites Toques PLAT CHAUD. STEAK HACHE PETIT MODELE Poids net pour une part : 80 g Ingrédients : Steak haché (origine Union Européenne).

Les Petites Toques PLAT CHAUD. STEAK HACHE PETIT MODELE Poids net pour une part : 80 g Ingrédients : Steak haché (origine Union Européenne). Les Petites Toques PLAT CHAUD STEAK HACHE PETIT MODELE Poids net pour une part : 80 g Ingrédients : Steak haché (origine Union Européenne). PEPITES DE PLET PANE Poids net pour une part : 115 g Ingrédients

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP HACCP parle-t-on de l HACCP? La réglementation en matière d hygiène alimentaire a considérablement évolué ces dernières années. La compétence des professionnels dans le choix des moyens à mettre en œuvre

Plus en détail

NORME CODEX POUR LES SUCRES 1 CODEX STAN 212-1999

NORME CODEX POUR LES SUCRES 1 CODEX STAN 212-1999 CODEX STAN 212-1999 Page 1 de 5 NORME CODEX POUR LES SUCRES 1 CODEX STAN 212-1999 1. CHAMP D'APPLICATION ET DESCRIPTION La présente norme vise les sucres énumérés ci-après destinés à la consommation humaine

Plus en détail

Surveillance et Contrôle

Surveillance et Contrôle Surveillance et Contrôle Rappel Surveillance et Contrôle Gestionnaires des risques Approche scientifique par les risques fondement Mesures sanitaires Options de gestion Activités de surveillance et de

Plus en détail

Ordonnance du DFI sur les sucres, les denrées alimentaires sucrées et les produits à base de cacao

Ordonnance du DFI sur les sucres, les denrées alimentaires sucrées et les produits à base de cacao Ordonnance du DFI sur les sucres, les denrées alimentaires sucrées et les produits à base de cacao du 23 novembre 2005 Le Département fédéral de l intérieur (DFI), vu les art. 4, al. 2, 26, al. 2 et 5,

Plus en détail

Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions

Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 30 juin 1994 concernant les édulcorants destinés à être

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

Chocolat au lait 34% de cacao minimum

Chocolat au lait 34% de cacao minimum N001 Collection dégustation 580g Cliquez sur le bonbon de votre choix pour voir sa composition détaillée : MADRILÈNE CŒUR LAIT PÉRIGORD FLORETTE FLANDRES LAIT PALET MAYA TORINÈSE ORANGETTE Sucre, pâte

Plus en détail

L allergie alimentaire chez l enfant François DOUCHAIN Service de Pédiatrie CH Arras

L allergie alimentaire chez l enfant François DOUCHAIN Service de Pédiatrie CH Arras L allergie alimentaire chez l enfant François DOUCHAIN Service de Pédiatrie CH Arras JAMA 26 janvier 2012 1 L allergie alimentaire (AA) touche environ 5% de la population infantile Semble en augmentation

Plus en détail

Catalogue Formation 2015

Catalogue Formation 2015 Catalogue Formation 2015 Because you care about CONSUMERS HEALTH HACCP Expertise, votre partenaire en sécurité des aliments Présentation du catalogue Pourquoi faire de la formation? Formation préventive

Plus en détail

FORMATIONS INTER-ENTREPRISES PROGRAMME 2015

FORMATIONS INTER-ENTREPRISES PROGRAMME 2015 S INTER-ENTREPRISES 2015 Contribuer à faire évoluer les compétences et les systèmes de management Management de la qualité et de la sécurité des aliments Nutrition, réglementation alimentaire Sensoriel

Plus en détail

JUIN 2012 DÉCEMBRE 2008. L étiquetage des denrées alimentaires. L information des consommateurs,

JUIN 2012 DÉCEMBRE 2008. L étiquetage des denrées alimentaires. L information des consommateurs, JUIN 2012 DÉCEMBRE 2008 INFO RÉGLEMENTATION info L étiquetage des denrées alimentaires L information des consommateurs, focus sur le règlement européen INCO L e règlement européen n 1169/2011 (ci-après

Plus en détail

à lever : pyrophosphate de soude, bicarbonate de soude, sorbate de potassium, sel fin, xanthane

à lever : pyrophosphate de soude, bicarbonate de soude, sorbate de potassium, sel fin, xanthane REF DESIGNATION COMPOSITION ALLERGENE Peut contenir Mini Quatre-quarts Raisins Ingrédients : Oeufs frais, sucre, farine de blé (Gluten), beurre concentré 21% (colorant béta carotène), eau, sirop de glucose,

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 Professionnels de l alimentation 06.47.75.88.57 HQSA Consulting contact@hqsafrance.fr Numéro de déclaration de prestataire de formation : SIRET SIRET : 804 : 284 284 420

Plus en détail

Chocolat au lait : 34% de cacao minimum. Cliquez sur le bonbon de votre choix pour voir sa composition détaillée : BOULE PRALINÉ NOISETTES BLANC

Chocolat au lait : 34% de cacao minimum. Cliquez sur le bonbon de votre choix pour voir sa composition détaillée : BOULE PRALINÉ NOISETTES BLANC + DLUO N001 dégustation 580g Cliquez sur le bonbon de votre choix pour voir sa composition détaillée : MADRILÈNE CŒUR FLORETTE FLANDRES PALET OR TORINÈSE FELICIA ORANGETTE Sucre, pâte de cacao, beurre

Plus en détail

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses INTRODUCTION H.A.C.C.P. ou A.R.M.P.C. L Analyse des risques et maîtrise des points critique La nouvelle réglementation en matière d hygiène (ar. 09 mai 1995 et ar. 29 septembre 1997) oblige les responsables

Plus en détail

«Comment mieux cerner et satisfaire les besoins des personnes intolérantes ou allergiques à certains aliments?» Avis n 66

«Comment mieux cerner et satisfaire les besoins des personnes intolérantes ou allergiques à certains aliments?» Avis n 66 «Comment mieux cerner et satisfaire les besoins des personnes intolérantes ou allergiques à certains aliments?» Avis n 66 Conseil National de l Alimentation Ministère de l économie, de l industrie et de

Plus en détail

AVIS 1 / 6. Afssa Saisine n 2008-SA-0319 Saisine liée n 2005-SA-0081. Maisons-Alfort, le 18 août 2009. Rappel de la saisine

AVIS 1 / 6. Afssa Saisine n 2008-SA-0319 Saisine liée n 2005-SA-0081. Maisons-Alfort, le 18 août 2009. Rappel de la saisine Maisons-Alfort, le 18 août 2009 AVIS LA DIRECTRICE GÉNÉRALE ADJOINTE de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments relatif à une demande d'avis relatif au guide de bonnes pratiques d'hygiène

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 13 juillet 2012 AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à un guide de bonnes pratiques d'hygiène

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques ID-SC-172 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE 12.12.12 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques REFERENCES REGLEMENTAIRES : Règlement Européen N 834/2007

Plus en détail

Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire

Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire Séminaire ANSES (21 novembre 2011) Direction générale de l alimentation SA/SDSSA/BETD 1 Architecture des règlements du Paquet Hygiène FOOD

Plus en détail

HACCP Évolutions réglementaires et normatives

HACCP Évolutions réglementaires et normatives MADRPM / CEPR Rabat 30 octobre 2007 HACCP Évolutions réglementaires et normatives Une logique de maîtrise But : maîtrise de la sécurité sanitaire des aliments Système HACCP : «Analyse des dangers, points

Plus en détail

Modifiée par : La commission permanente de l assemblée territoriale de la Polynésie française,

Modifiée par : La commission permanente de l assemblée territoriale de la Polynésie française, 1 DELIBERATION n 77-116 du 14 octobre 1977 portant réglementation de l inspection des denrées alimentaires d origine animale (rendue exécutoire par arrêté n 5533 AA du 21 novembre 1977) (JOPF du 15 décembre

Plus en détail

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Note d information à l usage des professionnels En complément de cette note, des informations relatives au contenu des GBPH sont

Plus en détail

Sécurité Sanitaire des Aliments. Saint-Pierre, le 19 novembre 2013. Olivier BOUTOU. Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud

Sécurité Sanitaire des Aliments. Saint-Pierre, le 19 novembre 2013. Olivier BOUTOU. Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud Sécurité Sanitaire des Aliments Saint-Pierre, le 19 novembre 2013 Olivier BOUTOU Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud Faisons connaissance Missions au sein d AFNOR Animation de formation

Plus en détail

Réglementation. Présentation du «paquet» hygiène. -Food law -852/2004. -Agrément. -21 décembre 2009 PMS

Réglementation. Présentation du «paquet» hygiène. -Food law -852/2004. -Agrément. -21 décembre 2009 PMS Réglementation Présentation du «paquet» hygiène -Food law -852/2004 -Agrément -21 décembre 2009 PMS Le paquet hygiène Les textes réglementaires De HACCP au PMS, ce qui a changé Le PMS Avant le paquet hygiène

Plus en détail

Environnement ----> Sensibilisation ------> maladie atopique Allergénique + Terrain atopique

Environnement ----> Sensibilisation ------> maladie atopique Allergénique + Terrain atopique Peut-on prévenir Peut-on améliorer une DA avec un régime d'éviction alimentaire ou un changement de lait? Dr G.Schoder - déc 2007 Conférence de consensus Prise en charge de la dermatite atopique de l enfant

Plus en détail

Régime hypotoxique : aliments autorisé et/ou recommandés ainsi que ceux à éviter

Régime hypotoxique : aliments autorisé et/ou recommandés ainsi que ceux à éviter Régime hypotoxique : aliments autorisé et/ou recommandés ainsi que ceux à éviter N.B.: Ne pas tenir compte des avertissements concernant des traces de noix, etc, à moins d être allergique précisément à

Plus en détail

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia "Traçabilité et Hygiène Alimentaire" ACTA Informatique - ACTIA

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia Traçabilité et Hygiène Alimentaire ACTA Informatique - ACTIA Présentation du paquet hygiène Le paquet hygiène Ensemble de textes communautaires (3 règlements et deux directives) issus du livre blanc de janvier 2000 avec pour objectifs: Approche intégrée de toute

Plus en détail

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène»

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» Direction Départementale des Services Vétérinaires de Meurthe-et-Moselle Plan 1. Objectifs de la réforme 2. Quels

Plus en détail

NORME HARMONISÉE COMESA/DHS DE COMESA 026: 2004. Norme pour le Corned Beef

NORME HARMONISÉE COMESA/DHS DE COMESA 026: 2004. Norme pour le Corned Beef NORME HARMONISÉE COMESA/DHS DE COMESA 026: 2004 Norme pour le Corned Beef RÉFÉRENCE: DHS 026: 2004 Avant-propos Le marché commun pour l'afrique australe orientale et (COMESA) a été établi en 1994 en tant

Plus en détail

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Objectifs : Citer les traitements thermiques et de conservation, leurs caractéristiques et leurs effets sur la flore microbienne Justifier les modes de

Plus en détail

NORME CODEX POUR LES CHAMPIGNONS EN COUCHE EN CONSERVE CODEX STAN 55-1981. La dénomination "champignons de couche en conserve" désigne le produit:

NORME CODEX POUR LES CHAMPIGNONS EN COUCHE EN CONSERVE CODEX STAN 55-1981. La dénomination champignons de couche en conserve désigne le produit: CODEX STAN 55-1981 Page 1 de 7 NORME CODEX POUR LES CHAMPIGNONS EN COUCHE EN CONSERVE 1. DESCRIPTION 1.1 Définition du produit CODEX STAN 55-1981 La dénomination "champignons de couche en conserve" désigne

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION. Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire. Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national

CATALOGUE DE FORMATION. Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire. Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire 2015 Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national CATALOGUE DE FORMATION Enregistré sous le numéro 53350863735 auprès du Préfet

Plus en détail

DOSSIER D INVITATION

DOSSIER D INVITATION 11 ème Convention d Affaires Sécurité des Aliments Hygiène & Traçabilité www.securfood.com 13 & 14 Octobre 2015 à Avignon DOSSIER D INVITATION Remplissez ce dossier soigneusement. Ces données serviront

Plus en détail

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social DÉMARCHE HACCP EN RESTAURATION Guide pour l analyse des dangers Restauration commerciale Restauration collective à caractère social Ce livre a obtenu un prix dans la catégorie ouvrages professionnels -

Plus en détail

TABLEAU DES INGRÉDIENTS ET DES ALLERGÈNES CONTENUS DANS NOS PRODUITS

TABLEAU DES INGRÉDIENTS ET DES ALLERGÈNES CONTENUS DANS NOS PRODUITS TABLEAU DES INGRÉDIENTS ET DES ALLERGÈNES CONTENUS DANS NOS PRODUITS PHOTO RÉFÉRENCE + DLUO* minimum A001 A002 Juillet 2011 DÉSIGNATION POIDS COMPOSITION INGRÉDIENTS ALLERGÈNES CERTIFICATIONS Collection

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS (1/30pages) CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS ANNEE : 2015 Date de mise à jour : 09/03/2015 1 - Microbiologie des eaux - Microbiologie des aliments Formation technique de Microbiologie HYGIÈNE

Plus en détail

lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés

lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés Objectif : Sensibiliser les élèves à ce qui se trouve dans leur nourriture et les aider à se méfi er des sucres cachés. Matériel Feuille à imprimer : Chaîne

Plus en détail

COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE

COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE 1/8 COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE AVIS 36-2006 Concerne : Contrôle de la composition des denrées alimentaires (dossier Sci Com 2005/25) Le Comité scientifique

Plus en détail

Construire un plan de nettoyage et de désinfection

Construire un plan de nettoyage et de désinfection Construire un plan de nettoyage et de désinfection Docteur Régine POTIÉ-RIGO Médecin du Travail Mlle Laetitia DAVEZAT IPRP Ingénieur Hygiène/Sécurité Mme Laetitia MARCHE Technicienne des services généraux

Plus en détail

Chocolat au lait : 34% de cacao minimum. Chocolat au lait : 34% de cacao minimum

Chocolat au lait : 34% de cacao minimum. Chocolat au lait : 34% de cacao minimum N001 dégustation 570g Cliquez sur le bonbon de votre choix pour voir sa composition détaillée : Cabosse Cœur caramel fleur de sel lait Felicia Flandres lait Florette lait Madrilène Rivoli blanc Sujets

Plus en détail

J ai l honneur, par la présente, de vous faire part d une demande d agrément communautaire pour mon commerce de détail en crémerie-fromagerie situé

J ai l honneur, par la présente, de vous faire part d une demande d agrément communautaire pour mon commerce de détail en crémerie-fromagerie situé Coordonnées / cachet de l établissement Coordonnées de la DD(CS)PP du département A..., le.. Objet : Demande d agrément sanitaire Madame, Monsieur, J ai l honneur, par la présente, de vous faire part d

Plus en détail

Arrêté du 14 chaabane 1370 (21 mai 1951) réglementant le commerce du café, de la chicorée et du thé

Arrêté du 14 chaabane 1370 (21 mai 1951) réglementant le commerce du café, de la chicorée et du thé Arrêté du 14 chaabane 1370 (21 mai 1951) réglementant le commerce du café, de la chicorée et du thé (B.O. n 2016 du 15 juin 1951, page 945) Vu le Dahir du 14 octobre 1914 (23 kaada 1332) sur la répression

Plus en détail

Allégations relatives à la teneur nutritive

Allégations relatives à la teneur nutritive Allégations relatives à la teneur nutritive Mots utilisés dans les allégations relatives à la teneur nutritive Ce que le mot signifie Exemples Sans Faible Réduit Source de Léger Une quantité insignifiante

Plus en détail

La Sarl MODABEL Trading à le plaisir de mettre à votre disposition la nouvelle gamme des produits 2013

La Sarl MODABEL Trading à le plaisir de mettre à votre disposition la nouvelle gamme des produits 2013 PRODUITS 2013 Lotissement Mohamed Ben Mohamed N A04 -Doueira-Alger -Algérie FAX 021 3557 76 TEL MOBILE 0661 51 49 80 Tel 0666993616-0558 34 70 46 -51% de sucres par rapport à la moyenne des principaux

Plus en détail

Un outil unique pour faire découvrir aux tout-petits le plaisir de cuisiner!

Un outil unique pour faire découvrir aux tout-petits le plaisir de cuisiner! Un outil unique pour faire découvrir aux tout-petits le plaisir de cuisiner! Le grand livre des petits chefs : un outil unique pour faire découvrir aux tout-petits le plaisir de cuisiner! Le grand livre

Plus en détail

La certification ISO 22000

La certification ISO 22000 La certification ISO 22000 Maurice LE DOUARIN Responsable de la Restauration SILGOM Pôle de restauration collective Phases de travaux Travaux : 6,8 M Les travaux en quelques Equipements : 1,7 M chiffres

Plus en détail

Emballages Alimentaires

Emballages Alimentaires Emballages Alimentaires FORMATIONS 2010 INTER-ENTREPRISES Eco-conception des emballages alimentaires 24 & 25 mars 2010 - PARIS Gestion des fournisseurs d emballages et matériaux au contact en IAA 20 mai

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 CAC/RCP 47-2001 Page 1 de 7 CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 INTRODUCTION...2 SECTION I

Plus en détail

REF PRODUIT INGREDIENTS (INCLUS EN GRAS LES ALLERGENES) ALLERGENES TRACES CERISETTES A L' ANCIENNNE 500G

REF PRODUIT INGREDIENTS (INCLUS EN GRAS LES ALLERGENES) ALLERGENES TRACES CERISETTES A L' ANCIENNNE 500G 002 CERISETTES A L' ANCIENNNE 500G 60% de cerisette enrobée de 40% de chocolat noir à 56,8% de cacao mini. (Sucre, pâte de cacao, cerise (18,37%), alcool (3,63%), beurre de cacao, glucose, eau, émulsifiant:

Plus en détail

AQ053 b. Formation continue

AQ053 b. Formation continue Formation continue La formation continue au CTCPA Au CTCPA, la formation continue se présente sous deux formes : la formation inter entreprises : formation «catalogue» avec 100 stages programmées sur l

Plus en détail

DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES APPLICABLES À LA VENTE DE DENRÉES ALIMENTAIRES DANS LE CADRE DES GRANDES MANIFESTATIONS

DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES APPLICABLES À LA VENTE DE DENRÉES ALIMENTAIRES DANS LE CADRE DES GRANDES MANIFESTATIONS PRÉFET DE L EURE DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES APPLICABLES À LA VENTE DE DENRÉES ALIMENTAIRES DANS LE CADRE DES GRANDES MANIFESTATIONS Direction Départementale de la Protection des Populations de l Eure

Plus en détail

RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV

RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE, Suivant la proposition de la Commission I

Plus en détail

Procédure d intervention. Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger

Procédure d intervention. Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger Procédure d intervention Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger TABLE DES MATIÈRES POURQUOI VÉRIFIER LA PRÉSENCE DE LISTERIA MONOCYTOGENES DANS LES ALIMENTS PRÊTS À MANGER...

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CATALOGUE DE FORMATIONS PROFESSIONNELLES CATALOGUE DE FORMATIONS PROFESSIONNELLES Etablissement Public Local d Enseignement et de Formation Professionnelle Agricole de Lyon Saint-Genis Laval 4, chemin des Grabelières 69230 Saint-Genis Laval 04.78.56.75.75

Plus en détail

L hygiène en restauration

L hygiène en restauration L hygiène en restauration Remise directe au consommateur Avertissement : les fiches présentées dans cette rubrique ont valeur de première information synthétique et ne tiennent pas compte des spécificités

Plus en détail

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE,

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- DELIBERATION N 77-116 AT DU 14 OCTOBRE 1977 ------------------------------------------------------ portant réglementation de l inspection des

Plus en détail

Formation aux enseignants intervenant en SEGPA

Formation aux enseignants intervenant en SEGPA Formation aux enseignants intervenant en SEGPA Réglementation de la sécurité sanitaire des aliments Informations préalables Ce document informe des dispositions réglementaires en vigueur et applicables

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

Pour ou contre le gluten? Qu est-ce que le gluten?

Pour ou contre le gluten? Qu est-ce que le gluten? Pour ou contre le gluten? C est un peu la grande mode du moment : «ouaih moi, une semaine avant la course, je supprime tous les aliments contenant du gluten parce que c est mauvais» hum hum. Savez-vous

Plus en détail

bio dej BEFORE Pot de 540 g Müesli-pomme Fruits rouges 23/09/10 Apport en glucides complexes Dernier repas 2 à 3 h avant le début de l effort

bio dej BEFORE Pot de 540 g Müesli-pomme Fruits rouges 23/09/10 Apport en glucides complexes Dernier repas 2 à 3 h avant le début de l effort BEFORE bio dej Apport en glucides complexes Dernier repas 2 à 3 h avant le début de l effort Texture crémeuse, très digeste Ingrédients (arôme müesli-pomme) : Maltodextrine*, dextrose*, poudre de lait*,

Plus en détail

Restauration Collective. Lycée Stanislas Jeudi 27 mars 2014

Restauration Collective. Lycée Stanislas Jeudi 27 mars 2014 Restauration Collective Lycée Stanislas Jeudi 27 mars 2014 Programme de la journée Restauration Collective Introduction Réglementation et sécurité alimentaire Organisation et Ressources Humaines La norme

Plus en détail

MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES

MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES Par Marie-Christine Parent, stagiaire en diététique AU MENU Retour sur le sondage Vision de la saine alimentation Qu est-ce que l étiquetage nutritionnel?

Plus en détail

L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point

L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point Santé Canada Health Canada L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point Vous avez peut-être remarqué l information nutritionnelle affichée sur de nombreux produits alimentaires que vous achetez

Plus en détail

L ISO 22000 : Pourquoi et comment?

L ISO 22000 : Pourquoi et comment? L ISO 22000 : Pourquoi et comment? Olivier BOUTOU Ingénieur AFNOR Ce module a été élaboré par Olivier Boutou Ingénieur AFNOR Qu est-ce que l ISO 22000? C est la seule norme, reconnue au niveau international,

Plus en détail

des cadeaux originaux

des cadeaux originaux NOËL 2O13 NOËL Noël solidaire avec les projets scolaires Chocolats Produits de bien-être Objets déco Pour toute la famille Parents, grands-parents, enfants... des cadeaux originaux gourmands, bio et équitables!

Plus en détail

appliquée aux emballages alimentaires

appliquée aux emballages alimentaires La méthode HACCP La méthode HACCP appliquée aux emballages alimentaires 1- La réglementation des matériaux au contact des aliments Quels contaminants issus des emballages dans les aliments? Des contaminants

Plus en détail

BRC Food nouvelle version 7 Quels changements? comment se préparer?

BRC Food nouvelle version 7 Quels changements? comment se préparer? BRC Food nouvelle version 7 Quels changements? comment se préparer? FSSC 22000 Etat des lieux en France et à l'international. Principales différences par rapports aux référentiels grande distribution (BRC/IFS)

Plus en détail

CHRISTINE BOUDREAU Téléphone: (514) 990-7582 Courriel: cb@cbmc-inc.ca Site web : www.cbmc-inc.ca

CHRISTINE BOUDREAU Téléphone: (514) 990-7582 Courriel: cb@cbmc-inc.ca Site web : www.cbmc-inc.ca CHRISTINE BOUDREAU Téléphone: (514) 990-7582 Courriel: cb@cbmc-inc.ca Site web : www.cbmc-inc.ca Christine Boudreau, Microbiologiste Consultante inc. Consultation dans le domaine alimentaire Formation

Plus en détail

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle audit, conseil et formation professionnelle Stage 1 Bonnes pratiques d hygiène en restauration collective 19 et 26 novembre Stage 2 Règles d hygiène lors du service 3 décembre Stage 3 Le nettoyage et la

Plus en détail

UN POINT DU VUE SUR LES DIFFICULTÉS RENCONTRÉES DANS L USAGE DE L HACCP

UN POINT DU VUE SUR LES DIFFICULTÉS RENCONTRÉES DANS L USAGE DE L HACCP UN POINT DU VUE SUR LES DIFFICULTÉS RENCONTRÉES DANS L USAGE DE L HACCP «!Groupe de Réflexion sur l Analyse des Dangers en Alimentaire!» www.reseau-case.com/haccp présenté par Gilles TIXIER 2004 - dernière

Plus en détail

CommonMarketforEastern andsouthernafrica

CommonMarketforEastern andsouthernafrica CommonMarketforEastern andsouthernafrica EDICTOFGOVERNMENT± Inordertopromotepubliceducationandpublicsafety,equaljusticefor al,abeterinformedcitizenry,theruleoflaw,worldtradeandworld peace,thislegaldocumentisherebymadeavailableonanoncommercial

Plus en détail

Plan de Maîtrise Sanitaire ALPA CONSULT NORD REPRODUCTION INTERDITE

Plan de Maîtrise Sanitaire ALPA CONSULT NORD REPRODUCTION INTERDITE Plan de Maîtrise Sanitaire SOMMAIRE A) Généralités 1- Historique du Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) 2- Réglementation alimentaire B) Les Bonnes Pratiques d Hygiène 1- Le personnel 2- La maintenance 3-

Plus en détail

MANAGEMENT DE LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE

MANAGEMENT DE LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE MANAGEMENT DE LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Principes généraux du HACCP 0,7 UEC Mise en œuvre des programmes préalables au système HACCP 1.4 UEC 5 novembre 2014 9 février 2015 22 avril 2015 5SA1402 5SH1501 5SH1502

Plus en détail

Les prestations Sartorius pour l industrie agroalimentaire

Les prestations Sartorius pour l industrie agroalimentaire Les prestations Sartorius pour l industrie agroalimentaire turning science into solutions Profil de Sartorius Les solutions Sartorius accompagnent vos processus industriels de la réception à la sortie

Plus en détail

Législation Etiquetage

Législation Etiquetage Léislation Etiquetae Le nouveau rèlement 1169/2011 ou Comment rédier son étiquetae Mentions obliatoires 1. Dénomination 2. Liste des inrédients 3. Liste des allerènes 4. Quantités d inrédients 5. Quantité

Plus en détail

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Applicable au 1 er janvier 2006 Objectif : Etablit les règles générales en matière d hygiène, est directement applicable

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

Qui sont-ils? D où viennent-ils? Où sont-ils?

Qui sont-ils? D où viennent-ils? Où sont-ils? Qui sont-ils? D où viennent-ils? Où sont-ils? Les glucides sont des éléments nutritifs indispensables au bon fonctionnement de l organisme. Ils sont présents dans les aliments aux côtés des protéines (viande,

Plus en détail

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Programme Lait canadien de qualité des Producteurs laitiers du Canada Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Utiliser avec le Registre et le Calendrier de DGI pour des dossiers

Plus en détail

Vous souffrez d allergies alimentaires Disneyland Paris vous prête attention

Vous souffrez d allergies alimentaires Disneyland Paris vous prête attention Vous souffrez d allergies alimentaires Disneyland Paris vous prête attention 2 Ce guide, élaboré par une diététicienne, vous informera sur les prestations délivrées dans nos différents restaurants afin

Plus en détail

LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC. Description des produits

LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC. Description des produits LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC 04.03 Babeurre, lait et crème caillés, yoghourt, képhir et autres laits et crèmes fermentés ou acidifiés, même concentrés ou additionnés de sucre ou d'autres édulcorants ou

Plus en détail

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous.

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous. DEMARCHE HACCP EN CUISINE CENTRALE Alimentation GROSJEAN L, Vénissieux Juin 2010 Objectif La démarche HACCP (de l'américain Hazard Analysis Critical Control Point) est une méthode préventive visant à maîtriser

Plus en détail

Nutrition et santé : suivez le guide

Nutrition et santé : suivez le guide Prévention ALIMENTATION PLAISIR ET ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE Nutrition et santé : suivez le guide Nous savons tous que l alimentation joue un rôle essentiel pour conserver une bonne santé. En voici quelques

Plus en détail

ACTUALITÉS DES RÉFÉRENTIELS ET FOCUS SUR LES

ACTUALITÉS DES RÉFÉRENTIELS ET FOCUS SUR LES ACTUALITÉS DES RÉFÉRENTIELS ET FOCUS SUR LES ÉVOLUTIONS DU BRC VERSION 7 cedric.travaille@adria.tm.fr Mars 2015 1 ADRIA NOS MÉTIERS Recherche et Innovation : Qualité et sécurité des aliments, Innovation

Plus en détail

Guide pratique : Réglementations hygiène et étiquetage

Guide pratique : Réglementations hygiène et étiquetage Centre Régional d Innovation et de Transferts de Technologies RESEAU TECHNIQUE TPE DES INDUSTRIES AGROALIMENTAIRES DE LA REGION PROVENCE- ALPES-CÔTE D AZUR Guide pratique : Réglementations hygiène et étiquetage

Plus en détail

= noix, noix de cajou, noisettes, noix de Macadamia ou noix du Queensland, amandes, noix du Brésil, noix de pécan, pistaches

= noix, noix de cajou, noisettes, noix de Macadamia ou noix du Queensland, amandes, noix du Brésil, noix de pécan, pistaches farine de blé, eau, sucre, graines de sésame, levure, huile de colza, sel de cuisine iodé, huile végétale, eau, vinaigre, concombres, sirop de glucose-fructose, jaune d'oeuf, sucre, amidon de maïs modifié,

Plus en détail