L intermédiation entre les besoins de financement et les investisseurs : exemple du financement immobilier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L intermédiation entre les besoins de financement et les investisseurs : exemple du financement immobilier"

Transcription

1 1 L intermédiation entre les besoins de financement et les investisseurs : exemple du financement immobilier Thibault de SAINT PRIEST ACOFI Séminaire EIFR 12 FEVRIER 2013 Titrisation / fonds de prêts : quel attrait pour les investisseurs? Confluence de deux chocs majeurs : baisse générale du rendement des actifs et nouvelles régulations - nécessité de rechercher de nouvelles sources de rémunération de manière maîtrisée pour servir les engagements souscrits au passif - recherche d une plus grande maîtrise de la volatilité (charges élevées en capital cf Solvency 2) - tendance structurelle à la désintermédiation Recherche de nouvelles classes d actifs - besoins de solutions d investissement procurant des rendements prévisibles, assis sur des actifs lisibles dans le cadre d une gestion transparente - intérêt des actifs répondant à des besoins économiques explicitables, ouvrant des droits directs réellement exerçables par leurs titulaires et dont la liquidité n est pas liée au seul bon fonctionnement des marchés financiers Les prêts : un instrument de diversification de la «poche» fixed income - opportunité créée par le «deleveraging» des banques - voies d accès diversifiées à cette classe d actifs : prêts directs, acquisition de prêts bancaires, fonds de prêts directs (organismes de titrisation, fonds contractuels ) - contraintes importantes : réglementaires (éligibilité), techniques (exigence de processus maîtrisés) - un nouveau rôle pour des asset managers spécialisés 2

2 Bâle III : des effets paradoxaux du point de vue des investisseurs 3 Diminution du volume du crédit Hausse du coût du crédit Nécessité de réduire les bilans pour respecter les exigences accrues en matière de capitaux propres Des besoins d émissions LT des banques plus important pour respecter les nouveaux ratio de liquidité. Accroissement des ressources nécessaires pour financer les crédits de long terme du fait des ratios de liquidité Aujourd hui le crédit bancaire représente plus du double de l encours des obligations émises par les entreprises Effet ciseau sur les volumes et les coûts de crédit Des banques incitées à mettre en réserve leurs résultats pour respecter les exigences réglementaires et donc à maintenir leur niveau de marge Pénalisation de l activité de banque d investissement devant impacter le financement de grands projets (ex. infrastructures) Un coût accru en capital et en liquidité des actifs risqués, en particulier le crédit 3 Evolution de la réglementation assurantielle (Solvabilité 2) Approche de calcul des fonds propres en fonction de la valeur de marché et non des engagements (Solvency I). Enjeu lié à la volatilité de la valorisation de l actif La diversification des classes d actifs impactent les besoins en fonds propres et le taux de couverture de la marge de solvabilité. Enjeu lié à la corrélation des classes d actifs Diversification Réduction d exigences en capital en utilisant une corrélation entre différents chocs standards Volatilité Minimisation de la volatilité à travers des actifs non cotés Liquidité Opportunité d investissement sur des actifs à faible liquidité en face de passifs longs 4

3 Un environnement favorable aux prêts à l économie 5 Les prêts à l économie constituent des actifs qui participent à la gestion de ces nouvelles problématiques auxquelles l assureur devra faire face : Une consommation de SCR proche de celle des obligations voire plus favorable pour certains «loans» immobiliers Une meilleure protection en termes de collatéral et de séniorité juridique se traduisant par un taux de recouvrement nettement plus élevé que pour des obligations à rating équivalent Une volatilité maitrisée au plan économique et comptable Des revenus lisibles (un prêt est fait en bilatéral sur la base d actifs réels, ou d un business plan dégageant des cash flows avec une due diligence et non pas sur la foi de ratings) Une décorrélation offerte par certaines classes de risque (LBO, Immobilier..) par rapport aux classes d actifs traditionnelles des institutionnels Les prêts à l économie représentent une classe d actifs attractive comparée aux obligations traditionnelles, notamment par : Même spread que le high yield mais avec une meilleure protection juridique Ces actifs ni notés, ni cotés peuvent représenter une opportunité réglementaire dans le cadre de Solvency II 5 L exemple du financement de l immobilier d entreprises au travers des prêts «Immobilier Senior» 6 Caractéristiques principales des prêts Immo Senior : Rémunérations variables (référence Euribor + spread) Maturité Maturités 7 ans 10 Garantie en premier rang par les actifs immobiliers financés Avec un ratio dette / valeur immobilière de l ordre de 55 / 65% Les engagements contractuels (covenants) renforcent la maitrise des garanties et permettent un suivi régulier Dette Senior Dette Amortissable Type d investisseur: banques Dette Bullet/ in fine Type d investisseur: banques Dette Mezzanine Dette Junior Rendement/Risque 6

4 7 Le marché de l immobilier d investissement en France : Un marché profond et mature : 16 Md en 2012 L immobilier de bureaux représente le segment le plus important et le plus dynamique Financement : des marges en hausse En 2012, le ratio dette rapportée à la valeur du bien (LTV) se maintient à 60%, un niveau quasiment inchangé depuis Les marges ont doublé entre 2007 et 2009, et atteignent 200 à 250 points de base au dessus de l Euribor de référence. Les banques sont les principaux pourvoyeurs de financements immobiliers en Europe et une offre de prêts moindre Le montant des dettes existantes qui arrivent à maturité est très significatif plus de 100 milliards d euros en 2012 en Europe (France 15%) Mur de la dette Des banques de premiers rang se sont retirées du marché : Société Générale, Barclay s, RBS Les capacités des CMBS sont en voie d extinction 7 Fonds Communs de Titrisation : cadre juridique modernisé 8 Un cadre juridique protecteur FCT (fonds commun de titrisation) Société de gestion agréée par l AMF Prêts de type bancaire permettant de réagir plus vite en cas de difficultés Bon rapport risque / rendement des loans Un actif attractif accessible Même spread que pour les obligations avec une meilleure protection juridique Spread attractif par rapport au risque de perte Mutualisation de compétences de gestion Analyse de risque indépendante des banques (pas de sélection adverse) Reporting permettant un suivi créance par créance (cash-flows prévisionnels), expertises 8

5 FCT PREDIREC IMMO 2019 : organigramme opérationnel 9 FCT de droit français : Fonds réservé aux seuls investisseurs institutionnels Une seule catégorie de parts (pas de «tranching») Copropriété de créances bancaires sur des véhicules d investissement immobilier (fonds, SIIC ) Absence de levier Fonds de type «Pass-Through» 9 Les intervenants du FCT 10 France Titrisation : BP2S : ALMS (*) : Conseil en investissement et gestion Société de gestion d organismes de titrisation Représentation légale du FCT Dépositaire du FCT Conservation des actifs autres que les créances Contrôle de la régularité du fonctionnement Conseil en investissements financiers (CIF) Intermédiaire en opérations de banques (IOBPSP) Mandataire en recouvrement (*) ALMS : ACOFI Loan Management Services 10

6 Une structuration adaptée à la demande des investisseurs Rendement net investisseur : Durée : Notation : Une seule catégorie de parts : Euribor bp 7 ans équivalent A FCT non tranché La détention des parts est équivalente économiquement à la détention du portefeuille en direct (cf la copropriété) 11 Principales caractéristiques du FCT «PREDIREC IMMO 2019» 12 Caractéristiques du fonds* Montant : 280 M Date de lancement : septembre 2012 Période d investissement (Ramp up) : 18 mois Investissements en prêts immobiliers commerciaux «senior» Zone géographique : France Allocation cible : 90% Marché primaire/ 10% Marché secondaire Limites d investissement Limites d investissement par zone géographique : 65% minimum en Ile de France, jusqu à 35% en Régions sur 7 villes: Lille, Bordeaux, Lyon, Strasbourg, Aix/Marseille, Toulouse, Nantes Exposition par ville en régions : jusqu à 15% des engagements Exposition par ligne du portefeuille : 20% des engagements Exposition sur le Marché primaire : 80% minimum Exposition sur le Marché secondaire : 20% maximum 12

7 Enjeux du développement des fonds de prêts à l économie coexistence au sein d un modèle dual entre titrisation «investisseurs» et titrisation dite «bancaire» - titrisation avec épargne préalable (Invest to Lend) / titrisation avec crédit préalable (Originate to Distribute) - émergence d asset managers spécialisés organisant l accès des investisseurs institutionnels à cette nouvelle classe d actifs - plateformes «industrielles» intégrant des capacités multiples : origination, structuration, gestion, reporting et valorisation l éligibilité de certaines formes de titrisation (fonds non notés et non cotés notamment) en représentation des provisions techniques - application du principe de «transparisation» : éligibilité déterminée en fonction des actifs sousjacents pour les fonds non tranchés et sans levier - question du «level playing field» : contournement des contraintes par d autres places le débat sur l obligation dite de rétention au moment de la cession d une créance bancaire par son «originateur» - négation de la notion d investisseur responsable - non protection contre la sélection adverse (inapplication au marché secondaire) - exigence sans équivalent sur les autres classes d actifs 13 Merci pour votre attention 14

Fonds de prêts directs à l économie Prêts immobiliers commerciaux senior

Fonds de prêts directs à l économie Prêts immobiliers commerciaux senior 1 Fonds de prêts directs à l économie Prêts immobiliers commerciaux senior Intervenants 2 Jean-Marie Catala Groupama Asset Management Directeur du Développement Directeur Général Délégué Thibault de SAINT

Plus en détail

La dette Privée en Europe : Immobilier, Infrastructure, Entreprises. Panorama stratégique, segmentation, analyse détaillée de l offre

La dette Privée en Europe : Immobilier, Infrastructure, Entreprises. Panorama stratégique, segmentation, analyse détaillée de l offre La dette Privée en Europe : Immobilier, Infrastructure, Entreprises Panorama stratégique, segmentation, analyse détaillée de l offre Mise à jour complète : Décembre 2014, SAS au capital de 53 354, RCS

Plus en détail

Dette d Infrastructure: Une Solution de Diversification au sein de l Allocation Obligataire?

Dette d Infrastructure: Une Solution de Diversification au sein de l Allocation Obligataire? Dette d Infrastructure: Une Solution de Diversification au sein de l Allocation Obligataire? Journée des Expertises d Allianz Global Investors 15 octobre 2013 Présentation réservée aux clients professionnels

Plus en détail

La Transmission. Claude SAUVAGEOT. L a T r a n s m i s s i o n F S I R é g i o n s

La Transmission. Claude SAUVAGEOT. L a T r a n s m i s s i o n F S I R é g i o n s La Transmission Claude SAUVAGEOT SOMMAIRE Introduction Présentation générale Bref rappel Le déroulement du processus théorique du LBO INTRODUCTION QUI SOMMES-NOUS? FSI Régions est une société de gestion

Plus en détail

Le paysage européen du financement de l immobilier

Le paysage européen du financement de l immobilier Finance 13 Coup de projecteur sur le shadow banking par Anne-Céline Cambier Analyste senior, IEIF Le désengagement partiel des banques dans le financement de l immobilier a laissé la place à d autres prêteurs.

Plus en détail

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012 Communiqué de presse RESULTATS ANNUELS 2011 Solides résultats 2011 et accroissement du patrimoine Paris, le 15 février 2012 Résultats 2011 o Progression de +14% du cash-flow courant par action à 2,14 o

Plus en détail

UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT

UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT ESILV UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT Vivien BRUNEL 05/12/2014 1 AGENDA INTRODUCTION LE TRANSFERT DU RISQUE DE CREDIT A. DERIVES DE CREDIT B. TITRISATION LA CRISE DES SUBPRIMES ET SES PROLONGEMENTS

Plus en détail

RESULTATS DE L'ANNEE 2014

RESULTATS DE L'ANNEE 2014 Communiqué de presse Paris, le 19 février 2015 RESULTATS DE L'ANNEE 2014 Forte croissance et recentrage du patrimoine sur Paris Un patrimoine en forte évolution Un patrimoine sous gestion droits inclus

Plus en détail

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas 28 mai 2015 Gestionnaire Activement Responsable Groupama AM Un acteur majeur de la gestion d actifs 2 Filiale à 100% de Groupama 96.7 Md d actifs

Plus en détail

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 :

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 : 26 Février 2009 Résultats 2008 : Informations financières spécifiques (basées sur les recommandations du Forum de Stabilité Financière en matière de transparence financière) Expositions sensibles basées

Plus en détail

Au secours! La dette revient!

Au secours! La dette revient! Au secours! La dette revient! Débat animé par Guy MARTY, Directeur Général IEIF (Institut de l Epargne Immobilière et Foncière) Jeudi 6 décembre 2012 Intervenants : Charles DAULON DU LAURENS, Head of Investors

Plus en détail

UNIVERSITÉ DES SOCIÉTÉS COTÉES. Fonds de prêts à l économie, une réponse alternative au financement bancaire traditionnel des ETI

UNIVERSITÉ DES SOCIÉTÉS COTÉES. Fonds de prêts à l économie, une réponse alternative au financement bancaire traditionnel des ETI UNIVERSITÉ DES SOCIÉTÉS COTÉES Fonds de prêts à l économie, une réponse alternative au financement bancaire traditionnel des ETI 20-22 JUIN 2014 1 Le Groupe OFI 20-22 JUIN 2014 - UNIVERSITÉS DES SOCIÉTÉS

Plus en détail

Titrisation et financement de l économie Position des banques centrales

Titrisation et financement de l économie Position des banques centrales Titrisation et financement de l économie Position des banques centrales Sylvie Mathérat Directeur Général Adjoint -Opérations Banque de France 1 Plan 1- Quel rôle pour la titrisation dans le financement

Plus en détail

RESULTATS SEMESTRIELS 2015

RESULTATS SEMESTRIELS 2015 Communiqué de presse Paris, le 23 juillet 2015 RESULTATS SEMESTRIELS 2015 Activité immobilière soutenue et renforcement de la structure financière Rotation sélective du portefeuille et livraison des premières

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com.

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com. Solvency II Contexte et enjeux de la réforme Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Juin 2006 Sommaire Introduction Tour d horizon de Solvency II La gestion des risques

Plus en détail

Table des matières. Remerciements 15

Table des matières. Remerciements 15 Pratiques et techniques bancaires 5 Table des matières Remerciements 15 1 Introduction 16 11 À l origine du métier de banquier 17 12 Intermédiation financière 18 121 Ménages 19 122 Entreprises 19 123 États

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Séminaire EIFR / Covered bonds et titrisation Intérêt des covered bonds pour les investisseurs institutionnels

Séminaire EIFR / Covered bonds et titrisation Intérêt des covered bonds pour les investisseurs institutionnels 4 avril 2014 Séminaire EIFR / Covered bonds et titrisation Intérêt des covered bonds pour les investisseurs institutionnels Sommaire 1. Cadre légal français / focus SFH 2. Caractéristiques des crédits

Plus en détail

VISUEL. Réunion avec les actionnaires à Marseille le 22 mars 2010

VISUEL. Réunion avec les actionnaires à Marseille le 22 mars 2010 VISUEL Réunion avec les actionnaires à Marseille le 22 mars 2010 22 mars 2010 Natixis et ses actionnaires : dialogue avec les actionnaires individuels Un Club des actionnaires de 20 000 membres Un Comité

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Paris, le 21 novembre 2007 Communiqué de presse Standard and Poor s vient de confirmer la notation AA de CNP Assurances et n attend pas d impact de la crise des subprimes mortgages sur la solidité financière

Plus en détail

Si l on classe les stratégies d investissement par S ADAPTER À UN UNIVERS DE TAUX DURABLEMENT BAS

Si l on classe les stratégies d investissement par S ADAPTER À UN UNIVERS DE TAUX DURABLEMENT BAS S ADAPTER À UN UNIVERS DE TAUX DURABLEMENT BAS Fabrice Rossary, CFA Directeur des investissements et membre du directoire, Scor Global Investments Les institutions ayant des engagements de long terme sont

Plus en détail

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Sommaire Le sens de l Histoire Le Groupe UFG-LFP La déclinaison de la stratégie

Plus en détail

Risk Management: TP1

Risk Management: TP1 Risk Management: TP1 Q 1) FRA: Forward Rate Agreement Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/forward_rate_agreement C est un contrat de gré à gré sur un taux d intérêt ou sur des devises, avec un montant

Plus en détail

Quelle allocation d actifs sous Solvency II?

Quelle allocation d actifs sous Solvency II? www.cpr-am.fr Quelle allocation d actifs sous Solvency II? Xavier AGENOS Directeur ALTM CA ASSURANCES Arnaud FALLER Directeur des Investissements CPR AM Conférence ARGUS de l Assurance Mercredi 24 novembre

Plus en détail

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Solvabilité 2, une réforme en 3 piliers Les objectifs : Définir un cadre harmonisé imposant

Plus en détail

Banquier de haut de bilan-investisseur en Capital Quelles similitudes - Quelles différences d approche?

Banquier de haut de bilan-investisseur en Capital Quelles similitudes - Quelles différences d approche? Banquier de haut de bilan-investisseur en Capital Quelles similitudes - Quelles différences d approche? Marie Desportes : Turenne Capital Didier Martin : Responsable des financements d acquisition SG Méditerranée

Plus en détail

Communication sur nos fonds monétaires

Communication sur nos fonds monétaires Les marchés financiers ont reculé la semaine dernière sous l effet des publications de bénéfices de grandes banques américaines. Merrill Lynch a déprécié des actifs hypothécaires pour un montant de 7,9mds

Plus en détail

I N V I T A T I O N Cycle de formation

I N V I T A T I O N Cycle de formation I N V I T A T I O N Cycle de formation Comprendre les conditions de financement des PME post-crise De 8h30 à 14h - CGPME 75 19 rue de l Amiral d Estaing 75116 Paris OBJECTIF DU SEMINAIRE : Les PME sont

Plus en détail

Euro PP. Une nouvelle manne pour les ETI Janvier 2013

Euro PP. Une nouvelle manne pour les ETI Janvier 2013 Euro PP Une nouvelle manne pour les ETI L acquisition transfrontière contribue à l optimisation de la gestion des encaissements par carte en autorisant un traitement centralisé des opérations. fait le

Plus en détail

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse Avertissement Cette présentation et les commentaires qui l accompagnent peuvent contenir des déclarations prospectives relatives à la situation financière,

Plus en détail

Semestriels 2015. 16 septembre 2015

Semestriels 2015. 16 septembre 2015 Semestriels 2015 16 septembre 2015 30 ans d histoire 2012 : 5 rue de Dunkerque (rachat puis transformation en auberge de jeunesse) 2014 : Acquisition de l ensemble immobilier Penthémont 2014 : Acquisition

Plus en détail

PPP d infrastructures : les nouvelles voies du financement Jean BENSAID, DG de CDC Infrastructure www.cdcinfrastructure.com

PPP d infrastructures : les nouvelles voies du financement Jean BENSAID, DG de CDC Infrastructure www.cdcinfrastructure.com PPP d infrastructures : les nouvelles voies du financement Jean BENSAID, DG de CDC Infrastructure www.cdcinfrastructure.com Séminaire du centre Cournot, 20 juin 2013 Trois grands actifs d infrastructure

Plus en détail

Résultats Annuels 2008*

Résultats Annuels 2008* Paris, le 5 mars 2009, 21h45 Résultats Annuels 2008* Hausse de 16% des loyers Progression du résultat courant de 3,4% (à périmètre constant) Croissance de 34% du cash-flow opérationnel Augmentation de

Plus en détail

Grâce à l effet de levier: à gauche et droite du bilan COLLOQUE ANNUEL RÉSEAU CAPITAL 18 FÉVRIER 2009

Grâce à l effet de levier: à gauche et droite du bilan COLLOQUE ANNUEL RÉSEAU CAPITAL 18 FÉVRIER 2009 COLLOQUE ANNUEL RÉSEAU CAPITAL 18 FÉVRIER 2009 Présentation de Robert Théorêt, Directeur général Investissement Roynat > Capital Roynat Capital aura 47 ans cette année Plus important prêteur à terme privé

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

Le Financement des PME et des Start-Up

Le Financement des PME et des Start-Up Le Financement des PME et des Start-Up : Le rôle d une banque commerciale et les différents types de crédits aux PME Christian Turbé, Membre de la Direction, BCGE Petit- Déjeuner des PME et des Start-Up,

Plus en détail

L'évolution récente des prix des logements anciens

L'évolution récente des prix des logements anciens L'évolution récente des prix des logements anciens Claude Taffin (DINAMIC) Les Journées de l Economie 14 Décembre 2013 Evolution 1998-2013 des prix des logements anciens (Source : bases notariales) 2 Premiers

Plus en détail

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L impact de la crise financière récente sur le secteur financier et les économies a été extrêmement

Plus en détail

FINANCEMENTS IMMOBILIERS ALTERNATIFS

FINANCEMENTS IMMOBILIERS ALTERNATIFS Club Pierre #34 FINANCEMENTS IMMOBILIERS ALTERNATIFS Jeudi 29 novembre 2012 Eric Fiszelson Avocat, Herbert Smith Freehills Paris LLP Bertrand Carrez Head of Structured Finance, La Française AM Carole Tran

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

Un investissement dans 3 hôtels minimum en France. Des investissements principalement majoritaires

Un investissement dans 3 hôtels minimum en France. Des investissements principalement majoritaires M a n d a t d e g e s t i o n Mandat hôtelier ISF 05 LE MANDAT HÔTELIER 05, UNE CLASSE D ACTIFS ORIGINALE Un investissement dans 3 hôtels minimum en France Turenne Capital choisit d investir dans des PME

Plus en détail

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II?

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Journées IARD de l Institut des Actuaires Les nouveaux défis de l assurance IARD liés à Solvabilité II 11 avri l 2012 Gildas Robert,

Plus en détail

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Communiqué de Presse 20 février 2013 Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Résultats solides en 2012 Progression

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Capital investissement et cycle de vie des PME en croissance

[ les éco_fiches ] Capital investissement et cycle de vie des PME en croissance Des fiches pour mieux compren- dre l'actualité économique et les enjeux pour les PME Ce que la crise nous a appris, c est que le seul financement bancaire ne peut suffire pour assurer la pérennité des

Plus en détail

Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise

Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise GESTION DES RETRAITES Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise Ces dernières années, la gestion du risque liée au poids des retraites a pris une place de plus en plus

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Rencontres. L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2

Rencontres. L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2 Rencontres L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2 Vincent Régnier Directeur technique, financier et des risques MutRé 2015 Arnaud Chevalier

Plus en détail

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Directeur adjoint de la stabilité financière Banque de France 23/11/2014 1 SOMMAIRE Pourquoi amender la réglementation financière?

Plus en détail

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE 2013 2014 Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 Dépôts à terme et assimilés

Plus en détail

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 26 février 2014 RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une forte amélioration de son résultat

Plus en détail

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR Le présent document est une information sur la politique de meilleure exécution de Lyxor Asset Management et de Lyxor International Asset Management (ensemble

Plus en détail

Priorité au développement : Korian accélère. Résultats semestriels 2015

Priorité au développement : Korian accélère. Résultats semestriels 2015 Priorité au développement : Korian accélère PARIS 17 SEPTEMBRE 2015 1 Un leader européen bien en place Leader du Bien Vieillir implanté dans des pays à fort potentiel BELGIQUE 55 établissements 6 176 lits

Plus en détail

Rivage Investment. Morningstar Emerging Manager Day

Rivage Investment. Morningstar Emerging Manager Day Rivage Investment Morningstar Emerging Manager Day Rivage Investment: fact sheet Mise en place et organisation Société de gestion indépendante créée en 2010, spécialisée sur le crédit Equipe expérimentée

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

Les caractéristiques des montages LBO en France : de fortes spécificités liées à la taille de la cible

Les caractéristiques des montages LBO en France : de fortes spécificités liées à la taille de la cible Les caractéristiques des montages LBO en France : de fortes spécificités liées à la taille de la cible Sendes SOUISSI Direction des Entreprises Service de Méthodologie d analyse des entreprises Dans le

Plus en détail

Interview. «Dr Mader et Mme Braun-Cangl, les investissements en non coté sont-ils adaptés à tous les portefeuilles institutionnels?

Interview. «Dr Mader et Mme Braun-Cangl, les investissements en non coté sont-ils adaptés à tous les portefeuilles institutionnels? Interview «Dr Mader et Mme Braun-Cangl, les investissements en non coté sont-ils adaptés à tous les portefeuilles institutionnels?» 34 Update I/2014 Le rédacteur en chef, Marty-Jörn Klein, s est entretenu

Plus en détail

SCPI de murs de commerces

SCPI de murs de commerces Les photographies concernent des investissements déjà réalisés, à titre d exemples, mais ne constituent aucun engagement quant aux futures acquisitions de la SCPI. Place de la Bourse, Nantes SCPI de murs

Plus en détail

Actes des conférences Cycle Investisseurs

Actes des conférences Cycle Investisseurs Actes des conférences Cycle Investisseurs Financement : quelle est la nouvelle donne du marché? Débat animé par Gaël THOMAS, Directeur de la Rédaction BUSINESS IMMO Vendredi 5 décembre 2014 Intervenants

Plus en détail

Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs

Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs LA FRANCAISE GLOBAL INVESTMENT SOLUTIONS La Française GIS est une des 3 entités du Groupe La Française et

Plus en détail

L impact de la crise financière sur les PPPs

L impact de la crise financière sur les PPPs + Infrastructureeconomics Frédéric Blanc-Brude, PhD Research fellow, King s College London L impact de la crise financière sur les PPPs IAE, Chaire d Economie des PPPs 26 Mai 2010 + Plan Les PPPs et le

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Plan de la présentation 1 2 3 4 5 6 Résultats Avancement de l'intégration Banque de Financement et d investissement Banque Privée et Gestion d'actifs Banque de Détail La révolution Internet 1 Une nouvelle

Plus en détail

SOMMAIRE. Un acteur de référence en produits d épargne immobilière 3. Une équipe de professionnels de l immobilier 4.

SOMMAIRE. Un acteur de référence en produits d épargne immobilière 3. Une équipe de professionnels de l immobilier 4. SCPI OPCI CILOGER SOMMAIRE Un acteur de référence en produits d épargne immobilière 3 Une équipe de professionnels de l immobilier 4 Philosophie 5 Stratégie d investissement 6 Une gamme complète de produits

Plus en détail

Banque de Financement et d Investissement Séverin Cabannes Michel Péretié

Banque de Financement et d Investissement Séverin Cabannes Michel Péretié 15 juin 2010 Banque de Financement et d Investissement Top 5 en Europe Séverin Cabannes Directeur général délégué Michel Péretié Directeur de la Banque de Financement et d Investissement Un modèle à même

Plus en détail

Fonds de prêts à l économie réelle

Fonds de prêts à l économie réelle Septembre 2014 Fonds de prêts à l économie réelle Chiffres clés du «prêt entre particuliers» au niveau mondial 10 8 6 4 2 0 Production annuelle de crédits pour les 5 premières plateformes de prêts (en

Plus en détail

Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché

Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché Parallèle entre dérivés de crédit et produits d assurance Déjeuner débat FFA Jean-Paul LAURENT Professeur à l'isfa, Université de Lyon, Conseiller scientifique

Plus en détail

EUROVALYS. Société Civile de Placement Immobilier à capital variable SCPI de murs d entreprises et de commerces principalement investie en Allemagne

EUROVALYS. Société Civile de Placement Immobilier à capital variable SCPI de murs d entreprises et de commerces principalement investie en Allemagne EUROVALYS Société Civile de Placement Immobilier à capital variable SCPI de murs d entreprises et de commerces principalement investie en Allemagne Diversifiez votre patrimoine en investissant indirectement

Plus en détail

FONCIERE INEA FR0010341032- INEA FAIR VALUE: 48,4

FONCIERE INEA FR0010341032- INEA FAIR VALUE: 48,4 n NexResearch FONCIERE INEA FR0010341032- INEA FAIR VALUE: 48,4 25 Mars 2010 Données boursières K 2008 2009 2010e 2011e 2012e Dern. Cours, 38,53 Chiffre d'affaires 15 115 19 495 27 500 30 200 33 000 Cap.

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM

Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM 8 janvier 2014 Agrément SGP : Etat des lieux et perspectives de mise en œuvre La préparation de la mise en œuvre Les efforts de pédagogie Le Guide «Acteurs»

Plus en détail

A la recherche de rendement. Les obligations Haut Rendement. Animé par : Pierre WROBEL, Spécialiste Produit. Juin 2014

A la recherche de rendement. Les obligations Haut Rendement. Animé par : Pierre WROBEL, Spécialiste Produit. Juin 2014 A la recherche de rendement Les obligations Haut Rendement Animé par : Pierre WROBEL, Spécialiste Produit Juin 2014 Des taux historiquement bas Un taux allemand à 10 ans aujourd hui inférieur à 2 % < 2

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Le financement de l économie dans le nouvel environnement réglementaire

Le financement de l économie dans le nouvel environnement réglementaire 16 juin 2015 Séminaire Sc Po / Banque de France Le financement de l économie dans le nouvel environnement réglementaire Lorenzo Bini Smaghi Président du Conseil d Administration Régulation bancaire en

Plus en détail

Modern Leasing sur la cote de la Bourse de Tunis

Modern Leasing sur la cote de la Bourse de Tunis Secteur : Leasing Nombre de titres offerts : 1 000 000 titres Prix : 8,500D Jouissance des actions : 1 er janvier 2010 Capitalisation boursière après OPF : 34MD Notation par Fitch Rating: LT : A- (tun)

Plus en détail

Création de la 1 ère foncière française cotée spécialisée dans les Retail Parks Jeudi 6 décembre 2012

Création de la 1 ère foncière française cotée spécialisée dans les Retail Parks Jeudi 6 décembre 2012 Rapprochement Patrimoine & Commerce et Foncière Sepric Création de la 1 ère foncière française cotée spécialisée dans les Retail Parks Jeudi 6 décembre 2012 Disclaimer Le présent document (la «Présentation»)

Plus en détail

Le marché immobilier en France

Le marché immobilier en France Le marché immobilier en France Immobilier d entreprise, logement, immobilier de loisirs Jean-Claude GINISTY Notaire à Paris Juin 2013 1 L immobilier d entreprise dans le GRAND PARIS 2 L immobilier d entreprise

Plus en détail

HAUSSE DES REVENUS DES METIERS CŒURS PROGRESSION DES RESULTATS (1) UNE STRUCTURE FINANCIERE SIGNIFICATIVEMENT RENFORCEE

HAUSSE DES REVENUS DES METIERS CŒURS PROGRESSION DES RESULTATS (1) UNE STRUCTURE FINANCIERE SIGNIFICATIVEMENT RENFORCEE Paris, le 19 février 2014 2/2 De bons résultats portés par le dynamisme de nos trois métiers, les premières étapes du Plan Stratégique sont engagées HAUSSE DES REVENUS DES METIERS CŒURS PNB des métiers

Plus en détail

Forum ESSEC «Questionner la crise»

Forum ESSEC «Questionner la crise» Forum ESSEC «Questionner la crise» Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle Mer cr edi 17 décembr e 2008 Changement de business model des banques Quel est le business

Plus en détail

NEUFLIZE OBC EN CLAIR

NEUFLIZE OBC EN CLAIR NEUFLIZE OBC EN CLAIR 2012 Une conception unique du patrimoine privé et entrepreneurial Banque est un acteur majeur de la banque privée en France depuis plus de trois siècles. Elle est aujourd hui le seul

Plus en détail

France Finance Bulletin

France Finance Bulletin janv.-09 avr.-09 juil.-09 oct.-09 janv.-10 avr.-10 juil.-10 oct.-10 janv.-11 avr.-11 juil.-11 oct.-11 janv.-10 mars-10 mai-10 juil.-10 sept.-10 nov.-10 janv.-11 mars-11 mai-11 juil.-11 sept.-11 nov.-11

Plus en détail

Résultats semestriels 2014. 23 juillet 2014

Résultats semestriels 2014. 23 juillet 2014 23 juillet 2014 Réalisations 1 er semestre 2014 Objectifs 2014 Réalisations Acquisitions Promesse de vente signée pour un immeuble de bureaux de 8,300 m² en 1 ère couronne sud Loyer pendant 10,5 ans Extension

Plus en détail

GDF SUEZ Un business model équilibré porteur de croissance durable et rentable pour les actionnaires Gérard Lamarche

GDF SUEZ Un business model équilibré porteur de croissance durable et rentable pour les actionnaires Gérard Lamarche GDF SUEZ Un business model équilibré porteur de croissance durable et rentable pour les actionnaires Gérard Lamarche Un business model équilibré porteur de croissance durable et rentable pour les actionnaires

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

Gestion Actif-Passif De Arrow à Enron : 50 ans de produits dérivés.

Gestion Actif-Passif De Arrow à Enron : 50 ans de produits dérivés. Gestion Actif-Passif De Arrow à Enron : 50 ans de produits dérivés. Jean-Paul Laurent Professeur à l ISFA, Université Lyon 1 Consultant scientifique, BNP PARIBAS! «Imaginons que nous puissions introduire

Plus en détail

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. La durée de placement

Plus en détail

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012.

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012. SCPI Fructirégions Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIREGIONS est une SCPI régionale détenant des actifs immobiliers représentant une

Plus en détail

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011 Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations 12 Mai 2011 Sommaire I Présentation du marché des ETF II Construction des ETF III Principales utilisations IV Les ETF dans le contexte

Plus en détail

J.P. Morgan Asset Management. Obligations convertibles mondiales

J.P. Morgan Asset Management. Obligations convertibles mondiales DOCUMENT RESERVE AUX PROFESSIONNELS NE PAS DISTRIBUER AU PUBLIC J.P. Morgan Asset Management Obligations convertibles mondiales Antony Vallée, Responsable de la gestion convertibles Philosophie d investissement

Plus en détail

12 mars 2015 BILAN ACTIVITÉ 2014

12 mars 2015 BILAN ACTIVITÉ 2014 12 mars 2015 BILAN ACTIVITÉ 2014 Bpifrance Activité 2014 Garantie - Financement - Court terme International Financement de l innovation Fonds de fonds Fonds propres directs Régions 2 Garantie des crédits

Plus en détail

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Patrimoine Sélection PME Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Dans un contexte économique et financier difficile, les investisseurs doivent plus que jamais s'entourer de professionnels aguerris,

Plus en détail

Obligations vertes: un Green Bond en avant. Titre. et les enjeux. de Copenhague. Sous-titre Atelier du GRE Liège. 30 janvier 2014 Date

Obligations vertes: un Green Bond en avant. Titre. et les enjeux. de Copenhague. Sous-titre Atelier du GRE Liège. 30 janvier 2014 Date Obligations vertes: un Green Bond en avant Les politiques Titre climatiques et les enjeux Sous-titre Atelier du GRE Liège de Copenhague 30 janvier 2014 Date Titre de la Présentation I Date 1 CDC Climat

Plus en détail

Natixis Global Risk Parity un an après : une performance au rendez-vous dans le cadre d une approche équilibrée en risque

Natixis Global Risk Parity un an après : une performance au rendez-vous dans le cadre d une approche équilibrée en risque DOCUMENT RESERVE EXCLUSIVEMENT AUX CLIENTS PROFESSIONNELS AU SENS DE LA DIRECTIVE MIF Natixis Global Risk Parity un an après : une performance au rendez-vous dans le cadre d une approche équilibrée en

Plus en détail

Groupe Crédit Mutuel Arkéa Résultats annuels 2013. Avril 2014

Groupe Crédit Mutuel Arkéa Résultats annuels 2013. Avril 2014 Groupe Crédit Mutuel Arkéa Résultats annuels 2013 Avril 2014 Avertissement Ce document peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie du Crédit Mutuel

Plus en détail

JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund

JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund Un placement obligataire flexible et une exposition pilotée aux taux d intérêt Insight + Process = Results Sortir de la gestion obligataire classique Après

Plus en détail

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Conférence ATEL - 11 décembre 2012 LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Marc-Antoine DOLFI, associé 1 PLAN DE PRESENTATION Le contrat de capitalisation 1. Description 2.

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

ANNEXE 8 - Plan de financement et description des instruments de financement

ANNEXE 8 - Plan de financement et description des instruments de financement ANNEXE 8 - Plan de financement et description des instruments de financement A- Structure de financement en période de construction Jusqu à la Date Effective de Prise de Possession, le Titulaire recourt

Plus en détail

Forte progression des résultats d Icade au premier semestre 2006

Forte progression des résultats d Icade au premier semestre 2006 Communiqué de presse Boulogne-Billancourt, le 21 septembre 2006. Forte progression des résultats d Icade au premier semestre 2006 Le chiffre d affaires consolidé progresse de 19% pour atteindre 650 millions

Plus en détail